Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 22:31

.

J'ai présenté ce porche dans mon article précédent qui en présente le portail et le tympan, à l'extérieur. Je rappelle que ses sculptures sont l'œuvre de Bastien et Henry Prigent, tailleurs de pierre et  "ymagiers" de  Landerneau, entre 1563 et 1566 : cet atelier avait déjà réalisé en pierre de kersanton les porches de Pencran en 1553 et celui de Landivisiau en 1554-1565. Les Apôtres du porche de Landivisau peuvent donc être mis en parallèle avec ceux que nous allons découvrir à Guipavas.  

 

L'ordre des Apôtres a été dérangé, et ne suit plus aucune logique. On sait que la série des douze apôtres des porches bretons permet d'illustrer les douze articles du Credo, douze articles de la Foi chrétienne : à chaque apôtre s'est vu attribuer, très tôt dans les écrits des Pères de l'Église, un des articles pour former le "Credo apostolique", ce qui explique pourquoi chacun d'eux tient, dans les porches, un phylactère où il était rédigé (peint ou gravé). L'ordre dans lequel les disciples du Christ se succède a pu varier avec les siècles, mais dans tous les cas Pierre est, bien-entendu, le premier, en tant que premier évêque, et pierre de fondation de l'Église. Dans les porches, il débute la série à droite de la porte d'entrée vers l'église Puis viennent derrière lui saint André, saint Jacques, saint Jean et saint Thomas. De l'autre coté du porche (coté gauche), la série reprend depuis l'extérieur et se termine à gauche de la porte avec Matthias.

.

Sur ce thème du Credo apostolique, voir :

 

.

Or, à Guipavas, dans l'église Saint-Pierre-et-saint Paul, nous ne trouvons pas saint Pierre à cette première place du mur de droite, et toute la séquence apostolique est en désordre.

Les difficultés d'identification que cela génère sont accentuées par le fait que d'une part, les attributs distinctifs ont été brisés, mais aussi que  les statues des apôtres avaient été décapitées à la Révolution, comme en témoignent les photos prises en 2011 (Henri Moreau, Wikipédia). En 2015, les têtes de six statues ont été retrouvées dans un panier de l’ancien presbytère et le sculpteur Joël Kerhervé a pu les sceller sur leur corps grâce à l’Association Guipavas Identité et Patrimoine (AGIP). Le même sculpteur a recréé l'année suivante les têtes des autres apôtres, Barthelémy, Jacques le majeur, Pierre, Philippe, Simon et Thomas.

Les statues, où chaque apôtre déroule sa banderole  et dont le socle porte le nom d'un donateur,   trouvent place dans des niches en pierre de Logonna à dais gothiques de kersanton (tous identiques, à l'opposé de Landivisiau) et à consoles qui reçoivent chacune une ornementation différente. Ces consoles s'intègrent dans une frise à feuille d'acanthes, initiée à un angle par un masque.

Les apôtres ont en commun la barbe (sauf Jean bien-sûr), les  pieds nus, la banderole, parfois le livre, et toujours le manteau au drapé agencé différemment pour chacun. Ce manteau laisse apparaître tout ou partie d' une robe aux plis verticaux, fermée au cou par un seul bouton formant un motif en 8 typique des Prigent, et serrée par une ceinture.

Des traces de polychromie (ocre rouge, bleu) s'observent ici et là, témoignant du caractère jadis entièrement peint de ces sculptures. Notamment, les lettres sculptées étaient vraisemblablement peintes en rouge, et rendues beaucoup plus lisibles qu'aujourd'hui. J'ai utilisé le procédé de l'estampage humide pour améliorer leur lisibilité.

Je décrirai pour chaque statue le personnage, l'inscription du donateur sur le socle, et la console.

.

I. LE COTÉ DROIT DE L'INTÉRIEUR DU PORCHE .

.

 

Coté droit de l'intérieur du porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Coté droit de l'intérieur du porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

1. Saint ANDRÉ portant une croix en X écotée . Y. BIZIAN.

L'apôtre est facilement identifié par son attribut, la croix en X sur laquelle il fut supplicié.

.

Saint André, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017

Saint André, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017

.

Inscription.

Elle est gravée en lettres minuscules gothiques type textura, en utilisant le deux-points comme élément de séparation des mots. Bien que les premiers livres imprimés l'ont été avec cette écriture gothique, dès avant la fin du XVe siècle, l'écriture humanistique développée en Italie a supplanté l'écriture gothique pour l'édition des livres imprimés dans la plus grande partie de l'Europe. Dans l'histoire de l'imprimerie, les caractères romains ont été créés à Venise par Nicolas Jenson en 1470 dans son Eusèbe et dans son Epistolæ ad Brutum de Cicéron. Mais c'est en 1530 / 1540 que Claude Garamond créa les poinçons de ses caractères romains pour l'imprimeur Henri Estienne.

Pourtant, en épigraphie lapidaire, ce ne sera qu'à partir de 1562 que le gothique sera définitivement abandonné en Finistère sur les calvaires, et en 1628 dans le corpus des inscriptions lapidaire de l'enclos paroissial du Faou .

: YVES :  BIZIAN :

Le patronyme du donateur est attesté à Guipavas, sous la forme BIZIEN, par la mention d'Ollivier Bizien comme prêtre en 1702. Nous retrouverons un membre de cette famille, O. BIZIAN comme donateur de la statue de saint Jacques le Mineur.

Les généalogistes mentionnent divers Bizian à Guipavas au XVIIe siècle, comme François Bizian, né entre 1570 et 1618 et dont le fils François est né à Guipavas

://gw.geneanet.org/dagornjp?lang=fr&p=francois&n=bizian&oc=1

http://gw.geneanet.org/dagornjp?lang=fr&p=francois&n=bizian

.

.

 

Inscription à la base de la statue de saint André, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Inscription à la base de la statue de saint André, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Console sculptée.

Le choix de l'artiste s'est porté sur une composition de trois feuilles frisées et nervurées, aux tiges réunies dans le creux d'une main. A sa droite immédiate, un animal fantastique pointe ses longues oreilles.

.

 

Culot de saint André, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Culot de saint André, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

.

2°) Saint JACQUES LE MAJEUR.

Tête moderne (2016) par Joël Kerhervé, avec le chapeau frappé d'une coquille. Sur la statue amputée de sa tête, le seul élément distinctif était le bourdon, bâton de marche des pèlerins de Compostelle.

Pas d'inscription.

Saint Jacques le Majeur, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Jacques le Majeur, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Console sculptée.

Il s'agit, au sein de feuillages,  d'un masque féminin au front épilé et aux cheveux nattés réunis par un bandeau.

 

Console de la statue de l'apôtre Jacques, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Console de la statue de l'apôtre Jacques, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

3°) Saint MATTHIEU et son écritoire  :c LESCOP.

 

Le saint tient dans la main gauche un livre, tenu horizontalement. Ou plutôt, comme l'a bien vu E. Le Seac'h, c'est un écritoire, sur lequel l'évangéliste trace son texte avec un instrument tenu dans la main droite. C'est ce détail qui permet l'identification.

Saint Matthieu, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Matthieu, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

L'inscription.

 

:c LESCOP

Une petite boucle en forme de c précède sans explication les lettres du patronyme du donateur,  LESCOP (du latin episcopus, "l'évêque"). On trouve aussi L'escob, Escob. Je n'ai pas trouvé de données sur la présence de ce patronyme à Guipavas au XVIe siècle. Yann Gweguen lit "AN ESKOP" et Couffon "S.A. LESCOP"

.

Inscription de la statue de Saint Matthieu, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Inscription de la statue de Saint Matthieu, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Console sculptée.

Masque entre deux lions. La figure humaine, yeux exorbités et bouche entrouverte sur les rangées de dents,  semble terrorisée par les deux lions qui l'enserrent, la gueule ouverte et la langue pendante. C'est donc une reprise, sous cette forme inspirée de l'héraldique, du thème du lion de crossette emportant les vivants pour le compte de la Mort. 

.

 

Console de la statue de Saint Matthieu, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Console de la statue de Saint Matthieu, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

4°) Saint JUDE-THADDÉE et sa croix. F.G. ANROUS.

L'identification de ce saint est donnée par E. Le Seac'h. Elle est loin d'être évidente, puisque l'attribut habituel de cet apôtre est la massue avec laquelle il fut achevé, ou la hallebarde. Certes, Émile Mâle signale (Les Compagnons du Christ) que "la plupart des écrivains ecclésiastiques admettaient que saint Jude avait été crucifié et saint Simon coupé en deux par une scie." mais il suffit de poursuivre la lecture de son texte, de poursuivre les recherches ou de consulter l'iconographie pour y perdre vite toute certitude.

.

 

Saint Jude-Thaddée,  porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Jude-Thaddée, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

L'inscription.

F.G : ANROUS

L'apôtre était difficile à identifier ? Le nom du donateur n'est pas plus facile à déchiffrer. Le -F- initial indique sans-doute un fabricien de la paroisse, le G l'initiale du prénom (Guillaume ?), le A est certain, le N est probable, mais la lettre suivante peut être un R ou un X (cf. Kerouanton infra). La dernière lettre en forme de 8 est bien un S, et se retrouve sur le nom THOMAS (statue de Jacques le Mineur). Couffon, recopié par E. Le Seac'h, oublie une lettre en lisant ici J.G. ANOUS . Yann Gweguen propose F.G. AN ROUS. Un  LE ROUX figure parmi les nobles de Guipavas, et AN ROUX pourrait être sa forme agrémentée à la sauce bretonne (manoir de Pratanroux à Penhars). 

C'est ce que confirment les documents collectés par Abgrall 1912 , sur Infobretagne ou sur Kergilles :  

— Hervé le Roux et Yvon Le Roux sont présents à la montre de 1448.

— Dans la montre de 1488, nous retrouvons Yvon le Roux, infirme, pour luy Prigent son fils, voulgier en brigandine ; et Hervé le Roux, voulgier en brigandine. ("vougier" :armé d’une vouge, arme d’hast médiévale utilisée pour atteindre les cavaliers ou pour couper les jarrets des chevaux).

— Dans la montre de l'évêché de Léon reçue à Lesneven le 25 septembre 1503 paraît "Louys AN ROUX en vougier" . Alors que dans une montre de 1534, est mentionné "Louis Le ROUX, par maistre Pierre LE ROUX".

D'après le Nobiliaire et Armorial de Bretagne de Pol de Courcy, LE ROUX, de Kerbernard, sieur de Kerasbihan, paroisse de Guipavas,  figure parmi les familles nobles :

Roux (LE), sr de Kerbernard, —de Kerasbihan, par. de Guipavas, — de Kermadec , — deMézoumeur, - de l'Isle, par. de Tréouergat, — de Kerguiomarc'h, par. de Querrien.

Ane. ext., réf. 1669, dix gén. ; réf. et montres de 1446 à 1534, par. de Guipavas, Plouzané et Plouarzel, év. de Léon.

D'azur fretté d'argent ; aliàs : au chef d'or chargé d'une quintefeuille d'azur.

Hervé, vivant en 1375, père de Jean, vivant en 1400, marié à Sibille de Quilbignon.

— En 1631, François Le Roux est prêtre de la paroisse ; en 1696 Le Roux, prêtre, est mentionné également.

.

Inscriptions sur le socle de la statue de saint Jude-Thaddée,  porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Inscriptions sur le socle de la statue de saint Jude-Thaddée, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Console sculptée.

Voici le motif, observé couramment sur les sablières et ornementations des églises bretonnes, du masque dont la bouche donne naissance à deux tiges florales. Ici, la figure est barbue, aux cheveux courts recouverts par un capuchon, et les feuilles déploient un très bel éventail de nervures et de digitations.

.

Console de la statue de saint Jude-Thaddée,  porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Console de la statue de saint Jude-Thaddée, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

5°) Saint BARTHÉLÉMY et son coutelas. G. KIANN.

Tête moderne (2016) par Joël Kerhervé.

Le saint tient le grand coutelas de dépeçage par lequel il fut martyrisé.

.

 

Saint Barthélémy,  porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Barthélémy, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Inscription.

: G : KIANN :

L'inscription G. KIANN doit être lue comme G. Keriann. Elle doit être mis en relation avec l'inscription relevée par Abgrall sur le bénitier : "en l'an 1565 Me Kian"  afin de postuler que le donateur portait le nom de Kerian, graphie pour Kerjean (on trouve aussi Kerjehan) . Cette famille est attestée à Guipavas par les généalogistes,  au XVIIe siècle : http://gilles.berthou.pagesperso-orange.fr/Gaby/Fiches/D42/P4.htm

Paul Kerjean, docteur en théologie, fut recteur de Guipavas de  1618 (?) jusqu'à son décès en  1627. René Kerjean fut vicaire en 1661, et Yves Kerjean, prêtre en 1701. Le 15 avril 1684 eut lieu la fondation par "Missire Michel Kerjean, prestre, d'une messe de "requiem" à notte, tous les jours de lundy de l'année, à l'issue procession au tout de l'église".

Elle était particulièrement honorée dans l'église de Guipavas comme l'indiquent les documents rapportés par Abgrall : leurs armoiries fascé d'or et d'azur, figuraient sur le soufflet du vitrail à gauche  du chœur, à coté de celles des Guengat, Cornouaille, Coataudon, Kergolay, Kermorvan, Penfentenyo, et Kerouale.

Le nom de Tanguy Jehan apparait, avec celui de 9 autres paroissiens de Guipavas, dans une pièce concernant une aliénation d'héritage préjudiciable à la fabrique de Guipavas, et faite par les paroissiens et leur défunt recteur, Olivier Richard, en 1538. 

Dans un document de 1487, Yvon Jehan est cité comme procureur de la fabrique.

En 1648, Vincent de Kerjehan était "Sr du dit-lieu et de Kerhuon", et en 1675, Ronan Mol était seigneur de Kerjean.

.



 

 

Inscription de la base de la statue de saint Barthélémy,  porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Inscription de la base de la statue de saint Barthélémy, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Console sculptée.

Elle associe des godrons en spirale et un rinceau de pampres.

 

Console de la statue de saint Barthélémy,  porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Console de la statue de saint Barthélémy, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

6°) Saint SIMON et sa scie. F.G. K[e]ROUANTON.

L'identification de l'apôtres se fonde sur son attribut, la scie de son supplice.

 

Saint Simon,  porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Simon, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Inscription.

F : G : KROUANTON

Note : le R, certifié par le reste du nom, est le même que celui de l'inscription ANROUS sous saint Jude.

Il faut tenir compte de l'abréviation très courante du suffixe Ker- et lire ici : KEROUANTON. Le F initial, déjà présent pour F : G : ANROUS, correspond plus volontiers à "Fabrique" qu'à un prénom composé du type "François-Guillaume". 

En 1674, une déclaration devant notaire citée par le chanoine Abgrall cite les noms des métayers Olivier  Bastien et Goulven Kerouanton. Abgrall indique aussi "la fondation, le 17 avril 1667, à la fabrice de St Pierre de Guipavas, par Marye Bernicot, 0llivier Kerouanton, de 6 livres tournois de rente annuelle pour célébrer tous les ans à perpétuité un office et service solennel avecque les prières et recommandations ordinaires, alumage de cierges et sonnerye de glas, etc. ". 

En 1642 Jean Kerouanton (fabrique) donna 33 livres à Guillaume Guéguen par commandement du Sieur de Guengat, pour peindre les images de la chapelle de Sainte Barbe et pour sculpter sur les bancs les armes des seigneurs de Lossulien et du Cludou. (H. 187). (Gilles Berthou)

La lettre initiale G peut correspondre au prénom Guillaume, mais aussi Goulven. Le 3 juillet 1651, Goulven Kerouanton épousa à Bourg-Blanc Marie Salaun, et leur fis Jean naquit le 27 mars 1659 à Guipavas.

Bien-sûr, aucune de ces données ne concernent le XVIe siècle.

Voir :

http://geneatique.net/genealogie/gisele-denis/denisarzel-74ae6d/KEROUANTON_Gabriel_95058619

ou http://www.breneol.net/Gedi/fr/Gedinfr3.html

.

 

Inscription sur le socle de la statue de l'apôtre Simon,  porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Inscription sur le socle de la statue de l'apôtre Simon, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Console sculptée.

Elle associe trois rangs de rinceaux et une couronne tressée.

.

 

Console de la statue de l'apôtre Simon,  porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Console de la statue de l'apôtre Simon, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

II. LES SIX APÔTRES DU COTÉ GAUCHE DU PORCHE. 

.

Les six apôtres du coté est,  porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Les six apôtres du coté est, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

7°) Saint JEAN tenant la coupe de poison. Initiales J.K et calice.

Jean est identifié facilement par son visage juvénile et imberbe, et par le "calice" ou plutôt la coupe de poison sur laquelle il s'apprête à tracer une bénédiction. C'est le rappel de la Légende Dorée et de la tradition selon laquelle, mis à l'épreuve sur la validité de sa Foi par le grand-prêtre d'Éphèse Aristodème, il but sans encombre le poison de reptiles venimeux pilés dans un mortier.

 

.

 

.

Saint Jean,  porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Jean, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Écu ecclésiastique J/K.

L'inscription est remplacé par un écu ecclésiastique, caractérisé par la présence d'un calice surmonté d'une hostie. Les initiales J.K sont celles du prêtre en question, mais l'indétermination ne peut être levée. On peut bien-sûr supposer que le J correspond au prénom Jean.

.

 

Écu ecclésiastique, statue de saint Jean,  porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Écu ecclésiastique, statue de saint Jean, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Console sculptée.

Motif de feuillages intégrant à la frise de rinceaux cinq feuilles en dents de lions".

.

Console de la statue de saint Jean,  porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Console de la statue de saint Jean, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

8°) saint THOMAS et son équerre. J.B. ISAC : F :SEGALENN.

L'apôtre se reconnaît par son équerre.

.

 

.

Saint Thomas,  porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Thomas, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Inscription.

J . B . ISAC : F : SEGALENN

.

 

Socle de la statue de l'apôtre Thomas, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Socle de la statue de l'apôtre Thomas, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

Socle de la statue de l'apôtre Thomas, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Socle de la statue de l'apôtre Thomas, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Console sculptée.

Il ne reste que les fragments d'un groupe de feuilles d'acanthes.

.

 

Console de la statue de l'apôtre Thomas, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Console de la statue de l'apôtre Thomas, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

9°) Saint PIERRE et sa clef. H : TOULLEC

Tête moderne (Joël Kerhervé 2016) mais n'oubliant pas la calvitie et le toupet caractéristique de saint Pierre. Clef et main gauche (qui devait tenir un livre) brisées.

.

Saint Pierre, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Pierre, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Inscription.

H:TOULLEC.

 

Les registres mentionnent le décès en 1616 d'Henry Toullec, prêtre, inhumé en l'église Saint-Pierre. Il est possible qu'il s'agisse du donateur de cette statue de saint Pierre, patron de son église. 

.

Inscription du socle de la statue de saint Pierre, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Inscription du socle de la statue de saint Pierre, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Console sculptée.

.Elle associe une frise en spirale, une frise de pétales recourbés, et des godrons.

 

Console de la statue de saint Pierre, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Console de la statue de saint Pierre, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

10°) Saint JACQUES LE MINEUR avec son bâton de foulon. R. THOMAS : O : BIZIAN.

Bien que brisé, le bâton de foulon est particulièrement bien représenté, avec une hampe cannelée en partie médiane et une extrémité en fuseau. On sait que ce bâton, accessoire du foulonnier dans le traitement des draps, est l'attribut de Jacques fils d'Alphée en fonction de la Légende Dorée de Jacques de Voragine :

 

"Ils montèrent et le jetèrent en bas, après quoi, ils l’accablèrent sous une grêle de pierres en disant : « Lapidons Jacques le Juste. » Il ne fut cependant pas tué de sa chute, mais il se releva et se mettant sur ses genoux, il dit : « Je vous en prie, Seigneur, pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu'ils font. » Alors un des prêtres, qui était des enfants de Rahab, s'écria : « Arrêtez, je vous prie, que faites-vous ? C'est pour vous que prie ce juste, et vous le lapidez ! » Or, l’un d'entre eux prit une perche. de foulon, lui en asséna un violent coup sur la tête et lui fit sauter la cervelle. C'est ce que raconte Hégésippe. Et saint Jacques trépassa au Seigneur par ce martyre sous Néron qui régna l’an 57 : il fut enseveli au même lieu auprès du temple. Or, comme le peuple voulait venger sa mort, prendre et punir ses meurtriers, ceux-ci s'enfuirent aussitôt. "

La tradition iconographique, notamment bretonne, représente cette perche comme un bâton terminé en crosse de  soule par une boule ovale recourbée. Le foulon de Guipavas est ici très différent, et semble inspiré, comme dans une Encyclopédie des Sciences Techniques, par un marteau-pilon contemporain des Prigent. Il ne correspond pourtant pas aux maillets des moulins folerets, dont le bruit causa une si grande frayeur à Don Quichotte et Sancho Panza avant qu'ils n'en identifient l'origine.  

.

Saint Jacques le Mineur, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Jacques le Mineur, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

Saint Jacques le Mineur, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Jacques le Mineur, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Inscription.

F:THOMAS : O : BIZIAN.

Dans les documents publiés par Abgrall, le patronyme THOMAS est attesté en 1631 (François THOMAS, prêtre), en  1674 (Goulven THOMAS, métayer de la cordelée de Lanaérec). La famille BIZIAN, à laquelle nous avons déjà été présenté par saint André, revient sous la forme d'un probable Olivier BIZIAN.

.

Inscription sur le socle de la statue de saint Jacques le Mineur, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Inscription sur le socle de la statue de saint Jacques le Mineur, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Inscription sur le socle de la statue de saint Jacques le Mineur, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Inscription sur le socle de la statue de saint Jacques le Mineur, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Console sculptée.

On y trouve une première frise de feuilles de chêne, très décorative, puis une couronne tressée, puis des feuilles à l'extrémité enroulée sur elle-même.

.

 

Console de la statue de saint Jacques le Mineur, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Console de la statue de saint Jacques le Mineur, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

11°) Saint PHILIPPE avec sa croix. H : DIVERRES.

Tête moderne par Joël Kerhervé (2016). Philippe tient, dans une curieuse prise en pronation et flexion du poignet, ce qui lui reste de son attribut, une croix à longue hampe.

.

 

 

.

Saint Philippe, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Philippe, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

Saint Philippe, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Philippe, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Inscription.

H : DIVERRES. 

La sixième lettre du patronyme peut être lue (et a été lue) comme un S (la leçon de René Couffon est "DINERSES"), mais il faut bien entendu reconnaître ici le patronyme breton  Diverres.

Inscription du socle de la statue de saint Philippe, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Inscription du socle de la statue de saint Philippe, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Console sculptée.

Un magnifique chou frisé !

.

Console de saint Philippe, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Console de saint Philippe, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

12°) Saint MATTHIAS et le manche de sa hache.  :LANGAALB

C'est à sa place de bon dernier de la série, de treizième apôtre tiré ausort pour remplacer Judas que nous trouvons l'apôtre Matthias, qui tient le manche de sa hache.

 

Saint Matthias, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Matthias, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

 

Saint Matthias, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Saint Matthias, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Inscription.

:LANGAALB

René Couffon a lu : "LANGAALH". Ces noms n'ont guère de sens, mais j'ai cherché en vain  une autre lecture. 

.

Inscription sous saint Matthias, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Inscription sous saint Matthias, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Console sculptée.

Un bouquet de cinq feuilles.

.

Console supportant saint Matthias, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Console supportant saint Matthias, porche ( Bastien et Henry Prigent, 1563) de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Marginalia.

La frise du porche de Landivisiau débute et s'achève, des deux cotés, par des masques, animaux et personnages amusants. Ici, seul une extrémité comporte un masque.

.

L'église de Guipavas III : les Apôtres du porche nord (1563).

.

 

L'église de Guipavas III : les Apôtres du porche nord (1563).

.

 

 

.

SOURCES ET LIENS.

.

— ABGRALL (Jean-Marie), 1912, Notices sur les paroisses : Guipavas Chanoines Jean-Marie Abgrall et Paul Peyron, "[Notices sur les paroisses] Guipavas", Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, Quimper, 12e année, 1912, p. 114-124, 148-158, 183-192, 205-218, 237-248.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/243b23ce0573cffab3d8cd3e7b8a3048.pdf

 

— BERTHOU (Gilles), Monuments et vieilles pierres de Guipavas.

http://gilles.berthou.pagesperso-orange.fr/Guipavas_monuments.htm

— BOUCHER (Michel), 2015, association Guipavas identité et patrimoine , Le porche de la Nativité. Guipavas le mensuel n°5 - janvier 2016

http://www.mairie-guipavas.fr/IMG/GLM/N005/GLM_web-005-p09.pdf

— CASTEL (Yves-Pascal), 1979, “ Le porche de Guipavas...,” Courrier du Léon et Progrès de Cornouaille 1er septembre 1979 Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 14 mars 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/1935.

— CASTEL (Yves-Pascal), 1979, Le patrimoine architectural et les sites de la commune de Guipavas, “0016 patrimoine commune de Guipavas 1.09.79,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 14 mars 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/1476.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/0264d74a8e17fd1da31a25ef0df9b90d.jpg

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/0264d74a8e17fd1da31a25ef0df9b90d.jpg

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988 Répertoire des églises : paroisse de GUIPAVAS Notice extraite de : Diocèse de Quimper et Léon, nouveau répertoire des églises et chapelles, par René Couffon, Alfred Le Bars, Quimper, Association diocésaine, 1988.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/d7fa2365a76658fe5c12b1ddf3e34546.pdf

— INFOBRETAGNE, "Guipavas"

http://www.infobretagne.com/guipavas.htm

— GWEGEN (Yann), 1988, , Guipavas gwechall goz: son histoire, ses familles, ses villages - 279 pages page 8 

— LE SEAC'H (Emmanuelle), 1997, Les crossettes et les gargouilles dans quatre cantons du Finistère : Landerneau, Landivisiau, Ploudiry, Sizun. Éditeur: s.n., 2 vol. : 359 p. + 135 p. : ill. ; 30 cm .

http://portailcrbc.univ-brest.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=34066

 

— LE SEAC'H (Emmanuelle), 2014, Sculpteurs sur pierre en Basse-Bretagne, les ateliers du XVe au XVIIe siècle, 1 vol. (407 p.) - 1 disque optique numérique (CD-ROM) : ill. en coul. ; 29 cm ; coul. ; 12 cm; Note : Index. - Notes bibliogr., bibliogr. p. 373-395. Rennes : Presses universitaires de Rennes , 2014. Éditeur scientifique : Jean-Yves Éveillard, Dominique Le Page, François Roudaut

 

 — TOSCER (Guillaume) 1907, Le Finistère pittoresque, (Sites et monuments) Pays de Léon et Tréguier, Imp. A. Kaigre.

— WIKIPEDIA avant restauration

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:010_Guipavas_Porche_Six_autres_apotres.jpg

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Guipavas
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 11:22

L'église de Guipavas II. Le porche de 1563 par l'atelier des Prigent. L'extérieur.

 

 

.

— Sur Guipavas, voir :

 

Voir aussi d'autres œuvres de Bastien ou Henry Prigent:

 

 

.

"Laissez toute hâte, vous qui entrez". Ce lieu de passage était jadis là en transition pour préparer à l'accès dans l'espace sacré, et, comme tout seuil, il procédait d'un rituel et d'une symbolique propre à en déjouer les dangers . Il mérite donc qu'on s'y arrête.  

.

.

 

L'église Saint-Pierre et Saint-Paul de Guipavas a été presque totalement détruite par les bombardements liés aux combats de la libération de Brest dans la nuit du 12 au 13 août 1944. Elle a été rebâtie en 1952-1955 avec des matériaux locaux comme la pierre jaune de Logonna ou encore de l'ardoise des monts d'Arrée, sur les plans de l'architecte d'art sacré, Yves Michel à qui l'on doit également la nouvelle abbaye de Landévennec ou l'église Saint-Louis à Brest.

Le porche Nord, qui daterait d'après G.Toscer de 1563 , et qui a été classé en 1926, est, avec les pignons des bras du transept, le seul élément à avoir résisté à l'incendie. Il a été réintégré à la nouvelle église.

.

L'atelier des Prigent

Ce n'est pas un hasard si ce porche rappelle au visiteur, avec son arc déprimé sculpté d'une lierne de feuillage et de grappes de raisins qui sortent de la gueule d'animaux, ceux de Pencran (1553) et de Landivisiau (1554-1565) : car ils sont sortis du même atelier de tailleurs de pierre, celui des frères Bastien et Henry Prigent, établi à Landerneau, et actif entre 1527 et 1577. Les vestiges de la Nativité de son tympan avec la tête de l'âne et du bœuf dépassant de leur stalle évoquent la Nativité du porche de Pencran, et c'est bien cette démarche de comparaison stylistique qui va rendre sa visite passionnante,  riche de ces mille sensations émouvantes de "déjà vu quelque part".

D'autant que les Prigent ont aussi sculpté le haut du porche de Lampaul-Guimiliau, les calvaires monumentaux de Pleyben et de Plougonven, des statues isolées pour les porches de la vallée de l'Elorn (Le Tréhou, Trémaouézan, Commana et Ploudiry), trois Pietà (voir ici celle de Saint-Nic), et enfin six croix et vingt-trois calvaires ! Autant dire que le coup d'œil de reconnaissance du style et du vocabulaire Prigent trouve, en Basse-Bretagne, de quoi  s'exercer dans d'excitantes promenades.

En bon sculpteurs landernéens s'approvisionnant en matériau dans la Rade de Brest via l'Elorn, les Prigent sont des virtuoses de la kersantite ("kersanton", du nom du lieu-dit de la commune de Loperhet), et c'est bien cette pierre qui donne au porche de Guipavas sa résistance à l'érosion et la finesse onctueuse de son grain gris sombre.

La date de 1563, avancée par Guillaume Toscer en 1907 (et peut-être lue sur le phylactère aujourd'hui effacé d'un ange?), semble plausible si on réalise que les trois chantiers se seraient ainsi succédés, avant le déclenchement des Guerres de la Ligue en 1588. D'autre part, le trumeau de Landivisiau supporte un magnifique bénitier due au ciseau de Bastien Prigent Or, les chanoines  Abgrall et Peyron mentionnent dans leur description du porche de Guipavas un bénitier daté de 1565  (inscription "En l'an 1565 Me K/ian" soit Kérian, ou Kerjean), qui renforce le crédit apporté à la datation de Toscer, et qui aurait pu, s'il n'avait pas disparu depuis, enrichir la démarche d'étude stylistique et les relations entre Landivisiau et Guipavas.

 

.

 

 

Le porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Le porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Je ferais de larges emprunts (placés en retrait) à la description d'Emmanuelle Le Seac'h, qui a établi le catalogue raisonné des Prigent dans sa thèse, repris dans un ouvrage de 2014. Je tente de payer la dette de ces emprunts en saluant l'exceptionnel intérêt de ce travail, et en contribuant à ses inventaires iconographiques.

 

"L'archivolte repose sur des colonnettes prismatiques. L'accolade décorée de crochets en feuilles de choux et sommés d'un fleuron gothique s'appuie sur des colonnes torsadées comme à Pencran ou à Landivisiau, terminés par des pinacles. 

Les contreforts de biais sont décorés d'une niche à console et à dais gothiques avec les statues modernes de Joseph et de la Vierge. Les rampants du pignon sont décorés des mêmes crochets, avec des pinacles mutilés autour du corps. A gauche, une crossette représente un dragon, la queue enroulée autour du corps." 

.

Puisque le premier article de cette série concernait les crossettes, je peux aussi remarquer la ressemblance entre le dragon ailé de Guipavas, et celui de Pencran, chacun placé à l'angle du porche.

Il me reste à décrire la statue moderne de saint Pierre sous l'accolade, mais surtout les deux anges des consoles des statues. Leur tête, leurs bras et leur phylactères sont brisés, mais une ou deux lettres sont encore visibles sur la banderole de gauche.

.

 

Le porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Le porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Le tympan.

Les traces de polychromie attestent qu'ici comme ailleurs le porche et ses statues étaient peints, en faisant notamment appel à l'ocre rouge et au bleu. Il faut imaginer ce lieu comme ceux que ressuscitent les illuminations lasers des grands calvaires bretons, ou des porches des cathédrales.

.

 

Tympan et voussures du  porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Tympan et voussures du porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Les voussures du tympan.

.

"Dans les voussures de l'archivolte, il ne reste que sept anges. Ils sont thuriféraires, orants, porteurs de phylactères, ou musiciens — cornemuse et trompette — ou font le geste de bénédiction. Leurs visages, similaires à ceux de Pencran et de Landivisiau, sont de la main d'Henry Prigent. Le sculpteur leur a donné  deux plis verticaux au niveau du front, ce qui leur donne un air songeur. Les paupières sont doubles. Les cheveux forment des crochets bouclés  sur le front. Les plissés des tuniques resserrées à la taille par une ceinture sont habilement rendus. Le vêtement est plaqué  sur les cuisses. Les ailes sont déployées en V ou seulement ouvertes dans le dos et leurs plumes sculptées de manière variée : en écaille, ovales ou striées ou tout simplement lisses. Tous ces détails rappellent le soin et la minutie de l'atelier des Prigent"

.

Voussures du  porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Voussures du porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Trois anges de la voussure droite.

.

Bien entendu, l'ange joueur de cornemuse n'a, une fois de plus, pas échappé à la vigilance d'Argus de Jean-Luc Matte, qui le décrit ainsi :

"Sc/pierre : anges musiciens : hautbois et cornemuse. L'ange cornemuseux a la tête brisée ainsi que les mains. Apparemment seule la gauche était posée sur le hautbois. 1563. 1 bourdon d'épaule à raccord médian et pavillon, orné d'un ruban tressé. Hautbois brisé, poche cousue à décor géométrique. Il est dommage que la statue soit brisée car la représentation est bien détaillée."

 

Je remarque aussi le costume exceptionnellement luxueux de ce cornemuseux, puisqu'il est le seul à bénéficier de manches à quatre rangs de crevés et à dentelles aux poignets. Sa posture échappe à tout hiératisme, puisqu'il ploie le genou droit.

.

 

Trois anges des voussures du  porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.
Trois anges des voussures du  porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Trois anges des voussures du porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Ange joueur de trompette droite. Voussure de gauche.

 Je ne vois aucune anche à l'embouchure, qui est légèrement évasée et cannelée. Je ne vois pas non plus de trous pour les doigts. C'est donc bien, comme l'indique E. Le Seac'h, une trompette.  Le pavillon s'orne de trois lignes sinueuses.

.

Deux  anges des voussures du  porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Deux anges des voussures du porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Un nouveau-né nouveau venu.

Depuis 2015, le tympan, jadis  particulièrement vide hormis l'âne et le bœuf (tête ou museau brisés) dans leur stalle d'osier tressé, s'est enrichi d'une crèche. 

"Ayant disparu depuis plus de 100 ans, le hasard a voulu que l'élément essentiel de la Nativité représentée sur ce porche ait pu être retrouvé. La pierre ouvragée de l'enfant Jésus a ainsi repris sa place d'origine sur la corniche. Désormais tous les personnages sont à nouveau réunis sur la façade de notre vieux porche sous le regard amusé des anges musiciens sculptés dans la voussure. La pierre ouvragée a été rescellée sur la corniche début novembre 2015" (Michel Boucher 2015)

.

Je suis néanmoins frappé par le manque de rapports de proportion entre ce nouvel élément, et l'espace disponible. Il comporte sur fond de paille un corps nu étendu au centre, entre deux anges orants. Je n'ai pu déchiffrer, de l'inscription de la bande inférieure, que le mot -dieu- central. 

Comparer avec la Nativité du porche de Pencran.

.

Tympan (détail)  du  porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Tympan (détail) du porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

La corniche à rinceaux autour d'un soleil ailé. La frise de pampres.

Yann Gwegen décrivait en 1988 " de riches pampres entrelacés, dans lesquels des insectes, des reptiles, des oiseaux voire même des amours qui mangent avec avidité d'abondantes grappes de raisin." .

Effectivement, on remarquera un dragon à l'extrémité droite de la corniche, et un oiseau picorant à gauche du portail.

.

 

Tympan et voussures du  porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Tympan et voussures du porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

Entrée du porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Entrée du porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Comme à Pencran, comme à Landivisiau, mais aussi comme à Landerneau et à Daoulas, la tige du rinceau qui monte le long des piédroits trouve son origine dans la gueule d'un animal, plus ou moins monstrueux. Et ce détail est si émouvant à retrouver  qu'il se charge par réminiscence de "la mélancolie d'un souvenir" dont parle Proust à propos de la Vierge Dorée. Ou de la simple excitation qu'accompagne, lors d'un dîner familial, l'attente de savoir sur quelle assiette à soupe on va tomber parmi les trente-six qui composent le service des Fables de la Fontaine. Ou  quelle image du chocolat Poulain va receler la tablette que maman va ouvrir.

Ici, j'ai eu  : un chien de chasse ; un deuxième (mais j'échangerai mes doubles) ; un dragon à queue de serpent ; et un lion.

.

Ma récolte à Landivisiau : un autre dragon, mais à la queue en tire-bouchon :

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Base des piédroits du  porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Base des piédroits du porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

Base des piédroits du  porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Base des piédroits du porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

Base des piédroits du  porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Base des piédroits du porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

Base des piédroits du  porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Base des piédroits du porche de 1563 par l'atelier Prigent de Landerneau, église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

.

SOURCES ET LIENS.

— ABGRALL (Jean-Marie), 1912, Notices sur les paroisses : Guipavas Chanoines Jean-Marie Abgrall et Paul Peyron, "[Notices sur les paroisses] Guipavas", Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, Quimper, 12e année, 1912, p. 114-124, 148-158, 183-192, 205-218, 237-248.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/243b23ce0573cffab3d8cd3e7b8a3048.pdf

— BOUCHER (Michel), 2015, association Guipavas identité et patrimoine , Le porche de la Nativité. Guipavas le mensuel n°5 - janvier 2016

http://www.mairie-guipavas.fr/IMG/GLM/N005/GLM_web-005-p09.pdf

— BERTHOU (Gilles), Monuments et vieilles pierres de Guipavas.

http://gilles.berthou.pagesperso-orange.fr/Guipavas_monuments.htm

— CASTEL (Yves-Pascal), 1979, “ Le porche de Guipavas...,” Courrier du Léon et Progrès de Cornouaille 1er septembre 1979 Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 14 mars 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/1935.

— CASTEL (Yves-Pascal), 1979, Le patrimoine architectural et les sites de la commune de Guipavas, “0016 patrimoine commune de Guipavas 1.09.79,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 14 mars 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/1476.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/0264d74a8e17fd1da31a25ef0df9b90d.jpg

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/0264d74a8e17fd1da31a25ef0df9b90d.jpg

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988 Répertoire des églises : paroisse de GUIPAVAS Notice extraite de : Diocèse de Quimper et Léon, nouveau répertoire des églises et chapelles, par René Couffon, Alfred Le Bars, Quimper, Association diocésaine, 1988.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/d7fa2365a76658fe5c12b1ddf3e34546.pdf

— INFOBRETAGNE, "Guipavas"

http://www.infobretagne.com/guipavas.htm

— GWEGEN (Yann), 1988, , Guipavas gwechall goz: son histoire, ses familles, ses villages - 279 pages page 8 :

LE SEAC'H (Emmanuelle), 1997, Les crossettes et les gargouilles dans quatre cantons du Finistère : Landerneau, Landivisiau, Ploudiry, Sizun. Éditeur: s.n., 2 vol. : 359 p. + 135 p. : ill. ; 30 cm .

http://portailcrbc.univ-brest.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=34066

 

LE SEAC'H (Emmanuelle), 2014, Sculpteurs sur pierre en Basse-Bretagne, les ateliers du XVe au XVIIe siècle, 1 vol. (407 p.) - 1 disque optique numérique (CD-ROM) : ill. en coul. ; 29 cm ; coul. ; 12 cm; Note : Index. - Notes bibliogr., bibliogr. p. 373-395. Rennes : Presses universitaires de Rennes , 2014. Éditeur scientifique : Jean-Yves Éveillard, Dominique Le Page, François Roudaut

 

 

— TOSCER (Guillaume) 1907, Le Finistère pittoresque, (Sites et monuments) Pays de Léon et Tréguier, Imp. A. Kaigre.

 

.

 

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Guipavas
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 09:29

.

De l'ancienne église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Guipavas, restaurée au XVIe siècle, mais reconstruite en 1848, il ne restait plus, lors de la visite du chanoine Abgrall en 1912, que le porche nord et un bénitier de 1565, ainsi que les pignons des bras du transept. L'incendie consécutif aux bombardements d'août 1944 entraîne la reconstruction de l'église en 1952-1955 dans un style contemporain, mais intégrant ces éléments anciens. C'est précisément eux qui vont nous permettre d'observer de belles crossettes.

1°) Je poursuis ici ma petite enquête photographique sur les crossettes, enquête qui s'enrichit à chaque étape des comparaisons avec les visites précédentes.

J'utiliserai le terme de "crossette" tel que je le trouve défini dans Sculpteurs sur pierre en Basse-Bretagne (2014) d'Emmanuelle Le Seac'h page 40 :

"Les pierres d'amortissement, nécessaires à la structure et à l'équilibre d'un fronton ou d'un pignon, sont généralement prolongées par des acrotères, des crossettes ou des pots-à-feu. Les crossettes, situées à la terminaison des rampants d'un pignon ou d'un fronton, sont extrêmement nombreuses. Les plus belles sont sculptées dans la pierre de kersanton sur les porches de la vallée de l'Élorn, comme à Landivisiau où un lion et un dragon se font pendant. "

Régulièrement photographiées pour leur beauté et leur thème pittoresque, les crossettes zoomorphes et anthropomorphes de Bretagne ont fait l'objet d'une seule étude réglée, celle d'Emmanuelle Le Seac'h, mais elle s'est « limitée » aux quatre cantons du Finistère de Landerneau, Landivisiau, Ploudiry, et Sizun. Néanmoins, le bestiaire, la thématique et la stylistique sont suffisamment homogènes pour en étendre les conclusions à l'ensemble de la Basse-Bretagne.

2°) Cette axe d'investigation iconographique en croise un autre, puisque je tente aussi de documenter en ligne les ouvrages d'un atelier de sculpture sur pierre (et surtout sur kersanton) établi à Landerneau entre 1527 et 1577, celui de Bastien et d'Henry Prigent. Or, ce sont eux qui sont les auteurs du porche de Guipavas, daté de 1563, mais aussi auparavant  des porches de Pencran (1553) et de Landivisiau (1555-1565). Existe-t-il des points communs entre les crossettes qui encadrent ces trois porches ?

.

Précisément, la crossette la plus visible et la plus spectaculaire de Guipavas, car elle termine le rampant gauche du porche nord par lequel le visiteur pénètre dans l'église, est un dragon qui est le frère jumeau de celui de Landivisiau. Parlons plutôt ici de triplets, car l'air de famille avec celui de Pencran est aussi évident.

C'est un ouvrage de kersanton, tout en finesse, non sans préciosité, audacieusement ancré à la pierre d'amortissement par une attache très réduite correspondant à l'arrière-train de l'animal. Le dragon à l'échine épineuse dresse vers le ciel des yeux exorbités et une gueule fort pourvue de crocs ; puis vient une forte paire d'oreilles de chauve-souris et une courte crinière méchée. Le thorax  annelé et l'abdomen long et mince forment une courbe en S, précédant une queue aux anneaux dentelés, si longue et si contournée qu'on en perd l'itinéraire. C'est qu'elle passe d'abord sous les pattes postérieures, entoure le col comme une écharpe, et achève sa prestation par une boucle fermée sur elle-même. Les pattes antérieures se saisissent de ce lasso, comme pour en modérer les spasmes rageurs.

Tout laisse à penser que ce dragon est contemporain du porche, dont il est solidaire, et qu'il date de 1563.

 

Dragon, kersanton (1563), B. et H. Prigent, crossette du rampant gauche du porche nord de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Dragon, kersanton (1563), B. et H. Prigent, crossette du rampant gauche du porche nord de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

Comparons-le maintenant à celui du rampant gauche du porche de Landivisiau :

.

 

 

 

 

 

 

.

Retour à Guipavas : 

.

Dragon, crossette du rampant gauche du porche nord de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Dragon, crossette du rampant gauche du porche nord de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

2. Crossette du rampant gauche du bras sud du transept : dragon ailé.

Cette crossette n'est pas en kersanton, mais en pierre de Logonna. Le dragon aux dents menaçantes a le corps couvert de pustules verruqueuses et la queue formant une boucle. Le corps est dirigé vers l'ouest mais la tête se tourne vers le sud, vers le spectateur auquel il adresse sa mise en garde. 

.

 

Dragon ailé, crossette  au sud de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Dragon ailé, crossette au sud de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

 

Dragon ailé, crossette  au sud de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017

Dragon ailé, crossette au sud de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017

.

3. Crossette du rampant droit du bras sud du transept : lion.

Le lion est l'animal le plus représenté avec le dragon. Je ne suis donc pas surpris de le trouver ici, avec sa tête frisée comme un mouton, sa gueule débonnaire à la langue bien pendue, la crinière fournie, sa queue passant entre les pattes avant de se diviser sur la croupe en trois digitations, et la patte postérieure velue. Se tient-il posé sur un os à moelle ou sur un rouleau de papier ? Les branchages d l'arbre voisin ne me permettent pas de le dire.

.

 

Lion, crossette  au sud de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

Lion, crossette au sud de l'église de Guipavas. Photographie lavieb-aile février 2017.

.

SOURCES ET LIENS.

 

 

— ABGRALL (Jean-Marie), 1912, Notices sur les paroisses : Guipavas  Chanoines Jean-Marie Abgrall et Paul Peyron, "[Notices sur les paroisses] Guipavas", Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, Quimper, 12e année, 1912, p. 114-124, 148-158, 183-192, 205-218, 237-248.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/243b23ce0573cffab3d8cd3e7b8a3048.pdf

— CASTEL (Yves-Pascal), 1979, “ Le porche de Guipavas...,” Courrier du Léon et Progrès de Cornouaille 1er septembre 1979 Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 14 mars 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/1935.

— CASTEL (Yves-Pascal), 1979, Le patrimoine architectural et les sites de la commune de Guipavas, “0016 patrimoine commune de Guipavas 1.09.79,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 14 mars 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/1476.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/0264d74a8e17fd1da31a25ef0df9b90d.jpg

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/0264d74a8e17fd1da31a25ef0df9b90d.jpg

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988 Répertoire des églises : paroisse de GUIPAVAS Notice extraite de : Diocèse de Quimper et Léon, nouveau répertoire des églises et chapelles, par René Couffon, Alfred Le Bars, Quimper, Association diocésaine, 1988.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/d7fa2365a76658fe5c12b1ddf3e34546.pdf

— INFOBRETAGNE, "Guipavas"

http://www.infobretagne.com/guipavas.htm

— LE SEAC'H (Emmanuelle), 1997, Les crossettes et les gargouilles dans quatre cantons du Finistère : Landerneau, Landivisiau, Ploudiry, Sizun. Éditeur: s.n.,  2 vol. : 359 p. + 135 p. : ill. ; 30 cm .

http://portailcrbc.univ-brest.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=34066

 

LE SEAC'H (Emmanuelle), 2014, Sculpteurs sur pierre en Basse-Bretagne, les ateliers du XVe au XVIIe siècle,  1 vol. (407 p.) - 1 disque optique numérique (CD-ROM) : ill. en coul. ; 29 cm ; coul. ; 12 cm; Note : Index. - Notes bibliogr., bibliogr. p. 373-395.  Rennes : Presses universitaires de Rennes , 2014. Éditeur scientifique : Jean-Yves Éveillard, Dominique Le Page, François Roudaut

 

 

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Gargouilles et crossettes Guipavas
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche