Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 08:57

.

I. LE CALVAIRE.

Placé au centre du cimetière parmi les tombes, ce calvaire de kersanton de  6,50 m de haut est basé sur trois hautes marches hexagonales et un dé octogonal .  Il daterait du XVIe siècle (XVIIe selon Couffon). . Le fût à pans détache un premier bras latéral droit pour recevoir saint Édern, puis un croisillon mouluré à culot porte le gibet des larrons aux extrémités, des statues géminées vers le milieu, le le crucifix au centre, surmonté d'un ange tenant le titulus. Le revers porte un Christ aux liens entre saint Pierre et Marie-Madeleine.

 

L'enclos paroissial de Lannédern, vu du sud-ouest. Photographie lavieb-aile.

L'enclos paroissial de Lannédern, vu du sud-ouest. Photographie lavieb-aile.

.

1. La face principale.

 

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Saint Édern, patron de la paroisse,  et son cerf.

Sur un  croisillon, à mi-hauteur du fût et à sa droite, Saint-Edern en robe et manteau à capuchon, est représenté tenant un bâton et chevauchant un cerf.

 

Saint Édern, Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Saint Édern, Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

 

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

 

 

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Le bon larron.

.

Le bon larron. Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Le bon larron. Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Le mauvais larron.

.

La mauvais larron. Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

La mauvais larron. Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

La Vierge.

.

La Vierge. Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

La Vierge. Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Saint Jean.

 

Saint Jean. Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Saint Jean. Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Le Christ en croix.

 

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Anges recueillant dans un calice le sang des plaies des pieds du Christ.

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Ange tenant le titulus portant les lettres INRI.

.

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Le revers du calvaire.

Le Christ aux liens est entouré de saint Pierre et de sainte Marie-Madeleine tenant le flacon d'onguent.

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

 

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

 

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Calvaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.


II. L'OSSUAIRE  (ou Chapelle sainte-Anne).

 


La façade classique de cet édifice  rectangulaire  comporte quatre baies en plein cintre, une porte médiane à fronton cintré, et deux bénitiers. Entre les fenêtres, se trouvent des têtes de morts et des fémurs entrecroisés.

.

 

Ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Il date de 1660-1662 ainsi que l'indique l'inscription sur la corniche de la façade :

"G. COLIN. F. /  F. BRAS. F.  / M. I. KDEVEZ. R." .

Il faut comprendre : "G. Colin, fabricien. F. Bras fabricien. Messire I. Kerdevez Recteur."

Or, Jean Kerdevez fut recteur de Lannédern de 1660 à 1662. Le nom de ce recteur figure aussi à l'église selon J-M. Abgrall sur un tableau du Rosaire avec la date de 1660 (YVES QVINTIN.1660. Msre KERDEVEZ : LORS. R. MAVDIRE. LORS. FAB ). On le retrouve aussi sur les piliers d'entrée du cimetière, où deux inscriptions indiquent: "M. GRE. KDEVEZ." et "M. G. ABALAIN. R/ 1835.". Et enfin, on le retrouve sur le porche de l'église : H: BRAS :I MODIRE . VE . I. KERDEVEZ. RECTOR. C. ALLAIN. 1662 . 

 

 

 

Ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

 

Ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Aux extrémités de la corniche, deux anges à phylactères portent des banderoles. A l'angle sud on lit l' inscription : COGITA MORI

"Pense que tu vas mourir"

.

Ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

L'ange de l'angle nord présente les mots  RESPICE FINEM.

Cette locution latine peut être traduite par "Songe à ta fin dernière !"

Elle termine la locution complète Quidquid agis, prudenter agas et respice finem ! « Quoi que tu fasses, fais-le avec prudence, sans perdre de vue la fin. » qui est la morale de la fable 45 Le Renard et le Bouc  d'Ésope, ou la formule des Proverbes dorés des pseudo-pythagoriciens (Βουλεύου δὲ πρὸ ἔργου, ὅπως μὴ μῶρα πέληται). Le libraire Poncet Le Preux (1481-1559), éditeur des Croniques de France de Robert Gaguin l'avait adopté comme devise, avec sapienter au lieu de prudenter.

.

Ange de l'ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Ange de l'ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

 

.

Autres crossettes de l'ossuaire.

1. La démone à queue de serpent.

Cette crossette de la base des rampants du pignon sud représente une femme-serpent allongée sur le coté, son visage joufflu  tournée vers nous, le buste dressé et la main gauche tendue vers l'arrière, paume de face. Elle est comme accoudée sur le bras droit, dont la main fait retour sous le menton. En arrière d'un front épilé, sa longue chevelure ondulée retombe sur ses épaules. Sa poitrine est forte et lourde. La partie inférieure du corps est curieusement séparée du buste par un bourrelet. Elle a la forme d'une queue dont l'extrémité forme une boucle avant de se terminer par une pointe en  flèche. 

   Elle figure parmi les 10 "Ornements du type femme-serpent" colligés par Hiroko Amemiya dans son ouvrage Vierge ou démone. Exemples dans la statuaire bretonne. Neuf  d'entre elles sont dans le Finistère, alignées sur un axe  nord-sud entre Bodilis (1564-1570?), Lannédern (1662), Brasparts (1592), Sizun, Lennon, Trégourez (1687), la chapelle Saint-Herbot (1516) de Plonévez-du-Faou, et Le Juch.

LE THOMAS Louis, « Les démones bretonnes », in Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, tome LXXXVII, 1961, p. 173. 

AMEMIYA (Hiroko), 2005, Vierge ou Démone - Exemples dans la statuaire bretonne, Préface de Pierre-Yves Lambert Keltia Graphic, Spézet, 269 pages, ISBN 2-913953-82-4

CORDIER (Jean-Yves), 2009-2016, La Vierge à la démone, liste de 18 articles du blog lavieb-aile :

http://www.lavieb-aile.com/2016/11/l-enclos-paroissial-de-brasparts.i.la-demone-tentatrice-du-porche-sud.html

http://www.lavieb-aile.com/2016/10/la-vierge-a-l-enfant-et-a-la-demone-de-la-collegiale-notre-dame-du-folgoet-29.html

.

 

 

Crossette de l'ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Crossette de l'ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

2. Ce personnage joufflu qui a posé une main sur sa poitrine tient un objet rond (une pièce ?) dans la main droite.

.

 

Crossette de l'ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Crossette de l'ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

 

Crossette de l'ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Crossette de l'ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

III. LES CROSSETTES DE L'ÉGLISE.

On désigne sous le terme de "crossettes" (ou "traversière") une pierre d'amortissement à la terminaison des rampants d'un pignon. Ressemblant à la gargouille, mais dépourvue de fonction d'évacuation des eaux pluviales, la crossette exerce un rôle de renfort là où la verticale du parement fait place à la ligne biaise. Sa fonction principale d'amortissement se double, si elle est placée à l'angle de deux élévations, de celle de pierre d'angle.  Sur le plan esthétique, elle ponctue de sa saillie ostensible les angles des pignons et des gables et constitue un ensemble thématique cohérent soit en dualité avec la crossette qui lui fait vis à vis (base d'un gable), soit aux quatre coins d'un édifice. Elle peut être simple (forme géométrique), ornée (la face libre de la pierre est sculptée à faible relief), ou, cas le plus courant, figurée (en ronde-bosse). La crossette figurée possède un corps ou socle horizontal non sculpté, qui fait saillie hors du mur par une queue et se termine en une lèvre. (d'après E. Le Seac'h). 

On peut les observer aux angles des murs pignons des églises, chapelles et ossuaires, sur les rampants des chapelles latérales, des bras de transept, des chevets, sur les porches (Landivisiau, Guimiliau, Pencran), les fenêtres passantes (Bodilis, Dirinon, etc.., ), plus rarement sur les clochers, sur les sacristies. 

En Basse-Bretagne, les motifs sont si stéréotypés qu'ils appartiennent à un vocabulaire familier et attendu de nos sanctuaires  : le lion et sa variante le dragon rarement absent, parfois remplacé par le chien. Puis vient la femme-serpent, ou la femme-poisson, qualifiée alors de sirène, ou la femme coquette tenant un miroir. Son équivalent masculin est l'homme vicieux, soit gourmand, soit lubrique. Les anges sont aussi très présents, souvent porteurs de banderoles. Mais les Ankou que nous allons découvrir ici sont plus rares (Lannédern, Brasparts). Bien qu'ils semblent issus d'un légendaire populaire, parfois qualifié de "celte", ils relèvent d'un discours moral et chrétien sur les dangers auxquels sont exposés les paroissiens s'ils oublient que la mort peut à tout instant les faucher, et que s'ils sont alors en état de péché, ils iront en Enfer. 

 

1°) Les lions.

1er lion.

Les lions des crossettes ont des caractères communs qui permettent même des les identifier en cas d'hésitation. La partie antérieure du corps est couverte par une crinière dont les mèches sont soigneusement rendus par des lignes parallèles, ou au contraire tressées en mailles de filets. La gueule est ouverte sur des dents menaçantes, et laisse pendre une langue soit longue, soit très longue. Néanmoins la face du lion est souvent débonnaire, parfois hilare, rarement terrifiante. La moitié postérieure du corps est lisse, fine et s'affinant vers l'arrière. La queue est d'une taille fabuleuse, elle passe presque constamment d'abord entre les pattes postérieures, fait retour sur le dos, et se divise alors en fourche à moins qu'elle ne prolonge encore son trajet.

Les pattes antérieures sont très souvent posées sur un objet. C'est parfois une sorte de cylindre souvent trop usé pour être compris, mais qui doit probablement être assimilé à l'os que le lion de Landivisiau tient très visiblement. Ou bien ces pattes antérieures maintiennent la tête d'un humain, ou son corps entier, ou un crâne. Dans tous ces cas, c'est un lion qui emporte les êtres humains après leur mort, ou qui menace de les emmener : il a une fonction psychopompe. Il est la forme animale de l'Ankou.

Les pattes postérieures sont, au niveau du tarse, ornées de bouclettes ou de mèches stylisées. 

.

 

Crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Le 2ème lion.

 

Les pattes arrières velues de ce lion se retrouvent aussi sur l'ossuaire de Brasparts (1715).

http://www.lavieb-aile.com/2016/11/l-enclos-paroissial-de-brasparts.ii.le-clocher-et-ses-gargouilles.html

Lion, crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Lion, crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

2°) La première baie sud de la nef : l'ange et l' Ankou.

.

 

Lucarne à crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Lucarne à crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

L'ange psychopompe.

La figure de droite  de droite est tournée vers l'est, mais elle tient une inscription (non déchiffrée) qui est disposée en équerre derrière lui. Deux barres, au dessus de son bras, pourraient correspondre à la hampe d'une arme (flèche ou lance).

Marie Duais ne voit pas ici, comme je l'avais cru, un Ankou, mais un ange (et c'est vrai qu'on voit une tunique plissée qui va dans ce sens) avec "des ailes schématisées, placées derrière son dos. Le reste de la figure étant érodée, nous ne pouvons plus qu’identifier les formes grossières de son corps et de sa tête. Malgré l’œuvre du temps, nous reconnaissons le même modèle que dans les deux cas précédents [Cléden-Poher et Brasparts], délivrant donc un message identique.".

En effet, l'ossuaire de Cléden-Poher (XVIe siècle) et celui de Brasparts 

 

 

 

Ankou, crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Ankou, crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

L'Ankou.

La figure de gauche est manifestement un squelette, à la mandibule ricanante, qui est comme assis au bord du toit, et tourné (comme l'ange), vers l'est. Il tient une flèche dont la large pointe est tournée vers son propre bassin. Une inscription est disposée devant ses pieds, mais je ne discerne (en m'aidant d'une photo de meilleure qualité) que les premières et la dernière lettres CRIR---R.

 

.

 

Ankou, crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Ankou, crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Ankou, crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Ankou, crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Discussion sur l'Ankou et le programme iconographique de l'enclos.

L'Ankou est, en Bretagne, le personnage qui vient chercher les vivants dont la dernière heure est venue, qui les fait passer de vie à trépas et les conduit dans l’autre monde, ce qui correspond au qualificatif de "psychopompe", "guide des âmes. Mais, comme "Valet de la Mort", il possède surtout la part initiale de cette fonction, fondée sur l'usage d'une arme qui n'est jamais la faux, mais la lance ou la flèche.

Marie Druais a recensé huit enclos paroissiaux de Basse-Bretagne où ces représentations de la Mort sont figurées, et les divisent en deux groupes de situation géographique un peu différentes :

"En Cornouaille, à Cléden-Poher, Lannédern et Brasparts, la figure de la Mort est associée à un ange psychopompe, la perspective de salut offerte aux fidèles étant donc mise en exergue.

Dans le Léon, à Landivisiau, Ploudiry et La Roche-Maurice, mais également à Bulat-Pestivien en Cornouaille, c’est dans un programme qui, tout comme les Danses macabres, représente l’égalité de tous face à la mort que nous trouvons les représentations de l’Ankou.

Enfin la figuration de la Mort située au sein de l’enclos de La Martyre, initialement associée à l’ossuaire, s’inscrit dans un programme se référant à une version bretonne du Miroir de la mort de Chastelain." (Marie Druais, 2016)

La comparaison entre l'ange et l'Ankou de Lannédern, et ceux de Cléden-Poher et de Brasparts est essentielle, afin de mieux éclairer réciproquement les œuvres de ce premier groupe :

 

"Concernant le premier groupe de représentations, le même schéma est utilisé dans les trois programmes. L’Ankou et l’ange se situent sur les rampants de pignons, de l’ossuaire ou de l’avancée d’une baie de l’église.

À Cleden-Poher, ces deux éléments prennent place sur l’ossuaire, réalisé au e siècle. À l’angle nord-est se trouve un ange,dont on identifie la robe et les ailes, ainsi que ce qui semble être un sourire malgré l’état de la pierre. Celui-ci tient aujourd’hui ce qui n’est plus qu’une forme indistincte mais qui fut décrit par Jean-Marie Abgrall comme la représentation d’une âme. Sculpté dans la pierre d’angle, l’Ankou est identifiable par quelques éléments caractéristiques, tel le crâne ou la cage thoracique, et ce malgré l’érosion et le synthétisme de la réalisation initiale. Son arme,une double lance, est clairement visible en se plaçant face au pignon nord. Son buste avancé, ses membres disposés à l’arrière de son corps suggèrent un mouvement vers l’avant, comme c’était le cas concernant l’ange situé sur l’angle opposé de ce pignon. La Mort se lance en avant pour frapper, l’ange quant à lui mène une âme au paradis en volant. Ainsi deux moments de la mort du chrétien sont représentés, la mort terrestre, incarnée par l’Ankou, puis l’espérance incarnée par l’ange. Les phylactères qui accompagnent ces figures, aujourd’hui illisibles, devaient inviter les paroissiens à réfléchir à leur fin future mais également à prier pour les trépassés. Les rites que les fidèles de la paroisse se doivent d’accomplir pour les morts de la communauté, entassés pêle-mêle dans l’édifice, sont facilités parla présence d’un bénitier placé sous la représentation de l’Ankou.

À Braspart, l’ossuaire présente deux Ankous et deux anges, associés par couple et disposés à chaque angle de l’édifice. Il ne demeure parfois que de simples formes, l’identification des anges se réalisant principalement grâce à la trompette que porte à la bouche le personnage situé à l’angle sud-est de l’ossuaire. Cette référence au Jugement dernier et au réveil des morts s’accompagne d’une inscription on ne peut plus explicite : « Réveillez-vous ». Concernant le personnage situé à l’angle nord-ouest de l’édifice, nous pensons, sans éléments probants cependant, qu’il s’agit également d’un ange. À Brasparts, comme à Cléden-Poher, la Mort est représentée par deux squelettes en mouvement. Leurs formes, érodées, ne devaient pas originellement être très élaborées, mais l’ensemble demeure clairement identifiable. La personnification de la Mort, située sur le pignon nord, semble se balancer sur le côté, comme dans une danse.Elle porte la seule représentation de faux comme arme de la Mort qu’il nous ait été donné de voir, pour cette période, en Bretagne.Sous cet Ankou, un bénitier suggère des pratiques rituelles associées à cette sculpture. Le second Ankou, se développant sur l’angle sud-ouest, est également représenté par un squelette extrêmement synthétique. Cet Ankou semble s’élancer en avant, ses membres étant jetés en arrière, et son arme est ici un dard dont il ne demeure de l’empennage qu’un léger relief. Là encore, les phylactères ne sont plus déchiffrables, nous pouvons néanmoins émettre l’hypothèse qu’il s’agissait de messages concernant la mort des fidèles ou des indications de prières pour les trépassés.

À Lannédern, l’Ankou et son pendant, l’ange psychopompe, se situent sur l’avancée d’une lucarne au sud de l’église. Il semble s’élancer sur le côté, d’une manière irréaliste ou maladroite, ce qu’induisent les contraintes techniques liées à ces pierres d’angle. Cette personnification de la Mort porte également un dard disproportionné, à l’exemple de Brasparts qui ne se trouve qu’à quelques kilomètres, l’empennage étant cette fois à peine marqué. En face, l’ange porte des ailes schématisées, placées derrière son dos. Le reste de la figure étant érodée, nous ne pouvons plus qu’identifier les formes grossières de son corps et de sa tête. Malgré l’œuvre du temps, nous reconnaissons le même modèle que dans les deux cas précédents, délivrant donc un message identique [On trouve également à Lannédern des phylactères dont les inscriptions ne sont plus lisibles aujourd’hui.]." (Marie Druais, 2016)

Mais ces regroupements iconographiques doivent être élargis à l'ensemble du programme, et associer le thème de l'ange psychopompe ou du Jugement et de l'Ankou serviteur de la Mort à celui du Lion régnant sur les ossements ou les âmes et à celui de la Femme-serpent opposée à la Vierge à l'Enfant, dans un discours (une prédication) sur le Mal et sur la Rédemption. Le calvaire, le cimetière, l'ossuaire, l'Arc triomphal (Pors ar Maro, Porte des morts),  le porche initiatique donnant accès à l'église, et enfin l'église elle-même avec ses crossettes et inscriptions ne forment pas seulement un ensemble paroissial défini sous le terme d'enclos, ils forment un ensemble thématiquement cohérent fondé sur un discours chrétien des XVI et XVIIe siècles.

.

.

 

.

3°) Les anges.

 

Ange, crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Ange, crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Ange tenant une inscription non déchiffrée.

Peut-être MORI à la fin.

.

Ange à banderole, crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Ange à banderole, crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Ange tenant le titulus INRI.

Notez le N rétrograde.

.

Ange, crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Ange, crossette de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

IV INSCRIPTIONS DU PORCHE.

Autour d'une niche contenant actuellement une statue de Vierge à l'Enfant de 1969, on lit l'inscription déjà mentionnée :

A notre gauche : "H. BRAS /MO... /I. HEN... / 1662/ (ou H:BRAS / C: MODIRE/ L: HEN ../  1662)

A notre droite : MI. I. KDEVEZ/ RECTOR/ C : ALAN..." (ou M : I: KDEVEZ / : RECTOR / C: ALAN : F CV...) 

Notez le N rétrograde utilisé dans la graphie de "ALAN".

Le site de la mairie voit en H. Bras et I. Modire  les deux fabriciens en charge comptables des rentrées et des sorties des deniers, et en C. Ala(i)n un vicaire ou curé.

.

 

.

Porche sud  de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Au sommet du pignon, un visage d'ange ou d'enfant et la date 1668.

.

Porche sud  de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

LES CLOCHES.

 

1°) Inscriptions  de la grande cloche Jeanne-Louise.

: J’AI ETE NOMMEE JEANNE LOUISE PAR JEAN LOUIS CRAS PRESIDENT DE LA FABRIQUE ET JEANNE LE GALL.

SANT EDERN PEDIT EVIDOMP

AN 1905 M.M. C MICHEL ETANT RECTEUR DE LANNEDERN, JEAN LOUIS BOURLEST MAIRE, JEAN LOUIS CRAS PRESIDENT DE LA FABRIQUE, JEROME GOURVEST TRESORIER – FABRICIENS – JEAN LOUIS SALAUN, MATHIEU BARAER, LOUIS LE REST -

FONDEUR, CORNILLE HAVARD A VILLEDIEU ET LE JAMTEL A GUINGAMP. 

2°) Inscription de la cloche Marie-Jeanne.

La petite cloche de gauche porte le nom de Marie-Jeanne et porte une inscription similaire.

Elles ont donc été fondues par Le Jamtel de Guingamp, qui représentait la fonderie Cornille Havard de Villedieu-les-Poêles ...comme beaucoup d'autres cloches du Finistère comme celles de Brasparts et de Rumengol.

Voir :

http://www.lavieb-aile.com/2016/11/l-eglise-notre-dame-de-rumengol.v-les-gargouilles-et-crossettes.html

.

 

 

Les deux cloches de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Les deux cloches de l'église de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

SOURCES ET LIENS.

Le site de la mairie : 

http://www.mairie-lannedern.bzh/spip.php?article39

ABGRALL (Chanoine Jean-Marie) et PEYRON (chanoine Paul) 1919, , "[Notices sur les paroisses] Lannédern", Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, Quimper, 19e année 1919, p. 50-57.

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf_notices/lannedern.pdf

ABGRALL, (Chanoine Jean-Marie)  1915, Inscriptions gravées et sculptées sur les églises et monuments du Finistère, recueillies par le chanoine ABGRALL , Bulletin de la Société archéologique du Finistère.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2077163/f267.image

ABGRALL, (Chanoine Jean-Marie) 1897, Inscriptions gravées et sculptées sur les églises et monuments du Finistère, recueillies par le chanoine ABGRALL , Congrés archéologique de France, Morlaix

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k356651/f201.image

ABGRALL, (Chanoine Jean-Marie) , Architecture bretonne,

https://archive.org/stream/architecturebre00abgrgoog#page/n145/mode/2up/search/kerdevez

CASTEL (Yves-Pascal), 1980, Atlas des Croix et calvaires du Finistère, version numérisée en ligne par Y. Auffret 1998 :

http://croixetcalvaires.dufinistere.org/commune/lannedern/lannedern.html

COUFFON (René) et LE BARS (Alfred), 1988, Lannédern, Diocèse de Quimper et Léon, nouveau répertoire des églises et chapelles  - Quimper : Association diocésaine, 1988. - 551 p.

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/LANNEDER.pdf

DRUAIS (Marie-Suzon), 2016, Les représentations de la personnification de la Mort, l’Ankou, en Basse-Bretagne, aux XVIe et XVIIe siècles, par Marie-Suzon Druais, Université de Rennes 2.  Mort suit l'homme pas à pas, Représentations iconographiques, variations littéraires, diffusion des thèmes Actes du XVIIe Congrès international Danses macabres d’Europe Troyes, 25-28 mai 2016 Textes réunis par  Alessandro Benucci, Marie-Dominique Leclerc et Alain Robert. Université de Reims Champagne-Ardenne 2016

https://www.academia.edu/30367252/Les_repr%C3%A9sentations_de_la_personnification_de_la_Mort_l_Ankou_en_Basse-Bretagne_aux_XVIe_et_XVIIe_si%C3%A8cles_Marie_Druais

 

DRUAIS (Marie Suzon) L’Ankou et la représentation de la mort en Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles, thèse en préparation en histoire de l'art à Rennes 2 sous la direction de Bruno Boerner.

"L’Ankou incarne la personnification de la mort en Bretagne dont la persistance et l’importance dans la culture populaire bretonne sont illustrés par les recensements de la culture orale effectués à partir du XIXe siècle. Une telle figure comprend alors une certaine richesse symbolique, dont l’image, dans une culture majoritairement orale, comporte une forte fonction communicative. Ces éléments portent à s’interroger sur les premières représentations faites de cette personnification de la mort qui constituent les premières traces de cette figure allégorique. Cette étude concerne ces premières images connues prenant place dans des programmes iconographiques catholiques ainsi que les premières mentions qui en sont faites aux XVIe et XVIIe siècles, principalement dans le théâtre populaire. Ces siècles correspondent à une période de prospérité économique pour la province de Bretagne, qui permet l’édification des enclos paroissiaux. Ces ensembles constituent des cadres particuliers permettant d’accéder à un art populaire illustrant une culture aux multiples influences. Les pratiques religieuses et certains éléments relevés, dans une période contemporaine aux réalisations étudiées, démontrent que la particularité de l’Ankou réside à priori dans l’intérêt porté par les bretons à la mort. L’objet de cette étude est de comprendre quel rôle prend l’image concernant la mort dans une culture donnée ainsi que de définir les influences en jeu dans la construction de cette figure allégorique dont la persistance démontre l’importance."

Monuments historiques  « Notice no PA00090060 » base Mérimée, ministère français de la Culture :

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=PA00090060

 

.

Repost 0
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 23:32

Lannédern, la commune des Monts d'Arrée qui met ses poèmes à sécher au lavoir ou les éparpille le long des haies.

Une initiative de La Cie des Ifs en 2008 poursuivie par Arrée lecture et la Brouette.

Voir aussi :

L'enclos paroissial de Lannédern I . Les sculptures extérieures : le calvaire , l'ossuaire  et les crossettes.

 

.

.

A toute l'équipe de l'atelier d'écriture de Lannédern.

 

Le village ("commune" manquerait ici de charme) de Lannédern est très actif. Surtout autour des mots, les jolis mots multicolores que les habitants attrapent comme des papillons, pour les remettre en liberté autour de leurs demeures. Mais les mots tordus, les vilains mots, les mots pas propres, pas de chez eux, ils ne les mettent pas à la porte comme des faquins. Ils les amènent au vieux lavoir, et que je te les bats à plate couture mais dans le sens du poil sur la pierre à laver,  que je te les savonne, et que je te les brique, et que je les fais reluire avec les ragots des copines, que je te leur rends une nouvelle santé,  jusqu'à ce que, bien mignons sur eux, tout odorant de savon,  je te les fasse sécher sous la surveillance de quatre pinces à linge.

Il suffit de suivre le cours de l'eau.

I. LE COURS DE L'EAU.

 Le ruisseau a été conduit par une rigole toute emplie de cresson vers la fontaine, et celle-ci va, dans l'auguste silence de la campagne, le confier au lavoir.

.

 

 

 

Vers la fontaine endormie de Lannédern, photographie lavieb-aile.

Vers la fontaine endormie de Lannédern, photographie lavieb-aile.

.

E là, humm, un joli poème de Jean-Pierre Siméon.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Sim%C3%A9on

C'est le directeur artistique du Printemps des Poètes. 

Vous connaissez ? " Chaque année, plus de 12 000 manifestations et autres festivités sont organisées, principalement en France et au Québec, à l'occasion de cette semaine consacrée à l'art poétique, qui se déroule habituellement au mois de mars, précédant de quelques jours l'arrivée du printemps. En 2016, la manifestation reçoit le prix Goncourt de la poésie pour l'ensemble de son action. Et pour le 18e Printemps des Poètes, du 5 au 20 mars 2016, le thème était "Le Grand XXe. Cent ans de poésie". Le "Collectif des Associations" ou collectif Les Mots des Monts  de Lannédern (Arrée lecture, autour de la bibliothèque ; La Brouette, qui crée et diffuse des spectacles de poésie, musique et théâtre ; et la Compagnie des Ifs, qui met en scène « le Misanthrope » de Molière et promeut "toute initiative artistique dans le domaine du spectacle vivant, émanant des adhérents de l'association" ) était de la partie, et organisait de nombreuses animations :

— La  chasse aux trésors à travers la commune était organisée par les jeunes . Et pas n'importe quel trésor. C'était une chasse aux mots, aux poèmes et à leurs illustrations. Il fallait trouver des morceaux de poème ou de chanson éparpillés, dans les rues ou la très proche campagne sur les ardoises ou autres supports . Au cours de leur quête, les chasseurs avaient également pour mission de rapporter trois mots avec lesquels ils devaient écrire un petit poème.  

http://www.ouest-france.fr/bretagne/lannedern-29190/les-mots-des-monts-ont-organise-une-chasse-au-tresor-4100501
 

— Écritures de poèmes, haiku, extraits de poèmes, sur des supports qui seraient ensuite disposés dans le bourg . atelier vidéo à chacun son poème, qui veut raconte, récite ou lit son poème préféré.

— Participation de  Louis Bertholom, poète, accompagné à la guitare par Yvonnick Penven.

— Etc..

 

 

 

 

Devant la  la fontaine à poésie de Lannédern, photographie lavieb-aile.

Devant la la fontaine à poésie de Lannédern, photographie lavieb-aile.

.

Le lavoir, le voilà. Si vous voulez le voir vivre comme dans l'ancien temps, cliquez sur ce lien qui décrit son frère jumeau de Braspart. Et puis revenez par ici lire le poème du mur de droite.

http://ville-brasparts.forum-actif.net/t815-le-lavoir-de-brasparts-visite-par-les-enfants-de-l-ecole-sainte-therese

.

Le lavoir de Lannédern,  photographie lavieb-aile.

Le lavoir de Lannédern, photographie lavieb-aile.

.

Quand je vous le disais ! La lessive d'hier y est encore ! 

.

Le linge poétique du lavoir de Lannédern ; photographie lavieb-aile.

Le linge poétique du lavoir de Lannédern ; photographie lavieb-aile.

.

 

Ce Marcel a attiré cinq hirondelles qui sont venues se poser sur son fil ; elles en voient de drôles de couleurs. Photographie lavieb-aile.

Ce Marcel a attiré cinq hirondelles qui sont venues se poser sur son fil ; elles en voient de drôles de couleurs. Photographie lavieb-aile.

.

 

Dessous chics, chemise de corps, c'est toujours du beau linge, lavé en famille. Photographie lavieb-aile.

Dessous chics, chemise de corps, c'est toujours du beau linge, lavé en famille. Photographie lavieb-aile.

.

Toujours le lavoir. "Je ne sais pas quoi écrire ! Je sèche". Photographie lavieb-aile.

Toujours le lavoir. "Je ne sais pas quoi écrire ! Je sèche". Photographie lavieb-aile.

.

II. LES MOTS SE METTENT AU VERT.

 

A peine plus loin, fini l'angoisse de l'ardoise noire, version locale de la "page blanche".

.

Au plaisir des mots dans les rues de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Au plaisir des mots dans les rues de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Les ardoises noires (on est dans le pays des ardoisières) remplacent ici les cailloux blancs du Petit Poucet qui jalonnent le récit d'un conte inattendu.

.

Au plaisir des mots dans les rues de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Au plaisir des mots dans les rues de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Au plaisir des mots dans les rues de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Au plaisir des mots dans les rues de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Au plaisir des mots dans les rues de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Au plaisir des mots dans les rues de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Poème de Jeanne Benameur.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanne_Benameur

Notre nom est une île est un recueil paru en chez Bruno Doucet, collection  "Embrasures".

.

A la chasse aux 13 ors  dans les rues de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

A la chasse aux 13 ors dans les rues de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Tiens, un poème d'Hervé Lauwik. Auteur mineur de livres d'humour, né en 1891 et mort en 1975. On ne connaît de lui que ce bon mot, aussi attribué à l'autrichienne Marie von Ebner-Eschenbach, auteur d'Aphorismes (1880) : 

« Les véritables bons amis sont les personnes qui nous connaissent très bien mais qui nous supportent quand même » ( Wirklich gute Freunde sind Menschen, die uns ganz genau kennen, und trotzdem zu uns halten). 

.

Poème d'Hervé Lauwik, à Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Poème d'Hervé Lauwik, à Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Un poème d'Eurydice El Etr, née un jour d'avril 1981. Comédienne et chanteuse, traductricede Carlo Gozzi,  agrégée d'italien, et ancienne élève de l'ENS rue d'Ulm. On peut être et avoir été.

 

Eurydice El Etr, dont le nom est à lui seul poésie.  Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Eurydice El Etr, dont le nom est à lui seul poésie. Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Encore quelqu'un qui a laissé une ardoise. Qu'il a signé avant de filer.

Jacques Turbin, kicékcé ?

 

Kicéquecé ? Je le trouve dans mon Dictionnaire des anarchistes. Né à Mulhouse (Haut-Rhin) le 30 avril 1843, mort le 19 juillet 1913 ; ingénieur, poète et militant politique. - Membre de la Commune de Paris (1871). - Fondateur, à Nancy (Meurthe-et-Moselle), de la Maison du peuple et de l'Université populaire. - Pseudonyme de Charles Keller. Auteur de A l'oreille, ed. A. Lemerre Paris 1899. Je parcours ce recueil sur Gallica :

 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5455262p/f21.double

Viens au pays d'ivresse 
Où le bonheur fleurit, 
Où tout chante et caresse, 
Désaltère et guérit; 
Au pays du délice 
Où la ronde sans fin 
Des heures lentes glisse 
Sur un rythme divin. 

 

J'abandonne après Notre Ménage, Soyons époux, et A Notre-Dame des baisers. On est loin de Léo Ferré. 

.

Citation de Jacques Turbin, Lannédern. Photographie lavieb-aile

Citation de Jacques Turbin, Lannédern. Photographie lavieb-aile

Bientôt envoûté, comme le narrateur dans le Grand Meaulnes, j'arrive devant un château. Enfin, plutôt une bâtisse gardée par un chat. Devant les mots d'ici, il boit du petit lait.

.

 

L'Outre-Monde de Lannédern, entre Po et Sie. Photographie lavieb-aile.

L'Outre-Monde de Lannédern, entre Po et Sie. Photographie lavieb-aile.

.

La "bâtisse", c'est en fait l'ancienne école de Lannédern. Sa propriétaire m'apparaît,  mystérieuse  fée à la main verte.

.

L'Outre-Monde de Lannédern devant la vieille école. Photographie lavieb-aile.

L'Outre-Monde de Lannédern devant la vieille école. Photographie lavieb-aile.

Est-ce Laudine, héroïne du roman breton Yvain ou le chevalier au Lion? Est-ce sa servante Lunette ? Va-t-elle me proposer un philtre, une baguette de coudrier ou un pampre de chévrefeuille?  Tout est possible au Pays des Mots.

Comme elle a aménagé son ancienne école en gite rurale, elle me donne sa carte où je lis  son nom.

http://www.huelgoat-carhaix-tourisme.com/fr/se-loger/les-chambres-dhotes/chambre-dhotes-lannedern-1-rue-de-la-vieille-ecole

http://www.ouest-france.fr/bretagne/lannedern-29190/les-mots-des-monts-ont-organise-une-chasse-au-tresor-4100501

Puis, après ces présentations, madame Maryvonne Molineux, très impliquée dans les associations locales,   m'explique l'origine de toutes ces ardoises, produites par l'atelier d'écriture de la bibliothèque. "Nous voulons gagner le titre de "Commune aux 100 poèmes", nous allons continuer à en placer le plus possible dans les chemins". 

Avant de me mettre au piquet. Littéralement. Au pied de la lettre, si on veux.

J'ai pas dit "au pieu".

.

Rencontre à Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Rencontre à Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

III. LA POÉSIE MIS AU PIQUET.

.

 

Palissade de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Palissade de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

 

Claie de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Claie de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

 

Barrière girondine de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Barrière girondine de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

J'écris ton nom Liberté, de Paul Eluard.

 

Lattis de châtaignier, Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Lattis de châtaignier, Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Citation d'Abbas Kiarostami ,  réalisateur, scénariste et producteur de cinéma iranien (Où est la maison de mon ami ? et Le vent nous emportera,) est  né le 22 juin 1940 à Téhéran en Iran et mort le 4 juillet 2016 à Paris. Son style est très inspiré par la poésie persane. Les personnages récitent principalement des poèmes du poète persan classique Omar Khayyam ou de poètes persans modernes tels que Sohrab Sepehri et Furough Farrokhzad : 

Ils promettent des houris dans les cieux Mais je dirais que le vin est meilleur Préférez le présent aux promesses. C'est de loin que le son du tambour parait mélodieux (Omar Khayyam)

Il cite aussi le poète Mawlana Djalâl ad-Dîn Rûmî, mort en 1273 :

 Tu es ma balle de polo poursuivie par ma crosse. Je cours sans cesse pour te suivre bien que ce soit moi qui te pourchasse

.

Citation d'Abbis Kiarostami, Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Citation d'Abbis Kiarostami, Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Poème de Jean-François Le Gal.

Né en 1960, Jean-François Le Gal, enseignant à Quimper, a publié en 1995 chez Calligrammes L'Impatience.

.

Écriteau écrit tôt, Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Écriteau écrit tôt, Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Poésie de Marie-José Christien.

.

 

Ganivelle, Lannédern, Photographie lavieb-aile.

Ganivelle, Lannédern, Photographie lavieb-aile.

.

 

Claire-voie, Lannédern, Photographie lavieb-aile.

Claire-voie, Lannédern, Photographie lavieb-aile.

.

 

Echalas de châtaignier, Lannédern, Photographie lavieb-aile.

Echalas de châtaignier, Lannédern, Photographie lavieb-aile.

.

 

Sorte de sommier à lattes, vertical. Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Sorte de sommier à lattes, vertical. Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

 

Plessis de châtaignier à Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Plessis de châtaignier à Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Eugène Guillevic

.

 

Clôture de piquets à Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Clôture de piquets à Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Raymond Devos.

.

 

Bâtons, ardoise et fil de fer, Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Bâtons, ardoise et fil de fer, Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Encore Eugène Guillevic :

 

 

9 potes et demi, Lannédern. Photographie lavieb-aile.

9 potes et demi, Lannédern. Photographie lavieb-aile.

-

Un poème de Maurice Carême (1899-1978). La Bonté.

Lu par l'auteur : https://www.youtube.com/watch?v=dPj5yEBGQUI

 

Feuille de roche schisteuse et trace d'écriture humaine, Anthropocène, Massif Armoricain. Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Feuille de roche schisteuse et trace d'écriture humaine, Anthropocène, Massif Armoricain. Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Poème de Paul-Louis Couchourel.

Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Lannédern. Photographie lavieb-aile.

 

Robert Desnos.

 

Branches de châtaigniers écorcées et enlacées de torsades de fer. Lannédern. Photographie lavieb-aile.

Branches de châtaigniers écorcées et enlacées de torsades de fer. Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

Un grand merci à Maryvonne Molineux.

.

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Lannédern Poésie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche