Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 13:09

Les papillons décrits dans le Theatrum insectorum de Thomas Moffet : II. Les Chenilles.

Voir :

Les papillons décrits dans le Theatrum insectorum de Thomas Moffet (1634) et dans son édition anglaise par Edward Topsell (1658).

 

LES CHENILLES.

.

Ce seront plus de 50 espèces de chenilles qui seront présentées :

LIVRE DEUX.

Préface. page 177.

By the clew of Daedalus we are at last got out of the Camps of winged horsemen; where should I relate with how many stings the Infects of the lower ranks have assaulted me, how much they have troubled my brain, my right hand, my eyes, whilest I accurately dissected and observed all their parts,

 truly I should either faint in rehearsing the wounds, or what I was resolved in my minde to finish, I should not be able to do. 

Wherefore, what valiant souldiers are wont to do, whilest the wound is yet fresh and hot, we will break forth into both Armies, and with better undertakings, so far as may be, strive to overcome them. 

Thou O great God, who in the Inventory of these smallest Creatures, makest the most excellent understandings to stand amazed and stupid; give me strength, that as by thy goodness I have mustered those Insects that fly, by the same I may be enabled to draw forth all those Foot-forces that want wings; so that in all my labour, I may seem to have no other end than to seek thy glory, to advance learning, and nothing that concerns my own particular, but that I may finde thee in these thy works. 

Go to therefore bold Atheist, who art ignorant of God and the Divine Perfection: endure, if thou canst, the biting of the Spider Phalangium, or of the Scorpion; abide the pain of the Worm Scolopendra; swallow down the Pine-tree Catterpiller, contend with Worms, despise with Herod, biting Lice, so much as thou art able, at last thou shalt finde that there is no foot Souldier so mean in this Army, that will not quickly overcome all the forces of thy body and minde, and will make thy foul mouth to confess, by their ministry, that there is a God. Thus then I draw forth my Regiments, so I muster the Souldiers.

 
  • Le ver à soie du chapitre I.

  •  21 chenilles glabres du chapitre II.

  • Près de 30 chenilles "hirsutes et velues" du chapitre III

​.

 

Chapitre I : De Erucis earumque differentiis & nominatim de Seribus & Bombycibus. De la chenille du Ver à soie.

page 179-181.

 

Wee thought fit to place in the Front, Catterpillers, the devourers of Egypt: because they are most different in their kindes, and also some of them are excellent for their use and worth. It is no fond conceit to main∣tain * that Catterpillers had their name in Latine from devouring, for they eat up leaves, boughs, flowers, fruits; which also may be observed in the Peach. Ovidcalled these Field-worms:

Field-worms that weave their hoary thred on boughs, we finde

That they with painted Butterflies do change their kinde.

The Greeks call a Catterpiller 〈 in non-Latin alphabet , from the waving and vaulting motion, when it creeps, whereby it lifts up and contracts it self. The Hebrews call it Ghazam,because it sheareth the fruits of the earth, as Kimhi saith on Joel the first. The Italians call it Rugaverme, and Bruche, for so saith Marcellus Virgilius upon Dioscorides. In our times, saith he, our whole Countrey cals all kindes of Catterpillers Bruchi. The Spaniards call them Oruga; the French, Chenille, Chatte∣peleuse; the English, by the name of Catterpillers; but the Northern people call the hairy Cat∣terpillers Oubuts; the Southern call them Palmer-worms; in the Poles language, a Catterpiller is called Rup hausenka; in the German Tongue Ein Raup;in Low Dutch, Ruype; in Sclavonish, Gasienica; the Pesants call them Certris, and Cedebroa.

I should be endless if I should add all kindes of Catterpillers; for some feel rough, others * soft, some have horns, (and that either in their head or in their tail); some are without horns; some have many feet, some fewer, but none have above sixteen feet. Most of them move swiftly in a waving posture; yet others there are that go even and slowly. Some do yearly change their old skin, and others do not. Some are changed into Aurelia's fixed above the earth, whence are bred your ordinary Butterflies, others are transformed under the earth, and become Glow-worms. Also some of their Aurelia's are smooth and equal; some again are hairy and wrinkled, pointed at the ends, sharp; some (namely of the harder kinde) naked, but others (namely of the tenderest) are covered with moss or silken down. The most of them are bred of the eggs of Butter-flies, and are changed into Aurelia's: some are bred on the leaves of trees, of the proper seed left there in the web in Autumn; or of the dew or air shut up in it, and corrupting there, as Vine-fretters. Some again feed on leaves, some on flowers, and some on fruits. We, to express both kindes of Catterpillers, shall divide them into those that are bred from other things; and those that are bred from their own kinde alone. Such as are bred from other things, again, are either smooth or hairy; as also those are that proceed from their own kindes. Amongst the smooth Catter∣pillers, the Silkworm deservedly challengeth the first place.

.

.

Page 180.

 

"A worm that to a Fly transformed is, and then: 

Transformed back once more is made a worm agen;

Twice it both dies and lives an•w, is wafted ore

By Charon twice unto the Elizian sh•re.

Its successor is left half living and half dead,

Which after spins silk robes for those are finely bred.

Find thred this Silk-worm makes, why doth she labour thus?

It is not for her self she labours, but for us.

Her fleece was formerly an ornament for Kings,

But this prodigious age confusion brings:

So prodigal of silks, that the vile rabble, clowns,

Oyster-wives, herb-women, shine in silk suits and gowns:

Nothing more common now for all than silk attire,

Which wastes and burns mens hearts with continual fire

"In which words, though our divine Poet, who was more clear than the ancient Bards, doth something touch upon the Silk-worms, and paint them forth, yet he doth not describe them •o fully, that it may suffice for the History of them. For Silk-worms are smooth Catterpillers almost of a milky colour, with small black eyes, and as you see, with a so ked mouth. The snow white ones are bred of Butterflies eggs, which growing by degrees into little worms, produce Silk-worms of the same colour with Butterflies. And that I may not repeat this again, let it suffice that I have once said it; the Butterfly is almost alwaies of the same colour with its Catterpillar. That Butterfly forsaking its Aurelia, as many eggs as it leaves, or seeds (if you will) like to eggs, they become so many Silk-worms afterwards; which, if you cherish them, when they are fostered by the Suns heat, and full fed with Mulberry leaves, they will repay a reward worth your cost and care, namely a silken fleece. They breed first in May, in which moneth and the two following moneths, they devour a multitude of leaves, and in eating as it were by sucking, they harden: when they are grown up with plenty of nourishment, being be∣come able, they spin a most fine web out of themselves, like to a Spiders web. Then against cold weather, they grow rough with hair, and make themselves new thick coats for Winter, by the sharpness of their clawes, pulling the down of their skins into fleeces: then they thicken and close it, carding it with their feet, then they draw it out amongst the boughs, and make it small as with a comb: lastly they take hold of this web, and wrap their body in it, making a round nest. Then men take them, and put them in earthen vessels, and feed them with bran, and so there spring up seathers of their kinde; which, so soon as they are prepared with, they are set to perform other tasks. But the spinning work they began, growes pliable by moisture, and is spun into threds on a smal spindle. Some women do use to draw it forth into yarn, and then they weave it. Pamphila the daughter of Latous was the first that was reported to have woven in the Island of Co. Also Pliny reports that Silk-worms are bred in that Island, Plin. lib. 11. cap.23. the flowers of the Cypress, Turpentine, Ash, Oake-trees, being beaten down to the ground by showres, whence they receive life. Though women were the first inventers of this Art, yet men are not ashamed to wear these garments for lightness in Summer. The customes of men are so far degenerate from Arms, that their very cloathes are grown burthen∣some. The thinner and softer the leaves are they feed upon, the finer Silk these Silk-worms make: wherefore amongst the people of Seres in Scythia, the most soft garments are made; which we call silken, as Marcellinus witnesseth, lib. Hist. 23. In India also and in Aegypt there is great plenty and use of them, and are brought from thence to the Spaniards and Italians, being the greatest cause of wantonness amongst mortals. So often as I consider, that some ten thou∣sands of Silk-worms labouring continually night and day, can hardly make three ounces of Silk, so often do I condemn the excessive profusion and luxuriousness of men in such costly things who defile with dirt, Silks and Velvets, that were formerly the ornaments of Kings, and make no more reckoning of them now, than of an old tattered cloak, as if they were ashamed to esteem better of an honourable thing than of a base, and were wholly bent upon waste. The Greeks call this Catterpiller  in non-Latin alphabet , and Bombyx, which name is become Latine. The Italians call it Bigatto; the Spaniards, Guafano della seda; the French, Ver à Soye; the Ger∣mans, *Ein Seyde worme; the English, Silk-worm. Amongst whom a Silken habit is so much loved and valued, that they despise their own Wool, (which compared with Silk, is not con∣temptible, and is the most profitable and the greatest merchandise of the Kingdome.) But time will make them forgoe this wantonness, when they shall observe that their moneys are treasured up in Italy at that time, when they stand in need of it for their private or publick af∣fairs. This is a pleasant thing and worthy to be noted, that the head of the Silk-worm, makes the tail of the Butterfly in that golden coloured Metamorphosis, and the tail the head; which al∣so happeneth in all other Catterpillars that are changed into an Aurelia. "

 

.

Fig. 1 et 2 : chrysalide et imago du Bombyx du Murier ou Ver à soie, identifié par  Linné S.N. page 499 comme son Bombyx Mori

.

.

page 181

.

.

— page 182.

 

Chapitre II : De reliquis glabris Erucis. Des autres chenilles glabres.

 Moffet présente 21 chenilles glabres. L'intérêt est de voir apparaître un début de dénomination, contrastant avec l'absence de noms propres dans le chapitre consacré aux imagos.

.

 

Toutes les autres chenilles glabres sont vertes, ou jaunes, ou rouges, ou sombres, ou de couleurs variées.

 

 

 

 

Les cinq chenilles vertes.

1. On reconnaît parfaitement sur l'illustration le Sphinx ligustri Linnaeus, 1758 , notre Sphinx du Troène. Identifié par  Linné S.N. p. 489. 

 

 La principale parmi les chenilles vertes est celle qui se suspend sur le Troène. Un cercle entoure sa face, et toutes ses pattes, et elle a une corne tournée en arrière vers la queue. Elle est noire et rouge, des points sont tracés sur ses cotés qui sont à moitié violets et à moitié blancs. les petits points sont rouges, mais tout le corps apparaît vert.

 

Merret la nommera "Ligustrina"  : Celle du Troène. 

2. Merret la nommera Sambicina : Celle du Sureau (Sambuco) :

 Celle du Sureau ne diffère pas beaucoup de la précédente, mais elle est  aussi entièrement vert , mais les points sont très blancs, et elle a de petits points comme du lait. Elle se nourrit principalement de Sureau rouge.

 3. Lactucariam : Celle de la Laitue .

 

La troisième, qui est entièrement verte, se transforme quand vient l'automne en  noirâtre ; elle se nourrit sur les tendres herbes du portager, spécialement sur la laitue, aussi nous la nommons Lactucariam ["la Chenille de la Laitue"]

 

 

 

 

.

http://quod.lib.umich.edu/e/eebo/A42668.0001.001/1:16.2?rgn=div2;view=fulltext

page 183

.

Les 5 chenilles vertes, (suite)

 

4. Mespilaria : du Néflier

La quatrième sur le Néflier est plus petite, toute verte,  sa chrysalide elle-même est couleur gris-cendré, tout aspergée des taches noires.

 

5. Quercina : du Chêne, et d'autres arbres.

La cinquième est la plus petite de toutes, elle mène son fil sur les arbres (les Chênes en particulier), et en descend sur la tête de ceux qui passent et s'emmêle sur leurs chapeaux et leurs vêtements. Cette toute petite et très notable créature [animalculum] se remarque en été, un peu partout ;  lorsqu'on arrive en automne,  elle s'enroule elle-même dans une sorte de toile, et s'enferme dans une couverture verte et rouge. Elle meurt en hiver. Elle a dix pattes, comme toutes celles que nous avons vues.

.

Les  chenilles jaunes.  Linné Fauna suecica p. 168  identifie la première comme la chenille du Séneçon, Tyria jacobaeae ou Goutte de sang 

Nous les appelons les jaunâtres, car elles sont jaunes presque entièrement. Les figures qui sont représentées, sont exemptes de noir, seulement couvertes de jaune pâle, et ainsi ces figures sont peintesElles vivent sur les feuilles tendres, en particulier sur le Tilleul. 

 

— fig. 10 : Vinula Cerura vinula, ou Grande Queue fourchue (Notodontinae), Identifié par Linné S.N p. 499 comme Bombyx vinula. Déjà identifiée en 1710 par J. Ray Hist. ins. page 153.

Vinula est le suivant dans l'ordre ; et c'est l'une des chenilles les plus délicates, et belle au delà de ce que l'on peut imaginer. Nous l'avons trouvé sur le Saule en train de se nourrir goulûment  ;  ses lèvres et sa bouche  sont d'un jaune pâle, les yeux sont de feu , le front est violet , les pattes et le bas du corps vert, la queue est fourchue , plus noire que le raisin , tout le corps entier est ponctué comme par un épais et sombre vin rouge, qui passe en diagonale du cou jusqu'à la queue, une ligne plus blanc l'ornant à merveille. 

.

— Les 2  chenilles brunes (fuscae) nommées Porcellus

La grande et la petite chenille dite Porcellus

Fig. 13 :Chenille de  Deilephila elpenor, ou Grand Sphinx de la Vigne. Identifiée comme Sphinx elpenor par Linné S.N. page 491

 

La chenille nommée Porcellus est noire, brune, surtout la grande, mais la petite possède des anneaux blancs.Souvent, on les trouve sur les feuilles de trèfle des marais et elles les dévore avec une rapidité remarquable. 

— Dix chenilles de couleur variée

 Trois différentes couleurs sont principalement observées: la première a une face bleuâtre, et les yeux très noirs, la peau vers l'extérieur du dos est grise, parsemée de beaucoup  de taches noires et jaunes: il se transforme en une chrysalide d'un marron  lumineux  garni une petite membrane blanche ; elle aime les Choux et toutes sortes de Navets.

La seconde y la tête les pattes  et la queue très noirs, quadrillés de jaune; les quadrillages qui sont peints sur eux intérieurement, se distinguent par des canaux alternativement  noir et gris tracés en longueur. Elle aime le Fenouil , l'Aneth, et le Cumin.

 

 

.

.

Page 184.

Dix chenilles de couleur variée (suite).

 

-n°3 : 3 figures, la chenille et deux chrysalides.  La troisième est verte sur fond blanc, bossue comme il va?  car elle a seulement six pattes de chaque côtés, comme toutes ... (en grec). Elle se transforme en une chrysalide piquetée de mouchetures foncées. Elle se nourrit sur les  Oliviers.

-La quatrième se nourrit de l'Estragon et ressemble à une Vipère tachetée ; elle va toujours avec la tête dressée, et inclinée sur sa poitrine . Elle aime les Joncs, et les plantes qui croissent dans les rivières.

-Si vous peignez les anneaux [costas] descendant de la cinquième espèce en rouge, il y aura peu de choses dans l'image qui ne soit pas en accord avec la vérité.

-n°6 : deux figures, chenille et chrysalide. Pour la sixième, peignez en ocre ce  que vous voyez blanc. Toutes ? [ utraque = Des deux cotés ] se plaisent sur le Peuplier noir, et s'y nourrissent goulûment.

-Les stries de la septième doivent être peintes en blanc, tout le reste du corps est gris-sombre. Elle se transforme en une chrysalide  de couleur rouge clair.

-n° 8 : quatre figures : imago, chenille, (oeuf ??), chrysalide ;  La huitième semble de couleur de la fumée, avec des ondulations noires ; elle donne un cocon [thecam] rouge et noir, d'où sort une Phalène pulvérulente.

- n° 9 : deux figures, chenille et chrysalide :  La neuvième est variée, et mérite à juste titre notre considération : les ronds de ses incisions sont verts ; la corne de sa queue est recourbée vers l'arrière, et elle est d'un bleu brillant ; en dessous elle est ornée de taches rouges. La partie entre les incisures est gris cendre. Enfin, une chrysalide est associée, d'une couleur de feuille morte de vigne [xerampelina]  telle que nous la trouvons sur la voie publique. Elle se plait dans les champs de Renoncules. 

n° 10 : deux figures, chenille et chrysalide La dixième est vert-noir [glauconigra] : ce qui est blanc ici représente le vert glauque de l'animal. Elle se métamorphose en une chrysalide spiralée,  bleu pâle, aux spires  rougissantes  [subrubentibus] : par quoi elle se rapproche de la forme d'une coquille de Buccin.  

 

 

 

 

 

.

 

.

page 185.

 

- Sur la  Solanum Sylvestris (que les Italiens nomment Belladonna) [Atropa belladonna ou Morelle Noire ou Belle-Dame] vient une chenille glabre de couleur verte et jaune, elle a une corne sur l'avant de la tête [et elle est] aussi longue qu'un doigt, ce que relate Cardanus qui l'a vu souvent.

Sans-doute Acherontia atropos ou Sphinx à tête de Mort 

Cardanus : Girolamo Cardano, 1501-1576, médecin nè à Pavie et ayant exercé à Rome. Auteur de De substilitate. La Belladone est un poison rentrant alors dans la composition d'onguent.

 

 

Chapitre III : De Erucis hirsutis atque pilosis. Des chenilles hirsutes et velues.

.

La chenille processionnaire du Pin Thaumetopoea pityocampa  

 

"Les Pityocampes, c'est à dire, les chenilles du Pin et Epicéas, sont aussi fines qu'un petit doigt humain, et aussi long que la largeur de trois doigts. Ils ont onze incisions entre la tête et la queue, et ils ont 16 pattes comme les autres chenilles, précisément trois sur les deux cotés de la tête, quatre sur les deux cotés du milieu du corps, et une de chaque coté de la queue : mais la premières sont en crochet et petites, avec lesquelles elles trouvent leur chemin, et les autres sont plus larges et dentelées comme des scies, afin de mieux s'accrocher aux branches. La tête est comme celle des fourmis, le reste est semblable aux autres chenilles. Elles sont couvertes de poils et complètement entourées d'épines pointues ; les poils des cotés sont blancs et brillent dans le dos ; la partie médiane est ornée de points comme des yeux : les épines étant rasées, il y a une peau noire en dessous, leurs poils très fins, qui piquent plus vivement qu'une aiguille, et causent une grande douleur, un échauffement, de la fièvre, des fourmillements, et un malaise général. Le poison rentre subitement sans aucun sens de la blessure, et est transporté de part près des intestins. Elles tissent une toile fine comme les araignées, dessinant et disposant leur filet avec leurs pattes antérieures. Durant la nuit elles rentrent à l'intérieur, comme sous une tente, où elles échappent au froid et au vents. La matière dont est faite cette tente est si solide et si fine, qu' elles ne sont menacées ni par les plus forts vents, ni par les pluies ; et elles sont si spacieuses qu'un millier de chenilles peuvent y trouver place. Elles font leur toiles dans les petites touffes d' aiguilles de Pins et d'Épicéas, où elles ne vivent pas en solitaires comme les autres, mais en colonies. Moyen par lequel elles étendent leur course, elles tissent et transportent leur toile avec elles. Et dans la journée, seulement s'il fait beau, les plus grandes accompagnant les plus petites par troupes, et ayant dénudé l'arbre de ses aiguilles, car elles le dévastent totalement, elles travaillent durement au tissage. Seulement ce fléau des Pins et Épicéas n'atteint pas les autres conifères. Sur le Mont Athos, dans les Bois du Trentin, et dans les Alpes, elles abondent, en raison de la quantité de nourriture qu'elles y trouvent, comme en atteste Matthiolus. Ce sont vraiment les créatures les plus venimeuses, que vous les touchiez superficiellement avec les mains, ou qu'elles vous atteignent par voie interne. Elles sont considérées de longue date comme du poison, puisque Ulpian interprétant la loi Cornélienne De Sicariis concernant les meurtriers privés réclame contre eux qu'ils soient punis en leur donnant à boire une Processionnaire du Pin. Sect. Alium . ff. ad. Leg. Corn. De fic.

Signes de blessure par Processionnaire du Pin et traitement. 

Ancre "Lorsqu'on a léché une chenille, la douleur affecte sévèrement la bouche et le palais ; le corps de la langue et l'estomac sont fortement enflammés par le poison corrosif : aussi ils entraînent une terrible douleur, alors qu'au début cela ressemblait à une plaisante sensation de picotement. Un fort échauffement s'ensuit, ainsi qu'une répugnance à l'égard de la nourriture, et un désir incessant, mais infructueux de vomir. A la longue, si les soins ne sont pas donnés, la brûlure s'étend à tout le corps et l'estomac devient aussi ulcéré que par l'arsenic. Dioscoride. Aetius, Pline. Celse. Galien. Item II simpl. c.5. Et Avicenne Fos. Cap. 25. C'est pourquoi Aetius et Aegineta tiennent comme dangereux de servir les repas sous les Pins, ou de se reposer dessous, car, attirées peut-être par la viande ou le les vapeurs de bouillon, ou par le bruit des hommes, ces chenilles du Pins pourraient tomber sur la viande, ou laisser tomber leur semence, qui est aussi dangereuse qu'elles-mêmes. Ceux qui sont atteint par de tels maux devront utiliser les traitements en vigueur contre les Cantharides, car les mêmes moyens les soigneront : c'est à dire l'huile de Coing, appelée melinum oleum, qui doit être bue deux ou trois fois, pour déclencher le vomissement, comme l'a prescrit Dioscoride dans Aetius. Elles sont générées, ou plutôt régénérées, comme le Convolvulus, par la nourriture d'automne laissée dans la toile sur certaines aiguilles, ou du Convolvulus lui-même corrompu, comme le pense Scaliger."

Commentaires :

Matthiolus : voir Mattioli, Pietro Andrea dans la traduction française : - Les Commentaires de M.P. André Matthiole,... sur les six livres de la matière médicinale de Pedacius Dioscoride,... traduits de latin en françois par M. Antoine Du Pinet... augmentez... d'un Traité de chymie en abrégé... par un docteur en médecine. Derniere édition Lyon : J.-B. de Ville, 1680. Moffet s'inspire du Livre II chapitre LV page 164 :

"Quant aux Chenilles des Pins, les vallées d'Ananie et de Fleme auprès de trente en sont toutes garnies parce qu'il y a force Pins. Elles font leurs nids aux cimes des branches des Pins, où on les voit par milliers, velues et roussâtres, avec plusieurs petites peaux dont elles sont enveloppées et revêtues. L'Hiver elles se cachent en ces petites peaux, et échappent par ce moyen la rigueur de l'Hiver. Leurs nids sont grands, et en peuvent tenir mille. Les pellicules dont elles sont enveloppées semblent à de fins draps de soie : mais elles sont plus subtiles. Elles sont fort bonnes à étancher le sang, étant appliquées : Voilà donc quant aux chenilles des Pins. "

 

Ailleurs, Moffet recopie Matthiolus :: Livre VI chapitre II page 496 : 

« Soudain qu'on a avalé des chenilles de Pin, il s'ensuit une grande douleur en la bouche, et au palais : et sent-on une inflammation véhémente en la lange, au ventre et en l'estomac. On a d'ailleurs, une douleur indicible des intestins : de sorte qu'il semble au patient qu'on lui ronge les boyaux. Tout son corps est en chaleur : et sent une anxiété intolérable. On y doit pourvoir avec les mêmes remèdes dont on use contre les Cantharides. Toute fois, au lieu d'huile d'olive simple, et d'huile de racine de Flambe, il faudra user d'huile de Pommes de Coing. 

.

–Ulpianus in Lex Cornelia De sicariis et veneficis. (Loi Cornélienne contre les assassins et les empoisonneurs) : 3. Alio senatus consulto effectum est, ut pigmentarii, si cui temere cicutam salamandram aconitum pituocampas aut bubrostim mandragoram et id, quod lustramenti causa dederit cantharidas, poena teneantur huius legis. .Les Lois Cornéliennes ont été promulguées par Cornelius Sylla. http://droitromain.upmf-grenoble.fr/Leges/cornelia_sicariis.gr.html

 

.

Page 186

"Venons en maintenant aux Promeneuses. 

Nous les nommons promeneuses, car elles n'ont pas de maison ou de nourriture établies : de fait elles font tout capricieusement, marchant comme des pèlerins, et comme les souris, elles se nourrissent toujours d'autres viandes. 

C'est pourquoi les anglais les nomment Palmer-worm –ver pèlerin– précisément en raison de leur vie errante, parce qu'ils n'ont pas d'habitat fixe, bien qu'en raison de leurs poils ils les nomment Bear-worms, « ver-ours ».Ils ne seront pas attaché à une sorte de plante ou de fleur, mais ils passent dessus hardiment, et goûtent de toutes les plantes et arbres, et se nourrissent là où cela leur plaît.

La première avec ses points blancs que vous voyez sur les cotés, doit être comme ceci en réalité : tout le corps est noir, tous les poils doivent être jaunes, mais tout le dessus du dos doit être blanc, excepté ces trois rangées qui poussent sur le cou près de la tête, car elles ont la même couleur que les poils du ventre. De la chrysalide sort le papillon que vous voyez, dont nous avons décrit précédemment la forme et la couleur.

La seconde, si vous faites le cou et le ventre, et les poils qui y poussent, en jaune, vous n'avez rien à faire d'autre. La surface semble sombre, les œufs sont pâles. Nous présentons le papillon qui i en résulte dans le précédent livre.

La troisième est, pour tout le corps et les poils, jaune sombre, mais les points de chaque coté sont faits obliquement dans chaque incision, la tête est rouge clair, et il est orné par une certaine fourche jaune."

La quatrième a le ventre et la partie inférieure couverts de poils, le dos et la partie supérieure jaune à brun, et une double ligne fourchue sur la face ressemble à la couleur  du lait mélangé à l'eau.

.

 

 

 

 

.

— Page 187.

.

 

-n°5.

La cinquième a la face d'une couleur marron clair [spadiceus] , les cotés du ventre couverts de poils blancs [canescentia], un corps très petit,  varié avec des petits points jaunâtres, comme des gouttelettes [gutillis], et au dessus, en forme de pois ;  des poils jaunes en sortent,  comme de petits rayons. Ils sont droits, et poussent plus drus vers le milieu. Elle fait des dégâts aux herbes et aux grains. 

-n°6. Lasiocampa quercus, la Minime à bandes jaunes, identifiée par Linné S.N. page 498

La sixième est de couleur blanche si les segments n'étaient pas envahis de taches noires et jaunes ici ou là. Des poils au dessus et au dessous.  ....

 

-n°7. Orgyia antiqua ?

La septième a une peau noire,  elle a quelques poils de couleur sale, mais j'ai l'habitude de l'appeler "le Pinceau" [Peniculum], parce que des deux cotés de la tête et aussi sur la croupe se dressent des plumets de poils noir de corbeau.  Mais ceux que vous voyez dressés en touffes sur le dos sont aussi blancs que le lait . Les autres sont sombres  .

 

-n°8. 

La huitième est gris-souris, et sur son dos sept points  lui répondent

 

-n°9.

La neuvième est d'une couleur étrange et rare . Les segments sont peintes avec des couleurs dont chacune est différente de l'autre, et pourtant mélangées les unes aux autres, alors qu'un clou d'argent  orne  joliment chacun.   

n° 10. Deux figures : chrysalide et chenille. 

La dixième appartient aux prouesses de la capricieuse nature, non moins élégant qu'elle est rare. Elle est  striée de lignes noires, vertes, bleues, jaunes et de douces nervures, splendidement rehaussé par des gouttes d'or.  Elle a des poils très soyeux, d'une verdeur la plus plaisante et la plus admirable. Le cocon est violet renforcé par une petite membrane. 

-n°11 

Supposez que les découpures blanches de la onzième sont vert-prairie  et peignez la peau et la pilosité à moitié vert.

 

.

 

.

Page 188.

 

-n°12

 La Chenille du Noisetier est d'un vert-pâle sauf sur les taches acuminées noires. Elle a une corne à l'extrémité du dos. Elle se nourrit spécialement sur les feuilles du Noisetier, aussi nous la nommons Corylaria.

-n°13. Orgyia antiqua ?

La magnifique délicatesse  de la Nature resplendit dans celle-ci, à laquelle Elle donne le visage d'un  Maure ou d'un Égyptien , mais Elle leur donne un vêtement qui est de couleurs changeantes, brillant en diverses œuvres d'art ; sur le front les poils sont tissés comme en mèches noueuses, et ressemblent à des antennes: un aspect analogue se trouve à l'extrémité de son dos. La peau est comme l'arc-en-ciel, et brille en cercles  profondément illuminés  de pourpre, qui la nature a scellé sur les cotés  comme de larges crampons; les poils qui se dressent sur la peau, resplendissent comme le soleil, et éblouissent nos yeux comme la lumière  (?).

-n°14 et 15 . La première est identifiée comme Malacosoma neustria la Livrée, par Geoffroy Ins. page 114 mais non par Linné S.N. page 500 qui lui donne le nom de Neustria. La Neustrie correspond au nord-ouest de la France, et inclut la Normandie.

Nous avons reçu ces deux de Neustrie et de Normandie, la première a la tête de couleur bleue, et le corps strié de lignes rouge, blanche et grise. les poils sont beaux avec une brillante couleur dorée.

La seconde roulée sur elle-même est comme un oursin. La tête est noire, le corps est ponctué de petits points bleus. Les poils ressemblent à un lustrage couleur safran.

-n°16.

Celle-ci abîme les bourgeons des poiriers. Elle a la tête sombre, le corps  noir orné de sillons rouges et blancs. Elle a au milieu comme des épaules (?), et presque à l'arrière du dos, surgissent de petits renflements ou tubercules bleuâtres, parsemées de taches blanches. Les œufs d'où elles naissent sont de couleur brun clair, ce qui est aussi la couleur de la chrysalide et des poils. Nous en avons vus une autre du même genre, mais avec seulement un renflement sur le dos.

-n°17.

 

Nous vous recommandons de peindre en jaune la partie du dos à l'arrière de la tête, ici en blanc, et le reste blanc comme un Lys. Le ventre est jaune  cendre, ornée de points, et quadrillé au milieu.

-n°18 Chenille de l'Ortie 

Si vous peignez légèrement  les pattes de la Chenille de l'Ortie avec un jaune pâle, la figure sera proche de la réalité. Elle a des poils dressés drus et droits comme des épines, qui vous blessent par  un léger contact, entraînant un d'abord une démangeaison plaisante,  mais vénéneuse et ensuite une douleur difficile à supporter. Certains soutiennent qu'elle est plus vénéneuse que la Pityocampe ou Chenille du Pin.

 

.

.

—Page 189 :

 

 

- Figure n° 1 : brassica.  Chenille de Pieris brassicaria. la Piéride du Chou Identifiée par  Linné S.N. p.759. 

Sur le Chou, se nourrit une chenille à tête bleu azur, au corps marqué de deux rameaux linéaires  jaunes de chaque coté ; entre lesquels une plage grisâtre semble ponctuée de quelques grains noirs. Les poils ont la couleur de la chrysalide, qui est gris-cendre.

— Sepiarias. Nous proposons ici deux chenilles des haies.

-n°2.

 La plus grande a une face couleur jaune-safran, mais le triangle que vous voyez à l'emplacement du nez est couleur de lis [Lilliasceret]. Le corps est varié avec des taches blanches, jaunes, rouges  et noires réparties sans ordre . Les poils qui se dressent sont jaunâtres. Elle dévore les feuilles des haies et dénude les frondaisons. Enfin elle se transforme en une boule de soie dans un cocon  grège semblable à un sarcophage.  

-n°3

La plus petite a une face et tout le corps  bleuté, excepté qu'elle a des points noirs et blancs. Ses poils sont de la même couleur que la première. 

.

Celles qui ont moins de poils sont : la Mangeuse de Géranium [Geranivora] ; la chenille du Jacobaea  ;  la Vergette [Antennula] ; les Hérissonnes [Echinus]  ; la Chenille de la Ronce [Rubicula]  ; et cette bestiole cornue [Cornuta] que les allemands nomment Horneworm. 

 

-n°4. Celle qui circule sur les Géraniums. [Geranicolae]. Il s'agit de la chenille du Petit Paon de Nuit Saturnia pavonia, identifiée par John Ray en 1710 dans son Historia insectorum page 147  (Eruca viridi, rarius pilosa, tuberculis fulvis seu rubentibus in medii annulis Geranicola Mouffeti page 189). Linné dans Fauna suecica signale cette référence en indiquant la page 180 de Mouffet -et non 189 comme l'indique  John Ray-, et cette erreur est reproduite par Geoffroy et par Esper. 

Nous avons défini avec précision ici la forme et la taille de la chenille du Géranium, et  allons l'expliquer : vous devrez faire en couleur rouille les taches blanches qui ornent les anneaux noirs, et peindre le ventre et les pattes , ainsi que les segments entre les anneaux, en vert-poireau. 

Camerarius l'a envoyé à Penny avec cette indication ; "Une grande chenille, ne se nourrissant que sur les herbes des champs, et qui s'en prend principalement au Géranium des marais Geranio palustris.

 

-n°5. La Vergette (Antennula) . Orgya antiqua ?

Le corps de la Vergette est varié : de la tête jusqu'au troisième segment, vous pourriez dire qu'elle est barbouillée de craie, sur les cinq suivants en noir-fumée, et sur les trois derniers avec de la céruse. Les petites verges sont faites de poils qui semblent collés ensemble ; et une autre, tout à l'arrière, est dressée comme une crête. Quatre touffes sur le dos sont aussi faits de poils, qui poussent comme des dents en ordre croissant. 

-n°6. La Chenille du Séneçon de Jacobée Tyria jacobaeae La Goutte-de-sang  

La Chenille de la Jacobée ou du grand  Séneçon a la tête et les pattes d'une couleur violet pâle, le ventre vert pâle, le crps d'un vert désagréable, et orné de points noirs, jaune et flamme [orange]. La couleur des poils suit celle du ventre.  

.

 

 

.

page 190.

— J'ai observé deux sortes de chenilles hérissonnes, l'une d'un gris bleuté, l'autre d'un blanc cassé. 

 

-n°1 Deux figures, chenille et chrysalide. 

La première de ces hérissonnes a un corps quadrillé par un mélange de noir et de jaune. Les épines apparaissent jaunes. Quand l'automne arrive, elle se transforme en une chrysalide couleur cendre.

 


-n° 2.

La seconde est parfaitement semblable à un hérisson ; la moitié du dos, à savoir la première partie, est noire sur fond jaune, l'autre moitié est blanche sur fond  jaune, elle porte des épines très pointues et épaisses, de couleur grisâtre.


-n°3.

La Nature a peint la Chenille de la Ronce en noir cendre avec sur les deux côtés  trois crêtes d'une couleur jaune pâle: les poils sont très fins, et tout à fait noirs.

 

-n°4  

Il y a aussi la chenille à corne, qui a beaucoup de points verts sur un fond jaune, les poils dressés sur le milieu du dos sont gris-blanc, mais la corne est crénelée et rouge. 

 

-n° 5 à 12. Peut-être la Cucullie du Bouillon-Blanc, la Cucullie de la Scrophulaire, l'Acherontia atropos, le Sphinx de l'Euphorbe Hyles euphorbiae, (figure n°10) ...

 

Il existe de nombreuses variétés de chenilles sur le Bouillon-blanc ( Verbascum), le Lupin, la Scrophulaire, la Morelle Douce-amère, la Belladone (Solanum), l'Aulne, l'Orme et l'Euphorbe (Tithymallo) ; et presque chaque plante possède sa chenille qui la dévore. Pour ne pas être lassant, je ne les décrirai pas en détail, et elles sont déjà assez connues.

-Pas de figure : Cossus cossus, le Cossus Gâte-bois, identifié par Linné S.N. page 504

Linné indique que la chenille ici décrite est illustrée à la page 196 du Theatrum de Moffet, figure 1 (verticale) sous le nom de Spondyle .   En effet, (comparer avec une photo de cette chenille sur le site lepinet.fr)

Je n'ai jamais eu la chance d'observer la chenille puante de  Gessner, qu'il décrit par ces mots, dont j'ai la transcription :

Elle est, écrit-il, semblable à toutes les  chenilles à cornes, mais elle en diffère  par sa couleur et par sa corne. J'en ai pris une qui grimpait sur un mur à la fin août de l'année 1550. Elle émettait une odeur si nauséabonde qu'on était convaincu qu'elle était vénéneuse. Elle dressait colèreusemnt sa tête et gardait ses deux pattes antérieures levées. J'ai pensé qu'elle était aveugle. Elle était longue et épaisse comme le doigt. Quelques poils étaient implantés sur les cotés et sur le dos , lequel était noirâtre. La couleur de son ventre et des cotés était rougeâtre sur un fond jaune. Tout le corps se distinguait par 14 segments distincts, et chacun portait un sillon unique sur le dos. Sa tête était noire, et  (coriace, dure) [duriusculum] . Sa bouche était fourchue et dentelée, comme en dents de scie, si bien que lorsque'elle attrapait quelque chose avec, elle le mordait.  Elle marchait sur seize pattes, comme le font la plupart des chenilles. Sans (aucun) doute elle est vénéneuse. Vergerus pensait que c'était une Chenille du Pin, une Pityocampe, et d'autres la considérait comme un scolopendre. Mais elle n'a pas le nombre de pattes des Scolopendres. Je pouvais à peine supporter son odeur tandis que je la décrivais, et je n'allais pas infester deux chambres [poèles = hypocausta] avec son épouvantable puanteur, c'était plus que je ne pouvais tolérer ? " Voilà ce que Gessner a noté.

.

 

 

.

.

page 191.

- Fin du chapitre II.

- Chapitre III. De ortu, generatione, alimento, & Metamorphosi  Erucarum

Of the original, breeding, nourishment, and change of Catterpillars.

Dear book, the faithfull witnesse of my pain,

Let not the purple red thy fair cheeks stain,

Whilest I in tables paint the rude worms race,

And such as change their skins into a case.

For these by Gods wise hand created are;

Which in small things is wonderful and rare,

And more to be admired in Worms, than Whales,

Or Elephants, Leviathan with scales,

Arm'd as with harnesse• strong as iron bars,

And roars like thunder terrible in wars;

Who drinks the sea, and s•ews it up again,

Compar'd with worms, will be admir'd in vain.

So I shall begin with our Poet, who observed a divine power in Catterpillers from their Original; which whilest divers Authors have diversly expressed, I know not into how greatPage  1040darkness they have cast us. Aristot. 5. Hist. 19. writes, that they begin from green leaves of herbs, as from Cabbage, or Radish: namely by a seed like Millet left there in Autumn, whence little Worms proceed. From these Worms in three daies space Catterpillers breed at the end of the Spring; which being augmented and nourished sufficiently, they leave off moving, and at the beginning of Autumn they change their form and life for an Aurelia. Pliny saith that dew thickned by heat of the Sun, is left upon the leaves, whence he derives all kindes of Catterpil∣lers, to whom Arnoldus agrees: others say they all come from Butterflies; which so soon as they come forth of their A•reliae, they thrust forth (above or beneath the leaves hard by) some eggs (the barbarous call them Turds) and these are greater or less, according to their bodies (some of these have blew shels, some yellow, some white or black, green or red) in fourteen daies they are hatched by heat of the Sun, and the shell breaking, they thrust forth small Catterpillers like very small Worms, but coloured: at first beginning they are very hungry, and do nothing but devour leaves and flowers, especially of those herbs and plants where they were left in eggs. But I should maintain that they are not bred only one way, but all these waies: for though Ari∣stotles doctrine seems to some not acute enough, that the Cabbage little Worm grows to be a Catterpiller; yet it is not against reason; for as nature from an egg, so from a worm she pro∣duceth a more perfect living creature, as perfecting, not as corrupting. For though the worm be not that it was before, (as is clear to sense) yet as much as can be perceived, it is both what it was, and is now somewhat more, for a Worm doth not dye that a Catterpiller may be bred: but adds a greater magnitude to its former body and feet, colour, wings; so life remaining, it gets other parts, and other offices: so the off-spring of man (I use Scaligers words) after some daies at first of a man in posse, is made a man actually; you must understand its generation, in which time the intellective soul doth not yet act, but it bears the same proportion to a man that shall be, as a Worm doth to a Catterpiller or Bee. So alsoPennius derided the opinion of Pliny, when he writ that Catterpillers were bred of dew, yet all Philosophers with one con∣sent agree, that the more imperfect small creatures are bred of dew. And not without cause. For the Sun by heating acts, being like the form, and the humour is like the matter. The Suns heat is different from the fire, for it gives life, or it preserves the souls in their likeness. For the dew hath the proportion and softness of the air, where Theophrastus alledgeth the affect of softness (in his Book of Plants) as proper for generating air. Also nothing is more nourishing than dew, by which alone some little creatures live: which also the divine Poet said; How much doth dew lay up in the night! Therefore as it is humour, it is the matter, as it is thin, it enters, as it is drawn by the Sun, and concocted, it is the fitter for generation; for the preparation of the form carries the matter along with it, and these going together it fals out that a living, creature is generated. And it is not only an off-spring of dew, but the daughter of Butterflies, as we said, and as experience testifieth: and the greatest part of Catterpillers come from them, besides the Cabbage and Vine-fretters, few are bred otherwise. For these that the Greeks call in non-Latin alphabet , are made of dew, or a humour shut up in webs and putrefying, especially when the wind is East, and the air warm, that hastneth corruption. For then such a mighty army of them breaks forth in our Countrey, that we cannot truly say or think so many could be bred any way but from corruption. They are all gluttonous devourers of herbs and trees: whence Philip the Parasite boasts of himself inAthenaeus in his Pythago ist, for feeding on Thyme and Pot-herbs, I am a Catterpiller. Martial speaks to the same purpose, One garden will hardly feed a Catterpiller. When their time of eating is over, they wander up and down here and there hungry, and by degrees growing lean with hun∣ger, some within, some above the earth, seek for a fit place, where they are transformed into an Aurelia covered with a Membrane, and hanging by a thred, or into a bare case; if this happen in the midst of Summer, after 24 daies the shell breaking, a Butterfly presently flies out: but if Autumn be well spent, the Aurelia lasts all the Winter, and shuts out nothing till the heat of the Spring. Yet all Catterpillers are not changed into Aurelia's, but some are contracted (as Vine-fretters) and corrupt, from whom oft-times three blackish eggs fall, that are the mothers of Flies or Cantharides: when your Butter-flies copulate very late, they bring forth eggs (even untill the next Spring) that have life, (if you take diligent care of them) as it is usual in Silk-worms, whose eggs are sold commonly amongst the Spaniards by ounces, and pounds. Theophrastus distinguisheth the transformation of these Catterpillers rightly in these words, in his second of Plants: First, of a Catterpiller is made an Aurelia, and of this a Butterfly, then of that a Catterpiller again. But whether this Aurelian Chryfallis be a living creature or not, we shall dispute when we come to speak of Insects without feet.

.

.

Page 192.

CHAPITRE V.

De Qualitate & usu Erucarum earumque Antipharmacis. 

De la qualité et de l'utilisation des Chenilles, et des Remèdes. 

ALL Catterpillers have a burning quality and pilling of the skin, and raising of blisters. The most deadly is the Pine Catterpiller, yet they are all venomous, but least of all those that are smooth and without hair. The daughter of Caelius secundus, being at Basil (saith Gesner) when she had devoured some Cabbage Catterpillers in the garden, after much vomiting, her bel∣ly swelled, the swelling troubled her many years, and no cure would be found for it.William Tur∣ner a Divine and a learned Physician, the happy father of one Peter who was born to give physick to Physick it self, prescribed a purging porion for a noble Woman ofEngland, by the help whereof she vomited up a hury Catterpiller, which being swallowed by negligence, had long afflicted her with cruel torments: yet we may remember (saith Marcellus Virgilius) that there are beasts in the sea of the same names, and called Catterpillers, and are far from being poy∣son: and amongst those men that live by the sea side, are the last dish at their tables. We have shewed remedies against the mischievous and venomous ones before, in the Histories of Can∣tharides, Buprestis, and Pityocampes, for they admit of, and require the same cure. If you would have your garden or trees free from them, what webs you see hang on the naked boughs you must sweep off in Winter; for if you let them remain till the Spring, they will breed before you can remove them. In a short space they devour all green things, and consume the flowers: some anoint their trees with the gall of a green Lizard, or of a Bull, which as it is commonly reported, they cannot endure. The Countreymen use to stisle them with some brimstone and straw set a fire under the trees. The earth dug up under the root of the great bearing mast tree, if it be strewed in a garden, drives away Catterpillers, saith Hildegard. I should pass over the Remedy Columella hath prescribed, as a shameless delusion ofDemocritus, did not Pliny and almost all the rest approve of it, who meddle with husbandry: the words are these:

But if against this plague no Art prevail,

The Trojan Arts will do't, when others fail.

A woman barefoot with her hair untied,

And naked breasts must walk as if she cried,

And after Venus sports she must surround

Ten times, the garden beds and orchard ground.

When she hath done, 'tis wonderful to see,

The Catterpillers fall off from the tree,

As fast as drops of rain, when with a crook,

For Acorns or Apples the tree is shook.

They touch not Plants that are besprinkled with Wine. Theophrast. They presently dye with the smoke of the herb Psora. Aetius. Hence it appears (saith Silvius) that the vulgarly called Scabious, is not Psora. The Cabbage is free from Catterpillers, if it be fenced with Vetches. The Worms found in Fullers Teasels, make them fall if they but touch the Cabbage Catterpillers. Pliny. Strew your Cabbage with Nitre, or salt earth, whilest it hath lost but three leaves, or strew it with ashes, and by the saltness of it, it will drive away Catterpillers.Geopon. Palladius in this matter prefers the Fig-tree ashes. If Crabs or river Crevish, were hanged up and exposed to the Sun for ten daies, they will drive Catterpillers from Pot herbs.Cardan out of Palladius. Others wet the seeds just before they set them, in the bloud of a Catterpiller, or the juice of Marjoram, to free them from Catterpillers. A sea Onion set or hung in a garden, hinders the Catterpillers from breeding. Some sow Mints, others Vetches, others Wormwood about their gardens to drive away Catterpillers. Some not without cause, have Coleworts and Garlick leaves in ther gardens, by the fume whereof spread every way the Catterpillers fall down. Palladius, where any man may easily read of many remedies against them. If a Horse devour them, swel∣lings arise, the skin of him grows dry and hard, his eyes hollow, saith Herocles, and he prescribes this remedy: You must take the sharpest Vinegar and Nitre three quarters of a pint, Vitriol a fourth part; mingle them and anoint the Horses body, be careful that it enter not into his eyes. Now we shall speak of the use of them in Physick, and in the Common-wealth. The Catterpillers web and covering (like to silk) being drank stops a womans courses. Math. If it be burnt and put into the nostrils, it stops bleeding at the nose. The Catterpiller feeding on Privet, doth not only in a strange manner allure the Carp, if it be put on the hook for a bait, but also the dung of it put into the nostrils, presently helps the falling sickness in women, that proceeds from the Matrix, as I was told by a Midwife that was very experienced, and worthy to be believed. The Catterpillers that are upon Spurges (in the opinion of Hippocrates) are very good for purulent wombs, especially if they be dried in the Sun, with the double weight of dunghil Worms, and adding a little Anniseed, bringing them into powder, and infusing them in the best white Wine, and so giving them to drink. But heaviness following in the belly with numbness, let the Pa∣tient drink a little water and honey after it. Hippocrat. lib. de superfoet. prescribes those ordina∣ry Catterpillers that are in troops to be given in drink against the Quinsey. Dioscor. lib. 1. cap. 90. But unless they do profit by their secret quality, I think they are to be rejected for their open quality, especially in that disease. The Germans know that the hairy Catterpiller dried and pow∣dered, stops the flux of the belly.Nicander also useth them to procure sleep: for so he writes. And Jeremy Martius thus translates him:

Stamp but with oyl those Worms that eat the leaves,

Whose backs are painted with a greenish hue,

Anoint your body with't, and whilest that cleaves,

You shall with gentle sleep bid cares adieu.

There are in prickly and hairy plants, such as the Nettle is, some downy and hairy Catter∣pillers, by tradition are held to cure children, when they cannot swallow their meat for straight∣ness

of their jaws. A Catterpiller that lives on Pot-herbs being bruised and anointed where a Serpent hath stung, is very good. Avicen. If you rub a rotten tooth often with a Cabbage Catterpiller, it will soon fall out of it self, saith the same Author. Catterpillers mingled with Oyl, drive away Serpents. Dioscor. If you anoint your hands or other parts with the same Oyl, it will keep them from being hurt by Wasps or Hornets. Aetius. Pliny citeth many superstitious things from the opinion of Magicians concerning the vertue of Catterpillers; which because I see they are cast forth of the Schools of Divines, and I in my judgement do secretly disavow them, I will not repeat them here. They are meat also for divers Birds that we eat, and are useful for us, as namely Choughs, Starlings, Peacocks, Hens, Thrushes, to say nothing of Trouts, Robbin∣red-brests, Tenches, Carps, Pikes, which are easily deceived by a Catterpillar bait. And if you desire to know the waies of deceiving them; see Terentinus in Geopon. who is there (that I may not overpass the Physick of the soul given by Catterpillers) that hath not sung of Gods mer∣cies shewed to the wandring Israelites, when all Egypt swarm'd and was even drowned with the deluge of them? Also amongst the Romans there was twice in one Summer such a cloud of Catterpillers, Anno 1570. that put them in great fear, for they left no green thing in their fields, but devoured all. Though the fruitfulness of the next year did blot out the memory of this grie∣vous punishment, yet we may not doubt but it put many of them in minde to lead better lives. God grant that we may escape by being corrected in the punishment of other men. Let us think no creature of God to be contemptible, for God can, if he please, make the smallest the greatest judgement.

 

[Illustration]
Le premier de la Urchin. Catterpillers hath un corps à damiers, varié avec du noir et jaune; les poils épineux semblent jaune, quand il se transforme en une Au couleur cendrée | tomne vient Aurelia.
La seconde est parfaitement comme un Urchin, la moitié du dos, à savoir le premier semestre, est noir de jaune, ce dernier est blanc du jaune, elle n'a piqûres très forte et épaisse, de couleur grisâtre.
Nature a peint la cendrée Catterpiller ronce noire, sur les deux côtés avec trois crêtes d'une couleur jaune pâle: les poils sont ve | ry mince, et tout à fait noir.

SOURCES ET LIENS.

MOFFET (Thomas), 1634, Insectorum sive Minimorum Animalium Theatrum. London: Thomas Cotes pour Benjamin Allen, 1634. 

Ancre http://biodiversitylibrary.org/item/123182#page/11/mode/1up

— MOFFET,(Thomas), 1657 The Theater of Insects, in   The history of four-footed beasts and serpents describing at large their true and lively figure, their several names, conditions, kinds, virtues ... countries of their breed, their love and hatred to mankind, and the wonderful work by Edward Topsell ; whereunto is now added, The theater of insects, or, Lesser living creatures ... by T. Muffet ​

Ancre https://archive.org/stream/historyoffourfoo00tops#page/958/mode/2up

Ancre Texte en ligne : http://quod.lib.umich.edu/e/eebo/A42668.0001.001/1:16.2?rgn=div2;view=fulltext

— Identification des chenilles :

http://www.european-lepidopteres.fr/Galerie-Chenilles-Heterocere.html

 — GEOFFROY (Etienne-Louis), 1762, Histoire abrégée des insectes, vol. 2. 

— JONSTONUS (Joannes), 1650-1653, Historiae naturalis de quadrupetibus libri : cum aeneis figuris; [Historiae naturalis de serpentibus libri II ; Historiae naturalis de insectis libri III ; Historiae naturalis de exanguibus aquaticis libri IV ; Historiae naturalis de piscibus et cetis libri V ; Historiae naturalis de avibus libri VI] Francofurti ad Moenum :Impensis haeredum Math: Meriani, MDCL-MDCLIII

http://www.biodiversitylibrary.org/item/150732#page/58/mode/1up

Voir aussi Edition de 1657 Schipper, Amstelodami 

— LINNÉ (Carl) 1758 Systema naturae Dixième édition :

http://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/513/mode/1up

LINNÉ, 1 746, Fauna suecica,

http://biodiversitylibrary.org/item/129804#page/302/mode/1up

— LINNÉ (Carl) 1767 Systema naturae Douxième édition

http://www.biodiversitylibrary.org/page/25848844#page/256/mode/1up

RAY (John), 1710, Historia insectorum.

http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/10430#/summary

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Zoonymie des Rhopalocères.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche