Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2016 6 20 /08 /août /2016 13:23
Affichage devant l'exposition Chagall à Landerneau,  Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Affichage devant l'exposition Chagall à Landerneau, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

Louis Aragon, in "Celui qui dit les choses sans rien dire", Maeght éditeur, 1976. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Louis Aragon, in "Celui qui dit les choses sans rien dire", Maeght éditeur, 1976. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

.

 

 

"Quand j'ai rencontré la peinture de Marc Chagall, je me suis mis à l'aimer comme les femmes, pour le maquillage, pour le désordre et la déraison" Louis Aragon

« Peindre. Un homme a passé sa vie à peindre. Et quand je dis sa vie entendez bien. Le reste est gesticulation. Peindre est sa vie. Que peint-il ? Des fruits, des fleurs, l’entrée d’un roi dans une ville ? Tout ce qui s’explique est autre chose que la vie. Que sa vie. Sa vie est peindre. Inexplicablement." Aragon. 

.

   L'exposition "Chagall de la poésie à la peinture" proposée par la fondation Leclerc aux Capucins de Landerneau du 26 juin au 1er novembre 2016 offre, dans l'une de ses dernières vitrines, quelques pages d'un superbe ouvrage de 48 cm x 38 cm, sur vélin de Rives édité par Aimé Maeght en 1976, et qui réunit un long poème-hommage de Louis Aragon, " Celui qui dit les choses sans rien dire" avec une suite de 25 eaux-fortes et aquatintes originales colorisées de Marc Chagall (124 p. XV pl. sous emboîtage, 25 exemplaires  + 180 exemplaires) . Les gravures ont été tirées par Lacourière et Frélaut. Le texte est composé par Fequet et Baudier en Caslon, corps 24, selon une police typographique crée par William Caslon vers 1734 et qui fut utilisée en 1776 à imprimer la Déclaration d'Indépendance des Etats-Unis.

    C'est en fait la réunion de 25 poèmes ( ou 30 en réalité) écrits entre 1966 et 1975 et dont la parution aurait selon Robert Belleret provoqué paradoxalement la brouille entre les deux artistes, Aragon n'ayant pas supporté (et on le comprendrait) que Chagall retouche certains passages des épreuves qu'il lui avait donné à lire. C'est pourtant un vibrant homage d'Aragon à son ami peintre : s'identifiant à lui (J'aurai traversé sur les mains ce siècle de nuées / Je suis l'acrobate au trapèze tragique de l'Histoire / Je suis l'homme-violoncelle ô musique jamais écrite des sanglots / Qui m'attend sur le toit quel cheval somnambule.. ),  il célèbre la Russie, l'amour de la muse, l'amour de l'amour, et Chagall-Bella (la première épouse), ou Chagall-Vava (la seconde épouse) se fondent avec le couple Aragon-Elsa, Elsa Triolet étant née à Moscou.

De nombreux visiteurs demeurent émerveillés par le texte d'Aragon, asssez méconnu malgré les  chansons de Jean Ferrat, et malgré la parution des poèmes en 1982 chez Temps Actuel dans le recueil "Les Adieux et autres poèmes" avec les titres  Chagall I à Chagall IX, La Préférence ou Chagall X, Chagall XI, Chagall XII ou Poème racontéFinal ou Chagall XIII, Chagall n° tant et plus  ou Chagall XIV, Dis-moi Chagall  ou Chagall XV, La Toile perdue ou Chagall XVI, Chagall à la quatre-vingtième neige  ou Chagall XVII, L'Histoire ou Chagall XVIII, Une ouverture et cinq légendes (Chagall XIX, XX, XXI, XXI, XXIII, XXIV), L'Apocalypse selon Marc ou Chagall XXV. 

Jean Ferrat a chanté Chagall III [IX] "Comme tes couleurs sont jolies" avec le refrain Mon peintre amer odeur d'amandes,  sous le titre "Chagall", et Chagall VI sous le titre "Les oiseaux déguisés". 

.

L'exposition montre 5 pages de texte et une dizaine de gravures issues de la collection Sylvie Mazo, Paris :

  • la page 14 J'ai souvenir d'une fenêtre,
  • la page 42 Chagall IX Comme tes couleurs sont jolies,
  • page 66 Quel désordre il y a,
  • mais aussi Comme la fleur cachée au cœur des blés
  • et Et la journée entre ses doigts
  • la gravure de Chagall V  L'âme est assise de travers,

  • ...

.

Mon projet est d'illustrer les textes que j'ai découvert avec des photos des œuvres de Chagall sur deux thèmes : les horloges ; des visages des amants les visages réunis. Car, comme l'écrit Aragon dans  Chagall à l'Opéra :  Il y a deux thèmes dans les toiles de Chagall qui reviennent Comme si rien de rien ne pouvait s'entendre sans eux En premier lieu dans un coin ce sont les amoureux [...] Et le second thème est celui du temps qu'on ne voit pas comment On pourrait figurer sinon par un balancier battant l'heure.

.

 

.

Marc Chagall, deux têtes, une main, 1964, marbre, collection privée.  Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Marc Chagall, deux têtes, une main, 1964, marbre, collection privée. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

Préambule.

Commençons en préambule par ce texte autographe d'Aragon, Chagall l'admirable, passé en vente chez Drouot :

http://catalogue.drouot.com/ref-drouot/lot-ventes-aux-encheres-drouot.jsp?id=2252219

.

 

.

La page 14, J'ai souvenir d'une fenêtre.

 

 

.

 

J'ai souvenir d'une fenêtre

D'un oiseau blanc et sur le lit

Où mourir est l'envers de naître

Dans les draps couleur de l'oubli

Toutes les fleurs de ma folie 

 

Tu mets les mots les uns après les autres

Par quel besoin d'absurdes chapelets

Les nuits cheminent lentement Troupeau de vaches

Tu les écoutes s'éloigner entre les ronces

Tu les écoutes patauger vers le matin

 

La petite chanson d'horloge

Reprend si je ferme les yeux

Est-ce mon cœur qui s'interroge

Est-ce mon cœur qui se fait vieux

Comme l'étoile dans les cieux

 

Il faudrait peindre ou dire ces choses

Entre le rêve et la tristesse à mi-hauteur d'homme

Il faudrait peindre à peine aux murs songés

Cette scène intérieure et le bruit passager d'une robe

Et les vêtements sur la chaise avec leur air de reproche

La présence profonde et chaude du pain sur la table qui me poursuit

 

Il faudrait peindre peindre peindre

Le fait que la porte est fermée

L'instant d'avant la lampe éteindre

.
Aragon, J'ai souvenir d'une fenêtre, in "Celui qui dit les choses sans rien dire", Maeght éditeur, 1976. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Aragon, J'ai souvenir d'une fenêtre, in "Celui qui dit les choses sans rien dire", Maeght éditeur, 1976. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 

Aragon, J'ai souvenir d'une fenêtre, in "Celui qui dit les choses sans rien dire", Maeght éditeur, 1976. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Aragon, J'ai souvenir d'une fenêtre, in "Celui qui dit les choses sans rien dire", Maeght éditeur, 1976. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 

Marc Chagall, L'Horloge (1950-1952), céramique en 12 carreaux, peinture aux englobes et aux oxydes sur émail blanc collection privée.  Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Marc Chagall, L'Horloge (1950-1952), céramique en 12 carreaux, peinture aux englobes et aux oxydes sur émail blanc collection privée. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

Comme tes couleurs sont jolies. Chagall IX page 42. 

.

 

 

Comme tes couleurs sont jolies

Mon peintre amer odeur d'amandes

Toi qui peins les amants dormants

Dans la mémoire et dans l'oubli

 

Toi qui peins toujours tes enfances

Et les premiers moments d'aimer

Avec ce goût du mois de mai

Qui laisse le cœur sans défenses

 

Toi sur les toits pour voir de près

Le monde et l'étoile naissante

Qui peins la nuit et les passantes

Et tes secrets et tes regrets

 

Le temps s'en va léger et lourd

Et la peinture de tes mains

revêt sur son visage humain

La tristesse d'après l'amour.

 

 

 

Aragon, Chagall IX, in "Celui qui dit les choses sans rien dire", Maeght éditeur, 1976. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Aragon, Chagall IX, in "Celui qui dit les choses sans rien dire", Maeght éditeur, 1976. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 

Marc Chagall, Songe de Lamon et Dryas (détail), Daphnis et Chloé, 1952, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Marc Chagall, Songe de Lamon et Dryas (détail), Daphnis et Chloé, 1952, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

Toi sur les toits pour voir de près

Le monde et l'étoile naissante

 

.

L'Homme barbu sur le toit avec un violon sur les bras, 1922-1923, Gouache, lavis , crayon de couleur et crayon sur fond lithographique sur papier japon, collection privée. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

L'Homme barbu sur le toit avec un violon sur les bras, 1922-1923, Gouache, lavis , crayon de couleur et crayon sur fond lithographique sur papier japon, collection privée. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 

Dis-moi Chagall, ou Chagall XV. "Comme la fleur cachée au cœur des blés".

.

[Dis moi Chagall pourquoi cette musique

Tout ce que l'on voit à voix basse  le nie

Dis moi Chagall tout n'est-il que peinture

Que trompe-l'œil

Dis-moi Chagall quel étrange langage

Le tableau parle à la fois sans parler

Et de quoi donc l'image est-elle image ]

Comme la fleur cachée au cœur des blés

Dis-moi Chagall

 

Mais tous les gens derrière les fenêtres

Est-ce l'horloge ou le cœur qui leur bat

Nul comme toi n'a créé ce silence

Qu'à s'éloigner font entendre les pas

 

Nul comme toi ne sait Chagall éteindre

Au bord du ciel un frisson commencé

et c'est midi même avant de le peindre

Ou le penser

 

Celui qui dit les choses sans les peindre

Celui qui n'a que les yeux pour y voir

Et son épaule où le soleil se pose

Et la lumière éclatante du soir.

 

 

Louis Aragon, Dis-moi Chagall, ou  Chagall XV in "Celui qui dit les choses sans rien dire", Maeght éditeur, 1976. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Louis Aragon, Dis-moi Chagall, ou Chagall XV in "Celui qui dit les choses sans rien dire", Maeght éditeur, 1976. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

.

 

.

Le cœur des amants et le balancier de l'horloge battent le même temps qui passe et qui pourtant demeure. Détail du Gant noir, 1923-1948. Huile sur toile, 111 x 81,5 cm. Collection privée.  Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.
Le cœur des amants et le balancier de l'horloge battent le même temps qui passe et qui pourtant demeure. Détail du Gant noir, 1923-1948. Huile sur toile, 111 x 81,5 cm. Collection privée.  Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Le cœur des amants et le balancier de l'horloge battent le même temps qui passe et qui pourtant demeure. Détail du Gant noir, 1923-1948. Huile sur toile, 111 x 81,5 cm. Collection privée. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 

Marc Chagall, Tête à tête, vase, 1953, collection privée.  Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Marc Chagall, Tête à tête, vase, 1953, collection privée. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

Et la journée entre ses doigts. Chagall XVI.  

.

 

 

[II y eut un temps si beau qu'on eût dit

Chose peinte

Tout ressemblait au jour même la nuit

Cela se passait avant la mémoire

Les mains nues

Avant qu'on eût

Divisé les paroles 

Si bien qu'à la chanson répondait la chanson 

Il y eut un temps si beau que toute ombre

Était bleue

 

Toute lumière comme un bras portant

La cruche ]

Et la journée entre tes doigts

Partageait le pain lent des heures

 

Donnez-moi le soleil de vivre avant le cri

Donnez-moi la toile pure offerte aux couleurs

 

Je partagerai pour vous le jaune et le rouge comme un fruit

Que nous allions encore le soir autour du puits nous asseoir

Ensemble

 

Je ferai danser mon ami le cheval parmi les étoiles

Et quand viendra l'heure des toits le

Monde entier sera le jardin des somnambules

Dieu Dieu les mots dans la ténèbre ont toujours un air de sanglot

Contenu

Du fond de la cour je croyais entendre simplement des ivrognes

Très tard qui revenaient chez eux

Et je sentais la profondeur des près dans leur murmure

J'attendais le matin et que soit blanc le mur

Comme une robe ou l'eau de boire

Il n'y avait plus rien tracé sur la toile

Ô douleur Or du chant du coq

.
Le Coq, 1947, Centre Pompidou, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.
Le Coq, 1947, Centre Pompidou, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Le Coq, 1947, Centre Pompidou, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 

Louis Aragon, "Et la journée entre ses doigts", in "Celui qui dit les choses sans rien dire", Maeght éditeur, 1976. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Louis Aragon, "Et la journée entre ses doigts", in "Celui qui dit les choses sans rien dire", Maeght éditeur, 1976. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

Je ferai danser mon ami le cheval parmi les étoiles

Et quand viendra l'heure des toits le

Monde entier sera le jardin des somnambules

 

Marc Chagall, mouting the ebony horse,  illustration des Contes des Mille et Une Nuits, 1948,  collection privée.  Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Marc Chagall, mouting the ebony horse, illustration des Contes des Mille et Une Nuits, 1948, collection privée. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 

Marc Chagall, La pendule à l'aile bleue (détail), 1949, huile sur toile. Collection privée. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Marc Chagall, La pendule à l'aile bleue (détail), 1949, huile sur toile. Collection privée. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 

Marc Chagall, Les deux visages, 1951 (détail), collection privée.  Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Marc Chagall, Les deux visages, 1951 (détail), collection privée. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 Louis Aragon, L'âme est assise de travers. Chagall V. 

 

 

.

L'âme est assise de travers

A l'abri des bleus et des verts

L'heure bat et l'homme la suit

Une île au ciel comme un nid rouge

 Le temps s'y tait le cœur y bouge

Même cercueil pour elle et lui 

Naguère devient aujourd'hui 

Sous le grand chapiteau de bruit

 Où tous les instruments s'accordent

Pour la mort du danseur de corde  

Au-dehors qu'importe la pluie
Allez-vous en où vous conduit
Tant pis si sa chanson vous damne
L'équilibriste à la tête d'âne

N'écoutez pas ce qu'on vous dit
L'enfer vaut bien le paradis
Un peu de fard la douleur change
Les baladins valent les anges

Vivre est toujours argent volé
Debout sur son cheval ailé
Visage double ombre et lumière
La couleur est une écuyère

.

Marc Chagall, eau-forte,  in "Celui qui dit les choses sans rien dire" , Maeght éditeur, 1976. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Marc Chagall, eau-forte, in "Celui qui dit les choses sans rien dire" , Maeght éditeur, 1976. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

L'heure bat et l'homme la suit

Une île au ciel comme un nid rouge

 Le temps s'y tait le cœur y bouge

Même cercueil pour elle et lui 

.

 

 

.

Marc Chagall, Esquisse pour la Chute de l'ange, lavis d'encre de Chine, 1934, collection privée.  Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Marc Chagall, Esquisse pour la Chute de l'ange, lavis d'encre de Chine, 1934, collection privée. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 

Marc Chagall, Entre chien et loup, 1938-1943, huile sur papier marouflé sur toile, collection privé, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Marc Chagall, Entre chien et loup, 1938-1943, huile sur papier marouflé sur toile, collection privé, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 

Marc Chagall, Vase noir, 1955,  collection privé, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.
Marc Chagall, Vase noir, 1955,  collection privé, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Marc Chagall, Vase noir, 1955, collection privé, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

Quel désordre il y a, page 66 : Chagall à l'Opéra III.

 

.

Quel désordre il y a dans tout ce que l'on voit

Il pousse dans les champs des fleurs qui n'ont rien à y faire

Et Chagall dit sur tous les tons qu'il n'est pas mais là pas

Du tout réaliste et sans doute

On peut facilement lui concéder

 

Mais pourtant Marc si tu permets cette familiarité poétique

Laisse-moi te dire que c'est la réalité que je trouve admirable chez toi

Breughel du vingtième siècle

Et ce n'est point un hasard qu'Ambroise Vollard qui était

Un homme bizarre et malin t'a demandé

D'illustrer les Fables de la Fontaine

 

Ton œuvre est une grande fable et l'on sait bienheureux

Que sans la réalité jamais les renards

Ne parleraient aux corbeaux dans les arbres

 

Quel désordre il y a dans tout ce que l'on voit

Rivalise si tu peux avec ce désordre des choses

 Avec les morceaux de verre brillant dans la poubelle univers

La paille dans les cheveux de qui dormit contre une meule

L'homme déjà sait imiter les étoiles filantes

Mais le plus difficile est une histoire de tous les jours

 

Comme ce paysage à la fenêtre ou ce grand bouquet de muguets
Tu racontes toujours la fable de toi-même
Et tu peux bien prendre une tête de cheval ou de bœuf
Tu seras toujours la fable de toi-même ah
Quel désordre il y a dans tout ce que l'on voit

C'est un ordre déjà de montrer le désordre
La fable a beau feindre de tout inventer
S'il n'y avait pas de palissade à côté de la maison grise
L'aurait-elle ou la lampe sur la table
Qui éclaire le Smolenskïï  Viestnik imaginée

Bien sûr l'homme toujours s'efforce de corriger la nature 
Et c'est le propre de cet art que nous appelons la peinture 
Le peintre a son désordre à lui comme son ordre un jardinier 
C'est quand il invente qu'il copie

Nous sommes arrivés à l'époque où l'on ne fait plus rien sans excuses
Même un petit cheval ou de jolis bouquets
Quel désordre il y a dans tout ce que l'on dit 
N'empêche qu'on aperçoit toujours dans le fond les oignons d'or
Et les toits verts de Vitebsk
Même quand le tableau représente Paris

Ô fable ô grande femme au-dessus de la ville

Rivalise si tu peux avec la nature et toi-même
Et même le cheval et le bœuf te ressemblent car au fond
Ce sont des portraits que tu peins
Des portraits ressemblants de toi-même
Tu es là comme autrefois c'était la coutume
Devant une adoration des bergers le martyre d'une 
Sainte Ou la crucifixion
D'agenouiller les donateurs

Chagall ô Donateur qui n'as point épargné
Le lait de la vache et le vin de la vigne
Et quand nous sommes arrivés chez toi les servantes
Nous ont doucement lavé les pieds de leurs cheveux épars
Ayant d'avance mis le linge frais au grand lit à courtines
Où nous allons rêver la nuit comme en plein jour
Chagall ô Donateur qui ne comptes point la monnaie 

 

.

 

 

Marc Chagall, Grands personnages, vase, 1962, collection privé, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Marc Chagall, Grands personnages, vase, 1962, collection privé, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 

 

ANNEXE : GLANÉ SUR LA TOILE.

.

C'est la fin du jour

Les hôtes partis

Des fruits sur la table

Ce qu'ils étaient beaux
Les bouquets d'alors
Comme des jardins

Des pas qui s'éteignent
Le village au loin
Eux restés ensemble

Voilà que pour eux
Dans le crépuscule
Le ciel tourne au feu

Comme si l'amour
Était las d'attendre
À la fin du jour

Restés seuls et tendres
Comme si l'amour
N'était que pour eux

.

 

Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 

Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 

Jean Ferrat, Mon peintre amer odeur d'amandes extrait de Chagall IX « Comme tes couleurs sont jolies »

Tous les animaux et les candélabres
Le violon-coq et le bouc-bouquet
Sont du mariage

L'ange à la fenêtre où sèche le linge
Derrière la vitre installe un pays
Dans le paysage



Les danseurs ont bu le grand soleil rouge
Qui se fera lune avant bien longtemps
Sur les marécages

Et le cheval-chèvre assis dans la neige
Aimerait parler avec les poissons
Qui sont trop sauvages

Mon peintre amer odeur d'amandes

Le peintre est assis quelque part dans l'ombre
A quoi rêve-t-il sinon des amants
Sur leur beau nuage

Au-dessus des toits à l'horizontale
Dans leurs habits neufs avant d'être nus
Comme leurs visages

Mon peintre amer odeur d'amandes

Marchez sur les mains perdez votre tête
Le ciel est un cirque où tout est jonglé
Et le vent voyage

Tous les animaux et les candélabres
Le violon-coq et le bouc-bouquet
Sont du mariage

Mon peintre amer odeur d'amandes

 

.

Chagall XI

Le ciel est un pays de chèvres
C'est dommage pour les poissons
Les amoureux est-ce qu'ils sont
À ça près

 

Pourquoi les pieds touchent-ils terre
Quand ils peuvent faire autrement
Et ma tête à l'envers Maman
Ma tête

 

L'homme danse et non les oiseaux
Il est l'inventeur du trapèze
Les chevaux ont appris de lui l'art
Des bouquets

 

La vie est longue comme un air
De violon
Qui peint la nuit a deux visages
L'autre d'aimer l'un pour dormir

 

Tout est joli comme une lampe
C'est la guimpe de la lumière
Les objets s'y font acrobates
Les gens légers

 

Chagall la couleur est ton peuple
Donne-lui des jeux et du pain
Dieu qu'il fait beau quand l'ombre est rouge
Et bleu l'amour


                          Aragon ( 1897 - 1982 )

.

Note personnelle : aucune couleur ne témoigne autant du temps qui passe que le bleu : bleu azur, bleu ciel, bleu nuit. Chaque heure de l'horloge est l'Heure Bleue, mais plus encore celle du songe, lorsque passent en silence de grands poissons glauques. 

.

Marc Chagall, esquisse pour le rideau de Daphnis et Chloé, 1958, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Marc Chagall, esquisse pour le rideau de Daphnis et Chloé, 1958, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 

Le Cirque bleu, huile sur toile de lin, 1950-1952, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Le Cirque bleu, huile sur toile de lin, 1950-1952, Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

Marc Chagall, Couple dans le paysage bleu, 1969-1971, Collection privée. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard  Leclerc à Landerneau.

Marc Chagall, Couple dans le paysage bleu, 1969-1971, Collection privée. Photographie lavieb-aile lors de l'exposition de la Fondation Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau.

.

 

Les oiseaux déguisés. Aragon : Celui qui dit les choses sans rien dire

Tous ceux qui parlent des merveilles 
Leurs fables cachent des sanglots 
Et les couleurs de leur oreille 
Toujours à des plaintes pareilles 
Donnent leurs larmes pour de l'eau

Le peintre assis devant sa toile 
A-t-il jamais peint ce qu'il voit 
Ce qu'il voit son histoire voile 
Et ses ténèbres sont étoiles 
Comme chanter change la voix

Ses secrets partout qu'il expose 
Ce sont des oiseaux déguisés 
Son regard embellit les choses 
Et les gens prennent pour des roses 
La douleur dont il est brisé

Ma vie au loin mon étrangère 
Ce que je fus je l'ai quitté 
Et les teintes d'aimer changèrent 
Comme roussit dans les fougères 
Le songe d'une nuit d'été

Automne automne long automne 
Comme le cri du vitrier 
De rue en rue et je chantonne 
Un air dont lentement s'étonne 
Celui qui ne sait plus prier.

Mais l'œil demeure au tard d'hiver
Le transfigurateur du temps
Aux arbres nus rend le jour vert
Et verse aux autres dans son verre
Le vin nouveau d'avoir vingt ans

 

.

Aragon : Chagall à l'Opéra I 

 

Ton âme peut changer comme le fond des mers 
Ton corps démesurer sa force à tes travaux 
L'univers bourdonner de tes astres rivaux 
Peuple de l'avenir parmi tes bras nouveaux 
Toujours tu parleras des enfants qui s'aimèrent
Archipel archipel une terre qui ploie
L'arbre est rouge où l'oiseau chante et se désespère
L'ombre seule au printemps comme une jambe impaire

Pèse parmi les fleurs 
Daphnis où tu te perds

Et comme un plomb léger tes pas changent de loi 

 

Rien ne retombe plus quand vient le temps solaire
Le monde est un passage énorme de troupeaux
Un établi dansant où bouclent les copeaux
Et toute chose est peinte et les prés et la peau
La couleur et le sang ne songent qu'à se plaire

Quand le geste est un rire et vivre floraison
Le jour des jeunes gens flambe comme un phosphore
Tous les jeux que l'on joue ont des formes d'amphore
Et Chloé ne sait pas pourquoi Daphnis est fort
L'innocence du feu parfume la saison

Ah prolonge un instant l'innocence parfaite
Couple qui n'entends point dans ta bouche formé
Le mot d'or déjà mur de l'aimée à l'aimé
Et dans une île au loin regarde la fumée
Prophète paraphant le rêve que vous faîtes

Maladroits merveilleux l'un l'autre un seul instant
Sur le rivage bleu du matin de vous-même
Tout conspire à donner une rime au poème
Car votre lèvre est ronde et va dire je t'aime
Arrêtez-vous au bord de ce qui vous attend

Au solstice d'été l'heure d'Oaristys
Un grand soleil sauvage aux doigts de foin coupé
Va bondir immobile et pareil à l'épée
En deux égales parts également frapper
La fille et le garçon d'une même justice

.

Aragon : Chagall à l'Opéra II

.

Il y a deux thèmes dans les toiles de Chagall qui reviennent

Comme si rien de rien ne pouvait s'entendre sans eux

En premier lieu dans un coin ce sont les amoureux

Elle en robe de mariée ou nue il faut que lui la tienne

N'importe dans le ciel une barque ou la rue ah seulement

Qu'il la tienne ou sans cela qui pourrait comprendre un pot de fleurs

Ou quoi que ce soit qui satisfait l'artiste ordinairement

Et le second thème est celui du temps qu'on ne voit pas comment

On pourrait figurer sinon par un balancier battant l'heure

 

Et l'horloge est la même à Vitebsk à Vence à Paris

 

Image emprunté à Kerdonis : Le Jongleur, 1943.

 

.

Je veux dire que de même qu'une lampe sur la fenêtre

N'est qu'un objet s'il n'y a point dans un creux de l'ombre deux êtres

Pour expliquer le monde et l'on peut se passer de Jésus-Christ

À la rigueur mais pas de ces deux-là couchés sur leur nuage

De même il faut la pendule à colonnettes dans le tableau

Pour mesurer le temps qui passe ou ce serait vraiment dommage

Mais ceci ne serait plus de la peinture à peine une image
D'Épinal puisque le temps n'y coulerait pas comme de l'eau

Marc Chagall voit d'un seul coup les amoureux et le reste des choses

Parce que tandis qu'ils sont couchés ensemble ou plutôt nichés

Ensemble ou perchés ensemble ou pour mieux dire ensemble branchés

Parfois dans le boitier de la pendule où leur reflet se pose

Avec le tic-tac de ce qui se passe isolés dans leurs bras

Ils sont comme une île dans la mer où viennent mourir les vagues

Joliment tout autour la mer et ses poissons en fait de draps

Mais écoutez battre le temps Au contraire d'à l'Opéra

Daphnis et Chloé ces amants-ci le temps les tient dans sa bague

Entre la naissance et l'enterrement tout a le mouvement

Du balancier dans son boîtier vitré tout sur soi-même oscille

La vie a des saisons comme les yeux des battements de cils

Ce peintre le temps qui bat dans le pendule des amants

Il est le sol pour qui le temps se soit fait objet de peinture

Car je n'en vois pas d'autre pour ma part même à l'Académie

Et c'est il faut en convenir une singulière aventure

Comme être la roue à la fois et le cocher de la voiture

À la fois de subir le temps et de le peindre mes amis

 

Et puis le temps il a bon dos Explique-t-il que ce bonhomme

Avec sa canne sur les toits s'en aille ainsi se promener

Ou que votre tête s'envole et cela sans vous étonner

Qu'on ait deux visages se voit sans qu'on vous montre chez Barnum

Certes tout cela ne va pas sans troubler les gens plus ou moins

Habitués que les objets un par un occupent une place

La pomme sur le compotier les pieds par terre et qu'on ait soin

De montrer par la perspective ou s'ils sont près ou s'ils sont loin

Comme depuis toujours n'est-ce-pas nous les voyons dans les glaces

 

Et quand la noce dans la rue avance avec un violon

Est-ce que le porteur d'eau cesse d'équilibrer sa palanche

Qui pourrait s'imaginer une neige autrement que blanche

Et le sable alors serait-il le sable s'il n'était pas blond

Peut-être qu'il en est ainsi mais dites-moi le temps qui passe

Ets-il jaune ou vert ou tient-il forcément la faux à la main

Car ce peintre qui peint le temps à la fois doit peindre l'espace

Un tableau c'est une mémoire et que voulez-vous qu'on y fasse

Chaque jour y bouscule tout pour faire place au lendemain

On l'a bien vu le Louvre est trop petit pour que Chagall s'y loge

Ici les plafonds ne sont faits que pour la couronne des Rois

Or cette homme est une forêt Tous les palais lui sont trop étroits

Comme doit douloureusement au temps être étroite l'horloge

Comme dans son cœur on porte douloureusement son pays

Avec ces inoubliables détails oubliés qui vous blessent

Et soudain vous sentez en vous quelque chose qui n'obéit

Plus Est-ce l'âme Il suffit d'un parfum pour qu'elle soit éblouie

Il suffit d'une petite maison bleue et basse ô faiblesse

 

.

.

SOURCES ET LIENS.

— Chagall, de la poésie à la peinture, catalogue d'exposition, Fonds Hélène & Édouard Leclerc pour la culture, 225 p. Saint-Thonan, 2016.

— Poème Chagall à l'Opéra :

http://www.wikipoemes.com/poemes/louis-aragon/chagall-a-lopera.php

—Site :

http://cmamusees.canalblog.com/archives/2016/02/14/33369142.html

Il ne m'est Paris que d'Elsa, Google,

https://books.google.fr/books?id=o1W26yBO-I0C&pg=PT89&lpg=PT89&dq=Et+l%27horloge+est+la+m%C3%AAme+%C3%A0+Vitebsk&source=bl&ots=WmVljnW1gm&sig=MYTR-fSp1aK9bM0040QI-BNN52M&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwibmYLn1tLOAhXF2xoKHa-4AKIQ6AEIHDAA#v=onepage&q=Et%20l'horloge%20est%20la%20m%C3%AAme%20%C3%A0%20Vitebsk&f=false

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Chagall
commenter cet article

commentaires

Decourt I. 11/01/2017 14:45

Très jolis parallèles entre textes et images. Photos magnifiques, qui restituent parfaitement le feu d'artifice de couleurs offert par Chagall... Merci pour ces souvenirs fidèles d'une exposition vraiment réussie, et malheureusement partie !...

jean-yves cordier 11/01/2017 15:02

Merci de ce commentaire, et du plaisir de partager l'enthousiasme pour cet artiste, et pour cette exposition.

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche