Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 15:00

L'église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault (29). I. Les bannières.

Merci à Jean-Luc Verbrugge, maître de chœur de la chorale Sainte-Geneviève et co-patron du bar Les Folatières, pour son chaleureux accueil.

Voir : 

L'enclos paroissial de Dirinon IV : les bannières anciennes (XVIIIe siècle) de l'église Sainte Nonne.

 

Pour d'autres articles, inscrire "bannière" sur "rechercher" en haut à droite.

.. 

 

 

 

.

L'église de Dinéault renferme deux bannières placées dans la nef derrière les piliers précédant le chœur : l'une date de 1925 et l'autre de 1958.

On trouve aussi sur la tribune 4 bannières de confrérie.

.

I. La bannière de la Crucifixion / Saint Exupère et Marie-Madeleine.

Longueur : 160 cm. Largeur 115 cm

Il s'agit d'une reconstitution d'une bannière du XVIème (?? plutôt  XVIIe) siècle, réalisée en 1925 (sous le le recteur Guennec) par les religieuses de l'Adoration de Quimper. Une restauration a été effectuée dans les années 2000.

Les sœurs de l'Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement, établies à Quimper de 1836 à 2013 pour y tenir un orphelinat Rue de la Providence, et d'une maison de retraite en 1896  (création d'une maison à Brest en 1851 et à Morlaix en 1923) étaient au nombre de 200 en 1900.

1°) La Crucifixion.

Fond : a) tissu de velours bronze ou or uni pailleté de sequins argent  b) en bas, pour le sol, satin bleu et rose. 

Sujet :  Crucifixion entre la Vierge et saint Jean. Le crâne et les ossements rappellent le nom du Golgotha "le lieu du crâne", mais aussi le crâne d'Adam dont le péché est racheté par le sacrifice du Christ.

— Broderies d'accompagnement : 6 bouquets identiques en fil argenté.

Bordure : galons d'or. La scène historiée est isolée par une bande de rinceaux en bas et sur les cotés.

Gousset : alternance de tissus de velours des couleurs vert bronze et rouge  du recto et du verso.  La bande supérieure forme gousset, dans lequel passe la traverse horizontale.

Lambrequin : à cinq festons rectangulaires alternant les couleurs vert bronze et rouge,   galonnés et frangés de glands de fils bleus et jaunes réunis par une surliure bleue. Chaque feston est orné d'un fleuron,  bouquet de fleurs de deux dessins différents. Une fleur réunit 14 pétales autour d'un séquin . 

Clochettes : non. Pas de glands en pompons entre les festons.

Support : en métal (laiton), avec une croix au sommet et des pommes aux extrémités .

Le sujet principal, le Calvaire (Christ en croix entre Marie et Jean), répond au poncif de la trentaine d'exemples de Crucifixion du corpus de bannières anciennes de Basse-Bretagne :

 "La croix est solidement fixée par des coins dans un sol fleuri, vue en très légère contre plongée car on en voit l'épaisseur. Ce parti permet de mettre en évidence les yeux levés du Christ, crucifixion d 'avant l'instant de la mort, lorsqu'il prononce ses derniers mots « tout est achevé ». Le sang qui coule du côté rappelle le coup de lance, donné après la mort . Les deux pieds sont posés côte à côte. Un crâne est au pied de la croix, sur l'herbe, parfois accompagné des deux tibias croisés, rappelant que le lieu de la crucifixion s'appelait Golgotha, le lieu du Crâne. On a pu y voir aussi le symbole d'Adam, enfin racheté par la mort du Christ. Plus certainement, pour les croyants de cette époque, ce crâne, se détachant sur l'herbe verte, toutes dents dehors, est une évocation de leur propre fin dernière. On sait l'importance des ossuaires et reliquaires d'attache dans toute cette région immédiate.  La scène du Calvaire avec les seuls Marie et Jean « le disciple qu'il aimait » est la plus fréquente. La mère à la droite de son Fils, les mains jointes, le disciple semblant converser, s'adresser au crucifié. C'est un motif innombrable en peinture, reproduit et diffusé sous forme de gravures . Dans une autre version (le Cloitre-Pleyben, Pleyber-Christ, Saint-Pol de Léon, Cotascorn, Plouguerneau, Le Minihy-Tréguier, Saint-Pierre-Quilbignon, Plougourvest  ) c'est Jean qui a les mains jointes et la mère qui semble s'adresser à son Fils, comme dans le tableau de Guido Reni (1624). C'est le dernier échange filial, lorsque Jésus dit à sa mère « Femme voici ton fils » et à Jean « Voici ta mère ». Phrases qui fondent, légitiment, l'affection que les fidèles portent à la Vierge, la dévotion mariale qui a marqué la chrétienté, et singulièrement la Basse- Bretagne. "(d'après C. Guillou 2010)

.

 

 

.

 

.

Bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Le Christ.

Bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

La Vierge.

.

La Vierge, bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

La Vierge, bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Le nimbe est réalisé en tissu jaune recouvert d'un treillis de fils brillants : il n'a pas la qualité des nimbes en couchures des bannières anciennes (voir celles de Dirinon).

.

La Vierge, bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

La Vierge, bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

La Vierge, bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

La Vierge, bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Saint Jean.

Ses bras sont croisés sur la poitrine, son cou est tendu vers l'avant. Le regard est lourd, seule la partie inférieure de la conjonctive est visible. Le nimbe est réalisé en tissu jaune recouvert d'un passage horizontal de fils brillants, assez fragile et qui se détériore.

.

Saint Jean, bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Jean, bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Détail : une fleur du sol.

.

 

Bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Détail. Glands de passementerie. Cannetille et filets de fils.

Glands de passementerie. Bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Glands de passementerie. Bannière de la Crucifixion (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

2°) Saint Exupère et sainte Marie-Madeleine.

 

Fond : a) tissu de velours rouge uni pailleté de sequins argent  b) en bas, pour le sol, satin bleu et rose. 

— Sujet :Les deux personnages réunis ici sont saint Exupère (Sant Dispar), patron de la chapelle éponyme, et sainte Marie-Madeleine (Santez Mari-Madalen), titulaire de l'église. Ils apparaissaient déjà (quoique le saint évêque y soit intitulé "saint Paterne) sur le vitrail de 1535 de la chapelle Saint-Exupère (aujourd'hui au Musée Départemental de Quimper). L'église conserve aussi une statue en bois du saint, datant du XVe siècle et provenant de la même chapelle.

De même, l'église conserve, ornant le chœur,  une statue en bois de Marie-Madeleine datant du XVIIe siècle.

Le couple Saint-évêque / Marie-Madeleine figure aussi sur le calvaire de l'église datant de 1550, 1648 et 1696

Broderies d'accompagnement : 3 grands bouquets identiques et 3 petits bouquets en fil argenté.

Bordure, Gousset et Lambrequin : identiques au coté Crucifixion.

 

.

Bannière de la Crucifixion et de saint Exupère et sainte Marie-Madeleine (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Bannière de la Crucifixion et de saint Exupère et sainte Marie-Madeleine (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

1°) Saint Exupère.

Aucune inscription et aucun attribut ne permet de l'identifier. En effet, il reproduit le poncif d'un saint évêque, certes différent de l' "évêque modèle de la réforme tridentine" décrit par Christiane Guillou, et qui est figuré de 3/4, en mouvement et le pied en avant. Ici, il est de face, bénissant de la main droite et tenant la crosse de l'autre, portant la mitre, l'étole, la cape et le surplis ou dalmatique de dentelle.

Saint Exupère, ami et contemporain de saint Jérôme, fut évêque de Toulouse au Ve siècle. On peut penser que  saint Dispar , dont le  nom breton signifie "sans pareil", mais qui ne figure pas au calendrier romain, a du, pour s'y conformer,  être apparenté ou assimilé à un saint du rituel romain par rapprochement de sonorité avec celui de l'évêque de Toulouse. 

.

Bannière de la Crucifixion et de saint Exupère et sainte Marie-Madeleine  (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Bannière de la Crucifixion et de saint Exupère et sainte Marie-Madeleine (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

Saint Exupère, Bannière de  saint Exupère et sainte Marie-Madeleine  (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Exupère, Bannière de saint Exupère et sainte Marie-Madeleine (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Sainte Marie-Madeleine.

Quoique je l'ai d'abord identifiée comme saint Jean tenant son calice, on la reconnaît à ses cheveux longs et à son flacon d'onguent.

Sainte Marie-Madeleine. Bannière de  saint Exupère et sainte Marie-Madeleine  (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Sainte Marie-Madeleine. Bannière de saint Exupère et sainte Marie-Madeleine (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

Sainte Marie-Madeleine. Bannière de  saint Exupère et sainte Marie-Madeleine  (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Sainte Marie-Madeleine. Bannière de saint Exupère et sainte Marie-Madeleine (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

 Bannière de  saint Exupère et sainte Marie-Madeleine  (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Bannière de saint Exupère et sainte Marie-Madeleine (1925), église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

II. La bannière de 1958 : Sainte Marie-Madeleine / Saint Exupère.

Longueur 154 cm Largeur 105 cm.

1°) Sainte Marie-Madeleine.

Inscription : Ste MARIE-MADELEINE / 1958.

Fond : tissu de velours rouge-pourpre uni.

Sujet : Marie-Madeleine tenant un calice (de parfum versé sur les pieds de Jésus selon Jean 12:2-3, ou plutôt d'onguent ou "d'aromates" (Marc16:1) pour l'embaumement du Christ.

— Broderies d'accompagnement : inscription et chronogramme ; 9 fleurons de 4 pétales ; 2 rameaux fleuris noués par un ruban ; 2 petits rameaux fleuris.

Bordure : galons d'or.

Gousset : La bande supérieure forme gousset, dans lequel passe la traverse horizontale.

Lambrequin : à  trois festons en ogive, largement bordés de cannetilles.

Clochettes : non. Présence de  glands et cannetilles entre les festons.

Support : en métal  avec une croix ouvragée au sommet.

.

 

 Bannière de 1958 : Sainte Marie-Madeleine,  église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Bannière de 1958 : Sainte Marie-Madeleine, église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

 Bannière de 1958 : Sainte Marie-Madeleine,  église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Bannière de 1958 : Sainte Marie-Madeleine, église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

2°) Saint Exupère.

Inscription : PAROISSE DE DINEAULT / ST EXUPERE P.P.N

Fond : tissu de velours rouge bordeau uni.

Sujet : Saint Exupère en évêque, le haut du corps tourné vers la gauche, bénissant.

— Broderies d'accompagnement : inscription et chronogramme ; 9 fleurons de 4 pétales ; 2 rameaux fleuris noués par un ruban ; 2 étoiles ; 1 petit rameau fleuri.

Bordure , Gousset ,  Lambrequin , Support : comme la face opposée.

.

 

Saint Exupère. Bannière de 1958,  église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Exupère. Bannière de 1958, église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Les quatre bannières de la tribune.

.

 

Bannières sur la tribune de l' église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Bannières sur la tribune de l' église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Bannière Saint-Louis de Gonzague.

Cet étudiant jésuite mort à Rome en 1591 au service des pestiférés est le saint patron de la jeunesse catholique ; un collège et un lycée de Chateaulin portent ce nom. 

Fond de  velours bleu. Inscription St LOUIS DE GONZAGUE PRIEZ POUR NOUS. Deux tiges de lys sont  croisées.

Bannière Saint Louis de Gonzague, église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Bannière Saint Louis de Gonzague, église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Bannière eucharistique ? 

Fond blanc. Christ (ou saint Joseph) bénissant et regardant un lys à ses pieds. Pampres, croix et fleurs en périphérie.

.

Bannière eucharistique (?) église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Bannière eucharistique (?) église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Bannière de l'Immaculée-Conception.

Fond blanc.

Bannière de l'Immaculée-Conception, église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Bannière de l'Immaculée-Conception, église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Bannière de Sainte Anne éducatrice.

Fond or. Sainte Anne et la Vierge, entourés d'un rinceau..

Bannière de sainte Anne, église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

Bannière de sainte Anne, église Sainte Marie-Madeleine de Dinéault. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

.

SOURCES ET LIENS.

Chanoines Jean-Marie Abgrall et Paul Peyron, "[Notices sur les paroisses] Dinéault",Bulletin de la commission diocésaine d'histoire et d'archéologie, Quimper, 7e année, 1907, p. 171-187.

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf_notices/dinault.pdf

— BITTEL (Philiipe), L'église Sainte Marie-Madeleine

http://www.dineault.fr/images/eglisemadeleine/eglise.pdf

http://www.dineault.fr/la-commune/le-patrimoine/patrimoine-religieux/eglise-sainte-marie-madeleine

— COUFFON (René)

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/DINEAULT.pdf

— GUILLOU (Christiane Hermelin), Les bannières de Basse-Bretagne aux XIXe et XXe siècles : Les ”vieilles” bannières. 79 pages + 38 illustrations hors texte Ceci est le chapitre d’une thè se en cours. 2010.

https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00546728/document

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Bannières. Dinéault
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche