Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2019 2 12 /02 /février /2019 15:32

La verrière de la vie de saint Léger ( vers 1540) ou baie 22 de Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys.

.

.

Voir aussi :

.

PRÉSENTATION.

.

 

"La ville des Andelys est située à environ 32 kilomètres au sud-est de Rouen, sur la rive droite de la Seine, au pied de la falaise calcaire abrupte de la rive concave d’un méandre. Au Moyen Âge, elle est séparée de la rive du fleuve par une zone marécageuse, le Vivier, qui ne commence à se combler qu’à partir du XVe siècle. À cet endroit, la Seine, plus étroite, est d’un franchissement relativement aisé en doublant la pointe de l’île des Trois Rois. Les Andelys sont un ancien vicus gallo-romain installé non loin de la grande voie de Lutèce à Lillebonne et des axes vers Évreux et Lisieux. Clotilde, femme de Clovis, aurait fondé vers 500-525, aux Andelys, un monastère de femmes dédié à la Vierge et l’existence d’une chapelle Sainte-Clotilde dans l’église Notre-Dame plaide pour l’implantation de l’église collégiale après la destruction du monastère par les Normands vers la fin du IXe siècle, sur le site du monastère. Enfin, le site des Andelys aurait accueilli un des palais mérovingiens de la basse Seine, qualifié de vieux palais (vetus palatium) au VIIe siècle, mais aucune preuve archéologique ne permet de le localiser." Marie Casset, 2007, Le manoir des archevêques de Rouen aux Andelys p. 225-234, in Les évêques aux champs, © Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007https://books.openedition.org/purh/7143?lang=fr

.

.

"La ville des Andelys, chef-lieu de l'une des principales subdivisions du bailliage de Gisors, était un important pôle d'activité grâce à son port sur la Seine qui alimentait l'arrière-pays. Les contacts étaient constants entre les deux villes administrés par une même bourgeoisie enrichie par l'exercice des offices publics et sensibilisée aux nouveautés artistiques. La reprise de l'activité architecturale s'est faite dans un contexte politique et économique similaire de celui qui présida à la reconstruction de l'église de Gisors.

L'église collégiale Notre-Dame en offre aujourd'hui le principal témoin, dont la place dans la diffusion des formes reste difficile à apprécier faute de chronologie bien précise. Linda Elaine Neagley a récemment proposé de dater les campagnes flamboyantes initiales, situées par cet auteur dans le chœur et la croisée du transept de la première moitié du XVe, en y identifiant les prototypes de tracés et de modénatures adoptés dès les années 1430 sur le chantier de Saint-Maclou de Rouen. Cette chronologie relative nous semble difficile à admettre au vu des rares repères historiques fiables qui invitent à rajeunir sensiblement les travaux de l'église des Andelys : réalisation des stalles du chœur autour de 1505-1506 et mise en place des vitraux de l'époque flamboyante à partir de la décennie 1500." Étienne Hamon , 2008, Un chantier flamboyant et son rayonnement: Gisors et les églises du Vexin français, Presses Univ. Franche-Comté, 2008 - 652 pages

https://books.google.fr/books?id=QrXmxuOPH5MC&dq=portail+sud++%22grand-andely%22&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

 

 

 

 

Les verrières de l'ancienne collégiale Notre-Dame (d'après Gatouillat 2001)

 

L'église Notre-Dame des Andelys, appelée collégiale à cause de la présence d'un collège de chanoines au Chapitre, a été construite, — alors que le duché normand avait été rattaché à la France par Philippe-Auguste par la prise de Château-Gaillard en 1204 —,  en 1215-1220 sur les ruines d'une abbaye de femmes fondée en 511, par sainte Clotilde, épouse de Clovis Ier, et détruite vers 900 par les vikings . Il ne reste rien des vitraux du XIIIe siècle où fut bâti l'essentiel de la nef et du chœur Une seconde grande campagne de construction vers 1330-1345 concerna l'achèvement des façades est et ouest, et la mise en place des voûtes . Au tout début du XVIe siècle, l'édifice connut de grandes transformations , dont témoignent en baie 16 des éléments d'un vitrail dû au verrrier Arnoult de Nimègue. Le portail sud est de style flamboyant, et nous  gardons du début du XVIe siècle la grande rose sud (baie 114) et le vitrail du tympan du portail sud du transept, la baie 14 qui porte les armoiries de l'archevêque Georges II d'Amboise.

Mais la majorité des verrières anciennes datent des deuxième et troisième quart du XVIe siècle,

La campagne concerna le coté sud de l'édifice, correspondant à la reconstruction  des baies et à l'ouverture des chapelles. L'ensemble des baies sud furent vitrées de couleur entre 1510 et 1560. Par exemple, la baie 18 porte la date de 1540 et la baie 126 celle de 1560. Le chapitre collégial sut imposer une certaine unité thématique, avec trois verrières de la vie de saint Pierre et trois séries narratives de la vie de sainte Clotilde dans trois chapelles successives de la nef.

Nous avons ainsi, pour les verrières basses du coté sud :

Baie 10 : vers 1510-1520 : Enfance du Christ, offerte par Jean Basset et Isabeau Roussel.

Baie 12 : vers 1510-1520 : Crucifixion, offerte par Jean Basset et Isabeau Roussel.

Baie 14 : v. 1510-1515 . armoiries de l'archevêque Georges II d'Amboise 

Baie 16 : vers 1500-1510 Verrière à grands personnages offerte par Henri Le Pelletier.

Baie 18 : 1540. Verrière de la Vierge offerte par Robine Duboys, veuve de Robinet Le Coq.

Baie 20 : 1540 remplacée en 1866 : verrière de sainte Clotilde

Baie 22 : vers 1540 : Vie de saint Léger.

Baie 24 : vers 1540 : verrière de sainte Clotilde, offerte par un couple de donateurs et leur fille.

Baie 26 : vers 1550-1575. verrière de sainte Clotilde, offerte par Alexandre La Vache sr de Radeval

.

Description.

Cette verrière qui éclaire la 1ère chapelle du bas-coté sud de la nef   mesure 3,80 m de haut pour 4,10  m de large et se divise en 5 lancettes ogivales et un tympan à  5 ajours droits.  Elle est consacrée à la vie de saint Léger, évêque d'Autun.

Elle a été très restaurée en 1865 par Didron, aux frais de Mgr Devoucoux, évêque d'Evreux.

Elle a été décrite en 1862 par Didron, puis  en 1877 par l'abbé Adolphe-André Porée, curé de Bournainville . Je cite le texte de Porée en retrait pour chaque panneau.

Placée entre la baie 20 (vie de sainte Clotilde et baptême de Clovis) et la baie 24 (vie de sainte Clotilde), elle doit sa présence aux Andelys au culte de la reine Clotilde, ou plus largement à l'histoire des racines sacrées de la monarchie française puisque saint Léger est l'un des principaux saints mérovingiens et qu'il fut le précepteur des enfants de Clovis II, puis nommé évêque d'Autun . Il devint  le conseiller des rois Clotaire II puis Childeric II avant d'être disgracié pour avoir reproché au roi son mariage. En conflit avec un autre conseiller, le violent Ebroïn, il fut  envoyé au monastère de Luxeuil  puis il subit le martyr., 

 

.

Lors de ma visite, des travaux de restauration étaient en cours. Le haut des verrières étaient protégé par des filets.

.

 

 

 

 

 

 

.

 

 

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

.

TYMPAN

 

.

1°) Les inscriptions des écoinçons.

.

"Les écoinçons I et IV sont occupés par deux petits anges nus, aux ailes rouges et vertes, soutenant, à l'aide d'une cordelière passée sur l'épaule, un large cartouche. Le premier à gauche, porte l'inscription suivante, qui se rapporte au sacre de saint Léger, du panneau II. 



SAINCT LEGER FUST EVESQUE DE RAVE[N]NE (1)

POUR LES VERTUS QUE LUY VOYE[N] FLEURIR

PETITS ET GRANDS. SATHAN QUI CABLE ET VENS

LES PLUS PARFAITS, APRES LES AVOIR FAICT MOURIR .

(1) Il est probable que le peintre a mis pour la rime Ravenne pour Autun. 

.

L'inscription du cartouche de droite est ainsi conçue :

AVEC LE ROY DONT SOING AVAIT ET CURE

IL FIST LA PASQUE ASSIS AUPRES DE LUY

SES ENNEMIS EN EURENT GRA[N]T ENNUY

MAIS SAINCT LEGER BIE[N] P[OUR MAL LE[UR] PROCURE ;

Cette légende est relative au panneau IV qui représente saint Léger faisant la pâque avec le roi Childéric II, à Autun. 

 

.

.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

.

.

2°)Les ajours centraux : Consécration épiscopale de saint Léger (très restauré) ; couronnement de Chilpéric II (moderne) ; saint Léger faisant la Pâque avec le roi.

.

"PANNEAU II. Sacre de saint Léger, évêque d'Autun. Saint Léger est assis sur un trône à pieds contournés . il paraît extrêmement jeune, bien qu'à cette époque de sa vie, il n'eût pas moins de quarante-quatre ans. Sa tête n'est pas nimbée nous le voyons revêtu de tous les ornements pontificaux, l'aube de lin, la tunicelle violette, la chape rouge, les chaussures jaunes et les représentant saint Léger à l'hospice de Fécamp, et qui dans l'ordre chronologique doit précéder le panneau 3, au milieu de la verrière, où saint Léger a été dépouillé de ses vêtements d'évêque. gants bleus; ses mains sont jointes. Les deux prélats consécrateurs déposent la mître sur sa tête; l'un d'eux, mître en tête, porte une chape verte avec une agrafe d'or; l'autre, également mitre, est revêtu d'une aube, d'une chape bleue, de gants verts et de chaussures violettes. A gauche, on aperçoit un clerc en tunique violette, portant la crosse du nouvel évêque; cette crosse d'or relevée d'ornements d'argent et de pierreries est d'un .éclat éblouissant. Le second plan est occupé par d'autres clercs portant la croix, les cierges et les crosses des deux autres évêques. Dans le fond, les murs de la basilique des saints Celse et Nazaire à Autun, où fut sacré saint Léger. 

PANNEAU III.–Couronnement du roi Childéric II. Le roi est sur un trôné, magnifiquement vêtu en empereur romain. Il a les bras et les jambes nues, le sceptre à la main, un manteau agrafé 'sur l'épaule gauche. Saint Léger, portant la mitre, l'aube et la chape rouge, dépose la couronné sur la tête de celui qu"il vient de faire proclamer roi des Francs. Derrière lui, un clerc en surplis porte la crosse. A droite, au premier plan, un moine à la tète rasée, vêtu d'une robe blanche et d'un scapulaire noir, semble étendre la main droite. Devant lui, un soldat couvert d'un bonnet phrygien et d'une cotte rouge, porte un petit étendard bleu à trois fleurs de lys. Un autre soldat, casque 
en tète, revêtu d'une cotte verte, porte un fanion semblable. Dans le fond, plusieurs personnages que l'on n'aperçoit qu'imparfaitement. Il existait, autrefois, un fragment d'inscription au bas de ce panneau.

PANNEAU IV. Childéric célébrant la pâque avec saint Léger à Autun. Il ne faudrait pas entendre, par ces mots, que Childéric vint communier à Pâques des mains de saint Léger , L'histoire nous apprend, au con-traire, que Childéric venu à Autun avec le projet criminel d'assassiner le saint évêque, osa, néanmoins, recevoir le corps de Jésus-Christ des mains de l'hypocrite Marcolinus, sorte de reclus qui vivait près du monastère de Saint-Symphorien d'Autun. Notre vitrail nous montre donc saint Léger dans un repas offert à Childéric, en 670, à l'occasion des solennités pascales. Sous un large dais d'étoffe rouge richement damassée, saint Léger revêtu de la mitre précieuse, d'une tunicelle verte et d'une chape bleue, est assis près du roi. Childéric, le sceptre en main, a un costume à peu près semblable à celui du panneau précédent. Il est assis sur un trône ayant des griffons pour accoudoirs ; un chien est couché a ses pieds. Le jeune roi baisse la tête et semble écouter avec ennui les sages remontrances de saint Léger, qui étend le bras vers lui l'évêque lui reproche, sans doute, ses débordements scandaleux et son mariage avec sa cousine germaine Bilihilde, qu'il avait amenée avec lui à Autun. La table du festin, recouverte d'une nappe damassée, est chargée de fruits. Un serviteur vêtu d'une tunique violette apporte une large aiguière. A l'extrémité de la salle, on voit un petit page portant un manteau bleu et un toquet noir à plume bleue. – Le fond; de la salle est tendu, d'une draperie  verte. "

 

.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

.

LES LANCETTES.

.

 

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

.

.

Lancette A : les nobles d'Autun viennent chercher leur évêque à Luxeuil après la mort de Chilpéric.

.

 

" Panneau VI. La scène assez obscure du reste, représentée dans ce panneau a beaucoup exercé la perspicacité de tous ceux qui ont étudié les vitraux d'AndeÏy.  Les uns prétendent qu'elle montre saint Léger sortant des murs d'Autun où il était assiégé par le comte de Champagne, et se livrant lui-même à ses ennemis. L'attitude respectueuse du seigneur auquel parle l'évêque ne semble pas permettre de s'arrêter à cette opinion. 
Selon d'autres, on tiendrait annoncer à saint Léger la nouvelle de son élévation à l'épiscopat. Mais la scène se passe près d'une abbaye, et c'est à la cour de Bathilde que Léger fut nommé évêque. 
Enfin, d'autres y ont vu un noble Franc venant chercher saint Léger à l'abbaye de Saint-Maixent de la part de la reine Bathilde, qui en voulait faire le précepteur de ses enfants et son propre conseiller. 
Pour nous, et M. de Ruville s'est arrêté à une opinion à peu près identique, cette scène représente les nobles de la cité d'Autun venant, ainsi que nous l'apprennent les Actes de la vie du saint, chercher à l'abbaye de Luxeuil leur bien-aimé évêque sacrifié à la cruauté jalouse de Childéric. Ce roi vient de mourir; les fers du captif sont brisés, et on lui remet aux mains la crosse, signe de cette autorité dont l'avait injustement privé un pouvoir despotique. Cette explication, nous le savons,ne porte pas l'évidence avec elle, et nous laissons à d'autres à donner le dernier mot de cette interprétation. Mais ce qui nous a surtout déterminés à proposer la nôtre, c'est un fragment d'inscription placé autrefois au bas du panneau, et enlevé au moment de la restauration. Sur ce fragment, se lisait ce mot LUXEUIL . Or, l'explication que nous donnons est la seule où ce mot puisse être placé d'une manière significative. 

Au premier plan de ce panneau, à gauche, Saint Léger revêtu, comme un simple prêtre, d'une robe rouge et d'un surplis à larges manches, porte des souliers bleus, et sur l'épaule gauche un chaperon de couleur rouge. Cette figure, très-nettement dessinée, est pleine de douceur et de fermeté. L'évêque est accompagné de deux religieux dont l~un porte la tonsure monacale et une longue barbe il étend le bras vers le seigneur Franc; sa robe est violette et ses chaussures bleues vrai type de moine, plein de vigueur et d'expression. On ne voit de l'autre religieux que la figure encapuchonnée. A gauche, est un personnage à barbe blanche, avec toque jaune et casaque bleue. Le noble seigneur qui adresse la parole à saint Léger est revêtu d'un de ces magnifiques costumes de la Renaissance, que la coupe étriquée de nos habits modernes fera toujours regretter. Il est tête nue; son visage sévère s'encadre d'une longue barbe brune. Il est revêtu de la fraise plissée, d'un pourpoint cramoisi à crevés, d'une pèlerine d'hermine, d'un manteau rouge, de hauts-de- chausses vertes et de bottes bleues; une riche épée, est suspendue à son côté. D'une main, il tient soit des gants, soit un parchemin roulé; de l'autre, la crosse  d'or, qu'il apporte à saint Léger, au nom des habitants d'Autun. A droite, au second plan, on aperçoit la figure épanouie d'un homme coiffé d'une toque rouge et vêtu d'un pourpoint bleu à col de fourrure. 

Le fond du sujet est occupé par un édifice intéressant à étudier. C'est l'église de l'abbaye de Luxeuil, où saint Léger avait été exilé. La porte ouverte laisse apercevoir une rangée de piliers cantonnés et une série de fenêtres. Au-dessus du portail est adossée la statue d'un abbé tête nue et portant la crosse; un dais sculpté la surmonte. Le pignon de l'église est orné d'une rosace flamboyante, et la pointe percée d'un œil-de-bœuf. Sur les combles s'élève une croix dorée et une petite flèche. Des arcs-boutants se profilent sur les deux côtes de l'église."

.

.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

.

.

Lancette B : martyr de saint Léger, à qui on crève les yeux au moyen d'une tarière.

.

"PANNEAU VII.–Supplice de saint Léger.

Après s'être livré lui-même aux ennemis qui l'assiégeaient dans la ville d'Autun, l'évêque est devenu l'objet de leur vengeance. Saint Léger, en costume épiscopal est assis, les bras attachés au dossier de son siège. II est sans nimbe et porte la mitre, l'aube, une longue tunicelle jaune brochée, une chape rouge et des souliers violets. Les traits de son visage se contractent sous l'horrible supplice qu'on lui fait endurer. L'un des bourreaux, barbu, casque en tête, vêtu d'une tunique bleue et d'un manteau rouge, lui tient la tête fixe dans ses deux mains, tandis qu'un second tortionnaire, vieil-lard à longue barbe blanche et tête nue, lui crève les yeux avec un gros foret de charpentier, tout en détournant la tête d'horreur. Le costume de ce bourreau est fort curieux. Il porte un pourpoint vert séparé d'un haut-de-chausses bleu par une ceinture violette ses bottes à retroussis bleu clair sont ornées d'une large agrafe de cuivre à tête de lion. 

Au second plan, à droite, un personnage à barbe blanche, qui porte un casque de couleur violette, une tunique grise et un manteau rouge, est assis sur une haute estrade il étend son sceptre, et semble suivre attentivement la marche du supplice qu'il vient d'ordonner. Son siège, à haut dossier, est surmonté d'une draperie pourpre attachée aux branches d'un arbre et forme un dais. Cet homme est sans doute Vaïmer, quoique les Actes de la Vie de saint Léger nous disent qu'il ne fut remis aux mains du comte de Champagne qu'après avoir eu les yeux crevés. Près de Vaïmer est un personnage qui, le menton dans sa main, assiste impassible à cette scène atroce il est coiffé d'une sorte de chaperon bleu et enveloppé d'un ample manteau violet. A la gauche du panneau; un jeune homme vêtu 
d'une tunique:rose pale semble causer à son voisin un autre spectateur du supplice, portant une barbe rouge, est coiffé d'une draperie de couleur blanche. A l'arrière plan, on aperçoit une église, des tourelles, les remparts 
de la ville d'Autun assiégée par le comte de Champagne. Dans le lointain, une rivière coule au bas d'une colline; 
tout ce paysage est peint sur un fond bleu ardoisé. Des fragments d'inscription se lisaient autrefois au bas de ce panneau ils ont disparu. "

 

 

.

.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

.

 

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

.

.

Lancette C. Condamnation de saint Léger.

.

"PANNEAU VIII.– Saint Léger est dépouillé de ses vêtements pontificaux. L'artiste verrier a choisi la scène 
un peu étrange, il faut l'avouer, où Ebroïn furieux de n'avoir pu faire condamner saint Léger, a ordonné à ses 
valets de lui déchirer sa robe d'évêque. Saint Léger avait comparu devant le roi Thierry et plusieurs seigneurs du 
royaume, sous l'inculpation calomnieuse de complicité dans le meurtre de Childéric mais nul n'avait osé le condamner. Ce dut être en dehors de cette assemblée qu'Ebroïn outragea ainsi honteusement l'évêque d'Autun. Le peintre a représenté ce tribunal privé, où siégeaient l'injustice et la haine, au moyen duquel Ebroïn put infliger un dernier affront à sa victime avant de lui ôter la vie. Saint Léger, dépouillé de ses ornements pontificaux, est en chemise, pieds nus, les mains garrottées par des cordes. Sa tête, sans nimbe, a conservé la mître épiscopale il se détourne et regarde sévèrement ses juges, en leur reprochant leur indigne cruauté. Deux soldats l'emmènent hors du tribunal. L'un d'eux, figure ramassée, à barbe brune porte un petit chapeau rond de couleur violette, un pourpoint rouge à jaquette  bleue, et des chasses violettes; une large épée est suspendue à sa ceinture. Un autre soldat, qui regarde les juges et prend leurs ordres, porté un casque à chenille jaune, une tunique cramoisie et des hauts~de-chausses bleuâtres à sa ceinture pend une sorte de couteau de boucher. Au second plan, à gauche, sous une large tenture rouge attachée à un arbre, s'élève une estrade. Ebroïn portant une barbe rousse, la tête enveloppée dans les plis de son manteau violet, est revêtu d'une tunique grisâtre. Il tient de la main droite un parchemin roulé, et menace de la gauche l'évêque qui lui reproche la multitude de ses crimes. A la gauche d'Ëbroïn sont assis deux juges complaisants qui parlent entre eux. L'arrière-plan est occupé par un paysage bleuâtre d'une bonne perspective; deux hommes s'éloignent en causant. La partie supérieure du panneau est remplie par un arbre verdoyant, dont les branches supportent un cartouche avec une inscription qui nous eût sans doute 
donné, avec la date, les noms du donateur de ce vitrail, mais qui est malheureusement fort incomplète :



LAN MIL CINQ CENT -----

---EPROUVEE

----SAINCT LEGE---

PLUS LE ---

POUR ---

CESTE -----PLACE
 

Au bas de ce même panneau, on lisait autrefois ces mots : DU DIABLE POSSEDI ---Ce fragment d'inscription, trop mutilé, n'a pas été replacé lors de la restauration du vitrail. "

.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

.

.

Lancette D : saint Léger dans sa prison.

.

"PANNEAU IX.–Saint Léger enfermé par l'ordre d'Ebroïn dans l'hospice de Fécamp. –Après avoir fait couper à saint Léger la langue et les lèvres, Ebroïn avait donné l'ordre à Vaïmer, l'un de ses leudes,d'emprisonner l'évêque d'Autun. Ce noble seigneur, ému de pitié, déjoua les cruels projets de l'ancien maire du palais, et conduisit l'évêque proscrit à l'hospice de Fécamp. Ce lieu de réclusion se présente dans le vitrail sous la forme d'une vaste tour ronde surmontée d'un campanile circulaire avec sa clochette. Aux nombreuses ouvertures grillées des divers étages se montrent plusieurs reclus. Au rez-de-chaussée de la tour, une fenêtre cintrée et défendue par de solides barreaux de fer nous laisse apercevoir à mi-corps saint Léger, les bras enchaînés, portant la mitre, l'aube et la chape rouge. Un nimbe rayonnant environne sa tête, et l'Esprit-Saint, l'Esprit Consolateur sous la forme d'une colombe nimbée, vient visiter l'évêque dans sa prison et l'illumine de ses rayons divins.'Les traces de l'horrible mutilation qu'a subie saint Léger ne sont pas apparentes l'artiste a voulu sans doute représenter par là le miracle par le- quel le saint martyr, arrivé à Fécamp, recouvra l'usage de la parole. Saint Léger adresse de pieuses exhortations à deux personnes, dont l'une, vue de dos, est revêtue d'un pourpoint jaune à manches vertes, 'd'un man- teau rouge et de chausses blanches elle est tête nue; sa figure tournée de profil et ombragée d'une longue barbe brune, est remarquable de noblesse et d'énergie; l'autre, vue de face, porte également une barbe épaisse, elle est revêtue d'un casque de couleur verte, d'un manteau bleu et de chausses de la même couleur. Au pied de la tour, une vieille femme, assise par terre, écoute avec attention les enseignements du saint évêque. Elle porte une coiffe blanche, une robe violette à manches bleues, et tient dans ses bras un jeune enfant nu qui joue avec un chien. A l'arrière-plan, on aperçoit les bâtiments de l'hospice de Fécamp et plusieurs moines. "


.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

.

.

Lancette E : décollation de saint Léger.

.

"PANNEAU X. -- Martyre de saint Léger.

Ce fut dans la forêt d'Ivelines, dans le pays d'Arras, que saint Léger fut décapité par ordre d'Ebroïn. Cette scène suprême forme le sujet du dernier panneau de notre verrière. Saint Léger vient de subir son supplice ; sa tête gît à terre loin du tronc et la mître est près d'elle. Le corps de l'évêque, encore agenouillé, est revêtu des ornements sacrés, aube, chape rouge. Ses mains sont liées par des cordes. Le bourreau, qui vient de lui trancher la tête, brandit encore son sabre recourbé il porte un casque richement ciselé, une tunique jaune entr'ouverte, et des hauts-de-chausses bleus ses jambes sont nues, et une sorte d'écharpe bleue entoure son cou. Il lève la tête et voit l'âme de saint Léger emportée par les anges dans le sein du Père éternel. L'âme du saint, selon les traditions iconographiques du moyen âge, mais qui s'effaçaient déjà au XVIe siècle, apparaît sous la forme d'un petit enfant nimbé, nu, les mains jointes. Quatre anges, vêtus de longues tuniques, la soutiennent dans leur bras, et la présentent au Père éternel, qui est porté par des nuages c'est un vieillard vénérable, à longue barbe blanche, portant la tiare sans nimbe et un manteau bleu. Trois personnages assistent, près du bourreau, à cette scène que l'artiste a su rendre vraiment saisissante.  Ce sont, sans doute, les trois sicaires d'Ebroïn, dont parlent les Actes de la Vie de saint Léger, et qui, touchés  parla grâce, demandèrent. et obtinrent de lui leur pardon. L'un d'eux, placé à la gauche du panneau, presque au premier plan, regarde avec horreur le corps inanimé du saint évêque. Il est tête nue, les cheveux courts, la barbe rase cette figure admirablement dessinée exprime une sauvage énergie. Cet homme porte une tunique jaune et un manteau pourpre. Près de lui, un autre personnage à longue barbe, revêtu d'une tunique verte, d'un manteau rouge et d'un bonnet de même couleur, détourne vivement la tête. Le troisième levant les yeux au ciel d'où rayonne une lumière Surnaturelle, considère l'âme de saint Léger portée par les anges il porte une longue barbe, un toquet rouge, et une tunique jaune sur un pourpoint rouge. A ses pieds;  deux hommes étendus à terre et dont on n'aperçoit que la tête. L'arrière-plan est occupé par un fond d'architecture. "
 

 

 

.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

Verrière de la vie de saint Léger (vers 1540), baie 22 de l'ancienne collégiale Notre-Dame du Grand-Andely aux Andelys. Photographie lavieb-aile 25 août 2018.

.

.

 

SOURCES ET LIENS.

— BROSSARD DE RUVILLE, 1863, Histoire de la ville Andelis et de ses dépendances,Volume 1, Delcroix, 987 pages, page 435.

https://books.google.fr/books?id=IEIbAAAAYAAJ&dq=armoiries+longuemare+d%27azur&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

— DIDRON (Edouard), 1862, Les vitraux du Grand-Andely, dans Annales archéol., XXII (1862), 260-293. ou édition de 1863 par V. Didron, page 13

https://archive.org/details/annalesarcholo22pariuoft/page/260

https://books.google.fr/books?id=1AMtAAAAYAAJ&dq=%22saint+l%C3%A9ger%22+andelys&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

 



"TROISIÈME VERRIÈRE,

LÉGENDE DE SAINT LÉGER, ÉVÊQUE D'AUTUN.

Cette verrière, placée dans la seconde chapelle, est divisée en cinq baies séparées par quatre meneaux droits allant de la base à l'extrémité de la fenêtre. Les panneaux se terminent en ogive au-dessus de la partie carrée. Le vitrail est assez complet, bien qu'en mauvais état. Un seul panneau serait à remplacer entièrement, et encore ne devrait-il être occupé que par de l'architecture.

La vie du saint évêque d'Autun est liée d'une manière essentielle à l'histoire de la monarchie française au VIIe siècle. Né d'une famille illustre, vers l'an 616, ses parents le conduisirent fort jeune à la cour du roi Clotaire II, fils de la fameuse Frédégonde. Un peu plus tard, il fut envoyé à Didon, évêque de Poitiers, son oncle maternel, qui le fit élever avec un grand soin. Promu au diaconat, bien qu'il n'eût que vingt ans, grâce à son mérite exceptionnel, le saint ne tarda pas à devenir archidiacre et à être chargé par son oncle du gouvernement de son diocèse. Il devint ensuite abbé du monastère de Saint Maixent à Poitiers, et garda cette charge pendant six ans. Clovis II, roi de Neustrie et de Bourgogne, mort en 656, ayant eu pour successeur son fils, Clotaire III, encore enfant, sainte Bathilde, mère du jeune prince, fut proclamée régente et eut pour conseillers saint Éloi, évêque de Noyon, saint Ouen, de Rouen, et saint Léger qui peut-être a joué le rôle le plus considérable des trois. Ici commence la vie politique de l'évêque d'Autun, largement représentée dans la verrière.

Nommé à cet évêché en 659, il revint dix ans après à la cour lorsqu'il apprit la mort de Clotaire III et les troubles qui suivirent cet événement. Les deux frères du roi défunt se disputaient le trône. Thierry eut quelque temps le pouvoir, grâce à Ébroïn, maire du palais; mais la mauvaise administration de celui-ci fut cause de sa chute et de l'avénement de Childéric, qui se plaça sous la direction de saint Léger et accorda la vie à Ébroïn sur la prière de l'évêque. Plus tard, le saint devait avoir pour bourreau celui dont il avait été le bienfaiteur! Childéric s'étant abandonné à la débauche, Léger le réprimanda publiquement, ce qui le fit exiler au monastère de Luxeuil, où il retrouva Ébroïn devenu son compagnon de captivité. Cependant, le roi ayant été assassiné et remplacé sur le trône par Dagobert, fils de Sigebert II, l'évêque d'Autun put rentrer dans son diocèse, et le maire du palais reprit bientôt le pouvoir en faisant reconnaître pour roi un prétendu fils de Clotaire III, nommé Clovis. Kbroïn envoya une armée en Bourgogne, qui commença par assiéger A ut un. Saint Léger, soutenant les droits dî Dagobert, voulut résiste:' avec le concours des habitants; mais la ville fut prise par Vaimer, duc de Champagne, commandant de l'armée ennemie, ou plutôt l'évêque contribua à la reddition de la ville en se livrant. Saint Léger eut les yeux crevés. Pendant tout le temps que dura son supplice, il chanta des psaumes et ne souffrit point qu'on le liât. Il fut conduit ensuite en Champagne par Vaimer, lequel ne voulut pas obéir aux ordres d'Ébroïn. Celui-ci avait ordonné que l'évêque fût mené dans un bois pour y mourir de faim. Plus tard, saint Léger eut les lèvres et une partie de la langue coupées, et fut mis sous la garde du comte Vaneng. Ce dernier le traita bien et l'envoya au monastère de Fécamp, où il guérit complétement, à ce point même de recouvrer miraculeusement l'usage de la parole. Ébroïn, le poursuivant toujours de sa haine, l'accusa, ainsi que son frère Guérin, d'avoir contribué à la mort de Childéric. Les prétendus coupables comparurent devant le roi et les seigneurs du royaume : Guérin fut attaché à un poteau et lapidé; quant à l'évêque d'Autun, on hésita et on voulut d'abord le faire déposer dans un synode. Enfin quelques évêques ayant été gagnés par le maire du palais s'assemblèrent et s'érigèrent en juges, bien qu'ils n'eussent pas été convoqués par le primat ou un métropolitain. Sommé de s'avouer coupable, le saint ne cessa de protester de son innocence. I1 fut dépouillé de ses vêtements, on lui déchira sa tunique de haut en bas, comme marque de dégradation et de déposition, et on le livra aux mains de Chrodobert, comte du palais, chargé de le faire mettre à mort. L'exécution eut lieu en 678, dans la forêt d'Ivelin, appelée plus tard forêt de Saint-Léger, au diocèse d'Arras. Un seul des quatre soldats commis à cet effet eut le courage de couper la tête du saint évêque; les trois autres, s'étant jetés à ses pieds, lui demandèrent leur pardon et sa bénédiction.

L'ordre dans lequel les sujets sont placés est semblable à celui qui a été suivi dans le vitrail précédent, représentant la conversion et le baptême de Clovis ; c'est-à-dire que ceux de la partie ogivale précèdent ceux de la partie carrée, chronologiquement; et cependant, une scène de cette dernière partie, la première à gauche du spectateur, semble aussi être la première de la vie du saint. Il faut donc adopter cette marche, quelque irrégulière qu'elle soit, pour la description de la verrière."

— GATOUILLAT ( Françoise), CALLIAS-BEY (Martine), CHAUSSÉ (Véronique), HÉROLD (Michel), 2001, Eglise Notre-Dame du Grand-Andely, ancienne collégiale  in Les Vitraux de Haute-Normandie, Corpus vitrearum / Recensement des vitraux anciens de la France vol. VI, Paris, CNRS, 2001. p. 103.

— PORÉE (abbé Adolphe-André Porée), 1877, Description du vitrail de saint Léger évêque d'Autun à Notre-Dame des Andelys, Tours, P.Bouserez, 23 p. 

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63475x.texteImage#

 

.

"Ce vitrail est peut-être, de tous ceux que possède l'église du Grand-Andely, celui qui offre le dessin le plus sobre, le plus correct et le plus élégant quelques-unes des scènes qu'il représente, la Pâque de Childériç, saint Léger à l'abbaye de Luxeuil, saint Léger dépouillé de ses vêtements, son dernier supplice, sont de vrais tableaux, traités avec cette vigueur et ce relief que l'on retrouve dans les compositions des vieux maîtres florentins de la fin du xve siècle. Toutefois, dans notre vitrail, on sent un pinceau tout français, et les costumes, pour n'être pas de la belle époque de la Renaissance, sont, pour la plupart, des vêtements en usage sous Charles IX et Henry III. Les têtes sont fines et généralement bien modelées, les figures courtes, les traits fortement accusés ; l'énergie en est l'expression dominante ; les personnages ont tous une certaine raideur dans l'attitude. Vue de près ou de loin, ces têtes conservent toute leur expression et toute leur finesse. Une remarque fort curieuse c'est que les ombres 
dans presque toutes les figures, sont accusées au moyen de hachures de couleur brune croisées en divers sens, et telles qu'on les emploie dans la gravure. Ce procédé, assez peu usité dans l'art du verrier, a produit cependant, dans notre vitrail, des effets d'ombre admirablement calculés. 

"Comme harmonie de tons et de couleurs, cette verrière, vue à une certaine distance, conserve une teinte 
générale très-douce point de ces masses blafardes formant un vide au milieu de couleurs plus vigoureuses; point de ces contrastes criards qui vous déconcertent, et produisent sur le regard l'espèce de crispation nerveuse qu'infligent aux oreilles les notes discordantes de plusieurs instruments de musique; vous êtes en présence d'une gamme puissante de tons richement variés. 

"Vu de près, le vitrail prend un tout autre aspect. Je ne sais quoi d'accentué, de vigoureux vous frappe et vous saisit la pensée du peintre se dégage brusquement; la perspective se ramasse, se raccourcit; les couleurs deviennent plus intenses; les personnages s'animent on dirait qu'ils vont se mouvoir et parler. Cette œuvre est l'un des rares spécimens de l'art du xvie siècle où le verrier a su donner à chaque figure une expression propre et vraiment personnelle. 
Il serait à souhaiter que ce vitrail fût dessiné par une main habile et reproduit en chromolithographie. Il ferait un excellent sujet d'étude pour les peintres-verriers de nos jours, qui s'inspirent beaucoup trop de la gravure, et pas assez de leurs devanciers."

 

.

 

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Vitraux

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche