Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 22:17

La charpente sculptée du collatéral nord de la chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom en Plomodiern par le Maître de Pleyben (vers 1575). Sablières, blochets, abouts de poinçons et engoulants.

.

 

.

 

 

.

Voir aussi :

Sur les sablières du Maître de Pleyben :

 

 

.

Et sur les sablières bretonnes :

.

.

.

LE SCULPTEUR SUR BOIS DIT LE "MAÎTRE DE PLEYBEN".

Vers 1580, un sculpteur anonyme, désigné aujourd'hui sous le nom de convention de "Maître de Pleyben", réalisa les sculptures de la charpente de la chapelle du château de Kerjean, en Saint-Vougay, à la demande de Louis Barbier, seigneur de Kerjean. Un véritable chef-d'œuvre, influencé par l'École de Fontainebleau qui avait introduit vers 1535 le motif décoratif du cuir découpé à enroulement, et par la diffusion du style de la Seconde Renaissance française dans des recueils de gravures : le prospère Léon était largement ouvert à l'Europe par ses ports de Landerneau, Morlaix et Roscoff.

Cet artiste a reçu ce nom car on lui attribue aussi une partie des sablières de l'église de Pleyben, en haute Cornouaille vers 1564 et 1571.  On reconnaît aussi son style sur la charpente de l'église de Saint-Divy, dans le Léon, et ... dans la chapelle de Sainte-Marie du Ménez-Hom en Plomodiern, située à 23 km de Pleyben et 70 km de Kerjean

Son style ? On le distingue à ces cuirs découpés à enroulements, car il  faufile dans les découpes des linges et des cordages dont il confie les extrémités à des anges ou autres personnages. Ses anges aussi sont caractéristiques, avec une coiffure faite de mèches rondes cerclant  la périphérie du visage, et avec une tunique aux plis prononcés, bouffante à la taille en formant une ligne sinueuse, avant de s'évaser vers les pieds avec une grande liberté. Ajoutons que les manches de ses tuniques s 'évasent en larges couronnes au dessus des coudes, qui sont globuleux. Ses personnages en pieds (Évangélistes ou Sibylles, notamment) ont en commun un visage fin, ovale, avec des nez longs et fins, de grands yeux aux pupilles en creux,  des bouches fines, des manches bouffantes, ou, pour les femmes, des bandeaux de cheveux. 

Mais ce sont surtout ses motifs iconographiques qui se répètent en tableaux stéréotypés :  mascarons zoomorphes ou anthropomorphes sur le plan profane, guirlandes et frises à petits pois, musiciens, et, sur le plan religieux, des thèmes plus christiques que mariaux :  Sainte Face, Tunique du Christ, Plaies du Christ, Instruments de la Passion, Rencontre de la Samaritaine.

.

PRÉSENTATION GÉNÉRALE.

La chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom s'élève aujourd'hui  sur la départementale D887 Chateaulin-Crozon, à son embranchement venant de Plomodiern au pied des deux sommets du Ménez-Hom à une altitude de 193 mètres. Mais la carte de Cassini montre qu'au XVIIIe siècle, "Sainte-Marie de Ménéhomme" était isolée sur ses landes, au sud de la route  Chateaulin-Crozon qui passait par Dinéault et Argol, séparée de Plomodiern par la barre des "Montagnes de Run braz et bian", et restant à l'écart de la route Quimper-Telgruc-Lanvéoc qui longeait la côte.

Pour celui qui s'intéresse aux sources, notons que ce plateau est le point de départ des ruisseaux qui alimenteront les rivières se jetant au nord dans la partie maritime de l'Aulne (qui prend le nom de Rivière de Châteaulin), et au sud aux deux extrémités de la Lieue de Grève (plage de Pentrez), comme cela apparaît sur la carte d'Etat-Major 1820-1866. A 300 m de la chapelle à mi-pente du Ménez-Hom se voit encore la fontaine votive du XVIIe. 

.

 

Trois ou quatre grandes foires réunissaient le 17 Juin, (jour de la St Hervé), le 16 août ( fête de la St Armel, mais la St Laurent est le 10 août)  et le 9 septembre (St Thégonnec ?)  les commerçants du Faou, de Brest, de Douarnenez, de Quimper et du Morbihan. Ce lieu est le croisement d’anciennes route à forte fréquentation. Les  importantes collectes d'argent  ont permis d'édifier, sur une ancienne chapelle romane,  la chapelle entre 1570 et 1597 (puis jusqu'en 1773) et expliquent sa richesse architecturale . "Il se vend aux foire de Minchomme des chevaux propres au tirage, pour la poste, roulier et cabriolets" (Almanach 1779)

 

L'édifice d'origine, en croix-latine à chœur peu saillant, remontait à la première moitié du XVIème siècle ainsi que l'indiquent les inscriptions de la nef :  H HO MOREAU F EN LAN 1570 ; H OLIER FA EN LAN 1572 ; bas côtés en 1573, 1573, 1591 portant les inscriptions : R POLESEC FA LAN 1573 ; l MAUGUEN FAB LAN 1574 ; AV MOREAU FAB LAN 1591 ;

 

 

Dans le bas-coté nord, qui nous intéresse, notons l'inscription lapidaire en lettres capitales inégales en deux cartouches  : FP : POLESEC / FA [BRIQVE]. LA[N] : 1573. : "Fait par Polesec, fabrique en l'an 1573". En effet, cette inscription est placée sur la face ouest d'un mur qui, de son coté est, comporte une sablière sculptée.  Le patronyme POLOZEC est attesté à Saint-Nic dès 1612 et celui de  LE POLOZEC  à Plomodiern dès 1676.

 

 En effet, cet édifice a été agrandi entre 1570 et 1591 : doublement du bas-côté, création dans l'angle nord-ouest de la "chambre des moines".

Une seconde campagne concernant l'édification du porche méridional débuta en 1668 (inscription sur la  souche du clocher en 1668, 1670 portant les inscriptions : GUILLAUME D HERVE F ; JACQUES NICOLAS 1668 ).

. Entre 1700 et 1715, la fabrique orne le chevet de ses trois retables. En 1739, le fabrique Hervé Lastennet (HERVE LASTENNE FABRICQUE 1739 ) fait édifier la porte monumentale du placître. En 1766, une longue inscription témoigne de la reconstruction du pignon sud et ouest et sud de la nef   : MISSIRE M CRAVEL RECTR DE PLOMODIERN GUILL LE DOARE PRETRE VICAIRE L ROIGNANT F 1766 . Enfin, le clocher porte les dates de 1772 et 1773, peut-être à la suite de dégâts occasionnés par la foudre : MESSIRE MATHIAS PLASSART RECTEUR JEA LE QUINQUIS FABRICQUE 1772 ; GERMAIN HILLI .

  L'édifice actuel est de plan irrégulier en forme de tau comprenant une nef avec une travée sans bas-côté et tour au sud, puis deux travées avec bas-côté sud et double bas-côtés nord, une travée avec double bas-côtés et enfin un vaste chœur à chevet droit peu débordant.

 

.

Après une longue période d'abandon au XIXe et XXe (et les travaux sur la toiture, les lambris retables et vitraux après 1870), a chapelle a été restaurée sous l'impulsion du recteur Auguste Tephany (Camaret 1920-Plomodiern 2003)  de 1988 à 2013 pour un total de plus d'un million d'euros, dont 450 000 pour les retables. Le comité de la chapelle a assuré 32 % du financement relevant de la commune de Plomodiern.

 

Datation des sablières sculptées : 1573-1575.

C'est dans ce "double bas-coté nord", résultat de l'agrandissement de 1570-1591,  que se trouve la charpente qui m'intéresse aujourd'hui. 

 Si le calvaire porte la date de 1544 sous le règne de François Ier, les murs intérieurs portent celles de 1570, 1572, 1573, 1574 et 1597, sous les règnes de Charles IX et Henri III. C'est la date de 1575 qui est donnée pour les sablières par les documents disponibles dans la chapelle, date cohérente avec l'activité du Maître de Pleyben entre 1564 et 1580, et avec la parenté de style avec la chapelle de Kerjean (1570-1580).

Enfin, le mur soutenant la quatrième sablière porte, sur son coté ouest, l'inscription du fabricien Polosec qui l'a fait faire en 1573. Ce sera notre terminus ante quem.

Documentation photographique :

a) Une photo noir et blanc d'Emmanuel-Louis Mas, datant d'avant 1987, est disponible sur le site de l'Inventaire :

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/mersri_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=IA00005276

http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/memoire/1034/sap01_52p01185_p.jpg

b) Deux photos n.b d'Albert Poulain, éditées par Dastum, sont disponibles sur le site BRETANIA.

c) Une photo d'Henri Moreau sur Wikipédia 

Descriptions.

La première description est celle de l'incontournable chanoine Abgrall en 1891.

Les sablières ont fait l'objet d'une notice de Jean-Pierre Ducouret et Claude Quillivic pour en 1978 pour l'enquête de l'Inventaire Général.

"Bois taillé (décor dans la masse, décor en demi-relief, décor en haut relief) . 2 tronçons séparés par un entrait, avec 2 blochets aux extrémités.

Scène : en médaillon : cartouche : cuir (Fuite en Egypte) ; en encadrement : figures (femme : à mi-corps : nu, satyre) ; scène (labour à la charrue, paysan, chute) ; figure : en bordure (évêque : en pied, livre : ouvert)
scène : en médaillon : cartouche : cuir (figuration partielle, Judas : bourse : prêtre, croix : couronne : épine) ; en encadrement : figures (femme : renommée, en bordure : aigle : bicéphale) ; figure : en bordure (évêque : en pied, livre, bénédiction)
ornementation (ove, entrelacs, feuille d'acanthe, volute)"

Elles ont été observées par Victor-Henry Debidour (l'Art de Bretagne 1979), décrites par André Mussat en 1957, et cet auteur les a attribué au sculpteur des sablières de Pleyben.

Elles sont intégrées à la description du sculpteur de Pleyben dans le chapitre "Autour de Plomodiern" de l'ouvrage de Sophie Duhem Les sablières sculptées de Bretagne 1997 page 143-146 :

"Le programme n'a pas la monumentalité de celui de Pleyben, toutefois certaines images s'en inspirent, comme la scène de la trahison de Judas, ou comme quelques figures de blochets qui portent des mitres ornées de motifs géométriques que l'on retrouve à Pleyben. Le traitement des faciès, des postures et des vêtements est similaire et ne laisse planer aucun doute sur l'identification." [...]  "Il est probable que les deux charpentes de Saint-Divy et de Plomodiern, plus proches stylistiquement de l'œuvre élaborée à Kerjean, aient été décorées à la même époque". [...] Les représentations des soldats présentant la tunique et les dés sont très proches à Plomodiern et Kerjean. de même que la tête du bœuf qui accompagne Saint-Luc à Kerjean est identique à celle de l'âne de la Fuite en Égypte de Plomodiern. Les anges sont vêtus des mêmes tuniques aux manches creusées, aux drapés entrecroisés sur la poitrine". 

D'autres commentaires sont placés aux pages 219-223, 231, 236, 242, 259 et 262, accompagnés par des illustrations.

Enfin, le visiteur trouve sur place des documents et un dépliant qui soulignent la valeur remarquable de ces sablières, et en donnent les clefs d'interprétation, ... ce qui n'empêche pas la majorité des visiteurs de consacrer toute l'attention aux retables, et de passer à coté (sous) de ces sculptures, qui restent parfois dans l'obscurité.

 

.

 

.

La chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Le double bas-coté nord, à deux travées, vu du fond de la nef.

.

Bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

La moitié nord, vue du mur portant l'inscription datée de 1573, et cette inscription:

.

Troisième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Inscription Troisième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Inscription Troisième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

La charpente sculptée par le Maître de Pleyben occupe l'extrémité orientale de ce bas-coté nord, au niveau de la dernière et quatrième travée, devant le chœur et son retable nord (où figure Saint Louis tenant la couronne d'épines).

Le mur oriental porte des corbelets  inutiles, car ils ne supportent plus la charpente, témoignant de profondes modifications. De même, le bas-coté est séparé de la nef par une cloison lambrissée contre laquelle l'un des abouts de poinçon est plaquée, le visage d'un personnage masqué par cette paroi récente.

Le mur occidental est renforcé par un contrefort. 

La voûte ogivale lambrissée comporte neuf nervures moulurées, et autant d'abouts de poinçons, et elle est cantonnée par quatre blochets (évêques).

Un entrait engoulé reprend la division des deux bas-cotés.

Les sablières sont formées de quatre pièces, que je décrirai en débutant par la partie droite (lorsqu'on regarde la fenêtre) devant le chœur. Nous trouverons successivement :

1. Les Soldats jouant aux dés la tunique du Christ ; une tête de lion.

2. La Croix et la Couronne d'épines entre le Grand Prêtre et Judas, présentées par deux anges.

3. La Fuite en Égypte présentés par un couple d'humains, et Le paysan écrasé par un attelage.

4. (comme en 1) Les Soldats jouant aux dés la tunique du Christ ; une tête de lion.

On constate donc la prévalence des thèmes religieux évangéliques  et l'absence des mascarons ou de putti.

 

 

.

 

Quatrième travée du double bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Quatrième travée du double bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Vue générale de la voûte.

J'ai fléché la direction du chevet.

.

 

La voûte lambrissée du collatéral nord, Maître de Pleyben v. 1575, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La voûte lambrissée du collatéral nord, Maître de Pleyben v. 1575, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

1. La première sablière : coté chœur. Deux soldats jouant aux dés la tunique du Christ. Un cuir au lion.

.

.

Première sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Première sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

L'évêque du  blochet d'angle. 

Un évêque, assis, tient un livre. Il porte la chape à orfroi, la mitre dont les larges fanons couvrent les épaules. La tête a été détachée et rapportée (restaurée ?).

.

.

 

Blochet de l'angle sud-est, première sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Blochet de l'angle sud-est, première sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

La tête de lion dans un cuir.

Cordage.

La pièce de bois commence par un cordage, qui va servir de fil d'Ariane tout du long, selon le procédé cher au sculpteur anonyme. Il court il court, le furet !

Volute.

Au dessous du cordage, une volute. Sophie Duhem en a compté dans 7 % des pièces de sablières bretonnes (329 sur 4740), principalement dans le Finistère (246 pièces). Cela paraît très simple, mais cela nous introduit d'emblée dans le vocabulaire de la Renaissance et du style italien introduit en France par l'École de Fontainebleau : nous voilà dans le bain ! Cette volute, indenté d'une encoche, va à la rencontre d'une autre, et à l'aisselle de leur rencontre naît une moitié de feuille. Le cordage, en linge torsadé, ressort ici, après avoir disparu en passant par le centre d'une fleur à quatre gros pétales. 

Oui, cela paraît simple, mais cela ne l'est pas. Au dessus de l'œil de la deuxième volute débute le premier bras du cuir.

Cuir découpé à enroulements.

Un cuir Renaissance, c'était d'abord semblable à une peau de vache ou de mouton, avec la découpe de ses pattes, et qui serait en train de sécher, en s'enroulant sur ses bords. Puis, c'est devenu un "cartouche", une petite carte, un petit encart  en forme de cornet, pour y mettre en valeur ornementale une inscription, un emblème ou un autre motif qui, isolé du fond, est ainsi mis en exergue. Cette tête de lion n'est pas placée pour figurer un lion, mais pour exprimer, par métonymie ou condensation, toutes les significations symboliques (puissance royale, domination, férocité), mythologiques (Némée), religieuse (Livre de Daniel, Tétramorphe, etc.)  et des Bestaires. De plus, il est une citation de tous les endroits (palais, portes, cuirasses, blasons etc) où il a été employé comme ornement.

Puis ce cuir est devenu soit semblable à des bandes de tissus ou de ferronnerie, soit au contraire épais et creux comme des étuis de métal : c'est ce qui se passe ici, où le "cuir" associe quatre bras latéraux, en bandes, mais aux extrémités creuses. Pour accentuer la complexité, plonger le regard du spectateur dans un trouble et une perte de repères typiquement baroques, les volutes s'intègrent au cuir, tandis qu'une frise d'entrelacs passe au dessus et au dessous du motif, qu'un enroulement en oreille coiffe la tête du lion, et que des découpes circulaires  permettent au cordage de continuer son jeu de cache-cache.

Tête de lion.

Le masque de lion est présent dans 30 des 4740 pièces examinées par S. Duhem, dont 27 dans le Finistère à Landerneau, Bodilis, Dirinon, La Martyre, tout comme à Kerjean,  Saint-Divy et Pleyben : encore un motif Renaissance !

Je signale que le lion tenant entre ses pattes un ossement, ou même un homuncule, est une constante de toutes les crossettes sculptées en pierre sur les églises (ou quelques maisons) du département. Et pas seulement dans le Léon ! Il tient le rôle de passeur d'âmes, avertissant les fidèles que la vie est courte, et le trépas proche. Avec lui, pas de pitié, et gare aux âmes pécheresses.

.

.

 

première sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

première sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Volutes et cuir à la tête de lion, première sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Volutes et cuir à la tête de lion, première sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Volutes et cuir à la tête de lion, première sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Volutes et cuir à la tête de lion, première sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Les soldats jouant aux dés la Tunique du Christ.

La scène est presque exactement semblable à la sixième sablière de la chapelle du château de Kerjean, si bien qu'elle incite plutôt à jouer au jeu des sept différences qu'à en redonner une nouvelle description.

On peut également se livrer à la même comparaison avec la scène homologue des sablières de l'église de Pleyben, puisqu'il sa'git là d'un des motifs préférés du Maître.

La scène évangélique.

 

Je rappelle, pour ceux qui viennent d'arriver, que nous avons là une représentation des deux soldats romains se disputant aux dés la tunique sans couture du Crucifié, selon le récit de l'évangile de Jean 19:23-24

Ah, vous ne connaissez pas ? Voilà le texte (je vous le traduis du latin de la Vulgate):

 

"Après avoir crucifié Jésus, les soldats prirent ses vêtements et en firent quatre parts, une pour chaque soldat. Ils prirent aussi sa tunique, qui était sans couture, d'une seule pièce depuis le haut jusqu'en bas. Ils se dirent entre eux:  «Ne la déchirons pas, mais tirons au sort pour savoir à qui elle sera.» C'est ainsi que s'accomplit cette parole de l'Ecriture: Ils se sont partagé mes vêtements et ils ont tiré au sort mon habit. Voilà ce que firent les soldats."

Si Jean écrit cela, c'est pour montrer, selon la démarche typologique, que le Christ réalise ou accomplit  les Écritures,  et notamment ici le Psaume 22 verset 19 "Ils se partagent mes vêtements, ils tirent au sort ma tunique": pour l'évangéliste (et pour l'Église), le Psalmiste avait annoncé par son chant ce que Jésus allait faire.

Ce psaume 22, c'est celui du Serviteur souffrant.  On peut l'entendre d'un bout à l'autre comme une description de la Passion, de l'expression des souffrances du Christ exposé au mépris (v.7), aux moqueries (v. 8), à la crucifixion (v.8 et 9) à la soif (v.16) et à la mort (v. 16), et, selon Marc 15, 34 et Matthieu 27, 46, Jésus en a prononcé l'incipit en araméen  « Eloï, Eloï, lama sabactani? », « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? 

Or, que dit le verset 14 ? Aperuerunt super me os suum sicut leo rapiens et rugiens "Ils ouvrent contre moi leur gueule, semblables au lion qui déchire et rugit."

Et le verset 22 ? Salva me ex ore leonis. " Sauve-moi de la gueule du lion, délivre-moi des cornes du buffle !"

    

Dans un tel contexte, la figure du lion, toute issue qu'elle soit des décors bellifontains, prend une singulière signification.

La sablière.

Les deux soldats en costume de guerriers du XVIe siècle avec armure presque complète : morion, cuirasse et son plastron dont l'arête médiane détourne le fer des lances ; jupe faite de lames métalliques ; genouillère, grève et soleret.

Leur posture en fente avant est celle d'un duel à l'épée, mais c'est un dé qu'ils tendent dans la main gauche. Alors qu'à Kerjean, le dé était encore caché derrière le dos, dans la main droite. 

Mais, dans une confusion très habituelle à la Seconde Renaissance et à l'art des cuirs découpés, ces deux personnages, extérieurs au motif central du cuir, y pénètrent par effraction pour placer leurs dés.

Le motif central, c'est la Tunique sans couture. Heureusement que je l'avais vu à Kerjean, car elle est transformée ici en une cuve à deux siphons latéraux et poignée centrale, qu'on jugerait issu d'un catalogue de sanitaires. Doté du mode d'emploi, je reconnais la tunique plissée, le col replié, les deux manches aux poignets béants, et un ruban noué en rosette au dessus.

Enfin, n'oubliez pas le cordage, qui, obstiné, poursuit son faufilage dans les orifices du cuir.
 

.

 

Les soldats jouant aux dés la Tunique du Christ, première sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Les soldats jouant aux dés la Tunique du Christ, première sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Les soldats jouant aux dés la Tunique du Christ, première sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Les soldats jouant aux dés la Tunique du Christ, première sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Autre différence avec Kerjean : les soldats ont perdu leur belle moustache. Mais quel nez !

.

Et surtout, la cape qui flottaient derrière eux est remplacé, pour le seul légionnaire de gauche, par une composition en double feuille aux digitations rayonnantes, pleine de panache.

.

Les soldats jouant aux dés la Tunique du Christ, première sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Les soldats jouant aux dés la Tunique du Christ, première sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Les soldats jouant aux dés la Tunique du Christ, première sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Les soldats jouant aux dés la Tunique du Christ, première sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

2. La deuxième sablière : La Croix et la Couronne d'épines entre le Grand Prêtre et Judas, présentées par deux anges.

.

 

Deuxième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deuxième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Deuxième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deuxième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

La Croix, la Couronne d'épines, le Grand prêtre et Judas.

Le sculpteur reprend ici la disposition qu'il privilégie pour les scènes religieuses : deux personnages — le plus souvent des anges —  tenant par un linge faisant office de cordage le cuir découpé à enroulement comportant le motif chrétien. Nous venons d'en voir un avatar avec les deux soldats, nous en avons quatre à la chapelle de Kerjean, deux à l'église de Saint-Divy, et beaucoup (je n'ai pas encore rédigé cet article) à Pleyben. Ici, les deux personnages ressemblent à des anges, mais, puisqu'ils n'ont pas d'ailes, on peut les nommer, avec Abgrall, des "Renommées".

 

.

Deuxième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deuxième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

L'ange de droite.

Il tient un linge dont un pan tombe en deux plis impeccables, et l'autre forme une boucle et se transforme en un cordage : celui qui soutient le cuir.

 Il pourrait servir d'archétype, tant il s'ingénie à cumuler toutes les caractéristiques stylistiques de l'atelier du Maître de Pleyben. La chevelure faite de huit choux de Bruxelles autour de la tête. Le nez en Tour Eiffel. Les lèvres charnues. Les effets de manche, en larges cloches ovales autour de maigres bras nus. Les coudes en boule. La tunique au plissé croisé, et au bord inférieur en feston. Le court genou antérieur, plus stylisé qu'anatomique. La jambe postérieure, excessivement longue, emportée par l'emphase du drapé de la robe. Et le pied, enfin, tordu pour montrer son profil comme sur une sculpture d'un temple de l'Égypte antique, pied égyptien d'ailleurs puisque le premier orteil est plus long que le deuxième, mais doté d'un hallux valgus fâcheux pour cette créature divine.

Et surtout, cet élan, cette fougue qui a tant inspiré François Rude pour l'Ange de la Victoire de l'Arc de Triomphe !

.

 

.

 

Mais les yeux semblables à deux pruneaux fendus, mais dont la paupière supérieure tombe bas, réduisant l'œil à une fente, m'ont paru propres à l'artiste du Ménez-Hom.  Nous les retrouverons.

.

Deuxième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deuxième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Le cuir découpé  et son motif.

Le cuir est très simple : un enroulement à chaque face, chacun fendu en deux parties. Deux trous à gauche, car le cordage de l'ange de droite se trouve mystérieusement dédoublé en passant derrière le panneau. Un seul trou à droite, et voilà tout.

Le motif associe une croix, à laquelle est accrochée une couronne à deux brins torsadés. Nous retrouvons, à peine plus complète, la croix et la couronne de la  première sablière de Saint-Divy, et, surtout, la sculpture homologue de Pleyben

L'importance donnée à la Couronne d'épine dans le corpus des sculptures du Maître, tant dans cette représentation que sur la Sainte-Face, est à rapprocher de l'insistance sur les Cinq Plaies ou sur les Instruments de la Passion. Faut-il y voir l'influence d' une dévotion inspirée par l'Imitation de Jésus Christ, et la méditation sur les souffrances endurées par le Christ pour la rédemption des pécheurs ? Ou un choix relevant de la Contre-Réforme ? Ou encore, l'expression depuis Saint-Louis, de la validation du Royaume de France par la possession, en la Sainte-Chapelle, des reliques de la Vraie Croix et de la Couronne d'épines ?

.

 

Deuxième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deuxième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Judas et ses trente deniers devant le grand sacrificateur.

Cette scène illustre la Trahison de Judas selon l'évangile de Matthieu :

Matthieu 26 : "14-15 : Alors l'un des douze, appelé Judas Iscariot, alla vers les principaux sacrificateurs, et dit: Que voulez-vous me donner, et je vous le livrerai? Et ils lui payèrent trente pièces d'argent."

Le chanoine Abgrall  y a vu plutôt le Remords de Judas restituant les trente deniers au grand prêtre :

Matthieu 27: 3-4 : "Alors Judas, qui l'avait livré, voyant qu'il était condamné, se repentit, et rapporta les trente pièces d'argent aux principaux sacrificateurs et aux anciens,  en disant: J'ai péché, en livrant le sang innocent."

 

Quoiqu'il en soit, cette scène est représentée sur les sablières de l'église Pleyben (présentée par deux anges, mais dans un cadre rectangulaire,  avec une croix en T et une demi-couronne) :

photographie lavieb-aile :

.

Et dans l'église de Roscoff : dans une version quasi identique à celle de Sainte-Marie-du-Ménéz-Hom et, toujours, présentée par deux anges :

.

photographie lavieb-aile :

 

.

 

 

.

 

Le grand prêtre, deuxième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Le grand prêtre, deuxième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Judas Iscariote et les trente deniers,  deuxième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Judas Iscariote et les trente deniers, deuxième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

L'ange de gauche :

Par rapport à son collègue, celui-ci doit tenir un deuxième cordage de la main droite.

.

L'ange de gauche,  deuxième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

L'ange de gauche, deuxième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

L'aigle bicéphale.

sur un cuir, parmi des fruits.

.

Aigle bicéphale, deuxième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Aigle bicéphale, deuxième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Le blochet : un autre évêque.

... très semblable à celui de l'angle sud-ouest.

 Blochet de la deuxième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Blochet de la deuxième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

3. La troisième sablière : la Fuite en Égypte et le paysan écrasé par l'attelage d'une charrue.

Coté ouest, près de la baie.

.

Troisième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Le troisième blochet : surprise, c'est un évêque !

Différence avec le précédent : il ne bénit pas.

.

Blochet de la troisième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Blochet de la troisième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Le cartouche de la Fuite en Égypte présenté par un couple très naturel.

.

 

Troisième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

La femme.

Sous sa poitrine nue, elle est vêtue d'une jupe d'où dépassent ses pieds nus. Elle retient ses cheveux par un bandeau dont les rubans se confondent avec ses mèches. De la main droite, elle tient le cordage qui nous sert de rampe tout au long de ces sablières, et, de la main gauche, elle s'appuie sur la crosse d'une volute. 

Ah, j'oubliais : c'est elle qui nous offre le plus bel exemple (avec le paysan, qui suit) des yeux en amande fendue, si particulier à ce sculpteur. 

La bouche ouverte et les yeux mi-clos, elle semble crier.

Qui est-elle ? 

Allons d'abord faire une petite visite à son compère.

.

Troisième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

L'homme.

Lui, il est entièrement nu. Ce n'est pas un satyre, car il n'a ni sabots de chèvre ni oreilles pointues. Barbu, il lève le bras gauche derrière ses cheveux hirsutes et il semble crier.

Alors, que sont ces gens ? J'ai pensé d'abord à Adam et Éve, premiers parents du genre humain qui auraient toute leur place autour de la Sainte Famille.

Mais comme aucun indice ne nous permet d'identifier nos ancêtres de la Genèse, que nous connaissons bien avec leurs attributs (la pomme et la feuille de vigne !), je change d'avis : ce sont la Femme et l'Homme, tout simplement, Madame Tout-le-monde et son mari. L' humain sui generis, en ses deux formes sexuées. Si ce couple crie, s'il est désespéré, c'est que sur lui  pèse la malédiction du Péché. Dont le petit Rédempteur encore emmailloté va les relever.

 

.

Troisième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Le cartouche de la Fuite en Égypte.

a) le cartouche.

Ce cuir découpé issu des artistes de Fontainebleau superpose un premier parchemin, plat, à quatre  enroulements en volutes et deux poignées en oreille, recouvert par un long rectangle aux extrémités creuses découpées en H. Le cordage qui s'est introduit par une orifice, passe derrière ce cuir. Au total, nous avons déjà trois plans superposés.

b) Le motif.

Au dessus vient le motif : Marie tenant l'Enfant emmailloté, et Joseph menant l'âne par son licol, le bâton sur l'épaule. Mais remarquez que l'artiste ne respecte pas la convention fictionnelle d'une scène présentée dans le cuir qui sert de cadre, puisque les saints personnages, et leur âne, marchent en dehors de ce cadre.

C'est la Fuite en Égypte, précédant le Massacre des Innocents :

Matthieu 2:13-14 : Lorsqu'ils furent partis, voici, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, et dit: Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Égypte, et restes-y jusqu'à ce que je te parle; car Hérode cherchera le petit enfant pour le faire périr. Joseph se leva, prit de nuit le petit enfant et sa mère, et se retira en Égypte.

.

 

 

 

Troisième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Troisième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Le paysan écrasé par un attelage.

"La tradition du pays dit que c'est la traduction d'une légende d'après laquelle ces gens, labourant leur champ, se seraient moqués de la Sainte Vierge et de saint Joseph fuyant en Égypte, et auraient été punis sur le coup et blessés par leur chevaux pris d'une terreur panique" (Abgrall 1891)

"C'est une scène excessivement mouvementée : quatre chevaux attelés à une charrue, un homme les conduisant, deux autres menant la charrue, un quatrième tombé sous les pieds des chevaux et à moitié écrasé. Tout cela avec des postures, ces costumes et des contorsions impossibles à décrire." (Abgrall 1891)

.

 

Troisième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

L'homme "qui mène l'attelage", et qu'André Mussat a peut-être pris pour un soldat, tient en réalité une houe ou une faux, dont le fer, mal visible, est dirigé vers lui. Il saisit le manche par son extrémité recourbée en épingle à cheveux, et par une poignée placée à mi-hauteur.

Il est animé par un mouvement de torsion qui rend bien le geste de la fauche : le tronc et la tête sont tournés dans la direction opposée aux pieds et aux jambes. Il est coiffé d'un bonnet déjà observé sur la tête des musiciens de Saint-Divy. 

Ses yeux mis clos, le bas de son visage triangulaire, son long nez, ses lèvres proéminentes en font un bel exemple du talent du sculpteur.

.

 

Troisième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.
Puis vient l'attelage, à quatre chevaux deux à deux. L'un des intérêts de cette sablière est d'illustrer les instruments aratoires de Basse-Bretagne au XVIe siècle. On en trouve d'autres exemples sur les sablières du Tréhou (trois chevaux et une paire de bœufs), de La Martyre (une paire de bœufs entre deux paires de chevaux), de Pleyben (trois chevaux)  et de Bodilis. 

A Pleyben la sablière décrit le même accident survenu au paysan qui s'est moqué de la Sainte Famille : le malheureux, qui lève les bras, est écrasé par la roue droite.

Photographie lavieb-aile : 

.

.

Troisième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Cet attelage à quatre chevaux est réservé aux laboureurs les plus riches. Il est mené par trois hommes.

 Le premier manie les deux mancherons du soc. Devant lui, le long axe oblique qui relie le soc et les deux roues se nomme l'age ; il porte le coutre ou couteau qui ouvre la terre devant le soc.

Le deuxième pèse de tout son poids sur des poignées fixées sur l'age.

Le troisième ? Il est passé entre les chevaux et nous ne voyons de son corps allongé que sa tête aux traits déformés par la douleur et la peur.

Les chevaux  sont attelés par des colliers d'épaule rembourrés de paille, à une pièce transversale.

.

 

Troisième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Troisième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Troisième sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

.

4. La quatrième sablière : Les soldats tirant au dès la Tunique du Christ. Un cuir à la tête de lion.

Je serais bref : c'est le doublon de la première sablière, en vis à vis.

.

 

 

Quatrième  sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Quatrième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Quatrième  sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Quatrième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Quatrième  sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Quatrième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Le quatrième blochet : oh, un évêque !

.

Quatrième  sablière  par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Quatrième sablière par le Maître de Pleyben v. 1575, quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

LES NEUF ABOUTS DE POINÇON.

.

Je ne montrerai que les poinçons figurés ; mais certains sont dans l'ombre, peu visibles ou peu photographiables.

Du centre , vers la baie : 

 

.

1. Ange (?) tenant un objet strié.

.

 

 

 

About de poinçon, par le Maître de Pleyben v. 1575, voûte de  la quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

About de poinçon, par le Maître de Pleyben v. 1575, voûte de la quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

2. Ange (?) tenant contre lui la Tunique (?)

.

About de poinçon, par le Maître de Pleyben v. 1575, voûte de  la quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

About de poinçon, par le Maître de Pleyben v. 1575, voûte de la quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

3. Ange (?) ou homme bras écartés.

.

About de poinçon, par le Maître de Pleyben v. 1575, voûte de  la quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

About de poinçon, par le Maître de Pleyben v. 1575, voûte de la quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

4. Homme tenant un cuir.

.

About de poinçon, par le Maître de Pleyben v. 1575, voûte de  la quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

About de poinçon, par le Maître de Pleyben v. 1575, voûte de la quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

5. Homme tenant un verre ??

.

About de poinçon, par le Maître de Pleyben v. 1575, voûte de  la quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.  Photographie lavieb-aile juillet 2017.

About de poinçon, par le Maître de Pleyben v. 1575, voûte de la quatrième travée du bas-coté nord, chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.
SOURCES ET LIENS.

 

— ABGRALL (Jean-Marie), 1891, "Chapelle de Sainte-Marie du Ménez-Hom",  Bulletin Diocésain d'Histoire et d'Archéologie de Quimper.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207615d/f362.item

— BARDONESCHI (Floriana), 2015, « Les images du cheval attelé au travail dans les campagnes : réalités anatomique et morphologique et construction artistique à travers les enluminures (Europe, XIIe-XVIe siècle) », In Situ [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 18 juillet 2017. URL : http://insitu.revues.org/12073 ; DOI : 10.4000/insitu.12073

— COUFFON, 1988, Notice sur Plomodiern

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/PLOMODIE.pdf

"Du type à nef obscure, la chapelle est lambrissée. Les voussures des grandes arcades, les unes en tiers-point, les autres en plein cintre, pénètrent directement dans les piliers. Plusieurs des sablières sculptées sont remarquables, particulièrement celles qui représentent une scène de labourage, une Fuite en Egypte (bas-côté nord de la quatrième travée). Ces sablières sont très proches de celles de Pleyben, seconde moitié du XVIe siècle "

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. ...  ; préf. d'Alain Croix., Rennes :Presses universitaires de Rennes, 1997 : thèse de doctorat en histoire sous la direction d'Alain Croix soutenue à Rennes 2 en 1997. 

Bulletin Monumental 1958 vol. 116 page 124

— LECLERC (Guy), 2013, La chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom, une création rurale", Avel Gornog n°22 août 2013 pages 18-21.

— MUSSAT (André), 1957, "Sainte Marie du Menez-Hom", Congrès archéologique de France page 135.

— ROZIER, Cours d'agriculture, article "Charrue"

https://fr.wikisource.org/wiki/Cours_d%E2%80%99agriculture_(Rozier)/CHARRUE

 

..

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
commenter cet article

commentaires

JULLIEN/KOOY Hermine 19/07/2017 19:58

c'est un travail de fourmis; j'ai donné à 2 jeunes l'adresse de votre Blog qui m'ont répondu "Merci encore pour ce lien qui, comme vous l'avez bien décrit, est vraiment extraordinaire !"
Vous m'avez éclairée encore une fois. Merci Jean Yves.

jean-yves cordier 19/07/2017 23:14

merci beaucoup, c'est un peu ça : comme la Fourmi du Pèlerinage de la vie humaine de Guillaume de Digulleville, qui retombe dix fois avant d'atteindre le haut de son tas de sable (ou la fin de son article) ! "Chacun est fort sur son fumier / Et en sa terre se fait fier."
http://www.lavieb-aile.com/2016/02/une-fourmi-allegorique-dans-le-pelerinage-de-vie-humaine-de-guillaume-de-digulleville-v-1330.html

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche