Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2019 5 07 /06 /juin /2019 11:16

Ploéven II. L'église de Ploéven, la Déploration (pierre polychrome, 1547 ).

.

Sur Ploéven, voir :

Sur les Déplorations du Finistère :

.

Et aussi :

 

.

 

 

.

PRÉSENTATION.

En histoire de l'art, on donne le nom de Déploration aux représentations des lamentations au pied de la Croix réunissant la Vierge, saint Jean, Marie-Madeleine, parfois  les autres Sainte Femmes, Nicodème et Joseph d'Arimathie, et on réserve le terme de Pietà aux représentations isolées de la Vierge et du Christ. Cet usage ne faisait pas consensus au moment où Yves-Pascal Castel a écrit son article sur les Pietà du Finistère. 

Il s'agit ici d'une Déploration à quatre personnages, la Vierge, tenant sur ses genoux son fils mort, étant entourée de saint Jean et de Marie-Madeleine. Le bloc sculpté en une seule pièce porte sur son socle l'inscription de la date,  M Vcc XLVII , soit 1547. Il est placé dans une niche en bois polychrome, dont seul le dais est aujourd'hui sculpté et doté de pilastres. Le fond de cette niche est peint en bleu à larmes blanches. 

.

On notera l'intérêt de cette date de 1547, puisque c'est la plus précoce parmi toutes celles qui sont portées en inscriptions dans et sur cette église ; elle est antérieure à celle de 1574 du pilier nord.

Dimensions : 132 cm de haut, 115 cm de large , 88 cm de profondeur. (source : Inventaire)

Matériau : granite (source : Inventaire)

Classé au titre d'objet 1924/08/30

.

 

 

 

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

.

 

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

.

 

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

.

 

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

.

.

Le bloc de pierre  est posé sur une large console de pierre portant l'inscription en lettres gothiques  MARIA : MATER : GRATIE : TU : NOS : ABHOSTE : PROTEGE . On reconnait là un extrait de l'hymne parfois attribuée à Venance Fortunat  (VIe siècle) :  "Marie, Mère de la Grâce, protège-nous de l'ennemi.". Cette citation partielle a servi d'invocation de protection sur des images, gravée sur des médailles, ou inscrite sur une cloche, parfois complétée de "et in hora mortis suspice",  afin d'être protégé de tous les dangers, et en tout premier bien-sûr de celui de la mort brutale, même si le terme HOSTE désigne en réalité l'Ennemi, le Mal.

(Jean-Marie Abgrall, en 1897, a relevé presque correctement l'inscription [GRATIAE au lieu de GRATIE], Henri Pérénnès la relève sans faute, René Couffon a omis MARIA placé dans l'angle et n'a pas transmis la ponctuation par deux-points, Maurice Dilasser a lu FIT au lieu de UT. Les auteurs de l'enquête de 1978 pour l'Inventaire général cumulent les fautes en donnant "MATER GRATIAE TU NOS AB HOSTE PROTEGE ").

.

.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

.

La partie inférieure est ornée d'une frise à rinceaux épineux dont les tiges s'échappent d'un masque à grandes oreilles.

.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

.

LES PERSONNAGES.

.

Le Christ.

.

Il faudrait continuer à classer les Pietà et les Déplorations, comme Debidour et Castel,  selon la posture du corps du Christ. Le site Wikipédia qui réunit 80 pietà du Finistère est, en ce sens,  précieux.

https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Statues_of_Piet%C3%A0_in_Finist%C3%A8re

.

Je définirai cette posture par le schéma suivant. Le corps trace un arc  brisé, cambré autour du genou de Marie, tandis que les bras forment avec cet axe  une croix rappelant la Crucifixion.

.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

.

.

Les autres personnages.

L'élément le plus remarquable est sans doute la présence de trois larmes verticales s'écoulant de chaque œil de la Vierge. On sait que c'est un des traits caractéristiques des sculpteurs Bastien et Henri Prigent, actifs dans le Léon et en Cornouaille à partir de leur atelier de Landerneau entre 1527 et 1577, et auteurs de la Déploration de Saint-Nic, paroisse  proche de Ploéven. Je renvoie à l'article sur cette œuvre pour l'analyse du style de l'atelier et sur le "don des larmes".

Ici, les larmes sont plus discrètes, et elles ne coulent pas des yeux de Jean et de Marie-Madeleine. Emmanuelle Le Seac'h ne décrit pas, dans son ouvrage sur les sculpteurs de Basse-Bretagne, cette Déploration de Ploéven, et ne la place donc pas dans son catalogue raisonné des œuvres attribuables aux Prigent. Cette attribution reste donc en suspens en attendant de nouveaux experts.

.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

.

 

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

.

 

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

.

 

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

.

Marie -Madeleine  porte un voile qui entoure entièrement son visage juvénile. Elle tient dans la main gauche le flacon d'aromates destiné à l'embaumement. Si j'interprète correctement  l'objet brun qu'elle tient dans sa main droite et s'il s'agit bien d'un voile, ou mouchoir, dont elle essuie ses yeux, cela participe à nouveau de cette esthétique de l'effusion  et de ce mysticisme des larmes propre à ce thème, notamment chez les frères Prigent.  

On retrouve les larmes, et le geste d'essuyage des yeux éplorés, dans le retable en bois de Bodilis, du XVIe siècle, et le mouchoir sans les larmes dans le groupe sculpté en pierre du Pénity de Locronan.

C'est l'époque (1524, 1530) où Joos Van Clève peint sur ses Déplorations les larmes de la Vierge et de Marie-Madeleine.

https://www.anticstore.com/deploration-christ-entourage-joos-van-cleve-vers-1530-60226P

http://cartelfr.louvre.fr/cartelfr/visite?srv=car_not_frame&idNotice=24144

http://cartelfr.louvre.fr/cartelfr/visite?srv=obj_view_obj&objet=cartel_24144_24893_p0005495.002.jpg_obj.html&flag=false

Auparavant le Maître de Chaource (assimilé à  Jacques Bachot (actif en Champagne et en Lorraine entre 1493 et 1526) réalise des Déplorations et Mise au Tombeau reprenant ce geste d'affliction.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ma%C3%AEtre_de_Chaource#/media/Fichier:D%C3%A9ploration.JPG

La Déploration, groupe sculpté de l'église Saint-Jean-au-Marché de Troyes

http://inventaire-patrimoine.cr-champagne-ardenne.fr/dossier/groupe-sculpte-christ-mort-soutenu-par-la-vierge-saint-jean-et-marie-madeleine/e3a290d9-fd0c-4b3f-b1c9-78aee2d6b04f#description

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ma%C3%AEtre_de_Chaource#/media/Fichier:D%C3%A9ploration.JPG

Voici ce qu'écrivait Yves-Pascal Castel en 2001 :

"LES LARMES DE MARIE On sait combien le Moyen Age a apprécié le don des larmes, un don que des temps prétendument policés se sont ·attachés à refuser. Nos sculpteurs sur pierre du XVIe siècle, dans les ateliers de kersanton, pour mieux marquer la douleur de la Vierge et parfois celle des personnages qui l'assistent dans les grandes Pietà, quant à eux, se sont emparés de ce moyen expressionniste fort populaire, n'hésitant pas à sculpter sur les joues des larmes en relief. Coulant sous les paupières, ces larmes marquent le haut de chaque joue d'un triple jet, formé de traits bien symétriques. A Brignogan, Chapelle-Pol , à La Forest-Landerneau, au Bourg-Blanc, Saint-Urfold, à Plomodiern, Sainte-Marie du-Ménez-Hom, à Lothey, croix de Kerabri, dont nous avons parlé plus haut. A Plouvorn, Lambader la Vierge de Prigent élargit ses larmes en gouttes qui s'étalent sur les joues. On remarque, dans la grande Pietà de Plourin-Ploudalmézeau que si les quatre personnages d'accompagnement portent les mêmes triples larmes, en flots exactement mesurés, la Vierge en a le visage tout couvert, de la même manière qu'en avait usé le sculpteur de la pietà du calvaire du Folgoët, un siècle plus tôt. Les larmes qui ne sont pas en relief sur les statues en bois viennent agrémenter la polychromie, à Logonna-Daoulas et au Huelgoat. Ces larmes peintes coulent de manière naturelle et réaliste sur le visage penché de la Vierge de Pencran. Alors que ces larmes peintes sont plutôt rares, on les voit dans la très belle Pietà de Plouarzel où la Vierge approche de sa joue un grand mouchoir pour les sécher."

 

 

 

.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

Déploration (1547), église de Ploéven. Photographie lavieb-aile 5 juin 2019.

.

SOURCES ET LIENS.

.

 

— CASTEL (Yves-Pascal), 2001, Les Pietà du Finistère.  numéro 69 de la revue Minihy-Levenez de juillet-août 2001. L'auteur y étudie une centaine de Pietà et de Déplorations.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/204bbff59e0b1d6cf65264a34d22701f.pdf

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred) 1988, Notice sur Ploéven,  Nouveau répertoire des églises et chapelles, Quimper.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/3cfe40fff167ac9a521b6a1d446936d8.pdf

— DEBIDOUR (V-H.), 1953,  La sculpture bretonne, Rennes 1953, p. 109-116

—  DILASSER (Maurice), 1979,  Un pays de Cornouaille, Locronan et sa région (Paris, 1979) ; Nouvelle Librairie de France., page 521.

 

—  ESCHER (Conrad) 1912, : Le tombeau de saint Ronan à Locronan Le Tombeau de Saint-Ronan à Locronan, par Conrad Echer (traduction de l’allemand) Abbé PhilipponPages 123 à 154 (B.S.A.F. 1912 tome 39) file:///E:/blog/saf1912_0189_0228.pdf

— GENDRY (Mickaël) 2010, « Les minihis en Bretagne entre le ixe et le xiie siècle : des territoires monastiques sacralisés ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 117-2 | 2010, mis en ligne le 10 juillet 2012, consulté le 15 novembre 2017. URL : http://abpo.revues.org/1766 ; DOI : 10.4000/abpo.1766

— INVENTAIRE GENERAL, IM 29001383, Jean-Pierre Ducouret et Claude Quillivic 1978

http://www.inventaire.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_98=LOCA&VALUE_98=%20Plo%e9ven&NUMBER=51&GRP=0&REQ=%28%28Plo%e9ven%29%20%3aLOCA%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=3&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=200&MAX3=200&DOM=Tous

— LE SEAC'H (Emmanuelle), 2014, Sculpteurs sur pierre en Basse-Bretagne, les ateliers du XVe au XVIIe siècle. Presses Universitaires de Rennes 

— NAGY (Piroska), 2000, Le Don des larmes au Moyen-Âge : un instrument spirituel an quête d'institution (Vie-XIIIe siècle, Albin-Michel.

 

— PÉRENNÈS (Henri), 1940, Ploéven, Notices sur les paroisses du diocèse de Quimper et du Léon, Bulletin Diocésain d'Histoire et d' Archéologie  de Quimper ( BDHA) 

https://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/bdha/bdha1940.pdf

— Wikipédia, collection de 80 Pietà

https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Statues_of_Piet%C3%A0_in_Finist%C3%A8re

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Déplorations Ploéven

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche