Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 12:30

       Les Livres d'Heures manuscrits de la bibliothèque Les Champs Libres de Rennes (2).

  Le thème de la sage-femme: Zélomi, Salomé ou sainte Anastaise?


             Suite de : La Vierge couchée (5) dans les Nativités des Livres d'Heures de Rennes.

    Une nouvelle exploration des manuscrits conservés à la bibliothèque Municipale de Rennes révèle encore deux exemples de Vierges couchées, ou Vierges en couche, "Vierges en gésine sur son lit d'accouchée" selon la formulation de Louis Réau. Sur les 39 manuscrits religieux (5 Bibles, 26 Livres d'Heures et 8 divers), cela représente donc un total de 7 occurences, plus d'un sixième des livres d'Heures soit un chiffre très élevé si on le compare à la rareté avec lequel ce thème est traité en sculpture.

   Une recherche sur le site Enluminures (qui regroupe des miniatures des manuscrits numérisés français) donne le résultat suivant: sur 227 "Nativités" (mot clef de l'Index), la Vierge est couchée sur 65 d'entre elles : plus du quart d'entre-elles.

 Mais ces nouveaux exemples vont illustrer cette fois-ci un nouveau thème : celui de la sage-femme. Une introduction serait nécessaire, mais puisque j'ai découvert grâce à ces images ce motif iconographique, je placerai le chapitre explicatif à la fin.

I. Le Livre d'Heures de Jean de Montauban.

Livre d'Heures de Jean de Montauban, © Médiathèque Rennes MS1834, 1430-1440, artiste : Maître des Heures de Jean de Montauban. 

Folio F.47 L'Adoration des bergers. (scène secondaire : la circoncision). Photo Central Studio BIB20060602039.

                         BIB-20060602-039.img

 

Idem, détail.

                          BIB-20060602-039.imgcc.jpg

 

  1. L'enluminure.

L'image est pleine d'intéret ; tout d'abord, je constate qu'elle rappelle l'Adoration des bergers du manuscrit Rennes MS0029 ("Livre d'Heures du XVe siècle"). Même disposition du lit, même couverture rouge et or, même coussin vert, même palissade en osier, etc... Mais comme dans un jeu des sept erreurs, l'artiste a ajouté un tabouret à droite du lit, les bergers sont quatre et non plus trois, le ciel de lit est bleu plutôt que rouge, quatre anges assistent à cette Nativité,...

 Saint Joseph semble plus jeune, il n'a plus de canne, ses cheveux et sa barbe sont noirs. Un détail toujours remarquable est constitué par la bourse, ou aumonière, dont on ne sait s'il faut l'interpréter comme un accessoire de chef de famille, ou comme un indice de la judéité du saint.

 L'Enfant-Jésus est emmailloté, mais tourne son visage vers sa mère : la Vierge, attentive à son fils, est allongée ou demi-assise contre des coussins, son manteau bleu ajusté au niveau du buste s'épanouissant en une corolle dans sa partie basse ; ses cheveux s'échappent d'un turban blanc.

  Une femme, nimbée, vêtue d'une robe mauve pâle, tend les bras en se penchant légèrement vers l'Enfant. Ses cheveux sont longs. Sa taille est entourée par une sorte de repli d'étoffe, sans ceinture ni accessoire visible. C'est la présence de cette femme, une sainte comme l'atteste son auréole, qui va retenir mon attention.

2. Le manuscrit.

Source : site bibliorare.com : http://www.bibliorare.com/cat-vente_agut10-10-2001.htm

  Appartenant à la bibliothèque de l'industriel Marcel Jeanson, il a été acquis par la Bibliothèque de Rennes le 10 octobre 2001 à l'Hôtel des Ventes Claude Agutte de Neuilly. Ce Livre d'Heures selon l'usage du diocèse de saint-Brieuc (Horae secundum usum Briocensem) daté des années 1430-1440 a été vraisemblablement exécuté pour l'amiral Jean de Rohan (1412-1466), sire de Montauban et époux d'Anne de Kérenrais, puisque le commanditaire apparaît présenté par saint Jean et que les armes de la famille de Rohan-Montauban de gueules à neuf macles d’or, au lambel d’argent figurent sur une quarantaine de pages. Néanmoins, bien que l'ouvrage soit écrit pour un homme (Obsecro), Jean de Montauban a dû offrir ce livre à sa soeur Ysabeau de Montauban car  c'est son nom, avec celui de son époux Tristan du Périer, comte de Quintin  qui figurent sur le calendrier. 

 Jean de Montauban, chambellan de Charles VII et maréchal de Bretagne, bailli du Cotentin,  fit avec le duc François Ier la campagne de Normandie en 1450 et celle de Guyenne sous Charles VII. Il fut nommé Grand Maître des Eaux et Forêts et amiral de France en 1461 par le roi Louis XI et meurt en 1466.

  Le manuscrit comporte 129 folios de parchemin, et 110 miniatures dont 37 grandes compositions en pleine page. Les vingt premières sont l'oeuvre du "Maître des Heures de Montauban", enlumineur breton caractérisé par ces pages pleines, leur cloisonnement, et leurs couleurs sombres et violentes; on note l'importance de la chasse, plusieurs enluminures étant consacrées à saint Julien et à saint Eustache, avec au total 20 scènes cynégétiques. Cet enlumineur est proche du « maître des Heures de Rohan » et du « maître des Heures de Marguerite d'Orléans » dont il a subi l'influence.

 

  Les suffrages honorent un certain nombre de saints bretons, comme  Guillerme, évêque de Saint-Brieuc (10 janvier), Gildas, abbé [de Rhuys] (29 janvier), Guennolé, abbé [de Landévenec] (3 mars), Tugdual, évêque (6 juin), Mériadec, évêque [de Vannes au VIIe s.] (9 juin), Jacut, abbé [en Bretagne au VIe s.] (5 juillet), Turian (ou Turiau), évêque [de Dol] (13 juillet), Samson, évêque [de Dol] (28 juillet), Guillaume, évêque [de Saint-Brieuc] (29 juillet), Armel, ermite [en Bretagne] (16 août)…

 

Il existe à la Bibliothèque nationale (ms lat. 18026) un manuscrit provenant du même atelier, exécuté pour Jean de Montauban et sa femme Anne de Kéranrais, mais marqué aussi aux armes des Visconti, Bonne de Visconti étant la mère de Jean de Montauban.Je ne suis pas parvenu à y avoir accès. Deux livres d’heures furent ainsi apparemment réalisés pour Jean de Montauban. 

 

 

 

  II. Livre d'Heures à l'usage de Bayeux.

      Livre d'Heures à l'usage de Bayeux, Manuscrit Rennes MS0032, vers 1460, artiste :Maître de l'Échevinage de Rouen.

© Médiathèque Rennes, Folio F.102v, La Nativité, BIB20060406-055.

                  BIB-20060406-055.img

 

L'enluminure.

  Exception à ma série, la Vierge n'est pas couchée. Mais la présence à ses cotés d'une femme qui tend les mains jointes vers l'Enfant-Jésus retient mon attention. Ce n'est pas la "petite dame" en posture de commanditaire qu'a décrit Jean-Luc Deuffic dans les enluminures du Maître de l'échevinage de Rouen http://blog.pecia.fr/post/2012/10/08/La-dame-des-Heures-%C3%A0-l-usage-de-Rouen C'est à-priori une sage-femme, qui ne porte pas d'auréole, mais une grande coiffe en turban. Elle tient devant la taille un linge blanc, qui me fait considérer autrement le repli de la robe de la sage-femme du MS1834 que nous venons de voir. 

  Joseph est ici remarquable par le cierge qu'il tient ; sa posture penchée vers l'Enfant le fait participer à la scène, tout au contraire des Nativités où il est en retrait. C 'est un motif présent dans des oeuvres flamandes, chez Campin notamment. 

  L'étoffe tendue en fond derrière Marie, rouge damassée d'or, est caractéristique de l'enlumineur, tout comme la prédominance des rouges et des bleus.

Le manuscrit : 

  Le Livre d'Heures à l'usage de Bayeux Rennes MS 0032 est un manuscrit sur parchemin daté vers 1460,  rédigé en latin et en français et réalisé en Normandie. Les enluminures sont attribuées au Maître de l'Echevinage de Rouen, artiste actif entre 1460 et 1480 et aussi appelé "Maître du latini de Genève". Il est en effet l'illustrateur de nombreux ouvrages parmi la vingtaine de ceux  qui constituaient la Bibliothèque de l'Hôtel de Ville de Rouen, bibliothèque dont les livres, fixées par des chaînes, étaient consultables publiquement pour constituer une sorte d'encyclopédie. Parmi ceux-ci, on cite la Chronique de la Bouquechardière, la Cité de Dieu d'Augustin, une Bible , un Coutumier de Normandie, une Chronique de Charles VI et de Charles VII, le Trésor de Brunet Latin, le Livre des trois Eages de Pierre Choisnet ou le Cas des Nobles hommes et femmes de Boccace.  On retrouve chez lui l'influence des artistes flamands et italiens.

 

 

 

 

 

III.  Livre d'Heures à l'usage de Saint-Malo.

Nativité, Livre d'Heures à l'usage de Saint-Malo, XVe siècle, miniature mi-page, artiste inconnu. © Médiathèque  Rennes MS1510 folio F.37. BIB20091208-004. Miniature retouchée au XIXe siècle.



                                  BIB-20091208-004.img détail

 

  L'image paraît plus ancienne que les précédentes, ou plus frustes. Les repères sont plus flous : quel est ce fond carrelé bleu et rouge ? La couverture bleue est-elle le manteau de la Vierge ? Celle-ci est elle-allongée dans l'herbe ? Quel est ce paravent auquel elle s'adosse ? La Mère semble avoir les épaules nues, mais recouvertes par la chevelure, expressément longue. Est-elle en train de donner le sein gauche à l'Enfant emmailloté ? (l'examen détaillé répond par l'affirmative).

  Quelle est la femme placée à sa gauche ? Elle porte un nimbe

Joseph présente des caractéristiques déjà observées dans les Nativités précédentes: la barbe, le bonnet jaune (en capuchon ici), et la canne sur laquelle il s'appuie ; mais aussi la posture pensive, tête inclinée et regard oblique.

  On notera aussi un autre élément, la présence d'un tabouret à quatre pieds: quel en est le sens ? C'est en général le siège qu'adopte saint Joseph.

 

 Je retiens les deux détails particuliers : la Vierge allaitante ; et la présence de la sage-femme.

 

II. Iconographie de la Sage-femme dans les Nativités.

      Note : cet article s'est écrit par étapes : j'ai commencé en rapprochant ces enluminures de la collection de Rennes de  quelques autres exemples identiques seulement, puis la liste iconographique s'est accrue ; j'ai formulé assez vite l'hypothèse que ce n'était  pas Zélomi et Salomé qui étaient représentées, mais sainte Anastaise, dont j'ignorais l'existence auparavant et dont je découvris l'importance... en litterature. Peu encouragé par l'absence de mention de cette sainte dans l'iconographie, François Avril s'étant prononcé pour les sages-femmes apocryphes dans les Heures illustrées par Le Tavernier, et déçu de constater que toutes ces saintes avaient chacune une paire de mains (Anastaise n'en ayant pas), j'allais néanmoins conclure, bien solitairement, lorsque  je  découvris l'article très complet de Diane Booton qui décrivait sainte Anastaise, sans ses mains, dans la Nativité du Livre d'Heures du Maître de Spitz du Getty Center : on ne pouvait trouver meilleur encouragement. Enfin je trouvais le tableau de Lorenzo Lotto où "Salomé" tendait deux moignons vers l'Enfant-Jésus...

  Ces trois Nativités des Heures conservées à Rennes montrent une femme, nimbée dans deux cas, se tenant à gauche du lit ou de la Vierge en proximité immédiate de celle-ci et vêtue d'une robe ajustée mauve, verte ou bleu-noir à encolure arrondie.  

  Ce motif semble rare parmi les manuscrits enluminés, et la base de données du site Enluminures m'en indiquait deux exemples : 

  • Heures d'Anne de Mathefelon, Maître de Luchon, Bourges, Musée du Berry inv. 1924.4.1 f.064, 1415-1420.
  • Heures à l'usage de Paris, Carpentras, BM ms 0049 f.061, second quart du 15ème siècle. 

  Qui est cette femme ? Il n'est pas bien-sûr pas possible que ce soit une servante ou un membre de la famille (Marie et Joseph se sont réfugiés dans une étable), et la seule éventualité plausible est qu'il s'agisse de l'une des sages-femmes que mentionnent les textes apocryphes. 

L'originalité du thème a été souligné par François Avril lorsqu'il l'a décrit chez Jean Le Tavernier notamment dans sa Nativité du Bréviaire dit de Philippe Le Bon à l'usage de Paris du ms 9511, folio 43v, Bibliothèque Royale de Bruxelles.

François Avril  Jean Le Tavernier : un nouveau livre d'heures  Revue de l'Art 1999 , 126,  pp. 9-22   http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rvart_0035-1326_1999_num_126_1_348471.

 Cet auteur décrivait trois autres occurences de ce thème dans les oeuvres de Le Tavernier, dans deux grisailles de la Nativité du Livre d'Heures de Philippe Le Bon de La Haye, Bibliothèque Royale, ms 76F2 folio 12 et 245, dans la Nativité de Miroir de salvation humaine, Paris, BnF Fr 6275 folio 49, et dans le premier des Livres d'heures décrits dans les catalogues de la Librairie Heribert Tenschert.

  Je trouve sur le site de la Bibliothèque royale de La Haye (parmi les reproductions proposées en carterie), un autre exemple tiré d'Heures à l'usage de Valence, CA 1462, KW 135 J 55 folio 84v (parchemin, 150x100 mm, 167 folios).

Dans Les Grandes Heures d'Anne de Bretagne BNF latin 9474, le folio 218v est donné à voir, sur la base de données Mandragore de la BNf, avec le titre " Christ adoré par sa famille", titre peu compréhensible pour une image où Marie assise et tenant l'Enfant est encadrée par Joseph et par une sainte femme, derrière lesquelles se tiennent deux femmes nimbées, les mains jointes. Je propose de voir en celles-ci les sages-femmes, d'autant que l'oraison qui suit (f. 219r) rend grâce à la virginité de Marie selon la formule classique "Virgo ante partum, virgo in partu : et virgo post partum". 

 En peinture  Le modèle, la référence est constituée par le panneau La Nativité de Robert Campin (Maître de Flémalles) du Musée des Beaux-Arts de Dijon et datée de 1425. On y voit les deux sages femmes, "la bonne et la mauvaise", Zélomi et Salomè, dont l'une est de dos et l'autre de face.  Le Retable de Saint-Vaast de Jacques Daret (1433-1435) Musée Thyssen-Bornemisza, Madrid montre une scène analogue, dont les détails sont étudiés sur le site http://artifexinopere.com/?p=1837. Mais une sage-femme peut aussi être vue sur une œuvre encore plus célèbre, la Nativité de Giotto pour la chapelle de Scrovegni, et deux femmes donnant le bain à Jésus sont peintes par Giotto à Assise.

 

  En réalité, le théme peut être retrouvé dans les manuscrits carolingiens, comme dans le sacramentaire de Drogon de Metz vers 845-855. Dans cet exemple qui réunit sur la même lettre historiée quatre Nativités, il y est associé à une représentation du bain donné par deux femmes.

  On peut le trouver dans la base Mandragore de la BnF dans d'autres manuscrits encore.

  Nous pouvons donc dresser la liste provisoire suivante :

1. Miniatures :

  •  Sacramentaire de Drogon, 845-855, Metz
  • Heures de Jean de Montauban, 1430-1440, Rennes
  • Heures à l'usage de Bayeux, 1460, Rennes,
  • Heures à l'usage de Saint-Malo, XVe siècle, Rennes
  • Heures d'Anne de Mathefelon, 1415, Bourges
  • Heures à l'usage de Paris, 1425-1450 Carpentras, 
  • Bréviaire de Philippe Le Bon, Bruxelles
  • Heures de Philippe le Bon, 1450-1460, La Haye, 
  • Grandes Heures d'Anne de Bretagne, Paris BNF latin 9474 f. 218.
  • Miroir de salvation humaine,  Paris, BnF ms Fr. 6275 folio 49
  • Heures de Valences, v.1460, La Haye,
  •  Missale ad usum fratrum minorum, Milan v1385-90 Paris BnF ms Latin 757 F.283 v, 
  • Vie des saints, 1425-1450, Paris BnF ms fr. 185 folio 6v 
  • Légende Dorée traduite par Jean de Vignay, 1348,  Paris BnF ms Fr 241 folio 17,
  • Légende Dorée traduite par Jean de Vignay, c1415, BnF ms 415-416
  • Légende Dorée traduite par Jean de Vignay, c1420, Bruxelle Bibl Roy. ms 9228 f.21.
  • Missel à usage de Nantes, v.1450, Le Mans BM 0223 f.014v
  • Missel franciscain, 1400-1415, Le Mans BM ms 0249 f 016v.
  • Livre d'Heures du Maître de Spitz, v.1420, Los Angeles, Getty Center MS 57 fol.84.

2. Peintures :

  • Giotto, Nativité, 1303-1306, Padoue
  • Giotto, Nativité, 1310, Assise.
  • Robert Campin, Nativité, 1425, Dijon.
  • Jacques Daret, 1435, Madrid.
  • Lorenzo Lotto, Nativité 1527, Sienne.

3. Sculpture.

  • Fragment d'une Nativité, région de Bruxelles, 1550-1559, Le Louvre.

 Il est assez aisé de distinguer deux types de représentation : soit, selon le "modèle" de Robert Campin, la femme est richement vêtue, richement coiffée (souvent d'un turban), et dépourvue de nimbe : c'est à mon sens, la sage-femme Salomé, ou la "bonne" sage-femme Zélomi. Soit encore la femme est vêtue d'une robe très simple, souvent mauve ; elle tend les bras vers l'avant, parfois pour présenter l'Enfant et sa tête porte dans deux cas sur trois l'auréole : c'est peut-être la bonne sage-femme Zélomi, (quoique je ne sache pas qu'elle ait été reconnue sainte et méritant à ce titre l'auréole), mais c'est plus vraisemblablement sainte Anastaise, dont on découvrira l'hagiographie plus bas. 

  Dans tous les cas, la gestuelle des mains des trois personnages (Marie, Joseph et la sage-femme) est soulignée, son importance est manifeste, mais malgré les interprétations qu'en ont donné certains commentateurs, jamais je ne constate explicitement que l'une des mains de la sage-femme soit incontestablement desséchée, ou modifiée.

 

 

 


Voici les images correspondantes :


• Sacramentaire de Drogon, Metz, © BnF manuscrit latin 9428 fol 24v  (scène du haut à droite) :

 lat 9428 024v BnF latin sacramentaire de Drogon Metz, entre

 

 •  Heures d'Anne de Mathefelon, © Bourges Musée du Berry inv.1924.4.1 f.064 IRHT 045715A p :

 IRHT 045715A-p Bourges musée berry inv 1924.4.1 f.064 heu

 

 

• Heures à l'usage de Paris, © Carpentras BM ms 0049 f.061. IRHT 072669 p :

                         IRHT 072669-p carpentras BM ms 0049 f 061 Heures usage Pari

 

 

• Bréviaire dit de Philippe Le Bon, et le Miroir de salvation humaine, : les deux oeuvres ayant fait parti de l'exposition Miniatures flamandes 1404-1482 de la BnF, on peut les voir sur son site, soit  dans l'album Jean Le Tavernier de la BnF ici, image 18 et 20 : http://expositions.bnf.fr/flamands/albums/letavernier/index.htm,  soit http://expositions.bnf.fr/flamands/grand/fla_155.htm 

 

 

      Grandes Heures d'Anne de Bretagne BNF latin 9474 f. 218v

      ConsulterElementNum?O=IFN-7834181&E=JPEG

 

 

• Livre d'Heures de Philippe le Bon, KB, La Haye :

76f2 139r livre heure phil le bon la haye Le tavernier

 

• Heures de Valences, KB La Haye :

135j55 084v naissance de Jésus La Haye

 

 

• BnF Français 185 Folio 6v, Vie des saints :

BnF français 185 6v 2eme quart 14eme siècle Vie des saint

 

 

 

• BnF Latin 757 Foilo 283v Missale ad usum fratrum minorum, Milan v.1385-1390 :

BnF latin 757 f. 283v sage femme et bain Missale ad usum fr

 

 

• Légende Dorée traduite par Jean de Vignay, 1348,  Paris BnF ms Fr 241 folio 17 :

legende dorée trad. jean de Vignay BnF français 241 f.17

 

 

 

• Missel à usage de Nantes, v.1450, Le Mans BM 0223 f.014v

IRHT 082497-p le mans ms 0223 f 014v missel usage nantes v

 


• Missel franciscain, 1400-1415, Le Mans BM ms 0249 f 016v :

IRHT 082641-p le mans BM 0249 f 016v Missel franciscain

 

• Livre d'Heures du Maître de Spitz, v.1420, Getty center MS 57 fol.84 : selon Diane E. Booton, la sainte placée à l'arrière de la Vierge n'a pas de mains, ce dont il était difficile d'être absolument certain en examinant la reproduction.

       11051001.jpg

 

Giotto, Nativité, 1303-1306, chapelle de Scovegni, église de l'Arena, Padoue

Giotto, Nativité

 

Giotto, Nativité, 1310, Assise, fresque de l'église san Francesco. Wikipédia

 

nativity-giotto-1311.jpg

 

 

 

• Robert Campin, Musé des Beaux-Arts de Dijon BAD 150, huile sur panneau.

Fichier:Robert Campin 003.jpg

 

• Nativité, Jacques Daret, http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Jacques_Daret_-_Adoration_of_the_Child_-_WGA5933.jpg

File:Jacques Daret - Adoration of the Child - WGA5933.jpg

 

 

• Région bruxelloise, seconde moitiè XVe siècle. Le Louvre, http://cartelfr.louvre.fr/cartelfr/visite?srv=car_not_frame&idNotice=2465

3288 s0004867.001 Louvre, sage-femme dans l'étable de la N

 

 

III. Interprétation du thème à la lumière des textes anciens.  

                                                 

  Ces différentes oeuvres montrent donc une ou deux sages-femmes assistant à la Nativité de l'Enfant-Jèsus ; mais pourtant, la présence d'une sage-femme n'est pas signalée dans les évangiles. D'autre-part, la virginité de La Vierge implique que, précisément, la présence d'une sage-femme n'est pas nécessaire. Enfin, deux des trois sages-femmes des Heures de la Bibliothèque de Rennes portent le nimbe qui atteste de leur sainteté : de quelle sainte s'agit-il ?

  Pour répondre à ces questions, il faut étudier les textes apocryphes et les hagiographies et légendes médiévales.

 

1. Les textes apocryphes.

  Ce sont ces textes qui font apparaître deux sages-femmes, Zébel (Zahel, Zélomi), la "bonne" qui croit à la Virginité de Marie, et Salomé, "la mauvaise" qui met en doute celle-ci, procède à une vérification, en est punie par le dessèchement de la main puis guérit grâce à un ange qui lui conseille de toucher les langes de Jésus. Leur présence n'a rien à voir avec la maïeutique, mais permet d'attester la naissance virginale de Jésus, et la phrase clef est celle de Zébel : "Ce nouveau-né n'a connu nulle souillure de sang, l'accouchée n'a éprouvé nulle douleur. La vierge a enfanté et après l'enfantement continue d'être vierge" . Naissance sans effraction et sans douleur ( par inversion de la malédiction d'Éve : "tu enfanteras dans la douleur"). La seconde phrase en latin, Virgo peperit filium est une citation d'Isaïe 7,14, mais elle correspond aussi à celle-ci :Virgo concepit, virgo peperit, virgo permansit, "Vierge elle a conçu, vierge elle a enfanté, vierge elle est demeurée." :  c'est la phrase que la Patrologie latine n'a cessé de reprendre pour affirmer la virginité ante partum, in partu et post partum, pour affirmer le dogme de l'uterus clos (clausus uterus) et appliquer à Marie le verset d'Ezechiel 44,2 "Il est une porte close dans la maison du Seigneur, qui ne s'ouvrira jamais". (voir Jacques Dalarun link ) Face à l'importance d'un tel dogme, et à la présentation de Marie comme une Nouvelle Éve, on voit que le rôle des deux sages-femmes n'est pas accessoire.

1. Protévangile de Jacques, (Nativité de Marie) texte grec du IIème siècle.

CHAPITRE XVIII.

Et trouvant en cet endroit une caverne, il y fit entrer Marie, et il laissa son fils pour la garder, et il s'en alla à Bethléem chercher une sage-femme.[...]

CHAPITRE XIX.

   "Et voici qu'une femme descendant des montagnes, lui dit : « Je te demande où tu vas? » Et Joseph répondit : « Je cherche une sage-femme de la race des Hébreux. » Et elle lui dit : « Es-tu de la race d'Israël?» Et il répliqua que oui. Elle dit alors : « Et quelle est cette femme qui enfante dans cette caverne? » Et il répondit : « C'est celle qui m'est fiancée. » Et elle dit : « Elle n'est pas ton épouse?» Et Joseph dit : « Ce n'est pas mon épouse, mais c'est Marie qui a été élevée dans le temple du Seigneur, et qui a conçu du Saint-Esprit » Et la sage-femme lui dit : « Est-ce que c'est véritable? » Et il dit : « Viens-le voir. » Et la sage-femme alla avec lui. Et elle s'arrêta quand elle fut devant la caverne. Et voici qu'une nuée lumineuse couvrait cette caverne. Et la sage-femme dit: « Mon âme a été glorifiée aujourd'hui, car mes yeux ont vu des merveilles. » Et tout d'un coup la caverne fut remplie d'une clarté si vive que l'œil ne pouvait la contempler, et quand cette lumière se fut peu à peu dissipée, l'on vit l'enfant Sa mère Marie loi donnait le sein. Et la sage-femme s'écria : « Ce jour est grand pour moi, car j'ai vu un grand spectacle. » Et elle sortit de la caverne, et Salomé fut au devant d'elle. Et la sage-femme dit à Salomé : « J'ai de grandes merveilles à te raconter ; une vierge a engendré, et elle reste vierge. » Et Salomé dit : « Vive le Seigneur mon Dieu ; si je ne m'en assure pas moi-même, je ne croirai pas. »

CHAPITRE XX.

Et la sage-femme, rentrant dans la caverne, dit à Marie : « Couche-toi, car un grand combat t'est réservé. » Salomé l'ayant touchée, sortit en disant : « Malheur à moi, perfide et impie, car j'ai tenté le Dieu vivant. Et ma main brûlée d'un feu dévorant tombe et se sépare de mon bras. » Et elle fléchit les genoux devant Dieu, et elle dit : « Dieu de nos pères, souviens-toi de moi, car je suis de la race d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. Et ne me confonds pas devant les enfants d'Israël, mais rends-moi à mes parents. Tu sais, Seigneur, qu'en ton nom j'accomplissais toutes mes cures et guérisons, et c'est de toi que je recevais une récompense. » Et l'ange du Seigneur lui apparut et lui dit : « Salomé, Salomé, le Seigneur t'a entendue; tends la main à l'enfant, et porte-le; il sera pour toi le salut et la joie. » Et Salomé s'approcha de l’enfant et elle le porta dans ses bras, en disant : « Je t'adorerai, car un grand roi est né en Israël. » Et elle fut aussitôt guérie, et elle sortit de la caverne justifiée. Et une voix se fit entendre près d'elle, et lui dit: « N'annonce pas les merveilles que tu as vues, jusqu'à ce que l'enfant soit entré à Jérusalem."

  C'est ce que décrit Robert Campin dans sa Nativité  : Salomé se tient debout, désignant sa main droite desséchée (ou plutôt ici pendante, paralysée comme dans l'évangile arabe de l'enfance) et portant sur un phylactère Cream quum probarim "Je croirais ce que je peux vérifier" alors que l'ange sur la gauche lui dit  Tange puerum et sanaberis, "touche l'enfant et tu seras guérie". Zélomi, de dos, porte le phylactère où ses paroles sont inscrites :Virgo peperit filium, "La Vierge a enfanté d'un fils".


  Évangile du pseudo-Matthieu (Le Livre de la Naissance de la Bienheureuse Vierge Marie et de l'enfance du Sauveur), vers 550-570.  

 

Texte sur le thème de l'enfance de Jésus en Égypte et à Nazareth, et présenté dans les manuscrits comme une traduction latine faite par Jérôme d'un ouvrage grec. 

 Version médiévale  : BnF, Paris (Lat. 11867, fin XIIIe ou début XIVe s.) provenant de l'abbaye de Marmoutier.

 

      Chap. XIII, 2 -5

  "Et, après avoir dit cela, il fit arrêter la monture et invita Marie à descendre de la bête et à entrer dans une grotte où régnait une obscurité complète, car elle était totalement privée de la lumière du jour. Mais, à l'entrée de Marie, toute la grotte se mit à briller d'une grande clarté, et, comme si le soleil y eût été, ainsi elle commença tout entière à produire une lumière éclatante, et, comme s'il eût été midi, ainsi une lumière divine éclairait cette grotte. Et cette lumière ne s'éteignit ni le jour ni la nuit, aussi longtemps que Marie y accoucha d'un fils, que des anges entourèrent pendant sa naissance, et qu'aussitôt né et debout sur ses pieds ils adorèrent en disant: "Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté."

3 Et Joseph, trouvant Marie avec l'enfant qu'elle avait mis au monde, lui dit: "Je t'ai amené la sage-femme Zahel, qui se tient à l'extérieur de la grotte, car elle ne peut pas y entrer à cause de la trop grande clarté." À ces mots, Marie sourit. Mais Joseph lui dit: "Ne souris pas, mais prends soin qu'elle puisse t'examiner, pour voir si tu n'as pas besoin du secours de sa médecine." Et Marie l'invita à entrer. Et, quand Marie lui eut permis l'examen, la sage-femme s'écria a haute voix et dit: "Seigneur grand, pitié! Jamais on n'a entendu ni même soupçonné que des seins soient remplis de lait alors que le fils qui vient de naître manifeste la virginité de sa mère. Ce nouveau-né n'a connu nulle souillure de sang, l'accouchée n'a éprouvé nulle douleur. La vierge a enfanté et après l'enfantement continue d'être vierge."

4 Entendant ces paroles, une autre sage-femme nommée Salomé dit: "Certes, moi je n'y croirai pas, à moins que je ne l'aie constaté moi-même." Et, s'étant approchée de Marie, elle lui dit: "Permets que je t'examine, afin que je sache si les paroles que Zahel m'a adressées sont vraies." Après que Marie l'eut autorisée à l'examiner, dès qu'elle eut retiré sa main droite, celle-ci se dessécha, et Salomé fut oppressée de douleur, et elle s'écria en pleurant: "Seigneur, tu sais que je t'ai toujours craint et que j'ai soigné tous les pauvres sans me soucier de la rétribution. De la veuve et de l'orphelin je n'ai rien accepté, et jamais je n'ai laissé partir l'indigent les mains vides. Et voilà que je suis devenue  malheureuse à cause de mon incrédulité, parce que j'ai osé mettre à l'épreuve ta vierge, qui a enfanté la lumière et est restée vierge après cet enfantement."

5 Et, pendant qu'elle parlait ainsi, un jeune homme resplendissant de lumière apparut auprès d'elle et dit : "Approche-toi de l'enfant et adore-le, touche-le de ta main et il te guérira, car il est le Sauveur de tous ceux qui espèrent en lui." Et aussitôt Salomé s'approcha en adorant l'enfant et elle toucha le bord des langes dans lesquels il était enveloppé. Et du coup sa main fut guérie. Et, sortant au-dehors, elle se mit à crier et à raconter les miracles qu'elle avait vus, ce qu'elle avait souffert et comment elle avait été guérie, en sorte que beaucoup reçurent la foi par sa prédication."

  Autre variante :  "Et lorsque l'Ange eut dit cela, il ordonna à Joseph d'arrêter la bête de somme sur laquelle était montée Marie, car le temps de l'enfantement était venu. Et il dit à Marie de descendre de sa monture et d'entrer dans une caverne souterraine où la lumière n'avait jamais pénétré et où il n'y avait jamais eu de jour, car les ténèbres y avaient constamment demeuré. A l'entrée de Marie, toute la caverne resplendit d'une splendeur aussi brillante que si le soleil y était, et c'était la sixième heure du jour, et tant que Marie resta dans cette caverne, elle fut, la nuit comme le jour et sans interruption, éclairée de cette lumière divine. Et Marie mit au monde un fils que les Anges entourèrent dès sa naissance et qu'ils adorèrent, disant : « Gloire à Dieu dans les cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté! » Joseph était allé pour chercher une sage-femme et lorsqu'il revint à la caverne, Marie avait déjà été délivrée de son enfant. Et Joseph dit à Marie ; « Je t'ai amené deux sages-femmes, Zélémi et Salomé, qui attendent à l'entrée de la caverne et qui ne peuvent entrer à cause de cette lumière trop vive. » Marie, entendant cela, sourit Et Joseph lui dit : « Ne souris pas, mais sois sur tes gardes, de crainte que tu n'aies besoin de quelques remèdes. » Et il donna l'ordre à l'une des sages-femmes d'entrer. Et lorsque Zélémi se fut approchée de Marie, elle lui dit : « Souffre que je touche. » Et lorsque Marie le lui eut permis, la sage-femme s'écria à voix haute : « Seigneur, Seigneur, aie pitié de moi, je n'avais jamais soupçonné ni entendu chose semblable; ses mamelles sont pleines de lait et elle a un enfant mâle, quoiqu'elle soit vierge. Nulle souillure n'a existé à la naissance et nulle douleur lors de l'enfantement. Vierge elle a conçu, vierge elle a enfanté, et vierge elle demeure. » L'autre sage-femme nommée Salomé, entendant les paroles de Zélémi, dit : « Ce que j'entends, je ne le croirai point, si je ne m'en assure. » Et Salomé, s'approchait de Marie, lui dit : « Permets-moi de te toucher et d'éprouver si Zélémi a dit vrai. » Et Marie lui ayant permis, Salomé la toucha, et aussitôt sa main se dessécha. Et, ressentant une grande douleur, elle se mit à pleurer très amèrement et à crier, et à dire : « Seigneur, tu sais que je t'ai toujours craint, et que j'ai toujours soigné les pauvres, sans acception de rétribution ; je n'ai rien reçu de la veuve et de l'orphelin, et je n'ai jamais renvoyé loin de moi l'indigent sans le secourir. Et voici que je suis devenue misérable à cause de mon incrédulité, parce que j'ai osé douter de ta vierge. » Lorsqu'elle parlait ainsi, un jeune homme d'une grande beauté apparut près d'elle et lui dit : « Approche de l'enfant, et adore-le, et touche-le de ta main, et il te guérira, car il est le Sauveur du monde et de tous ceux qui espèrent en lui. » Et aussitôt Salomé s'approcha de l'enfant, et l'adorant, elle toucha le bord des langes dans lesquels il était enveloppé, et aussitôt sa main fut guérie. Et, sortant dehors, elle se mit à crier et à raconter les merveilles qu'elle avait vues et ce qu'elle avait souffert, et comment elle avait été guérie."

 

L'évangile arabe de l'enfance, Ve siècle.

Le livre des miracles de notre Seigneur, Maître et Sauveur Jésus-Christ.

"Chapitre 2..... Lorsqu'ils atteignirent la grotte, Marie dit à Joseph : "Voici que le temps de mes couches est venu; il m'est impossible d'aller jusqu'au village. Entrons plutôt dans cette grotte." A ce moment le soleil se couchait. Joseph, de son côté partit en hâte pour amener à Marie une femme qui l'assisterait. Sur ces entrefaites, il aperçut une vieille femme (de race) hébraïque, originaire de Jérusalem. Il lui dit : "Venez ici, benoîte femme. Entrez dans cette grotte : il y a là une femme qui est sur le point d'enfanter." .Chapitre 3.1. La vieille femme accompagnée de Joseph, arriva à la caverne quand le soleil était déjà couché. Ils y pénétrèrent : elle était remplie de lumières plus belles que les lampes et les flambeaux, plus intenses que la clarté du soleil. L'enfant enveloppé de langes, suçait, posé sur la crèche, le lait de sainte Marie sa mère. 2. Tandis que les deux (survenants) s'étonnaient de cette lumière, la vieille femme dit à sainte Marie : "Etes-vous la mère de  c e nouveau-né?" Sainte Marie dit : "Oui." La vieille femme (lui) dit : "Vous ne ressemblez pas aux filles d'Éve. Sainte Marie dit : "comme mon fils est incomparable parmi les enfants, ainsi sa mère est incomparable parmi les femmes."  La vieille femme répondit en ces termes : "O ma Dame, je suis venue sans arrière-pensée, pour obtenir une récompense". Notre Dame sainte Marie lui dit : "Posez vos deux mains sur l'enfant." Elle les posa et aussitôt, elle fut guérie. Et elle sortit, en disant : "Dorénavant, je serai la servante et  l'esclave de cet enfant tous les jours de ma vie."

 Chapitre 4.[...]. Quant à la vieille femme israélite, lorsqu'elle eut vu ces miracles éclatants, elle rendit grâces à Dieu et dit : "Je vous remercie, ô Dieu, Dieu d'Israël, de ce que mes yeux ont vu la naissance du Sauveur du monde." Chapitre 5.1. Quand furent (accomplis) les jours de la circoncision, c'est-à-dire (quand vint) le huitième jour, la loi obligeait de circoncire l'enfant. On le circoncit dans la caverne. La vieille femme israélite prit le morceau de peau - d'autres disent qu'elle prit le cordon ombilical - et le mit dans une fiole d'huile de nard ancien. Elle avait un fils, parfumeur (de son état); elle lui en fit don, lui disant : "Gardez-vous de vendre cette fiole de nard parfumé, quand bien même on vous en offrirait trois cents deniers." C'est celle fiole que Marie la pécheresse acheta et répandit sur la tête de Notre Seigneur Jésus-Christ et sur ses pieds, qu'elle essuya ensuite avec les cheveux de sa (propre) tête. "

 


      2. hagiographie.

a) La Légende Dorée de Jacques de Voragine. 

  La Legenda Aurea en latin date de 1261-1266 mais elle n'a été traduite en français par Jean de Vignay qu'en 1333-1348 bien qu'il existe une première traduction en français à la fin du XIIIe pour Béatrice de Bourgogne BnF français 23114, ou par le pseudo-Jean Belet BnF fr.20330.

  Dans son chapitre consacré à la Nativité de Notre-Seigneur, l'auteur présente les preuves du caractère miraculeux de la naissance du Christ, et surtout de son caractère virginal : à cette occasion, il cite le Pseudo-Matthieu et la légende des deux sages-femmes. 

   "La naissance de J.-C. fut donc miraculeuse, quant à la génératrice, quant à celui qui fut engendré, quant au mode de génération. I. La génératrice fut vierge avant et après l’enfantement ; on prouve de cinq manières qu'elle resta vierge tout en étant mère : 1° par la prophétie d'Isaïe (VII) : « Voici qu'une vierge concevra et enfantera un fils. » 2° Par les figures : la verge d' Aaron fleurit sans aucun soin humain et la porte d'Ezéchiel demeura toujours close. 3° Par celui qui la garda. Joseph en la soignant toujours, reste témoin de sa virginité. 4° Par l’épreuve. Dans la compilation de Barthélemi et dans le Livre de l’Enfance du Sauveur, on lit que, au moment de l’enfantement, Joseph, qui ne doutait pas au reste que Dieu dût naître d'une vierge, appela, selon la coutume de son pays, des sages-femmes qui s'appelaient l’une Zébel, et l’autre Salomé. Zébel en examinant avec soin et intention la trouva vierge : « Une vierge a enfanté! » s'écria-t-elle. Salomé, qui n'en croyait rien, voulut en avoir la preuve, comme Zébel, mais sa main se dessécha aussitôt. Cependant un ange, qui lui apparut, lui fit toucher l’enfant, et elle fut guérie tout de suite. 5° " etc...

 

      b) Mystères médievaux.

       L'existence des deux sages-femmes est retrouvée dans les mystères médiévaux, comme le Cinquième Miracle de Nostre-Dame par personnages du manuscrit Cangé (De la Nativité de Nostre-Seigneur). 

c) Sainte Brigitte. 

Il est dit de sainte Brigitte d'Irlande qu'elle assista comme sage-femme à la naissance du Christ, assimilée en cela à sainte Bride. La légende de sainte Anastaise lui est attribuée, et elle apparaît alors sans mains pour aider la Vierge à Béthléem. Cette fusion ou confusion se comprend d'autant mieux que Sainte Brigitte de Suède (1302-1373) a décrit dans ses Révélations célestes Livre 6, chapitre 22 comment elle assista, dans l'une de ses visions, à la naissance virginale du Christ, dans un embrasement de lumière : "et la manière de l'enfantement fut si subtile et si prompte que je ne peux connaître et discerner comment et en quelle partie elle se faisait."

Meiss, décrivant le Livre d'Heures du Maître de Spitz, reconnu dans le personnage de la sage femme sainte Brigitte : "The hands of saint Bridget, joigned in prayer, have become detached at the wrist and are held by an angel that has descended from heaven. This demonstration of divine approval of Bridget's prayer and of her acceptance in heaven was unprecedented. It remained unique"

 


3. Sainte Anastaise.

                                  "Elle n'avoit nulles mains, ce dist la gent letrée" Florence de Rome.

  (Ce chapitre suit de très prés la publication de Diane Booton cité en Source : n'ayant pas été traduite en français, j'en est copié de larges extraits.)

  Cette sainte reprend partiellement la figure de Salomé à la main desséchée puis miraculeusemnt guérie, ainsi que  celle de sainte Anastasie de Syrmium* , martyre fêtée le 25 décembre, brulée vive sous Dioclétien (mais dont on dit qu'elle eut les pieds et les mains coupées) , pour fonder une légende particulière : dans celle-ci, Anastaise, née infirme, privée de bras et de mains, rencontre Joseph et Marie à Bethléem, convainc son père de leur accorder l'hospitalité, et est récompensée en retrouvant miraculeusement l'usage de ses mains pour accueillir le corps du Nouveau-Né. Son nom varie entre sainte Anastaise (Le Couronnement de Saint-Louis, v.726 ; Le Roman de la Violette v.5230), ou Anastasie, ou Onestasse (Huon de Bordeaux v.1521), Honestaise (Aliscans, ligne 26), Anestase (Couronnement de saint Louis ; Chronique de Jean d'Outremeuse), Anastace (Florence de Rome, 5704), Anastase (Le Chevalier au Cygne, 778). Elle est mentionnée aussi dans des poèmes religieux comme Le Romanz de saint Fanuel, l'Esposalizi de nostra Dona, Histoire de Marie et de Jésus.

  Sainte Anastasie est mentionnée à la date du 25 novembre dans 54 calendriers liturgiques des missels et bréviaires médiévaux (Anastasie vid. m. Rome) parmi les 515 étudiés par D. Muzerelle dans son site Calendoscope.

  

  Face à la place qu'elle occupe dans la littérature médiévale, je m'étonne (m'étonnais) de son absence dans l'iconographie, du moins sous la forme d'une image explicite d'une femme privée de bras, présente à Béthléem près de Marie, et retrouvant ses mains. Mais je propose de voir dans les images que j'ai regroupé, parmi les femmes qui portent le nimbe, une allusion directe à sainte Anastaise et à sa légende, puisque c'est la seule sainte présente à Bethléem.

 * Il y a plusieurs sainte Anastasie et une certaine confusion entre elles: Anastasie de Syrmium en Pannonie, brulée vive en 304 ; Anastasie de Rome, fêtée le 29 octobre, martyrisée sous Valérien en 253, et que mentionne la Légende Dorée , Anastasie et Basilisse (15 avril), deux matrones romaines décapitées en 68 sous Néron, souvent représentée avec ses mains tranchées autour du cou...

 

 Les textes médiévaux sur Anastaise.

1. Le Couronnement de Louis.

LI CORONEMENZ LOOÏS 

En Bethleem, la mirable cité,

La vos plot il, vrais Deus, a estre nez,

Tot veirement, a la nuit de Noel ;

Sainte Anestase vos feïstes lever :

N’ot nules mains por vo cors onorer 

Vos li rendistes tot a sa volenté.

2. Huon de Bordeaux

Hé! Dix, dist Hues, qui onques ne mentis,

Si vraiement, Sire, com te nasquis,

En Belléem,si com dist li écris,

De le pucelle roïne, Jhesu-Crist

Il n'i ot feme por vostre cors tenir,

fors une dame qui ot moult cler le vis;

Sainte Onnestase ot à non, ce m'est vis.

N'ot éu mains depuis qu'ele nasquis;

A ses moignons, Dix, fust recoillis;

Il n'i ot autre, ce set on tout de fi.

Lues que vous tint, miracles i fesis ;

tantot ot mains lons et drois et traitis,

Si biaus qu'on pot ne penser ne véir.


3. Roman de la  Violette ou de Gérart de Nevers (1227-1229) par le picard Gerbert de Montreuil

A vo naistre vint une dame,

Qui molt par estoit bonne fame ;

Onnestasse, c'estoit ses nons ;

Mais n'ot nulles mains fors moignons;

Dous dex, quant vous dit rechevoir

Lues li fesistes mains avoir

Bieles et blanches comme toile.

4. Romanz de saint Fanuel.

 Sainte Anestese ou Agnetese est dépourvue de mains et de doigts , mais aussi de pieds:

Anestese fu debonere

Moult s'entremist de lor affere

Et mex lor fust s'ele poist

de lor liz fere s'entremist

De la blanche paille et d'estrain

Mes el n'avoit ne pie ne main.

 

Elle déclare à Joseph qui lui demande d'aider Marie :

Sire, dist ele, n'est pas droiz;

Diex ! Ja n'ai je ne mains ne doiz;

Mais toutes voies ge irai,

A tout mon povair aiderai.

  Elle intercède auprès de son père pour que le couple s'abrita dans l'étable. Se présentant pour aider la Vierge, elle reçoit miraculeusement des mains "belles et blanches comme des fleurs". Son père, un grand prètre juif, apprenant cela, décide de couper les nouvelles mains de sa fille, mais il devient aussitôt aveugle, et ne recouvre la vue qu'après avoir déclaré sa foi dans le Nouveau-né. Le poëme conclue :

Seignors, bien avez oï dire

Com Jhesus nasqui de Marie

Et comme il fist miracle bele

Qu'Anaiteise qui tant fu bele

Donna tantost et mains et dois,

Jamés plus beles ne verrois.


 


5. Florence de Rome (1228-1231) Ed. Axel Wallensköld, 1907 Wikisource.

 Extrait de la Prière de Florence.

5700; Elle iert Virge devant et Virge est apellée;

Oncor est elle virge et Virge reclamée ;

La ou vous fustes nez ot grant joie menée ;

Une pucelle i vint, que mout iert esgarée ;

Sainte Anastace ot non, si fu de Romme née ;

Elle n'avoit nulles mains, ce dist la gent letrée,

Aus moignons vos vot prendre, ce fu verté provée

Vos li donastes mains, a la beneürée.

Deus ! que de cuer vos sert nel fet pas en corvée !


6. Die Erlösung.

  Ce poème anonyme haut-allemand écrit en Hesse vers 1300 a été nommé Die Erlösung (la Rédemption) par Karl Bartsch (Leipzig,1858). Il raconte l'histoire de l'homme depuis la Création jusqu'au Jugement Dernier. Anastaise se joint aux deux sages-femmes Zélomi et Salomé autour de la Vierge à Bethléem et donne à l'Enfant son premier bain. Le motif iconographique du Bain de l'Enfant-Jésus est plus rare que celui du bain de Jean-Baptiste ou de Marie dans les Nativités de la Vierge, mais méritera d'être exploré à la recherche d'indices concernant sainte Anastaise. Nous verrons qu'il a été illustré par Lorenzo Lotto.

2945 dâ bî doch ein teil frouwen stûnt nâch des kindelbettes ê, Zebel unde Salomê : die schouweten der mêre, wer dâ geborn wêre dô sie die mûter sahen, glich alle sie dô jâhen.'wâ wart diz wunder ie gesaget ? des kindes mûter ist ein maget, diz hân wir alle wol gesehen.

2956 Ein arme maget was aldâ,

geheisen Anastâsiâ,

die gerte, daz sie sulde sîn,

des jungen kindes dienerîn.

Sie was deboren sunder arm,

gemachet het sie gerne warm

deme kinde ein wazzerbat.

Nû schouwet schiere aldâ zustat

hende und arme sie gewan.

Zuhant sie sich der dinge entsan

iz wêre rehte godes sunt,

der diz wunder kunde dûn. Google books : link

"Il y avait une pauvre fille nommée Anastasia qui voulait être la servante du jeune enfant. Elle était née sans bras, elle aurait bien voulu donner un bain chaud à l'enfant. Or voici que, ici et maintenant, elle recevait des bras et des mains. Elle comprit immédiatement ce qui arrivait, c'était le fils du vrai Dieu qui lui avait accordé ce miracle."

7. Vita Christi, .

Ouvrage écrit en 1374 par Ludolphe de Saxe ou Ludolphe le Chartreux. Une édition est parue à   Paris en 1597. On cite de cet ouvrage que je n'ai pas consulté cet extrait : Joseph va frapper à la porte d'Anastasie pour demander de l'aide, mais la jeune femme lui répond "Comment l'aiderais-je, je n'ai point de mains !"

"Et adonc respond la glorieuse Vierge Marie Ne vous chaille, Anastasie ; approchez-vous tant seulement de moy et recevez l'enfant qui vient".

8. Les Mystères médiévaux.

  Les premières mentions d'une représentation thêatrale faisant intervenir Zélomi, Salomé et Anastaise date de 1333 à Toulon et Bayeux en 1351.

a Esposalizi de nostra dona Maria verges e de Jozep

drame occitan du XIIIe siècle

b. Passion Nostre Seigneur (XVe siècle)

Certes, amis se g'y aloie

Aide ne ly pourroie faire

Dont ce me vient a grant contraire.

Nulles mains n'ay que .ii. moignons

Qui sont enclos en ces manchons

Que véoir povez sy en droit.

 

8. Un cantique provençal.

Il est rapporté par Damase Arbaud, Chants populaires de Provence, Aix 1862 link sous le titre de 

Lou premier miracle :

... De long soun camin rescontro

Une filho senso bras

La Viergi eila te prego

Que la vengues assistar

Coumo vouretz que l'assiste

Siou 'no filho senso bras

Ant pas marchat un quart d'houro

Que la filh' agu

et ses bras

A quo's lou premier miracle

Que Jesus-Christ ague fach

Viergi Mario.

 

Sources : Nadine Henrard, Le Théâtre Religieux Médiéval en Langue D'oc link

Diane E. Booton, Variation on a Limbourg Theme : Saint Anastasia at the Nativity in a Getty Book of Hours and in french Medieval Literature, 15Th Centuries studys vol.29, 2004, link

 

 

 

Un détail... à la manière de Daniel Arasse : la Nativité de 1527 de Lorenzo Lotto (Pinacothèque de Sienne, huile sur toile 45x26 cm).

 Cliché de Paul Combusken, détail, link

               754px-Lorenzo_lotto-_nativita_di_gesu-_dett.jpg

 

 

  Daniel Arasse avait fait remarqué, avec sa perspicacité habituelle, la présence dans ce tableau du cordon ombilical noué sur l'abdomen de l'Enfant-Jésus. Mais les mains de la sage-femme, que chacun nomme "Salomé" sont également singulières : elles sont réduites (surtout celle de gauche) à des moignons, des "mains botes", et on ne peut penser qu'il s'agit d'un effet de perspective, car le geste nécessaire pour tendre les mains vers l'enfant exigerait que les doigts soient tendus, en extension, les pouces légèrement écartès, et que le regard se porte vers lui. Ce serait d'ailleurs, en toute logique, la sage-femme (ou matrone) expérimentée qui devrait  donner les soins, et non la jeune mère. Nous sommes devant toute autre chose : Marie, confiante, tend son divin Fils vers Anastaise. On croit l'entendre dire :Ne vous chaille, Anastasie ; approchez-vous tant seulement de moy et recevez l'enfant qui vient. Celle-ci, qui connaît mieux la réalité de son infirmité que d'éventuelles prodiges, regarde, hésitante, se sentant indigne et incapable, la jeune mère pour puiser un peu d'assurance dans ses yeux. "Vraiment, je peux ? Je n'ai que deux moignons." Mais déjà, irradiées par la puissance rédemptrice et thaumaturge de l'Enfant dont la tête émet une croix de rayons de lumière, ses mains s'entrouvent, et des doigts émergent, comme attirés par cet enfant si peu ordinaire. C'est, sous nos yeux, une "conversion" digitale et manuelle à la confiance.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche