Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 22:03

J'avais observé les chenilles des zygènes, puis le moment où elles se transformaient en chrysalides en construisant leur étui de papier-maïs : un rappel par deux images :

DSCN5217ccpapillons-2-zygene-ect 1345cc

 

... et deux liens :Les Zygènes : premières chenilles, premières chrysalides.

                            ; Noces chez les Zygènes de la filipendule : usurpation.

 

 

 

 

Depuis une semaine, les chrysalides sont sorties de leur diapause, et les jeunes zygènes ont émergé, laissant derrière elles l'habit noir-goudron pour endosser une superbe tenue à pois.

 

  Crozon, l'Aber, 17 mai 2011

papillons-2-zygene-ect 1359cc

 

 

Mais alors qu' il vient juste d'émerger, ce mâle tient encore ses ailes verticalement, laissant voir le verso d'un beau carmin. ( Avec cet adjectif, nous restons dans l'entomologie puisqu'il vient de l'arabe kirmiz, "cochenille", cette couleur étant fabriquée à partir de ces insectes)

 

papillons-2-zygene-ect 1357ccx

 

 

   Plus tard, il ira compter fleurette aux demoiselles, ce qui nous permettra de compter les points : pour identifier les zygènes, c'est très important de savoir compter les points. Cinq, c'est Zygaena trifolii,même si ses taches sont souvent confluentes. Six, c'est Zygaena filipendula, moins courante en Bretagne, et plus tardive.

 

   J'avais donné comme étymologie du nom zygène le grec zugos, le joug, mais le CNRTL (Trésor de la langue française ) après m'avoir appris  que les zygènes étaient les seuls insectes à survivre dans "le flacon de cyanure traditionnel des entomologistes" en raison de l'imprégnation de leur tissus par l'acide cyanhydrique, due elle-même au liquide qu'elles sécrètent par la base de leur trompe et qui est hautement toxique, signale que le nom zygène est d'abord  utilisé en ichtyologie pour désigner le requin marteau, depuis 1572. Les grecs puis les latins n'utilisaient le mot (zugaina ou zygaena) que  pour désigner ce "poisson", et ce n'est que par analogie que Fabricius créa en 1775 le terme entomologique zygaena , repris en français par Cuvier dans son Histoire Naturelle de 1798 sous la forme zygène.

 

 Crozon, Aber, 17 05 11: Zygaena trifolii.

papillons-2-zygene-ect-1892cc.jpg

 

 papillons-2-zygene-ect 1373cc

 

 

   Il convient de ne pas les confondre avec l'Ecaille du sénéçon, la  Goutte-de-sang, ou... Carmin, Tyria jacobaeae  (Linnaeus, 1758).

 

 

 

 Crozon, dunes de Goulien, 17 mai 2011

ecaille-goutte-de-sang 1425cc

 

ecaille-goutte-de-sang 1434cc

 

 

 

 ecaille-goutte-de-sang 1446cc

 

DSCN7499cc

 

 

DSCN7489cc

 

 

 

 

  L'écaille du séneçon, comme son nom l'indique, et comme l'indique aussi Linné dans sa description de 1758 (Habitat in Jacobaea senecionis) pond ses oeufs sur le sénéçon de Jacobée, où on peut découvrir (ici le 28 mai) ses chenilles "pilosa, albo (sic) luteoque annulata ", velue, avec des anneaux noirs et jaunes :

 

DSCN7737

 

DSCN7736cc 

 

 

  ecaille-goutte-de-sang-4219cc.jpg

 

  L'étymologie du nom scientifique est simple pour l'épithète spécifique jacobaea.

  Pour expliquer le nom de genre, relisons l' Histoire Naturelle de Pline l'Ancien, ou tout du moins cet extrait : " La pourpre la plus estimée est, en Asie, celle de Tyr. " Le nom Tyra est une tournure à la grecque pour dire "Tyrien, venant de Tyr", rendant hommage à la superbe cape pourpre de ce papillon. Dans l'antiquité, le Pourpre de Tyr était un privilège de l'élite car la couleur qui avait fait la richesse de  la cité phénicienne atteignait des prix exorbitants, mais partiellement justifiés par son origine. En effet, la teinture était fabriquée à  partir d'un coquillage, un murex, Bolinus brandaris, et on dit qu'il fallait 12000 murex pour obtenir 1,5 gramme de pigment.  Le port de vêtements teintés de pourpre était régi par des lois somptuaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche