Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 21:37

.

 

PRÉSENTATION : SAINT PIAT, SON CULTE, SA CHAPELLE,  SON VITRAIL.

.

 

Je présenterai d'abord saint Piat :

"Originaire de Bénévent en Italie, il évangélisa la région de Chartres mais, selon la légende, il n'y rencontra que des cœurs endurcis. Il se rendit à Tournai et là, en deux mois, trente mille païens se convertirent à sa parole qu'ils ne comprenaient pas... Les villes de Tournai, Douai, Orchies et Seclin sont ainsi évangélisées. A la troisième heures du jour des calendes d’octobre, Piat est martyrisé par un soldat de l’armée romaine qui lui tranche le haut du crâne." "Tenant entre ses mains le haut de son crâne, tranché par les soldats romains sur la route menant de Tournai à Arras, Piat selon la légende serait parvenu jusqu'à Seclin et inhumé à l'endroit de sa chute." Chartres se souvint tout de même de lui, recueillit ses reliques à l'époque des invasions normandes et lui consacra une localité: 28130 Saint-Piat." (Nominis)

Les chartrains firent une belle châsse pour les reliques du saint, qui s'avérèrent très efficaces pour faire venir le beau temps, en association avec celles de saint Taurin, qui procuraient la pluie par temps de sécheresse. Une chapelle fut construite au sud du déambulatoire, mais les pèlerins se montrèrent si zélés et si nombreux à honorer le saint qu'il fallut, en 1324, construire une nouvelle chapelle, desservie par pas moins de 12 chanoines.    Je citerai ensuite la monographie de l'abbé Bulteau page 273 et suiv. 

 

"Les reliques de saint Piat ont été apportées de Seclin à Chartres vers 880, afin de les soustraire à la fureur des Normands. — Depuis bien longtemps Chartres et Seclin se disputent l'honneur de posséder le corps de saint Piat : dans une vie du saint Martyr écrite au XII e siècle par Hériman, abbé de saint Martin de Tournay, on voit déjà « qu'une très grande question était agitée, parce que les Seclinois disaient que le corps de saint Piat avait été reporté au lieu de son martyre à Seclin ; tandis que les Chartrains, au contraire, affirmaient qu’il était conservé chez eux jusqu’à ce jour . Au XVIIe siècle, les Bollandistes ont pris parti pour les Seclinois et ont essayé de réfuter le bon Rouillard. En 1816, M. Hérisson a publié un savant mémoire où il prouve que Chartres possède véritablement les sacrés restes de saint Piat. — Depuis un temps immémorial, on expose la châsse qui renferme les reliques de saint Piat pour obtenir le beau temps dans les années pluvieuses. Rien de plus édifiant que de voir alors les populations des villages voisins de la ville venir en procession solennelle invoquer le saint martyr, qui les exauce toujours (Voyez les anciens Bréviaires de Chartres, au ler octobre et le nouveau au 3 octobre.). La seconde châsse contient quelques ossements de saint Taurin, évêque d’Évreux, et les différentes reliques qui avaient été brutalement profanées et enfouies en 1793. On expose cette sainte châsse pour. demander de la pluie durant les sécheresses." (pages 311-312)

La Chapelle de Saint-Piat.

"La grande chapelle de Saint-Piat, bâtie en hors d’œuvre, derrière l'abside de la Cathédrale, est une belle et solide construction du XIVe siècle ; on y arrive par un escalier de vingt-neuf marches commençant dans l’ancienne petite chapelle de Saint-Piat.

« Le chapitre de Chartres ha esté le premier fondateur de ladicte Chapelle environ l’an 1349, que le corps dudict S. Piat par la dévotion que les gens de bien y avoient, üorissoit en miracles. Cause qu’on y arrivoit de toutes parts, et s’y faisoient de grandes aulmosnes et oblations, desquelles ladicte Chapelle auroit este presque toute bastie. Et portent les tiltres de ladicte fondation, en datte que dessus, que messire Aimeri de Chasteau-Luisant, lors évêque de Chartres,... aïant ouï la renommée des dévotions qui se faisoient audict miraculeux corps de S. Piat, en l'église de Chartres : et que les Chanoines d'icelle, lui faisoient bastir une Chapelle excellente, après s’estre informé du tout par gens féables. envoïez par exprès, fonda douze Chanoines en icelle Chapelle de S. Piat, dont y en auroient huict prebstres, deux diacres et deux soubs-diacres (1) ». Toutes ces chanoines et toutes les autres fondations de la chapelle ont été violemment supprimées en 1793.

 

La chapelle Saint-Piat a été construite de 1324 à 1353. On y accède par deux escaliers et deux portes successives. La première porte s’ouvre dans la Cathédrale même, à côté de la chapelle de la Communion, et on y arrive obliquement par quelques marches que protège une rampe en fer." (page 320 et suiv.)

Aujourd'hui (2017), la chapelle Saint-Piat est en cours d'aménagement pour accueillir le public qui y découvrira le Trésor de la cathédrale. Les vitraux du XIVe siècle sont actuellement restaurés, pour une ouverture en 2019. Mais la baie n°6 reste visible, puisqu'elle est en dehors de la chapelle.

.

 

Plan de situation :  la chapelle Saint-Piat.(source image)

.

http://www.chartres-csm.org/wp-content/uploads/2016/07/chapelle-st-piat-vitraux.pdf

http://www.chartres-csm.org/wp-content/uploads/2016/07/chapelle-st-piat-vitraux.pdf

.

 

La baie n°6 (1350-1360).

 

 

.
"L’ancienne chapelle absidale de Saint-Piat, a été supprimée en 1324 pour y établir la porte et l’escalier donnant accès à la nouvelle chapelle Saint-Piat. [...]

Ce vitrail [baie n°6], qui ne date que du XIVe siècle, est placé au-dessus de la belle porte qui mène à la chapelle de Saint- Piat ; c’est une grisaille enrichie de médaillons aux fleurs de lys d’or: au centre de la grisaille, on voit la figure de saint Piat, debout, vêtu sacerdotalement et tenant un livre en ses mains. Ce vitrail a été donné par Aimeri de Chateau-Luisant, évêque de Chartres.(*)" (Abbé Bulteau)

(*) Aymery de Châlus  fut évêque de Chartres de 1332 à 1342 avant de devenir cardinal.

.

Le site culture.org précise que cette verrière exécutée entre 1350 et 1360 a sans doute été offerte par Jean II le Bon. Ce dernier fut roi de France de 1350 à 1364 ; il épousa Bonne de Luxembourg (1332-1349) puis Jeanne d'Auvergne (1350-1360). Il fut capturé en 1356 à la bataille de Poitiers et emmené en captivité en Angleterre.

La voici au dessus de la porte, et à gauche de la verrière de saint Sylvestre (photo micheletb-Wikipédia) : la comparaison entre la baie n°8, du XIIIe siècle, entièrement occupée par des verres colorés, et la claire baie n°6 du XIVe, est éloquente.

Photo micheletb : https://fr.wikipedia.org/wiki/Vitrail_de_saint_Sylvestre_%C3%A0_Chartres#/media/File:Vitrail_Chartres-006_%26_008.jpg

Photo micheletb : https://fr.wikipedia.org/wiki/Vitrail_de_saint_Sylvestre_%C3%A0_Chartres#/media/File:Vitrail_Chartres-006_%26_008.jpg

.

.

C'est une baie d'une seule lancette ogivale, sans tympan, divisée par les barlotières en 23 panneaux. Elle mesure 3,00 m de haut et 2,30 m de large. Elle a été  restaurée par Gaudin en 1921.

On peut lui décrire trois ensembles :

— La large bordure aux verres rouges unis et de croisillons bleus, à losanges blancs. Ces losanges peints en grisaille sont centrés par une fleur de lys d'or. (jaune d'argent).

— Un espace de vitrerie en verre blanc, qui répond au souci de l'époque de mieux éclairer le déambulatoire (voir la baie de saint Nicolas et la baie de l'Annonciation de la cathédrale). Ses panneaux sont centrés par des médaillons bleus.

— Au centre, saint Piat se détachant sur le même fond losangé, mais encadré par un une niche  architecturée.

Verrière de saint Piat, baie n°6, cathédrale de Chartres. Photographie lavieb-aile.

Verrière de saint Piat, baie n°6, cathédrale de Chartres. Photographie lavieb-aile.

.

 

Verrière de saint Piat, baie n°6, cathédrale de Chartres. Photographie lavieb-aile.

Verrière de saint Piat, baie n°6, cathédrale de Chartres. Photographie lavieb-aile.

.

Le saint "sacerdotalement vêtu" porte une chasuble à  orfrois recouvrant l'aube. Au poignet gauche, il porte le manipule. 

.

Cette photographie permet aussi d'examiner le motif contenu dans les losanges. Au centre, un fleuron. Autour, quatre feuilles de chêne. Sur certains losanges, l'une des feuilles est remplacée par un gland.

.

Verrière de saint Piat, baie n°6, cathédrale de Chartres. Photographie lavieb-aile.

Verrière de saint Piat, baie n°6, cathédrale de Chartres. Photographie lavieb-aile.

.

Dans les couronnes de feuillage vert à quatre roses, trois fleurs de lys sur fond bleu : ce sont les armes du roi de France, un indice qui plaide, comme la bordure fleurdelisée,  pour le rôle de Jean II le Bon comme donateur.

.

 

Verrière de saint Piat, baie n°6, cathédrale de Chartres. Photographie lavieb-aile.

Verrière de saint Piat, baie n°6, cathédrale de Chartres. Photographie lavieb-aile.

.

Dans la construction à trois fenêtres qui domine le dais architectural, trois fonds damassés, à trois motifs différents : un quadrillage de losanges, sur fond rouge. Des rinceaux sur fond vert. Des cercles et losanges sur fond rouge.

.

Verrière de saint Piat, baie n°6, cathédrale de Chartres. Photographie lavieb-aile.

Verrière de saint Piat, baie n°6, cathédrale de Chartres. Photographie lavieb-aile.

Verrière de saint Piat, baie n°6, cathédrale de Chartres. Photographie lavieb-aile.

Verrière de saint Piat, baie n°6, cathédrale de Chartres. Photographie lavieb-aile.

.

CONCLUSION.

Cette baie n°6 offre un nouvel exemple de cette nouvelle organisation, plus lumineuse et aérée, qui place le personnage, figuré en pied et de face, dans une niche simplifiée, au centre d'une vitrerie seulement occupée par une grisaille décorative dans un réseau de losanges. On la retrouve dans la baie 10 de Saint-Nicolas (1375-1400 et 1417) et dans la baie 26 de l'Annonciation (1325-1350). 

Elle illustre aussi l'utilisation du jaune d'argent, assez récente puisque cette technique probablement inventée à Paris vers 1300 est attestée aujourd'hui en France dans un premier exemple daté en 1313 dans un petit vitrail de Mesnil-Villeman (50) par un atelier rouennais. Ici, il souligne la blondeur des cheveux, enrichit l'orfroi de la chasuble, précise le relief de l' architecture; et donne aux "étoiles" des feuilles de chêne l'éclat de l'or ou crée la dorure héraldique des feuilles de lys. Sa teinte varie de l'orange au jaune.

On pourra en voir d'autres exemples datant de la même période ici :

.

Dans deux ans, nous pourrons découvrir d'autres exemples de ces vitraux du XIVe à Chartres dans la chapelle Saint-Piat elle-même, lorsque les vitraux seront restaurés et la chapelle ouverte au public :

Chartres, sanctuaire du monde. La chapelle Saint-Piat et ses vitraux.

http://www.chartres-csm.org/wp-content/uploads/2016/07/chapelle-st-piat-vitraux.pdf

 "L’édifice appelé Chapelle Saint-Piat est une construction à deux niveaux, primitivement isolée de la cathédrale et accostée de deux tourelles, à l’est du chevet, réalisé durant le deuxième tiers du XIVe siècle. Le niveau inférieur constituait la salle capitulaire des chanoines de la cathédrale. Au-dessus de cette salle basse de trois travées, a été construite vers 1335, une nouvelle chapelle destinée à abriter les reliques de saint Piat."

 

"L’extraordinaire ensemble de verrières des XIIe et XIIIe siècles de la cathédrale se poursuit avec les vitraux ajoutés ultérieurement à la cathédrale au XIVe siècle. Dans une étude récente, Françoise Gatouillat précise que «selon René Merlet , sept des neuf fenêtres de la chapelle Saint- Piat reçurent des vitraux dès les années 1340. Les fenêtres des trois travées primitives, dont la vaste baie orientale, conservent des panneaux contemporains de la construction, à l’inverse de celles de la quatrième travée, renouvelées au début du XVIe siècle. Bien qu’altéré par des pertes et déplacements, et fortement remanié entre 1915 et 1926, ce qui en subsiste donne une juste idée du goût qui prévalait en la matière au cours du XIVe siècle .Ces verrières, conformes à la mode en usage depuis le règne de Philippe le Bel, présentent une grande proportion de losanges aux ornements teintés de jaunes d’argent. Dans les lancettes des baies latérales s’inscrivent, au milieu des vitreries blanches, des silhouettes de pleine couleur, dont la réunion forme parfois des scènes – la Lapidation de saint Etienne, l’Annonciation-et des saints tels que Denis et Laurent… Des restes d’armoiries indiquent la diversité des contributeurs, parmi lesquels le roi Philippe VI de Valois et son frère Charles II, comte d’Alençon et du Perche, seigneur de Chartres de 1325 à sa mort en 1346 ». 

Françoise Gatouillat, «La chapelle Saint-Piat », in Notre-Dame de Chartres, dir. Michel Pansard, dir. sc. Jean-Paul Deremble et Jean-François Lagier, Strasbourg/Paris, La Nuée bleue/Place des Victoires, coll. «La grâce d’une cathédrale », vol. 7, 2013, p. 106-107 

.

 

 

.

 


 

 

 

 

.

SOURCES ET LIENS.

— BULTEAU (abbé Marcel Joseph), 1901, Monographie de la Cathédrale de Chartres, Volume 3. R. Selleret. 

https://archive.org/details/MonographieDeLaCathedraleDeChartresV3

— BULTEAU  (l'abbé Marcel Joseph) Description de la cathédrale de Chartres: suivie d'une courte notice sur les ..

https://books.google.fr/books?id=oVEAAAAAYAAJ&pg=PA211&dq=vitrea+colini+de+cama+regi&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi03qHqvYLXAhWBahoKHWCBCGwQ6AEIJzAA#v=onepage&q=piat&f=false

— http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=PM28000819

 

http://www.chartres-csm.org/wp-content/uploads/2016/07/chapelle-st-piat-vitraux.pdf

https://dartagnans.fr/fr/projects/cathedrale-de-chartres-restauration-des-vitraux/campaign

 

http://www.vitraux-chartres.fr/vitraux/06_vitrail_grisaille/index.htm

http://www.lavieb-aile.com/article-vitrail-de-l-annonciation-de-la-cathedrale-de-chartres-123049018.html

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=PM28000819

https://fr.wikipedia.org/wiki/Verri%C3%A8re_de_l%27Annonciation_%C3%A0_Chartres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vitraux_de_Chartres

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Vitraux

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche