Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 17:20

Le vitrail des cent visages (2015) de Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot à la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale de Strasbourg. Baies 22 et 24.

.

Lors de ma visite de la cathédrale de Strasbourg et de ses vitraux anciens (XIIe au XIVe siècle) ou contemporains (la Vierge de l'Apocalypse de Max Ingrand de 1956), je faillis passer à coté d'une verrière qui venait, pourtant, d'être tout juste installée, en septembre 2015, pour le Millénaire de la fondation (1015).

En effet, celle-ci éclaire, sur le mur ouest du transept sud, la chapelle Sainte-Catherine, mais cette étroite chapelle, en retrait, largement fermée par des grilles, ne propose pas un angle de vue avantageux à celui qui, après avoir admiré l'horloge astronomique, regagne rapidement le bas-coté de la nef.

Néanmoins, ayant deviné par une vue latérale derrière des barreaux de fer forgé les hautes verrières,  et attiré par leur modernité, je trouvais l'entrée, l'accès à l'autel et au retable. Je me retournais : deux lancettes trilobées de taille inégale (la baie 22 mesure 9 m de haut et la baie 24 seulement 8,70 m) s'offraient à ma contemplation avec une sorte de grand papillon rouge, une main dressée, et un flot de lumière à travers du verre blanc.

Le "papillon" était en fait la tunique d'un Christ dont se distinguait surtout le visage barbu au regard grave, la main droite levée en bénédiction, et la main gauche posée comme sur le rebord de la baie.

Je trouvais cela frais, charmant, aéré, juvénile. J'allais ressortir après avoir pris de rapides clichés, lorsque j'observai par le mode zoom de mon appareil une particularité singulière : les modulations chamois ou sépia des volumes du visage étaient en réalité composées par la réunion d'une centaine de photographies de visages d'hommes et de femmes.

Aussitôt, la force de l'œuvre me frappa par son évidence : l'humanité du Christ s'enraçinait dans le visage de chaque humain. Le visage et le regard surtout rayonnaient  de la vie de cent visages, de cent regards, de cent histoires individuelles, d'un tissu de relations humaines et  de paroles échangées. 

J'eu aussitôt envie d'en apprendre plus sur cette œuvre ; cela tombait bien, un dossier de presse et de nombreux documents et sites étaient accessibles en ligne.

.

 

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Plan des vitraux de la cathédrale et localisation des baies 22 et 24 dans la chapelle Sainte-Catherine.

Plan des vitraux de la cathédrale et localisation des baies 22 et 24 dans la chapelle Sainte-Catherine.

.

I. LA LANCETTE DE DROITE.

Après avoir découvert le nom de l'auteur des cartons — la photographe et plasticienne Véronique Ellena (Bourg-en-Bresse, 1966) — et celui du maître-verrier —Pierre-Alain Parot (Dijon, 1950) dont l'atelier est installé au château d'Aiserey près de Dijon—, la première information qui m'occupa fut d'apprendre que le visage du Christ était copié (photographié ?) d'après un tableau de Hans Memling, le Christ bénissant de 1481 conservé à Boston. Vite, j'en cherchai la reproduction en ligne. Le peintre de Bruges avait privilégié l'humanité de Jésus, en reprenant le cadrage , le fond noir, l'appui d'une des mains en trompe-l'œil sur le cadre, de ses portraits individuels réalisés pour les membres de la société civile entre 1465 et 1496, mais au lieu d'une pose de 3/4, il avait choisi un portrait parfaitement frontal, comme si l'exacte rectitude et symétrie du visage participait de la divinité du personnage. Seule la main droite saisie dans l'exquise élégance d'une bénédiction donnait un élément d'identification. Malgré tout, à une époque où tous les hommes ont le menton strictement rasés (cela changera dès 1500, voir l'Autoportrait en Christ de Dürer), la courte, bifide, et timide barbe rousse peut être aussi considérée comme un indice. En réalité, nous n'hésitons pas une seconde à identifier le portrait.

.

 

  .  .  

.

Bref, ce Christ bénissant de Memling a pu être choisi en raison de la profonde humanité qui s'en dégage, comme support idéal pour le projet conçu par la plasticienne. Celle-ci ne conserve que le regard profond et empathique, le nez, les lèvres charnues et le doux sourire, le menton et le V de l'encolure de la tunique. La main gauche est placée sur la ligne centrale, et la main droite transférée sur la lancette voisine. Tous ces éléments picturaux conservent la couleur blanc crème et la patine de l'ancienne peinture à l'huile, et ce n'est qu'à lexamen aux jumelles  que les photographies de visages, réellement incorporées aux traits christiques, se révèlent.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

À l’occasion du Millénaire de la fondation de la Cathédrale de Strasbourg, l’État – ministère de la Culture et de la Communication, propriétaire du monument, a engagé une procédure de commande publique artistique pour la création d’un vitrail contemporain. Deux baies non ouvragées située dans la chapelle Sainte-Catherine, sur le mur ouest du transept sud, ont été retenues pour accueillir l’œuvre. Outre les services du patrimoine et de la création du ministère de la culture et de la communication, un comité de pilotage réunissait des représentants de la ville de Strasbourg, du musée de l'Oeuvre NotreDame, de l’Archevêché ainsi que l’architecte en chef des monuments historiques en charge de la cathédrale. A l’issue d’un appel public à candidature, le comité a retenu le projet de Véronique ELLENA, artiste française née en 1966, présenté en association avec le maître verrier, Pierre-Alain PAROT. L’artiste a été pensionnaire de l’Académie de France à Rome - Villa Médicis. Son projet, original et novateur, s’inscrit dans un patrimoine millénaire et côtoie des vitraux du XIVème siècle. Cet environnement a été le point de départ de son élaboration et la structure du vitrail contemporain, tant sur la forme que sur le fond, répond à celle des vitraux anciens. La proposition de Véronique ELLENA repose sur une continuité visuelle entre les deux baies. Composé de plusieurs centaines de petites photographies, le vitrail évoque pour une part la beauté et la diversité du monde, en référence à sainte-Catherine d’Alexandrie. La jeune érudite, née selon La légende dorée à Alexandrie à la fin du IIIème siècle, aurait tenu tête à de grands philosophes et affirmé devant l’empereur Maxence : “… tu admires des ornements précieux que le vent envolera comme de la poussière. Admire plutôt le ciel et la terre, la mer et tout ce qu’ils renferment, admire les ornements du ciel, comme le soleil, la lune et les étoiles : puis quand tu auras compris qui est leur maître adore-le, glorifie-le : car il est le Dieu des dieux et le Seigneur des seigneurs”. Dans l’autre partie de la baie, le même principe est retenu. Mais aux beautés de la nature succèdent des portraits de femmes et d’hommes d’aujourd’hui, de tous âges et de toutes conditions, photographiés en début d’année à Strasbourg. Ils forment ensemble le visage unique du Christ recomposant un tableau de Hans Memling. On peut les découvrir de près, mais c’est lorsqu’on s’en éloigne qu’ils apparaissent dans leur plénitude. En quittant la chapelle, la figure monumentale du Christ, n’étant plus visible que d’un seul axe, évoque une apparition, comme un appel. La réalisation de ce projet fait appel à une technique innovante d’impression d’émaux sur verre. Le travail de création s'est poursuivi ensuite avec les techniques traditionnelles du vitrail, de mises en plomb et de rehausse avec des verres antiques, composant ainsi une seconde peau sur le vitrail primitif.  

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.
Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Memling_Christ_giving_blessing.jpg

.

Hans Memling, Le Christ bénissant (détail), 1481, Fine Museum of arts, Boston, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Memling_Christ_giving_blessing.jpg

Hans Memling, Le Christ bénissant (détail), 1481, Fine Museum of arts, Boston, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Memling_Christ_giving_blessing.jpg

.

Ce qui se révèle aussi, c'est l'utilisation des barlotières maintenant les panneaux et des plombs unissant les pièces de verre : cela devient ici un réseau réctiligne, en large encadrement noir et fines lignes semblables à des cordages d'instrument de musique. Rien n'est du au hasard puisque deux des cadres (ceux des avant-derniers panneaux) sont plus larges. On pourrait discuter sans relache sur l'effet produit. Effet de grille ? De barreaux de prison ? De structure rythmique pour la mélodie des formes ? Mise à distance de la divinité, ou au contraire médiation ? Le Tout reste pour nous Néant s'il n'est pas délimité, Pour consulter le ciel à la recherche de présage, l'augure romain (successeur de l'haruspice étrusque) prenait  un bâton recourbé ne présentant aucun nœud, son lituus, et traçait dans le ciel un périmètre sacré à l'intérieur duquel il entrerait en relation avec la divinité : le templum. Daniel Arasse a rappelé jadis que la contemplation trouvait dans ce périmètre, ce templum, son étymologie. En latin, contemplari signifie "regarder attentivement, déchiffrer par la pensée".

Le vitrail est un art original, bien distinct de la peinture puisque la lumière divine (deus sive natura n'y est pas réfléchie, mais que celle-ci traverse le verre et révèle l'œuvre ; c'est le verre et le réseau de plomb qui font  de cette lumière un message (un signe) que nous recevons. 

.

 

 

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

.

Il reste ensuit au spectateur à contempler cette incorporation des photographies traitées sur le mode sépia. Véronique Ellena a fait poser 250 Stasbourgeois et Strasbourgeoises en début de l'année  2015. "Toutes classes confondues, y compris des sans-abri, des patissiers et des chanoines, des enfants ". Les photographies sont, paraît-il, mieux visibles si on regarde le vitrail de l'extérieur, où le rendu du verre est mat. Une technologie novatrice d'impression à partir de poudre d'émail a permis d'utiliser les clichés photographiques. En passant par l'imprimante géante à émail d'une filiale bavaroise de Saint-Gobain (Glassolution à Deggendorf), la matrice informatique est revenue sur une dalle de verre chez le maître-verrier qui a créé une sorte de seconde peau avec cet émaillage, mais aussi des mises en plomb, ajouts de grisailles colorées, des rehausses avec du verre antique soufflé à la bouche (verrerie de Saint-Just-sur-Loire). 

.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

.

 

 

 

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

.

II. LA LANCETTE DE GAUCHE.  L'Hymne au paysage, une référence à sainte Catherine.

.

Dans la lancette A (celle de gauche), l'artiste a repris dans le registre inférieur l'épaule droite et la main droite du Christ traçant sa bénédiction dans le tableau de Memling, créant ainsi une continuité avec la lancette B, mais les onze panneaux supérieurs figurent, de loin, un ciel. L'examen rapproché montre que ce "ciel" est une mosaïque présentant la Nature et ses animaux occupant les Airs, les Eaux et la Terre. 

"La proposition de Véronique Ellena repose sur une continuité visuelle entre les deux baies actuellement non ouvragées de la chapelle Sainte-Catherine. Composé de plusieurs centaines de petites photographies, le vitrail évoque pour une part la beauté et la diversité du monde, en référence à sainte-Catherine d’Alexandrie. La jeune érudite, née selon La légende dorée à Alexandrie à la fin du IIIème siècle, aurait tenu tête à de grands philosophes et affirmé devant l’empereur Maxence :

“… tu admires des ornements précieux que le vent envolera comme de la poussière. Admire plutôt le ciel et la terre, la mer et tout ce qu’ils renferment, admire les ornements du ciel, comme le soleil, la lune et les étoiles : puis quand tu auras compris qui est leur maître adore-le, glorifie-le : car il est le Dieu des dieux et le Seigneur des seigneurs”.

Dans les vitraux historiques de la chapelle figurent les Apôtres et deux femmes, Marie-Madeleine et Marthe. Sainte-Catherine est présente par sa parole dans le vitrail contemporain"

.

 

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

.

 

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

.

 

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

.

 

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.
Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.
Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.
Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

.

 

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

Vitrail des cent visages (2015), Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, chapelle Sainte-Catherine, cathédrale de Strasbourg. Photographie lavieb-aile.

 

 

 

Christ bénissant, Hans Memling, 1481, Museum of Fine Arts, Boston

L’oeuvre a été insérée dans la chapelle Sainte-Catherine, située dans le bras sud du transept. Érigée entre 1340 et 1371 sur l’ordre de l’évêque Berthold de Bucheck (évêque de 1328 à 1353) par le maître d’œuvre Gerlach (1339-1371), petit-fils de l’architecte Erwin, elle est structurée comme une châsse et se compose de deux travées ouvertes par de grandes baies. Elle est ornée d’un programme de vitraux hagiographiques représentant les apôtres et les saintes Marie-Madeleine et Marthe; ces verrières ont été réalisées au XIVe siècle par le peintre verrier Johann de Kirchheim. Seules les baies ouest, déposées au XVIIe siècle, manquent à l’appel. La chapelle Sainte-Catherine constitue aujourd’hui un ensemble cohérent dans l’architecture et l’histoire de la cathédrale, modifié au XVIe siècle au niveau des voûtes, puis par la destruction d’un sépulcre et de deux baies au XVIIe siècle.

 

À l’occasion du Millénaire de la fondation de la Cathédrale de Strasbourg, l’État – ministère de la Culture et de la Communication, propriétaire du monument, a engagé une procédure de commande publique artistique pour la création d’un vitrail contemporain. Deux baies non ouvragées située dans la chapelle Sainte-Catherine, sur le mur ouest du transept sud, ont été retenues pour accueillir l’œuvre. Outre les services du patrimoine et de la création du ministère de la culture et de la communication, un comité de pilotage réunissait des représentants de la ville de Strasbourg, du musée de l'Oeuvre NotreDame, de l’Archevêché ainsi que l’architecte en chef des monuments historiques en charge de la cathédrale. A l’issue d’un appel public à candidature, le comité a retenu le projet de Véronique ELLENA, artiste française née en 1966, présenté en association avec le maître verrier, Pierre-Alain PAROT. L’artiste a été pensionnaire de l’Académie de France à Rome - Villa Médicis. Son projet, original et novateur, s’inscrit dans un patrimoine millénaire et côtoie des vitraux du XIVème siècle. Cet environnement a été le point de départ de son élaboration et la structure du vitrail contemporain, tant sur la forme que sur le fond, répond à celle des vitraux anciens. La proposition de Véronique ELLENA repose sur une continuité visuelle entre les deux baies.

Composé de plusieurs centaines de petites photographies, le vitrail évoque pour une part la beauté et la diversité du monde, en référence à sainte-Catherine d’Alexandrie. La jeune érudite, née selon La légende dorée à Alexandrie à la fin du IIIème siècle, aurait tenu tête à de grands philosophes et affirmé devant l’empereur Maxence : “… tu admires des ornements précieux que le vent envolera comme de la poussière. Admire plutôt le ciel et la terre, la mer et tout ce qu’ils renferment, admire les ornements du ciel, comme le soleil, la lune et les étoiles : puis quand tu auras compris qui est leur maître adore-le, glorifie-le : car il est le Dieu des dieux et le Seigneur des seigneurs”. Dans l’autre partie de la baie, le même principe est retenu. Mais aux beautés de la nature succèdent des portraits de femmes et d’hommes d’aujourd’hui, de tous âges et de toutes conditions, photographiés en début d’année à Strasbourg. Ils forment ensemble le visage unique du Christ recomposant un tableau de Hans Memling. On peut les découvrir de près, mais c’est lorsqu’on s’en éloigne qu’ils apparaissent dans leur plénitude. En quittant la chapelle, la figure monumentale du Christ, n’étant plus visible que d’un seul axe, évoque une apparition, comme un appel. La réalisation de ce projet fait appel à une technique innovante d’impression d’émaux sur verre. Le travail de création s'est poursuivi ensuite avec les techniques traditionnelles du vitrail, de mises en plomb et de rehausse avec des verres antiques, composant ainsi une seconde peau sur le vitrail primitif.  

.

SOURCES ET LIENS.

 

— DRAC Alsace : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Drac-Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine/Actualites/Actualites-archivees/Monuments-historiques/Un-vitrail-contemporain-pour-le-millenaire

—Dossier de presse du vitrail du Millénaire :

 

http://www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Drac-Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine/Actualites/Actualites-archivees/Monuments-historiques/Un-vitrail-contemporain-pour-le-millenaire

—article du Pèlerin :

http://www.pelerin.com/Histoire-Patrimoine/Strasbourg-le-vitrail-aux-cent-visages

— Site de Caroline Blondeau-Morizot  onditmedieval :

http://onditmedievalpasmoyenageux.fr/nouvelle-querelle-des-anciens-et-des-modernes-le-vitrail-aux-cent-visages/

— Site de Pierre-Alain Parot : http://www.atelier-parot.fr/album-photos/veronique-ellena/

— Site de Véronique Ellena : http://veronique-ellena.net http://veronique-ellena.net/portfolio/
— Site du millénaire de la cathédrale de Strasbourg : http://www.1000cathedrale.strasbourg.eu

— http://www.glassismore.com/core/content.php?&option=viewitem&id=42&rd=1249&le=120

 

 

 

 

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Cathédrale de Strasbourg
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche