Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 14:29

Les trois Vierges couchées de Bretagne.

 

 

 

Voir aussi : 

A. LES VIERGES COUCHÉES. 7 articles.

 

http://www.lavieb-aile.com/article-les-vierges-couchees-de-bretagne-2-chapelle-du-yaudet-a-ploulec-h-105555217.html

http://www.lavieb-aile.com/article-vierges-couchees-3-chapelle-de-kergrist-a-paimpol-105604068.html

http://www.lavieb-aile.com/article-vierge-couchee-calvaire-de-tronoen-a-saint-jean-trolimon-29-110465874.html

http://www.lavieb-aile.com/article-la-vierge-couchee-dans-les-nativites-des-livres-d-heures-113263711.html

http://www.lavieb-aile.com/article-vierges-couchees-la-cathedrale-de-chartres-112103311.html

http://www.lavieb-aile.com/2016/06/les-deux-vierges-couchees-de-la-cathedrale-de-fribourg-allemagne.html

.

B. LES VIERGES ALLAITANTES. 12 articles.

http://www.lavieb-aile.com/article-virgo-lactens-ou-miss-nene-5-candidates-du-finistere-les-vierges-allaitantes-96615012.html

.

C. GROUPE DE SAINTE ANNE TRINITAIRE. 

Groupes dits de Sainte-Anne Trinitaire : l'ensemble de la vallée de l'Aulne

http://www.lavieb-aile.com/article-anne-trinitaire-de-la-vallee-de-l-aulne-102034812.html

Anne trinitaire de l'église de Guimaëc.

Anne trinitaire de l'église de Plougasnou.

Sainte-Anne trinitaire du Musée départemental de Quimper.

L'église du Vieux Bourg à Lothey : Anne trinitaire.

La chapelle Sainte-Anne à Daoulas.

Anne trinitaire de la cathédrale de Burgos

http://www.lavieb-aile.com/article-sainte-anne-trinitaire-de-burgos-118711405.html

 

.

.

 

 

I. Chapelle N.D du Guiaudet à Lanrivain (22).

Début XVIIIe ?   Vierges couchées de Bretagne (1) : Chapelle Notre-Dame-du-Guiaudet à Lanrivain

Caractéristiques :

  • Vierge allaitante + enfant
  • Anne et Joachim dans les niches latérales
  • Autres références à sainte Anne (bannière)
  • Triangle trinitaire au lieu de l'Esprit-Saint
  • Absence de Joseph (statue perdue ?)
  • Culte des femmes enceintes et parturientes.

​.

vierge 3614c

 

.

 

II. Chapelle du Yaudet à Ploulec'h (22).

Fin XVIIe ?

Les Vierges couchées de Bretagne (2) : Chapelle du Yaudet à Ploulec'h.

      Caractéristiques :

  • Vierge + enfant + Joseph + Esprit-Saint
  • Anne et Joachim dans les niches latérales
  • Autres référence à sainte Anne dans la chapelle (Bannière, cantique, ...)

 

 

 

vierge 3668c

.

III. Chapelle de Kergrist à Paimpol (22),  N.D. du Yaudet. 

XVIIIe ?

Vierges couchées (3) : chapelle de Kergrist à Paimpol.

Caractéristiques :

  • Vierge en posture d'allaitement + Enfant + Joseph.
  • Anne et Joachim absent, mais le retable a été déplacé de sa position initiale

.

kergrist-plounez-paimpol 3728c

.

IV. Commentaires.

1. Iconographie : les Vierges en gésine : 

  La Vierge Marie a été représentée de diverses façons dans son rôle de mère : pendant la grossesse, lors de la Nativité, allaitant,  présentant l'enfant, etc... J'ai présenté partiellement l'iconographie en Bretagne de la Vierge donnant le sein à son Fils dans une série d'articles :  Virgo lactans ou miss Néné ? Les candidates du Finistère. Les Vierges allaitantes., et l'iconographie bretonne du groupe familial Anne+Marie+ Jésus ici : 

Groupes de Sainte-Anne Trinitaire de la vallée de l'Aulne.

   Mais une autre représentation associe la scène de l'allaitement avec la représentation de la Vierge dans les tout premiers jours qui suivent l'accouchement, période du post-partum ou du retour de couche. Louis Réau, auteur d'un recensement exhaustif de l'art chrétien français (Iconographie de l'art chrétien, Presses Universitaires de France 1955) , désigne cette représentation sous le titre de "Vierge en gésine sur son lit d'accouchée" ou "Maria im Wochenbett". Cette désignation a le mérite d'être plus claire que celle de "Vierge couchée" qui est pourtant en usage en Bretagne, le qualificatif "couchée" ne désignant pas explicitement l'état de la femme "accouchée", "en couche", ou en gésine. Rappelons d'une part qu'une femme doit rester alitée pendant les premiers jours qui suivent l'accouchement en attendant le retour de couches, et d'autre part que selon la loi mosaïque, une femme juive après avoir enfanté d'un fils devait respecter une période de quarante jours au terme de laquelle elle se rendait au temple pour se purifier. Cela est à l'origine de la fête de la Présentation de Marie au Temple, fêtée le 21 novembre. 

   Ce motif a été couramment figuré pendant tout le Moyen-Âge, montrant Marie dans un lit d'osier et allaitant l'enfant, alors qu'accessoirement Joseph est assis au pied du lit. Les "Vierges en gésine" sont donc aussi parfois des Vierges au sein ou Vierges au lait. Ce thème relève d'un influence syrienne où, classiquement, la Vierge allongée semble épuisée, est entourée de deux sages-femmes qui lavent l'enfant, alors qu'à partir du XIVe siècle, notamment à la suite des Révélations de sainte Brigitte, on représente Marie et Joseph à genoux en adoration devant l'Enfant-Jésus placé sur de la paille entre eux deux, plaçant l'accent sur Jésus et non plus sur la Vierge.

Exemples de sculptures (et quelques vitraux fresques, enluminures et tapisseries) dans le désordre qui m'est cher:

  • Poitiers, Notre-Dame La Grande, façade, XIIe
  • Notre-Dame de Paris, portail droit, Nativité, XII-XIIIe
  • Chartres, cathédrale Notre-Dame, portail nord, Vierge de Nativité 1230/1260 link et vitrail de 1218 link
  • La Charité-sur-Loire, Prieuré, tympan, 1060.link  
  • Vezelay, Basilique Sainte-Madeleine,portail sud, 1145-1150 link
  • Laon, portail nord link
  • Reims, cathédrale Notre-Dame, XIIIe, vitrail
  • Maisoncelles-en-Brie, église Saint-Sulpice, retable, pierre, XIIIe
  • Dijon, Nativité, Musée archéologique de Dijon link
  • Pays-Bas méridionaux, Livre d'heure, enluminure par les maîtres de Guillebert de Mets, entre 1409 et 1419, Bnf link
  • Mouthiers-Vieillard de Poligny Église
  • Strasbourg, cathédrale, tapisserie de la Nativité v. 1639 link
  • Vesdun (Cher), Église de Saint-Cyr fresques du XII et XIIIe
  • Brioude, Auvergne Basilique Saint-Julien (dite Vierge parturiente) Vierge en gésine, XVe
  • Aigueperse en Auvergne, église 
  • Vignory en Champagne
  • Metz, église Saint-Martin, Nativité sur épitaphe en pierre, Vierge allaitante, XVe,  link
  • Une très belle collection iconographique est disponible sur la thèse suivante : Ikonografieder Mutterschaftsmystik, Brigitte Eleonore Zierhut-Boesch, 2007, Université de Vienne, en ligne ici : http://othes.univie.ac.at/407/2/Mutterschaftsmystik_nach_Korrektur.pdf avec quinze exemples de sculptures.

Le livre de Serge Laruë de Charlus La Nativité, les Vierges allongées, Ed. Les dossiers d'Aquitaine,2011 vient compléter la liste des sculptures: 

  • Bourg-Artensal tympan roman de l'église
  • Cathédrale Saint-Caprais d'Agen, chapiteau
  • Musée des Arts décoratifs de Paris, bas-relief d'albâtre du XIVe, et fragment de retable de bois polychrome du XIVe
  • Musée de Cluny à Paris, fragment de retable en albâtre, XVe
  • Musée Dell' Opera Del Duomo, Florence, Nativité, 1296-1298
  • Portail abbaye de Moissac, 
  • Lauzerte, église Saint-Barthélémy, retable du XVIIe, bois doré

Le même auteur donne également six exemples de fresques et de peintures : parmi celles-ci, une Nativité duXIVe siècle  de Melchior Broederlam à Anvers (Musée Mayer Van Den Bergh), et une Nativité de Guido da Siena consérvée au Louvre.

 Poitiers, Notre-Dame la Grande, XIIe, http://web.me.com/joel.jalladeau/images/page1/page1.html

La Charité-sur-Loire http://revue.shakti.pagesperso-orange.fr/charloir.htm

.

 

2. La tradition chrétienne sur la maternité de Marie.

   a) Les évangiles eux-mêmes ne sont guère diserts sur la naissance du Christ. Matthieu se contente d'écrire " Joseph ne la connut pas jusqu'au jour où elle enfanta un fils et il l'appela du nom de Jésus". Luc (2,7) est à peine plus prolixe en écrivant " Elle enfanta son fils premier-né, l'enveloppa de langes et le coucha dans une crèche car ils manquaient de place dans la salle."

  b) les textes apocryphes et les Pères de l'Église.

Cette concision posa problème lorsqu'il fallut à la fois répondre à la curiosité des fidèles sur la maternité virginale, et trouver une cohérence dans le débat sur la double nature du Christ ; lorsqu'il fallut aussi mettre en scène les textes évangéliques, sur les tréteaux des théâtres médiévaux ou sur les chapiteaux et tympan des églises. On fit alors appel aux textes apocryphes. Ce fut d'abord le Protévangile de Jacques (écrit en grec au milieu ou fin du IIe) puis l'évangile de l'enfance du Pseudo-Matthieu, compilation en latin du Protévangile de Jacques élaboré au V-VIe siècle, et enfin au IXe siècle Le Livre de la Nativité de Marie De Natiuitate Mariae de Paschase Radbert. Si ces textes apocryphes, bien accueillis dans le monde byzantin, rencontrèrent plus de réticence en Occident, c'est à eux que nous devons l'âne et le boeuf dans la crèche ainsi que l'épisode de "Marie et les deux sages-femmes".

    Ce dernier épisode aborde le point problématique de la virginité de Marie . Celle-ci, bien différente de l'Immaculèe Conception qui affirme que Marie a été préservée du péché originel, peut être abordée comme Conception virginale ( la conception de Jésus se déroulant en l'absence d'acte sexuel, comme le précise Matthieu dans la citation déjà évoquée), ou bien comme Naissance virginale ( l'Enfant sortant miraculeusement du ventre maternel sans passer par la filière génitale, ou en en préservant l'intégrité). Comme les docteurs de l'Église l' affirmèrent dogmatiquement, il s'agit d'une virginité  ante partum, in partu et post partum. A cette virginité organique vient s'ajouter le fait que, selon les théologiens, Marie avait fait le voeu  de sa virginité en se consacrant à Dieu avant que ne survienne l'Annonciation. Comme l'écrivait saint Bernard (Sermon à la louange de la Vierge), " La Vierge reçut le don de la virginité [...], vierge de corps, vierge d'esprit, vierge aussi par décision et engagement".

  Dans  les textes apocryphes, c'est Anne elle-même qui voue sa fille au service divin ; dans le Protévangile, Anne prend cette décision lorsqu'un ange lui annonce qu'elle sera enceinte après 20 ans de stérilité, disant "Que ce soit un garçon ou une fille que j'engendre, je l'offrirai au Seigneur, et il passera toute sa vie au service divin", et dans le  Pseudo-Matthieu, elle déclare s'être engagée dès le début de son mariage à confier son enfant au Temple. Effectivement, Marie sera placée à six mois dans un sanctuaire créé à cet effet dans la maison paternelle, puis conduite au Temple à trois ans, après avoir été sevrée, "pour qu'elle habitât avec les vierges qui passaient le jour et la nuit à louer Dieu". Rappelons que son père Joachim avait été chassé lui-même du Temple par les prêtres qui lui reprochaient la stérilité de son couple, preuve du désaveu de Dieu.

  La conception virginale de Marie par Anne, sans relation sexuelle avec Joachim, est clairement précisée par les textes apocryphes, préalable de la conception virginale de Jésus par Marie. Le baiser échangé entre les époux sous la Porte d'Or est lui-même postèrieur à la conception, survenue plus de trente jours auparavant.

   Dans le Pseudo-Matthieu, on relate que le prêtre Abiathar souhaite  réclame Marie  comme épouse pour son fils, mais que celle-ci refuse, déclarant "j'ai résolu dans mon coeur de ne jamais connaître d'hommes".

  A douze ans, elle ne peut rester plus longtemps au Temple, qui serait souillé par la présence d'une jeune fille réglée, et on recherche un veuf à qui la confier : les prêtres convoquent tous les veufs qui remettent chacun au grand-prêtre une baguette. Lorsque Zacharie rend à Joseph sa baguette, une colombe en sort pour se poser sur son épaule : Dieu l'a désigné pour accueillir Marie. Joseph s'offusque, il est trop vieux, elle a l'age de ses petits-enfants ! Mais il doit se plier au choix divin et accueillir Marie chez lui. Elle y  est chargée de tisser avec cinq autres filles  un voile pour le Temple ; et c'est à elle qu'échoit le fil de pourpre et d'écarlate

  On voit combien les problèmes de stérilité/fécondité et de virginité-pureté/nubilité/mariage sont au coeur de ces textes, qui donnent toutes les précisions nécessaires à combattre les propos malveillants des adversaires de la religion chrétienne qui considèrent que Jésus est le fils que Marie a eu de Joseph.

  Lorsque Marie devient enceinte après la visite de l'ange de l'Annonciation, et que Joseph, après neuf mois d'absence sur un chantier à Capharnaüm, s'en aperçoit, le récit détaille là encore comment on s'assura que ni Joseph ni la Vierge n'avaient fauté, par l'épreuve de l'eau qu'il faut boire en faisant sept fois le tour de l'autel : aucune marque n'apparait sur leur visage après cette épreuve, ce qui atteste de leur innocence. Et Marie renouvelle alors, devant la foule encore septique, son voeu de virginité.

  

  Je ne résiste pas à citer ici in extenso les chapitres XVIII à XX du Protévangile de Jacques (trad. d'après G. Brumet), tant j'en aime le texte : 

     Chap. XVIII.  Et trouvant en cet endroit une caverne, il y fit entrer Marie, et il laissa son fils pour la garder, et il s'en alla à Bethléem chercher une sage-femme. Et lorsqu'il était en marche, il vit le pôle que le ciel s'étaient arrêtés, que l'air était obscurci, et les oiseaux étaient arrêtés au milieu de leur vol. En regardant à terre, il vit une marmite pleine de viande préparée, et des ouvriers qui étaient couchés et dont les mains étaient dans les marmites. Et, au moment de manger, ils ne mangeaient pas, et ceux qui étendaient la main, ils ne prenaient rien, et ceux qui voulaient porter quelque chose à leur bouche n'y portaient rien, et tous tenaient leurs regards tournés vers le haut. Et les brebis étaient dispersées, qui ne marchaient point mais demeuraient immobiles. Et le pasteur, élevant la main pour les frapper de son bâton, sa main restait sans s'abaisser. Et regardant du coté du fleuve, il vit des boucs dont la bouche touchait l'eau, mais qui ne buvaient pas, car toutes choses étaient en ce moment détournées de leur cours.

     Chap. XIX.  Et voici qu'une femme descendant des montagnes lui dit : "Je te demande où tu vas". Et Joseph répondit : "Je cherche une sage-femme de la race des Hébreux." Et elle lui dit : "  Es-tu de la race d'Israël ? " Et il répondit que oui. Elle dit alors : " Et quelle est cette femme qui enfante dans cette caverne ? " Et  il répondit : " C'est celle qui est ma fiancée." Et elle dit :" Elle n'est pas ton épouse ? " Et Joseph dit : "Ce n'est pas mon épouse, mais c'est Marie qui a été élevée dans le temple du Seigneur, et qui a conçu du Saint-Esprit." Et la sage-femme lui dit : " Est-ce que c'est véritable ? Et il dit : "Viens le voir." Et la sage-femme alla avec lui. Et elle s'arréta quand elle fut devant la caverne. Voilà qu'une nuée lumineuse couvrait cette caverne, et la sage-femme dit : "Est-ce que c'est véritable?" Et il dit : "Viens le voir." Et la sage-femme alla avec lui. Et elle s'arréta quand elle fut devant la caverne. Voici qu'une nuée lumineuse couvrait cette caverne. Et la sage-femme dit :" Mon âme a été glorifiée aujourd'hui, car mes yeux ont vu des merveilles." Et tout d'un coup la caverne fut remplie d'une clarté si vive que l'oeil ne pouvait la contempler, et quand cette lumière se fut peu à peu dissipée, l'on vit l'enfant. Sa mère Marie lui donnait le sein. Et la sage-femme s'écria : "Ce jour est grand pour moi, car j'ai vu un grand spectacle." Et elle sortit de la caverne et Salomé fut au devant d'elle. Et la sage-femme dit à Salomé : "J'ai de grandes merveilles à te raconter ; une vierge a engendré, et elle reste vierge." Et Salomé dit : "Vive le Seigneur mon Dieu ; si je ne m'en assure pas moi-même, je ne croirai pas"

     Chap. XX. Et la sage-femme, rentrant dans la caverne, dit à Marie : "Couche-toi, car un grand combat t'est réservé." Et Salomé l'ayant touchée, sortit en disant : "malheur à moi, perfide et impie, car j'ai tenté le Dieu vivant. Et ma main brûlée d'un feu dévorant tombe et se sépare de mon bras." Et elle fléchit les genoux devant Dieu et elle dit : " Dieu de nos pères, souviens-toi de moi, car je sui de la race d'Abraham, d'Isaac et de Jacob.. Et ne me  confonds pas devant les enfants d'Israël, mais rends-moi à mes parents. Tu sais, Seigneur, qu'en ton nom j'accomplissais toutes mes cures et guérisons, et c'est de toi que je recevais une récompense." Et l'ange du Seigneur lui apparut et lui dit : " Salomé, Salomé, le Seigneur t'a entendue ; tends la main à l'enfant et porte -le. Il sera pour toi le salut et la joie." Et Salomé s'approcha de l'enfant et elle le porta dans ses bras en disant : "Je t'adorerai, car un grand roi est né en Israël." Et elle fut aussitôt guérie, et elle sortit de la caverne justifiée. Et une voix se fit entendre près d'elle, qui lui dit : " N'annonce pas les merveilles que tu as vues, jusqu'à ce que l'enfant soit entré à Jérusalem."

   A ce récit du Protévangile, le Pseudo-Matthieu ajoute :

  • le prénom de la première sage-femme, Zahel (ou Zélomi), 
  • le fait que Zahel procède d'abord à un examen gynécologique par lequel elle s'assure de la virginité organique de Marie avant de s'écrier : "Seigneur, grand pitié ! Jamais on n'a entendu ni même soupconné que des seins soient remplis de lait alors que le fils qui vient de naître manifeste la virginité de sa mère. Ce nouveau-né n'a connu nulle souillure de sang, l'accouchée n'a éprouvé nulle douleur. La vierge a enfanté et après l'enfantement continue à être vierge".

  L'absence de douleurs est un élément important puisque c'est après avoir commis le péché originel que Éve entendit la sentence de Dieu : "J'augmenterai les souffrances de tes grossesses, tu enfanteras dans la douleur".  Cet accouchement sans douleur, signifié dans les sculptures par le visage serein et détendu voire souriant de la Vierge, témoigne que Marie, Nouvelle Éve, est exempte du péché originel. Ce pouvoir de triompher de la malédiction des douleurs de l'accouchement est aussi  un élément important pour les femmes qui invoquent ces "Vierges en gésine".

 

 

Lire le Pseudo-évangile de Jacques : http://remacle.org/bloodwolf/apocryphes/jacques.htm

Lire l'évangile du Pseudo-Matthieu : http://seigneurjesus.free.fr/evangilepseudomatthieu.htm

c) La Légende Dorée de Jacques de Voragine.

   Elle est écrite en 1260 et suit les fêtes liturgiques. C'est au 8 septembre, fête de la Nativité de Marie, link que se trouve le récit de la naissance de Marie et le fait qu'elle soit vouée à la virginité, et c'est à la Nativité de Notre-Seigneur link que sont développès les arguments de cette virginité. Jacques de Voragine reprend, en détaillant les preuves de la virginité mariale, les textes apocryphes.

  Le propre de ces textes secondaires aux Évangiles est de placer en continuité la vie de sainte Anne et de son mari Joachim et l'enfance de Marie avec la naissance du Christ. La présence sur deux des retables bretons étudiés ici d'Anne et de Joachim doit être comprise par rapport à ces réferences littéraires. 

.

3. Les Vierges Couchées de Bretagne    

Un inventaire des Vierges Couchées a été dressé par Georges Provost  (Un lieu saint et ses représentations, le Yaudet, Ann. Bret. Pays Ouest 110-2, 2003) :

On constate que six oeuvres sont de la même époque autour de 1450 ( entre 1425 et  1455):

  • Le Folgoet (29), Basilique, Tympan du porche, Kersantite, XVe siécle (1425 ou 1450)
  • La Martyre (29), église Saint-Salomon, Tympan du porche, Kersantite, XVe siécle (1450).
  • Morlaix (29), église Saint-Matthieu, anciennement N.D.-du.Mur, volet de statue ouvrante, bois, XVe siécle (ou : 1390).link
  • Saint.Hernin (29) Kerbreudeur, calvaire, pierre, 1450.link
  • Saint-Jean-Trolimon (29), chapelle de Tronoen, calvaire, pierre, 1450, link
  • Plouaret (22), église paroissiale, oeuvre disparue, bois, 1455.
  • Limerzel (56), chapelle Saint-Julien du Temple, retable du maitre-autel, pierre, XVe siècle. link
  • Plouguernevel (22), église paroissiale, statue isolée, pierre (schiste), XV-XVIe siècle?.
  • Landerneau (29), èglise Saint.Thomas, statue isolée, bois, XV-XVIe siècle
  • Landerneau (29), chapelle de la Fontaine-Blanche, oeuvre disparue, pierre (granit), mentionnée en 1794 par Jacques Cambry
  • Ploulec'h (22), chapelle Notre-Dame du Yaudet, retable maître-autel, bois, fin XVIIe ?
  • Lanrivain (22), chapelle Notre-Dame du Guiaudet, retable maître-autel, bois, début XVIIIe?
  • Paimpol (22), chapelle Notre-Dame de Kergrist à Plounez, retable du maître-autel, bois, XVIIIe siècle ?

.

 

Le tympan du porche occidental de la basilique du Folgoet.

 

La scène représente la Nativité, l'Adoration des Mages et l'Annonce faite aux bergers.

Datée de 1425-1430 par René Couffon, ce serait alors l'oeuvre la plus ancienne conservée en kersantite ; mais Jean-Marie Guillouët (Congrès archéologique de France (Finistère-2007), 2009 pp. 166-176 link) penche pour une datation contemporaine du tympan, assez comparable, de La Martyre, qui date de 1450.

A gauche se tient Joseph, accroupi, tenant un bâton d'une main et  un pompon de l'oreiller de l'autre, puis la Vierge, adossée au coussin, en appui sur le coude, dominée par la tête de l'âne. Elle tient l'Enfant, mais ne semble pas l'allaiter, et celui-ci se redresse et se tourne vers le premier des rois mages, qui, prosterné, lui tend son présent. Debout, le second roi mage tend l'index vers l'étoile des Bergers, bien visible au dessus de la tête du premier roi. La partie de droite très dégradée montre un personnage debout, qui ne peut être que le troisième roi, puis au-dessous d'un phylactère, les moutons et les bergers.

  René Couffon a fait remarquer l'écharpe à clochettes en sautoir du second mage, écharpe suffisamment singulière dans l'art breton du XVe siècle pour qu'il y voit, dans cette sculpture attribuée aux "ateliers ducaux", l'influence des milieux "bourgeois" des pays de la Loire succédant à l'art "courtois" (cité par J.M. Guillouët).

.

le-folgoet 4334c

.

le-folgoet 4336c

.

 

Le tympan du porche sud de l'église Saint-Salomon à La Martyre.

    Daté de 1450, il présente un grand intérêt à mes yeux si on le compare aux trois retables de maître-autel réalisés deux siècles plus tard. En effet, on y retrouve la même disposition d'un lit occupant plus de la moitié de l'espace, vu en profil strict, sur lequel la Vierge, allongée sur le flanc et adossée à un coussin, et dont la tête porte un long voile, allaite l'Enfant-Jésus qu'elle entoure de ses deux bras. C'est au XIXe siècle que la poitrine nue et l'Enfant furent martelée pour répondre aux convenances de l'époque. Saint Joseph, couvert d'un manteau et coiffé d'un bonnet, se tient assis, en vue frontale, le visage tourné vers la mère et l'enfant. La façon dont son fauteuil est plaqué contre le pied du lit, et la raideur ramassée de sa posture, sont très proches des retables de Ploulec'h et Plounez.

  Il semble possible qu'un personnage ait pu occuper le triangle qui ferme le porche à droite de Joseph.

  Au dessus, les têtes de l'âne et du boeuf apparaissent, dans une mangeoire, pour affirmer que nous sommes dans la crèche de la Nativité.

  Enfin, dans le coin gauche se trouve un petit personnage aux cheveux longs et vêtu d'une robe : selon toute vraisemblance, et en fidélité avec le Protévangile, il s'agit de l'une des deux sages-femmes qui ont attesté de la virginité corporelle du post-partum, Zelomi (Zahel) et Salomé. Le site Topic-topos se prononce pour Zelomi, celle qui a cru en la virginité de Marie sur la seule parole de Joseph, mais il se pourrait que Salomé ait été figurée dans le coin opposé.

   Par rapport à l'oeuvre précédente, nous constatons donc deux changements : la scène de l'allaitement et de l'alitement de Marie est traitée de manière autonome séparée du récit de l'Adoration des Mages et de l'Annonce aux bergers, avec l'accent mis sur le personnage de la Vierge plutôt que sur celui de l'Enfant, d'une part ; et à cette scène est intégré la légende des deux sages-femmes. Cela correspond, dans le Protévangile, aux versets 19,1 à 20,4.

  Autrement dit, bien que cette scène ne soit pas encore isolée d'un contexte sculptural traitant de la crêche et de la Nativité, nous avons plutôt affaire ici à une Virginité qu'à une Nativité.

.

   

  

la-martyre 1922

.

  Je peux proposer l'hypothèse que ce tympan de porche inaugure en Bretagne (peut-être précédé par d'autres oeuvres flamandes germaniques ou liguriennes) un nouveau thème ; alors qu'après le XIVe siècle les Nativités ne reprèsenteront plus la Vierge couchée, mais en adoration, le trio Vierge en gésine-Enfant-Joseph va abandonner les références à la crèche (disparition de l'âne et du boeuf, ou du lit en osier) alors qu'une colombe du Saint-Esprit va venir prendre une place centrale, et que Anne et Joachim feront leur apparition. Les sages-femmes ne seront plus là (pour répondre aux directives du Concile de Trente, mais les retables et sculptures ont pu être plus complet et perdre, comme semble l'attester la disparition de Joseph à Lanrivain, des personnages) mais le sujet sera bien celui-ci : le mystère de la Virginité mariale opéré par l'Esprit-Saint, mystère accentué par la capacité de la Vierge à allaiter.

   Il est bien naturel qu'à ce thème thèologique, noble choix des commanditaires, soit venu s'unir le besoin des femmes de pouvoir trouver une Vierge dédiée à leurs préoccupations quotidiennes de femmes parturientes et allaitantes et à leur recherche d'une puissance protectrice face aux dangers de l'accouchement et de ses suites immédiates. Si le risque vital des accouchements pour la mère dans les sociètès pré-modernes par dystocies, hémorragies, éclampsies ou infections doit être tempéré (Bertrand-Yves Mafart 2007 link) (Chiffre de mortalité per et post-partum : 0,1% actuellement en France, 0,7 % en Afrique de l'Ouest contemporaine, 1,5% au XVIIe siècle à Genève, 3% au maximum au Moyen-Âge ), il faut aussi considérer que dans la tradition scripturaire chrétienne, la Vierge a accouché sans douleur ni éffraction, et que la possibilité pour les femmes, de quelque époque que ce soit, d'invoquer Marie face aux souffrances du travail et de l'accouchement et face aux risques de délabrement répond à une nécessité très forte.

.

  Conclusion.

  Les trois retables dits des Vierges couchées de N.D du Guiaudet, du Yaudet et de Kergrist en Côtes d'Armor possèdent des similitudes incitant à les étudier comme un ensemble. Ils ont été souvent mis en relation avec des influences prè-chrétiennes orientales et celtes, mais il est interessant de les confronter à l'évolution du christianisme au triple niveau théologique, scripturaire et iconographique. On relie alors ces oeuvres singulières à l'affirmation théologique de la virginité mariale d'une part, à la diffusion du Protévangile de Jacques avec ses récits de la Nativité et de la vérification de la virginité par les deux sages-femmes, et enfin à l'autonomisation en iconographie de "la Vierge en gésine sur son lit d'accouchée" comme représentation propre, avec apparition plus tardive du Saint-Esprit, opérateur de la conception et de la naissance virginale. Enfin, cette ligne de développement religieux vient rencontrer sur le plan médical et anthropologique la ligne de l'aspiration des femmes à trouver une puissance tutélaire dont le culte puisse les protéger des souffrances, des délabrements et des dangers de l'accouchement et de ses suites.

.

 

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Vierges couchées
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 11:46

La chapelle Notre-Dame-du Guiaudet à Lanrivain:

 

Voir aussi : 

A. LES VIERGES COUCHÉES. 6 articles.

 

http://www.lavieb-aile.com/article-les-vierges-couchees-de-bretagne-2-chapelle-du-yaudet-a-ploulec-h-105555217.html

http://www.lavieb-aile.com/article-vierges-couchees-3-chapelle-de-kergrist-a-paimpol-105604068.html

http://www.lavieb-aile.com/article-vierge-couchee-calvaire-de-tronoen-a-saint-jean-trolimon-29-110465874.html

http://www.lavieb-aile.com/article-la-vierge-couchee-dans-les-nativites-des-livres-d-heures-113263711.html

http://www.lavieb-aile.com/article-vierges-couchees-la-cathedrale-de-chartres-112103311.html

LES VIERGES ALLAITANTES. 12 articles.

http://www.lavieb-aile.com/article-virgo-lactens-ou-miss-nene-5-candidates-du-finistere-les-vierges-allaitantes-96615012.html

GROUPE DE SAINTE ANNE TRINITAIRE. 

Groupes dits de Sainte-Anne Trinitaire : l'ensemble de la vallée de l'Aulne

http://www.lavieb-aile.com/article-anne-trinitaire-de-la-vallee-de-l-aulne-102034812.html

Anne trinitaire de l'église de Guimaëc.

Anne trinitaire de l'église de Plougasnou.

Sainte-Anne trinitaire du Musée départemental de Quimper.

L'église du Vieux Bourg à Lothey : Anne trinitaire.

La chapelle Sainte-Anne à Daoulas.

Anne trinitaire de la cathédrale de Burgos

http://www.lavieb-aile.com/article-sainte-anne-trinitaire-de-burgos-118711405.html

 

 

 

Chapel ar Geoded : Grand pardon le premier dimanche de mai. Petit pardon le 15 août.

 

I. Présentation de la chapelle :

 1)  Selon le panneau bleu de l'entrée :

  En l'an 1692, la famine sévissait sur le pays.  Claude Alain pauvre tailleur du village de Coatcoustronnec, aujourd'hui "le Guiaudet", s'en allait avec ses dernières économies au moulin.

  Soudain la Vierge lui apparut et lui dit : "je veux qu'une chapelle soit bâtie en ce lieu en mon honneur". Claude Alain s'empressa de transmettre le message de Marie au recteur de Bothoa, Messire Grégoire Raoul.

  Par deux fois le meunier (?) fut éconduit comme un vulgaire illuminé. La troisième fois, il trouva le recteur aveugle. Il recouvre la vue sur le lieu des  apparitions où on venait de trouver une statue de Notre-Dame. On édifie alors un oratoire pour abriter la statue. A dater  de ce jour, le pèlerinage est fondé.

  En 1692, on commence la construction de la chapelle et en 1712, celle du clocher. En 1920, le campanile est reconstruit et en 1925, le carillon de seize cloches est installé. Une des principales caractéristiques est la représentation de la Vierge couchée au centre du retable principal. Le mot "guiaudet" signifierait "celle qui a enfanté".

2)   Selon les panneaux dans l'église :

  • 1695 : début de la construction par Guillaume Le Gall, "maistr architectque" de Peumerit-Quintin. Sur la façade est écrit cette inscription: "Monseigneur de Francheville évêque de Périgueux bienfaiteur insigne 1695".
  • 1712, fin de la construction de la chapelle
  • 1794 : le 6 février, les agents de la Révolution prennent les calices, les ciboires, les chandeliers (tous les effets d'or, d'argent et de plomb). Le 1er mars les deux cloches de la chapelle sont déposées à Guingamp où elles sont fondues. La chapelle est fermée jusqu'en 1802 et le culte interdit sous peine de mort.
  • 1853 : restauration de la chapelle et donation de nombreuses bannières. Les deux retables de l'Assomption et de l'Annonciation sont réalisées par Le Bourhis peintre à Guingamp.
  • 1899, construction des fontaines grâce au recteur Dom François Marie Daniel qui va mourir quatre mois après la fin des travaux (son gisant se trouve dans la chapelle).
  • 1920, le campanile est rehaussé d'un étage pour y loger d'autres cloches. Un petit édicule est construit sur le placître avec les restes des piliers de justice de Beaucours, près de Lanrivain.
  • 1925 : le carillon de Guiaudet compte seize cloches, d'un poids total de 1700 kg. Chacune a un prénom, un parrain et une marraine.
  • 1928 : bénédiction du chemin de croix extérieur, 14 stations en fonte portées de part et d'autres par des stèles de granite.

 3) Selon Maurice Dilasser (Patrimoine religieux en Bretagne, Le Télégramme, 2006), le terme Guéodet signifie "cité", et la chapelle de ce nom honore Notre-Dame qui veille sur elle.

  Selon le site Infobretagne, la Vierge est apparue à Claude Alain en un lieu relevant de la seigneurie de Pélinec, et c'est grâce à une donation du seigneur de Pélinec, Monseigneur de Francheville, que la chapelle fut construite. 

 

Portail : ITRON VARIA GWIODED PEDET EVIDOMP, Notre-Dame du Guiaudet priez pour nous.    

DSCN3832

DSCN3701

 

Le clocher et les seize cloches de son carillon :

  "C'est le seul carillon en activité à jouer des airs typiquement breton dans notre région. Le campanile, reconstruit en 1916 par l'architecte Léon Cosson de Saint-Brieuc, possède alors quatre cloches. En 1922, cinq autres cloches acquises auprès de la fonderie Cornille-Havard de Villedieu-les-Poêles leur sont adjointes, suivies par sept nouvelles en 1924 pour constituer ce carillon unique en Bretagne.*

Lors de la construction du carillon, les battants étaient munis de fil de fer sur lesquels on tirait pour faire tinter les cloches. Cette manière de sonner était sportive, car agir successivement sur seize cloches étaient une tâche difficile qui n'était pas à la portée de n'importe quel sonneur !

Comme il n'était pas entretenu le mécanisme s'est détérioré si bien que depuis la guerre le carillon du Guiaudet était tombé dans l'oubli. En 1963 un système électrique est installé. Il permet la commande des cloches à partir d'un clavier dans la tribune. En 1992 et en 2001 le carillon est restauré. Les airs joués sur cette instrument puisent essentiellement dans le répertoire populaire. En introduisant une pièce de 2 Euros dans le monnayeur situé au fond de la chapelle vous pourrez entendre les célèbres cantiques Me Ho Salud Mari et Itron Varia Guiaudet."

(Affiché sur la porte d'entrée par l'Association pour la chapelle N.D. du Guiaudet)

* Cinq cloches proviennent de la chapelle Saint-Yves de Caranhuel, en ruine.

Pour entendre le carillon : DSCN0001 DSCN0001

DSCN3829

 

La fontaine double de la Vierge et de saint Jean-Baptiste : elle était fréquentée par les femmes enceintes.

L'inscription gravée sur le linteau au dessus de la Vierge à l'Enfant  est MONSTRA TE ESSE MATREM : c'est le début d'un motet en l'honneur de la Vierge : Monstra te esse matrem ; / Sumat per te preces, / qui pro nobis natus, / tulit esse tuus. Ou plus précisément c'est la quatrième strophe de l'Ave Mars Stella, Salut, Étoile de la mer : Montre-toi notre mère, / qu'il accueille par toi nos prières / Celui qui, né pour nous / Voulu être ton fils.

  C'est aussi l'invocation frappée sur les médailles miraculeuses remises aux Enfant de Marie.

  La traduction de l'hymne marial est : "Montre-toi en tant que mère", "témoigne de ta maternité" : c'est à la Vierge à l'Enfant que le fidèle s'adresse, et il la prie comme un petit enfant s'adresse à sa mère pour en obtenir protection, tendresse,soins et nutrition, certes comme intercetrice auprès de l'Enfant-Dieu mais aussi pour transférer sur le fidèle les trésors de maternité que Marie a déployé pour son Fils.

  Mais, placée au dessus d'une Vierge à l'Enfant d'une fontaine vénérée par les femmes enceintes, dominant le filet d'eau qui s'écoule et remplit le bassin dévotionnel, cette citation évoque aussi la lactation, parce que ce sont ces paroles que saint Bernard prononçait en adoration devant une statue de Marie à l'église de Saint-Vorles de Châtillon-sur-Seine lorsque, du sein de la Vierge allaitante sortit un jet de lait qui vint frapper les lèvres de saint Bernard ; et ces quatre mots latins font désormais référence à cette Sainte Lactation. 

  Donc, lorsque je découvre les explications fournis par l'Association de sauvegarde, qui mentionnent que "les mères qui ont du mal à obtenir du lait pour nourrir leurs enfants y viennent prier car ces fontaines sont réputées pour guérir ce mal", je ne suis pas surpris, et je peux parier qu'elles font bénéficier leur poitrine d'ablutions dévotes.

Par ailleurs, le jour du pardon, de nombreux fidèles se baignent les yeux pour se protéger (en pensant au recteur de Bothoa devenu aveugle mais qui fut guéri par la Vierge), alors que d'autres font des voeux en lançant une pièce : si elle tombe dans le trou percé dans la dalle au fond de la fontaine, ils seront exaucés. 

  Les bassins rectangulaires servent aux pèlerins à se baigner les pieds.

 

DSCN3817

 

      L'intérieur de la chapelle vers le choeur : 

DSCN3796

 

L'intérieur de la chapelle, vers la porte occidentale :

A gauche, prés de la porte d'entrée, le gisant du recteur F.M. Daniel (1805-19 juin 1881), né à Mousterus (Pédernec) et "recteur de Lanrivain où il passa 39 années de sa vie de prêtre".

DSCN3758

 

 

II. Le retable du maître-autel, La Sainte Famille.

  Si le retable lui-même date de la fin du XVIIe, il est associé à un tabernacle et à des décors floraux du XVIIIe, et à un autel qui porte l'inscription suivante : Donné par Monsieur Daniel recteur de Lanrivain 1872 sur sa face sud, et les signatures suivantes sur sa face nord : Philippe Le Merer et fils sculpteurs Lannion, Cotes du Nord, G. Merrien Père et Fils Peintres à Saint-Nicolas du Pelem Cotes du Nord 1875-1876.

  Il comporte sept personnages répartis en quatre étages, de haut en bas :

  • Dieu le Père
  • Le Christ bénissant entouré de saint Joachim à sa droite et sainte Anne à sa gauche
  • Saint Joseph et saint Jean-Baptiste
  • La Vierge couchée et son Fils, sous le triangle rouge de la Trinité

  Ces personnages sont regroupés sous le vocable de la Sainte Parenté regroupant les trois générations  des grands-parents Anne et Joachim, du couple de Marie et Joseph, puis de Jésus et de son cousin Jean-Baptiste. On désigne aussi sou le même terme les groupes trinitaires Anne = Marie = Jésus, ou encore les demi-frères du Christ selon la tradition des remariages de sainte Anne avec deux autres maris.

  Ce retable a été restauré en 1856 puis en 2000 par un groupe de huit catalans.

statue-retable 3624

 

Dieu le Père bénissant, entouré de deux anges ; un chérubin se détache de son manteau pourpre, alors que la colombe du Saint-Esprit, ailes étendues, réalise le trait d'union avec la statue du Christ.

statue-retable 3619

 

En dessous, trois niches reçoivent trois personnages : Saint Joachim, le Christ en Sauveur du Monde (Salvator Mundi tenant le globe et bénissant) et sainte Anne.

statue-retable 3618

 

Saint Joachim, a perdu l'attribut qu'il tenait dans la main droite. Les portraits traditionnels le montrent tenant une pelle. C'est le mari de sainte Anne et ce serait donc le père de Marie et le grand-père du Christ : ce registre présenterait Jésus entouré de ses deux grands-parents maternels. Mais il convient d'employer le conditionnel car la naissance de Marie, certes née du ventre de sainte Anne, est survenue miraculeusement après des années de stérilité par une grâce divine après que les époux aient échangé, selon le proto-évangile de Jacques, un simple baiser sous la Porte Dorée : un peu comme Joseph, Joachim serait peut-être un père-de-famille plutôt qu'un père biologique, Jésus et sa Mère se situant dans un écart des normalités biologiques...mais encore une fois le conditionnel s'impose.

statue-retable 3620

        Sainte Anne est représentée selon les critères habituels, la tête couverte par un voile, portant la guimpe de toile blanche et vêtue, comme son mari, d'un manteau vert à galon doré. Elle tient ses bras écartés, certes en signe d'accueil, mais ce geste reprend aussi celui par lequel elle enserre, dans les groupes trinitaires, la Vierge et l'Enfant : aussi cela m'évoque un geste en relation avec sa dimension de Mère primordiale.

statue-retable 3621

 

Saint Jean-Baptiste tient le livre, l'agneau et la croix : l'agneau fait référence à Jean 1, 29-31 : "Comme Jean Baptiste voyait Jésus venir à lui, il dit : "Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c'est de lui que j'ai dit : Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était."

  Jean Baptiste est le fils de Zacharie et d'Élisabeth, la cousine de Marie à qui l'archange est venue annoncer, comme à Marie, qu'elle allait enfanter.

  Il est vêtu sous son manteau d'une peau de bête pour rappeler qu'il vivait "caché dans le désert", se nourrissant "de sauterelles et de miel sauvage" (Mat. 3, 4), mais aussi pour signaler son statut d'être "à part", "à l'écart", qui est celui du nazir ou nazarien, juif qui fait voeu d'ascétisme et renonce à couper ses cheveux et sa barbe : c'était la longueur de sa chevelure qui conférait à Samson, autre nazir célèbre, sa force phénoménale : ici, les cheveux longs, la barbe et les poils de bête témoignent de la vigueur spirituelle de cet homme de Dieu.

 

statue-retable 3623

 

La Vierge allaitante  couchée.

On peut la nommer aussi Vierge parturiente (comme le fait le Service Régional de l'inventaire ; "parturiente : accouchée, qui accouche"), ou Vierge en couche. Mais on voit bien qu'il manque dans notre langue un terme (la médecine doit utiliser le terme latin de "post-partum") pour désigner la suite de couche, et que ce manque de mot témoigne de la nécessité de laisser dissimulé cette période de la vie féminine.

    Elle apparaît dans une niche de bois dorée qui forme une scène de petit théâtre en même temps qu'un baldaquin tendu d'un ciel de lit et de rideaux rouges galonnés d'or. Ces rideaux s'ouvrent sur un fond bleu ciel ; un triangle rouge frappé des lettres de Yahvé témoigne de la puissance divine aveuglante et surnaturelle rayonnant de tous ses feux à travers un cercle de nuées.

   Contrastant avec la dramaturgie impressionnante de ce décor, Marie est allongée dans un lit, tournée sur le coté droit, à demi relevée au moyen d'un bon coussin, et en se rapprochant, on constate qu'elle est en train d'allaiter son enfant ; elle a libéré quelques boutons de son corsage pour libérer le sein gauche, que l'enfant maintient de son petit bras.

  Il s'agit donc d'une jeune mère, dans les suites de couche, qui allaite en position allongée : rien, dans sa posture, ne relève d'un programme théologique, et on lit en 2012 dans les conseils données aux jeunes accouchées la description de ce moment : " Comment allaiter bébé ? Dans la position allongé, tournez-vous simplement sur le coté et installez votre petit face à vous, sa bouche à la hauteur du mamelon. Vous pouvez replier votre jambe supérieure pour ne pas basculer en avant et vous caler à l'aide d'un coussin dans le dos."

  Marie semble fatiguée, le regard pensif, fixe et triste, mais "cette fatigue ne doit pas inquiéter, elle concerne la totalité des femmes qui viennent d'accoucher". Au baby-blues se combine l'état "magique" de l'allaitement, petit bonheur intime mais aussi somnolence provoquée par la prolactine.

     C'est cela qui est troublant dans ce retable : le contraste entre une scène très familière mais très intime, que la plupart des mères n'exposent pas ostensiblement, et la grandiloquence des fastes lumineux du Sacré. Cette femme donnant le sein dans son lit peut déjà, en soi, offenser la pudeur. Placée sur un autel au dessus du tabernacle et en dessous des insignes les plus éclatants de la puissance divine, elle oblige le fidèle à un saut paradigmatique qui divinise les fonctions maternelles d'accouchement et d'allaitement comme conditions nécessaires et suffisantes de l'Incarnation.

  Face à cette présence inhabituelle, on évoque vite des influences pré-chrétiennes : culte égyptien d'Isis, cultes orientaux, traditions celtes... La présence de sainte Anne dans le registre supérieur vient rappeler que le culte breton rendu à Anne a été lui-même rattaché à ces influences.

  Le nom de Guiaudet interroge également : on peut souscrire à la proposition d'y voir une forme du breton signifiant "accoucher", mais cette étymologie est qualifiée de fantaisiste par les spécialistes, et il faut le rapprocher d'autres toponymes comme Yaudet, Guedet en Larré (Morbihan), Géodet (ancienne vierge allaitante de Quimper), Yeudet en Goudelin (22). 

   

  

 

vierge 3613c

 

 

vierge 3614c

 

vierge 3610v

vierge 3611c

 

III. Le retable de l'Ascension de la chapelle sud :

restauré en décembre 1997.

  Autour d'un tableau représentant l'Ascension de la Vierge se trouvent, dans leurs niches respectives, deux statues du XVIIe siècle de saint Corentin et saint Isidore. 

 

statue-retable 3603

 

Saint Corentin 

est vêtu en saint évêque d'une dalmatique, d'un surplis et d'une robe sur laquelle est, maladroitement ou naïvement, fixé un poisson qui est son attribut. Nous ne sommes pas, pourtant, dans l'évêché de Quimper et du Léon, mais dans celui de Saint-Brieuc, mais jadis la paroisse de Lanrivain était une trève de Bothoa qui appartenait au diocèse de Cornouaille, dont Corentin est le patron.

statue-retable 3626

 

Saint Isidore :

  On sait qu'il s'agit du saint patron des cultivateurs, et on comprend sa présence dans cette chapelle rurale.  Il ne tient pas la faucille et une gerbe de blé, comme d'habitude, mais le long manche d'une sorte de binette ou de houe (le fer de cet instrument date de la restauration de 1997). On remarque l'absence de chapeau. Ses cheveux longs, ses braies larges ou bagou braz, ses guêtres et ses souliers de cuir sont ceux des paysans bretons, traits de la quasi totalité des statues de saint Isidore, mais sa veste longue mérite d'être détaillée. La statue datant du 17e siècle, elle témoigne du mode vestimentaire des paysans de Lanrivain.

  Cette veste longue est resserrée par une ceinture, elle se ferme par dix gros boutons de laiton en laissant libre les deux basques qui portent chacune une poche ; les manches s'évasent par une fente.

  L'encollure est remarquable mais je n'ai pas les compétences requises pour l'étudier. 

Saint Isidore en costume breton : Logonna -Daoulas.

Église de Brélès : anges musiciens et Isidore en costume breton.

 

 

 

 statue-retable 3625

 

DSCN3735

 

IV. Le retable de l'Assomption de la chapelle nord : 

restauré en avril 1997.

  Face à l'Ascension du coté sud, le tableau de l'Assomption continue à honorer la Vierge et les moments glorieux de sa vie. Comme son homologue, c'est une toile peinte en 1853 par Hubert Le Bourhis. Les chapelles latérales ne comportaient initialement que les retables du 17e, et c'est en 1876 qu'un autel et un fronton est venu compléter chaque retable, vraisemblablement par les mêmes artisans qui réalisèrent à la même époque le maître-autel, Le Merrer de Lannion et Merrien de Saint-Nicolas-du-Pelem.

statue-retable 3597

 

La vierge habillée : Notre-Dame de Guiaudet :

  Voilà une autre constatation sur laquelle je m'interroge : dans tous les sanctuaires où se trouve une Vierge allaitante ou une Vierge couchée, le culte est détourné vers une autre statue dépourvue de tout caractère choquant ou impudique et qui reçoit la dévotion des fidèles. Ici, c'est une statue de vierge à l'Enfant (et non un simple mannequin comme parfois) qui est habillée de la façon la plus prude avec une robe et un manteau qui remonte haut autour du cou et descend jusqu'aux pieds, englobant l'enfant dont seul la tête et le bras sont visibles. 

  Elle est présentée dans une niche portant le titre ITRON VARIA AR GUIAUDET , Notre-Dame du Guiaudet, laissant penser que c'est elle qui est la patronne de la chapelle, elle qui a été trouvée par Claude Alain et qui est à l'origine de la fondation de la chapelle ; or, la légende mentionne la découverte d'une vierge couchée.

  C'est elle, d'abord comme Vierge à l'Enfant puis comme Vierge habillée  qui est présentée sur les vitraux qui exposent les miracles qu'on lui attribue.

statue-retable 3596

 

  Curieux aussi de découvrir une autre statue, placée sur un brancard de procession et présentée sous un dais de drap bleu clair. J'ai cru qu'il s'agissait de la version portable de N.D. Du Guiaudet, mais il s'agit d'une Éducation de la Vierge, ou sainte Anne apprend à lire à sa fille.  On constate que sainte Anne est systématiquement associée au culte de N.D. du Guiaudet, ici au pied de l'autel nord, ou sur las bannières, ou au dessus du maître-autel.

statue-retable 3595

 

V. Les autres statues :

Saint Vincent Ferrier :

Bois polychrome à revers évidé du XVIe siècle. La main gauche tient un livre, la main droite un manche d'outil ou un bâton. H : 1m08.

 

DSCN3747

 

statue-retable 3592

VI. Les bannières :

 

      Bannière de saint Jean l'évangéliste avec l'inscription Zant Ian Mignon Jezus que je traduis par saint Jean , disciple préféré de Jésus.

DSCN3725c

      Initiales S J de Saint Jean (?)

DSCN3726c

 

     2)  Bannière de Notre-Dame du Guiaudet :

a) Une face représente la statue de Vierge habillée et couronnée :

bannieres 3601c

 

b) L'autre face me semble plus ancienne, et, en tout cas, bien plus belle, bien qu'elle soit abimée.  C'est elle qui porte cette fois-ci le nom de N.D. Du Guiaudet, ce qui entretient l'ambiguité. 

On se rapportera à la bannière homologue de la chapelle du Yaudet : les représentations de Vierge Couchée étant rares, il faut porter toute son attention à cet exemple. Sous un baldaquin un rideau tiré dévoile la Vierge et son Fils, tous les deux allongés ou à demi-assis dans le lit sous le regard d'un troisième saint personnage qui ne peut être que saint Joseph. Celui-ci tient un livre, c'est bien-sûr l'Écriture Sainte dont il constate sous ses yeux la réalisation. "Voici que la Vierge concevra et enfantera un fils, et on l'appellera du nom d' Émmanuel." La colombe de l'Esprit-Saint domine le tableau.

 

DSCN3730c

 

Inscription : M' HO SALUD MARI  et   ITRON AR GUIAUDET

                  Ecce Virgo concipiet / Guerch'ez ha mam

 1)  Les inscriptions du haut et du bas sont les titres des deux cantiques bretons que joue le carillon: Me ho salud Mari, "Je vous salue Marie", et Itron varia Geodet, "Notre-Dame du Guiaudet".

  2) Au milieu, en caractère plus petit, nous trouvons d'abord une citation biblique d'Isaïe 7, 14 qui est reconnue dans la tradition chrétienne comme annonçant la conception du Christ par la Vierge, ici illustrée par l'Annonciation, mais qui est aussi reprise dans les arbres de Jessé :Propter hoc dabit Dominus ipse vobis signum  Ecce Virgo concepiet et pariet filium et vocabitis nomen eus Emmanuhel / Butyrum et mel comedet ut sciat reprobare malum et eligere bonum : Voici qu'une Vierge concevra et enfantera d'un fils, qu'on appellera Emmanuel. Il se nourrira de beurre, jusqu'à ec qu'il sache rejeter le mal et choisir le bien" 

  Cette citation est aussi le titre d'un chant grégorien répandu.

3) Puis vient Guerch'ez ha mam, "Vierge et mère", cantique breton que je n'ai su retrouver.

DSCN3729v

      ITRON AR GUIAUDET : 

DSCN3731c

 

3) bannière Le Minor dédiée à saint Grégoire:

Les bannières Le Minor.

   Saint Grégoire est le patron de l'église paroissiale de Lanrivain. Comme l'indique le certificat d'authenticité, la bannière a été financée par l'Association de sauvegarde de N.D. du Guiaudet, brodée par Jean-Michel Pérennec et réalisée en 2006.

  Le blé et les feuilles et pampres de la vigne représentent bien-sûr l'eucharistie ; une face de la bannière représente un pape, il s'agirait donc de Grégoire le Grand, le Père de l'Église et le  père du grégorien, dont le pontificat s'étendit de 590 à 604. Au verso, on trouve un évêque brun et barbu qui tient une tête barbue et grise : s'agit-il de Grégoire de Nysse, de Grégoire de Langres, de Grégoire de Tours ? Aucun n'est céphalophore de tradition. J'aime bien les petits détails énigmatiques, et j'aime encore plus en trouver le sésame, tant-pis.

bannieres 3604cc

 

bannieres 3605c

 

DSCN3718.jpg

 

Les vitraux de 1901:

8 baies soit 16 panneaux traités comme des scènes indépendantes autour de la légende, des miracles et du pélerinage de Notre-Dame du Guiaudet : ils sont précieux d'une part pour l'histoire du costume (costume breton et costrume écclésiastique) et pour les techniques utilisées. En outre, ils inscrivent de manière durable les noms des paroissiens donateurs.

  J'ai trouvé sur les panneaux explicatifs placés dans l'église les renseignements suivants :

L'histoire de la découverte de la statue :

Claude Alain, pauvre paysan, vient habiter Coatcoustronnec au lendemain de ses noces. En 1662, il est le père de 12 enfants, et s'inquiète de la dissette qui ne lui a pas permis de récolter suffisamment de blé. Il se rend au moulin de Goas-Salo avec les derniers sous qui lui restent pour acheter de la farine. Mais au moment où il va franchir le ruisseau (qui alimente les fontaines actuelles du Guiaudet), il voit la Vierge et entend sa douce voix lui dire : "Allez à Bothoa, rendez-vous auprés du recteur et dites-lui que je veux qu'une chapelle soit bâtie en ce lieu, en mon honneur, et de saint Jean, le disciple bien aimé de mon Fils. Afin que vous sachiez que c'est la Mère de Dieu qui vous parle, vous serez témoin aujourd'hui même d'un prodige : la minime quantité de farine qui reste dans votre jarre suffira à votre entretien et celui de votre famille pendant plusieurs jours".

   Le recteur de Gothoa Dom Raoult vient de renvoyer Claude Alain en le traitant de doux réveur illuminé : il referme la porte du presbytère et réalise qu'il est devenu aveugle. L'abbé Raoult est en soutane , le paysan / tailleur porte une veste courte, une ceinture de flanelle rouge, les braies bouffantes, des guêtres et des sabots, et le chapeau rond large.

1) Vitrail offert par les familles de Séré, Le Provost -Meurou.    

DSCN3764v

 

Dans le village de Coatcoustrennec,près d'un cours d'eau bordé de saules, nous voyons Claude Alain avec son sac vide témoignant de la famine qui sévit ; la Vierge lui apparaît, tenant l'Enfant. En arrière plan, un édifice que je ne décrypte pas et deux fillettes, peut_être les enfants de Claude Alain.

 

DSCN3763v

      2) Vitrail offert par Car. Pennec, J.M. Breton, Math. Maout, Y. Lucia, M. de Cuverville, Y. Oger.

  A la troisième apparition, devant l'incrédulité du recteur, la Vierge indique l'endroit exact où on découvre une statue en bois à son effigie

 

La statue de la Vierge, placée sur un rocher, reçoit les prières d'un groupe de personnes de la paroisse, en costume traditionnel : les hommes en veste, gilet, ceinture rouge, bragou braz, guêtres et sabots et les femmes en coiffe, robe et châle, tablier.)

DSCN3741v

 

  A la fin  d'une procession où la statue récemment découverte est portée sur un brancard par deux diacres ou enfants de choeur en surplis rouge, l'abbè Grégoire Raoult, placé à coté de Claude Alain, recouvre la vue miraculeusement.

DSCN3740c

      3) Vitrail offert par L. Derrien père, J. Lucia, Marguerite Cozler et P. Mahé.

 

DSCN3738c

 

 

La signature de l'acte de concession du terrain par son propriètaire Monseigneur de Francheville.

L'évêque est assis à coté du recteur et devant les notaires Launay et Poulain. Debout le frère de Monseigneur de Francheville, avocat membre du Parlement de Bretagne, donne lecture de l'acte.

 Les armoiries épiscpales sont vraisemblablement celles de Mgr de Francheville.

DSCN3736x

 

 

Vitrail offert par Léon Falher, vicaire, et la Fabrique de Lanrivain.

  Le vitrail donne à voir la célébration d'une messe des défunts, le prêtre portant sa chasuble noire. Les deux Vierges du Guiaudet sont visibles, à peu-près à la place actuelle.

DSCN3756v

 

  C'est la scène qui précède le vitrail de l'office funèbre, c'est-à-dire l'administration à un mourant des derniers sacrements. 

 

 

DSCN3755v

 

Vitrail offert par Y. Le Men, recteur.

Il célèbre un miracle survenu pendant la guerre de 1870 lors de la défense de Saint-Privat-la-Montagne en Moselle : lors des combats du 18 août 1870 où 27 000 soldats français tiennent tête à 100 000 soldats prussiens, un breton de Lanrivain, Thomas Le Cam, de Kérien, voit le canon de son fusil éclater sous l'effet d'éclat d'obus alors qu'il échappe lui-même à la mort parcequ'il invoquait N.D. du Guiaudet.

 

 

vitraux 3587v

 

Un autre exemple de miracle : des matelots dans une barque échappent à un naufrage.

 

vitraux 3586v

 

Offert par les paroissiens de Lanrivain.

Un accident de charette : Une charette a versé, peut-être après qu'un moyeu ait cédé, et le cheval a les quatre pattes en l'air. Un passager se remet de la commotion, adossé contre un arbre. Le pauvre conducteur est tout chaviré, mais pendant qu'un homme lui porte assistance, une religieuse a l'idée d'invoquer à genoux N.D. du Guiaudet.

DSCN3750v

 

Une naissance :

La représentation d'une naissance dans une famille de la paroisse nous permet de retrouver ce moment particulier de la "femme en couche", alitée dans les suites de l'accouchement et qui témoigne par le geste de ses mains de son émerveillement devant le joyeux avénement d'un beau bébé. Trois femmes sont venues l'assister, l'une berce l'enfant, l'autre tient une bassine de cuivre, la troisième prépare des linges. Le père, bras croisé, se remet de ses émotions.

 

DSCN3751c

 

 

Vitrail offert par Françoise Savéan et Thomas Savéan Kergreis

                                                            

Fête du deuxième centenaire de 1892 : la technique utilisée pour ce vitrail est particulière et donne l'impression que les visages des personnages proviennent de photographies; Monseigneur Fallières bénit les pélerins.

DSCN3761c

 

Scéne rappellant les grandes Missions, ou le Pardon  : un prédicateur rappelle aux pélerins les voies de la sainteté tandis que quatre hommes portent le brancard avec la statue de la Vierge habillée. Un grand feu, le Tantad, est figuré ici .

DSCN3760v

 

 

 

 

 

 

 

 

L'atelier Vermonet de Reims

Albert-Louis Vermonet (1853- ) ouvrit son atelier à Reims en 1880 ; il collabora avec Pommery de 1882 à 1897 (atelier Vermonet-Pommery) . 4000 édifices lui doivent leurs vitraux.    

DSCN3739c

 

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Vierges couchées
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 11:41

           Les Vierges couchées de Bretagne (2) :

            Chapelle du Yaudet à Ploulec'h (22).

 

Le pardon a lieu le troisième dimanche de mai.

 

I. Présentation.

    A trois kilomètres du bourg de Ploulec'h (22) et à 8 km de Lannion, la chapelle du Yaudet est établie sur un ancien éperon barré qui domine, comme on le constate sur le panneau placé sur le parking, la baie de la Vierge à gauche et la rivière de Lannion ou Leguer avec le port du Yaudet à droite. Il s'agit d'un site mesolithique (premières traces d'occupation vers 8000 av.J.C), mais aussi d'une ancienne place forte celte sous le nom de Koz Yeoded, puis d'un emplacement romain sous le nom de Vetus Civitatis; l'importance de ce lieu dans le controle du carrefour des voies Brest (Gesocribate)-Erquy et de celles allant vers Carhaix (Vorganium) ou vers Perros.

  Le toponyme Vetus Civitatis est retrouvé sous la forme "vieille cité" (1267) ou sous la forme bretonne Keodet ou Cozqueoudet (1638), puis on retrouve en 1707 "le lieu et mettrerie noble de Guéaudet ou La Vieille Cité" et en 1826 le toponyme Le Guyaudet sur le cadastre.

  


ploulech-yaudet 3665c

 

      La chapelle est composée d'une nef et de deux collatéraux inscrits dans un plan rectangulaire, et d'un choeur fermé par une grille, placé dans le prolongement de la nef et terminé par un mur plat. Ce mur supporte sur toute sa largeur le retable du maître-autel, mais deux portes donnent accès à la sacristie à trois pans qui a été rapportée par la suite (vers 1950). 

   Elle a été édifiée en 1860 à la demande de la famille Kerninon après la destruction de la chapelle primitive, qui datait de la seconde moitié du XVe siècle (1483), mais en a conservé certains éléments (portes, fenestrage), dont le retable qui va maintenant nous intéresser. 

DSCN3947v

http://www.histo.com/quotidienne/quotidienne2/01022006.pdf

http://www.sos-21.com/tl_files/SOS-21_Data-center/CG22/Sentier-decouverte_Yaudet-IV.pdf

 

 

 

II. Le retable du maître-autel.

     Il daterait du XVIIe siècle. Au dessus de l'autel et du tabernacle encadré de deux anges photophore, une alcôve au fond bleu, occupée presqu' entiérement par un lit blanc, est surmonté d'un fronton orné de guirlandes ; deux anges s'y accoudent et regardent l'assistance. De chaque coté trouvent place les niches qui abritent les statues des parents de la Vierge, sainte Anne et saint Jaochim. Le monogramme marial s'inscrit en lettres blanches sur fond bleu.



ploulech-yaudet 3667c

 

1. Peinture du devant-d'autel : la Vierge couchée ? 

   C'est un panneau peint à la fin du XVIIIe en faux-marbre sur l'antependium, sur lequel s'inscrit un ovale d'où divergent des rayons dorés. Au centre, la Vierge (ou du moins une femme, sans auréole)  y est allongée, les mains jointes, la tête coiffée d'un voile ; trois personnages l'entourent, dont deux écartent les bras pour témoigner du prodige qu'ils constatent alors que l'homme du milieu, qui porte une étole et un livre, fait un geste de bénédiction. Il s'agit donc d'une Dormition, et non d'une nouvelle illustration de Vierge accouchée, et seul le décubitus marial s'accorde avec le sujet du retable. Cela montre que si les deux épisodes (Nativité et Dormition) sont deux moments de la vie de la Vierge totalement étrangers l'un à l'autre, la posture déclive les rapprochent et crée une parenté iconographique.


ploulech-yaudet 3698c


 Le monogramme marial M A inversé , les guirlandes, les bouquets glorieux et les deux anges :

ploulech-yaudet 3696c

 Sainte Anne.

  La présence des parents de la Vierge est retrouvée ici comme à Lanrivain pour le retable de Notre-Dame du Guiaudet, et ne répond pas à un hasard : le programme du commanditaire est dicté par un projet théologique, par une lecture des Écritures et des textes apocryphes pour conduire le fidèle à un approfondissement de sa contemplation de l'un des mystères joyeux, celui de la Nativité : Nativité de la Vierge (fêtée le 8 septembre) et Nativité du Seigneur. Il s'agit de mystères à méditer dans la mesure où le naturel et de la physiologie de l'enfantement s'unit au surnaturel de l'Incarnation de la Divinité, et dans la mesure où ces deux enfantements surviennent par une conception "immaculée".

  

ploulech-yaudet 3685c

 

b ) Saint Joachim.

 

DSCN3942c

 

 

c) les anges photophores :


ploulech-yaudet 3690c

 

ploulech-yaudet 3692v

III.  La Vierge couchée.

  J'en arrive à ce qui motive ma visite, comme celle de nombreux visiteurs avant moi, cette curiosité d'art religieux, l'un des trois exemples bretons de Vierge couchée ou Vierge accouchée. L'effet est surprenant et le seul fait de voir un lit, un de ces lits si commun jadis avec leur épais matelas, leur édredon moelleux et leur couvre-lit d'étoffe blanche, ce mobilier si prosaïque et si intime de nos chambres à coucher hissé à trois mètres du sol au dessus des fastes du saint autel provoque un sentiment de familière étrangeté : l'incongruité du spectacle déstabilise l'esprit et crée la meilleure disposition à l'éveil spirituel qu'il soit : le questionnement. 

   Tout en effet opposeraient les certitudes religieuses qui affirment des réponses, avec l'ouverture spirituelle, qui pose des questions et stimule la méditation sur les mystères de l'existence. 

  Or le visiteur -ou le fidèle- n'est pas au terme de sa surprise quand il constate que dans ce lit de Grand-Mère de Chaperon rouge, seules émergent de la couette deux têtes couronnées comme des communiantes, celle de la Vierge et celle de l'Enfant. Les questions reprennent, on cherche à savoir s'il s'agit de deux statues entières, et, le cas échéant, quelle tenue les habille. La Mère est-elle (quoique que cela n'apparaisse pas) en cours d'allaitement comme à Lanrivain ? Bref, l'esprit curieux souhaiterait savoir comment c'est fait. Mais la réponse, qui doit être accessible au sacristain ou aux bonnes âmes de la paroisse qui viennent faire le lit, ou encore aux spécialistes d'art sacré de l' Inventaire Culturel, n'est donnée nulle-part (je le croyais : voir infra).

 

 

vierge 3667c

 

        Le visiteur trouve dans la chapelle un extrait du livre de l'abbé Le Clech, qui fut recteur de Ploulec'h de 1934 à 1956, dans lequel il défend la thèse d'un culte préchrétien voué à Cybèle, concession de l'occupant romain soucieux de flatter une population celte enseignée par les Druides et attendant "la Virgo paritura, la vierge qui doit enfanter". Dans un temple bâti sur l'emplacement de l'actuelle chapelle, on adorerait la Mère des dieux et la déesse de la terre sous forme d'une femme couchée allaitant son enfant. Puis lors de l'évangélisation de la région par des émigrants venant de la Bretagne insulaire (VIe siècle), les moines ou prêtres auraient repris ce culte d'une vierge allaitante et alitée pour représenter la Vierge et son Fils. Enfin, à la Renaissance, un retable aurait donner de cette Vierge  la représentation que nous connaissons.

        Mais Georges Provost , maître de conférence en histoire à Rennes 2 (Un lieu saint et ses représentations, le Yaudet Ann. Bret. Pays Ouest 110-2, 2003) a souligné les faiblesses scientifique de cette interprétation. Il indique aussi  que dès 1778, un clerc du Trégor écrivait que cette Vierge "pourrait être une effigie d'Isis".

     Surtout ce prêtre la décrit "couchée dans sa longueur, allaitant l'Enfant-Jésus, et toutes les marques caractéristiques d'une nourrice sont à découvert" Cela indique bien que ce couvre-lit n'est venu recouvrir jusque sous le menton la mère et l'enfant qu'après cette date, et qu'à l'époque, la Vierge donnait bien le sein à l'Enfant. L'auteur confirme son information lorsqu'il écrit : "Or, Isis ou la terre était ordinairement représentée sous la figure d'une femme en couche et d'une nourrice donnant la mamelle à son enfant". 

vierge 3668c

 

Une vue rapprochée montre que les visages, malgré leurs yeux bleus, ne sont pas très beaux et que leur facture est assez grossière. On verra que saint Joseph, assis au pied du lit comme n'importe quel père dans une chambre de maternité, n'a pas l'oeil plus vif. Les trois personnages semblent plongés dans leur pensée, dans un monde onirique de lourd malaise. 

vierge 3704c

 

  Celle qui est la plus gracieuse est la colombe qui vole au plafond, sous le ciel-de-lit. Elle ne surprend pas le spectateur, qui connaît les conventions et sait qu'il a affaire au Saint-Esprit, mais là encore pourtant, le volatile est un peu trop naturalisé, trop bien plumé pour être pris au sérieux: la ficelle est trop grosse, et une fois de plus l'esprit vacille face à un élément trop familier pour le conduire vers les sommets théologiques. L'effet de confusion et de trouble se poursuit.


 

vierge 3711c

 

  Qui est le personnage assis ? Un  psychanalyste au pied du divan, absorbé en attention flottante dans l'écoute bienveillante de sa divine patiente avant de transcrire de son pencil phallique des notes sur son calepin ? Sans-doute pas.

 Les uns y voient Isaïe venu constater la réalisation de sa prophétie, "Voici qu'une Vierge enfantera...".

  Les autres, et notamment l'abbé Le Clech dans sa monographie, y voient Dieu-le-Père, assis sur un trône,  en royauté avec le sceptre, la couronne et le manteau de pourpre, tenant "le livre de la généalogie". Il compléterait ainsi la Trinité avec le Fils, dans le lit, et le Saint-Esprit, en vol.

  Néanmoins, en comparant ce retable avec celui de Lanrivain et celui de Kergrist, ou avec les Nativités à Vierge alitée de La Martyre ou du Folgoët, je pense que l'hypothèse qu'il s'agisse à l'origine de saint Joseph ne peut être écartée : la couronne a été manifestement rajouté au dessus d'un bonnet à poil court. Le sceptre n'est peut-être pas non plus d'origine. Dieu le Père aurait un visage plus noble, une barbe plus fleurie, une posture plus digne, et ne serait pas placé à une place subalterne sur cette scène. Et si on voit cette Vierge Couchée comme une forme de Nativité, la présence de Joseph est bien naturelle.

 Je fais observer que le personnage est placé, avec son fauteuil, sur un piedéstal d'une trentaine de centimètre et domine d'autant le plan du lit.



 

                 vierge 3700c

 

                 vierge 3709c

La Vierge en couche en carte postale :

Deux cartes postales visibles en ligne nous montrent que la literie et l'encadrement de l'alcôve ont pu varier librement au cours du XXe siècle, avec un lit proche de la baignoire en sabot, bonne occasion d'étudier l'évolution des styles et du goût. ; mais dans tous les cas, la vierge en gésine et son enfant restent soigneusement emmitouflés: 

http://www.notrefamille.com/cartes-postales-photos/cartes-postales-photos-La-Vierge-couchee-22300-LE-YAUDET-22-cotes-d-armor-151406-67440-detail.html

Cartes Postales Photos La Vierge couchée du Yaudet 22300 LANNION cotes d'armor (22)

 

 

Cartes Postales Photos La Vierge couchée 22300 LE YAUDET cotes d'armor (22)

 

 

IV. Les autres statues de la Vierge.

  De même qu'à Lanrivain pour N.D. du Guiaudet ou à Kergrist, ce n'est pas la Vierge Couchée ancestrale et fondatrice qui reçoit la dévotion des fidèles, et Notre-Dame du Yaudet prête son nom, dans une dualité ambiguë, à l'une des trois vierges couronnées, voilées, debout, et très conformes aux stéréotypies et aux impératifs moraux du XIXe -début XXe que l'on découvre ici alignées sur leur brancard de procession. Ces productions sulpiciennes de plâtre ou de métal (pour la plus petite) piétinent un serpent de la faute originelle pour témoigner du dogme de l'Immaculée Conception.

ploulech-yaudet 3670xc

 

 

             ploulech-yaudet 3680c

 

  Ce sont elles qui seront honorées lors du pardon, elles qui seront implorées, elles qui recevront les cantiques bretons qui leur sont dédiés et que l'on trouve affichés dans la chapelle :

Gwerz Koz ar Yeodet : Ni ho salud, Stereden-Vor / Mamm da Zoué , leun a enor : / Gloar d'ar Werc'hez er Goz-Yeodet / Heulodi d'he Mamm binniget ! Nous vous saluons, Étoile de la mer, Mère de Dieu, pleine de grâces. Gloire à la Vierge du Koz-Yeodet, Louange à sa mère bénie ! 

Kantik Neve En enor da Itron Varia-Yeodet : Itron Varia ar Yeodet, Biskoas deu aman neus pedet/ Neus ho pedet a galon vad / hep kaout diganec'h he veunad.

Ar Yeodet na vo biken paour / Ar Werc'hez gant he c'halon aour : / ar chom aman hag a chomo / vit hon enor ha mad ar Vro.

En l'honneur de Notre-Dame du Yaudet : Jamais personne ne pria ici, ne pria ici de tout son coeur Sans obtenir sa demande. Le Yaudet ne sera jamais pauvre, la Vierge avec son coeur d'or reste ici et restera pour notre honneur  et le bien du Pays.

 

                 ploulech-yaudet 3681c

 


V. Les ex-voto :

http://www.ex-voto-marins.net/pages/lieupage22Ploulech-le-Yaudet.htm

 

1. Les maquettes de quatre navires à voiles de la première moitié du XXe siècle sont suspendues dans la nef, avec un dispositif permettant de les descendre pour les porter en procession.    

  Les maquettes ont été restaurées avec soin, si on compare ces images à celles, qui dateraient de 2004, de l'Inventaire Régional des Affaires Culturelles de Bretagne ici : http://patrimoine.region-bretagne.fr/sdx/sribzh/main.xsp?execute=show_document&id=PALISSYIM22004012

ploulech-yaudet 3672c

 

Une goelette à huniers, armée de 22  canons en une batterie. Navire de grande pêche ou de cabotage.

 

DSCN3895c

     Trois-mats barque à dunette armé de seize canons. Selon l'Inventaire régional il naviguerait à la grande pêche ou au cabotage.

DSCN3898c

      Trois-mats goelette à cul rond, navire de grande pêche ou de cabotage portant l'inscription  MARIE LANNION

DSCN3900c$

   Seul navire du guerre, un trois-mats barque à trois ponts dont les batteries comptent de 11 à quatorze canons, soit 80 canons, (un vaisseau de ligne de 2ème rang ?)  doté d'un discret château arrière sur lequel est inscrit dans un cartouche à la place du nom et du quartier maritime les mots "Act A Ste VIERGE ".

   Restaurée en 1989 et utilisée comme maquette de procession lors du pardon, où elle est alors pavoisée et  portée par des marins de la Marine Nationale en uniforme. Les autres maquettes, également gréées du grand pavois, sont portées par des enfants ou des hommes, et les statues de la Vierge par des femmes.

DSCN3915c

2.  Paquebot transatlantique (en service dans la première moitié du XXe siècle).

ploulech-yaudet 3669x

 

3. Trois-mats barque à l'étrave inversée, en boite à vitrine .

DSCN3928c

 

4. Dans la sacristie se trouverait aussi la maquette d'un trois-mats goelette à propulsion mixte sous un globe en verre.

VI. Les bannières :


1.) Bannière de sainte Anne et de N.D. de Yaudet:

Zantez Anna Mam ar Vretouned Pedet Evidomp, " Sainte Anne Grand-mère des Bretons Priez pour nous."

La bannière représente l'Éducation de la Vierge, où sainte Anne apprend à lire (et transmet les Saintes Écritures vétérotestamentaires) en présentant un livre ouvert à sa fille.

bannieres 3675c


Itron Varia Goz-Yeoded Diwallet Hon Zoudardet Hag Hon Varteloded.

  La bannière présente cet intéret de reprendre la représentation de la Vierge couchée du rétable, dans un lit à baldaquin dans l'ouverture duquel s'envole l'Esprit-Saint, alors que saint Joseph, assis au pied du lit et tenant un livre, regarde la mèer et son enfant. C'est donc un nouvel exemple iconographique de ce thème, traité de façon originale.

  Je ne peux dater cette bannière, mais la mention de Goz-Yeodet indique sans-dooute l'influence de l'abbé Le Clech, recteur de Ploulec'h depuis 1934, et auteur d'une monographie sur le Yaudet qui mentionne l'appellation celte Koz Yeoded (le vieux Yeodet) du site.

Je traduis l'inscription ainsi : "Sainte Marie du Yaudet Protectice des soldats et des marins".

bannieres 3675d


2) Bannière de saint Pierre et saint Paul.

bannieres 3682c

 

bannieres 3682d

Détail de passementerie : 

bannieres 3718c

 

3) Bannière de sainte Anne

Ste Anne Protégez nous.

Sainte Anne, couronnée, se penche vers l'enfant couronné également (la Vierge, ou Jésus).

  Cette deuxième bannière vouée à sainte Anne souligne l'importance de ce culte étroitement associè à celui de la Vierge couchée : dans les deux cas, c'est la Maternité qui est célébrée.


bannieres 3683c

Monogramme A M.

                             bannieres 3716c

 

 

 


Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 11:32

              Vierges couchées (3) :

         chapelle de Kergrist à Paimpol.

 

Voir aussi : 

A. LES VIERGES COUCHÉES. 6 articles.

 

http://www.lavieb-aile.com/article-les-vierges-couchees-de-bretagne-2-chapelle-du-yaudet-a-ploulec-h-105555217.html

http://www.lavieb-aile.com/article-vierges-couchees-3-chapelle-de-kergrist-a-paimpol-105604068.html

http://www.lavieb-aile.com/article-vierge-couchee-calvaire-de-tronoen-a-saint-jean-trolimon-29-110465874.html

http://www.lavieb-aile.com/article-la-vierge-couchee-dans-les-nativites-des-livres-d-heures-113263711.html

http://www.lavieb-aile.com/article-vierges-couchees-la-cathedrale-de-chartres-112103311.html

LES VIERGES ALLAITANTES. 12 articles.

http://www.lavieb-aile.com/article-virgo-lactens-ou-miss-nene-5-candidates-du-finistere-les-vierges-allaitantes-96615012.html

GROUPE DE SAINTE ANNE TRINITAIRE. 

Groupes dits de Sainte-Anne Trinitaire : l'ensemble de la vallée de l'Aulne

http://www.lavieb-aile.com/article-anne-trinitaire-de-la-vallee-de-l-aulne-102034812.html

Anne trinitaire de l'église de Guimaëc.

Anne trinitaire de l'église de Plougasnou.

Sainte-Anne trinitaire du Musée départemental de Quimper.

L'église du Vieux Bourg à Lothey : Anne trinitaire.

La chapelle Sainte-Anne à Daoulas.

Anne trinitaire de la cathédrale de Burgos

http://www.lavieb-aile.com/article-sainte-anne-trinitaire-de-burgos-118711405.html

 

.

I. Présentation.

Le grand pardon est célébré en mai.

  La chapelle est connue des lecteurs de Pierre Loti puisqu'au chapitre XVII de Mon frère Yves, Loti, officier de La Sibylle, accompagne un ami matelot, Yves Kermadec, qui rentre chez lui à Plounez : sa chaumière est voisine de la chapelle de Kergrist : " Quand on est à la chapelle, disait-il, c'est tout près. On n'a plus qu'à tourner à gauche, deux cent pas, et on est chez nous".

DSCN3992c

         La chapelle de Kergrist en Plounez, ancienne commune actuellement rattachée à Paimpol, date du XVe siècle mais elle a été restaurée en 1603, date où elle fut consacrée par l'évêque de Saint-Brieuc et l'abbé de Beauport, puis modifiée au XVIIIe siècle. Vendue à la Révolution, rendue au culte en 1807, bénéficiant d'une restauration importante en 1868, encore très endommagée à la fin de la guerre de 14-18, elle est alors remise en état par les paroissiens. En 1944, après avoir été touchée lors d'un raid aérien, elle doit être reconstruite. De son plan d'origine, elle a perdu son transept sud, ce qui explique en partie l'aspect encombré et mal agencé du retable que je viens visiter ici, celui de la Vierge couchée. En effet, les trois autels initiaux, ceux de Sainte Philomène, de N.D de Kergrist et de N.D du Yaudet, doivent trouver place sur la largeur de la nef et du transept nord, dont l'extrémité donne encore accès à la sacristie.

  Elle est entourée d'un placître doté d'un calvaire du XVIe siècle, et dispose d'une fontaine au nord-ouest

 


 

 

II. La Vierge couchée.

  Dans l'espace exigü qui lui est concédé, pas de retable monumental, pas de niche pour sainte Anne ou Joachim, tout juste un dais à guirlande et à deux pots-à-feu, trois angelots en couronnement, et dans l'ouverture de discrets rideaux de mousseline, deux blocs de bois sculptés aux couleurs blanches : l'un représente "la Vierge en gésine sur son lit d'accouchée", appuyée comme de coutume sur son coude droit et tournée (mais d'un quart) sur le coté dans la position des premiers allaitements, tandis que l'Enfant-Jésus ne nous montre que ses cheveux noirs afin de pouvoir téter. L'allaitement lui-même n'est pas visible, mais seulement nous voyons le beau geste de Marie prenant le menton de l'enfant et le guidant vers elle.

   L'autre bloc sculpté représente un personnage très proche de celui du Yaudet, mais ici dépourvu de couronne et de sceptre. Son manteau n'est plus peint en rouge et, en d'autres termes, saint Joseph (car c'est bien lui) n'est plus déguisé en roi ; il tourne son beau visage vers le ciel et semble rendre grâce, d'un geste de la main, pour cette naissance.

  Le naturel de cette posture, le joli mouvement des plis, la simplicité bonhomme des visages, l'absence de cette literie qui choquait, au Yaudet, par son coté kitch, l'absence même des fastes des retables, le dépouillement cistercien de la monochromie blanche confèrent à cette Nativité un charme émouvant. Inutile d'évoquer Isis, Cybèle ou la Virgo parturita gauloise pour comprendre que le mystère chrétien de l'avènement, dans une crèche de Béthléem, d'un Enfant-Dieu croise aussi, pour chaque être humain, l'émotion bouleversante de chaque naissance d'un petit d'homme, et la conviction qu'il se joue alors un évènement fabuleux qui le dépasse infiniment.

 

  

 

kergrist-plounez-paimpol 3724c

kergrist-plounez-paimpol 3728c

kergrist-plounez-paimpol 3729c

kergrist-plounez-paimpol 3746c

kergrist-plounez-paimpol 3730c

 

 

  On trouve dans l'article de Georges Provost http://abpo.revues.org/1428 la reproduction d'une photographie qui montre une disposition des lieux très différente :

 

vierge-couchee-kergristc.png

 

III. Les statues et ex-voto.

 

L'autel consacré à sainte Philomène. 

Il porte des plaques votives avec la mention Merci à N.D. de Kergrist, témoignant de la confusion de l'ordonnancement. Ses niches reçoivent les statues d'un moine ou abbé  et de saint Yves.

DSCN3960.JPG

 

 

      Ex-voto : 

Cette goélette morutière de Paimpol (comme l'Étoile et la Belle Poule) porte l'inscription Kergrist PL.

DSCN3974

      Saint François ( selon l'inscription du socle)

kergrist-plounez-paimpol 3745c

 

Sainte Philomène :

  Le culte de cette jeune vierge et martyre des premiers siècles s'est développé grâce à la dévotion du saint Curé-d'Ars en 1837, après que ses reliques aient été découvertes dans les catacombes de Priscilla puis transférées à Mugnano del Cardinale près de Naples. Son nom est issu d'une plaque qui portait la mention qualificative philomena theou, "aimée de Dieu".

  Sa présence dans cette chapelle est peut-être due au fait qu'elle soit la patronne du Rosaire Vivant et des Enfants de Marie Immaculé ; mais j'ignore la datation attribuée à cette oeuvre.

kergrist-plounez-paimpol 3744cc

 

 

Saint Yves :

 

kergrist-plounez-paimpol 3743c

 

Notre-Dame de Kergrist.

Le maître autel qui prolonge la nef est encadré par la statue de N.D. de Kergrist, vraie patronne de la chapelle, et de saint ? à gauche, alors que la statue de sainte Marguerite est posée sur le coté gauche de l'autel.

 

kergrist-plounez-paimpol 3747c

 

Sainte Marguerite .

  Elle sort de son dragon par la seule force de sa prière ; Shrek fait semblant de ne pas être dans la combine.

 

kergrist-plounez-paimpol 3751c

 

Déploration :

 

kergrist-plounez-paimpol 3754ccc

 

      Saint Sébastien :

kergrist-plounez-paimpol 3757c

 

Statues dans la nef : 

Saint Éloi :

Dans sa tenue de maréchal-ferrant avec la tenaille et les clous.

 

kergrist-plounez-paimpol 3768v

 

 

 

   Saint Julien.

 Cette statue, ainsi que d'autres, proviennent d'une ancienne chapelle Saint-Julien actuellement détruite. 

  Les lecteurs des Trois Contes de Flaubert connaissent la Légende de saint Julien l'Hospitalier, ce fils de seigneur qui s'adonnait à la chasse :

  "Il aimait, en sonnant de la trompe, à suivre ses chiens qui couraient sur le versant des collines, sautaient les ruisseaux, remontaient vers les bois ; et quand le cerf commençait à gémir sous les morsures, il l'abattait prestement, puis se délectait à la furie des mâtins qui le dévoraient, coupé en pièces sur sa peau fumante".

  Ils savent comment le chasseur, poursuivant un cerf, une biche et son faon, tue les deux derniers, puis enfin le grand cerf qui le maudit avant de succomber en disant "Maudit, maudit, maudit! Un jour , coeur féroce, tu assassineras ton père et ta mère !" Et comment, comme dans le mythe d'Oedipe, l'oracle se réalisera alors que Julien aura tout organisé pour le déjouer.

  La statue montre un homme vêtu d'une cuirasse et d'un manteau, tenant un épieu à gauche et un bouclier à droite. Mais celui-ci est orné d'une tête de cerf dans les bois de laquelle une tête apparaît: si cette tête est celle du Christ, il s'agit d'une contamination par les légendes de saint Eustache et de saint Hubert où les bois du cerf portent la croix du Christ. 

 

 

 

kergrist-plounez-paimpol 3769c

 

IV. La bannière.

  Elle est dédiée à Notre-Dame de Kergrist et non à N.D du Yaudet, avec l'inscription Itron Varia Kergrist Pedet Evid-omp, sainte Vierge de Kergrist Priez pour nous. La Vierge de Kergrist est couronnée et présente l'Enfant-Jésus qui tient le globus crucigère.

kergrist-plounez-paimpol 3737c

  Le verso de cette bannière est traité de façon beaucoup plus originale et souligne, comme l'ex-voto vu précédemment, que cette chapelle dessert une population maritime. On y voit, encadrée par quatre ancres, une étoile et une fleur, un trois-mats gréé de trois voiles carrées et équipé non pas d'un gouvernail d'étambot, mais de deux avirons tribord et babord, ce qui correspondrait à un navire antérieur au XIIIe siècle. 

kergrist-plounez-paimpol 3722c

 

 

V. Les tableaux.

 

  Je donne à ces deux tableaux toute mon estime, et je suis frappé par leur qualité, les trouvant dignes des grands musées. J'ai été étonné de ne pas les trouver très étudiés, mais simplement mentionnés sur les sites en ligne. Quels en sont les auteurs ? Qui est F. Vali ? D'où proviennent ces oeuvres? 

1) Saint Marc écrivant son Évangile, F. Vali, 1656

  Inscription F. Vali fecit 1656 Ste Marce Ora pro nob~

kergrist-plounez-paimpol 3758cc

 

 

2) la Nativité ou la Vierge au fourneau.

kergrist-plounez-paimpol 3759c

 

 

kergrist-plounez-paimpol 3761c

kergrist-plounez-paimpol 3762c

kergrist-plounez-paimpol 3763c

 

                       kergrist-plounez-paimpol 3773 c

 

Inscriptions :

On lit : aier alit natum....seph somnum et de l'autre cotè Angelus auras ex... ast munus reddit... utrisque puer .

 

Ces inscriptions ont été coupées lors du réencadrement, mais l'abbé Guillotin de Corson (Les sanctuaires du pays de Paimpol, Revue de Bretagne et Vendée, 1889 (1) p. 108 link) les a relevé ainsi : Mater alit natum, Joseph somnum, angelus auras (ex) ast munus reddit utrisque puer. Je tente de traduire par "La mère nourrit son nouveau-nè, Joseph songe / un ange souffle ? tandis que deux groupes d'enfants rendent grâce."

Le chanoine honoraire décrivait ainsi ce tableau comme une toile peinte qu'on dit être de l'école espagnole, et intitulée par le peuple comme le Ménage de la sainte Vierge : "on y voit Marie faisant elle-même de la bouillie dans un petit poêlon tandis que saint Joseph berce le divin Enfant ; plusieurs anges aident à la Sainte famille, l'un attise le feu, un autre le souffle, un troisième apporte du charbon."

kergrist-plounez-paimpol 3764c

 

kergrist-plounez-paimpol 3760c

 

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Vierges couchées
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 11:20

Chapelle de Tronoën à Saint-Jean-Trolimon.

             La vierge couchée du calvaire.

                   La bannière Le Minor.

                      La statuaire.

                    Saint Saturnin.

                  Les vitraux de Petit.

 

Voir aussi : 

A. LES VIERGES COUCHÉES. 6 articles.

 

http://www.lavieb-aile.com/article-les-vierges-couchees-de-bretagne-2-chapelle-du-yaudet-a-ploulec-h-105555217.html

http://www.lavieb-aile.com/article-vierges-couchees-3-chapelle-de-kergrist-a-paimpol-105604068.html

http://www.lavieb-aile.com/article-vierge-couchee-calvaire-de-tronoen-a-saint-jean-trolimon-29-110465874.html

http://www.lavieb-aile.com/article-la-vierge-couchee-dans-les-nativites-des-livres-d-heures-113263711.html

http://www.lavieb-aile.com/article-vierges-couchees-la-cathedrale-de-chartres-112103311.html

LES VIERGES ALLAITANTES. 12 articles.

http://www.lavieb-aile.com/article-virgo-lactens-ou-miss-nene-5-candidates-du-finistere-les-vierges-allaitantes-96615012.html

GROUPE DE SAINTE ANNE TRINITAIRE. 

Groupes dits de Sainte-Anne Trinitaire : l'ensemble de la vallée de l'Aulne

http://www.lavieb-aile.com/article-anne-trinitaire-de-la-vallee-de-l-aulne-102034812.html

Anne trinitaire de l'église de Guimaëc.

Anne trinitaire de l'église de Plougasnou.

Sainte-Anne trinitaire du Musée départemental de Quimper.

L'église du Vieux Bourg à Lothey : Anne trinitaire.

La chapelle Sainte-Anne à Daoulas.

Anne trinitaire de la cathédrale de Burgos

http://www.lavieb-aile.com/article-sainte-anne-trinitaire-de-burgos-118711405.html

 

.

 

I. Le calvaire : la Vierge couchée de la Nativité.

  La représentation d'une Vierge couchée est ici d'autant plus interessante que Tronoën ou Tronoan ( Tro-an-aon, "trève ou lieu placé au bord d'une rivière") est un ancien lieu de culte dédié à Vénus à l'époque gallo-romaine : venant de l'oppidum de Tronoën,  le sol a livré des monnaies romaines et gauloises ainsi que de nombreuses figurines en terre cuite blanche représentant Vénus Anadyomène, exposées au musée de saint-Germain-en-Laye. Ce culte païen a disparu au VIe siècle avec l'arrivée de chrétiens venus de Grande-Bretagne

 

Musée départemental breton de Quimper :

 

DSCN9824c

DSCN9822c

 

 

  La chapelle a été construite sur l'emplacement d'un ancien temple romain au milieu du XVe siècle par  des "moines soldats", les "Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem", après qu'ils aient été chassés de Palestine. Ils reçurent pour mission de défendre la côte de Penmarc'h à la Pointe de Raz.

 

Le calvaire à mace et frise est le plus ancien de Bretagne, mais on en ignore le commanditaire, et seul l'examen des costumes a permis de proposer la date de 1450 comme celle de son édification. Il faut l'imaginer dans sa polychromie d'origine, proposant aux fidèles un vrai Évangile de pierre qui se lit, à partir de l'Annonciation, dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. 

  Mais je m'interesse aujourd'hui (un jour de pluie, peu favorable à mes photographies) à sa face nord consacrée, dans le registre inférieur, à la Nativité. Après la scène de la Visitation à gauche, on voit trois blocs de kersanton qui reprennent les éléments retrouvés dans les autre nativités à Vierge couchée. 

  

saint-jean-trolimon 8530c

 

  En effet, après le boeuf et l'âne dans leur étable, on voit saint Joseph dans sa posture songeuse ou endormie, le front sur la main et le coude sur le genou. Un bloc de pierre différent représente la Vierge, dont la tête repose sur un coussin. Le lit est figuré par un tressage d'osier ou de lattes, dans la partie inférieure et l'extrémité gauche. Les cheveux très longs sont disposés en deux nattes un peu naïves sur les épaules. Marie est nue, du moins jusqu'à la poitrine puisque les draps la recouvrent en dessous. Les deux bras, au dessus du drap, sont tendues, paumes vers le haut, vers l'Enfant-Jésus dont la précocité est rendue par l'artiste en le présentant comme un garçon de sept ans, pleinement conscientr de sa mission de Sauveur du Monde. Il en tient le globe dans la main gauche tandis qu'il désigne l'étage supérieur du calvaire où la croix de la Rédemption l'attend. 

  Le bloc de kersanton suivant est sculpté des trois rois mages : le premier est, c'est la tradition, le plus agé et il est barbu ; il a oté par respect sa couronne. Le suivant porte la couronne à fleuron et montre l'étoile qui les a guidés vers Bethléem. Il porte une tunique courte, mais fourrée, et aux manches très amples, au dessus de collants. Son voisin, également couronné, porte un manteau aux manches tombantes. Ce sont ces costumes, ainsi que les chauusures à poulaine visibles sur d'autres faces, qui ont permis la datation entre 1450 et 1470, sous Louis XI.

 

saint-jean-trolimon 6383c

 

saint-jean-trolimon 6376c

 

saint-jean-trolimon 6377c

 

saint-jean-trolimon 6380c

 

II. La bannière le Minor.

 

1. Face consacrée au calvaire sous le titre TRONOEN avec l'inscription :

Ravo gant gwad Jezuz diwallet va ene evid ar vuhez peurbaduz. (Que le sang de Jésus protège mon âme une vie heureuse ?)

  En bas, on trouve les signatures Le Minor et Toulhoat.

  Six anges prennent soin du Christ agonisant, trois recueillant le Précieux Sang des cinq plaies dans  quatre calices, un épongeant le front ensanglanté par la couronne d'épine (sixième écoulement de sang), et deux présentant un écu : celui de la Bretagne (hermine) et l'autre de Saint-Jean-Trolimon? (croix pattée, qui figure sur les armoiries de la commune ).

 

saint-jean-trolimon 8499c

 

 

      2. Face consacrée à la paroisse de Saint-Jean-Trolimon.

Inscription PARREZ SANT YANN, Paroisse Saint-Jean, puis en bas AD1993 (Anno Dei 1993), et les signatures Le Minor et Toulhoat, et enfin Paoah. Sergent. Person.

 Image : la Vierge de l'Immaculée Conception, surplombant la représentation de la chapelle Notre-Dame de Tronoên et de son calvaire.

 

saint-jean-trolimon 8500c

 

 

 Cette bannère a été brodée en 1993 par Cécile le Roy de la maison Le Minor de Pont-L'Abbé sur un carton de Pierre Toulhoat, alors que l'abbé Sergent était recteur de Saint-Jean-Trolimon.

saint-jean-trolimon 8509c

 

Les statues.

 

DSCN3050c

 

Saint Jean :

DSCN3037c

 

Notre-Dame de Tronoën:

Cette Vierge à l'Enfant,  couronnée provient de l'ancien calvaire mutilé de Saint-Evy .

 

 

saint-jean-trolimon 8510c

 

Sainte Barbe 

DSCN3043c

 

Anges adorateurs sur leur nuage.

DSCN3038c

Lavieb-aile vous révèle la fixation de leurs ailes, que ces anges ôtent lorsqu'ils ne volent pas (j'avais cru d'abord qu'il s'agissait d'anges-tirelires, qu'on place près de la crèche et qui disent merci avec la tête) :

DSCN3046c

 

 

      Saint Sernin (ou Saturnin).

On peut s'étonner de trouver ici la figure inhabituelle du premier évêque de Toulouse, vers 250.  Le site Topic-topos http://fr.topic-topos.com/saint-sernin-saint-jean-trolimon explique que c'est la Légende dorée qui a fait de Saturnin, martyr du IIIe siécle, un adolescent tenant la tunique du Christ lors de son baptème dans le Jourdain, puis que, par rapprochement phonétique possible avec le lieu-dit Santurnel, à Plomeur, son culte s'est répandu dans le pays bigouden, avec une statue dans l'église Saint-Jean-Baptiste (de Trolimon?), et une autre à Combrit.

  Mais la Légende dorée de Jacques de Voragine en 1266  mentionne Saturnin comme "ordonné évêque par les disciples des apôtres" et envoyé à Toulouse où il fut lié à la queue d'un taureau et précipité du haut de l'escalier du Capitole.http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome03/175.htm

  Je retrouve par contre, dans la Fleur des Vie des saints publiée en 1687 et 1712 par le père jésuite Ribadeneira link le récit où Saturnin, premier prélat de Toulouse, fils d'un roi de Péloponèse, et devenu disciple de saint Jean Baptiste, assista au baptème de Jésus : "et même il gardoit la robe de Nostre-Seigneur pendant que saint Jean le baptisoit". La source citée est le Livre 9, chapitre 6 de Bernard Guidonis (1261-1331), ou Bernard Gui, inquisiteur de Toulouse et évêque de Lodéve. L'ouvrage cité est le Speculum sanctorale de 1329 (Bibliothèque Municipale,Toulouse, ms.480, f° 248v-254).

  Il y eut d'abord, autour d'un personnage historique martyrisé lors de la persécution de Dèce en 250, puis la lègende transforma ce personnage en un disciple du temps des apôtres, un des discipuli apostolorum,  envoyé par saint Pierre en Gaules : cette modification daterait de Grégoire de Tours dans son Liber in gloria martyrium, et Césaire d'Arles (mort en 542) dans son De mysterio sanctae trinitatis. (le même phénomène "d'apostolisation" a concerné saint Denis, qui, de martyr parisien, est devenu contemporain des apôtres au fil de l'élaboration de sa légende)

  De fil en aiguille, je remonte l'hagiographie de saint Saturnin, découvrant les Gesta saturnini écrits en 900 : leur auteur, un clerc d'Auch, reprend chaque passage de l'évangile qui mentionne la présence d'un disciple autour du Christ, et soutient que c'était Saturnin, présent à la multiplication des pains, au lavement des pieds, à la Cène, à la Réssurection, lors des apparitions du Christ, etc...  A la même époque est écrit la Passion interpolée, où sont intercalées au récit de la Passion des miracles de Saturnin guérissant Austria, la fille du gouverneur Antonius en la trempant dans les fonts baptismaux ou la lépreuse Quiriace. Au début du Xe siècle est aussi écrite une Passion rimée, reprise un siècle plus tard par Borellus et décrivant la mission toulousaine du saint et son voyage en Espagne. Plus tard paraissent des libelli, petits livrets destinés aux fidèles, et vers le XIIIe siècle, le Corpus Saturnini est ainsi constitué, tel que Bernard Gui ("Guidonis") le reprendra et le complétera par le récit de la révélation des reliques au XIIIe siècle pour le lectionnaire des dominicains de Toulouse dans sa Vita et Passio saturnini. (Source : Thèse d'Anne-Véronique Gilles-Raynal link).

  Outre deux églises à Toulouse, de nombreuses églises lui sont consacrées dans le Midi, notamment dans le Quercy, mais un culte lui est aussi rendu à Tours, à Chartres, etc...

  Au Moyen-Âge, il est invoqué pour les étourdissements, ou pour soigner les moutons atteints de la maladie du tournis, pour la raison calembouresque que son nom populaire, Atorne ou Atournis, issue du latin Saturninus, s'y prête.

  En Bretagne, on trouve sa statue en évêque à Belz (église Saint-Saturnin). Par contre, ce motif iconographique de Saturnin en porteur de tunique semble très rare en France, où les sculptures montrent le plus souvent le supplice sur les marches du Capitole, ou le taureau. Je ne trouve comme autre exemple que la statue de Combrit (29) dans la chapelle Saint-Vennec.

 

 

                                     saint-jean-trolimon 8525c

 

On trouve aussi à Combrit, en la chapelle Notre-Dame de la Clarté, un bel exemple de statue de ce saint, dénommé Sant Urnel :

                         Notre-Dame-de-la-Clarte 2532c

 

 

 Ultérieurement, lors d'une visite de la cathédrale de Chartres et de son "tour de choeur" , cette découverte de la légende de saint Sernin/Saturnin me permit de décrypter immédiatement la scène du Baptème du Christ suivante :

 

 

 tour-du-choeur 9860cc

        Pourtant, Jacques Baudoin analyse cette oeuvre de Nicolas Guybert (v.1543) en y voyant "le Christ assisté d'un ange tenant sa tunique" (Normandie-Île-de-France, la sculpture flamboyante, p. 288). Effectivement, dans l'iconographie, on trouve des baptèmes du Christ où c'est un ange qui est le porteur de la tunique*, et, à contrario, lorsque le personnage est dépourvu d'ailes, comme ici, on estime qu'il s'agit d'un ange aptère ; mais n'est-ce-pas par méconnaissance de la légende de saint Saturnin ?

  A Chartres, en tout cas, saint Saturnin est représenté, tiré par le taureau sur les marches du Capitole, parmi les saints de la baie latérale gauche dite des Martyrs, du Portail Sud. 

*Bicci di Lorenzo (1373-1452), Le Baptème du Christ, Nantes, Musée des Beaux-Arts.

* Ottavio Vannini (1585-1643), Le Baptème du Christ, Nantes, Musée des Beaux-Arts.

Un exemple d'ange porteur de tunique : Livre d'heures de Catherine de Rohan et Françoise de Dinan, Rennes, Médiathèque Les Champs Libres, Ms0034 folio 72 : Le Baptème du Christ :

 

                      BIB-20080912-063.img

 

 

 

 

 Vitraux de Michel Petit (1990).

  Selon le blog de Jean-Pierre Le Bihan, ils ont remplacé, dans la maîtresse-vitre, des vitraux du peintre-verrier morlaisien Jean-Louis Nicolas (1816-1899).

  Michel Petit (Évreux 1934-.) est un maître-verrier diplomé des Beaux-Arts à Paris : c'est auprès de l'atelier de Jacques Le Chevallier qu'il se formera à l'art du vitrail, avant d'ouvrir en 1963 son atelier à Thivars, prés de Chartres. S'il est plus particulièrement connu pour ses restaurations de vitraux anciens dont ceux des  cathédrales de Chartres, Bourges, Coutances ou Tours, c'est aussi un créateur inovant dont la première réalisation fut en résine polyester à l'église Saint-Léger de Saint-Germain-en-Laye, avant d'employer la dalle de verre (Sainte-Bernadette à Angers) et de figurer parmi les précurseurs de la peinture du verre par thermoformage (Centre culturel de Ducey, Manche, 1998). Depuis 1970, il se consacre à la recherche de techniques de conservation et restauration de vitraux avec le Laboratoire des monuments historiques. 

  Parmi ses créations en verre antique, il faut citer l'église Saint-Gervais de Falaise et ses 200 m² de verrières sur le thème de la Jérusalem Céleste.

  Trés attentif à situer le fruit de son imagination  en cohérence avec l'histoire, l'architecture et le décor du lieu, mais aussi à sa lumière et à son environnement, il donne une importance particulière au théme du dialogue du ciel et de la mer (Thivars, 1986), de la course du soleil entre ciel et mer (église romane de Martinvast, Manche, 1993), tout en s'inspirant des cantiques spirituels ( cantique de Daniel "Béni sois-tu dans le firmament du ciel" à Martinvast, Ave Maris Stella à Rosnoën).

  Nous ne sommes donc pas surpris de lire le texte suivant,  dactylographié et affiché à l'intérieur de la chapelle avec la mention "M. Petit, maître-verrier 1990" :

  "La chapelle Notre-Dame de Tronoën était pourvue au XIXe siècle de vitreries géométriques incolores et aujourd'hui disparues; la lumière devait y être brutale. La restauration récente des polychromies imposait au Maître-Verrier une lumière diffuse neutre. Il y avait donc obligation d'emploi de verres incolores légèrement réchauffés de dorés pour assister la polychromie et créer l'équilibre avec les bleus dominants de la coloration des vitraux. L'iconographie dense, riche et souvent dramatique du célèbre calvaire accueille et retient l'attention de quiconque entre dans la chapelle, il ne semblait pas désirable de traiter les vitraux sur un mode figuratif, d'autant que la chapelle possède une statuaire très présente."

" Par contre cet édifice proche de la mer et dédié à la Vierge suggère naturellemnt le double thème de la Vierge et de la mer évoqué dans l'hymne Ave Maris Stella, Dei Mater alma "Salut Étoile de la mer, Mère de Dieu très pure, toujours vierge, heureuse porte des cieux".

"Enfin deux baies, l'une au nord, l'autre au sud, sont traitées dans des colorations plus chaudes pour s'accorder à la polychromie de l'édifice : fonds clairs, ocre rouge et coloration de points dorés et turquoise, couleurs complémentaires."

  "Les verres ont été peints une première fois pour développer les jaunes d'argent puis ont été peints à l'émail bleu turquoise ou jaune léger pour leur donner une vie plus intense. Ils ont été "bouillonés" ensuite afin de leur donner, à l'extérieur, une matière légèrement translucide diffusant une lumière nacrée.

"L'idée d'une présence discrète des vitraux en harmonie avec l'architecture, et la volonté de soutenir une prière mariale au coeur du visiteur en ont animé la création".

  

 

  

 

 

saint-jean-trolimon 8518c

  

 

 

saint-jean-trolimon 8515c                             saint-jean-trolimon 8516c

                                       saint-jean-trolimon 8517c

 

saint-jean-trolimon 8519c

 

 

saint-jean-trolimon 8520c

 

saint-jean-trolimon 8521c

 

saint-jean-trolimon 8522c

 

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Vierges couchées
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 11:13

             La Vierge couchée : occurrence dans les Nativités enluminées des Livres d'Heures manuscrits conservés à la Médiathèque de Rennes.

 

Voir aussi : 

A. LES VIERGES COUCHÉES. 6 articles.

 

http://www.lavieb-aile.com/article-les-vierges-couchees-de-bretagne-2-chapelle-du-yaudet-a-ploulec-h-105555217.html

http://www.lavieb-aile.com/article-vierges-couchees-3-chapelle-de-kergrist-a-paimpol-105604068.html

http://www.lavieb-aile.com/article-vierge-couchee-calvaire-de-tronoen-a-saint-jean-trolimon-29-110465874.html

http://www.lavieb-aile.com/article-la-vierge-couchee-dans-les-nativites-des-livres-d-heures-113263711.html

http://www.lavieb-aile.com/article-vierges-couchees-la-cathedrale-de-chartres-112103311.html

LES VIERGES ALLAITANTES. 12 articles.

http://www.lavieb-aile.com/article-virgo-lactens-ou-miss-nene-5-candidates-du-finistere-les-vierges-allaitantes-96615012.html

GROUPE DE SAINTE ANNE TRINITAIRE. Nombreux articles.

Groupes dits de Sainte-Anne Trinitaire : l'ensemble de la vallée de l'Aulne

http://www.lavieb-aile.com/article-anne-trinitaire-de-la-vallee-de-l-aulne-102034812.html

Anne trinitaire de l'église de Guimaëc.

Anne trinitaire de l'église de Plougasnou.

Sainte-Anne trinitaire du Musée départemental de Quimper.

L'église du Vieux Bourg à Lothey : Anne trinitaire.

La chapelle Sainte-Anne à Daoulas.

Anne trinitaire de la cathédrale de Burgos

http://www.lavieb-aile.com/article-sainte-anne-trinitaire-de-burgos-118711405.html

 

.

 

      Aucune photographie ne m'est personnelle, elles proviennent toutes de la Médiathèque Les Champs Libres, par téléchargement des pages disponibles ici :http://www.bibliotheque-rennesmetropole.fr/actualite-des-collections/tresors/les-collections-numerisees/    

© Bibliothèque Rennes Métropole  

  Les images sont dues à Central Studio.

I. Livre d'Heures à l'usage de Dol.

      Nativité, Livre d'Heure à l'usage de Dol, XVe siècle, artiste inconnu, miniature mi-page, Rennes Ms 0028,  folio f.61.

 

BIB-20060406-015.wmg

 

  La Vierge, enveloppée dans son manteau bleu qui recouvre sa tête, est allongée sur un lit tendu de rouge, adossée à des coussins, et à demi-tournée vers la gauche ; l'Enfant-Jèsus, au nimbe crucifère, nu à coté de sa mère, se tourne vers saint Joseph en lui tendant les bras. Celui-ci est, pour une fois, plus éveillé et moins mélancolique que d'habitude et il ébauche même un geste vers le couple mère-fils ; il reste néanmoins en retrait, séparé de la dyade par la diagonale rouge du lit, isolé dans le vert d'un pré aux fleurs stylisées, devant un paravent d'osier qui le sépare de l'âne et du bœuf. Son bonnet jaune indique son judaïsme. Un bassin et une cruche témoignent du fait que l'accouchement vient d'avoir lieu. Le vrai Père a pris l'aspect d'une pluie de rayons solaires dont il inonde avec bienveillance la scène.

Le début du Psaume de David Deus in aduitorium meum intende vient à la suite d'une lettrine D enluminée.

 

II. Livre d'Heures de la famille d'Epinay.

Nativité, Livre d'Heures de la famille d'Epinay, 1430-1450, miniature mi-page, artiste inconnu, Rennes MS0033, folio F.65. BIB2007.1030-016.

  Le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, Départements — Tome XXIV. Rennes, donne de ce manuscrit la description suivante : 190 feuillets (plus un feuillet liminaire A en papier)... Quatorze grandes miniatures à pleine page — Au verso du feuillet de garde 1, on lit, en caractères majuscules lapidaires : AN 1603. A MADAME : LA : MARQUISE : DE : VAUCOULLEUR : SES : HEVIRES : ENLVMINÉES : APPARTIENNENT : DONNÉES : PAR SON : FIDEL : MARY : CHARLES : DESPINAY : MARQUIS DE VAUCOULLEUR, SEIGNEUR D'YVEGNAC, PLUMAUGAT, LACHÈSE. JHESUS MARIA. (La Bibliothèque de Rennes possède un livre d'heures, imprimé par Gillet Hardouin en 1503, provenant de la même famille, et où on lit, folio 7, cette note marginale : « Ce quinziesme octobre 1600, hault et puissant mesyre Charles Despinay, marquis de Vaucoulleur, espoussa... Marye de Chachanay, à Duretal. Dieu leur doint des enfans. » C'est à cette Marie de Chachanay que le manuscrit fut offert en 1603. L'écusson de la famille d'Épinay, d'argent, au lion coupé de gueules et de sinople, est peint aux folio 27 ro , 28 ro , 52 vo , 64 vo , 71 ro , 101 ro ; ces armes figurent également dans un canton d'un écu peint à la fin du manuscrit, accompagnées des monogrammes  et  (double lambda). — Le premier feuillet de garde A, en papier, porte, au recto, l'inscription : « Dom Jan Mevel, recteur, prestre digne. 1673 »

Dimensions : 184 × 128 mm

Reliure : Reliure maroquin rouge, estampillée au dos et sur les plats, en lettres d'or, au double monogramme, alternant dans des losanges à cordelières. Coins et fermoirs en cuivre.

  Je ne parviens pas à retrouver des informations précises sur cette famille bretonne d'Epinay ou d'Espinay, dont un membre, Robert, fut Grand maître d'Hôtel de Bretagne à la cour du duc François Ier en 1448. Des monogrammes entrelacent les lettres V et A, les lettres doublées LL (lambda) avec AA. Je ne saurais même pas si la protectrice de Rousseau, Louise d' Epinay, en fait partie !

 

 

 

                                           BIB-20071030-016.wmg

                                           BIB-20071030-016.wmg détail

L'enluminure surmonte la citation partielle du Psaume 70 (69) Deus in adiutorium meum intende, Domine ad adiuvandum me festina; confundantur et revereantur qui quaerunt animam meam," Qu’ils soient honteux et confus, ceux qui en veulent à ma vie ! Qu’ils reculent et rougissent, ceux qui désirent ma perte !"

  La crèche est un enclos entouré d'une palissade d'osier, dans lequel un toit de chaume est supporté par quatre madriers. Joseph, l'air pensif, s'appuie sur une canne; la Vierge, vêtue d'une tunique rouge et de son manteau bleu qui la couvre sous la taille, est tournée sur le coté gauche vers son Fils, placé tête bêche, nu mais la tête cerné par une auréole crucifère, tendant les bras vers sa mère. Il est encadré par l'âne et le bœuf. Deux bergers, dans l'herbe tendre, lèvent les bras en signe d'émerveillement. Ces bergers sont repris à l'identique dans un médaillon de la marge, sous deux cigognes (ou hérons), mais aussi plus bas, dans un champ, tenant chacun un instrument aratoire, près d'un paon : on suppose, bien qu'ils lui tournent le dos, qu'ils répondent aux injonctions de l'ange aux ailes ocellées qui leur fait coucou en haut et à gauche. On trouve encore dans la marge des fraises des bois, des fleurs de bleuets, des acanthes, des sortes de faînes.

 

 

 

 

 

III . Livre d'Heures de Béatrice de Rieux, XIVe siècle.

La Nativité, Livre d'Heures de Béatrice de Rieux, XVe siècle, artiste inconnu, 1390. MS2044 folio F.57v. BIB 20080827-004.

  Le manuscrit Horae secundum usum Namnetensem vel Dolensem, France (Tours), ca 1390-1400, latin et français, parchemin 186x128 cm, 262 ff, 16 peintures,  a été exécuté pour Béatrice de rieux, fille de jean de Rieux, Maréchal de France et seigneur d'Issé, et de Jeanne de Rochefort. Elle épousa Jean de Rougé, seigneur du Theil de Bretagne, puis, devenu veuve en 1417, elle se retira à Issé.

  Ses armoiries, d'azur à neuf besants d'or, figurent sur la robe de la commanditaire, sur l'enluminure du folio 189v où elle est agenouillée devant la Vierge.

 

 

BIB-20080827-004.wmg corrigé

 

  Sur un fond à damier bleu, rouge et or semblable au fond de la Nativité précédente, la Vierge est allongée sur le coté droit, le visage appuyé sur la main droite, selon un schéma très habituel pour le thème des Vierges couchées ; elle porte une chemise rouge et le manteau bleu qui couvre la tête, cachant les cheveux. Elle tourne le dos à l'Enfant qui, langé, nimbé, se repose (un oeil ouvert) sur un haut berceau rectangulaire. L'âne et le bœuf veillent sur lui Une fois de plus, Joseph porte la canne, la barbe, le chapeau ou bonnet juif, et, toujours placé en écart, il médite. Les postures sont figées, et celle de la Vierge, notamment, évoque les représentations analogues des tympans des cathédrales (Chartres, Sens). 

 

      IV. Livre d'Heures du XVe siècle.

Adoration des bergers, Livre d'Heure du début du XVe siècle, produit en Bretagne, artiste inconnu. MS0029, Folio F.47.

                          BIB-20060406-026.wmg

 

  Cette scène diffère légèrement car il ne s'agit plus d'une Nativité, mais d'une Adoration des Bergers. Le Psaume est toujours le même, Deus in abuitorium, Ps 70.

  La Vierge est à demi-assise dans un vrai lit, dans de bons draps recouvert d'une couverture rouge frappée de motifs d'or, et ce lit semble trouver place dans la chambre d'un château ou d'une chapelle médiévale au style gothique, sous un riche dais, un ciel de lit rouge et or. Mais, curieusement, on a introduit ici deux animaux, l'âne et le bœuf, et on a dressé une palissade d'osier tressé pour que cela ressemble à une pauvre étable de campagne. 

  Personne ne s'y trompe, et la Vierge aux cheveux longs est habillée d'une robe bleue bien ajustée à ses formes, bien cintrée à la taille ; elle montre à l'Enfant le Livre, celui qu'il lui reste à accomplir, mais dont ils connaissent tous les deux les lignes ; c'est d'ailleurs un livre où, en palimpseste, se déchiffre l'Ancien Testament et ses préfigurations du temps à venir.

  L'Enfant a beau être nu, il est déjà très averti de cela, et il désigne à sa mère les bergers venus l'adorer, et que l'étoile envoyé par son Père a guidé jusqu'à eux ; et il les bénit, d'un geste assuré.

  Ce sont des bergers, mais bien vêtus d'une robe longue et d'une chape qui réchauffe leurs épaules ; leurs cheveux sont coupés à la mode du temps, raie médiane, nuque dégagée. L'un d'eux n'a pas quitté sa serfouette.

  Saint Joseph porte un costume assez identique, mais sa tête chenue est recouverte d'un capuchon. Sa canne en T et sa barbe grise en pointe ne le rajeunissent vraiment pas, et il est un peu ailleurs, regardant le bœuf qu'il caresse distraitement. J'éprouve pour lui une sympathie secrète et un peu apitoyée.

 

                                     BIB-20060406-026.wmg 2

 

 

 

  En conclusion, on découvre dans ces Nativités aux Vierges allongées du post-partum de nombreux points communs qui définissent un type iconographique, mais chaque scène est différente, sans stéréotypie, et l'une marque son originalité avec le Livre, l'autre avec l'allaitement, l'autre peint la pluie d'or de la Volonté divine, mais, dans tout les cas, le miracle d'une naissance virginale et sans conception laisse le pauvre Joseph ahuri, abasourdi, frappé de stupeur. C'est trop fort pour lui, ça le dépasse.

Je terminerai en m'attardant sur un manuscrit, le Livre d'heures de Prigent de Coëtivy.

IV. Livre d'Heures de Prigent de Coëtivy.

Livre d'Heures de Prigent de Coëtivy, manuscrit Rennes MS1511, vers 1400, artiste Le Maître de Troyes ; production en Champagne.

Folio F.45, La Nativité photo IRHT-CNRS BIB2008090920.

                            BIB-20080909-020.img

     BIB-20080909-052.img

 

 

 

1°) Prigent VII de Coëtivy (1399-1450).

  Les seigneurs de Coëtivy sont originaires de Plouvien (Bourg-Blanc), dans le Léon. (voir http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Coetivy.pdf)

Prigent VII est le fils d'Alain III de Coëtivy et de Catherine du Chastel, .

  Comme son oncle Tanguy du Chastel, et grâce à lui, Prigent devint un proche du roi Charles VII : conseiller et chambellan du roi, amiral de France en 1439, capitaine de la Rochelle et de Rochefort, il est aussi par son mariage avec Marie de Rais seigneur de Retz.

 

  Prigent appartient à une famille de bibliophiles.  Son frère Olivier est réputé par son Livre d'Heures qui a donné son nom à l'auteur parisien des enluminures, le maître des Heures de Coëtivy. Son autre frère Alain IV, surnommé le Cardinal d'Avignon, un personnage considérable, est un grand amateur de livres 

Lui-même possédait dans sa bibliothèque selon L. Delisle, outre ce Livre d'heures, la traduction du Miroir historial de Vincent de Beauvais par Jean de Vignay Livre XXV-XXXII (BNF, ms Fr 52) et Livre IX-XIV (Fonds Lansdowne n° 1179), le livre de Meliadus de Leonnois par Rusticien de Pise (BNF ms.fr. 340), le livre des cas des nobles hommes et femmes par Boccace (Chantilly, Bibl. du château, ms 0858), le Trésor des Histoires, les Chroniques de France, deux autres livres d'Heures (dont celui conservé à Dublin, Chester Beatty Library, W ms 82), le Livre de Tristan, le Livre de Lancelot et le Livre de Guyron le Courtois enluminés par Jean Haincelin, le Roman de la Rose, Boece, la légende Dorée, au total une vingtaine d'ouvrages précieux.

 

2°) Le Livre d'Heures de Prigent de Coëtivy.

 

 C'est la plus belle pièce acquise par la bibliothèque de Rennes. Ce manuscrit avait été examiné par Léopold Delisle link en 1897 avant qu'il ne soit acquis en Angleterre. Il en décrivait les 150 grandes miniatures, et notamment la trentaine consacrée à la Vierge, en écrivant "il faut, à coup sûr, les classer parmi les plus gracieuses productions de l'art français du milieu du XVe siècle". Il le datait d'avant 1444.

  Il renferme les devises de Prigent de Coëtivy, DAME SANS PER* parfois accompagné d'une feuille de fougère, et HÉLAS,BELLE MERCI tracé sur un disque blanc.

 *  Dame sans per est d'usage fréquent dans la poèsie et la chanson médiévale, de Christine du Pisan à Eustache Deschamps : ex : dame sans per, en qui est ma speranche.

  Le livre est remarquable par l'importance des "suffrages", ou invocation aux saints, puisqu'on compte une trentaine de saints.

Le manuscrit est passé à la mort de Prigent VII à sa veuve, puis à son frère Alain qui y a coiffé les armes de son chapeau de cardinal, puis à une famille Becmur ou Becmeur, de Basse-Bretagne. Il a été acheté à la fin du XIXe siècle par Henri Yates Thomson. Il a été acquis à l'Hôtel Drouot (catalogue de vente 10 décembre 1992).

  Sa reliure est de veau sur ais de bois, estampes à froid, décor de bandes verticales à la roulette, avec traces de fermoirs et de cabochons. (jadis, selon toute vraisemblance, elles étaient "couvertes de velours cramoisi brochées d'or, à fermoers ; mises en une bourse de cuyr rouge"... "doublée ladicte couverture de satin cramoisy"..."et sur icelles Heures, dix clous d'or en manière de rozes fermantes en un grant fermouer d'or en manière de roze." (Delisle)

  Les armoiries de Coëtivy, fascées d'or et de sable de six pièces sont peintes sur  les marges d'un grand nombre de pages (L.Delisle).

      Une enluminure montre (folio 251) le commanditaire (armoiries non identifiables) agenouillé devant saint Michel, une autre (f. 255) son épouse agenouillée devant saint Jean-Baptiste. Les saints et saintes représentés sont Pierre et Paul, Jean, Philippe, Barthélémy, Barnabé, Matthieu, Matthias, Jude Thaddée et Simon, Thomas, André,  Antoine, Claude de Besançon,   sainte Catherine d'Alexandrie, sainte Madeleine, Marguerite d'Antioche, sainte Anne avec la Vierge, les quatre évangélistes. L' ange Gabriel est aussi représenté. Ces personnages se détachent avec leur attribut sur divers fonds géométriques, soit à losanges bicolores et or, soit à grands carrés monochromes damassés ou tracés d'entrelacs d'or.

  Le texte s'organise  en deux étroites colonnes de 13 lignes au centre d'un encadrement de baguettes laissant place à de larges bordures. Dans le cadre central, sous la colonne de texte, des animaux (cerfs, chien, licorne, renard, belette, lievre) se pourchassent par deux derrière un arbre. Les bordures sont occupées par des rinceaux végétaux luxuriants, dont les tiges donnent abri à des anges musiciens et à de nombreux type d' oiseaux.

  

 

3°) L'auteur des enluminures : le Maître des Heures de Troyes.

 Alors que son frère Olivier fait réaliser ses heures par un enlumineur de Paris, influencé par l'art flamand, Prigent s'est adressé à un artiste de Troyes.

L' exposition Les Très riches heures de Champagne http://www.interbibly.fr/virtuelles/trhc/index.html donne les renseignements suivants sur le Maître des Heures de Troyes.

Cet artiste anonyme apparaît au début du XVe siècle ; installé à Troyes, il réalise le chef d'oeuvre qui lui vaut son nom, un luxueux livre d'Heures exécuté pour un couple de riches bourgeois, les Berthier. Etienne de Giry, évêque de Troyes jusqu'en 1426, lui confie la réalisation des enluminures de son Pontifical (BNF Ms latin 962), tandis qu'un bourgeois de Troyes fait réaliser un manuscrit conservé à la Médiathèque de Troyes (MAT ms 3713). Il travaille ensuite pour des mécènes de Sens et de Chalons et éxécute aussi le décor du Missel de l'église d'Ervy-le-Chatel (BNF ms latin 864).

  Dans ses compositions, il privilégie l'équilibre et l'harmonie des formes. Ses personnages, un peu statiques, sont impeccablement dessinés. Les figures, sans épaisseur ni modelés se détachent sur des fonds abstraits richement ornés ; il se remarque par un goût prononcé pour la profusion décorative, tapissant le fond de ses miniatures et le vêtement de ses personnages de motifs variés. Son style au graphisme fluide est encore influencé par l'enluminure parisienne de la fin du XIVe siècle. Il se distingue ainsi du Maître de Rohan, qui travaille à Troyes après 1420 mais dont le style influencé par le Maître de Boucicaut est tourmenté et expressionniste, ou du Maître du Missel de Troyes, au milieu du XVe siècle, au style réaliste influencé par l'art flamand.

 

 

3°) L'enluminure de la Nativité    

        On conviendra que ce qui frappe le spectateur, c'est, avant la Vierge, la figure de saint Joseph: assis à terre au pied du lit, endormi, les cheveux hirsutes, sans auréole, il ressemble presque à un animal placé devant une auge. Cette façon dépréciative de traiter Joseph est courante au Moyen-Âge par différents moyens, qu' on l'affuble de rayures ou de vêtements de couleur jaune ou que l'on souligne son judaïsme. 

     L'auvent arrondi au dessus de la tête de la Vierge est retrouvé dans la Nativité du Livre d'Heures du Maître de Troyes Troyes MAT ms 1317, mais aussi dans la Nativité des Heures à l'usage de Chalons conservé à Carpentras, Bibliothèque Inguimbertienne, MS 52 fol. 43 du maître du Walters 219, réalisé à Chalons vers 1420.

 La Vierge est allongée sur le coté droit, vêtue du manteau bleu qui recouvre sa tête, alors que Jésus, sur la paille d'un berceau en osier, semble vouloir attirer son attention par des gestes.


 

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Vierges couchées
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 11:12

             La Vierge couchée : occurence dans les Nativités enluminées des Livres d'Heures manuscrits conservés à la Médiathèque de Rennes.

 

      Aucune photographie ne m'est personnelle, elles proviennent toutes de la Médiathèque Les Champs Libres, par téléchargement des pages disponibles ici :http://www.bibliotheque-rennesmetropole.fr/actualite-des-collections/tresors/les-collections-numerisees/    

© Bibliothèque Rennes Métropole  

  Les images sont dues à Central Studio.

I. Livre d'Heures à l'usage de Dol.

      Nativité, Livre d'Heure à l'usage de Dol, XVe siècle, artiste inconnu, miniature mi-page, Rennes Ms 0028,  folio f.61.

 

BIB-20060406-015.wmg

 

  La Vierge, enveloppée dans son manteau bleu qui recouvre sa tête, est allongée sur un lit tendu de rouge, adossée à des coussins, et à demi-tournée vers la gauche ; l'Enfant-Jèsus, au nimbe crucifère, nu à coté de sa mère, se tourne vers saint Joseph en lui tendant les bras. Celui-ci est, pour une fois, plus éveillé et moins mélancolique que d'habitude et il ébauche même un geste vers le couple mère-fils ; il reste néanmoins en retrait, séparé de la dyade par la diagonale rouge du lit, isolé dans le vert d'un pré aux fleurs stylisées, devant un paravent d'osier qui le sépare de l'âne et du bœuf. Son bonnet jaune indique son judaïsme. Un bassin et une cruche témoignent du fait que l'accouchement vient d'avoir lieu. Le vrai Père a pris l'aspect d'une pluie de rayons solaires dont il inonde avec bienveillance la scène.

Le début du Psaume de David Deus in aduitorium meum intende vient à la suite d'une lettrine D enluminée.


II. Livre d'Heures de la famille d'Epinay.

Nativité, Livre d'Heures de la famille d'Epinay, 1430-1450, miniature mi-page, artiste inconnu, Rennes MS0033, folio F.65. BIB2007.1030-016.

  Le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, Départements — Tome XXIV. Rennes, donne de ce manuscrit la description suivante : 190 feuillets (plus un feuillet liminaire A en papier)... Quatorze grandes miniatures à pleine page — Au verso du feuillet de garde 1, on lit, en caractères majuscules lapidaires : AN 1603. A MADAME : LA : MARQUISE : DE : VAUCOULLEUR : SES : HEVIRES : ENLVMINÉES : APPARTIENNENT : DONNÉES : PAR SON : FIDEL : MARY : CHARLES : DESPINAY : MARQUIS DE VAUCOULLEUR, SEIGNEUR D'YVEGNAC, PLUMAUGAT, LACHÈSE. JHESUS MARIA. (La Bibliothèque de Rennes possède un livre d'heures, imprimé par Gillet Hardouin en 1503, provenant de la même famille, et où on lit, folio 7, cette note marginale : « Ce quinziesme octobre 1600, hault et puissant mesyre Charles Despinay, marquis de Vaucoulleur, espoussa... Marye de Chachanay, à Duretal. Dieu leur doint des enfans. » C'est à cette Marie de Chachanay que le manuscrit fut offert en 1603. L'écusson de la famille d'Épinay, d'argent, au lion coupé de gueules et de sinople, est peint aux folio 27 ro , 28 ro , 52 vo , 64 vo , 71 ro , 101 ro ; ces armes figurent également dans un canton d'un écu peint à la fin du manuscrit, accompagnées des monogrammes  et  (double lambda). — Le premier feuillet de garde A, en papier, porte, au recto, l'inscription : « Dom Jan Mevel, recteur, prestre digne. 1673 »

Dimensions : 184 × 128 mm

Reliure : Reliure maroquin rouge, estampillée au dos et sur les plats, en lettres d'or, au double monogramme, alternant dans des losanges à cordelières. Coins et fermoirs en cuivre.

  Je ne parviens pas à retrouver des informations précises sur cette famille bretonne d'Epinay ou d'Espinay, dont un membre, Robert, fut Grand maître d'Hôtel de Bretagne à la cour du duc François Ier en 1448. Des monogrammes entrelacent les lettres V et A, les lettres doublées LL (lambda) avec AA. Je ne saurais même pas si la protectrice de Rousseau, Louise d' Epinay, en fait partie !


 


BIB-20071030-016.wmg

BIB-20071030-016.wmg détail

L'enluminure surmonte la citation partielle du Psaume 70 (69) Deus in adiutorium meum intende, Domine ad adiuvandum me festina; confundantur et revereantur qui quaerunt animam meam," Qu’ils soient honteux et confus, ceux qui en veulent à ma vie ! Qu’ils reculent et rougissent, ceux qui désirent ma perte !"

  La crèche est un enclos entouré d'une palissade d'osier, dans lequel un toit de chaume est supporté par quatre madriers. Joseph, l'air pensif, s'appuie sur une canne; la Vierge, vêtue d'une tunique rouge et de son manteau bleu qui la couvre sous la taille, est tournée sur le coté gauche vers son Fils, placé tête bêche, nu mais la tête cerné par une auréole crucifère, tendant les bras vers sa mère. Il est encadré par l'âne et le bœuf. Deux bergers, dans l'herbe tendre, lèvent les bras en signe d'émerveillement. Ces bergers sont repris à l'identique dans un médaillon de la marge, sous deux cigognes (ou hérons), mais aussi plus bas, dans un champ, tenant chacun un instrument aratoire, près d'un paon : on suppose, bien qu'ils lui tournent le dos, qu'ils répondent aux injonctions de l'ange aux ailes ocellées qui leur fait coucou en haut et à gauche. On trouve encore dans la marge des fraises des bois, des fleurs de bleuets, des acanthes, des sortes de faînes.

 

 

 

 

 

III . Livre d'Heures de Béatrice de Rieux, XIVe siècle.

La Nativité, Livre d'Heures de Béatrice de Rieux, XVe siècle, artiste inconnu, 1390. MS2044 folio F.57v. BIB 20080827-004.

  Le manuscrit Horae secundum usum Namnetensem vel Dolensem, France (Tours), ca 1390-1400, latin et français, parchemin 186x128 cm, 262 ff, 16 peintures,  a été exécuté pour Béatrice de rieux, fille de jean de Rieux, Maréchal de France et seigneur d'Issé, et de Jeanne de Rochefort. Elle épousa Jean de Rougé, seigneur du Theil de Bretagne, puis, devenu veuve en 1417, elle se retira à Issé.

  Ses armoiries, d'azur à neuf besants d'or, figurent sur la robe de la commanditaire, sur l'enluminure du folio 189v où elle est agenouillée devant la Vierge.

 


BIB-20080827-004.wmg corrigé

 

  Sur un fond à damier bleu, rouge et or semblable au fond de la Nativité précédente, la Vierge est allongée sur le coté droit, le visage appuyé sur la main droite, selon un schéma très habituel pour le thème des Vierges couchées ; elle porte une chemise rouge et le manteau bleu qui couvre la tête, cachant les cheveux. Elle tourne le dos à l'Enfant qui, langé, nimbé, se repose (un oeil ouvert) sur un haut berceau rectangulaire. L'âne et le bœuf veillent sur lui Une fois de plus, Joseph porte la canne, la barbe, le chapeau ou bonnet juif, et, toujours placé en écart, il médite. Les postures sont figées, et celle de la Vierge, notamment, évoque les représentations analogues des tympans des cathédrales (Chartres, Sens). 

 

      IV. Livre d'Heures du XVe siècle.

Adoration des bergers, Livre d'Heure du début du XVe siècle, produit en Bretagne, artiste inconnu. MS0029, Folio F.47.

BIB-20060406-026.wmg

 

  Cette scène diffère légèrement car il ne s'agit plus d'une Nativité, mais d'une Adoration des Bergers. Le Psaume est toujours le même, Deus in abuitorium, Ps 70.

  La Vierge est à demi-assise dans un vrai lit, dans de bons draps recouvert d'une couverture rouge frappée de motifs d'or, et ce lit semble trouver place dans la chambre d'un château ou d'une chapelle médiévale au style gothique, sous un riche dais, un ciel de lit rouge et or. Mais, curieusement, on a introduit ici deux animaux, l'âne et le bœuf, et on a dressé une palissade d'osier tressé pour que cela ressemble à une pauvre étable de campagne. 

  Personne ne s'y trompe, et la Vierge aux cheveux longs est habillée d'une robe bleue bien ajustée à ses formes, bien cintrée à la taille ; elle montre à l'Enfant le Livre, celui qu'il lui reste à accomplir, mais dont ils connaissent tous les deux les lignes ; c'est d'ailleurs un livre où, en palimpseste, se déchiffre l'Ancien Testament et ses préfigurations du temps à venir.

  L'Enfant a beau être nu, il est déjà très averti de cela, et il désigne à sa mère les bergers venus l'adorer, et que l'étoile envoyé par son Père a guidé jusqu'à eux ; et il les bénit, d'un geste assuré.

  Ce sont des bergers, mais bien vêtus d'une robe longue et d'une chape qui réchauffe leurs épaules ; leurs cheveux sont coupés à la mode du temps, raie médiane, nuque dégagée. L'un d'eux n'a pas quitté sa serfouette.

  Saint Joseph porte un costume assez identique, mais sa tête chenue est recouverte d'un capuchon. Sa canne en T et sa barbe grise en pointe ne le rajeunissent vraiment pas, et il est un peu ailleurs, regardant le bœuf qu'il caresse distraitement. J'éprouve pour lui une sympathie secrète et un peu apitoyée.


BIB-20060406-026.wmg 2

 

 

 

  En conclusion, on découvre dans ces Nativités aux Vierges allongées du post-partum de nombreux points communs qui définissent un type iconographique, mais chaque scène est différente, sans stéréotypie, et l'une marque son originalité avec le Livre, l'autre avec l'allaitement, l'autre peint la pluie d'or de la Volonté divine, mais, dans tout les cas, le miracle d'une naissance virginale et sans conception laisse le pauvre Joseph ahuri, abasourdi, frappé de stupeur. C'est trop fort pour lui, ça le dépasse.

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 07:22

              Les Vierges couchées

     de la cathédrale de Chartres.

  Cet article s'inscrit dans la succession de ceux que j'ai écrits précédemment sur les Vierges en gésine dans le patrimoine religieux de Bretagne et dans les livres d'Heures. Plus généralement, il s'inscrit dans une étude sur les éléments de la maternité de la Vierge avec la succession d'articles de ce blog sur les Vierges allaitantes de Cornouailles. Voir par exemple  Vierges couchées de Bretagne : Le Yaudet, Guiaudet et Kergrist. et les 5 articles suivants, et  Virgo lactans ou miss Néné ? Les candidates du Finistère. Les Vierges allaitantes. et les articles à suivre.

 

Source : http://www.cathedrale-chartres.fr/portails.php.

Photos Lavieb-aile.

 

   S'il est un sanctuaire qui, dés son origine, fut placé sous le signe de la Vierge parturiente, c'est bien la cathédrale de Chartres. En effet, si la première cathédrale date de la fin du IVe siècle, la tradition, recueillie par les soins de l'évêque Jean Lefevre en 1389 dans la Vieille Chronique (Tractatum de aliquibus nobilitatem et antiquam fundationem carnotensis ecclessiae tangentibus)  précise qu'elle avait été précédée par un temple fondé avant même la naissance de la Vierge et dédié par les habitants à Virgo pariturae, "la Vierge qui enfantera", car ils croyaient à la venue du Christ issu d'une Vierge ; l'église en question était desservie par les pontifes des idoles.  La Légende précise encore que la Vierge ainsi vénérée était encore à venir, qu'elle n'était pas enore née et que sa statue n'honorait que son avènement prochain. Un prince du pays de Chartres, Priscus, approuvant ce culte aurait fait faire une statue d'une Vierge portant un enfant en son giron, et cette statue aurait été vénérée dans un lieu secret à coté des idoles, à l'endroit précis où se trouve l'actuelle crypte. La légende dit aussi qu'après l'Ascension du Seigneur, la Vierge étant toujours vivante, saint Pierre envoya pour évangéliser les Gaules saint Savinien et saint Potentien, qui résidèrent à Sens. Ceux-ci déléguèrent saint Edoald et saint Altin, qui se rendirent à Orléans, puis à Chartres où ils firent de nombreuses conversions, trouvèrent l'église déjà fondée en l'honneur de la Mère du Sauveur, la sanctifièrent et nommèrent, en 33 ap. J.C, un premier évêque, nommé Aventin. Il stipula que la Vierge Marie soit nommée Dame de Chartres, domina carnotensis, et celle-ci opéra des miracles.

  Cette fondation de Chartres du vivant même de la Vierge avait été affirmée en 1330 par le comte de Dreux, en 1356 par un acte de Jean le Bon, et en 1367 par Charles V, ou en 1388 par Pierre de Craon.

 

  On voit que la préexistence d'un ancien temple gaulois et païen ou d'une ancienne statue de déesse-mère gallo-romaine, loin d'être nièe, est reconnue par l'Église comme la préfiguration prophétique de l'Histoire Sainte. Pourtant aucune certitude n'est établie sur ces anciens éléments de culte.

    Si c'est la potentialité d'enfantement qui est alors l'objet du culte, ce fut par la suite aussi l'enfantement lui-même, puis l'allaitement qui fut vénéré, à Chartres comme ailleurs comme le montre l' hymne O Gloriosa domina attribué à Venance Fortunat, et chanté à Matines et à Laudes: 

O gloriosa domina, Excelsa super sidera, Qui te creavit provide, lactas sacrato ubere ! Quod Eva tristis abstulit Tu reddis almo germine.

  En réalité, la cathédrale de Chartres est, dans son programme iconographique comme dans l'esprit de Fulbert, vouée au mystère de l'Incarnation et place la Vierge à l'Enfant au centre de cette méditation.

 

  Nous ne sommes pas étonné de trouver sur les portails de la cathédrale deux représentations de la Vierge parturiente, ou Vierge en couche, ou Vierge en gésine sur son lit d'accouchée. 

  "Elle est née de parents choisis d'En-Haut, elle a splendidement brillé par ses vertus privilégiées. Elle a donné le jour au Sauveur qui l'a glorifiée au ciel, et elle n'a jamais cessé d'exercer son parrainage en notre faveur, hommes de cette terre". Fulbert de Chartres, Sermo IV, in Nativitate B.V.M. PL 141 320p.


1. Le portail occidental ou Portail Royal.

Le Portail Royal est divisé en trois baies : c'est la baie de droite qui renferme la scène qui nous intéresse.

 C'est le portail le plus ancien puisqu'il n'a pas été détruit par l'incendie de 1194, et il date de 1142-1150. La Baie droite est consacrée à l'Incarnation.

vierges-couchees 9936c

 

 


Dans cette baie de droite, nous examinons le tympan, où trône sous la main de Dieu Marie Theotokos, Vierge couronnée portant le Fils. Dans ce tympan, où deux linteaux sont superposés, c'est le linteau 1 qui nous concerne. Il est composé successivement des scènes de l'Annonciation, de la Visitation, de la Nativité au centre, et de l'Annonce aux bergers. 

vierges-couchees 9941c


 Nous ne nous concentrons que sur la scène de la Nativité, et éventuellement aux bergers.

vierges-couchees 9940c

 La scène de la Nativité est décrite ainsi par le site dédié à la cathédrale (source citée): http://www.cathedrale-chartres.fr/portails/portail_royal/baie_droite/linteau1_02.php

"Marie repose sur un lit à la manière des Vierges parturientes d'origine orientale. Elle pose une main sur son ventre pour indiquer qu'il s'agit bien d'une naissance humaine. Elle porte l'autre main à son oreille pour dire qu'elle a entendu la parole. C'est parce qu'elle a su entendre et a eu la foi qu'elle a pu enfanter. "Elle a entendu et elle a cru" (Saint-Augustin)". Ses yeux sont tournés vers la petite corbeille placée au dessus du lit où repose l'Enfant emmailloté comme au Moyen-Âge. Sa tête a malheureusement disparu. Joseph est présent à la tête du lit où sa main repose en signe de protection. Il veille sur la famille , c'est sa mission paternelle. On ne voit plus que des traces de la tête de l'âne et du bœuf qui étaient à l'origine placés au dessus de l'Enfant."


2. Le portail Nord.

De même que le Portail Royal, le portail Nord est divisé en trois baies : c'est cette fois-ci la baie de gauche que nous allons admirer. Nous sommes au cœur de notre sujet puisque cette baie est aussi celle de l'Incarnation, consacrée à la concrétisation de la Promesse faite par Dieu à son peuple d'un Sauveur : ici est illustré l'affirmation du symbole de Nicée : "Engendré, non pas créé, de même nature que le Père, et par lui tout a été fait. Pour nous les hommes, et pour notre salut, il descendit du ciel ; par l'Esprit-Saint, il a pris chair de la Vierge Marie, et s'est fait homme".


vierges-couchees 9984c

Dans cette baie, nous observons le tympan, et dans ce tympan, le linteau.

Au passage, nous constatons que ce tympan est consacré à l'Adoration des Mages, où Marie, assise sur un trône, tenant son Fils, est honorée dans l'épanouissement glorieux de sa maternité.

 

vierges-couchees 9985c

 

vierges-couchees 9983c

 Le linteau est divisé en deux parties : celle de droite est consacrée à l'Annonce faite aux bergers, et nous constatons vite le parallélisme avec le portail sud. Mais ici, six anges tiennent une banderole de part et d'autre d'un pilier central, symbole christique qui fleurit en feuilles de la vigne eucharistique. Nous voyons aussi que Joseph est placé dans la scène de droite, à l'écart, appuyé sur un bâton ou une canne. Il est assis au pied du lit, qu'il regarde. Il ne participe en rien à la Nativité dont il n'est que le témoin privilégié.

  La Vierge en gésine, allongée sur son lit d'accouchée, vêtue d'une tunique, la tête recouverte d'un voile qui cache la quasi-totalité de sa chevelure, se redresse grâce à l'appui de coussins et de la forme du lit ; elle désigne de la main gauche l'Enfant. Celui-ci a trouvé place dans la mangeoire de l'âne et du bœuf, qui posent leur museau sur le corps emmailloté du Nouveau-né.

  Un accessoire évasé est suspendu à droite. C'est paraît-il une lampe, métaphore de la lumière que Jésus apporte au monde.

  Le visage de la Mère de Dieu n'a pas cette grâce souriante et radieuse de certaines représentations, et la partie basse, large pour ne pas dire lourde, évoque celui des Matrones romaines.

http://www.cathedrale-chartres.fr/portails/portail_nord/baie_gauche/linteau.php

 

Le vitrail de la Nativité des baies du Portail Royal (XIIe siècle).

 

vierges-couchees 6693c

 

La baie 114, lancette droite : Nativité.

echiquier-donateur-colini 2218c

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 21:11

     Orchidées sauvages de Crozon.


  Mes identifications s'appuient sur le remarquable guide Les Orchidées en Presqu'île de Crozon de Paule et André Ragot mais sont celles d'un débutant et sujettes aux erreurs. Ces auteurs ont cartographiè depuis 1995 23 espèces d'orchidées sur les 34 recensées en Bretagne, avec une estimation globale de près de 200 000 pieds sur la Presqu'Île, et quelques sites très riches comme la zone Lostmarc'h-la Palud, et l'Anse de Dinan. Je m'attarderai sur l'un d'eux.

  La "cuvette aux orchidées".

Un site est d'intérêt particulier : il s'agit de ce qui a acquis la dénomination de "cuvette aux orchidées" . Celle-ci se situe dans l'Anse de Dinan, au sein des dunes intra-dunales de Kersiguenou. Elle est d'origine anthropique puisqu'elle a profité de  l'implantation d'une ancienne carrière de sable qui, à la fin des années 1960, répondait à l'importante demande de sable nécessaire au bétonnage de la base opérationnelle de l'Île Longue. Cette étendue de 7000 m² de surface et d'un mètre de profondeur a été ainsi mise à nu, ce qui a favorisé le développement d'espèces pionnières comme les orchidées. On y dénombre actuellement douze espèces différentes, dont deux plantes d'intérêt communautaire, le Liparis de Loesel, identifié pour la première fois en 1999 et le Spiranthe d'été , mais aussi l'Orchis moucheron, l'Orchis des marais, l'Orchis pyramidal, l'Orchis de Fuchs, l'Orchis incarnat, l'hybride Fuchs / Incarnat, l'Orchis à fleurs lâches, etc... En outre, on trouverait (dossier Natura 2000 FR5300019) à Kersiguénou la carotte sauvage de Gaudeceau, la Renouée de Ray, la Renouée maritime, ou selon le Conservatoire de Brest (M. Goret, 2009) Cynoglossum officinale et Equisetum variegatum dont c'est l'unique station du massif armoricain.

  La population de Liparis de Loesel qui atteignait plus de 1000 pieds en 2002 y est soigneusement suivie ( MAGNANON S, ANNEZO N., 2002 ou MANAC'H A.,  1993, Note sur les orchidées de Kersiguénou (Crozon-Finistère), ERICA, n°4 ) notamment par le Conservatoire de Botanique de Brest, et le site qui est la propriété Espace Naturel Sensible (ENS) du Conseil Général bénéficie d'une gestion par un programme multipartenarial associant fauchage avec exportation, coupe des saules, arrachage manuel des petits pieds d'herbe de la pampa, arrachage mécanique des pieds plus gros, raclage-étrépage, gyrobroyage.


IMGP0487c

 

 


L'Orchis à fleurs lâches Anacamptis laxiflora (Lam.) M.C. Chase, 1997.

Lieux : Kersiguenou et Trésigneau.

Dates : 7 et 13 mai 2012.

009c

 

016c7

 

 

076c

 

 

DSCN3689x

 

 

Anacamptis laxiflora et femelle de Polyommatus icarus (Azuré commun, Azuré de la Bugrane) :

014c$

 

Anacamptis laxiflora et Lycaena Phlaeas (Cuivré commun) :

 

034c

 

l'Orchis pyramidal Anacamptis pyramidalis (L.) Rich., 1817 

Lieu : Lostmarc'h puis la Palud.

date :  24 mai 2012.

Kersiguenou, 12 juin 2012, à profusion.

                               131c

 

                       027c

 

                      IMGP0391c

 

                     IMGP0379c

 

128c

 


 

Le Serapias à petites fleurs Serapias parviflora Parl., 1837.

Lieu : Trésigneau.

Date : 13 mai 2012.

                  024c

 

                                  007c

 

La Listère à feuilles ovales Listera ovata (L.) R.Br., 1813: 

Kersiguenou, 7 mai 2012.

 

DSCN3680

 

050c

 

                055c

 

                   053c

 

  L'Orchis des bruyères Dactylorhiza maculata ericetorum .

St Hernot, tourbière, 22 mai 2012

                            013x

                               021c

                               027c

                           032c

 

 

L' Orchis de Fuchs Dactylorhiza fuchssi (Druce) Soó, 1962

Il a été nommé en hommage à Leonhart Fuchs (1501-1566), botaniste allemand célèbre et professeur de médecine à l'Université de Tübingen.

Kersiguenou, 12 et 16 juin 2012

                    IMGP0393c

 

083c

 

L' Orchis incarnat Dactylorhiza incarnata (L.), Soô, 1962

Kersiguenou, 12 juin 2012.

                     098c

 

                     035v

 

                       041c

 

L' Hybride d'Orchis de Fuchs et d'Orchis Incarnat Dactylorhiza fuchssi x incarnata.

   Lorsque je suis rentré de ma récolte photographique du 12 juin, j'ai été incapable de m'y reconnaître correctement entre les différents clichès de Fuchs, d'Incarnat et des images restantes.

Je suis donc retourné sur le terrain avec le petit livre de Paule et André Rageot et j'ai mis de l'ordre dans mes idées:

                                        IMGP0477c

    L'Orchis de Fuchs a des feuilles maculées, il m'est apparu plus petit (alors qu'il peut atteindre 25-40 voire 60 cm!) et moins fourni en fleurs que les deux autres , et ces fleurs étaient roses pâles. Au cours de la floraison, les fleurs du haut ne sont pas encore ouvertes, ce qui donne une forme triangulaire à l'inflorescence. Je m'attachais à retrouver l'aspect effilé et plus long du lobe médian du labelle. Les dessins sobres à l'encre violette faisaient prédominer les lignes plutôt que les points ou tirets.

                                     IMGP0493c 

 

L'orchis incarnat était celui dont les feuilles, hautes, verticales, pointues, n'étaient pas maculées. Les pieds étaient  plus haut que l'espèce  précédente, et ses fleurs, de couleur plus soutenue, plus lilas-mauve que rose, denses, serrées entre elles, possédaient un labelle plus long qui retombait verticalement; il était parsemé de petits points, et je  voyais surtout cette ponctuation plutôt que "le dessin en double boucle" donné comme caractéristique par Rageot & Rageot. 

                                             IMGP0463c IMGP0465v

 

L'Hybride Fuchs x incarnata était nettement plus haut et son inflorescence était cylindrique. Les feuilles maculées me permettaient d'être sûr de ne pas le confondre avec l'incarnat, mais ses fleurs étaient aussi très différentes, avec un dessin à base de lignes roses. 

Sur cette photo, l'orchis incarnat est à gauche (*) et les hybrides à droite, beaucoup plus haut (**).

 

 

 

IMGP0497cc

 

Voici donc mes clichés de ce fameux hybride : 

                               077c

 

                                       IMGP0496c

                         059c


                                  046c

 

                               051c

 

                                              IMGP0476c

 

 

L'Épipactis des marais Epipactis palustris (L.) Crantz, 1769.

Kersiguenou, 12 juin 2012

                      078c

 

                       087c

 

     IMGP0418v

 

     IMGP0420v

 

l'Ophrys abeille Ophrys apifera Huds., 1762.

Kersiguenou, 22 mai 2012

175c

 

 

184c

 

 

 

   Le Liparis de Loesel Liparis Loeselii (L.) Rich, 1817.

  Lieu : Kersiguenou

Date : 1er juillet 2012

003c

 

011c

 

013c

 

006c

 

L'Orchis moucheron Gymnadenia conopsea (L.) R. Br., 1817.

 

Lieu : Kersiguenou

Date : 1er juillet 2012

052c

 

049c

 

047c

 

043c

 

 

036c

 

 

 Un autre site : La Palue :

 

1. Ophrys sphegodes,

            l'Ophrys araignée à La Palue (Crozon).

 

                                                 Tous mes remerciements vont à Michel David, président de la section locale de Bretagne Vivante.

 

 

  Selon l'excellent guide Les orchidées en Presqu'île de Crozon de Paule et André Rageot, l'Ophrys sphegodes est la première orchidée  que l'on puisse observer en Presqu'île, de la fin mars à mi-avril. Une station dans les arrière-dunes de La Palue est régulièrement suivie et, cette année 2013, on y comptait sept à huit pieds : c'est dire la fragilité de cette implantation dans un site extrémement apprécié des surfeurs ou des randonneurs, et menacé par l'embrousaillement de parcelles, privées ou publiques, jadis cultivées et donc entretenues, mais qui sont vite envahies par l'ajonc, le prunus ou le saule.

 Les conditions ont été éprouvantes pour les plantes cet hiver et en ce début de printemps où les températures matinales étaient proches de 2°C. Aussi des rosettes prometteuses ont vu leur floraison grillée par le gel.

  Les images que je donne sont celles des deux fleurs "présentables" dans ces conditions, et on trouvera ailleurs des images de spécimens aux tiges et feuilles moins pâles.


                               ophrys-sphegodes 3931cc

 

ophrys-sphegodes 3935c

 

ophrys-sphegodes 3939c

 

                         DSCN0328c

 

 

 

 

 

 

 

 

                           ophrys-sphegodes 3925c

 

 

 2. L'Ophrys brun silloné

           Ophrys sulcata P. DEVILLERS & J. DEVILLERS-TERSCHUREN 1994,

21 avril 2013

 

 

 

 

 

                            065c

 

         036c

 

                                        038c

 

 

                                                      046c

 

 

                               061c

 

Origine du nom :

du latin sulcata, "silloné", en raison du sillon longitudinal très prononcé des fleurs, qui se prolonge jusqu'au lobe central.

 

Il procède d'une publication dans Les Naturalistes Belges, supplément Orchidées Hors-série : Devillers, P. & Devillers-Terschuren, J. 1994.- Essai d’analyse systématique du genre Ophrys. Natural. belges 75 (Orchid. 7 suppl.): 273-400.  

 C'est une espèce méditerranéo-atlantique du groupe fusca (brun), qui atteint en Bretagne, et a fortiori à la pointe de la Presque-Île de Crozon, sa limite septentrionale.

 

Liens : 

Le site de François Seïté et Brigitte Lorella

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 23:03

 

    La Cordulie bronzée Cordulia aenea

       et la libellule fauve Libellula fulva

           à Crozon

Lieu ; étang de Kerloc'h à Crozon

date : 12 mai 2012.

  Deux espèces précoces d'anisoptère, qui partageaient le même terrain de chasse et les mêmes zones d'atterrissage.

 

I. Cordulie bronzée Cordulia aenea (Linnaeus, 1758) Downy Emerald :

 Jeune (proche de l'emergence, les yeux n'ont pas encore leur beau vert émeraude) mâle.

018c

 

021c

 

II. Libellule fauve Libellula fulva Müller, 1764 Scarce Chaser:

 

Jeune femelle : 

004v

 

050cc


Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche