Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 08:05

Des deux Zygènes, des Zygites et des Zygapophyses. Ou comment faire travailler ses zygomatiques au service de la  Zoonymie.


 

Mon article récent sur la zoonymie de la Zygène (Entomologie : Lepidoptera, Zygaena Fabricius, 1775) et ses rapports avec le nom de la Zygène ou Requin-Marteau (Ichtyologie : Sphryna zygaena Linnaeus, 1758) n'a guère fait de bruit à Landerneau, ville pourtant éloignée de moins de 30 kilomètres de Brest, où je l'ai écrit. L'ai placé dans une bouteille. L'ai lancé vers Zanzibar. Et confié au Zéphir.

Sur le nom de genre des Zygènes, Zygaena . Les squales et les papillons.

  De ma fenêtre brestoise, il me semble pourtant qu'en tendant avec zèle l'oreille, j'entends pour ma part l'eau de l'Elorn couler sous le Pont de Rohan, gloire de Landerneau comme l'un des derniers ponts habités d'Europe.  Mais sans-doute l'eau qui s'écoule de ma plume est-elle plus obscure que celle du fleuve où vient mourir le courant de marée.

Je me fais du mouron alors que mes zélés voisins ne sont, selon toute vraisemblance, parvenus  encore qu'à la lettre R comme les Académiciens en leur Neuvième Dictionnaire, de A à Quotité puis de Quadru- à Réglage. Ma gloire, mon Zénith viendront après-demain, lorsque la zone du Z sera atteinte.

 Dois-je clarifier mes propos ? J'y renonce, tant-pis pour les trompettes de la renommée landernéenne. J'en remets une couche. Ce sera petite boite silènique bien sombre, cachant en son sein ambre gris ou cinnamonum, zinnia zinzolins et musc, pierreries et zivette pour les dents tenaces qui sauront les croquer.


  Car voilà : l'étymologie de la fameuse Zygène, du grec ancien  tiré du grec ζ υ γ ο ́ ν « tout ce qui sert à joindre deux objets ensemble; en particulier, joug » n'est pas étrangère à celle des noms anatomiques issus du grec ζύγωμαzúgōma (« joint »). Dans les deux cas, il y a, central, la notion de pair, et d'accouplement deux par deux, notion que l'on retrouve dans l'image de la balance, avec ses deux plateaux interdépendants. Je n'imaginais pas combien les anatomistes, les botanistes, les zoologistes et les biologistes en furent friands. Comme si, Oulipiens sans le savoir, ils s'étaient imposés la contrainte d'enrichir la page Z du dictionnaire ou de modifier la valeur de la lettre au Scrabble (10 points pour le jeu français mais 1 seul en polonais).


       Oui, c'est bien bête, mais il ne m'était jamais venu à l'esprit que le terme, assez courant, on l'admettra, d'homozygote était cousin de ma zygène dont le nom remonte à Aristote ! Car la  zygose est l'union des gamètes aboutissant à la formation de l'œuf (zygote). Peut-être un mécanisme de défense m'interdisait-il d'approfondir les liens entre l'idée d'accouplement propre au radical -zyg, et des stratagèmes sexuels qui, fussent-ils à l'échelle chromosomique, étaient d'accès controlés ? Si j'avais lu un jour que Junon, déesse tutélaire des mariages, portait l'épithète de Zygite, (on dit aussi Zygia ou Zeuxide), je m'étais empressé de refouler ce savoir dans le bric-à-brac des choses inutiles comme pour mieux dissimuler les clefs menant vers les périls les plus grands.


   Peut-être aussi, après avoir vu Ben-Hur au cinéma et avoir lu dans "Tout Connaître" un article sur la navigation des galères, avais-je été capable de reconnaître, sur une trirème, le thranite, le zygite et le thalamite.  Ou de préciser que seul le thranite, le plus haut placé, voyait la rame plonger dans l'eau et, pour cette raison, il devait guider le zygite et le thalamite. Que le thalamite recevait un salaire moindre, car sa rame, qui sortait par la thalamie (sabord)  était plus courte. Mais un voile m'avait masqué l'évidence de l'origine du nom zygite, "accouplé", et de celui de thalamite évoquant le grec thalamos, "chambre à coucher".  "Accouplés deux par deux pour éviter la zizanie, les Zygites ne pouvaient même pas dresser la tête sans se heurter aux solives du pont (Mille, Barnavaux, 1908, p. 300)."


   Relisez le Scholiaste des Grenouilles d'Aristophane, qui est sur ce sujet notre source principale. Ou regardez ce schéma tiré de  Françoise Ruzé  Le monde grec antique Hachette 2011 page 153

                          Zygite.png

 

     J'avais oublié tout cela ; ou bien je confondais ce rameur avec cet autre Zygite dont la définition me revenait, elle, par cœur : "membre de la 3eme classe du peuple, chez les Athéniens, après celle des pentacosiomédimnes et celle des Chevaliers, et avant celle des Thètes". Et que je rapprochais du Zygostate : "officier chargé de vérifier les poids et les balances".  Bref, j'étais dans le brouillard.

  Le voile zébré du temple se déchire et, comme nos sémillants séniors juste opérés de leur cataracte, je découvre soudain le monde et son peuple de Zygiens qui, tous, se tiennent bras-dessus, bras-dessous par paires: 

Voici venir entre des pots de Zygopetalum (des orchidées), les Zygochètes, ces Diplopodes qui, lors de la pariade, se reconnaissent par leurs antennes. Et la procession des Zygodactyles, des oiseaux picidés dont les doigts sont jumelés et dirigés par paires vers l'avant et vers l'arrière. Au dessus volent les Zygoptéres, dont les ailes sont égales [ce sont, en parlant des Odonates, nos Demoiselles ou agrions]. Au sol, ce sont, très peu visibles, les Zygnema ou Zygnemata [qui sont algues conjuguées, de l'ordre des Zygnémales ou Zygnématales, l'un des deux ordres  de Zygophycées] ; elles ne se confondent guère  avec les Zygophycées, qui sont des algues vertes, et qui méritent leur radical zyg- par leur reproduction sexuée par conjugaison. Ces algues songent-ils encore à leurs ancêtres les Zygoptéris [Genre de fougères fossiles]?

Je garderai pour moi la vidéo montrant dans le noyau femelle d'une cellule ("petite chambre") dont on a entrebaillé la porte, les chromosomes homologues s'appariant en un phénomène de synapsis , lors du stade zygotène de la mitose réductionnelle. Un peu d'imagination, faisons travailler nos Zygoneures ! (neurones d'association). Les mots suffisent pour rêver de Zygoméiose, de la Zygosphère qui s'unit à un deuxième gamète pour former le Zygospore, cette spore fongique parfaite constituée le plus souvent par l'union de deux éléments isogames propre aux Zygomycètes. Par accolement.

 

Mais tout cela n'est pas mon propos. Je veux parler ici d'anatomie, et d'anatomie vertébrale particulièrement. Certes, par pudeur persistante, je ne décrirai pas les accouplement des Zygosphènes et des Zygantrum, les Zygosphènes étant cette proéminence en forme de coin sur une vertèbre, lesquelles s'engagent dans la cavité qui leur correspond, le Zygantrum. Seule la Zygapophyse m'intéresse, et c'est vers elle que je me dirige.

Ce ne sera qu'en prélude que j'aborderais l'anatomie cranio-faciale qui nous éclairera sur cette zygapophyse, en décrivant l'arcade zygomatique dont la morphologie et la fonction n'en est pas éloignée. L'os zygomatique doit son nom au fait qu'il sert de jonction (zyg-) entre l'os maxillaire et l'os temporal. Par son prolongement interne il prend contact avec l'orbite, et par son prolongement supérieur il s'articule avec l'os frontal : c'est un pont, c'est un carrefour, c'est un joug, en un mot il est des nôtres, c'est un Zyg-.

                               

Tout cela est désormais parfaitement compréhensible grâce à la visualisation 3D de Google. Dont le nom est ...Zygote Body, bien-sûr.

Human Skull

 

Aussi disposons-nous d'une quantité presque infinie de termes  comme ceux de Zygomato-auriculaire, Zygomato-labial, Zygomato-labiale, sutures Zygomatico-frontale, Zygomatico-maxillaire, Zygomatico-temporale, Spheno-zygomatique, arche zygomatique, sans oublier le Zygion, point craniométrique correspondant au point le plus latéral de l'arcade zygomatique.

 Et bien, je peux dire à présent que la Zygapophyse de nos vertèbres s'apparente (c(est bien le moindre entre Zyg) avec le Zygomatique et que, comme lui, ce segment de cylindre de l'arc postérieur d'une vertèbre entre pédicule et lame sert de barre de jumelage entre plusieurs structures. Ici,  entre la vertèbre du dessus et celle du dessous par l'intermédiaire des articulations zygapohysaires  articulations synoviale planes qui servent aux vertèbres de s'imbriquer entre elles.

On comprend vite en regardant les schémas qui suivent que c'est l'ensemble de l'arc postérieur (le V situé à l'arrière du corps vertébral en forme de pouf) qui est comparable à un joug de couplage . 

 

 

Si on considère que ces vertèbres sont des éléments mobiles, agités de mouvements de rotation et d'inclinaison, de flexion et d'extension, on réalise que ces petits éléments articulaires coloriés en bleus permettent le jeu harmonieux de ces mouvements, de la même façon que le joug coordonne les balancements du pas des bœufs, l'avancée de la charrue, la pente du terrain et le demi-tour imposé à la fin du sillon.

Or, ces apophyses connaissent aujourd'hui leur quart d'heure de célébrité dans le cadre de l'Arthrose Zygapophysaire, qui est au mal de dos ce qu'est la Hernie Discale à la sciatique.

Tout le bénéfice de la connaissance étymologique éclairée par la Zoonymie et la navigation sur les Trirèmes est d'avoir une connaissance dynamique et fonctionnelle de cette affection. L'image de l'accouplement réciproque des quatre articulations zygapophysaires rend évidente la notion d'interdépendance de ces petites facettes (leur inflammation est souvent désignée sous le nom de "syndrome facettaire") dont l'une est forcément en compression lorsque l'autre est en distraction. Ce Zyg-, ce joug, cette balance, ce joint fait que lorsque l'une est grippée, l'autre s'enrhume. 

Z.Z.Z.Z.Z.... Tous endormis ?

  Pourtant, la visualisation d'une unité vertébrale comme un attelage de quatre bœufs accouplés et interdépendants, deux en haut et deux en bas de la zygapophyse, tirant le tambour d'un roi fénéant sur son pouf avachi, est sans-doute plaisante ; et, comme toute métaphore, elle est fructueuse.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche