Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 18:29

Zoonymie du papillon le Némusien ou l'Ariane, Lasiommata maera (Linnaeus, 1758).


La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

 

Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

 

 

— Résumé.

— Lasiommata, Westwood, 1841 : vient du grec lasios, "chevelu", et ommata (pl.) "les yeux" : car ce genre se caractérise par des yeux velus.

— maera (Linnaeus, 1758) : l'une des Néréides (Nymphes marines filles de Nérée) dont le nom a inspiré Linné pour ses Nymphales, avec orythia, galathea, lige[i]a, amathea, leucothoe, panope, ou cydippe et phaerusa. Ce cortège dans le Systema naturae permet d'écarter les autres Maera ou Maira de la mythologie.

 

— "Le Némusien" Engramelle, 1779. Ce nom signifie "habitant de Nemus", le Nemus Dianae ou Bois de Diane situé en Aricie : il souligne que cette espèce se plaît dans les bois. G. Luquet a reconnu en 1986 dans sa description la forme mâle de L. maera.

— "L'Ariane", Engramelle 1780. Sœur de Phèdre, et comme elle la fille de Minos et de Pasiphaé, elle remis à Thésée le fil qui lui permit de sortir du Labyrinthe, avant d'être abandonnée par cet amant ingrat sur l'île de Naxos. Engramelle ne donne pas d'indice pour justifier ce choix de ce qu'il considérait comme une nouvelle espèce des montagnes, et donc étrangère aux bois chers à son Némusien. G. Luquet a reconnu dans cette desription la forme femelle de L. maera.

 

 

 

 

                       I. Nom scientifique.


1. Famille et sous-famille.

Nymphalidae, Satyrinae.

a) la Famille des Nymphalidae Rafinesque 1815. (fr. Les Nymphalides, angl. Brush-footed Butterflies).

 Rafinesque, C.S. 1815: Analyse de la nature, ou tableau de l'univers et des corps organisés.Palerme. L'Imprimerie de Jean Barravecchia. en français, 224 pp page 127. "Les Nymphales, quatre pattes droites, quatre pattes ambulatoires". Les Nymphales sont, pour Rafinesque, une Sous-famille de la famille Ropalocera ; elle comporte alors 23 "genres".

  Constantine Samuel Rafinesque-Schmaltz (1783-1840) est un naturaliste et un archéologue américain d'origine franco-germano-italienne, qui a passé son enfance à Marseille avant de s'installer à Palerme comme herboriste. puis à Philadelphie. 

  Ce grand collectionneur en histoire naturelle s'intéresse à la zoologie, la botanique, la malacologie, la météorologie et la littérature ainsi qu'à la théorie de l'évolution. Grand admirateur de Linné, nom dont il prénomme son fils, il débute son Analyse de la nature par cette dédicace : "La nature est mon guide, et Linnaeus mon maître".

  (Cette famille comporte actuellement 13 sous-familles.

 Son nom vient de Nymphales, nom de la quatrième phalange de la nomenclature de Linné, aux ailes dentelées (alis denticulatis) et divisée en gemmati (ailes ocellées) et phalerati (ailes ornées). Le nom est dérivé du grec ancien νύμφη / númphê, « jeune fille » et désigne dans la mythologie grecque les divinités féminines de la nature, généralement considérées comme les filles de Zeus et du Ciel, remarquablement belles, et qui peuplaient la plupart des lieux naturels: forêts et bois, vallées fertiles et bocages, sources et rivières, montagnes et grottes…  

b) Sous-famille des Satyrinae Boisduval, 1833.

 Dupont & al. (2013) s' appuient sur les travaux de PEÑA & al. (2006) pour la systématique des Satyrinae

Cette sous-famille réunit des groupes nommés en anglais "Graylings", "Ringlets", "Browns" et "Heaths".

La description originale est peut-être tirée  des  Icones historique des lépidoptères nouveaux ou peu connus ..., Volume 1 (mais datées de 1832) page 128.

 

 c) Tribu des Satyrini Boisduval, [1833]. Les Satyrines ou Satyres.


  • Sous-tribu des Parargina Tutt, 1896. 
  • Sous-tribu des Coenonymphina Tutt, 1896. Les Fadets.
  • Sous-tribu des Melanargiina Wheeler, 1903. Les Échiquiers.
  • Sous-tribu des Maniolina Grote, 1897. 
  • Sous-tribu des Erebiina Tutt, 1896. Les Moirès.
  • Sous-tribu des Satyrina Boisduval, [1833]. 

d) Sous-tribu des Parargina Tutt, 1896. 

 

  • Genre Lopinga Moore, 1893

  • Genre Lasiommata Westwood, 1841

  • Genre Pararge Hübner, [1819]

 

 

2. Nom de genre : Lasiommata Westwood, 1841.

 

a) Description originale : 

 

Lasiommata Westwood, 1841; in Humphreys & Westwood, British Butterflies and their transformations London [Londres], Smith 1841, [ed. 1] page 65

— Type spécifique: Papilio megera Linnaeus sélectionnée par Scudder en 1875 page 202.

      Le terme de Lasiommata est expliqué par Westwood dans sa publication : " derived from the grec lasios, "hirtus", and omma, "oculus", from the hairiness of te eyes" (vient du grec lasios,chevelu, et ommata (pl.) les yeux : car ce genre se caractérise par des yeux velus).

Le genre est décrit ainsi : 

 This genus is at once distinguished from all the other Hipparchiides by having the eyes thickly clothed with hairs, in addition to which the palpi are very slender, moderately clothed to the tip beneath with long hairs, the terminal joint being very shorts ; the wings, especially the posterior pair, are denticulated, and considerably varied, the fore wings with one, and the hind ones with five or six eyes ; the antennae are straight, distinctly annulated with black and white, and with the club pyriform ; the mediastinal and median vein are more or less swollen at the base, the anal one being simple.

[...]This genus corresponds with the first section of Hipparchia of Curtis annd Stephens, and with Duponchel's fifth group Vicicoles, the species being stated to occur in the neighbourhood of habitations. Stephens more correctly states that they frequent woods, lanes, and highways. The form Hübner's two groups, Pararge and Dira.

.

Les auteurs n'y rattachent alors que deux espèces : L. aegeria et L. megaera. La première sera classée comme Pararge aegeria, le Tircis.

Actuellement, à L. megaera se sont ajoutées en Europe : Lasiommata maera (L. 1758) l'Ariane ou Némusien, Lasiommata meadewaldoi (Rothschild, 1917) ou Lasiommata maera meadewaldoi (Rothschild, 1917) au Maroc ; Lasiommata paramegaera (Hübner, 1824) en Corse et en Sardaigne ; Lasiommata petropolitana (Fabricius, 1787) ou Gorgone en Europe et Asie tempérée.  

— En France selon Dupont & al. ce genre renferme

  • Lasiommata megera (Linnaeus, 1767) Mégère, Satyre.
  • Lasiommata paramegaera (Hübner, [1824]) Satyre tyrrhénien.
  • Lasiommata maera (Linnaeus, 1758) Némusien, Ariane.
  • Lasiommata petropolitana (Fabricius, 1787) Gorgone. 

  Il faudrait ajouter un commentaire essentiel: cette publication de Westwood est un parfait objet d'art par les délicieuses illustration de Henry Noël Humphreys, un maître de l'art de l'enluminure. 

 

 

 Origine et signification du nom lasiommata.

 

 —A. Maitland Emmet (1991) page 155 : 

  lasios, hairy ; ommata, eyes : Pararge and Lasiommata are the only British satyrine genera to have adults with hairy eyes.

— Hans A. Hürter (1998) page 158 :

        Deutung : Eine Gattung, deren Arten, ..."Die Augen stark behaart" (F-W II S.42)haben.

—Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 58 :

: du grec lasios, "poilu" et ommata, "yeux". genre dont les espèces présentent des yeux poilus.

— Perrein et al. (2012) page 289 : 

  Étymologie : du gerc lasios, "velu" et omma, ommatos, "œil, allusion à la pilosité oculaire caractéristique caractérisant les espèces du genre.

— Arrizabalaga & al. 2012 :

 Del grec: ulls peluts.

        Du grec "yeux velus".

Discussion.

        Aucune discussion sur l'origine de ce nom de genre.

 

 3.  Nom d'espèce : Lasiommata maera (Linnaeus, 1758)

a) Description originale

Protonyme Papilio  Linnaeus, C. 1758. Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Holmiæ. (Salvius). Tomus I: 824 pp. Page 473.

 

— Description :

P[apilio] N[ymphalis] [gemmati] alis subdentatis fusco-nebulosis utrinque primoribus sesquiocello : posticis ocellis supra tribus.

 — Habitat in  Gramine sylvarum

—Alae posticae subtus Ocellis sex, quorum ultimus pupilla gemina.

Lectotype (spécimen de la collection de Linné) : Linnean Society.  

b) références données par Linné: 


—Aldrovani Insect. t.244 f.12
— Linné 1746  Fauna suecica page 238 n°785
—vulgo : Satyrus.
Habitat in Poa, insidet saepe petris et saxis

 — Thomas Mouffet 1634 Insect. page 972 t.104 fig. 10.

                              n133_w232

 — James Petiver 1695, Musei page 34 n°312 :

A312 Papilio oculatus ex aureo & fusco marmoreatus. The Golden marbled Butterfly, with black eyes. Moff.104 n°9 (figured against n°10), id.Angl.972. Mer. Pin.198. n°10. Jonst. Ins. A p.42. N°9 tab 6, id Fr. an Hoef. Tab.16. Fig.8 ? . These I have met with from may till august, but not very common.


— John Ray 1710 Historia insectorum page 123 n°15.
  Papilio media, alis fulvo, s.rufo & nigricante colore variis cum ocello prope extimum angulum alarum exteriorem. The Golden marbled Butterfly, with black eyes.

— Robert. icon. t.15 fig.2.
— Jonston Ins. t.58 fig.6
— Merian, Eur.1 t.27 fig.16-17
— William Wilkes, Pap. 53 t.2 b.3


c) Localité-type et répartition :

 — Localité-type  : Suède, désignée par  Honey, M. R. & Scoble, M. J. 2001. Linnaeus's butterflies (Lepidoptera: Papilionoidea and Hesperioidea). Zoological Journal of the Linnean Society, 132(3): 277-399. page 345. Se fonde sur le texte de la  Fauna suecica et sur les quatre échantillons de la collection de Linné.

   — Selon Dupont & al. 2013, cette espèce a une répartition ouest-paléarctique. Elle est signalée dans presque toute la France. Les  chenilles se nourrissent sur diverses Poaceae.

— Wikipédia : Le Némusien ou Ariane est un papillon de taille moyenne de couleur marron clair orné aux antérieures d'une bande submarginale jaune orangé entrecoupée avec un ocelle noir pupillé de blanc à l'apex et aux postérieures deux ou trois ocelles juste cernés de jaune orangé ou dans une bande submarginale jaune orangé entrecoupée comme aux antérieures.

Le verso des antérieures est très marqué de jaune orangé avec l'ocelle noir pupillé de blanc et cerné de jaune à l'apex, alors que les ailes postérieures sont de couleur terne, beige grisé, ornées d'une ligne d'ocelles noirs pupillés de blanc, cerclés successivement de marron clair puis d'une ligne marron.

 

c) Synonymes  INPN (Muséum) et sous-espèces.

Liste des synonymes :

 

  • Lasiommata maera adrasta (Illiger in Rossi, 1807) 

  • Lasiommata maera maera (Linnaeus, 1758) 

  • Papilio adrasta Hübner, [1824] [Illustration originale] Hübner, J. [1799-1828]. I Horde, Phalanx I. Falter; Papiliones. in: Sammlung europaischer Schmetterlinge. Jacob Hübner, Augsburg. 3-74.Pl.169.

  • Papilio adrasta Illiger in Rossi, 1807 Fauna etrusca sistens insecta quae in provinciis florentina et pisana. Tomus secondus. Iterum edita et annotatis perpetuis aucta a D. Carolo Illiger . Helmstadtt. 511 pp. pag 231

  • Papilio hiera Fabricius, 1777 Fabricius, J. C. [1777] (1776). Genera insectorum eorumque characteres naturales secundum numerum, figuram, situm et proportionem omnium partium oris adiecta mantissa specierum nuper detectarum. Chilonii. (Bartsch). 310 pp. page 262                                                                                                                      étymologie  Spuler 1908 page 50 : hiera: „ίερός heilig, "die Heilige" .

  • Papilio maera Linnaeus, 1758 

  • Pararga maera monotonia Schilde, 1885 : Schilde, J. 1885. Beiträge und Unterhalfungen zur Schmetterlingskunde. Entomologische Nachrichten, 9: 133-139 page 137 . [http://biodiversitylibrary.org/page/10435621]

 

 

Sous-espèces :

 LERAUT cité par Dupont & al. retient la présence de deux sous-espèces en France :

- maera Linnaeus, 1758.

- adrasta Illiger in Rossi, 1807 (= adrasta Hübner, [1824], non 1805 dans LERAUT). Localité-type :« Schwalbach », Schwalbach-am-Taunus ?, Hesse, Allemagne. ILLIGER (in ROSSI, 1807) indique : « Germania transrhenana ».

 — Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 58 :

adrasta : "celle qui est inapte à s'enfuir" ; à moins qu'il ne s'agisse d'une corruption du nom mythologique Adrastée [Adrastea] ou de sa variante Adrastie (Adrastia), l'une des épithètes de Némésis.

— Perrein et al. (2012) page 292 :

de Adrastée, du grec a privatif et dran "fuir", surnom de Némésis, déesse de la Vengeance et des remords, auxquels il est impossible d'échapper; dans la mythologie grecque, Adrasteia — ou Adrasta pour l'auteur latin Hyginus — est aussi une nymphe crétoise, fille d'Oceanus ou de Melisseus, nourrice de Zeus enfant.

 


c) Origine et signification du nom  maera.

        

 Les interprétations des étymologistes :

—Esper page 101 :

"Der Name Maera ist, ich möchte fast sagen, für das Schicksal dieses Zweyfalters, Vorbedeutung gewesen. In der Fabelsgeschichte hat ihn die Tochter des veränderlichen Proteus wie bekannt ist, geführt. Hier mag ein Schmetterling, welcher unter den Händen der Entomologen so viel irrige gestalten an sich genommen, wohl des Proteus Tochter, die Mära genennt werden, nachdem man einmahl aus der Mythologie Namen zu borgen genöthiget war."


 Trad ?? "Le nom Maera est, je dirais presque, un présage du sort de cette espèce. Dans la mythologie elle est la fille de Proteus bien connu pour être très changeant. Ici nous avons un papillon, qui a si souvent pris des formes erronées entre les mains des entomologistes, que probablement la fille de Protée, Mara, sont inclus après avoir été genöthiget Einmahl d'emprunter des noms de la mythologie ".

Selon Hürter, Esper commet une confusion entre Proétos (en grec ancien Προϊτος / Proitos, en latin Prœtus, parfois francisé en Prétus, Proitos), fils d'Abas et d'Aglaé, est roi de Tirynthe, et Proteus

  

— Gustav Ramann (1870-1876), page 96 :

"war der Name des Hundes des Icarius aber auch der Name einer Priesterin der Venus."

était le nom du chien d'Icarius mais aussi le nom d'une prêtresse de Vénus.

— Anton Spannert (1888), page 47 :

"eine Nereide, Meernymphe."

            Une Néreide, Nymphe marine.

— Arnold Spuler ( 1908) 1 page 50 :

 „griechischer Frauenname.“      

Nom féminin grec

— A. Maitland Emmet (1991) page  156: 

        "Maera, the faithful dog of Icarius. Icarius was taught how to make wine by Dionysius (Bacchus), but when he gave it to some peasants, they thought they had been poisoned  and murdered him. His daughter Erigone was eventually led to his grave by Maera, who was rewarded by being placed in the stars by Zeus. There may be a pun on maero, to mourn, since the butterfly is sombre-coloured, Linnaeus'description reading "alis fusco-nebulosis", with fuscous-clouded wings"

 

 — August Janssen (1980) page 41 :

"eine Nereïde, Tochter von Nereus, einem Meergott."

Une Néreide, fille de Nérée, une Nymphe marine.

 — Hans-A. Hürter (1998) page 161 :

   "Deutung. Linné hat nicht hinterlassen, welche Maera er bei der Namensgebung im Sinn hatte, die Tochter des Proitos, die Nereide oder den Hund des Ikarios. Die arkadische heroine war es wohl nicht, da über sie mehr als der Name nicht bekannt ist. Auch die Tochter der Niobe dürfte nicht in Betracht kommen, zumal deren Name Maira (oder Neaira) umstritten ist."  

Interprétation. Linné n'a pas indiqué, à propos de son nom d'espèce, quelle "Maera" il avait à l'esprit,  la fille de Proitos, la Néréide, ou le chien de Icarios. L'héroïne arcadienne n'était probablement pas en cause car son nom ne pouvait lui être connu. La fille de Niobé ne doit pas être retenue non plus, d'autant plus que son nom de Maira (ou Neaira) est controversé.

— Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 58 :

        Maera, nom de femme, en grec ancien (Spuler, 1901-1908 :50). Selon Emmet (1991 :156), il s'agit, dans la mythologie grecque, du nom du fidèle chien d'Icarius. Icarius avait appris de Dionysos (Bacchus) comment fabriquer du vin : mais après qu'Icarius en eut offert à quelques paysans, ceux-ci imaginèrent qu'ils avaient été empoisonnés, et ils l'assassinèrent. C'est alors que sa fille Erigone fut conduite jusqu'à sa sépulture par Maera, que Zeus récompensa en le plaçant dparmi les étoiles. Il peut y avoir un jeu de mots fondé sur le verbe latin mærere, "être affligé", "déplorer", [la mort de quelqu'un], par allusion à la couleur sombre du papillon.

 

— Perrein et al. (2012) page 292 :

Étymologie : Maera est le nom du fidèle chien d'Icarios que Dionysos transforma en une constellation, selon Emmet (1991) ou nom de femme en grec ancien, selon Spuler (1908).

 

— Arrizabalaga & al. 2012 :

 una de les Nereides ;   

 Maera, une des Néréides. 

 

Discussion : 

        Parmi les 57 Papilio Nymphales décrits par Linné en 1758, tous de noms féminins puisque désignant des Nymphes, on trouve sept à huit noms de Néréides, ces filles de Nérée et de Doris qui habitent les profondeurs marines. Le nom collectif de ces cinquante nymphes marines leur vient de leur père Nérée (Νηρεύς, Nēreus), père des Néréides ; ce dernier est peut-être lié au verbe νέω (néō, « nager »).  Leur nom individuel est cité par quatre sources antiques, la Bibliothèque d'Apollodore, la Théogonie d'Hésiode, le chant XVIII de l'Iliade d'Homère, et la préface des Fables (Fabulae) de l'auteur latin Hyginus. On sait que Linné a souvent eu recours à cette dernière source pour le choix de ses noms. Voici donc la liste des 49 noms de Néréides selon Hygin : (j'inscris en gras les papilio de Linné 10e et 12e édition).

« Ex Nereo et Doride Nereides quinquaginta,

Glauce Thalia Cymodoce Nesaea Spio Thoe Cymothoe[a] Actaea Limnoria Melite Iaera Amphithoe Agaue Doto Prot[h]o Pherusa Dynamene Dexamene Amphinome Callianassa Doris Panope Galat[h]ea Nemertes Apseudes Clymene Ianira [Panopaea] Ianassa Maera Orithyia Amathia Drymo Xantho Ligea Phyllodoce Cydippe Lycorias Cleio Beroe Ephyre Opis Asia Deiopea Arethusa [Clymene] Creneis Eurydice Leucothoe. »

Comme les papilio [thalia, qui est aussi ou plutôt une Muse] phaerusa (12e èd, corrigeant phaetusa de la 10e èd.),  panope, galathea, orythia, amathia, ligea, cydippe et leucothoé, le papilio maera doit donc son nom à cette liste d'Hygin; mais Maéra Maîra, Mαῖρα, appartient aussi à la liste d'Homère :

« θεαὶ δέ μιν ἀμφαγέροντο / πᾶσαι ὅσαι κατὰ βένθος ἁλὸς Νηρηΐδες ἦσαν. / ἔνθ' ἄρ' ἔην Γλαύκη [...] Μαῖρα καὶ Ὠρείθυια ἐϋπλόκαμός τ' Ἀμάθεια / ἄλλαι θ' αἳ κατὰ βένθος ἁλὸς Νηρηΐδες ἦσαν. »

 

« Et autour de la Déesse étaient rassemblées toutes les Néréides qui sont au fond de la mer : Glaucé, [...] Maéra, Oreithye, Amathée aux beaux cheveux, les autres Néréides qui sont dans la profonde mer. »  

 

        Comme les  Carmentes (sources), les Hamadriades (eaux douces), les Haliades (plages et côtes rocheuses), les Linéades (lacs), les Naïades (torrents), les Océanides (mers)et les Potamides (fleuves), les Néréides  sont de belles jeunes filles, qui affectionnent particulièrement la Mer Égée où elles vivent dans les profondeurs d'une cave argentée ou  forment avec les Tritons le cortège de Poséidon (Neptune), la chevelure entrelacée de perles, portées sur des dauphins ou des hippocampes, et tenant à la main un trident, une couronne ou une branche de corail. 

 Son nom est mis en relation avec le verbe grec marmairo, "étinceller".

Il existe d'autres Maera dans la mythologie. 

Le nom Maera a été utilisé par plusieurs personnages de la mythologie grecque: le chien de Icarius, père de Érigone, qui a été transformé en l'étoile Sirius; une fille, comme les Pléiades,  du Titan Atlas; une fille de Nérée; une des filles d' Erasinus d'Argos; une fille de Protée et compagne d'Artémis. Les orthographes sont fluctuantes, et les postulantes sont plus nombreuses si on admet l'orthographe Maira.  Voici ce qu'écrit M.N. Bouillet en 1826 dans son Dictionnaire classique de l'antiquité sacrée et profane :

 

Mera :

— fille de Protée et de la nymphe Ausia, et l'une des compagnes de Diane, elle fut séduite par Jupiter, caché sous la forme de Minerve ; Diane, irritée la perça de ses flèches, et la changea en chien Met 7 ; Odyssée vers 325.

— Fille d'Atlas, mariée à Lycaon, dont elle eut Tégéates : Pausanias, 8 chap. 48

— Prêtresse de Vénus.

—Chien d'Icarius, qui par ses cris indiqua à Erigone où les assasins avaient jeté le corps de son père, après l'avoir tué. Erigone se pendit de desespoir à cette vue ; la chienne mourut de douleur à coté d'elle, et fut mise au rang des astres : c'est la Canicule , Ovide Met.7 v.363. Hygin fabulae 130. Elien, 7 chap.28

 

 

a) Maera est ainsi nommée dans l'Odyssée, Livre XI, celui de la Nekuia ou visite d'Ulysse aux Enfers : Ulysse parle avec le fantôme de sa mère, Anticlée. Ulysse aperçoit ensuite plusieurs reines et héroïnes défuntes, dont Tyro, Antiope, Alcmène, Mégara, Chloris, Léda, Phèdre et Procris :  

326 » Enfin je vois Maira, Clymène, et l'odieuse Ériphyle, qui sacrifia son époux pour de l'or éclatant. — Mais je ne puis ni dire ni nommer toutes les épouses et toutes les filles de héros qui s'offrirent à ma vue ; car avant la fin de mon récit la nuit divine se serait enfuie.

b) Maera dans les Métamorphoses d'Ovide.

Ovide, Métamorphoses Livre VII vers 362 cite, sans autre explication, ce nom :

et quos Maera nouo latratu terruit agros

"par les champs que Maera emplit d'aboiements inconnus et terrifiants".

Les commentateurs écrivent à ce propos : "On ne connaît pas cette Maera transformée en chienne. Elle fait penser à Hécube, qui subit la même métamorphose (livre XIII, vers 538-575), mais on ne peut les assimiler".  Ou bien ". Le terme grec maira, qui veut dire « chienne », se trouve appliqué à plusieurs personnages, notamment dans les poèmes homériques. Ovide ici fait probablement allusion à une légende racontée par Lycophron, 334, d'après laquelle Hécube, métamorphosée en chienne, faisait entendre ses hurlements dans les champs de Sithonie, en Thrace (cfr Mét., 13, 565-571)."

Dans le Livre XIII, 5 Hécube, femme du roi Priam et reine de Troie, est conduite après la ruine de Troie  chez Polymnestor, roi de Thrace à qui Priam avait confié Polydore, le plus jeune de ses fils, avec de grands trésors, elle trouve le corps de son malheureux fils sur le rivage,  s'introduit dans le palais du meurtrier, et l'attire au milieu des femmes troyennes, qui lui crèvent les yeux avec leurs aiguilles, tandis qu'elle-même tue les deux enfants du roi. Les gardes et le peuple furieux poursuivent les Troyennes à coups de pierres. Hécube mord de rage celles qu'on lui lance, et, métamorphosée en chienne, elle remplit la Thrace de hurlements qui touchent de compassion non seulement les Grecs, mais Héra elle-même, la plus cruelle ennemie des Troyens.

c) Maera, chienne du paysan Icarios. 

C'est la légende rapportée plus haut par Emmet suivi de Luquet et de Perrein. Il en existe plusieurs versions, dont l' Érigoné d'Erathosthène .

  En Icaria habitait un paysan, nommé Icarios, en compagnie de sa fille Érigone  et d'une chienne appelée Maïra. Accueillant sans le savoir le dieu Dionysos sous son toit, il lui offre un repas frugal. En reconnaissance de cette hospitalité, Dionysos lui donne un plant de vigne et lui apprend à transformer son fruit en vin. Icarios va présenter ce vin aux bergers de l'Attique. Ceux-ci  s'enivrent et  s'imaginant qu'il leur a donné du poison,  tuent Icarios à coups de bâtons en abandonnant son cadavre au pied d'un arbre. Érigone  part avec Maïra à la recherche de son père, et la chienne  conduit sa maîtresse directement au cadavre d'Icarios. Inconsolable, Érigone se pend à l'arbre qui marque la sépulture de son père. Maïra reste au pied de l'arbre jusqu'à sa mort. Erigone et Maïra sont placés parmi les constellations, Érigone dans la constellation de la Vierge et Maïra auprès de celle du Chien (Sirius).

 d) Maira (grec Μαῖρα), fille de Proetus et Antéia  

   En tant que compagne de la déesse de la chasse Artémis Maira dû jurer de rester vierge. Toutefois, par Zeus, elle est devenue la mère de Lokros, après quoi Artemis les a tués  (Homère, Odyssée 11, 326). Dans une autre version de la légende Maira morte vierge. Scholion d' Homère, Odyssée 326. 

Selon Pausanias, le peintre Polygnotos  a représenté Maira dans son tableau célèbre de la Nekyia - la descente d'Ulysse aux Enfers - dans le Lesché de Delphes. Elle y était assise sur un rocher à côté d'Actéon, de la façon dont ils avaient été tués par Artemis [Pausanias 10, 30, 5] 

Conclusion .

Il me semble clair que seule Maera la Néréide doit être considérée comme celle que désigne Linné sous le nom de papilio maera, puisqu'il dénomme une Nymphe (Phalange des Nymphales)  et que ce zoonyme est encadré dans le Systema Naturae de plusieurs autres noms de Néréides. L'hypothèse de Emmet (1991) qui y voit le chien d'Icarios peut être écartée. 

 

 

 

 

              III. Noms vernaculaires.

 

 

 

 

 

I. Les Noms français. 

 

 

 

[1. Le Satyre, Geoffroy, 1762.]

 Étienne-Louis Geoffroy  1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII  colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. page 50-51 n°19.

 C'est sous le nom de Satyre que Geoffroy donne la description de ce qui va être nommé Papilio megera en 1767, mais auquel il ne peut donner comme référence en 1762 que le Papilio maera de Linné, seule espèce alors décrite. Il reprend le nom que Linné avait donné dans sa première description de 1746 dans le Fauna suecica, 'Satyrus". 

 

2. Le Némusien,  Engramelle, 1779.

Jacques Louis Engramelle 1779 Papillons d'Europe, peints d'après nature, Volume 1 page 120 n°26 planche XXVI fig.51 a, b  dessinée par  J.J Ernst et gravée par J. Juillet.  

"Son séjour est ordinaire est dans les bois, aux places garnies d'herbe". Engramelle crée un néologisme en francisant le nom latin nemus qui signifie "bois". Il y accole le suffixe -ien qui "Indique une idée d’origine et sert à former des adjectifs, des noms d’habitant et des noms de langues dérivés d’un nom propre géographique (Wiktionnaire)" : Némusien prend donc la signification de "habitant des bois", ou, si l'auteur a eu la rigueur grammaticale lui imposant le recours à un nom propre, "habitant de Nemus".

En effet, dans la ligne du nom qui précède cette espèce (le Satyre, divinité mythologique des bois), ou de la Bacchante (femme sauvage adepte de Dionysos), Engramelle joue peut-être aussi sur l'allusion mythologique savante au Nemus Dianae, bois sacré de Diane. 

 Dictionnaire Gaffiot :

- Nemus, oris n. (grec nemos) forêt renfermant des pâturages, bois : Cicéron, Div.1.114 ; Horace O.2,17 ,9 ; 3,22,1 ; Ovide, F. 6,9. // bois consacré à une divinité : Virgile Enéide, 7, 759. // [poètique] arbre : Lucien 1, 453 ; Martial 9,62,9.// vignoble : Virgile, Géorgiques, 2, 401.

  - Nemus Dianae Pline 35,52 et abst Nemus, oris, n. Ciceron, Attique,15,4,5, bois de Diane, près d'Aricie.

 

3. L'Ariane, Engramelle 1780.

   Jacques Louis Engramelle 1780 Papillons d'Europe, peints d'après nature, Basant et Poignant Volume 2 page 305 n°82,  2ème Supplément Planche LXXXII fig.50 a,b, c bis  dessinée par  J.J Ernst et gravée par J. Juillet. 


Lasiommata-maera-engramelle-1780-Ariane-Pl-82-fig.50.png


        Engramelle décrit ici ce qu'il considère être une nouvelle espèce, qu'il aurait volontiers pris pour une variété du "Satire" (L. megera) si son correspondant le banquier de Francfort Johannes Christian Gerning, grand contributeur des Papillons d''Europe, qui lui adresse ces spécimens capturés en montagne alors qu'il prenait les bains à Schwalbach (dont les eaux gazeuses et ferrugineuses étaient alors très prisées), ne lui faisait remarquer que le Satire fait son séjour dans les bois, et celui-ci dans les montagnes. 


Loin de le considérer comme ce qu'il est réellement, des femelles de papilio maera son Némusien, il déclare qu' "aucun auteur n'a parlé de cette espèce" et décrit deux formes sexuées, 50 a.bis et 50 b.bis. 

Mes recherches ne m'ont pas permis de préciser avec certitude quand la distinction "Némusien = mâle / Ariane = femelle" s a été établi, mais il me semble que les deux noms ont été considérés comme synonyme et cités ensemble sans distinction jusqu'à la publication de G. Luquet en 1986. 

Autant le nom de Némusien est compréhensible, autant les raisons du choix de celui d'Ariane m'échappent, mais les noms de papillons n'ont pas à ce justifier, ils ont juste besoin d'être adopté par la communauté des adeptes du filet. Chacun sait que Ariane est la sœur de Phèdre et qu'elle est donc elle-aussi "la fille de Minos et de Pasiphaé", pour citer l'alexandrin le plus fameux du Phèdre de Racine. Chacun connaît aussi "le fil d'Ariane" qu'elle confia au héros Thésée afin qu'il sorte du Labyrinthe construit par Dédale : dans ce labyrinthe est enfermé le Minotaure, frère d'Ariane puisque sa mère Pasiphaé l'a conçu avec un taureau blanc. Enfin chacun connaît aussi Ariane à Naxos, cantate de Haydn ou opéra de Strauss qui racontent comment Ariane a été abandonnée par le roi Thésée sur l'île de Naxos (en réalité sur l'île de Dia), et chacun entend encore ces autres vers de Racine (Phèdre I,3):

Ariane, ma sœur, de quel amour blessée

Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée 

 Mais ce bagage mythologique ne fait guère progresser la zoonymie.

Ce papillon fut rapidement identifié par Latreille comme étant papilio maera.


4. Le Satyre Maera , Latreille et Godart 1819

Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Histoire naturelle. Entomologie, ou Histoire naturelle des crustacés, des arachnides et des insectes, par M. Latreille,. Paris : Vve Agasse tome 9, page 501 .

Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses.

 

5.  Satyre Maera, Godart 1821.

      Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1821, page 157 n°52  planche 7sept. peinte par Vauthier et gravée par Lanvin.

Godart donne en référence (Le Satyre, Geoffroy) entre parenthèses, puis Le Némusien et l'Ariane (Engramelle, Papillons d'Eur.).

On y lit la description de la chenille, de la chrysalide et des plantes-hôtes (pâturin annuel et fétuque flottante).

                         

        n236_w346

 

5. Satyre Ariane, Lucas, 1834.

 Pierre Hippolyte Lucas Histoire naturelle des lépidoptères d'Europe page 73 

 

6. Satyre Mæra, Duponchel, 1849.

P.A.J. Duponchel, Iconographie et histoire naturelle des chenilles page 182 n°73  Planche XXVI

 http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38600#page/238/mode/1up

http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38600#page/239/mode/1up

 

                             n238_w330

 

 

 

6. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986 et le nom vernaculaire actuel.

 

  Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet proposait comme nom principal "Le Némusien (♂), l'Ariane (♀) mais réfutait "Le Némutien" utilisé par le suisse P. A Robert 1960 et "Le Satyre" de Geoffroy.

 

7. Étude zoonymique des auteurs français :

— Luquet in Doux et Gibeaux 2007  page 58 :

  Némusien : du latin némus, "bois" : littéralement, "habitant des bois" (nom donné par Engramelle en 1779).

  Ariane : fille de Minos. Elle donna à Thésée le fil à l'aide duquel il put sortir du Labyrinthe, après avoir tué le Minotaure.

 

— Perrein et al. 2012 page 292 : 

Le Némusien : du latin nemus, "bois" et l'Ariane sont les noms français donnés respectivement pour le mâle et la femelle par Engramelle (1779).

 

8. Noms vernaculaires contemporains :

 

  Charles Oberthür et Constant Houlbert , dans leur Faune armoricaine de 1912-1921, utilisent le nom scientifique de Pararge maera mais ne citent pas de nom vernaculaire, parlant "du Pararge maera". 

—Bellmann / Luquet 2008 : "Le Némusien (♂), l'Ariane (♀)" .

— Chinery / Leraut  1998  : non décrit

— Doux & Gibeaux 2007 : "Le Némusien (mâle), l'Ariane (femelle) ".

— Lafranchis, 2000 : "L'Ariane (femelle), le Némusien (mâle)" .

— Perrein et al. 2012 : " Némusien (mâle), Ariane (femelle)".

— Tolman & Lewington / P. Leraut 2009 : "Le Némusien".

— Wikipédia : " Le Némusien (titre); puis "Le Némusien (mâle) ou Ariane (la femelle)".

 

 

 

II. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

 

  • "Rudasis satyras"  en lituanien : Petit Satyre brun.
  • "Margera gran" en catalan : Margeres : Per la seva preferència pels marges de camins i límits entre ambients.  Margera gran : Per la seva mida, sensiblement més gran que la de les altres espècies del gènere  (Arizzabalaga 2012) : "Margeres : Pour leur préférence pour les  bords de routes et les périphéries des milieux. Margera gran : Pour sa taille, légèrement plus grande que les autres espèces du genre"
  • "Pedregosa" en espagnol : le "Rocheux"
  • "Arianna" en italien
  • "Skovvejrandøje" en danois : "megera des forêts", " Œil rond des chemins des bois"
  • "Braunauge" en allemand, "Yeux marrons"
  • "Harilik tumesilmik" en estonien : "... commun"
  • "Noras samtenis" en letton : Noras souci"
  • "Nagyfoltú szemeslepke" en hongrois  papillon grain ..."
  • "Očkáň jačmienkový" en tchèque
  • "Буроглазка мера" en macédonien
  • "Veliki okaš" en serbe
  • "Rotsvlinder" en néerlandais : le "Papillon des Rochers"
  • "Tummapapurikko" en finnois "Pommelé foncé"
  • "Klipperingvinge" en norvégien
  • "Vitgräsfjäril" en suédois 
  • "Osadnik kostrzewiec" en polonais
  • "Esmer boncuk" en turc : perles brunes, le Brun à ocelles ?

 

 

Remarque sur le nom anglais .

 Lasiommata maera n'est pas, à la différence de Lasiommata megera,qui est nommée The Wall Brown depuis 1896 (W.F. Kirby) observée dans les ïles Britanniques, sauf exception : selon UKbutterflies, "Several sightings have been reported, including two caught in Shrewsbury, Shropshire, in 1930 and 1931. It is believed that any individuals seen are the result of accidental introduction.", et selon Watson & Dallwitz, "rare ocurrence representing occasional, genuine immigrants (vagrant/migrant mainland-European)". Aussi les dénominations de cette espèce ne sont pas basées sur un long usage. Son nom le plus fréquemment trouvé est "The Large Wall Brown", (Wikipédia) "le Grand Brun [des] Mûrs", ou The Large Wall (UKbutterflies), "Le Grand des Mûrs, ce nom étant justifié par la taille supérieure de l'envergure du papillon (44-55 mm pour megera ; 52-58 mm pour maera ). Mais celle-ci n'est guère très sensible et guère remarquable comme critère de différenciation. Il me semble plus judicieux de penser que le nom correct est celui donné par  L. Watson and M. J. Dallwitz sur le site   "British Insects: Butterflies" : Large-eyed Wall Brown. Le "Papillon brun des mûrs à grands ocelles".

Néanmoins, le nom The Large Wall est attesté dans une Liste des spécimens du British Museum qui date de 1850. The Large Wall Brown n'apparaît qu'après 1974, et The Large-eyed Wall n'est pas utilisé hormis par les auteurs cité supra.

— remarque sur le  nom néerlandais : il est formé sur Skov forêt + + Rand-øje ; Rand-øje, (ocelle) est un terme collectif pour des papillons à ocelles ; vej  signifie "chemin, route" et vejrand-øje   (papillon à ocelle des chemins) est le nom vernaculaire de L. megera. Donc, Skovvejrandøje signifie littéralement " Œil rond des chemins des bois".

Langues celtiques  : 

1. langues gaéliques :  irlandais (gaeilge) ; écossais (Gàidhlig ) ; mannois ( gaelg :île de Man).

  •  en irlandais

  •  en mannois.
  • "" en gaélique écossais*

2. Langues brittoniques : breton (brezhoneg) ; cornique (kernevek); gallois (Welshcymraeg).

  •  pas encore de nom en breton ; 

  • "Gweirlöyn mawr y cloddiau" en gallois.

 *Liste des noms gaéliques écossais pour les plantes, les animaux et les champignons. Compilé par Emily Edwards, Agente des communications gaélique, à partir de diverses sources.   http://www.nhm.ac.uk/research-curation/scientific-resources/biodiversity/uk-biodiversity/uk-species/checklists/NHMSYS0020791186/version1.html

 Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR

Hübner Pararge maera Braunauge 3,4 © BHL

        n31_w245

 

               

 

 

 


             Bibliographie, liens et Sources.

 

 

— Funet : 

— Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : Lasiommata maera

— UK Butterflies : lasiommata maera

— lepiforum : lasiommata maera

— Site www.jardinsauvage.fr lasiommata maera 

 —Images : voir les superbes dessins de Hübner .

HÜBNER, Jacob, 1761-1826 Das kleine Schmetterlingsbuch : die Tagfalter : kolorierte Stiche,  Insel-Bücherei ; . http://www.biodiversitylibrary.org/item/138312#page/35/mode/1up

 

                 I.  Zoonymie des lépidoptères :


ARRIZABALAGA (Antoni ) & al. 2012   "Proposta de noms comuns per a les papallones diürnes (ropalòcers) catalanes",  Butll. Soc. Cat. Lep., 103: 5-28. En ligne 

http://www.museugranollersciencies.org/uploads/arrizabalaga-et-al-butlleti-103.pdf 

 — EMMET (Arthur Maitland) 1991. The Scientific Names of the British Lepidoptera: Their History and Meaning, Colchester, Essex, England : Harley Books, 1991,  288 p. : ill. ; 25 cm.

— GLASER L, 1887 Catalogus etymologicus Coleoperum et Lepidopterum. Erklärendes und verdeutschendes namensverzeichnis der Käfer und Schmetterlinge fûr Liebhaber und wissenschaftliche Sammler, R. Friehändler : Berlin 1887, 396 pages. BHL Openlibrary.

— GLASER, L, 1882 "Zur Nomenklatur des deutschen Tagfalter, in Entomologischen Nachrichten, Stettin 1882  pages 303-317,

  https://archive.org/stream/entomologischena81882berl#page/310/mode/2up/search/lycaena)

— Gozmány, László: Vocabularium nominum animalium Europae septem linguis redactum2 vols. Budapest: Akadémiai Kiadó, 1979. 

— JERMYN  L.: The Butterfly Collector's Vade Mecum: or a Synoptical Table of English Butterflies. 1824. http://archive.org/stream/butterflycollect00jerm#page/n6/mode/1up

 

  — HELLER (John Lewis) - 1983 -"Studies in Linnaean method and nomenclature", Marburger Schriften zur Medizingeschichte, Bd.1983;7:1-326.Frankfurt am Main ; New York : P. Lang,

—HÜRTER Hans-Arnold 1988 Die wissenschaftlichen Schmetterlingsnamen, Herleitung und Deutung, Bottrop ; Essen : Pomp, 492 pages.

— ISAAK (Mark) Curiosities of the biological nomenclatureen ligne.

— JANSENN (August) 1980, "Entomologie und Etymologie der Namen der belgischen Tagfalter"; in : Phegea, driemaandelijks tijdschrift van de vereniging voor Entomologie van de Koninklijke Maatschappij voor Dierkunde van Antwerpen, Jgg.8 Nr.2, 1980.

 — KEMPER Heinrich 1959 Die tierischen Schädlinge im Sprachgebrauch, Berlin : Duncker & Humblot 1959. Google books.

— MACLEOD (Roderick Donald) 1959 Key to the names of British Butterflies and moths, 86 pp. Londres.

— RAMANN (Gustav) 1870-76, Die Schmetterlinge Deutschlands und der angrenzenden Länder in nach der Natur gezeichneten Abbildungen nebst  erläuterndem Text, 4 Bände, Band 1, Arnstadt 1870-1876. 

— SODOFFSKY (W), 1837. "Etymologische undersuchungen ueber die gattungsnamen der Schmetterlinge von W Sodoffsky, in Riga", Bulletin de la Société impériale des naturalistes de Moscou, n° VI, Moscou : imprimerie d'Auguste Sémen, 1837, 167 p. Archiv.org.

 — SPANNERT (Anton), 1888, Die wissenschaftlichen Benennungen der Europäischen Großschmetterlinge mit sâmmtlichen anerkannten Varietâten und Aberationen, Karl Duncker : Berlin,1888, 239 pages.

 —SPULER  (Dr Arnold), 1901-1908, Die Europas Schmetterlinge, . Vol.1. Allgemeiner Teil —Spezieller Teil. I-CXXVIII + 1-386 + [1]-[6], 265 fig. dans le texte, E. Schweizelbart'sche Verlagsbuchhandlung, Nägele und Dr Sproesser édit., Stuttgart, Allemagne. En ligne sur BHL

— Numen. The Latin lexicon :  http://latinlexicon.org/index.php

 



        II. Bibliographie entomologique : Rhopalocères.

— ALBIN, E.: A Natural History of English Insects: Illustrated with a Hundred Copper Plates, Curiously Engraven from the Life. 1720. GDZ Göttingen

— ALDROVANDI (Ulysse) 1602 De animalibus insectis libri septem, cum singulorum iconibus. J. B. Bellagambam (Bononiae) 1602 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k991248 ou Gottingen

 

— BELLMANN Heiko, 2008 Quel est donc ce papillon, Les Guides Nathan, Paris : Nathan, 2008. Traduction française et noms vernaculaires par G.C. Luquet.

— BILLBERG (Gustav John) : Enumeratio insectorum in Museo Gust. Joh. Billberg ,[Stockholm] :Typis Gadelianis, 138 p. http://www.biodiversitylibrary.org/item/105024#page/87/mode/1up

— BLAB (Josef), RUCKSTULH (Thomas) ESCHE (Thomas)  [et al.], adaptation et traduction française LUQUET (Gérard-Christian), 1988 Sauvons les papillons  : les connaître pour mieux les protéger ; préface de Pierre Richard Paris : Duculot 1 vol. (192 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 27 cm Trad. de : "Aktion Schmetterling so können wir sie retten". 

 BOISDUVAL Histoire naturelle des insectes Roret 1836 books.google.fr/books?id=2Kgi4FH6kj0C

— BOISDUVAL ( Jean Alphonse),  GRASLIN, (Adolphe Hercule de), Dumesnil (P.C.R.C)  Rambur (Pierre).1833 Collection iconographique et historique des chenilles ou description et figures des chenilles d'Europe, avec l'histoire de leurs métamorphoses et des applications à l'agriculture, Paris : Librairie encyclopédique de Roret, 1832-1837 [1833]. BHL Libr

—  BOISDUVAL (Jean-Alphonse) Essai sur une monographie des zygénides : suivi du Tableau méthodique des lépidoptères d'Europe Paris : Méquignon-Marvis 1829 Gallica

— BOITARD (Pierre ) Manuel d'entomologie ou Histoire naturelle de insectes: contenant la synonymie de la plus grande partie des espèces d'Europe et des espèces exotiques les plus remarquables, Tome second, Paris : Roret, 1828,  Gallica

— BRIDGES

strong> (Charles A.) 1993 Bibliography (Lepidoptera: Rhopalocera)  2nd ed. C.A. Bridges in Urbana, Ill . Archiv.org. 

— CHINERY (Michael), Insectes de France et d'Europe occidentale, adaptation française  G. Luquet pour les lépidoptères, Flammarion 2005, 2eme édition 2012, 320 p.

— CURTIS, J. (1823-1840). British Entomology; being illustrations and descriptions of the genera of insects found in Great Britain and Ireland: containing coloured figures from nature of the most rare and beautiful species, and in many instances of the plants upon wich they are found. Vol. V. Lepidoptera, Part. I. Londres.             http://biodiversitylibrary.org/page/8221625#page/71/mode/1up

— DAREMBERG (C.) et SAGLIO (E.),  Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines  (1877-1919) Univ. de Toulouse Le Mirail :http://dagr.univ-tlse2.fr/sdx/dagr/rechercher.xsp?qid=sdx_q3&hpp=51&p=7&filtre=A

— DALE (Charles William) 1890 The history of our British butterflies containing - a full bibliographical note of each species, with copious extracts from the old authors; and full descriptions of all the British species, their eggs, caterpillars, chrysalides and varieties, with a notice of their habits, localities, frequency,  J. Kempster : London 1890 Archiv.org.

— DENIS, J. N. C. M. & SCHIFFERMÜLLER, I.] 1775. Ankündung eines systematischen Werkes von den Schmetterlingen der Wienergegend, herausgegeben von einigen Lehrern am k. k. Theresianum.. Vienne. 322 pp. http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&IDDOC=441200

— DOUBLEDAY (Edward), WESTWOOD (John O.) The genera of diurnal Lepidoptera their generic characters ; illustrated with plates by W.C. Hewitson. Vol. 1 London, 1846-52 

 

— DOUX (Yves), GIBEAUX (Christian), 2007, Les papillons de jour d'Île de France et de l'Oise,Collection Parthénope, Edition Biotope, Mèze, ; Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, 2007, 288 p. Préface, index et supervision scientifique de Gérard Chr. Luquet.

— DUPONT (Pascal), DEMERGES (David), DROUET (Eric) et LUQUET (Gérard Chr.). 2013. Révision systématique, taxinomique et nomenclaturale des Rhopalocera et des Zygaenidae de France métropolitaine. Conséquences sur l’acquisition et la gestion des données d’inventaire. Rapport MMNHN-SPN 2013 - 19, 201 p. 

  http://www.mnhn.fr/spn/docs/rapports/SPN%202013%20-%2019%20-%20Ref_Rhopaloceres_Zygenes_V2013.pdf

— DUPONCHEL (Philogène Auguste Joseph) 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles pour servir à de compléter une l'Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France, de MM. Godart et Duponchel . Paris : Germer Baillère, 1849. BHL.Library

—  ENGRAMELLE (R.P. Jacques Louis Florentin), 1779, Papillons d'Europe peints d'après nature par M; Ernst. Gravés par M. Gérardin et coloriés sous leur direction. Première partie. Chenilles, Crysalides et Papillons de jour [décrits par le R.P. Engramelle, Religi[eux] Augustin, Quartier Saint-Germain] Se vend à Paris chez M. Ernst et Gérardin. Paris : Delaguette/Basan & Poignant 1779. Volume 1 [1]+[VIII],[i-xxxiv] - 206p-errata [i-vi], 3 pl. en noir, 48 planches coloriées (I-XLVIII), 100 espèces. 

— ENGRAMELLE (R.P. Jacques Louis Florentin), 1779, Papillons d'Europe peints d'après nature par M; Ernst et gravés et coloriés sous sa direction. Première partie. Chenilles, Crysalides et Papillons de jour décrits par le R.P. Engramelle, Religi[eux] Augustin, Q[uartier] S[aint-] G[ermain] Se vend à Paris chez M. Ernst, auteur ; Bazan ; P.M. Delaguette, imprimeur ;  Basan & Poignant marchands d'Estampes rue et et Hôtel Serpente. Paris : Delaguette/Basan & Poignant 1779. Tome II . (i-ii), pp 207-229, espèces n° 102-112, puis suppléments pp; 230-333 puis Table. Books-Google.

— ESPER (Eugenius Johannes Christian) Die Schmetterlinge in Abbildungen nach der Natur / mit Beschreibungen, herausgegeben mit Zusätzen von Toussaint von Charpentier. Leipzig : T.O. Weigel, [1776-1807 /1829-1839] En ligne BHL.

  — FABRICIUS (Johann Christian) 1807  "Nach Fabricii systema glossatorum" in Johann Karl Wilhelm Illiger, "Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge [...], Magazin für Insektenkunde , Braunschweig [Brunswick] (6) https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

— FABRICIUS (Johann Christian) 1787  Fabricii Mantissa insectorum Hafniae 1787 en ligne Goettingen.

— FABRICIUS (Johann Christian)  1798  Supplementum Entomologiae systematica , Hafniae.

 — FOURCROY (A. F.) 1785. Entomologia Parisiensis; sive catalogus insectorum quæ in agro Parisiensi reperiuntur; secundam methodam Geoffrœanam in sectiones, genera & species distributus: cui addita sunt nomina trivialia & fere trecentæ novæ species. Pars secunda. Parisiis. (Hôtel Serpente). 2. 232-544. Traduction en latin de l'Histoire des insectes de E.L. Geoffroy. http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

— FUESSLI (Johan Caspar) Verzeichniss der ihm bekannten Schweizerischen Inseckten : mit einer augemahlten Kupfertafel: nebst der Ankhundigung eines neuen Insecten Werks Joh. Caspar Fuesslins 1775.  BHL libr

 — GEOFFROY (Étienne-Louis, Docteur en médecine) 1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII  colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. 744p. http://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/n9/mode/2up

— GEOFFROY [Étienne-Louis] 1798-99 Histoire abrégée des insectes dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique. Nouvelle édition, revue, corrigée, & augmentée d'un supplément considérable. / par M. Geoffroy, docteur en médecine. A Paris :Chez Calixte-Volland, libraire, quai des Augustins, no. 24 :An VII de la République françoise [1799]. http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/14595#/summary

— GEER, (Charles de), 1771 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes , Stockholm : Hesselberg, .Tome 1 [1]-[15] 707 pages, 37 planches, Gallica .  Tome second première partie 616 pages,  ; Tome second deuxième partie pages 617 à 1175, 43 planches gravées par Bergquist. Gallica.

— GOEDART (Jan), 1685, Johannes Goedartius de Insectis nin methodum redactus cum notularum additione, operâ M. Lister, e Regia Societate Londinensi, Smith : London, 1685 : Bibl. Strasbourg

— GODART (Jean-Baptiste) Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France décrits par M. Godart, ancien proviseur Paris : Crevot 1821 Vol.1, Première partie, environs de Paris, [I]-[vij] + 295 p. Planches dessinées par [Antoine Charles] Vauthier et gravées par Lanvin.

 —  GRIFFITH (W. J. )  Catalogue raisonné des lépidoptères observés en Bretagne jusqu'en 1882, ,... publié par les soins de T. Bézier. Rennes : Impr. Fr. Simon, 1902.

— GRIFFITH (William John) 1879 "Sur quelques-uns de nos lépidoptères nuisibles", Extrait duBulletin de la Société polymathique du Morbihan. 1er et 2e semestre 1879, 37 pages.  

 FRISCH (Johann Leonhard.) 1730 . Beschreibung von allerley Insecten in Teutsch-Land : nebst nützlichen Anmerckungen und nöthigen Abbildungen von diesem kriechenden und fliegenden inländischen Gewürme : zur Bestätigung und Fortsetzung der gründlichen Entdeckung : so einige von der Natur dieser Creaturen herausgegeben : und zur Ergäntzung und Verbesserung der andern (1730)  Berlin : Verlegts Christ. Gottl. Nicolai  https://archive.org/stream/johleonhardfrisc01fris#page/n7/mode/2up

 — HARRIS  (Moses) 1775 : The English Lepidoptera: or, The Aurelian's Pocket Companion, xv, 66p. 1 pl. color. London : J. Robson 1775.

 — HAWORTH Adrian Hardy Lepidoptera Britannica;: sistens digestionem novam insectorum Lepidopterorum ...London, 1803, Google books

— HIGGINS (L. G.) et RILEY (N. D.) 1988. Guide des Papillons d'Europe : Rhopalocères. Troisième édition française. Traduction et adaptation par Th. Bourgoin, avec la collaboration de P. Leraut, G. Chr. Luquet et J. Minet. Delachaux et Niestlé édit., Neuchâtel ,1988, 455 pages.

— HONEY, M. R. & SCOBLE, M. J. 2001. "Linnaeus's butterflies (Lepidoptera: Papilionoidea and Hesperioidea)". Zoological Journal of the Linnean Society, 132(3): 277-399.

  HÜBNER, J. 1796-[1836]: Sammlung europäischer Schmetterlinge.Augsburg. BHL 

— HÜBNER, (Jacob), 1761-1826 Das kleine Schmetterlingsbuch : die Tagfalter : kolorierte Stiche,  Insel-Bücherei ;http://www.biodiversitylibrary.org/item/138312#page/35/mode/1u

— HUFNAGEL, W. F. 1766. Tabelle von den.Tagvögeln der hiesigen Gegend, woraus denen Liebhabern der Insekten Beschaffenheit, Zeit, Ort und andere Umstände der Raupen und der daraus entstehenden Schmetterlinge bestimmt werden. Berlinisches Magazin, oder gesammlete Schriften und Nachrichten für die Liebhaber der Arzneiwissenschaft, Naturgeschichte und der angenehmen Wissenschaften überhaupt, 2(1): 54-90. 

— LAFRANCHIS (Tristan), 2000 Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Collection Parthénope, Ed Biotope, Mèze, 448p. 

   LATREILLE (P.A.) 1796 Précis des caractères génériques des insectes disposés dans un ordre naturel par le citoyen Latreille Paris, Brive : 1796 pages 140-149.

 — LATREILLE, P. A., 1804. "Tableau méthodique des Insectes", pp. 184-187 in Nouveau Dictionnaire d’Histoire Naturelle, Paris : Déterville. vol.24. 

LATREILLE (P.A.) Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle appliquée aux arts, Paris : Detreville vol. 17, 1803 ici

LATREILLE (P.A.) Nouveau Dictionnaire d'histoire naturelle vol. 24 1818 : Classification page 501 http://books.google.fr/books?id=I_NBAAAAYAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=vanesse&f=false

—LATREILLE, P. A., 1805. Histoire Naturelle, Générale et Particulière des Crustacés et des Insectes. Tome XIII, p. 369. Paris : Dufart.

 — LATREILLE P. A. 1810. Considérations générales sur l'ordre naturel des animaux composant les classes des Crustacés, des Arachnides et des Insectes; avec un tableau méthodique de leurs genres, disposés en familles. Paris: F. Schoell, 444 pp. pp. 350-370.

 —LATREILLE  (P.A) et Olivier Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle 2eme édition tome 27 1818.

 — LATREILLE (P.A), GODART (J.B) 1819 , Encyclopédie méthodique, ou Entomologie, Paris : Vve Agasse tome 9 1819. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

 — LERAUT (Patrice) 1997 "Liste systématique et synonymique des Lépidoptères de France, Belgique et Corse" (deuxième édition) Alexanor, 20, Supplément hors série : 1-526, 10 illustr., photog, 38 fig.

— LEWIN, W. 1795 The Insects of Great Britain, systematically arranged, accurately engraved, and painted from nature, with the natural history of each species BHL library

http://www.biodiversitylibrary.org/item/103670#page/7/mode/1up

 

— LUCAS ([Pierre-] Hippolyte)  Histoire naturelle des lépidoptères d'Europe Paris : Pauquet  1834 ouvrage orné nature de près de 400 figures peintes d'apres, par A. Noel, et gravées sur acier.http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4416154.r=lucas+papillons.langFR 

 http://www.biodiversitylibrary.org/item/53843#page/11/mode/1up

— LUQUET (Gérard Chr.) 1986 "Les noms vernaculaires français des Rhopalocères d'Europe", Alexanor, Revue des Lépidoptéristes français, tome 14, juillet-septembre 1986, suppl.)

— LUQUET (Gérard Chr.) 1986 —in : PFLETSCHINGER (Hans). Papillons.Comment identifier et reconnaître les papillons d'Europe et leurs chenilles traduit et adapté de l'allemand par G. Chr. Luquet. 80 p., 88 illustr. photogr. coul. Collection "Miniguides Nathan tout terrain". Fernand Nathan édit. Paris.

— MOFFET (Thomas) 1634 Insectorum, sive, Minimorum animalium theatrum.  Londini : Ex officin typographic Thom. Cotes et venales extant apud Guiliel. Hope, 1634.  BHL.

— MERIAN (Maria-Sibylla) 1771 Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l'Europe contenant leur description, leurs figures, leur différentes métamorphoses..., par Mademoiselle Marie-Sybille de Mérian, en deux parties in-folio. Troisième édition, revue, corrigée & considérablement augmentée par M. Buch'oz, ... A laquelle on a joint une troisième partie qui traite des plus belles fleurs, telles que des plantes bulbeuses, liliacées, caryophillées... Tome premier [-troisième] traduit par Jean Marret Paris : Desnos, 1771. PDF Bibliothèque de Toulouse, 3 volumes http://tolosana.univ-toulouse.fr/notice/07558171x

— MERIAN (Maria-Sibylla) 1683  Der Raupen wunderbare Verwandelung, und sonderbare Blumen-nahrung: worinnen, durch eine gantz-neue Erfindung, Der Raupen, Würmer, Sommer-vögelein, Motten, Fliegen, und anderer dergleichen Thierlein, Ursprung, Speisen, und Veränderungen, samt ihrer Zeit, Ort und Eigenschaften (Band 2) Nürnberg , Frankfurt , Leipzig, 1683 Volume 2 (insectes d'Europe) digitalisé par  Universitätsbibliothek Heidelberg;

 — MERRET (Christopher) 1667  Pinax Rerum Naturalium Britannicarum. 1667. Google Books

http://books.google.co.uk/books?id=p0SjZ7N6TA0C&printsec=frontcover&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

— MOORE (Frederic) 1890-1913 Lepidoptera indica, L. Reeve : London, 1890-1913. BHL

— OBERTHÜR (Charles) 1904 Études de Lépidoptérologie comparée, Rennes : Oberthür, 1913 Openlibrary

  — OBERTHÜR (Charles), HOULBERT (Constant), 1912-1921, Faune entomologique armoricaine. Lépidoptères. Rhopalocères, Rennes : Imprimerie Oberthür 1912-1921, 258 pages.

— PETIVER (James), 1702-1706? Gazophylacii naturae & artis, : decas prima-[decima]. In quaÌ‚ animalia, quadrupeda, aves, pisces, reptilia, insecta, vegetabilia; item fossilia, corpora marina & stirpes minerales eÌ€ terra eruta, lapides figuraÌ‚ insignes &c. Descriptionibus brevibus & iconibus illustrantur. Hisce annexa erit supellex antiquaria, numismata, gemmae excisae, & sculpturae, opera figulina, lucernae, urnae, instrumenta varia, inscriptiones, busta, reliquaque ad rem priscam spectantia: item machinæ, effigies clarorum virorum, omniaque arte producta... / Jacobus Petiver Londini: : Ex OfficinaÌ‚ Christ. Bateman ad insignia Bibliae & Coronae, vico vulgo dict. Pater-Noster-Row., MDCCII. [1702-1706?]. Version Google books de 1702 ou mieux GDZ Göttingen (Planches).

— PETIVER (James) 1695-1703 Musei Petiveriani centuria prima-decima, rariora naturae continens: viz. animalia, fossilia, plantas, ex variis mundi plagis advecta, ordine digesta et nominibus propriis signata, London, 1695-1703 Version Books-Google.

— PETIVER (James) 1767 Jacobi Petiveri Opera, historiam naturalem spectantia containing several thousand figures of birds, beats, fifh, reptiles, insects shells, corals, and fossils; also of trees, shrubs, herbs, fruits, fungus's, mosses, sea-weeds, &c. from all parts, adapted to Ray's History of plants on above three hundred copper-plates, with English and Latin names, London, James Empson (éditeur), 1767  Version Books.Google 

— PETIVER (James) 1717 Papilionum Brittaniae Icones (1717)  

— PERREIN (Christian) 2012 et al. , Biohistoire des papillons, Presses Universitaires de Rennes 2012.

—  PODA (Nicolaus) 1761. Insecta Musei Græcensis, quæ in ordines, genera et species juxta systema naturæ Caroli Linnæi. Graecus [= Graz]. (Widmanstadius). 127 pp. Google books

— RAY  (John) Historia insectorum, Londini 1710 Archive.org

— RÉAUMUR [René-Antoine] de Ferchault 1734-1748 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes   Paris : Imprimerie Royale, 6 volumes, de 1734 à 1748 [un 7e, copie du manuscrit original, paraîtra en 1928], 267 planches gravées par Simoneau, Lucas, Haussard et Fillioeul. En ligne BHL.  Voir aussi VALLOT J.N. 1802.

 ROBERT (Paul A.)  1934 — Les Papillons dans la nature, Delachaux et Niestlé : Neufchâtel et Paris,  405 p., 64 pl. couleurs books.google.fr/books?id=jSFDAAAAYAAJ

— RÖSEL VON ROSENHOF   1764-68  De natuurlyke historie der insecten; voorzien met naar 't leven getekende en gekoleurde plaaten. Volgens eigen ondervinding beschreeven, door den heer August Johan Rösel, van Rosenhof, miniatuur-schilder. Met zeer nutte en fraaie aanmerkingen verrykt, door den heer C. F. C. Kleemann ...Te Haarlem, By C. H. Bohn en H. de Wit, boekverkoopers [1764-68] BHL Library 
— Rösel von Rosenhof 1746 Der monatlich herausgegebenen Insecten-Belustigung  Nürnberg.http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

 — SALMON (Michael A.) 2000, The Aurelian legacy, British butterflies and their collectors, University of California Press, 2000.

— SCHAEFFER (Jacob-Christian)  Iacobi Christiani Schaefferi  1766Icones Insectorum circa Ratisbonam indigenorum coloribus naturam referentibus expressae = Natürlich ausgemahlte Abbildungen Regensburgischer Insecten Regensburg [Ratisbonne]: gedruckt bey H.G. Zunkel, [1766?-1779?] ; Gravure par Haid, Johann Jacob (1704-1767), 5 tomes in-4° avec 220 planches coloriées VOL. II Google

SCOPOLI (Jean-Antoine) Ioannis Antonii Scopoli Med. Doct. S.C.R. ... Entomologia Carniolica exhibens insecta Carnioliae indigena et distributa in ordines, genera, species, varietates : methodo Linnaeana. Vindobonae :Typis Ioannis Thomae Trattner ...,1763. En ligne BHL.

 — SCUDDER, S. H. 1875. "Historical sketch of the generic names proposed for Butterflies: a contribution to systematic nomenclature". Proceedings of the American Academy of Arts and Sciences, 10: 91-293. 

— SODOFFSKY (Wilhem),1837. "Etymologische Untersuchungen ueber die Gattungsnamen der Schmetterlinge"  Bulletin de la Société Impériale des Naturalistes de Moscou. 10(6) : 76-97.

 — SOUVESTRE (Émile), 1836  Voyage dans le Finistère par Jacques Cambry, revu et augmenté par- : "Tableau systématique des lépidoptères qui se trouvent dans le département du Finistère" par  [(Hesse et) Le Borgne de Kermorvan] Brest : Come et Bonetbeau, 1835 page 165

— SWAMMERDAM (Jan) 1685 Historia insectorum generalis et 1737-38 Biblia naturae (Leyde)

http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/65389/rec/3

— TOLMAN (Tom), LEWINGTON (Richard), Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, traduction et adaptation française Patrick Leraut,  Paris : Delachaux et Niestlé 1999 et 2009, 384 pages.

— VALLOT J.N. Concordance systématique, servant de table de matières à l'ouvrage de Reaumur, Paris : Grégoire, Thouvenin, 1802. En ligne Google books.

  — VILLERS (Charles de) 1789 Caroli Linnaei Entomologia, faunae Suecicae descriptionibus aucta : DD. Scopoli, Geoffroy, de Geer, Fabricii, Schrank, &c., speciebus vel in systemate non enumeratis, vel nuperrime detectis, vel speciebus Galli australis locupletata, generum specierumque rariorum iconibus ornata; curante & augente Carolo de Villers .. Lyon : Pietre et Delamollière, (1789). https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

— WALCKENAER (C.A.) 1802,  Faune parisienne, insectes, ou, Histoire abrégée des insectes des environs de Paris classés d'après le système de Fabricius; précédée d'un discours sur les insectes en général, pour servir d'introduction à l'étude de l'entomologie accompagnée de sept planches gravées Paris : Dentu 1802 en ligne BHL.  

 

— WESTWOOD (J O) & HUMPHREYS (Henry Noël),1841. British butterflies and their transformations, William Smith : London  BHL

— WILKES (Benjamin) 1773 One hundred and twenty Copper plates of English moths and butterflies ... with a natural history London : Benjamin Wilkes   Books.google.

— WILKES (Benjamin), 1747-49 The english moths and butterflies, etc... London : printed for the author  Books.Goggle

— ZIMMER, (Dieter E., rédacteur du mensuel Der Zeit) 2012 A guide to Nabokov's Butterflies and Moths et Butterflies and Moths in Nabokov's Published Writings , Web version 2012.


 

                           III. Boite à liens. 

      Liste des références d' auteurs avec les liens vers leurs publications:  http://www.ukbutterflies.co.uk/references.php

Taxonomie : Global Butterfly Information System :http://www.globis.insects-online.de/search

Les papillons du Systema Naturae de 1758  :   http://en.wikipedia.org/wiki/Lepidoptera_in_the_10th_edition_of_Systema_Naturae

Albin :http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN477852769

Billberg http://www.biodiversitylibrary.org/item/105024#page/87/mode/1up

Boisduval chenille 1832 :   http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/51588#/summary

Boisduval Tableau meth. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97190k/f1.image.pagination.r=Boisduval.langFR

Boitard, 1828. : http://books.google.fr/books?id=K3ShlXhmFsEC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Dale https://archive.org/stream/historyofourbrit00dalerich#page/n5/mode/2up

Denis et Schiffermüller : http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&IDDOC=441200

http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&DMDID=&LOGID=LOG_0002&PHYSID=PHYS_0009

Google : http://books.google.fr/books?id=79BYAAAAcAAJ&printsec=frontcover&dq=verzeichniss+Denis+et+schifferm%C3%BCller&hl=

fr&sa=X&ei=AHYGU5vEAfC00QXu1IBo&ved=0CDIQ6AEwAA#v=

onepage&q=verzeichniss%20Denis%20et%20schifferm%C3%BCller&f=false

Doubleday & Westwood  http://www.biodiversitylibrary.org/item/49323#page/5/mode/1up

 

Duponchel, chenilles 1849 : BHL :  

 http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/9410#/summary

Engramelle :    http://books.google.fr/books?id=em0FAAAAQAAJ

et https://archive.org/stream/papillonsdeurop00ernsgoog#page/n159/mode/2up

Engramelle vol. 2 : http://books.google.fr/books/about/Papillons_d_Europe_peints_d_apr%C3%A8s_natur.html?id=jbS5ocRuGsYC&redir_esc=y

Engramelle vol. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84701433 

et https://archive.org/stream/papillonsdeurop00poiggoog#page/n19/mode/2up

Tome IV http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8470144h

tome V : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8470145x

tome VI :http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8470146b

tome VII :http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8470147r

Esper : http://www.biodiversitylibrary.org/item/53441#page/9/mode/1up

Fabricius :1775  http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/36510#/summary

Fabricius 1787 : 

http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=25707

Fabricius 1793 Ent Sys em    https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

Fabricius 1807 :  https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

Frisch https://archive.org/stream/johleonhardfrisc01fris#page/n7/mode/2up

Fourcroy voir Geoffroy.

Fuessli    http://www.biodiversitylibrary.org/item/78769#page/11/mode/1up

 Geoffroy  :    http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/51067#page/9/mode/1up

Geoffroy latin par Fourcroy :  http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

De Geer :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97151p/f1.image.r=.langFR

Goedart par Lister 1685 : http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/64604/rec/1

Godart 1821 BHL :  http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38004#page/256/mode/1up

Godart latreille 1819 :   http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

 https://archive.org/stream/encyclopdiem09metc#page/n3/mode/2up

Harris M. 1766 http://archive.org/stream/Aurelian00Harr#page/n7/mode/2up

1840 : http://www.biodiversitylibrary.org/item/120628#page/9/mode/1up

Hübner 1779 http://www.biodiversitylibrary.org/item/89180#page/1/mode/1up

Kirby  1871: http://www.biodiversitylibrary.org/item/64906#page/9/mode/1up

Latreille 1804 :           http://books.google.fr/books?id=xBsOAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Latreille 1810 :  http://www.biodiversitylibrary.org/item/47766#page/358/mode/1up

Leach : http://biodiversitylibrary.org/page/17493618#page/136/mode/1up

https://archive.org/details/CUbiodiversity1121039

Linné   http://www.biodiversitylibrary.org/item/10277#page/3/mode/1up

http://books.google.fr/books?id=Jps-AAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=elinguis&f=false

Linné, Mantissa plantarum   http://bibdigital.rjb.csic.es/spa/Libro.php?Libro=947&Pagina=545

Linné fauna suecica 1746 :http://biodiversitylibrary.org/bibliography/63899#/summary

Linné fauna suecica 1761 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/46380#/summary

Linné S.N. 1767 :http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN362053723&DMDID=DMDLOG_0001&LOGID=LOG_0001&PHYSID=PHYS_0002

Linné, Species Plantarum http://www.biodiversitylibrary.org/item/13829#page/1/mode/1up

Merian, Insectes d'Europe : http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/merian1683bd2

Moffet :    http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/60501#/summary

Moore, Lep. indic http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/8763#/summary

Oberthür, Études http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/8792#/summary

 1910 (4) http://www.biodiversitylibrary.org/page/10532070#page/299/mode/1up

Ochsenheimer 1808 http://archive.org/stream/dieschmetterling12ochs?ui=embed#page/180/mode/1up

Petiver James, Musei petiveriani centura prima 1695 digitalisé par Google  (accès partiel)

http://books.google.fr/books/about/Musei_Petiveriani_centuria_prima.html?id=vp05AAAAcAAJ&redir_esc=y

Petiver, Gazophylacii :books.google.fr/books?id=sp05AAAAcAAJ

Petiver, Papilionum brittaniae 1717  in Opera Books .google  

Ray  : https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/n11/mode/2up

Réaumur : http://www.biodiversitylibrary.org/item/50298#page/11/mode/1up

Rösel : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/7362#/summary

http://www.biodiversitylibrary.org/item/31182#page/138/mode/1up

http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

Rottemburg : 

http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=8326

Schneider 1787 http://books.google.fr/books?id=VnY-AAAAcAAJ&pg=PA241&lpg=PA241&dq=schwarzgestrichelter+schmetterling&source=bl&ots=c5RGnFNYx4&sig=-HkttVMLK2SZP6KRw5MXfvJCYxI&hl=fr&sa=X&ei=

AHwGU7m9LoLm7Abd7oGICg&ved=0CC8Q6AEwAA#v=onepage&q=schwarzgestrichelter%20schmetterling&f=false

Scopoli Entomologia carniolica 1763

   http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/34434#/summary

Soddoffsky :http://www.archive.org/stream/bulletindelas10183768mosk#page/n82/mode/1up

Scudder http://biodiversitylibrary.org/page/3076769#page/269/mode/1up

Spuler : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/9477#/summary

Tutt vol.1 1906 : http://archive.org/stream/naturalhistoryof08tutt#page/n8/mode/1up

Tutt vol.2 1908 : http://archive.org/stream/naturalhistoryof09tutt#page/n4/mode/1up

Tutt v3 1909 :http://archive.org/stream/naturalhistoryof10tutt#page/n4/mode/1up

Tutt v4 1914 : http://archive.org/stream/naturalhistoryof04tut#page/n4/mode/1up

 

 De Villers 1789 :  https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

Walckenaer : http://www.biodiversitylibrary.org/item/79375#page/289/mode/1up

Westwood et Humphreys 1841 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/12483#/summary

Wilkes, english moths and butterflies http://books.google.fr/books?id=x1xnr4VCDe0C&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false 

Goettingen animalbase : base de donnée : http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/search

Butterflies of America : http://butterfliesofamerica.com/polyommatus_icarus.htm

Références Bibliographiques en taxonomie : http://butterfliesofamerica.com/US-Can-Cat.htm

 Bestimmungshilfe für die in Europa nachgewiesenen Schmetterlingsarten :http://www.lepiforum.de/

— Un beau plaidoyer sur les noms de papillons :

 http://excerpts.numilog.com/books/9782759217045.pdf 

— Articles biographiques sur les taxonomistes entomologistes 

  http://gap.entclub.org/taxonomists/index.html 

   — http://www.reserves-naturelles.org/sites/default/files/fichiers/protocole-rhopalo-liste-especes.pdf

— site d'identification ;http://r.a.r.e.free.fr/interactif/photos%20nymphalidae/index.htm

 

 

 

 

                                          


Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche