Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 16:58

    C'est l'été, le temps des navigations sur les îles de Hoedic, d'Houat, de Belle-Île, de Groix et des Glénans, des escales dans les rias de Bretagne Sud, des visites des réserves naturelles (Séné, Kerfontaine, Pen en Toul, Groix, Glénans, Île au Moutons, ...) , d'où je ramène l'album que voici :

 

 

 

plantes--fleurs 5450

 

L'Agreste, Hipparchia semele.

 C'est pour moi LE papillon de l'été et du littoral, le compagnon des sentiers cotiers et des landes sèches des falaises insulaires : c'est qu'il ne paraît chez nous qu' en juillet et août, en une seule génération, et que l'expansion des surfaces cultivées a fait disparaître sur le continent les zones incultes qu'il affectionne.

   On le voit voler trop rapidement au dessus des prunelliers et des bruyéres pour identifier ce passage coloré vaguement orangé, puis on le trouve, ailes repliées comme un dévot ermite, posé sur les chemins rocailleux où il passe parfaitement inaperçu et où, à un mètre de soi, on ne le trouve pas quand quelqu'un tend le doigt pour vous le désigner !

   Puis on apprend à déceler sa présence et on observe comment il s'oriente face au soleil, légérement incliné, pour réduire son ombre porté "et échapper ainsi aux prédateurs". C'est du moins ce que l'on dit car Hipparchie semele

comme l'a étudié H.Dreisig (Oecologia (1995) 101:169-176, Thermorégulation and flight activity in territorial male graylings ) dispose en réalité l'axe de son corps et l'inclinaison de ses ailes selon trois processus de régulation différents selon que , par temps froid, il cherche à accroître sa température corporelle, ou que , au contraire, par temps chaud, il diminue la surface corporelle exposée au soleil, tout cela afin d'optimiser ses performances de vol sur son territoire de reproduction pour combattre un rival, ou se livrer à des démonstrations de vol bref pour épater la galerie...et les femelles.

   C'est un Nymphalidé, c'est dire qu'il n'utilise pour marcher que deux paires de pattes sur trois, la paire antérieure étant réduite et dotée de brosses.

 

agreste 5443

 

agreste 5446

 

 

DSCN0148

 

Son nom d' Agreste témoigne de sa nature rustique, sauvage voire faunesque (c'est un Satyrinae) plutôt que bucolique mais qui lui a donné ce baptême le plaçant sous le parrainage d' Hipparchie et de Sémélé ?

   Certes,Sémélé foudroyée d'avoir voulu, sur le conseil de la jalouse Hera, regarder dans la splendeur insoutenable de sa gloire son amant Zeus peut avoir donné à ce papillon sa livrée cendrée.

   Mais Hipparchie ? On écarte la possibilité que ce nom renvoie à une division de cavalerie de l'antiquité grecque, commandée par un Hipparque, mais on se félicite d'avoir ainsi accru  son vocabulaire et découvert la puissance de la chiliarchie equestre à l'époque d'Alexandre III der Macédoine. On devine que ce nom tire son origine de Hippos, le cheval, et archos, le chef, mais rien ne renvoie à un papillon.

   On se tourne alors vers la célèbre Hipparchie.

     Hipparchie est cette jeune athénienne qui tomba amoureuse d'un chien, je veux dire d'un cynique, Crates,un disciple de Diogéne de Sinope  adepte de la vie dans un tonneau, de la masturbation en public et de la provocation. C'est dire si ses parents ne furent pas réjouis de la savoir tombée sous les charmes de ce Crates de Thébes qui prônait l'ascetismeet avait l'habitude de rentrer chez les gens sans être invité, ce qui est d'autant moins agréable qu'il devait, tel son maître, ressembler à un mendiant.

    Mais Hipparchie refusait tous les beaux partis et voulait mourir si elle ne se mariait pas avec ce hippie contestataire laid, bossu, vètu d'un manteau de peaux de biquettes, portant bâton et besace,qui après un festival à l'île de Wight, prétendait qu'il n'y avait aucune raison de ne pas faire l'amour en public.

    Et d'ailleurs, ce fut exactement ce qu'il firent , sous le Portique (Stoa) des stoïciens, si on croit Diogène Laërce, Sextus Empiricus et Apulée.

 

   Pourquoi ne pas les croire, alors que j'ai surpris "à une heure de grande écoute" l'Agreste et sa compagne, manifestement disciples d'Hipparchie et de Crates, sur la voie publique dans la posture suivante :

 

 

 DSCN0173

 

Puis Monsieur Agreste "exhibant ( pour reprendre l' Epave de Georges Brassens) ses pauvres génitoires" ou, selon un langage plus entomologique, ses genitalia composés de l'edeage(penis), et des trois processus externes permettant l'accrochage et le maintien de la femelle, l'uncus en forme de crochet et les valves en plaques latérales :

 

 

DSCN0180

 

    On peut aussi livrer un des secrets de ce séducteur : selon Tinbergen et al ( 1942) , l' Agreste dipose, comme d'autres papillons, d'écailles spécialisées pour libérer des phéromones sexuelles au pouvoir redoutable. On nomme ces écailles les androconies. Celles-ci sont disposées chez notre Hipparchie sur la face dorsale de ses  ailes antérieures, aussi celui-ci s'arrange pour terminer sa parade nuptiale par une pirouette au cours de laquelle il saisit les antennes de la femelle entre ses ailes antérieures,  imposant  aux antennes un contact direct avec ses androconies et leurs effluves irresistibles.

Malin, non?

 

 

 

Le Chevalier-gambette

 

 

Observé en la réserve de Séné :

 

 

chevalier-gambette 4567

 

 

chevalier-gambette 4609

 

 

chevalier-gambette 4610

 

 

L'huitrier-pie :

 

huitrier-pie 5779

 

Le Gravelot à collier interrompu (un immature)

 

gravelot-a-collier-interrompu 5796

 

En comparaison, un immature de Grand Gravelot :

 

gd-gravelot 6255

 

 

 gd-gravelot 6257

 

gd-gravelot 6278

 

 

Les mouettes rieuses, sur les balises babord de la remontée de l'Aven :

 

mouettes 5562

 

mouettes 5578

 

 

mouettes 5521

 

 

mouettes 5500

 

Des sternes, Pierregarin ou Caugek, mais ce sont ces dernières qui voulurent plus volontiers poser :

 

Attention, prêt pour la série ? En avant :

 

   A Houat :

 

 

 caugek-morbihan-ile-au-mouton 4985

caugek-morbihan-ile-au-mouton 4990

 

 

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5006c

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5012c

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5043

 

 

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5044

 

 

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5048

 

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5061

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5062

 

 

 caugek-morbihan-ile-au-mouton 5063

 

 

  ...A Arradon, prés du marais de Pen En Toul où nous avons vu les Pierregarin nicher et nourrir les poussins (pas d'image) , mais au port c'était encore les Caugek qui menaient le bal :

 

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5152

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5173

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5174

 

A  l'île aux moutons, où se trouve une colonie mixte de sternes : en mai 2010, 944 couples de caugek et 146 couples de pierregarin étaient dénombrés par Bretagne Vivante, mais surtout, UN couple de Dougall s'était installé, pour la première fois depuis 1996 : il y eurent un poussin, mais les Dougall s'envolèrent et n'adressèrent pas de carte postale, aussi ne sait-on pas si le poussin a survécu.

  Un gardien bénévole de Bretagne Vivante vit prés du phare (automatisé depuis 1993) dans un tout petit logement, (un gardien reste un mois sur l'île) à proximité de la zone de nidification qui est protégée du public et des prédateurs par une ceinture de grillages. Il surveille la colonie et la dénombre, il  accueille très gentiment les visiteurs, les informe et les guides jusqu'à une longue-vue qui permet d'observer les poussins et le manège des parents qui les ravitaillent.

   Les prédateurs sont les visons d'Amérique et les ragondins, qui franchissent par groupes les 4 à 6 milles qui séparent les Moutons de la côte, et  les faucons pèlerins.

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5804

 

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5809

 

 

 

 

 caugek-morbihan-ile-au-mouton 5829

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5921

 

 

 caugek-morbihan-ile-au-mouton 5950

 

   Ah, une pierregarin, enfin !

 

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5982

 

 

  caugek-morbihan-ile-au-mouton 5987

 

 

  caugek-morbihan-ile-au-mouton 5988

 

 

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5989

 

 

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 5991c

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 6008

 

Enfin, les sternes d' l'ile de Hoedic, face au phare des Grands cardinaux, me permettent d'observer les performances des caugek immatures :

 

Ici, un adulte et un immature :

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 6376

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 6377

 

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 6379

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 6385

 

 

 caugek-morbihan-ile-au-mouton 6387

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 6388

 

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 6411

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 6412

 

 

 

 caugek-morbihan-ile-au-mouton 6413

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 6427

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 6445

 

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 6448

 

 

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 6449

 

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 6325

 

 

 

 caugek-morbihan-ile-au-mouton 6365

 

caugek-morbihan-ile-au-mouton 6369 

 

 

Les sternes pierregarin,  je les verrai surtout en Rivière d'Auray :

Sternes-pierregarin 4906

 

 

 

 

 Sternes-pierregarin 4776

 

 

Sternes-pierregarin 4899

 

  Il est bien difficile de les poursuivre lors de leur piquer :

    

Sternes-pierregarin 4928

 

 

 

 Sternes-pierregarin 4684

 

 

Sternes-pierregarin 4885

 

Sternes-pierregarin 4871

 

 

 

 

 

 

 Sternes-pierregarin 4877

 

 

 Sternes-pierregarin 4935

 

 

 

Un peu de mal de mer ? Allons nous promener sur les sentiers cotiers. On y voit, dans les pruneliers, ce tout petit papillon : l'Hyponomeute:

 

 

 DSCN0197

 

Ou bien, voletant pour nous accompagner le long des sentiers côtiers, l'Azuré commun :

 

 DSCN0532

 

 

 

 

 

 

 

 DSCN0534

 

 

 DSCN0541

 

DSCN0589

 

 

 

Mais comment être sûr de différencier sa femelle d'un Collier de corail, certes plus petit (2,5 cm), lorsqu'on a omis de les mesurer?

 

DSCN0225

 

 

DSCN0219

 

 

 DSCN0094

 

   Et celui-ci, avec ces taches brunes ?

 

DSCN0052

 

Par contre, je reconnais l'Azuré du trèfle, ou Argus mini-queue, à son petit catogan  juste à l'arrière des deux marques orange. Mais je ne l'ai vu qu'une fois, à Kerfontaine, prés de Ploermel, loin du littoral.

 

 

DSCN0310

 

 

L' Azuré de nerpruns  vole plus haut, au sommet des houx ou des lierres ou dans les chemins bordés d'arbres ou de ronciers bien développés : c'est l'Argus bleu à bande noire, le verso de ses ailes ne porte pas de couleur orange:

 

 

DSCN9954

 

 

Les ajoncs, les genets ou les ronces permettent aux araignées de dresser à leur proies de redoutables pièges :

 

L'épeire-diadème

 

DSCN0553

 

 

 DSCN0557

 

   L'épeire fasciée, ou argiope frelon.

 

    Elle se tient au milieu de sa toile, bien en évidence, mais c'est qu'elle utilise la stratégie de la Lettre Volée, cette lettre de la nouvelle d' Edgar Poe que les enquêteurs ne voient pas parce qu'elle est posée en négligemment sur le bureau.

    Tout en elle relève du leurre visuel, à commencer par son habit alternant les stries noires et blanches qui la rend moins visible de ses proies. On dit aussi depuis que Charles Darwinl'a observé chez une épeire américaine, qu'elle fait vibrer sa toile lorsqu'elle perçoit par les résonances vibratoires de sa toile qu'une proie ou un prédateur survient afin de brouiller la perception visuelle.

    Et le stablilimentum, cette couture zig-zag en soie qui se déploit  en rayon vertical  sur sa toile  pourrait servir aussi à troubler l'observation, même si de nombreuses autres rôles lui sont attribués

   Enfin elle s'attache à réunir deux par deux ses pattes pour les rendre moins visibles...

 

DSCN0038

 

 DSCN0062

 

Elle semble porter une coiffe bigoudène qui aurait été brodée aux couleurs des gilets bretons :

 

DSCN0072

 

  Mais chacune met sa fierté à ce que chaque motif de broderie soit différente.

 

DSCN0270

 

Encore une, pour admirer la variété des motifs ?

 

 

   DSCN0571

 

 On la montre le plus souvent de dos, mais sa face ventrale est élégante :

 

DSCN0346

 

   On se distingue aussi en arborant une proie originale : la coccinelle, par exemple:

 

 DSCN0316

 

 

A Sauzon, devant l'avant-port, un buddleia attire les vulcains, les machaons, les amaryllis mais je m'interesse surtout au Moro-Sphinx dont j'observe la précision de vol :

 

 

 

moro-Sphinx 5309

 

  

 

 

 

 

 

 

moro-Sphinx 5312

 

moro-Sphinx 5316

 

moro-Sphinx 5329

 

 

moro-Sphinx 5354

 

 

   Une visite aux tourbières de Kerfontaine(56) me permet d'admirer la Droseracette plante carnivore dont les tentacules avides attendent de se refermer sur l'insecte innocent immobilisé par les gouttelettes de glue...

 

DSCN0340

 

 

DSCN0342

 

DSCN0352

 

 

   Dans cette tourbière se trouvent aussi des libellules : l'Agrion délicat, Ceriagrion tenellum. 

 

DSCN0269

 

DSCN0281

 

DSCN0285

 

 

 DSCN0286

 

 J'y vois aussi ce papillon voué aux espaces humides, l' Hydrocampe du Potamot, Elophila nymphaeata,un hétérocère aux moeurs diurness

 

 

Il faudrait parler aussi du marais de Pen en Toul, de ses papillons, de ses libellules,de ses criquets et de ses grenouilles, alors, quelques images seulement :

 

DSCN0028

 

 

DSCN0043

 

DSCN0102

 

La Cétoine dorée.

 

     Souvenez-vous : "A la fin tu es las de ce monde ancien

                                  Bergère ô tour Eiffel [...]

                                  Je suis dans le jardin d'une auberge aux environs de Prague

                                 Je me sens tout heureux, une rose est sur la table

                                 Et j'observe au lieu de finir mon conte en prose

                                 La cétoine qui dort dans le coeur de la rose

 

     Ces vers du poème Zone dans Alcools, de Guillaume Apollinaire ne m'ont pas quitté depuis que je les ai lus et me reviennent maintenant que moi-aussi je me plonge dans la contemplation de ce coléoptère.

 

DSCN0114

 

 

 

DSCN0117

 

 

 

DSCN0126

 

 

 

 

 

                                  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Goarant 08/01/2016 15:06

Bonjour,

Afin de sensibiliser les adhérents de l'association les Glénans à l’environnement marin et à sa préservation, nous développons un guide pédagogique qui sera disponible gratuitement sur les bateaux de croisière et sur les sites de l'association. Ce guide pédagogique sera également téléchargeable gratuitement. Cet outil a été réalisé par les bénévoles de l'association. Ce guide permettra de former les moniteurs bénévoles à la découverte de la faune et la flore, du patrimoine maritime et des usagers de la mer rencontrés au cours des stages de voile.

Pour la réalisation de cet outil pédagogique, nous souhaitons utiliser une photographie visible sur votre site web, il s'agit d'une photographie représentant plusieurs sternes posées sur des rochers sur l'île aux moutons :

http://www.lavieb-aile.com/article-l-album-de-l-ete-de-vannes-a-concarneau-55790529.html



Vous trouverez la page concernée de notre outil à cette adresse : http://www.moniteurs.glenans.asso.fr/
Nous sollicitons donc votre autorisation concernant l'utilisation de cette photo et une vérification du crédit photo (idéalement, prénom et nom de l'auteur / Association).

Cordialement,

Antoine GOARANT

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche