Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 20:23

Zoonymie (étude du nom)  du Grand Nacré Argynnis aglaja Linnaeus, 1758.

 

 

La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

 

Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

 

Résumé. 

 

— Argynnis, Fabricius, 1807 : cet auteur danois ami de Linné a créé 49 noms génériques, dont, selon la règle qu'il s'était fixé, près de la moitié sont des épithètes de Vénus (Aphrodite en Grèce) : c'est le cas pour l'épiclèse Argynnis Argunnis ´Αργυννίς «D'Argynnos (toponyme et anthroponyme)» , épiclèse d'Aphrodite (´Αφροδίτη )  du nom de son temple Argyneion  bâti selon la légende par Agamemnon roi de Mycènes sur les bords du fleuve Céphise en souvenir de son amant le jeune Argynnus qui s'y était noyé. Le rapprochement lointain et fortuit avec le grec arguros "argent" a sans-doute été inspiré bien plus tard à Emmet (1991) par les taches argentées des ailes. 

 

aglaja (Linnaeus, 1758) : espèce nommée — comme Boloria euphrosyne— du nom de l'une des trois Grâces, ici Aglaé  (en grec ancien Αγλαΐα / Aglaía, « éclat, beauté, parure ») : l'Éblouissante. En 1746 il avait choisi dans sa Faune de Suède pour cette espèce le nom de Rex, "Roi" .

— Après les premiers noms vernaculaires des anglais Pétiver (The Greater Silver-spotted Fritillary, 1699) et Wilkes (The Darkned Green Fritillary, 1742), le médecin français Etienne-Louis Geoffroy s'en démarqua en 1762 en nommant cette espèce "Le Grand Nacré". Il reprenait ainsi une comparaison avec la perle (margarita) que Moffet avait introduit dès la première description en latin en 1634, et il appliquait pour décrire les taches de la face inférieure des ailes une métaphore créée an 1734 par Réaumur décrivant les écailles "de ce blanc plus beau que celui de l'argent, et qu'on appelle nacré, parce qu'il a l'éclat de la nacre de perle ". Le nom qui a été repris par Engramelle 1779, a été abandonné par Latreille puis Godart (1821) puis  remis à l'honneur par G. Luquet en 1986 est désormais adopté par tous.

 

 

 

   I. Nom scientifique.


1. Famille et sous-famille.

 

a) Famille des Nymphalidae Rafinesque, 1815.

Cette famille comporte (je suivrai Dupont & al. (2013) ) 8 sous-familles en France :

  • Sous-famille des Libytheinae Boisduval, Rambur, Dumesnil & Graslin, [1833]
  • Sous-famille des Danainae Boisduval, [1833] 
  • Sous-famille des Limenitidinae Butler, 1870
  • Sous-famille des Heliconiinae Swainson, 1822 
  • Sous-famille des Apaturinae Boisduval, 1840
  • Sous-famille des Nymphalinae Swainson, 1827
  • Sous-famille des Charaxinae Doherty, 1886
  • Sous-famille des Satyrinae Boisduval, [1833]

 

b) Sous-famille des Heliconiinae Swainson, 1822

 

Selon Dupont & al., Pelham & al. (2008), se référant aux travaux de Koçak (1981), considèrent Heliconiinae Swainson, 1827, comme invalide, au motif que le nom donné par Swainson est fondé sur le nom générique Heliconius Latreille, 1804, qui est un homonyme d’Heliconius Kluck, 1780. Ces auteurs préconisent l’utilisation d’Heliconiinae Swainson, 1822 (planche 92, « Heliconiae »).

 

 

c) Tribu des Argynnini Swainson, 1833 : les Argynnes.

Pour la systématique des Argynnini Dupont & al. suivent les travaux de Simonsen & al. (2006).


d) Sous-tribu des Argynnina Swainson, 1833 


  • Genre Issoria Hübner, [1819]
  • Genre Brenthis Hübner, [1819]
  • Genre Argynnis Fabricius, 1807

 

 

 

 

    

2. Nom de genre Argynnis, Fabricius, 1807: 


                                            200px-Fabricius_Johann_Christian_1745-18

 

a) Description originale : 

 

Argynnis, "Systema glossatorium", in  "Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge aus den Linneischen Gattungen Papilio und Sphinges""Nach Fabricii systema glossatorum Tom 1" , in Johann Karl Wilhelm Illiger*, Magazin für Insektenkunde, Karl Reichard Braunschweig [Brunswick] (6) page 283. L'espèce-type, celle sur laquelle se base la description, est  Papilio paphia Linnaeus, 1758.

*Illiger est le fils d'un marchand de Brunswick. Il fut l'élève de Johann Hellwig (1743-1831), un célèbre entomologiste. Le comte  von Hoffmannsegg (1766-1849), naturaliste et grand collectionneur, remarque alors le jeune homme et lui confie, afin qu'il les étudie, ses collections zoologiques. Illiger continue d'étudier les insectes et fait paraître la revue Magazin für Insektenkunde de 1802 à 1807. Les recommandations de Fabricius, de l'université de Kiel, lui valent un titre de docteur honoraire en 18061. Lorsque le musée zoologique de Berlin ouvre ses portes en 1810, Hoffmannsegg lui donne le poste de conservateur, fonction qu'il conservera jusqu'à sa mort.

 

  L'histoire de la publication du Systema glossatorum de Fabricius est en elle-même le petit roman tragique et complexe d'un manuscrit perdu. Ce nom de Systema glossatorum suppose d'abord que l'on sache que Fabricius, dont la classification des insectes reposait sur la structure des pièces buccales  utilisait le terme de Glossata (les Glossates) pour désigner les Lépidoptères, ou Papillons : en d'autres termes, il s'agit de sa Classification des Lépidoptères, la dernière de sa série des Systema après Systema eleutheratorum [les coléoptères] Kiliae 1801, Systema rhyngotorum [les hémiptères], Brunsvigae 1803, Systema piezatorum [les hyménoptères], Brunsvigae 1804 et Systema antliatorum [les diptères], Brunsvigae 1805.

 Le manuscrit du dernier des Systema a été terminé le 4 mars 1806 et envoyé à Reichard, le même éditeur que les précédents à Brunswig, et qui éditait aussi le Magazin für Insektenkunde d'Illiger.  C'est dans la sixième et dernière parution de cette revue que Illiger écrivit un article sur "La dernière classification par genre des papillons des genres linnéens Papilio et Sphinges", Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge aus den Linneischen Gattungen Papilio und Sphinges (cité supra, 1807 pp 277-289), anticipant la parution du premier volume de la Systema Glossatorum, annoncée pour Pâques 1808. Quant à Fabricius, il donna un résumé de son ouvrage dans  "Zeitung fur Literatur und Kunst in den Konigl. Danischen Staaten," Kiel, 11. Sept. 1807 (pp. 81-84) sous le titre: "Etatsrath Fabricius Rechenschaft an das Publikum fiber seine Classification der Glossaten. Joh. Christ. Fabricii systema glossatorum, Vol. I "

  Hélas, avant que ne paraisse le livre, l'éditeur fit faillite, et ses créanciers saisirent le matériel et vendirent les travaux en cours à des chiffonniers. On ignore ce qu'est devenu le manuscrit original de Fabricius, mais néanmoins, les sept premiers feuillets déjà imprimés de son livre ont été conservés, en trois exemplaires. L'un de ceux-ci  est maintenant à la Bibliothèque du Musée zoologique de Berlin : elle comporte les pages 1-112 avec la page de titre et s'intitule Systema glossatorum, sans mentionner "volume I". Elle a fait l'objet d'un fac-similé publié par F. Bryk en 1938. Un autre exemplaire appartenait à K.A Dohrn à Szczecin [Stettin], qui l'a légué au Musée zoologique de Szczecin ; après la seconde guerre mondiale, il devint la propriété de la Bibliothèque Royale de Copenhague. Il comprend les pages 3-112, sans la page de titre. Enfin, l'American Museum of Natural History de New-York  détient depuis au moins 1903 le troisième exemplaire. Il ne se compose que des pages 1-80, page de titre incluse. 

  Comme Dohrn signale que le numéro 6 de la revue d'Illiger avait brûlé lors d'un incendie chez l'imprimeur, Brik pense que le manuscrit de Fabricius a été détruit lors du même incendie. Ce manuscrit ne devait porter que sur le volume I, puisque la liste des genres, par laquelle Fabricius débute (page 9-12) ne comporte pas les Noctuidae et les Geometridae.

 Felix Brik (1938) sembla avoir utilisé une épreuve de la bibliothèque de la Berliner Naturforschung Gesselschaft, publiant un fac simile qui apporte les noms de nouvelles espèces par rapport à Illiger. (J Chr Fabricius Systema Glossatorum Nature 143, 784 (13 Mai 1939). Par son Opinion n° 137 du 30 octobre 1942, l'ICZN établi que les noms génériques publiés par Illiger sont à créditer à "Fabricius (in Illiger), 1807" et par extension de l'Opinion n° 137, les noms triviaux du fac-similé de Briks sont indiqués "Fabricius (in Brik), 1938".  

 

 Dans la note préliminaire d'Illiger, Fabricius divisait l'ensemble de ses Papilio (papillons "de jour") en 49 "genres", dans lesquels il englobait les Sphinx (n°43), les Sesia (n°44) les Zygaena (n°47), sans distinction, alors que Latreille (dont la classification de 1804 est présentée dans la partie B du même article page 90) crée des Sections (Diurnes-Crépusculaires-) divisées en familles (Papillionides et Sphingides), elles-mêmes divisées en quatre sous-groupes.

 

Sources du paragraphe: 

 SL Tuxen Annu Rev. Entomol.1967,  http://www.annualreviews.org/doi/pdf/10.1146/annurev.en.12.010167.000245

Voir aussi Taeger, Nota lepidopterologic 2001

 https://archive.org/stream/notalepidoptero242001soci#page/n89/mode/2up/search/fabricius

 Zimmer, 2012 http://dezimmer.net/eGuide/Lep2.1-T-Z.htm

 

 

 

— Description : 

 Taster zwei, dreigliedrig : zweites Glied vor der inner Spitze erweitert. Fühler geknoft : Kolbe zusammengedrükkt, scheibenförmig. (Putzfüfse).

*Zahnrandige Flügel

Pap. Paphia, Cynara, Cethosia, Aglaja.

** ganzrandige Flügel.

Pap. Liriope, Morpheus, Hermes.

41 Art.


 

 

 

— Type spécifique: Papilio Paphia,Linnaeus, 1758,  sélectionné par Latreille en 1810.


b) Sous-genres.

Ce genre renferme  4 sous-genres

— Sous-genre Speyeria Scudder, 1872

Selon  Dupont & al. : "Speyeria Scudder, 1872 : Fauna Europaea maintient l’emploi du sous-genre Mesoacidalia Reuss, 1926, qui isole les espèces paléarctiques des espèces néarctiques, regroupées dans le genre Speyeria Scudder, 1872. Les travaux de Simonsen & al. (2006) ont montré que ces deux groupes appartenaient à la même lignée monophylétique au sein du genre Argynnis. Nous maintenons Speyeria comme nom du sous-genre, celui-ci ayant la priorité.".

Scudder, "A systematic Revision of some of the American Butterflies : with brief notes on those known to occur in Essex County, Mass.", 4th Annual Report of the Peabody Academy of Sciences, [1871], Salem, 1872, p. 44.

  • Argynnis aglaja (Linnaeus, 1758) Grand Nacré.

— Sous-genre Fabriciana Reuss, 1920

  • Argynnis niobe (Linnaeus, 1758) Chiffre.
  • Argynnis adippe ([Denis & Schiffermüller], 1775) Moyen Nacré.
  • Argynnis elisa Godart, 1823 Nacré tyrrhénien.

— Sous-genre Pandoriana Warren, 1942

  • Argynnis pandora ([Denis & Schiffermüller], 1775) Cardinal.

— Sous-genre Argynnis Fabricius, 1807.

  • Argynnis paphia (Linnaeus, 1758) Tabac d’Espagne.  

 

 Origine et signification du nom  Argynnis.

 


 

— A. Spuler p. 

 

—A. Maitland Emmet (1991) page 154 : 

- Argynnus, a lady beloved by Agammemnon. After her death he erected a temple in her honour where Aphrodite (Venus) was worshipped ; thus Argynnis came to be used as an epithet of Aphrodite. This was fabricius's family name for all the larger fritillaries wich had been called "Perlati" by Latreille (1804) because of the pearly markings on the underside ; with his fondness for word play, fabricius is probably punning on arguros, ; silver, with references to these underside markings.

— Hans A. Hürter (1998) : 

 

—Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 

: "Argynnis : transcription du mot "Argynne" (Argunnos ou Argynnus), nom d'une femme aimée d'Agamemnon. Après la mort de celle-ci, il fit ériger un temple en son honneur où on rendait un culte à Aphrodite (=Venus) ; c'est ainsi qu'Argynne devint une épithète d'Aphrodite . Argynnis fut utilisé par Fabricius en tant que nom de famille pour désigner les "Nacrés" de grande taille, appelès "perlati" par Latreille (1804) en raison des motifs perlés (= nacrés) de leur revers. Du fait de son goût prononcé pour les jeux de mot, Fabricius a probablement usé d'un calembour fondé sur le mot grec arguros ("argent") par allusion aux taches argentées du revers des Nacrés.

— Perrein & al. (2012) page 338 : 

Étymologie : de Argennos ou Argynnos, jeune homme de Béotie d'une grande beauté, favori d'Agamemnon, le légendaire roi de la mythologie grecque ; selon Emmet (1991), probable jeu de mot de Fabricius avec le grec arguros "argent", allusion aux taches nacrées du revers des ailes des espèces de la famille qu'il dénomme ainsi.


Discussion.

 Fabricius a confié qu'il avait puisé les noms de genre qu'il a créé pour ses papillons diurnes dans le (vaste) répertoire des épithètes de Vénus (ou Aphrodite pour les grecs) alors que ses genres de papillons de nuit recevaient les surnoms de Diane/Artémis, déesse lunaire:

  Fabricius, dans sa présentation du Systema glossatorum  (déjà cité, in Zeitung für Literatur und Kunst in den Königl . Dänischen Staaten [ Kiel ] , Septembre 11 1807, p. 83), donne des indications précieuses sur ses règles d'attribution des noms : il écrit qu'il est en train de changer un certain nombre de nom donnés par Linné car il souhaite faire apparaître le nom de la plante hôte. "Les noms de genre ne posent pas de problèmes importants, il faut seulement éviter qu'ils soient trop longs, et qu'ils ne soient pas déplaisants à l'oreille. Pour les papillons de jour, j'ai choisi différents épithètes [cognomina] de Vénus, et pour les papillons de nuit, ceux de Diane. Ils semblent être les plus appropriés. Leurs homologues grecs [qualificatifs d'Aphrodite ou d'Artémis] ont tendance à être durs, longs et désagréables."

        Pour une fois, Emmet reconnaît en l'un des noms de genre de Fabricius une épithète de la déesse Aphrodite, mais, parce qu'il méconnaît le passage que je viens de citer, il hésite à adhérer complètement à cette hypothèse. Pour lui, Fabricius est un farceur, et ce parti-pris le pousse à surinterpréter le nom choisi par l'auteur danois pour y projeter ses propres associations. Or, l'association entre l'épithète Argynnis et le grec Arguros "Argent" se crée d'autant plus facilement que toutes les descriptions spécifiques des Nacrés utilisent le mot latin argenteis.  Pour n'importe quel spécialiste des papillons, le nom Argynnis évoque d'abord la série latin argenteis, grec arguros, "argent". Bien que les recherches étymologiques ne confirment pas cette interprétation digne d'Isidore de Séville, Emmet ne parvient pas à y renoncer et l'impute à l'esprit de Fabricius. Mais la tendance de ce savant aux jeux de mots n'est attesté que... chez Emmet, et dissimule le plus souvent la difficulté éprouvée face à la liste des épithètes de Vénus.

Il est vrai que, pour Emmet en 1991 et encore aussi en 2014 pour celui qui dispose désormais des moteurs de recherche pour étudier ces noms, il est bien difficile d'imaginer que Fabricius ait eu une connaissance si encyclopédique de la littérature grecque (Aphrodite) et latine (Vénus) pour réunir une liste des épithètes alors que les références auxquelles renvoient chaque nom sont ponctuelles, dispersées, peu accessible. Bien-sûr, Fabricius a du simplement utiliser une liste issue d'une compilation, d'un dictionnaire ou d'une monographie dédiée à Vénus / Aphrodite. Mais c'est vite dit, car aucune des sources auxquelles il pouvait alors avoir accès ne donne l'ensemble des épithètes.

La source la plus évidente est le Mémoire sur Vénus de l'hélleniste Pierre-Henri Larcher (1726-1812) : Mémoire sur Vénus   par M. Larcher, de l'Académie des Scineces et belles-Lettres de Dijon, Paris, chez Vallade, 355 pp. Je rappelle que Johan Christian Fabricius (1745-1808) tout en enseignant à Kiel en hiver, séjournait tous les étés à partir de 1790 à Paris auprès de ses amis Pierre-André Latreille, Cuvier, Olivier, Geoffroy et Lamarck. Cet ouvrage lui était donc d'accès facile.

Or, le Mémoire sur Vénus donne dans son "Troisième Index des Noms, Surnoms et principales épithètes de Vénus" près de 250 entrées de son texte.

La liste des 49 noms de genre crée en 1807 par Fabricius contient 19 noms qui sont des épiclèses d'Aphrodite ou de Vénus : comme on le voit, Fabricius n'a pu s'inspirer de Larcher que dans 16 cas au plus. Fabricius a complété Larcher avec une autre source.

Liste des 49 noms de genre :


  • Urania : Larcher renvoie à Céleste page 8-76
  • Amathusia Larcher page 45
  • Papilio
  • Zelima
  • Morpho : Larcher page 168.
  • Cethosia
  • Castnia : Larcher page 85
  • Eupotea
  • Apatura :
  • Limenitis :
  • Cynthia
  • Vanessa
  • Biblis
  • Hipparchia
  • Neptis : Larcher donne Nephthys page 33
  • Brassolis
  • Paphia : Larcher page 42-43
  • Melanitis : Larcher Melaenis et Melanis page 148-149
  • Argynnis Larcher page 174-175
  • Thais
  • Idea
  • Doritis : Larcher page 113
  • Pontia : Larcher page 111
  • Colias : Larcher page 30 et 152
  • Haetera : Larcher donne Etaera page 83.
  • Acraea : Larcher page 51, 112-113
  • Mechanitis : Larcher page 71.
  • Libythea : Larcher donne Libitina page 237
  • Helicopis
  • Hesperia
  • Lycaena
  • Erycina Larcher page 187.
  • Myrina [Larcher Myrica]
  • Thecla
  • Nymphidium
  • Danis
  • Emesis
  • Thymele
  • Helias
  • Pamphila
  • Laothoe
  • Sphinx
  • Sesia
  • Aegeria
  • Zygaena
  • Glaucopsis
  • 49. Procris
Liste des 19/20 épiclèses de Vénus identifiables dans cette liste : l'astérisque signale les 15 épithètes cités par Larcher.

 

1. Urania* « amour céleste »

2. Amathusia*  : de la ville d'Amathus, à Chypre

5. Morpho* : (aux belles formes, aux formes changeantes)

7. Castnia* : du Mont Kastion, en Pamphylie

8. Eupolea (euploea) : de l'heureuse navigation

9. Apatura : Aphrodite apatouria ou apatouros, « la décevante»

10 Limenitis : des ports

11. Cynthia : (épithète de Diane , mais désigne plutôt ici la courtisane vénusienne des Élégies de Properce)

12. Vanessa ( Vanessa, créature de Vénus dans le conte de Swift, Cadenus et Vanessa)

15. Neptis* : neptis Veneris, Ov. M. 4, 530 : la petite-fille de Vénus (= Ino) ; ou Nephthys déesse égyptienne assimilée à Vénus.

17. Paphia* : du temple de Paphos, à Chypre.

18. Melanitis* : ou Melanis "de la nuit", "la ténébreuse"

19. Argynnis* : Venus argennis, d'Argennus, favorite d'Agamemnon.

20. Thaïs : courtisane célèbre dévouée à la déesse Vénus.

22. Doritis* : Vénus doritis, "la bienfaitrice" qui avait selon Pausanias son temple à Cnide

23. Pontia* : de la mer profonde

24. Colias* : du temple de Colias, en Attique

25. Haetera* ; Hétaïra, protectrice des courtisanes. 

26. Acraea* : Protectrice des acropoles et des lieux élevés.

27. Mechanitis* : l'ingénieuse à ourdir des ruses, son surnom à Megalopolis.

33. Erycina* : du mont Erix, en Sicile.

 36. Nymphidium (des mariages)

 

Mais pour Argynnis, Larcher consacre deux pages (174-175) à cet épithète  :

...et sur les bords du Céphise un Temple de Vénus Argynnis, bâti par Agamemnon, en l'honneur d'Argynnus, qu'il avait aimé, et qui s'était noyé dans les eaux du Céphise, où il prenait plaisir à nager. C'est ce que nous apprend en partie Phanoclés (Clemens Alexandrin. Cohortat. al. Gentes, tom.I. Page 32 lin.20) dans son ouvrage sur les Amours ou les Beaux, et en partie Athénée (Athén. Deipnosophist. Lib. XIII cap. VIII page 603 D) dans le texte duquel il faut lire argynne au lieu de […] Properce (Propertii Lib. 115. Eleg. VII vers 21.) parle aussi de cet Argynnus et de l'amour qu'eut pour lui Agamemnon. :

Sunt Agamemnoniastestantia littora curas

  Quae notat Argyni poena natantis aqua

 

Une synthèse très complète est proposée en ligne par Vinciane Pirenne-Delforge dans L’APHRODITE GRECQUE : j'en donne ici un copié-collé : © Presses universitaires de Liège, 1994

 4. Argyneion

4.1. Localisation

La seule référence géographique explicite est le Céphise. Divers fleuves de Grèce portent ce nom, mais les textes sont clairs sur ce point : c’est en Béotie que l’événement s’est déroulé. L’antique Céphise prenait sa source en Phocide et se jetait dans le lac Copaïs. Il est donc naturel de situer l’Argyneion dans cette région127.

4.2. Épiclèse

Le lien entre un lieu et un personnage mythique éponyme est fréquent en Béotie ; les fils d’Athamas ponctuent ainsi la toponymie béotienne : Ptoös, Coronos, Schoineus, Onchestos, Érythos, pour ne citer qu’eux 128. Or Argynnos est un descendant d’Athamas chez Stéphane de Byzance. La légende remplit une fonction étiologique et vise à expliquer l’épiclèse topographique d’Aphrodite.

4.3·Légende

  Le thème du jeune homme qui meurt noyé est également attesté à Thespies où se plaçait le décès de Narcisse 129. La mort des adolescents, qu’ils soient garçons ou filles, est largement exploitée dans les légendes béotiennes 130 et s’identifie fréquemment à un sacrifice, volontaire ou non, pour le salut de la communauté. On a pu montrer que de telles réminiscences de sacrifice humain n’étaient probablement que la symbolisation mythique de la mort initiatique des jeunes gens soumis aux rituels du passage de l’enfance à l’âge adulte 131. Deux exemples suffiront. Lophis, tué par son père à qui l’oracle de Delphes avait intimé l’ordre de mettre à mort la première personne qu’il rencontrerait sur le territoire d’Haliarte, fit naître de son sang une rivière providentielle pour une population privée d’eau 132 ; Métioché et Ménippé, filles d’Orion à qui Athéna avait enseigné à tisser la toile tandis qu’Aphrodite leur accordait une grande beauté, se sacrifièrent pour sauver Orchomène de la peste 133.

Le cas d’Argynnos est quelque peu différent puisque sa mort relève apparemment d’un accident. Cependant, l’insertion de son histoire dans un contexte initiatique permet d’expliquer diverses composantes du récit qui, sinon, restent incomprises.

  Agamemnon, dont la flotte est en rade à Aulis, est un exemple de roi-guerrier, amoureux, de surcroît, d’un adolescent. Or ce type de relation pédérastique, dans les sociétés militaires, présentait un caractère religieux et initiatique134. Tout comme la Crète et Sparte, la Béotie, au dire de Plutarque, connaissait une telle situation, particulièrement illustrée par le bataillon sacré des amants de Thèbes135. Les législateurs auraient institutionnalisé les relations entre hommes mûrs et adolescents pour assouplir dès l’enfance le tempérament brutal de leurs compatriotes136.

  • S’il est difficile d’expliquer pourquoi Agamemnon, hormis son caractère guerrier, a été adjoint aux aventures malheureuses d’Argynnos, il n’y a pas lieu de voir en Aphrodite une intruse 137. Même si le contexte ferait a priori préférer Apollon ou Artémis, protecteurs attitrés des rituels d’adolescence, la composante amoureuse de la relation justifie la présence de la déesse. Thésée aussi se mit sous sa protection avant le voyage en Crète, qui devait le mener à la sexualité adulte 138. Les spécificités régionales peuvent également avoir été déterminantes 139 :

C’est pour le même motif qu’ils ont aussi, et avec raison, intronisé dans leur cité la déesse que l’on dit fille d’Arès et d’Aphrodite, persuadés que là où les natures guerrières et combatives ont le plus de relation et de commerce avec la séduction et les Grâces, l’État jouit, grâce à Harmonie, de l’organisation la plus équilibrée et la plus parfaite.

 

Quelle que soit la cohérence de l’analyse, elle autorise peu de conclusions fermes, tant à propos de la nature exacte du culte rendu à Aphrodite Argynnis que d’un point de vue chronologique. Raoul Lonis a naguère cherché à expliquer l’implication de certains dieux dans les choses de la guerre car, hormis le problématique Arès, il n’y a pas de divinités spécifiques en ces matières140. « La fonction guerrière des divinités à l’époque classique résulte [...] du long compagnonnage qu’elles entretiennent avec les futurs guerriers pendant toutes les étapes de leur croissance et de leur formation141 ». Ce serait donc le caractère courotrophe d’Aphrodite qui permettrait de justifier sa participation paradoxale à la vie militaire 142. Si toutes les analyses des cultes d’Aphrodite menées par cet auteur n’emportent pas également la conviction, il apparaît cependant que les prérogatives d’Aphrodite en Béotie, que ce soit à Thèbes ou dans l’Argyneion 143, trouvent là une explication heureuse.

  • Notes :

123 Athénée, XIII, 603d : Ἀγαμέμνονά τε Ἀργύννου ἐρασθῆναι λόγος, ἰδόντα ἐπὶ τῷ Κηφισῷ νηχόμενον ἐν ᾧ καὶ τελευτήσαντα αὐτὸν (συνεχῶς γὰρ ἐν τῷ ποταμῷ τούτῳ ἀπελούετο) θάψας εἵσατο καὶ ἱερὸν αὐτόθι Ἀφροδίτης Ἀργυννίδος. Athénée indique ensuite qu’une autre version fait d’Hyménée l’éraste d’Argynnos.

124 Stéph. Byz, s.v. [Ἀργύννιον] (Meineke, p. 114) .... Ἄργυννος, υἱὸς Πεισιδίκης τῆς Λεύκωνος τοῦ Ἀθάμαντος τοῦ Σισύφου τοῦ Αἰόλου, ἐρώμενος Ἀγαμέμνονος, Βοιωτός, ὄς ἀνιὼν εἰς τὸν Κηφισσὸν τελευτᾷ. ἀφ’ οὗ Ἀργυννίδα τὴν Ἀφροδίτην ἐτίμησε. λέγεται καὶ Ἀργουνίς. Ἀριστοφάνης δὲ Ἀργύνειον διὰ διφθόγγου. ὁ οἰκήτωρ Ἀργύννιος.

125 Ce qui n’est pas sans fondement puisque, dans un autre fragment, il fournit l’orthographe exacte d’une épiclèse de Zeus tout en en précisant l’origine : 379 F 2 Jacoby (FGrH, III B, p. 247), et le commentaire au fragment (IIIb Kommentar, p. 163).

126 Argynnos est peut-être attesté chez Hésiode, mais ce n’est guère assuré :Hés, fr. 70 Merkelbach-West. Cf. M. West, The Hesiodic Catalogue of Women, Oxford, 1985, p. 66-67. – La légende de l’amour d’Agamemnon pour le jeune homme apparaît encore chez le poète hellénistique Phanoclès qui mentionne également l’élévation du sanctuaire à Aphrodite (fr. 5 Powell [Collectanea Alexandrina, p. 108], cité par Clém. Alex, Protr., II, 38, 2 : Ἀγαμέμνονα τῶν Ἑλλήνων βασιλέα Ἀργυννίδος νεὼν Ἀφροδίτης εἵσασθαι ἐπ’ Ἀργύννῳ τῷ ἐρωμένῳ. – Le thème de l’amour du roi pour le jeune homme est vaguement repris et déformé chez Plutarque, Mor., 990d-e. Properce, III, 7, 21, évoque les rivages de Béotie qui furent témoins du chagrin d’Agamemnon après la mort d’Argynnos. Ce serait selon lui la raison pour laquelle il aurait différé le départ de la flotte et dû sacrifier Iphigénie. – D’après G. Wentzel, art. Argynnos, in RE, II, 1 (1895), c. 799, toutes les attestations dépendent de Phanoclès ; il ne considère apparemment pas qu’Aristophane de Béotie ait pu en parler.

127 A. Schachter fournit des arguments supplémentaires : à Copaïs, on a découvert une inscription comprenant l’anthroponyme Argounion (IG, VII, 2781, 1. 34). À Éleusis, une tombe du milieu du ive siècle av. J.-C. porte le nom de trois femmes originaires de Scaphlai, dont l’une s’appelle Argounis (SEG, XV, loi). S.N.Koumanoudis, RPh, 35 (1961), p. 99-105, surtout 100-101, pose l’hypothèse que la ville de Scaphlai, dont la localisation est inconnue, se situait près d’Argynion.

128 R.J. Buck, op. cit. (n. 2), p. 58-59.

129 Conon, 26 F 1 (XXIV) Jacoby (FGrH, I, p. 197-198) ; Ovide, Mét., III, 339 sq. ;Paus, IX, 31, 7.

130 Cf. A. Schachter, art. cit. (n. 28), p. 19-21.

131 P. Bonnechere, Le sacrifice humain en Grèce ancienne, Liège, 1994. Cf. aussi A. Brelich, Paides e Parthenoi, Roma, 1969 ; Κ. Dowden, Death and the Maiden, London, 1989 ; P. Brulé, La fille d’Athènes, Paris, 1987.

132 Paus, IX, 33, 4.

133 Nicandre chez Antoninus Liberalis, Mét., 25. – Le métier à tisser et la beauté signifient que les jeunes filles avaient atteint l’âge du mariage. Cf. C. Calame, Les chœurs de jeunes filles en Grèce ancienne, I, Rome, 1979, p. 343-344, 408 ; P.Brulé, op. cit. (n. 131), p. 301-302.

134 H. Jeanmaire, Couroi et Courètes, Lille, 1938, p. 450-460 ; B. Sergent,L’homosexualité dans la mythologie grecque, Paris, 1984.

135 Plut, Dialogue sur l’amour, 76ld-e ; Pélopidas, 18.

136 La tradition veut que le tombeau d’Iolaos – neveu et éromène d’Héraclès – ait reçu les serments échangés entre les amants. Cf. A. Schachter, op. cit. (n. 1), p. 36, n. 2, qui évoque brièvement le caractère initiatique de la légende d’Argynnos.

137 Comme le suggère A. Schachter, op. cit. (n. 1), p. 36, n. 2.

138 Cf. supra, p. 35-37.

139 Plut, Pélopidas, 19, 1 (trad. R. Flacelière, É. Chambry), cf. infra, p. 446-447.

140 R. Lonis, Guerre et religion en Grèce à l’époque classique, Paris, 1979.

141 Ibid., p. 318.

142 Ibid., p. 211-213.

 


        On trouve aussi ce substantif dans la liste des Epiclèses rassemblées par le CRESCAM de l'Université de Rennes : http://www.sites.univ-rennes2.fr/lahm/crescam/aff_fiche.php?id=97

 

 

Argunnis ´Αργυννίς «D'Argynnos (toponyme et anthroponyme)» , épiclèse d'Aphrodite (´Αφροδίτη )
Source 1 :Aristophane de Béotie, cité par Stéphane de Byzance, s.v. [Argynnion] IVe a.C.
Source 2 : Athénée, XIII, 603 d IIIe s. p. C.

 

 


Origine et signification du nom du sous-genre Speyeria.

— Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 104 :

genre dédié au médecin Adolph Speyer (°28-IV-1812, Arolsen, † 14 XI-1892, Rhoden, Waldeck) par Samuel Hubbard Scudder (° 1837-†1911), paléontologiste et bibliothécaire à l'université de harvard (Cambridge, Massachusetts).

—Perrein & al. (2012) page 347:

"Étymologie : en l'honneur d'Adolph Speyer,(1812-1892), entomologiste et médecin allemand."

 

 3.  Nom d'espèce : Argynnis aglaja (Linnaeus, 1758)


a) Description originale

Protonyme Papilio aglaia Linnaeus, C. 1758. Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Holmiæ. (Salvius). Tomus I: 824 pp. Page 481

 [http://www.biodiversitylibrary.org/item/10277]

 

— Description :

140 . P[apilio] N[ymphalis] [Phalerati] Alis angulatis fulvis nigro maculatis : subtus maculis XXI argenteis.

Alae maculis argenteis : primorum 4 obsoletis, posticarum 21.

— Habitat in Viola tricolore

— références données par Linné (classées chronologiquement) : 


a) Aldrovandi, 1602, insect; 246 fig. 8-9
b) Thomas Mouffet 1634, Insectorum.  page 101 fig. 10 en regard du n° 11 selon les spécifications de Pétiver ;
[...] Verum sicut foris minus speciosa, ita interior internarum alarum pars, albo virore nitens, guttulis vero argenteis superinductis resplendet Et quae extra ovales margaritae videbantur, intus argentum purum putum non mentiuntur"

 Notez l'emploi du terme margaritae, "perle".
                     n130_w383

c) James Pétiver 1699, Musei page 35 n°A320
 Papilio fritillarius major, maculis subtus argenteis.
THE GREATER SILVER-SPOTTED FRITILLARY [ références..] I have not yet seen this about London. Dr Scampton sometime since sent ,it me dfrom Leicestershire.
 
N.B : M. Salmon hésite à voir  dans cette description celle de A. aglaia ou celle de A. adippe .

d) John Ray, 1710 Historia insectorum page 119 n°5:
 Papilio major, alis fulvis, supina parte maculis crebris, prona etiam argenteis eleganter pictis.

e) Linné, 1746 : Fauna suecica de Linné page 236 n° 780 :
Linné donne à cette espèce le nom "vulgo" de Rex, "le Roi".

f) Wilkes, 1747-1749  Papillons, page 59 t.2 : "Darkned Green Fritillary" ("Fritillaire Vert-foncé")

b) Localité-type

  : Suède, désignée par Honey & Scoble  (2001) : Honey, M. R. & Scoble, M. J. 2001. Linnaeus's butterflies (Lepidoptera: Papilionoidea and Hesperioidea). Zoological Journal of the Linnean Society, 132(3): 277-399.page 293.

Selon Dupont & al. 2013, cette espèce a une répartition paléarctique. Elle est signalée dans toute la France. Les chenilles se nourrissent sur diverses espèces de Violettes.

 

 

 

c) Synonymes  INPN (Muséum) et sous-espèces.

 — Liste des synonymes :

 

  • Argynnis aglaja aglaja (Linnaeus, 1758)

  • Mesoacidalia aglaja aglaja (Linnaeus, 1758)

  • Mesoacidalia aglaja lyauteyi (Oberthür, 1920)

  • Mesoacidalia aglaja (Linnaeus, 1758)

  • Papilio aglaja Linnaeus, 1758

  • Papilio charlotta Haworth, 1802 : Haworth, A. H. 1802. Prodromus Lepidopterorum Britanicorum. A concise catalogue of British Lepidopterous insects with the time and place of appearence. Holt, London. 38. page 3.

 

 — Sous-espèces :

Tsikolovets retient trois sous-espèces en Europe et le bassin méditerranéen :

  • aglaja Linnaeus, 1758.
  • lyauteyi Oberthür, 1920. Localité-type : Azrou, Maroc. Les pièces génitales de ce taxon sont différentes (Higgins, 1975).
  • ottomana Röber, 1896. Localité-type : Karli Boghas, Anatolie, Turquie.

 

 

d) Origine et signification du nom  aglaja.

    

 Les interprétations des étymologistes :

 

— Arnold Spuler ( 1901-1908)  page 30:

eine der 3 Gracien

 

— A. Maitland Emmet (1991) page  154 :

— aglaia, one of the three Graces ; see euphrosyne.

 

  — August Janssen (1980) page 40 :

een van de drie Gratien.

— Gérard Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 104 :

aglaja : Aglaé (Aglaia), l'une des trois Grâces (mythologie grecque)

 

— Christian Perrein et al. (2012) page347 :

Étymologie : de Aglaé, la plus jeune des trois Grâces  (les Charites des Grecs), divinités de la Beauté  faisant partie de la suite d'Apollon, présentées nues et se tenant par les épaules, du grec aglaos, "beau, brillant, orné".

 

 

Discussion : 

        Encyclopédie Wikipédia : 

Dans la mythologie grecque, Aglaé (en grec ancien Αγλαΐα / Aglaía, « éclat, beauté, parure ») est la plus jeune des trois Charites (Grâces). Elle est la beauté dans ce qu'elle a de plus éblouissant, la splendeur.

Aglaé passe, selon Hésiode, pour l’épouse d’Héphaïstos à la place d’Aphrodite et aussi pour la messagère de cette dernière.

Dans la mythologie Gréco-romaine, Aglaé, Euphrosyne et Thalie sont les trois Grâces, en grec les « Charites », des divinités compagnes d’Aphrodite la déesse de l’amour qui l’aident à se parer pour être encore plus séduisante. Filles de Zeus elles ont le don de répandre la joie dans la nature et dans le cœur des humains. « Avec vous tout devient charmant et doux » disait d’elles le poète Pindare. Aglaé est « la brillante », Euphrosyne « celle qui réjouit le cœur » et Thalie « celle qui fait fleurir » car à l’origine ce sont des déesses de la nature associées au dieu solaire Apollon.

 

A partir du IVe siècle avant notre ère on les représente sous la forme de trois jeunes femmes nues se tenant l’épaule ce qui en fit une source inépuisable d’inspiration pour les artistes

 Papilio aglaja appartient au 57 espèces de la "phalange" des Nymphales, l'une des six phalanges dans lesquelles Linné répartit ses papillons de jour. Ces papillons aux ailes dentelées (alis denticulatis) se répartissent eux-mêmes en 23 "Nymphales gemmati" aux ailes ocellées, et en 34 "Nymphales phalerati" aux ailes "aveugles" (sans yeux ou ocelles) mais harnachées (traduction de phalerati) c'est-à-dire présentant des taches et des bandes. Tous les papillons Nymphales reçoivent des noms féminins de la mythologie, soit réellement des noms de nymphe, soit de divinités grecques ou romaines, que Linné puise dans ses recueils d'antiquité, notamment les Fabulae de Hygin. Ici, il débute la courte série des 3 Grâces avec Aglaja ; puis —pourquoi ? —il l'interrompt en nommant l'espèce suivante Lathonia avant de reprendre avec Euphrosyne. Aglaja, Euphrosyne, on attend donc la troisième, Thalia, mais non, Linné s'arrête là et termine sa liste avec Niobe et vanillae. (voir infra)

Les Trois Grâces, groupe en marbre du Louvre, restauré en 1603.

                         Troisgraces Denon

 

 

 

 

Discussion (suite) : un doublet linnéen d'aglaja.

          Si je donne une suite à ma "discussion", c'est qu'après avoir écrit l'article  Noms des Papillons diurnes (rhopalocères) créés par Linné dans le Systema Naturae de 1758., avoir lu le livre d'Emmet des dizaines de fois, avoir rédigé la zoonymie de Boloria euphrosyne et de Melitaea athalia, après être venu et revenu sur ces noms des trois Grâces, et avoir publié cette Zoonymie de l'A. aglaja, je ne découvre qu'aujourd'hui que Linné a, dans sa liste des Lépidoptères du Systema Naturae de 1758, donné  deux fois ce nom d'aglaja à un papillon.

  En effet, Linné a d'abord créé les noms des papilio aglaja et papilio thalia pour deux de ses Heliconii respectivement  page 465 n°44 et page 467 n°53   pour des papillons exotiques (Inde et Asie).  Et les Grâces trouvaient naturellement leur place sur l'Hélicon parmi les Muses, elles qui font partie du cortège d'Apollon. 

De manière incompréhensible, Linné a donné exactement le même épithète spécifique aglaja seize pages plus loin à l'une de ses Nymphales, et en a profité pour terminer la série des trois Grâces avec Euphrosyne. En résumé, Linné créé dans son Onomastique de 1758 Papilio thalia (n° 53), Papilio euphrosyne n° 142 et un doublet de Papilio aglaja n°44 et n° 140.  


 II.  Archéo-taxonomie.

      1. Le genre.

        Mesoacidalia et Speyeria ont perdu, dans la Révision systématique de Dupont & al. 2013, leur statut de genre.

 

 


2. L'épithète spécifique.

        ...est resté identique.

 

 

              III. Noms vernaculaires.

 

 

 

 

 

I. Les Noms français. 

 

Cette espèce avait reçu deux noms vernaculaires an anglais, "The Greater Silver-spotted Fritillary" de Pétiver 1699 et "The Darkned Green Fritillary" de Wilkes 1742, puis le nom de Rex dans la Fauna Suecica de Linné 1746, mais le nom choisi par Geoffroy en 1762 se démarque de ces dénominations. Néanmoins, il reprend indirectement, par le nom "Nacré" liè à la perle,  le terme de margarita (perle) de la toute première description de la littérature, celle de Moffet 1634 (qui reprenait sans-doute celle de Gessner).     

 

1. Le Grand Nacré Geoffroy, 1762.

 Étienne-Louis Geoffroy  1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII  colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt : page 42-43 n°9 planche 11 fig. 1-2. 

On lira donc ici la première description en français de ce papillon ; et on la comparera avec la brièveté des descriptions précédentes (celles de Pétiver, Ray, et Linné) pour en mieux apprécier la valeur. en outre, la chenille y est décrite.

 

Ses ailes arrondies et peu dentelées sont fauves en dessus, avec des taches et des raies noires. En dessous, les ailes supérieures sont d'une couleur fauve plus pâle, avec des taches noires semblables et quelquefois un peu de nacre vers l'angle extérieur ; mais les inférieures presque jaunes, ont de grandes plaques argentées ou nacrées, au nombre de 20, 21 ou 24 sur chacune ; savoir, une bande qui borde l'aile, ordinairement composée de sept taches en forme de croissant, une au milieu posée transversalement, composée de sept, huit et quelquefois dix taches, les unes plus grandes, les autres plus petites ; et enfin cinq ou six taches assez grandes, posées irrégulièrement proche de la base de l'aile, ou vers l'endroit où elle s'attache au corps de l'insecte. On trouve souvent ce beau papillon dans les bois ; il vole vite et fort haut et est très difficile à saisir. Sa chenille est épineuse, de couleur noire, avec une bande de taches fauves de chaque coté, et une bande plus pâle sur le dos. Elle est très rare.

 Si Geoffroy nomme cette espèce "Grand Nacré", c'est qu'il décrit ensuite le Petit Nacré, le Papilio lathonia.

 La justification du nom est claire : le substantif "nacré" renvoie aux taches et plaques argentées traduit le terme latin argenteis des phrases spécifiques de Linné, Ray et Pétiver. Cela montre le soin que Geoffroy met pour transformer un simple adjectif descriptif en une métaphore et en un nom de matière. Il a choisi Citron plutôt que "jaune", Souci plutôt que "jaune orangé", Tabac d'Espagne plutôt que "blond", Collier argenté (la perle) plutôt que "argent", Damier plutôt que "quadrillé", Flambé (nom d'un tissu) plutôt que =/- rayé, Bronzé (qui revoie au Bronze), Cuivré, plutôt que brun brillant ou orangé, Deuil (une tenue) plutôt que "noir", Demi-deuil plutôt que "noir et blanc",  Grisette (encore une étoffe), Gazé (idem) Miroir,  etc. Ces noms de matière ont souvent perdu leur pouvoir d'évocation, mais le soin de Geoffroy est remarquable. 

 L'adjectif "nacré" est si bien passé dans le langage commun que la référence qu'il fait à un matériau s'est beaucoup affaiblie ; pourtant, son usage est assez récent.  Le dictionnaire (Trésor de la langue française CNRTL) révèle que l'adjectif n'est entré au dictionnaire de l'Académie  qu'en 1835 (7ème édition), et que les premiers emplois sont intimement liés à l'Histoire Naturelle : le CNRTL donne deux dates : 1. 1667 «qui renferme de la nacre» (C. de Rochefort, Hist. naturelle des Iles Antilles de l'Amérique, t.1, p.460); et 2 .1734 «qui a l'éclat de la nacre» (Réaumur, Mém. pour servir à l'hist. des Insectes, t.1, p.205 ds Brunot t.6, p.579, note 6).

On sait que  le père de Etienne-Louis Geoffroy, Etienne-François Geoffroy (1672-1731), membre de l'Académie des Sciences était très proche de Réaumur, qui était le président de cette Académie. On sait aussi que Réaumur a été le tout premier français à avoir écrit un ouvrage d'entomologie, dont une grande partie est consacrée aux papillons et notamment aux chenilles. Cela donne un relief très particulier à l'information suivante : cette référence vers Réaumur que donne le CNRTL dans sa définition de "nacré" est directement en rapport avec les ailes des papillons.

Retrouvons la citation originale ; elle figure dans le Cinquième Mémoire des Mémoires pour servir à l'histoire des insectes de Réaumur (1734), 5ème mémoire qui porte le titre de "Des parties extérieures des papillons et principalement des ailes", et qui traite de généralités sur les papillons. C'est à la page 205 : 

 Certains endroits de l'aile ne sont remplis que d'écailles du plus beau bleu, d'autres places le sont d'écailles rouge, d'autres d'écailles jaune, d'autres d'écailles noires, d'autres écailles d'un blanc ordinaire, d'autres d'écailles de ce blanc plus beau que celui de l'argent, et qu'on appelle nacré, parce qu'il a l'éclat de la nacre de perle .


 

2. Le Grand Nacré ,  Engramelle, 1779.

Jacques Louis Engramelle 1779 Papillons d'Europe, peints d'après nature, Volume 1 page 53 planche 13 fig. 16  dessinée par  J.J Ernst (?) et gravée par Gerardin.       .  

        Selon Latreille et Godart 1819, puis Duponchel 1849, Engramelle a décrit sous le nom de "Grand Nacré" le Papilio adyppe, et sous celui de "Nacré" le Grand Nacré de Geoffroy P. aglaia. C'est possible, mais Engramelle donne bien comme référence de son Grand Nacré celui de Geoffroy, et comme ce qui m'intéresse est l'histoire du nom propre vernaculaire, cela ne change rien pour mon sujet.


 

 

3. Argynne Aglaé , Latreille et Godart 1819

Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 264 .

Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses.

 

 

4. Argynne Aglaé  , Godart 1821,

      Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1821, page 54 et  planche 3 secund fig.3 peinte par Vauthier et gravée par Lanvin.

                        Je fais cette découverte curieuse en lisant le texte de Godart :

Ces mêmes ailes offrent en outre, vers l'origine de leur bord antérieur, quatre taches noires obliques représentant grossièrement le nombre 1356

        Cette constatation a été rappelée par P.A. Robert dans  Les Papillons dans la nature, Delachaux et Niestlé, 1934 page 155, avec cette remarque que ce dessin se retrouve sur les ailes de tous les Argynnes. A. niobé lui devrait son nom Le Chiffre.

 Mais elle renvoie aux constatations analogues faites à propos du Vulcain.

Godart donne la description de la chenille (comme déjà Geoffroy) et de la chrysalide.      

 

 

 

            n98_w337

 

 

 5. L'Argynne aglaé, Duponchel 1849.

— DUPONCHEL (Philogène Auguste Joseph) 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles pour servir à de compléter une l'Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France, de MM. Godart et Duponchel . Paris : Germer Baillère, 1849 page 120       planche   XIV figg.46 a-b.   

 

        n152_w312

 

 

 

6. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986 et le nom vernaculaire actuel.

 

  Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet proposait comme nom principal "Le Grand Nacré" et "l'Aglaé".

Cet auteur a fait du substantif "Nacré" le déterminant d'une série à laquelle appartient bien-sûr le Moyen Nacré argynnis adippe et le Petit Nacré Issoria lathonia, mais à laquelle il ajouta 18 nouveaux noms vernaculaires qu'il créa sur le modèle Nacré + plante-hôte ou lieu géographique. De ce nombre initial de 1986, la Révision taxonomique de Dupont & al. (dont G. Luquet) n'en fait plus apparaître en 2013 que 10. Tous les "Nacrés" appartiennent à la Tribu des Argynnini, dans la Sous-famille des Heliconiinae :

  • Nacré porphyrin, Boloria titania 
  • Nacré de la Bistorte, Boloria eunomia
  • Nacré subalpin, Boloria pales
  • Nacré des Renouées, Boloria napaea
  • Nacré de la Canneberge, Boloria aquilonaris
  • Nacré des Balkans, Boloria graeca 
  • Nacré de la Filipendule, Brenthis hecate
  • Nacré de la Sanguisorbe, Brenthis ino 
  • Nacré de la Ronce,  Brenthis daphne 
  • Nacré tyrrhénien,  Argynnis elisa .

        On pourrait presque regrouper les Argynnes sous le nom des Nacrés, si (Dieu merci) Luquet n'avait pas conservé les noms consacrés par l'usage de Petit et Grand Collier argenté, Petite Violette, Chiffre, Cardinal et Tabac d'Espagne. 

 

 


7. Étude zoonymique des auteurs français :

— Doux et Gibeaux 2007  page 104 :

Nacré (Engrammelle, 1779) : allusion à l'ornementation de la face inférieure".

 

 

8. Noms vernaculaires contemporains :

 

  Charles Oberthür et Constant Houlbert , dans leur Faune armoricaine de 1912-1921, utilisent le nom scientifique de  Argynnis aglaja  puis ajoutent entre parenthèse (Le Nacré) page 125, ajoutant page 127 "Le Nacré, ainsi que l'appelle Engramelle..".

 


—Bellmann / Luquet 2008 : "Le Grand Nacré speyeria aglaja" .

— Blab / Luquet 1988 : 

— Chinery / Leraut  1998  : "Mesoacidalia aglaja, le Grand nacré" 

— Doux & Gibeaux 2007 : "Le Grand Nacré ".

— Higgins & Riley /Luquet 1988 : " ". 

— Lafranchis, 2000 : "Argynnis aglaja le Grand Nacré" .

— Perrein et al. 2012 : " Grand Nacré ".

— Tolman & Lewington / P. Leraut 2009 : "Speyeria aglaja", le Grand nacré"

— Wikipédia : " Grand Nacré ".

 

 

 

III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

  • "Dark Green Fritillary" en anglais : "Fritillaire vert foncé"
  •  "Großer Perlmutterfalter" en allemand "Grand Perlé"
  •  "Argentada de muntanya"  en catalan "argenté des montagnes"
  •  "Žalsvasis perlinukas" en lithuanien
  •  "Perlovec veľký " 
  • "Перламутровка аглая" en russe (Perlé aglaia)
  •  "Perleťovec větší" en tchèque
  •  " Lunares de Piata" en espagnol
  •  "Kerekfoltú gyöngyházlepke " en hongrois <
/li>
  •  "Zelena sedefica"
  •  "Markperlemorsommerfugl" en danois
  •  "Grote parelmoervlinder" en néerlandais "Grand Fritillaire"
  •  "Orvokkihopeatäplä"  en finlandais
  •  " Velika sedefica"
  • Bleščeči bisernik en slovène (Fritillaire étincelant)
  •  "Aglajaperlemorvinge" en norvégien.
  •  "Ängspärlemorfjäril " en suédois
  •  "Hõbetäpik" 
  • "Dostojka aglaja" en polonais
  • "Güzel inci"   en turc.
  • Langues celtiques  : 

    1. langues gaéliques :  irlandais (gaeilge) ; écossais (Gàidhlig ) ; mannois ( gaelg :île de Man).

    •  en irlandais

    •  "Breckag ghoo-ghlass" en mannois. "Fritillaire vert-foncé"
    • "" en gaélique écossais*

    2. Langues brittoniques : breton (brezhoneg) ; cornique (kernevek); gallois (Welshcymraeg).

    •  pas de nom en breton ; 

    • " Brittheg werdde" en gallois "Fritillaire vert".

     *Liste des noms gaéliques écossais pour les plantes, les animaux et les champignons. Compilé par Emily Edwards, Agente des communications gaélique, à partir de diverses sources.   http://www.nhm.ac.uk/research-curation/scientific-resources/biodiversity/uk-biodiversity/uk-species/checklists/NHMSYS0020791186/version1.html

     Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR

     

            220px-Stamp_of_Kyrgyzstan_219.jpg

     

                   

     

     

    IV. Les noms vernaculaires en anglais (M. Salmon, 2000).

    • Première description Moffet, 1634.
    • "The Great Sylver Spotted Fritillary" : Buddle, c.1700
    • "Darkned Green Fritillary" : Wilkes, 1741-1742.
    • "Dark Green Fritillaria" : Harris, 1766.
    • "Silver-spotted Fritillary" : Lewin, 1795.
    • "Dark Green Fritillary" : Haworth, 1803 ; Jermyn, 1824 ; Rennie, 1832 ; et la plupart des auteurs suivants.
    • "Queen of England Fritillary" (ab. charlotta) : Haworth, 1803 ; Jermyn, 1824 ; Newmann & Leeds, 1913.
    • "The Charlotte Butterfly" (ab.charlotta) : Brown, 1832.

     

            L'onomastique anglo-saxonne classe cette espèce dans le très vaste groupe de ses Fritillary ( "Damiers"), puis la qualifie par sa taille (Great, "Grande"), sa couleur (Dark Grenn, "vert-foncé") ses taches argentées (Silver-spotted) avant de faire de la variété charlotta décrite par Haworth la "Reine d'Angleterre".


                 Bibliographie, liens et Sources.

     

     

     

    — Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : Argynnis aglaja

     

     

                     I.  Zoonymie des lépidoptères :


    — EMMET (Arthur Maitland) 1991. The Scientific Names of the British Lepidoptera: Their History and Meaning, Colchester, Essex, England : Harley Books, 1991,  288 p. : ill. ; 25 cm.

    — GLASER L, 1887 Catalogus etymologicus Coleoperum et Lepidopterum. Erklärendes und verdeutschendes namensverzeichnis der Käfer und Schmetterlinge fûr Liebhaber und wissenschaftliche Sammler, R. Friehändler : Berlin 1887, 396 pages. BHL Openlibrary.

    — GLASER, L, 1882 "Zur Nomenklatur des deutschen Tagfalter, in Entomologischen Nachrichten, Stettin 1882  pages 303-317,

      https://archive.org/stream/entomologischena81882berl#page/310/mode/2up/search/lycaena)

    — Gozmány, László: Vocabularium nominum animalium Europae septem linguis redactum2 vols. Budapest: Akadémiai Kiadó, 1979. 

    — JERMYN  L.: The Butterfly Collector's Vade Mecum: or a Synoptical Table of English Butterflies. 1824. http://archive.org/stream/butterflycollect00jerm#page/n6/mode/1up

     

      — HELLER (John Lewis) - 1983 -"Studies in Linnaean method and nomenclature", Marburger Schriften zur Medizingeschichte, Bd.1983;7:1-326.Frankfurt am Main ; New York : P. Lang,

    —HÜRTER Hans-Arnold 1988 Die wissenschaftlichen Schmetterlingsnamen, Herleitung und Deutung, Bottrop ; Essen : Pomp, 492 pages.

    — ISAAK (Mark) Curiosities of the biological nomenclatureen ligne.

    — JANSENN (August) 1980, "Entomologie und Etymologie der Namen der belgischen Tagfalter"; in : Phegea, driemaandelijks tijdschrift van de vereniging voor Entomologie van de Koninklijke Maatschappij voor Dierkunde van Antwerpen, Jgg.8 Nr.2, 1980.

     — KEMPER Heinrich 1959 Die tierischen Schädlinge im Sprachgebrauch, Berlin : Duncker & Humblot 1959. Google books.

    — MACLEOD (Roderick Donald) 1959 Key to the names of British Butterflies and moths, 86 pp. Londres.

    — RAMANN (Gustav) 1870-76, Die Schmetterlinge Deutschlands und der angrenzenden Länder in nach der Natur gezeichneten Abbildungen nebst  erläuterndem Text, 4 Bände, Band 1, Arnstadt 1870-1876. 

    — SODOFFSKY (W), 1837. "Etymologische undersuchungen ueber die gattungsnamen der Schmetterlinge von W Sodoffsky, in Riga", Bulletin de la Société impériale des naturalistes de Moscou, n° VI, Moscou : imprimerie d'Auguste Sémen, 1837, 167 p. Archiv.org.

     — SPANNERT (Anton), 1888, Die wissenschaftlichen Benennungen der Europäischen Großschmetterlinge mit sâmmtlichen anerkannten Varietâten und Aberationen, Karl Duncker : Berlin,1888, 239 pages.

     —SPULER  (Dr Arnold), 1901-1908, Die Europas Schmetterlinge, . Vol.1. Allgemeiner Teil —Spezieller Teil. I-CXXVIII + 1-386 + [1]-[6], 265 fig. dans le texte, E. Schweizelbart'sche Verlagsbuchhandlung, Nägele und Dr Sproesser édit., Stuttgart, Allemagne. En ligne sur BHL

    — Numen. The Latin lexicon :  http://latinlexicon.org/index.php

     



            II. Bibliographie entomologique : Rhopalocères.

    — ALBIN, E.: A Natural History of English Insects: Illustrated with a Hundred Copper Plates, Curiously Engraven from the Life. 1720. GDZ Göttingen

    — ALDROVANDI (Ulysse) 1602 De animalibus insectis libri septem, cum singulorum iconibus. J. B. Bellagambam (Bononiae) 1602 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k991248 ou Gottingen

     

    — BELLMANN Heiko, 2008 Quel est donc ce papillon, Les Guides Nathan, Paris : Nathan, 2008. Traduction française et noms vernaculaires par G.C. Luquet.

    — BILLBERG (Gustav John) : Enumeratio insectorum in Museo Gust. Joh. Billberg ,[Stockholm] :Typis Gadelianis, 138 p. http://www.biodiversitylibrary.org/item/105024#page/87/mode/1up

    — BLAB (Josef), RUCKSTULH (Thomas) ESCHE (Thomas)  [et al.], adaptation et traduction française LUQUET (Gérard-Christian), 1988 Sauvons les papillons  : les connaître pour mieux les protéger ; préface de Pierre Richard Paris : Duculot 1 vol. (192 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 27 cm Trad. de : "Aktion Schmetterling so können wir sie retten". 

     BOISDUVAL Histoire naturelle des insectes Roret 1836 books.google.fr/books?id=2Kgi4FH6kj0C

    — BOISDUVAL ( Jean Alphonse),  GRASLIN, (Adolphe Hercule de), Dumesnil (P.C.R.C)  Rambur (Pierre).1833 Collection iconographique et historique des chenilles ou description et figures des chenilles d'Europe, avec l'histoire de leurs métamorphoses et des applications à l'agriculture, Paris : Librairie encyclopédique de Roret, 1832-1837 [1833]. BHL Libr

    —  BOISDUVAL (Jean-Alphonse) Essai sur une monographie des zygénides : suivi du Tableau méthodique des lépidoptères d'Europe Paris : Méquignon-Marvis 1829 Gallica

    — BOITARD (Pierre ) Manuel d'entomologie ou Histoire naturelle de insectes: contenant la synonymie de la plus grande partie des espèces d'Europe et des espèces exotiques les plus remarquables, Tome second, Paris : Roret, 1828,  Gallica

    — BRIDGES (Charles A.) 1993 Bibliography (Lepidoptera: Rhopalocera)  2nd ed. C.A. Bridges in Urbana, Ill . Archiv.org. 

    — CHINERY (Michael), Insectes de France et d'Europe occidentale, adaptation française  G. Luquet pour les lépidoptères, Flammarion 2005, 2eme édition 2012, 320 p.

    — CURTIS, J. (1823-1840). British Entomology; being illustrations and descriptions of the genera of insects found in Great Britain and Ireland: containing coloured figures from nature of the most rare and beautiful species, and in many instances of the plants upon wich they are found. Vol. V. Lepidoptera, Part. I. Londres.             http://biodiversitylibrary.org/page/8221625#page/71/mode/1up

    — DAREMBERG (C.) et SAGLIO (E.),  Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines  (1877-1919) Univ. de Toulouse Le Mirail :http://dagr.univ-tlse2.fr/sdx/dagr/rechercher.xsp?qid=sdx_q3&hpp=51&p=7&filtre=A

    — DALE (Charles William) 1890 The history of our British butterflies containing - a full bibliographical note of each species, with copious extracts from the old authors; and full descriptions of all the British species, their eggs, caterpillars, chrysalides and varieties, with a notice of their habits, localities, frequency,  J. Kempster : London 1890 Archiv.org.

    — DENIS, J. N. C. M. & SCHIFFERMÜLLER, I.] 1775. Ankündung eines systematischen Werkes von den Schmetterlingen der Wienergegend, herausgegeben von einigen Lehrern am k. k. Theresianum.. Vienne. 322 pp. http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&IDDOC=441200

    — DOUBLEDAY (Edward), WESTWOOD (John O.) The genera of diurnal Lepidoptera their generic characters ; illustrated with plates by W.C. Hewitson. Vol. 1 London, 1846-52 

     

    — DOUX (Yves), GIBEAUX (Christian), 2007, Les papillons de jour d'Île de France et de l'Oise,Collection Parthénope, Edition Biotope, Mèze, ; Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, 2007, 288 p. Préface, index et supervision scientifique de Gérard Chr. Luquet.

    — DUPONT (Pascal), DEMERGES (David), DROUET (Eric) et LUQUET (Gérard Chr.). 2013. Révision systématique, taxinomique et nomenclaturale des Rhopalocera et des Zygaenidae de France métropolitaine. Conséquences sur l’acquisition et la gestion des données d’inventaire. Rapport MMNHN-SPN 2013 - 19, 201 p. 

      http://www.mnhn.fr/spn/docs/rapports/SPN%202013%20-%2019%20-%20Ref_Rhopaloceres_Zygenes_V2013.pdf

    — DUPONCHEL (Philogène Auguste Joseph) 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles pour servir à de compléter une l'Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France, de MM. Godart et Duponchel . Paris : Germer Baillère, 1849. BHL.Library

    —  ENGRAMELLE (R.P. Jacques Louis Florentin), 1779, Papillons d'Europe peints d'après nature par M; Ernst. Gravés par M. Gérardin et coloriés sous leur direction. Première partie. Chenilles, Crysalides et Papillons de jour [décrits par le R.P. Engramelle, Religi[eux] Augustin, Quartier Saint-Germain] Se vend à Paris chez M. Ernst et Gérardin. Paris : Delaguette/Basan & Poignant 1779. Volume 1 [1]+[VIII],[i-xxxiv] - 206p-errata [i-vi], 3 pl. en noir, 48 planches coloriées (I-XLVIII), 100 espèces. 

    — ENGRAMELLE (R.P. Jacques Louis Florentin), 1779, Papillons d'Europe peints d'après nature par M; Ernst et gravés et coloriés sous sa direction. Première partie. Chenilles, Crysalides et Papillons de jour décrits par le R.P. Engramelle, Religi[eux] Augustin, Q[uartier] S[aint-] G[ermain] Se vend à Paris chez M. Ernst, auteur ; Bazan ; P.M. Delaguette, imprimeur ;  Basan & Poignant marchands d'Estampes rue et et Hôtel Serpente. Paris : Delaguette/Basan & Poignant 1779. Tome II . (i-ii), pp 207-229, espèces n° 102-112, puis suppléments pp; 230-333 puis Table. Books-Google.

    — ESPER (Eugenius Johannes Christian) Die Schmetterlinge in Abbildungen nach der Natur / mit Beschreibungen, herausgegeben mit Zusätzen von Toussaint von Charpentier. Leipzig : T.O. Weigel, [1776-1807 /1829-1839] En ligne BHL.

      — FABRICIUS (Johann Christian) 1807  "Nach Fabricii systema glossatorum" in Johann Karl Wilhelm Illiger, "Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge [...], Magazin für Insektenkunde , Braunschweig [Brunswick] (6) https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

    — FABRICIUS (Johann Christian) 1787  Fabricii Mantissa insectorum Hafniae 1787 en ligne Goettingen.

    — FABRICIUS (Johann Christian)  1798  Supplementum Entomologiae systematica , Hafniae.

     — FOURCROY (A. F.) 1785. Entomologia Parisiensis; sive catalogus insectorum quæ in agro Parisiensi reperiuntur; secundam methodam Geoffrœanam in sectiones, genera & species distributus: cui addita sunt nomina trivialia & fere trecentæ novæ species. Pars secunda. Parisiis. (Hôtel Serpente). 2. 232-544. Traduction en latin de l'Histoire des insectes de E.L. Geoffroy. http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

    — FUESSLI (Johan Caspar) Verzeichniss der ihm bekannten Schweizerischen Inseckten : mit einer augemahlten Kupfertafel: nebst der Ankhundigung eines neuen Insecten Werks Joh. Caspar Fuesslins 1775.  BHL libr

     — GEOFFROY (Étienne-Louis, Docteur en médecine) 1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII  colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. 744p. http://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/n9/mode/2up

    — GEOFFROY [Étienne-Louis] 1798-99 Histoire abrégée des insectes dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique. Nouvelle édition, revue, corrigée, & augmentée d'un supplément considérable. / par M. Geoffroy, docteur en médecine. A Paris :Chez Calixte-Volland, libraire, quai des Augustins, no. 24 :An VII de la République françoise [1799]. http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/14595#/summary

    — GEER, (Charles de), 1771 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes , Stockholm : Hesselberg, .Tome 1 [1]-[15] 707 pages, 37 planches, Gallica .  Tome second première partie 616 pages,  ; Tome second deuxième partie pages 617 à 1175, 43 planches gravées par Bergquist. Gallica.

    — GOEDART (Jan), 1685, Johannes Goedartius de Insectis nin methodum redactus cum notularum additione, operâ M. Lister, e Regia Societate Londinensi, Smith : London, 1685 : Bibl. Strasbourg

    — GODART (Jean-Baptiste) Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France décrits par M. Godart, ancien proviseur Paris : Crevot 1821 Vol.1, Première partie, environs de Paris, [I]-[vij] + 295 p. Planches dessinées par [Antoine Charles] Vauthier et gravées par Lanvin.

     —  GRIFFITH (W. J. )  Catalogue raisonné des lépidoptères observés en Bretagne jusqu'en 1882, ,... publié par les soins de T. Bézier. Rennes : Impr. Fr. Simon, 1902.

    — GRIFFITH (William John) 1879 "Sur quelques-uns de nos lépidoptères nuisibles", Extrait duBulletin de la Société polymathique du Morbihan. 1er et 2e semestre 1879, 37 pages.  

     FRISCH (Johann Leonhard.) 1730 . Beschreibung von allerley Insecten in Teutsch-Land : nebst nützlichen Anmerckungen und nöthigen Abbildungen von diesem kriechenden und fliegenden inländischen Gewürme : zur Bestätigung und Fortsetzung der gründlichen Entdeckung : so einige von der Natur dieser Creaturen herausgegeben : und zur Ergäntzung und Verbesserung der andern (1730)  Berlin : Verlegts Christ. Gottl. Nicolai  https://archive.org/stream/johleonhardfrisc01fris#page/n7/mode/2up

     — HARRIS  (Moses) 1775 : The English Lepidoptera: or, The Aurelian's Pocket Companion, xv, 66p. 1 pl. color. London : J. Robson 1775.

     — HAWORTH Adrian Hardy Lepidoptera Britannica;: sistens digestionem novam insectorum Lepidopterorum ...London, 1803, Google books

    — HIGGINS (L. G.) et RILEY (N. D.) 1988. Guide des Papillons d'Europe : Rhopalocères. Troisième édition française. Traduction et adaptation par Th. Bourgoin, avec la collaboration de P. Leraut, G. Chr. Luquet et J. Minet. Delachaux et Niestlé édit., Neuchâtel ,1988, 455 pages.

    — HONEY, M. R. & SCOBLE, M. J. 2001. "Linnaeus's butterflies (Lepidoptera: Papilionoidea and Hesperioidea)". Zoological Journal of the Linnean Society, 132(3): 277-399.

      HÜBNER, J. 1796-[1836]: Sammlung europäischer Schmetterlinge.Augsburg. BHL 

    — HÜBNER, (Jacob), 1761-1826 Das kleine Schmetterlingsbuch : die Tagfalter : kolorierte Stiche,  Insel-Bücherei ;http://www.biodiversitylibrary.org/item/138312#page/35/mode/1u

    — HUFNAGEL, W. F. 1766. Tabelle von den.Tagvögeln der hiesigen Gegend, woraus denen Liebhabern der Insekten Beschaffenheit, Zeit, Ort und andere Umstände der Raupen und der daraus entstehenden Schmetterlinge bestimmt werden. Berlinisches Magazin, oder gesammlete Schriften und Nachrichten für die Liebhaber der Arzneiwissenschaft, Naturgeschichte und der angenehmen Wissenschaften überhaupt, 2(1): 54-90. 

    — LAFRANCHIS (Tristan), 2000 Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Collection Parthénope, Ed Biotope, Mèze, 448p. 

       LATREILLE (P.A.) 1796 Précis des caractères génériques des insectes disposés dans un ordre naturel par le citoyen Latreille Paris, Brive : 1796 pages 140-149.

     — LATREILLE, P. A., 1804. "Tableau méthodique des Insectes", pp. 184-187 in Nouveau Dictionnaire d’Histoire Naturelle, Paris : Déterville. vol.24. 

    LATREILLE (P.A.) Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle appliquée aux arts, Paris : Detreville vol. 17, 1803 ici

    LATREILLE (P.A.) Nouveau Dictionnaire d'histoire naturelle vol. 24 1818 : Classification page 501 http://books.google.fr/books?id=I_NBAAAAYAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=vanesse&f=false

    —LATREILLE, P. A., 1805. Histoire Naturelle, Générale et Particulière des Crustacés et des Insectes. Tome XIII, p. 369. Paris : Dufart.

     — LATREILLE P. A. 1810. Considérations générales sur l'ordre naturel des animaux composant les classes des Crustacés, des Arachnides et des Insectes; avec un tableau méthodique de leurs genres, disposés en familles. Paris: F. Schoell, 444 pp. pp. 350-370.

     —LATREILLE  (P.A) et Olivier Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle 2eme édition tome 27 1818.

     — LATREILLE (P.A), GODART (J.B) 1819 , Encyclopédie méthodique, ou Entomologie, Paris : Vve Agasse tome 9 1819. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

     — LERAUT (Patrice) 1997 "Liste systématique et synonymique des Lépidoptères de France, Belgique et Corse" (deuxième édition) Alexanor, 20, Supplément hors série : 1-526, 10 illustr., photog, 38 fig.

    — LEWIN, W. 1795 The Insects of Great Britain, systematically arranged, accurately engraved, and painted from nature, with the natural history of each species BHL library

    http://www.biodiversitylibrary.org/item/103670#page/7/mode/1up

     

    — LUCAS ([Pierre-] Hippolyte)  Histoire naturelle des lépidoptères d'Europe Paris : Pauquet  1834 ouvrage orné nature de près de 400 figures peintes d'apres, par A. Noel, et gravées sur acier.http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4416154.r=lucas+papillons.langFR 

     http://www.biodiversitylibrary.org/item/53843#page/11/mode/1up

    — LUQUET (Gérard Chr.) 1986 "Les noms vernaculaires français des Rhopalocères d'Europe", Alexanor, Revue des Lépidoptéristes français, tome 14, juillet-septembre 1986, suppl.)

    — LUQUET (Gérard Chr.) 1986 —in : PFLETSCHINGER (Hans). Papillons.Comment identifier et reconnaître les papillons d'Europe et leurs chenilles traduit et adapté de l'allemand par G. Chr. Luquet. 80 p., 88 illustr. photogr. coul. Collection "Miniguides Nathan tout terrain". Fernand Nathan édit. Paris.

    — MOFFET (Thomas) 1634 Insectorum, sive, Minimorum animalium theatrum.  Londini : Ex officin typographic Thom. Cotes et venales extant apud Guiliel. Hope, 1634.  BHL.

    — MERIAN (Maria-Sibylla) Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l'Europe contenant leur description, leurs figures, leur différentes métamorphoses..., par Mademoiselle Marie-Sybille de Mérian, en deux parties in-folio. Troisième édition, revue, corrigée & considérablement augmentée par M. Buch'oz, ... A laquelle on a joint une troisième partie qui traite des plus belles fleurs, telles que des plantes bulbeuses, liliacées, caryophillées... Tome premier [-troisième] traduit par Jean Marret Paris : Desnos, 1771. PDF Bibliothèque de Toulouse, 3 volumes http://tolosana.univ-toulouse.fr/notice/07558171x

    — MERIAN (Maria-Sibylla) Der Raupen wunderbare Verwandelung, und sonderbare Blumen-nahrung: worinnen, durch eine gantz-neue Erfindung, Der Raupen, Würmer, Sommer-vögelein, Motten, Fliegen, und anderer dergleichen Thierlein, Ursprung, Speisen, und Veränderungen, samt ihrer Zeit, Ort und Eigenschaften (Band 2) Nürnberg , Frankfurt , Leipzig, 1683 Volume 2 (insectes d'Europe) digitalisé par  Universitätsbibliothek Heidelberg;

     — MERRET (Christopher) 1667  Pinax Rerum Naturalium Britannicarum. 1667. Google Books

    http://books.google.co.uk/books?id=p0SjZ7N6TA0C&printsec=frontcover&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

    — MOORE (Frederic) 1890-1913 Lepidoptera indica, L. Reeve : London, 1890-1913. BHL

    — OBERTHÜR (Charles) 1904 Études de Lépidoptérologie comparée, Rennes : Oberthür, 1913 Openlibrary

      — OBERTHÜR (Charles), HOULBERT (Constant), 1912-1921, Faune entomologique armoricaine. Lépidoptères. Rhopalocères, Rennes : Imprimerie Oberthür 1912-1921, 258 pages.

    — PETIVER (James), 1702-1706? Gazophylacii naturae & artis, : decas prima-[decima]. In quaÌ‚ animalia, quadrupeda, aves, pisces, reptilia, insecta, vegetabilia; item fossilia, corpora marina & stirpes minerales eÌ€ terra eruta, lapides figuraÌ‚ insignes &c. Descriptionibus brevibus & iconibus illustrantur. Hisce annexa erit supellex antiquaria, numismata, gemmae excisae, & sculpturae, opera figulina, lucernae, urnae, instrumenta varia, inscriptiones, busta, reliquaque ad rem priscam spectantia: item machinæ, effigies clarorum virorum, omniaque arte producta... / Jacobus Petiver Londini: : Ex OfficinaÌ‚ Christ. Bateman ad insignia Bibliae & Coronae, vico vulgo dict. Pater-Noster-Row., MDCCII. [1702-1706?]. Version Google books de 1702 ou mieux GDZ Göttingen (Planches).

    — PETIVER (James) 1695-1703 Musei Petiveriani centuria prima-decima, rariora naturae continens: viz. animalia, fossilia, plantas, ex variis mundi plagis advecta, ordine digesta et nominibus propriis signata, London, 1695-1703 Version Books-Google.

    — PETIVER (James) 1767 Jacobi Petiveri Opera, historiam naturalem spectantia containing several thousand figures of birds, beats, fifh, reptiles, insects shells, corals, and fossils; also of trees, shrubs, herbs, fruits, fungus's, mosses, sea-weeds, &c. from all parts, adapted to Ray's History of plants on above three hundred copper-plates, with English and Latin names, London, James Empson (éditeur), 1767  Version Books.Google 

    — PETIVER (James) 1717 Papilionum Brittaniae Icones (1717)  

    — PERREIN (Christian) 2012 et al. , Biohistoire des papillons, Presses Universitaires de Rennes 2012.

    —  PODA (Nicolaus) 1761. Insecta Musei Græcensis, quæ in ordines, genera et species juxta systema naturæ Caroli Linnæi. Graecus [= Graz]. (Widmanstadius). 127 pp. Google books

    — RAY  (John) Historia insectorum, Londini 1710 Archive.org

    — RÉAUMUR [René-Antoine] de Ferchault 1734-1748 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes   Paris : Imprimerie Royale, 6 volumes, de 1734 à 1748 [un 7e, copie du manuscrit original, paraîtra en 1928], 267 planches gravées par Simoneau, Lucas, Haussard et Fillioeul. En ligne BHL.  Voir aussi VALLOT J.N. 1802.

     ROBERT (Paul André.)  1934 — Les Papillons dans la nature, Delachaux et Niestlé : Neufchâtel et Paris,  405 p., 64 pl. couleurs books.google.fr/books?id=jSFDAAAAYAAJ

    — RÖSEL VON ROSENHOF   1764-68  De natuurlyke historie der insecten; voorzien met naar 't leven getekende en gekoleurde plaaten. Volgens eigen ondervinding beschreeven, door den heer August Johan Rösel, van Rosenhof, miniatuur-schilder. Met zeer nutte en fraaie aanmerkingen verrykt, door den heer C. F. C. Kleemann ...Te Haarlem, By C. H. Bohn en H. de Wit, boekverkoopers [1764-68] BHL Library 
    — Rösel von Rosenhof 1746 Der monatlich herausgegebenen Insecten-Belustigung  Nürnberg.http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

     — SALMON (Michael A.) 2000, The Aurelian legacy, British butterflies and their collectors, University of California Press, 2000.

    — SCHAEFFER (Jacob-Christian)  Iacobi Christiani Schaefferi  1766Icones Insectorum circa Ratisbonam indigenorum coloribus naturam referentibus expressae = Natürlich ausgemahlte Abbildungen Regensburgischer Insecten Regensburg [Ratisbonne]: gedruckt bey H.G. Zunkel, [1766?-1779?] ; Gravure par Haid, Johann Jacob (1704-1767), 5 tomes in-4° avec 220 planches coloriées VOL. II Google

    SCOPOLI (Jean-Antoine) Ioannis Antonii Scopoli Med. Doct. S.C.R. ... Entomologia Carniolica exhibens insecta Carnioliae indigena et distributa in ordines, genera, species, varietates : methodo Linnaeana. Vindobonae :Typis Ioannis Thomae Trattner ...,1763. En ligne BHL.

     — SCUDDER, S. H. 1875. "Historical sketch of the generic names proposed for Butterflies: a contribution to systematic nomenclature". Proceedings of the American Academy of Arts and Sciences, 10: 91-293. 

    — SODOFFSKY (Wilhem),1837. "Etymologische Untersuchungen ueber die Gattungsnamen der Schmetterlinge"  Bulletin de la Société Impériale des Naturalistes de Moscou. 10(6) : 76-97.

     — SOUVESTRE (Émile), 1836  Voyage dans le Finistère par Jacques Cambry, revu et augmenté par- : "Tableau systématique des lépidoptères qui se trouvent dans le département du Finistère" par  [(Hesse et) Le Borgne de Kermorvan] Brest : Come et Bonetbeau, 1835 page 165

    — SWAMMERDAM (Jan) 1685 Historia insectorum generalis et 1737-38 Biblia naturae (Leyde)

    http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/65389/rec/3

    — TOLMAN (Tom), LEWINGTON (Richard), Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, traduction et adaptation française Patrick Leraut,  Paris : Delachaux et Niestlé 1999 et 2009, 384 pages.

    — VALLOT J.N. Concordance systématique, servant de table de matières à l'ouvrage de Reaumur, Paris : Grégoire, Thouvenin, 1802. En ligne Google books.

      — VILLERS (Charles de) 1789 Caroli Linnaei Entomologia, faunae Suecicae descriptionibus aucta : DD. Scopoli, Geoffroy, de Geer, Fabricii, Schrank, &c., speciebus vel in systemate non enumeratis, vel nuperrime detectis, vel speciebus Galli australis locupletata, generum specierumque rariorum iconibus ornata; curante & augente Carolo de Villers .. Lyon : Pietre et Delamollière, (1789). https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

    — WALCKENAER (C.A.) 1802,  Faune parisienne, insectes, ou, Histoire abrégée des insectes des environs de Paris classés d'après le système de Fabricius; précédée d'un discours sur les insectes en général, pour servir d'introduction à l'étude de l'entomologie accompagnée de sept planches gravées Paris : Dentu 1802 en ligne BHL.  

     

    — WESTWOOD (J O) & HUMPHREYS (Henry Noël),1841. British butterflies and their transformations, William Smith : London  BHL

    — WILKES (Benjamin) 1773 One hundred and twenty Copper plates of English moths and butterflies ... with a natural history London : Benjamin Wilkes   Books.google.

    — WILKES (Benjamin), 1747-49 The english moths and butterflies, etc... London : printed for the author  Books.Goggle

    — ZIMMER, (Dieter E., rédacteur du mensuel Der Zeit) 2012 A guide to Nabokov's Butterflies and Moths et Butterflies and Moths in Nabokov's Published Writings , Web version 2012.


     

                               III. Boite à liens. 

          Liste des références d' auteurs avec les liens vers leurs publications:  http://www.ukbutterflies.co.uk/references.php

    Taxonomie : Global Butterfly Information System :http://www.globis.insects-online.de/search

    Les papillons du Systema Naturae de 1758  :   http://en.wikipedia.org/wiki/Lepidoptera_in_the_10th_edition_of_Systema_Naturae

    Albin :http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN477852769

    Billberg http://www.biodiversitylibrary.org/item/105024#page/87/mode/1up

    Boisduval chenille 1832 :   http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/51588#/summary

    Boisduval Tableau meth. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97190k/f1.image.pagination.r=Boisduval.langFR

    Boitard, 1828. : http://books.google.fr/books?id=K3ShlXhmFsEC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

    Dale https://archive.org/stream/historyofourbrit00dalerich#page/n5/mode/2up

    Denis et Schiffermüller : http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&IDDOC=441200

    http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&DMDID=&LOGID=LOG_0002&PHYSID=PHYS_0009

    Google : http://books.google.fr/books?id=79BYAAAAcAAJ&printsec=frontcover&dq=verzeichniss+Denis+et+schifferm%C3%BCller&hl=

    fr&sa=X&ei=AHYGU5vEAfC00QXu1IBo&ved=0CDIQ6AEwAA#v=

    onepage&q=verzeichniss%20Denis%20et%20schifferm%C3%BCller&f=false

    Doubleday & Westwood  http://www.biodiversitylibrary.org/item/49323#page/5/mode/1up

     

    Duponchel, chenilles 1849 : BHL :  

     http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/9410#/summary

    Engramelle :    http://books.google.fr/books?id=em0FAAAAQAAJ

    et https://archive.org/stream/papillonsdeurop00ernsgoog#page/n159/mode/2up

    Engramelle vol. 2 : http://books.google.fr/books/about/Papillons_d_Europe_peints_d_apr%C3%A8s_natur.html?id=jbS5ocRuGsYC&redir_esc=y

    Engramelle vol. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84701433

    Esper : http://www.biodiversitylibrary.org/item/53441#page/9/mode/1up

    Fabricius :1775  http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/36510#/summary

    Fabricius 1787 : 

    http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=25707

    Fabricius 1793 Ent Sys em    https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

    Fabricius 1807 :  https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

    Frisch https://archive.org/stream/johleonhardfrisc01fris#page/n7/mode/2up

    Fourcroy voir Geoffroy.

    Fuessli    http://www.biodiversitylibrary.org/item/78769#page/11/mode/1up

     Geoffroy  :    http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/51067#page/9/mode/1up

    Geoffroy latin par Fourcroy :  http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

    De Geer :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97151p/f1.image.r=.langFR

    Goedart par Lister 1685 : http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/64604/rec/1

    Godart 1821 BHL :  http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38004#page/256/mode/1up

    Godart latreille 1819 :   http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

     https://archive.org/stream/encyclopdiem09metc#page/n3/mode/2up

    Harris M. 1766 http://archive.org/stream/Aurelian00Harr#page/n7/mode/2up

    1840 : http://www.biodiversitylibrary.org/item/120628#page/9/mode/1up

    Hübner 1779 http://www.biodiversitylibrary.org/item/89180#page/1/mode/1up

    Kirby  1871: http://www.biodiversitylibrary.org/item/64906#page/9/mode/1up

    Latreille 1804 :           http://books.google.fr/books?id=xBsOAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

    Latreille 1810 :  http://www.biodiversitylibrary.org/item/47766#page/358/mode/1up

    Leach : http://biodiversitylibrary.org/page/17493618#page/136/mode/1up

    https://archive.org/details/CUbiodiversity1121039

    Linné   http://www.biodiversitylibrary.org/item/10277#page/3/mode/1up

    http://books.google.fr/books?id=Jps-AAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=elinguis&f=false

    Linné, Mantissa plantarum   http://bibdigital.rjb.csic.es/spa/Libro.php?Libro=947&Pagina=545

    Linné fauna suecica 1746 :http://biodiversitylibrary.org/bibliography/63899#/summary

    Linné fauna suecica 1761 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/46380#/summary

    Linné S.N. 1767 :http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN362053723&DMDID=DMDLOG_0001&LOGID=LOG_0001&PHYSID=PHYS_0002

    Linné, Species Plantarum http://www.biodiversitylibrary.org/item/13829#page/1/mode/1up

    Merian, Insectes d'Europe : http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/merian1683bd2

    Moffet :    http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/60501#/summary

    Moore, Lep. indic http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/8763#/summary

    Oberthür, Études http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/8792#/summary

     1910 (4) http://www.biodiversitylibrary.org/page/10532070#page/299/mode/1up

    Ochsenheimer 1808 http://archive.org/stream/dieschmetterling12ochs?ui=embed#page/180/mode/1up

    Petiver James, Musei petiveriani centura prima 1695 digitalisé par Google  (accès partiel)

    http://books.google.fr/books/about/Musei_Petiveriani_centuria_prima.html?id=vp05AAAAcAAJ&redir_esc=y

    Petiver, Gazophylacii :books.google.fr/books?id=sp05AAAAcAAJ

    Petiver, Papilionum brittaniae 1717  in Opera Books .google  

    Ray  : https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/n11/mode/2up

    Réaumur : http://www.biodiversitylibrary.org/item/50298#page/11/mode/1up

    Rösel : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/7362#/summary

    http://www.biodiversitylibrary.org/item/31182#page/138/mode/1up

    http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

    Rottemburg : 

    http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=8326

    Schneider 1787 http://books.google.fr/books?id=VnY-AAAAcAAJ&pg=PA241&lpg=PA241&dq=schwarzgestrichelter+schmetterling&source=bl&ots=c5RGnFNYx4&sig=-HkttVMLK2SZP6KRw5MXfvJCYxI&hl=fr&sa=X&ei=

    AHwGU7m9LoLm7Abd7oGICg&ved=0CC8Q6AEwAA#v=onepage&q=schwarzgestrichelter%20schmetterling&f=false

    Scopoli Entomologia carniolica 1763

       http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/34434#/summary

    Soddoffsky :http://www.archive.org/stream/bulletindelas10183768mosk#page/n82/mode/1up

    Scudder http://biodiversitylibrary.org/page/3076769#page/269/mode/1up

    Spuler : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/9477#/summary

    Tutt vol.1 1906 : http://archive.org/stream/naturalhistoryof08tutt#page/n8/mode/1up

    Tutt vol.2 1908 : http://archive.org/stream/naturalhistoryof09tutt#page/n4/mode/1up

    Tutt v3 1909 :http://archive.org/stream/naturalhistoryof10tutt#page/n4/mode/1up

    Tutt v4 1914 : http://archive.org/stream/naturalhistoryof04tut#page/n4/mode/1up

     

     De Villers 1789 :  https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

    Walckenaer : http://www.biodiversitylibrary.org/item/79375#page/289/mode/1up

    Westwood et Humphreys 1841 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/12483#/summary

    Wilkes, english moths and butterflies http://books.google.fr/books?id=x1xnr4VCDe0C&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false 

    Goettingen animalbase : base de donnée : http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/search

    Butterflies of America : http://butterfliesofamerica.com/polyommatus_icarus.htm

    Références Bibliographiques en taxonomie : http://butterfliesofamerica.com/US-Can-Cat.htm

     Bestimmungshilfe für die in Europa nachgewiesenen Schmetterlingsarten :http://www.lepiforum.de/

    — Un beau plaidoyer sur les noms de papillons :

     http://excerpts.numilog.com/books/9782759217045.pdf 

    — Articles biographiques sur les taxonomistes entomologistes 

      http://gap.entclub.org/taxonomists/index.html 

       — http://www.reserves-naturelles.org/sites/default/files/fichiers/protocole-rhopalo-liste-especes.pdf

    — site d'identification ;http://r.a.r.e.free.fr/interactif/photos%20nymphalidae/index.htm

     

     

     

     

                                              


    Repost 0
    Published by jean-yves cordier
    commenter cet article
    23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 19:45

    Zoonymie de la Thécla de l'Orme Satyrium w-album (Knoch, 1782).

    La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

     

    Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

     

    Résumé. 

     

    Satyrium Scudder, 1876 :  l'auteur américain  donne l'explication du choix de son genre dans sa description originale en soulignant "la sobriété de ses marques et de sa  coloration , rappelant dans une certaine mesure le ton de couleur propre aux Oréades ou Satyrids, d'où le nom que je lui aie attribué". En effet, les ailes de l'espèce-type du genre, Satyrium fuliginosa ou "Western Sooty Hairstreak" sont d'un gris  uni  en dessous et d'un brun terne au dessus, qui peuvent rappeler les couleurs de quelques Satyrides. Le nom ne crée aucun rapport entre les espèces du genre, et les satyres de la mythologie.

    w-album (Knoch, 1782) : du latin signifiant "w blanc", les lignes blanches du revers des ailes postérieures traçant en effet un W aux deux jambages très prolongés. C'est  un hommage par imitation aux noms créés par Linné, le c-album (1758) et le l-album (1767). C'est aussi le problème posé par l'emploi d'une lettre qui n'existe pas dans l'alphabet latin classique (elle provient d'une ligature médiévale et d'une décisions de Chilpéric Ier pour transcrire les noms germaniques), et n'appartient à notre alphabet que depuis 1951. Créé par un auteur qui publie en écriture gothique ce nom Das Weiße W, celui-ci doit préciser que la lettre blanche est  le "lateinsichen W". Pour les mêmes raisons, Hufnagel avait nommé en 1766 w-latinum un Noctuidae.  

    — Une variété du "Porte-Queue brun à deux bandes fauves" de Geoffroy (1762) et le "Porte-Queue brun à une ligne blanche" de Engramelle (1779) précèdent la description de Knoch. Latreille (1818 puis Godart (1821) et Duponchel (1849) utilisent le nom de "Le Polyommate W-Blanc", puis G. Luquet crée le nom de "la Thécla de l'Orme", l'un des onze noms créés selon la structure "Thécla + plante-hôte". Les Ormes (du latin Ulmus, même sens) et notamment les  ormes champêtres étaient omniprésents dans les campagnes mais subissent depuis 1920 et 1970 les ravages de la Graphiose, menaçant ainsi l'existence du Porte-Queue au W blanc.  

     

     

                   I. Nom scientifique.

     


    1°) Famille des Lycaenidae, William Elford Leach, 1815. Les Lycènes.

           Leach, William Elford, 1790-1836  "Insecta" pp. 329-336."Entomology". pp 646-747 in D. Brewster éditeur, Brewster's Encyclopaedia Edinburgh, [Edinburgh, volume 9, 1, 04/1815 pp. 57-172  : selon Sedborn 1937] [Philadelphia, E. Parker,1816? selon BHL Library]  page 718. [ Article publié anonymement et attribué à Leach, qui avait annoté son propre manuscrit]

     

    La famille Lycaenidae tient son nom du genre Lycaena de Fabricius (1807). 

    • Sous-famille des Theclinae Butler, 1869 : [Thiéclines : Théclas ou Thècles et Faux-Cuivrés]. Hairstreaks en anglais
    • Sous-famille des Lycaeninae [Leach, 1815] : [Lycénines : Cuivrés].
    • Sous-famille des Polyommatinae Swainson, 1827 : [Polyommatines : ; Azurés, Argus et Sablés]. Blues en anglais.

    2°) Sous-famille des Theclinae Butler, 1869 : les Thèclas ou Thècles et les Faux-Cuivrés.

    Les Theclinés se distinguent par la présence d'une courte queue sur les ailes postérieures. Ils portent le nom de Hairstreaks ["cheveux-stries] en anglais, en raison (W. Dale) des lignes fines qui traversent la face inférieure de leurs ailes.

    Elle comprend trois tribus en France :

    • Tribu des Tomarini Eliot, 1973 (Genre Tomares ).

    • Tribu des Theclini Butler, 1869.

    • Tribu des Eumaeini Doubleday, 1847.

     

    3°) Tribu des Eumaeini Doubleday, 1847

    •  Genre Satyrium Scudder, 1876
    • Genre Callophrys Billberg, 1820.

     

     

    http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38600#page/160/mode/1up

    2. Nom de genre :  Satyrium Scudder, 1876   

    a) Description originale : 

            Satyrium Scudder, 1876; "Synonym list of the butterflies of North America, North of Mexico. Part 2. Rurales." Bulletin of the Buffalo Society of natural Sciences, Chicago, 1887  3 [18], page  106.

    http://www.archive.org/stream/bulletinofbuffal03buffuoft#page/106/mode/1up

    — Description : 

     "8. SATYRIUM Scudder.

    Type : Lycaena fuliginosa Edw.

    This genus which both Edwards and Boiduval referred to the Ephori is allied to Erora, but in the sobriety of its markings and coloration is in striking contrast to that group, recalling to a certain degree a tone of color common among Oreades or Satyrids, whence the name I have applied to it . The center of the eyes is thinly pilose ; the palpi, though slight, are longer than the eyes by the whole lenght of the terminal joint. The fore tibiae are three-fourths and the middle tibiae seven-eights the lengyh of the hind tibiae. The wings are broader than in Erora, resembling more those of Callipsyche, but, as in the former genus, the male has no discal stigma on the front pair, and the hind wings are scarcely excavated at the tip of the inner border ; the first superior subcostal nervule of the fore wings arise at or just before the middle of the cell, and the letter is a little less than half as long as the wing. In the markings of the under surface of the wings Satyrium resembles Callipsyche more closely than Erora, but in structure it seems nearly allied to the latter."

    8. Satyrium Scudder.

    Type: Lycaena fuliginosa Edw.

    Ce genre que  Edwards et Boiduval placent tous les deux parmi les Ephori  est proche du genre Erora, mais par la sobriété de ses marques et de sa  coloration il entre en contraste frappant avec ce groupe, rappelant dans une certaine mesure le ton de couleur propre aux Oréades ou Satyrids, d'où le nom que je lui aie attribué. Le centre des yeux est finement velu; les palpes, si légers, sont plus longs que les yeux de toute la longueur de l'articulation terminal. Les tibias antérieures sont  trois quarts plus longs, et les tibias du milieu des sept huitièmes de la Longueur,  que le tibia postérieur. Les ailes sont plus larges que chez Erora, ressemblant plus ceux de Callipsyche, mais, comme chez le premier genre, le mâle n'a pas de tache discale sur la paire d'ailes antérieures et les ailes postérieures sont à peine creusée à la pointe de la bordure intérieure; le premier nervule sous-costale supérieure  des ailes antérieures se situe au niveau ou juste avant le milieu de la cellule, et la lettre est un peu moins longue que  la moitié de  l'aile. Dans les marques de la surface sous des ailes Satyrium ressemble à  Callipsyche plus étroitement que chez Erora, mais dans la structure elle semble presque appartenir à celle-ci.

    N.B : pour comprendre cette description, il faut savoir que Scudder place ce genre entre le n°7 Erora , nom encore valide aujourd'hui pour des Theclinae Eumaeni américains, et le n°9 Callipsyche, également valide pour des Theclinae Eumaeni. Il faut aussi savoir que  le nom d' Ephori est synonyme (Herbst, 1793) ou analogue à la sous-famille des Theclinae. (Herbst avait divisé les Plebejus rurales de Linné en deux groupes, Vestales et Ephori).  En 1881, Scudder écrivait "Tribe Ephori Herbst =Theclides Kirby = Hairstreaks". On peut admettre l'équation Ephori = Thécla.)

     Enfin, les Oréades désignent un "Stirps" de Hübner, un rang taxonomique peut-être équivalent à nos Sous-familles, et qui renferme pour cet auteur des Papilio Danai gemmati de Linné soit les Satyri de Fabricius, donc la sous-famille des Satyrinae.

     — Type spécifique: Lycaena fuliginosa Edwards, 1861. Proc. Acad. nat. Sci. Philad. 13: 164.

    — Noms juniors :

    • Chrysophanes ; Weidemeyer, 1864  Proc. ent. Soc. Philad. 2(4) : 536.
    • Chrysophanus Hübner, 1818 Zutr. Samml. exot. Schmett. 1 : 24. (publication précédant la seconde mention de ce nom par Hübner en [1819] dans Verzeichniss bekannter Schmettlinge page 72.
      Chrysophanes ou Chrysophanus peuvent se traduire par "Signe doré", le genre correspondant ayant été assimilé aux Coppers anglosaxons à l'acceptation plus large que nos Cuivrés (cf Hemming NHM) avant de s'inscrire dans le groupe des Hairstreak .

       — Ce genre renferme  6 espèces en France : 

    • Satyrium acaciae (Fabricius, 1787) Thécla de l’Amarel.
    • Satyrium esculi (Hübner, [1804]) Thécla du Kermès.
    • Satyrium ilicis (Esper, 1779) Thécla de l’Yeuse.
    • Satyrium w-album (Knoch, 1782) Thécla de l’Orme.
    • Satyrium pruni (Linnaeus, 1758) Thécla du Prunier 
    • Satyrium spini ([Denis & Schiffermüller], 1775)  Thécla des Nerpruns 

     

     

     Origine et signification du nom 

     

    —A. Maitland Emmet (1991) page  148: 

    "Saturos, a satyr, a mythical being associated with the worship of Bacchus, in art often depicted with the horns and tailo of a goat. The satyrs engaged in voluptuous dances with the nymphs and this name, like Ochlodes Scudder, draws attention to the spritely flight of the butterflies. Another possible source is a plant called saturion, which was used as an aphrodisiac. Derivation from Saturium, a town in southern italy, is unlikely, since the Latin "u" should not be changed to a "y"."

     

    —Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 170:

    " du grec Saturos, "Satyre". êtres mythiques  associés au culte de Bacchus, les Satyres se livraient à des danses voluptueuses avec les Nymphes, et le nom Satyrium semble faire allusion au vol sautillant de ces papillons. Ce nom de genre pourrait aussi dériver de Saturion, nom grec d'une plante censée posséder des pouvoirs aphrodysiaques."

    — Perrein et al. (2012) page  : 

    Étymologie : du latin satyrus, du grec satyros, "satyre" ; les satyres de la mythologie gréco-romaine sont des démons, compagnons de Dionysos —ou Bacchus pour les Latins—, représentés souvent cornus, avec une longue et large queue, et un membre viril toujours dressé et surdimensionné. La teinte sombre du recto des ailes des espèces du genre, ainsi que les petites queue des ailes  postérieures, a pu inspirer l'entomologiste américain, plutôt que leur vol dansant comme le suggère Emmet (1991).

    Arizzabalaga & al. 2012 :

      Satyrium :  Els satirs, divinitats gregues dels boscos 

    Discussion.

            A. M. Emmet, recopié par Luquet (2007) et Perrein & al. (20013), interprète le mot Satyrium comme s'il s'agissait du mot Satyrus, et sans consulter la description originale de Scudder. Pourtant, l'auteur américain ne se réfère nullement aux personnages mythologiques du cortège de Dionysos, ni à leurs danses, ni à leurs queues, mais se réfère à la taxonomie des lépidoptères et il le dit très clairement : "par la sobriété de ses marques et de sa  coloration il [ce genre] entre en contraste frappant avec ce groupe [des Theclinae], rappelant dans une certaine mesure le ton de couleur propre aux Oréades ou Satyrids, d'où le nom que je lui aie attribué."

     

    Satyrium prunii (Theclinae) à gauche, et Maniola jurtina (Satyrinae) à droite : (presque) la même "sobriété des marques et de la couleur".

    alt=Description de cette image, également commentée ci-après  alt=Description de cette image, également commentée ci-après

    Avec Satyrium prunii, la démonstration n'est pas spectaculaire, mais il faut se souvenir que Scudder prend comme espèce-type Satyrium fuliginosa, "fuligineux" — The Western Sooty Hairstreak—  qui, comme son nom l'indique, est particulièrement dépourvu de couleurs vives et dont les marques sont particulièrement sobres : 

       ©Kim Davis 2010                                           © 2008 Andrew Warren

    images?q=tbn:ANd9GcS48ANvs_rCJqF-mgyC3cXimages?q=tbn:ANd9GcTxCZWbavQ5YCCVAMfaZaV

    Lasiommata petropolitana ("Gorgone) :

    alt=Description de cette image, également commentée ci-après

     

     

     3.  Nom d'espèce : Satyrium w-album (Knoch, 1782).  

    a) Description originale

    Protonyme : Papilio  (Plebeius Ruralis) W Album Knoch, A. W. 1782. Beiträge zur Insektengeschichte. II. Stück. Schwickertschen Verlage Leipzig. 104 pp. page 85.

            PAPILIO PLEBEIUS RURALIS W ALBUM

    Das weiße W.

    Pap. Pleb. Rur. Alis bicaudatis supra suruis : posticis subtus W albo notatis, fascia arcuata aurantia saturatiore. Long. Lin. 7 lat.41/2

    Desc. Palpi pap. Tab. VI. Fig.1. Porrecti latere interno nivei, externo niveo nigroque varii. Oculi rubricosi margine albi. Antennae nigrae, capitulo apice et subtus fulvo. Caput nigrum. Thorax et tergum furva. Pectus albo-coerulescens ; venter cinereus. Alae subtus cinereo-fuscae. Tab.VI.fig.2 superiores linea transversa recta alba versus latus tenuius curua ; inferiores caudis binis apice albis, supra puncto in angulo ani aurantio vix conspicuo […]

    Varietas Pap. Ilicis Esper. [note donnant les références de la description originale ] an diversa species ?

    […] Der weiße beinahe zikzackichte Querstreiff, so über ihnen steht, hat nichts weniger, als die gestalt eines lateinischen W.  

    Pap. Ilicis ist in hiesiger Gegend nicht selten, dahingegen unser weißes W bisher hier noch unbekannt und ein Produkt der gegend von Leipzig ist.

     

    traduction sommaire :

    [...]  La ligne blanche en travers presque en zig-zag qui est inscrite sur eux, n'a rien de moins que la forme d'un W latin.

     

    Pap. Ilicis n'est pas rare dans cette région, par contre notre W  blanc y est  jusqu'ici encore inconnue et provient de la région de Leipzig.

    b) Illustration originale Planche VI figure 1-2  dessinée par A.W Knoch et gravée par H.A Schmidt 

    © BHL

                              n246_w440

            07062_Satyrium_w-album_pl_vi_fig_1_s.gif  07062_Satyrium_w-album_pl_vi_fig_2_s.gif

     

     

     c) l'auteur : August Wilhem Knoch (Brunswick 1742-1818).

     

    August Wilhelm Knoch, fils du prédicateur à la cour de Brunswick Georg Knoch, a mené honorablement des études de théologie à Leipzig  avant de devenir le précepteur privé  des fils du Conseiller von Hoym, puis d'être engagé en 1775 comme précepteur public ("öffentlicher Hofmeister")  au Carolinum Collegium*, ce qui lui a donné l'occasion de se consacrer plus pleinement à son goût pour la science. En 1789, il a été  nommé professeur de physique ("ordenlicher Professor und Intendant"). Il était membre des sociétés d'Histoire naturelle et de Minéralogie de Berlin, Göttingen, Iena. A sa mort, sa collection d'insectes valait 1000 Thaler-or et renfermait 4246 espèces de Coléoptères (9066 spécimens) et 1080 espèces de papillons (2841 spécimens) : elle est conservée au Musée de zoologie de Berlin.

    *Ecole fondée en 1745 comme "Collegium carolinum", connue en 1862 sous le nom de "Herzogliche polytechnische Schule". En 1877 elle prend le nom de "Technische Hochschule Carolo-Wilhelmina" et porte depuis 1968 celui de Technische Universität Carolo-Wilhelmina.

    Knoch a publié ses observations précises en entomologie en trois volumes de 1781-1783, puis en un volume complémentaire en 1801 :

    • Beiträge zur Insektengeschichte. (Contributions à l'histoire des insectes). 3 vol. Schwickert, Leipzig 1781/1782/1783.
    • Neue Beiträge zur Insektenkunde.  (De nouvelles contributions à l'entomologie). Schwickert, Leipzig 1801

    Biographie : Magazin der Entomologie, Volume 3 1818 .

    Rappel : Brunswick, principale ville de Basse-Saxe après Hanovre, se trouve à 180 km au nord-ouest de leipzig, localité-type de Satyrium w-album, et lieu d'édition des ouvrages de Knoch.

     

    d) localité et description.

     — Localité-type  :  environs de Leipzig, Saxe, Allemagne, d'après Verity (1951) : cf description originale supra.

    — Selon Dupont & al. (2013), cette espèce est présente de l’ouest de l’Europe jusqu’à l’île de Sakhaline. Elle est signalée partout en France. Les chenilles se nourrissent principalement sur Ulmus glabra Huds. et Ulmus minor Mill. [Orme de montagne et Orme champêtre].

    — Selon Wikipédia 

    "C'est un petit papillon au dessus marron, avec une queue aux ailes postérieures. Le revers est de couleur marron plus clair chez la femelle orné d'une fine ligne blanche et de taches submarginales orange confluentes. On reconnaît facilement cette espèce grâce au W que forment les lignes blanches à l'arrière de ses ailes postérieures. C'est de là qu'il tient son nom vernaculaire et son nom latin. Il vole en une génération, entre mi-juin et début août. La chenille, petite et trapue, possède une tête rétractile marron foncé et un corps vert jaunâtre avec deux bandes dorsales vert foncé et des dessins obliques vert foncé et vert jaunâtre sur les flancs. Il hiverne à l'état d'œuf pondu à la base des bourgeons terminaux. Sa plante hôte est l'orme, Ulmus, surtout Ulmus glabra, Ulmus minor et Ulmus procera. Il est présent en Europe depuis le nord de l'Espagne jusqu'au sud de la Scandinavie, puis dans le sud de l'Oural et jusqu'au nord-est de la Chine, la Corée et au Japon. En France métropolitaine il est présent dans presque tous les départements mais absent de Corse. C'est un lépidoptère des lisières des bois."

     

     

    c) Synonymes  INPN (Muséum) et sous-espèces.

    Liste des synonymes :

    • Papilio w-album Knoch, 1782
    • Strymonidia w-album (Knoch, 1782)
    Strymonidia Tutt, 1908 : Nat. Hist. Br. Butts 2(25) : 483 / June 1908, Ent. Rec. 20 (6) : 143. Nom formé sur le genre Strymon Hübner et sur le radical grec eidos "en forme de (qui ressemble à)". Le Strymon (du grec ancien Στρυμών) est un fleuve coulant en Bulgarie et en Grèce  pour se jeter dans la mer Égée, dans le golfe Strymonique.   

     

     

    c) Origine et signification du nom  w-album

            

     Les interprétations des étymologistes :

     

    — Anton Spannert (1888), page 22 :

    "albus weiß ; sie trägt auf den Hintelflügeln unten ein weißes W "

    — Arnold Spuler ( 1908) 1 page 53:

      "das weiße W von einer Zeichnung der Unterseite des Hinterflügels."

     — August Janssen (1980) page 43 :

    "witte w (tekening op de onderkant van de achtervleugels)."

     — A. Maitland Emmet (1991) page 148 :

    " w-album (Knoch, 1782) - from the white (albus) "hairstreak", shaped like the letter "W", on the underside of the hindwing." 

    — Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page  174:

    "du latin w album, "w blanc", par allusion à l'ornementation du revers de l'aile postérieure."

    — Perrein et al. (2012) page 195 : 

    "Étymologie : du latin album, "blanc" couleur du W au revers des ailes postérieures."

    — Arizzabalaga & al. (2012) ;

    "Satyrium w-album  : Per la W blanca al revers de l’ala posterior "

     

    Discussion : 

           Knoch a eu le mérite de créer un nom qu'aucun entomologiste ne peine à déchiffrer : son nom porte son explication avec lui autant que l'espèce qu'il désigne porte son nom inscrit sur lui.  Pourtant, cette simplicité limpide cache d'épineux problèmes, dont le moindre n'est pas celui-ci : le W ne figure pas dans l'alphabet latin des Romains, a été introduit chez les peuples germaniques et n'a figuré officiellement dans l'alphabet français  qu'en 1964 (Dictionnaire Robert), alors qu'elle n'est pas encore admise dans la dernière et 8ème édition du Dictionnaire de l'Académie française de 1935 !

    Prenons par exemple le cas de ce Noctuidae  nommé en 1766  par Hufnagel (un allemand) [Lacanobia] w-latinum. Emmet le commente en signalant que, l'alphabet latin n'ayant pas de "w", la lettre avait eu besoin d'être "latinisé" (par la mention -latinum-) pour se qualifier comme nom scientifique. 

     Lacanobia w-latinum 

            Lacanobia w-latinum1.jpg

     L'ICZN n'a pas eu ces scrupules pour notre Thécla : ses articles Art. 11.2 et 32.5.2  sont clairs :

    11.2. Mandatory use of Latin alphabet. A scientific name must, when first published, have been spelled only in the 26 letters of the Latin alphabet (taken to include the letters j, k, w and y)   

     32.5.2 :"Only the 26 letter Latin alphabet a, b, c, d, e, f, g, h, I, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z can be used for species names (Art. 11.2). Generally the spelling used in the original description is followed (Art. 32). However accents or other marks, e.g. “é”, “ø” are corrected, gaps apostrophes and hyphens (except rare instances) are removed and numbers spelled out in letters ".


    L'ICZN se réfère au sens moderne d' "alphabet latin" et non à l'alphabet utilisé en latin classique par les Romains. Mais on cherchera en vain dans nos dictionnaires latins, Gaffiot en tête, la lettre W. Dans le Gaffiot, à la fin de la lettre V se cachent 7 noms en W : wahalis, walani, wandali, Wardo, Wasco, Widimerus et Wisigothi. 

    Je me livre maintenant au petit jeu du copier-coller en empruntant à Wikipédia (et son W) ou diverses sources opportunes, pour suivre l'histoire de cette lettre, son enrichissement au XVIIIe siècle par la double distinction I/J, U/V, puis son ajout ultérieur du W comme dernière lettre ajoutée à notre alphabet.

     Le latin utilisait 20 lettres dans sa variante archaïque :A, B, C, D, E, F, H, I, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, V, X. Puis, 23 lettres dans sa graphie classique : A, B, C, D, E, F, G, H, I, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, V, X, Y, Z.

      Il s'agit d'une ancienne ligature datant du Moyen Âge, réunion de deux V (d'où le nom en français, double v) ou de deux U (en anglais : double u). Chilpéric Ier roi des Francs (561-584) ajouta à l'alphabet quatre caractères de son invention, parmi lesquels un affecté à la prononciation qu’on a depuis rendue par le double v. Les noms propres d'origine germanique devaient ainsi recevoir, dans les textes écrits en latin, une orthographe exacte et fixe. Afin d'adapter l'alphabet à la phonétique germanique et de rendre des prononciations écrites en latin au moyen d'une lettre unique au lieu de plusieurs lettres, il tenta, comme l'empereur Claude en son temps, d'ajouter des lettres à l'alphabet latin : la lettre grecque ω et les lettres ae, thé, uui, . Cependant, les clercs de la congrégation de Saint-Maur expliquent que ces lettres n'eurent cours que durant son règne.

     

     Usage en français

    La lettre W est la dernière lettre conventionnellement entrée dans l'alphabet français. Le Petit Robert la reconnaît comme 23e lettre de l'alphabet en 1964, tandis que le Petit Larousse l'avait intégrée depuis au moins 1951. Cependant, W n'est jamais complètement sortie de l'usage pour retranscrire des noms communs étrangers ou dialectaux, ainsi que des noms propres. En 1751, l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert utilise le W mais indique à l’entrée « W » que « cette lettre n’est pas proprement de l’alphabet françois. C’est la nécessité de conformer notre écriture à celle des étrangers, qui en a donné l’usage. »; de la même façon, le Dictionnaire de Trévoux en 1771 indique « Cette lettre n’est pas proprement une lettre Française. C’est une lettre des peuples du Nord. Cependant nous l'admettons pour plusieurs noms propres. ».

    Bien que la lettre W eût été utilisée depuis le XVIIe siècle, le W n’était pas encore considéré comme lettre à part entière dans le Dictionnaire de l’Académie française de 1935. 

    « Les premières édition du Dictionnaire de l’Académie [française] ne citaient aucun mot en W-, quoique dans l’usage on eût déjà un double V (imprimé souvent au XVIIe siècle Uv) pour les noms propres, notamment germaniques. En 1798 [5e édition du Dictionnaire de l’Académie] et en 1835 [6e édition], les quelques mots en W- prenaient place à la fin de la section consacrée à V.

    En 1878, les mots en W- furent isolés, mais la lettre était définie ainsi :"Lettre consonne qui appartient à l’alphabet de plusieurs peuples du Nord et qu’on emploie en français pour écrire un certain nombre de mots empruntés aux langues de ces peuples, mais sans en faire une lettre de plus dans notre alphabet."

     

    « Le texte de 1935 [8e édition, qui précède la 9e, en cours] est à peu près semblable, sauf que l’on a supprimé le dernier membre de phrase (mais sans en faire... ») tout en continuant à ne pas considérer le W comme une lettre de l’alphabet français. Ces formules négligent le fait que le W sert aussi à transcrire des noms propres appartenant au domaine linguistique français : noms de personnes comme Watteau, Wace, Wilmotte, noms de lieux comme Wavre, Woëvre, de même que des ethniques comme Wallon. »

     

    On peut donc légitimement se demander comment le nom spécifique w-album créé par le Bas-saxon Knoch en accolant une lettre germanique à un mot latin, a pu être reçu en France où la lettre W n'était en usage que pour les noms étrangers. Mais dans l'expression même d'August Wilhelm Knoch, la difficulté apparaît. Exposons d'abord ceci :  

    Une lettre, quatre phonèmes. (Cosmovision)

     

     "En allemand et dans les mots français empruntés à cette langue, w est une une fricative labio-dentale sonore, analogue au v français; il est donc une véritable consonne, et les mots Wagram, wolfram, etc., doivent se lire Vagram, volfram. Dans l'anglais, le hollandais et le flamand, w est une vraie voyelle, qui a généralement à la semi-voyelle correspondant à la voyelle u (ou du français), comme dans Wellington, wigh, etc. Toutefois, cette règle a, dans l'anglais, d'assez nombreuses exceptions, et la voyelle w, surtout à la fin des mots, a des sons assez variés. Dans les finales russes, le w correspond à un f français. Le w ne se rencontre, en français, que dans les mots empruntés aux langues étrangères, et il a tantôt la valeur d'un v, tantôt celle d'un ou consonne, suivant que le mot est emprunté à l'allemand ou à l'anglais. W avait le son de g dans le latin barbare, et l'on écrivait wanti pour ganti, gants. "

     

    Une lettre, plusieurs graphèmes.

     

    La lettre W n'est pas la même en écriture gothique (celle de la publication de Knoch) et en écriture latine de type Garamond. De même, le W peut être écrit avec deux lettres V jointives, ou par deux V qui croisent leurs jambages.

     

    Lorsque l'on considère le texte de Knoch, on constate que la première moitié est écrite en partie latin et en écriture latine, alors que le texte allemand est en gothique, ce qui exige de lui ou de l'éditeur une gymnastique habile pour écrire en titre le nom de l'espèce : Das weiße W. "Das weiße" est en gothique (fraktur) et W est en écriture latine.

    De même, le  problème  graphique est apparent dans sa conclusion :"Der weiße beinahe zikzackichte Querstreiff, so über ihnen steht, hat nichts weniger, als die gestalt eines lateinischen W" : alors que son texte s'inscrit en gothique, il doit préciser que son W est celui de l'écriture latine par la mention "lateinsichen W ".

     

    Après ces longues considérations sur un nom si simple, oserais-je encore mentionner que ce w-album de Knoch n'est pas une création ex nihilo, mais qu'il s'inscrit dans la tradition de la dénomination en écho et en hommage (cf Denis & Schiffermüller ) Rimes et échos dans l'onomastique des rhopalocères du Wiener Verzeichniss de Denis & Schiffermüller 1775

    En effet, Knoch en créant ce nom en 1782 et en le décrivant posticis subtus W albo notatis imite et rend hommage à Linné 1758 et à son [Polygoniac-album décrit ainsi posticis subtus C albo notatis.

    En outre, il s'inscrit dans une tradition qui s'amplifiera encore après lui et qui s'attache à croire que les ailes des papillons portent des chiffres ou des caractères typographiques : bipunctaria et bipunctella, bipunctosa, c-album, c-nigrum, charactera,comma  gamma, graphodactyla, iota, ipsilon, l-album, l-nigrum, lamda, lambdella, leucographa, mi, ni, nigripunctella, notata, psi,  sigma, unipunctata, v-ata, v-flava, w-album, w-latinum, ypsillon et zeta.

     

     

     

                  III. Noms vernaculaires.

     

     

     

     

     

    I. Les Noms français. 

     

     

     

    1. [Le Porte-Queue brun à deux bandes fauves, variété], Geoffroy, 1762.

     Étienne-Louis Geoffroy  1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII  colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. page 60-61 n°28 N.B

    N.B papilio fuscus supra puncto albido, subtus linea transversa alba, alis secundaris margine fulvo angulato, et in imo caudatis.

    Je place ici (mais entre crochets) la mention de ce nom, puisque Geoffroy fait cette description en 1762, 20 ans avant que Knoch ne décrive en 1782 le papilio w-album. Néanmoins, Godart avait reconnu dans cette description (ou sur la Planche qui l'accompagne) celle de l'espèce qui nous interesse.  

     

    2. [Le Porte-Queue brun à une ligne blanche ],  Engramelle, 1779.

    Jacques Louis Engramelle 1779 Papillons d'Europe, peints d'après nature, Volume 1 page 306 Planche 82   dessinée par  J.J Ernst .  Et Supplément 2 planche 3 fig.72 a-b-c bis. page 318, peinte par Car. Franc Klaus et gravée par JJ. Juillet

            Même remarque pour cette description d'Engramelle, donnée par Latreille puis Godart come correspondant au w-album.

     

     3. Polyommate w-album, Latreille, 1818.

    Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle tome 27 page 484.  

     

     

    4. Polyommate W-blanc , Latreille et Godart 1819

    Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 648 n° 112 .

    Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses.

     

     

    5.  Polyommate W-Blanc , Godart 1821,

          Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1821,  page 188   , planche 9 fig.3  (femelle) et IXter. fig.2 peinte par Delarue et gravée par Duménil.

     


                             n276_w358

     

    14010

    Planche 9 fig 3, femelle :

    14009

     

    "Polyommate  W-blanc", la chenille, Duponchel, 1849     

     

    Duponchel (Philogène Auguste Joseph) 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles pour servir à de compléter une l'Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France, de MM. Godart et Duponchel . Paris : Germer Baillère, 1849 page 78 n°28, Planche VIII par Duménil, fig.28 a,b,c ©BHL :


                                 n98_w330 

     

     

     

    6. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986 et le nom vernaculaire actuel.

     

      Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet créait comme nom principal "La Thécla de l'Orme", acceptait accessoirement "le W blanc"et écartait "La Thécla à W blanc" , la "Thècle W-album", ; la "Thécla W-Blanc" et enfin le "Porte-Queue brun à une ligne blanche" d'Engramelle.

     

    7. Étude zoonymique des auteurs français :

    —Luquet in Doux et Gibeaux 2007  page 174 :

    Orme : plante nourricière de la chenille.

    8. Noms vernaculaires contemporains :

     

      Charles Oberthür et Constant Houlbert , dans leur Faune armoricaine de 1912-1921, utilisent le nom scientifique de  Thecla w-album Hübner  puis citent dans leur texte page  le nom vernaculaire de  " Le Porte-Queue brun à une ligne blanche, ainsi que l'appelle Engramelle".

     

    — Doux & Gibeaux 2007 : " La Thécla de l'Orme"..

    — Perrein et al. 2012 : "Thécla de l'Orme ".

    — Wikipédia : "Thécla de l'orme ou W blanc  ".


     

    III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

    • "Marroneta de l'om" en catalan : Marronetes Pel color Marroneta de l’om Per l’especificitat de la planta nutricia, l’om (Ulmus spp.)
    • "White-letter Hairstreak" en anglais
    • "Guobinis uodeguotis" en lituanien
    • "Ostrôžkár brestový" en slovaque
    • "Хвостатка вязовая" en russe
    • "Ostruháček jilmový" en tchèque
    • "W-blanca" en espagnol
    • "W-betűs farkincás-boglárka" en hongrois
    • "Veve repkar" en serbe
    • "Det hvide w" en danois
    • "Iepenpage" en néerlandais
    • "Jalavanopsasiipi" en finnois
    • "Ulmen-Zipfelfalter" en allemand
    • "Tecla w-bianco" en italien
    • "Almestjertvinge" en norvégien
    • "Almsnabbvinge" en suédois
    • "Jalaka-kannustiib " en estonien
    • "Gobu astainītis" en letton
    • "Ogończyk wiązowiec" en polonais
    • "Karaağaç Sevbenisi" en turc.

     

     

     

     

    Langues celtiques  : 

    1. langues gaéliques :  irlandais (gaeilge) ; écossais (Gàidhlig ) ; mannois ( gaelg :île de Man).

    •  en irlandais

    •  en mannois.
    • "" en gaélique écossais*

    2. Langues brittoniques : breton (brezhoneg) ; cornique (kernevek); gallois (Welshcymraeg).

    •  pas de nom en breton ; 

    • "Brithribin w-wen" en gallois.

     *Liste des noms gaéliques écossais pour les plantes, les animaux et les champignons. Compilé par Emily Edwards, Agente des communications gaélique, à partir de diverses sources.   http://www.nhm.ac.uk/research-curation/scientific-resources/biodiversity/uk-biodiversity/uk-species/checklists/NHMSYS0020791186/version1.html

     Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR

     

     

     

                   

     

     

    IV. Les noms vernaculaires en anglais selon M. Salmon (2000) .

     

     

      Selon le site UKButterflies, l'Orme est sa seule plante hôte et cet arbre a subi en raison de la maladie hollandaise de l'Orme [Graphiose] dans les années 1970 et au début des années 1980, en particulier dans les sites du sud. Toutes les espèces d'Ormes ont été touchés et il était à craindre que cette espèce de papillon vienne à disparaître dans les Îles Britanniques . Les colonies survivantes ont été par la suite examiné afin d' obtenir une meilleure compréhension de la distribution de cette espèce. Plusieurs nouvelles colonies ont été trouvées, ce qui a donné un nouvel espoir pour l'avenir de ce papillon. En outre, il ya eu un effort concerté pour trouver des ormes résistants aux maladies et qui présentant les qualités appropriées pour ce papillon (comme la floraison au bon moment de l'année car les jeunes larves reposent généralement sur des boutons de fleurs comme source de nourriture).

    Ce papillon forme des petites colonies qui ne dépassent parfois pas plus de quelques dizaines d'individus. Les colonies sont généralement centrées sur un petit bouquet d'arbres ou même un arbre individuel. Ces papillons ne sont pas de grands voyageurs et reviennent année après année sur le même site. Ce papillon se trouve dans toute l'Angleterre, au sud d'une ligne tracée entre South Lancashire à l'ouest et le South Northumberland, à l'est. Cette espèce est plus particulièrement observée  au Pays de Galles, mais ne se trouve pas en Ecosse, ni en Irlande ou sur l'île de Man. (UK Butterflies)

     


    • "The Hair-streak" : Petiver, 1703.
    • "The Dark Hairstreak" : Harris, 1775 ; Lewin, 1795 ; Haworth, 1803.
    • "w-hairstreak : Humphreys & Westwood, 1841 ; W.E. Kirby, 1906.
    • The Black Hairstreak" : Donovan, 1808 ; Samouelle, 1819 ; Jermyn, 1824 ; Rennie, 1832 ; Wood, 1852 ; Stephens, 1856 ; Newman, 1871 : Furneaux, 1894.
    • The White-W Hairstreak": Morris, 1864.
    • The White-letter Hairstreak" : Furneaux, 1894 ; Coleman, 1860 ; W.F. Kirby, 1896 ; W.E. Kirby, 1906 ; South, 1906 ; et la plupart des auteurs suivants.

     

     

                 Bibliographie, liens et Sources.

     

     

    — Funet : Satyrium

    — Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : satyrium w-album

    — UK Butterflies : satyrium w-album

    — lepiforum : satyrium w-album

    — jardinsauvage : satyrium w-album

     

     

    Voir :          Zoonymie des Rhopalocères : bibliographie.

    Repost 0
    Published by jean-yves cordier
    commenter cet article
    23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 19:43

    Zoonymie (étude du nom) de la Thécla de l'Yeuse Satyrium ilicis (Esper, 1779).

    La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

     

    Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

     

    — Satyrium Scudder, 1876 :  l'auteur américain  donne l'explication du choix de son genre dans sa description originale en soulignant "la sobriété de ses marques et de sa  coloration , rappelant dans une certaine mesure le ton de couleur propre aux Oréades ou Satyrids, d'où le nom que je lui aie attribué". En effet, les ailes de l'espèce-type du genre, Satyrium fuliginosa ou "Western Sooty Hairstreak" sont d'un gris  uni  en dessous et d'un brun terne au dessus, qui peuvent rappeler les couleurs de quelques Satyrides. Le nom n'a aucun rapport direct avec les Satyres de la mythologie.

    ilicis (Esper, 1779) : génitif du latin ilex, "chêne-vert". Cela ferait croire, à tort, que l'auteur allemand avait clairement établi que cet arbre était la plante-hôte de la chenille, mais, voulant distinguer ce papillon comme espèce propre alors qu'il passait alors pour une variété de [Satyrium] pruni et ayant seulement alors la notion qu'il se nourrissait de chêne en Bavière, le nom de genre Quercus étant déjà attribué par Linné à un autre espèce proche (Quercusia quercus), il a choisi le nom d'un chêne particulier, "Steineiche" ou Quercus ilex en précisant da es hier nicht auf botanische Genauigkeit ankommt, "qu'il ne fallait pas voir là une détermination botanique". En effet, la chenille se nourrit aussi du Chêne rouvre et du Chêne kermès. Rappelons que la localité-type est Erlangen, Bavière...et que le chêne-vert est une espèce méditerranéenne.

    — Engramelle (1779) l'a nommé le "Porte-Queue brun à taches fauves" (qualifiant ainsi les huit lunules oranges prémarginales)  Latreille (1818) "le Polyommate interrompu" (en raison du caractère de la ligne blanche des ailes) et Godart (1819) puis Duponchel (1849) "Le Polyommate Lyncée", du nom du pilote aux yeux de Lynx (l'expression vient de son nom) du navire des Argonautes, attribué par Fabricius en 1789 à cette espèce (préocc. Esper). Ces noms trop longs, ou frappés d'homonymie, ont fait place à l'habituelle construction Nom de groupe + plante-hôte de G. Luquet en 1986 sous la forme de "La Thécla de l'Yeuse" adoptée par les auteurs subséquents. L'Yeuse est le nom du Chêne-vert, venu du provençal (Euse en occitan) mais issu du latin ilex.

     

                   I. Nom scientifique.

     


    1°) Famille des Lycaenidae, William Elford Leach, 1815. Les Lycènes.

           Leach, William Elford, 1790-1836  "Insecta" pp. 329-336."Entomology". pp 646-747 in D. Brewster éditeur, Brewster's Encyclopaedia Edinburgh, [Edinburgh, volume 9, 1, 04/1815 pp. 57-172  : selon Sedborn 1937] [Philadelphia, E. Parker,1816? selon BHL Library]  page 718. [ Article publié anonymement et attribué à Leach, qui avait annoté son propre manuscrit]

     

    La famille Lycaenidae tient son nom du genre Lycaena de Fabricius (1807). 

    • Sous-famille des Theclinae Butler, 1869 : [Thiéclines : Théclas ou Thècles et Faux-Cuivrés]. Hairstreaks en anglais
    • Sous-famille des Lycaeninae [Leach, 1815] : [Lycénines : Cuivrés].
    • Sous-famille des Polyommatinae Swainson, 1827 : [Polyommatines : ; Azurés, Argus et Sablés]. Blues en anglais.

    2°) Sous-famille des Theclinae Butler, 1869 : les Thèclas ou Thècles et les Faux-Cuivrés.

    Les Theclinés se distinguent par la présence d'une courte queue sur les ailes postérieures. Ils portent le nom de Hairstreaks ["cheveux-stries] en anglais, en raison (W. Dale) des lignes fines qui traversent la face inférieure de leurs ailes.

    Elle comprend trois tribus en France :

    • Tribu des Tomarini Eliot, 1973 (Genre Tomares ).

    • Tribu des Theclini Butler, 1869.

    • Tribu des Eumaeini Doubleday, 1847.

     

    3°) Tribu des Eumaeini Doubleday, 1847

    •  Genre Satyrium Scudder, 1876
    • Genre Callophrys Billberg, 1820.

     

     

    2. Nom de genre :  Satyrium Scudder, 1876   

    a) Description originale : 

            Satyrium Scudder, 1876; "Synonym list of the butterflies of North America, North of Mexico. Part 2. Rurales." Bulletin of the Buffalo Society of natural Sciences, Chicago, 1887  3 [18], page  106.

    http://www.archive.org/stream/bulletinofbuffal03buffuoft#page/106/mode/1up

    — Description : 

     "8. SATYRIUM Scudder.

    Type : Lycaena fuliginosa Edw.

    This genus which both Edwards and Boiduval referred to the Ephori is allied to Erora, but in the sobriety of its markings and coloration is in striking contrast to that group, recalling to a certain degree a tone of color common among Oreades or Satyrids, whence the name I have applied to it . The center of the eyes is thinly pilose ; the palpi, though slight, are longer than the eyes by the whole lenght of the terminal joint. The fore tibiae are three-fourths and the middle tibiae seven-eights the lengyh of the hind tibiae. The wings are broader than in Erora, resembling more those of Callipsyche, but, as in the former genus, the male has no discal stigma on the front pair, and the hind wings are scarcely excavated at the tip of the inner border ; the first superior subcostal nervule of the fore wings arise at or just before the middle of the cell, and the letter is a little less than half as long as the wing. In the markings of the under surface of the wings Satyrium resembles Callipsyche more closely than Erora, but in structure it seems nearly allied to the latter."

    8. Satyrium Scudder.

    Type: Lycaena fuliginosa Edw.

    Ce genre que  Edwards et Boiduval placent tous les deux parmi les Ephori  est proche du genre Erora, mais par la sobriété de ses marques et de sa  coloration il entre en contraste frappant avec ce groupe, rappelant dans une certaine mesure le ton de couleur propre aux Oréades ou Satyrids, d'où le nom que je lui aie attribué. Le centre des yeux est finement velu; les palpes, si légers, sont plus longs que les yeux de toute la longueur de l'articulation terminal. Les tibias antérieures sont  trois quarts plus longs, et les tibias du milieu des sept huitièmes de la Longueur,  que le tibia postérieur. Les ailes sont plus larges que chez Erora, ressemblant plus ceux deCallipsyche, mais, comme chez le premier genre, le mâle n'a pas de tache discale sur la paire d'ailes antérieures et les ailes postérieures sont à peine creusée à la pointe de la bordure intérieure; le premier nervule sous-costale supérieure  des ailes antérieures se situe au niveau ou juste avant le milieu de la cellule, et la lettre est un peu moins longue que  la moitié de  l'aile. Dans les marques de la surface sous des ailes Satyrium ressemble à  Callipsyche plus étroitement que chez Erora, mais dans la structure elle semble presque appartenir à celle-ci.

    N.B : pour comprendre cette description, il faut savoir que Scudder place ce genre entre le n°7 Erora , nom encore valide aujourd'hui pour des Theclinae Eumaeni américains, et le n°9 Callipsyche, également valide pour des Theclinae Eumaeni. Il faut aussi savoir que  le nom d' Ephori est synonyme (Herbst, 1793) ou analogue à la sous-famille des Theclinae. (Herbst avait divisé les Plebejus rurales de Linné en deux groupes, Vestales et Ephori).  En 1881, Scudder écrivait "Tribe Ephori Herbst =Theclides Kirby = Hairstreaks". On peut admettre l'équation Ephori = Thécla.)

     Enfin, les Oréades désignent un "Stirps" de Hübner, un rang taxonomique peut-être équivalent à nos Sous-familles, et qui renferme pour cet auteur des Papilio Danai gemmati de Linné soit les Satyri de Fabricius, donc la sous-famille des Satyrinae.

     — Type spécifique: Lycaena fuliginosa Edwards, 1861. Proc. Acad. nat. Sci. Philad. 13: 164.

    — Noms juniors :

    • Chrysophanes ; Weidemeyer, 1864  Proc. ent. Soc. Philad. 2(4) : 536.
    • Chrysophanus Hübner, 1818 Zutr. Samml. exot. Schmett. 1 : 24. (publication précédant la seconde mention de ce nom par Hübner en [1819] dans Verzeichniss bekannter Schmettlinge page 72.

      Chrysophanes ou Chrysophanus peuvent se traduire par "Signe doré", le genre correspondant ayant été assimilé aux Coppers anglosaxons à l'acceptation plus large que nos Cuivrés (cfHemming NHM) avant de s'inscrire dans le groupe des Hairstreak .

       — Ce genre renferme  6 espèces en France : 

    • Satyrium acaciae (Fabricius, 1787) Thécla de l’Amarel.
    • Satyrium esculi (Hübner, [1804]) Thécla du Kermès.
    • Satyrium ilicis (Esper, 1779) Thécla de l’Yeuse.
    • Satyrium w-album (Knoch, 1782) Thécla de l’Orme.
    • Satyrium pruni (Linnaeus, 1758) Thécla du Prunier 
    • Satyrium spini ([Denis & Schiffermüller], 1775)  Thécla des Nerpruns 

     

     

     Origine et signification du nom 

     

    —A. Maitland Emmet (1991) page  148: 

    "Saturos, a satyr, a mythical being associated with the worship of Bacchus, in art often depicted with the horns and tailo of a goat. The satyrs engaged in voluptuous dances with the nymphs and this name, like Ochlodes Scudder, draws attention to the spritely flight of the butterflies. Another possible source is a plant called saturion, which was used as an aphrodisiac. Derivation from Saturium, a town in southern italy, is unlikely, since the Latin "u" should not be changed to a "y"."

     

    —Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 170:

    " du grec Saturos, "Satyre". êtres mythiques  associés au culte de Bacchus, les Satyres se livraient à des danses voluptueuses avec les Nymphes, et le nomSatyrium semble faire allusion au vol sautillant de ces papillons. Ce nom de genre pourrait aussi dériver de Saturion, nom grec d'une plante censée posséder des pouvoirs aphrodysiaques."

    — Perrein et al. (2012) page  : 

    Étymologie : du latin satyrus, du grec satyros, "satyre" ; les satyres de la mythologie gréco-romaine sont des démons, compagnons de Dionysos —ou Bacchus pour les Latins—, représentés souvent cornus, avec une longue et large queue, et un membre viril toujours dressé et surdimensionné. La teinte sombre du recto des ailes des espèces du genre, ainsi que les petites queue des ailes  postérieures, a pu inspirer l'entomologiste américain, plutôt que leur vol dansant comme le suggère Emmet (1991).

    Arizzabalaga & al. 2012 :

      Satyrium :  Els satirs, divinitats gregues dels boscos 

    Discussion.

            A. M. Emmet, recopié par Luquet (2007) et Perrein & al. (20013), interprète le motSatyrium comme s'il s'agissait du mot Satyrus, et sans consulter la description originale de Scudder. Pourtant, l'auteur américain ne se réfère nullement aux personnages mythologiques du cortège de Dionysos, ni à leurs danses, ni à leurs queues, mais se réfère à la taxonomie des lépidoptères et il le dit très clairement : "par la sobriété de ses marques et de sa  coloration il [ce genre] entre en contraste frappant avec ce groupe [des Theclinae], rappelant dans une certaine mesure le ton de couleur propre aux Oréades ou Satyrids, d'où le nom que je lui aie attribué."

     

    Satyrium ilicis (Theclinae) à gauche, et Maniola jurtina (Satyrinae) à droite : (presque) la même "sobriété des marques et de la couleur".

    alt=Description de cette image, également commentée ci-après    alt=Description de cette image, également commentée ci-après

    Avec Satyrium ilicis, la démonstration n'est pas spectaculaire, mais il faut se souvenir que Scudder prend comme espèce-type Satyrium fuliginosa, "fuligineux" — The Western Sooty Hairstreak—  qui, comme son nom l'indique, est particulièrement dépourvu de couleurs vives et dont les marques sont particulièrement sobres : 

    S. fuliginosa    ©Kim Davis 2010                        S. fuliginosa   © 2008 Andrew Warren

    images?q=tbn:ANd9GcS48ANvs_rCJqF-mgyC3cXimages?q=tbn:ANd9GcTxCZWbavQ5YCCVAMfaZaV

    Lasiommata petropolitana ("Gorgone) :

    alt=Description de cette image, également commentée ci-après

     

     

     

     3.  Nom d'espèce : Satyrium ilicis (Esper, 1779).

    a) Description originale  

    Papilio pruni ilicis  Esper, Eugen Johannes Christoph 1776-1779. Die Schmetterlinge in Abbildungen nach der Natur mit Beschreibungen. Erster Theil. Europäische Gattungen. T.D Weigel :Leipzig*. 388 pp. Page 353 
    * ou Erlangen [Bavière], in Verlage Wolfgang Walthers, 1777

     

    P[apilio] P[lebejus] R[urales] ILICIS mal.

    Fig.1 b Der Papilio von beiden Seiten, mit der Unterschrift P. Pruni Variet.
    Alis subcaudatis utrinque fuscis : primoribus, (macula reniformi fulva in mare) subtus linea alba interrupta ; inferioribus subtus linea angulata alba, fasciaque ex maculis fulvis trigonis
      Mit etwas geschwänzten, braunen an dem Männchen mit einem nierenförmigen gelben Flecken und auf der Unterseite weissen abgeseßten Binde gezeichneten Flügeln, davon die Unterseite der hinterflügel eine zickzackförmige weisse, und aus gelben dreispißigen Flecken bestehende Binde führt.
    Man hat den hier abgebildeten Zweifalter längst für eine Varietät des P. Pruni gehalten. Nunmehr aber ist es entschieden, daß er eine eigene Species macht. Ungewiß, ob er Abändernung sei, ward derselbe durch herrn von Rottenburg noch vor kurzem beschrieben a). Als eigene Gattung aber hat ihn herr von Scheven bemerkt a), und das ist keinem Zweifel mehr unterworfen. Die Raupe von ihm hat sich gefunden ; Es entdekte sie der mit eben so vielem Glück als geschicklichkeit beobachtende. Herr Cammerrath Jung in dem Jahr sieben und siebenzig, in der gegend von Uffenheim, auf Eichen um die Mitte des Mais. Sie war blaßgrün von Farbe, hatte alles was zu einer ächten Schildraupe gehört, und zog sich, nachdem sie acht Tage gefressen, gerade wie diese zusammen. Hier aber gieng ihre grünliche Farbe in Roth über, und sie glich jetzt der Röslischen raupe im I.Th. Der II. Classe der Tagv. Tab. IX. Fig.1 auf die vollkommenste Art, der raupe, aus welcher der gedachte Schriftsteller den P. Quercus behauptet erzogen zu haben. Die erhaltene Chrysalide kam jener auf das vollkommenste gleich. Zu sehr großer Verwunderung aber entwickelte sich in dem Junius derjenige falter, welcher in der gegenwärtigen Abbildung vorgestellt ist. Ich werde vielleicht in der Folge so glücklich sein, die noch abgehenden Zeichnungen mittheilen zu können. Man hat Abänderungen von diesem Papilio, sie bedeutrn aber nicht viel. An dem Männchen fehlt der gelbe Flecken auf der Oberseite der Borderflügel. Derselbe ist wieder mehr Oranienfarb. Die Grundfarbe fällt um vieles noch ins dunklere aus. Er ist in Franckreich gemein. Die von daher mir zugesendeten Exemplare aber  sind um etwas kleiner, der gelbe Fleck verhältnißmäßig geringer, in Allem übrigen aber ist er dem unsrigen ganz gleichförmig.

    Das er sich auf der Eiche nährt, da wir nur eine einzige Gattung von diesem Baum, und einen P. Quercus schon haben, so wurde von mir der Beiname Ilex oder Steineiche, da es hier nicht auf botanische Genauigkeit ankommt, gewählt. Des Unterschieds zwischen ihm und dem P. Pruni wird man von selbsten gewahr.

     

    Traduction sommaire :
    P [Apilio] P [lebejus] R [Urales] ilicis
    Fig.1 b Le Papillon recto et verso, avec la légende  "variété de P. Pruni ".
    Ailes  caudées fauves des deux côtés ; ailes antérieures avec une tache réniforme fauve , et à la face inférieure une ligne blanche discontinue ; les ailes postérieures portent à la face inférieure une ligne blanche anguleuse et bande de taches fauves en forme de  triangles.
     Papillon subcaudé (avec une courte queue), le mâle est brun avec une  tache réniforme jaune et sur la face inférieure des ailes des traits d'union blancs, qui réalisent un zigzag blanc à la face inférieure des ailes postérieures, et des taches jaunes en triangles aigus.

     Les deux papillons présentés ici [cf. illustration]  avaient été  considérés jadis pour une variété de P. Pruni. Maintenant, cependant, il est établi qu'il s'agit d'une espèce propre. Il est difficile de dire si depuis qu'il a été amendé, si c'est ce que Rottemburg a décrit en a) [note de bas de page citant Rottemburg, Naturforscher VI page 6 n°24] . Mais c'est bien comme un genre distinct qu'il a été décrit par Mr de Scheven* a) [note de bas de page citant von Scheven Der Naturforscher 1777, vol. X page 89-90, soit l'article Beiträge zur Naturgeschichte der Insekten.], et le sujet ne fait plus aucun doute. On  a aussi observé la chenille.  M.  Cammerrath le Jeune doit cette découverte à la chance autant qu'à sa compétence dans l'observation dans l'année soixante-dix sept (1777), dans la région de Uffenheim, sur des chênes au milieu du maïs. Elle était de couleur vert pâle, avait tous les caractères d'une véritable chenille-cloporte [en allemand  "chenille-bouclier"], et se retira (transforma?) après avoir mangé pendant huit jours, tout comme les chenilles de ce groupe.
    [ ...]

       Comme il se nourrit sur le Chêne, puisque nous avons un seul genre de cet arbre, et qu'il existe déjà un P. Quercus, j'ai pensé au nom Ilex ou Steineiche [chêne vert], puisqu'il ne s'agit pas ici d'une détermination botanique précise. La différence entre lui et le P. Pruni devient  claire ainsi.

    * Le pasteur Theodosius Gotlieb von Scheven, prédicateur à Neuwarp ( Poméranie) et entomologiste   cité par Bergsträsser, Borthausen, Goeze, et qui publiait ses observations dans la revue Der Naturforscher de Berlin (il figure dans une liste publiée en 1783 et 1784 par cette revue). Dans l'article cité (1777), il écrivait :

    "Naturf.VI S.7 führt der herr Verfasser einen Schmetterlinge an, bei welchen er zweifelhast ist, eb es eine besonder Art, oder nur eine varietät vom Pap. Pruni Linn. Sei. Letzteres habe ich selbst eine Zeitlang geglaubt, besonders weil Männlein von diesem Schmetterllinge der gelbe Flecken auf den Oberflügeln fehlt, eben wie bein Pap. Pruni und betulae. Nachherige häusige Erfahrungen haben mich aber belehrt, daß dieser Schmetterlinge eine besondere Art ausmache  Da ich die gröste Hoffnung habe, die Raupe dieses hier nicht seltenen Schmetterlings zu entdecken, so will ich die vollständige Beschreibung und Abbildung desselben bis dahin versparen   [aufschieben]. "

    **Cammerrath Jung, de Uffenheim en Bavière arr. de Neustadt : entomologiste dont Esper cite à propos d'une variété de Sphinx  Der schon oft  gerühmten Sammlung  "la collection souvent vantée"

     [Illustration originale] Esper, E. J. C. 1776-1779. Die Schmetterlinge in Abbildungen nach der Natur mit Beschreibungen. Erster Theil. Europäische Gattungen. Leipzig. (Weigel). 388 pp. Tab. XXXIX. Suppl. XV. Fig. 1a, 1b. (b = femelle)

            07065_Satyrium_ilicis_pl_xxxix_fig_1a.gi    07065_Satyrium_ilicis_pl_xxxix_fig_1b.gi


     — Localité-type  : Erlangen, Bavière, Allemagne : basée sans-doute sur la lieu d'édition de l'ouvrage de Esper ; Erlangen est aussi la ville où Esper était chargé des collections du département d'Histoire naturelle de l'Université d'Erlangen dont le fonds se trouve[rait] au Musée de Wiebaden. Rien n'indique que les spécimens-types de S. ilicis s'y trouvent.

    Selon Dupont & al. 2013, cette espèce est présente en Europe, dans le Caucase et en Anatolie. Elle est signalée partout en France. Les chenilles se nourrissent sur différentes espèces de Chênes.

    Selon Wikipédia 

     "L'Yeuse est l'autre nom du chêne vert. C'est un petit papillon au dessus marron, avec une queue aux postérieures, et chez la femelle une discrète marque cuivrée aux antérieures. Chez la femelle de Satyrium ilicis f. cerri l'aile antérieure est cuivre bordée de marron et l'aile postérieure possède quelques taches orange submarginales.

    Le revers est de couleur marron orné d'une fine ligne blanche et de taches prémarginales orange soulignées de noir.

    Sa chenille est soignée par les fourmis Camponotus aethiops et Crematogaster schmidti. Il vole en une génération, entre fin mai et début août.

    Il hiverne à l'état d'œuf pondu près des bourgeons. Sa plante hôte est le chêne, Quercus, Quercus robur, Quercus ilex et Quercus coccifera. Il est présent dans une grande partie de l'Europe, mais ni au sud de l'Espagne, ni au nord Royaume-Uni, Scandinavie, États baltes. Il est aussi présent en Asie Mineure dans l'Oural et dans le sud-ouest de la Sibérie. En France métropolitaine il est présent dans tous les départements sauf la Corse et la Seine-Saint-Denis. C'est un lépidoptère des bois clairs et taillis de chênes, jusqu'à 1 500 m."

     

     


    c) Synonymes  INPN (Muséum) et sous-espèces.

    Liste des synonymes :

     

    • Nordmannia ilicis (Esper, 1779)

    • Papilio cerri Hübner, [1824] : illustration originale : Hübner, J. [1799-1828]. I Horde, Phalanx I. Falter; Papiliones. in: Sammlung europaischer Schmetterlinge. Jacob Hübner, Augsburg. 3-74, planche 173 fig. 863-866.

    • Papilio pruni ilicis Esper, 1779

    • Satyrium ilicis cerri (Hübner, [1824])

    • Satyrium ilicis ilicis (Esper, 1779)

    • Satyrium ilicis inalpina (Verity, 1911)

    • Thecla illicis inalpina Verity, 1911 :  Verity, R. 1910 (1911). Alcuni Lepidotteri inediti o non ancora figurati. Bullettino della Societa entomologica Italiana, 42: 266-281, Tav.I page 272 

     

    [Nomenclature] Heppner, J. B. 1981. The dates of E. J. C. Esper's Die Schmetterlinge in Abbildungen… 1776–[1830]. Archives of Natural History, 10: 251-254.
    Autres noms cités par Funet :
    • Papilio lynceus Fabricius, 1787; (preocc.)
    • Thecla caudatula Zeller, 1847; Isis von Oken 1847 (1) : 6
    • Thecla bischoffii Gerhard, 1853; Mon. Lyc. : pl. 2, f. 4a-c
    • cilicica (Holtz, 1897)
    • Thecla ilicis syra Pfeiffer, 1932; in Osthelder & Pfeiffer, Mitt. Münch. Ent. Ges. 22 : 31
    • prinoptas (Zerny, 1932) (Thecla); Dt. Ent. Z. Iris 46 : 176, TL: Lebanon

     

    Sous-espèces :

     Leraut retient la présence de trois sous-espèces en France : 

    - ilicis Esper, 1779.

    - cerri Hübner, [1824]. Localité-type : non désignée en Europe. La date citée par Leraut [1826] est une erreur.

    - inalpina Verity, 1911. Localité-type : Martigny, Valais, Suisse.

     


    c) Origine et signification du nom  ilicis.

            

     Les interprétations des étymologistes :

    — Gustav Ramann (1870-1876), page 24.

    Steineichenfalter. Der deutsche Name is bezeichnend, nichts weniger aber der lateinische. Der deutsche stammt von der Futterpflanze, und der lateinische bezeichnet die Abstammung von der Stechpalme, von welcher sich die raupen niemals nähren, ein Beweis, wie willkührlich (sic!) und wenn auf die Futterpflanze bezug habend, wie unrichtig oft die namen gewählt worden sind.

    Traduction sommaire : Papillon Steineiche. Le nom allemand est significatif,  mais pas du tout le nom latin. L'allemand provient de la plante alimentaire, et le latin se réfère au Houx, dont jamais ne se nourrissent les chenilles, une preuve de la façon arbitraire, et si souvent incorrectes dont les noms ont été choisis, eu égard à la plante-hôte.

    — Anton Spannert (1888), page 22 :

    ilex, ilicis, Steineiche

    — Arnold Spuler ( 1908) 1 page 53 :

     „Ilex die Steineiche.“

     Ilex, le Chêne-vert

     — August Janssen (1980) page 42

    Quercus ilex = steeneik

    Quercus ilex = Chêne-vert

     — Doux et Gibeaux (2007) page 172  :

            ilicis : génitif du mot latin ilex, Houx. En raison de l'analogie de ses feuilles, l'Yeuse a reçu le nom de Quercus ilex, ce qui signifie littéralement "Chêne-houx", ou "Chêne à feuilles de houx"

     

    — Perrein et al. (2012) page 192:

    Étymologie : du latin ilex, "yeuse, chêne vert", "de Yeuse", pour Esper.

    — Hans-A. Hürter (1998) page 295 :

    Deutung : Der begriff "Steineiche" zeigt erneut, wie verwirrend Namen in der Landesprache sein können. Zu Esper's Zeiten verstand man unter Steineiche Quercus petrae (Mattuschka) Liebl; der Artname petrae ist sinnvollerweise  von petra, -ae abgeleitet, einem Wort, daß die Römer als Fremdwort von den Griechen übernommen haben ; petra -as, der fels, der Stein. Wir bezeichne heute Quercus petraea Liebl. als Traubeneiche ; häufiger als sie kommt bei uns die Stieleiche , Quercus robur L., vor. Der Namen Steineiche verwenden wir nunmehr für Quercus ilex L., einen immergrünen, bis 20m hohen Baum des Mittemeergebiets, der früher große Wälder bildete , mit ledrigen, glänzenden, meist elliptischen bis schmal-eiförmigen 3-7 cm langen Blättern, oberseits dunkelgrün, unterseits weißfilzig. (nach Meyers, 22 Bd 1978, S.501).

    Die Verwirrung wird noch gesteigert durch gebrauch des Namens ilex als Gattungsname Ilex innerhalb der familie Stechpalmengewächse (Aquifoliacéae) mit etwa 440, meist tropischen oder  halbtropischen Arten. Einzige deutsche Art darunter Ilex aquifolium L., die wir Stechpalme nennen. (nach Brockhaus,9 Bd 1970, S.6)

    Esper war so ehrlich, in seiner Erstbeschreibung seine Meinung darzutung "...da es hier nicht auf botanische genauigkeit ankommt..." ; er wollte eben der zweiten eichefressenden  Art (neben Thecla quercus) einen Namen geben, der auf Eiche weist.

     Traduction sommaire : "Interprétation: Le terme «Steineiche" [Chêne-vert, Stone-Oak] montre à nouveau, comment le nom vernaculaire peut être  source de confusion. A l'époque de Esper il a été compris comme chêne vert Quercus petrae (Mattuschka) Liebl.; le nom spécifique petrae est  dérivé de petra, ae, un mot que les Romains a pris de la langue grecque  -petra, "la roche, la pierre". On connait aujourd'hui Quercus petraea Liebl , le chêne rouvre ou chêne sessile; moins courant pour nous que le chêne pédonculé, Quercus robur L.,. Le nom que nous utilisons pour "Steineiche"       est Quercus ilex L., un arbre toujours vert, [....]. (Meyers, 22 Bd 1978, S.501).

    La confusion est augmentée par l'utilisation du nom ilex en tant que nom générique Ilex au  sein de la famille des Aquifoliaceae (famille du houx) avec environ 440 espèces principalement tropicales ou semi-tropicales. la seule  espèce allemande étant  Ilex aquifolium L., que nous appelons le Houx. (Selon Brockhaus, vol 9, 1970, p.6)

    Esper était si honnête pour démontrer son opinion dans sa première description "... car il est pas question ici de la précision botanique ..." ; il voulait donner un nom différent de Thecla quercus  à la deuxième espèce qui se nourrissait du chêne."

    Arizzabalaga & al. (2012) :

    Satyrium ilicis : Per una de les plantes nutricies, l’alzina 

      "De l'une des plantes-hôtes, le Chêne-vert."      

     

     

    Discussion : 

            Comme d'habitude, les auteurs qui se sont penchés sur l'origine du nom spécifique se sont souvent contentés d'en étudier le sens dans les dictionnaires, sans consulter (à l'exception de Hürter) l'auteur lui-même. Bien entendu, ilicis est le génitif du nom latin ilex, -icis "le Chêne-vert". Ce nom latin est devenu un "faux ami" depuis que Linné en a fait le nom de genre de plus de 350 espèces d'Aquifoliacés dont le représentant européen, Ilex aquifolium est le Houx bien familier à notre esprit ; si familier que nous aurions tendance à penser que le Chêne-vert Quercus ilex tient son nom du fait que ses feuilles piquantes sont semblables à celles du Houx, alors que c'est inversement le Houx, aux feuilles semblables à celles du chêne-vert, qui a reçu son nom! Les latins nommaient le Houx acrifolium transformé tardivement en aquifolium (feuille-aigle ?) : voir l' italien agrifoglio ,l'occitan grefuèlh , etc.

      Cette traduction étant faite, on suppose trop facilement que l'auteur du nom a créé celui-ci pour nous indiquer que le Chêne-vert est la plante-hôte de cette espèce. Pourtant, il suffit de consulter la description originale de Esper pour découvrir qu'il n'en n'est rien.

                                             220px-EJC_Esper_1742-1810.jpg

    Eugen Johann Christoph Esper (Wunsiedel en Bavière, 1742-Erlangen 1810) titulaire d'un doctorat de philosophie, mais formé à l'histoire naturelle par son professeur de botanique Casimir Christoph Schmidel (1718-1792) devint professeur de philosophie à l'Université d'Erlangen avant de diriger à partir de 1805 le département d’histoire naturelle, les collections de l’université s’enrichissent rapidement grâce à son action de minéraux, d’oiseaux, de plantes, de coquillages et d’insectes. C’est durant ses heures de loisirs qu’il se consacre à l’étude de la nature et à la préparation de ses manuscrits, préparant sa série de livrets intitulés Die Schmetterlinge in Abbildungen nach der Natur mit Beschreibungen qui paraît de 1776 jusque dans les années 1807, richement illustré de 438 planches coloriées à la main. Un additif est réalisé en 1829-1830 par Toussaint von Charpentier (1779-1847).

     Dans cette publication sont aussi données les  premières descriptions de papillons de la collection de Johann Christian Gerning* (Francfort) actuellement située au Musée de Wiesbaden qui contient aussi la collection de Maria Sibylla Merian (1647-1717).

    * de nombreux papillons de cette collection, dessinés par Ernst ont été décrits par Engramelle dans ses papillons d'Europe.

    Esper décrit son espèce alors qu'il a déjà fait imprimer la Planche d'illustration la présentant comme une variété de Papilio pruni (Satyrium pruni, la Thécla du Coudrier)

    Satyrium pruni à gauche, Satyrium ilicis à droite, images Wikipédia)


    220px-Satyrium_pruni_2.jpg  alt=Description de cette image, également commentée ci-après

     

     

    Si je comprends bien le texte de Esper, l'article de von Scheven dans le Naturforscher de 1777 l'a convaincu de distinguer les deux "variétés" comme deux espèces, et de décrire la chenille ; la même année, Cammerath le Jeune découvrait par un coup de chance cette chenille dans un chêne d'un champ de maïs d'Uffenheim et en observait les métamorphoses.  Uffenheim se situe à 70 km à l'ouest de Erlangen, et Esper a pu être informé de cette découverte, lui permettant de donner un nom à  la nouvelle espèce construit sur le même modèle que papilio pruni. Hélas, il ne put proposer le nom papilio querci, déjà attribué par  Linné sous la forme papilio quercus l s'est accomodé du nom d'une espèce distincte des Chênes proprement dit (Chêne Pédonculé Quercus robur ou Chêne Rouvre Quercus petraea ) et a donné le nom de Steineiche en allemand, ou Ilex en latin, le chêne-vert, en précisant qu'il ne s'agissait pas d'une détermination botanique (" da es hier nicht auf botanische Genauigkeit ankommt") . Peut-être a-t-il poussé un peu loin le bouchon, puisqu'il n'existe pas, à ma connaissance, de forêt naturelle à Q. ilex en Bavière. Voici par exemple la carte de répartition de cette espèce méditerranéenne en France selon Telebotanica

    cartes?referentiel=bdtfx&num_taxon=3288&

    Heureusement pour Esper, Quercus ilex figure bien parmi les plante-hôtes de son papilio ilicis, bien que la chenille se nourrisse aussi du Chêne rouvre et du Chêne kermès. 

     

     

     

     

                  III. Noms vernaculaires.

     

     

     

    I. Les Noms français. 

     

     

     

    1. [Le Porte-Queue brun à deux bandes de taches blanches] Geoffroy, 1762.

     Étienne-Louis Geoffroy  1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII  colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. page 60 n° 28.

    Geoffroy décrit ce papillon, et une variété particulière, en donnant comme référence le papilio pruni de Linné. Puisque le papilio ilicis d'Esper ne sera décrit que 17 ans plus tard, il n'y aurait pas lieu de signaler le nom de ce papillon de Geoffroy si d'une part il ne  servait de modèle à la construction de celui d'Engramelle ( à suivre) et si d'autre part Godart et Latreille ne le donnait en référence de leur Polyommate Lyncée en 1819.

     

     

    2. Le Porte-Queue brun à taches fauves,  Engramelle, 1779.

        Jacques Louis Engramelle 1779 Papillons d'Europe, peints d'après nature, Volume 1 page 159 n°36 fig.75 a-b   dessinée par  J.J Ernst .  

            Là encore, alors que Engramelle publie son ouvrage la même année où Esper donne la description de son papilio ilicis, sa description reste floue : il ignore l'aspect de la chenille ("Linné dit qu'elle vit sur le Prunellier et le Bouleau"), ne peut donner aucune référence d'auteur précédent (et pour cause), mais il distingue néanmoins bien cette espèce de son "Porte-queue brun à deux bandes de taches blanches" (sa figure 73) qui correspond à P. pruni


     

    3.  Le Polyommate interrompu. Latreille,

    Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle tome 27 page 485 .  



    4.  Polyommate Lyncée, Latreille et Godart 1819

    Latreille et Godart,  1819Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 649 n°113 .

    Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses.

            Fabricius a décrit cette espèce en 1787 sous le nom de P. linceus dans le mantissa insect. page 69 : Papilio Plebejus Rurales linceus.  Esper avait déjà utilisé ce nom sous la forme  papilio lynceus pour le Satyrium spini : ce nom n'est pas valide.

    Fabricius a repris ce nom en 1793 sous la forme de Hesperia Rurales linceus dans Ent. insect. em page 279 .

    Lyncée désigne dans la mythologie le pilote du navire Argo : selon Wikipédia :

    "Dans la mythologie grecque, Idas et Lyncée (en grec ancien Ἴδας καὶ Λυγκεύς / Ídas kaì Lugkeús) sont les fils d'Apharée, roi de Messénie, et d'Aréné. Ils sont parfois désignés sous le nom d’Apharétides en référence à leur père.

    Lyncée était pilote du navire Argo lors de l'expédition des Argonautes. Ses yeux traversaient les murailles et pénétraient les nuages noirs du ciel (de là vient, par paronymie, l'expression d'« œil de lynx »):

    « Non possis oculo quantum contendere Lynceus...» Horace, Épîtres, I, 1, 28.

     

    Lyncée avait osé disputer à Castor la jeune et ravissante Hilaire (ou un troupeau de génisses).

    Idas et Lyncée moururent au cours du combat contre leurs cousins Castor et Pollux. Castor et Pollux s'étaient emparé des troupeaux d'Idas et Lyncée. Mais Idas et Lyncée s'embusquèrent pour les guetter du haut du Taygète. Lyncée aperçut Castor à travers les branches d'un chêne, il le désigna à Idas qui tua Castor. Pollux se précipita à leurs trousses et tua Lyncée. Idas décocha une pierre sur Pollux qui mourut. Alors Zeus foudroya Idas et ramena Pollux avec lui."

     

     

     

    5.  Le Polyommate Lyncée, Godart 1821,

          Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1821, Catalogue méthodique page 186 et  planche 9tert. fig.1  peinte par Vauthier et gravée par Lanvin.

                             LE POLYOMMATE LYNCEE

            Hesperia Linceus (Fab.)

    Le Porte-Queue brun à deux bandes de taches blanches (Geoffr.)

    Le Porte-Queue brun à taches fauves (Engr. Pap. d'Eur))

    Envergure 13 à 15 lignes.

    Le dessus des ailes est d'un brun-noirâtre avec un point fauve à l'angle anal des inférieures. La femelle a en outre une tache fauve arrondie entre le milieu et l'extrémité des supérieures. Le dessous des deux sexes est d'un brun moins foncé que le dessus, avec une ligne blanche, ondulée, allant de la côte des premières ailes au bord interne des secondes. Ces dernières offrent, indépendamment de cela, une rangée de six lunules fauves, bordées de noir en avant, et précédée en arrière d'une ligne blanche arquée.

    La chenille vit sur l'orme, l'acacia, mais plus particulièrement sur le chêne. Elle est duveteuse, d'un vert-pâle, avec trois lignes jaunes interrompues, dont une le long du dos, et une de chaque coté. Sa tête et ses pattes sont noires. lorsque'elle est sur le point de se transformer, elle devient rougeâtre. La chrysalide est d'abord jaunâtre, ensuite brune, avec trois rangs de points obscurs sur le derrière du corps. Le papillon en sort au bout de douze ou quinze jours. On le trouve communément dans les bois depuis la mi-juin jusqu'à la mi-juillet.

     

                  

     6. Le Polyommate Lyncée, la chenille, Duponchel, 1849.

     — DUPONCHEL (Philogène Auguste Joseph) 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles pour servir à de compléter une l'Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France, de MM. Godart et Duponchel . Paris : Germer Baillère, 1849         page 81 n°31 

    Duponchel corrige les plante-hôtes mentionnées par Godart et écrit : cette chenille vit sur le chêne ordinaire (Quercus robur). Quoique cette espèce soit très commune dans l'état parfait, il est rare de rencontrer sa chenille; celle-ci se tient de préférence sur les taillis des jeunes chênes, qu'il faut secouer fortement pour l'en faire tomber.


    Planche VIII par Duménil fig 31 a-b-c-d. © BHL

                           n98_w330

     

     

    7. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986 et le nom vernaculaire actuel.

     

      Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet proposait comme nom principal "La Thécla de l'Yeuse" et écartait "Le Lyncée" de J.B Godart pour homonymie et "Le Porte-Queue brun à taches fauves" d'Engramelle, jugé trop long.

     

    Gérard Luquet, qui choisit souvent, parmi les divers noms de plante-hôtes, les formes rares opte ici pour la forme littéraire Yeuse du plus banal Chëne-vert Quercus ilex. Yeuse est en fait, par un premier détour osco-ombrien (elex) puis un autre en ancien provençal (elzer) menant à l'occitan "Euse, Yeuse", une forme issue du latin ilex  "chêne-vert". (Source : CNRTL)

     

    8. Étude zoonymique des auteurs français :

    — Doux et Gibeaux 2007  page 172 :

    Yeuse : l'une des plantes nourricières de l'espèce (Chêne vert, Quercus ilex).

     

     

    9. Noms vernaculaires contemporains :

     

      Charles Oberthür et Constant Houlbert , dans leur Faune armoricaine de 1912-1921, utilisent le nom scientifique de Thecla ilicis   puis citent dans leur texte page  le nom vernaculaire de "Le Porte-Queue brun à taches fauves".

     

    — Doux & Gibeaux 2007 : " La Thécla de l'Yeuse".

     

    — Perrein et al. 2012 : "Thécla de l'Yeuse ".

     

    — Wikipédia : "  Thécla de l'yeuse".

     

     

    III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

     


    • "Ilex Hairstreak" en anglais
    • "Brauner Eichen-Zipfelfalter" en allemand : le Porte-queue du Chêne, brun 
    • "Marroneta del roure" en catalan : Per les plantes nutricies principals, els roures (Quercus ilex) (Quercus spp.)
    • "Querquera serrana" en espagnol : le fébrile des montagnes
    • "Tölgy farkincás-boglárka" en hongrois ? chene-renoncule -?
    • "Ruotsinnopsasiipi" en finnois
    • "Ostruháček česvinový" en tchèque : Porte-queue ...
    • "Bruine eikenpage"  en néerlandais : Le Thécla du chêne (Q. quercus) Brun.
    • "Krattsnabbvinge" en suédois : 
    • "Egesommerfugl" en danois ; papillon "Ege"
    • "Tecla della quercia" en italien : Thécla du Chêne.
    • "Ogończyk ostrokrzewowiec " en polonais
    • "Büyük Sevbeni" en turc : 
    • Brune Ikepaazje en frison
    • "Ozolu astainītis" en letton Chêne..
    • "Ostrôžkár cezmínový" en slovène : ...du Chêne vert.
    • "Хвостатка падубовая" en russe : Padubovaya thecla
    • "Ąžuolinis uodeguotis " en lituanien : ...du Chêne.
    • "Zagasiti repkar" en serbe : ...sombre.

    remarque : le nom allemand initial donné par Esper, Steineiche, n'a pas été conservé, et le nom actuel ne fait plus référence au chêne-vert, mais au Chêne en général. C'est aussi le cas de nombreux autres noms étrangers, et mis à part les noms anglais, catalan et  slovène, la mention de Quercus ilex a été abandonnée. 

     

     

     

    IV. Les noms vernaculaires en anglais .

     

    Cette espèce n'est pas observée en Grande-Bretagne ; elle avait été mentionnée par Westwood (1841) qui s'était basé sur un spécimen prélevé dans le Yorkshire, dans la collection de M. et Meynell. Plus tard, il est avéré que l'échantillon a été acheté chez un revendeur à Londres.


                 Bibliographie, liens et Sources.

     

     

    — Funet : Satyrium ilicis 

    — Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : Satyrium ilicis 

    — UK Butterflies : Satyrium ilicis 

    — lepiforum : Satyrium ilicis 

    — jardinsauvage : Satyrium ilicis 

     

    Voir :          Zoonymie des Rhopalocères : bibliographie.


    Repost 0
    Published by jean-yves cordier
    commenter cet article
    23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 19:42

     

            Zoonymie (étude du nom) du papillon le Demi-Argus ou l'Azuré des Anthyllides Cyaniris semiargus.

    La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

     

    Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

     

    Résumé. 

     

    — Cyaniris Dalman, 1816 est formé sur l'adjectif latin  cyaneus signifiant "bleu foncé, bleu azuré", et qui figure dans la description originale pour qualifier la couleur de la face supérieure des ailes des mâles. La finale -iris n'a vraisemblablement aucune relation avec la déesse Iris mais avec un souci de cohérence avec les autres noms de genre cités par Dalman comme Limenitis, Aglais, Argynnis, Doritis, Ganoris, ou Aurotis.

    — semiargus (Rottemburg, 1775) est l'adaptation latine du "Demi-Argus" de Geoffroy (1762), dont la description n'est pas valide malgré une diagnose en latin par manque du nom spécifique dans cette langue. Geoffroy a créé une série de cinq Argus caractérisés, comme le géant éponyme aux cent yeux répartis sur le corps, par les yeux de leurs ailes : son Argus Bleu en porte une multitude, et, par comparaison, le Demi-Argus qui ne dispose que d'une "seule bande de petits yeux disposés en arc", n'est qu'une demi-portion.  Au contraire de Geoffroy, Rottemburg ne décrit pas d'autres espèces nommées "argus", hormis le papilio bellargus, ne décrit pas les ocelles dans son texte, et la logique de la dénomination en est affaiblie.  Voir Plebejus argus.    

    — Le nom de "Demi-Argus" (Geoffroy, 1762) fut repris par Engramelle (1779) qui l'explicita :   "Il a une rangée d'yeux au milieu de chaque aile, et n'en a point du tout au bord ; ce qui lui a fait donner le nom de Demi-Argus". Puis Latreille employa en 1818 le nom de "Polyommate Demi-Argus" et Godart (1819) celui de "Polyommate Acis" (du nom synonyme  papilio acis, Denis & Schiffermüller, 1775, invalide) . En 1986, Gérard Luquet créa le nom de "l'Azuré des Anthyllides", l'un de ses 62 "Azurés" dont le nom souligne la couleur bleu des ailes des mâles alors que "Anthyllides" renseigne sur l'une des nombreuses Fabacées dont se nourrit la chenille, l'Anthyllide Vulnéraire ou "Trèfle jaune". Patrice Leraut (2009), attendant la confirmation d'autres plante-hôtes que Trifolium pratense, reste fidèle au nom de "Demi-Argus" de Geoffroy.

    — "The Mazarine Blue" : dans la langue anglaise, Mazarine Blue  désigne un bleu foncé : il entre en 1675 dans le dictionnaire de Bailey, témoignant d'un usage déjà établi, avant même que la Duchesse de Mazarine ne s'établisse en Angleterre, et l'origine de ce nom de couleur ne peut pas être précisé. Il qualifie d'abord des vêtements (1761) puis est employé dans les Sciences Naturelles depuis 1773, notamment par Drury pour décrire les ailes des papillons. Utilisé par Haworth en 1803 comme nom du Papilio Plebejus cimon/cymon préalablement nommé "The Dark Blue" par Lewin en 1175, il fut repris par les auteurs anglo-saxons et est devenu le nom vernaculaire consensuel du Cyaniris semiargus. Les Gallois l'ont repris sous la forme "Glesyn masarin". 

     

     

    1. Famille et sous-famille.

    a) Famille des Lycaenidae, William Elford Leach, 1815. Les Lycénides ou Lycènes.

     

           Leach, William Elford, 1790-1836  "Insecta" pp. 329-336."Entomology". pp 646-747 in D. Brewster éditeur, Brewster's Encyclopaedia Edinburgh, [Edinburgh, volume 9, 1, 04/1815 pp. 57-172  : selon Sedborn 1937] [Philadelphia, E. Parker,1816? selon BHL Library]  page 718. [ Article publié anonymement et attribué à Leach, qui avait annoté son propre manuscrit]

    La famille Lycaenidae tient son nom du genre Lycaena de Fabricius (1807). Elle comprend les Blues ou Azurés, les Coppers ou Cuivrés et les Hairstreaks ou Thécla, et nos Argus :

    • Sous-famille des Theclinae Butler, 1869 : [Thiéclines : Théclas ou Thècles et Faux-Cuivrés].
    • Sous-famille des Lycaeninae [Leach, 1815] : [Lycénines : Cuivrés].
    • Sous-famille des Polyommatinae Swainson, 1827 : [Polyommatines : Azurés, Argus et Sablés].

    b) Sous-famille des  Polyommatinae Swainson, 1827.

    Elle tient son nom du genre Polyommatus créé par  Latreille en 1804; "Tableau méthodique des Insectes" in Nouveau Dictionnaire d'Histoire naturelle appliqué aux arts, principalement à l'Agriculture et à l'Économie rurale et domestique, par une Société de naturalistes et d'agriculteurs ; avec des figures des trois Règnes de la Nature, Paris : Deterville, an XII [1804] 24 (6) p. 185 et 200, espèce-type: Papilio icarus Rottemburg.

    Polyommatus vient du grec polus "beaucoup", et omma, ommatos, "œil" : c'est un qualificatif du géant Argos qui disposait de cent yeux, dont cinquante étaient toujours ouverts. C'est lui que la jalouse Héra envoya surveiller Io, transformée en génisse après ses amours avec Zeus.

      Ce nom est en rapport avec les nombreux ocelles des ailes des papillons bleus.

    Cette sous-famille contient, en France, 18 genres :

    •  Leptotes Scudder, 1876
    • Lampides Hübner, [1819]  
    • Cacyreus Butler, 1897
    • Cupido Schrank, 1801
    • Celastrina Tutt, 1906
    • Maculinea Eecke, 1915 
    • Pseudophilotes Beuret, 1958
    • Scolitantides Hübner, [1819]
    • Iolana Bethune-Baker, 1914
    • Glaucopsyche Scudder, 1872
    • Plebejus Kluk, 1780 
    • Aricia [Reichenbach], 1817
    • Plebejides Sauter, 1968
    • Eumedonia Forster, 1938
    • Cyaniris Dalman, 1816
    • Agriades Hübner, [1819]
    • Lysandra Hemming, 1933
    • Polyommatus Latreille, 1804.

     

        2. Nom de genre : Cyaniris, Dalman, 1816.

     

    a) Description originale :


    Cyaniris Dalman, 1816 : Kungl. Svenksa Vetenskapsacademiens  handlingar  1816 (1) page 63

    Antennarum clava brevior distinctior. Alae rotundatae posteriores ad angulum ani non productae. (Color saepius supra cyaneus, coeruleus, 1. obscure fuscus, subtus canescens, punctis ocellaribus. Z[ephyrus] argianus &c.

    Traduction sommaire (texte supra complété de la description plus précise que donne Dalman page 94)   : Massue des antennes plus courtes et plus distinctes. Ailes arrondies à l'arrière sans angulation anal [ni queue]. (Couleur des ailes supérieures souvent bleu-cyan ou bleu-ciel au dessus, plus rarement brun-sombre. Ailes inférieures  blanchâtres, ponctuées d'ocelles. Z [ephyrus] argianus etc.

     J.W. Dalman a redéfini les genres selon des critères plus précis, en répartissant les papillons diurnes en Limenitis, Aglais, Argynnis, Melitaea, Amaryssus, Doritis, Ganoris, Zephyrus , Hesperia. Le genre Zephyrus, qui regroupe des Plebejus de Linné est lui-même divisé en trois sous-genres, Aurotis (= Thecla Fabr. = Polyommatus Latr.), Heodes, et Cyaniris

    Après cette systématisation des genres, les espèces du genre Zephyrus sont décrites en détail pages 90 à 102 ; le sous-genre Cyaniris débute page 94 avec le n°13 "Zephyrus arion" et se termine page 101 avec le n°26 Zephyrus argus. On voit par là que, malgré la formule abrégée "argianus &c" qui clôt la description du genre Zephyrus, le sous-genre Cyaniris est riche de 13 espèces [arion, alcon, cyllarusargianus, argiolus, alsus, icarius, alexis, agestis, eumedon, optolete, battus, argus] et que son espèce-type ne peut être déterminée "par monotypie".

              Voir  Crotch, G. R. 1872. "On the generic nomenclature of Lepidoptera". Cistula Entomologica, 1: 59-71. page 71, et Cowan (1970 : 45).

    Enfin, l'espèce n°16 Zephyrus argianus est décrite page 95 ainsi :

    Alis integris coeruleis (feminae fuscis) margine nigro : subtus cinereis striga punctorum ocellatorum.

    Hesperia argiolus Fabricius Entomologia s. III I 295. 123

    Papilio argiolus Hübner, pap. Planche 56 fig.269âle, 271-271 femelle.

    Papilio semiargus herbts XI page 177 planche 310 fig. 1,2,3 (In Planche pap. Acis) Papilio acis Wiener Verzeichniss sec. Descriptionem, (« non sec. Specimen Miusei D. Schiffermülleri ! Teste Ochsenh.)

    Habitat in Pratis, non infrequens.

     Mâle : alis obscure coerulescentibus. Femelle : obscure fuscis, immaculatis.

     

     

    b) Type spécifique :

      — Type spécifique:  Papilio semiargus Rottemburg, (Der Naturforscher 6: 20) 1775 par désignation subséquente par Crotch 1872. Cist. ent. 1(4): 71 et   Cowan (1970 : 45 (NHM) :  [cette espèce-type remplace l'espèce-type Cyaniris argianus Dalman, 1816, donnée par Hemming 1967: 132]. 

     

     

     

    b) Origine du nom Cyaniris :

     

    — A. Spuler 1901-1908  p.69 :

    "Von κὐανος blau, und ιρις die Götterboten [Hürter ajoute : (sic!)]" 

     — August Janssen (1980) page 44 :

    "kuanos = blauw ; iris = stralend."

    —A. Maitland Emmet (1991) page 151 : 

    "kuanos, "dark blue" ; iris, "Iris", the personification of the rainbow : from the iridescent violet-blue male of the species semiargus."

    — Hans A. Hürter (1998) page 383: 

              "Deutung : Die Nymphe Cyane hat bei der Namensgelbung sicher keine Rolle gespielt. Die Gattung "besteht aus 2 Arten, von denen eine auf Zentralasien beschränkt ist (F-W II, S.98). Es erscheint durchaus möglich, daß Dalman den Namen nach dem Aussehen der Flügeloberseite geschaffen hat. Die in Mitteleuropa fliegende Art  (C. semiargus Rott.) weist ein Blau auf, das tatsächlich als cyanblau bezeichnet werden kann. Da es zudem in der Sonne auch noch ein wenig schillert, die Kombination Cyanblau und RegenBogen zutreffend."

    Interprétation: La nymphe Cyane ne joue aucun rôle dans ce nom de genre. Le genre "se compose de deux espèces, dont l'une est restreinte à l'Asie centrale (FW II, p.98). Il semble tout à fait possible que Dalman ait créé le nom d'après l'aspect de la surface de l'aile. L' espèce qui vole en  Europe Centrale (C. semiargus Rott.) a le dessus bleu , qui peut effectivement être appelé bleu cyan. En outre, en plein soleil et avec un peu de chatoiement, la combinaison de cyan et de l'arc-en-ciel est applicable.

    —Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 212 : 

    "du grec kuanos, "bleu-foncé" et iris "Iris", fille de Thaumas et d'Électre, messagère des dieux, personnification de l'arc-en-ciel, par allusion au bleu-violet iridescent du mâle de C. semiargus. "

    — Perrein & al. (2012) page 245 : 

    "Étymologie : du grec kuanos, "bleu foncé" et iris, personnification de l'arc-en-ciel dans la mythologie."


    Discussion.

     

    a)  Zephyrus Dalman, 1816 est un nom de genre invalide, comme synonyme objectif junior de Thecla Fabricius, 1807.  Ce nom honorait Zéphyr, personnification du vent d'ouest, vent favorable dans l'Antiquité et qui, dans la Naissance de Vénus de Boticelli, pousse de son souffle la déesse vers les rivages de Chypre. Il a été repris sous la forme Neozephyrus Sibatani & Ito, 1942 . Tenthredo, Kyoto 3(4) : 324, et Favonius (nom latin du Zéphyr) Sibatani & Ito, 1942 . Tenthredo, Kyoto 3(4) : 327.

     

    b) On reconnaît dans le nom Cyaniris l'adjectif latin employé par Dalman dans sa description originale "color saepius cyaneus, coeruleus". Le dictionnaire indique que Cyaneus vient du grec ancien κυάνεος, kyáneos et signifie "bleu foncé, bleu azuré", alors que caeruleus, [pour caeluleus, de caelum (« ciel ») « bleu-ciel, azur, azuré »] signifie "bleu foncé, bleu sombre, obscur, sombre, noirâtre" . Les deux adjectifs de couleur sont donc proches et qualifient le bleu foncé de la face supérieure des ailes des mâles.

    On examinera l'ensemble des noms de genre employés par Dalman : Limenitis, Aglais, Argynnis, Melitaea, Amaryssus, Doritis, Ganoris, Zephyrus [Aurotis, Heodes, Cyaniris] et Hesperia : dix d'entre eux se terminent par -is, -us, -es. Il me semble que Cyaniris est simplement composé de l'adjectif cyaneus auquel vient s'adapter une finale  -iris afin de créer la même sonorité pour Zephyrus, Auroris et Cyaniris. Rien, dans la description originale de Dalman, ne vient suggérer une iridescence ou un chatoiement qui justifierait la lecture faite par Spuler et Emmet (1991) interprétant cette finale comme le nom de la déesse Iris. La conclusion du texte de Hürter montre qu'il faut un bon soleil, un reflet adéquat, et beaucoup de bonne volonté pour constater une iridescence qui n'est signalée par aucune description. Ces phénomènes optiques viennent créer une palette de couleurs (arc-en-ciel) semblable à celle de la robe de Gargantua (Rabelais, Gargantua VIII p. 26 Pléiade) : "dont par juste perspective yssoit une couleur innominée, telle que voyez es coulz des tourterelles". Ce n'est pas le cas pour l'espèce-type du genre Cynaniris.

     

     

     

     3.  Nom d'espèce : Cyaniris semiargus Rottemburg, 1775.

     

     

    a) Description originale

    Papilio semiargus Rottemburg, 1775 : Rottemburg, S. A. V. 1775. Anmerkungen zu den Hufnagelischen Tabellen der Schmetterlinge. Erste Abtheilung. Der Naturforscher, 6: 1-34.page 20.

    — Description :

    6. Pap. Semiargus. Plebejus Ruralis.

    Diesen Vogel hat Geoffroy in seiner Histoire abrégée Th. 2 S.63 Nr 31. beschrieben, und nennet ihn le demi Argus. Rösel hat das Männchen von diesem Vogel Th.3 Taf. 37. Fig. 4. aber von der untern Seite vorgestellet, denn Fig.3 und 5. stellet eine andre Art vor. Nur hat er bei seiner Abbildung den kleinen schwarzen Strich vergessen, so dieser Vogel in der Mitte der Unterflügel führet. Auf der Oberseite ist das Männchen ganz dunkelblau, und spielet etwas in das violette. Am Rande sind alle vier Flügel schwarz eingefaßt, und haben überdem einen schmalen weissen Saum. Das Weibchen ist oben ganz dunkelbraun, unten dunkel graubraun, im übrigen aber eben so, wie das Männchen gezeichnet. Es zeiget sich dieser Vogel im Monath Junio in den Gärten und auf den Wiesen, jedoch lange nicht so häusig, als der gewöhnliche Argus Linn.

     

    Traduction sommaire :

    6. Pap. Semiargus . Plebejus Ruralis.

     "Geoffroy a décrit cette espèce dans son Histoire abrégée Tome 2 n ° 31 page 63  et il l'a appelé le Demi Argus. Rösel a donné le mâle de cette espèce Tome 3 Planche 37 Fig. 4, mais la partie inférieure de la page comme les figures 3 et 5 concerne un autre genre. Seulement, il a oublié dans sa figure  la petite ligne noire  que ce papillon porte au milieu de l'aile inférieure.  Le dessus des ailes du mâle est bleu très sombre, et quelque chose tire vers le violet. Sur le bord des quatre ailes sont bordées de noir, et ont en outre une bordure blanche étroite. La femelle est en dessus entièrement brun foncé, et en dessous gris-brun foncé, mais comparable sinon au mâle. Ce papillon se montre au mois de juin  dans les jardins et les prés, mais pas aussi souvent que le banal Argus de Linné."

     

     

     c)   Localité-type et description.

    —Localité-type :  environs de Berlin, Allemagne (lieu de parution de la revue Der Naturforscher qui a publié l'article de Rottemburg)

    — Selon Dupont et al. 2013, cette espèce a une répartition paléarctique. Elle est signalée presque partout en France. Les chenilles s’observent sur diverses Fabaceae.

    — Selon Wikipédia :

    C'est un petit papillon qui présente un dimorphisme sexuel, le dessus du mâle est bleu foncé bordé d'une frange blanche, celui de la femelle est marron avec la même frange blanche. Les femelles de la forme Polyommatus semiargus parnassia et encore plus de Polyommatus semiargus helena présentent une ligne sub marginale de points de couleur orange. Le revers est ocre marqué d'une ligne de points noirs cerclés de blanc. Les femelles de Polyommatus semiargus parnassia et de Polyommatus semiargus helena présentent la même ligne sub-marginale de points de couleur orange que sur le recto. Il vole en une génération, d'avril à fin juin. 

     La chenille, petite et trapue, possède une tête rétractile noire et un corps vert clair avec une ligne dorsale vert foncé. Ce papillon hiverne au stade chenille. Les chenilles et les nymphes sont soignées par des fourmis, des Lasius alors que celles de Polyommatus semiargus helena sont soignées par Campanostrus vagus et Campanostrus aethiops. Sa plante hôte est Trifolium pratense et Trifolium physodes pour la forme Polyommatus semiargus helena.

    Il est présent en Europe, au Maroc, en Turquie, au Moyen-Orient et dans toute l'Asie tempérée. En France métropolitaine il est présent dans tous les départements sauf le Finistère, les Côtes-d'Armor, le Pas-de-Calais, le Loiret, le Gers et la Corse.  Son habitat est constitué de prairies et lieux broussailleux humides où pousse la plante hôte de sa chenille.

     

     

    d) Synonymes et sous-espèces.

    • Cyaniris antiochena helena (Staudinger, 1862)
    • Cyaniris bellis Freyer, 1842
    • Cyaniris semiargus meyerdueri Vives Moreno, 1994
    • Cyaniris semiargus montanagrandis Tutt, 1909
    • Cyaniris semiargus savoiensis Leraut, 1980 : Liste systématique et synonymique des Lépidoptères de France, Belgique et Corse. Supplément à Alexanor et au Bulletin de la Société entomologique de France, Paris. 334 pp. Page 129.
    • Cyaniris semiargus semiargus (Rottemburg, 1775)
    • Lycaena acis (Denis & Schiffermüller, 1775)
    • Lycaena semiargus (Rottemburg, 1775)
    • Nomiades semiargus (Rottemburg, 1775)
    • Papilio semiargus Rottemburg, 1775
    • Polyommatus semiargus (Rottemburg, 1775)
    • Papilio acis Denis & Schiffermüller, 1775 :  [Denis, J. N. C. M. & Schiffermüller, I.] 1775. Ankündung eines systematischen Werkes von den Schmetterlingen der Wienergegend, herausgegeben von einigen Lehrern am k. k. Theresianum.. Vienne. 322 pp. Page 182

              N°5 Vollblauer (das Männchen) oder schwarzbrauner (das Weibchen) unten aschgrauer Falter  : Papilio Acis

            Le nom - Papilio acis [Denis & Schiffermüller], 1775 - n' est pas valide, car c'est un homonyme du nom Papilio Acis Drury, [1773] (Illustrations of natural History 1:... Index et 2). Même si ce nom ne avait pas été invalide de cette manière, il n' aurait pas encore été le plus ancien nom disponible pour l' espèce présente, au titre de la décision rendue par la Commission dans son avis 516 stipulant qu'il convient d'accorder la priorité aux noms publiés par Rottemburg en 1775 dans la revue Der Naturforscher sur les noms publiés dans la même année par Denis & Schiffermüller dans leur Ankündung.


    Sous-espèces :

    Leraut  retient la présence de quatre sous-espèces en France :

    • semiargus Rottemburg, 1775.
    • meyerdueri Vives Moreno, 1994. Localité-type : Suisse.
    • montanagrandis Tutt, 1909. Localité-type : Arolla, Valais, Suisse.
    • savoiensis Leraut, 1980. Bonneval-sur-Arc, Savoie.

    e) Origine et histoire du nom semiargus.

              Les interprétations des étymologistes :

    — Gustav Ramann (1870-1876), page 43 :

    "Halbargus" 

    — Anton Spannert (1888), page 30 :

    "semi halb, fast, in der Zusammensetzung, fast wie Argus aussehend ; er führt unten weiniger Augen"

    — Arnold Spuler ( 1908)  page 67 :

    "von semi halb und argus"

     — August Janssen (1980) page 44 :

    "half argus"

     

    — Emmet (1991) page 151 :

    "semi-, half ; Argus, cf. ; from the presence of fewer eye-spots on the underside than in Plebejus argus. "

     

    — Hans A. Hürter (1998) page 393 :

    "Deutung : Den Namen hat v. Rottemburg 1775 willkürlich gewählt : so wie P. argus L. keinen Bezug zum Falter hat, so auch C. semiargus nicht. Eine wörtliche deutsche Übersetzung "Halb-argus" ergibt keinerlei Sinn. Auch hier gilt : "Namen sind zum Nennen da !" Die Ûbersetzung von semi- mit fast, wie Spannert sie angibt, ist in keinem einschlägigen klassischen Werk zu finden ; seiner Erklärung "fast wie Argus aussehend" kann nicht gefolgt werden".

    "Interprétation : Le nom a été choisi au hasard par von Rottemburg en 1775 : de même que le papilio argus de Linné n'a aucun rapport avec le papillon, ainsi  C. semiargus n'en n'a pas non plus. Une traduction littérale allemande "demi-argus" n'a  aucun sens. La formule  s' applique encore une fois  ici  : "Les noms sont là pour nommer!".   La traduction de semi- par "presque" qu'indique  Spannert, n'est pertinente dans aucun ouvrage classique ; sa déclaration "presque prospectif comme Argus  " ne peut pas être acceptée ".


    Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 212 :

    "du latin semi, "demi" et argus (voir ce mot)."

     

      —Perrein & al (2012) page 245 :

    "Étymologie : du latin semi, "à demi", emprunté au grec hemi, même sens, et argus, nom linnéen d'un Lycène (voir Plebejus argus), d'Argus, le prince argien aux cent yeux."

     

     

    Discussion 

     

              Rottemburg signale dès le début de sa description originale qu'il se réfère au papillon décrit par Geoffroy sous le nom de "Demi-Argus", dont son papilio semiargus est l'adaptation latine.  Geoffroy (1762), dont la description n'est pas valide malgré une diagnose en latin par manque du nom spécifique dans cette langue,  a créé une série de cinq Argus caractérisés, comme le géant éponyme aux cent yeux répartis sur le corps, par les yeux de leurs ailes : son Argus Bleu en porte une multitude, et, par comparaison, le Demi-Argus qui ne dispose que d'une "seule bande de petits yeux disposés en arc", n'est qu'une demi-portion.  Au contraire de Geoffroy, Rottemburg ne décrit pas d'autres espèces nommées "argus", hormis le papilio bellargus, ne décrit pas les ocelles dans son texte, et la logique de la dénomination en est affaiblie.  Voir Plebejus argus ; et voir infra les Noms vernaculaires.

              Il est donc impossible d'interpréter correctement ce nom si on ne consulte pas la description originale de Rottemburg et la phrase clef  "Diesen Vogel hat  Geoffroy in seiner Histoire abrégée Th. 2 S.63 Nr 31. beschrieben, und nennet ihn le demi Argus". 

    Le renoncement de Hans A. Hürter à attribuer un sens à ce nom semiargus témoigne de l'importance, en Zoonymie, du recours au texte original de l'auteur.

     

     

    f) Origine et signification du nom Acis ([Denis & Schiffermüller], 1775).

            Rappel supra :

    • Papilio acis Denis & Schiffermüller, 1775 :  [Denis, J. N. C. M. & Schiffermüller, I.] 1775. Ankündung eines systematischen Werkes von den Schmetterlingen der Wienergegend, herausgegeben von einigen Lehrern am k. k. Theresianum.. Vienne. 322 pp. Page 182 : 

       N°5 Vollblauer (das Männchen) oder schwarzbrauner (das Weibchen) unten aschgrauer Falter  : Papilio Acis.

                Le nom Acis apparaissant parmi les noms vernaculaires ("Le Polyommate Acis", Godart, 1821) par reprise du nom scientifique employé par Denis & Schiffermüller, il est nécessaire d'en étudier la signification. Je rappelle que ce nom avait été utilisé auparavant par Drury pour une autre espèce.

    L'origine de ce nom se trouve dans les Métamorphoses d'Ovide Livre XIII :750 qui raconte la légende d'Acis et Galathée :

     Acis était un jeune berger de Sicile, fils du dieu Pan et de la nymphe Symaethis, et l'amant de Galatée, une des Néréides (nymphe marine), fille de Nérée et de Doris.

    Mais Acis fut victime de la jalousie du cyclope Polyphème, également amoureux de Galatée mais disqualifié par ses traits monstrueux. Polyphème, ayant surpris les deux amants, arracha un rocher de l'Etna et le précipita sur Acis. Galatée, voyant des filets de sang sourdre sous le rocher, les changea en rivière, afin de pouvoir s'y baigner tous les jours. Cette version fut chantée par Théocrite dans sa onzième Idylle.

     

    Ovide, Met.XIII:750 :

    « Acis erat Fauno nymphaque Symaethide cretus, 

    magna quidem patrisque sui matrisque uoluptas,

    nostra tamen maior ; nam me sibi iunxerat uni.

    Pulcher et octonis iterum natalibus actis

    signarat teneras dubia lanugine malas. 

     

     


                                     120px-Parc_de_Versailles%2C_Bosquet_des_   120px-Galat%C3%A9e_et_Acis.JPG     79px-Fontaine_M%C3%A9dicis_Luxembourg.jp

     

    Je rappellerais que si Ignaz Schiffermüller, le collectionneur et dessinateur principal, était professeur d'architecture, son collègue Michael Denis était professeur de Belles-Lettres après avoir enseigné le latin. Il s'est attaché à composer les noms propres des nouvelles espèces, en prenant un nom modèle chez Linné et en recherchant, dans la littérature latine, des noms semblables au modèle soit par la lettre initiale, soit par le nombre de lettres, soit par la rime finale. Dans la famille N le modèle linnéen est le papilio arion, et les noms forgés en imitation sont  Alcon, Aegon, Acis, Alsus, Adonis, Amyntas et Agestis (débutant par A) et  Damon (se terminant en -on). Acis débute, comme Arion, par un A, et, avec ses quatre lettres, se rapproche des cinq lettres du modèle.

     

     

     

                  III. Noms vernaculaires.

     

     

     

     

     

    I. Les Noms français. 

     

     

     

    Introduction.  Sur le nom Argus.

    Le premier à établir la comparaison entre les ailes couvertes d'ocelles d'un papillon et le géant Argus, qui dispose de  cent yeux répartis sur tout le corps, dont la moitié restent ouverts pendant son sommeil, est l'anglais Thomas Moffet en 1634, bien qu'il ait peut-être emprunté l'idée au suisse  Gessner dont il décrivait la collection. Mais c'est le londonien James Petiver qui créa le premier nom vernaculaire The Little Blew-Argus en 1695, avant de créer un groupe en 1704 avec  The Blue Argus, The pale Argus, the mixt' Argus et The edg'brown Argus. John Ray en 1710 repris les noms de Petiver, puis Linné en 1746 s'en inspira à son tour dans sa Fauna suecica pour quatre espèces, Argus oculatus, fuscus, myops, et caecus : Argus oculatus (Argus ocellé, "couvert d'yeux", subtus ocellus numerosis), fuscus ("brun" subtus ocellus numerosis , idem), myops ( subtus punctis nigris quadraginta duobus : "42 points noirs à la face inférieure") et caecus ("aveugle", subtus viridis immaculatis : "dessous vert sans tache, sans yeux"). Dans son Systema Naturae de 1758, il ne donne plus le nom Argus qu'à une seule espèce Papilio Plebejus argus "au dessous des ailes postérieures à bordure brun-rouille et à ocelles bleu-argenté".  

      En 1762,  Étienne-Louis Geoffroy  a donné le nom générique d'ARGUS (en français) au troisième groupe de sa seconde famille des "Papillons à six pieds" .  Huit espèces figurent dans ce groupe, dont cinq portent le nom d'Argus : Argus bleu, brun, myope, vert et Demi-argus.

     En 1795, Willam Lewin dans son The Papilios of Great-Britain, édition anglais/français,  décrit neuf papillons portant le nom d'Argus.

     

     1. Le Demi-Argus Argus, Geoffroy, 1762.

     Étienne-Louis Geoffroy  1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII  colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt page 63.

    Geoffroy décrit ici cette espèce :

    "Papilio alis rotundatis  integerrimis coeruleis, subtus ocellorum fascia solitaria.

    Les ailes en dessus sont d'un bleu un peu pourpre, en dessous elles sont grises avec une seule bande de petits yeux disposés en arc. Ces yeux sont noirs entourés d'un cercle blanc. Le bord de l'aile n'a point de taches fauves. Ses antennes, comme celles des papillons de cet ordre, sont composées d'anneaux alternativement blancs et noirs, et terminées par une masse allongée. "

    Il donne comme référence :

    • John Ray, Historia insectorum n°17 : papilio minor alis supinis purpureo-caeruleis, pronis ocellis aliquot pictis.
    • De Geer insectes I T.4 fig. 14-15.
    • Roesel, Insecten Belustigung vol.3 supplem. 1 Tab. 37 fig.4.

    Geoffroy n'explique pas pourquoi il ne donne à cette espèce qu'une demi part d'Argus, mais, ce nom propre faisant référence aux ocelles des ailes, il y  a lieu de penser que le motif se trouve dans la phrase "avec une seule bande de petits yeux disposés en arc". L'Argus bleu, que Geoffroy vient de décrire, présentait, lui, "un nombre considérable d'ocelles". Ici, les ocelles ne forment qu'une bande isolée, "fascia solitaria". Nous sommes loin des cent yeux du légendaire Argus : une moitié d'Argus alors ? L'image sera prolongée avec l'argus myope, chez qui Linné avait compté 42 yeux, moins de la moitié du vrai grand Argus.

     

    On sait que le grand tort de Geoffroy fut de ne pas accompagner ses descriptions d'un nom latin conforme aux critères de Linné, ou du moins à ceux exigés par l'ICZN pour reconnaître à un auteur la paternité de la description d'une espèce. En 1785, lorsque Fourcroy donnera une édition de l'Histoire abrégée des insectes de Geoffroy dotée de ces noms latins, il sera trop tard et ses créations auront été décrites par d'autres. C'est le cas ici, où Rottemburg reconnaît sa dette dans sa création du Papilio semiargus, latinisation du nom Demi-Argus. L'édition de Fourcroy page 245 n°31 donne comme nom " P[apilio] semi-argus. Le Demi-Argus."


    2. Le Demi-Argus,  Engramelle, 1779.

    Jacques Louis Engramelle 1779 Papillons d'Europe, peints d'après nature, Volume 1    page 181 n°42   planche XLII fig. 88 a-d, dessinée par  J.J Ernst et gravée par J. Juillet.  

    Engramelle est plus explicite que Geoffroy, dont il reprend le nom, pour le commenter : 

      Il a une rangée d'yeux au milieu de chaque aile, et n'en a point du tout au bord ; ce qui lui a fait donner le nom de Demi-Argus.

                Pour le reste de sa description, on tiendra compte du fait que Engramelle est persuadé que, chez les Lycènes, les mâles ont les ailes brunes et les femellles les ailes bleues. Cette erreur sera rectifiée par Latreille.


     3. Polyommate Demi-Argus  Latreille, 1818.

    Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle tome 27 page 501 .  

     

     

    4. Le polyommate Acis, Latreille et Godart 1819

    Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 703 n° 245 .

    Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses.

     

     

    5. Le Polyommate Acis, Godart 1821.

          Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1821 page 224  n°79 planche 11 secund fig. 7 et planche 11quart. fig. 4 peinte par Vauthier et gravée par Lanvin.


    LXXIX POLYOMTTE [sic] ACIS

    Hesperia argiolus (Fab.)

    Le Demi-Argus (Geoffr.)

    Envergure 12 à 13 lignes (=27 à 29 mm).

    Le dessus du mâle est d'un bleu-violet avec une légère bordure noire. Le dessus de la femelle est d'un brun noirâtre, avec l'origine faiblement teintée de bleu. 

    Le dessous des deux sexes est comme le cyllarus, excepté que la base des ailes inférieures a très peu de bleu, et que leur milieu offre un arc noir bordé de blanchâtre.

    Ce Polyommate paraît en juin et au commencement d'août. Il est assez commun dans les prés et les clairières des bois.


                       n314_w358


                      n322_w358       

     

     

                13881

                  

    6. Polyommate Acis = Demi-Argus, Bernard Bertrand  1835

    Au contraire, Pierre Boitard écrit en 1843 dans son Nouveau manuel complet d'entomologie page 223 :

    Le Polyommate Demi-Argus = Polyommatus Argiolus Latreille

    Le Polyommate Alcis = Polyommatus Acis Latreille

     

     

    7. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986 et le nom vernaculaire actuel.

     

      Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet créait comme nom principal pour Cyaniris semiargus "l'Azuré des Anthyllides", acceptait aussi "le Demi-Argus" et réfutait "l'Argus violet" de Rappaz en commentant cette opinion d'une note 42.

    [42] L'emploi du nom "l'Argus violet" doit être prohibé, dans la mesure où celui-ci a servi à désigner non seulement Helleia helle, mais aussi Cyaniris semiargus. Dans le cas de C. semiargus,  l'attribution  du nom "Argus violet" est sans-doute imputable à une traduction approximative du nom vernaculaire allemand de cette espèce, "Violetter Waldbläuling".

     

                  Parmi les 73 Polyommatinae ou Polyommatines français nommés par Luquet, on compte outre le Collier-de-Corail, 62 Azurés, 7 Argus, et 14 Sablés, tous construits sur la structure habituelle à cet auteur, Nom de groupe + Plante-hôte ou Nom de groupe + adjectif géographique ou descriptif. Ainsi, il existe plus de 40 "Azuré + Plante-hôte".

     Le terme "Azuré"  souligne la couleur bleu-azur des mâles. Azur était, en minéralogie, le nom donné anciennement au lapis-lazuli appelé aussi quelquefois pierre d'azur ; par extension, le terme désigne aussi, dans l'industrie chimique des colorants, une matière colorante d'un bleu très foncé fabriquée à partir du verre. "Bleu d'azur" désigne aussi un bleu intense, avec des évocations de clarté céleste et de luminosité :  l'azur des cieux, l'azur des mers; la Cöte d'Azur. La grotte d'Azur de l'île de Capri. 

     Son étymologie est liée à lazur, forme déglutinée issue de l'arabe lāzaward « lapis lazuli », lui-même issu du persan lāzward « id. ».  remonte à la seconde moitié du XIe siècle par une origine judéo-française : lazur « couleur bleu clair ». On  trouve la forme nominale azur ca 1100 dans Roland :  Tut li trenchat le vermeill et l'azur. L'adjectif  azur « de couleur bleu clair » est signalé vers 1210 alors que le substantif désignant métaphoriquement le ciel date de 1794 par l'intermédiaire du latin médiéval azurium . (Trésor de la Langue Française).

     

    Parmi les Fabaceae, les Anthyllides forment un genre Anthyllis L., 1753 qui comportent de nombreuses espèces dont, dans la flore française, A. barba-jovis ou Barbe-de-Jupiter qui ne se rencontre que sur les  îles d'Hyères, Porquerolles et la Corse, ainsi que le Massif des Maures, A. montana ou Vulnéraire des montagnes(Alpes et Pyrénées), A. hermanniae ou Anthyllide d'Hermann (méditerranée), et, surtout, A. vulneraria  ou Anthyllide vulnéraire ou "Trèfle jaune".

    C'est cette Anthyllide vulnéraire qui pousse sur pelouses aérohalines submaritimes atlantiques sur l'aire  atlantique septentrionale : ces plantes ressemblent à de gros trèfles, mais leurs calices duveteux expliquent peut-être leur nom, du  grec anthos = fleur + ioulos = duvet. C' est la ou une des plantes hôtes des chenilles des Lycènes comme la  Thècle de la ronce ou Argus vert, Callophrys rubi, l' Argus frêle, Cupido minimus, l' Azuré grenadin, Cupido lorquinii, l' Azuré de l'Atlas, Polyommatus atlantica et Azuré de la Vulnéraire, Polyommatus bellis. Le nom vernaculaire de ce dernier papillon, Azuré des Vulnéraires, est très proche de celui d'Azuré des Anthyllides. 

    On voit par là que le Cyaniris semiargus n'est pas le seul à se nourrir des Anthyllides. De même, ces plantes ne sont pas les seules à nourrir ses chenilles, qui trouvent aussi leur bonheur sur le Trèfle des Prés Trifolium pratense et sur d'autres Fabacées.

     

     

     

                                             alt=Description de cette image, également commentée ci-après

     

     

     

    7. Étude zoonymique des auteurs français :

    — Luquet in Doux et Gibeaux 2007  page 212 :

    -Azuré : terme descriptif faisant allusion à la couleur bleu de l'imago. Les anciens utilisaient concurremment les termes  "Azuré", "et "Azurin" pour désigner les "Argus bleus".

    -Anthyllides : plantes nourricières de la chenille.

     

    8. Noms vernaculaires contemporains :

     

      Charles Oberthür et Constant Houlbert , dans leur Faune armoricaine de 1912-1921, utilisent le nom scientifique de  Lycaena semiargus Rott (= acis Schiff.)   puis citent dans leur texte page 224  le nom vernaculaire de "Le Demi-Argus d'Engramelle".

    —Bellmann / Luquet 2008 : "Azuré des Anthyllides" .

    — Chinery / Leraut  1998  : absent

    — Doux & Gibeaux 2007 : "L'Azuré des Anthyllides ".

    — Lafranchis, 2000 : "Le Demi-Argus, l'Azuré des anthyllides" .

    — Perrein et al. 2012 : "Azuré des Anthyllides, Demi-Argus ".

    — Tolman & Lewington / P. Leraut 2009 : "Demi-Argus".   N.b : ces auteurs signalent une seule plante-hôte, Trifolium pratense (et, en Grèce, Trifolium hysodes ; ou "en élevage, de nombreuses espèces de Trifolium"). Ils ajoutent : "la confirmation de l'emploi d'autres Fabacées souvent citées  reste à faire" : cela explique peut-être leur refus de reprendre le nom d' "Azuré des Anthyllides".

    — Wikipédia : " L'Azuré des anthyllides ou Demi-Argus ".

     

     

    III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

     

    • "Mazarine Blue" en anglais 
    • "Rotklee-Blaeuling" en allemand
    • "Falsa Limbada" en espagnol
    • "Cobalt" en catalan
    • "Klaverblauwtje" en néerlandais
    • "Niittysinisiipi" en finnois 
    • "Modrásek lesní" en tchèque
    • "Engblåvinge" en norvégien
    • "Ängsblåvinge" en suédois
    • "Engblåfugl " en danois
    • "Meža zilenītis" en letton
    • "Modraszek semiargus" en polonais
    • "Mazarinmavisi" en turc
    • "Pilkasis melsvys" en lituanien
    • "Modráčik lesný" en slovaque
    • "Голубянка семиаргус" en russe
    • "Aprószemes boglárka" en hongrois 
    • "Vizantijski plavac" en serbe.

     

    Langues celtiques  : 

    1. langues gaéliques :  irlandais (gaeilge) ; écossais (Gàidhlig ) ; mannois ( gaelg :île de Man).

    •  en irlandais

    •  en mannois.
    • "" en gaélique écossais*

    2. Langues brittoniques : breton (brezhoneg) ; cornique (kernevek); gallois (Welshcymraeg).

    •  pas de nom en breton ; 

    • "Glesyn masarin" en gallois.

     *Liste des noms gaéliques écossais pour les plantes, les animaux et les champignons. Compilé par Emily Edwards, Agente des communications gaélique, à partir de diverses sources.   http://www.nhm.ac.uk/research-curation/scientific-resources/biodiversity/uk-biodiversity/uk-species/checklists/NHMSYS0020791186/version1.html

     Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR

     

     

    Les noms vernaculaires en anglais selon M. Salmon (2000).

     

              UK Butterflies : "Quoiqu'il soit répandu et assez commun sur le continent, ce papillon est éteint dans les Îles Britanniques. Il a été constaté dans la moitié sud de l'Angleterre - bien que ceux trouvés sur la côte sont supposés être des immigrants et que ceux trouvés  à l'intérieur des terres sont considérés comme des introductions accidentelles ou délibérées.

    Cette espèce a été mentionné pour la première fois comme britannique en 1710 et il y a eu plusieurs centaines d'observations enregistrées jusqu'à la fin du 19ème siècle. Différentes dates sont données comme celles de la dernière observation, bien que tous sont liés à une région particulière. La fin du 19ème siècle semble marquer un tournant, après quoi il y a eu  très peu d'enregistrements. Cette espèce est éteinte dans les îles britanniques. Une cause possible de l'extinction est liée à des changements à la fenaison qui ont abouti à ce que les trèfles soient coupés par inadvertance alors que cette espèce était encore dans ses stades immatures."

    Première description en Angleterre Moffet 1634 ?

    Ray, 1710, Historia insectorum :

    Papilio minor, alis supinis purpureo-caeruleis, pronis ocellis aliquot pictis. An Diurnarum minimarum tertia ?Mouffeti, pag. 105 n°3. Alae supinae ad exortum caerulescunt ; inferius a fusco albicant ; Ocelli sex septemve in singulis alis.  A.D. Dale capta nobisque ostenta est.

    Cette description a été considérée par P.B.M. Allan comme étant celle du Cupido minimus, par E.B. Ford comme celle du Cyaniris semiargus, et C.E. Raven comme celle d'un Plebejus argus.

    • "The Dark Blue" : Lewin, 1795.
    • "The Mazarine Blue", Haworth, 1803, et les auteurs suivants.

     

     A propos du nom The Mazarine Blue.

    En 1795, William Lewin 1795  décrivit dans The papilios of Great-Britain page 80 planche 38 figure 6 et 7 le papilio semiargus sous le nom synonyme de papilio Cimon, du nom du héros de l'opéra Mickael Arne Cymon (1667), lui-même basé sur la nouvelle Cimon et Iphigénie du Décameron de Boccace (vers 1350), cinquième journée première nouvelle, illustrée par Rubens (vers 1617) ou par Boucher (1757). Le poète John Dryden écrivit un poème sur cette nouvelle.

     


    Cyaniris-semiargus-papilio-cimon-Lewin-pl.38-fig-6-7.png

     


    William Lewin qui publie son ouvrage en version bilingue avec des noms vernaculaires anglais et français, nomme ce papilio cimon "The Dark Blue" et "Le Bleu Obscur".

    Haworth dans ses Lepidoptera britannica de 1803, page 64, reprend la description du papilio cimon de Lewin, sous la graphie papilio cymon, mais en  créant le nomvernaculaire "The Mazarine Blue"

      "Mazarine Blue"  est un adjectif de couleur anglais, qui n'est traduit "Bleu Mazarine" que par anglicisme. On ignore la raison pour laquelle le nom propre Mazarine a été associé à la couleur bleu, mais comme il n'existe aucun personnage britannique de ce nom, il ne peut provenir que du nom Mazarin désignant  soit le cardinal Mazarin (1602-1661), soit Hortense Mancini (1646-1699) , nièce du précédent, qui porta le titre de Duchesse de Mazarin après son mariage avec le duc de la Meilleraye en 1661 et qui séjourna en Angleterre à partir de 1675 où elle fut, entre autre, la maîtresse de Charles II. 

    Ces dates sont importantes puisque les dictionnaires de Nathan Bailey mentionnent différents dérivés utilisant "Mazarine" dès 1675 : An Universal Etymological English Dictionary: Comprehending the Derivations (London, 1675) ; Dictionarium Britannicum Or a More Compleat Universal Etymological English ...(London, 1736)

    • Mazarine : a famous cardinal who was regent of France during the minority of Louis XIV. [1675]
    • A la Mazarine (in cockery) : a particular manner of dressing several sorts of fowls [1675] ; a particular way of dressing fowls [ 1736]
    • Mazarines : little dishes to be fet in the middle of a large dish ; also a sort of small parts foilled with sweet meats. [1675]
    • Mazarine blue, a deep blue colour [1675], a blue of a deep colour [1736]
    • Mazarine Hood, a hood made after the fashion of that worn by the dutchess of Mazarine [1675 ; 1736].

     

    220px-HortenseManciniGodfreyKneller.jpg  Image illustrative de l'article Jules Mazarin

     

    Ce n'est que postérieurement que la langue française emploiera les termes  "assiettes à la mazarine" ou simplement "mazarines" pour désigner en 1680 "les premières assiettes creuses, dans lesquelles on mangea le potage, que jusque-là on avait servi dans des écuelles", Invention de Henri de Béthune, archevêque de Bordeaux. Et en 1735 un "Gâteau fait de pâte à génoise, de fruits confits en petits morceaux, d'amandes et de marmelade", invention de madame Martiny. En 1739, le Nouveau Traité de cuisine de Menon mentionne des "Patés à la Mazarine", et au XIXe siècle apparaissent de nombreuses recettes de plats "à la Mazarine" ( se dit de petites pièces de boucherie garnies de riz, de champignons de Paris et de fonds d'artichaut emplis d'une jardinière de légumes étuvée au beurre).  

    Mais le nom de couleur "Bleu Mazarine" ne traverse pas la Manche. Suivons-en donc les aventures sur l'autre rive du Channel. 

    — En 1734, dans un ouvrage de Thomas Short,  The Natural, Experimental, and Medicinal History of the Mineral Waters , on peut lire:

    "Tincture of Galls put to a Solution of a very little of the Salt. the Liquor was of a fine deep mazarine blue, and precipitated a black Sediment, the Liquor above was blue."

    — En 1761, dans The London Magazine l'adjectif est utilisé pour qualifier la robe en soie de Conseillers de la Cour des Common Council de la Corporation de la City de Londres :

    "That the gown' of the common-council men be of silk, of mazarine blue, and furred on the sleeves."

    En effet, les membres de cette Cour apparurent pour la première fois dans cette tenue le 18 septembre 1761, lorsque ceux-ci présentèrent leurs félicitations au cours du mariage de Charlotte-Sophie de Mecklembourg-Strelitz et du roi Georges III.  

                       220px-Queen_Charlotte_by_Benjamin_West%2  Mazarine-Blue-Common-Councilman.png source

     

    La même tenue est mentionnée en 1764 : "They were accompanied by half a dozen common- councilmen in mazarine blue gowns — whence they obtained the nickname of " Mazarines," then commonly applied to them." Les membres du Conseil la portent lors du Lord Mayor's Day.

    En 1797, lors d'une cérémonie "The King appeared in blue and gold ; the Queen in mazarine blue, with a diamond head-dress; the Princesses in the fame coloured vests, with chained head-dresses of gold and white feathers".

    On rencontre ce nom de couleur ensuite comme couleur de tissu, et il est attesté dans des Catalogues de vente.  

     


    Mazarine Blue dans les Sciences naturelles.

     

     a) En 1773,  D. Drury décrit des papillons 1773 reçus de Chine : "the wings have their anterior edges of a fine mazarine blue. … The Head, Neck, and thorax are of a dark mazarine blue". L'ouvrage de Drury est en version bilingue anglais et français, et la phrase correspondante dans le texte français mentionne « une couleur bleue mazarine ». On compte dix occurences de ce nom de couleur  en tout dans le texte Illustrations of natural history   page 4     

    b) en mai 1773, lors d'une escale à Tahiti, un oiseau est décrit sous le nom de Poy-bird : " We called this bird the poy-bird, on account of two little tusts of curled hair which hang under its throat, called its poies, which is the Otalieitan word for ear-rings. <

    strong>The feathers of this bird are of a fine mazarine blue, except those of his neck which are of a silver grey."  James Cook,Tobias Furneaux A Voyage towards the South Pole and round the world Volume 1.    

    c) Le national History Museum conserve une illustration par Thomas Watling, datée de 1792-1797, du Perroquet turquoise , The Turcosine Parrot qui est décrit ainsi :  

    "The feathers of the head, and shoulder of the wing, are of the most brilliant lightest axure. The strongest quill feathers are equals as to cleanness of colour, but a middling deep mazarine blue, tipped with black. The whole of the bird's colours are de- lightful; but these most especially, the best artist must ever despair of equalling."  

                                [Turquoisine Parrot : Neophema pulchella ] 

     

     

    Conclusion sur "Mazarine Blue".

    Je pense que nous en savons suffisament maintenant :  dans la langue anglaise, Mazarine Blue, parfois abrégé en Mazarine si le contexte est évident, désigne un bleu foncé : il apparaît en 1675 dans le dictionnaire de Bailey, témoignant d'un usage déjà établi, avant même que la Duchesse de Mazarine ne s'établisse en Angleterre, et l'origine de ce nom de couleur ne peut pas être précisé. Il qualifie d'abord des vêtements (1761) puis est employé dans les Sciences Naturelles depuis 1773, notamment par Drury pour décrire les ailes des papillons. Utilisé par Haworth en 1803 comme nom vernaculaire d'espèce d'un Papilio Plebejus cimon/cymon préalablement nommé The Dark Blue par Lewin, il fut repris par les auteurs anglo-saxons et est devenu le nom vernaculaire consensuel du Cyaniris semiargus. Les Gallois l'ont repris sous la forme "Glesyn masarin". 

    Il resterait à s'interroger sur la possible transformation de "Marine" en "Mazarine". Mais notre nom de couleur "Bleu marine" ne date que de 1887, et le nom équivalent "Marine Blue" des années 1880. Ces noms n'ont donc pas pu agir par contamination.

     

       images?q=tbn:ANd9GcS1AxxJHrSCF4vfQFiPn01 images?q=tbn:ANd9GcS2UNsNKdiYO2RIbv5nN4C   images?q=tbn:ANd9GcQGBDJ5bRwb52CjnT8EH51

     

     

     

     

                 Bibliographie, liens et Sources.

     

     

    — Funet : polyommatus 

    — Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : cyaniris semiargus.

    — UK Butterflies : cyaniris semiargus.

    — lepiforum : cyaniris semiargus.

    — Jardinsauvage :  cyaniris semiargus.

     

    Bibliographie de cet article :  Zoonymie des Rhopalocères : bibliographie.

     

                   

     

     

     

    Repost 0
    Published by jean-yves cordier
    commenter cet article
    23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 19:41

    Zoonymie (étude du nom) du papillon l'Argus frêle Cupido minimus (Fuessly, 1775).

    La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

     

    Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

     

    Résumé. 

     

    — Cupido, Schrank 1801 : du nom du dieu latin de l'Amour aux ailes de papillon et aux flèches redoutables. Schrank avait créé sa cinquième famille pour y placer 24 espèces de nos Lycénidés. Son nom crée un couple de contraire avec celui de sa première famille des Erynnis (Erinyes: déesse de la Haine) ; il l'avait sans-doute emprunté au papilio cupido de Linné (1758), le premier de ses Plebejus rurales. Mais le frontispice du Catalogue Viennois de Denis & Schiffermüller (1775), avec ses Éros aux ailes ocellées de papillons, incitait déjà à ce rapprochement entre les petits Cupidons et les Bleus. Le genre est divisé en deux sous-genres, Everes et Cupido.  

     

    minimus (Fuessly, 1775) : Le nom spécifique provient de l'adjectif latin minimus, a, um, qui est le superlatif  de parvus "petit" : il signifie donc  soit "très petit", soit "le plus petit, le moindre,  minime". Son explication est donné par Jean Gaspard Fuessly dans sa description originale lorsqu'il écrit : Der kleinste aller bekannten Tagvögel , "le plus petit de tous les papillons diurnes connus". Il est la traduction latine du terme kleinste. L" envergure du minimus est en effet de 18 à 27 mm.

     

    — Le papillon porta le nom vernaculaire de "Polyommate Alsus" (Latreille 1804 ; Godart 1819 et 1822 ; Duponchel, 1849". Alsus est le nom donné pour cette espèce en 1775 par Denis & Schiffermüller : il reprend le nom d'un berger latin qui, dans l'Énéide de Virgile, tue le troyen Podalire. Pendant plus de 100 ans, aucun nom vernaculaire ne fut employé par les auteurs français, avant que, en 1986, Gérard Luquet ne créa le nom d' "Argus frêle". Argus est le nom collectif donné par Luquet à 7 des 73 polyommatines, reprenant celui d'un groupe créé par Geoffroy en 1762, Argus étant dans la mythologie un Géant aux cent yeux répartis sur tout le corps comme les ocelles des ailes de ces espèces. L'adjectif "frêle" (du latin fragilis) est une jolie manière de caractériser l'espèce par un terme plus poétique que le banal "petit".

     

     

     

     

    1. Famille et sous-famille.

    a) Famille des Lycaenidae, William Elford Leach, 1815. Les Lycénides ou Lycènes.

     

           Leach, William Elford, 1790-1836  "Insecta" pp. 329-336."Entomology". pp 646-747 in D. Brewster éditeur, Brewster's Encyclopaedia Edinburgh, [Edinburgh, volume 9, 1, 04/1815 pp. 57-172  : selon Sedborn 1937] [Philadelphia, E. Parker,1816? selon BHL Library]  page 718. [ Article publié anonymement et attribué à Leach, qui avait annoté son propre manuscrit]

    La famille Lycaenidae tient son nom du genre Lycaena de Fabricius (1807). Elle comprend les Blues ou Azurés, les Coppers ou Cuivrés et les Hairstreaks ou Thécla, et nos Argus :

    • Sous-famille des Theclinae Butler, 1869 : [Thiéclines : Théclas ou Thècles et Faux-Cuivrés].
    • Sous-famille des Lycaeninae [Leach, 1815] : [Lycénines : Cuivrés].
    • Sous-famille des Polyommatinae Swainson, 1827 : [Polyommatines : Azurés, Argus et Sablés].

    b) Sous-famille des  Polyommatinae Swainson, 1827.

    Elle tient son nom du genre Polyommatus créé par  Latreille en 1804; "Tableau méthodique des Insectes" in Nouveau Dictionnaire d'Histoire naturelle appliqué aux arts, principalement à l'Agriculture et à l'Économie rurale et domestique, par une Société de naturalistes et d'agriculteurs ; avec des figures des trois Règnes de la Nature, Paris : Deterville, an XII [1804] 24 (6) p. 185 et 200, espèce-type: Papilio icarus Rottemburg.

    Polyommatus vient du grec polus "beaucoup", et omma, ommatos, "œil" : c'est un qualificatif du géant Argos qui disposait de cent yeux, dont cinquante étaient toujours ouverts. C'est lui que la jalouse Héra envoya surveiller Io, transformée en génisse après ses amours avec Zeus.

      Ce nom est en rapport avec les nombreux ocelles des ailes des papillons bleus.

    Cette sous-famille contient, en France, 18 genres :

    •  Leptotes Scudder, 1876
    • Lampides Hübner, [1819]  
    • Cacyreus Butler, 1897
    • Cupido Schrank, 1801
    • Celastrina Tutt, 1906
    • Maculinea Eecke, 1915 
    • Pseudophilotes Beuret, 1958
    • Scolitantides Hübner, [1819]
    • Iolana Bethune-Baker, 1914
    • Glaucopsyche Scudder, 1872
    • Plebejus Kluk, 1780 
    • Aricia [Reichenbach], 1817
    • Plebejides Sauter, 1968
    • Eumedonia Forster, 1938
    • Cyaniris Dalman, 1816
    • Agriades Hübner, [1819]
    • Lysandra Hemming, 1933
    • Polyommatus Latreille, 1804.

     

        2. Nom de genre : Cupido, Schrank, 1801.

     

    a) Description originale :

    Cupido Schrank, 1801; Fauna Boica 2 (1) Ingolsdadt  : 153206

     

      — Description :  Schrank donne deux noms, l'un en allemand, Schildfalter ("papillon-écu" ou "papillon-carapace"), et l'autre en latin, Cupido.

    - Fühlhörner : fadenförmig, am Ende kolbig : das Kölbchen länglicht, zusammengedrückt. (antennes : filiformes, extrémité en forme de massue ; ..)

    - Füsse : 6, fast gleich. (Pattes : 6, presque identiques)

    - Flügel : fast gleich, in der Ruhe aufgerichtet (Ailes : presque identiques, érigées au repos).

    — Composition initiale du genre:

    I. Virgaureae, Hippothoe, Chryseis, Phlaeas, Circe

    II. Arion, Alcon, Acis, Damon, Damoetas, Argiolus, Eumedon, Corydon, Adonis, Alexis,  Agestis,  Argus, Battus, Puer,

    III. rubi, betulae, quercus, pruni, spini.

    b) Type spécifique :

      — Type spécifique:  Papilio minimus Fuessly 1775 (Cupido puer de Schrank) désigné par  Int. Commn Zool. Nom. , 1958. Opin. Decl. int. Commn zool. Nom18: 123 (Opinion 503).

    c) Commentaire de Francis Hemming, secrétaire de l'ICZN en 1967:

      "Schrank a inclus dans son genre Cupido toutes les espèces connues de lui de ce qui forme maintenant la famille des Lycaenidae,  dans la zone couverte par son livre. Pour des raisons qui apparaîtront bientôt, il est nécessaire de considérer dans le détail  une espèce nominale inclue par Schrank, et qui a ensuite été introduite comme une nouvelle espèce. Il s'agit de l'espèce nominale Papilio puer Schrank (Fauna Boica page 215). Schrank a donné une description élaborée de cette espèce nominale, et a fourni une diagnose distincte pour ce qu'il considérait comme étant les deux sexes; chacun d'eux  a été suivi par un court synonyme, qui fait place ensuite à une description détaillée de ce qu'il considérait comme deux variétés (Spielarten) trouvés dans chaque sexe. Les synonymies données par Schrank comportent des références aux trois espèces suivantes nominale précédemment établi: Papilio minimus Fuessly; Papilio tiresias Rottemburg, 1775; Papilio Pseudolus Bergstrasse, [1779]. Il est reconnu depuis longtemps que deux espèces bien distinctes ont été confondus ensemble sous le nom de Papilio puer. Les diagnoses, les références et les descriptions données par Schrank ont été analysées par moi-même dans un article publié en 1956 (Bull zool Nom 12:... 267-274). La conclusion à laquelle j'étais parvenu alors était la suivante: (a) La description donnée par Schrank pour le «mâle» (Er) de Papilio puer et la référence à l'espèce nominale Papilio tiresias Rottemburg s' appliquent aux espèces d'Everides connus en Angleterre sous le nom de "Short-tailed Blue ". Le plus ancien nom valide sur des bases taxonomiques pour cette espèce est  Papilio argiades de Pallas, 1771. Ce taxon est actuellement connu comme Everes argiades (Pallas). (b) la description donnée par Schrank pour la "femelle" (Sie) et les références à l'espèce nominale Papilio minimus Fuessly s' applique à l'espèce de Cupidide connu en Angleterre comme «Small Blue». Le nom spécifique donné à par Fuessly (minimus) est le plus ancien nom disponible pour cette espèce et est le nom sous lequel il est connu actuellement."


    Le fait que l' espèce nominale de Schrank  Papilio puer soit composée des deux espèces décrites ci-dessus a été reconnu par de nombreux auteurs, mais il n' était pas possible, en raison des obscurités du Code telle qu'elle existait alors, pour fournir les espèces nominales Cupido puer avec un contenu déterminé jusqu'à ce que la procédure à suivre pour la sélection des lectotypes a été clarifiée par la Congrès Zoologique de Copenhague de 1953. Cela a créé une situation entièrement nouvelle et m'a permis de faire en 1956 (loc cit 12:.. 268)  un lectotype-sélection pour l'espèce nominale  Cupido puer Schrank. 

    Etc.,.. lire la suite ici .

     

    d) L'auteur, Franz von Paula Schrank (1747-1835).

          Franz von Paula Schrank, né le 21 août 1747 à Varnbach près de Schärding (Autriche) et mort le 22 décembre 1835 à Munich était un prêtre jésuite et un naturaliste allemand.

    A neuf ans Schrank fréquente le collège jésuite de Passau et à quinze ans il entre dans la Compagnie de Jésus. Il passe la première année de son noviciat à Vienne (1756) et la seconde à Ödenburg (aujourd’hui Sopron en Hongrie) où il suit les cours d’un missionnaire revenant du Brésil et qui l’intéresse à l’histoire naturelle. Il étudie ensuite à Raab, à Tyrnau (aujourd’hui Trnava en Hongrie) et à Vienne.

    Il est envoyé enseigner au Collège de Linz à partir de 1769. Après la suppression de son ordre, il se rend à Passau où il est ordonné prêtre en décembre 1774 et obtient son doctorat en théologie en 1776 à Vienne.

    En 1776, il fait paraître Beiträge zur Naturgeschichte et est nommé professeur de mathématique et de physique au lycée à Amberg puis professeur de rhétorique à Burghausen. En 1784, il devient professeur d'éloquence avant d’enseigner la botanique économique et d’économie rurale à l’université d’Ingolstadt puis conseiller ecclésiastique à Landshut. En 1809, l’Académie des sciences de Munich l’élit comme membre à la condition qu’il prenne en charge le jardin botanique qui venait d’être créé dans la ville, charge qu’il occupera jusqu’à sa mort. (Wikipédia)

    Je place cette note biographique pour souligner les liens potentiels entre Schrank et Denis et  Schiffermüller il est jésuite comme J.N. Denis et il suivit une part de ses études à Vienne. De plus, Schrank a rendu visite à Schiffermüller à Linz en 1785 et a consulté sa collection. 

     

    Archeo-taxonomie :

    Après que Linné a classé en 1758 les petits papillons  dans sa phalange des Plébeiens et qu'il les a divisé en rurales et urbicolae, Fabricius, en 1793, plaça tous les Plébeiens sans distinction  dans une catégorie qu'il nomma Hesperia. On y trouvait nos Lycénidés, les Bleus, avec nos Hespéridés. Il y avait alors deux familles de papillons diurnes pour Fabricius, les Papillons (Papilio), et les Hesperia. Les Grands, et les Petits.

      C'est alors qu'intervint Schrank, qui, d'un coup de ciseau, coupa en deux cette famille des Hesperia et en créa deux groupes (Erynnis et Cupido) placés aux deux extrémités de sa nouvelle répartition en cinq familles :

     Papillons diurnes de Schrank  = 5 familles :

    • Erynnis : les Hespéridés 
    • Pieris    : les Papilionidés et les Pieridés .
    • Maniola : les Satyrinés et Apaturinés
    • Papilio  :  les Limenitinés, les Nymphalinés et les Argynninés
    • Cupido :  les lycénidés.

     Bien entendu, Fabricius répliqua (1817) en divisant à son tour tous les papillons + Sphinx en 49 genres... sans y inclure ni Erynnis ni Cupido, et en rétablissant ses Hesperia.

    Latreille avait prit aussi la paire de ciseau en 1804 : dans ses 8 genres, les Petits, les Plébéiens, les Hesperia de Fabricius étaient divisés en : 1 les Hesperia (nos Hespéridés) et 2 les Polyommates (un synonyme d'Argus) (nos Lycénidés), donc, l'équivalent des Cupido de Schrank.

    D'autres leur succédèrent ; les années passèrent. Le groupe Cupido de Schrank, qui avait la taille d'une de nos Familles, se trouva réduit à la dimension d'un genre, pour quelques espèces. Hübner, [1819] page 78  créa le genre Cupido (non valide) avec trois espèces, liger Cramer, amor Fabricius, et chrysus Cramer.   Scudder (1875) considéra que le nom pouvait être retenu pour...les deux premières espèces du deuxième groupe de Schrank (voir "composition" supra), Arion et Alcon. 

    En 1958, la décision 503 de la Commission Internationale de Nomenclature Zoologique valida le genre Cupido et fixa le Papilio minimus Fuessly, 1775 comme l'espèce-type.


    b) Origine du nom Cupido :

     

    Ludwig Glaser (1887) page 284 :

      "Gott d. Liebe."

    — August Janssen (1980) page 43

    "god van de liefde (de Griekse Eros)."

    —A. Maitland Emmet (1991) page 149 :

    "Cupido or Eros, the god of love. After Fabricius (1793) had placed the skippers and blues together in Hesperia, Schrank was the first to separate them, this, therefore, being the oldest name for the present Lycaenidae (Theclinae + Lycaeninae + Polyommatinae). Schrank took as his family name the first specific name of the Plebeji of Linnaeus (1758) and it is possible that this aroused the disapproval of Latreille (1804) who rejected Cupido in favour of his own name, Polyommatus, although he was happy to accept Pieris, named by Schrank in the same volume. The rump that remains of Cupido  today scant justice to a name of historic importance."

    — Hans-A. Hürter (1998) page 324 :

    "Deutung : Auch hier zeigt sich wieder, daß die Namensgebung zumeist nichts mit den betreffenden Faltern gemein hat ; der Phantasie sind keine Grenzen gesetzt. Warum Falter gerade dieser Gattung als eine Art Eroten oder Amoretten anzuschen wären, kann nicht begründet werden. Schrank hat den Namen – wie auch Pieris oder Maniola – willkürlich gewählt."

    — Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 198 :

    "Cupidon, nom du dieu romain de l'Amour, identifié par les Romains avec le dieu grec Éros."

    — Perrein et al. (2012) page 226 :

    "Étymologie : du latin cupido, de cupere "désirer". Cupidon est l'un des génies ailés que l'on fait voltiger autour de Vénus et de l'Amour : ses traits sont ceux d'un enfant ou d'un adolescent, ses attributs sont toujours l'arc, les flèches, le carquois et les ailes."

    — Arizzabalaga & al. (2012) :

    "Cupido, sobrenom d’Eros, personificacio del desig amoros". 

      

    Discussion sur le nom cupido.

    Du latin cupido, "désir, passion, envie, cupidité", et de Cupido, inis, "Cupidon".

    - verbe cupio, cupere : "désirer". D'une racine indo-européenne  *kuep  (« bouillir », « fumer ») au sens concret.

       Inutile sans-doute de rappeler que Cupidon est l'homologue latin du dieu grec Éros, dieu de l'amour. Si Éros est un des cinq divinités primordiales, si, avec Himéros le désir, il accompagne Aphrodite, s'il est représenté dans la statuaire comme un jeune adolescent, qui reçoit son arc et ses ailes seulement au IVe siècle av. J.C., Cupidon perd ce statut majeur, devient le fils de Mars et de Vénus avant de devenir cet angelot dodu et espiègle aux flèches ravageuses et fatales.

      Il est plus intéressant de noter que Linné avait nommé Papilio cupido S.N. p. 482 n° 145 son tout premier papillon plébéien rural (cela témoigne bien de son statut de petit dieu familier indigne de figurer parmi les Apollo, les Muses et les Nymphales des premières Phalanges de Linné). C'est, pour ainsi dire, par cette première place sur la liste, l'archétype du Plébéien linnéen. 

      Mais cette espèce de polisson, pourtant décrite selon Linné par Petiver et Roesel, "habitat in Gossypio Americes", habite selon Linné sur les cotonniers d'Amérique. La Linnean Society conserve encore le spécimen du suédois :

     [Img]  [Img]  [Img] http://www.linnean-online.org/14701/

    Quand au papillon lui-même, il s'est fait discret ; après avoir été nommé Erycine Cupidon ( ou "la Goutte dorée") par Latreille en 1819,  il porte le nom d'Helicopis cupido,  appartient à la famille des Riodinidae et réside dans la forêt amazonienne, en Guyane, au Surinam (il y choisit peut-être le curare de ses flèches): le voici, le cupidon de Linné, le vrai, Helicopis cupido cupido  :

                                  Description de cette image, également commentée ci-après

    Si ce détour se justifie autrement que par la curiosité, il permet de suggérer que Schrank, pour nommer son groupe qui regroupait tous les Plébéiens à l'exception d'intrus à grosse tête et aux antennes en crochet qu'il fallait mettre chez les Erynnis, a très bien pu se contenter de reprendre le nom venant en premier sur la liste de Linné, son possesseur ne risquant pas de traverser l'Atlantique pour protester.

    Voir :  Noms des Papillons diurnes (rhopalocères) créés par Linné dans le Systema Naturae de 1758.

    En 1775, Fabricius dans son Systema entomologiae, page 518 continua à filer la métaphore amoureuse avec deux autre espèces qui suivent papilio cupido : papilio amor et papilio hymen !  Le papilio amor, spécimen du Museum Tottianum (la collection du comte danois Otto Thott, 1703-1785) , vit in India orientali, alors que le papilio hymen, du Museum Bankianum (collection de Bank) vit en Sierra Leone, Afrique : peu de risque qu'ils se rencontrent pour conter fleurette.


    Deux hypothèses complémentaires sur le choix du nom Cupido par Schrank.

    1. J'ai montré initialement que Schrank avait créé 5 familles, en éclatant le groupe Hesperia de Fabricius en deux, Erynnis et Cupido, placés —comme cela a été remarqué par A.M. Emmet— aux deux extrémités de sa liste. Or, il se trouve que les deux termes s'opposent : Erynnis correspond à la Haine (les trois Erinyes se nomment "la Haine (Mégère) , la Vengeance (Tisiphone) et l'Implacable (Alecto)" et Cupido à l'Amour. On peut donc deviner une architecture dénominatrice déterminée.

    2. J'ai également montré que Schrank avait des liens avec Vienne, était jésuite comme Denis et avait rendu visite à Schiffermüller : il devait parfaitement connaître (ce qui est vrai de toute façon de tous les lépidoptéristes européens de l'époque) le Verzeichniß de Denis et Schiffermüller, paru à Vienne en 1775. Or, le frontispice de cette publication montre en premier plan trois Éros dotés d'ailes de papillons collectionnant ensemble les insectes, encadrés d'autres papillons. Ce frontispice incite à établir un lien entre les papillons et les Cupidons, et à baptiser Cupido le groupe des papillons les plus petits.

                    

    Source : http://starodruki.miiz.waw.pl/de/oldprints/view/15

                                  frontispice-couleur-Denis-et-Schiffermuller-2.png

    Version en couleur © antiquaire Donhofer  avec le jardin de Schönbrunn en arrière plan. On identifie Zerynthia polyxena, Macroglossum stellatarumDeilephila porcellus (?) mais aussi, tenu par un des putti, un filet à papillon en forme de pince en X à deux filets, en usage à l'époque et décrit par Engramelle.

    http://www.antiquariat-donhofer.at/modules/bildgalerie/view.php?gi_id=168

          Renaissance Frontinspiz - Papillons de la région de Vienne, 1776

     

     

     

    Le sous-genre cupido  Schrank, 1801.

     

    — Ce genre renferme deux sous-genres :

    • Sous-genre Everes Hübner, [1819]
      - Cupido alcetas (Hoffmannsegg, 1804 Azuré de la Faucille.
      - Cupido argiades (Pallas, 1771) Azuré du Trèfle.
    • Sous-genre Cupido Schrank, 1801

    Cupido minimus (Fuessly, 1775) Argus frêle.

    - Cupido osiris (Meigen, 1829) Azuré de la Chevrette

     

     

     3.  Nom d'espèce : Cupido minimus (Fuessly, 1775).

             

      Selon Dupont et al. 2013, "le nom de l’auteur est écrit de différentes manières dans la littérature. Dans son ouvrage de 1775, son nom est imprimé sous la forme décliné au génitif « Fueßlins ». Dans la liste des noms officiels de la C.I.N.Z., le nom du descripteur de Papilio minimus étant transcrit sous la forme « Fuessly », c'est cette dernière forme que nous adopterons dans le présent travail.". J'adopterais la même règle.


    a) Description originale

      Papilio minimus Fuessly, 1775 : Fueßlins, J. C. 1775. Verzeichnis der ihm bekannten Schweitzerischen Inseckten mit einer ausgemahlten Kupfertafel: nebst der Ankündigung eines neuen Insecten Werks. Zürich, Winterthur. (Steiner). 62 pp., page 31.

    — Description :

    599 Pap. Minimus.

    Schaeff. Ratisb. t. 165. f. 1,2

    Der kleinste aller bekannten Tagvögel. Die Flügel sind oben ganz einfärbig, schwarzbraun ; unten grau mit einem Bande schwarzer Punkte wie beam vorhergehenden, — daß dieser der Pap. Argiolus Linnaei nicht sein, zeiget gleich die schwarzbraune Farbe die die Flügel oben haben, da hingegen die des vorhergehenden blau mit einem schwarzen Bande ist. 

    Bei uns nicht selten in den Strassen nahe bei Wäldern.

    599 Papilio Minimus.

    Schaeff. Ratisb. t. 165. f. 1,2

    Le plus petit de tous les papillons de jour connus. Les ailes sont au dessus d'une couleur uniforme marron-noir et au dessous grises avec une bande de points noirs comme pour le précédent, mais  il diffère du Pap. argiolus de Linné [qui est bleu avec une bande noire]. Nous le rencontrons souvent dans les allées à proximité des forêts.


     

    — L'auteur : Jean Gaspard Fuessly (Zurich,1746-Winterhur 1786)

    ou Hans Caspar Füssli, ou  Johann Kaspar Füsslin est un imprimeur-libraire, qui avait été d'abord professeur de dessin.  Il est le fils et successeur de Johann Kaspar I Füssli, lui aussi peintre et libraire. Peintre naturaliste et entomologiste, il se spécialisa dansla représentation des plantes et des insectes, qu'il étudia scientifiquement.  Outre son Verzeichniss (Catalogue), il a publié plusieurs ouvrages d'entomologie : Magazin für die Liebhaber der Entomologie (2 volumes, 1778-1779) ; Neue Magazin für Liebhaber der Entomologie (1781-1786). Il  a travaillé à partir de 1774 en association avec (Heinrich) Steiner et compagnie, de Winterthur

     

    Johann_Kaspar_F%C3%BCssli.gif?width=300

     

     

     c)   Localité-type et description.

    —Localité-type :  Suisse

     

    — Selon Dupont et al. 2013, cette espèce  a une répartition eurasiatique. Elle est aussi présente en Asie Mineure. Elle est signalée dans presque toute la France. Les chenilles s’observent principalement sur Anthyllis vulneraria L.

    — Selon Wikipédia :

      "C'est un très petit papillon au dessus marron avec chez le mâle une suffusion bleu parfois absente. Le revers est beige pâle un peu suffusé de bleu et orné de lignes de petits points noirs.Il vole en une ou deux générations, d'avril à septembre.

    Espèce proche : L'Azuré osiris femelle est très ressemblante. L'Azuré murcian et l'Azuré grenadin qui pourraient être confondus n'ont pas la même aire de répartition.

    La chenille, petite et trapue, possède une tête rétractile noire et un corps ocre clair avec une bande dorsale foncée et une paire de ligne latérales blanchâtres plus ou moins bordées de rose. Les chenilles sont soignées par les fourmis en particulier Lasius alienus, Lasius niger, Formica fusca, Formica rufibarbis et Myrmica rubra. Il hiverne au stade de chenille mature. Sa plante hôte est Anthyllis vulneraria.

    Il est présent dans toute l'Europe du nord de l'Espagne et des côtes de l'Irlande, de l'Écosse, et de la Scandinavie jusqu'en en Sibérie, Mongolie et la côte du Pacifique. L’Argus frêle est présent dans presque tous les départements de France métropolitaine, excepté la Corse, le Finistère, les Côtes-d'Armor,la Haute-Vienne, les Landes et le Gers. Son habitat est constitué de rocailles fleuries jusqu'à 2 500 m."

     

     

    d) Synonymes et sous-espèces.

    • Cupido carswelli Stempffer, 1927
    • Cupido minima (Fuessly, 1775)
    • Cupido minimus alsoides (Gerhard, 1851) [alsoides : cf. alsus]
    • Cupido minimus minimus (Fuessly, 1775)
    • Cupido minimus trinacriae Verity, 1919 :  Verity, R. 1919. Seasonal polymorphism and races of European Grypocera and Rhopalocera. The Entomologist's record and journal of variation, 31(3): 43-48, page 47 [http://www.biodiversitylibrary.org/page/30076329]
    • Lycaena alsus alsoides Gerhard, 1851 : Gerhard, B. [1850-1853]. Versuch einer Monographie der europaeischen Schmetterlingsarten Thecla, Polyomattus, Lycaena, Nemeobius als Beitrag zur Schmetterlingskunde. Hamburg. Page 9
    • Lycaena alsus (Denis & Schiffermüller, 1775)
    • Lycaena minima (Fuessly, 1775)
    • Papilio minimus Fuessly, 1775       

    Sous-espèces :

    Leraut retient la présence de deux sous-espèces en France :

    •  minimus Fuessly, 1775.
    •  alsoides Gerhard, 1851. Localité-type : Gamsen, Valais, Suisse. Ce taxon caractérise les individus plus grands localisés à moyennes et hautes altitudes dans les Alpes.

     

    e) Origine et histoire du nom minimus.

     

    — Spuler (1901-1908) page 4 et 67 :

    "minima die kleinste"

    — Ludwig Glaser (1887) page 120 :

    "Kleinster"

    — August Janssen (1980) page 43 :

    "zeer klein oder kleinster (Superlativ von parvus = klein)."

    — Spannert, page 30 :

    "der kleinste, sehr kleine."

    — Emmet (1991) page 150 :

    "minimus, smallest : the smallest of the Plebeji parvi to be named up to 1775."

     

    — Hans A. Hürter (1998) page 324 :

    Deutung : Der Name bezeichnet ein herausragendes Merkmal der Art : es handelt sich um den kleinsten tagfalter Mitteleuropas.

    — Luquet in Doux et Gibeaux page 198 :

    minimus : adjectif latin signifiant "le plus petit".


    — Perrein & al (2012) page 226 :

    du latin minimus, "le plus petit".

    — Arrizabalaga & al. 2012 : 

    Del llati: molt petit 

     

    Discussion sur le nom minimus.


    Le nom spécifique provient de l'adjectif latin minimus, a, um, qui est le superlatif  de parvus "petit" : il signifie donc  soit "très petit", soit "le plus petit, le moindre,  minime".

    Son explication est donné par Fuessly dans sa description originale lorsqu'il écrit : Der kleinste aller bekannten Tagvögel , "le plus petit de tous les papillons diurnes connus". Il est la traduction latine du terme kleinste.


     

    Le nom synonyme Papilio alsus, et le sous-genre alsoide.

     

      En 1775, Denis et Schiffermüller décrirent dans leur Catalogue des papillons de la région de Vienne — Systematisches verzeichniss der schmetterlinge der Wienergegend — la Famille N nommée  Vieläugischte Falter ou Papiliones Polyophtalmi et reprenant celle des Argus de Geoffroy. Elle comportait 19 espèces, dont de nombreuses créées par les deux auteurs viennois en complément des papilio arion, argiolus et argus de Linné. La neuvième espèce, qui suit P. argiolus, est leur papilio alsus dont le nom vernaculaire est "Lazurblauer (le mâle)  et braunschwarzer (la femelle) blaubestäubster Untenlicht Falter".  

    Il est vraisemblable que ce soit Denis, le poète professeur de Belles-Lettres, qui se soit chargé du choix des noms, alors que Schiffermüller, professeur de dessin et d'architecture, était le collectionneur et illustrateur des espèces. Il maniait donc parfaitement le latin et sa connaissance de la littérature latine était sans failles. Dans les dictionnaires latins, le terme alsus est mentionné comme adjectif latin signifiant « frais » dans le sens de froid ; mais il est inusité, et n'est utilisé que dans ses formes comparatives alsior, alsius ou par l'adjectif alsiosus. Dans la littérature, Alsus est le nom d'un berger qui tua Podalire dans l'Enéide livre XII. Or, j'ai déjà montré que les noms choisis par Denis étaient construit dans un esprit de mimesis, d'imitation-hommage de ceux de Linné reprenant soit une syllabe initiale , soit une rime finale, soit le même nombre de lettres, soit les mêmes références littéraires. Si on considère que, pour cette famille N, les modèles sont  arion et  argus de Linné (dont argiolus n'est qu'un diminutif, ) les noms Alcon, Alcis, Damon, Aegon, mais aussi Alsus répondent à la contrainte d'une initiale en A, d'une finale en -on ou en -us, d'un nom de cinq lettres, et d'une référence à la littérature latine. Le modèle Arion de Linné est tiré de la huitième églogue des Bucoliques de Virgile. Il est probable que dans l'ensemble de l'œuvre de Virgile, Alsus était l'un des rares noms disponibles commençant par la lettre A, de cinq lettres, et se terminant, comme argus, par -us. 

    Nous pouvons donc citer le texte de l'Énéide de Virgile comme source de ce zoonyme :

    Livre XII vers 304-308 : Podalirius Alsum

    pastorem primaque acie per tela ruentem,

    ense sequens nudo superimminet : ille securi

    aduersi frontem mediam mentumque reducta

    disicit et sparso late rigat arma cruore.

    Podalire, épée levée,

    poursuit Alsus le berger qui se ruait en première ligne à travers les traits,

    et le domine de toute sa hauteur ; mais Alsus, levant sa hache,

    fend d'un coup le front et le menton de son adversaire,

    par le milieu, et ses armes baignent dans des flots de sang

     

    Ce Podalire (cf. le Flambé,  Iphiclides podalirius)  est un héros de la guerre de Troie, et son adversaire Alsus n'est cité que dans ce texte.

     

    Le nom alsoide, "en forme de alsus", a été créé par Bernhart Gerhart pour désigner, après sa description d'Alsus,  une variété : "Eine von Anderegg  in Gamsen endeckte und von Boisduval beschriebene interessante var. von Alsus, die sich  vorzugweise durch dir Grösse unterscheidet".

     


     

                 II. Noms vernaculaires.

     

     

    I. Les Noms français. 

     

     

     

    1. Variété du Demi-Argus ,  Engramelle, 1779.

    Jacques Louis Engramelle 1779 Papillons d'Europe, peints d'après nature, Volume 1 page 181 planche 42 fig.88 e-f  dessinée par  J.J Ernst et gravée par J.J. Juillet . 

    Engramelle décrit sous le nom de Demi-Argus l'argiolus de Linné,  mais il commente ses figures  88 e-f   en écrivant : "la figure 88-e est un Demi-Argus, qui ne diffère du premier que par la taille" et "la couleur de son dessous est la même que la figure 88 b, mais ses yeux sont en plus grand nombre, et leur disposition n'est pas tout à fait la même".

    Latreille, puis Godart identifieront cette variété de Demi-Argus avec le Papilio alsus de Denis & Schiffermüller et le Papilio minimus de Fuessly (cf. infra); mais Engramelle avait déjà fait le lien, dans ses références, avec le Papilio minimus d'Esper.

     

    1' Le Petit Bleu, William Lewin, 1795.

    Bien qu'il ne soit que la traduction, dans une édition bilingue, du nom anglais "The Small Blue", c'est néanmoins un nom en français, qui mérite d'être mentionné ici. (Voir infra noms vernaculaires anglais).


    2.Le Polyommate Alsus, Latreille, 1804 et 1818.

     Histoire naturelle tome 14  page 121 .  

    Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle tome 27 page 501.


    3. Le Polyommate Alsus, Latreille et Godart 1819

    Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 704  n°246 . 

    Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses. Les papilio alsus, minimus, minutus et pseudolus sont référencés comme synonymes. 


    4. Le Polyommate Alsus, Godart 1822,

          Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1822 tome 2 page 208 n° 78 Planche  XXVI figure 5-6 dessinée par Duménil et gravée par Perrot fils.


    LE POLYOMMATE ALSUS Latr. Nouv. Dict. d'Hist. nat. 2ème éd.

    Hesperia Alsus (Fabr. Ent.syst.)

    Papilio Alsus (Wien. verz. Illig. Lang, Hübn, Ochsen.)

    Papilio minimus (Esp. Schneid.  Fuessl. de Vill.)

    Papilio Pseudolus  Bork. Europ. Schmett. et Bergstr. Nomenc.

    Le Demi-Argus, var. Engr. Pl. 42 fig. 88 e-f.

    Envergure 9 à 11 lignes. [ =22,5 cm].

    Le dessus des ailes est d'un brun-noirâtre chatoyant, sans aucune tache dans la femelle, avec des atomes bleus très clairsemés chez le mâle; etc.,...


    Image BHL et raf.dessin.free.fr :

                        n262_w334

              13896

     

                          13895

     

     

    5. Le Polyommate Alsus : la chenille. Duponchel, 1849.

    page 75  planche 7 fig. 25.

    "Cette chenille vit sur l'astragale pois-chiche (astragalus cicer), plantes qui croit ordinairement dans les régions sous-alpines, mais qu'on trouve aussi dans les endroits secs et pierreux des environs de Paris. "

                            n94_w302


    6. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986.

     

           Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet crée comme nom principal pour Cupido minimus "L'Argus frêle", accepte 'l'Argus minime" et réfute "La (sic) Lycène naine" créé par J.P. Vanden Eeckhoudt en 1965 et "le Pygmée" créé par C. de Villers en 1789 en commentant ces opinions des notes 46 et 49.

    Note [46] : Contrairement aux apparences, malgré la terminaison latine évoquant le féminin, le mot français "Lycène" est du genre grammatical masculin. Il convient donc de proscrire tous les noms vernaculaires accordant le terme "Lycène" au féminin. 

    Note [49] : Il est impossible de conserver pour Cupido minimus le nom de "Pygmée", car ce dernier sert à désigner Thyris fenestrella  Scop. (Thyrides).

    Les noms créés par Luquet pour les 73 Polyommatinae français se répartissent en 62 Azurés,  7 Argus et 14 Sablés, chaque nom collectif se voyant déterminé soit par le nom de la plante-hôte, soit par un qualificatif géographique ou plus rarement, comme ici, par un adjectif descriptif. Le nom collectif Argus est la reprise d'un groupe créé par Geoffroy en 1762, Argus étant un Géant aux cent yeux répartis sur tout le corps comme les ocelles des ailes de ces espèces. 

      On peut complimenter Gérard Luquet pour avoir su éviter la tentation de l'adjectif "Petit" au profit de celui de "frêle", qui suggère par son étymologie dérivé du latin fragilis l'idée de fragilité (CNRTL : "Qui, en raison de sa minceur, de son manque apparent de robustesse, donne une impression de fragilité") .

             

     

     

    7. Noms vernaculaires contemporains :

          Charles Oberthür et Constant Houlbert , dans leur Faune armoricaine de 1912-1921, utilisent le nom scientifique de  Lycaena minima Fuessly (=Alsus Hübn)  mais n'emploient aucun nom vernaculaire, se contenter de parler de "Minima" .

    —Bellmann / Luquet 2008 page 146 : "Argus frêle" .

    — Chinery / Leraut  1998  : non décrit

    — Doux & Gibeaux 2007 : "L'Argus frêle ".

    — Lafranchis, 2000 page 207: "l'Argus frêle" .

    — Perrein et al. 2012 : " Argus frêle".

    — Tolman & Lewington / P. Leraut 2009 : "L'Argus frêle".

    — Wikipédia : " Argus frêle ou Argus minime ".


     

     

    III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

     

     

    • "Zwerg-Bläuling" en allemand
    • "Small Blue" en anglais
    • "Deunde Oscuro "en espagnol
    • "Cupido menut" en catalan
    • "Mažasis melsvys" en lituanien
    • "Modráčik najmenší" en slovaque
    • "Голубянка малая" en russe
    • "Modrásek nejmenší" en tchèque
    • "Törpeboglárk" en hongrois
    • "Maleni plavac" en serbe
    • "Dværgblåfugl" en danois
    • "Dwergblauwtje" en néerlandais
    • "Pikkusinisiipi" en finnois
    • "Mali strjeličar" en croate.
    • "Dvergblåvinge" en norvégien
    • "Mindre blåvinge" en suédois
    • "Pisi-sinitiib" en estonien
    • "Sīkais zilenītis" en letton
    • "Modraszek malczyk" en polonais
    •  "Minik Kupid" en turc.


    Langues celtiques  : 

    1. langues gaéliques :  irlandais (gaeilge) ; écossais (Gàidhlig ) ; mannois ( gaelg :île de Man).

    •  en irlandais

    •  en mannois.
    • "gormain bheaga, gorman bheag" en gaélique écossais*

    2. Langues brittoniques : breton (brezhoneg) ; cornique (kernevek); gallois (Welshcymraeg).

    •  pas encore de nom en breton ; 

    • " gleision bach, glesyn bach" en gallois.

     *Liste des noms gaéliques écossais pour les plantes, les animaux et les champignons. Compilé par Emily Edwards, Agente des communications gaélique, à partir de diverses sources.   http://www.nhm.ac.uk/research-curation/scientific-resources/biodiversity/uk-biodiversity/uk-species/checklists/NHMSYS0020791186/version1.html

     Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR

     

    Les noms vernaculaires en anglais selon M. Salmon (2000).

    a) UK Butterflies : "Le Small Blue est le plus petit papillon résident en Grande-Bretagne  avec une envergure qui peut ne pas dépasser 16mm. Les sexes sont semblables en apparence, bien que chez le mâle, le dessus est presque noir avec un saupoudrage d' écailles bleues, tandis que chez la femelle il est brun plus foncé. Les deux sexes ont une face inférieure qui est de couleur gris argenté , et pas sans rappeler celle de l'argiolus. Ce papillon a une large distribution, étant trouvé du  nord de l'Ecosse jusqu'au sud de l'Angleterre, avec des colonies aussi au pays de Galles et en Irlande. Cependant, en dehors de ses bastions dans le sud de l'Angleterre, les colonies sont souvent des poches isolées, généralement dans les régions côtières. La plupart des colonies se composent de moins de 30 adultes, bien que quelques colonies comprennent des milliers d'adultes. Ce papillon est absent des îles écossaises de l'Ouest et du Nord, de l'île de Man et des îles Anglo-normandes."

    •  "The Small Blue" : Lewin, 1795 ; Jermyn, 1824 ; Furneaux, 1894 ; South, 1906 ; Frowawk, 1924 ; Emmet & he ath, 1989 ; Thomas, 1991.
    • "The Bedford Blue" : Samouelle, 1819 ; Rennie, 1832 ; Humphreys & Westwood, 1841 ; Morris, 1853 ; Coleman, 1860 ; W.F. Kirby, 1896 ; W.E. Kirby, 1906 ; Newman & Leeds, 1913.*
    • "The Little Blue"  : Morris, 1853 ; Coleman, 1860 ; Newman & Leeds, 1913 ; Thomas, 1991.

    * et Leach ; Stephens 1829... Pourquoi ce nom ?  Cupido minimus serait-il  fréquemment retrouvé dans la région de Bedfordshire ? Ou en raison d'un portrait de William Russell, 1er duc de Bedford (1616-1700) portant  le manteau bleu de Chevalier de l'Ordre de la Jarretière ? 

    National Portrait Gallery, London

    William Russell, 1st Duke of Bedford

     


    La planche 39 de William Lewin (1795) Papilio alsus Linnaeus  The Small Blue / Le Petit Bleu.:

    Le papillon de cette espèce, qui est très petit, a été longtemps inconnu. Il vole avec vitesse ; et comme d'ailleurs il présente très peu de surface, à peine a-t-il pris l'essor qu'aussitôt il se dérobe à la vue. Il s'en faut bien qu'il soit rare : car je l'ai trouvé dans plusieurs endroits la première semaine de juin. On le voit à cette époque voltiger le long des haies, dans un sol où la craie domine. On peut juger de la grosseur de la chenille par celle du papillon : sa petitesse la rend imperceptible ; je suis fondé à croire que l'herbe est son aliment. Le mâle et la femelle ne diffèrent que par la grandeur. le mâle est représenté figure 3 ; on en voit le dessous figure 4.


             CUbiodiversity1127488_0162.jp2&scale=4&r

     

                 Bibliographie, liens et Sources.

     

     

    — Funet : cupido minimus 

    — Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : cupido minimus 

    — UK Butterflies : cupido minimus 

    — lepiforum : cupido minimus 

    — Jardinsauvage :cupido minimus 

     

    Bibliographie de cet articleZoonymie des Rhopalocères : bibliographie.

     

    Repost 0
    Published by jean-yves cordier
    commenter cet article
    23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 19:40

    Zoonymie (étude du nom) du papillon le Brun des pélargoniums, Cacyreus marshalli Butler, 1898.

    La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

     Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

     

    — Cacyreus Butler, 1897. L'auteur de ce genre en a expliqué la formation : voulant décrire l'espèce sud-africaine Hyreus linceus, il écrit : "Le nom générique de Hyreus étant préemployé chez les Oiseaux, je renommerai ce genre Cacyreus". En effet, Hyreus est un genre créé par Hübner en 1819, mais qui est précédé dans la classe Aves par son homonyme Hyreus, Stephens, 1816. Butler construit donc son nom en précédant Hyreus du qualificatif grec kakos, "mauvais" ou, ici, "invalide", soit kakos-hyreus abrégé en Cacyreus.

    marshalli, Butler, 1898. La description originale de cette espèce vient d'un article dont le titre est "On three consignments of Butterflies collected in Natal in 1896 and 1897 by Mr. Guy A. K. Marshall" qui décrit 667 spécimens adressés de la Province du Natal (le bush des Bushmens puis des Zoulous, en Afrique du Sud) juste avant la guerre des Boers, par le jeune Guy Marshall . Revenu à Londres, celui-ci deviendra directeur du  Commonweath Institute of Entomology et  créera deux publications scientifiques: le Bulletin of Entomological Research et la Review of Applied Entomology. Sir Guy Anstruther Knox Marshall (1871- 1959 ) est donc l'un des fondateurs du CABI, une organisation internationale d'expertise entomologique et mycologique très attentive aux maladies propagées par les espèces envahissantes (pest diseases) : un comble puisque le papillon à qui il donne son nom appartient désormais à ces espèces préoccupantes.

     — L'espèce qui n'est apparue en France qu'en 1997 dans les Pyrénées-Orientales, et en 1999 dans le Var, n'a reçu un premier nom vernaculaire qu'en 2000 dans "Les papillons de jour de France Belgique et Luxembourg et leurs chenilles" de Tristan Lafranchis. En 2007, Gérard Luquet créa "l'Argus des Pélargoniums" dans l'ouvrage "Les papillons de jour d'Île-de-France et de l'Oise" de Doux et Gibeaux, 2007. En 2013, Gérard Luquet (Dupont & al. 2013) utilise la forme "Brun des Pélargoniums".   l'INPN mentionne pour sa part, et avec cet emploi des majuscules, les formes "Brun du pélargonium" et "Argus des Pélargoniums".

     Le nom s'explique par la couleur uniforme de la face supérieure des ailes ("brun") et par le genre de la plante-hôte (les géraniums). Le nom "Argus" se justifierait plutôt sans-doute par le souci d'inclure cette espèce dans un groupe dénominatif, car les ocelles qui sont le propre des "Argus" (Argos étant un géant aux cent yeux) sont absents ou réduits ici à une rangée de minuscules lunules blanches.  Le genre Pelargonium est celui des plantes-hôtes sauvages et su-africaines de cette espèce, plantes qui ont été exportées du Cap depuis le XVIIe, et dont les cultivars répandues en Europe dans les jardinières sous le nom de "géraniums" sont les victimes de la chenille qui s'en prend aux bourgeons floraux.

     

     

                   I. Nom scientifique.


    1. Famille et sous-famille.

    a) Famille des Lycaenidae, William Elford Leach, 1815. Les Lycénides ou Lycènes.

     

           Leach, William Elford, 1790-1836  "Insecta" pp. 329-336."Entomology". pp 646-747 in D. Brewster éditeur, Brewster's Encyclopaedia Edinburgh, [Edinburgh, volume 9, 1, 04/1815 pp. 57-172  : selon Sedborn 1937] [Philadelphia, E. Parker,1816? selon BHL Library]  page 718. [ Article publié anonymement et attribué à Leach, qui avait annoté son propre manuscrit]

    La famille Lycaenidae tient son nom du genre Lycaena de Fabricius (1807). Elle comprend les Blues ou Azurés, les Coppers ou Cuivrés et les Hairstreaks ou Thécla, et nos Argus :

    • Sous-famille des Theclinae Butler, 1869 : [Thiéclines : Théclas ou Thècles et Faux-Cuivrés].
    • Sous-famille des Lycaeninae [Leach, 1815] : [Lycénines : Cuivrés].
    • Sous-famille des Polyommatinae Swainson, 1827 : [Polyommatines : Azurés, Argus et Sablés].

    b) Sous-famille des  Polyommatinae Swainson, 1827.

    Elle tient son nom du genre Polyommatus créé par Latreille en 1804; "Tableau méthodique des Insectes" in Nouveau Dictionnaire d'Histoire naturelle appliqué aux arts, principalement à l'Agriculture et à l'Économie rurale et domestique, par une Société de naturalistes et d'agriculteurs ; avec des figures des trois Règnes de la Nature, Paris : Deterville, an XII [1804] 24 (6) p. 185 et 200, espèce-type: Papilio icarus Rottemburg.

    Polyommatus vient du grec polus "beaucoup", et omma, ommatos, "œil" : c'est un qualificatif du géant Argos qui disposait de cent yeux, dont cinquante étaient toujours ouverts. C'est lui que la jalouse Héra envoya surveiller Io, transformée en génisse après ses amours avec Zeus.

      Ce nom est en rapport avec les nombreux ocelles des ailes des papillons bleus.

    Cette sous-famille contient, en France, 18 genres :

    •  Leptotes Scudder, 1876
    • Lampides Hübner, [1819]  
    • Cacyreus Butler, 1897
    • Cupido Schrank, 1801
    • Celastrina Tutt, 1906
    • Maculinea Eecke, 1915 
    • Pseudophilotes Beuret, 1958
    • Scolitantides Hübner, [1819]
    • Iolana Bethune-Baker, 1914
    • Glaucopsyche Scudder, 1872
    • Plebejus Kluk, 1780 
    • Aricia [Reichenbach], 1817
    • Plebejides Sauter, 1968
    • Eumedonia Forster, 1938
    • Cyaniris Dalman, 1816
    • Agriades Hübner, [1819]
    • Lysandra Hemming, 1933
    • Polyommatus Latreille, 1804.

     

            

    2. Nom de genre :  Cacyreus, Butler, 1897.

    a) Description originale :


     

     Butler, A. G. 1897 (1898). On three consignments of Butterflies collected in Natal in 1896 and 1897 by Mr. Guy A. K. Marshall. Proceedings of the Zoological Society of London, 4: 835-857, page 845 .
     

    — Description :

     Cacyreus lingeus, Cramer « The generic name of Hyreus being preoccupied in Birds, I will rename this genus Cacyreus, taking C. lingeus as type. »

     — Type spécifique: Papilio lingeus, Stoll, [1782] ; in Cramer, Uitl. Kapellen 4 (32-32): 176, pl. 379, fig. F, G. Lingeus est un papillon du Cap de Bonne-Espérance se trouvant selon Cramer  "dans la collection de Mr. le Ministre E.F Alberti". Cette collection est citée plusieurs fois dans la publication de Gaspar Stoll.

    Ericus Franciscus Alberti (1724-1788) était un pasteur luthérien d'Amsterdam (prédicateur à Zieriksee 1744-1746) dont la collection a apparemment été vendue, peut-être aux enchères. On connaît une publication de lui, Leerredenen opentlyk gehouden te Amsterdam in de Luthersche Oude Kerk, den 22sten en 25sten van den maand November 1767, 62 pages Uitgave Amsterdam: de Wed: David Weege en J. Weege, 1788 ; voir aussi ici, et son portrait par Jacob Houbraken au Teylers Museum d'après une peinture de J. de Buis 1769.

     Portret Ericus Fridericus Alberti | Houbraken, Jacob

     

    b) caractéristiques. J.N Eliot 1973.

     

    • ailes antérieures à 11 veines et 12 espaces libres.
    • androconie sur l'emplacement habituel, de type "battledore" : les écailles androconiales ont nommées "battledore" par comparaison avec une raquette du jeu de Volant depuis Nabokov, ou plutôt depuis John Watson, "On the battledore Scales of Butterflies", Monthly Microscopical Journal Août 1, 1869 pp. 73-80 Planche 21  . La raquette de tennis ou de badmington fait aussi l'affaire, pourvu qu'on   imagine l'écaille implantée sur l'aile par le manche. 

                                      images?q=tbn:ANd9GcQ53dMRqcuDn3CfvW9aNkO

    • Une queue à l'aile postérieure, ou un lobe vestigial 
    • Yeux et palpes velus
    • caractères des genitalia

     

     

    Origine et signification du nom Cacyreus.

     

    —Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 194 :

    Cacyreus : étymologie non élucidée.

     

     

    Discussion.

            Hyreus (Hyrieus, Hyriée) est, dans la mythologie (Ovide, Fastes, V, 495-535), un pauvre berger de Béotie, à qui Jupiter, Neptune et Mercure demandèrent un jour l'hospitalité. Il n'hésita pas à tuer l'unique bœuf dont il disposait. Impressionné, Jupiter lui fit choisir de demander ce qu'il voudrait ; Hyreus répondit qu'il voulait un fils, mais que, veuf, il ne voulait pas se remarier. Les trois dieux firent naître Orion de la peau du bœuf dont ils s'étaient régalés, et de terre détrempée d'eau.

      Hübner a créé en [1819] le Coitus [Genre] Hyreen, Hyrëi (Hyreus) dans la seconde Tribu des Gentiles, Stirps 1 des Agrodiatei, Famille A des Adolescentes, Coitus n°9. Il est définit ainsi : Die Flügel unten marmorähnlich gefleckt. Il comprend trois espèces n°692 à 694, Hyreus Lingeus Cramer, Hyreus Palemon Cramer, et Hyreus Misenes Cramer. 

    Le genre Hyreus Hübner [1819] n'étant plus valide selon le Code International par préemploi dans la classe des Oiseaux par Stephens en 1816  (in Shaw, Gen. Zool., Aves 9 (2) : 337) selon la loi d'Homonymie, Butler, qui veut décrire ce genre et y placer une nouvelle espèce, se voit contraint de créer un nouveau nom de genre : il le forme sur le squelette de l'ancien nom déchu -yreus, en le précédant du suffixe Cac-, qui procède peut-être du grec kakos, "mauvais". Cet adjectif doit sans-doute être compris plutôt ici comme "invalide" :  Cacyreus serait alors à interpréter comme kakos Hyreus, "Hyreus devenu invalide".

     

    Puisque Butler ne donne pas de description de son genre Cacyreus, on peut rappeler la description du genre Hyreus de Hübner :

    a) Stirps  Agrodiates :  Die Streichler kalschnauzig, die Wangen weiß geränget, die Ohren ziemlich kurz, langkolbig. Die Stutzen, vorzüglich, die Aerme, kurz.

    b)  Familia A : Junge, Adolescentes. Die Ohren ziemlich dickfolbig. Die Flügel rundlich stumpf, oben blau, unten blatz. (Les antennes en bulbe assez épais. Les ailes émoussées de façon arrondie, bleues au dessus, pâles en dessous.)

    c) genre Hyreus : Die Flügel unten marmorähnlich gefleckt.  (La face inférieure des ailes tachetées et comme marbrées.)

     

     Addendum : le genre Harpendyreus, Heron, 1909.


    En 1909, dans le compte-rendu de l'expédition dans les Monts Ruwenzori (Ouganda et Congo), Francis Arthur Heron, (1864-1940) un collègue de Butler assistant-conservateur du British Museum et spécialisé dans les papillons africains, néotropicaux et orientaux  créa le genre Harpendyreus Heron, 1909; Trans. zool. Soc. Lond. 19 : 158. Il distinguait ainsi l'espèce H. reginaldi de celles du genre Cacyreus.
    Le nom est construit en imitation de Cacyreus et suggère ainsi une référence à quelque Harpendus ou Harpendos ; je ne trouve que la ville d'Harpenden en Angleterre, mais je ne peux justifier ce choix.

     

     

     3.  Nom d'espèce : Cacyreus marshalli, Butler, 1898.

     

    a) Description originale

    Butler, A. G. 1897 (1898). "On three consignments of Butterflies collected in Natal in 1896 and 1897 by Mr. Guy A. K. Marshall". Proceedings of the Zoological Society of London, 4: 835-857, page 845-846.   

    Differs from C. palaemon in its squarer form, the costa of the primaries being shorter and the secondaries with shorter abdominal margin. Owing to the bronze-brown colouring of the upper surface, the white spots on the fringe appear more conspiscuously : the primaries below have larger but less sharply defined white spots on the outer border ; the secondaries have narrower bands, that from the middle of the cell to the abdominal margin being more interrupted but grey and indistinct (so that the wing appears to be crossed by a broad belt of greuish white), the dark discal band curves upwards at its abdominal extremity, the last spot composing it being small and heart-shaped ; the anal area is filled with a qudrate patch of pale sandy brown, forming the outer part of the usual whitish irregular blotch,which is more acutely indented on its outer margin ; lastly, the two usual black spots show little (often no) metallic green scaling. Expanse of wings 20-28 millimeters.

     

    Escourt, 4000 feet, 2nd, 14th, 15th and 18th October, 22nd, 3323 rd, 28th, and 29th November, and 13th December ; Frere, 3800 ft, 2nd and 4 th December, 1896.

     07075_Cacyreus_marshalli_845_s.gif

    07075_Cacyreus_marshalli_846_s.gif

    07075_Cacyreus_marshalli_857_s.gif

    Planche 50 (Fig.4 = C. palaemon. Fig.5 = C. marshalli.)

    proceedingsofgen97scie_1018.jp2&scale=6&

                  07075_Cacyreus_marshalli_pl_l_fig_5.gif

     

    b) L'auteur et son article : Arthur Gardiner Butler et Sir Guy Marshall.

    b1. Arthur Gardiner Butler, né le 27 juin 1844 à Londres et mort le 28 mai 1925 à Beckenham dans le Kent, est un zoologiste britannique. Il a grandi à  Londres à Chelsea  Cheyne Walk. Il était le fils de Thomas Butler, un employé du British Museum qui devint  en 1857 secrétaire adjoint de Antonio Panizzi, le Directeur de la Bibliothèque du British Museum. Il travailla au British Museum et fit paraître de nombreux travaux de taxinomie sur les oiseaux, les insectes et les araignées.

    Il fait paraître, en entomologie :

    •  Catalogue of diurnal lepidoptera of the family Satyridae in the collection of the British Museum (1868)
    •  Catalogue of Diurnal Lepidoptera Described by Fabricius in the Collection of the British Museum (1870)
    •  Lepidoptera Exotica, or, Descriptions and illustrations of exotic lepidoptera (1869-1874),
    •  Tropical Butterflies and Moths (1873),
    •  Catalogue of the Lepidoptera of New Zealand (1874),
    •  The butterflies of Malacca (1879).

    Butler était  membre de la Royal Entomological Society, de la Linnean Society of London, de la  Zoological Society of London et de la British Ornithologists’ Union.

     

     

     


    220px-Arthur_Gardiner_Butler.jpg 

     

    b2. Sir Guy Anstruther Knox Marshall (20 Décembre 1871 à Amritsar, au Pendjab - 8 Avril 1959 à Londres), était un entomologiste britannique d'origine indienne qui fut un spécialiste des Curculionidae.

     Le père de Guy, le colonel Charles Henry Tilson Marshall (1841-1927) et son oncle, le Major-général George Frederick Leycester Marshall (1843-1934), étaient tout deux des naturalistes qui ont publié des livres sur les oiseaux et les papillons de l'Inde, de la Birmanie et de Ceylan.

    Marshall a fait ses études en Angleterre à Margate où il a commencé une collection de papillon, puis a transféré ses attentions vers les coléoptères lorsqu'il entra à Charterhouse, Surrey (l'une des neuf Public schools les plus prestigieuses alors en Angleterre). Après qu'il eut  échoué à l'examen d'entrée à la fonction publique indienne, son père l 'envoya en 1891 dans la Province de Natal en Afrique du Sud pour se former à l'élevage des moutons. Il alla ensuite en 1895 à Salisbury (colonie de Rhodésie du Sud, actuelle Harare, Zimbabwe), où il dirigea la Salisbury District and Estates Company et où il posséda deux fermes. Il y collecta des espèces dans le Mashonaland. Il ne retourna pas à Londres avant 1906.

    Marshall correspondait dès 1896 avec l'éminent darwinien Edward Bagnall Poulton, Hope Professor de zoologie  à l'Université d'Oxford et auteur de  The Colours of Animals (1890). Poulton exhorta Marshall à étudier la couleurs d'insectes sur le plan du mimétisme et du camouflage. Tout au long de ce projet de recherche Marshall mis en place une collection de spécimens de plantes d'Afrique australe. Ses résultats ont été publiés en un document commun (Five years' observations and experiments (1896-1901) on the bionomics of South African insects ) dans Transactions of the Entomological Society of London en 1902. 

     

    Poulton aida ensuite (1907)  Marshall à obtenir un poste au  Sarawak Museum de Bornéo. Marshall, cependant, est tombé malade lors d'un séjour à Londres, d'une maladie contractée en Afrique. Lorsque certains de ses articles sur les charançons ont été publiés, on lui a offert un poste en tant que secrétaire scientifique du Entomological Research Committee (Tropical Africa), et il est resté à Londres. La fonction du Comité était de réunir un entomologiste de terrain  en Afrique de l'Ouest et un autre en Afrique de l'Est pour étudier les insectes nocifs pour les humains, les cultures et les animaux, et  envoyer des échantillons au Muséum d'Histoire naturelle de Londres pour identification. Sous la direction de Marshall, la commission s'est développé en un corps puissant et efficace. 

    En 1913 Sir Guy Marshall fonda l' Imperial Bureau of Entomology (1913-1933) qui devint l'Imperial institute of Entomology (1933-1947), dont les principales fonctions sont l'identification des insectes ravageurs et la rédaction d'un périodique mensuel donnant des résumés de toute la littérature entomologique actuelle. Cet organisme fut nommé  The Commonweath Institute of Entomology, puis finalement, tous les services d'information agricole furent fusionnées en 1947 dans le Commonwealth Agricultural Bureaux (CAB ou CABI)  Marshall a créé le service de contrôle biologique à Farnham House (entre Londres et Southampton), donnant naissance à un réseau mondial de laboratoires et la création de deux publications scientifiques: le Bulletin of Entomological Research et la Review of Applied Entomology. 

    L'organisation de Marshall endossa l'énorme tâche de rédiger la division 'Insectes » du Zoological Record. Il a été élu membre honoraire de la Royal  of Entomological Society de  Londres,  élu à la Royal Society, à l'Académie américaine des arts et des sciences, à la Royal Society de Nouvelle Zélande, l'Indian Institute of Science, la Société royale belge d'entomologie, et de la  Société entomologique Russe. 

     

    Le travail d'identification de Marshall à l'institut a mené à sa connaissance approfondie de taxonomie des insectes. Sa spécialisation dans les Curculionidae était née par accident plutôt que par choix, car ils étaient le seul groupe laissé intact après un voyage en Angleterre en 1896. Au total, il a décrit quelques 2300 nouvelles espèces dans quelque 200 documents. Après sa retraite, le Museum d'Histoire Naturelle mis à sa disposition un bureau pour son travail taxonomique, qu'il a poursuivi jusqu'à peu de temps avant sa mort.

    Sir Guy Marshall, founder of CABI, with Mr Nazir Ahmad Aslam, a student from Pakistan

     

    b3. L'article en commun.

    Le titre de cet article peut se traduire par "Sur trois lots de papillons expédiés du Natal en 1896 et 1897 par Guy Marshall". En 1896, Butler avait 52 ans et Marshall ...25 ans. L'article de Butler débute ainsi :

      "Depuis son retour en Afrique du Sud, M. Guy A.K. Marshall a plus que généreusement tenu une promesse qu'il m'a faite en Angleterre lorsqu'il récoltait  des lépidoptères pour le Museum : en effet, les envois se sont succedés si rapidement qu'il a été impossible de monter les spécimens aussi vite qu'ils étaient réceptionnés. Les notes qui accompagnaient la plupart des espèces sont d'un intérêt considérable pour les lépidoptéristes en général: donc, comme les trois premiers lots, composé de 667 spécimens, sont maintenant réunis ensemble, je crois qu'il est préférable de traiter déjà de ceux-ci, laissant la description d'un lot supplémentaire juste reçu pour une publication ultérieure.

    M. Marshall est un collectionneur admirable et infatigable, et il connaît si bien les Papillons sud-africains  qu'il a été en mesure d'ajouter de nombreux spécimens  à la Collection nationale [britannique], certains d'entre eux étant, comme mon ami M. Trimen* me l'assure, d'une rareté considérable , et un ou deux n'ont été soit que récemment découverts soit étaient encore inconnus de la faune d'Afrique du Sud.

     A propos de son premier envoi, M. Marshall écrit (Estcourt, Natal, le 20 Octobre 1896): - «Je vous fais parvenir ce courrier par un petit échantillon des papillons que je ai pris depuis mon arrivée à Natal, et j' espère que vous trouverez quelques spécimens intéressants et utiles parmi eux."

    * Roland Trimen (Paddington, Londres, 29 octobre 1840-25 juillet 1916 à Londres) était un entomologiste (spécialiste des lépidoptères sud-africains) et naturaliste britannique et sud-africain. Il fut conservateur du South-African Museum au Cap de 1872 à 1895, succédant à ce poste à Edgar Leopold Layard (1825-1900).

     

    Nous sommes donc amenés à imaginer les relations amicales nouées entre Butler, responsable des collections de papillons au British Museum, et le jeune Guy Marshall lors de ses études à Chaterhouse, soit plutôt lors d'un retour en Angleterre après son arrivée en Afrique du Sud en 1891.

     Alors qu'il est né au Penjab, il peut sembler curieux que Marshall soit envoyé en Afrique du Sud par, ou sur le conseil de son père. Mais la Province du Natal était alors une colonie de l'Empire britannique :   "En 1856, les 10 000 colons du Natal obtiennent l'autonomie législative. L'économie de la colonie est alors centrée sur la culture de la canne à sucre. Refusant de faire appel aux Africains confinés dans les réserves territoriales de la colonie, le gouvernement britannique fait appel à ses colonies indiennes et asiatiques pour qu'elles fournissent la main d'œuvre suffisante au développement économique des plantations de cannes à sucre. Entre 1866 et 1911, plus de 150 000 travailleurs sous contrat, originaires principalement de Madras et de Calcutta en Inde, débarquèrent au Natal auxquels s'ajoutèrent plusieurs milliers d'Indiens gujarati qui s'établirent librement comme commerçants. En 1893, le Natal devient une colonie à part entière de la Couronne britannique, dotée de son propre gouverneur. En 1897, le Zoulouland est annexé au Natal." (Wikipédia) Il existe donc des liens étroits entre l'Inde et le Natal.

     Le Natal en rouge, la colonie du Cap en bleu :

    220px-South_Africa_late19thC_map.png

     Il est aussi important d'avoir à l'esprit le climat politique de cette région qui va être concernée par la Guerre des Boers deux ans après les excursions entomologiques de Marshall :

    Les Boers étaient les descendants des premiers colons d'origine néerlandaise, allemande et de huguenots chassés de France, arrivés en Afrique du Sud aux xviie et xviiie siècles. Le terme de Boer (paysan), qui désignait principalement les habitants des républiques boers, laissera, au xxe siècle, la place à celui d'Afrikaner pour désigner l'ensemble de cette communauté blanche d'Afrique du Sud.

    Des gisements d'or furent progressivement découverts dans les montagnes à l'est du Transvaal, qui attirèrent rapidement divers aventuriers originaires des colonies britanniques environnantes.

    La guerre fut déclarée le 11 octobre 1899, et les Boers attaquèrent les premiers en envahissant la Colonie du Cap et la Colonie du Natal entre octobre 1899 et janvier 1900. À l'ouest, dans la colonie du Cap, la première confrontation intervint le 12 octobre à Kraaipan, remportée par les Boers sur la route de Kimberley. La première bataille au Natal se tint à Talana Hill le 20 octobre, et se conclut par une victoire illusoire des Britanniques. Il s'ensuivit quelques succès militaires des Boers contre le général Redvers Buller.

    À la fin de ce deuxième conflit, les deux républiques boers, l'État libre d'Orange et la république sud-africaine du Transvaal, perdirent leur indépendance et furent intégrées à l'Empire britannique. (Wikipédia)


    Les diverses espèces envoyés au Museum par Marshall sont accompagnées du lieu et de la date de leur capture. On peut donc suivre le filet à papillons de Marshall au nord de Dublan, et à l'est des sommets du Drakensberg, sur les sites de Tugela River, Malvern, Estcourt 4000ft, Niginya, 6500 ft, Durban, Ulundi, Chuga's Hill, Weenen, et de la forêt de Karkloof, réserve naturelle aujourd'hui renommée pour ses safaris, ses spas, son papillon Bleu de Karkloof Orachrysops ariadne, parmi les girafes du bush. Ces toponymes ont parfois marqué l'histoire : c'est à Estcourt que Winston Churchill, jeune correspondant de guerre, a été capturé en 1899 par les Boers ; et c'est près de Karkloof que Nelson Mandela a été capturé en 1962. C'est aussi là qu'eut lieu en 1875 le premier vol habité, sur un planeur.

    http://www.biodiversitylibrary.org/page/30988066#page/975/mode/1up

     

    giraffe.jpg

     

     

     

    270px-Upland_South_Africa_Savanna.jpg

     

     

     

    c) Localité et description

    — Localité-type : Estcourt, province de Natal, Afrique-du-Sud

     

    — Selon Dupont et al. 2013, Cette espèce introduite en Europe accidentellement dans les années 1990 est une espèce envahissante dont les chenilles se développent sur des plantes ornementales (Pelargonium sp.).

    Selon Wikipédia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Brun_des_p%C3%A9largoniums :

                       220px-G_bronze.JPG

    "Le Brun des pélargoniums est un petit papillon d'une envergure de 15 mm à 23 mm pour le mâle, 18 mm à 27 mm pour la femelle, au dessus marron bordé d'une frange blanche entrecoupée de marron, avec aux postérieures une queue et un petit ocelle en position anale. Le revers présente des dessins en lignes dans divers tons de marron, certains très colorés, et la même frange blanche entrecoupée de marron. Les espèces ressemblantes (pour la présence de deux petites queues) sont Lampides boeticus et Leptotes pirithous.

    Les chenilles, d'abord de couleur vert tendre changent de coloration, portent des marques roses formant des lignes sur le dos et des poils raides de couleur blanche, ce qui fait qu’on les confond avec les boutons floraux dans lesquels elles pénètrent (phénomène de mimétisme cryptique).

    Biologie : Aux Baléares, on compte jusqu'à six générations du brun des pélargoniums par an. En élevage, le cycle biologique dure en France autour d'un mois. Dans les Bouches-du-Rhône, l'adulte peut être observé dès le mois de janvier et jusqu'en mi-octobre en Charente. La plante-hôte de sa chenille sont les Pelargonium et dit-on, les Geranium, Geranium sylvaticum, Geranium pratense, Geranium pyrenaicum,Geranium robertianum. Mais des travaux de l'INRA montreraient que les Geranium indigènes ne seraient pas plantes-hôtes et que seuls les Pelargonium seraient concernés.

    220px-Cacyreus_marshalli_areale.png

    Carte de répartition. En vert : présent. En orange : présent dans certaines zones

    Le Brun des pélargoniums est présent dans le sud de l'Afrique (Afrique du Sud, Mozambique, Zimbabwe), et a été introduit aux Baléares puis s'est étendue au Maroc, à l'Espagne, à la France et en Belgique. Elle est également repérée en Suisse (Tessin), en Autriche et en 2003 à Palerme (Sicile). En France il est présent dans tout le sud jusqu'en Charente-Maritime, Charente, Dordogne, Lot, Cantal, Loire, Saône-et-Loire et Ain. Il a été signalé en Seine-Saint-Denis et dans le Haut-Rhin. L'espèce étant originaire d'Afrique du Sud, des stades immatures sont, selon toute vraisemblance, introduits accidentellement aux Baléares par transport avec des “géraniums” (Pelargonium). Observée à Majorque en 1988, l'espèce envahit rapidement l'île, puis le reste des Baléares, débordant sur l'Espagne continentale. Dès 1991, un Brun des pélargoniums est capturé à Bruxelles. En 1996, des colonies sont repérées près de Rome. En 1997, l'espèce, déjà présente en Catalogne, au Portugal et au Maroc et dans le sud de la France, est observée à Amélie-les-Bains (Pyrénées-Orientales) ainsi qu'en Grande-Bretagne (Sussex).

     

    L'expansion du Brun des pélargoniums, soutenue par le goût des habitants des villes et des villages pour le “géranium” et l'absence de parasites et prédateurs spécifiques, n'a pas été freinée dans les dernières années par sa relative disparition des balcons, du fait des ravages causés par les chenilles de l'espèce qui se nourrissent de toutes les parties aériennes de la plante, notamment des fleurs et des bourgeons floraux. Il semblerait donc que son établissement en France, au moins dans les régions méditerranéennes, soit à présent réalisé. Pour certains, le réchauffement climatique favoriserait cette expansion. Il réside dans les jardins et tous les lieux où sa plante-hôte est cultivée, parcs, balcons et autres. L'espèce est considérée comme nuisible et sa destruction est obligatoire."

     

     

    c) Origine et histoire du nom marshalli. 

     

    — Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 194 :

    marshalli : taxon dédié à Sir Guy Anstruther Knol Marshall (1871-1959), qui devint, quelques années après cette dédicace, le premier Directeur de l'Institut Entomologique du Commonwealth.

     

    — Arizzabalaga & al. 2013 :  

    Dedicada a P. Marshall, entomòleg anglosaxó

     

    Discussion.

            Arthur Gardiner Butler, employé au  British Museum et très attaché à cette époque à la description de espèces tropicales ou exotiques, rend hommage dans sa description originale de 1897-1898 d'une nouvelle espèce du genre Cacyreus à Sir Guy Anstruther Knox Marshall (1871- 1959 ). Celui-ci, qui deviendra le Directeur du  Commonweath Institute of Entomology, créera deux publications scientifiques ( le Bulletin of Entomological Research et la Review of Applied Entomology), et sera l'un des fondateurs du CABI, organisation internationale d'expertise entomologique et mycologique très attentive aux maladies propagées par les espèces envahissantes (pest diseases), n'est encore qu'un jeune entomologiste amateur qui explore la Province du Natal où il songe à s'établir comme éleveur à la demande de son père. En quelques mois de 1896-1897, il adresse 677 spécimens venant de ce paysage de brousse et de forêt, et notamment cette nouvelle espèce provenant de la ville d'Estcourt, au nord de Dublan. Il est donc parfaitement logique que Butler honore Marshall en donnant son nom à une nouvelle espèce de Cacyreus.

     

                   150px-Hermann_geranium_africanum1.jpg

     

                  II. Noms vernaculaires.


     

     

    I. Les Noms français. 

     

       L'espèce qui n'est apparue en France qu'en 1997 dans les Pyrénées-Orientales, et en 1999 dans le Var, n'a reçue un premier nom vernaculaire qu'en 2000 dans "Les papillons de jour de France Belgique et Luxembourg et leurs chenilles" de Tristan Lafranchis, qui est donc jusqu'à plus ample informé le créateur de ce nom. En 2007, Gérard Luquet créa "l'Argus des Pélargoniums" dans l'ouvrage "Les papillons de jour d'Île-de-France et de l'Oise" de Doux et Gibeaux, 2007. En 2013, Gérard Luquet (Dupont & al. 2013) utilise la forme "Brun des Pélargoniums".   l'INPN mentionne pour sa part, et avec cet emploi des majuscules, les formes "Brun du pélargonium" et "Argus des Pélargoniums".

     Le nom s'explique par la couleur uniforme de la face supérieure des ailes ("brun") et par le genre de la plante-hôte (les géraniums). Le nom "Argus" se justifie plutôt sans-doute par le souci d'inclure cette espèce dans un groupe dénominatif, car les ocelles qui sont le propre des "Argus" (Argos étant un géant aux cent yeux) sont absents ou réduits ici à une rangée de minuscules lunules blanches. 

      Pelargonium vient du grec pelargos, "cigogne" en raison de la forme des fruits semblable à un très long bec pointu. Les géraniums sauvages  étaient nommés depuis le XVIe siècle au moins Bec de Cigogne, Bec de Grue.

    Si les genres Pelargonium et Geranium L. 1753 sont clairement distincts pour les botanistes, il  existe une confusion complexe dans l'emploi des noms vernaculaires Pélargonium et Géraniums par le grand public ou les vendeurs de jardineries. On se reportera, comme je l'ai fait,  à un remarquable article de Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Geraniaceae dont je reprends ceci :

    Alors que les Géraniums sauvages européens  avaient été décrits  au XVIe siècle ( Jean Bauhin Historia plantarum, 1651), les Pelargonium sont originaires d'Afrique du Sud et ont été introduits en Europe dès le XVIIe siècle et qu'ils sont utilisés comme plante ornementale. La plupart des plantes nommées communément « géraniums » par les fleuristes n'appartiennent pas au genre Geranium (tel qu'actuellement délimité par les botanistes) mais au genre Pelargonium. Ils portent ce nom en français depuis le xviie siècle bien avant que les botanistes ne s'accordent à les classer dans le genre des Pelarganium. Car à l'époque de l'importation des Gerianaceae d'Afrique du Sud, le genre Geranium tel que circonscrit par Linné en 1753 dans Species Plantarum regroupait les espèces qui actuellement sont comprises dans les genres Pelargonium, Erodium et Geranium.

    En bref, nous nommons géraniums les plantes de nos jardinières qui sont botaniquement des plants de Pelargonium. Comme le Cacyreus marshalli est une espèce inféodée au genre Pelargonium, comme elle a été décrite en Afrique du Sud,  et comme son espèce-type C. lingeus a sa localité-type au Cap de Bonne-Espérance, nous ne perdrons pas notre temps à découvrir comment la région de Cap est devenue  un centre de diffusion mondiale de Pelargonium

      La première plante apparentée aux géraniums que les marchands-navigateurs ramènent du Cap de Bonne-Espérance arriva à Leyde avant 1600 et fut appelée Geranium Indicum puis Geranium triste en raison de la pâleur jaunâtre de ses pétales. Elle fut rattachée aux géraniums. Elle fut enregistrée comme une plante venant d'Inde, probablement parce qu'elle fut rapportée par un navire provenant de ce pays et faisant escale au Cap. D'abord cultivée en Hollande , elle apparaît ensuite dans le catalogue de plantes du pépiniériste parisien René Morin en 1621, puis chez Tradescant à Londres en 1631.  La première espèce africaine (Geranium Africanum) fut introduite en Hollande, en France puis en Angleterre au début du XVIIe siècle. Un siècle plus tard, les ancêtres des trois principaux groupes des géraniums horticoles modernes, le Zonal, le Géranium-lierre, et le Regal, étaient arrivés en Hollande. Un jeune collecteur des jardins de Kew, Francis Masson, envoyé au Cap en 1772, fut responsable pendant 20 ans, de l'introduction de 102 nouvelles espèces. 

     À la veille de la Révolution de 1789, le magistrat et botaniste parisien, Charles L'Héritier, se trouvait à Londres où il put avoir accès pendant un an à l'herbier de Banks sur les géraniums africains. Il y travailla à un grand texte inachevé, intitulé Geraniologia, illustré par plusieurs peintres et graveurs dont Pierre-Joseph Redouté, dans lequel il proposait de séparer le genre Geranium de Linné en trois genres : deux nouveaux genres, appelés Pelargonium et Erodium et le reliquat de l'ancien genre. Le premier regroupant les espèces possédant une corolle irrégulière (zygomorphe*) et le second regroupant les espèces dont les filets des capsules sont barbus et en spirale. Restaient sous le genre Geranium, les espèces à corolle régulière (actinomorphe).  

    *Zygomorphe : du grec zygon, "joug, balance" donc "accouplé par deux", la corolle ayant une symétrie bilatérale et non une symétrie radiale (en rayons de roue) comme les Geranium). Voir Zygaena, formé sur la même racine grecque).

    Les Pélargoniums se divisent en espèces sauvages, et en cultivars qui sont nommés "géraniums des fleuristes". Cacyreus marshalli n'est préoccupant que pour les cultivars (géraniums ornementaux) mais pas pour les plants sauvages

     

    7. Noms vernaculaires contemporains :

     

     

    —Bellmann / Luquet 2008 : non cité.

    — Chinery / Luquet 2012  : non cité

    — Doux & Gibeaux 2007 : "L'Argus des Pélargoniums".

    — Lafranchis, 2000 : "Brun des Pélargoniums" .

    — Tolman & Lewington / P. Leraut 2009 : "Brun des pélargoniums".

    — Wikipédia : "Brun des pélargoniums".

     

     

           

    III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

     

    • "Geranium Bronze" en anglais
    • "Perlagonienbläuling" en allemand
    • "Geraniumblauwtje" en néerlandais
    • "Trädgårdsblåvinge" en suédois
    • "Taladro de los Geranios" en espagnol
    • "Barrinadora dels geranis" en catalan : "Barrinadores" Per les larves endòfites a les tiges de la planta nutrícia "Barrinadora dels geranis" Per l’especifitat de la planta nutrícia, els geranis cultivats (Pelargonium spp.)    
    • "Effyd ymyl" wen en gallois

     

     Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR


     

     

                 Bibliographie, liens et Sources.

     

    — Funet : Cacyreus marshalli

    — Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : Cacyreus marshalli

     — UK Butterflies : Cacyreus marshalli

    — lepiforum : Cacyreus marshalli

     

          Bibliographie générale des Zoonymies :   Zoonymie des Rhopalocères : bibliographie.

                  

     

    Repost 0
    Published by jean-yves cordier
    commenter cet article
    23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 19:39

    Zoonymie (étude du nom) du papillon la  Thécla du chêne Quercusia quercus,     Linnaeus (1758)

    La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

     

    Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

     

    Résumé. 

     

    Quercusia Verity 1943 : nom formé sur celui de l'espèce quercus. La thécla du Chêne est parfois classée dans le genre Favonius ou Neozephyrus Favonius vient d'un nom latin , formé sur le verbe faveo "être favorable" et désignant le Zéphyr, vent d'ouest. Neozephyrus , "Nouveau Zephyrus" reprend sur de nouvelles bases le genre Zephyrus Dalman, 1816. Ce dernier honorait Zéphyr, personnification du vent d'ouest, vent favorable dans l'Antiquité et qui, dans la Naissance de Vénus de Boticelli, pousse de son souffle la déesse vers les rivages de Chypre. 

    quercus (Linnaeus, 1758) : génitif du latin quercus, us ; "du chêne". Il s'agit d'une des 25 espèces sur 192 Papilio qui sont nommées selon leur plante nourricière dans le Systema Naturae de 1758. le nom désigne ici le genre Quercus, L.,1753, et non une espèce donnée.

    — Geoffroy a créé le nom vernaculaire "Le porte-Queue bleu à une bande blanche" en 1762 ; il a été suivi par Engramelle (1779). Puis Latreille (1818), Godart (1821) et Duponchel (1849) ont employé le nom de "Polyommate du Chêne", encore utilisé par Oberthür (1912-1921). Gérard Luquet a créé en 1986 une série de onze noms de Theclinae sur la structure Thécla + plante-hôte, dont  "La Thécla du Chêne", nom qui s'est imposé à tous.

     


                   I. Nom scientifique.

     


    1°) Famille des Lycaenidae, William Elford Leach, 1815. Les Lycènes.

           Leach, William Elford, 1790-1836  "Insecta" pp. 329-336."Entomology". pp 646-747 in D. Brewster éditeur, Brewster's Encyclopaedia Edinburgh, [Edinburgh, volume 9, 1, 04/1815 pp. 57-172  : selon Sedborn 1937] [Philadelphia, E. Parker,1816? selon BHL Library]  page 718. [ Article publié anonymement et attribué à Leach, qui avait annoté son propre manuscrit]

     

    La famille Lycaenidae tient son nom du genre Lycaena de Fabricius (1807). 

    • Sous-famille des Theclinae Butler, 1869 : [Thiéclines : Théclas ou Thècles et Faux-Cuivrés]. Hairstreaks en anglais
    • Sous-famille des Lycaeninae [Leach, 1815] : [Lycénines : Cuivrés].
    • Sous-famille des Polyommatinae Swainson, 1827 : [Polyommatines : ; Azurés, Argus et Sablés]. Blues en anglais.

    2°) Sous-famille des Theclinae Butler, 1869 : les Thèclas ou Thècles et les Faux-Cuivrés.

    Les Theclinés se distinguent par la présence d'une courte queue sur les ailes postérieures. Ils portent le nom de Hairstreaks ["cheveux-stries] en anglais, en raison (W. Dale) des lignes fines qui traversent la face inférieure de leurs ailes.

    Elle comprend trois tribus en France :

    • Tribu des Tomarini Eliot, 1973 (Genre Tomares ).

    • Tribu des Theclini Butler, 1869.

    • Tribu des Eumaeini Doubleday, 1847.

    3°) Tribu des Theclini Butler, 1869.

     

    —Genre Thecla Fabricius, 1807

    —Genre Quercusia Verity, 1943 

    —Genre Laeosopis Rambur, 1858.

     

    2. Nom de genre :  Quercusia Verity, 1943 .

     

    a) Description originale : 

             Verity, R. 1943. Le Farfalle diurne d'Italia 2. Divisione Lycaenida. Marzocco, Firenze. 2: 401 pp., page 343.

    — Description : non disponible

    — Type spécifique: papilio quercus Linnaeus, 1758.

     

      — Ce genre renferme une seule espèce en France

     

     Origine et signification du nom Quercusia

     

    —A. Maitland Emmet (1991) page 148 : 

    formed of the specific name of the  species quercus. 

    —Doux et Gibeaux (2007) page 168 utilisent le genre Neozephyrus.

    : Du latin neo, "nouveau" et zephyrus, par allusion à la ressemblance de l'espèce concernée avec celles du genre Zephyrus. Le latin zephyrus est lui-même emprunté au grec zephyros, qui signifie "vent d'ouest". dans la mythologie, Zephyre est une divinité gréco-romaine incarnant le vent d'occident. Venant de la mer, il répand la fraîcheur sur les êtres et sur les plantes, et, de son souffle vivant, il ranime la nature. C'est Zéphyre qui recueillit Vénus dans une conque de perle, alors qu'elle venait de naître des flots, et la poussa vers l'île de Chypre (Aubert, 1910 :27 et 69).

    — Perrein et al. (2012) utilisent le genre Neozephyrus page 188 : 

    Étymologie : du grec neos, "nouveau" et de Zephyre, divinité gréco-romaine, du latin zephyrus, "vent d'ouest" emprunté au grec zephyros, même sens. Zephyrus est l'ancien nom de générique créé par le Suédois Dalman en 1816 pour quelques espèces de Théclas ayant onze nervures aux ailes supérieures et des queues rudimentaires aux ailes inférieures.  

    — Arizzabalaga & al. (2013) :

    Neozephyrus Zèfir, nom d’un vent, antigament representat per una papallona 


    Discussion.

    Trois noms de genre sont actuellement utilisés par les auteurs : Quercusia, Neozephyrus, et Favonius.

     Neozephyrus Sibatani & Ito, 1942 . Tenthredo, Kyoto 3(4) : 324. Le nom est donné par similitude des espèces avec celles du genre Zephyrus :

     — Zephyrus Dalman, 1816 . K. svenska VetenskAkad. Handl. (1b) 1816(1) : 62.  est un synonyme junior du genre Thecla.

     Favonius Sibatani & Ito, 1942;[ Tenthredo 3 (4): 327, TS: Dipsas orientalis Murray]

     Favonius vient du nom latin favonius, formé sur le verbe faveo "être favorable" et désignant le Zéphyr, vent d'ouest.

    Zéphyr enlacé à Chloris dans La Naissance de Vénus de Boticelli.

                               

     

            Zéphyr du Palais de Peterhof, statue de Bonazza 1757

     


     3.  Nom d'espèce : Quercusia quercus (Linnaeus, 1758).

    a) Description originale

    Protonyme : Papilio quercus  Linnaeus, C. 1758. Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Holmiæ. (Salvius). Tomus I: 824 pp. Page 482.

     

    — Description :

    148. P[apilio] P[lebejus] alis subcaudatis supra caeruleis, subtus cinereis linea alba, puncto ani gemino fulvo

    Habitat in Quercu.

    b) références données par Linné  : 


    —James Petiver, 1702-1706 Gazophylacii page 18 tab.11 f.9
    Papilio minor fuscus, subtus striatus. The Hair-streak. This being brown both above and below, perhaps differ only in Sex from Mr. Ray's Purple-Streak Mus nostr. 319, which is purple above and much paler that this beneath.
    — John Ray, 1710 Historia insectorum page 126  f.8
    Papilio minor supina facie tota nigricante, pronam coeruleo viridi, cum linea in utrisque alis oblique transversa alba. 
    — Eleazar Albin 1720  A natural history   t.52 f.a6 The Purple-hair-streak.
    — Roesel 1746 Insecten Belustigung I pap. 2 t.9
    — W. Wilkes 1747-1749 pap. 61 t.1 a1. The Purple Hairstreak

    Comme Petiver nous y engage supra, nous consultons son Musei page 35 n°319 :

    Papilio minor caerulescens, subtus striatus. I never saw this but with Mr Ray,♂ Jul.-11-1699 who was then pleased to give it me.

    c) Localité-type et description :

    Localité-type : Angleterre, désignée par Verity (1943). Cette désignation est contestée par  Honey, M. R. & Scoble, M. J. 2001. Linnaeus's butterflies (Lepidoptera: Papilionoidea and Hesperioidea). Zoological Journal of the Linnean Society, 132(3): 277-399, page 376.

     

    — Selon Dupont & al. 2013, cette espèce est présente en Europe, en Anatolie et dans le Caucase. Elle est signalée partout en France. Les chenilles se nourrissent sur diverses espèces de Chênes.

    Ces mêmes auteurs écrivent aussi  : "Fauna Europaea place la Thécla du Chêne dans le genre Favonius Sibatani & Ito, 1942. Hsu & Lin (1994) ont montré que si cette espèce était placée dans le genre Favonius, ce dernier devenait polyphylétique. En l’attente d’études complémentaires de biologie moléculaire, nous maintenons la Thécla du Chêne dans le genre Quercusia."

    — Selon Wikipédia :

     "C'est un petit papillon qui se pose ailes fermées, c'est donc son verso de couleur grise, qu'il nous montre, avec aux postérieures une queue et à ce niveau un ocelle orange centré de noir. Neozephyrus quercus iberica est d'un gris argenté très clair avec une ligne blanche bordée de noir et des traces d'orange à l'angle inférieur des ailes postérieures. Le dessus des ailes est noir de suie, avec un reflet violacé ou pourpré. Ce reflet est largement étendu chez le mâle, plus restreint chez la femelle.

    La chenille, petite et trapue, est rousse avec une bande dorsale brun grisé d'où partent des stries. Les flancs sont marqués d'une ligne blanche. Il est très discret. Les adultes restent sur les chênes et se nourriraient du miellat des pucerons sur les feuilles des arbres.Il vole en une génération, de fin juin à début octobre. Il hiverne à l'état d'œuf pondu à la base des bourgeons. Ses plantes hôtes sont des chênes (Quercus), dont le Chêne vert (Quercus ilex), Quercus robur, Quercus petraea, Quercus cerris, Quercus pubescens et pour Favonius quercus ibericus Quercus ilex et Quercus coccifera. Son aire de répartition comporte l'Afrique du Nord, toute l'Europe (excepté l'Écosse et le nord de la Scandinavie mais comprise le partie européenne de la Russie), la Turquie, l'Asie mineure, l'Azerbaïdjan, l'Arménie et l'ouest de l'Iran. Il est présent dans tous les départements de France métropolitaine. C'est un lépidoptère des bois de chênes."

     

     

    c) Synonymes  INPN (Muséum) et sous-espèces.

    Liste des synonymes :


    • Bithys quercus interjecta Verity, 1919 Verity, R. 1919 Grypocera and Rhopalocera. The Entomologist's record and journal of variation, 31(3): 43-48. page 48 [http://www.biodiversitylibrary.org/page/30076329]

    • Favonius quercus (Linnaeus, 1758) 

    • Neozephyrus quercus interjecta (Verity, 1919) 

    • Neozephyrus quercus quercus (Linnaeus, 1758) 

    • Neozephyrus quercus (Linnaeus, 1758)

    • Papilio quercus Linnaeus, 1758

    • Quercusia quercus iberica (Staudinger, 1901)

    • Quercusia quercus interjecta (Verity, 1919)

    • Quercusia quercus quercus (Linnaeus, 1758)

    • Zephyrus iberica Staudinger, 1901

     

    [Taxonomie] Verity, R. 1919. Seasonal polymorphism and races of European Grypocera and Rhopalocera. The Entomologist's record and journal of variation, 31(2): 26-31, page 27. [http://www.biodiversitylibrary.org/page/30076308]

    Sous-espèces :

    LERAUT retient la présence de deux sous-espèces en France :

    •  quercus Linnaeus, 1758.
    • interjecta Verity, 1919. Localité-type : environs de Florence, Toscane, Italie.


    c) Origine et signification du nom  quercus.

            

     Les interprétations des étymologistes :

     

    — Anton Spannert (1888), page 23 :

    "quercus Eiche"

    — Arnold Spuler ( 1908) 1 page 54:

    „Quercus die Eiche.“

    — A. Maitland Emmet (1991) page 148 :

    "quercus (gen. sing.) of the oak genus : the correct foodplant.    

     — August Janssen (1980) page 42 :

    quercus = Eiche

    — Doux et Gibeaux (2007) page 168  :

            "genitif du mot latin Quercus, "chêne""

    — Perrein et al. (2012) page 187:

    Étymologie : du latin quercus, "chêne", "du chêne" pour Linné.

    — Arizzabalaga & al. (2013) :

    Neozephyrus quercus Per les plantes nutrícies, arbres del gènere Quercus 

    Discussion : 

            Un tel nom ne suscite guère de discussion : quercus est le génitif du latin quercus,-us "le chêne" et se traduit donc par "du chêne". Dans sa publication originale, Linné écrit Quercus avec une majuscule, ce qui peut laisser penser qu'il désigne le genre Quercus qu'il a lui-même créé en 1753 : il ne précise donc pas une plante-hôte précise, une espèce particulière, ni dans son nom spécifique, ni dans sa description Habitat in Quercu (quercus à l'ablatif, cas indiquant le lieu d'origine). 

    Dans son Systema Naturae de 1758, les Papillons de jour sont répartis en six Phalanges, Equites, Heliconii, Danaii, Nymphales, Plebeji, et Barbari. Ce papillon est décrit parmi les Plebeji rurales ou "Plébéiens ruraux", les "ploucs" (ce mot vient des Plou- bretons, radical débutant le nom des paroisses (Plougastel) noms de village lui-même issu de plebs, plebis). Cette demi-phalange — il existe aussi les Plebeji urbicolae, citadins— renferme les plus petites espèces aux chenilles-cloportes et aux ailes portant des taches sombres. 

    Les noms attribués aux espèces sont déterminés par le titre de leur phalange d'appartenance (nom de chevalier pour les Equites, nom de Nymphe pour les Nymphales, nom d'une Danaïde pour les Danai) mais 25 d'entre eux font exception et portent le nom de leur plante nourricière. 

    Aucun Equites, 2 Heliconii (ricini et psidii), 11 Danai (anacardii, crataegi, brassicae, rapae, napi, sinapis, cardamines, sennae, rhamni, cassiae, sophorae), 4 Nymphales (cardui, populi, urticae,  vanillae) et 8 Plebeji ( betulae, pruni, quercus, rubi, caricae, virgaureae, bixae, malvae). Tous ces noms portent, dans le Systema de Linné, une majuscule.

    Son Papilio Quercus appartient donc aux 8 Plebeji (dont 6 P. rurales) qui est désigné ainsi. Trois de nos Theclinae y figurent, Quercus, Pruni et Betulae

     

     

                  III. Noms vernaculaires.

     

     

     

     

     

    I. Les Noms français. 

     

     

     

    1. "Le Porte-queue bleu à une bande blanche" Geoffroy, 1762.

     Étienne-Louis Geoffroy  1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII  colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. page 58

     

    Papilio supra coeruleus subtus fuscus, linea undulata transversa albicante, alis secundariis infra macula duplici fulva, & in imo caudatis.

    Geoffroy donne aussi la référence suivante : Réaumur ins. I page 455.

     

    2.  "Le Porte-queue bleu à une bande blanche", Engramelle, 1779.

    Jacques Louis Engramelle 1779 Papillons d'Europe, peints d'après nature, Volume 1 page 154 n°71 planche XXXV   dessinée par  J.J Ernst et gravée par J.J Juillet.  

     

     3. "Le Polyommate du Chêne" Latreille,

    Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle tome 27 page 485 .  



    4. "Le Polyommate du Chêne", Latreille et Godart 1819

    Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 651 n°117.        .

    Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses.

     

     

    5. "Le Polyommate du Chêne", Godart 1821,

          Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1821, Catalogue méthodique page 190 et  planche 9secund figure 1 (le mâle) peinte par Vauthier et gravée par Lanvin.

                             

     

            

     

     

    13948

     

    13947

     

       6. Le Polyommate du Chêne, Duponchel, 1849. La chenille.

     — DUPONCHEL (Philogène Auguste Joseph) 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles , de MM. Godart et Duponchel . Paris : Germer Baillère, 1849, page 80. 

    Planche VIII fig. 30 © BHL

     

               

            

     

    6. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986 et le nom vernaculaire actuel.

     

      Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet proposait comme nom principal "La Thécla du Chêne" et écartait "Le Porte-Queue bleu à une bande blanche" de Geoffroy.

     

     G. Luquet donne à ses 18 Théclines (Theclinae)de France soit le nom de Thécla soit celui de Faux-Cuivrés en associant à ce qualificatif de groupe le nom de la plante-hôte : il propose ainsi une série de onze créations construits sur la structure Nom de groupe (Thécla) + plante-hôte. 

     

    7. Noms vernaculaires contemporains :

     

      Charles Oberthür et Constant Houlbert , dans leur Faune armoricaine de 1912-1921, utilisent le nom scientifique de Zephyrus quercus   puis citent dans leur texte page 96  le nom vernaculaire de "Polyommate du Chêne".

     

    — Doux & Gibeaux 2007 : " La Thécla du Chêne".

    — Perrein et al. 2012 : "Thécla du Chêne ".

    — Wikipédia : "Thécla du chêne".

     

     

    III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

    • "Purple Hairstreak" en anglais
    • "Blauer Eichen-Zipfelfalter" en allemand
    • "Morada" en catalan :Morades Pel color blau fosc          
    • "Nazarena" en espagnol
    • "Ikeflinter" en frison
    • "Ąžuolinis zefyras" en lituanien
    • "Ostrôžkár dubový" en slovaque
    • "Зефир дубовый" en russe
    • "Ostruháček dubový" en tchèque
    • "Tölgy-boglárka" en hongrois
    • "Hrastov repkar" en serbe
    • "Blåhale" en danois
    • "Eikenpage" en néerlandais
    • "Tamminopsasiipi" en finnois
    • "Tecla della quercia" en italien
    • "Eikestjertvinge" en norvégien
    • "Eksnabbvinge" en suédois
    • "Violett-siilaktiib" en estonien 
    • "Ozolu zefīrs" en letton.
    • "Pazik dębowiec" en polonais 
    • "Mormeşe" en turc.

    Langues celtiques  : 

    1. langues gaéliques :  irlandais (gaeilge) ; écossais (Gàidhlig ) ; mannois ( gaelg :île de Man).

    •  en irlandais

    •  en mannois.
    • "dealain-dè roinne stiallach corcarach" en gaélique écossais*

    2. Langues brittoniques : breton (brezhoneg) ; cornique (kernevek); gallois (Welshcymraeg).

    •  pas de nom en breton ; 

    • "Brithribbin porffor" en gallois.

     *Liste des noms gaéliques écossais pour les plantes, les animaux et les champignons. Compilé par Emily Edwards, Agente des communications gaélique, à partir de diverses sources.   http://www.nhm.ac.uk/research-curation/scientific-resources/biodiversity/uk-biodiversity/uk-species/checklists/NHMSYS0020791186/version1.html

     Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR

     

     

     

                   

     

     

    IV. Les noms vernaculaires en anglais selon M. Salmon (2000).

         Selon UK Butterflies: 

    "The Purple Hairstreak" est le porte-queue le plus commun des Îles Britanniques, et peut être trouvé dans des forêts de chênes dans le sud de la Grande-Bretagne, et plus localement ailleurs. Il est souvent difficile à localiser, en raison de son habitude de voler dans la canopée des arbres, où il se nourrit de miellat. Cependant, les adultes sont parfois observés en train de se chauffer à des niveaux inférieurs, sur divers petits arbres, des arbustes et des fougères. Ce papillon se trouve dans le sud de l'Angleterre et du Pays de Galles, avec des colonies dispersées plus au nord. On le trouve aussi dans certaines parties de l'Irlande, principalement entre Wicklow et du Sud Kerry. Cette espèce ne se trouve pas dans l'île de Man.

    • "Mr Ray's purple Streak" : Petiver, 1702.
    • "Mr Ray's blue Hairstreak",  male : Petiver, 1717.
    • ""our"blue Hairstreak", female : Petiver, 1717
    • The Purple Hairstreak of hair-streak : Albin, 1720 ; Wilkes, 1741 ; Harris, 1766 ; Jremyn, 1824 ; et la plupart des auteurs suivants.

     

     


                 Bibliographie, liens et Sources.

     

     

    — Funet : flavonius

    — Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : quercusia quercus

    — UK Butterflies : Flavonius quercus

    — lepiforum : quercusia quercus

    — jardinsauvage : Neozephyrus quercus

     

     Bibliographie commune à toutes les Zoonymies :  Zoonymie des Rhopalocères : bibliographie.

     

                                              


    Repost 0
    Published by jean-yves cordier
    commenter cet article
    23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 19:38

    Zoonymie (étude du nom) du papillon l'Azuré de la luzerne Leptotes pirithous.

    La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

     

    Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

     

    Résumé. 

    Leptotes Scudder, 1876. Du grec λεπτός, leptós signifiant "délicat, mince".   Dans sa description originale, Scudder qualifie les ailes de "very delicate", les antennes de "exceedingly slender", (extrêmement minces) les palpes et les pattes de "slender". Il s'agit réellement de l'aspect morphologique remarquable de cette espèce, qui a incité Scudder à traduire "slender" par leptos. Parmi les autres noms de genre de lépidoptères de Scudder, Leptotes forme  une série rimée avec Phaedrotes  et Philotes

     pirithous, Linnaeus, 1767. Selon la mythologie, Pirithous fils d'Ixion, roi des Lapithes est l'ami de Thesée, avec qui selon  Hyginus il participa à l'expédition des Argonautes. En 1758, Linné avait donné à ses Barbari (espèces exotiques) des noms d'argonautes ; et parmi ceux-ci figurait Pinthous, version fautive de Pirithous, les lettres -ir- passant facilement pour un-n-. Mais dans son Systema Naturae de 1767, la sixième Phalange des Barbari disparaît ; les espèces qui la composaient sont supprimées, ou bien sont replacées dans d'autres phalanges (voir P. idas). Pinthous se retrouve dans celle des Plebejus, sous la forme rectifiée de pirithous. Mais lorsqu'en 1790 Gmelin publia la 13ème édition du Systema Naturae, il changea le nom du papilio pirithous pour celui de papilio Barbarus, avec le même numéro 235 et la même description. L'espèce linnéenne fut comme escamotée, et son nom ne fut plus utilisé juqu'à la seconde moitié du XXe siècle.  Auparavant, le nom utilisé était Tarucus (ou Lycaena, ou Cupido, ou Syntarucus) telicanus.

    — synonyme papilio telicanus Lang, 1789 : cette espèce a été décrite par Heinrich Gottlob Lang, diamantaire d'Augsburg, mécène de Jacob Hübner, et possesseur d'une collection de papillon dont il publié le Catalogue en 1782 puis en 1789. Le nom telicanus viendrait du nom latin du fleuve Telis dont l'embouchure, si on l'identifie au Têt, se trouve à Canet-en-Roussillon. Lang signale effectivement que son spécimen provenait du sud de la France.

    — Les noms vernaculaires furent "Le Polyommate telicanus" (Latreille, 1819), puis, en 1986, "L'Azuré de la Luzerne" créé par Gérard Luquet. "Azuré", commun à 62 des 73 Polyommatinae français, souligne la couleur bleu-azur des mâles (bleu-violet pour L. pirithous), alors que la "Luzerne"  est le Genre d'une des nombreuses Fabacées dont se nourrit la chenille, Medicago sativa. En 2008, Leraut a employé le nom "L'Azuré de Lang". Les anglo-saxons parlent du "Lang's Short-tailed Blue" .


    1. Famille et sous-famille.

    a) Famille des Lycaenidae, William Elford Leach, 1815. Les Lycénides ou Lycènes.

     

           Leach, William Elford, 1790-1836  "Insecta" pp. 329-336."Entomology". pp 646-747 in D. Brewster éditeur, Brewster's Encyclopaedia Edinburgh, [Edinburgh, volume 9, 1, 04/1815 pp. 57-172  : selon Sedborn 1937] [Philadelphia, E. Parker,1816? selon BHL Library]  page 718. [ Article publié anonymement et attribué à Leach, qui avait annoté son propre manuscrit]

    La famille Lycaenidae tient son nom du genre Lycaena de Fabricius (1807). Elle comprend les Blues ou Azurés, les Coppers ou Cuivrés et les Hairstreaks ou Thécla, et nos Argus :

    • Sous-famille des Theclinae Butler, 1869 : [Thiéclines : Théclas ou Thècles et Faux-Cuivrés].
    • Sous-famille des Lycaeninae [Leach, 1815] : [Lycénines : Cuivrés].
    • Sous-famille des Polyommatinae Swainson, 1827 : [Polyommatines : Azurés, Argus et Sablés].

    b) Sous-famille des  Polyommatinae Swainson, 1827.

    Elle tient son nom du genre Polyommatus créé par  Latreille en 1804; "Tableau méthodique des Insectes" in Nouveau Dictionnaire d'Histoire naturelle appliqué aux arts, principalement à l'Agriculture et à l'Économie rurale et domestique, par une Société de naturalistes et d'agriculteurs ; avec des figures des trois Règnes de la Nature, Paris : Deterville, an XII [1804] 24 (6) p. 185 et 200, espèce-type: Papilio icarus Rottemburg.

    Polyommatus vient du grec polus "beaucoup", et omma, ommatos, "œil" : c'est un qualificatif du géant Argos qui disposait de cent yeux, dont cinquante étaient toujours ouverts. C'est lui que la jalouse Héra envoya surveiller Io, transformée en génisse après ses amours avec Zeus.

      Ce nom est en rapport avec les nombreux ocelles des ailes des papillons bleus.

    Cette sous-famille contient, en France, 18 genres :

    •  Leptotes Scudder, 1876
    • Lampides Hübner, [1819]  
    • Cacyreus Butler, 1897
    • Cupido Schrank, 1801
    • Celastrina Tutt, 1906
    • Maculinea Eecke, 1915 
    • Pseudophilotes Beuret, 1958
    • Scolitantides Hübner, [1819]
    • Iolana Bethune-Baker, 1914
    • Glaucopsyche Scudder, 1872
    • Plebejus Kluk, 1780 
    • Aricia [Reichenbach], 1817
    • Plebejides Sauter, 1968
    • Eumedonia Forster, 1938
    • Cyaniris Dalman, 1816
    • Agriades Hübner, [1819]
    • Lysandra Hemming, 1933
    • Polyommatus Latreille, 1804.

     

        

    2. Nom de genre : Leptotes, Scudder, 1870.

     

    a) Description originale :

    Leptotes  Samuel Hubbard Scudder 1876 "Synonymic list of the butterflies of North America, North of Mexico". Part.2, Rurales.   Bulletin of the Buffalo Society of Natural Science, Chicago. 3  page 124

     

    — Description : je surligne en gras les indices concernant le nom Leptotes :

    A group of very delicate winged, tropical butterflies, whose wings are completely covered with markings ; allied to the tailed Lampides. The antennae are exceedingly slender, but have a large, elongated, subcylindrical club, long and slender palpi with terminal joint longer than in our other genera, the fore wings proportionally long, though not to so great an extent as in Brephydium. The cell of the fore wings is more than half as long as the wing ; first superior subcostal nervule arising somewhat beyond the middle of the wing. Legs very slender and considerably shorter than usual ; fore and middle tibiae of equal lenght and four-fifths as longs as the hind tibiae.

     

      Traduction : Un groupe de papillons tropicaux aux ailes très délicates, dont les ailes sont complètement couvert par des marques ; alliée aux Lampides qui portent une queue. Les antennes sont extrêmement minces, mais ont une grande extrémité  allongée et sub-cylindrique , et des  palpes longs et minces avec un article terminal plus long que dans nos autres genres, les ailes antérieures proportionnellement longues, mais pas dans  une si grande mesure que chez Brephydium. La cellule des ailes antérieures est supérieure à la moitié de l'aile; la première nervure  sous-costale supérieure dépassant peu le milieu de l'aile. Pattes très minces et considérablement plus courtes que d'habitude; tibias antérieurs et médians de longueur égale, et atteignant les quatre cinquièmes de la longueur des  tibias postérieurs.

     — Type spécifique: désigné par Scudder 1876 :  Lycaena theonus Lucas 1857 in  Sagra, Hist. fis. pol. nat. Cuba : 262, pl.16, figs 8-8b

     

    b) caractéristiques. Eliot, 1973, Bull. Br. Mus. nat. Hist. (Ent.) 28 (6) : 446;

    • Ailes antérieures à 11 veines et 12 espaces libres.
    • Ailes postérieures caudées.
    • Androconies « battledore » (en raquette) de forme ordinaire.
    • Yeux et paples velus
    • Genitalia cf.
    • Extension  holotropicale et à la limite de la région holartique.

     

     

     c) Synonymie (Funet).

    —  Syntarucus Butler, [1901]; Proc. zool. Soc. Lond. 1900 (4) : 929, TS: Papilio telicanus Lang

    = ; Vane-Wright & de Jong, 2003, Zool. Verh. Leiden 343: 155;

    Origine du nom : Emmet, 1991 :

    sun, with, allied to ; the genus Tarucus Moore, the blue pierrots", a mainly Indo-Malaysian genus of the lycaenidae : signifying affinity.

    Traduction : [du grec] sun, "avec, réuni avec". Le genre Tarucus Moore, les "Blues Pierrots", un  genre principalement Indo-malaisien de Lycaenidae. Témoignant de l'affinité.

    Syntarucoides Kaye, 1904; Trans. ent. Soc. Lond. 1904 (2) : 190, TS: Papilio cassius Cramer

    Langia Tutt, 1906; (preocc. Moore, 1872). (de Heinrich Gottlob Lang).

     

    Origine et signification du nom Leptotes .

     

     —  A.M. Emmet (1991) : non traité.

    — Hans A. Hürter (1998) : non traité.

    — Perrein & al. (2012) page 216 :

    "Étymologie : du grec leptotês, "minceur, finesse".

     — Arrizabalaga & al. 2013 :   

    " Del grec: prim "

     

     

    Discussion.

    L'explication la plus simple de ce nom créé par Scudder est de faire appel au  grec ancien    λεπτός, leptós (« mince, ténu, délicat »).  Dans sa description originale, Scudder qualifie les ailes de "very delicate", les antennes de "exceedingly slender", (extrêmement minces) les palpes et les pattes de "slender". Il s'agit réellement de l'aspect morphologique remarquable de cette espèce et il est parfaitement crédible que Scudder ait traduit "slender" par leptos.

    Le Wiktionnaire cite 88 termes de botanique ou de science utilisant le composé lepto- dans ce sens de "mince". En Botanique, John Lindley a nommé en 1833 Leptotes un genre d'Orchidées Epidendroideae, en raison pense-t-on de l'aspect délicat de ces plantes.

    Les autres noms de genre de lépidoptères de Scudder donnent une idée de son style : Speyeriaen  1872, puis en 1876 : Callypsyche, Calycopis, Eupsyche, Hyporautis, Brephidium, Leptotes, Phaedrotes, Philotes, Tharsalea, Chalceria, Gaeides, Epidemia

    Lors de mon analyse du nom Philotes, j'avais remarqué la série rimée Leptotes/Phaedrotes/Philotes. Il est possible qu'elle explique partiellement que Scudder ait ajouté ce suffixe -tes qui relève, sinon, de l'arbitraire. On notera aussi que cette espèce est rapprochée par l'auteur du genre Lampides (par la présence d'une queue) ce qui justifie aussi un effet de rime en -es.

    Il reste à remarquer que le nom Leptote trouve une autre utilisation dans l'étude stylistique et esthétique des hymnes hellénistiques, où on oppose les leptotes et les semnotes : les premiers relève d'un style subtile et de finesse, alors que les seconds témoignent d'un style grand et majestueux. Ainsi, É. Prioux annonçait la parution en 2007 d'un article consacré à «Semnotes et leptotes, idéalisme et réalisme : des notions au service de l’histoire des styles».

    Et enfin à indiquer qu'un auteur a fini par donner à un genre de papillons le nom de Semniotes : il s'agit de Diakonoff en 1973 pour des Tortricidae.

     

     3.  Nom d'espèce : Leptotes pirithous (Linnaeus, 1767).

     

    a) Description originale

      Papilio pirithous  Linnaeus, C. 1767. Systema naturæ, Tom. I. Pars II. Editio duodecima reformata. Holmiæ. (Salvius). 533-1327, page 790

    — Description :

    235 P[apilio] P[lebejus] alis ecaudatis caerulescentibus ; subtus undique fusco maculatis : ocellis posticis duobus

       — habitat Algiriae. Brünniche*.

    Minor Algiolo Alae fusco-caerulescentes ; subtus undique punctis fuscis fasciatis ; ad anum subtus ocelli duo caerulei.

            * Brünniche est mentionné par Linné pour d'autres espèces algériennes comme  n°269 P.P Oileus ou le n° 233 P.P. Philiasus. Morten Thrane Brunnich (30 Septembre 1737 - 19 septembre 1827) était un zoologiste danois et minéralogiste né à Copenhague, qui a contribué par ses observations d'insectes à l' Atlas d'Erik Pontoppidan (1763-1781). Après avoir été chargé de la collection d'histoire naturelle de Christian Fleischer, il s'est intéressé à l'ornithologie, et  en 1764 il a publié Ornithologia Borealis, qui comprenait les détails de nombreux oiseaux scandinaves, dont certains étaient décrit pour la première fois. Brunnich correspondait avec de nombreux naturalistes étrangers, y compris Linné, Peter Simon Pallas et Thomas Pennant. Il a publié son Entomologia en 1764. Il a ensuite entrepris une longue tournée de l'Europe, en étudiant les poissons de la mer Méditerranée : il publia son  Ichthyologia massiliensis sur le sujet en 1768. A son retour Brunnich a pris le poste de maître de conférences en histoire naturelle et de l'économie à l'Université de Copenhague. dans cette ville, il a créé un musée d'histoire naturelle et a écrit un manuel pour ses étudiants, le Zoologiae fundamenta. Le Guillemot de Brünnich est nommé d'après lui.

    c)   Localité-type et description.

    —Localité-type : "in Algiriae" :  Algérie

    — Selon Dupont et al. 2013, cette espèce migratrice a une répartition sub-tropicale.

    — Selon Wikipédia :

    C'est un petit papillon de couleur violine tirant sur le bleu ardoisé chez le mâle, tirant sur le marron chez la femelle et possédant une queue en n2. Le revers est beige foncé zébré de lignes blanches et orné à l'aile postérieure de taches marginales orange centrées de noir à l'angle anal. Le dessin zébré des ailes de l'Azuré de la luzerne peut le faire confondre avec Lampides boeticus et Cacyreus marshalli.  Il vole en plusieurs générations, de février à octobre. C'est un migrateur. Ses plantes hôtes sont de très nombreuses Fabacées et aussi entre autres des Indigofera,  Vigna, Melilotus Crataegus, Quercus suber, Plumbago capensis, Medicago sativa, Trifolium alexandrinum, Arachis hypogaea,  Lythrum, des Ulex, Calluna dont Calluna vulgaris, Lythrum salicaria, Onobrychis viciifolia, Melilotus alba.

    Il est présent dans toute l'Afrique, et à Madagascar, dans la partie sud de l'Espagne, de la France, en Italie, dans les il,es et sur les côtes méditerranéennes, en Asie Mineure et dans l'Himalaya. En Europe il est migrateur sur le reste de l'Espagne, de l'Italie, les 2/3 sud-est de la France, en Suisse, dans le sud de l'Allemagne, et dans tous les Balkans. En France métropolitaine il serait présent dans les départements qui bordent la Méditerranée et en Corse et migrateur dans les 2/3 sud du pays. Son habitat est varié friches, cultures, jardins d'agrément.

     

                                  Kleiner Wanderbläuling (Leptotes pirithous), Männchen

                                             alt=Description de cette image, également commentée ci-après

     

    d) Synonymes.

    • Papilio pirithous Linnaeus, 1767
    • Papilio telicanus Lang, 1789 : Le papilio telicanus a été décrit en 1789 par Heinrich Gottlob Lang[s] dans Verzeichniss seiner Schmetterlinge in Gegenden um Augsburg  Kletts, page 47-48 n° 387-389
    • Syntarucus pirithous (Linnaeus, 1767)
    • Syntarucus telicanus (Lang, 1789) Lang, H. G. 1789. Verzeichniss seiner Schmetterlinge in den Gegenden um Augsburg gesammelt : und nach dem Wiener systematischen Verzeichniss eingetheilt, mit den Linneischen, auch deutschen und französischen Namen, und Anführung derjenigen Werke, worinn sie mit Farben abgebildet sind. Augsburg. 226 pp. page 47.

     

    e) Origine et histoire du nom pirithous. 

            Le nom a été peu étudié car il n'est employé que depuis 1947 ; auparavant, le nom utilisé était Tarucus (ou Lycaena, ou Cupido, ou Syntarucus) telicanus.

     

    — Emmet (1991) page 149 :

    "Pirithoüs, son of Ixion, King of Lapathae in Thessaly and bosom friend of theseus."

     

    — Hans A. Hürter (1998) page 314-316.

     Hürter ne donne pas ses conclusions, mais fait une recension des ouvrages mythologiques allemands (Rose, Roscher, Pauly) concernant Pirithoos, fils d'Ixion, roi des Lapithes, père de Polypoites et ami de Thésée

    — Perrein & al (2012) page 216 :

    "Étymologie : de Pirithoüs, fils de Jupiter ou d'Ixion, roi des Lapithes en Thessalie, ami intime de Thésée."

    — Arrizabalaga & al. 2013 :

     "Pirítous, fill d’Àrtemis i Ixió "

     

     

     

    Discussion sur le nom pirithous.

    On peut commencer par consulter l'encyclopédie Wikipédia :

    "Dans la mythologie grecque, Pirithoos ou Pirithoüs (en grec ancien Πειρίθοος / PeiríthoosΠερίθοος / Períthoos ou Πειρίθους / Peiríthous), fils de Zeus selon Homère Iliade, chant XIV, 320 ou d'Ixion selon d'autres auteurs et de Dia, est roi des Lapithes. Il tente d'envahir l'Attique mais est repoussé par Thésée. Une franche amitié se noue ensuite entre les deux héros. Lors de son mariage avec Hippodamie, les centaures ivres, menés par Eurytion, enlèvent et abusent de la jeune épousée. Pirithoos leur fait la guerre, assisté par Thésée, et les vainc. L'épisode est conté par le prétendant Antinoos, comme illustration des méfaits du vin, dans l’Odyssée XXI, 195-305. On en trouve une autre version dans les Métamorphoses d'Ovide XII, 210 et suiv..

    À la mort d'Hippodamie, Thésée enlève Hélène de Sparte avec l'aide de Pirithoos. Ce dernier quant à lui projette d'enlever Perséphone elle-même, épouse d'Hadès. Les deux amis descendent aux Enfers mais sont capturés par Hadès et entravés par un rocher. Héraclès parvient ensuite à délivrer Thésée, mais échoue à aider Pirithoos, qui reste à jamais scellé à la pierre."

    fils d'ixion, roi des Lapithes et ami de Thesée

    Puis, il faut rappeler que Pirithous est mentionné par Virgile dans l' Éneide VI, 390 : car on connaît l'importance de cet auteur pour les naturalistes de la fin du XVIIIe et notamment pour Linné : Nec uero Alciden me sum laetatus euntem accepisse lacu, nec Thesea Pirithoumque, dis quamquam geniti atque inuicti uiribus essent. 

    Mais il me paraît beaucoup plus important de constater que  Pirithous appartient à la liste des Argonautes  telle qu'elle est donnée par Hyginus dans ses Fabulae chapitre XIV . (Cela est mentionné au XVIIIe dans l' Abrégé de la mythologie universelle: ou, Dictionnaire de la fable de Fr. J. M. Noël p.76). 

    Theseus Aegei et Aethrae Pitthei filiae filius, a Troezene; alii aiunt ab Athenis. 
        Pirithous Ixionis filius, frater Centaurorum, Thessalus.  

    C'est bien de Pirithous fils d'Ixion qu'il s'agit, l'ami de Thésée qui fait aussi partie de l'équipage.

    En 1758, Linné avait donné à ses Barbari (espèces exotiques orientales) des noms d'argonautes ; et parmi ceux-ci figurait Pinthous, version fautive de Pirithous, les lettres -ir- passant facilement pour un-n-. Mais dans son Systema Naturae de 1767, la sixième Phalange des Barbari disparaît ; les espèces qui la composaient sont supprimées, ou bien sont placées, comme Idas, dans la cinquième Phalange. C'est aussi dans cette Phalange des Plebejus que nous retrouvons Pinthous, sous la forme rectifiée de pirithous. Alors que dans le cas d'idas, l'ICZN avait été obligé de prononcer l'invalidation solennelle en séance plénière de "papilio idas Linnaeus 1758" au profit de "papilio idas Linnaeus, 1761", la coquille initiale a permis d'admettre la validité de papilio pirithous Linnaeus,1767 sans supprimer la validité du nom pinthous : ce nom sert à designer Moschoneura pinthous Linnaeus, 1758, une Piéride sud-américaine.

    De 1788 à 1793, Gmelin publia la 13ème édition du Systema Naturae. Son Volume I est consacré aux Animaux, et les parties 4 et 5 de ce livre, parues en 1790, aux Insectes : mais à la page 2352 il change le nom du papilio pirithous au "profit" de celui de papilio Barbarus, avec le même numéro 235 et la même description  P[apilio] [Plebejus] alis ecaudatis caerulescentibus ; subtus undique fusco maculatis : ocellis posticis duobus  — Habitat Algiriae.  Minor Algiolo.

    Richard Irwin Vane-Wright suggère que Gmelin avait voulu préserver le nom du papilio pirithous d'"Amérique boréale" décrit par Fabricius 1775 : Fabricius, J. C. 1775. Systema entomologiae, page 483 n°179.

      En 1826, Brongniart & al. décrivent un Papilio Pirithous aux ailes noires et venant de Cuba. En 1836, Boisduval et Guenée décrive un Papilio Pirithous Roger, aux ailes noires : cela prouverait que le pirithous de Linné n'est plus connu de naturalistes pourtant chevronnés.

    En 1890, W.F. Kirby, dans son article Linnean Butterflies, le mentionne en écrivant :

     253 Papilio pirithous. (Polyommatus) Not improbably the ♂ of P. philiasus n°251. It is papilio barbarus Gmel S.N  p. 2352. (See Tr. Ent. Soc  Lond. 1869 p. 360) and it is fully described by Godart as Polyommatus pirithous,  Ent. meth. IX. p. 682.

     



     

    .

     

    Le nom synonyme telicanus Lang, 1789.

     

     — Spannert (1888) page 21 :

    "der Telier, die alten Telier wohnten am Flusse Telis, jetzt ruscino im französischen departement der Ost-Pyrenäen ; fliegt dort, wie überhaupt in Südeuropa, auch in Nordafrika und in Kleinasien"

    — Spuler (1903-1908) page 59 :

    "Bewohner von Telis, einer südfranz. Landschaft am gleichnam. Fluß, jetzt Ruscino ; oder von telos einer Sporadeninsel ?"

    — Hans A. Hürter (1998) page 316-317 :

    Deutung : Wenngleich das Vorkommen von S. pirithous L. 1767, den Lang 22 Jahre später, 1789, telicanus (Synonym) nannte, bis Kleinasien reicht, so hat ihn Lang wohl kaum nach der vergleichsweise kleinen, unbedeutenden Insel bei Rhodos benannt, sondern sicherlich nach der südfranzöchsischen landschaft um den Têt am Fuße der Ostpyrenäen.

    Das adjektiv (Eigenschaftswort) canus -grau, alt war bei der Namensbildung sicher nicht beteiligt.

     Traduction : "Interprétation: Ce fut 22 ans après la création du pirithous Linné, 1767 que Lang nomma son telicanus (synonyme), et bien qu'elle s'observe principalement en Asie Mineure, elle ne reçut pas ce nom de celui d'une petite île insignifiante près de Rhodes, mais certainement de celui d'un site du sud de la France  aux environs  de la Têt au pied des Pyrénées-Orientales.

    L'adjectif (adjectif) canus -gris, n'intervient certainement  pas dans cette dénomination." 

     Discussion sur telicanus.

    a) L'auteur : Heinrich Gottlob Lang

     

    Les éléments biographiques viennent de la publication de Friedrich Seidler  Berichte des Naturwissenschaftlichen Vereins für Schwaben Vol. 110, 2006 :

     

    Heinrich Gottlob Lang (1739-1809) est un diamantaire (Steinschneider) et orfèvre né et formé à Dresde et établi à Augsbourg, ville libre impériale où vivait aussi Jacob Hübner (1761-1826). Il a réuni une collection d'histoire naturelle, minéralogique et entomologique. Il n'eut pas le temps de publier la description de ses 1800 coléoptères, mais publia une première fois celle de sa collection de lépidoptères en 1782. Ce premier travail de 60 pages comporte 484 espèces récoltées aux environs d'Augsbourg. En 1789, il dédicaça à l'évêque de Constance Maximilien Christopher  son catalogue de 230 pages riche de 500 espèces.  Catalogue de Lépidoptères de sa collection, presque tous ramassés dans les environs d'Augsburg, et d'après le Catalogue systématique Viennois [Wiener Verzeichniss], avec les noms linnéens, allemands et français...avec 3 planches, in-8°.  On remarque dans ce titre la référence au Wiener Verzeichniss de Denis et Schiffermüller, ce dernier étant devenu un ami d'Hübner qui en observa la collection. On remarque aussi la mention des noms en français, laissant supposer l'influence de l'Histoire des insectes de Geoffroy. Cet auteur n'étant pas cité ici, c'est sans-doute par le biais du Wiener Verzeichniss (où Geoffroy est très présent) que ces noms sont cités.

     Les liens avec Hübner sont authentifiés par les références qu'en fait ce dernier naturaliste dans son  Beiträgen zur Geschichte der Schmetterlinge  : " de la collection de Mr Lang" ou bien "décrtit par Lang sous..." . Pourtant, le nom de Lang n'est pas cité dans la liste des contributeurs de la Sammlung europäischer Schmetterlinge.  En 1977, Fisher écrivait que Lang était le plus fervent admirateur d'Hübner et un mécène important, car il possédait "une magnifique collection de minéraux, beaucoup d'oiseaux empaillés et même trois grandes boîtes sur le mur avec sa collection de papillons. Lang pouvait trouver seuls les noms de ses papillons, parce qu'il avait accès à la bibliothèque  son étonnamment complète du  Chevalier de Cobres". Le banquier Joseph Paul  de Cobres, (1737 à Venise - 1825) avait une grande collection d'histoire naturelle et une bibliothèque scientifique importante à Augsbourg. Le catalogue de cette bibliothèque, spécialement imprimé en 1782, fait état de plusieurs milliers de périodiques et de livres avec notamment, concernant les papillons,  les ouvrages de  Denis & Schiffermüller, Esper, Merian, Rösel Rosenhof, et Kleemann. Un rapport de 1855 signale encore, après une vente partielle, 6500 livres.

    Lang est l'auteur aujourd'hui d'une seule espèce, Melitaea diamina (Lang, 1789), la Mélitée noirâtre .

    b) le nom telicanus.

    Outre la graphie de son nom, semblable dans le nom vernaculaire allemand que dans le nom scientifique Papilio Telicanus, Tagfalter Telicanus,  Lang ne fournit qu'un seul indice : il écrit   Aus dem südlichen Frankreich." Du sud de la France". Cet indice est à peu près suffisant pour que, face aux hypothèses formulées par Hans Hürter, celle d'une référence au Telis flumen de Mela soit retenue. Pomponius Mela, le plus ancien géographe romain, né à Algésiras, a décrit dans sa Description de la Terre, II,5, le fleuve Telis, petit fleuve voisin du Tichis (tech) sur le territoire des Sordones, non loin de Ruscino (Strabon, Ptolémée). La cité latine de Ruscino fut le chef-lieu des Sordes et correspond actuellement à Château-Roussillon, près de Perpignan. Ce petit fleuve des Pyrénées-Orientales  pourrait être la Têt, fleuve de 110 km qui traverse d'ouest en est le département des Pyrénées-orientales, arrose Perpignan et  a son embouchure dans la Méditérranée à Canet-du-Roussillon.

    Lang n'indique pas s'il a reçu ce spécimen d'un correspondant, ou s'il l'a capturé lors d'un séjour en France ; et il ne précise pas non plus si le lieu de la capture dans le Midi correspondait au Roussillon. L'explication est peut-être autre. Il a décrit cette espèce après avoir décrit le papilio boeticus, et il écrit : er ist kleiner, als der boeticus , "il est plus petit, que le boeticus". S'il a considéré, comme on le fait couramment, que -boeticus désigne le fleuve Bétique , le Guadalquivir d'Espagne, il a peut-être cherché un nom de fleuve aus dem südlichen Frankreich dans les descriptions de l'Antiquité et aurait trouvé ce Flumen Telis. Mais comment expliquer le passage de Telis à Telicanus ? Pourquoi n'avons-nous pas la forme Teliscanus ? La finale -canus est-elle à rapprocher de la forme indo-européenne -can "montagne" que l'on retrouve dans les noms des communes du Canigou et de Canet-du-Rousillon, à l'embouchure de la Têt ?

     

    Jacob Hübner représenta le telicanus de Lang dans Sammlung europäischer Schmetterlinge Planche 74 n°371-372 (mâle)  et Planche 108 n°553-554 (femelle).


    n150_w263            n218_w263

    telicanus-Hubner-fig-371-372.png

     

    Hübner en donne la description page 56 n° 45  sous le nom de Silberäugigerfalter (papillon  ocellé et argenté) Papilio Telicanus avec la mention : Synonyme : Papilio telicanus Lang's.

     


                 II. Noms vernaculaires.

     

     

     

     

    I. Les Noms français. 

     


    1. Polyommate telicanus Latreille et Godart 1819

    Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 655 n° 128.

     

    Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses.


    2. Polyommate Pirithoüs Latreille et Godart, 1819

     Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 682 n° 206

     Les auteurs décrivent, en même temps que le Polyommate Telicanus, le Polyommate Pyrithoüs  avec la référence correcte de Linné 1767 n°235 et la mention, qui concerne leur spécimen de collection, "De la Barbarie, par Mr le Pr. Desfontaines".

     

     

     

    3. Polyommate Telicanus , Godart 1821,

          Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1822 tome 2 page 172 planche V Diurnes XXII fig. 3-4 ,  peinte par Dumenil et gravée par Perrot fils.

            n222_w354


            Dessins de papillons - polyommate telicanus male

              img/dessins papillon diurnes/polyommate telicanus male (dessous).jpg

     

            Le nom Polyommate Telicanus est utilisé en 1833 dans le compte-rendu de l'Expédition de Morée (Péloponnèse).

     

     

    4. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986.

     

           Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet crée comme nom principal pour Syntarucus pirithous "L'Azuré de la Luzerne", mais réfute "l'Argus courte-queue" cité par Rappaz et "le Petit Argus porte-queue"

            Parmi les 73 Polymmatinae ou Polyommatines français nommés par Luquet, on compte outre le Collier-de-Corail, 62 Azurés, 7 Argus, et 14 Sablés, tous construits sur la structure habituelle à cet auteur, Nom de groupe + Plante-hôte ou Nom de groupe + adjectif géographique ou descriptif. Ainsi, il existe plus de 40 "Azuré + Plante-hôte".

     Le terme "Azuré"  souligne la couleur bleu-azur des mâles (bleu-violet pour L. pirithous), alors que la "Luzerne"  est le Genre d'une des nombreuses Fabacées dont se nourrit la chenille, Medicago sativa

    Medicago signifie “de la région de Médie”, et sativus du latin signifiant “semé, cultivé”.

     

    Quand à "luzerne", son étymologie vient du provençal moderne luzerno, ver luisant, du latin lucerna, lampe, parce que les graines de luzerne sont brillantes.  

    Le genre Medicago (les luzernes) regroupe de nombreuses espèces de plantes proches des trèfles, appartenant comme eux à la famille des Fabacées (ou Légumineuses). Ce sont des plantes annuelles ou vivaces, le plus souvent herbacées, à feuilles trifoliolées, dont plusieurs espèces sont cultivées comme plantes fourragères. La plus connue est la luzerne cultivée (Medicago sativa), mais on trouve, notamment en région méditerranéenne, beaucoup d'autres luzernes.

            alt=Description de cette image, également commentée ci-après

     

    5. L'Azuré de Lang, Leraut, 2008.

    Tom Tolman & Richard Lewington , trad. Leraut (2008) : "l'Azuré de Lang".

    Mais ce nom est antérieur à cette publication puisqu'il est mentionné dans un numéro de 2001 de la revue Insectes de l'OPIE .

     

     

    6. Noms vernaculaires contemporains :

            Charles Oberthür utilise le terme de Lycaena telicanus dans ses Études de Lépidoptèrologie Comparée X (1915) page 375 sans faire appel à un nom vernaculaire.

    — Luquet in Doux & Gibeaux 2007 : non décrit.

    — Lafranchis, 2000 : "L'Azuré de la luzerne" .

    — Perrein & al., 2012 : "Azuré de la Luzerne".

     — Tom Tolman & Richard Lewington , trad. Leraut (2008) : "l'Azuré de Lang".

    — Wikipédia : " Azuré de la luzerne ou Azuré de Lang".

     

    III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

    • Lang's Short-tailed Blue en anglais* : le Bleu à queue courte de Lang.
    • Kleiner Wanderbläuling en allemand : 
    • Klein tijgerblauwtje en néerlandais Petit Bleu migrateur
    • Gris Estriada en espagnol : le Bleu strié.
    • Blaveta estriada en catalan : le Bleu strié 
    • Modráčik južný
    • Modrásek tažný
    • Kratkorepi selac
    • Trópusi boglárka
    • Mavi Zebra 
    • Modrogończyk wędrowiec
    • Piritoo en italien
    • Голубянка пирифой en russe

            *En Angleterre, le seul spécimen de cette espèce était un mâle capturé sur le bord d'un champ de trèfle  à Bloxworth dans le Dorset, le 13 Juin 1938. Cette espèce est connue pour migrer et ce spécimen  serait arrivé lors d'un afflux général  d'espèces migrantes sur la  côte sud de l'Angleterre. (UK Butterflies)

    Langues celtiques  : 

    1. langues gaéliques :  irlandais (gaeilge) ; écossais (Gàidhlig ) ; mannois ( gaelg :île de Man).

    •  en irlandais

    •  en mannois.
    • "" en gaélique écossais*

    2. Langues brittoniques : breton (brezhoneg) ; cornique (kernevek); gallois (Welshcymraeg).

    •  pas encore de nom en breton ; 

    • " Glesyn cynffon fer Lang" en gallois.

     *Liste des noms gaéliques écossais pour les plantes, les animaux et les champignons. Compilé par Emily Edwards, Agente des communications gaélique, à partir de diverses sources.   http://www.nhm.ac.uk/research-curation/scientific-resources/biodiversity/uk-biodiversity/uk-species/checklists/NHMSYS0020791186/version1.html

     Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR

     

            


                 Bibliographie, liens et Sources.

     

     

    — Funet :   leptotes

    — Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : leptotes pirithous

    — UK Butterflies : leptotes pirithous

    — lepiforum : leptotes pirithous

     

    — VANE-WRIGHT R. I. 1976  "The butterflies named by J. F. Gmelin (Lepidoptera : Rhopalocera)" Bulletin of the British Museum (National History) Entomology Vol. 32 London : 1976 17-65 

     http://archive.org/stream/bulletinofbritis32briti/bulletinofbritis32briti_djvu.txt

     

     

     

     

     

    Repost 0
    Published by jean-yves cordier
    commenter cet article
    23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 19:17

    Zoonymie du papillon l'Azuré de l'ajonc Plebejus argus Linnaeus, 1758.

     

    La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

     

    Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

     

     

     

    Résumé. 

     — Plebejus Kluk, 1780 : du latin -plebeius, "plébéien, appartenant à la plèbe, le peuple romain". Les Plebeji étaient parmi les six phalanges dans lesquelles Linné a réparti les papillons, la cinquième, formé  des espèces plus petites et aux chenilles ramassées  par comparaison à la première phalange des Equites ou Chevaliers (nos Papilionides). Elle était alors divisée en Ruraux et urbains, Rurales et Urbicolae qui formeront par la suite respectivement les Lycènes et les Hespéries. Comme pour les  genres Nymphalis et Danaus, Kluk fut le premier à utiliser les noms de Linné d'une manière qui soit conforme aux règles de  la future ICZN  pour l'établissement des noms génériques et il en est donc considéré comme l'auteur (Emmet, 1991). 

      

    argus, (Linnaeus, 1758). L'emploi du nom d'Argus pour désigner un papillon a été d'abord suggéré par l'anglais Thomas Moffet en 1634, dans sa description d'un papillon aux ailes d'un bleu céleste parsemées d'ocelles, où il envisage que  les yeux d'Argus, qui sont venues après sa mort sur la queue du paon, aurait bien pu en orner les ailes de cette espèce. Il a peut-être repris cette image du naturaliste zurichois Conrad Gessner,  dont il avait hérité de la collection entomologique, et qui était l' auteur dans son Onomasticon de 1544 d'une des premières compilations sur le nom d'Argus. Gessner renvoie aux Métamorphoses d'Ovide, Livre I où le géant Argus, qui dispose de cent yeux, surveille pour le compte de Junon la jeune Io, maîtresse de Jupiter transformée en génisse. Tué par Mercure sur ordre de Zeus, ses yeux furent recueillis par Junon comme autant de pierres précieuses sur la queue de son paon emblématique.  Si Thomas Moffet n'utilise pas le nom Argus lui-même mais le désigne par son épithète Panoptes, l'apothicaire londonien James Petiver crée le nom d'Argus en 1695 sous la forme The Little Blew-Argus ("le Petit Argus Bleu") avant de décliner ce nom en 4 espèces de sa collection dans son Gazophylacii de 1704, The Blue Argus, The pale Argus, the mixt' Argus et The edg'brown Argus. Qu'on le date de Gessner, de Moffet ou de Petiver, il s'agit d'un des tout premiers noms de papillon.

    Le nom est repris par Linné qui, dans sa Fauna suecica de 1746 crée sous la forme vernaculaire en latin les quatre Argus ocelatus ("couvert d'yeux"), fuscus ("brun"), myops ("aux yeux à demi-fermés") et caecus ("aveugle"). Dans son Systema Naturae de 1758, il ne donne le nom Argus qu'à une seule espèce Papilio Plebejus argus "au dessous des ailes postérieures à bordure brun-rouille et à ocelles bleu-argenté". Il deviendra notre Plebejus argus.

    —ssp. philonome (Bergsträsser, 1779) : nom issu de deux héroïnes de la mythologie :  Philonomé 1  compagne de Diane qui eut de Mars deux jumeaux qu'elle exposa sur  le mont Erymanthe ; ils furent recueillis par une louve et devinrent rois d'Arcadie. Et Philonomé 2, fille de Tragasos et épouse de Cygnos. Éprise de son beau-fils Ténès. Cette passion n'étant pas partagée, elle le dénonça à son père en l'accusant de tenter de la séduire. 

    — ssp. plouharnelensis Oberthür, 1910. Elle doit son nom à sa description par le rennais Oberthür dans ses  Études de lépidoptérologie comparée"La race de Plouharnel est petite [...]. J'ai fait figurer le ♂ et la ♀ de cette Aberration sous les n° 252 et 253 de la Planche XXXVIII de cet ouvrage. J'ai donné à cette Aberration le nom de Plouharnelensis. " Il indique que ses 2 spécimens ont été capturés du 4 au 6 juin 1909 entre les dunes de Plouharnel à Kerhostin (Quiberon). Ce nom est donc parfaitement représentatif des caractères écologiques de Philonome  qui se rencontre en Bretagne, en juin dans les dunes grises à immortelles Helychrisum stoechas de la presqu'île de Quiberon à Guidel.


     

     

    —Geoffroy  créa en 1762 un groupe Argus, parmi lequel l' "Argus bleu" désigne le Papilio Plebejus argus de Linné. Latreille, Godart et Duponchel employèrent le nom de "Polyommate Argus". La plus grande confusion régnant jusqu'au milieu du XXe siècle dans la détermination scientifique des noms argus, aegon, argyrognomon, aegus, etc., il est difficile d'être plus précis jusqu'à la création par Gérard Luquet en 1986 du nom d"'Azuré de l'Ajonc"  qualifiant à la fois la couleur bleue des ailes des mâles des Azurés, et le genre de l'une des plantes-hôtes, celui des Ajoncs ou Ulex.  

     

     

     

    1. Famille et sous-famille.

    a) Famille des Lycaenidae, William Elford Leach, 1815. Les Lycénides ou Lycènes.

     

           Leach, William Elford, 1790-1836  "Insecta" pp. 329-336."Entomology". pp 646-747 in D. Brewster éditeur, Brewster's Encyclopaedia Edinburgh, [Edinburgh, volume 9, 1, 04/1815 pp. 57-172  : selon Sedborn 1937] [Philadelphia, E. Parker,1816? selon BHL Library]  page 718. [ Article publié anonymement et attribué à Leach, qui avait annoté son propre manuscrit]

    La famille Lycaenidae tient son nom du genre Lycaena de Fabricius (1807). Elle comprend les Blues ou Azurés, les Coppers ou Cuivrés et les Hairstreaks ou Thécla, et nos Argus :

    • Sous-famille des Theclinae Butler, 1869 : [Thiéclines : Théclas ou Thècles et Faux-Cuivrés].
    • Sous-famille des Lycaeninae [Leach, 1815] : [Lycénines : Cuivrés].
    • Sous-famille des Polyommatinae Swainson, 1827 : [Polyommatines : Azurés, Argus et Sablés].

    b) Sous-famille des  Polyommatinae Swainson, 1827.

    Elle tient son nom du genre Polyommatus créé par  Latreille en 1804; "Tableau méthodique des Insectes" in Nouveau Dictionnaire d'Histoire naturelle appliqué aux arts, principalement à l'Agriculture et à l'Économie rurale et domestique, par une Société de naturalistes et d'agriculteurs ; avec des figures des trois Règnes de la Nature, Paris : Deterville, an XII [1804] 24 (6) p. 185 et 200, espèce-type: Papilio icarus Rottemburg.

    Polyommatus vient du grec polus "beaucoup", et omma, ommatos, "œil" : c'est un qualificatif du géant Argos qui disposait de cent yeux, dont cinquante étaient toujours ouverts. C'est lui que la jalouse Héra envoya surveiller Io, transformée en génisse après ses amours avec Zeus.

      Ce nom est en rapport avec les nombreux ocelles des ailes des papillons bleus.

    Cette sous-famille contient, en France, 18 genres :

    •  Leptotes Scudder, 1876
    • Lampides Hübner, [1819]  
    • Cacyreus Butler, 1897
    • Cupido Schrank, 1801
    • Celastrina Tutt, 1906
    • Maculinea Eecke, 1915 
    • Pseudophilotes Beuret, 1958
    • Scolitantides Hübner, [1819]
    • Iolana Bethune-Baker, 1914
    • Glaucopsyche Scudder, 1872
    • Plebejus Kluk, 1780 
    • Aricia [Reichenbach], 1817
    • Plebejides Sauter, 1968
    • Eumedonia Forster, 1938
    • Cyaniris Dalman, 1816
    • Agriades Hübner, [1819]
    • Lysandra Hemming, 1933
    • Polyommatus Latreille, 1804.

     

        

    2. Nom de genre : Plebejus, Kluk, 1780.

     

    a) Description originale :

    Plebejus [ou Plebeius]  Krzysztof Kluk :  Zwierząt domowych i dzikich osobliwie kraiowych historyi naturalnéj Potzatcki i gospodarstwo. Potrzebnych pozytecznych domowych chowanie...[...] Warszawa [Varsovie] J.K. Mosci i Rzeczypospolitey u XX Scholarum Piarum 1802,  4: 89.

     Jean Christophe Kluk est un naturaliste polonais, né le 13 septembre 1739 et mort le 2 juillet 1796, qui vivait à Ciechanowiec, ville de l'est de la Pologne, où il était prêtre. Sa curiosité était universelle, mais portait en premier lieu sur l'étude naturaliste des régions de Podlaskie et Masovia. Ses talents de dessinateur et de graveur lui ont permis d'assurer lui-même l'illustration de ses publications. La Princesse Anna Jabłonowska lui donna accès à la grande bibliothèque et aux collections de son palais de Siemiatycze. Il décrivit plusieurs  genres de Lépidoptères, comme le genre Nymphalis, le genre Sud-américain Heliconius, et le genre Danaus auquel appartient le Monarque. Le titre exact de sa publication en quatre volumes est  Zwierząt domowych i dzikich, osobliwie krajowych historii naturalnej początki i gospodarstwo que je traduis approximativement par "Histoire naturelle des animaux sauvages et domestiques, particulièrement au niveau national (Pologne)" ; le tome 4 de 1780 contient page 89 la description de ce genre Plebejus riche d'une liste de 79 espèces, réparties en 57 Rurales ou Wiesniaki (paysans) et 22 Urbicolae ou Mieszczanie (citadins).

     

    • Zwierząt domowych i dzikich, osobliwie krajowych, historii naturalnej początki i gospodarstwo. Potrzebnych i pożytecznych domowych chowanie, rozmnożenie, chorób leczenie, dzikich łowienie, oswojenie, zażycie, szkodliwych zaś wygubienie:

      • t. 1: O zwierzętach ssących, Warszawa 1779; wyd. następne: Warszawa 1795; Warszawa 1809

      • t. 2: O ptastwie, Warszawa 1779; wyd. następne: Warszawa 1797; Warszawa 1813

      • t. 3: O gadzie i rybach, Warszawa 1780; wyd. następne: Warszawa 1798; Warszawa 1816

      • t. 4: O owadzie i robakach, Warszawa 1780; wyd. następne: Warszawa 1802; Warszawa 1823

        • przekł. litewski: fragmenty t. 4 – rozdz. o pszczołach: K. Niezabitowski: Surinkimas dasekimu par Mokintus żmonias senowias amziose tikray daritu apey bytes... Wilno 1823; wydane pod nazwiskiem brata: C. J. Niezabitowskiego

     

     — Type spécifique: Papilio argus (Hemming 1933)

    — Description : 

     Rodzay V. Pospolitek (Plebejus) zawiera naypospolitsze dzienne Motyle, ktore iak wszedzie widziec sie daia, tak od wszystkich poprzedzaiacych mnieysze sa. Kolory na nich sa slabe. Jedne maia plamy ledwie znaczne, u drugich przechodza az na dolna strone skrzydel : pierwsze zowia sie Rurales, albo Wiesniaki : drugie Urbicolae, albo Miesczanie. 

     (transcription ne respectant pas les caractères propre à la langue).

      Traduction approximative :"Le genre Pospolitek (Plebejus) réunit les papillons diurnes les plus courants, que chacun peut voir partout en été, aux couleurs discrètes avec quelques taches sur les ailes. Ceux du premier groupe sont appelés Rurales, ou paysans, et ceux du second Urbicolae, ou Citadins"

    Jean-Christophe Kluk donne alors une liste de 57 Plebejus Rurales ("Pospolitek Wiesniaki") et de 22 Plebejus Urbicolae ("Pospolitek Miesczanie"). Plebejus argus ( "Srebnook") porte le n° 15.

     

     

     

     

     

     —Sous-genres 

     Ce genre renferme 2 sous-genres en France :

    1°) Sous-genre Plebejus Kluk, 1780.

    • Plebejus argus (Linnaeus, 1758). Azuré de l’Ajonc.

     2°) Sous-genre Lycaeides Hübner, [1819]

    • Plebejus argyrognomon (Bergsträsser, 1779) (Azuré des Coronilles).
    • Plebejus bellieri (Oberthür, 1910) Azuré tyrrhénien.
    • Plebejus idas (Linnaeus, 1761) Azuré du Genêt.

    b) caractéristiques.

     Selon les clefs de détermination, Plebejus se reconnaît parmi les Polyommatinae par :

    • Une série de lunules submarginales fauves ou orangées au revers des ailes 
    • ET : Pas de point cellulaire sous l'aile antérieure
    • ET : les points noirs marginaux du dessous de l'aile postérieure sont généralement pupillés de bleu-vert brillant (Lafranchis)

    Voir aussi la clef d'identification bien illustrée de www.poitou-charentes.nature.asso.fr

     

     

    Origine et signification du nom Plebejus .

     

    — Spannert (1888) page 131 :

    plebejus bürgerlich, niedrich. 

    — L. Glaser (1887) page 308 :

    "Plebejer (plebs, -bis, gemeines Volk etc.,)"  

    — August Janssen (1980) page 43 :

    "plebejer (in tegenstelling tot Patriciër) " .

     —  A.M. Emmet (1991) page 150 :

    "-plebeius, plebeian, belonging to the plebs, the Roman common people. The plebeji were the fifth of the six phalanges into wich Linnaeus divided the butterflies, a group including all the smaller species (blues and skippers). As with Nymphalis and Danaus, Kluk was the first to use the Linnean name in a way that complied  with future I.C.Z.N. rules for the establishment of generic names and is therefore deemed the author."

    Trad : "plebeius, plébéien, appartenant à la plèbe, le peuple romain. Les Plebeji formaient la cinquième des six phalanges par lesquelles Linnaeus divisait les papillons, un groupe comprenant  les espèces les plus petites (les bleus et les skippers); Comme pour Nymphalis et Danaus, Kluk fut le premier à utiliser le nom de Linné d'une manière qui soit conforme avec les règles de la future Commission Internationale de Nomenclature Zoologique I.C.Z.N  pour la formation  des noms génériques et il est donc par conséquent considéré comme auteur de ce nom."

     

    — Hans A. Hürter (1998) pages 355-357:

          Deuntung : Die Bedeutung des Wortes Plebejus ist vorstehend hinreichend dargelegt ; es wird heute jedoch anders benutzt als vor etwa 200 jahren.V.Linné teilte die Arten in 5 Gattungen, deren fünfte er Plebeji nannte. 200 Jahre Forschung schufen zusätzliche Einteilungsbegriffe im Tierreich, nach F-W I S.181, für die Schuppenflügler/Schmetterlinge folgendermaßen (hier nur für in F-W II vorkommende Familien) : [...] Die Familie Hesperiidae findet sich in der Unterkohorte Pyralidiformes unter der überfamilie Hesperioidea. Der ehedem alle damals bekannten Lycaeniden umfassende Name Plebejus/Plebeji ist heute Gattungsname für nur noch 2 mitteleuropaïsche Arten : argus und pylaon

          Trad : "Le sens du mot Plebejus est suffisamment expliqué ci-dessus: mais il est utilisé différemment aujourd'hui qu'il y a quelques années, environ 200 ans. ..."

     

    —Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 224 :

         " Du latin plebeius, "propre à la plebs", c'est-à-dire au bas-peuple romain. Le termePlebejus est repris du mot Plebeji, créé par Linné en tant que phalange dans lequel il réunissait tous les papillons de petite taille, les "modestes" (d'où l'allusion au bas-peuple), par comparaison avec ceux, plus "nobles", des autres phalanges (Equites, "chevaliers" pour les papilionides, par exemple)."

     

    — Perrein et al (2012) page 268. 

    " Étymologie : du latin plebeius, "commun, vulgaire", de plebs, plebis "peuple". Cinquième des six phalanges suivant lesquelles Linné subdivise les Papiliones ou papillons de jour, lesPlebeji regroupent toutes les petites espèces dont les chenilles sont le plus souvent contractées, ("parvi : larva saepius contracta") : Rurales et Urbicolae qui deviendront par la suite respectivement les Lycènes et les Hespéries."

    — Arrizabalaga & al. 2013 :   

        Plebejus A Roma, el poble, els que no són nobles Linné agrupa amb aquest nom les papallones petites  

     

    Discussion.

     

         Vingt-huit ans après la parution de la dixième édition du Systema Naturae de Linné de 1758, Jean-Christophe Kluk reprend, pour en faire un nom de genre, le nom de la cinquième "phalange" des Papilio de Linné, où celui-ci avait classé les papillons les plus petits ou les moins spectaculaires dans sa partition organisée autour du thème de la société grecque de la Guerre de Troie : loin des nobles Chevaliers (Equites), des divinités et Muses du mont Hélicon (Heliconi), des filles de Danaus ou des fils d'Aegyptos (Danai), des divinités des sources ou des bois (Nymphales), les Plebejus, du latin plebeius, "propre à la plebs", de plebs, plebis "peuple" rassemble le petit peuple des Blues et des Skippers anglais, nos Lycènes et nos Hespéries. Ce grand genre de 79 espèces de Kluk a fondu au fur et à mesure de son démembrement en nouveaux genres, pour ne plus contenir actuellement que les quatre espèces françaises, et un nombre divers selon les classifications d'espèces étrangères.

     Voir le passionnant dossier La Plèbe romaine sur le site de Philippe Remacle : http://remacle.org/bloodwolf/institutions/plebs.htm

     

    Les six phalanges crées par Linné pour ses Papiliones (rhopalocères) peuvent être considérés en deux groupes principaux : c'est ce que fera Hübner en 1819 dans son Verzeichniss en ne créant que deux Phalanges, Nymphales et Gentiles, c'est à dire Personnages mythologiques d'une part, et Personnages Humains de l'autre. Parmi ces derniers, se trouvent les Equites et les Plebeji, c'est à dire les deux grands éléments de la nation romaine depuis le VIe siècle av.J.C , les Praticiens issus des Patres, et les Plébéiens. Chez Linné, la phalange V des Plebeji s'oppose à la phalange I des Equites, les phalanges II, III, et IV relevant de la Mythologie surnaturelle, si je puis dire.

     Voir mon article  Noms des Papillons diurnes (rhopalocères) créés par Linné dans le Systema Naturae de 1758.

    Les Plebejii sont eux-mêmes répartis chez Linné en deux sous-catégories, les Rurales et les Urbicolae, ce qui correspond à la Plèbe romaine, constituée de 90% d'agriculteurs, mais dont les membres des villes se répartissaient en proletarii, artisans (tisserands, cadreurs, tuiliers, boutiquires ou tabernarii), et Homines quasi-boni (riches financiers et négociants en gros).

    Mais cette classe a laissé dans l'Histoire moins de personnages célèbres ou légendaires, et Linné, pour son onomastique, a souvent fait appel à une dénomination par la plante-hôte, ou aux noms d'artisans-artistes sculpteurs, peintres ou architectes.

     Le Dictionnaire latin en ligne de Gérard Jeanneau donne pour ce mot Plebejus :

    plēbēius (plēbējus), a, um. [plebs] : - 1 - plébéien, de la plèbe, de la populace. - 2 - du commun. 
               - philosophus plebeius, Cic. Tusc. 1 : philosophe de bas étage. 
               - cassis plebeia, Luc. : casque de simple soldat. 
               - plebeium sapere, Petr. : avoir un goût peu relevé.
               - plebeius sermo, Cic. Fam. 9, 21, 1 : langage courant.  

     On remarque les connotations méprisantes du terme, que le mot français "la plèbe" possède aussi. Si on consulte le mot plebs, on découvre son étymologie latine, le verbe pleo, impleo, "remplir", du grec πίμπλημι : "remplir"; πλήρης : "plein"; cf. πλῆθος : "multitude". Ces racines sont aussi évoquées à l'origine du mot peuple.  Plebs, c'est à la fois la plèbe, opposée au patriciens ; le peuple ; la populace ; et la foule, la multitude.

    Issu du radical indo-européen *pel- (« plein (de monde, de gens) » → voir plenus) qui a donné des noms tels que pléthore, folk (« peuple » → voir full) en anglais, Volk (« peuple » → voir voll) en allemand, le latin plebs, plebis est à l'origine dans notre vocabulaire des mots plébiscite, plébéiens, mais aussi à une quantité de toponymes commençant par Ple, Plo, Plou, au sens de "paroisse". Indirectement, les noms de communes bretonnes débutant par Plou- ont favorisé la survenue du qualificatif familier ou péjoratif "plouc" au sens de paysan rustre.

     

     

     3.  Nom d'espèce : Plebejus argus (Linnaeus, 1758).

     

    a) Description originale

          Linnaeus, C. 1758. Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Holmiæ. (Salvius). Tomus I: 824 pp. page 483 .

    — Description :

    Argus n° 152.  P[apilio] P[lebejus] alis ecaudatis cæruleis ; posticis subtus limbo ferrugineo ocellis cæruleo argenteis.

    -Trad. : "Papillon de jour de la phalange des Plébeiens, aux ailes bleues dépourvues de queue ; dessous des ailes postérieures à bordure brun-rouille et à ocelles bleu-argenté ".

      — habitat in Rhamno* Europae, Africae

    * Rhamnus = Nerpruns

    b) références données par Linné: (étudiées infra)

    • [Linné] Fauna suecica 803 804
    • De Geer ins. t.4 f.14, 15.
    • Wilkes pap. 63 t.1 a1
    • Roesel Insecten belustigung app. I. t.37 f.3-5.
    • Merian, Eur. t.163. 174.
    • Mouffet, ins. 106 f.1
    • Robert ic. t.17
    • Petiver gazophylacii t.35 f.1
    • Ray, Historia insectorum, page 131 n° 11, 12 
    • Jonston, ins. t.6 f. penult.

    c)   Localité-type et description.

    —Localité-type : sud de la Suède, selon Vérity qui se base sur le Fauna suecica. Suède désignée par Honey & Scoble (2001)

     

    — Selon Dupont et al. 2013, cette espèce est présente dans toute la région paléarctique, sauf en Afrique du Nord. Elle est signalée dans toute la France. Les chenilles se nourrissent principalement sur diverses espèces de Fabaceae.

    — Selon Wikipédia :

    C'est un petit papillon qui présente un dimorphisme sexuel, le dessus du mâle est bleu violet à bordure noire et frange blanche, celui de la femelle est marron avec une ligne de lunules sub marginales orange surtout visibles aux postérieures. Le revers est beige chez le mâle, ocre chez la femelle orné d'une ligne marginale de points noirs pupillés de bleu vert argenté doublée d'une ligne de lunules orange puis d'une ligne de points noirs cerclés de blanc. Il vole en deux générations, en mai-juin puis juillet-août. Les sous-espèces Plebejus argus aegidion, Plebejus argus hypochionus et Plebejus argus corsica sont univoltines.

    Il hiverne à l'état d'œuf ou de chenille.La chenille, petite et trapue, possède une tête rétractile noire et un corps verdâtre avec une bande dorsale brune et sur les flancs une ligne blanche.

    Ses plantes hôtes sont des fabacées (gousses et fleurs): Astragalus, Coronilla, Cytisus, Galega, Genista, Lotus, Ulex. Pour Plebejus argus caernensis, la plante hôte est Helianthemum nummularium; pour Plebejus argus aegidion, c'est Onobrychis supina et Dirycnium pentaphyllum.

    L'aire de répartition de l'Azuré de l'ajonc est paléarctique et recouvre toute l'Europe (sauf au nord la majorité de l'Angleterre et de la Scandinavie) et l'Asie tempérée jusqu'au Japon.

    Il réside dans des lieux variés herbus et fleuris.

     

     

     

    d) Synonymes et sous espèces.

    Leraut retient la présence de neuf sous-espèces en France :

    -1. argus Linnaeus, 1758.

    -2.  aegiades Gerhard, 1852. Localité-type : Nord de l’Allemagne —— Lycaena aegon aegiades Gerhardt, 1853 : Gerhard, B. [1850-1853]. Versuch einer Monographie der europaeischen Schmetterlingsarten Thecla, Polyomattus, Lycaena, Nemeobius. Als Beitrag zur Schmetterlingskunde. Hamburg. 21 pp. page 19.

    -3. aegidion Meisner, 1918. Localité-type : Suisse. Meisner, F. 1818. "Verzeichniss der Schweizerischen Schmetterlinge (Zweite Fortsetzung.)". Naturwissenschaftlicher Anzeiger der allgemeinen Schweizerischen Gesellschaft für die gesammten Naturwissenschaften, 1818(11): 86-88. page 88.

    -4. corsicus Bellier, 1862. Localité-type : Corse. — Lycaena aegon corsica Bellier, 1862 : Bellier de La Chavignerie, J.-B. E. 1862. "Variétés nouvelles de Lépidoptères observées en Corse et décrites". Annales de la société entomologique de France, 4(2): 615-616. [http://www.biodiversitylibrary.org/page/8239557] page 615. 

    -5. gaillardi Beuret, 1950. Localité-type : Nîmes, Gard. — Plebejus argus gaillardi Beuret, 1950 : Beuret, H. 1950. "A propos de Plebejus argus L. [Lép. Lycaenidae] de la région de Nîmes (30)". Revue française de Lépidoptérologie, 12(13/14): 225-232.page 232.

    -6. hypochionalpina Verity, 1931. Localité-type : Annot, Alpes de Haute-Provence.  Verity, R. 1931. "On the geographical variations and the evolution of Lycaeides argus L." Deutsche Entomologische Zeitschrift, Iris, 45: 30-69. page 52.

    -7. hypochionoides Tutt, 1909. Localité-type : Gavarnie, Hautes-Alpes.

    -8. lydiades Fruhstorfer, 1910. Localité-type : Moulinet, Alpes-Maritimes.

    -9.  philonome Bergsträsser, 1779. Hanau, Hesse, Allemagne. —  Papilio philonome Bergsträsser, 1779 : Bergsträsser, J. A. B. 1779. Nomenclatur und Beschreibung der Insecten in der Graffschaft Hanau-Münzenberg wie auch der Wetterau und der angränzenden Nachbarschaft dies und jenseits des Mains mit erleuchteten Kupfern. Zweiter Jahrgang. Hanau. (Stürner). 79 pp. page 72.

         " Philonome : de Philonomé, fille de Tragasos, et seconde épouse de Cycnos, qui devint amoureuse de son beau-fils Ténès." (C. Perrein et al. 2012)

          On cite encore :

    — Lycaena aegon plouharnelensis Oberthür, 1910 : Oberthür, C. 1910. Etudes de lépidoptérologie comparée. Fascicule IV. Imprimerie Oberthür, Rennes. 691 pp. page 186.

     

    Lycaena hypochiona Rambur, J. P. 1858-[1866]. Catalogue systématique des Lépidoptères de l'Andalousie. Paris. 1: 412 pp. page 35.

    — Papilio aegon [Denis & Schiffermüller], 1775 : [Denis, J. N. C. M. & Schiffermüller, I.] 1775. Ankündung eines systematischen Werkes von den Schmetterlingen der Wienergegend, herausgegeben von einigen Lehrern am k. k. Theresianum.. Vienne. 322 pp. page 185. [http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&DMDID=DMDLOG_0006&LOGID=LOG_0008&PHYSID=PHYS_0178]

    .

    d'. Les deux  sous-espèces philonome et plouharnelensis.

    La zoonymie de deux sous-espèces, traitées dans l'atlas régional de Bretagne (et également dans l'ouvrage de C. Perrein & al. 2012 concernant la Loire-Atlantique et la vendée) seront détaillées ici.

    d'1. La sous-espèce philonome.

    philonome Bergsträsser, 1779. Hanau, Hesse, Allemagne. —  Papilio philonome Bergsträsser, 1779 : Bergsträsser, J. A. B. 1779. Nomenclatur und Beschreibung der Insecten in der Graffschaft Hanau-Münzenberg wie auch der Wetterau und der angränzenden Nachbarschaft dies und jenseits des Mains mit erleuchteten Kupfern. Zweiter Jahrgang. Hanau. (Stürner). 79 pp. page 72. Vier und vierzigste Tafel der Nomenklatur. Dreifigste Tafel der Schmetterlinge 

     

    http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN587686561&DMDID=DMDLOG_0004&LOGID=LOG_0008&PHYSID=PHYS_0079

    [Planche 44, fig. 6, 7 et 8] : http://resolver.sub.uni-goettingen.de/purl?PPN587691166

    http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN587691166&DMDID=DMDLOG_0002&LOGID=LOG_0005&PHYSID=PHYS_0091

     

    Bergsträsser, Papilio philonome, Planche 44, fig. 6-8, source Goettingen
    Bergsträsser, Papilio philonome, Planche 44, fig. 6-8, source Goettingen

    Bergsträsser, Papilio philonome, Planche 44, fig. 6-8, source Goettingen

    Charles Oberthür a représenté en 1910 dans Études de Lépidoptérologie comparée fascicule 4, planche 40 (lithogravure de J. Culot), fig. 283-284, p. 669 [légende] l'avers et le revers d'un couple capturé à Rennes en juillet 1909, avec la légende "Lycaena Aegon ♂ et ♀ W.V Rennes captur. juillet 1909". Il avait précisé page 172 "J'appelle Argus, Linné, ce que Staudinger et Rebel (Catalog. 1901) appellent Argyrognomon, et Aegon, W.V [Denis & Schiffermüller], ce que les mêms auteurs, dans le même catalogue, appellent Argus."

    Image BHL : http://www.biodiversitylibrary.org/item/40144#page/711/mode/1up

    .

    Plebejus argus philonome, in Oberthür, Études de Lépidoptérologie comparée, fig.283-284. BHL.

    Plebejus argus philonome, in Oberthür, Études de Lépidoptérologie comparée, fig.283-284. BHL.

    .

    Caractéristiques écologiques de P. argus philonome.

    Je les emprunte à Donovan Maillard 2014 avec la comparaison avec Plebejus idas:

    Plebejus argus philonome est généralement rencontré dans des landes mésophiles à Ulex minor et Erica ciliaris.

    Plebejus argus philonome occupe essentiellement des landes basses mésophiles, et plus ponctuellement des landes xéro-mésophiles ou méso-hygrophiles. Plebejus idas armoricana se rencontre quant à lui dans des landes généralement plus hautes, mésophiles à xérophiles, et plus ponctuellement xéro-thermophiles ou méso-hygrophiles

    Plebejus argus philonome occupe généralement des landes basses tandis que Plebejus idas armoricana a été rencontré dans des landes plus hautes. Ce constat est en adéquation avec les besoins de leurs fourmis symbiontes respectives d’une part, et avec les plantes-hôtes larvaires attestées de P.idas d’autre part. En effet, Plebejus argus philonome vit vraisemblablement en symbiose avec Lasius niger lors de son développement larvaire, puisque des pontes de l’azuré ont été déposées à proximité des fourmilières de cette espèce. Cette symbiose est d’autant plus probable que la fourmi a été rencontrée sur d’autres colonies de P.argus philonome en Bretagne, et que Fielder (1991) l’a déjà observée. [...] Ainsi Lasius niger a un essaimage de juillet à août (Blatrix et al, 2013) quand P.argus philonome vole en juin et juillet en Bretagne. 

    .

    Zoonymie de philonome. 

    Ce nom de Philonome  suit, dans la publication de Bergsträsser,  ceux de Telegonus et de Polysperchon. On peut penser que l'auteur s'inspire d'un des dictionnaires de mythologie, qui se copient mutuellement et dont voici un exemple :

     

    Dictionnaire portatif de mythologie pour l'intelligence des poëtes, par André de Claustre, Richer, 1765 :

    — Philonomé 1 , fille de Nyctimus et de la Nymphe Arcadie , allait d'ordinaire à la chasse avec Diane. Mars prenant la forme d'un berger , s'accosta de Philonomé , et la rendit mère de deux enfants jumeaux ; mais craignant l'indignation de son père, elle les jeta dans l'Erimanthe. Le Dieu, leur père, prit soin de les sauver, au rapport de Plutarque. Voyez Lycastus

    — Philonomé 2, fille de Craugasus, renouvela envers Ténès, son beau-fils, l'histoire de Phèdre à l'égard d'Hippolyte. Voyez Cygnus, Ténès. 

    Cet extrait du Dictionnaire me conduit à  en rechercher les sources :

    Pour Philonomé 1, il s'agit de Parallela minora  des Oeuvres Morales de Plutarque, trouvées sur le site de Philippe Remacle dans la traduction de Ricard, 1844 page 130 § 72 :

    72. Phylonome, fille de Nyctimus et d'Arcadia, suivait Diane à la chasse. Mars, sous l'habit d'un berger, la séduisit, et la rendit mère de deux fils jumeaux, que la crainte de son père fit exposer sur le mont Érymanthe. Par une providence particulière, ils tombèrent dans le creux d'un chêne, sans se blesser. Une louve, qui y avait mis bas, alla jeter ses petits dans un fleuve voisin, et allaita ces deux enfants. Le berger Tyliphus, témoin d'un fait si extraordinaire, prit les enfants, les éleva comme s'ils eussent été à lui, nomma l'un Lycastus, et l'autre Parrhasius. Ils parvinrent depuis, l'un et l'autre, au trône d'Arcadie. (Zopyre de Bysance, au troisième livre de son Histoire.)

    Pour Philonomé 2, je parviens au  texte d' Apollodore :

    III,24 De sa femme Procléia, fille de Laomédon, Cygnos avait eu un fils, Ténès, et une fille, Hémithéa ; puis il s’était marié avec Philonomé, la fille de Tragasos. Mais cette dernière, amoureuse de Ténès, et incapable de le séduire, l’avait calomnié auprès de son père, Cygnos, en lui disant qu’il avait cherché à la corrompre, et qu’elle avait même un témoin, le joueur de flûte Eumolpos.

    III, 25. Cygnos la crut. Il enferma Ténès et sa sœur dans un coffre qu’il jeta à la mer. Le coffre échoua sur l’île de Leucophrys ; Ténès mit pied à terre et colonisa l’île que de son nom il appela Ténédos. Quand plus tard Cygnos apprit la vérité, il fit lapider le joueur de flûte et enterrer vive sa femme. Apollodore, Epitomé III, 22-27

    L'histoire de Philonomé 2 est donc liée à celle de son époux Cygnus, ou Cygnos, ou Cycnos :

     

    "Cycnos. - Fils de Poséidon et de Calycé, ou d'Harpalé, en encore de Scamandrodicé. Ayant été exposé sur le rivage de la mer après sa naissance clandestine, il fut trouvé par des pêcheurs, qui, voyant un cygne descendre sur sa tête, l'appelèrent Cycnos. Plus tard, il devint roi de Colone en Troade, et épousa Proclée, fille de Laomédon, qu'il rendit mère de Ténès et d'Hémithée. Suivant Dictys, ses enfants s'appelaient Cobis, Cotianos et Glaucé. 

    Après la mort de Proclée, il se maria avec Philonomé, fille de Craugasos, qui, éprise de son beau-fils, et n'étant pas payée de retour, le calomnia auprès de son père. Cycnos l'enferma avec sa soeur Hémithée dans un coffre, et les jeta dans la mer. Plus tard, ayant découvert la vérité, il tua Philonomé, et se rendit chez son fils, qui, parvenu avec son coffre sur la côte de Ténédos, en était devenu roi. Suivant une autre tradition, Ténés ne laissa pas débarquer son père, mais il coupa le câble de son vaisseau." 

    Bergsträsser a créé selon Animalbase 65 noms  entre 1779 et 1783. Ce sont pour la plupart des noms construits sur des racines grecques, et puisés dans la mythologie, et es papillons de la faune française argyrognomon   baton, bellargus, nausithous, teleius, qui sont des Azurés, en témoignent.

         " Philonome : de Philonomé, fille de Tragasos, et seconde épouse de Cycnos, qui devint amoureuse de son beau-fils Ténès." (C. Perrein et al. 2012).

     

     

    .

    d'2.La sous-espèce Plouharnelensis.

    — Lycaena aegon plouharnelensis Oberthür, 1910 : Oberthür, C. 1910. Études de lépidoptérologie comparée. Fascicule IV. Imprimerie Oberthür, Rennes. 691 pp. page 186 et 667 [lég.]

     

    Elle a été décrite  par Oberthür page 186 dans le texte suivant :

    "La race de Plouharnel est petite ; le mâle est gris de lin en dessous ; quelquefois ses ailes inférieures en dessus sont ornées de taches marginales aurores ; assez souvent il y a une grosse tache noire en forme de barre sur le milieu des ailes inférieures en dessous ; je possède ainsi 7 exemplaires semblables, pris en trois jours de chasse . J'ai fait figurer le ♂ et la ♀ de cette Aberration sous les n° 252 et 253 de la Planche XXXVIII de cet ouvrage. J'ai donné à cette Aberration le nom de Plouharnelensis. "

    texte : http://www.biodiversitylibrary.org/item/40144#page/194/mode/1up

    Planche 38 : http://www.biodiversitylibrary.org/item/40144#page/707/mode/1up

    Légende : http://www.biodiversitylibrary.org/item/40144#page/675/mode/1up

    La légende est particulièrement précieuse car elle précise le lieu et la date de capture, et son biotope, les dunes :

    252 LYCAENA AEGON-PLOUHARNELENSIS  ♂, Obthr. Dunes entre Plouharnel et Kerostin (Morbihan) : 4 à 6 juin 1909.

    253 LYCAENA AEGON-PLOUHARNELENSIS ♀, Obthr. Dunes entre Plouharnel et Kerostin (Morbihan) : 4 à 6 juin 1909.

    La pointe de Kerhostin se trouve en commune de Saint-Pierre-Quiberon, au sud de Plouharnel (voir carte). Le vol en juin, la fréquentation des dunes, particulièrement celles du Morbihan autour de Plouharnel, caractèrisent parfaitement cette sous-espèce.

     

     

    Oberthür, 1910. Études de lépidoptérologie comparée. Fascicule IV, page 186. et planche 38 fig. 252-253.  BHL
    Oberthür, 1910. Études de lépidoptérologie comparée. Fascicule IV, page 186. et planche 38 fig. 252-253.  BHL

    Oberthür, 1910. Études de lépidoptérologie comparée. Fascicule IV, page 186. et planche 38 fig. 252-253. BHL

    Oberthür, 1910. Études de lépidoptérologie comparée. Fascicule IV, page 667, légende de la planche 38 fig. 252-253.  BHL

    Oberthür, 1910. Études de lépidoptérologie comparée. Fascicule IV, page 667, légende de la planche 38 fig. 252-253. BHL

    Plouharnel, http://www.site-gavres-quiberon.fr/bases/pdf/document/223/recueilpart2.pdf

    Plouharnel, http://www.site-gavres-quiberon.fr/bases/pdf/document/223/recueilpart2.pdf

    .

    Zoonymie de plouharnelensis : 

    Elle a été parfaitement commentée par Christian Perrein & al 2012 page 172 :

    "Latinisation avec le suffixe -ensis pour "de Plouharnel" commune du Morbihan, du vieux-breton ploiv, ploev, "paroisse" — du brittonique emprunté au latin plebs "peuple" et du nom de saint : Armel." (C. Perrein et al. 2012).

    Il reste à préciser que cette commune du Morbihan est située au fond de la baie de Quiberon, à 3 km de Carnac, et qu'on y trouve l'un des plus grands domaines dunaires de la Bretagne Sud : de la plage d'Erdeven (plage de Sainte-Barbe) au fort de Penthièvre sur la commune de Saint-Pierre-Quiberon. Voir ce dossier pdf http://www.site-gavres-quiberon.fr/bases/pdf/document/223/recueilpart2.pdf  auquel j'emprunte l'image suivante. Je signale que c'est devant cette plage d'Erdeven  que le cargo maltaisTK Bremen s'est échoué dans la nuit du 15 au 16 décembre 2011, lors de la tempête Joachim. 

    Le nom de cette sous-espèce est, pour celui qui connaît le biotope dunaire de la commune de Plouharnel, particulièrement représentatif de la distinction, adoptée par les naturalistes de l'Ouest, entre philonome (dans les landes) et plouharnensis (dans les dunes). Je cite Donovan Maillard, 2014 :

    "En Bretagne, l’espèce s’observe sous deux formes respectivement présentes dans les landes puis dans les dunes. La différenciation de ces deux entités semble identique en Bretagne administrative et dans le territoire d’étude de Perrein (2012), à savoir la Loire-Atlantique et la Vendée. Il a donc été décidé de reprendre les dénominations de Perrein (2012) distinguant Plebejus argus philonome Bergsträsser, 1779 dans les landes et Plebejus argus plouharnelensis Oberthür, 1910 dans les dunes, bien que ces noms ne soient pas reconnus dans le référentiel taxonomique de Dupont et al (2013)."

    "Plebejus argus plouharnelensis aurait des individus de petite taille, avec les ailes antérieures saupoudrées de bleu chez les femelles. En revanche, Plebejus argus philonome aurait des individus plus robustes avec le dessous des ailes à fond bleuâtre, plus clairs que ceux du littoral (Perrein, 2012 ; Perrein & Guilloton, 2003 )."

    "Plebejus argus plouharnelensis  a été rencontré sur 8 mailles depuis 2000. Le taxon a ainsi été recensé de la pointe de la presqu’île de Quiberon jusqu’à Guidel, à l’ouest de Lorient,  avec une interruption dans le secteur de Larmor-Plage où le littoral est longé par une route et des infrastructures souvent liées au tourisme. Par ailleurs, un individu isolé a été observé en septembre 2010 dans les dunes de Poulguen à Penmarch (Finistère, VT09) sans qu’aucune colonie n’y ait été revue depuis. Enfin deux individus ont été observés le 19 août 2014 sur les dunes de Donnant, à Sauzon, sur l’île de Belle-île en-mer. Cette répartition correspond aux milieux dunaires de la région où les conditions météorologiques sont les plus c l é m e n t e s ( f o r t  e n s o l e i l l e m e n t , températures élevées, pluviosité modérée), à l’exception de l’individu isolé observé à Penmarch (figure 29 - LeGarff et al, 2014)."

    "Ecologie de P.argus plouharnelensis dans les dunes : La forme des dunes de l’Azuré de l’Ajonc Plebejus argus plouharnelensis a été rencontrée exclusivement sur des dunes grises - ou dunes stabilisées - dominées par l’Immortelle des sables Helichrysum stoechas. Il a été remarqué que les stations comportent toujours la luzerne Medicago littoralis et parfois Medicago minima, comptant parmi les rares fleurs de ce milieu et souvent butinées par les imagos. Toutes les colonies ont été observées dans des micro-habitats peu exposés aux vents (dépressions dunaires, abords de chemins, zones en arrière de ganivelles…) mais bénéficiant d’un bon ensoleillement. De plus, les colonies ont toujours été rencontrées à proximité de zones où la végétation atteint quelques dizaines de centimètres. Il a été observé que ces zones servent de refuge aux Plebejus en dehors de leurs périodes de vol (conditions climatiques défavorables, nuits…), phénomène déjà renseigné dans la littérature (Dennis & Sparks, 2006). De plus, les colonies ont été observées dans des zones faiblement exposées au piétinement (zones isolées, bords de routes, arrières de ganivelles, zones militaires, sites protégés…)." Plebejus argus plouharnelensis  n’est rencontré que sur les dunes grises. Ceci s’explique par la présence de sa plante-hôte Helichrysum stoechas (de Joannis, 1908 ; Perrein, 2012) ne se développant pas sur les autres stades de développement dunaire (embryodunes, dunes blanches…). A l’heure actuelle, aucune information n’a été collectée quant à la fourmi avec laquelle les larves peuvent se développer sur les dunes."

     

     

     

     

     
     

    e) Origine et histoire du nom argus. 

     

    — Spannert (1888) page 26 :

    "Der hundertäutiger Wächter der Io" 

    — L. Glaser (1887) page 308 :

    ""hundertäutiger Wächter der Jo")" 

    — Spuler (1903-1908) page  60: 

    "hundertäutiger Wächter der Io"

    Le gardien aux cent yeux d'Io.

     — August Janssen (1980) page 43 :

     

    "plebejer (in tegenstelling tot Patriciër) " .

    — Emmet (1991) page 150 : 

     Zeus was in love with Io, and to indulge himself without arousing the jealousy of his wife Hera, he turned Io into a heifer. Hera, however, learnt of this and placed Io in the care of Argos who have a hundred eyes. Not to be outdone, Zeus enlisted the aid of Hermes who lulled Argus to sleep with the sound of his flute and then cut off his head ; the lascivious Zeus then had the opportunity he had sought. Hera consoled herself by transplanting the eyes of Argus into the tail of the peacock. The name, therefore, is apt and refers to the eye-spots on the underside of the butterfly's wings. Linnaeus here gives references to the descriptions and figures of Polyommatus icarus by Petiver, Ray and Wilkes, so it is not altogether certain to which species the name properly belongs; see also celastrina argiolus.

     

    — Hans A. Hürter (1998) page 361 :

    Nach welchem Argos v. Linné die Bläulingsart benannte, hat er uns nicht hinterlassen. Man darf aber sicher annehmen, daß er Argos Panoptes, den Bewacher der Io, im Sinn hatte.

     

    — Doux et Gibeaux (2007) page 194 :

          Argus : Héros de la mythologie grecque pourvu de cent yeux. Épris d'Io, Zeus, pour s'abandonner à son penchant amoureux pour attiser la jalousie de sa femme Héra, métamorphosa celle-là en génisse. Informée du subterfuge, Héra plaça Io sous la surveillance d'Argus. Afin de contourner la difficulté, Zeus s'assura l'aide d'Hermès qui, au son de sa flûte, plongea Argus dans un profond sommeil, puis lui trancha la tête. Zeus eut alors le champ libre pour mettre ses projets lascifs à exécution. Héra se consola en transplantant les yeux d'Argus sur la plume du paon. C'est à ce récit que fait allusion le nom donné aux Lycènes dénommés "Argus" en référence aux nombreuses tâches ocellées dont est ornée le revers de leurs ailes.

     

    — Perrein et al (2012) page 268.  

          Du nom du célèbre personnage de la mythologie grecque, Argos, descendant de Zeus, qui régna sur l'Argolide dans le Péloponnèse, doté d'une force prodigieuse et, selon certaines versions, d'une infinité d'yeux répartis sur tout le corps. Surnommé Panoptes  — qui voit tout —  ce prince argien exerçait une surveillance inégalable car ses yeux ne dormaient que par moitié : il en avait toujours autant d'ouverts que de fermés. C'est bien-sûr un clin d'œil de Linné à des espèces qui ont de très nombreux ocelles et points au revers des ailes.

     

     

    — Arrizabalaga & al.

         Argos, gegant de cent ulls que vigila Io en forma de vedella

     

     

    Discussion sur le nom argus : reportée à la suite du paragraphe suivant.

     

       Les publications qui précèdent celle de Linné 1758 et que celui-ci donne en référence.

     

     

     

    Placées dans l'ordre chronologique :

    • Mouffet, 1634 insectorum page 106 f.1
    • Johannes Jonston, Di insectis Liber I . t.6 f. penult. (reprise de Moffet)(ici page 43 et tableau V page 36)
    • Merian, 1683, Eur. t.163. 174.
    • Petiver 1704 gazophylacii page 55 t.35 f.1
    • Ray, 1710 Historia insectorum, page 131 n° 11, 12 
    • [Linné] Fauna suecica 1746  803 804
    • Roesel 1746 Insecten belustigung app. I. t.37 f. 3-5.
    • Wilkes 1747-49 pap. 63 t.1 a1
    • De Geer 1771  insectes. t.4 f.14, 15.
    • Robert ic. t.17

     

    a) Thomas Moffet, 1634 Insectorum sive Minimorum Animalum theatrum page 106 f.1.

           

          Cette référence désigne la première figure (non numérotée) en haut de la page 106, mais le texte correspondant se situe au paragraphe 4 de la page 105 ; ce décalage du texte et de la figure est signalée par Petiver page 35 de son Musei (infra)  :

                                    Argus-Thomas-Moffet-page-106-fig.1-c.png

     

    Diurnae papiliones minimae. Laetiore aspectu prodit, alis oculatis, cyanum coelestem atque incomparabilem spirantibus. Fecit illam D[a]edala rerum artifex natura totam oculeam, adeo ut πανοπτλω [Πανόπτης : panoptes]  illum in Mythologo Arctoris filium, non pavonis caudae insertum, sed in hujus alis habitantem haud inepte fingeres : quas quidem non minori superbia adverso sole expandit, atque illa avis Junonia, quam (prae coelesti quo excellit colore) fere in ruborem dat. 

     

    En raison des longs développements nécessaires, j'ai reporté l'analyse de cette référence en Annexe. Pour la résumer, Moffet, en 1634, s'il n'a pas donné un nom propre à ce papillon (dont la grossière gravure sur bois et la description sommaire —ailes bleues ocellées— ne permettent pas une identification spécifique), est le premier à établir une relation entre ce papillon, et Argus aux cent yeux qui fut nommé par Junon gardien de lo (aimée par Jupiter qui l'avait transformé en génisse) puis qui fut tué par Mercure sur ordre de Jupiter. Junon plaça ses yeux en ornement de la queue de son paon emblématique comme autant de pierres précieuses. Moffet suggère que ces yeux d'Argus auraient pu plutôt venir orner les ailes incomparables du papillon.

    Mieux, cette comparaison, avec la dénomination qu'elle suscite, proviendrait peut-être du naturaliste de Zurich Conrad Gessner (1516-1565), dont Moffet a hérité des notes et des illustrations d'insectes,  ce qui ferait d'elle l'une des plus anciennes origines des noms de papillons. Car c'est Gessner qui a rédigé dans son Onomasticon de 1544 la première compilation complète sur le personnage d'Argus Panoptes dans l'antiquité.

     

     

    b) James Petiver 1704 gazophylacii  page 55 planche 35 f.1 :

    A1 : papiliunculus coeruleus vulgatissimus Mus.nost 318. The Blue Argus. Very common in Heath.

    [A2 : The pale Blue Argus

    A3 : the mixt' Argus.

    A4 : The edg'd brown Argus.]

    Dans son texte, l'auteur crée un renvoi vers son Musei, ce qui nous impose de le consulter :

    b' James Petiver 1695 Musei petiveriani page 34 n°A318

    Papiliunculus caeruleus ocellus plurimis subtus eleganter aspersisThe little Blew-Argus There are frequently met with about Autumn on Heaths.

    Traduction :"Petit papillon dont le dessous des ailes est aspergé d'ocelles bleues de la plus haute élégance. Le petit Argus Bleu. ils sont fréquemment rencontrés dans les landes en automne."

    n.b  : on remarquera la forme obsolète  Blew au lieu de Blue : en anglais moyen, blew ou plutôt blewe dérive partiellement de l'ancien anglais  et partiellement de l' Anglo-Normand blew, blef (“blue”).

    Dans cette première publication de 1695, The little Blew-Argus est la seule espèce nommée Argus. Nous nous situons ici sur le lieu de naissance du terme "Argus" pour nommer un papillon. Il me paraissait évident que c'était le le terme ocellus qui avait déterminé ce choix : d'une part parce que cette espèce est la seule des trente papillons de Petiver  dans la description duquel figure ce mot ocellus (on trouve ailleurs oculatus ou oculus pour qualifier les "yeux" des ailes) ; d'autre part que (Furetière 1690) les expressions "les cent yeux d'Argus" ou "Avoir des yeux d'Argus" étaient déjà proverbiales au XVIIe siècle. Mais je n'avais pas encore déchiffré le texte de Moffet. James Petiver a repris ici, sous forme d'un nom vernaculaire bien spécifié, la dénomination qui n'était que suggérée avec précision, mais sans mention du nom Argus, par son compatriote Thomas Moffet en 1634.

    C'est donc à l'apothicaire londonien James Petiver que l'on doit la création du nom Argus pour désigner, sinon Plebejus argus, (le papillon décrit ici serait plutôt Polyommatus icarus) du moins un équivalent de nom de genre pour quatre papillons bleus à ocelles. 

     

    c) John Ray 1710 Historia insectorum, page 131 n° 11, 12 :

     11. Papilio parva, alis superne purpureo-caeruleis, subtus cinereis, maculis nigris circulo purpurante cinctis, punctisque nigris pulchre depictis. The most common small blue ButterflyPapiliunculus coeruleus, ocella plurimis, subtus eleganter aspersisThe little blue ArgusMus. Pet. 318. Diurnarum minimarum quarta Mouffeti, 105.

    12. Papilio parva, alis supinis pullis, cum linea seu ordine macularum lutearum ad imum marginem.

    Traduction sous réserve : Petit papillon, au revers sans taches, avec une ligne ou une marque jaune à l'extrémité de la marge

    Linné donne deux références de J. Ray pour le même papillon.   

     

    f) Linné,  1746 Fauna suecica, page 246 n°803 et 804.

    n° 803 : Argus oculatus. "Argus pourvu d'yeux*". Linné renvoie au n°11 de Ray.

    n°804 : Argus fuscus. "Argus brun". Linné renvoie au n°12 de Ray.

    Dans sa Fauna suecica, Linné avait tenté quelques noms "vulgaires" (précédés de la mention "vulgo"), dont quatre "argus (oculatus, fuscus, myops et caecus).  Dans le Systema Naturae de 1758, il réunit les deux premiers sous le même nom  d'Argus, peut-être parce qu'il considère qu'il s'agit des deux formes sexuées de la même espèce, la femelle ayant les ailes brunes (fuscus). 

    La traduction du latin oculatus dans le Gaffiot est "pourvu d'yeux ; clairvoyant", mais Calepino dans son Dictionarium précise : occulatus : "couvert d'yeux", comme Argus centoculus.  Ce qui renforce l'image créée par le nom argus.

     

    g) Johann August Roesel 1746 Insecten belustigung I. Classe II Supplément tableau p. 37 fig. 3-5 page 197 

    De kleine buitengemeen schoone, hoogblaauwe Dagvlinder der tweede classe.

    http://www.biodiversitylibrary.org/item/31188#page/269/mode/1up

     

     

          n266_w298

     

     

    h) Benjamin Wilkes 1747-1749  pap. 63 t.1 a1.

         Voir la Planche des Copper Plates and English Moths and Butterflies de B. Wilkes page 119 (?).

     

    i) Geer, (Charles de), 1771 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes , Stockholm : Hesselberg, .Tome 1 [1]-[15] 707 pages, 37 planches, Gallica .  Tome second première partie 616 pages,  ; Tome second deuxième partie pages 617 à 1175, 43 planches gravées par Bergquist. page 693 planche 4 fig.14 

    Petit papillon à bouton et à six jambes, d'un bleu céleste, à taches en yeux au dessous des ailes.

     

     

     

     

     

     

    Discussion sur le nom argus.

          ARGUS, Selon les Poëtes, estoit homme ayant cent yeux, desquels les quatre vingts et dix huit veilloient tousjours.   Jean Nicot: Le Thresor de la langue francoyse (1606)

    Le nom Argus, Argos en grec, remonte à l'Antiquité où il désigne plusieurs personnages, un roi, une ville, et un chien. Le chien en question est celui d'Ulysse, qui le reconnait à son retour en son île d'Ithaque. La ville grecque située en Argolide (qui en tire son nom) dans la péninsule du Péloponnèse fut l'une des places-fortes de la civilisation mycénienne.  Son nom viendrait de la racine grecque arg-, qui signifie « quelque chose de brillant » (cf. argyros signifie « argent »). Enfin le roi Argos fils de Zeus est le fondateur mythique de la ville précédente. 

    Plus intéressant est l'argonaute Argos : fils d'Arestor, il passe (ou bien son homonyme Argos fils de Phrixos selon les sources) pour l'artisan qui construisit avec l'aide de la déesse Athéna le navire Argo et lui donna son nom. Il s'embarqua ensuite comme pilote avec les Argonautes, et notamment avec Idas (cf. Plebejus idas) et son frère Lyncée, sous la conduite de Jason pour obtenir la Toison d'or.

    Mais le plus connu est le géant Argus, célèbre notamment par la légende d'Io racontée par Ovide dans le Livre I de ses Métamorphoses. La voici, résumée par le site Bibliotheca selecta classica :

    Io est la fille du fleuve Inachus. Lorsque Jupiter l'aperçoit, il décide de la posséder malgré elle, l'empêche de fuir en couvrant la terre de ténèbres, et lui ravit son honneur. Junon soupçonnant que cette obscurité soudaine couvre une infidélité de son mari, descend sur terre, mais Jupiter, pour soustraire Io à la fureur de son épouse, la transforme en une génisse d'une beauté éclatante. Junon, jalouse et méfiante, obtient que la génisse lui soit offerte en cadeau et décide de la confier à la garde d'Argus, fils d'Arestor. Réduite à courir les pâturages et à ne plus émettre que des mugissements, la génisse Io, impitoyablement surveillée par Argus aux cent yeux, arrive au bord de l'Inachus et parvient, en traçant des signes sur le sol à l'aide de son sabot, à se faire reconnaître. Argus revient arracher Io à son père consterné, et l'emmène en un lieu où il pourra mieux la surveiller. 

    Jupiter apitoyé par le sort de Io dépêche Mercure sur terre, avec mission de supprimer Argus. Se faisant passer pour un berger jouant sur une flûte de roseaux, Mercure s'approche d'Argus qui, séduit par ses récits et ses chants, cherche à résister à la torpeur qui le gagne en lui demandant l'origine de ce nouvel instrument. 

    Mercure raconte à Argus l'histoire de Syrinx, naïade adepte de Diane et vouée à la virginité. Pour échapper aux poursuites de Pan, elle obtint d'être métamorphosée par les eaux du Ladon qui lui barrait la route, si bien que Pan ne put saisir que des roseaux. En découvrant que, lorsqu'il soupirait, l'air traversant les roseaux produisait une mélodie agréable, Pan songea à assembler des roseaux avec de la cire pour en faire la flûte de Pan, à qui il donna le nom de syrinx.

    Mercure, dont les récits avaient triomphé de la vigilance d'Argus, endormit complètement le monstre à l'aide de sa baguette magique, puis le décapita d'un coup d'épée. Junon recueillit alors les yeux éteints d'Argus, pour en parer la queue du paon, son oiseau sacré.

    La caractéristique d'Argus, ce sont ses yeux. Voici comment Ovide les décrit, en des vers qui seront à jamais associés au personnage :

    Centum luminibus cinctum caput Argus habebat

    inde suis uicibus capiebant bina quietem,

    cetera seruabant atque in statione manebant.

    Constiterat quocumque modo, spectabat ad Io,

    ante oculos Io, quamuis auersus, habebat.

     

    "Argus avait la tête entourée de cent yeux,

     qui, par deux, à tour de rôle, se reposaient ;

     les autres veillaient et restaient en faction.

     Quelle que soit la position adoptée, il regardait vers Io.

     Même le dos tourné, il avait Io sous les yeux."  (1, 713-724);

     

    Ovide, auteur latin du Ier siècle av/Ier siècle ap. J.C. reprend ici la tradition des auteurs grecs qui avaient attribué à Argos  l'épithète de « Panoptès » (Πανόπτης / Panóptês, « celui qui voit tout ») en raison de ses yeux multiples :

     

     Le surnom panoptes (qui qualifie aussi Zeus) est mentionné dans Apollodore de Rhodes Livre 2,1 2-3 (I-IIe siècle ap. J.C)

    "Ecbasos eut un fils, Agénor, et ce dernier eut Argos, appelé « Panoptès », parce qu'il avait des yeux sur tout le corps".

    On  trouve aussi les yeux d'Argus mentionné sur un fragment n°5  de l'Aigimos, poème perdu attribué à Hésiode ou à Cercops de Millet, Scholiaste sur Euripides, Phoen. 1116  :  http://omacl.org/Hesiod/frag2.html :

    "Et (Hera) plaça sur Io un surveillant, le grand et fort Argus, qui par ses quatre yeux regarde tans toutes les directions. La déesse se reposait sur sa force infatigable. Le sommeil ne tombait jamais sur ses yeux ; mais il restait toujours vigilant.".

    Les autres sources grecques concernant Argos sont : Eschyle,  Prométhée enchaîné. (Ph. Remacle)  :

    565-566 :

     " Ἆ ἆ, ἒ ἔ,"χρίει τις αὖ με τὰν τάλαιναν οἶστρος,

    εἴδωλον Ἄργου γηγενοῦς, ἄλευ᾽ ἆ δᾶ· φοβοῦμαι
    τὸν μυριωπὸν εἰσορῶσα βούταν  

    Ah! ah! hélas! hélas! un taon me déchire encore de son dard.

    — Malheureuse! c'est l'affreux fantôme d'Argus, du fils de la Terre  

    677-681 "βουκόλος δὲ γηγενὴς
    ἄκρατος ὀργὴν Ἄργος ὡμάρτει, πυκνοῖς
    ὄσσοις δεδορκὼς τοὺς ἐμοὺς κατὰ στίβους "

    Le bouvier fils de la Terre, l'impitoyable Argus me suivait,

    attachant sur mes traces ses yeux innombrables

     Voir l'ensemble des sources sur le site theoi.com 

     http://www.theoi.com/Gigante/GiganteArgosPanoptes.html

     

    N.b Hübner a nommé un papillon papilio panoptes : notre Pseudophilotes panoptes Hübner, 1813.

     L'autre passage important pour cette zoonymie  est celui où les yeux d'Argus sont récupérés à sa mort par Junon pour orner le plumage du paon, puisque c'est ce passage qui associe les ocelles des ailes avec le personnage d'Argus.

    Arge, iaces, quodque in tot lumina lumen habebas,

    exstinctum est, centumque oculos nox occupat una.

    Excipit hos uolucrisque suae Saturnia pennis

    collocat et gemmis caudam stellantibus inplet.

     

    "Argus, te voilà gisant ; la lumière de tes regards si nombreux

     s'est éteinte, et sur tes cent yeux règne une nuit sans fin.

    La Saturnienne les recueille et les place sur le plumage de l'oiseau

    qui est sien, lui couvrant la queue d'étincelantes pierres précieuses."  

     

     

    Hermès et Argos Panoptès, vase attique à figures rouges Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche theoi.com

    argos%20panopt%C3%A8se%202.jpg

    Source image

    1374409156_W7gJyvqcRR6oCi0hhPM1_argus.jp

     

     

    Comme nous l'avons vu, l'emploi du nom Argus pour désigner un papillon a été d'abord suggéré par l'anglais Thomas Moffet en 1634, dans sa description d'un papillon aux ailes d'un bleu céleste parsemées d'ocelles, où il envisage que Mercure, au lieu d'avoir disséminé les yeux d'Argus après l'avoir tué sur la queue du paon, oiseau de Junon, avait bien pu en avoir orné les ailes de cette espèce. Il a peut-être repris cette image du naturaliste zurichois Conrad Gessner,  dont il avait hérité de la collection entomologique, mais qui était aussi auteur dans son Onomasticon de 1544 d'une des premières compilations sur le nom d'Argus panoptes.

     

       Si Thomas Moffet n'utilise pas le nom Argus lui-même mais le désigne par son épithète Panoptes, l'apothicaire londonien James Petiver crée le nom d'Argus en 1695 sous la forme The Little Blew-Argus ("le Petit Argus Bleu") avant de décliner ce nom en 4 espèces de sa collection dans son Gazophylacii de 1704, The Blue Argus, The pale Argus, the mixt' Argus et The edg'brown Argus. Le nom est repris par John Ray en 1710, puis surtout par Linné qui, dans sa Fauna suecica de 1746 crée sous une forme vernaculaire en latin les quatre Argus oculatus (Argus ocellé, "couvert d'yeux",subtus ocellus numerosis), fuscus ("brun" subtus ocellus numerosis , idem), myops ("aux yeux à demi-fermés" subtus punctis nigris quadraginta duobus : "42 points noirs à la face inférieure") et caecus ("aveugle", subtus viridis immaculatis : "dessous vert sans tache, sans yeux"). Dans son Systema Naturae de 1758, il ne donne le nom Argus qu'à une seule espèce Papilio Plebejus argus "au dessous des ailes postérieures à bordure brun-rouille et à ocelles bleu-argenté".  C'est l'espèce-type du Plebejus argus.

     

     

     

     

     

                  II. Noms vernaculaires.

     

    Rappel : je m'efforce de suivre ici l'origine du nom argus, et non pas de déterminer qui a décrit précisément notre Plebejus argus. Le voudrais-je, que je rencontrerais bien des déboires, connaissant l'imprécision des premières descriptions, puis la grande confusion qui régna dans l'esprit de Linné à propos des papillons qu'il nomma argus, puis celle que favorisa la multiplication des noms créés par les auteurs du XIX et du XXe siècle. 

     

     

    I. Les Noms français. 

     

    1. L'Argus bleu , Geoffroy, 1762.

      Étienne Louis Geoffroy Histoire abrégée des Insectes qui se trouvent aux environs de Parispage 61-62 n°30 

    Geoffroy, qui suit  Linné dans son Systema Naturae de 1758 (SN1) et la Fauna suecica de 1746 (Fn(1)), décrit son Argus bleu en lui donnant les références Argus bleu Geoffroy = Argus ocelatus Fn(1) n°803 = papilio plebeius argus SN1. Il complète ces références par toutes celles qu'a donné Linné dans le SN1 et que nous avons énuméré, (Moffet, Petiver, Ray, Jonston, Robert, de Geer, Roesel) en omettant Wilkes et en ajoutant le Pinax de Merret.

     

    En  fidélité à l'esprit de la Fauna suecica,  Geoffroy a donné le nom générique d'ARGUS au troisième groupe de sa seconde famille des "Papillons à six pieds" (les hexapus de Linné).  Huit espèces figurent dans ce groupe, dont cinq portent le nom d'Argus : Argus bleu, brun, myope, vert et Demi-argus.

    S'il ne rentre pas dans mes compétences de dire si les papillons décrits par Geoffroy correspondent bien à notre Plebejus argus (alors qu'aujourd'hui seule la recherche de l'absence de l'épine tibiale ou l'examen des genitalia permet un réel diagnostic entre P. argus et P. idas), il paraît bien établi qu'en matière de zoonymie l'Argus bleu correspond, dans la description de Geoffroy, à l'espèce décrite par Linné en 1758 et considéré comme l'espèce-type de Plebejus argus. Sur le plan de la dénomination, on peut dire : Argus bleu Geoffroy, 1762 = papilio argus Linné, 1758.

     

    Dés 1803, Olivier et Latreille redistribuent les cartes (Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle vol. 17) et considèrent l'Argus Brun comme la femelle de l'Argus Bleu, le couple devenant le "Polyommate Alexis" de Godart 1821 avant de devenir notre Polyommatus icarus. L'Argus myope devient une espèce propre, leur "Papillon Argus myope" de leur genre Argus assimilé à l'Hesperia Xanthe et à l'Hesperia Gabbas de Fabricius, qui sera le "Polyommate Xanthé" de Godart 1821, puis notre Heodes tityrus

     

     2. L'Argus bleu,  Engramelle, 1779

     Engramelle (R.P. Jacques Louis Florentin), 1779, Papillons d'Europe peints d'après nature par M. Ernst  page 168 n°80  planche XXXVIII dessinée par Ernst et gravée par Juillet .

    Par contre, le nom d'Argus brun n'est pas repris par Engramelle qui considère que Linné et Esper se sont trompés en affirmant que les mâles d'Argus sont bleus et les femelles brunes. C'est, selon lui, le contraire (il sera démenti par Latreille en 1803). Pour lui, le n° 30 Argus bleu de Geoffroy et l'Argus brun n°32 sont les deux formes sexuées de son Argus bleu (l'argus brun étant le mâle).  

     

     

    3. Polyommate argus Latreille et Godart 1819

    Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 684 n°212 .

    Les auteurs considèrent, conformément à Linné dans sa 12e édition du Systema Naturae,  le Papilio argus de Linné comme le mâle et P. idas comme la femelle.

    Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses.

    Latreille avait crée en 1804 le genre des Polyommates ("à plusieurs yeux", un équivalent d'Argus), défini par "des palpes inférieurs de longueur moyenne, ou courts". (Considérations générales sur l'ordre des insectes p. 355).

     

     

     

    4. Le Polyommate argus , Godart 1821,

          Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1821/1823, page 215 n°78  planche 11 fig.1 (femelle) et pl. 11tert. fig.4 (mâle) peinte par Vauthier et gravée par Lanvin  . 

     Là encore, je suis le fil des références données (le papilio argus de Linné) plutôt que celui de l'exactitude des descriptions et des figures. Notamment, la figure 4 montre bien l'absence de point noir dans la cellule de l'aile antérieure, mais ne représente ni la bande blanche au dessus des lunules oranges, ni les pupilles bleu-vert des ocelles, caractéristiques des Plebejus.

     

          n302_w358

    13903

    Source image :http://raf.dessins.free.fr/2bgal/blog.php?id_img=13902                    13902

     

     Ce nom a été repris  par Hippolyte Lucas (1834) .

     

     

    5. Polyommate argus, La Chenille (Duponchel, 1849).

    P.A.J. Duponchel, 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles page 71 n°22  e) Origine et histoire du nom argus. 

     

    — Spannert (1888) page 26 :

    "Der hundertäutiger Wächter der Io" 

    — L. Glaser (1887) page 308 :

    ""hundertäutiger Wächter der Jo")" 

    — Spuler (1903-1908) page  60: 

    "hundertäutiger Wächter der Io"

    Le gardien aux cent yeux d'Io.

     — August Janssen (1980) page 43 :

     

    "plebejer (in tegenstelling tot Patriciër) " .

    — Emmet (1991) page 150 : 

     Zeus was in love with Io, and to indulge himself without arousing the jealousy of his wife Hera, he turned Io into a heifer. Hera, however, learnt of this and placed Io in the care of Argos who have a hundred eyes. Not to be outdone, Zeus enlisted the aid of Hermes who lulled Argus to sleep with the sound of his flute and then cut off his head ; the lascivious Zeus then had the opportunity he had sought. Hera consoled herself by transplanting the eyes of Argus into the tail of the peacock. The name, therefore, is apt and refers to the eye-spots on the underside of the butterfly's wings. Linnaeus here gives references to the descriptions and figures of Polyommatus icarus by Petiver, Ray and Wilkes, so it is not altogether certain to which species the name properly belongs; see also celastrina argiolus.

     

    — Hans A. Hürter (1998) page 361 :

    Nach welchem Argos v. Linné die Bläulingsart benannte, hat er uns nicht hinterlassen. Man darf aber sicher annehmen, daß er Argos Panoptes, den Bewacher der Io, im Sinn hatte.

     

    — Doux et Gibeaux (2007) page 194 :

          Argus : Héros de la mythologie grecque pourvu de cent yeux. Épris d'Io, Zeus, pour s'abandonner à son penchant amoureux pour attiser la jalousie de sa femme Héra, métamorphosa celle-là en génisse. Informée du subterfuge, Héra plaça Io sous la surveillance d'Argus. Afin de contourner la difficulté, Zeus s'assura l'aide d'Hermès qui, au son de sa flûte, plongea Argus dans un profond sommeil, puis lui trancha la tête. Zeus eut alors le champ libre pour mettre ses projets lascifs à exécution. Héra se consola en transplantant les yeux d'Argus sur la plume du paon. C'est à ce récit que fait allusion le nom donné aux Lycènes dénommés "Argus" en référence aux nombreuses tâches ocellées dont est ornée le revers de leurs ailes.

     

    — Perrein et al (2012) page 268.  

          Du nom du célèbre personnage de la mythologie grecque, Argos, descendant de Zeus, qui régna sur l'Argolide dans le Péloponnèse, doté d'une force prodigieuse et, selon certaines versions, d'une infinité d'yeux répartis sur tout le corps. Surnommé Panoptes  — qui voit tout —  ce prince argien exerçait une surveillance inégalable car ses yeux ne dormaient que par moitié : il en avait toujours autant d'ouverts que de fermés. C'est bien-sûr un clin d'œil de Linné à des espèces qui ont de très nombreux ocelles et points au revers des ailes.

     

     

    — Arrizabalaga & al.

         Argos, gegant de cent ulls que vigila Io en forma de vedella

     

     

    Discussion sur le nom argus : reportée à la suite du paragraphe suivant.

     

       Les publications qui précèdent celle de Linné 1758 et que celui-ci donne en référence.

     

     

     

    Placées dans l'ordre chronologique :

    • Mouffet, 1634 insectorum page 106 f.1
    • Johannes Jonston, Di insectis Liber I . t.6 f. penult. (reprise de Moffet)(ici page 43 et tableau V page 36)
    • Merian, 1683, Eur. t.163. 174.
    • Petiver 1704 gazophylacii page 55 t.35 f.1
    • Ray, 1710 Historia insectorum, page 131 n° 11, 12 
    • [Linné] Fauna suecica 1746  803 804
    • Roesel 1746 Insecten belustigung app. I. t.37 f. 3-5.
    • Wilkes 1747-49 pap. 63 t.1 a1
    • De Geer 1771  insectes. t.4 f.14, 15.
    • Robert ic. t.17

     

    a) Thomas Moffet, 1634 Insectorum sive Minimorum Animalum theatrum page 106 f.1.

           

          Cette référence désigne la première figure (non numérotée) en haut de la page 106, mais le texte correspondant se situe au paragraphe 4 de la page 105 ; ce décalage du texte et de la figure est signalée par Petiver page 35 de son Musei (infra)  :

                                    Argus-Thomas-Moffet-page-106-fig.1-c.png

     

    Diurnae papiliones minimae. Laetiore aspectu prodit, alis oculatis, cyanum coelestem atque incomparabilem spirantibus. Fecit illam D[a]edala rerum artifex natura totam oculeam, adeo ut πανοπτλω [Πανόπτης : panoptes]  illum in Mythologo Arctoris filium, non pavonis caudae insertum, sed in hujus alis habitantem haud inepte fingeres : quas quidem non minori superbia adverso sole expandit, atque illa avis Junonia, quam (prae coelesti quo excellit colore) fere in ruborem dat. 

     

    En raison des longs développements nécessaires, j'ai reporté l'analyse de cette référence en Annexe. Pour la résumer, Moffet, en 1634, s'il n'a pas donné un nom propre à ce papillon (dont la grossière gravure sur bois et la description sommaire —ailes bleues ocellées— ne permettent pas une identification spécifique), est le premier à établir une relation entre ce papillon, et Argus aux cent yeux qui fut nommé par Junon gardien de lo (aimée par Jupiter qui l'avait transformé en génisse) puis qui fut tué par Mercure sur ordre de Jupiter. Junon plaça ses yeux en ornement de la queue de son paon emblématique comme autant de pierres précieuses. Moffet suggère que ces yeux d'Argus auraient pu plutôt venir orner les ailes incomparables du papillon.

    Mieux, cette comparaison, avec la dénomination qu'elle suscite, proviendrait peut-être du naturaliste de Zurich Conrad Gessner (1516-1565), dont Moffet a hérité des notes et des illustrations d'insectes,  ce qui ferait d'elle l'une des plus anciennes origines des noms de papillons. Car c'est Gessner qui a rédigé dans son Onomasticon de 1544 la première compilation complète sur le personnage d'Argus Panoptes dans l'antiquité.

     

     

    b) James Petiver 1704 gazophylacii  page 55 planche 35 f.1 :

    A1 : papiliunculus coeruleus vulgatissimus Mus.nost 318. The Blue Argus. Very common in Heath.

    [A2 : The pale Blue Argus

    A3 : the mixt' Argus.

    A4 : The edg'd brown Argus.]

    Dans son texte, l'auteur crée un renvoi vers son Musei, ce qui nous impose de le consulter :

    b' James Petiver 1695 Musei petiveriani page 34 n°A318

    Papiliunculus caeruleus ocellus plurimis subtus eleganter aspersisThe little Blew-Argus There are frequently met with about Autumn on Heaths.

    Traduction :"Petit papillon dont le dessous des ailes est aspergé d'ocelles bleues de la plus haute élégance. Le petit Argus Bleu. ils sont fréquemment rencontrés dans les landes en automne."

    n.b  : on remarquera la forme obsolète  Blew au lieu de Blue : en anglais moyen, blew ou plutôt blewe dérive partiellement de l'ancien anglais  et partiellement de l' Anglo-Normand blew, blef (“blue”).

    Dans cette première publication de 1695, The little Blew-Argus est la seule espèce nommée Argus. Nous nous situons ici sur le lieu de naissance du terme "Argus" pour nommer un papillon. Il me paraissait évident que c'était le le terme ocellus qui avait déterminé ce choix : d'une part parce que cette espèce est la seule des trente papillons de Petiver  dans la description duquel figure ce mot ocellus (on trouve ailleurs oculatus ou oculus pour qualifier les "yeux" des ailes) ; d'autre part que (Furetière 1690) les expressions "les cent yeux d'Argus" ou "Avoir des yeux d'Argus" étaient déjà proverbiales au XVIIe siècle. Mais je n'avais pas encore déchiffré le texte de Moffet. James Petiver a repris ici, sous forme d'un nom vernaculaire bien spécifié, la dénomination qui n'était que suggérée avec précision, mais sans mention du nom Argus, par son compatriote Thomas Moffet en 1634.

    C'est donc à l'apothicaire londonien James Petiver que l'on doit la création du nom Argus pour désigner, sinon Plebejus argus, (le papillon décrit ici serait plutôt Polyommatus icarus) du moins un équivalent de nom de genre pour quatre papillons bleus à ocelles. 

     

    c) John Ray 1710 Historia insectorum, page 131 n° 11, 12 :

     11. Papilio parva, alis superne purpureo-caeruleis, subtus cinereis, maculis nigris circulo purpurante cinctis, punctisque nigris pulchre depictis. The most common small blue ButterflyPapiliunculus coeruleus, ocella plurimis, subtus eleganter aspersisThe little blue ArgusMus. Pet. 318. Diurnarum minimarum quarta Mouffeti, 105.

    12. Papilio parva, alis supinis pullis, cum linea seu ordine macularum lutearum ad imum marginem.

    Traduction sous réserve : Petit papillon, au revers sans taches, avec une ligne ou une marque jaune à l'extrémité de la marge

    Linné donne deux références de J. Ray pour le même papillon.   

     

    f) Linné,  1746 Fauna suecica, page 246 n°803 et 804.

    n° 803 : Argus oculatus. "Argus pourvu d'yeux*". Linné renvoie au n°11 de Ray.

    n°804 : Argus fuscus. "Argus brun". Linné renvoie au n°12 de Ray.

    Dans sa Fauna suecica, Linné avait tenté quelques noms "vulgaires" (précédés de la mention "vulgo"), dont quatre "argus (oculatus, fuscus, myops et caecus).  Dans le Systema Naturae de 1758, il réunit les deux premiers sous le même nom  d'Argus, peut-être parce qu'il considère qu'il s'agit des deux formes sexuées de la même espèce, la femelle ayant les ailes brunes (fuscus). 

    La traduction du latin oculatus dans le Gaffiot est "pourvu d'yeux ; clairvoyant", mais Calepino dans son Dictionarium précise : occulatus : "couvert d'yeux", comme Argus centoculus.  Ce qui renforce l'image créée par le nom argus.

     

    g) Johann August Roesel 1746 Insecten belustigung I. Classe II Supplément tableau p. 37 fig. 3-5 page 197 

    De kleine buitengemeen schoone, hoogblaauwe Dagvlinder der tweede classe.

    http://www.biodiversitylibrary.org/item/31188#page/269/mode/1up

     

     

          n266_w298

     

     

    h) Benjamin Wilkes 1747-1749  pap. 63 t.1 a1.

         Voir la Planche des Copper Plates and English Moths and Butterflies de B. Wilkes page 119 (?).

     

    i) Geer, (Charles de), 1771 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes , Stockholm : Hesselberg, .Tome 1 [1]-[15] 707 pages, 37 planches, Gallica .  Tome second première partie 616 pages,  ; Tome second deuxième partie pages 617 à 1175, 43 planches gravées par Bergquist. page 693 planche 4 fig.14 

    Petit papillon à bouton et à six jambes, d'un bleu céleste, à taches en yeux au dessous des ailes.

     

     

     

     

     

     

    Discussion sur le nom argus.

          ARGUS, Selon les Poëtes, estoit homme ayant cent yeux, desquels les quatre vingts et dix huit veilloient tousjours.   Jean Nicot: Le Thresor de la langue francoyse (1606)

    Le nom Argus, Argos en grec, remonte à l'Antiquité où il désigne plusieurs personnages, un roi, une ville, et un chien. Le chien en question est celui d'Ulysse, qui le reconnait à son retour en son île d'Ithaque. La ville grecque située en Argolide (qui en tire son nom) dans la péninsule du Péloponnèse fut l'une des places-fortes de la civilisation mycénienne.  Son nom viendrait de la racine grecque arg-, qui signifie « quelque chose de brillant » (cf. argyros signifie « argent »). Enfin le roi Argos fils de Zeus est le fondateur mythique de la ville précédente. 

    Plus intéressant est l'argonaute Argos : fils d'Arestor, il passe (ou bien son homonyme Argos fils de Phrixos selon les sources) pour l'artisan qui construisit avec l'aide de la déesse Athéna le navire Argo et lui donna son nom. Il s'embarqua ensuite comme pilote avec les Argonautes, et notamment avec Idas (cf. Plebejus idas) et son frère Lyncée, sous la conduite de Jason pour obtenir la Toison d'or.

    Mais le plus connu est le géant Argus, célèbre notamment par la légende d'Io racontée par Ovide dans le Livre I de ses Métamorphoses. La voici, résumée par le site Bibliotheca selecta classica :

    Io est la fille du fleuve Inachus. Lorsque Jupiter l'aperçoit, il décide de la posséder malgré elle, l'empêche de fuir en couvrant la terre de ténèbres, et lui ravit son honneur. Junon soupçonnant que cette obscurité soudaine couvre une infidélité de son mari, descend sur terre, mais Jupiter, pour soustraire Io à la fureur de son épouse, la transforme en une génisse d'une beauté éclatante. Junon, jalouse et méfiante, obtient que la génisse lui soit offerte en cadeau et décide de la confier à la garde d'Argus, fils d'Arestor. Réduite à courir les pâturages et à ne plus émettre que des mugissements, la génisse Io, impitoyablement surveillée par Argus aux cent yeux, arrive au bord de l'Inachus et parvient, en traçant des signes sur le sol à l'aide de son sabot, à se faire reconnaître. Argus revient arracher Io à son père consterné, et l'emmène en un lieu où il pourra mieux la surveiller. 

    Jupiter apitoyé par le sort de Io dépêche Mercure sur terre, avec mission de supprimer Argus. Se faisant passer pour un berger jouant sur une flûte de roseaux, Mercure s'approche d'Argus qui, séduit par ses récits et ses chants, cherche à résister à la torpeur qui le gagne en lui demandant l'origine de ce nouvel instrument. 

    Mercure raconte à Argus l'histoire de Syrinx, naïade adepte de Diane et vouée à la virginité. Pour échapper aux poursuites de Pan, elle obtint d'être métamorphosée par les eaux du Ladon qui lui barrait la route, si bien que Pan ne put saisir que des roseaux. En découvrant que, lorsqu'il soupirait, l'air traversant les roseaux produisait une mélodie agréable, Pan songea à assembler des roseaux avec de la cire pour en faire la flûte de Pan, à qui il donna le nom de syrinx.

    Mercure, dont les récits avaient triomphé de la vigilance d'Argus, endormit complètement le monstre à l'aide de sa baguette magique, puis le décapita d'un coup d'épée. Junon recueillit alors les yeux éteints d'Argus, pour en parer la queue du paon, son oiseau sacré.

    La caractéristique d'Argus, ce sont ses yeux. Voici comment Ovide les décrit, en des vers qui seront à jamais associés au personnage :

    Centum luminibus cinctum caput Argus habebat

    inde suis uicibus capiebant bina quietem,

    cetera seruabant atque in statione manebant.

    Constiterat quocumque modo, spectabat ad Io,

    ante oculos Io, quamuis auersus, habebat.

     

    "Argus avait la tête entourée de cent yeux,

     qui, par deux, à tour de rôle, se reposaient ;

     les autres veillaient et restaient en faction.

     Quelle que soit la position adoptée, il regardait vers Io.

     Même le dos tourné, il avait Io sous les yeux."  (1, 713-724);

     

    Ovide, auteur latin du Ier siècle av/Ier siècle ap. J.C. reprend ici la tradition des auteurs grecs qui avaient attribué à Argos  l'épithète de « Panoptès » (Πανόπτης / Panóptês, « celui qui voit tout ») en raison de ses yeux multiples :

     

     Le surnom panoptes (qui qualifie aussi Zeus) est mentionné dans Apollodore de Rhodes Livre 2,1 2-3 (I-IIe siècle ap. J.C)

    "Ecbasos eut un fils, Agénor, et ce dernier eut Argos, appelé « Panoptès », parce qu'il avait des yeux sur tout le corps".

    On  trouve aussi les yeux d'Argus mentionné sur un fragment n°5  de l'Aigimos, poème perdu attribué à Hésiode ou à Cercops de Millet, Scholiaste sur Euripides, Phoen. 1116  :  http://omacl.org/Hesiod/frag2.html :

    "Et (Hera) plaça sur Io un surveillant, le grand et fort Argus, qui par ses quatre yeux regarde tans toutes les directions. La déesse se reposait sur sa force infatigable. Le sommeil ne tombait jamais sur ses yeux ; mais il restait toujours vigilant.".

    Les autres sources grecques concernant Argos sont : Eschyle,  Prométhée enchaîné. (Ph. Remacle)  :

    565-566 :

     " Ἆ ἆ, ἒ ἔ,"χρίει τις αὖ με τὰν τάλαιναν οἶστρος,

    εἴδωλον Ἄργου γηγενοῦς, ἄλευ᾽ ἆ δᾶ· φοβοῦμαι
    τὸν μυριωπὸν εἰσορῶσα βούταν  

    Ah! ah! hélas! hélas! un taon me déchire encore de son dard.

    — Malheureuse! c'est l'affreux fantôme d'Argus, du fils de la Terre  

    677-681 "βουκόλος δὲ γηγενὴς
    ἄκρατος ὀργὴν Ἄργος ὡμάρτει, πυκνοῖς
    ὄσσοις δεδορκὼς τοὺς ἐμοὺς κατὰ στίβους "

    Le bouvier fils de la Terre, l'impitoyable Argus me suivait,

    attachant sur mes traces ses yeux innombrables

     Voir l'ensemble des sources sur le site theoi.com 

     http://www.theoi.com/Gigante/GiganteArgosPanoptes.html

     

    N.b Hübner a nommé un papillon papilio panoptes : notre Pseudophilotes panoptes Hübner, 1813.

     L'autre passage important pour cette zoonymie  est celui où les yeux d'Argus sont récupérés à sa mort par Junon pour orner le plumage du paon, puisque c'est ce passage qui associe les ocelles des ailes avec le personnage d'Argus.

    Arge, iaces, quodque in tot lumina lumen habebas,

    exstinctum est, centumque oculos nox occupat una.

    Excipit hos uolucrisque suae Saturnia pennis

    collocat et gemmis caudam stellantibus inplet.

     

    "Argus, te voilà gisant ; la lumière de tes regards si nombreux

     s'est éteinte, et sur tes cent yeux règne une nuit sans fin.

    La Saturnienne les recueille et les place sur le plumage de l'oiseau

    qui est sien, lui couvrant la queue d'étincelantes pierres précieuses."  

     

     

    Hermès et Argos Panoptès, vase attique à figures rouges Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche theoi.com

    argos%20panopt%C3%A8se%202.jpg

    Source image

    1374409156_W7gJyvqcRR6oCi0hhPM1_argus.jp

     

     

    Comme nous l'avons vu, l'emploi du nom Argus pour désigner un papillon a été d'abord suggéré par l'anglais Thomas Moffet en 1634, dans sa description d'un papillon aux ailes d'un bleu céleste parsemées d'ocelles, où il envisage que Mercure, au lieu d'avoir disséminé les yeux d'Argus après l'avoir tué sur la queue du paon, oiseau de Junon, avait bien pu en avoir orné les ailes de cette espèce. Il a peut-être repris cette image du naturaliste zurichois Conrad Gessner,  dont il avait hérité de la collection entomologique, mais qui était aussi auteur dans son Onomasticon de 1544 d'une des premières compilations sur le nom d'Argus panoptes.

     

       Si Thomas Moffet n'utilise pas le nom Argus lui-même mais le désigne par son épithète Panoptes, l'apothicaire londonien James Petiver crée le nom d'Argus en 1695 sous la forme The Little Blew-Argus ("le Petit Argus Bleu") avant de décliner ce nom en 4 espèces de sa collection dans son Gazophylacii de 1704, The Blue Argus, The pale Argus, the mixt' Argus et The edg'brown Argus. Le nom est repris par John Ray en 1710, puis surtout par Linné qui, dans sa Fauna suecica de 1746 crée sous une forme vernaculaire en latin les quatre Argus oculatus (Argus ocellé, "couvert d'yeux",subtus ocellus numerosis), fuscus ("brun" subtus ocellus numerosis , idem), myops ("aux yeux à demi-fermés" subtus punctis nigris quadraginta duobus : "42 points noirs à la face inférieure") et caecus ("aveugle", subtus viridis immaculatis : "dessous vert sans tache, sans yeux"). Dans son Systema Naturae de 1758, il ne donne le nom Argus qu'à une seule espèce Papilio Plebejus argus "au dessous des ailes postérieures à bordure brun-rouille et à ocelles bleu-argenté".  C'est l'espèce-type du Plebejus argus.

     

     

     

     

     

                  II. Noms vernaculaires.

     

    Rappel : je m'efforce de suivre ici l'origine du nom argus, et non pas de déterminer qui a décrit précisément notre Plebejus argus. Le voudrais-je, que je rencontrerais bien des déboires, connaissant l'imprécision des premières descriptions, puis la grande confusion qui régna dans l'esprit de Linné à propos des papillons qu'il nomma argus, puis celle que favorisa la multiplication des noms créés par les auteurs du XIX et du XXe siècle. 

     

     

    I. Les Noms français. 

     

    1. L'Argus bleu , Geoffroy, 1762.

      Étienne Louis Geoffroy Histoire abrégée des Insectes qui se trouvent aux environs de Parispage 61-62 n°30 

    Geoffroy, qui suit  Linné dans son Systema Naturae de 1758 (SN1) et la Fauna suecica de 1746 (Fn(1)), décrit son Argus bleu en lui donnant les références Argus bleu Geoffroy = Argus ocelatus Fn(1) n°803 = papilio plebeius argus SN1. Il complète ces références par toutes celles qu'a donné Linné dans le SN1 et que nous avons énuméré, (Moffet, Petiver, Ray, Jonston, Robert, de Geer, Roesel) en omettant Wilkes et en ajoutant le Pinax de Merret.

     

    En  fidélité à l'esprit de la Fauna suecica,  Geoffroy a donné le nom générique d'ARGUS au troisième groupe de sa seconde famille des "Papillons à six pieds" (les hexapus de Linné).  Huit espèces figurent dans ce groupe, dont cinq portent le nom d'Argus : Argus bleu, brun, myope, vert et Demi-argus.

    S'il ne rentre pas dans mes compétences de dire si les papillons décrits par Geoffroy correspondent bien à notre Plebejus argus (alors qu'aujourd'hui seule la recherche de l'absence de l'épine tibiale ou l'examen des genitalia permet un réel diagnostic entre P. argus et P. idas), il paraît bien établi qu'en matière de zoonymie l'Argus bleu correspond, dans la description de Geoffroy, à l'espèce décrite par Linné en 1758 et considéré comme l'espèce-type de Plebejus argus. Sur le plan de la dénomination, on peut dire : Argus bleu Geoffroy, 1762 = papilio argus Linné, 1758.

     

    Dés 1803, Olivier et Latreille redistribuent les cartes (Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle vol. 17) et considèrent l'Argus Brun comme la femelle de l'Argus Bleu, le couple devenant le "Polyommate Alexis" de Godart 1821 avant de devenir notre Polyommatus icarus. L'Argus myope devient une espèce propre, leur "Papillon Argus myope" de leur genre Argus assimilé à l'Hesperia Xanthe et à l'Hesperia Gabbas de Fabricius, qui sera le "Polyommate Xanthé" de Godart 1821, puis notre Heodes tityrus

     

     2. L'Argus bleu,  Engramelle, 1779

     Engramelle (R.P. Jacques Louis Florentin), 1779, Papillons d'Europe peints d'après nature par M. Ernst  page 168 n°80  planche XXXVIII dessinée par Ernst et gravée par Juillet .

    Par contre, le nom d'Argus brun n'est pas repris par Engramelle qui considère que Linné et Esper se sont trompés en affirmant que les mâles d'Argus sont bleus et les femelles brunes. C'est, selon lui, le contraire (il sera démenti par Latreille en 1803). Pour lui, le n° 30 Argus bleu de Geoffroy et l'Argus brun n°32 sont les deux formes sexuées de son Argus bleu (l'argus brun étant le mâle).  

     

     

    3. Polyommate argus Latreille et Godart 1819

    Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 684 n°212 .

    Les auteurs considèrent, conformément à Linné dans sa 12e édition du Systema Naturae,  le Papilio argus de Linné comme le mâle et P. idas comme la femelle.

    Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses.

    Latreille avait crée en 1804 le genre des Polyommates ("à plusieurs yeux", un équivalent d'Argus), défini par "des palpes inférieurs de longueur moyenne, ou courts". (Considérations générales sur l'ordre des insectes p. 355).

     

     

     

    4. Le Polyommate argus , Godart 1821,

          Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1821/1823, page 215 n°78  planche 11 fig.1 (femelle) et pl. 11tert. fig.4 (mâle) peinte par Vauthier et gravée par Lanvin  . 

     Là encore, je suis le fil des références données (le papilio argus de Linné) plutôt que celui de l'exactitude des descriptions et des figures. Notamment, la figure 4 montre bien l'absence de point noir dans la cellule de l'aile antérieure, mais ne représente ni la bande blanche au dessus des lunules oranges, ni les pupilles bleu-vert des ocelles, caractéristiques des Plebejus.

     

          n302_w358

    13903

    Source image :http://raf.dessins.free.fr/2bgal/blog.php?id_img=13902                    13902

     

     Ce nom a été repris  par Hippolyte Lucas (1834) .

     

     

    5. Polyommate argus, La Chenille (Duponchel, 1849).

    P.A.J. Duponchel, 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles page 71 n°22  

    e) Origine et histoire du nom argus. 

     

    — Spannert (1888) page 26 :

    "Der hundertäutiger Wächter der Io" 

    — L. Glaser (1887) page 308 :

    ""hundertäutiger Wächter der Jo")" 

    — Spuler (1903-1908) page  60: 

    "hundertäutiger Wächter der Io"

    Le gardien aux cent yeux d'Io.

     — August Janssen (1980) page 43 :

     

    "plebejer (in tegenstelling tot Patriciër) " .

    — Emmet (1991) page 150 : 

     Zeus was in love with Io, and to indulge himself without arousing the jealousy of his wife Hera, he turned Io into a heifer. Hera, however, learnt of this and placed Io in the care of Argos who have a hundred eyes. Not to be outdone, Zeus enlisted the aid of Hermes who lulled Argus to sleep with the sound of his flute and then cut off his head ; the lascivious Zeus then had the opportunity he had sought. Hera consoled herself by transplanting the eyes of Argus into the tail of the peacock. The name, therefore, is apt and refers to the eye-spots on the underside of the butterfly's wings. Linnaeus here gives references to the descriptions and figures of Polyommatus icarus by Petiver, Ray and Wilkes, so it is not altogether certain to which species the name properly belongs; see also celastrina argiolus.

     

    — Hans A. Hürter (1998) page 361 :

    Nach welchem Argos v. Linné die Bläulingsart benannte, hat er uns nicht hinterlassen. Man darf aber sicher annehmen, daß er Argos Panoptes, den Bewacher der Io, im Sinn hatte.

     

    — Doux et Gibeaux (2007) page 194 :

          Argus : Héros de la mythologie grecque pourvu de cent yeux. Épris d'Io, Zeus, pour s'abandonner à son penchant amoureux pour attiser la jalousie de sa femme Héra, métamorphosa celle-là en génisse. Informée du subterfuge, Héra plaça Io sous la surveillance d'Argus. Afin de contourner la difficulté, Zeus s'assura l'aide d'Hermès qui, au son de sa flûte, plongea Argus dans un profond sommeil, puis lui trancha la tête. Zeus eut alors le champ libre pour mettre ses projets lascifs à exécution. Héra se consola en transplantant les yeux d'Argus sur la plume du paon. C'est à ce récit que fait allusion le nom donné aux Lycènes dénommés "Argus" en référence aux nombreuses tâches ocellées dont est ornée le revers de leurs ailes.

     

    — Perrein et al (2012) page 268.  

          Du nom du célèbre personnage de la mythologie grecque, Argos, descendant de Zeus, qui régna sur l'Argolide dans le Péloponnèse, doté d'une force prodigieuse et, selon certaines versions, d'une infinité d'yeux répartis sur tout le corps. Surnommé Panoptes  — qui voit tout —  ce prince argien exerçait une surveillance inégalable car ses yeux ne dormaient que par moitié : il en avait toujours autant d'ouverts que de fermés. C'est bien-sûr un clin d'œil de Linné à des espèces qui ont de très nombreux ocelles et points au revers des ailes.

     

     

    — Arrizabalaga & al.

         Argos, gegant de cent ulls que vigila Io en forma de vedella

     

     

    Discussion sur le nom argus : reportée à la suite du paragraphe suivant.

     

       Les publications qui précèdent celle de Linné 1758 et que celui-ci donne en référence.

     

     

     

    Placées dans l'ordre chronologique :

    • Mouffet, 1634 insectorum page 106 f.1
    • Johannes Jonston, Di insectis Liber I . t.6 f. penult. (reprise de Moffet)(ici page 43 et tableau V page 36)
    • Merian, 1683, Eur. t.163. 174.
    • Petiver 1704 gazophylacii page 55 t.35 f.1
    • Ray, 1710 Historia insectorum, page 131 n° 11, 12 
    • [Linné] Fauna suecica 1746  803 804
    • Roesel 1746 Insecten belustigung app. I. t.37 f. 3-5.
    • Wilkes 1747-49 pap. 63 t.1 a1
    • De Geer 1771  insectes. t.4 f.14, 15.
    • Robert ic. t.17

     

    a) Thomas Moffet, 1634 Insectorum sive Minimorum Animalum theatrum page 106 f.1.

           

          Cette référence désigne la première figure (non numérotée) en haut de la page 106, mais le texte correspondant se situe au paragraphe 4 de la page 105 ; ce décalage du texte et de la figure est signalée par Petiver page 35 de son Musei (infra)  :

                                    Argus-Thomas-Moffet-page-106-fig.1-c.png

     

    Diurnae papiliones minimae. Laetiore aspectu prodit, alis oculatis, cyanum coelestem atque incomparabilem spirantibus. Fecit illam D[a]edala rerum artifex natura totam oculeam, adeo ut πανοπτλω [Πανόπτης : panoptes]  illum in Mythologo Arctoris filium, non pavonis caudae insertum, sed in hujus alis habitantem haud inepte fingeres : quas quidem non minori superbia adverso sole expandit, atque illa avis Junonia, quam (prae coelesti quo excellit colore) fere in ruborem dat. 

     

    En raison des longs développements nécessaires, j'ai reporté l'analyse de cette référence en Annexe. Pour la résumer, Moffet, en 1634, s'il n'a pas donné un nom propre à ce papillon (dont la grossière gravure sur bois et la description sommaire —ailes bleues ocellées— ne permettent pas une identification spécifique), est le premier à établir une relation entre ce papillon, et Argus aux cent yeux qui fut nommé par Junon gardien de lo (aimée par Jupiter qui l'avait transformé en génisse) puis qui fut tué par Mercure sur ordre de Jupiter. Junon plaça ses yeux en ornement de la queue de son paon emblématique comme autant de pierres précieuses. Moffet suggère que ces yeux d'Argus auraient pu plutôt venir orner les ailes incomparables du papillon.

    Mieux, cette comparaison, avec la dénomination qu'elle suscite, proviendrait peut-être du naturaliste de Zurich Conrad Gessner (1516-1565), dont Moffet a hérité des notes et des illustrations d'insectes,  ce qui ferait d'elle l'une des plus anciennes origines des noms de papillons. Car c'est Gessner qui a rédigé dans son Onomasticon de 1544 la première compilation complète sur le personnage d'Argus Panoptes dans l'antiquité.

     

     

    b) James Petiver 1704 gazophylacii  page 55 planche 35 f.1 :

    A1 : papiliunculus coeruleus vulgatissimus Mus.nost 318. The Blue Argus. Very common in Heath.

    [A2 : The pale Blue Argus

    A3 : the mixt' Argus.

    A4 : The edg'd brown Argus.]

    Dans son texte, l'auteur crée un renvoi vers son Musei, ce qui nous impose de le consulter :

    b' James Petiver 1695 Musei petiveriani page 34 n°A318

    Papiliunculus caeruleus ocellus plurimis subtus eleganter aspersisThe little Blew-Argus There are frequently met with about Autumn on Heaths.

    Traduction :"Petit papillon dont le dessous des ailes est aspergé d'ocelles bleues de la plus haute élégance. Le petit Argus Bleu. ils sont fréquemment rencontrés dans les landes en automne."

    n.b  : on remarquera la forme obsolète  Blew au lieu de Blue : en anglais moyen, blew ou plutôt blewe dérive partiellement de l'ancien anglais  et partiellement de l' Anglo-Normand blew, blef (“blue”).

    Dans cette première publication de 1695, The little Blew-Argus est la seule espèce nommée Argus. Nous nous situons ici sur le lieu de naissance du terme "Argus" pour nommer un papillon. Il me paraissait évident que c'était le le terme ocellus qui avait déterminé ce choix : d'une part parce que cette espèce est la seule des trente papillons de Petiver  dans la description duquel figure ce mot ocellus (on trouve ailleurs oculatus ou oculus pour qualifier les "yeux" des ailes) ; d'autre part que (Furetière 1690) les expressions "les cent yeux d'Argus" ou "Avoir des yeux d'Argus" étaient déjà proverbiales au XVIIe siècle. Mais je n'avais pas encore déchiffré le texte de Moffet. James Petiver a repris ici, sous forme d'un nom vernaculaire bien spécifié, la dénomination qui n'était que suggérée avec précision, mais sans mention du nom Argus, par son compatriote Thomas Moffet en 1634.

    C'est donc à l'apothicaire londonien James Petiver que l'on doit la création du nom Argus pour désigner, sinon Plebejus argus, (le papillon décrit ici serait plutôt Polyommatus icarus) du moins un équivalent de nom de genre pour quatre papillons bleus à ocelles. 

     

    c) John Ray 1710 Historia insectorum, page 131 n° 11, 12 :

     11. Papilio parva, alis superne purpureo-caeruleis, subtus cinereis, maculis nigris circulo purpurante cinctis, punctisque nigris pulchre depictis. The most common small blue ButterflyPapiliunculus coeruleus, ocella plurimis, subtus eleganter aspersisThe little blue ArgusMus. Pet. 318. Diurnarum minimarum quarta Mouffeti, 105.

    12. Papilio parva, alis supinis pullis, cum linea seu ordine macularum lutearum ad imum marginem.

    Traduction sous réserve : Petit papillon, au revers sans taches, avec une ligne ou une marque jaune à l'extrémité de la marge

    Linné donne deux références de J. Ray pour le même papillon.   

     

    f) Linné,  1746 Fauna suecica, page 246 n°803 et 804.

    n° 803 : Argus oculatus. "Argus pourvu d'yeux*". Linné renvoie au n°11 de Ray.

    n°804 : Argus fuscus. "Argus brun". Linné renvoie au n°12 de Ray.

    Dans sa Fauna suecica, Linné avait tenté quelques noms "vulgaires" (précédés de la mention "vulgo"), dont quatre "argus (oculatus, fuscus, myops et caecus).  Dans le Systema Naturae de 1758, il réunit les deux premiers sous le même nom  d'Argus, peut-être parce qu'il considère qu'il s'agit des deux formes sexuées de la même espèce, la femelle ayant les ailes brunes (fuscus). 

    La traduction du latin oculatus dans le Gaffiot est "pourvu d'yeux ; clairvoyant", mais Calepino dans son Dictionarium précise : occulatus : "couvert d'yeux", comme Argus centoculus.  Ce qui renforce l'image créée par le nom argus.

     

    g) Johann August Roesel 1746 Insecten belustigung I. Classe II Supplément tableau p. 37 fig. 3-5 page 197 

    De kleine buitengemeen schoone, hoogblaauwe Dagvlinder der tweede classe.

    http://www.biodiversitylibrary.org/item/31188#page/269/mode/1up

     

     

          n266_w298

     

     

    h) Benjamin Wilkes 1747-1749  pap. 63 t.1 a1.

         Voir la Planche des Copper Plates and English Moths and Butterflies de B. Wilkes page 119 (?).

     

    i) Geer, (Charles de), 1771 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes , Stockholm : Hesselberg, .Tome 1 [1]-[15] 707 pages, 37 planches, Gallica .  Tome second première partie 616 pages,  ; Tome second deuxième partie pages 617 à 1175, 43 planches gravées par Bergquist. page 693 planche 4 fig.14 

    Petit papillon à bouton et à six jambes, d'un bleu céleste, à taches en yeux au dessous des ailes.

     

     

     

     

     

     

    Discussion sur le nom argus.

          ARGUS, Selon les Poëtes, estoit homme ayant cent yeux, desquels les quatre vingts et dix huit veilloient tousjours.   Jean Nicot: Le Thresor de la langue francoyse (1606)

    Le nom Argus, Argos en grec, remonte à l'Antiquité où il désigne plusieurs personnages, un roi, une ville, et un chien. Le chien en question est celui d'Ulysse, qui le reconnait à son retour en son île d'Ithaque. La ville grecque située en Argolide (qui en tire son nom) dans la péninsule du Péloponnèse fut l'une des places-fortes de la civilisation mycénienne.  Son nom viendrait de la racine grecque arg-, qui signifie « quelque chose de brillant » (cf. argyros signifie « argent »). Enfin le roi Argos fils de Zeus est le fondateur mythique de la ville précédente. 

    Plus intéressant est l'argonaute Argos : fils d'Arestor, il passe (ou bien son homonyme Argos fils de Phrixos selon les sources) pour l'artisan qui construisit avec l'aide de la déesse Athéna le navire Argo et lui donna son nom. Il s'embarqua ensuite comme pilote avec les Argonautes, et notamment avec Idas (cf. Plebejus idas) et son frère Lyncée, sous la conduite de Jason pour obtenir la Toison d'or.

    Mais le plus connu est le géant Argus, célèbre notamment par la légende d'Io racontée par Ovide dans le Livre I de ses Métamorphoses. La voici, résumée par le site 

    38600#page/89/mode/1up">planche VI fig. 22 a-b  par Dumenil fig. 

     

     

            "Cette chenille vit sur le mélilot officinal (melilotus, officinalis) le genêt allemand (genista germanica), le Genêt à balais (Genista scoparia), le sainfoin (Hedysarum onobrychis) et autres légumineuses."

     

                       n88_w330     

     

    6. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986.

     

           Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet crée comme nom principal pour Plebejus argus "L'Azuré de l'Ajonc", mais réfute "l'Argus Bleu-violet",  "l' Argus satiné", "l'Argus" et l'Argus bleu", en commentant ces décisions par les notes 50, 43, 52 et 53.

     

    [50] : L'emploi du nom « Argus bleu-violet » doit être prohibé, car il désigne, selon les auteurs, tantôt Glaucopsyche alexis, tantôt Plebejus argus, tantôt P. idas.

    [43] Bien que le nom d' "Argus satiné " soit tout à fait consacré par l'usage pour désigner Heodes virgaureae, il y a lieu de l'éviter, car il a également été employé (manifestement par erreur) pour désigner Plebejus argus.

    [52] Le nom d'Argus s'appliquant à une entité générique, et représentant même un groupe de rang supérieur (il sert de nom collectif pour désigner toutes les espèces de la famille des Lycénides) , il n'est gère conseillé de l'employer pour désigner Plebejus argus, d'autant que dans ce cas précis il n'est que la reprise du nom latin de l'espèce.

    [53] C'est sans doute par erreur que le nom d' "Argus bleu" a été attribué par Rappaz à Plebejus argus, car, traditionnellement, ce nom s'applique exclusivement à Polyommatus icarus."

     

    Parmi les 73 Polymmatinae ou Polyommatines français nommés par Luquet, on compte outre le Collier-de-Corail 62 Azurés, 5 Argus, et 14 Sablés, tous construits sur la structure habituelle à cet auteur, Nom de groupe + Plante-hôte ou Nom de groupe + adjectif géographique ou descriptif. Ainsi, il existe plus de 40 "Azuré + Plante-hôte".

      On se méfiera de prendre pour argent comptant les noms vernaculaires d'Azuré de l'Ajonc et d'Azuré du Genêt laissant croire que Plebejus argus pond sur l'Ajonc et non sur le Genêt, et inversement pour Plebejus Idas.  En Bretagne, où Donovan Maillard a procédé à une étude des deux espèces (avec pour argus les deux sous-espèces P. argus plouharnelensis et P. argus philonome), la plante-hôte de P. argus plouharnelensis est Helichrysum stoechas, (Immortelle communealors que pour P. argus philonome, aucune plante-hôte n'a pu être attestée faute d' y avoir observé des chenilles.  Des pontes de Plebejus argus philonome ont été observées  sur l’ajonc nain Ulex minor,  sur l’Astéracée Leontodon autumnalis , la Graminée Holcus mollis, la Rosacée Potentilla erecta ou le ligneux Betula pubescens. Tous les œufs ainsi pondus ont été déposés à quelques centimètres du sol seulement, à proximité de fourmilières de Lasius niger, la fourmi symbionte de cette sous-espèce.

          L'Azuré de l'Ajonc Plebejus argus forme un couple avec l'Azuré du Genêt Plebejus idas , l'Ajonc et le Genêt formant eux-mêmes un couple assez caractéristique des landes, notamment en Bretagne, si bien qu'un moyen mnémotechnique permet aux enfants ou aux béotiens de les différentier par la comptine "Ajonc je pique, Genêt, je ne pique pas". Plus sérieusement, ce couple avait été constitué par Denis et Schiffermüller dans leur Wiener Verzeichniss de 1775 où Papilio argus portait le nom de "Stechginsterfalter" ou Papillon de l'Ajonc et leur papilio aegon le nom de "Geißkleefalter" ou Papillon du Genêt. De même, Hübner nommait le Papilo aegon "Geisklee Bläuling" , ou Azuré du Genêt. 

     

    7. Noms vernaculaires contemporains :

     

    — Doux & Gibeaux 2007 : "L'Azuré de l'Ajonc".

    — Lafranchis, 2000 : "L'Azuré de l'Ajonc" .

    — Perrein & al., 2012 : "Azuré de l'Ajonc".

     

    — Wikipédia : "L'Azuré de l'Ajonc ou Petit argus ou Argus bleu ".

     

    III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

     

    • "Argus-Bläuling" en allemand.
    • "Silver-studded Blue" en anglais
    • "Mazais viršu zilenītis" en letton.
    • " Modráčik čiernoobrúbený" en slovaque
    • "Modrásek černolemý" en tchèque
    •  "Akiuotasis melsvys" en lithuanien. 
    • "Niña hocecillas" en espagnol
    • "El Blavet" en catalan : Blavet Pel color
    • "Argusblåfugl"  en dannois.
    • "Ezüstös boglárka" en hongrois.
    • "Heideblauwtje" en néerlandais
    • "Ljungblåvinge" en suédois.
    • "Ogasäär-sinitiib" en estonien.
    • "Argusblåvinge" en norvégien.
    • "Gümüşlekeli Esmergöz" en turc.
    • "Kangassinisiipi" en finlandais
    •  "Modraszek argus" en polonais.

     

          HÜBNER, Jacob, 1761-1826 Das kleine Schmetterlingsbuch : die Tagfalter : kolorierte Stiche,  Insel-Bücherei ; Planche 19 Geisklee-Bläuling   Lycaena aegon 1-2 et Argus-Blaüling Lycaena argus figure 4,5, 6

    http://www.biodiversitylibrary.org/item/138312#page/35/mode/1up

          n22_w497

    Langues celtiques  : 

    1. langues gaéliques :  irlandais (gaeilge) ; écossais (Gàidhlig ) ; mannois ( gaelg :île de Man).

    •  en irlandais

    •  en mannois.
    • "" en gaélique écossais*

    2. Langues brittoniques : breton (brezhoneg) ; cornique (kernevek); gallois (Welshcymraeg).

    •  pas encore de nom en breton ; 

    • " Glesyn serennog " en gallois.

     *Liste des noms gaéliques écossais pour les plantes, les animaux et les champignons. Compilé par Emily Edwards, Agente des communications gaélique, à partir de diverses sources.   http://www.nhm.ac.uk/research-curation/scientific-resources/biodiversity/uk-biodiversity/uk-species/checklists/NHMSYS0020791186/version1.html

     Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR

     

     

           

     

    IV. Les noms vernaculaires en anglais (M.A. Salmon, 2000).

     

          Moffet ? 1634 ; Harris, 1775.

    • "The Small Lead Argus" ? Petiver, 1717 ? Stephens, 1829.
    • "The Silver-studded Blue", Harris 1775 ; Lewin, 1795 ; Haworth, 1803 ; et la plupart des auteurs suivants.
    • "The Lead Blue" : Rennie, 1832.
    • The Lead Argus : Newman et Leeds, 1913.

    Nom en usage : Silver-studded Blue, le "Bleu constellé d'argent", en raison de la rangée submarginale de taches bleu-argent de la face inférieure des ailes postérieures. Ces marques peuvent être néanmoins totalement absentes et sont très variables selon les individus. Mais le nom de Lead Argus, "l'Argus (couleur de) plomb", signale la teinte particulière, grisâtre "plombée" des ailes du mâle.

     

          ANNEXE : Argus, Thomas Moffet (1634) et Gessner. 

     

     

          Thomas Moffet, 1634 Insectorum sive Minimorum Animalum theatrum page 106 f.1.

                                            220px-Theater_of_Insects.jpg

          Cette référence désigne la première figure (non numérotée) en haut de la page 106, mais le texte correspondant se situe au paragraphe 4 de la page 105 ; ce décalage du texte et de la figure est signalée par Petiver page 35 de son Musei (infra)  :

                                    Argus-Thomas-Moffet-page-106-fig.1-c.png

     

    Diurnae papiliones minimae. Laetiore aspectu prodit, alis oculatis, cyanum coelestem atque incomparabilem spirantibus. Fecit illam D[a]edala rerum artifex natura totam oculeam, adeo ut πανοπτλω [Πανόπτης : panoptes]  illum in Mythologo Arctoris filium, non pavonis caudae insertum, sed in hujus alis habitantem haud inepte[m] fingeres : quas quidem non minori superbia adverso sole expandit, atque illa avis Junonia, quam (prae coelesti quo excellit colore) fere in ruborem dat.

     

     Traduction très hasardeuse (!) : Plus heureux apparaît l'aspect des  ailes ocellées [L'Aspect des ailes ocellées est des plus réjouissant], bleues d'inspiration céleste et incomparable. Dédale, ingénieur de toute chose de la nature lui fit  des yeux en entier , à tel point que Panoptes fils d'Arctoris dans la Mythologie, n'aurait pas trouvé stupide de les insérer non pas sur la queue du paon, mais  sur ces ailes ; que pas moins insolent face au soleil  [...]  oiseau de Junon, que donne environ la rougeur (qui est prééminente par rapport à la couleur du céleste). ??,

     

       N.B : la formule papilio alis oculatis cyanum coelestem spirantibus  a été reprise par Christopher Merret dans son Pinax, Londres 1567 page 199 f.4.

    Bien que je sois incapable de traduire ce texte correctement, j'ai obtenu quelques résultats dans mes tentatives de le déchiffrer. Ainsi,l'une des sources de ces lignes se trouve dans les dictionnaires des imprimeurs Estienne. Les deux fils du libraire-imprimeur parisien Henri Estienne, Robert Estienne (1502-1559) et Charles Estienne (1504?-1564) ont été des lexicographes reconnus. Le premier, latiniste et imprimeur royal pour l'hébreu, le latin et le grec, est l'auteur d'un Dictionarium seu latinae linguae thesaurus de 1532 et du plus ancien Dictionnaire latin-français existant (1539) ainsi que d'un Thesaurus lingua latinae de 1532.

    Son frère Charles, docteur-Régent de la faculté de Paris, latiniste et imprimeur  est l'auteur, pour ce qui nous concerne, en 1512 d'un Dictionnaire des noms propres (Dictionarium propriorum nominum ), parfois attribué à Robert. Si on le consulte au nom "Argus", on trouve ceci :

     Argus filius Aristoris, de quo ait Ovidius

     Centum luminibus cinctum caput Argus habebat Inque suis vicibus capiebat bina quietem Caetera seuabant, atque in statione manebant. Huic Iuno custodiendam dedi Io Inachi filiam mutatam in vaccam.

    Sed Mercurius à Ione missus duldecine cantus ilum sopitum occidit. Oculos tame[n] Argi Iuno indidit caudae Pavonis, quae dicitur avis Iunonia. Ovid. Metamorph.

     

    Ce texte reproduit un passage du Livre I des Métamorphoses d'Ovide v 625-629; Le voici avec son contexte v.620-629 (Itinera Bibliotheca electronica):

    Paelice donata non protinus exuit omnem 
    diua metum timuitque Iouem et fuit anxia furti, 
    donec Arestoridae seruandam tradidit Argo. 
    centum luminibus cinctum caput Argus habebat 
    inde suis uicibus capiebant bina quietem, 
    cetera seruabant atque in statione manebant. 
    constiterat quocumque modo, spectabat ad Io, 
    ante oculos Io, quamuis auersus, habebat.   

    1,620] mais Jupiter peut-il refuser un don si léger à sa sœur, à la compagne de son lit, sans qu'elle ne soupçonne que ce n'est pas une génisse qu'on lui refuse ? Junon, l'ayant obtenue, ne fut pas même entièrement rassurée; elle craignit Jupiter et ses artifices, jusqu'à ce qu'elle eût confié cette génisse aux soins vigilants d'Argus, fils d'Arestor. Ce monstre avait cent yeux, dont deux seulement se fermaient et sommeillaient, tandis que les autres restaient ouverts et comme en sentinelle. En quelque lieu qu'il se plaçât, il voyait toujours Io, et, quoique assis derrière elle, elle était devant ses yeux.  

     

    Là se trouve l'origine de la mention Arctoris filium du texte de Moffet, par une coquille dans la traduction du nom Aristoris. Cela apporte la preuve que cette étrange mention de Arctoris filium, "fils d'Arctoris" mal compréhensible, désigne, une fois corrigée en Aristoris filium, le "fils d'Arestor", c'est-à dire Argus. Autrement dit, c'est Moffet qui a, pour la première fois, établit le lien entre Argus, le Géant aux cent yeux, et le papillon aux ailes ocellées. 

    En 1553, Charles Estienne publia à Paris son  Dictionarium historicum, geographicum ac poeticum.  Cet ouvrage  devient immensément populaire durant un siècle et connaîtra plusieurs éditions successives, à Lyon 1579, à Genève ou à Paris (40 éditions en 163 ans!). En Angleterre, où le Dictionnaire est particulièrement apprécié des poètes et dramaturges du XVIe siècle, il est corrigé et augmenté par Nicolas Lloyd qui le publie à Oxford en 1670 et à Londres en 1686. Mais l'édition que Thomas Moffet a du consulter est sans-doute celle de Thomas Soubron et Moïse Desprez, imprimée à Lyon et datant de 1595, ou celle de Jacob Stoer de 1590. En effet, on y trouve à la page 67 la coquille Argus Arctoris filius qui n'existait pas dans la première édition de 1553 On y découvre surtout que le texte est différent de celui du Dictionnaire des Noms Propres. Ce texte mérite notre intérêt car il éclaire le texte de Thomas Moffet :

     

    Argus, Arctoris filius, Πανόπτης  à Graecis cognominatus, quod totus oculis scateret. Hunc poetae fabulantur à Iuone constitutum fuisse custodem Ius Inachi fillae, à Iove in iuvencae formam commutatae : quam postea Mercurius Iovis iussu interfecit, oculis eius fistulae sono sopitis. Iuno autem oculos eius avi[s] suae, hoc est, pavonis caudae inseruit. Ovidius lib.I Metam. : Centum [....] manebant. Mythologii Argum interpretantur, sphaeram stelliferam, innumeris oculis, hoc est , stellis refulgentem : Mercurium autem solem esse volunt, qui tunc Argum dicitur occidere, cum diurno suo lumine stellarum lucem observat. Vide Macrobium primo Satur. Cap.19. unde & …. Mercurius cognominatus est, cp Argum peremerit.

     

    "Argus, fils d'Arctoris, surnommé Panoptes [qui voit tout] par les Grecs, dont tous les yeux pullulent. Les poètes dans leurs légendes disent que Junon le nomma le gardien de Io, la fille d'Inachis transformée en génisse par Jupiter ; et qu'il fut tué plus tard sur ordre de Jupiter par Mercure qui endormit ses yeux grâce au son de la flûte. Mais ses yeux furent insérés plus tard sur la queue du paon, l'oiseau de Junon. Ovide, Met. livre I [Centum...manebant]. La mythologie interprètait Argus en disant que ses yeux innombrables étaient les étoiles qui brillent dans la sphère étoilée : Mercure fait la volonté du soleil,qui pour ainsi dire tue Argus et l'observation de la lumière des étoiles par sa lumière diurne...Voyez Macrobe, Saturnales livre I chap.19. ["Argus tué par Mercure signifie la voûte du ciel ornée d'étoiles, que le soleil tue, pour ainsi parler, en les obscurcissant, et en les dérobant par l'éclat de sa lumière aux yeux des mortels"]   "

    La même erreur est présente dans l'édition de 1590 par Jacob Stoer à Genève. L'édition de Jacob Crispin la comporte toujours en 1633. Mais la première édition de 1553 BVH.univ.tours en est exempte. 

     Ce texte n'est pas de Charles Estienne, mais il trouve son origine dans l'Onomasticon (1544) de Conrad Gessner (1516-1565) page 40 . (Ou bien, les deux textes ont la même source, le Dictionarum poeticum ou Elucidarium carminum de Torrentinus (Van der Beeck) publié en 1498 et édité onze fois jusqu'en 1518) mais que je n'ai pu consulter.)

     

    Partis de la description d'un papillon par Thomas Moffet en 1634, nous y avons reconnu l'influence du Dictionnaire de Charles Estienne dans son édition de 1590, qui se rapproche lui-même de l'Onomasticon de Conrad Gessner (1544). Cette découverte est intéressante puisque Thomas Moffet ne décrit pas dans son Theatrum insectorum sa propre collection d'insectes, mais celle de ...Gessner lui-même.

      Thomas Moffet, dit aussi Moufet ou Muffet, est un médecin et naturaliste anglais puritain, né vers 1552 à Londres et mort le 5 juin 1604 à Wilton dans le Wiltshire. Il est principalement connu pour l'étude des « insectes », en particulier les araignées, et leur impact en santé humaine. Après ses études à Cambridge, il se rendit à Bâle en 1578 pour y étudier la médecine, exerça à Francfort puis  voyagea en Italie (1580) où il s'intéressa au vers à soie, en Espagne et Allemagne avant de s'installer à Ipswich puis à Londres en 1584. Il entra ensuite au service de Henry Herbert, second comte de Pembroke, à Wilton. En 1599, il publia un long poème sur le vers à soie, The Silkworms and their flies.

    Theatrum insectorum : On croit communément que Thomas Muffet est l'auteur de cet ouvrage, mais il en a simplement hérité, enrichi et mené jusqu'à la publication, qui ne se produira pas avant 30 après sa mort, malgré le fait qu'il fut près pour la presse dès 1589 ou 1590. La principale raison de cette publication posthume consiste en la faiblesse du marché anglais, à l'époque, pour les livres de sciences naturelles. La page de garde originale, inutilisée, est datée de 1589. Des négociations avec des imprimeurs de La Haye échouent en 1590. Les illustrations originales furent abandonnées car trop chères et remplacées par des gravures sur bois qui apparaissent dans l'édition de 1634.

     

    il a bénéficié des contributions de grands assistants, comme Wotton, Gessner, de l’Écluse, Penny, Knivett, Bruer et d'autres." 

    Moffet avait repris en réalité le travail du médecin botaniste et entomologiste Thomas Penny (1530-1588). Penny avait collectionné des plantes dont il avait envoyé des spécimens à Gessner (qui le cite pour 22 des 375 plantes de son Historia plantarum), collectionné, dessiné et étudié les insectes. Il avait fait plusieurs longs voyages sur le continent (France, Allemagne et Suisse durant 4 ans jusqu'en 1569)  et avait rencontré Conrad Gessner  en 1565 à Zurich, peu de temps avant la mort de ce dernier. Il obtint de lui, en échange de ses propres travaux botaniques, un certain nombre d’illustrations et de notes manuscrites sur les insectes. Il retourna en Angleterre où il commence à exercer la médecine à Londres et où devint un proche ami de Thomas Moffet (1553-1604) : ils avaient tous deux étudié au Trinity College de Cambridge et s’intéressaient aux insectes. Ayant obtenu la confiance et l'estime de Gessner, il fut intégré à l'équipe des naturalistes européens qui étaient ses correspondants, comme Carolus Clusius, Mathias de L'Obel,  Joachim Camerarius le Jeune, et Jean Bauhin. En même temps, T. Penny établit des contacts avec les naturalistes anglais, comme Sir Edmund Knyvet (1508-1551) qui possédait son propre musée et ses collections d'histoire naturelle à Ashwellthorpe. En tant que médecin, il bénéficiait aussi des relations du monde médical, et il reçut d'un chirurgien, Edward Elmer, un spécimen d'insecte aux ailes argentées venant de Moscou. 

    Penny consacra ses quinze dernières années à accumuler des observations qui seront reprises dans le Theatrum Insectorum . Penny reçoit également diverses contributions et illustrations de ses correspondants en Europe comme Charles de l'Écluse (1525-1609) qui l’informe sur les abeilles, Jean Bauhin (1541-1613) qui explique l’origine des scorpions à la fois par la reproduction sexuelle et la génération spontanée, et Joachim Camerarius le Jeune (1534-1598) qui lui envoie une illustration de coléoptère. La mort l’empêche de mener à bien son projet d’écrire une Histoire naturelle des insectes et il laissa ses notes à Moffet. Celui-ci compléta le manuscrit en mars 1589, la page de titre datée de 1589 fut imprimée, mais la publication fut retardée. A la mort de Moffet, le texte fut recueilli par son pharmacien, un certain Mr. Darnell, mais un certain nombre de naturalistes semblent y avoir eu accès durant le temps où le manuscrit était en sa possession (B.L Sloane MS 4014.)

    DSCF7283.JPG

    Il fut peut-être acquis par Théodore de Mayerne, un médecin huguenot établi à Londres en 1611 et qui le fit publier en 1634 sous le titre Insectorum, sive, Minimorum animalium theatrum. Il fut traduit en anglais par  J. Rowland sous le titre de The Theatre of Insects, or Lesser Living Creatures et placé en appendice de  History of Four-Footed Beasts and Serpents de Edward Topsell (1658).

    L'ouvrage se compose ainsi :

    • Titre
    • Epistola de Théodore de Mayenne 10 pages
    • Index (une page) : deux Livres : Livre I, chapitre 1 à 29, pp. 1-174. Livre II  chapitre 1 à 42, pp. 175-324.
    • Preaefatio : De Argumenti hujus susceptione, atque ejusdem dignitate & usu, Praefatio
    • Texte.

    Les papillons sont traités au Livre I, chapitre 14 De papilionibus pp.87. 41 Papillons nocturnes : Dix-huit papillons de nuit (89-93), puis dix-sept autres papillons (94-97), deux séries de trois petits papillons. 39 Papillons diurnes : première série de seize espèces, débutant par des Papilionides pp. 98-102, puis 13 espèces moyennes (pp. 103-105) puis 10 espèces de petite taille (pp. 103-106). Conclusion sur un chapitre intitulé Deusu papilionum (107-108).

     

     

     

     

     

     

    L'erreur Arctoris pour Aristoris  prouve (à moins de la retrouver dans une édition antérieure) que Moffet est intervenu dans la rédaction des notes après la date de 1590 (édition du Dictionnaire d'Estienne par Stoer). C'est ce que lui-même déclarait  : "I have inserted intire Histories, and above a hundred and fifty pictures, which Gessner and Pennius knew not; I have mended the methods and language, and I have put above a thousand tautologies, trivial matters, and things unseasonably spoken".

     

          Au point où nous en sommes, nous pouvons chercher la racine de la racine de notre texte, en amont de l'Onomasticon de Gessner : le Dictionarium d'Ambrogio Calepino dans son édition de 1514 et surtout de 1550, plus proche de Estienne et de Gessner (l'Onomasticon de celui-ci fut publié dans une ré-édition de Calepino).

    On y lira avec intérêt l'article -occulatus- avec la mention de la définition "modo dicitur qui per totum corpus  oculos habet ; qualis fuisse fertur Argus Argus ille centoculos. Ius custos, qui oculos habet vigilantes, et qui cuncta perspiciat

     

          Essai de traduction : "occulatus : se dit d'un corps couvert d'yeux ; ainsi fut Argus centoculos. Gardien d'Io, qui a un regard vigilant, et qui voit tout".  Car cette définition éclaire singulièrement le nom d'Argus oculatus donné par Linné en 1746 à l'espèce que nous étudions.

     

          Synthèse.

      Le début du XVIe siècle est marqué par la rédaction de vastes compilations mythologiques et de travaux de lexicographie en Italie, en Suisse, aux Pays-Bas ou en France. A coté de la Syntagmata de Giraldi (1548), le Dictionarium de Calepino et l'Onomasticon que Gessner place en annexe de sa publication de Calepino (1544) réunissent des informations sur les Noms Propres écumés dans les textes de l'antiquité grecque et latine, que ce soit les œuvres poétiques elles-mêmes, ou leurs commentaires anciens.

    Parallelement,  l'intérêt porté à l'Histoire naturelle incite les savants à aller au delà de la constitution des Cabinets de curiosité dont les Princes paraient leurs châteaux, et à réaliser des collections en botanique (privilégiée en raison des retombées médicales) et en zoologie, tout en compilant les informations fournies par les Anciens. L'italien de Bologne Ulisse Aldrovandi (1522-1605) et le suisse de Zurich Conrad Gessner (1516-1565) sont les figures principales de ce nouvel intérêt. 

    Gessner cumule donc les deux compétences (parmi beaucoup d'autres) de philologie et de zoologie, et donne, pour chaque espèce qu'il décrit  suivant huit chapitres,  son nom dans différentes langues (vivantes ou mortes), son habitat et son origine ainsi que sa description anatomique, sa physiologie, les qualités de son âme, les divers usages que l'on peut en tirer, son intérêt alimentaire et médicale, ainsi que son utilisation par les poètes et les philosophes...

    Puisque sa description des différents sens du nom Argus figure dans son Onomasticon, il est probable que c'est lui qui, dans ses notes préparatoires au Livre de son Histoire Naturelle consacrée aux Insectes et qu'il ne put publier, eut l'idée, face aux ailes du papillon bleu à ocelles de sa collection, d'imaginer que les yeux d'Argus y avaient été jetés, plutôt que sur la queue du paon ou dans le ciel étoilé.

     Il est probable aussi que la note qu'il avait rédigé pour ce papillon ainsi que l'illustration qu'il prévoyait d'en donner ait été remises à Thomas Penny lorsque celui-ci lui rendit visite en 1565 avant de regagner Londres. A moins que Penny ait dessiné lui-même l'illustration, et qu'il ait prit en note des commentaires évoqués par oral par Gessner.

    Il est certain par contre que le texte publié par Thomas Moffet dans son Theatrum insectorum n'est pas le texte original de Gessner mais qu'il a été amendé par Moffet après consultation du Dictionarium de Charles Estienne, comme en témoigne une erreur de copie sur le nom du père d'Argus, Arctoris au lieu d'Arestoris. La version fautive est présente dans l' édition de 1590 par Stoer et dans celle de Soubron 1595. La page de titre de son ouvrage ayant été imprimée en 1589, il est possible que le texte avait été rédigé auparavant, et que Moffet (ou Penny) ait consulté une édition de Paris 1561 ou 1575 ; de Genève 1579 ; ou de Lyon 1581 dont je n'ai pu vérifié l'article. 

     

     

     

     

     

                 Bibliographie, liens et Sources.

     

     

    — Funet :   Plebejus

    — Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : Plebejus argus.

    — UK Butterflies : Silver-studded blues

    — lepiforum : Plebejus argus.

    — Le Dictionarum ...d'Estienne, in Janick Auberger (sous la direction de ), Quand les Jésuites veulent comprendre l'Autre: le témoignage de quelques livres anciens de la collection de l'UQAM Presses de l' Université Québec 2011. En ligne.

     — NERI (Janice) The Insect and the Image: Visualizing Nature in Early Modern Europe, 1500-1700 En ligne

    — MAILLARD (Donovan) 2014  "Synthèse des connaissances relatives aux deux espèces Plebejus argus et Plebejus idas en Bretagne". Stage de Master 2 70 pp. En ligne

    http://www.bretagne-vivante.org/images/stories/expertises/atlas/lepidoptere/les%20plebejus%20de%20bretagne%20-%202014.pdf

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                              

     
    Repost 0
    Published by jean-yves cordier
    commenter cet article
    23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 19:16

    Zoonymie (étude du nom) du papillon l'Azuré du Genêt Plebejus idas Linnaeus, 1758.

     

    La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

     

    Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

     

     

     

    Résumé. 

    —  — Plebejus Kluk, 1780 : du latin -plebeius, "plébéien, appartenant à la plèbe, le peuple romain". Les Plebeji étaient parmi les six phalanges dans lesquelles Linné a réparti les papillons, la cinquième, formée  des espèces plus petites et aux chenilles ramassées  par comparaison à la première phalange des Equites ou Chevaliers (nos Papilionides). Elle était alors divisée en Ruraux et urbains, Rurales et Urbicolae qui formeront par la suite respectivement les Lycènes et les Hespéries. Comme pour les  genres Nymphalis et Danaus, Kluk fut le premier à utiliser les noms de Linné d'une manière qui soit conforme aux règles de  la future ICZN  pour l'établissement des noms génériques et il en est donc considéré comme l'auteur (Emmet, 1991). 

    idas (Linné, 1761) : ce nom a d'abord (1758) figuré parmi la sixième phalange des Barbari de Linné, où tous les noms sont ceux d'Argonautes. Il appartient alors à une liste, et est attribué arbitrairement. Ayant supprimé cette phalange, Linné a ré-attribué le nom à l'espèce qui suit son papilio Argus, et qui reprend ses descriptions d'"argus fuscus" et "argus myops" de 1743. Tous ces "argus" ont, eux, une intention descriptive, et idas en est contaminé. Il y a donc là un jeu complexe entre la présence d'ocelles ("yeux") sur les ailes de ces papillons, le nom argus évoquant Argos le géant aux cent yeux mais aussi Argos constructeur du navire Argo, ou le fait que le frère d'Idas, Lyncée, lui-aussi à bord de l'Argo dont il est un des pilotes, soit réputé pour sa vue perçante. Dans la 12eme édition du Systema Naturae, Linné décrira Idas comme la femelle du papilio argus. Le nom disparu alors jusqu'en 1954, date à laquelle il ne fut validé par l'Opinion 269 de l'ICZN en 1954 qu'après invalidation du nom inusité idas Linnaeus,1758 de l'ancien Barbarus. 

    — Geoffroy utilisa en 1762 les noms d'"Argus brun" et d'"Argus myope" en reprenant ceux de Linné 1746. Latreille, Godart et Duponchel employèrent le seul nom de "Polyommate Argus" en suivant Linné qui faisait d'idas la forme femelle d'argus. La plus grande confusion régnant jusqu'au milieu du XXe siècle dans la détermination scientifique des noms argus, aegon, argyrognomon, aegus, etc., il est difficile d'être plus précis jusqu'à la création par Gérard Luquet en 1986 du nom d"'Azuré du Genêt"  qualifiant à la fois la couleur bleue des ailes des mâles des Azurés, et le genre de l'une des plantes-hôtes, Cytisus scoparius ou Genêt à balais. 


                   I. Nom scientifique.


    1. Famille et sous-famille.

    a) Famille des Lycaenidae, William Elford Leach, 1815. Les Lycénides ou Lycènes.

     

           Leach, William Elford, 1790-1836  "Insecta" pp. 329-336."Entomology". pp 646-747 in D. Brewster éditeur, Brewster's Encyclopaedia Edinburgh, [Edinburgh, volume 9, 1, 04/1815 pp. 57-172  : selon Sedborn 1937] [Philadelphia, E. Parker,1816? selon BHL Library]  page 718. [ Article publié anonymement et attribué à Leach, qui avait annoté son propre manuscrit]

    La famille Lycaenidae tient son nom du genre Lycaena de Fabricius (1807). Elle comprend les Blues ou Azurés, les Coppers ou Cuivrés et les Hairstreaks ou Thécla, et nos Argus :

    • Sous-famille des Theclinae Butler, 1869 : [Thiéclines : Théclas ou Thècles et Faux-Cuivrés].
    • Sous-famille des Lycaeninae [Leach, 1815] : [Lycénines : Cuivrés].
    • Sous-famille des Polyommatinae Swainson, 1827 : [Polyommatines : Azurés, Argus et Sablés].

    b) Sous-famille des  Polyommatinae Swainson, 1827.

    Elle tient son nom du genre Polyommatus créé par  Latreille en 1804; "Tableau méthodique des Insectes" in Nouveau Dictionnaire d'Histoire naturelle appliqué aux arts, principalement à l'Agriculture et à l'Économie rurale et domestique, par une Société de naturalistes et d'agriculteurs ; avec des figures des trois Règnes de la Nature, Paris : Deterville, an XII [1804] 24 (6) p. 185 et 200, espèce-type: Papilio icarus Rottemburg.

    Polyommatus vient du grec polus "beaucoup", et omma, ommatos, "œil" : c'est un qualificatif du géant Argos qui disposait de cent yeux, dont cinquante étaient toujours ouverts. C'est lui que la jalouse Héra envoya surveiller Io, transformée en génisse après ses amours avec Zeus.

      Ce nom est en rapport avec les nombreux ocelles des ailes des papillons bleus.

    Cette sous-famille contient, en France, 18 genres :

    •  Leptotes Scudder, 1876
    • Lampides Hübner, [1819]  
    • Cacyreus Butler, 1897
    • Cupido Schrank, 1801
    • Celastrina Tutt, 1906
    • Maculinea Eecke, 1915 
    • Pseudophilotes Beuret, 1958
    • Scolitantides Hübner, [1819]
    • Iolana Bethune-Baker, 1914
    • Glaucopsyche Scudder, 1872
    • Plebejus Kluk, 1780 
    • Aricia [Reichenbach], 1817
    • Plebejides Sauter, 1968
    • Eumedonia Forster, 1938
    • Cyaniris Dalman, 1816
    • Agriades Hübner, [1819]
    • Lysandra Hemming, 1933
    • Polyommatus Latreille, 1804.

     

            

    2. Nom de genre : Plebejus, Kluk, 1780.

     

    a) Description originale :

    Plebejus [ou Plebeius]  Krzysztof Kluk :  Zwierząt domowych i dzikich osobliwie kraiowych historyi naturalnéj Potzatcki i gospodarstwo. Potrzebnych pozytecznych domowych chowanie...[...] Warszawa [Varsovie] J.K. Mosci i Rzeczypospolitey u XX Scholarum Piarum 1802,  4: 89.

     Jean Christophe Kluk est un naturaliste polonais, né le 13 septembre 1739 et mort le 2 juillet 1796, qui vivait à Ciechanowiec, ville de l'est de la Pologne, où il était prêtre. Sa curiosité était universelle, mais portait en premier lieu sur l'étude naturaliste des régions de Podlaskie et Masovia. Ses talents de dessinateur et de graveur lui ont permis d'assurer lui-même l'illustration de ses publications. La Princesse Anna Jabłonowska lui donna accès à la grande bibliothèque et aux collections de son palais de Siemiatycze. Il décrivit plusieurs  genres de Lépidoptères, comme le genre Nymphalis, le genre Sud-américain Heliconius, et le genre Danaus auquel appartient le Monarque. Le titre exact de sa publication en quatre volumes est  Zwierząt domowych i dzikich, osobliwie krajowych historii naturalnej początki i gospodarstwo que je traduis approximativement par "Histoire naturelle des animaux sauvages et domestiques, particulièrement au niveau national (Pologne)" ; le tome 4 de 1780 contient page 89 la description de ce genre Plebejus riche d'une liste de 79 espèces, réparties en 57 Rurales ou Wiesniaki (paysans) et 22 Urbicolae ou Mieszczanie (citadins).

     

    • Zwierząt domowych i dzikich, osobliwie krajowych, historii naturalnej początki i gospodarstwo. Potrzebnych i pożytecznych domowych chowanie, rozmnożenie, chorób leczenie, dzikich łowienie, oswojenie, zażycie, szkodliwych zaś wygubienie:

      • t. 1: O zwierzętach ssących, Warszawa 1779; wyd. następne: Warszawa 1795; Warszawa 1809

      • t. 2: O ptastwie, Warszawa 1779; wyd. następne: Warszawa 1797; Warszawa 1813

      • t. 3: O gadzie i rybach, Warszawa 1780; wyd. następne: Warszawa 1798; Warszawa 1816

      • t. 4: O owadzie i robakach, Warszawa 1780; wyd. następne: Warszawa 1802; Warszawa 1823

        • przekł. litewski: fragmenty t. 4 – rozdz. o pszczołach: K. Niezabitowski: Surinkimas dasekimu par Mokintus żmonias senowias amziose tikray daritu apey bytes... Wilno 1823; wydane pod nazwiskiem brata: C. J. Niezabitowskiego

     

     — Type spécifique: Papilio argus (Hemming 1933)

    — Description : 

     Rodzay V. Pospolitek (Plebejus) zawiera naypospolitsze dzienne Motyle, ktore iak wszedzie widziec sie daia, tak od wszystkich poprzedzaiacych mnieysze sa. Kolory na nich sa slabe. Jedne maia plamy ledwie znaczne, u drugich przechodza az na dolna strone skrzydel : pierwsze zowia sie Rurales, albo Wiesniaki : drugie Urbicolae, albo Miesczanie. 

    (transcription ne respectant pas les caractères propre à la langue).

      Traduction approximative :"Le genre Pospolitek (Plebejus) réunit les papillons diurnes les plus courants, que chacun peut voir partout en été, aux couleurs discrètes avec quelques taches sur les ailes. Ceux du premier groupe sont appelés Rurales, ou paysans, et ceux du second Urbicolae, ou Citadins"

    Jean-Christophe Kluk donne alors une liste de 57 Plebejus Rurales ("Pospolitek Wiesniaki") et de 22 Plebejus Urbicolae ("Pospolitek Miesczanie"). Plebejus argus ( "Srebnook") porte le n° 15.

     

     

     

     

     

     —Sous-genres 

     Ce genre renferme 2 sous-genres en France :

    1°) Sous-genre Plebejus Kluk, 1780.

    • Plebejus argus (Linnaeus, 1758). Azuré de l’Ajonc.

     2°) Sous-genre Lycaeides Hübner, [1819]

    • Plebejus argyrognomon (Bergsträsser, 1779) (Azuré des Coronilles).
    • Plebejus bellieri (Oberthür, 1910) Azuré tyrrhénien.
    • Plebejus idas (Linnaeus, 1761) Azuré du Genêt.

    b) caractéristiques.

     Selon les clefs de détermination, Plebejus se reconnaît parmi les Polyommatinae par :

    • Une série de lunules submarginales fauves ou orangées au revers des ailes 
    • ET : Pas de point cellulaire sous l'aile antérieure
    • ET : les points noirs marginaux du dessous de l'aile postérieure sont généralement pupillés de bleu-vert brillant (Lafranchis)

    Voir aussi la clef d'identification bien illustrée de www.poitou-charentes.nature.asso.fr

     

     

    Origine et signification du nom Plebejus .

     

    — Spannert (1888) page 131 :

    plebejus bürgerlich, niedrich.

     

    — L. Glaser (1887) page 308 :

    "Plebejer (plebs, -bis, gemeines Volk etc.,)"  

    — August Janssen (1980) page 43 :

    "plebejer (in tegenstelling tot Patriciër) " .

     —  A.M. Emmet (1991) page 150 :

    "-plebeius, plebeian, belonging to the plebs, the Roman common people. The plebeji were the fifth of the six phalanges into wich Linnaeus divided the butterflies, a group including all the smaller species (blues and skippers). As with Nymphalis and Danaus, Kluk was the first to use the Linnean name in a way that complied  with future I.C.Z.N. rules for the establishment of generic names and is therefore deemed the author."

    Trad : "plebeius, plébéien, appartenant à la plèbe, le peuple romain. Les Plebeji formaient la cinquième des six phalanges par lesquelles Linnaeus divisait les papillons, un groupe comprenant  les espèces les plus petites (les bleus et les skippers); Comme pour Nymphalis et Danaus, Kluk fut le premier à utiliser le nom de Linné d'une manière qui soit conforme avec les règles de la future Commission Internationale de Nomenclature Zoologique I.C.Z.N  pour la formation  des noms génériques et il est donc par conséquent considéré comme auteur de ce nom."

    — Hans A. Hürter (1998) pages 355-357::

          Deuntung : Die Bedeutung des Wortes Plebejus ist vorstehend hinreichend dargelegt ; es wird heute jedoch anders benutzt als vor etwa 200 jahren.V.Linné teilte die Arten in 5 Gattungen, deren fünfte er Plebeji nannte. 200 Jahre Forschung schufen zusätzliche Einteilungsbegriffe im Tierreich, nach F-W I S.181, für die Schuppenflügler/Schmetterlinge folgendermaßen (hier nur für in F-W II vorkommende Familien) : [...] Die Familie Hesperiidae findet sich in der Unterkohorte Pyralidiformes unter der überfamilie Hesperioidea. Der ehedem alle damals bekannten Lycaeniden umfassende Name Plebejus/Plebeji ist heute Gattungsname für nur noch 2 mitteleuropaïsche Arten : argus und pylaon

          Trad : "Le sens du mot Plebejus est suffisamment expliqué ci-dessus: mais il est utilisé différemment aujourd'hui qu'il y a quelques années, environ 200 ans. ..." 

    —Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 224 :

         " Du latin plebeius, "propre à la plebs", c'est-à-dire au bas-peuple romain. Le termePlebejus est repris du mot Plebeji, créé par Linné en tant que phalange dans lequel il réunissait tous les papillons de petite taille, les "modestes" (d'où l'allusion au bas-peuple), par comparaison avec ceux, plus "nobles", des autres phalanges (Equites, "chevaliers" pour les papilionides, par exemple)."

     

    — Perrein et al (2012) page 268. 

    " Étymologie : du latin plebeius, "commun, vulgaire", de plebs, plebis "peuple". Cinquième des six phalanges suivant lesquelles Linné subdivise les Papiliones ou papillons de jour, lesPlebeji regroupent toutes les petites espèces dont les chenilles sont le plus souvent contractées, ("parvi : larva saepius contracta") : Rurales et Urbicolae qui deviendront par la suite respectivement les Lycènes et les Hespéries."

    — Arizzabalaga & al. 2013 :  

        Plebejus A Roma, el poble, els que no són nobles Linné agrupa amb aquest nom les papallones petites  

     

    Discussion.

     

         Vingt-huit ans après la parution de la dixième édition du Systema Naturae de Linné de 1758, Jean-Christophe Kluk reprend, pour en faire un nom de genre, le nom de la cinquième "phalange" des Papilio de Linné, où celui-ci avait classé les papillons les plus petits ou les moins spectaculaires dans sa partition organisée autour du thème de la société grecque de la Guerre de Troie : loin des nobles Chevaliers (Equites), des divinités et Muses du mont Hélicon (Heliconi), des filles de Danaus ou des fils d'Aegyptos (Danai), des divinités des sources ou des bois (Nymphales), les Plebejus, du latin plebeius, "propre à la plebs", de plebs, plebis "peuple" rassemble le petit peuple des Blues et des Skippers anglais, nos Lycènes et nos Hespéries. Ce grand genre de 79 espèces de Kluk a fondu au fur et à mesure de son démembrement en nouveaux genres, pour ne plus contenir actuellement que les quatre espèces françaises, et un nombre divers selon les classifications d'espèces étrangères.

     Voir le passionnant dossier La Plèbe romaine sur le site de Philippe Remacle : http://remacle.org/bloodwolf/institutions/plebs.htm


    Les six phalanges crées par Linné pour ses Papiliones (rhopalocères) peuvent être considérés en deux groupes principaux : c'est ce que fera Hübner en 1819 dans son Verzeichniss en ne créant que deux Phalanges, Nymphales et Gentiles, c'est à dire Personnages mythologiques d'une part, et Personnages Humains de l'autre. Parmi ces derniers, se trouvent les Equites et les Plebeji, c'est à dire les deux grands éléments de la nation romaine depuis le VIe siècle av.J.C , les Praticiens issus des Patres, et les Plébéiens. Chez Linné, la phalange V des Plebeji s'oppose à la phalange I des Equites, les phalanges II, III, et IV relevant de la Mythologie surnaturelle, si je puis dire.

     Voir mon article  Noms des Papillons diurnes (rhopalocères) créés par Linné dans le Systema Naturae de 1758.

    Les Plebejii sont eux-mêmes répartis chez Linné en deux sous-catégories, les Rurales et les Urbicolae, ce qui correspond à la Plèbe romaine, constituée de 90% d'agriculteurs, mais dont les membres des villes se répartissaient en proletarii, artisans (tisserands, cadreurs, tuiliers, boutiquires ou tabernarii), et Homines quasi-boni (riches financiers et négociants en gros).

    Mais cette classe a laissé dans l'Histoire moins de personnages célèbres ou légendaires, et Linné, pour son onomastique, a souvent fait appel à une dénomination par la plante-hôte, ou aux noms d'artisans-artistes sculpteurs, peintres ou architectes.

     Le Dictionnaire latin en ligne de Gérard Jeanneau donne pour ce mot Plebejus :

    plēbēius (plēbējus), a, um. [plebs] : - 1 - plébéien, de la plèbe, de la populace. - 2 - du commun. 
               - philosophus plebeius, Cic. Tusc. 1 : philosophe de bas étage. 
               - cassis plebeia, Luc. : casque de simple soldat. 
               - plebeium sapere, Petr. : avoir un goût peu relevé.
               - plebeius sermo, Cic. Fam. 9, 21, 1 : langage courant.  

     On remarque les connotations méprisantes du terme, que le mot français "la plèbe" possède aussi. Si on consulte le mot plebs, on découvre son étymologie latine, le verbe pleo, impleo, "remplir", du grec πίμπλημι : "remplir"; πλήρης : "plein"; cf. πλῆθος : "multitude". Ces racines sont aussi évoquées à l'origine du mot peuple.  Plebs, c'est à la fois la plèbe, opposée au patriciens ; le peuple ; la populace ; et la foule, la multitude.

    Issu du radical indo-européen *pel- (« plein (de monde, de gens) » → voir plenus) qui a donné des noms tels que pléthore, folk (« peuple » → voir full) en anglais, Volk (« peuple » → voir voll) en allemand, le latin plebs, plebis est à l'origine dans notre vocabulaire des mots plébiscite, plébéiens, mais aussi à une quantité de toponymes commençant par Ple, Plo, Plou, au sens de "paroisse". Indirectement, les noms de communes bretonnes débutant par Plou- ont favorisé la survenue du qualificatif familier ou péjoratif "plouc" au sens de paysan rustre.


     

     3.  Nom d'espèce : Plebejus idas (Linnaeus, 1761).

     

    a) Description originale

          Linnaeus, C. 1761. Fauna Svecica sistens animalia Sveciæ Regni: mammalia, aves, amphibia, pisces, insecta, vermes. Distributa per classes & ordines, genera & species, cum differentiis specierum, synonymis auctorum, nominibus incolarum, locis natalium, descriptionibus insectorum. Editio altera, auctior.. Stockholmiæ. (L. Salvii). 578 pp. page 284.

    http://www.biodiversitylibrary.org/page/32170753#page/342/mode/1up

     07128_Plebeius_idas_284_s.gif

    — Description originale: 

    1075 Papilio Idas alis caudatis caeruelis : posticis fascia termilani rufa ocellari : subtus pupillis caeruleo-argentieis. Papilio hexapus, alis rotundatis integerrimis nigro fuscis : subtus ocellis numerosis.

    Fn. 804, 805.

    Raj. Ins. 131 n.12 Papilio parva, alis supinis pullis cum linea s. ordine macularum lutearum ad imum marginem.

    Habitat in Ericetis.

    Descr: Facies, magnitudo & color omnino praecedentis, a quo differt alarum lateris superioris colore, qui non, ut in illo, caeruleus, sed omnino nigro-fuscus ; Alae secundariae postice supra fascia obsoleta ex ocellis ferrugineis pupilla nigra. Subtus omnes alae similes praecedenti, sed pallidiores & fascia albida ante posticam ruffam ex ocellis caeruleo argenteis. An solo sexu a priori diversus ?

    -Trad. : 

    b) références données par Linné: (étudiées infra)

    — Linné, 1746 Fauna suecica 1746 n° 804 -805.

    — John Ray, 1710 Historia insectorum, page 131 n°12 .

          Curieusement, Linné avait déjà utilisé ce nom Idas dans sa 10ème édition de Systema Naturae en 1758 pour un Papilio barbarus Idas, "habitat in Indiis". Voir infra.

     

    c) Localité et description

    — Localité-type : Suède, désignée par Honey & Scoble (2001) : Honey, M. R. & Scoble, M. J. 2001. Linnaeus's butterflies (Lepidoptera: Papilionoidea and Hesperioidea). Zoological Journal of the Linnean Society, 132(3): 277-399, page 335.

    — Selon Dupont et al. 2013, cette espèce  est présente dans toute la région paléarctique, sauf en Afrique du Nord. Elle est signalée dans toute la France. Les chenilles se nourrissent principalement sur diverses espèces de Fabaceae.

    Selon Wikipédia,

     "C'est un petit papillon qui présente un dimorphisme sexuel, le dessus du mâle est bleu violet à fine bordure noire et frange blanche, celui de la femelle est marron avec une ligne de lunules submarginale orange surtout visibles aux postérieures. Le revers est beige à ocre clair orné d'une ligne marginale de points noirs pupillés de bleu vert argenté doublée d'une ligne de lunules orange séparées d'une ligne de points noirs par du blanc.

    Il hiverne à l'état d'œuf. Les chenilles et les nymphes sont soignées par des fourmis, Lasius niger, Formica cinera, Formica selysi, Formica exsecta, Formica lemani, Formica pressilabris, Formica lugubris, Formica cunicularia, Formica lefrancoisi. Plebejus idas magnagraeta est soigné par Formica pratensis. Grâce à une production d'hormones reconnues par les fourmis, il vit en symbiose avec les fourmis et se métamorphose dans les fourmilières. Il vole en une génération, en juin juillet. Ses plantes hôtes sont diverses, Cytisus scoparius, Genista pilosa, Lotus corniculatus, Melilotus alba, Anthyllis vulneraria et Calluna vulgaris. Pour Plebejus idas magnagraeta ce sont Cytisus villosus et Genista depressa. L'aire de répartition de l'Azuré du genêt recouvre toute l'Europe (sauf l'Angleterre et le sud de l'Espagne, de l'Italie et de la Grèce), la Sibérie et l'Alaska. En France métropolitaine il serait présent dans tous les départements sauf les Ardennes le Nord-Pas-de-Calais, le Picardie, le Lot-et-Garonne, Tarn-et-Garonne, Gers et la Mayenne."

     

     

     

    d) synonymes (INPN) et sous-espèces.

     

    • Argus calliopis Boisduval, 1832 : Boisduval, J.-B. A. 1832-[1835]. Icones historiques des Lépidoptères nouveaux ou peu connus. Collection, avec figures coloriées, des Papillons d'Europe nouvellement découverts; ouvrage formant le complément de tous les Auteurs iconographes. 1. Rhopalocéres. Roret, Paris. 251 pp. page 58
    • Lycaeides argyrognomon gazeli Beuret, 1934 :Beuret, H. 1934. Contribution à l'étude de la variation géographique de Lycaeides argyrognomon Bergstr. (Lycaenidae).Lambillionea, 34: 99-123. page 108.
    • Lycaeides argyrognomon rauraca Beuret, 1934 : Beuret, H. 1934. Contribution à l'étude de la variation géographique de Lycaeides argyrognomon Bergstr. (Lycaenidae).Lambillionea, 34: 99-123, page 119.
    • Lycaeides idas calliopis (Boisduval, 1832)
    • Lycaeides idas haefelfingeri (Beuret, 1935)
    • Lycaeides idas idas (Linnaeus, 1761)
    • Lycaeides idas lapponicus (Gerhard, 1853)
    • Lycaeides idas magnagraeca (Verity, 1925)
    • Lycaeides idas (Linnaeus, 1761)
    • Lycaena aegon lapponica Gerhardt, 1853 : Gerhard, B. [1850-1853]. Versuch einer Monographie der europaeischen Schmetterlingsarten Thecla, Polyomattus, Lycaena, Nemeobius als Beitrag zur Schmetterlingskunde. Hamburg, page 19.
    • Lycaena argus alpina Berce, 1867 : Berce, J. E. 1867. Faune entomologique française. Lépidoptères. Description de tous les papillons qui se trouvent en France indiquant l'époque de l'éclosion de chaque espèce, les localités qu'elle fréquente, la plante qui nourrit la chenille, le moment où il convient de la chasser, précédées de renseignements sur la chasse, la préparation et la conservation, etc. Premier volume : Rhopalocères.. Deyrolle, Paris. 270 pp. page 134. 
    • Lycaena argus armoricana Oberthür, 1910 : Oberthür (1910) : 189 . Etudes de lépidoptérologie comparée. Fascicule IV. Imprimerie Oberthür, Rennes. 691 pp.
    • Papilio idas Linnaeus, 1761
    • Plebeius idas magnalpina Verity, 1927
    • Plebeius idas (Linnaeus, 1761)
    • Plebejus idas alpina (Berce, 1867)
    • Plebejus idas armoricanus (Oberthür, 1910)
    • Plebejus idas calliopis (Boisduval, 1832)
    • Plebejus idas gazeli (Beuret, 1934)
    • Plebejus idas haefelfingeri (Beuret, 1935)
    • Plebejus idas idas (Linnaeus, 1761)
    • Plebejus idas lapponicus (Gerhard, 1853)
    • Plebejus idas magnagraeca (Verity, 1925)
    • Plebejus idas magnalpina Verity, 1927 Verity, R. 1927. La variation géographique dans l'Europe occidentale des Plebeius idas L. (= argus Schiff. = argyrognomon Berg.) et insularis Leech. Le nom du P. lycidas est de Meigen et non de Trapp. Annales de la société entomologique de France, 96: 1-16. page 10  [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54627776/f7.image]
    • Plebejus idas rauracus (Beuret, 1934)  

     

     

    c) Origine et histoire du nom idas. 

     

     Spuler (1903-1908) page 63 : 

     „der Bewohner waldigen Gebirgs, griechischer Männername.“

    — August Janssen (1980) page 43 :

    man van Marpessa. 

    — Hans A. Hürter (1998) page 350 : 

    Deutung : Linné hat nicht hinterlassen, welchen Idas er bei der Benennung im Sinn hatte. Es darf aber als sicher angenommen werden, daß er den bekanntesten Träger dieses Namens meinte, den Sohn des Aphareus und der Arene.

    Interprétation: Linné n'a pas indiqué ce qu'il avait à l'esprit  en nommant Idas. Mais on peut supposer sans risque qu'il voulait parler du plus célèbre porteur de ce nom, le fils de Aphareus et Arene.

    — Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 226 

       "   idas : nom emprunté à la mythologie grecque, Idas, héros messénien, cousin des Dioscures, s'éprit de Marpessa, fille d'Événos, que lui disputa Apollon. Zeus intervint et laissa Marpessa libre de choisir : elle préféra Idas. Celui-ci prit part, avec son frère Lyncée, à l'expédition des Argonautes. Ils entreprirent ensuite, avec Castor et Pollux, une expédition en Arcadie. Mais, au cours d'une dispute pour le butin, Castor et Lyncée furent tués, Idas fut foudroyé par Zeus."

    — Perrein et al. (2012) page 275:

         " Étymologie : D'Idas, héros messénien, habile chasseur de sangliers, qui participe à l'expédition des Argonautes aux cotés de Jason, enlève Marpessa aimèe d'Apollon sur un char ailé et se rend célèbre aussi par sa lutte avec ses cousins Castor et Pollux."


    — Arizzabalaga & al. 2013 :  

       Idas, germà de Linceu, un dels argonautes    

    Discussion.

          En 1758, dans la 10e édition du Systema Naturae , où les noms de rhopalocères obéissent à une logique très stricte déterminée par les Phalanges auxquels ils appartiennent, la dernière espèce de Papiliones, n° 192, porte le nom d'Idas. C'est, comme toutes les espèces de cette 6ème phalange des Barbari (les barbares, les étrangers), un espèce indienne (habitat in Indiis), dont la description (alis nigris concoloribus, etc.,) n'a rien à voir avec celle qui nous intéresse. Mais il est important de noter que les 26 Papilio Barbari avaient reçu le nom d'un des Argonautes, choisi parmi la liste donnés par différents auteurs de l'Antiquité. Parmi ceux-ci, Heller a montré que Linné avait fait appel à Hyginus. Idas  apparaît dans cinq des huit listes disponibles, dont celle de Hyginus. 

    Dans les Fabulae  de Hyginus, la liste se trouve au chapitre XIV Argonautae convocati. Après Jason, Orpheus, Asterion, Polyphemus, Ophiclus, etc., les vers 12 et 13 sont consacrés à Castor et Pollux, puis à Lynceus et Idas : 

          12  Castor et Pollux Iouis et Ledae Thestii filiae filii Lacedaemonii, alii Spartanos dicunt, uterque imberbis; his eodem quoque tempore stellae in capitibus ut uiderentur accidisse scribitur. Lynceus et Idas Apharei et Arenae Oebali filiae filii, Messenii ex Peloponneso. ex his Lynceus sub terra quaeque latentia uidisse dicitur, neque ulla caligine inhibebatur. 
          13  alii aiunt Lynceum noctu nullum uidisse. idem sub terra solitus cernere dictus est ideo quod aurifodinas norat; is cum descendebat et aurum subito ostendebat, ita rumor sublatus eum sub terra solitum uidere. item Idas acer, ferox.   

    "Castor et Pollux, fils de Jupiter et de Léda, fille de Thestius, Lacédémoniens; d'autres les appellent Spartiates, ils étaient tous les deux imberbes. Il est écrit que des étoiles étaient apparues en même temps sur leurs têtes comme s' ils avaient apparemment tombé là. Lyncée et Idas, fils de Aphareus et Arena, fille de Oebalus, Messéniens du Péloponnèse.

    Ils disent que de ceux-ci, que Lyncée pouvait voir ce qui était caché sous terre, et qu'il n'y était empêché par les ténèbres. D'autres disent Lyncée ne pouvait rien voir de nuit. Il a été dit qu'il voyait sous terre parce qu'il était habile à découvrir les mines d'or. Quand il est descendu et a été découvert l'or, les rumeurs se répandirent soudain qu'il pouvait voir sous la terre. De même, Idas était vigoureux et féroce."

    De même Apollonius de Rhodes I v.151-155 :

     "Les Apharétiades, Lyncée et le violent Idas, partirent d'Arène; ils étaient tous les deux sûrs d'eux-mêmes, et fiers de leur grande force, et Lyncée était doué d'yeux si perçants que, si la renommée est véridique, il pouvait porter facilement ses regards même à l'intérieur de la terre."  (P. Remacle)

    Le fait que le papilio Idas soit, dans la  10e édition, accompagné de 25 autres espèces qui correspondent aussi à des noms d'argonautes lève toute ambiguïté (cf. l'opinion de Hürter) sur l'identité de l'Idas tutélaire de cette espèce : elle porte bien le nom de l'argonaute Idas le Méssenien, frère de Lyncée, fils d'Apharée roi de Messénie et d'Arené. Les deux frères (en grec ancien Ἴδας καὶ Λυγκεύς / Ídas kaì Lugkeús) sont parfois désignés sous le nom d’Apharétides en référence à leur père. Lyncée était pilote du navire Argo lors de l'expédition des Argonautes. Ses yeux traversaient les murailles et pénétraient les nuages noirs du ciel (de là vient, par paronymie, l'expression d'« œil de lynx »). Ils participèrent à la fameuse chasse contre le sanglier de Calydon. Les deux frères aimaient deux sœurs auxquelles ils étaient fiancés, Hilaire et Phoebe les Leucippides, prêtresses d'Athéna et d'Artémis. Leurs cousins Castor et Pollux leur ravirent ces belles femmes.

     

     Idas et Lyncée moururent au cours du combat contre Castor et Pollux. Ceux-ci s'étaient emparés des troupeaux d'Idas et Lyncée. Mais Idas et Lyncée s'embusquèrent pour les guetter du haut du Taygète. Lyncée aperçut Castor à travers les branches d'un chêne, il le désigna à Idas qui tua Castor. Pollux se précipita à leurs trousses et tua Lyncée. Idas décocha une pierre sur Pollux qui mourut. Alors Zeus foudroya Idas et ramena Pollux avec lui. Marpessa fut l'épouse d'Idas, mais Apollon l'enleva et ils vécurent un temps ensemble. Idas la reconquit car Zeus demanda à Marpessa de choisir entre les deux soupirants. Marpessa eut d'Idas une fille nommée Cléopâtre. (Wikipédia) 

    Marpessa et Ida séparés d' Apollon par Zeus , attique à figures rouges Psykterca. 480 BC  Staatliche Antikensammlungen (Inv. 2417).

                                    300px-Rape_Marpessa_Staatliche_Antikensa

     En 1766-68, dans la 12e édition, toute la phalange VI des Barbari a disparu. Mais, comme nous allons le voir, Linné a récupéré le nom Idas en 1761 pour désigner une espèce de la phalange V, celles des Plebeji. Comme il y a tout lieu de présumer que Linné, en ré-attribuant le nom Idas, n'a pas changé l'identité du héros tutélaire, on peut affirmer que Plebejus idas doit son nom à l'argonaute  frère de Lyncée et cousin malheureux des Dioscures Castor et Pollux. Il voisine dans la liste des Plébéji rurales le Papilio argus. Bien que le nom de ce dernier soit généralement considéré comme venant d'Argos panoptes, un Géant aux cent yeux, son homonyme Argos fils de Polybe est un argonaute, qui construisit le navire de Jason avant d'en être l'un des pilotes. On peut dire que les deux Plebejus doivent leur nom à deux argonautes, Argus et Idas. 

    Laissons là nos considérations sur l'origine et le sens des noms propres, et intéressons-nous aux aléas complexes de la taxonomie :

     


                             Archéo-taxonomie de l'espèce.

    L'étude de ce nom doit maintenant être associée à d'autres, avec lesquels il est tissé selon des motifs compliqués, et notamment à celle du papilio argus de Linné, son frère jumeau en quelque sorte. On va voir que le savant suédois a eu quelques difficultés à s'y retrouver parmi les petits papillons mâles à ailes bleus et femelles à ailes brunes. 

     

    Placées dans l'ordre chronologique, nous avons les publications suivantes :

    • John Ray, 1710 Historia insectorum, page 131 n°12 .
    • Linné  Fauna suecica 1746  page 247 n°804 et 805.
    • Linné, Systema Naturae 1758 page 483 n° 152.

     

    Dans sa description de 1761, Linné témoigne d'une certaine confusion puisqu'il renvoie à deux espèces décrites en 1746, son "Argus fuscus" n°804 et son "Argus myops" n°805 (les deux noms étant encore des noms vernaculaires indiqués vulgo, sans les caractères d'un nom scientifique). C'est  le n° 804 qu'il associe à la description de John Ray. Si on part du Fauna suecica de 1746, et que l'on suit la modification des descriptions, nous avons :

    Ray n°11...Fn(1) n°803  Argus oculatus....SN 152 Argus =803+804 ...Fn(2)1074 Argus 

    Ray n°12...Fn(1) n°804 Argus fuscus ...SN 152 Argus =803+804...Fn(2) 1075 Idas =804+805

                   Fn(1) n°805 Argus myops .....SN 154 Rubi = 805+806 ...Fn(2) 1075 Idas =804+805    

                   Fn(1) n° 806 Argus caecus .....SN 154 Rubi = 805+806 .....Fn(2) Rubi n°806

                   Fn(1) n°807 Butyracea vulgo ..SN 161 Virgauraea =807+808 ...Fn(2) Phlaeas

                   Fn(1) n°808 Butyr. albo mac....SN 161 Virgauraea=807+808 ... FN(2) Virgauraea

     Difficile d'être clair, mais le papilio idas de 1761 résulte donc de la fusion des papillons Argus fuscus 804 et Argus myops 805 de 1746, alors que ces deux papillons avaient été intégrés dans les papilio Argus et Rubi de 1758...  

    Dans la douzième édition du Systema Naturae de 1766-68 page 789-790...patatras ! Argus et Idas sont désormais décrits sous le seul nom de Papilio Argus, avec la mention Femina est Idas, Idas est la forme femelle d'Argus ! C'est la quatrième redistribution des cartes en 20 ans.

                            Papilio-idas-Linne-SN12.png

     

    Retour à la zoonymie.

       Reprenons notre réflexion autrement. En 1746, lorsque Linné a créé ses tout premiers noms, il a donné à quatre papillons dont les ailes portent des d'ocelles (des "yeux") le nom du Géant Argos, celui qui voit tout (panoptes) grâce à ses cent yeux. Et il s'est amusé à décliner ce nom en Argus oculatus ou Argus ocellé (subtus ocellus numerosis "de nombreux yeux à la face inférieure), Argus fuscus ou Argus brun (  subtus ocellus numerosis , idem), Argus myops ou Argus qui cligne des yeux (myops vient du gr. μ υ ́ ω ψ, -ω ̃ π ο ς «qui cligne les yeux pour mieux voir», composé de μ υ ́ ω «fermer» et ω ψ «œil») (subtus punctis nigris quadraginta duobus : 42 points noirs à la face inférieure) et enfin Argus caecus ou Argus aveugle (subtus viridis immaculatis : "dessous vert sans tache, sans yeux"). 

    Mais ces variations amusantes doivent être abandonnées dès 1758, quand Linné se donne comme règle d'attribuer un nom en un seul mot. Il conserve donc le seul p. argus, (argus oculatus et fuscus) ajoute un diminutif argiolus et reporte sur papilio rubi ses noms d'argus myops et caecus.   Il est tentant de penser que Linné a placé en 1761 le nom Idas a à coté de celui d'Argus, c'est en pensant à ce thème des yeux et de la vision. Pourquoi n'a-t-il pas fait appel alors à Lyncée, le pilote à la vue de Linx ? Fabricius y pensa en 1787 et créa le Papilio plebejus linceus (Mantissa page 69). Drury créa (pour un Nymphalidae) un papilio lynceus. Je l'ignore, mais, tout en préférant reprendre le nom Idas, sans-doute a-t-il délibérément vu que Argus et Idas étaient tout deux à bord du navire Argo. 

    Abusons de la bienveillance du lecteur pour remarquer que le zoonyme Idas est issu à l'origine en 1758 d'une attribution arbitraire, sans souci de corrélation entre le nom d'un argonaute tiré d'une liste, et l'espèce animale qui le reçoit. Il en va tout autrement du nom Argus, qui a été créé 12 ans auparavant à une époque où Linné n'avait pas encore conçu cette séparation entre dénomination et description, et concevait des noms qui se rapportaient par leur sens aux espèces désignées. Ces deux courants majeurs de la Zoonymie, dénomination arbitraire et dénomination qualificative, se rejoignent donc ici puisque, en 1761, Linné en rapprochant Idas d'Argus, confère au nom Idas une intention descriptive qu'il n'avait pas au départ.

     

    Encore un peu de taxonomie.

    —a)  Denis & Schiffermüller 1775 Ankündung Syst. page 184 n° N14 :

    14 : Stechginsterraupe (genista germanicae) : Stechginterfalter –– P. Argus. L. (fem. P. Idas. )

    15 : Geißkleefraupe (cythisa austriaci etc) : Geißkleefalter —P. Aegon

    N.b : Stechginster = Ulex europaeus  (Ajonc) / Geißklee = Cytisus (Genêt) 

    L'ouvrage de Denis & Schiff. est cité par les entomologistes sous le nom de Wiener verzeichniss (Catalogue Viennois), Wien. Verz.


    —b)  Bergsträsser 1779 Nomenclatur und Beschreibung der Insecten in der Graffschaft Hanau-Münzenberg wie auch der Wetterau und der angränzenden Nachbarschaft dies und jenseits des Mains mit erleuchteten Kupfern herausgegeben von Joh. Andr. Benignus Bergsträßer (...). Zweiter Jahrgang. - pp. 1-79. Hanau. (Stürner). page 76 : Argyrognomon.


     

    —c)  W. F. Kirby 1871  Syn. Cat. Diurn. Lep. page 357 crée les équations suivantes :

    • Argus Wien. Verz. = argyrognomon Bergst.
    • Aegon Wien. Verz = Argus Linn.(♀Idas) 

    —d) Oberthür dans ses Études de Lépidoptérologie comparée page 172 refuse les équations de Kirby reprises par Staudinger et Rebel. 

    — e) Chapman 1917 découvre une "nouvelle" espèce qu'il nomme Plebejus aegus in Oberthür 1917 Etud. lep. comp.. 14:41-57 Pl. 

    — f) Beuret 1935 : argyrognomon = P. aegus

    Cette succession d'événements, et beaucoup d'autres encore, conduisent à une impasse taxonomique 

    La Décision de l'ICZN en 1948.

       Revenons au  papillon indien que Linné avait baptisé Papilio idas en 1758. Conformément aux lois qui régissent la Nomenclature, ce nom "Papilio idas Linnaeus, 1758" d'un Hespéride oriental, nom  qui ne servait jamais car aucun spécialiste n'était jamais parvenu à définir à quoi il pouvait bien correspondre, était, du fait de son antériorité, seul valide et interdisait l'usage du "Papilio idas Linnaueus, 1761". De ce fait, l'espèce que nous nommons aujourd'hui Plebejus idas était désigné en employant par confusion le nom de argyrognomon Bergsträsser, [1779], notre actuel Azuré des Coronilles. Jusqu'à ce qu'en 1936 l'éminent entomologiste suisse Henri Beuret ne s'en préoccupe et confie ce souci à Arthur Francis Hemming, le secrétaire de l'ICZN ou Commission Internationale de Nomenclature Zoologique de 1937 à 1958.

    La mauvaise identification de trois espèces proches avait conduit à une telle " inextricable confusion" qu'il fut décidé par séance plénière de l'ICZN dans son Opinion 269 de janvier 1954 que

    •  Le nom de  idas Linnaeus 1758 (celui de l'espèce indienne) était supprimée.
    • Le nom idas Linnaeus, 1761 était considéré comme valide.
    • Ce nom idas  serait appliqué à l'espèce (sous-espèce monotypique décrite par Linné selon le spécimen récolté en Suède) dont les genitalia mâles  étaient donnés en illustration par Chapman dans la figure 7 de la Planche III du Volume 14 des Études de lépidoptérologie comparée d'Oberthür.
    • Le nom argyrognomon Bergstrasser [1779] serait réservé à l'espèce dont les genitalia mâles étaient donnés en photographie par Chapman dans la figure 23 de la même Planche.
    • Le nom argus Linnaeus, 1758 serait réservé à l'espèce définié par les genitalia mâles  donnés en photographie par Chapman 1909 dans la figure 1 de la Planche XX du Volume 3 du Natural History of the Bristish Butterflies de Tutt.

     



     

     L'identification de la chenille et de la plante-hôte. 

    On se méfiera de prendre pour argent comptant les noms vernaculaires d'Azuré de l'Ajonc et d'Azuré du Genêt laissant croire que Plebejus argus pond sur l'Ajonc et non sur le Genêt, et inversement pour Plebejus Idas.  En début 2014, les précisions sur les plantes hôtes attestées étaient encore insuffisantes, et faisaient l'objet d'études.  En Loire-Atlantique (Perrein et al. 2010), l'ajonc nain (Ulex minor) et la bruyère cendrée (Erica cinerea) sont attestées. En Bretagne, dans le cadre d'une prospection organisée par Donovan Maillard, des ponte ont été documentée  pour Plebejus idas armoricana en juin 2014 sur l'Ajonc d'Europe (Ulex major ou U. europaeus), en juillet sur l'Ajonc nain Ulex minor, et deux chenilles (stade 4) ont été observées en août sur le Genêt à balais  Cytisus scoparius,  poussant dans un dôme de Formica pratensis

    Plebejus idas armoricana

    cette espèce vole en deux générations de fin mai à début septembre,  dans des landes sèches à Ulex gallii et Erica cinerea où la végétation est plus haute que celle où vole P. argus, ce qui pourrait être conditionné par les besoins de sa fourmi symbionte Formica pratensis qui produit des fourmilières en dômes, mesurant quelques dizaines de centimètres au dessus du sol, et dont l' essaimage s'étend de mai à août.

    Bien plus rare que P. argus, et recensé de manière fiable sur seulement 8 sites du Morbihan et de l’Ille-et-Vilaine ainsi que sur quelques landes littorales du Finistère, l’Azuré du Genêt peut être qualifié d’espèce patrimoniale en Bretagne, en déclin (Donovan Maillard, 2014).

     

     

     

     

     

                  II. Noms vernaculaires.


     

     

    I. Les Noms français. 

     

    1. L'Argus brun et l'Argus myope, Geoffroy, 1762.

      Étienne Louis Geoffroy Histoire abrégée des Insectes qui se trouvent aux environs de Paris, page 63 et 64 n° 32 et 33.

    • N° 32 Argus brun = argus fuscus Fn(1) Linné n°804  = Ray n°12
    • N° 33 Argus Myope = argus myops Fn(1) Linné n°805.

    Si on reprend la genèse de la description du papilio idas par Linné, telle que je l'ai présentée plus haut, il est parfaitement logique de donner ces deux noms vernaculaires de Geoffroy comme les premiers noms français de cette espèce. En 1762, Geoffroy ne disposait pas de la 12e édition SN(2) de Linné, et les références qu'il donne sont celles de la Fauna suecica de 1746, complété pour l'Argus brun du n°12 de John Ray associé à l'Insecten Belustigung de Roesel.

     Sur le plan de la création des noms, il se contente de donner une forme française à l'Argus fuscus et à l'Argus myops du savant suédois.

    Je rappelle le schéma suivi par Linné entre 1746 et 1761 :

     Ray n°12...Fn(1) n°804 Argus fuscus ...SN 152 Argus =803+804...Fn(2) 1075 Idas =804+805

     

                   Fn(1) n°805 Argus myops .....SN 154 Rubi = 805+806 ...Fn(2) 1075 Idas =804+805  

    Mais, dans la même fidélité à l'esprit de la Fauna suecica, il avait donné le nom générique d'ARGUS au troisième groupe de sa seconde famille des "Papillons à six pieds" (les hexapus de Linné).  Huit espèces figurent dans ce groupe, dont cinq portent le nom d'argus : Argus bleu, brun, myope, vert et Demi-argus.

    S'il ne rentre pas dans mes compétences de dire si les papillons décrits par Geoffroy correspondent bien à notre Plebejus idas (alors qu'aujourd'hui seule la recherche de l'absence de l'épine tibiale ou l'examen des genitalia permet un réel diagnostic), il paraît bien établi qu'en matière de zoonymie l'Argus brun et l'Argus myope de Geoffroy sont les premiers noms vernaculaires français de cette espèce. Pourtant, ils ne sont pas mentionnés comme tels par Latreille et par Godart, pourtant fort attentifs à ces ascendances. Si la filiation, comme je viens de le montrer, est exacte sur le plan des noms, elle va être ensuite âprement discutée sur le plan des déterminations entomologiques.

    Dés 1803, Olivier et Latreille redistribuent les cartes (Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle vol. 17) et considèrent l'Argus Brun comme la femelle de l'Argus Bleu, le couple devenant le "Polyommate Alexis" de Godart 1821 avant de devenir notre Polyommatus icarus. L'Argus myope devient une espèce propre, leur "Papillon Argus myope" de leur genre Argus assimilé à l'Hesperia Xanthe et à l'Hesperia Gabbas de Fabricius, qui sera le "Polyommate Xanthé" de Godart 1821, puis notre Heodes tityrus


     2. Argus myope Engramelle, 1779

     Engramelle (R.P. Jacques Louis Florentin), 1779, Papillons d'Europe peints d'après nature par M. Ernst  page 184 n°189.

    Si nous suivons le fil des références, Engramelle décrit sous le nom d'Argus myope l'Argus myops du Fauna suecica n°805 de Linné et l'Argus myope n° 32 de Geoffroy. La filiation zoonymique est donc respectée.

    Par contre, le nom d'Argus brun n'est pas repris par Engramelle qui considère que Linné et Esper se sont trompés en affirmant que les mâles d'Argus sont bleus et les femelles brunes. C'est, selon lui, le contraire (il sera démenti par Latreille en 1803). Pour lui, le n° 30 Argus bleu de Geoffroy et l'Argus brun n°32 sont les deux formes sexuées de son Argus bleu (l'argus brun étant le mâle).  

     


    3. Polyommate argus Latreille et Godart 1819

    Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 684 n°212 .

    Les auteurs considèrent, conformément à Linné dans sa 12e édition du Systema Naturae,  le Papilio argus de Linné comme le mâle et P. idas comme la femelle.

    Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses.

    Latreille avait crée en 1804 le genre des Polyommates ("à plusieurs yeux", un équivalent d'Argus), défini par "des palpes inférieurs de longueur moyenne, ou courts". (Considérations générales sur l'ordre des insectes p. 355).

     

     

     

    4. Le Polyommate argus , Godart 1821,

          Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1821/1823, page 215 n°78  planche 11 fig.1 (femelle) et pl. 11tert. fig.4 (mâle) peinte par Vauthier et gravée par Lanvin  . 

     Là encore, je suis le fil des références données (le papilio argus de Linné) plutôt que celui de l'exactitude des descriptions et des figures. Notamment, la figure 4 montre bien l'absence de point noir dans la cellule de l'aile antérieure, mais ne représente ni la bande blanche au dessus des lunules oranges, ni les pupilles bleu-vert des ocelles, caractéristiques des Plebejus.


          n302_w358

    13903

    Source image :http://raf.dessins.free.fr/2bgal/blog.php?id_img=13902                    13902

     

     Ce nom a été repris  par Hippolyte Lucas (1834) .

     

     

    5. Polyommate argus, La Chenille (Duponchel, 1849).

    P.A.J. Duponchel, 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles page 71 n°22  planche VI fig. 22 a-b  par Dumenil fig. 

     

            "Cette chenille vit sur le mélilot officinal (melilotus, officinalis) le genêt allemand (genista germanica), le Genêt à balais (Genista scoparia), le sainfoin (Hedysarum onobrychis) et autres légumineuses."


                       n88_w330             

          

     

     

    6. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986.

           Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet propose comme nom principal pour Plebejus idas "L'Azuré du Genêt", citant pour les réfuter "L'Azuré sagitté" cité par le suisse Raphy Rappaz en 1979, "l'Argus bleu-violet" et "l'Idas" cité par David Carter en 1984. Ces trois noms attirent les commentaires suivants de l'auteur :

    "Les noms d'Argus sagitté" et d'Argus fléché" créés par Rappaz respectivement pour Plebejus idas et P. argyrognomon m'apparaissent sémantiquement trop apparentés pour exprimer une quelconque différence entre les deux espèces, et se révèlent de ce fait peu appropriés. Il convient d'en éviter l'emploi".

    "L'emploi du nom "Argus bleu-violet "doit être prohibé, car il désigne selon les auteurs tantôt Glaucopsyche alexis, tantôt Plebejus argus, tantôt Plebejus idas."


     

     

    7. Noms vernaculaires contemporains :

     

      Les confusions taxonomiques propres au XIX et première moitié du XXe siècle limitent peut-être l'intérêt d'apprendre que Charles Oberthür et Constant Houlbert , dans leur Faune armoricaine de 1912-1921, utilisent le nom scientifique de Lycaena armoricana Oberthür avec le nom vernaculaire de "l'Argus armoricain" et celui de Lycaena Aegon W.V [Denis & Schiffermüller] avec le nom de "l'Argus Bleu".

    —Bellmann / Luquet 2008 : non cité.

    — Chinery / Luquet 2012  : non cité

    — Doux & Gibeaux 2007 : "L'Azuré du Genêt".

    — Lafranchis, 2000 : "L'Azuré du genêt" .

    — Perrein et al., 2012 : "Azuré du Genêt".

    — Tolman & Lewington / P. Leraut 2009 : "".

    — Wikipédia : "L'Azuré du genêt ou Moyen argus ou Bleu nordique ou Argus sagitté ou Idas".

     

     

           

    III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

     

    • "Blavet de muntanya" en catalan. Blavets : Pel color.  Blavet de muntanya : Perquè està distribuïda per la zona pirinenca  
    • "Idas Blue" en anglais
    • "Žaliaakis melsvys" en lituanien
    • "Modráčik severský" en slovaque
    • " Голубянка идас" en russe
    • "Modrásek obecný" en tchèque
    • "Niña Esmaltada" en espagnol
    • "Északi boglárka" en hongrois
    • "Idin plavac" en serbe
    • "Foranderlig blåfugl" en danois
    • "Moyen argus" en français
    • "Vals heideblauwtje" en néerlandais
    • "Ketosinisiipi" en finnois
    • "Idas-Bläuling" en allemand
    • "Idas" en italien
    • "Idasblåvinge" en norvégien
    • "Hedblåvinge" en suédois
    • "Mesika-sinitiib" en estonien
    • "Lielais viršu zilenītis" en letton
    • "Modraszek idas" en polonais
    • "İdasmavisi |Esmergöz" en turc

     

     

     

    Langues celtiques  : 

    1. langues gaéliques :  irlandais (gaeilge) ; écossais (Gàidhlig ) ; mannois ( gaelg :île de Man).

    •  en irlandais

    •  en mannois.
    • "" en gaélique écossais*

    2. Langues brittoniques : breton (brezhoneg) ; cornique (kernevek); gallois (Welshcymraeg).

    •  pas de nom en breton ; 

    • "  " en gallois.

     *Liste des noms gaéliques écossais pour les plantes, les animaux et les champignons. Compilé par Emily Edwards, Agente des communications gaélique, à partir de diverses sources.   http://www.nhm.ac.uk/research-curation/scientific-resources/biodiversity/uk-biodiversity/uk-species/checklists/NHMSYS0020791186/version1.html

     Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR


     

     

                 Bibliographie, liens et Sources.


    — MAILLARD (Donovan) 2014  "Synthèse des connaissances relatives aux deux espèces Plebejus argus et Plebejus idas en Bretagne".Stage de Master 2 70 pp. En ligne

    http://www.bretagne-vivante.org/images/stories/expertises/atlas/lepidoptere/les%20plebejus%20de%20bretagne%20-%202014.pdf

     

    — Funet :   plebejus

    — Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : plebejus idas

    — UK Butterflies : espèce non décrite.

    — lepiforum : plebejus idas

     

          Bibliographie générale des Zoonymies :   Zoonymie des Rhopalocères : bibliographie.

                  

    Repost 0
    Published by jean-yves cordier
    commenter cet article

    Présentation

    • : Le blog de jean-yves cordier
    • Le blog de jean-yves cordier
    • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
    • Contact

    Profil

    • jean-yves cordier
    • &quot;Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure&quot; Guillevic, Théraqué.  &quot;Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)&quot; (Rabelais )&quot;prends les sentiers&quot;. Pytha
    • &quot;Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure&quot; Guillevic, Théraqué. &quot;Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)&quot; (Rabelais )&quot;prends les sentiers&quot;. Pytha

    Recherche