Dimanche 12 août 2012 7 12 /08 /Août /2012 16:53

     La chapelle de La Lorette à Plogonnec.

 

      la chapelle Notre-Dame-de-Lorette, édifice de style néogothique en forme de croix latine sur plan de l'architecte Le Bigot (1872) a remplacé une chapelle du XVème siècle située au bord de la rivière Steir en contrebas. Elle aurait été fondée  par un seigneur de Rubihan (ou Rubien) : emporté par le courant alors qu'il traversait à cheval la rivière, il aurait imploré Notre-Dame de La Lorette de lui accorder son secours.  Ces seigneurs de Rubian sont attestés en 1426, où le manoir d'Alain Rubian, fief d'évêque, figure à la réformation. Plus tard, ils se retirèrent en Penquelennec en Peumerit, et le manoir passa  aux mains des seigneurs de Kerviher.

  Le 31 décembre 1834 a lieu une "donation entre vifs de la chapelle de la Lorette en Plogonnec par Yves Nihouarn de Kerganape [Kerganpé], René Le Berre de Korédan, de René Philippe de Rubihan et de Claude Philippe de Trébourez  à Nicolas Cornic [de Kerlagat] chef actuel de la fabrique de Plogonnec demeurant à Kerlagat. La dite chapelle appartient aux donateurs pour l'avoir acquis par acte notaire le 8 avril 1809 au sieur Joseph du parc demeurant à Quimper. 4E68/Notaire [Claude Henry Joseph] Damey de Plogonnec Archives du Finistère. Le document est complété par les indications accompagnant les signatures et qui signale jean Joncour, cultivateur, témoin.  On peut penser que la chapelle avait été désaffectée et mise en vente à la Révolution, puis acquise par les habitants voisins pour la rendre au culte. Il s'agit bien-sûr de l'ancienne chapelle.

  Le 10 mars 1872 a lieu devant Maître Henri Marie Damey, notaire "la donation par Laurent Hervé Pennarun recteur à Plogonnec à la fabrique de Plogonnec d'un champ nommé Cozqueper et d'un petit champ de terre froide appelé Hent Coz. La présente donation est faite à la charge à la dite fabrique de faire construire sur les champs une chapelle dédiée à Notre Dame de la Lorette." Le recteur avait acquis ces terres en les achetant à Hervé Bezic (?) et Marie-Anne Cosmao, sa femme.

  Le culte de Notre-Dame de Lorette est italien avant d'être breton : C’est par une notice écrite en 1472 par Pietro Giorgio di Tolomei, dit le Teramano, que l’on connaît l’histoire de la « Maison de Lorette » : il n’y avait plus de chrétiens en Palestine ; en 1291 la maison de Marie à Nazareth est transportée par des anges d’abord en Croatie (Dalmatie), puis en 1294 par-delà l’Adriatique vers Recanati dans une propriété appartenant à Loreta (Lorette). La « Maison de Lorette » devient alors un lieu de pèlerinage et de miracles. Ainsi, en 1462 (1464), le cardinal Pietro Barbo, atteint de la peste, en revient guéri et est élu pape en 1464 sous le nom de Paul II, conformément au message de la Vierge qui lui était apparue là-bas en songe. Un culte se développe à Notre-Dame-de-Lorette. En 1632 un office propre à Notre-Dame-de-Lorette s’ajoute au calendrier liturgique le 10 décembre.

  En Finistère, on la vénèrait en l'église de Rédéné (pays de Quimperlé), à Notre-Dame de Lorette de Lanriec près de Concarneau, à la chapelle Saint-Sébastien de Saint-Ségal (Chateaulin) ou en l'église de Plouhinec prés d'Audierne, mais ce n'est qu'à Plogonnec qu'une chapelle porte son nom. En Bretagne, on trouve une chapelle votive à Comblessac (35), Le Quillio (22).

 Le sanctuaire du bord du Steir était sans-doute voué à une autre Notre-Dame, mais sur la carte de Cassini (XVIIIe), le lieu se nomme La Lorete. Rapidement, sur la réputation de guérir de la fièvre, des pèlerins vinrent si nombreux que, tous les sept ans, il fallait remplacer la marche d'acier du portail, usée par le passage des fidèles. Le culte est réactivé à partir de la reconstruction du nouveau sanctuaire, avec le grand pardon se célèbre le second dimanche d'Août, le petit pardon le dernier dimanche de Mai, et la Semaine religieuse se fait régulièrement l'écho de son pèlerinage dès 1890. Des cantiques sont composés : Quelques strophes de ce chant cantique breton de 1872 : E kichenik ar ster vras tre daou venez huel, - En amzer goz, on tadou d’oa savet eur chapel, - Savet eur chape! vian d’an Itron Varia, - A roet o devoa dezi vit hano Loreta. Chapel Intron Loreta zo savet a nevez - Savet gant tud Plogonec, francoc'h war ar menez. / E peb leac’h voa Loreta anavezet bars pell, - A bep tu e tiredjer da bedi er chape!, - Kement a dud a zeue, mar des bet lavaret - E vije a bep seiz vloas eun treujou diruset.

Henri Pérennès signalait trois cantiques bretons édités chez de Kerangal, Quimper. Les deux premiers datant de 1872 : Kantikou Loreta, Histor ar chapel, le troisième portant l'imprimatur du 14 Janvier 1893.

 

 DSCN4682c.jpg

 

 

I. Le vitrail.

Il est intéressant par son thème, mais aussi par les détails qui s'y trouvent et par sa signature.

1°) Le thème est indiqué par l'inscription Gwerc'hez vari diwalit ho pugale. Vierge Marie protège les enfants, formule qui prend tout son sens dans l'après-guerre. La Vierge ouvre son manteau bleu étoilé qu'elle étend en protection au dessus du registre inférieur représentant la paroisse, la chapelle et ses habitants.

                 la-lorette 5583v

 


2°) Détail : le Pardon à Plogonnec.

  Une étoile (venant du manteau de la Vierge) domine la scène où une procession de bretons et bretonnes en costume traditionnel glazig pénètre dans le sanctuaire. Deux bannières sont visibles.

la-lorette 5601c

 

3°) La signature.

C'est une signature plurielle qui mentionne le nom du cartonnier, A. Noël et les noms de l'atelier du maître-verrier, Le-Bihan Saluden, ainsi que la date Quimper 1946 nous plaçant ainsi juste après la Seconde Guerre Mondiale. Au nom de l'atelier s'ajoute celui de deux autres artistes, Y. Dehais et P. Toulhoat, ainsi qu'une indication latine, laboraverunt, "y ont travaillé".

  Une autre "signature" est figurée, c'est le logo carré contenant un poisson et les initiales B.S avec la mention Quimper 1946.

 — André Noël, peintre et cartonnier de ce vitrail  a réalisé avec l'atelier Saluden Le-Bihan un vitrail de l'église de Locoal-Mendon (56). Le blog de J.P. Le Bihan indique que ce cartonnier habitant Paris rue Saint-Séverin, ami de Paul Sérusier de l'école de Pont-Aven a travaillé aussi avec d'autres verriers dont Jacques Simon de Reims. Entré comme cartonnier auprès de l'atelier Le Bihan-Saluden, ami également de Sérusier, mené par Yves Le Bihan et ouvert à Quimper dès la Libération, l'atelier de Brest tenu depuis 1907 par Madame Anna Saluden ayant été détruit par les bombardements.

 

— Yves Dehais (Nantes 1924, Nantes 2013), sorti de l'École des Beaux-Arts de Nantes, a collaboré aux débuts de la manufacture de faïence Keraluc de 1945 à 1948. Formé à la technique du vitrail à l'atelier Saluden-Le-Bihan il a ouvert son propre atelier de vitraux à Nantes 44 rue de la Bastille en  1948 avec l'aide d'un compagnon du devoir. Il élabore de nombreux vitraux d'églises pour le Diocèse de Nantes et au-de là du Département, ainsi que pour des maisons particulières. En 1986, lors de sa retraite, il créa l'Association Art & Culture dont il fût le Président jusqu'en 2008. 

— Pierre Toulhoat a également collaboré à l'atelier Le-Bihan-Saluden comme peintre cartonnier.

— les autres compagnons formés à l'atelier d' Yves Le Bihan sont alors Nicol, Roger Louval, Guy Gouzard et Charles Grall.

la-lorette 5600c

 

4°) Le tympan

renferme des armoiries d'azur, à l'agneau pascal d'argent, au chef cousu d'hermines . L'agneau ne tient ni banderole, ni étendard. On peut les rapprocher de celles  du chapitre de la cathédrale : d’azur à l’agneau pascal d’argent tenant une croix d’or à la banderole d’argent, ou plus vraisemblablement à une part de celles de   Monseigneur Duparc  évêque de Quimper de 1908 au 08.05.1946 et qui se blasonnent Parti : 1) d’azur à l’agneau d’argent – 2) d’or au lion de sable, tenant une crosse – Slt) un chef d’hermines. Devise : Meulet ra vezo jezuz krist (que soit loué Jésus-Christ).  

 

II. Notre-Dame de  Lorette.

 Chanoine Pérennès, 1940 : "Parmi les statues anciennes, il y a une Vierge-Mère, vêtue d’une longue robe sans ceinture, finement ciselée et dorée : c’est Notre-Dame de Lorette".

  L'iconographie des statues de Notre-Dame de Lorette est intrigante ; ici, elle est coiffée d'une tiare, et vêtue d'une robe grossièrement conique, flottante, ornée de quatre bandes horizontales rouges et bleues qui portent des joyaux ronds ou losangiques. Ailleurs, c'est souvent une Vierge noire, portant un Enfant à tête noire. Mais la statue typique, celle qui est produite en série pour la dévotion, est très particulière ; c'est elle que l'on découvre à l'extérieur au dessus du porche occidental. La Vierge couronnée y est comme emmaillotée de bandelettes pour mouler une forme générale conique évasée en cloche vers le bas ; sur la surface lisse du plâtre ou d'une pierre fine, cinq dessins en croissant de lune s'étagent de façon décroissante vers le haut jusqu'à atteindre une forme en demi-cercle, coiffée d'un dernièr croissant convexe dans le sens opposé aux autres. 

  C'est la Virgo Lauretana de la Santa Casa, dont j'ai trouvé les reproductions sous forme de médailles ou de statuettes mais dont je n'ai pas trouvé d'indication sur le modèle original, ni d'explication sur cette forme et sur ces curieux motifs. :

une image trouvée sur le net :

 "

la-lorette 6084c

 

la-lorette 5582c


III. La bannière Le Minor.    

      Voir :  Les bannières Le Minor.

 

              la-lorette 5585c

 

                                   la-lorette 5586v

la-lorette 5592c

 

IV. Les statues.

  Je lis que la chapelle abritait les statues de Notre-Dame de Lorette, saint Tugen (actuellement Eugène), saint Cado, sainte Barbe et saint Michel. Mais c'est bien un Saint Laurent que je découvre, doté, en guise de grill, d'un véritable radiateur de fonte qui ferai pâlir de jalousie plus d'un de nos adeptes du barbecue dominical. 

 

                            la-lorette 5589v

Quand à ce Saint Michel, il avait perdu la lance par laquelle il terrassait le dragon ; une paroissienne a trouvé sans-doute une balance à fléau qui ne servait plus dans sa cuisine et l'affaire fut réglée pour le grand soulagement du diablotin joufflu, cornu et à la queue fourchue qui trouvait lassante l'existence sous cette épée de Damocles. Mais non : le chanoine Perennes dans sa Notice le décrivait déjà ainsi :"un assez beau saint Michel, aux ailes dorées et éployées tenant sa balance de Balanser an eneou, et frappant de sa lance le hideux dragon qui se tord à ses pieds ". En 1940, il avait encore sa lance, et déjà sa balance !

                                      la-lorette 5588c

 

VI Les sablières.

 

   Elles datent de la chapelle primitive du seigneur Rubian. Elles alternent les monstres aux gueules de caïman, les bacchus menant des bacchanales, les fables animalières (le chat et le renard, peut-être tiré du Roman de Renart), les énigmes allégoriques (l'homme aux oreilles mangées par les corneilles ou craves) quelque rébus peut-être (homme caressant l'arrière-train d'un féroce mâtin), les masques entre deux gerbes de blé...

la-lorette 6081c

la-lorette 6087c

 

la-lorette 6088v

 

la-lorette 6090c

 

 

 

la-lorette 6093c

 

 

la-lorette 6094c

 

 

la-lorette 6095c

 

 

Sources et liens.

 

Site de la Mairie :http://www.mairie-plogonnec.fr/histoire-des-chapelles.htm

Site infobretagne. http://www.infobretagne.com/plogonnec.htm

Henri Pérennès, Notice sur Plogonnec, Bulletin diocésain d'Histoire et d'Archéologie du Diocèse de Quimper 1940 http://catholique-quimper.cef.fr/opac/doc_num.php?explnum_id=61

 

Sophie Duheim   « Quant li goupil happe les jélines... », ou les représentations de Renart dans la sculpture sur bois bretonne du XVe au XVIIe siècle, Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest   1998 Volume   105  pp. 53-69 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/abpo_0399-0826_1998_num_105_1_3972

 

 

 


Par jean-yves cordier
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : nature patrimoine finistère papillon chapelle Environnement
  • : Le partage de photographies de tout ce qui, dans la nature, porte les ailes de la grâce : un blog pour ouvrir autant de fenêtres que possible sur mon coin de Bretagne, autour de Brest et de Crozon, et un blog aussi pour faire vivre tous les mots savoureux de la zoologie. De l'émerveillement, mais aucune compètence, ne prenez mes identifications d'espèce animale qu'avec beaucoup de réserve.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Recherche

Profil

  • jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers". Pythagore. "Laudato ingentia rura ; exiguum colito" Virgile, Gé. II, v.412, "Fais l'éloge des grands domaines ; cultives-en un tout petit."
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés