Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 15:59

.

Zoonymie des Odonates : le nom Cordulia aenea Linnaeus, 1758.

 Zoonymie ? L'étude des noms des animaux (zoo). Comme dans Toponymie, Oronymie, Hydronymie, ou Anthroponymie, mais pour les bêtes. 

 

Voir aussi :

 

 

 

.

 

https://www.biodiversitylibrary.org/item/91785#page/215/mode/1up

http://www.deliry.com/index.php?title=Cordulia_aenea

Résumé.

Nom de genre : Cordulia Leach 1815. Eding. Encycl.: 136. Cordulia  vient du mot grecs κορδύλη, kordylē- "massue, renflement, bosse, gonflement" , du fait de l’épaississement en forme de massue de l’abdomen du mâle. Le genre Cordulegaster, également nommé par Leach, est construit sur le même suffixe kordylē-. 

 

— Nom d'espèce : C. aenea Linnaeus, 1758, Syst. nat. 10e ed, 1:544 : "du latin aeneus, "de bronze" ou "de la couleur du bronze", qui qualifie les reflets métalliques de la teinte vert sombre de l'espèce."

 

— Noms vernaculaires français. Geoffroy baptisa en 1762 dans Hist. abr. ins 2: 227  cette espèce l'Aminthe, du nom d'un héros d'une pastorale du Tasse et de diverses coquettes de nouvelles du XVIIIe. Puis Guillaume-Antoine Olivier la nomma Libellule bronzée par simple traduction du nom scientifique. Edmond de Sélys-Longchamps fit de même en 1840 après la création du genre Cordulia avec le nom de Cordulie bronzée, toujours en usage depuis cette date.

.

— Noms vernaculaires étrangers :

  •  En Néerlandais Smaragdlibel : "la libellule émeraude".
  •  En Frison : Grienkopglêzemakker, Grienkopglêzemakker, Brünzen glêzebiter, Knotsglêzebiter, Brunskop
  • En allemand : Die Falkenlibelle, ou Gemeine Smaragdlibelle. "L'émeraude commune".
  • En anglais : The downy emerald = L'Émeraude duveteuse.
  •  En catalan : la Maragda aborrissolada

.

 

.

LE NOM SCIENTIFIQUE.

.

 

 

 

I. LE NOM DE GENRE, CORDULIA, LEACH, 1815..

— LEACH , W.E. (1815). "Entomology". In Brewster, David. Edinburgh Encyclopaedia. Vol. 9. Edinburgh: William Blackwood. pp. 57–172 [136] (in 1830 edition) – via Biodiversity Heritage Library.

 

Cordulia  vient du mot grecs κορδύλη, kordylē- "massue, renflement, bosse, gonflement" , du fait de l’épaississement en forme de massue de l’abdomen du mâle. Le genre Cordulegaster, également nommé par Leach, est construit sur le même suffixe kordylē-. 

.

 

 

II. LE NOM D'ESPÈCE LIBELLULA ÆNEA, LINNAEUS, 1758.

.

 

 — LINNÉ ( Carl von,) 1758, Caroli Linnaei...Systema naturae per regna tria naturae :secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Holmiae : Impensis Direct. Laurentii Salvii, 1758-1759. pages 544.

https://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/566/mode/1up

Description originale.

ænea 8. L. thorace æneo-viridi. 

fn. fvec. 768, 769. L. thorace viridi nitido lineis flavis. | 

Raj. Ins. 49. n. 5. & 140

Rœs. Ins. 2. aqv. 2. t. 5 . f. 2. 

Habitat in Europa. 

Traduction.

[Libellula] ænea. 8. Libellula au thorax vert-bronze.

Fauna suecica n° 768-769 Libellula au thorax vert sombre aux lignes jaunes.

Ray, Historia insectorum page 49 n°5 et page 140.

Roesel, Insecten belustigung, 2, planche 5 figure 2.

.

https://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/566/mode/1up

https://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/566/mode/1up

.

Commentaire :

Linné a décrit en 1758 18 espèces de ses LIBELLULA, classées parmi les NEUROPTERA. 

Il les divise en deux groupes (* et **) :

  • Alis patentibus acquiescentes [les ailes ouvertes au repos] : les 16 premières, dont L. ænea.

  • oculi distantes remotique [les yeux écartés et distants] : L. virgo et puella

Il indique pour chacune les références à son propre travail, la Fauna suecica de 1746 (Faun. svec) ou description de la faune de Suède, puis aux naturalistes qui l'ont précédé : ici John Ray et August Roesel.

.

Références faites par Linné pour L. ænea.

1°) Fauna suecica 1746 page 231 n° 768-769

https://www.biodiversitylibrary.org/item/129804#page/264/mode/1up

Linné décrit deux espèces, l'une au thorax  vert sombre (viridi-nitido) et à l'abdomen noir (768), l'autre qui est vert-doré (viridi-inaurata). Pour notre sujet, l'étude du nom aenea, il faut remarquer que l'adjectif de couleur n'est pas employé bien qu'il se rapproche du "vert-doré".

.

768.LIBELLULA thorace viridi nitido: lineis flavis, alis pallidis, abdomine nigro. 
Raj. inf 49. n. f. Libella maxima, abdomine breviore latioreque caeruleo. 
p. 140 Libella maxima, abdomine breviore  & crassiore latioreque caeruleo
Habitat ad Aquas. 
DESCR. Caput & thorax viridia, nitida. oculi subfusci ; lineae duae flavaea ad latera thoracis. alae flavescente - albae, in quibusdam ad basin flavae. punctum marginale fuscum. Abdomen cylindricum nigrum subtis fllavum
marginis colore dentato. cauda diphylla angusta. 

769 . LIBELLULA viridi~inaurata ; alis pallidis, pedibus nigris. 
Habitat ad Aquas. 
DESCR. Pracedenti simillima, sed alia Mas cauda quadridentata , dentibus superioribus pilosis, inferioribus singulis duplici denticulo. Faemina: cauda foliolis 2 lanceolatis. caput , thorax , abdomen cupreo inaurata. thorax pilosus.absque maculis; margo alarum posticarum pone verfus abdomen macula membranacea. oculi prasini. Labium pallidum. abdomen subtus  hinc inde pallide albescens.

.

 

Zoonymie des Odonates : le nom Cordulia aenea Linnaeus, 1758.

.

2°) John Ray, 1710, Historia insectorum page 49 n° 5 et page 140.

La seconde référence renvoie à la description par John Ray d'une grande libellule à l'abdomen petit et large de couleur bleue. Ce qui nous éloigne donc de la couleur vert et métallique de L. aenea.

https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/49/mode/1up

https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/140/mode/1up

page 49. n. f. Libella maxima, abdomine breviore latioreque caeruleo. 

p. 140  Libella maxima, abdomine breviore  & crassiore latioreque caeruleo

.

https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/49/mode/1up

https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/49/mode/1up

.

3°) August Johann Roesel von Rosenhof, 1749, Insecten belustigung, volume 2 Nuremberg : Insectorum aquatilium Classis II planche V fig.2.

https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1749bd2/0259/image

Linné donne en référence la planche V figure 2. Les yeux, le thorax et l'abdomen du spécimen possède une belle couleur verte.

.

 

.

https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1749bd2/0259/image

https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1749bd2/0259/image

.

ÉTUDE DU NOM ÆNEA.

Aenea est la forme féminine (accordée avec Libellula) de l'adjectif aeneus, a, um, "de bronze, de cuivre" ou "de la couleur du bronze" et donc "bronzé, cuivré". Il dérive du nom aes, aeris, "airain, bronze, cuivre".

K.D.B. Diskstra décrit L. ænea ainsi : "avec un corps entièrement noir métallique aux nuances variées" ou bien pour le mâle : "noter l'abdomen en massue, les reflets bronze et l'absence de marques claires.

D. Grand et J-P. Boudot mentionne la "couleur vert bronzé métallique à noirâtre". 

L'article actuel de Wikipédia précise :

  • Abdomen du mâle élargi en massue au niveau des segments S7 et S8 ; dans les deux sexes, présence de taches claires inférieures (plus blanches chez la femelle).
  • Thorax vert à bronze brillant recouvert de longs poils clairs.

  • Yeux verts (comme ceux des Somatochlora).

  • Taches jaunes de la face absentes sur le front (contrairement aux Somatochlora qui en sont pourvus).

  • Base des ailes jaune-ochracé (tache plus étendue aux ailes inférieures).

Comme toutes les couleurs métalliques, les teintes de L. ænea varient du vert au noir avec des éclats jaunes, mais il est certain que l'épithète latin aenea et sa traduction en français par "bronzé" rendent parfaitement compte de la couleur de l'espèce.

J'adopte pour mon résumé la formulation suivante :

"du latin aeneus, "de bronze" ou "de la couleur du bronze", qui qualifie les reflets métalliques de la teinte vert sombre de l'espèce."

.

.

.

.

LES AUTEURS PRÉCÉDENTS EN ZOONYMIE.

Comme souvent, c'est l'analyse de Fliedner qui me semble la plus juste : celle de Poitou-Charente laisse penser que les reflets bronzés sont propres au mâle ; celle des Italiens est trop vague, celle de Van Hijum trop concise.

.

POITOU-CHARENTE NATURE

http://www.poitou-charentes-nature.asso.fr/cordulie-bronzee/

cordulia de kordyleia (gr) = massue : du fait de la forme de l’abdomen du mâle ; 

aenea de aeneus (lat) = bronzé : du fait des reflets bronzé du corps du mâle.

.

DRAGONFLYPIX

http://www.dragonflypix.com/etymology.html

 

"from Lat. aeneus, -a, -um = of copper, bronze, bronze-coloured for the extensive bronze-coloured reflections."

 

.

D'ANTONIO & VEGLIANTE.

https://www.researchgate.net/publication/316791278_Derivatio_nominis_libellularum_europaearum

"- aeneus, a, um = bronzeo. Per la colorazione dominante del corpo."

.

H. FLIEDNER, 2009

https://www.entomologie-mv.de/download/virgo-9/Virgo%200902%20Die%20wissenschaftlichen%20Namen%20der%20Libellen%20in%20Burmeisters.pdf

http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_Burmeister_Fliedner.pdf

"- aenea (Linnaeus) [l. made from or, bronze] describes the metallic sheen of the species."

.

VAN HIJUM, 2005.

http://natuurtijdschriften.nl/download?type=document&docid=555521

"aenea= erts, brons"

 

 

 

 


 

.

LES NOMS VERNACULAIRES FRANÇAIS.

.

 

 

1°) L'Aminthe. 1762. Geoffroy.

Louis-Etienne Geoffroy, Histoire abrégée des insectes dans laquelle ces animaux sont rangés dans un ordre méthodique volume 2 page 227

https://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/226/mode/2up

Comme c'est souvent le cas, Geoffroy renvoie à la description la plus récente et la plus valide de Linné (parue 4 ans avant sa propre publication), mais reprend la diagnose du Fauna suecica, sans-doute car c'est cet ouvrage qu'il a utilisé pour classer ses collections et entreprendre la rédaction de son texte.

Il reprend dans sa description le qualificatif de "vert-doré" qui traduit viridi-inaurata

Le nom d'Aminthe s'inscrit, avec le n°10,  dans la série de prénoms féminins que Geoffroy a réservé aux 14 espèces de "demoiselles" ou libellules qu'il décrit. Il est précédé de "la Sylvie" et suivit de "la Justine". Mais, à l'inverse des premiers prénoms de la série qui honoraient la famille royale de Suède, c'est ici un prénom romanesque, utilisé uniquement dans la littérature du temps. C'était déjà le cas avec son n°8, la Philinte.

Aminta, ou Amynthe, est l'héroïne d'un drame Pastoral du Tasse, l'auteur de la Jérusalem délivrée. Cette pièce en cinq actes fut publié en 1573 à Florence. Mais Amynthas est un homme, petit-fils du dieu Pan ; c'est l'amant de Sylvie. [cf; la Sylvie de Geoffroy, Libellula depressa]. 

1776 https://books.google.fr/books?id=k7qOR7uXUyYC&pg=PA225&dq=aminthe&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj_1ZrY5dPdAhVPrxoKHa-rCPgQ6AEIWDAJ#v=onepage&q=aminthe&f=false

En 1726, dans la Bibliothèque des gens de cour, un auteur donne son nom pour déguiser celui d'une femme dont il mis à l'épreuve la fidélité.

Dans La Fausse prude, l'une des Cent nouvelles de Madame de Gomez (1733), Aminthe est la femme de chambre de Célie, et, après un échange de tenue avec cette dernière, elle s'attache à séduire Lisandre. Dans L'inconséquente, ou le fat dupé (1787), un extrait montre que cette Aminthe est le type de la coquette  : "Aminthe se met du rouge. L'Abbé la regarde amoureusement"

Ainsi, l'Aminthe de Geoffroy rejoint le groupe des noms d'insectes qu'il baptisa du nom d'héros et héroïnes de pastorales, comme Amaryllis, Tircis Myrtil, ou Corydon. 

.

.

10. LIBELLULA viridi-inaurata , alis pallidis , pedibus nigris. Linn. faun. fuec. n. 765.

Linn.Syst. nat. edit. 10 , p. 544, n° 8. Libellula ænea.

L'aminthe.

Longueur 18 lignes.

Cette belle espèce est partout d'un beau vert doré, à l'exception de la lèvre intérieure qui est jaunâtre, & des yeux qui font d'un vert brun. Le corcelet a quelques poils bruns. Les ailes sont un peu jaunâtres, avec les taches marginales brunes au bord extérieur, & de plus les ailes inférieures ont leur base lavée d'un peu de jaune clair. Le mâle a quatre pointes à la queue, dont les deux supérieures sont velues, & les inférieures fourchues. La femelle a les deux appendices de sa queue semblables à des feuillets , ce qui est commun à plusieurs espèces de ce genre.


 

.

.

https://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/226/mode/2up
https://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/226/mode/2up

https://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/226/mode/2up

.

Le nom fut repris en 1785  par de Fourcroy dans sa nouvelle édition de Geoffroy, en 1789 par Charles de Villers dans  Caroli Linnaei Entomologia. Il fut cité en 1792 par Olivier, en 1828 par Pierre Boitard, et jusqu'en 1840 par de Sélys-Longchamps avant de tomber en désuétude.

— Antoine de Fourcroy, 1785,  Entomologia parisiensis vol.2 page 347

https://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n235/mode/2up

— Charles de Villers, 1789, Caroli Linnaei Entomologia , page 6 n°8. 

https://books.google.fr/books?hl=fr&id=saKZnk3vHvQC&dq=libellula+cyanea+geoffroy&q=libellula#v=onepage&q&f=false

— Pierre Boitard

https://books.google.fr/books?id=f59bAAAAMAAJ&pg=PA175&lpg=PA175&dq=aminthe+libellule&source=bl&ots=OOayZb9p7E&sig=gX_WwB8kMTn7pg98S35Hc4KeQn4&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiB5MG8htTdAhUCCRoKHSD1CBoQ6AEwAnoECAgQAQ#v=onepage&q=aminthe%20libellule&f=false

Charles de Villers 1789, https://books.google.fr/books?hl=fr&id=saKZnk3vHvQC&dq=libellula+cyanea+geoffroy&q=libellula#v=snippet&q=libellula&f=false

Charles de Villers 1789, https://books.google.fr/books?hl=fr&id=saKZnk3vHvQC&dq=libellula+cyanea+geoffroy&q=libellula#v=snippet&q=libellula&f=false

. 

 

2°) La Libellule bronzée, 1792, G-A. Olivier.

Guillaume-Antoine Olivier, Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières: histoire naturelle ..., Volume 7 , 1792, page 562 n°15.

 

En  1789, puis surtout en 1792, Olivier traduisit en français le nom scientifique linnéen alors en usage, Libellula ænea sous la forme de "La libellule bronzée".

https://books.google.fr/books?id=T00_AAAAcAAJ&pg=PA562&lpg=PA562&dq=aminthe+libellule&source=bl&ots=uRxiNbDYH-&sig=QiZmKKzHyGBG3Ecv_wE2R4fyaDM&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwihwJGTh9TdAhUkxYUKHeZDC1k4ChDoATADegQIBxAB#v=onepage&q=aminthe%20libellule&f=false

.

Olivier, Encyclopédie 1792

Olivier, Encyclopédie 1792

.

3°) La Cordulie bronzée, 1840, de Sélys-Longchamps.

Leach ayant créé le genre Cordulie, de Sélys-Longchamps traduisit le nouveau nom scientifique Cordulia ænea par le nom de Cordulie bronzée.

Monographie des Libellulidées d'Europe page 67 n°4.

https://books.google.fr/books?id=7TxgAAAAcAAJ&pg=PA67&dq=%22cordulie+bronz%C3%A9e%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiP08qAv9TdAhVNdhoKHVHtC70Q6AEIPDAE#v=onepage&q&f=false

.

 

Zoonymie des Odonates : le nom Cordulia aenea Linnaeus, 1758.

.

 

NOM VERNACULAIRE EN D'AUTRES LANGUES.

.

— En Néerlandais Smaragdlibel : "la libellule émeraude"

— En Frison : Grienkopglêzemakker, Grienkopglêzemakker, Brünzen glêzebiter, Knotsglêzebiter, Brunskop

— En allemand : Die Falkenlibelle, ou Gemeine Smaragdlibelle. "L'émeraude commune".

 

— En anglais : The downy emerald = L'Émeraude duveteuse. (en 1937 dans The Dragonflies of the British Isles, par Cu=ynthia Longfiled page 103).

— En catalan : la Maragda aborrissolada

.

MES ARTICLES : et PHOTOS :

Cordulie bronzée et libellule fauve à Crozon.

Bronzée à Crozon en avril, c'est possible : la Cordulie bronzée et l'Aeschne printanière.

 

.

photographie lavieb-aile

 

.

.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

Bibliographie générale de ces articles de zoonymie des Odonates : voir ici.

http://www.lavieb-aile.com/2018/01/la-bibliographie-de-mes-articles-de-zoonymie-des-odonates.html

 

 

.

OUTILS DE  ZOONYMIE.

 

— http://www.dragonflypix.com/etymology.html

 — PRÉCIGOUT (Laurent), PRUD'HOMME (Eric), 2009, Libellules de Poitou-Charentes, Ed. Poitou-Charentes Nature, 255 pages, 

— POITOU-CHARENTE NATURE (Association) / Philippe JOURDE & Olivier ALLENOU

http://www.poitou-charentes-nature.asso.fr/leucorrhine-a-front-blanc/

— ANTONIO (Costantino D’), VEGLIANTE (Francesca ) "Derivatio nominis libellularum europæarum"(PDF) (en Italien) Étymologie de 197 noms de Libellules européennes.

https://www.researchgate.net/publication/316791278_Derivatio_nominis_libellularum_europaearum

 

— ENDERSBY (IAN D. ), 2012,  : Watson and Theischinger: the etymology of the dragonfly (Insecta: Odonata) names which they published  Journal and Proceedings of the Royal Society of New South Wales, vol. 145, nos. 443 & 444, pp. 34-53. ISSN 0035-9173/12/010034-20 34

https://royalsoc.org.au/images/pdf/journal/145_Endersby.pdf

— ENDERSBY (IAN D., FRS ), 2012, Etymology of the Dragonflies (Insecta: Odonata) named by R.J. Tillyard, F.R.S. Proceedings of the Linnean Society of New South Wales 134, 1-16.

https://openjournals.library.sydney.edu.au/index.php/LIN/article/viewFile/5941/6519

— ENDERSBY (IAN D., FRS ), 2012, The Naming of Victoria’s Dragonflies (Insecta: Odonata,  Proceedings of the Royal Society of Victoria 123(3): 155-178. 

https://www.academia.edu/28354624/The_Naming_of_Victoria_s_Dragonflies_Insecta_Odonata_

— ENDERSBY (IAN D. ), 2015, The naming's of Australia's dragonflies.

https://www.researchgate.net/publication/283318421_The_Naming_of_Australia%27s_Dragonflies

 http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_origine_noms_odonates_Australie_Endersby_2015.pdf

— FLIEDNER (Heinrich), 2009, Die wissenschaftlichen Namen der Libellen in Burmeisters ‘Handbuch der Entomologie’ Virgo 9[5-23]

http://www.entomologie-mv.de/download/virgo-9/Virgo%200902%20Die%20wissenschaftlichen%20Namen%20der%20Libellen%20in%20Burmeisters.pdf

— FLIEDNER (Heinrich), "The scientific names of the Odonata in Burmeister’s ‘Handbuch der Entomologie".

http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_Burmeister_Fliedner.pdf

— FLIEDNER (Heinrich),  1997. Die Bedeutung der wissenschaftlichen Namen Europaischer Libellen. Libellula, supplement I. Sonderband zur Zeitschrift der Gesellschaft deutschsprachiger Odonatologen (GdO) e.V. Fliedner, Bremen.

— FLIEDNER (H.), 2012, Wie die Libelle zu ihrem Namen kam Virgo, Mitteilungsblatt des Entomologischen Vereins Mecklenburg 15. Jahrgang (2012).

https://www.entomologie-mv.de/download/virgo-15/virg%2015104%20Libelle_Namensherkunft.pdf

— HIJUM (Ep van ), 2005, Friese namen van libellen , TWIRRE natuur in Fryslan jaargang 16, nummer 4 page 142-147

http://natuurtijdschriften.nl/download?type=document&docid=555521

— STEINMANN (Henrik), World Catalogue of Odonata, Walter de Gruyter, 6 févr. 2013 - 650 pages . Numérisé Google.

https://books.google.fr/books?id=IaEgAAAAQBAJ&dq=world+catalogue+odonata&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

 

 

 

EXTRAIT DE LA BIBLIOGRAPHIE : 

 

— BUCHECKER (Henrich), 1876, Henrici Buchecker Systema entomologiae, sistens insectorum classes, genera, species : pars I. Odonata (Fabric.) europ, München : Im Selbstverlag des Verfassers

https://archive.org/stream/henricibuchecke00buch#page/n23/mode/2up

— CHARPENTIER (Toussaint von) , 1840, Libellulinae europaeae descriptae ac depictae. L. Voss, 180 pages,.

https://books.google.fr/books?id=DoIwvgAACAAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

— DELIRY (Cyrille) : Bibliothèque des Odonates

http://www.deliry.com/index.php?title=Biblioth%C3%A8que_Odonatologique

— DELIRY (Cyrille)  Monographie C. aenea

http://www.deliry.com/index.php?title=Cordulia_aenea

 

 

— GEOFFROY in FOURCROY : FOURCROY (A. F.) 1785. Entomologia Parisiensis; sive catalogus insectorum quæ in agro Parisiensi reperiuntur; secundam methodam Geoffrœanam in sectiones, genera & species distributus: cui addita sunt nomina trivialia & fere trecentæ novæ species. Pars secunda. Parisiis. (Hôtel Serpente). 2. 232-544. Traduction en latin de l'Histoire des insectes de E.L. Geoffroy.

 http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

 

— GEOFFROY (Étienne-Louis, Docteur en médecine) 1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. 744p. http://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/n9/mode/2up

 

 

— LATREILLE (Pierre André), 1804,  Histoire des Libellulines, in Histoire naturelle, générale et particulière des crustacés et des insectes..., Volume 13, An XIII [1804] p. 16

https://books.google.fr/books?id=mYo-AAAAcAAJ&pg=PA16&dq=%22latreille%22+ulrique&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjc8cXytJvbAhWDvxQKHapoCJIQ6AEILzAB#v=onepage&q=%22latreille%22%20ulrique&f=false

— LUCAS, W. J. 1900a. British Dragonflies of the older English authors. 1. Moses Harris's 'Exposition of English Insects', 1782. The Entomologist 33: 41-42.

https://archive.org/stream/entomologist33roya#page/42/mode/2up/search/splendens

— LUCAS, W. J. 1900b. British Dragonflies (Odonata). L. Upcott Gill, London, ixv + 356pp.

— RÖSEL VON ROSENHOF  (August Johann) 1749,  Kleemann, Christian Friedrich Carl  ;
Der monatlich herausgegebenen Insecten-Belustigung (Band 2): ... welcher acht Classen verschiedener sowohl inländischer, als auch einiger ausländischer Insecte enthält — Nürnberg, 1749

.http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

— SCHWARZ (Christian Wilhelm ), 1830, Nomenclator über die in den Röselschen Insekten-Belustigungen und Kleemanschen Beyträgen zur Insekten-Geschichte abgebildeten und beschriebenen Insekten und Würmer: mit möglichst vollständiger Synonymie. Dritte bis Siebente Abtheilung, Volume 3 Raspe, 1830 - 136 pages

https://books.google.fr/books?id=G3BcAAAAcAAJ&dq=libellula+fridrichsdalensis&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

— SELYS-LONGCHAMPS ( Michel Edmond, Baron de) 1840 - Monographie des Libellulidées d'Europe. - Roret, Paris ; Muquardt, Bruxelles, 220 pages.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k370057n/f148.image.r=selys.langFR

— SELYS-LONGCHAMPS ( E.de), 1840b - Enumération des Libellulidées de Belgique. - Bull. Ac. r. Bruxelles, Sér. 1 (7) : 31-43. -
— SELYS-LONGCHAMPS ( E.de),1850 - Revue des Odonates ou Libellules d'Europe. - Bruxelles, Paris.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k26769q.texteImage

— VANDER LINDEN, P.L. 1825 - Monographiae Libellulinarum Europaearum. - Bruxellis. 

—  VILLERS (Charles de) 1789, Caroli Linnaei Entomologia, faunae Suecicae descriptionibus aucta; dd. Scopoli, Geoffroy, de Geer, Fabricii, Schrank, andc. speciebus vel in systemate non enumeratis, vel nuperrime detectis, vel speciebus Galliae Australis locupletata, generum specierumque rariorum iconibus ornata; curante and augente Carolo de Villers, ... Tomus primus °-quartus!: 1789 page 10 n°16 et 11 n°20.

https://books.google.fr/books?hl=fr&id=saKZnk3vHvQC&dq=libellula+cyanea+geoffroy&q=libellula#v=snippet&q=libellula&f=false

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Zoonymie des Odonates

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche