Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 août 2021 6 21 /08 /août /2021 10:06

L'enclos paroissial de Saint-Herbot en Plonevez-du-Faou. VIIIc. La clôture de chœur vue depuis le bas-côté sud (chapelle Saint-Yves).

.

.

Cet article appartient à plusieurs séries.

1°) Série sur Plonévez-du-Faou  :

Sur cette clôture :

 

Sur la chapelle :

.

 

2°) Série sur les jubés et clôtures de chœur de Bretagne (ordre +/- chronologique) :

.

 

3°) Série  sur les Termes, cariatides et atlantes :

-Sculpture en pierre :

-Sculpture en bois :

 

4°) Voir sur l'art des "grotesques"  de la Renaissance :

.

 

 Voir sur  l'art de la Renaissance et ses "grotesques" en Bretagne par ordre chronologique :

 

.

.

 

PRÉSENTATION.

 

 

Mon article précédent VIIIa peut servir de préambule. Parti du bas-côté nord , je poursuis l'étude des sculptures du coté extérieur de la clôture de chœur de Saint-Herbot : après la nef, voici le bas-côté sud. Son vitrail porte la date de 1556, comme le vitrail du chœur. La datation de la clôture est plus imprécise, estimée entre 1575 et 1580 (J.J. Rioult) ou 1560-1570 (F. Piat).

 

.

Peinture.

Je n'ai pas commenté dans les articles précédents la présence de restes de polychromie, pourtant plus remarquable sur les panneaux des apôtres. Cette dernière n'est visible que sur l'entablement, et il est possible que les fuseaux de la claire-voie, le couronnement de l'entablement et les panneaux inférieurs n'aient pas été peints, comme les stalles sur lesquelles aucune trace de peinture n'est visible. Mais sur l'entablement, les panneaux conservent  sur les parties les moins saillantes la sous-couche de peinture blanche, et parfois sur celle-ci des traces de rouge (joues), d'ocre jaune, de bleu-gris (paniers) ou de noir (yeux). J'ignore les dates des restaurations récentes, mais je peux citer cet extrait :

 

« Le cancel, dans son .état primitif, note M. du Cleuziou, n'était recouvert d'aucun enduit ni vernis. Il commençait à souffrir. comment empêcher l'humidité et les vers de faire· leur œuvre? Un excellent menuisier, originaire de Morlaix, fixé depuis longtemps au bourg de Plounévez, le père Le Bail, et son fils, se proposèrent. Il fallait surtout éviter de faire disparaître les fonds colorés ·alternativement bleu et rose pâle. sur lesquels les têtes demi-saillantes des panneaux supérieurs du jubé ressortaient. Le père Le Bail se faisait fort de les conserver, on passa outre à ses offres, et un vernis uniforme a fait disparaître cette disposition de coloris harmonieux. (H. Pérennès 1942)

 

.

Thématique.

.

Nous retrouvons pour l'entablement la composition du bas-côté nord, avec pour la clôture de la première travée quatre panneaux de grotesques séparés par cinq termes gainés, puis dans la dernière travée cinq panneaux occupés par un personnage (à identifier) séparés par six termes gainés.

.

.

Je décrirai l'entablement en suivant mon parcours de gauche à droite, et en désignant les panneaux dans ce sens de S1 (Sud1) à S9, et les termes gainés de Ts1 (Terme sud 1) à Ts11.

.

Partie de la clôture décrite dans cet article.

 

.

.

L'ENTABLEMENT.

.

 

L'entablement est formé de quatre panneaux principaux dont le décor issu du vocabulaire de la Seconde Renaissance s'organise par symétrie autour d'un candélabre central.

 

.

I. Les panneaux de la première travée du chœur.

 

 

 

 


 

 

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

S1. Panneau de grotesques : au dessus d'un cartouche à cuir découpé à enroulements, et autour d'un candélabre central, se cachent dans le rinceau deux oiseaux et deux têtes de dragons.

.

 

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

S2. Panneau de grotesques à candélabre central et à rinceaux dans lesquels se cachent dans des lames géométriques un mascaron central et quatre têtes de vieillards, et en bas deux formes animales.

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

.

S3 et S4.

.

 

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

S3. Panneau de grotesques ; autour du candélabre central, deux hommes barbus et coiffés de turban montrent leur tête à travers les rinceaux, au dessus de lames géométriques et en volutes.

 

.

Le turban et les barbes à mèches longues laissent imaginer des personnages bibliques, des vieillards, mais l'artiste préserve le mystère qui libère nos imaginations.

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

S4. Panneau de grotesques : deux femmes dansant nues sous deux hommes jouant du traverso. Rinceaux encadrant un candélabre ; mascaron  dans un entrelacs de lames géométriques.

.

Les deux musiciens sont barbus ; ils sont vêtus de manteaux aux épaules bouffantes à crevés, comme des nobles de l'époque Henri II. 

Le mascaron a une tête vaguement humaine mais dotée de deux longues oreilles.

 

 

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

 

 

II. La deuxième travée du chœur et la porte sud de la clôture.

.

 

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

S5. Femme agenouillée mains jointes devant un lutrin et tournée vers la gauche.

.

Cette femme qui porte la même tenue vestimentaire que beaucoup d'autres personnages de l'entablement, et notamment ces manches à trois niveaux successifs, et aux cheveux libres, doit-elle être vue comme une Vierge de l'Annonciation, ou comme une donatrice ?

.

La bordure à cuirs découpés à enroulement et lames géométriques abrite trois masques, ceux de deux hommes barbus coiffés d'un bonnet en haut, et celui, en bas et au centre, d'un homme barbu sous une volute (corne ou chapiteau ?).

 

 

 

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

.

S6. Jeune homme tenant un bâton.

.

Je peux suggérer l'hypothèse d'y voir l'ange de l'Annonciation complétant le panneau précédant (les deux panneaux auraient été intervertis) en raison de la tête imberbe aux cheveux bouclés, de la posture une jambe en avant, genou demi-fléchi, des pieds nus, de l'aube bouffant à la taille sous un cordon masquée, du col qui pourrait être un amict, et du bâton de messager de Dieu, intermédiaire entre le lis et le phylactère. 

.

Bordure : lames géométriques et cuirs à enroulement.

.

 

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

S7. Homme portant une épée au flanc.

.

Cet homme porte un manteau court (restant au dessus des genoux) serré par une ceinture et dont les pans s'évasant en arc forment un vaste col, alors que les manches sont à crevés. Sa barbe (un peu trop longue), son bonnet de travers, sa posture main droite à la taille et main gauche sur le pommeau de son épée, et sa copieuse braguette en font un portrait d'un seigneur à la cour d'Henri II.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Henri_II_roi_de_France.jpg

.

Bordure : rinceaux, cartouche à cuir à enroulement, feuilles nouées par un ruban.

.

 

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

S8. Femme ou ange  jouant de la lyre.

.

Pieds nus ?

.

 

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

S9. Jeune homme ou femme jouant de la viole à trois cordes. Chaussures pointues.

 

.

Viola da mano ou guiterne ? Corps apparemment monoxyle creusé de deux C, cordes pincées sans plectre.

https://www.olivierferaudluthier.com/coredes-pincees

.

 

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

LA PORTE : PARTIE INFÉRIEURE.

.

.

Cette porte qui conserve, comme les deux autres, sa serrure et sa ferrure d'origine, comporte deux panneaux sculptés autour d'un montant central également sculpté.

Sur le panneau de gauche, un bucrane tient dans sa gueule des rubans qui s'entrelacent, passent par un cuir découpé et s'achèvent en rinceaux feuillagés.

Le panneau de droite répond un peu à la même disposition, sous une tête de lion, avec un vase au centre.

Le montant associe des rubans entrelacés en boucles et des feuillages.

.

 

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

.

LES ONZE TERMES GAINÉS.

.

.

Ts1. Terme canéphore féminin (cariatide), torse nu, bras derrière le dos recouverts d'un voile. 

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Ts2. Terme canéphore masculin coiffé d'un turban, bras croisés,  au piètement en queue double entortillée. 

.

Au lieu d'être doté d'un piètement en tronc de pyramide, ce terme canéphore voit le bas de son corps remplacé par une queue bifide aux brins tressés.

Il rappelle immédiatement plusieurs autres exemples présents en Finistère, notamment à Bodilis et à La Martyre (cf. liens supra).

Mais il renvoie surtout aux modèles proposés par Androuet du Cerceau, notamment la première cariatide de la planche 5 de Termes et cariatides (159-1560), ou les deux termes qui encadrent l'arc selon l'ordre salomonique débutant son Quinque et viginti exempla arcuum de 1554.

.

 

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Ts3. Terme canéphore féminin (cariatide) aux cheveux libres, torse nu, bras derrière le dos recouverts d'un voile, et aux pieds croisés. 

.

Cette position d'ouverture, genoux légèrement fléchis et pieds à 180°, était déjà celle de la cariatide de l'entablement central (T2 de ma typologie), mais c'était alors le pied gauche qui venait devant.

.

 

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Ts3. Terme canéphore féminin (cariatide) aux cheveux nattés et cerclés, tenant un rouleau à volute libérant un voile devant le bassin.

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Ts5. Terme canéphore masculin. 

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Dans la dernière travée.

.

Ts6. Terme canéphore féminin (cariatide). 

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Ts7. Terme canéphore masculin, tête recouverte d'une capuche courte, moustachu et barbu, aux amorces de bras feuillagées, et au pagne feuillagé. 

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Ts8. Terme canéphore masculin, tête recouverte d'une capuche courte, moustachu et barbu, aux amorces de bras fleuries et au pagne feuillagé. 

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Ts9. Terme canéphore féminin (cariatide) aux cheveux libres sous un voile, et aux bras le long des hanches. 

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Ts9. Terme canéphore masculin moustachu, torse nu mais aux épaules voilées,  aux bras derrière le dos. 

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Ts9. Terme canéphore masculin moustachu aux bras amputés, et au pagne feuillagé. Corbeille bûchée.

.

 

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Ts11. Terme canéphore féminin (cariatide). 

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

.

LE COURONNEMENT ET SES "CHAPEAUX".

.

Dans la première travée, les quatre chapeaux triangulaires sont vides, ou ne comportent pour les deux premiers que des ébauches.

Dans la dernière travée, ils montrent les bustes de trois hommes alternés avec deux femmes. Ces cinq personnages sont en costume et coiffure Renaissance, même si l'homme au centre porte un turban et une longue barbe à boules qui l'assimilent à un prophète, ou un personnage antique et oriental.

Nous retrouvons les manches bouffantes et à crevés largement employées sur cette clôture ; les femmes laissent apparaître au dessus d'une encolure ronde non décolleté une courte dentelle tuyautée en fraise .

.

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

LES MONTANTS ET LA PARTIE INFÉRIEURE.

.

Un montant reprend le bucrane et les rubans déjà vus sur le montant de la porte.

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Les panneaux de la partie basse sont  organisés sur le principe d'objets ou personnages alignés verticalement comme s'ils étaient suspendus à un fil. Parmi les rubans et les feuillages, les fruits piriformes et les mascarons (lion, angelot), un panneau se fait remarquer par un petit garçon nu accroché aux fruits et tenant une marmite contenant deux tiges (louches ? piques ?). Sous la marmite, une broche et un grill enrubannés évoquent les activités de cuisine.

.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur ( chêne, vers 1570) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

 

 

 

 

.

 

SOURCES ET LIENS.

.

 

 

CHAUSSEPIED (Charles),1914, Notice sur la chapelle de Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou,  Bulletin de la Société archéologique du Finistère T. XLI pages 128-139

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207714b/f191.image

— COUFFON (René), 1953,  L'église de Saint-Herbot. In: Bulletin Monumental, tome 111, n°1, année 1953. pp. 37-50

https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1953_num_111_1_3732

 

"De la seconde moitié du xvie siècle, il clôt le chœur sur trois côtés et comprend une série de panneaux sculptés en haut et en bas, séparés par des balustres tournés formant claire-voie. Les panneaux du bas sont décorés d'arabesques Renaissance. Sur ceux du haut regardant la nef sont figurés les douze apôtres en dix panneaux séparés par des cariatides et, sur les faces latérales, au nord les petits prophètes, au sud les sibylles. A l'intérieur, seize stalles font corps avec le chancel. Les panneaux qui les surmontent sont décorés, dans la partie centrale, de douze saints et saintes en dix panneaux séparés par des cariatides et, sur les côtés, de motifs décoratifs. Les jouées d'extrémité des stalles supportent un entablement formant baldaquin décoré de dix-huit bustes des évangélistes, des prophètes et des docteurs. En avant du chancel, deux tables de pierre servent à déposer les offrandes le jour du pardon, d'un côté les crins, de l'autre les mottes de beurre. Une restauration récente a mis au jour l'inscription suivante se rapportant à la Crucifixion qui le couronne : [.'AN 1659 O VOS OMNES QUI TRANSITIS PER VIAM ATTENDITE ET VIDETE SI EST DOLOR SICu(t) DOLOR Me(us) O : VOUS TOUS PASSANS ARRESTEZ VOUS E VOYEZ SIL EST UNE DOULEUR SEMBLABLE A LA MIENNE : LAM..."

— COUFFON (René), 1959, Notice de Plonévez-du-Faou, Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper

http://backup.diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/4bc495e8ae261523262138b91718a386.pdf

— MONUMENTS HISTORIQUES.

http://monumentshistoriques.free.fr/calvaires/herbot/herbot.html

— PEYRON (chanoine), 1910, Notice, Bull. SAF page 164-167

https://societe-archeologique.du-finistere.org/bulletin_article/saf1910_0216_0242.html

— PÉRENNÈS (Henri), 1942, Monographie de la paroisse de Plonévez-du-Faou. Imprimerie bretonne (Rennes) 55 p.: ill.; 21 cm.  Pérennès Henri, “Plonévez-du-Faou : monographie de la paroisse,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 19 mars 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/9799.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/bd492284b708d27c6305fbdba8d5639a.pdf

— RIOULT (Jean-Jacques), CASTEL (Yves-Pascal), BONNET (Philippe), DUCOURET, 2010, Chapelle Saint-Herbot (Plonévez-du-Faou),  Inventaire général, région Bretagne

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-plonevez-du-faou/7310520a-35ca-4784-91b8-578f98ea65d6

—   BONNET (Philippe), RIOULT (Jean-Jacques), 2010,  « Saint-Herbot. Chapelle Saint-Herbot », dans Philippe Bonnet et Jean-Jacques Rioult, Bretagne gothique, Paris, Picard, coll. « Les Monuments de la France gothique », 2010, 485 p.

—  RIOULT (Jean-Jacques), 2009, « Plonévez-du-Faou, chapelle Saint-Herbot », Congrès archéologique de France « Finistère 2007 »,‎ 2009, p. 203-208 

— CASTEL (Yves-Pascal),  DUCOURET, 1966, 1972 et 1986, Dossier IA00005154 Inventaire général, région Bretagne

http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA00005154_01.pdf

— WIKIPEDIA 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chapelle_Saint-Herbot_de_Saint-Herbot

https://en.wikipedia.org/wiki/Saint-Herbot_Parish_close

 

— AUTRE

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM29000688

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Plon%C3%A9vez-du-Faou_(29)_Chapelle_Saint-Herbot_-_Int%C3%A9rieur_-_Cl%C3%B4ture_de_ch%C5%93ur_-_14.jpg

http://an-uhelgoad.franceserv.com/prophete3.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/chancel-santherbot.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/pelikan.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/prophete1.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/prophete2.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/herbot1.htm

.

.

OUVRAGES DE RÉFÉRENCE SUR L'ART D'ORNEMENT DE LA RENAISSANCE.

.

BASE DE DONNÉES "ORNEMENTS ANTHROPOMORPHES"

http://www.fr-ornement.com/fr/anthropomorphe?page=8

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1542-1545, Compartiments, ou  Grands cartouches de Fontainebleau. Deux séries de 10 planches.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1807-compartiments-de-fontainebleau-de-grand-format?offset=7

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1548-1549, Cartouches, 12 planches gravées sur cuivre.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1802-cartouches?offset=3

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1559 Livre d’architectvre de Jaques Androvet du Cerceau, contenant les plans et dessaings de cinquante bastimens tous differens : pour instruire ceux qui desirent bastir, soient de petit, moyen, ou grand estat. Auec declaration des membres & commoditez, & nombre des toises, que contient chacun bastiment, dont l’eleuation des faces est figurée sur chacun plan..., Paris, s.n., 1559.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_Masson647.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), Second Livre d’architecture, par Iaqves Androvet Du Cerceau. Contenant plusieurs et diverses ordonnances de cheminées, lucarnes, portes, fonteines, puis et pavillons, pour enrichir tant le dedans que le dehors de tous edifices. Avec les desseins de dix sepultures toutes differentes, Paris, André Wechel, 1561.

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1582, Livre d’architecture de Jaques Androuet Du Cerceau, auquel sont contenues diverses ordonnances de plants et élévations de bastiments pour seigneurs, gentilshommes et autres qui voudront bastir aux champs ; mesmes en aucuns d’iceux sont desseignez les bassez courts... aussi les jardinages et vergiers..., Paris, pour Iaques Androuet du Cerceau, 1582. de l’Orme (Philibert), Le Premier tome de l’architecture, Paris, Frédéric Morel, 1567.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_LES1592.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1549, Quinque et viginti exempla arcum

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R1475.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1549-1550, Termes et cariatides, suite de 12 planches gravées.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R85B.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1545-1547, Compartiments de Fontainebleau, INHA

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1801-compartiments-de-fontainebleau-de-petit-format

— COUFFON (René), 1948," l'architecture classique au pays de Léon, l'atelier de l'Elorn, l'atelier de Kerjean",  Mémoires de la Société d'Histoire et d’Archéologie de Bretagne. 1948, 28.

https://www.shabretagne.com/document/article/2612/de-l-honneur-et-des-epices.php

 

— DELORME (Philibert), 1567  Le premier tome de l'architecture de Philibert de L'Orme conseillier et aumosnier ordinaire du Roy, & abbé de S. Serge lez Angiers , Paris, Federic Morel

 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/traite/Notice/ENSBA_Les1653.asp?param=

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/traite/Images/Les1653Index.asp

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85636g/f1.double

— DELORME (Philibert), 1561  Les Nouvelles Inventions pour bien bastir et a petits frais

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/Masson643Index.asp

— DE GRANDE (Angelo), 2014, "De Fontainebleau vers la Lorraine: l’ordre anthropomorphe de la maison «des Sept Péchés capitaux» à Pont-à-Mousson" in Gravures d'architecture et d'ornement au début de l'époque moderne : processus de migration en Europe (sous la direction de S, Frommel et E. Leuschner), pp.205-218, 2014.

https://www.academia.edu/11289409/De_Fontainebleau_vers_la_Lorraine_l_ordre_anthropomorphe_de_la_maison_des_Sept_P%C3%A9ch%C3%A9s_capitaux_%C3%A0_Pont_%C3%A0_Mousson

— FROMMEL (Sabine), 2018 Supports anthropomorphes peints de la Renaissance italienne, in Frommel, Sabine – Leuschner, Eckhard – Droguet, Vincent – Kirchner, Thomas (dir.) Construire avec le corps humain/ Bauen mit dem menschlichen Korper. Les ordres anthropomorphes et leurs avatars dans l'art europèen de l'antiquité à la fin du XVIe siècle/ Antropomorphe Stùtzen von der Antike bis zur Gegenwart,  Campisano Editore 2 volumes pp 618, 40 ill. 

Rares sont les motifs architecturaux qui témoignent d'une persistance telle que les ordres anthropomorphes, depuis l'Antiquité jusqu'à la période actuelle, en passant par le Moyen Âge. Leur évolution s'articule par de subtiles interactions entre les domaines sculptural, architectural et pictural, alors qu'une fortune théorique durable a été instaurée par la description détaillée par Vitruve des "Perses" et des "Caryatides" dans son traité De architectura libri decem. Contrairement aux ordres architecturaux canoniques, ce " sixième ordre " invite à des interprétations et des variations plus souples et plus personnelles. Il put ainsi assimiler des traditions locales très diverses lors de son parcours triomphal dans toute l'Europe. Si la signification originelle de soumission et de châtiment de ces supports reste valable, les valeurs narratives ne cessèrent de s'enrichir et de s'amplifier, en faisant de ce motif un protagoniste abondamment présent dans de multiples genres artistiques, des meubles aux monuments les plus prestigieux, et qui révèle les mutations typologiques et stylistiques au fil du temps. Les contributions réunies dans ces deux volumes fournissent un large panorama européen de ces occurrences, offrant un large éventail de synergies et d'affinités révélatrices.

https://www.academia.edu/36821730/Supports_anthropomorphes_peints_de_la_Renaissance_italienne_in_Frommel_Sabine_Leuschner_Eckhard_Droguet_Vincent_Kirchner_Thomas_dir_Construire_avec_le_corps_humain_Bauen_mit_dem_menschlichen_K%C3%B6rper_Co_%C3%A9dition_Picard_Campisano_Paris_Roma_2018_?email_work_card=view-paper

— MAITRE DE HENRI II (membre du Groupe de Noël Bellemare) Heures dites de Henri II BnF Latin 1429

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8447767x/f81.item#

— MAITRE DE HENRI II 1546-1547 (offert à Charles IX en 1566), Jean du Tillet Recueil des rois de France BnF fr.2848

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84516158/f189.item#

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc492956

SAMBIN ( Hugues), 1572 Oeuvre de la diversité des termes dont on use en architecture reduict en ordre : par Maistre Hugues Sambin, demeurant à Dijon, publié à Lyon par Jean Marcorelle ou par Jean Durant.  Bibliothèque municipale de Lyon, Rés 126685.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/36089-oeuvre-de-la-diversite-des-termes-dont-on-use-en-architecture-reduit-en-ordre-par-maitre-hugues-sambin?offset=1

SERLIO (Sebastiano ), 1551 Liure extraordinaire de architecture, de Sebastien Serlio, architecte du roy treschrestien. Auquel sont demonstrees trente Portes Rustiques meslees de diuers ordres. Et vingt autres d’oeuvre delicate en diverses especes, Lyon, Jean de Tournes, 1551.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_LES1745.asp?param=

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/32769-extraordinario-libro-di-architettura-di-sebastiano-serlio-livre-extraodinaire-de-architecture-de-sebastien-serlio

SERLIO (Sebastiano ), 1540 Il terzo libro ... Venise F. Marcolini

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/Serlio1540.asp?param=

https://archive.org/details/ilterzolibronelq00serl

SERLIO (Sebastiano ), 1537 Regole generali di architectura, quatrième livre, Venise F. Marcolini

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/B272296201_A101Index.asp

SERLIO (Sebastiano ), 1547, Livre V, Paris

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R1476.asp?param=

— VIGNOLE 1562, La Règle des cinq ordres d'architecture

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327303x/f11.planchecontact.r=delagardette.langEN

— VITRUVE 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_01665A0013.asp

— VITRUVE, 1511, De architectura M. Vitruvius per Jocundum solito castigatior factus cum figuris et tabula, traduit par Fra Giovanni Giocondo en 1511 à Venise chez G. da Tridentino avec 136 gravures sur bois 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/CESR_2994.asp?param=

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/CESR_2994Index.asp

— VITRUVE, 1513,  De architectura, traduit par Giovanni Giocondo

https://echo.mpiwg-berlin.mpg.de/ECHOdocuView?url=/mpiwg/online/permanent/library/488D7ND1/pageimg&start=11&viewMode=images&pn=17&mode=imagepath

— VREDEMAN DE VRIES (Hans) [1565]  Caryatidum (vulgus termas vocat) sive Athlantidum multiformium ad quemlibet architecture. Anvers

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/36809/?offset=#page=43&viewer=picture&o=bookmark&n=0&q=

Partager cet article
Repost0
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 13:29

L'enclos paroissial de Saint-Herbot en Plonevez-du-Faou. VIIIb. La clôture de chœur (bois polychrome, v.1575-1580)  vue depuis la nef : les  12 Apôtres et les Termes.

.

 

 

.

.

 

.

Cet article appartient à plusieurs séries.

1°) Série sur Plonévez-du-Faou  :

Sur cette clôture :

 

Sur la chapelle :

.

 

2°) Série sur les jubés et clôtures de chœur de Bretagne (ordre +/- chronologique) :

.

 

3°) Série  sur les Termes, cariatides et atlantes :

-Sculpture en pierre :

-Sculpture en bois :

 

4°) Voir sur l'art des "grotesques"  de la Renaissance :

.

 

 Voir sur  l'art de la Renaissance et ses "grotesques" en Bretagne par ordre chronologique :

 

.

.

 

PRÉSENTATION.

 

 

Mon article précédent VIIIa peut servir de préambule. Consacré à la partie extérieure nord de la clôture, visible à partir du bas-côté, il montre l'intérêt que je porte aux Termes gainés canéphores, ces figures masculines ou féminines portant sur leur tête un panier de fruits et dont le bas du corps est remplacé par pilier évoquant les bornes hermaïques. Ainsi qu'au décor Renaissance inspiré de l'Ecole de Fontainebleau avec ses cuirs chantournés abritant des créatures des grotesques. 

C'est ce décor (dont les modèles viennent d'Androuet du Cerceau, voire de Sambin) dont   je souhaite poursuivre la découverte en arrivant maintenant à la partie extérieure de la clôture visible depuis la nef. C'est sans doute la partie principale, ouverte en son milieu par la porte donnant accès au chœur, lors de processions et de cérémonies, aux carmes du Prieuré disposant d'une place dans les 15 stalles adossées à la clôture.

Comme sur de nombreux jubés ou tribunes de chœur, ce décor est fondé sur la série des 12 apôtres, qui, dans un ordre convenu débutant par Pierre et s'achevant par Mathias, rappelle les 12 articles du Credo apostolique et affirme donc au fidèle les fondements de sa Foi.  

On compte quatre panneaux sur la partie de l'entablement surmontant la claire-voie de gauche, puis deux panneaux doubles au dessus de la porte à deux battants, et à nouveau quatre panneaux sur la partie de l'entablement surmontant la claire-voie de droite. Je les désigne sous le nom de Nef 1 à Nef 10.

Chacun des 10 panneaux en bas-relief est encadré par une statuette en moyen-relief,  que je numérote de T1 à T10 et qui correspondent aux Termes gainés, numérotation dont j'excepte  la statuette du milieu représentant saint Herbot.

Deux inscriptions peintes  courent d'un bout à l'autre de l'entablement. La plus basse est facile à lire et associe le latin avec sa traduction en français : L'AN 1659 O VOS OMNES QUI TRANSITIS PER VIAM ATTENDITE ET VIDETTE SI EST DOLOR SICU(t) DOLOR ME(us) O  VOUS TOUS PASSANS ARRESTEZ VOUS E VOYEZ SIL EST UNE DOULEUR SEMBLABLE A LA MIENNE : LAM...". Elle est donc postérieure d'un siècle à l'œuvre sculptée et  se rapporte  à la Crucifixion qui  le couronne .

Il s'agit d'un repons de la liturgie de l'office des Ténèbres du Vendredi Saint, citant les Lamentations 1:12, et qui a été mis en musique (motets) par Tomas Luis de Victoria (1572 et 1585), ou Carlo Gesualdo (1603 et 1611).

Mes lecteurs les plus fidèles et les mieux dotés par Mnémosyne se souviennent certainement comme moi qu'en 2017, je leur ai offert la présentation de la même inscription, figurant sur la poutre de gloire de l'église de Dirinon et datée de 1623. Pour les autres, et toujours gracieusement, voici un lien sur lequel il suffira de cliquer :

https://www.lavieb-aile.com/l-enclos-paroissial-de-dirinon-iii.la-poutre-de-gloire-1623

Et ces lecteurs les plus fidèles et les mieux dotés par Mnémosyne ont gardé gravée dans leur esprit mon impérissable et exhaustive analyse de cette citation biblique, bardée de référence et de renvois : c'est le genre de morceau de bravoure qu'on n'oublie pas.

.

 

On remarquera que la polychromie est encore respectée assez largement.

.

L'entablement n'est pas la seule partie sculptée digne d'intérêt, et l'amateur de notre patrimoine sculpté admirera le décor des montants de la claire-voie et de la porte, ainsi que des panneaux de la partie basse, quitte à se mettre à quatre pattes sous les tables d'offrandes.

.

La partie étudiée est désignée en rouge :

.

 

Plan de la clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot.

Plan de la clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile mars 2017.

.

.

Mise en bouche : le déroulé préalable de l'entablement, de gauche à droite.

.

 

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

LES DOUZE APÔTRES PORTANT LEUR ATTRIBUT. 

.

Je rappelle que cette série apostolique est déjà présente sur les deux cotés du porche sud (1498-1509), sous forme de 12 statues de kersantite portant des phylactères ; l'apôtre représenté y est désigné nommément par inscription sculptée (et donc pérenne), et l'article du Credo qu'il présente est également sculpté dans la pierre. L'ordre est le suivant : Pierre/André/JacquesM/Jean/Thomas/Jacquesm/Philippe/Barthélémy/Matthieu/Simon/Jude/Mathias.

Comme sur cette séquence de la clôture, les apôtres du porche entourent le saint patron de la chapelle, placé au dessus du trumeau. Là encore, son nom est sculpté dans la pierre : SAINT HERBAUD 1481, levant toute hésitation devant ce saint ermite tenant un bâton et un livre ouvert. 

.

Les apôtres de la clôture ne sont pas nommés, mais nous pouvons nous aider de leur rang, et de l'attribut qui les  distingue. La distribution des attributs dans l'iconographie n'est pas univoque, et j'ai choisi la proposition d'identification  qui m'a semblée la plus crédible et la plus admise. 

Enfin, signalons que ce sont les 12 Sibylles qui sont représentées sur les panneaux homologues tournés vers le chœur.

.

 

Nef 1 : saint Pierre et sa clef.

.

Cette clef est très longue et repose sur l'épaule droite. Comme tout apôtre de l'iconographie traditionnelle, Pierre est pieds nus. Il tient un livre ouvert, rappelant le Livre des Apôtres.  La robe est fermée par trois boutons ronds.

Tous les apôtres sont ici nimbés, sauf saint Jacques le Majeur.

.

La bordure associe à quelques spires évoquant encore les cuirs chantournés, à des rubans, des fruits et corbeilles, un décor géométrique de lames, pouvant faire penser aux fers plats de la ferronnerie d'art, et dont on trouve un modèle dans le frontispice des Compartiments de Fontainebleau d'Androuet du Cerceau,  suite de planches gravées datant de 1542-1547.

.

De plus en plus gros :

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 2 : saint André et sa croix en X.

.

Il est le frère de saint Pierre, ce qui lui vaut cette place en deuxième position.

Le manteau  donne dans l'emphase par un drapé fluide, et par un pan qui s'envole au dessus de l'épaule droite.

Bordure : même remarque que pour Pierre.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 3 : saint Jean et la coupe de poison.

.

Nous attendrions à cette place saint Jacques le Majeur, comme sur le porche, mais c'est son frère Jean, imberbe, qui bénit ici la coupe de poison qu'Aristodème lui avait tendu pour l'éprouver.

.

La bordure est remarquable par cette composition de mascarons, de rubans, de lames, de volutes feuillagées et de deux visages féminins de profil.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 4 : saint Jacques le Majeur.

.

On le reconnait par son rang, par sa proximité de Jean, autre fils de Zébédée, par son bourdon, et par son chapeau (centré par la coquille éponyme du saint), voire par le baudrier qui soutient une probable besace.

.

Bordure : lames de ferronnerie droite et enroulées. Et deux coquilles ??

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 5 et 6 : Saint Thomas et son équerre ; saint Philippe et sa croix à longue hampe.

.

Ces deux apôtres suivent le rang qu'ils occupent dans le porche. Mais Thomas tient ici l'équerre en L renversé.

.

Bordure : mascarons feuillagés, rubans, cuirs à enroulement.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Au centre : saint Herbot sous un dais.

.

Il est à la place d'honneur au milieu des apôtres et au dessus du seuil, tout comme il était au centre du porche, et il est vêtu comme un ermite d'une cuculle et d'une pèlerine couvrant les épaules. Il porte le bâton et le livre qui le caractérisent aussi sur le porche sud, mais aussi dans la niche du porche ouest.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

C'est à saint Herbot que les fidèles venaient, et viennent encore, déposer des offrandes sur les deux tables de pierre adossées à la clôture, notamment sous forme de tresses de crins (parfois nouées aussi aux fuseaux de la claire-voie)..

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile mars 2017.

.

.

Nef 7 et 8 . Saint Barthélémy et son couteau ; saint Matthieu et sa lance.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 9 : saint Jacques le Mineur et son bâton de foulon.

.

Même mouvement de manteau que pour André.

.

Bordure : rinceau feuillagé, lames géométriques, un masque central de jeune graçon et deux masques latéraux d'homme barbu.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 10 : saint Simon et sa scie.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 11 : saint Jude et sa hallebarde.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 12 : saint Mathias et son épée.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

LES DIX TERMES GAINÉS CANÉPHORES.

.

.

T1 : support anthropomorphe masculin barbu coiffé d'un bonnet ; bras amputés en spirale. Pagne feuillagé.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T2 : support anthropomorphe féminin, pieds croisés.

.

Le croisement des pieds n'est guère physiologique, et la jambe droite disparait comme s'il amorçait l'entortillement d'une queue bifide. Nous retrouvons cela à Bodilis, cariatide n°10 :

https://www.lavieb-aile.com/2021/01/les-termes-et-grotesques-du-porche-de-bodilis.html

Voir aussi le 3ème terme de Sambin :

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/36089/?offset=1#page=20&viewer=picture&o=bookmark&n=0&q=

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T3 : support anthropomorphe barbu masculin coiffé d'un bonnet .

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T4 : support anthropomorphe féminin.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T5 : support anthropomorphe masculin barbu .

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T6 : support anthropomorphe masculin caressant sa barbe .

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T7 : support anthropomorphe masculin barbu.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T8 : support anthropomorphe féminin, bras amputés. Bandeau occipital.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T9 : support anthropomorphe masculin, les mains posées sur la tête d'un lion lui servant de pagne .

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T10 : support anthropomorphe masculin .

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

LES MONTANTS.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

 

 

LA PARTIE BASSE.

.

Du coté gauche (nord).

.

 

 

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Du coté droit (sud).

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

 

.

.

 

SOURCES ET LIENS.

.

 

 

 

— COUFFON (René), 1953,  L'église de Saint-Herbot. In: Bulletin Monumental, tome 111, n°1, année 1953. pp. 37-50

https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1953_num_111_1_3732

 

"De la seconde moitié du xvie siècle, il clôt le chœur sur trois côtés et comprend une série de panneaux sculptés en haut et en bas, séparés par des balustres tournés formant claire-voie. Les panneaux du bas sont décorés d'arabesques Renaissance. Sur ceux du haut regardant la nef sont figurés les douze apôtres en dix panneaux séparés par des cariatides et, sur les faces latérales, au nord les petits prophètes, au sud les sibylles. A l'intérieur, seize stalles font corps avec le chancel. Les panneaux qui les surmontent sont décorés, dans la partie centrale, de douze saints et saintes en dix panneaux séparés par des cariatides et, sur les côtés, de motifs décoratifs. Les jouées d'extrémité des stalles supportent un entablement formant baldaquin décoré de dix-huit bustes des évangélistes, des prophètes et des docteurs. En avant du chancel, deux tables de pierre servent à déposer les offrandes le jour du pardon, d'un côté les crins, de l'autre les mottes de beurre. Une restauration récente a mis au jour l'inscription suivante se rapportant à la Crucifixion qui le couronne : [.'AN 1659 O VOS OMNES QUI TRANSITIS PER VIAM ATTENDITE ET VIDETE SI EST DOLOR SICu(t) DOLOR Me(us) O : VOUS TOUS PASSANS ARRESTEZ VOUS E VOYEZ SIL EST UNE DOULEUR SEMBLABLE A LA MIENNE : LAM..."

— COUFFON (René), 1959, Notice de Plonévez-du-Faou, Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper

http://backup.diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/4bc495e8ae261523262138b91718a386.pdf

— MONUMENTS HISTORIQUES.

http://monumentshistoriques.free.fr/calvaires/herbot/herbot.html

— PEYRON (chanoine), 1910, Notice, Bull. SAF page 164-167

https://societe-archeologique.du-finistere.org/bulletin_article/saf1910_0216_0242.html

— RIOULT (Jean-Jacques), CASTEL (Yves-Pascal), BONNET (Philippe), DUCOURET, 2010, Chapelle Saint-Herbot (Plonévez-du-Faou),  Inventaire général, région Bretagne

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-plonevez-du-faou/7310520a-35ca-4784-91b8-578f98ea65d6

—   BONNET (Philippe), RIOULT (Jean-Jacques), 2010,  « Saint-Herbot. Chapelle Saint-Herbot », dans Philippe Bonnet et Jean-Jacques Rioult, Bretagne gothique, Paris, Picard, coll. « Les Monuments de la France gothique », 2010, 485 p.

—  RIOULT (Jean-Jacques), 2009, « Plonévez-du-Faou, chapelle Saint-Herbot », Congrès archéologique de France « Finistère 2007 »,‎ 2009, p. 203-208 

— CASTEL (Yves-Pascal),  DUCOURET, 1966, 1972 et 1986, Dossier IA00005154 Inventaire général, région Bretagne

http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA00005154_01.pdf

— WIKIPEDIA 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chapelle_Saint-Herbot_de_Saint-Herbot

https://en.wikipedia.org/wiki/Saint-Herbot_Parish_close

 

AUTRE

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM29000688

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Plon%C3%A9vez-du-Faou_(29)_Chapelle_Saint-Herbot_-_Int%C3%A9rieur_-_Cl%C3%B4ture_de_ch%C5%93ur_-_14.jpg

http://an-uhelgoad.franceserv.com/prophete3.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/chancel-santherbot.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/pelikan.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/prophete1.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/prophete2.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/herbot1.htm

.

.

OUVRAGES DE RÉFÉRENCE SUR L'ART D'ORNEMENT DE LA RENAISSANCE.

.

BASE DE DONNÉES "ORNEMENTS ANTHROPOMORPHES"

http://www.fr-ornement.com/fr/anthropomorphe?page=8

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1542-1545, Compartiments, ou  Grands cartouches de Fontainebleau. Deux séries de 10 planches.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1807-compartiments-de-fontainebleau-de-grand-format?offset=7

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1548-1549, Cartouches, 12 planches gravées sur cuivre.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1802-cartouches?offset=3

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1559 Livre d’architectvre de Jaques Androvet du Cerceau, contenant les plans et dessaings de cinquante bastimens tous differens : pour instruire ceux qui desirent bastir, soient de petit, moyen, ou grand estat. Auec declaration des membres & commoditez, & nombre des toises, que contient chacun bastiment, dont l’eleuation des faces est figurée sur chacun plan..., Paris, s.n., 1559.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_Masson647.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), Second Livre d’architecture, par Iaqves Androvet Du Cerceau. Contenant plusieurs et diverses ordonnances de cheminées, lucarnes, portes, fonteines, puis et pavillons, pour enrichir tant le dedans que le dehors de tous edifices. Avec les desseins de dix sepultures toutes differentes, Paris, André Wechel, 1561.

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1582, Livre d’architecture de Jaques Androuet Du Cerceau, auquel sont contenues diverses ordonnances de plants et élévations de bastiments pour seigneurs, gentilshommes et autres qui voudront bastir aux champs ; mesmes en aucuns d’iceux sont desseignez les bassez courts... aussi les jardinages et vergiers..., Paris, pour Iaques Androuet du Cerceau, 1582. de l’Orme (Philibert), Le Premier tome de l’architecture, Paris, Frédéric Morel, 1567.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_LES1592.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1549, Quinque et viginti exempla arcum

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R1475.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1549-1550, Termes et cariatides, suite de 12 planches gravées.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R85B.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1545-1547, Compartiments de Fontainebleau, INHA

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1801-compartiments-de-fontainebleau-de-petit-format

— COUFFON (René), 1948," l'architecture classique au pays de Léon, l'atelier de l'Elorn, l'atelier de Kerjean",  Mémoires de la Société d'Histoire et d’Archéologie de Bretagne. 1948, 28.

https://www.shabretagne.com/document/article/2612/de-l-honneur-et-des-epices.php

 

— DELORME (Philibert), 1567  Le premier tome de l'architecture de Philibert de L'Orme conseillier et aumosnier ordinaire du Roy, & abbé de S. Serge lez Angiers , Paris, Federic Morel

 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/traite/Notice/ENSBA_Les1653.asp?param=

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/traite/Images/Les1653Index.asp

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85636g/f1.double

— DELORME (Philibert), 1561  Les Nouvelles Inventions pour bien bastir et a petits frais

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/Masson643Index.asp

— DE GRANDE (Angelo), 2014, "De Fontainebleau vers la Lorraine: l’ordre anthropomorphe de la maison «des Sept Péchés capitaux» à Pont-à-Mousson" in Gravures d'architecture et d'ornement au début de l'époque moderne : processus de migration en Europe (sous la direction de S, Frommel et E. Leuschner), pp.205-218, 2014.

https://www.academia.edu/11289409/De_Fontainebleau_vers_la_Lorraine_l_ordre_anthropomorphe_de_la_maison_des_Sept_P%C3%A9ch%C3%A9s_capitaux_%C3%A0_Pont_%C3%A0_Mousson

— FROMMEL (Sabine), 2018 Supports anthropomorphes peints de la Renaissance italienne, in Frommel, Sabine – Leuschner, Eckhard – Droguet, Vincent – Kirchner, Thomas (dir.) Construire avec le corps humain/ Bauen mit dem menschlichen Korper. Les ordres anthropomorphes et leurs avatars dans l'art europèen de l'antiquité à la fin du XVIe siècle/ Antropomorphe Stùtzen von der Antike bis zur Gegenwart,  Campisano Editore 2 volumes pp 618, 40 ill. 

Rares sont les motifs architecturaux qui témoignent d'une persistance telle que les ordres anthropomorphes, depuis l'Antiquité jusqu'à la période actuelle, en passant par le Moyen Âge. Leur évolution s'articule par de subtiles interactions entre les domaines sculptural, architectural et pictural, alors qu'une fortune théorique durable a été instaurée par la description détaillée par Vitruve des "Perses" et des "Caryatides" dans son traité De architectura libri decem. Contrairement aux ordres architecturaux canoniques, ce " sixième ordre " invite à des interprétations et des variations plus souples et plus personnelles. Il put ainsi assimiler des traditions locales très diverses lors de son parcours triomphal dans toute l'Europe. Si la signification originelle de soumission et de châtiment de ces supports reste valable, les valeurs narratives ne cessèrent de s'enrichir et de s'amplifier, en faisant de ce motif un protagoniste abondamment présent dans de multiples genres artistiques, des meubles aux monuments les plus prestigieux, et qui révèle les mutations typologiques et stylistiques au fil du temps. Les contributions réunies dans ces deux volumes fournissent un large panorama européen de ces occurrences, offrant un large éventail de synergies et d'affinités révélatrices.

https://www.academia.edu/36821730/Supports_anthropomorphes_peints_de_la_Renaissance_italienne_in_Frommel_Sabine_Leuschner_Eckhard_Droguet_Vincent_Kirchner_Thomas_dir_Construire_avec_le_corps_humain_Bauen_mit_dem_menschlichen_K%C3%B6rper_Co_%C3%A9dition_Picard_Campisano_Paris_Roma_2018_?email_work_card=view-paper

— MAITRE DE HENRI II (membre du Groupe de Noël Bellemare) Heures dites de Henri II BnF Latin 1429

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8447767x/f81.item#

— MAITRE DE HENRI II 1546-1547 (offert à Charles IX en 1566), Jean du Tillet Recueil des rois de France BnF fr.2848

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84516158/f189.item#

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc492956

SAMBIN ( Hugues), 1572 Oeuvre de la diversité des termes dont on use en architecture reduict en ordre : par Maistre Hugues Sambin, demeurant à Dijon, publié à Lyon par Jean Marcorelle ou par Jean Durant.  Bibliothèque municipale de Lyon, Rés 126685.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/36089-oeuvre-de-la-diversite-des-termes-dont-on-use-en-architecture-reduit-en-ordre-par-maitre-hugues-sambin?offset=1

SERLIO (Sebastiano ), 1551 Liure extraordinaire de architecture, de Sebastien Serlio, architecte du roy treschrestien. Auquel sont demonstrees trente Portes Rustiques meslees de diuers ordres. Et vingt autres d’oeuvre delicate en diverses especes, Lyon, Jean de Tournes, 1551.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_LES1745.asp?param=

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/32769-extraordinario-libro-di-architettura-di-sebastiano-serlio-livre-extraodinaire-de-architecture-de-sebastien-serlio

SERLIO (Sebastiano ), 1540 Il terzo libro ... Venise F. Marcolini

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/Serlio1540.asp?param=

https://archive.org/details/ilterzolibronelq00serl

SERLIO (Sebastiano ), 1537 Regole generali di architectura, quatrième livre, Venise F. Marcolini

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/B272296201_A101Index.asp

SERLIO (Sebastiano ), 1547, Livre V, Paris

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R1476.asp?param=

— VIGNOLE 1562, La Règle des cinq ordres d'architecture

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327303x/f11.planchecontact.r=delagardette.langEN

— VITRUVE 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_01665A0013.asp

— VITRUVE, 1511, De architectura M. Vitruvius per Jocundum solito castigatior factus cum figuris et tabula, traduit par Fra Giovanni Giocondo en 1511 à Venise chez G. da Tridentino avec 136 gravures sur bois 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/CESR_2994.asp?param=

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/CESR_2994Index.asp

— VITRUVE, 1513,  De architectura, traduit par Giovanni Giocondo

https://echo.mpiwg-berlin.mpg.de/ECHOdocuView?url=/mpiwg/online/permanent/library/488D7ND1/pageimg&start=11&viewMode=images&pn=17&mode=imagepath

— VREDEMAN DE VRIES (Hans) [1565]  Caryatidum (vulgus termas vocat) sive Athlantidum multiformium ad quemlibet architecture. Anvers

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/36809/?offset=#page=43&viewer=picture&o=bookmark&n=0&q=

Partager cet article
Repost0
15 août 2021 7 15 /08 /août /2021 20:45

L'enclos paroissial de Saint-Herbot en Plonevez-du-Faou. VIIIa. La clôture de chœur (1575-1580) et son décor Renaissance aux termes gainés : l'extérieur du coté nord.

 

 

.

.

 

 

.

 

 

.

.

 

.

Cet article appartient à plusieurs séries.

1°) Série sur Plonévez-du-Faou  :

—Sur cette clôture :

 

.

—Autres :

.

 

2°) Série sur les jubés et clôtures de chœur de Bretagne (ordre +/- chronologique) :

.

 

3°) Série  sur les Termes, cariatides et atlantes :

-Sculpture en pierre :

-Sculpture en bois :

 

4°) Voir sur l'art des "grotesques"  de la Renaissance :

.

 

 Voir sur  l'art de la Renaissance et ses "grotesques" en Bretagne par ordre chronologique :

 

.

.

 

PRÉSENTATION.

 

"La clôture, haute de 3,50 m et longue de 12 mètres,  a conservé ses trois portes avec leurs serrures d'origine, une dans l'axe de la nef à deux battants et une donnant sur chaque collatéral qui permettaient d'accéder au sanctuaire, séparé des stalles par une clôture intermédiaire disparue au XVIIe siècle. Les stalles accueillaient les membres de la fabrique ainsi que le prieur des Carmes de Rennes.

 La clôture est composée d'une claire-voie à candélabres qui surmonte les stalles, le tout couronné d'un entablement avec une frise scandée de pilastres à termes et caryatides séparant à l'extérieur les douze sibylles et à l'intérieur les douze prophètes [sic (*)]. L'ensemble emploie largement le vocabulaire ornemental de la Renaissance et pourrait être inspiré des estampes de Hugues Sambin et peut être daté des environs de 1575-1580". ( Wikipedia, donnant en référence Rioult 2009, p. 206-207)

(*) les Sibylles et les Prophètes sont à l'intérieur, visibles depuis le chœur. On trouve à l'extérieur, visibles depuis la nef, les 12 apôtres, et, visibles depuis les bas cotés, les Vertus et autres figures.

.

Discussion sur la datation.

.

Jean-Jacques Rioult (Congrès arch. 2009) fonde sa datation de la clôture (1575-1580) sur la date de parution en 1572 du recueil "Diversité des termes" d'Hughes Sambin. C'est dire combien l'examen de ces termes gainés n'est pas accessoire. Mais l'apparition de leurs  modèles dans des recueils français est plus ancienne, notamment chez Androuet du Cerceau. Les termes gainés canéphores de Saint-Herbot s'inspirent d'avantage de ceux de celui-ci que des modèles, souvent exubérants, de Sambin.

Notons que le vitrail du chœur date de 1556 (comme celui de la chapelle Sainte-Barbe).

Les stalles elles-mêmes sont datées par Florence Piat de 1550-1560.

Je reprends ici la datation de J.J. Rioult en premier lieu parce qu'il fait autorité, d'autre part parce qu'elle est cohérente avec l'apparition des décors Renaissance en Finistère au Château de Maillé en 1560 (Y. Gallet, Congrès arch.) et au château de Kerjean avec ses armoiries postérieures à 1571 (décor et architecture inspirés du Second Livre d'architecture d'Androuet du Cerceau 1561 et du Traité de Philibert Delorme 1567), et avec la datation des divers édifices finistérien ayant inclus des termes gainés dans leur décor (cf. liste de mes liens).

Cette datation correspond à la période où Matthieu Cravec était prêtre-gouverneur en 1575-1595 et donc responsable des travaux. C'est lui qui a fait ériger le calvaire du placître en 1575. On peut s'étonner qu'alors que les archives ont conservé de nombreux actes passés par lui (Castel et Ducouret), aucun document ne concerne le chantier, pourtant ambitieux, de la clôture et des stalles qui y sont adossées.

.

C'est dans la thèse de Florence Piat sur les stalles de l'ancien duché de Bretagne (dont les 15 stalles de Saint-Herbot), consultée après-coup, que je trouve la meilleure analyse stylistique du décor de la clôture, ... et que je constate qu'elle partage mon point de vue énoncé supra, avec le même argument :

 

 

 

"En Bretagne, sur le chancel de la chapelle Saint-Herbot, les représentations des douze sibylles sont sculptées sur les panneaux situés en-dessous du couronnement, lui-même composé des bustes des apôtres. Cette clôture de chœur et ses stalles constituent le groupe le plus tardif de notre corpus, réalisé autour des années 1560-1570. De fait, l’ensemble de l’ornementation fait appel non seulement au vocabulaire italien, mais plus encore aux références bellifontaines et s’intègre donc à la seconde Renaissance. En effet, en dehors des cuirs et masques se remarque une succession de termes et cariatides dont la composition est peut-être inspirée par les cahiers d’ornements d’Androuet du Cerceau ou celui d’Hugues Sambin [C’est d’ailleurs l’hypothèse avancée par J.-J. RIOULT : l’artiste de Saint-Herbot se serait servi de l’Œuvre de la diversité des termes, paru à Lyon en 1572, comme modèle à la réalisation de ces sculptures. Il n’existe cependant pas de copie exacte des gravures de ce livre dans cette clôture de chœur, les compositions étant généralement plus légères que celle du traité de Sambin, et nous croyons à l’emploi d’autres gravures, plus anciennes telles que les Termes et cariatides d’Androuet du Cerceau (Paris, BnF, Ed. 2D) dont les écrits sont diffusés depuis les années 1550. J.-J. RIOULT, « Plonévez-du-Faou, chapelle Saint-Herbot », Op. cit., p. 207.]."

"Les nombreuses guirlandes de fruits, les cornes, masques à palmettes, les costumes des personnages présentant de larges crevées sur les manches et les culottes, le travail des colonnettes qui constituent la claire-voie, indiquent ici l’assimilation d’un tout nouveau langage décoratif autant qu’une esthétique où les motifs encore usités au début du XVIe siècle n’apparaissent que de manière sporadique, à l’image du chanteur morisque de la miséricorde n°09."

 

 

.

.

.

En rouge sur le plan : la partie de la clôture décrite dans cet article.

.

Dans le décor sculpté du Finistère, les Termes gainés ou supports anthropomorphes (masculins ou Atlantes, féminins ou Cariatides) apparaissent comme des champignons à partir des années 1570, accompagnant les figures inspirées de la "Seconde Renaissance française" consécutive elle-même à l'arrivée de Sebastiano Serlio vers 1540. Je me suis efforcé d'en recenser plusieurs exemples dans ce blog.

Ils sont décrits dans des recueils, par Serlio lui-même (cheminées du Quarto Libro  de 1537, puis portes monumentales du Livre extraordinaire de 1551), par Androuet du Cerceau en France dès 1549, — puis avec 12 planches de Termes et cariatides gravées, publiées vers 1550 —,  par Vredeman de Vries en Europe septentrionale. Hubert Sambin publie L'Oeuvre de la diversite des termes à Lyon en 1572. Le site "Supports anthropomorphes" en donne un recensement (partiel puisqu'il ne contient pas les exemples bretons..) qui permet de mesurer la profusion des sources qui se proposaient aux sculpteurs contemporains. Dés lors, il est difficile de dire quel modèle a suivi le sculpteur sur bois de Saint-Herbot.

Ses Termes sont assez stéréotypés, puisque ce sont tous des canéphores (ils portent un panier de fruits) dont le piètement est un fût pyramidal sans élément anthropomorphe (pieds nus..), du moins de ce coté nord ; néanmoins ils sont tous différents, du moins sur la série des 11  exemples de ce bas-côté nord, et mélangent les jeunes femmes et les hommes barbus ou moustachus.

On en trouvera beaucoup d'autres exemples sur cette clôture, puisqu'ils séparent tous les panneaux de l'intérieur et de l'extérieur des trois cotés. Et, forcément, des figures identiques s'y répètent.

Sur ce bas-côté, ils séparent neuf panneaux, où sont sculptés d'abord des Vertus, puis des décors à la grotesques à rinceaux symétriques.

.

.

 

 

 

 

 

 

 

 


.

Plan annoté de la clôture.

Plan annoté de la clôture.

.

.

I. LA PARTIE ORIENTALE DE LA CLÔTURE NORD (PREMIÈRE ARCADE).

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Les cinq panneaux sculptés séparés par les six termes gainés de l'entablement. Déroulé de gauche à droite.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Les 5 panneaux N1 à N5.

.

.

N1 : Un homme (roi ? Prophète ?) barbu et vêtu d'une houppelande.

.

La barbe à grosses mèches pointues évoque un personnage antique. Les chaussures à bout pointues ne correspondent pas à la mode de 1575.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

N2 : la Tempérance (vertu cardinale) et son vase.

.

Classiquement, elle est représentée versant le contenu d'un premier vase dans un second, pour en équilibrer les contenus (jubé de N.-D. de Berven en Plouzévédé,  retable de Saint-Sébastien en Saint-Ségal). Ici, elle renverse à terre le contenu d'une cruche. 

http://expositions.bnf.fr/renais/grand/039.htm#:~:text=La%20Temp%C3%A9rance%20verse%20de%20l,et%20l'%C3%A9quilibre%20des%20forces.

.

Remarquez les manches en orbes concentriques, comme les anges des sablières de la chapelle du château de Kerjean, contemporaines de cette clôture. Mais là ne s'arrête pas la comparaison, car nous retrouvons les cuirs découpés à enroulement de la bordure, si caractéristiques de ces sablières du Maître de Pleyben, et qui citent le vocabulaire introduit en France par l'École de Fontainebleau. Ainsi que les suspensions de fruits (poires, coings) largement utilisés sur les stucs de la Galerie François Ier à Fontainebleau.

.


 

.

.

 

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

N3 : l'Espérance (vertu théologale) et son ancre.

.

Voir les liens cités supra de N.D de Berven et Saint-Sébastien en Saint-Ségal.

.

 

 

 

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

.

N4 : la Foi (vertu théologale) et son livre ouvert.

.

La partie basse semble contenir des attributs qui m'échappent. Mais le vase enflammé, autre attribut de la Foi, peut se reconnaître dans le pot à feu de la bordure.

Voir les liens cités supra de N.D de Berven et Saint-Sébastien en Saint-Ségal.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

.

N4 : la Justice (vertu cardinale) et sa colonne ??.

.

Cette femme qui lève la main droite et tient en main gauche une colonne ou tige pourrait figurer la Justice.

Dans la bordure, de beaux exemples de cuirs chantournés ou à lames droites, et la tête coiffée d'un linge noué sur la tempe, un autre élément caractéristique du décor Seconde Renaissance qui se retrouve partout dans les productions de l'atelier de Kerjean.

.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

LES TERMES, ATLANTES ET CARIATIDES.

.

.

T1. Support anthropomorphe masculin ; canéphore barbu aux bras remplacé par des spirales, et torse nu, sa tunique tombant derrière ses reins . Fût prismatique non cannelé.

Le panier est rempli de fruits ou légumes et de feuilles .

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

 

T2. Support anthropomorphe féminin ; canéphore  aux bras amputés par des spirales, torse nu , au pagne feuillagé. Fût prismatique non cannelé. 

Les cheveux sont retenus par un bandeau occipital. Le panier ne contient rien de visible.

.

 

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T3. Support anthropomorphe masculin ; canéphore moustachu aux bras réunis derrière le dos, et torse nu, un voile passant derrière les épaules et la tunique tombant derrière ses reins . Fût prismatique non cannelé.

Le panier, tressé,  est rempli de fruits ou légumes et de feuilles .

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T4.  Support anthropomorphe masculin ; canéphore barbu, torse nu, retenant des bras sa tunique tombant derrière ses reins . Fût prismatique non cannelé.

Le panier, tressé,  est rempli de fruits ou légumes et de feuilles.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

 

T5 : a été bûché ; silhouette de canéphore féminine.

.

 

T6. Support anthropomorphe féminin ; canéphore  aux bras placés derrière le dos, torse nu mais portant un voile derrière les épaules, sa tunique tombant derrière ses reins . Fût prismatique non cannelé.

Le panier, tressé,  est rempli de fruits ou légumes et de feuilles.

 

.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Les "chapeaux" triangulaires et leurs têtes sculptées.

Sur ces cinq chapeaux, seuls deux sont intacts. Ils portent chacun sur leur verso un autre buste (féminin ou masculin) visible depuis le chœur.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Buste de femme richement vêtue et coiffée, dans le style Renaissance.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Buste d'homme à la longue barbe, et également richement vêtu et coiffé.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Les montants de la claire-voie et de la porte . La porte.

.

Montant de gauche. Rinceaux  et mascarons, rubans et artefacts.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Montant gauche de la porte. Rinceau  suspendu à un anneau tenu par une tête de lion. Rubans et tête de putto.

.

 

 

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

 

Montant droit de la porte. Rinceau craché par un masque de diable.  suspendu à un anneau tenu par une tête de lion. Rubans et tête ailée d'ange, artefact.

.

 

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

La porte, partie basse.

Jeune garçon dansant nu, main gauche sur le pied gauche, suspendu sur fond de cuir  chantourné à enroulement . Bordure : cuir chantourné, tête coiffé d'un voile noué sur les tempes, masque animal. 

 

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

I. LA SUITE DE LA CLÔTURE NORD (DEUXIÈME ARCHE).

.

Vues successives de l'entablement (4 panneaux N6 à N9 et 5 termes gainés T7 à T11).

.

À la différence des panneaux N1 à N5, les quatre panneaux qui suivent sont composés sur un axe de symétrie vertical, comme, par exemple, sur les haut-dossiers des stalles de Guerche-de-Bretagne.

Les stalles (vers 1518-1525) de l'église Notre-Dame de La Guerche-de-Bretagne. Ib,  les haut-dossiers et les pendentifs du dais du coté sud.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

N6. Autour d'un candélabre central, deux enfants nus libèrent des rinceaux dont la spire s'achève en profil anthropomorphe grimaçant.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

N7. Autour d'un candélabre central issu d'un mascaron, deux lions mordent leu fouet de leur queue. Des rinceaux s'achèvent en cornes d'abondance.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

N8. Autour d'un candélabre central, deux garçons nus s'accrochent aux tiges de rinceaux qui s'épanouissent en deux profil de jeunes filles bouclées coiffées d'un diadème perlé.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

N9. Autour d'un candélabre central issu d'une tête de putto, six têtes animales sont reliées par des lames ou des tiges feuillagées, lesquelles s'achèvent  en deux bustes de musiciennes jouant d'une sorte de vièle guiterne à trois cordes.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Les Termes, atlantes et cariatides.

.

.

T7. Canéphore barbu.

.

 

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T8. Canéphore à tête bûchée.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T9. Canéphore barbu à pagne portant des feuilles et des fruits.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T10. Canéphore coiffé(e) d'un voile formant deux rubans descendant devant le torse nu et se rejoignant à l'ombilic. Il(elle) tient devant son bassin un cartouche en cuir découpé à enroulement.  Panier tressé contenant des fruits.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T11. Canéphore féminin, au torse nu, aux cheveux retenus par le bandeau occipital. Elle tient en guise de pagne un masque de lion d'où partent des rubans.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Les montants de la claire-voie et la partie basse de la clôture.

.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

La clôture basse : six panneaux séparés par sept montants.

.

Têtes d'anges ailées ; bucrane ; rinceaux et rubans.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord,  de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur (bois, 1575-1580), bas-côté nord, de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

 

SOURCES ET LIENS.

.

 

COUFFON (René), 1953, l'église de Saint-Herbot,  Bull. Monumental tome 111 n°1 pp 37-50

https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1953_num_111_1_3732

COUFFON (René), 1959, Notice de Plonévez-du-Faou, Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper

http://backup.diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/4bc495e8ae261523262138b91718a386.pdf

MONUMENTS HISTORIQUES.

http://monumentshistoriques.free.fr/calvaires/herbot/herbot.html

PEYRON (chanoine), 1910, Notice, Bull. SAF page 164-167

https://societe-archeologique.du-finistere.org/bulletin_article/saf1910_0216_0242.html

— RIOULT (Jean-Jacques), CASTEL (Yves-Pascal), BONNET (Philippe), DUCOURET, 2010, Chapelle Saint-Herbot (Plonévez-du-Faou),  Inventaire général, région Bretagne

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-plonevez-du-faou/7310520a-35ca-4784-91b8-578f98ea65d6

—   BONNET (Philippe), RIOULT (Jean-Jacques), 2010,  « Saint-Herbot. Chapelle Saint-Herbot », dans Philippe Bonnet et Jean-Jacques Rioult, Bretagne gothique, Paris, Picard, coll. « Les Monuments de la France gothique », 2010, 485 p.

—  RIOULT (Jean-Jacques), 2009, « Plonévez-du-Faou, chapelle Saint-Herbot », Congrès archéologique de France « Finistère 2007 »,‎ 2009, p. 203-208 

— CASTEL (Yves-Pascal),  DUCOURET, 1966, 1972 et 1986, Dossier IA00005154 Inventaire général, région Bretagne

http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA00005154_01.pdf

 

 PIAT (Florence), 2012, Les stalles de l’ancien duché de Bretagne, de la fin de la guerre de Succession jusqu’au concile de Trente, [thèse : Histoire de l’art], Rennes, Université de Rennes 2, 2012, 2 vol.2.

 https://www.academia.edu/34924613/THESE_UNIVERSIT%C3%89_RENNES_2_Les_stalles_de_lancien_duch%C3%A9_de_Bretagne._De_la_fin_de_la_guerre_de_Succession_jusquau_concile_de_Trente

 

Volume 2 Annexes :

https://www.academia.edu/34924818/THESE_UNIVERSIT%C3%89_RENNES_2_-_Volume_2_-_Annexes

WIKIPEDIA 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chapelle_Saint-Herbot_de_Saint-Herbot

https://en.wikipedia.org/wiki/Saint-Herbot_Parish_close

 

— AUTRE

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM29000688

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Plon%C3%A9vez-du-Faou_(29)_Chapelle_Saint-Herbot_-_Int%C3%A9rieur_-_Cl%C3%B4ture_de_ch%C5%93ur_-_14.jpg

http://an-uhelgoad.franceserv.com/prophete3.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/chancel-santherbot.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/pelikan.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/prophete1.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/prophete2.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/herbot1.htm

.

.

OUVRAGES DE RÉFÉRENCE SUR L'ART D'ORNEMENT DE LA RENAISSANCE.

.

BASE DE DONNÉES "ORNEMENTS ANTHROPOMORPHES"

http://www.fr-ornement.com/fr/anthropomorphe?page=8

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1542-1545, Compartiments, ou  Grands cartouches de Fontainebleau. Deux séries de 10 planches.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1807-compartiments-de-fontainebleau-de-grand-format?offset=7

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1548-1549, Cartouches, 12 planches gravées sur cuivre.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1802-cartouches?offset=3

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1559 Livre d’architectvre de Jaques Androvet du Cerceau, contenant les plans et dessaings de cinquante bastimens tous differens : pour instruire ceux qui desirent bastir, soient de petit, moyen, ou grand estat. Auec declaration des membres & commoditez, & nombre des toises, que contient chacun bastiment, dont l’eleuation des faces est figurée sur chacun plan..., Paris, s.n., 1559.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_Masson647.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), Second Livre d’architecture, par Iaqves Androvet Du Cerceau. Contenant plusieurs et diverses ordonnances de cheminées, lucarnes, portes, fonteines, puis et pavillons, pour enrichir tant le dedans que le dehors de tous edifices. Avec les desseins de dix sepultures toutes differentes, Paris, André Wechel, 1561.

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1582, Livre d’architecture de Jaques Androuet Du Cerceau, auquel sont contenues diverses ordonnances de plants et élévations de bastiments pour seigneurs, gentilshommes et autres qui voudront bastir aux champs ; mesmes en aucuns d’iceux sont desseignez les bassez courts... aussi les jardinages et vergiers..., Paris, pour Iaques Androuet du Cerceau, 1582. de l’Orme (Philibert), Le Premier tome de l’architecture, Paris, Frédéric Morel, 1567.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_LES1592.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1549, Quinque et viginti exempla arcum

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R1475.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1549-1550, Termes et cariatides, suite de 12 planches gravées.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R85B.asp?param=

— COUFFON (René), 1948," l'architecture classique au pays de Léon, l'atelier de l'Elorn, l'atelier de Kerjean",  Mémoires de la Société d'Histoire et d’Archéologie de Bretagne. 1948, 28.

https://www.shabretagne.com/document/article/2612/de-l-honneur-et-des-epices.php

— DELORME (Philibert), 1567  Le premier tome de l'architecture de Philibert de L'Orme conseillier et aumosnier ordinaire du Roy, & abbé de S. Serge lez Angiers , Paris, Federic Morel

 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/traite/Notice/ENSBA_Les1653.asp?param=

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/traite/Images/Les1653Index.asp

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85636g/f1.double

— DELORME (Philibert), 1561  Les Nouvelles Inventions pour bien bastir et a petits frais

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/Masson643Index.asp

— DE GRANDE (Angelo), 2014, "De Fontainebleau vers la Lorraine: l’ordre anthropomorphe de la maison «des Sept Péchés capitaux» à Pont-à-Mousson" in Gravures d'architecture et d'ornement au début de l'époque moderne : processus de migration en Europe (sous la direction de S, Frommel et E. Leuschner), pp.205-218, 2014.

https://www.academia.edu/11289409/De_Fontainebleau_vers_la_Lorraine_l_ordre_anthropomorphe_de_la_maison_des_Sept_P%C3%A9ch%C3%A9s_capitaux_%C3%A0_Pont_%C3%A0_Mousson

— FROMMEL (Sabine), 2018 Supports anthropomorphes peints de la Renaissance italienne, in Frommel, Sabine – Leuschner, Eckhard – Droguet, Vincent – Kirchner, Thomas (dir.) Construire avec le corps humain/ Bauen mit dem menschlichen Korper. Les ordres anthropomorphes et leurs avatars dans l'art europèen de l'antiquité à la fin du XVIe siècle/ Antropomorphe Stùtzen von der Antike bis zur Gegenwart,  Campisano Editore 2 volumes pp 618, 40 ill. 

Rares sont les motifs architecturaux qui témoignent d'une persistance telle que les ordres anthropomorphes, depuis l'Antiquité jusqu'à la période actuelle, en passant par le Moyen Âge. Leur évolution s'articule par de subtiles interactions entre les domaines sculptural, architectural et pictural, alors qu'une fortune théorique durable a été instaurée par la description détaillée par Vitruve des "Perses" et des "Caryatides" dans son traité De architectura libri decem. Contrairement aux ordres architecturaux canoniques, ce " sixième ordre " invite à des interprétations et des variations plus souples et plus personnelles. Il put ainsi assimiler des traditions locales très diverses lors de son parcours triomphal dans toute l'Europe. Si la signification originelle de soumission et de châtiment de ces supports reste valable, les valeurs narratives ne cessèrent de s'enrichir et de s'amplifier, en faisant de ce motif un protagoniste abondamment présent dans de multiples genres artistiques, des meubles aux monuments les plus prestigieux, et qui révèle les mutations typologiques et stylistiques au fil du temps. Les contributions réunies dans ces deux volumes fournissent un large panorama européen de ces occurrences, offrant un large éventail de synergies et d'affinités révélatrices.

https://www.academia.edu/36821730/Supports_anthropomorphes_peints_de_la_Renaissance_italienne_in_Frommel_Sabine_Leuschner_Eckhard_Droguet_Vincent_Kirchner_Thomas_dir_Construire_avec_le_corps_humain_Bauen_mit_dem_menschlichen_K%C3%B6rper_Co_%C3%A9dition_Picard_Campisano_Paris_Roma_2018_?email_work_card=view-paper

— MAITRE DE HENRI II (membre du Groupe de Noël Bellemare) Heures dites de Henri II BnF Latin 1429

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8447767x/f81.item#

— MAITRE DE HENRI II 1546-1547 (offert à Charles IX en 1566), Jean du Tillet Recueil des rois de France BnF fr.2848

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84516158/f189.item#

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc492956

SAMBIN ( Hugues), 1572 Oeuvre de la diversité des termes dont on use en architecture reduict en ordre : par Maistre Hugues Sambin, demeurant à Dijon, publié à Lyon par Jean Marcorelle ou par Jean Durant.  Bibliothèque municipale de Lyon, Rés 126685.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/36089-oeuvre-de-la-diversite-des-termes-dont-on-use-en-architecture-reduit-en-ordre-par-maitre-hugues-sambin?offset=1

 

SERLIO (Sebastiano ), 1551 Liure extraordinaire de architecture, de Sebastien Serlio, architecte du roy treschrestien. Auquel sont demonstrees trente Portes Rustiques meslees de diuers ordres. Et vingt autres d’oeuvre delicate en diverses especes, Lyon, Jean de Tournes, 1551.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_LES1745.asp?param=

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/32769-extraordinario-libro-di-architettura-di-sebastiano-serlio-livre-extraodinaire-de-architecture-de-sebastien-serlio

SERLIO (Sebastiano ), 1540 Il terzo libro ... Venise F. Marcolini

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/Serlio1540.asp?param=

https://archive.org/details/ilterzolibronelq00serl

SERLIO (Sebastiano ), 1537 Regole generali di architectura, quatrième livre, Venise F. Marcolini

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/B272296201_A101Index.asp

SERLIO (Sebastiano ), 1547, Livre V, Paris

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R1476.asp?param=

 

— VIGNOLE 1562, La Règle des cinq ordres d'architecture

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327303x/f11.planchecontact.r=delagardette.langEN

— VITRUVE 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_01665A0013.asp

— VITRUVE, 1511, De architectura M. Vitruvius per Jocundum solito castigatior factus cum figuris et tabula, traduit par Fra Giovanni Giocondo en 1511 à Venise chez G. da Tridentino avec 136 gravures sur bois 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/CESR_2994.asp?param=

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/CESR_2994Index.asp

— VITRUVE, 1513,  De architectura, traduit par Giovanni Giocondo

https://echo.mpiwg-berlin.mpg.de/ECHOdocuView?url=/mpiwg/online/permanent/library/488D7ND1/pageimg&start=11&viewMode=images&pn=17&mode=imagepath

 

— VREDEMAN DE VRIES (Hans) [1565]  Caryatidum (vulgus termas vocat) sive Athlantidum multiformium ad quemlibet architecture. Anvers

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/36809/?offset=#page=43&viewer=picture&o=bookmark&n=0&q=

 

Partager cet article
Repost0
13 août 2021 5 13 /08 /août /2021 14:50

L'enclos paroissial de Saint-Herbot en Plonevez-du-Faou. VII.  Le porche ouest de la tour . Inscriptions de fondation (1516) et inscriptions votives ;  sculptures des moulures du porche. La Femme-serpent.

.

Voir :

.

PRÉSENTATION.

.

Présentation générale : voir Wikipedia (qui reprend Rioult 2009), ou le remarquable dossier IA00005154 de l'Inventaire général par Castel 1966.

Alors que le porche sud, décrit précédemment ici,  porte la date de 1498,  le portail ouest, à la base de la tour, est daté par inscription de 1516. Les deux entrées portent le nom du "gouverneur" et prêtre carme qui a supervisé les travaux : Jean de Launay au sud, Corentin de Kerdeffes à l'ouest. Alors que le porche sud se plaçait sous l'influence de l'atelier ducal du Folgoët (et du porche sud de la cathédrale de Quimper), la tour et le porche ouest sont influencés par les éléments équivalents de la cathédrale de Quimper.  

 

 

 

 

.

Description par René Couffon 1953

"La reprise pour l'agrandissement de la chapelle sur ses deux faces ouest et sud est très visible. Bien que les pinacles soient encore entièrement gothiques, ainsi que les gargouilles, les choux frisés des rampants et des fenestrages, le tracé de ceux-ci est tardif et il semble que l'on doive dater cette campagne du règne d'Henri II. La tour dérive très nettement de celles de Quimper, avec ses baies jumelées sur chaque face, ses faux arcs en mitre décorant les angles, ses meneaux trèfles et ses contreforts étages garnis de pinacles. Le porche percé à sa base est très remarquable. En tiers-point assez aigu, ses voussures sont séparées par des moulures, soit toriques avec filet saillant, soit prismatiques, qui ne sont interrompues par aucun chapiteau. Au-dessus de la voussure extérieure, une accolade décorée de choux frisés et couronnée d'un fleuron s'amortit dans des piédroits prismatiques. L'accolade est elle-même

L'accolade est elle-même surmontée d'un faux gable, également décoré de choux frisés et qui, comme à Saint-Corentin, ne lui est pas tangent, mais coupe les piédroits au-dessus d'elle.

A l'intérieur, deux portes jumelées en anse de panier donnent accès à l'église. Elles sont séparées par une colonne torse couronnée d'un petit personnage tenant deux chiens affrontés, colonne qui paraît, avec la petite porte de Saint-Servais bâtie en 1510, l'une des premières manifestations de la Renaissance en Cornouaille.

Au-dessus des portes, une frise les sépare du tympan décoré d'une niche abritant la statue de saint Herbot et de deux angelots tenant des phylactères. L'un d'eux précise la date de la fondation de la tour : « L'an mil VCXVI (1516) fut cest portai commencé, messir Cho(rentin) Kerdeffez gouverneur. »

La sculpture de ce porche est très particulière. Les feuilles d'acanthe décorant les voussures s'inscrivent sensiblement dans un carré ; quant aux tiges, elles ont soit la forme d'un S sur les piédroits, soit d'une arête de poisson sur les frises et les linteaux. Les faux gables sont très nets et coupent les piédroits, au lieu d'être, comme généralement, coupés par eux. Cette décoration permet d'identifier un atelier qui, dérivé de celui de Quimper, eut une aire de dispersion considérable. Le porche est surmonté, comme à Saint-Corentin, d'une galerie portée par une corniche sculptée derrière laquelle s'ouvre une fenêtre élancée avec accolade décorée de choux frisés et d'un fleuron et amortie sur deux angelots. Deux portes donnent accès par la galerie d'un escalier à l'autre pour monter au sommet de la tour, escaliers pratiqués dans l'épaisseur des murs." Couffon, 1953.

.

Description par Rioult et Bonnet 2010 :

"La tour, haute de 31 m, s'inspire de celles de la cathédrale de Quimper. Elle est construite sur deux niveaux de hauteur équivalente. Au premier niveau s'ouvre le portail occidental de l'église, daté de 1516 par une inscription. Il est composé de deux portes en arc en anse de panier, surmontées d'un larmier orné d'une frise de feuillage coupée en son milieu par deux animaux affrontés, séparés par un personnage qui les maîtrise. Au-dessus, une niche en arc en anse de panier abrite une statue encadrée par deux anges ; l'ensemble est pris dans une archivolte en accolade très aiguë, elle-même encadrée d'un gâble dont les rampants sont ornés de choux frisés et coupent les pinacles qui encadrent le portail, et dont la pointe se perd dans la balustrade à mouchettes qui surmonte le tout. (Rioult 2010)"

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

 

.

.

Dans la niche centrale est figuré Saint Herbot présentant un livre.

En dessous, au centre de la frise, un personnage est entouré de deux chiens sans collier (ou autres animaux). Est-ce une représentation de saint Herbot protégeant, ou apprivoisant, les animaux sauvages ? Il est vêtu et coiffé (toque à cabochon) comme un riche seigneur du XVIe siècle, assis en tailleur, et les deux chiens dont il tient une patte  semblent le lécher et posent l'autre patte sur son épaule, comme dans une scène de chasse autour du veneur ou du maître.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

L'ange de gauche.

.

Ses cheveux sont bouclés, son visage est très rond, ses ailes sont verticales et rapprochées, et il est vêtu d'une tunique plissée au col rabattu en amict.

Il porte un placard rectangulaire  avec l'inscription :
 

§ LAN M : VcXVI : FUT CEST PORTAL CÕMÃCE : MESS : CHO : K DIFFEZ. GOVERNER

Soit : "l'an (1516) fut ce portail commencé [sous la direction de] Messire Chorentin Kerdifez gouverneur".

 

Mais la lecture est encore incertaine, car il faut attendre non seulement que la lumière soit favorable, à jour frisant, mais aussi qu'elle tourne autour du placard, qui est convexe.

Elle a été relevée d'abord par Abgrall en 1896 avec un texte erroné (L'AN . MIL VCCXVI FUST CEST PORTAIL CONSACRE ET MIE ICHI CEST PIERRE), leçon reprise en 1900, 1904 et 1916 , et citée par Charpy et Waquet puis corrigée par Couffon en 1953 et 1959 de façon plus fidèle (L'AN MIL VCXVI (1516) FUT CEST PORTAL COMMENCE, MESSIRE CHO(rentin) KERDEFFEZ. GOUVERNEUR), et enfin par Castel et Ducouret en 1966 (LAN MIL VC XVI / FUT CEST PORTAL / COMMENCE MESSIRE CHO : / K DE FFES GOVERNER), en soulignant les parties certaines de leur lecture.

Enfin, le rédacteur de l'article du site Monuments historiques donne sa version : L'AN M : VCXVI : FUT CEST PORTAL COMACE : MESS : CHO : K[er] DIFFEZ . GOUVERNE.

La leçon de Castel est la plus scientifique dans sa présentation, mais omet la ponctuation, ainsi que les tildes (abrégeant le texte par remplacement des N) ; d'autre part, "Messire" doit être abrégé en Mess. Et je crois que CÕMÃCE est plus exact que COMMENCE. Je crois avoir fait progresser la lecture par ma leçon (supra), mais cette inscription de fondation mériterait un relevé effectué dans des conditions scientifiques, avec échelle ou échafaudage, lumière d'appoint, et estampage. le sigle § tente de reproduire le deux-points inclut dans un S. 

Ma curiosité se porte sur le "gouverneur". Son nom, quelque soit la graphie, est attesté en toponymie, à Plougastel, Bodilis  et Bothoa. 

 

.

Kerdifez voir Albert Deshayes (Noms de lieux) donne pour Kerdifez p. 482 : Kerandivez en Bodilis, Kerandifez en 1490, qualificatif difez « sans foi, mécréant ». À Plougastel, l'OPHIS ar Brezhoneg donne pour Kerzivez : "Formes anciennes attestées : 1542 : Kerdiffez 1600 : Kerdifes 1662 : Kerdivez 1815 : Kerdives 1827 : Kersivez Variantes orthographiques recensées actuellement : (Kerzivès ; Kerzives). Autres informations sur le sens du toponyme : Ce nom de lieu est formé de Kêr, village, lieu habité et d'un second élément dont les formes anciennes sont difez, difes. Selon L.M. Bodénès, p. 192, ce mot viendrait du vieux breton difeith, moyen-breton difez, qui signifie "inculte" à propos d'un terrain. A. Deshayes va également dans ce sens. F. Gourvil, quant à lui, propose la même explication pour les noms Kerdevez, Kerandevez, qu'on retrouve dans d'autres communes de Bretagne."

.

Les généalogistes attestent de Jean de Chateaufur (vers 1576 Julian - Tréflez,- 5 -11- 1616  - Plounévez Lochrist), Sieur de Kerdivez ( paroisse de Plounevez Lochrist ),— graphie Sieur de Kerdifez sur l'acte de décès—. Potier de Courcy et de Saint-Allais précisent ces données, tout comme le site Tudchentil. Mais aucun "Corentin" n'est cité dans les généalogies pourtant bien détaillées.

 

https://gw.geneanet.org/flcharlet?lang=en&iz=3040&p=jean&n=de+chateaufur

https://www.google.com/maps/place/Kerdivez,+29430+Ploun%C3%A9vez-Lochrist/@48.6275561,-4.2357286,14z/data=!3m1!4b1!4m5!3m4!1s0x48115576a29f69ff:0xb66f218136a792d0!8m2!3d48.627558!4d-4.218219

http://www.tudchentil.org/spip.php?article364

https://archive.org/stream/bub_gb_41RJVREUlqUC/bub_gb_41RJVREUlqUC_djvu.txt

https://books.google.fr/books?pg=RA1-PA291&lpg=RA1-PA291&dq=kerdiffez&sig=ACfU3U1lT9CC6d19OVZa7-VDoiRbxDhb4A&id=hjltAAAAMAAJ&hl=fr&ots=SdqzrpCcYs&output=text

.

Mais Castel et Ducouret, en explorant les archives, donnent de nombreux éléments sur le gouverneur de Saint-Herbot Corentin de Kerdeffez, et notamment signalent qu'il est désigné comme "procureur sindique" et sieur de Kerligavan.

Kerligavan se situe dans la trève de Kerrien, paroisse de Bothoa (Bothoa est une ancienne paroisse très vaste, issue de la paroisse primitive de Pligeaux, de l'évêché de Cornouaille qui n'est plus désormais qu'un simple village de la commune de Saint-Nicolas-du-Pélem). Hyacinthe Morice cite un Kerlivagan en 1442. Cette seigneurie est aussi désignée sous le nom de Kerligan.

.

Tous les gouverneurs de la chapelle de Saint-Herbot sont de prêtres et portent le titre de messire : Jehan de LAULNAY (1498), Jehan Le GUERRER (1505-1510), Alain PONTEON (1510),  Chorantin KERDIFFEZ, Henri CARON (1535-1545), qui inscrit son nom sur les clefs de voûte de la chapelle Sainte-Barbe,  Jean LE GUIC (1550-1575),  Mathieu CRAVEC (1575-1595) dont le nom est porté sur le calvaire, ou Chorantin COZ (1596-1613)  Le site Marikavel indique  que  ce sont des  « prêtres gouverneurs » qui étaient responsables de la petite communauté religieuse des frères carmélites, que les nobles de Rusquec avaient amenée à Saint-Herbot, lorsqu'ils appartenaient à la cour ducale. Les carmélites se sont engagées dans l'œuvre missionnaire dans les paroisses voisines.

Chorentin KERDIFFEZ est cité comme gouverneur de 1511  à 1535. Il étend d'abord les possessions de la chapellenie pour en augmenter les ressources. Il se défend contre les empiètements du receveur du roi. Et il commande les travaux, notamment ce portail ouest, mais aussi la partie gauche de la maîtresse-vitre, où une large console porte, sans son nom, la date de 1513 : LAN-M-CINQ-CENTS-TREZE.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

L'ange de droite : Laudate ....

.

Posé sur une courte console, ailes verticales, il est joufflu et bouclé, et porte un tabard au dessus de sa tunique. Il déroule une banderole et en désigne le début par l'index droit tendu au dessus du texte.

Il tient l'inscription suivante en lettres gothiques onciales :

 

§ LAUDATE : DOMINUM : IN : SANCTIS : EIUS §

il s'agit de l'invocation à la prière "Louez le Seigneur en son sanctuaire", incipit du psaume 150 qui est  parfaitement adapté à la situation sur un portail d'entrée dans la chapelle.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

L'ange de gauche de l'extrémité du faux-gable : "Benedictus".

.

Il est tout aussi joufflu et bouclé que ses collègues, et il présente une banderole dont il désigne le texte d'un index de la main gauche. Il est agenouillé, et vêtu d'une tunique qui vient bouffer au dessus du cordon.

.

Nous lisons  :  § BENEDICTUS9 Q' VENIT I' NÕE DNI §

Soit en résolvant les tildes BENEDICTUS Q[UI] VENIT I[N] NO[MIN]E D[OMI]NI; "Beni soit celui qui vient au nom du Seigneur", citation du psaume 117 appartenant à la liturgie, mais qui peut servir de formule d'accueil au fidèle pénétrant dans la chapelle.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Le "page" de droite : Pax vobis.

.

Son buste est installé à l'extrémité du rampant du faux-gable, sur une base crénelée, comme s'il surgissait de la tour d'un château. Sa chevelure bouclée est couverte d'un bonnet à revers.  Il salue l'arrivant en plaçant la main à l'index tendu contre sa tempe.

Sa banderole indique :

§ PAX VOBIS §

"La paix soit avec vous".

.

 

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

Comparaison.

.

De nombreux porches décrits dans ce blog ont le même décor avec le faux-gable coupant, sans s'interrompre, les pinacles (citation du portail du bras nord du transept de la cathédrale de Quimper, 1478), mais aussi les anges ou pages présentant les citations liturgiques de bienvenu. René Couffon et Philippe Bonnet ont reconnu là, dans cette tour-clocher, les caractéristiques architecturales  de la cathédrale de Quimper. 

Au risque d'abuser de répétitions, je fais citer un autre texte de Philippe Bonnet :

"Au début du XVIe siècle, un autre atelier [que celui actif en Cap Caval dès la fin du XVe siècle à Saint-Nonna de Tréoultré et Saint-Guénolé] diffuse, d'abord vers les montagnes âpres de la haute Cornouaille, dans le doyenné du Poher, les formules quimpéroises. Les historiens lui ont donné le nom de son œuvre maîtresse, la chapelle de pèlerinage de Saint-Herbot.

Elévée à la fin du IVe siècle, celle-ci fait l'objet dès 1498 d'importants travaux d'embellissement, financés en partie par la duchesse et reine Anne de Bretagne. Précisément daté de 1516 par une inscription portée par un ange, le portail ouest s'ouvre entre deux contreforts angulaires dont les deux ressauts sont soulignés par des pinacles à crochets de style quimpérois. Il apporte un certain nombre d'innovations formelles : le profil en anse de panier des deux portes geminées et de la niche abritant la statue du saint patron qui occupe la partie la plus médiane du tympan, la colonne torsadée adossée au trumeau, la forme très aigüe de l'accolade formant archivolte. Prosper Mérimée en a déjà signalé "l'ogive à contre-courbures, les feuillages gras et frisés (mauves et choux), accompagnées de moulures prismatiques et très saillantes". Un larmier orné d'une frise de feuillage fait office de linteau, coupés en son milieu par un personnages maitrisant deux animaux affrontés. Un gable aux rampants ornés de choux frisés couple les pinacles encadrant le porche et retombe sur des culots sculptés d'anges tenant des phylactères. Sa pointe vient se perdre dans la balustrade flamboyante. [...]

Quelques années plus tard, l'atelier se transporte à Saint-Trémeur de Carhaix. [...]Deux édifices mis en chantier dans le deuxième tiers du XVIe siècle se rattachent encore à la production de l'atelier de Saint-Herbot. La chapelle Saint-Tugen en Primelin aurait été commencée vers 1530 [...] et la tour de l'église Saint-Herlé de Ploaré [1548].

"Au moment où s'ouvre le chantier de Saint-Tugen, l'atelier de Saint-Herbot laisse sa marque sur un certain nombre d'édifices plus modestes mais non moins soignés, comme les chapelles de Notre-Dame-de-la-Croix en Loqueffret (1522), de La-Trinité de Melgven (1535) et du Moustoir en Kernével (1538) : si la formule de la tour clocher n'y est pas retenue, on retrouve à l'identique le modèle du portail de Saint-Herbot.

Une version plus modeste du parti quimpérois est mies en œuvre dans deux églises du Cap Sizun, à Beuzec (1554) et à Cléden (1561) [...] Une dernière église, Saint-Vinoc de Plouhinec est encore plus tardive" (P. Bonnet 2013 pages 161-162)

.

À mon petit niveau, je retrouve ce décor du porche à Saint-Tugen en Primelin,  sur le porche ouest de la cathédrale de Quimper, à Mahalon, à Esquibien, à logoff en 1547, à Confort (v. 1528), ou à Cléden-Cap-Sizun (v.1561)  et enfin à Plouhinec en 1572, mais en m'attachant à retrouver un détail stylistique significatif, celui du "page" ou écuyer saluant d'un doigt sur la tempe .

.

 Au porche ouest de Saint-Tugen, les banderoles des anges disent Ave Maria (à gauche) et Pax Vobis (à droite), et le porteur de cette invocation est, exactement comme à Saint-Herbot, un "page" sorti de sa tourelle et saluant l'assemblée d'un doigt droit touchant la tempe . René Couffon avait noté la similitude architecturale : 

"Le portail, percé à la base de la tour, offre, comme conception et comme réalisation, une telle ressemblance avec celui [porche occidental] de Saint-Herbot qu'il fut certainement construit par le même atelier. La porte en anse de panier est surmontée d'une arcade en tiers-point aigu, à voussures profondes et accolade à fleuron. Un faux gable coupe les pinacles des piédroits pour s'appuyer sur deux angelots portant des banderoles. "(Couffon)

https://www.lavieb-aile.com/2020/04/la-chapelle-saint-tugen-de-primelin-architecture-et-details.html

.

Le même messager vêtu comme un écuyer du XVIe siècle se trouve à Lampaul-Guimiliau, sous une architecture différente, tenant son Pax Vobis mais saluant de la main gauche.

https://www.lavieb-aile.com/2019/04/le-porche-de-l-eglise-de-lampaul-guimiliau-ii-les-anges.html

À Lampaul-Guimiliau, sur le même porche un ange présente la banderole Benedictus qui venit in nomine domini. (voir les détails d'abréviations, dont la comparaison avec Saint-Herbot est intéressante).

.

L'église de Cleden-Cap-Sizun montre l'ange de l'Ave Maria et le messager du Pax Vobis touchant son chapeau :

https://www.lavieb-aile.com/2020/03/l-eglise-saint-clet-de-cleden-cap-sizun.ses-navires-sculptes-sur-pierre.html

.

On le retrouve à Esquibien :

https://www.lavieb-aile.com/2020/07/l-eglise-paroissiale-d-esquibien-ses-inscriptions-lapidaires-et-ses-porches-ouest-et-sud.html

.

Le couple ange/"page" est encore là à l'église de Plogoff, mais les inscriptions sont illisibles.

https://www.lavieb-aile.com/2020/03/les-navires-sculptes-de-l-eglise-de-plogoff.html

 

.

.

.

LES MOULURES DU PORCHE.

.

Trois moulures font le tour du porche, tandis qu'une moulure suit le contour de chacune des portes géminées. Je ne m'attarderai pas à leur décor végétal mais je donnerai à observer les figures animales (et humaine) placées à leur départ et où s'enracinent les tiges, car je les ai remarquées dans de très nombreux porches bretons en kersanton du XVIe siècle, et je me plais à me pencher sur ces détails savoureux.

.

 

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Un lion.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Un dragon ailé.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Du coté droit.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Un moine sous sa capuche, tenant un livre dans son sac. (Saint Yves ??? Saint Antoine ??)

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Un chien pattes écartées.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

.

LA FEMME SERPENT.

.

On sait sans doute que je collectionne dans ce blog les femme-serpents, à coté des sirènes, des représentations diaboliques semi-humaines piétinées par la Vierge, en retrouvant au hasard de mes visites la très riche iconographie rassemblée par Hiroko Amemiya dans sa thèse et l'ouvrage Vierge et démone qui en est issu en 2005.

 "Cette auteure décrit 11 "ornements du type femme-serpent" (distincts des 7 ornements de type femme-serpent de la Tentation" séparant Adam et Éve) . Et ce n'est pas aujourd'hui que je la prendrai en défaut pour avoir laissé passer un exemple de ces sculptures, puisque la femme-serpent de Saint-Herbot figure , avec le n°7, dans sa liste et qu'elle est décrite page 184. Pas drôle, je n'ai plus qu'à recopier !

Elle pourrait pourtant lui avoir échappé, à droite de ce portail ouest et sous le larmier qui court le long du  contrefort, à l'abri d'un  élargissement trapézoïdal de la corniche, tout comme elle m'avait échappé lors de ma première visite, car il y a tant de choses à voir ici !

Mais non, elle la décrit couchée sur le coté, buste replié en arrière, tête à gauche, avec deux petites cornes pointant sous la chevelure qui retombe sur les épaules nues. Il ne lui échappe pas non plus que le corps est couvert d'écailles (ou de verrucosités) bien que leur relief est aujourd'hui atténué.

Que dire de plus, mais que dire de plus ?

Je peux, cherchant comme un mesquin le moindre défaut, corriger la phrase "La main droite est posée sur le coté, le bras gauche accoudé soutient la tête". Car c'est le bras gauche qui est allongé le long du flanc, la main près du pubis, tandis que le bras droit s'élève dans un geste de coquetterie pour  caresser les cheveux (et peut-être distinguait-on jadis un peigne).

Le visage est érodé, mais mon imagination a succombé à son charme et a vu s'esquisser le plus suave sourire.

.

Hiroko Amemiya accompagne sa photographie d'un délicieux dessin de la dame, et explicite ainsi sa compréhension de la sculpture, où la paume ouverte "soutient" la tête.

.

Hiroko Amemiya, femme-serpent de Saint-Herbot, "Vierge ou démone" page 184, dessin de l'auteure.

 

.

Voir  les autres femme-serpents de ce blog :

Les sculptures de pierre de l'église de Bodilis . II. Le décor de l'intérieur du porche sud (1601).

L'enclos paroissial de Brasparts. I. La Démone tentatrice du porche sud.

L'enclos paroissial de Lannédern I. Les sculptures extérieures : le calvaire, l'ossuaire et les crossettes.

Les Sirènes et Démones de l'église de Sizun (29).

(D'autres sont visibles à l'église du Yuch, de  Trégourez, de Lennon, et à la chapelle N.D. des Fleurs de Plouay).

Voir aussi les sirènes : 

 

Et les Vierges à la démone :

.

 

Femme-serpent de Saint-Herbot, porche ouest. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Femme-serpent de Saint-Herbot, porche ouest. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Femme-serpent de Saint-Herbot, porche ouest. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Femme-serpent de Saint-Herbot, porche ouest. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Femme-serpent de Saint-Herbot, porche ouest. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Femme-serpent de Saint-Herbot, porche ouest. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

ABGRALL (Jean-Marie) 1898, "Inscriptions gravées et sculptées sur les églises et monuments du Finistère", par M. l'abbé J.-M. Abgrall. Congrès archéologique de France : séances générales tenues à Morlaix et à Brest ... par la Société française pour la conservation des monuments historiques, Société française d'archéologie. Derache (Paris), A. Hardel (Caen) 1898 page 145.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k356651/f212.item

ABGRALL (Jean-Marie), 1900, Livre d'or des églises de Bretagne. "La chapelle Saint-Herbot", in Carhaix-Plouguer n°18, page 5

http://bibliotheque.idbe-bzh.org/data/cle_201/carhaix__plouguer.pdf

ABGRALL (Jean-Marie), 1904, L'Architecture bretonne, page 41

http://backup.diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/f20eb990fd763d232327db92aeeb6869.pdf

 

ABGRALL (Jean-Marie), 1916, Inscriptions gravées et sculptées sur les églises et monuments, Société Archéologique du Finistère - SAF 1916 tome 43 - Pages 65 à 102

https://societe-archeologique.du-finistere.org/bulletin_article/saf1916_0122_0159.html

— AMEMIYA (Hiroko), 2005, Vierge ou démone, ed. Keltia graphic, page 184.

— BONNET (Philippe), 2013, "Saint-Corentin et le développement du style gothique en Bretagne", in Quimper, la grâce d'une cathédrale, ed. La Nuée Bleue, Strasbourg, pages 151-163.

—CHARPY (Jacques)  et Henri Waquet, « Plonévez-du-Faou, chapelle Saint-Herbot, Dictionnaire …. tome IV p. IVA99, cité par H. Amemiya

— COUFFON (René), 1953, l'église de Saint-Herbot,  Bull. Monumental tome 111 n°1 pp 37-50

https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1953_num_111_1_3732

— COUFFON (René), 1959, Notice de Plonévez-du-Faou, Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper

http://backup.diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/4bc495e8ae261523262138b91718a386.pdf

— MONUMENTS HISTORIQUES.

http://monumentshistoriques.free.fr/calvaires/herbot/herbot.html

— PEYRON (chanoine), 1910, Notice, Bull. SAF page 164-167

https://societe-archeologique.du-finistere.org/bulletin_article/saf1910_0216_0242.html

— RIOULT (Jean-Jacques), CASTEL (Yves-Pascal), BONNET (Philippe), DUCOURET, 2010, Chapelle Saint-Herbot (Plonévez-du-Faou),  Inventaire général, région Bretagne

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-plonevez-du-faou/7310520a-35ca-4784-91b8-578f98ea65d6

—   BONNET (Philippe), RIOULT (Jean-Jacques), 2010,  « Saint-Herbot. Chapelle Saint-Herbot », dans Philippe Bonnet et Jean-Jacques Rioult, Bretagne gothique, Paris, Picard, coll. « Les Monuments de la France gothique », 2010, 485 p.

—  RIOULT (Jean-Jacques), 2009, « Plonévez-du-Faou, chapelle Saint-Herbot », Congrès archéologique de France « Finistère 2007 »,‎ 2009, p. 203-208 

— CASTEL (Yves-Pascal),  DUCOURET, 1966 et 1986, Dossier IA00005154 Inventaire général, région Bretagne

http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA00005154_01.pdf

— WIKIPEDIA 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chapelle_Saint-Herbot_de_Saint-Herbot

https://en.wikipedia.org/wiki/Saint-Herbot_Parish_close

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Inscriptions Sculpture Chapelles bretonnes. Femme-serpent
3 août 2021 2 03 /08 /août /2021 12:55

Quelques sculptures de la chapelle de Locmaria-Lann à Plabennec. La Vierge à l'Enfant (kersanton, Roland Doré, XVIIe). L'autel (kersanton, 1512). Le retable (Yves Le Guern, recteur, 1682). Etc.

.

 

 

Voir sur cette chapelle :

.

Quelques sculptures de la chapelle de Locmaria-Lann à Plabennec.

.

.

La Vierge à l'Enfant (kersanton,  Roland Doré 1618-1663), niche  sud du clocher-porche de 1580.

.

On peut la comparer à celles de l'église de Rosnoën, ou de Plougourvest, ou de la chapelle Saint-Sébastien de Saint-Ségal, On constate alors que cette Vierge de Locmaria-Lann est plus petite, moins élancée, que son visage, tout comme celui du Fils, est plus rond, et que ces caractères lui confèrent un aspect simple voire naïf.

Elle est couronnée et la chevelure tombe librement sur les épaules. Elle est vêtue d'une robe, ajustée au dessus de la ceinture et plissée au dessous, et d'un manteau très ouvert.

L'Enfant est assis sur l'avant-bras gauche, bénissant de la main droite l'assistance tandis que la main gauche est posée sur la poitrine. Il porte une tunique longue et plissée

Les traits stylistiques de Roland Doré sont les sourires aux commissures creusées en fossette et au philtrum marqué , et les  yeux aux paupières soigneusement ourlées ; mais dont les pupilles ne sont ici pas creusées.

.

 

 

Vierge à l'Enfant (kersanton, Roland Doré, XVIIe s.) de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Vierge à l'Enfant (kersanton, Roland Doré, XVIIe s.) de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Vierge à l'Enfant (kersanton, Roland Doré, XVIIe s.) de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Vierge à l'Enfant (kersanton, Roland Doré, XVIIe s.) de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Les dais en kersanton des contreforts du porche.

.

Porche de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Porche de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Ces dais de 1580 sont marqués par le style Renaissance qui a fait son apparition, très peu de temps auparavant, au château de Kerjean, mais qui a été introduit en Bretagne par la famille de Goulaine soit à Champeaux, soit à Notre-Dame-de-Kerfons à Ploubezre, soit au château de Maillé. Dans ce château Maurice de Carman et Jeanne de Goulaine y placent leurs armoiries vers 1570 dans un cartouche à cuir découpé caractéristique de ce style. On remarque les liens unissant Maurice de Carman avec la famille plaçan, à Plabennec, ses armoiries sur le calvaire de 1527 et dans la nef de la chapelle.

Ici, le cuir découpé à enroulement est orné d'un masque crachant des rinceaux, et il est entouré de deux anges sonnant de la trompe.

.

 

Dais (kersanton) du porche de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Dais (kersanton) du porche de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Un autre dais est plus abîmé mais on y reconnaît deux anges autour d'un vase.

.

Dais (kersanton) du porche de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Dais (kersanton) du porche de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Dais (kersanton) du porche de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Dais (kersanton) du porche de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Le Christ Sauveur, fronton intérieur du porche (kersanton polychrome, Roland Doré ??).

.

Voir ses homologues, entre autre, à l'intérieur des porches des églises de Bodilis, Guimiliau, Hôpital-Camfrout, Plestin-les-Grèves, Plougourvest, Rosnoën, Le Tréhou, tous attribués à Roland Doré par E. Le Seac'h, et dominant les apôtres disposés latéralement (ou les niches prévues pour les accueillir). C'est  ce rapprochement qui me permet de proposer l'attribution à Roland Doré de cette statue.

.

Christ sauveur (kersanton polychrome, Roland Doré ?, XVIIe s. ?) du porche de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Christ sauveur (kersanton polychrome, Roland Doré ?, XVIIe s. ?) du porche de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Christ sauveur (kersanton, Roland Doré ?, XVIIe s. ?) du porche de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Christ sauveur (kersanton, Roland Doré ?, XVIIe s. ?) du porche de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Le maître-autel (kersanton, 1512, signature Yves an Du).

.

"Le maître-autel, en kersanton, mesure 3 mètres 50 de longueur. Il est gothique et décoré de [12] panneaux finement ouvragés. Au-dessus règne une belle frise de feuillages découpes et évidés. Dans les panneaux du centre on aperçoit deux angelots : l'un tient un écusson chargé d'un calice et une banderole portant, en caractères gothiques, l'inscription suivante : Yves an Du lan mil cincq centz xII. Le second porte une banderole qui offre aussi une dizaine de caractères gothiques très distincts."

Je rapproche, toutes proportions gardées,  cet autel de l'autel des anges du Folgoët réalisé vers 1445.

L'autel est taillé dans une seule pièce de kersantite de 3,10 m de long. La face principale est divisée en huit niches ogivales trilobées à crochets et fleuron. Seules les deux lancettes centrales sont habitées, par deux anges. 

.

Maître-autel (kersanton, 1512)  de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Maître-autel (kersanton, 1512) de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Maître-autel (kersanton, 1512)  de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Maître-autel (kersanton, 1512) de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Maître-autel (kersanton, 1512)  de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Maître-autel (kersanton, 1512) de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

L'ange de droite présente un  écusson meublé d'un calice et entouré d'un phylactère. Je pense y lire :

Y LE / GALL Y

Avec un doute sur les deux Y. Je préférerai  que le deuxième soit un P ..

Le patronyme Le Gall est attesté à Plabennec vers 1545. Le calice laisse supposer que le donataire, un certain Yves Le Gall, était un prêtre.

.

 

.

Maître-autel (kersanton, 1512)  de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Maître-autel (kersanton, 1512) de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Le deuxième ange porte son phylactère entre les deux mains, mais la banderole en fait le tour.

Sur la partie verticale droite, je lit : LAN

Sur la partie diagonale, je lis, en écriture gothique textura dont les mots ne sont pas séparés :

MLCINCQCENTZXII

.

Au total, j'obtiens : Y. LE GALL P / LAN M[I]L CINCQ CENTZ XII,

Soit "Yves Le Gall  prêtre l'an 1512".

Le calvaire de la chapelle date de 1527.

Je propose donc de reconsidérer la lecture initiale, reproduite par tous les auteurs depuis 1938.

 

.

Maître-autel (kersanton, 1512)  de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Maître-autel (kersanton, 1512) de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Maître-autel (kersanton, 1512)  de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Maître-autel (kersanton, 1512) de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Maître-autel (kersanton, 1512)  de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Maître-autel (kersanton, 1512) de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Le retable de l'autel (bois polychrome et doré, détail des inscriptions).

.

Première inscription coté nord :

.

:I:LE GUEN

R : DE : & :

 

Le sigle & tente de traduire le sigle intermédiaire entre un S, un P et une esperluette.

J'interprète l'inscription ainsi : "Y[ves] LE GUEN RECTEUR DE PLABENNEC".

Yves LE GUEN est attesté comme recteur de Plabennec en 1676 et 1680 (témoin de mariage) ou en 1675, 1676, 1677 et 1678 comme parrain

https://gw.geneanet.org/sjoliff?n=le+guen&oc=&p=yves

https://gw.geneanet.org/catdrev?n=le+guen&oc=1&p=yves

https://gw.geneanet.org/mguezennec?n=le+guen&oc=&p=yves

https://gw.geneanet.org/jestinfem47?n=le+guen&oc=&p=yves

https://gw.geneanet.org/gsk3?n=le+guen&oc=2&p=yves

Il figure aussi, avec la date de 1682, dans la Liste des recteurs de Plabennec avant la Révolution dressée par H. Pérennès (1938).

Voici la description et la lecture faite par H. Pérennès : 

"Le retable de l'autel, en bois sculpté, porte des têtes d anges et deux oiseaux. Quant au tabernacle, il es double : la partie inférieure offre un ostensoir, tandis que le tabernacle supérieur présente le Christ crucifié, avec la Vierge et Saint Jean, encadré de deux vertus supportant des guirlandes de fleurs. Plus loin figurent deux autres vertus dans les mêmes conditions. A gauche et à droite du tabernacle s'étale cette inscription : Y : LE GUEN R : DE L : L'AN 1682."

.

Retable (bois doré et polychrome, 1682)  de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Retable (bois doré et polychrome, 1682) de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Deuxième inscription coté sud, lettres en réserve  sur un cartouche doré sur deux lignes séparées par une réglure :

LAN

1682.

.

Retable (bois doré et polychrome, 1682)  de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Retable (bois doré et polychrome, 1682) de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Les armoiries des arcs nord de la nef.

.

A l’intérieur c’est une nef et deux bas-côtés à cinq travées au Nord, à quatre au Midi, toutes en gothique du XVIème siècle. Comme parquet, c’est le sol de terre battue ; des bancs apparaissent à la base des piliers.

A la clef de voûte de la première arcade à gauche on voit le blason des Carman-Lesquelen, mutilé, mais encore lisible.

La troisième arcade présente un écusson armorié portant une fasce de 3 quintefeuilles et surmontée d’un lambel.

La porte du bas de la nef est surmontée d’un écusson fascé de 6 pièces (du Chastel ?)." (H. Pérennès)

 

.

Nef   de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Nef de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

L'écartelé Lesquelen-Carman.

 En 1 et 4, d'azur à la tour d'argent portée par une roue de même (famille de Lesquelen). En 2 et 3 d'or au lion d'azur  (famille de Carman.

 

"Ce sont les Kerman-Lesquelen qui y avaient fait placer la verrière du chevet. On y voyait un groupe de N.-D. de Pitié, entouré des effigies de Tanguy de Kerman et de Louise de la Forest. Celle-ci est présentée par l'apôtre Saint Jean qui tient une coupe, son mari par Saint Goulven, en évêque. Au-dessous on lit : Sancte Golvine ora pro nobis. Au quatrième panneau figurent Saint Pierre avec sa clef, Saint Paul avec son épée, et le roi Saint-Louis rendant la justice assis, en grand manteau d’hermines semé de fleurs de lys d'or, et en chaperon rouge... Au-dessous : 1508 — S Louys. Les armes des Rohan, avec le collier de l'Ordre et la devise A plus brillent au sommet de la fenêtre, et onze écus de Kerman et alliances — entre autres Pestivien (?) Coëtmen et du Perrier — occupent les jours du remplage. Dans le quadrilobe d’une petite fenêtre latérale apparaît le lion de Léon (L. Le Guennec, Prééminences de la famille De Maillé-Kerman..., p. 22)." (H. Pérennès)

"Voir la discussion ici :

https://www.lavieb-aile.com/2020/05/le-calvaire-de-locmaria-lann-a-plabennec.html

et ici par Michel Mauguin :

http://michel.mauguin.pagesperso-orange.fr/sonj/Lezhisto.htm

.

L'origine de la tour posée sur une roue est racontée ici :

"Écartelé aux cases 1 et 4 de couleur Azur (bleu) à la tour sommée de trois tourillons d’Argent, le tout porté sur une demi-roue, de même aux cases 2 et 3 de couleurs d’Or, un lion Azur. Un chef de cinq hermines, noires sur fond blanc. Au-dessus du chef, la couronne Or, support de sinople (vert) feuilles d’acanthe romane formant l’encadrement de l’écu.
Ce blason, qui est désormais celui de Plabennec, est l’illustration d’un fait d’armes qui se passa au cours de la vie de saint Thénénan ou Tinodorus vers l’an 630. Les Danois qui avaient débarqué dans le Léon, mettaient le pays à feu et à sang. L’alarme fut donnée à Ploubennec. Les barbares détruisirent l’église dont on voit encore une partie des ruines. Saint Thénénan et certains habitants gardaient les trésors du pays dans la tour de la « motte féo­dale » quand les barbares les attaquèrent. N’ayant pas eu le temps de fermer la porte, le saint boucha d’une demi-roue de charrette qu’il trouva près de lui. Ils allaient succomber lorsqu’ils furent sauvés par une armée alertée et apparut au sommet de la tour un beau cavalier armé de blanc et monté sur un coursier blanc également. Les Danois battirent aussitôt en retraite pour embarquer vers l'’Élorn. Pour glorifier ce fait d’arme, le seigneur de Kermorvan mit en son blason le lion du Léon, la tour et la demi-roue de charrette."

https://www.ville-plabennec.fr/decouvrir/histoire-et-patrimoine/

.

Nef   de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Nef de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

L'écusson armorié portant une fasce de 3 quintefeuilles et surmontée d’un lambel.

.

Nef   de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Nef de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Sainte Anne éducatrice (la statue de la Vierge est perdue) ou Anne trinitaire (les statues de Marie et de son Fils sont absentes). Pierre polychrome, XVIe siècle.

.

Sainte Anne trinitaire ou éducatrice, nef   de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Sainte Anne trinitaire ou éducatrice, nef de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Le Christ.

.

Chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Vierge au calvaire, mains jointes. Kersanton, XVIe s.

.

Chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

 

.

SOURCES ET LIENS.

.
 

COUFFON (René), 1988, Nouveau répertoire ...

http://backup.diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/929d131ccf0e85c0f4d63b4794d6d5e9.pdf

Mobilier :

Maître-autel en kersanton, de 3,5 m. de longueur (C.). Le devant est orné de panneaux finement sculptés et d'une frise de feuillages découpés et évidés. Un ange tient une banderole portant l'inscription en caractères gothiques : "YVES. AN. DU. LAN. MIL. CINCQ. CENTS. XII."

Retable en bois sculpté avec deux tabernacles superposés ; inscription : "Y. LE GVEN. R. DE. LAN. 1682."

Statues anciennes : Crucifix, Vierge Mère dite Notre Dame de Locmaria, XVIIè siècle, saint Joseph, sainte Anne seule, et celles en bois autrefois dans le porche.

Deux bénitiers en pierre ; l'un d'eux porte l'inscription : ".P G. 1604" - Bénitier portatif de bronze : "NOSTRE DAME DE LANDE DE LOCMARIA."

DANIEL (Tanguy), Chapelle de Locmaria-Lann

https://www.sauvegardeartfrancais.fr/projets/plabennec-chapelle-de-locmaria-lann/

— PÉRENNÈS, (Henri), 1938  "Notices sur les paroisses : Plabennec" in Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, Vol. 37,  (1938), p.167-179, 193-213.

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/3c650c05ef86fe15d59ddb6b528d5f93.pdf

.

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sculpture Kersanton Roland Doré Chapelles bretonnes. Héraldique
2 août 2021 1 02 /08 /août /2021 19:50

Les Sibylles (bois, XVIIe siècle) de la chapelle de Locmaria-Lann en Plabennec. 

.

.

Voir sur cette chapelle :

 

 

 

.

 

PRÉSENTATION.

.

 

Les Sibylles.

Voir le travail considérable d'Emile Mâle, et mon article sur les Sibylles de Brennilis.

Ce sont des prophétesses de l'Antiquité qui proféraient des "vaticinations", et Varron, à l'ère préchrétienne, en dénombrait dix. Les auteurs chrétiens médiévaux prétendirent qu'elles annonçaient la venue du Sauveur, et au XIIIe siècle, Vincent de Beauvais citait les dix Sibylles cataloguées par Varron ; mais les plus connues sont alors la Sibylle Erythrée, prophétesse du Jugement dernier, la Sibylle de Cumes, et la Sibylle de Tibur, annonçant à l'empereur Auguste la venue d'un roi né d'une Vierge.

C'est à la cathédrale d'Ulm qu'on voit pour la première fois les Sibylles réunies pour annoncer le Sauveur. Elles décorent les célèbres stalles que Georges Syrlin sculpta de 1469 à 1474 où elles accompagnent une série de philosophes païens, d'apôtres et de prophètes bibliques.; elles sont au nombre de neuf, et chacune d'elles prononce un oracle qui se rapporte à la vie ou à la mort du Messie. Les oracles sont tirés, sauf mention, de l'Institution Divine  de Lactance, dont la traduction venait juste de parvenir à Ulm [On sait que le premier livre imprimé en Italie, à Subiaco [Etats pontificaux], en 1465, furent les Institutiones divinae de Lactance. Le livre eut tant de succès qu'il fallut en donner de nouvelles éditions en 1468, 1470, 1471, 1472,1474, 1478.]. Les voici  :

Sibylla Delphica. Dabit ad verbera dorsum suum et colaphos accipiens tacebit. " Le Sauveur offrira son dos aux coups; il recevra des soufflets et se taira. "

Sibylla Libyca. Jugum nostrum intolerabile super collum nostrum tollet. "« II enlèvera le joug intolérable qui pèse sur notre cou” 

Sibylla Tiburtina, Albuna dicta. Suspendent eum in ligno et nihil valebit eis, quia tertia die resurget et ostendet se discipulis, et, videntibus illis, ascendet in cœlum, et regni ejus non erit finis. " Ils le suspendront à un arbre. Mais ce crime ne leur servira pas;. car le troisième jour il ressuscitera , se montrera à ses disciples, et, à leur vue, il s'élèvera au ciel où son royaume n'aura pas de fin. "

Sibylla Hellespontica, in agro Trojano. Félix ille fructus ligno qui pendet ab alto. "Heureux est ce fruit qui pend au sommet de l'arbre." (citation déformée de Sozoniène, Hist. eccles. Lib. II, cap I.)

Sibylla Cumana, quae Amalthea dicitur. Templi vélum scindetur, et medio die nox erit tenebrosa nimis. "Le voile du temple se déchirera et une nuit profonde se fera au milieu du jour."

Sibylla Cimeria, octavo anno, Deum de virgine nasciturum iiidicans. Jam nova progenies cœlo demittitur alto. "Âgée seulement de huit ans, elle prédit qu'un Dieu naîtrait d'une vierge." Puis citation de Virgile Bucolique églogue 4 "Déjà une race nouvelle descend du haut du ciel. "

Sibylla Frigia (sic), Ancirae. In maniis infidelium veniet. Dabunt autem alapas Domino manibus incestis et impurato ore exspuent venenatos sputus. « Le Seigneur tombera dans les mains des infidèles. De leurs mains impies ils lui donneront des soufflets, et de leur bouche impure ils vomiront contre lui des crachats empoisonnés. »

Sibylla Samia. Agnus cœlestis humiliabitur. "ils abaisseront l'Agneau céleste"

Sibylla Erithraea. Ex cœlo rex adveniet per saecla. 'Des cieux viendra un roi pour les siècles à venir" (d'après les vers acrostiches cités par saint Augustin)

.

Les prophéties empruntées à l'Institution Divine de Lactance furent reprises également dans les Sibylles du pavé de la cathédrale de Sienne, et dans les phylactères de celles que le Pérugin peignit au Cambio de Pérouse.

.

Dans un opuscule publié en 1481 (mais dont le contenu était certainement connu auparavant), le dominicain italien Filippo Barbieri en augmenta le nombre à 12 (nombre calqué sur celui des Apôtres et des Prophètes bibliques accompagnant les Credo apostoliques et prophétiques), et donna à chacune un attribut, et une prophétie annonçant un évènement de l'Enfance, de la Vie et de la Passion de Jésus. Michel-Ange les a peintes au plafond de la chapelle Sixtine entre 1509 et 1512. 

Ce thème rejoint celui, plus ancien, des Arbres de Jessé et, plus largement, de la démarche typologique qui tend à montrer que les épisodes de la vie du Christ décrite par les évangiles étaient annoncés depuis des siècles par de nombreuses prophéties bibliques. 

Ces 12 Sibylles qui forment un ensemble iconographique codifié sont présentes aussi en France, et elles sont magnifiquement représentées par Jean Colombe  par une série d'enluminures dans les Heures de Louis de Laval BnF latin 920 (entre 1475 et 1489). On les voit  enluminées sur le Bréviaire d'Isabelle la Catholique f. 8v (avant 1497), sur le Diurnal de René II de Lorraine (Nancy 1492-1493), on les voit imprimées en vignettes dans les Livres d'Heures (Simon Vostre 1510), on les voit sculptées en marqueterie sur les stalles du château de Gaillon (1509-1518),  ou peintes à la cathédrale d'Amiens en 1505 ou sculptées en 10 statuettes au soubassement du tombeau de Philibert Le Beau à Brou (1505-1532), ou encore  peintes sur verre à Auch en 1513, Saint-Bertrand de Comminges en 1535, à Beauvais vers 1538,  et à Étampes vers 1555.

Mais ces 12 Sibylles françaises issues des Heures de Louis de Laval, si elles ont des points communs avec celles de Filippo Barbieri (les "Sibylles italiennes", si on veut), et notamment leur nombre,  reprennent aussi les Sibylles de Lactance représentées à Ulm, et réorganisent le jeu de 12 cartes en combinant les deux sources. Elles s'organisent ainsi  en deux sous-ensembles :

.

— Vie de la Vierge :

  • 1. La Persique tenant une lanterne et foulant un serpent : annonce la Vierge  de l' Immaculée Conception foulant le serpent.  : Incarnation : la Vierge donne naissance à celui qui se dira Lumière du Monde.

  • 2. La Libyque tenant un cierge annonce la Vierge et l'Enfant apportant cette Lumière. Manifestation aux Gentils. 

  • 3. L'Erythréenne tenant la fleur prophétise l' Annonciation et la Conception virginale.

  • 4. La Cuméenne tenant un bol (une boule)  annonce la Virginité (ou Venue d'un enfant).  Naissance dans une crèche

  • 5. La Samienne tenant un berceau  annonce la  Nativité  et l'Annonce aux Bergers.

  • 6. La Cimmérienne tenant une corne (biberon) annonce l' allaitement de l'Enfant  par la Vierge 

  • 7. L'Européenne tenant une épée annonce la Fuite en Égypte pour fuir le Massacre des saints Innocents.

— Passion et Christologie :

  • 8. La Tiburtine tenant une main  annonce les gifles infligées à Jésus lors de sa Passion.

  • 9. L'Agrippine  avec son fouet annonce la Flagellation.

  • 10. La Delphique tenant une couronne :annonce le Couronnement d'épines de la Passion. Incarnation.

  • 11. L'Hellespontine tenant une croix  annonce la Crucifixion. Incarnation et Passion

  • 12. La Phrygique tenant un étendard crucifère annonce la Résurrection

.

.

En Finistère, elles sont présentes toutes les douze au complet dans la seconde moitié du XVIe siècle à Brennilis, à Saint-Herbot en Plounevez-du-Faou, et à Lampaul-Guimiliau. Elles se limitent à sept sur le buffet d'orgues de Roscoff (1606), à six sur la charpente de la chapelle du château de Kerjean (vers 1570-1580) et à cinq sur la charpente de l'église de Pleyben (1571-1580), à quatre ou cinq sur la chaire de Guimiliau, à quatre dans la chapelle de Coatnan en Irvillac,  à trois sur le retable de la Vierge de la chapelle Notre-Dame de Berven de Plouzévédé (1576-1580), à trois dans le chœur de Guimiliau, à trois (selon Castel) en la chapelle de Locmaria-Lann de Plabennec, à trois encore sur les stalles (1883) de Rumengol au Faou. Elles sont trois (Sibylle Hellespontique, de Tibur et Delphique) sur un retable du XVIe s. de la chapelle du château de Keruzoret à Plouvorn.

.

.

 

Les Sibylles de  la chapelle Locmaria-Lann.

.

Je n'en ai trouvé aucune description spécifique de ces Sibylles. Yves-Pascal Castel en compte trois, la Cimmérienne — tenant un biberon—, la Samienne — tenant le berceau de la Nativité —, et la Libyque — tenant un flambeau annonçant  la venue du Christ—. Mais ce sont là celles qui peuvent être identifiées facilement par leur attribut, et le visiteur découvre, sur les deux murs de la nef et contre un pilier,  dix statues de ces prophétesses, accompagnées de sainte Véronique portant le voile, et de saint Jacques, toutes du même style et du même matériau, le bois. Donc au total douze statues.

Elles occupaient les niches latérales du porche sud, où Henri Pérennès les a observées en 1938, mais les décrit comme des "saintes", et notamment sainte Véronique. Je suppose que ces niches avaient été prévues initialement pour recevoir, comme partout ailleurs, les statues des apôtres, et qu'elles étaient restées vides, incitant la fabrique à y placer longtemps après la construction du porche, ces statues féminines.

.

 

 

 

 

 

 

.

— Sur les Sibylles hors Finistère, voir dans ce blog :

.


 

.

— Sur les Sibylles du Finistère, voir :

.

.

.

1.La Sibylle Cimmérienne tenant un biberon en forme de corne.. 

.

Elle annonce l'allaitement de Jésus lors de la Nativité.

Elle porte un voile, ses épaules sont recouvertes d'une collerette au dessus d'un manteau s'arrêtant au coude mas s'évasant est achevées par un gland.  Il s'ouvre sous la taille en deux pans creusées de rigoles ou de plumes. La robe tombe en plusieurs niveaux. Ce costume complexe vise à montrer l'origine antique et exotique de cette femme d'Asie Mineure, et ses caractéristiques correspondent à l'iconographie développée depuis la fin du XVe siècle en France.

.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

2.La Sibylle de Lybie tenant un livre ouvert et un cierge.

.

 la Sibylle de Libye annonce la venue du Christ. Elle porte une torche ou un cierge , symbole de la lumière qui vient en ce monde repousser les ténèbres.

Ecce ueniet Deus et illuminabit condensa tenebrarum et soluentur nexus Synagogeet desinent labia hominum et uidebunt regem 

.

Là encore, le costume vient marquer l'ancienneté et surtout l'exotisme de ces figures féminines, païennes et pré-chrétiennes, tout en reprenant les marques qui servent à faire reconnaître un prophète vétéro-testamentaire et hébraïque : ici, c'est le turban qui joue ce rôle.

La fleur se retrouve fréquemment dans l'iconographie des Sibylles, comme symbole de féminité ou de virginité.

Le chapelet à gros grains, accroché à la ceinture et s'achevant par un fleuron, est intermédiaire entre le monde antique et le monde contemporain.

.

 

 

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

3.La Sibylle Saméenne tenant un berceau.

.

Elle est coiffée du turban ; elle tient le berceau au piètement arrondi permettant le balancement.

.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

4.La Sibylle tenant un livre ouvert et un fouet : l'Agrippine ?

.

Un pilier de la nef comporte un très bel ange porteur d'écu, qui sert de culot à une nouvelle sibylle. Elle semble tenir outre le livre ouvert, un cierge, mais je propose d'y voir le manche d'un fouet, dont est conservée la partie proximale torsadée. Ce serait alors l'Agrippine annonçant la Flagellation.

.

 

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

5.Une Sibylle tenant un attribut perdu.

.

Là encore, la tunique courte bouffant au dessus de la ceinture est remarquable par ses glands de passementerie suspendus à la bordure, pour donner une touche orientale à cette femme.

Si l'attribut était la lanterne, nous aurions ici la Persique.

 

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

6. La Sibylle tenant un cierge.

.

Plusieurs de ces femmes tiennent comme attribut identique un cierge (comme la Libyque), ce qui est troublant.

.

 

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

7.Une Sibylle tenant un livre ouvert et un cierge.

.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

 

8.Une Sibylle tenant un livre ouvert et un cierge.

.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

9.Une Sibylle levant la main droite et tenant un coffre.

.

 

La Main, paume de face pourrait évoquer la Tiburtine, qui tient dans sa main, et de façon distincte, la main du bourreau giflant le Christ lors de la Passion.

.

Mais il faut admettre que ces identifications ne sont guère satisfaisantes, et que, globalement, ces Sibylles de Locmaria-Lann, assez tardives, sont maladroites et s'écartent des belles séries du XVe et XVIe siècles.

.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

10. Une Sibylle tenant un attribut indistinct.

.

Elle tient dans la main droite un objet fusiforme évoquant une petite ampoule ou bouteille, qui est peut-être le manche d'un objet brisé. Il pourrait s'agir de la Cuméenne, tenant un bol (une boule) qui  annonce la Virginité (le vase utérin qui reste scellé tout en donnant naissance à l'Enfant) .

.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Sainte Véronique.

.

Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Saint Jacques.

.

Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

 

.

SOURCES ET LIENS.

.
 

BINET (Claude) Les oracles des douze sibylles, extraicts d'un livre antique / mis en vers latins par Jean Dorat,... ; et en vers françois par Claude Binet...(Paris) 1586 BNF  RES-YB-60

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k318268r/f25.item.zoom#

https://books.openedition.org/pur/30371

 

CASTEL (Yves-Pascal), Les 70 sibylles du Finistère.

http://patrimoine.du-finistere.org/art2/ypc_sibylles.html

 

—COUFFON (René), 1988, Nouveau répertoire ...

http://backup.diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/929d131ccf0e85c0f4d63b4794d6d5e9.pdf

Mobilier : Maître-autel en kersanton, de 3,5 m. de longueur (C.). Le devant est orné de panneaux finement sculptés et d'une frise de feuillages découpés et évidés. Un ange tient une banderole portant l'inscription en caractères gothiques : "YVES. AN. DU. LAN. MIL. CINCQ. CENTS. XII." Retable en bois sculpté avec deux tabernacles superposés ; inscription : "Y. LE GVEN. R. DE. LAN. 1682." Statues anciennes : Crucifix, Vierge Mère dite Notre Dame de Locmaria, XVIIè siècle, saint Joseph, sainte Anne seule, et celles en bois autrefois dans le porche. Deux bénitiers en pierre ; l'un d'eux porte l'inscription : ".P G. 1604" - Bénitier portatif de bronze : "NOSTRE DAME DE LANDE DE LOCMARIA."

—DANIEL (Tanguy), Chapelle de Locmaria-Lann

https://www.sauvegardeartfrancais.fr/projets/plabennec-chapelle-de-locmaria-lann/

 Les récents travaux de consolidation et de restauration ont permis de redonner tout son éclat à l’architecture de la tour-clocher (en particulier en complétant la balustrade de la galerie, qui était à moitié détruite), au pied de laquelle s’ouvre l’ancienne entrée principale avec ses douze niches qui, semble-t-il, ont abrité jadis les statues des sibylles –et non des apôtres – aujourd’hui présentées à l’intérieur de l’édifice.

La statuaire n’est pas moins surprenante : si les personnages de la Vierge debout sur un croissant de lune et foulant aux pieds le serpent (XVIIe s.), de saint Joseph (XIXe s. ?) et de sainte Anne (XVIe s. ?) sont des représentations traditionnelles, celles de douze femmes dont les statues en chêne foncé (XVIe s.) ornent les murs de la chapelle le sont beaucoup moins, sans être exceptionnelles dans les églises et chapelles du Finistère ; l’une d’elles est facilement reconnaissable : sainte Véronique portant le voile de la Sainte Face, les autres étant des Sibylles, chacune portant un symbole permettant de les identifier.

 

 

DIDRON, « Les stalles allemandes », Annales archéologiques 1849 [cathédrale d'Ulm]

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203418t/f136.item


 

HEURES DE LOUIS DE LAVAL, (Horae  ad usum romanum, dites -), folio 17v

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501620s/f42.item

LECOCQ (Françoise)  2002, La Sibylle Europa, ou la Renaissance d’un symbolisme chrétien médiéval, 26 pages, in D’Europe à l’Europe, III. La dimension politique et religieuse du mythe d’Europe de l‘Antiquité à nos jours Article paru dans les Actes du Colloque D’Europe à l’Europe, III. La dimension politique et religieuse du mythe d’Europe de l‘Antiquité à nos jours (ENS-Ulm, Paris, 29-30.11.2001)Textes réunis par Odile Wattel – De Croizant Centre de Recherches A. Piganiol, Collection Caesarodunum , numéro hors-série et Christian de Bartillat éd., Tours, 2002, p155-187

https://www.academia.edu/46652839/LECOCQ_La_Sibylle_Europa_ou_la_Renaissance_d_un_symbolisme_chr%C3%A9tien_m%C3%A9di%C3%A9val

 

 

MÂLE  (Emile), 1908 L'art religieux de la fin du Moyen Age en France, ed. Colin p. 267-279.

https://archive.org/details/lartreligieuxdel00mleem/page/266/mode/2up


 

Meneau d'Anterroches (Cécile), 2020 « Georges 1er d'Amboise humaniste : les stalles du château de Gaillon, dialogue des sibylles et des vertus », Thèse, Rouen

https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-03151037/

PERENNES, Henri, "Notices sur les paroisses : Plabennec" in Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, Vol. 37, du 1938 (1938), p.167-179, 193-213.

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/3c650c05ef86fe15d59ddb6b528d5f93.pdf

"Sous le porche voûté de la tour, dont l'arcade, de forme gothique, est coupée de claveaux, on voit les statues, non des douze apôtres, mais de douze saintes, pour rappeler sans doute que le sanctuaire est dédié à la plus célèbre et la plus sainte d'entre elles. Ces statues de bois, jadis peintes et dorées, ont le costume de la fin du xvi* siècle, On y reconnaît là Véronique, tenant le voile de la Sainte Face ; une autre Sainte a pour attribut une corde, une troisième un berceau ou un lit ; deux ou trois tiennent un livre ouvert."

 

SALET ( Francis). "Les sibylles du tombeau de Philibert le Beau à Brou." In: Bulletin Monumental, tome 109, n°1, année 1951. pp. 89-90;

https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1951_num_109_1_8729_t1_00

SIMON VOSTRE 1510. Ces presentes Heures a lusaige Dangiers au long sans riens requerir avec les miracles Nostre Dame et les figures de lapocalipse et des triumphes de Cesar Heures de Simon Vostre, 1510 Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE RE-25-4

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100234554/f9.item.zoom#

.
 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sibylles Sculpture Chapelles bretonnes.
9 juillet 2021 5 09 /07 /juillet /2021 11:46

La Vierge de Pitié à l'ange de compassion du retable du chœur (bois polychrome, Norel, 1781) de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain.

.

.

Voir sur Saint-Urbain :

 

.

 

PRÉSENTATION.

 

Sur la chapelle : voir Tanguy Daniel.

Sur le retable du chevet à pans coupés :

"Du retable subsistent les ailes à colonnes torses et pilastres ; sur leur soubassement, inscription : " FAITE. PAR. MOI. NORLL. 1781. - CHARLES. LE. GALL. FABRIQVE. 1781. ", et dans les niches, statues de Notre Dame de Pitié avec un ange soutenant la main de Jésus et de saint Etienne tenant des pierres dans sa main. Au mur du chevet, panneau de bois sculpté et peint avec le Christ de l'Ascension en haut-relief. Clôture de chœur à balustres tournés, 1762." (Couffon)

Et en 2003 avant restauration :

"Les travaux récents n’ont pas encore permis la remise en place de la totalité du mobilier. Le maître-autel en tombeau galbé n’est plus surmonté du retable qui datait de 1781 ; le groupe de la Pietà à quatre personnages, en bois polychrome (XVIIe s.), ainsi qu’une statue de saint Étienne, revêtu de sa dalmatique de diacre, tenant d’une main la palme du martyre et de l’autre les pierres de sa lapidation, reposent sur le plancher du chœur."

.

 

 

 

 

Chœur de la chapelle de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Chœur de la chapelle de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

.

.

 

L'inscription peinte.

.

 FAITE PAR MOY NORLL 1781. - CHARLLES  LE  GALL FABRIQVE 1781.  

 

 

1°) NORLL.

Le Dictionnaire des artistes et artisans d'Yves-Pascal Castel nous donne une information sur le premier nom mentionné :

"NOREL. Peintre vitrier. Sa signature figure sur la pietà de la chapelle de Trévarn , en Saint-Urbain , avec la date de 1781 . Travaille à Sizun en 1784 ( pour 8 livres 10 sols ), en 1786 ( 5 livres 10 sols ), en 1787 ( 12 livres ) et 1791 ; au Tréhou en 1792. ( Voir Nory ) . Arch . dép ."

 

NORY Peintre vitrier . A Locmélar , en 1789 , reçoit 18 livres pour des vitrages au dessus de l'autel de saint Hervé et à la sacristie. De plus, « décrasse » le tableau de saint Hervé. La mauvaise graphie du nom fait qu'on est tenté de le confondre avec un NORET, œuvrant à Locmélar en 1785, et avec un NOREL (cf.)

2°) Charles Le Gall.

Les généalogistes reconnaissent là Charles Marie LE GALL,  un cultivateur né en 1751 au manoir de Kerguern en Dirinon et décédé en 1816 à Cleus Braz (hameau proche de Trévarn). Il est très émouvant de retrouver ici le frère de Jérôme LE GALL, dont le nom est gravé sur le bénitier du fond de la nef avec la date de son décès en 1776 (voir mon article sur les inscriptions).

Charles Le Gall a épousé Marie-Anne LE BRIS en juin 1785 à Trévarn.

 

https://gw.geneanet.org/fernandl?lang=fr&pz=emma&nz=le+roux&p=jerome&n=le+gall&oc=3

.

.

LE RETABLE COTÉ GAUCHE : LA VIERGE DE PITIÉ.

.

.

Il est difficile de savoir si la niche de ce retable à colonne torve et rinceaux est destinée à recevoir  la Vierge de Pitié qui s'y trouve aujourd'hui.

Il est délicat d'attribuer à ce groupe sculpté la date de 1781 portée par l'inscription.

.

Retable du chœur de la chapelle de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable du chœur de la chapelle de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

.

.

La Vierge de Pitié à l'ange de compassion (bois polychrome).

C'est cet ange, agenouillé aux pieds du Christ et approchant la main ensanglantée de son visage, qui retient l'attention.

D'autant que le thème de la Vierge de Pitié aux anges de tendresse apparaît en Basse-Bretagne au XVe siècle.

Dans son ouvrage, E. Le Seac'h, après avoir décrit le calvaire de Tronoën (vers 1470) et le geste charmant des anges qui y écartent le voile de la Vierge de Pitié, consacre un paragraphe  à cette gestuelle de l'ange de douceur de quelques sept pietà sortis du même atelier  du Maître de Tronoën (à Kerbreudeur et ossuaire de Saint-Hernin, calvaires de Béron et Moustoir à Châteauneuf-du-Faou, Croas-an-Teurec à Saint-Goazec, Collorec, Laz, Saint-Trémeur de Carhaix, Kergloff, Le Moustoir, Plusquellec, Pennanvern à Gourin).

Puis elle décrit "les héritiers de la gestuelle de l'ange", dans cinq piétà du Finistère à Plonévez-du-Faou, Plozévet, Penmarc'h et Névez — toutes en pierre calcaire polychrome—, au Faouët (granite) et à Meslan (granite polychrome).

Ces anges sont déjà présents sur la Grande Pietà Ronde conservée au Louvre et peinte par Jean Malouel au début du XVe siècle.

— Sur les anges de compassion, et la gestuelle de l'ange, voir :

.

.


 

 

 

 

La Vierge de Pitié à l'ange de compassion de Trévarn.
La Vierge de Pitié à l'ange de compassion de Trévarn.
Retable du chœur de la chapelle de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable du chœur de la chapelle de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

.

.

LE RETABLE DE DROITE : SAINT ÉTIENNE.

.

Le saint vêtu de la dalmatique des diacres (cf. Actes des Apôtres) présente les pierres de sa lapidation et porte la palme de son martyre. L'ange présent à sa droite n'est pas accordé à la scène (il est agenouillé en adoration vers le tabernacle), ce qui renforce l'impression d'un remontage d'éléments composites (comme sur le retable nord). 

.

 

Retable du chœur de la chapelle de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable du chœur de la chapelle de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

.

.

Le médaillon du sommet : l'Ascension du Christ.

.

Médaillon sommital du chœur de la chapelle de Trévarn. Photographie Brigitte Thibault 4 juillet 2021.

Médaillon sommital du chœur de la chapelle de Trévarn. Photographie Brigitte Thibault 4 juillet 2021.

.

.

.

NOTRE BONUS : NOTRE-DAME DE TRÉVARN.

.

C'est une Vierge à l'Enfant, mais dont la particularité est que la Vierge "apprend à lire" à son Fils en lui présentant un livre ouvert, ce qui évoque la scène analogue d'Anne éducatrice de la Vierge enfant.

Toute la subtilité, toute la profondeur théologique et spirituelle provient du fait que c'est la Vierge qui pose les yeux sur la page ouverte, tandis que l'enfant, qui regarde au loin, pose l'index sur la page. Autrement dit, il commente et révèle à sa Mère le sens des Écritures, avec la même science dont il fera preuve dans l'épisode évangélique de Jésus parmi les Docteurs de la Loi.

La Vierge est couronnée, ses longs cheveux tombent dans son dos, elle est légèrement déhanchée et porte une robe dorée sous un manteau bleu. L'enfant, aux cheveux courts, porte une tunique rouge qui descend jusqu'à ses pieds nus. La main gauche de la mère, qui supporte son fils assis, est gracieusement rendue.

.

 

 

Notre-Dame de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Notre-Dame de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Notre-Dame de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Notre-Dame de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Notre-Dame de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Notre-Dame de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Notre-Dame de Trévarn. Photographie Brigitte Thibault 4 juillet 2021.

Notre-Dame de Trévarn. Photographie Brigitte Thibault 4 juillet 2021.

.

.

DU COTÉ DROIT : SAINT JOSEPH (?).

.

Il est pieds nus et tient en main gauche une tige verte.

.

Notre-Dame de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Notre-Dame de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Notre-Dame de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Notre-Dame de Trévarn. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

.

.

 

SOURCES ET LIENS.

.

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988, Notice de Saint-Urbain

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/185205eb407bd5b842b7d8155b41425a.pdf

 

 — DANIEL (Tanguy), 2003, La sauvegarde de l'art français , cahier · Numéro 16 - Page 161

https://www.sauvegardeartfrancais.fr/projets/saint-urbain-chapelle-notre-dame/

"La commune de Saint-Urbain, située à quelques kilomètres au sud de Landerneau, a été constituée, lors de la Révolution, par la réunion de deux trèves détachées de la paroisse de Dirinon et devenues communes en 1790 : la trève de Saint-Urbain et la trève de Trévarn. En 1792, la commune de Trévarn fut rattachée à Saint-Urbain. Après le Concordat, Saint-Urbain devint paroisse, Trévarn n’étant plus que simple chapelle, dédiée à Notre-Dame.

C’est son statut d’ancienne église tréviale qui explique sans doute l’importance de cette dernière. L’existence d’une église en ce lieu est attestée depuis le Moyen Âge : en 1219 est mentionnée là une ecclesia sancti Baharni (nom de saint obscur) ; en 1324, le village portait le nom de Treffbarn. Ultérieurement, l’église fut dédiée à Notre-Dame-de-Pitié. Aujourd’hui, le placitre est entouré d’un mur d’enclos que l’on franchit par une ouverture encadrée de deux piliers supportant les statues en kersanton de saint Sébastien et de l’ermite saint Antoine. Un calvaire du XVIe s. porte une représentation du Christ aux Liens, une autre du Christ en Croix, le groupe d’une Pietà et, sur les extrémités de la traverse, deux saints dont saint Pierre. Les têtes du Christ en Croix et d’une sainte Femme, dont le style diffère de celui des autres, portent la marque de l’atelier du sculpteur landernéen Roland Doré (première moitié du XVIIe siècle). Hors de l’enclos, une fontaine de dévotion est l’indice, très vraisemblablement, de l’origine ancienne du lieu de culte.

L’église, en pierre de Logonna aux chaudes couleurs, a été construite à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe s. (plusieurs inscriptions portent les dates de 1666, 1683, 1700, 1701, 1719), selon un plan simple de croix latine, avec une abside à pans coupés. La façade occidentale est très dépouillée : un grand mur-pignon dans lequel s’ouvre un portail en plein cintre avec entablement en faible saillie, reposant sur deux colonnes en kersanton, le tout surmonté d’un clocher à une seule galerie, deux chambres de cloches et une courte flèche. Du côté sud, le transept fait une énorme saillie sur le mur gouttereau : de façon inhabituelle, il est percé d’une grande fenêtre et d’une porte en plein cintre datée 1700, (dont l’agrafe représente un angelot) ; elle est flanquée de deux pilastres ; son fronton cintré abrite une statuette de la Vierge. Une porte identique s’ouvre sur la nef, mais l’agrafe est ici constituée d’une simple volute. Une petite sacristie d’angle a été construite entre le bras sud du transept et le chevet.

Les travaux récents n’ont pas encore permis la remise en place de la totalité du mobilier. Le maître-autel en tombeau galbé n’est plus surmonté du retable qui datait de 1781 ; le groupe de la Pietà à quatre personnages, en bois polychrome (XVIIe s.), ainsi qu’une statue de saint Étienne, revêtu de sa dalmatique de diacre, tenant d’une main la palme du martyre et de l’autre les pierres de sa lapidation, reposent sur le plancher du chœur.

La chaire à prêcher a été démontée, et une partie de ses éléments sont remisés dans le bras nord du transept, où un autel est surmonté d’un grand retable du Rosaire, en bois polychrome : dans le corps central, le tableau qui représentait l’Enfant Jésus debout sur le globe du monde, a disparu – il avait lui-même succédé à une représentation du groupe du Rosaire -, mais subsistent treize médaillons sur les quinze traditionnels, et une longue inscription en breton, datant du xixe siècle : Ra zeuio en hano Jesus / Peb glin da staouet en ÂÂ / var an Douar ac en ifern / a ra zeui peb Teod da anzao / penaus on autrou Jesus Christ / a so asezet e gloar Doue an Tad (« Qu’en vienne, au nom de Jésus, / chaque genou à plier, au ciel, / sur la terre et en enfer, / et qu’en vienne chaque langue à reconnaître / comment Notre Seigneur Jésus-Christ / est assis dans la gloire de Dieu le Père ») ; de part et d’autre, des niches encadrées de colonnes torses à pampres abritent, à gauche un groupe de sainte Anne et de la Vierge portant l’Enfant Jésus, à droite un groupe de saint Yves entre le Riche et le Pauvre (groupe qui, à l’origine, ne figurait probablement pas dans ce retable, puisqu’on peut lire sous la niche le nom de Joseph) ; chacune de ces niches est elle-même surmontée d’une niche plus petite servant de cadre à des statuettes d’évêques non identifiés.

Le reste de la statuaire, dans le transept, comprend un panneau de bois polychrome représentant l’Ascension, une statue de la Vierge tenant un livre ouvert sur les genoux de l’Enfant qu’elle porte sur le bras gauche (c’est Notre-Dame de Trévarn), et la statue d’un saint non identifié.

Au fond de la nef, près de la porte occidentale, deux bénitiers en pierre : l’un, en forme de vasque ovale décorée d’un angelot et d’un écusson martelé, porte la date de 1666, un autre, de forme cylindrique, celle de 1776 ; une pierre tombale en ardoise remonte à 1719.

D’importants travaux de restauration ont été entrepris au cours de la dernière décennie. Entre 1992 et 1996, avec l’aide d’une association locale, la commune a fait procéder à des interventions sur le clocher et la nef. À cette occasion, de graves désordres sont apparus dans la charpente, et un échafaudage de soutien fut placé dans le chœur ; par la suite, la charpente a été entièrement reprise, en gardant le maximum d’éléments d’origine ; arbalétriers, entraits, voliges, couverture d’ardoises ont été changés.

La Sauvegarde de l’Art français a participé au financement de ces travaux pour une somme de 24 392 € qui ont été versés en 2001. "T. D.

 

— LE GUENNEC (Louis), 1981,  Le Finistère monumental, t. III. Brest et sa région, Quimper, 1981, p. 562-564.

POL DE COURCY signale à Trévarn la présence d'une roue de la fortune comme à Confort

Note : en 1721, les armes des Rohan furent apposées sur la façade de la chapelle de Trévarn.

— POP-CULTURE. PA29000036 (2000-2001)

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/memoire/AP12R01767

"L'existence d'un lieu de culte à Trévarn est attestée au 12e siècle : lors de la seconde fondation de l'abbaye de Daoulas en 1172 par Guiomar de Léon et sa femme Nobile, l'église Sanctii Baharnii lui fut donnée à perpétuité. Jusqu'en 1805 elle constituait une trêve de Dirinon. L'édifice présente un plan en croix latine avec transept saillant et chevet à trois pans. Sur le bras sud du transept se trouve une petite sacristie de plan carré, greffée à l'est. L'édifice actuel est daté par inscriptions intérieures et extérieures. Les travaux de construction s'échelonnent entre 1682 et 1701. Dans le placître, côté sud, se trouve un calvaire à personnages restauré partiellement par le sculpteur Landernéen Roland Doré vers 1630."

 

—LES AMIS DE TRÉVARN, BLOG :

http://les-amis-de-trevarn.over-blog.com/links.html

—SAINT-URBAIN PATRIMOINE

https://www.saint-urbain.com/patrimoine-historique/patrimoine

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sculpture Chapelles bretonnes. Vierges de Pitié
8 juillet 2021 4 08 /07 /juillet /2021 14:32

Saint Yves entre le Riche et le Pauvre et le retable nord (XVIIe siècle ; XIXe siècle) de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain.

 

 

.

.

 

 

.

Voir sur Saint-Urbain :

 

.

.

 

 

 

 

 

— Voir  sur les groupes de Saint Yves entre le Riche et le Pauvre :

.

.

PRÉSENTATION.

La chapelle de Trévarn est dédiée à Notre Dame. Ancienne église tréviale de Dirinon jusqu'en 1792, puis rattachée à Saint-Urbain, elle était au XVIIIe siècle sous le vocable de Notre-Dame de Pitié.

En forme de croix latine avec chevet à pans coupés, elle date de la fin du XVIIe siècle et des débuts du XVIIIe siècle (1682-1701) mais son mobilier fut complété jusqu'à la fin du XVIIIe.

.

.

LE RETABLE NORD.

.

C'est un ensemble composite du XVIIIe et XIXe siècle rassemblant autour d'un élément central jadis dédié à Notre-Dame du- Rosaire  divers statues ou groupes d'origine extérieure et inconnue.

.

Une partie centrale forme un rectangle entouré de treize médaillons consacrés aux mystères (joyeux, douloureux et glorieux) du Rosaire. Ces mystères étant toujours au ombre de quinze, il en manque donc deux.

Le panneau central  a peut-être été occupé par la Remise du Rosaire à saint Dominique Guzman et sainte Catherine de Sienne, comme partout ailleurs, mais ce sujet a été remplacé par une peinture sur bois représentant l'Enfant Jésus en Sauveur du Monde, debout sur le globe sous la bénédiction de Dieu le Père et entouré d'anges portant la colonne et la croix des Instruments de la Passion.

Sous ce panneau, un autre porte une inscription peinte en breton  datant du XIXe siècle : 

Ra zeuio en hano Jesus / Peb glin da staouet en ÂÂ / var an Douar ac en ifern / a ra zeui peb Teod da anzao / penaus on autrou Jesus Christ / a so asezet e gloar Doue an Tad 

« Qu’en vienne, au nom de Jésus, / chaque genou à plier, au ciel, / sur la terre et en enfer, / et qu’en vienne chaque langue à reconnaître / comment Notre Seigneur Jésus-Christ / est assis dans la gloire de Dieu le Père »

De part et d’autre, des niches encadrées de colonnes torses à pampres abritent, à gauche un groupe de sainte Anne (ou Elisabeth ?) et de la Vierge à l’Enfant, à droite un groupe de saint Yves entre le Riche et le Pauvre (groupe qui, à l’origine, ne figurait probablement pas dans ce retable, puisqu’on peut lire sous la niche le nom de Joseph) ; chacune de ces niches est elle-même surmontée d’une niche plus petite servant de cadre à des statuettes d’évêques non identifiés. (d'après T. Daniel)

.

 

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

.

.

LE GROUPE DE SAINT YVES ENTRE LE RICHE ET LE PAUVRE. BOIS POLYCHROME, 1ERE MOITIÉ XVIIe SIÈCLE.

.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

.

Saint Yves, au centre et placé sur une estrade qui le surélève, porte sur la tête la barrette des recteurs (il a été recteur de Louannec les onze dernières années de sa vie) et il est vêtu d'une cotte talaire (qui descend jusqu'aux talons, mais laisse voir ses solides chaussures ) de couleur noire, d'un surplis blanc et d'un camail noir  qui couvre ses épaules. Autrement dit, il n'est pas représenté en juriste, conforme à ses fonctions d'official du diocèse de Tréguier, juge des affaires relevant des compétences religieuses. Néanmoins, il écarte les bras, jambe droite avancée, dans un geste d'éloquence judiciaire. Il n'est tourné ni vers le Riche, ni vers le Pauvre.

Saint Yves, —comme les médecins anargyres Côme et Damien qui soignaient gratuitement —, exerce la justice en toute indifférence des sommes qu'on lui propose : il juge "en droit". 

.

 

 

 

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

 

.

.

Le Pauvre.

.

À sa droite, le Pauvre est pieds nus, tête nue, vêtu d'un sarrau jaune ouvert devant les cuisses (pour faciliter les travaux des champs) et serré par une ceinture. Il ne porte ni braies (bragou), ni guêtres (huseaux), c'est donc la version minimale du costume paysan.

Mais à l'inverse, l'artiste n'a pas versé dans le misérabilisme et n'a montré ni empiècement ni déchirures et pas d'avantage de blessure, d'amputation, de déformation des membres, d'orthèses ou de cannes, à l'inverse de divers groupes analogues.

Il porte sur le bras gauche un bissac dont le fond est moulé sur des objets arrondis. Il s'agit très vraisemblablement des pièces de son procès. La rhétorique est la suivante : le Pauvre s'épuise à défendre la justesse de sa cause par de nombreux écrits (dont la rédaction par des officiers et auxiliaires le ruine), tandis que le Riche se contente de tendre au juge une simple pièce d'or, et gagne le procès. 

Aujourd'hui, le Pauvre, monsieur Casauce,  sera défendu par l'Aide juridictionnelle, mais gagnerait-il face au brillant et influent avocat d'affaire largement rétribué ?

.

 

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

.

.

Le Riche.

.

Ce dernier, et c'est la loi du genre, est haut en couleurs, fort pittoresque, et attire nos regards. Nous admirons son couvre-chef et son volumineux bijou central, sa perruque bouclée et poudrée, sa moustache Louis XIII, son pourpoint rouge (ne porte pas cette couleur qui veut) à large col blanc rabattu et à parements bleus, fermée par devant par une série de petits boutons ronds, ses hauts-de-chausse cramoisis, ses bas noués par un ruban bleu, et ses chaussures vernis et à tige.

Sa posture ne témoigne pas de l'éloquence judiciaire, mais de l'éloquence financière : la main gauche sur son aumônière bien mal nommée, mais bien pleine et bien ornée de glands de passementerie, et les doigts de la main droite tendant au juge un louis d'or, aujourd'hui perdu.

.

.

.

Les colonnes.

Elles sont ornées de rinceaux de vigne, symbole eucharistique, et dont les oiseaux viennent picorer les grappes.

.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Retable nord (XVIIe siècle), chapelle de Trévarn en Saint-urbain. Photographie lavieb-aile 4 juillet 2021.

Photo Brigitte Thibault 4 juillet 2021.

Photo Brigitte Thibault 4 juillet 2021.

Photo Brigitte Thibault 4 juillet 2021.

Photo Brigitte Thibault 4 juillet 2021.

.

.

Remarque.

Si nous nous basons sur la moustache, la perruque et le vêtement du Riche, nous datons le groupe d'Yves et les Plaideurs du règne de Louis XIII, soit avant 1643. Ce qui suppose qu'il soit antérieur à la chapelle actuelle, dont la construction a débuté vers 1682 (date inscrite sur le clocher). Mais tout indique que l'édifice actuelle était précédé d'autres sanctuaires.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

— AVRIL (Yves), DE CHARNACÉ (Suzanne), 2021, Saint Yves en images. Ed. Hugues de Chivré.

 

 

COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988, Notice de Saint-Urbain

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/185205eb407bd5b842b7d8155b41425a.pdf

 

 — DANIEL (Tanguy), 2003, La sauvegarde de l'art français , cahier · Numéro 16 - Page 161

https://www.sauvegardeartfrancais.fr/projets/saint-urbain-chapelle-notre-dame/

"La commune de Saint-Urbain, située à quelques kilomètres au sud de Landerneau, a été constituée, lors de la Révolution, par la réunion de deux trèves détachées de la paroisse de Dirinon et devenues communes en 1790 : la trève de Saint-Urbain et la trève de Trévarn. En 1792, la commune de Trévarn fut rattachée à Saint-Urbain. Après le Concordat, Saint-Urbain devint paroisse, Trévarn n’étant plus que simple chapelle, dédiée à Notre-Dame.

C’est son statut d’ancienne église tréviale qui explique sans doute l’importance de cette dernière. L’existence d’une église en ce lieu est attestée depuis le Moyen Âge : en 1219 est mentionnée là une ecclesia sancti Baharni (nom de saint obscur) ; en 1324, le village portait le nom de Treffbarn. Ultérieurement, l’église fut dédiée à Notre-Dame-de-Pitié. Aujourd’hui, le placitre est entouré d’un mur d’enclos que l’on franchit par une ouverture encadrée de deux piliers supportant les statues en kersanton de saint Sébastien et de l’ermite saint Antoine. Un calvaire du XVIe s. porte une représentation du Christ aux Liens, une autre du Christ en Croix, le groupe d’une Pietà et, sur les extrémités de la traverse, deux saints dont saint Pierre. Les têtes du Christ en Croix et d’une sainte Femme, dont le style diffère de celui des autres, portent la marque de l’atelier du sculpteur landernéen Roland Doré (première moitié du XVIIe siècle). Hors de l’enclos, une fontaine de dévotion est l’indice, très vraisemblablement, de l’origine ancienne du lieu de culte.

L’église, en pierre de Logonna aux chaudes couleurs, a été construite à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe s. (plusieurs inscriptions portent les dates de 1666, 1683, 1700, 1701, 1719), selon un plan simple de croix latine, avec une abside à pans coupés. La façade occidentale est très dépouillée : un grand mur-pignon dans lequel s’ouvre un portail en plein cintre avec entablement en faible saillie, reposant sur deux colonnes en kersanton, le tout surmonté d’un clocher à une seule galerie, deux chambres de cloches et une courte flèche. Du côté sud, le transept fait une énorme saillie sur le mur gouttereau : de façon inhabituelle, il est percé d’une grande fenêtre et d’une porte en plein cintre datée 1700, (dont l’agrafe représente un angelot) ; elle est flanquée de deux pilastres ; son fronton cintré abrite une statuette de la Vierge. Une porte identique s’ouvre sur la nef, mais l’agrafe est ici constituée d’une simple volute. Une petite sacristie d’angle a été construite entre le bras sud du transept et le chevet.

Les travaux récents n’ont pas encore permis la remise en place de la totalité du mobilier. Le maître-autel en tombeau galbé n’est plus surmonté du retable qui datait de 1781 ; le groupe de la Pietà à quatre personnages, en bois polychrome (XVIIe s.), ainsi qu’une statue de saint Étienne, revêtu de sa dalmatique de diacre, tenant d’une main la palme du martyre et de l’autre les pierres de sa lapidation, reposent sur le plancher du chœur.

La chaire à prêcher a été démontée, et une partie de ses éléments sont remisés dans le bras nord du transept, où un autel est surmonté d’un grand retable du Rosaire, en bois polychrome : dans le corps central, le tableau qui représentait l’Enfant Jésus debout sur le globe du monde, a disparu – il avait lui-même succédé à une représentation du groupe du Rosaire -, mais subsistent treize médaillons sur les quinze traditionnels, et une longue inscription en breton, datant du xixe siècle : Ra zeuio en hano Jesus / Peb glin da staouet en ÂÂ / var an Douar ac en ifern / a ra zeui peb Teod da anzao / penaus on autrou Jesus Christ / a so asezet e gloar Doue an Tad (« Qu’en vienne, au nom de Jésus, / chaque genou à plier, au ciel, / sur la terre et en enfer, / et qu’en vienne chaque langue à reconnaître / comment Notre Seigneur Jésus-Christ / est assis dans la gloire de Dieu le Père ») ; de part et d’autre, des niches encadrées de colonnes torses à pampres abritent, à gauche un groupe de sainte Anne et de la Vierge portant l’Enfant Jésus, à droite un groupe de saint Yves entre le Riche et le Pauvre (groupe qui, à l’origine, ne figurait probablement pas dans ce retable, puisqu’on peut lire sous la niche le nom de Joseph) ; chacune de ces niches est elle-même surmontée d’une niche plus petite servant de cadre à des statuettes d’évêques non identifiés.

Le reste de la statuaire, dans le transept, comprend un panneau de bois polychrome représentant l’Ascension, une statue de la Vierge tenant un livre ouvert sur les genoux de l’Enfant qu’elle porte sur le bras gauche (c’est Notre-Dame de Trévarn), et la statue d’un saint non identifié.

Au fond de la nef, près de la porte occidentale, deux bénitiers en pierre : l’un, en forme de vasque ovale décorée d’un angelot et d’un écusson martelé, porte la date de 1666, un autre, de forme cylindrique, celle de 1776 ; une pierre tombale en ardoise remonte à 1719.

D’importants travaux de restauration ont été entrepris au cours de la dernière décennie. Entre 1992 et 1996, avec l’aide d’une association locale, la commune a fait procéder à des interventions sur le clocher et la nef. À cette occasion, de graves désordres sont apparus dans la charpente, et un échafaudage de soutien fut placé dans le chœur ; par la suite, la charpente a été entièrement reprise, en gardant le maximum d’éléments d’origine ; arbalétriers, entraits, voliges, couverture d’ardoises ont été changés.

La Sauvegarde de l’Art français a participé au financement de ces travaux pour une somme de 24 392 € qui ont été versés en 2001. "T. D.

 

LE GUENNEC (Louis), 1981,  Le Finistère monumental, t. III. Brest et sa région, Quimper, 1981, p. 562-564.

— POL DE COURCY signale à Trévarn la présence d'une roue de la fortune comme à Confort

— POP-CULTURE. PA29000036 (2000-2001)

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/memoire/AP12R01767

"L'existence d'un lieu de culte à Trévarn est attestée au 12e siècle : lors de la seconde fondation de l'abbaye de Daoulas en 1172 par Guiomar de Léon et sa femme Nobile, l'église Sanctii Baharnii lui fut donnée à perpétuité. Jusqu'en 1805 elle constituait une trêve de Dirinon. L'édifice présente un plan en croix latine avec transept saillant et chevet à trois pans. Sur le bras sud du transept se trouve une petite sacristie de plan carré, greffée à l'est. L'édifice actuel est daté par inscriptions intérieures et extérieures. Les travaux de construction s'échelonnent entre 1682 et 1701. Dans le placître, côté sud, se trouve un calvaire à personnages restauré partiellement par le sculpteur Landernéen Roland Doré vers 1630."

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sculpture Chapelles bretonnes. Saint Yves
7 juillet 2021 3 07 /07 /juillet /2021 15:49

.

.

La chapelle de Trévarn est dédiée à Notre Dame. Ancienne église tréviale de Dirinon, elle était au XVIIIe siècle sous le vocable de Notre-Dame de Pitié.

En forme de croix latine avec chevet à pans coupés, elle date de la fin du XVIIe siècle et des débuts du XVIIIe siècle .

Situation 

 

On note, comme c'est la règle pour nombre des chapelles bretonnes, sa situation à 300 mètres en hauteur d'une rivière, ici la Mignonne qui s'achemine vers Daoulas, avec sa fontaine alimentant un petit ruisseau qui s'y jette. Juste en face, sur l'autre rive du vallon, nous repérons les fontaines de Saint-Divy et de Sainte-Nonne, déjà présentées dans ce blog dans les articles consacrés à Dirinon.

Qui dit rivière, dit moulin, et donc propriété des nobles, ou ici sans doute des abbés de Daoulas. Et si ces moulins sont à eau, ils peuvent être moulins à foulons. Voir sur un autre ruisseau, mais dépendant de la trève de Trévarn, le moulin de Guern ar C'hoadig relevant de la seigneurie du Plessis.

On pourra aussi localiser sur la carte les écarts de Cleuz-Braz et de Penbran, retrouvés associés à Trévarn sur les actes paroissiaux.

Le hameau de Cleuz-Bras  compte une quinzaine d'habitations sur les cartes.

https://remonterletemps.ign.fr/comparer/basic?x=-4.248079&y=48.380112&z=16&layer1=ORTHOIMAGERY.ORTHOPHOTOS&layer2=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.MAPS.SCAN-EXPRESS.STANDARD&mode=doubleMap

https://remonterletemps.ign.fr/comparer/basic?x=-4.245544&y=48.377632&z=15&layer1=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.ETATMAJOR40&layer2=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.CASSINI&mode=doubleMap

.

Les inscriptions font revivre, si on les croise avec les travaux des généalogistes, des familles installées à Trévarn et Cleuz Braz et enrichies dans la production et le commerce des toiles de lin :

"Après une étude sur le cadastre et la toponymie voici 3 ans, Jean-Luc et Marie-Louise Richard persistent et signent une étude « au temps du lin » avec le concours des amis de Trévarn et du patrimoine et de livre échange. C'est en consultant les archives départementales sur les inventaires après décès au XVIII e sur Saint Urbain, que Jean-Luc et Marie-Louise Richard se sont rendus compte que le lin était omniprésent dans les foyers sous la forme de gros fil, de toile fine, de fil d'étoupe, de fil de reparon. Les marchands de toile, les julods étaient nombreux et riches." (Le Télégramme 1-11-2000)

 

"De la renaissance au siècle des Lumières, les graines de lin en provenance de la Baltique sont débarquées au port de Roscoff et semées sur les terres de la zone côtière riches en alluvions. Semé au printemps dans des terres chaudes, le lin fleurit 100 jours plus tard. Arraché à la main pour récupérer des tiges les plus longues possibles, il subit une suite d’opérations pour séparer les différents éléments qui le composent : graines, fibres, bois. Les opérations de transformation demandent une main d’œuvre importante et qualifiée. La fibre est d’abord travaillée sur place par les paysans (arrachage, égrenage, rouissage), puis vendue pour être transformée dans l’arrière-pays. Teillage, filage et blanchiment sont les étapes suivantes. Les « poull-lin », mare d’eau servant à rouir les fibres de lin, et « kanndi », lieu de blanchissage des fils de lin, témoignent de cette activité. Le fil de lin blanchi et tissé sert à produire des toiles, les « crées », dont la fabrication répond à un règlement. Tissage, pliage, longueur, largeur sont contrôlés au bureau des toiles tenu par les négociants sur la place du Marché, au 1er étage des Halles (aujourd’hui disparues). Elles sont ensuite exportées via les ports autorisés (Morlaix et Landerneau) vers l’Angleterre, l’Espagne et le Nouveau Monde." (Guide EPL)

En effet les "fabriques" de Trévarn, recrutés comme ailleurs parmi les notables aisés, sont parfois qualifiés de "marchands" ou d'Honorable Homme sur les actes paroissiaux.

On sait que les enclos paroissiaux du Léon sont étroitement liés à la prospérité économique générée par le commerce des toiles de lin et de chanvre commercialisés par les ports de Landerneau et de Saint-Pol/Roscoff.

On visite encore les maisons buandières ou kandii, notamment celle de Penbran.

 

 

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

 

LES INSCRIPTIONS DANS L'ORDRE CHRONOLOGIQUE.

.

Pour mention. Sur la base de la statue de saint Antoine à l'entrée de l'enclos est gravée le nom LEON. Cette statue de kersanton est attribuée à l'atelier Prigent (1527-1577).

 

.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

.

 

Les fonts baptismaux (ou "bénitier"). 1666.

Le bénitier mesure 93 centimètres de haut, 70,7 centimètres de large et 51,5 centimètres de profondeur (Le Seac'h).

La vasque ovale en kersantite est sculptée de godrons en creux et de  têtes ailés. Un blason martelé avec l'écu en bannière et encadré de palmes ne permet pas une attribution.

L'inscription en réserve occupe un cartouche :

 

 

 DOM . GVENOLE. CARIOV/CVRE / F. MORVAN. F:  1666. 

.

Soit "Dom (dominicain) Guénolé Cariou curé; F[rançois] Morvan fabricien  1666"

.

Note :  cette vasque m'évoque celles sculptées en kersantite par Jean Le Bescont en 1675 (et 1715) à Ploudiry, et d'avantage encore (à cause des têtes d'anges) celle qu'il sculpta à La Martyre en 1681.

Voir aussi :

Dossier pdf : "Cuves baptismales et fonts baptismaux : évolution formelle au XVIIe siècle"

http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/CATALOGUES/fontsbapt/fontsbapt_hist17e/html/fontsbapt_hist17e.html#fig12

Mais Emmanuelle Le Seac'h attribue (p. 352) la vasque à l'atelier de Roland Doré, tout en mentionnant qu'en 1666, ce sculpteur est décédé. Elle décrit les têtes ailées avec précision :

"Les plumes de leurs ailes sont disposées sur trois niveaux des plus petites aux plus grandes vers le bas. Sur deux têtes, les cous sont ornés d'une collerette froncée. Les yeux aux iris creusées et leurs cheveux méchés disposés comme une perruque rappellent les têtes des gisants ou des nobles du sculpteur."

Elle ajoute :

"Les sculptures ont dû être réalisées du vivant de Roland Doré et la finition avec la datation assurée par des compagnons du sculpteur après sa mort. Que devenaient les ouvriers qui y étaient employés après la mort de leur maître ? Étaient-ils autorisés à copier son style ? C'est peu probable et cette pièce est la seule qui soit retrouvée après sa mort. Les ouvriers ont dû trouver à s'employer ailleurs, peut-être dans l'atelier de Jean Le Bescont (vers 1664-1682)"

 

.

 

Ces fonts attesteraient d'une construction de la chapelle dès le troisième tiers du XVIIe siècle, en débutant par le fond de la nef, ou plutôt d'un édifice antérieur — dont atteste le calvaire du XVIe siècle — réédifié progressivement en partant de la nef et en progressant vers le chœur.

.

1°) Dom Guénolé Cariou.

Je ne trouve pas mention de ce Guénolé CARIOU à Trévarn (on sait que les curés exercent leur fonction dans le bourg dont ils sont natifs), mais une famille CARIOU est établie à Trévarn à cette époque :

https://gw.geneanet.org/marchadour?lang=fr&pz=marie+christine&nz=marchadour+le&p=denis&n=cariou

2°. F. Morvan.

On peut lire François Morvan plus probablement que Fabrique Morvan. Plusieurs François Morvan sont attestés à Trévarn, ou à Dirinon, mais un seul est compatible avec la date de 1666.

 François Morvan (Dirinon ?- ??) épouse Margaritte Quinnec en 1636, d'où dix enfants dont Goulhen, prêtre qualifié du titre de Messire et né en 1646 ; Nouel (1649-Trévarn 1705), portant le titre d'Honorable Homme, François (1652) et Olivier, marchand qualifié d'Honorable Homme. Sa fille Marie épouse à Trévarn en 1672 François INISAN. Les titres d'Honorables Hommes laissent penser qu'il s'agit d'une famille de marchands de toile, dans ce pays du lin et du chanvre.

https://gw.geneanet.org/lizennwenn?lang=fr&iz=9652&p=francois&n=morvan&oc=6

.

 

 

 

La chapelle de Trévarn en Saint-Urbain : ses inscriptions.
Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

 

.

FACE SUD DE LA TOUR DU CLOCHER SOUS LA GALERIE. 1682.

.

Elle n'a pas été déchiffrée. Je lis :

MRE : DOM : F : ROLLAND

CVRE : L : QVEMENER

H : MORVAN : R : 1682

Soit : Messire Dom F. Rolland curé, D. Quéméner [P?], H. Morvan R 1682.

1°) Le curé François Rolland est attesté comme parrain à Trévarn en 1683. La mention Dom signale qu'il s'agit d'un dominicain.

L'acte de baptême d'Alain Morvan le 10 octobre 1683 à Trévarn bourg précise : parrain François Rolland curé de Trévarn.

François Rolland, curé est également mentionné sur l'inscription de 1701.

.

2°) L. Quéméner.

Les généalogistes mentionnent Laurent Quéméner Dirinon 1655-Bourg Trévarn 1736, marié à Trévarn en 1679 avec Anne MAGUET Honorable femme, d'où au moins trois enfants mentionnnés lors de son décès, Joseph, Yves, et Goulven. La lettre effacée serait le F. le qualifiant de fabricien.

https://gw.geneanet.org/fernandl?n=quemener&oc=&p=laurent

.

3°) H. Morvan .

La famille Morvan est bien attestée à Trévarn. On trouve notamment un Hervé MORVAN (Trévarn, 1652-Bourg, Trévarn, 1723), qui a épousé Catherine Morvan, dont sept enfants dont Olivier né en 1678.

La lettre qui suit son nom, et où je crois reconnaître un R. serait plus volontiers un F.

https://gw.geneanet.org/ganderge?n=morvan&oc=&p=herve

.

 

 

 

 

 

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

Inscription de la sablière nord  (à l'intérieur, dans la nef) :1683.

.

 

HONORABLES MARCHANDS PIERRE MOBIAN ET IEAN DENIEL MARGVILLIERS. 1683. 

.

La mention "marguillier" est équivalente à "fabricien" : ils sont élus chaque année au nombre de deux pour s'occuper des comptes de la fabrique et superviser les travaux.

 

Après le clocher, la construction progresse d'ouest vers l'est. La nef est bâtie en 1683, puis il faut attendre 18 ans avant de voir s'élever le transept sud et, a priori, le chœur.

.

1°) Pierre Mobian.

Il s'agit sans doute de Pierre Le MAUBIAN, né à Dirinon en 1643, marié à Jeanne QUEMENEUR, puis, devenu veuf, avec Jeanne LE ROUX en 1709, mais à Saint-Divy.

https://gw.geneanet.org/mjacopin?n=le+maubian&oc=&p=pierre

.

2°) Jean Deniel.

Il est né en 1637 et décédé à Trévarn, Cleus Bras, en avril 1703. Il épouse Catherine LE SANQUER en 1675, d'où neuf enfants. Il est qualifié de "marchand de toiles"

Le curé de Trévarn François ROLLAND signe comme témoin au baptême de sa fille Marie en 1679. (cf. inscription de 1682)

En 1692, Anne Maguet, épouse de Laurent QUEMENER est la marraine de sa fille Anne. (cf. inscription de 1682)

https://gw.geneanet.org/les8jika?n=deniel&oc=10&p=jean

.

.

Photo de la sablière manquante.

.

.

.

Inscription à gauche de la porte du transept. 1700.

.

O : MORVAN : ET

G : CARIOV : F :

1700 

.

Soit O. MORVAN et G. CARIOU f[abricien] [l'an] 1700.

.

1°) O. MORVAN fabricien.

Il est plausible de voir ici le fils d'Hervé Morvan de l'inscription précédente. 

Olivier MORVAN est né le 22 février 1678 au bourg de Trévarn et décédé le 16 mars 1741 au même lieu. Il aurait donc 22 ans, âge où il peut sans doute être fabricien .

https://gw.geneanet.org/myvn29?lang=fr&iz=177&p=olivier&n=morvan&oc=590

.

2°) G. CARIOU fabricien.

Un Guillaume CARIOU, fils de Denis Cariou et Françoise ... Morvan, est né à Trévarn en 1667 et décédé à Plougastel en 1730. Il a donc 33 ans en 1700.

Il épouse en 1693 Jeanne MUSELLEC. Un Jean MUSELLEC  est fabricien en 1701 (inscription sablière nord du chœur).

https://gw.geneanet.org/pauldru?n=cariou&oc=2&p=guillaume

.

 

 

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

Inscription sur le pignon de la lucarne du transept sud. 1701.

 

M : F : ROLLAND : C/VRE : M : H : MIOSS

EC : P : P : MOBIA

N : F : D : CARIOV : F

1701 

Soit M[essire] F[rançois] Rolland curé ; Messire H. Miossec p[rêtre]; P. Mobian f[abricien], D. Cariou f[abricien] [en l'an] 1701.

.

1°) Messire François Rolland curé : cf. inscription de 1682.

Il sera le témoin d'un mariage en 1702 et d'un baptême en 1712.

https://gw.geneanet.org/mariekate1?n=rolland&oc=&p=francois

.

2°) Messire Hierosme Miossec prêtre.

 

Une plaque tombale en ardoise (voir infra), conservée dans l'église, indique : "Missire Geroum MIOSSEC decede en 1719".

Il est le parrain au baptême de Jérôme LE GALL, fils de  François LE GALL et Jeanne LE CANN, demeurant à KLeuz-Braz, en Trévarn :  : "le 12.O5.1691, LE GALL Jérôme, ¨Parrain et Marraine Messire Hierosme MIOSSEC, prêtre de Trévarn et Marie ROC'HOU, épouse de Christophe LE CANN du Brettin."

En 1684, un Hierosme MIOSSEC est nommé parmi les prêtres de Loperhet.

Voir :

https://forum.cgf.bzh/forum/phpBB3/search.php?author_id=2640&sr=posts&sid=2bd82d5d9819674061501305edb3374d

.

http://www.infobretagne.com/loperhet.htm

.

3°) P. Mobian fabricien.

La famille MOBIAN est attestée à Dirinon, sans mention de Trévarn, et sans prénom correspondant à l'initiale P.

.

4°) D. Cariou fabricien

Sans doute Denis CARIOU, fils d'Olivier, né en 1665 à Dirinon, et décédé à Trévarn Kerguélen en 1721. Il épousa Marie LE MOAL à Trévarn en 1700, d'où 5 enfants.

https://gw.geneanet.org/sbcariou?n=cariou&oc=1&p=denis

 

 

.

 

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

La sablière nord du chœur. 1701.

 

.

Elle porte l'inscription : 

-I :IAN – QUILLIEN :– :IAN : MVSSLLEC : FABRIQ : 1701

.

1°) Jean Quillien

Les généalogistes signalent René Quillien (1650-1722), d'Irvillac,  fils de Jean Quillien (1614 -1689) qui épousa à la chapelle de Trévarn Jeanne Kerdoncuff, dont 10 enfants, parmi lesquels Jean, né en 1682 et Jean, né en 1686.

https://gw.geneanet.org/fvigouroux?n=quillien&oc=3&p=jean

2°) Jean (Le) Musellec.

Un Jean Musellec (1661-Lesquivit Dirinon 1716) a épousé Françoise DENIEL (1675-1728).

https://gw.geneanet.org/loperhet69?n=musellec&oc=&p=jean

https://gw.geneanet.org/cdaviotfreefr?n=le+musellec&oc=&p=jean#note-wed-1

 

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

La plaque tombale de Jérôme Miossec . 1719.

.

Sous un calvaire à trois degrés, l'inscription est encadrée par une étole sommée d'une barrette de prêtre voire de recteur, et centrée par un calice et des palmes. On y lit :

.

 

MISSIRE :

GEROUM:

MIOSSEC:D

ECEDE : 1719

NICOLAS : PER

ROT : OLIER : --- (1721 ?)

.

Soit Missire Geroum Miossec décédé (en) 1719. Nicolas Perrot Olier (décédé en ) 1721?

.

1°) Jérôme Miossec.

Voir plus haut l'inscription de 1682.

.

2°) Nicolas Perrot.

Pas de donnée, hormis

https://gw.geneanet.org/eugenetanguy?n=perrot&oc=2&p=isabelle

Pour l'acceptation "Nicolas Perrot-Olier", voir :

https://gw.geneanet.org/menezarvel?n=olier&oc=1&p=nicolas

.

 

 

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

Le bénitier de 1776.

.

Sur un plateau carré occupant la face antérieure du bénitier de granite, on lit :

[a]ENEBA

N JERO

ME 8ALL

1776.

 . Soit A Eneban Jérôme Gall (?) 1776.

Ma leçon est confortée par les généalogistes qui mentionnent :

Jérôme LE GALL, baptisée le 18 avril 1753 au manoir de Kerguern à Dirinon, et décédé le 6 décembre 1776 à Trévarn, à l'âge de 23 ans. Il est le fils de Jérôme LE GALL  (Kerloziou Dirinon 1718-Cleuz Bras, Trévarn 1781) et de Catherine QUENECADEC (Daoulas 1728-Cleuz Bras, Trévarn 1761), qui furent parents de onze enfants. La mère, décédée à 33 ans, était la fille d'Honorable Homme Jean QUENECADEC et de Gilette KERDONCUFF, de Daoulas.

Quand à la formule initiale, elle est en breton, et on la retrouve sur un monument funéraire de 1914-1918 :

https://monumentsmorts.univ-lille.fr/monument/30611/treflaouenan-presdeleglise/

Enebañs signifie "figure, visage, traits"

 

https://gw.geneanet.org/mlerouxguenegan?n=le+gall&oc=1&p=jerome

.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

Le retable du chœur. 1781.

.

On y lit au nord :

FAICT PAR MOY -NORLL-1781 

et au sud : 

CHARLES LE GALL FABRIQUE- 1781

.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

La cloche de 1823.

.

La face accessible au photographe permet de lire :

A BREST EN 1823 POUR L'EGLISE

MARIE NOELLE PAULINE PERIN

ET MELLE PAULINE DE GOESB

DE CETTE PAROISSE NICOLAS

.

Nous la rapprocherons de l'inscription de l'église paroissiale de Saint-Urbain : le parrainage par la famille de Goesbriant leur est commune.

" IAY ETE NOMMEE MARIE THERESE DESIREE PAR HAUT ET PUISSANT SEIGNEUR MONSIEUR LE COMTE ET MADAME LA COMTESSE DE GOESBRIANT. MISSIRE IEAN KERVELLA CURE. TRANVOEZ FABRIQUE. 176( ?)./ETIENNE LE MOYNE MESTRE FONDEUR. "

On sait qu'à la Révolution, les cloches des paroisses du Finistère ont été requises pour être fondues à Brest, à l'exception d'une, nécessaire au tocsin. La cloche de Trévarn n'a sans doute pas été épargnée, et une nouvelle cloche a été commandée à la Restauration.

Pierre Désiré de Goësbriand a été maire de Saint-Urbain de 1813 à 1821 et possédait le manoir de Kerdaoulas ; il traduisit les Fables de la Fontaine en breton.  Je ne peux préciser qui est mademoiselle Pauline de Goesbriand.

.

 

 

 

 

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988, Notice de Saint-Urbain

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/185205eb407bd5b842b7d8155b41425a.pdf

POP-CULTURE. PA29000036 (2000-2001)

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/memoire/AP12R01767

"L'existence d'un lieu de culte à Trévarn est attestée au 12e siècle : lors de la seconde fondation de l'abbaye de Daoulas en 1172 par Guiomar de Léon et sa femme Nobile, l'église Sanctii Baharnii lui fut donnée à perpétuité. Jusqu'en 1805 elle constituait une trêve de Dirinon. L'édifice présente un plan en croix latine avec transept saillant et chevet à trois pans. Sur le bras sud du transept se trouve une petite sacristie de plan carré, greffée à l'est. L'édifice actuel est daté par inscriptions intérieures et extérieures. Les travaux de construction s'échelonnent entre 1682 et 1701. Dans le placître, côté sud, se trouve un calvaire à personnages restauré partiellement par le sculpteur Landernéen Roland Doré vers 1630."

— RICHARD (Jean-Luc)

https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20001101&article=20001101-1865950&type=ar

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Inscriptions Chapelles bretonnes.
6 juillet 2021 2 06 /07 /juillet /2021 13:24

Le calvaire (kersanton, anonyme , vers 1550 et Roland Doré vers 1630) de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain.

.

 

Voir sur Saint-Urbain :

 

.

2. Sur le sculpteur anonyme, voir :

 

 

3. Voir les œuvres de Roland Doré :

 

.

Sur les calvaires de Dirinon, voir :

 


 


 

.

 

.

 


 

PRÉSENTATION.

 

 

L'existence d'un lieu de culte à Trévarn est attestée dès le XIIe siècle : lors de la seconde fondation de l'abbaye de Daoulas en 1172 par Guiomar de Léon et sa femme Nobile, l'église Sanctii Baharnii lui fut donnée à perpétuité. Jusqu'en 1805 elle constituait une trêve de Dirinon. L'édifice actuel est daté par inscriptions intérieures et extérieures : les travaux de construction s'échelonnent entre 1682 et 1701. 

Le toponyme, anciennement Treb Baharn,  puis Trevaharn,  qui avait en 1324 la forme Treffbarn  trouve là son explication : du breton  treff "trève" ou "habitat" et Barn, Baharn  nom de saint.

.

L'ensemble cultuel, à savoir la chapelle en totalité, le calvaire, les murs de clôture et la fontaine de dévotion est inscrit MH par arrêté du 18 août 1998.

 

Ce calvaire occupe le coté sud du placître (l'enclos) de la chapelle de Trévarn. Mais il  est  antérieur à la chapelle actuelle, car le style des sculptures le date du XVIe siècle. Il a été restauré une première fois par Roland Doré —dont le style toute en finesse se reconnaît très bien sur le Christ en croix et sur une tête de Sainte Femme —, et une seconde fois en 1995, grâce à l'Association des Amis de Trévarn et du Patrimoine. À cette occasion, une étude a dû être menée par des experts, et sa lecture serait  passionnante, mais elle n'est accessible en ligne.

On peut remarquer, pour estimer la date de son érection, que, sur le territoire de la commune de Saint-Urbain, la croix en kersanton de Croas-Madec porte la date de 1570, que le calvaire en kersanton de l'église est daté de 1575, celui de Cleuz Braz celle de 1580 (ou, Atlas, 1518), tandis que celui du Quinquis porte sur son fût la date de 1543.

Mais puisque Trévarn était une trève de Dirinon, c'est à cette paroisse que nous devons nous intéresser : elle possède encore deux croix du Moyen-Âge, cinq croix du XVe siècle (Ty Croas, Cimetière, Bourg, le calvaire de Croas ar Vossen de La Grange,  et Kerniouarn), quatre croix du XVIe siècle (Kermélénec vers 1550, Kergavarec en 1595, Comenec et Trébéolin), et le calvaire de La Croix Rouge réalisé par Roland Doré vers 1640.

.

 

Ce calvaire est décrit dans l'Atlas des croix et calvaires du Finistère par Yves-Pascal Castel en 1980, avec un beau dossier photo de G. Lemoine 2009 sous le n°2882 :

https://societe-archeologique.du-finistere.org/croix/saint_urbain.html

2882. Trévarn, chapelle, l. k. XVIè s., vers 1630. Trois degrés. Socle cubique. Fût rond, écots, Christ lié, console-masque. Croisillon, entrelacs, culots godronnés, statues géminées: Vierge-Paul Aurélien, Jean-Pierre, au revers, angelots nus tenant la couronne d’épines. Croix, fleurons-boules godronnés, crucifix, groupe de la Vierge de Pitié, une tête refaite par Doré. Croix disparue: Pouldour. [YPC 1980]

 

Mais  15 ans plus tard, et juste avant la restauration de 1995, Yves-Pascal Castel en donna une description et une analyse précieuse. Je me suis permis de l'annoter (en rouge) :

.

"Comme tout enclos d'église, Trévarn, trève paroissiale ancienne de Dirinon avait sa croix. On a exhumé récemment le socle de schiste du monument qui précéda le calvaire actuel. On peut découvrir cette dalle derrière le tronc d'un gros chêne à l'ouest de l'enceinte : il porte en son centre une cavité de 25 cm sur 35 cm approximativement, et ces dimensions correspondent à l'embase rectangulaire du fût.

Celui-ci fut érigé vers 1550 par un atelier de pierre de kersanton héritier du style du grand atelier de Bastien et Henry Prigent qui élevèrent le grand calvaire de Plougonven. Ce même atelier des Prigent, actif de 1527 à 1577,  a sculpté le saint Antoine qui borne l'entrée dans l'enclos, du coté droit. Emmanuelle Le Seac'h a identifié (Les ateliers de sculpture sur pierre de Basse-Bretagne ...) trois "héritiers" des Prigent, dont l'un est actif à Pleyben en 1555, l'autre, désigné sous le nom pour moi douteux de "Fayet", actif de 1552 à 1563, et dont le  style se confond avec celui des Prigent et ne correspond pas à celui de l'anonyme de Trévarn, et enfin Jacques Mazé, actif à Plounéventer en ... 1679 !

À l'atelier Prigent a succédé (dans le temps et le lieu landernéen, et peut-être par compagnonnage) celui du Maitre de Plougastel, actif  de 1570 à 1620, et dont les calvaires se remarquent par les hiératisme sévère des personnages.

Ici, à Trévarn, tout comme à La Magdeleine de Briec-sur-Odet, nous pouvons retenir deux caractéristiques stylistiques assez faciles à reconnaître : les cheveux en boule de saint Jean, et des mains très malhabilement exécutées, en large palette digitée. On peut ajouter des drapés de Marie et Jean comparable entre les deux sites. Les éléments propres aux Prigent, les trois larmes des éplorés du Calvaire et des Déplorations, la forme en ovale des figures, la manière de disposer les cheveux avec un jour entre les mèches et l'épaule, les replis accentués des voiles "coqués" de la Vierge, sont absents.

 

Vu les boutons que porte le fût de Trévarn on se demande si l'érection du monument n'est pas consécutive à quelques recrudescence de la peste sur ces bords-ci de l'Elorn.

L'hypothèse qui attribue les écôts des fûts de calvaires bretons à des épidémies de peste en les comparant à des bubons, d'où leur surnom de croas ar vossen "croix de peste"  relève plutôt, de l'avis même de l'abbé Castel, de la légende ; une hypothèse plus sérieuse y voit le rappel que la croix s'apparente à l'Arbre de la Connaissance, pierre d'achoppement d'Adam et Ève qui rendit nécessaire la Rédemption.

En revanche, on est sûr qu'il subit une grave agression trois ou quatre décennies après sa création. En effet, vers 1630, l'atelier landernéen de Roland Doré est appelé pour le réparer.

Les nombreuses restaurations effectuées à cette même époque semblent devoir être mises en relation avec les dégâts occasionnés au cours des troubles de la Ligue. Roland Doré restaure vers 1630 le calvaire du Quinquis et réalise un Crucifié comparable à celui de Trévarn. Il réalise aussi le calvaire de La Croix Rouge à Dirinon.

.

Un monument attachant.

Au travers de ses avatars, l'analyse fine du monument n'en demeure que plus intéressante. Sur un emmarchement à trois degrés le socle cubique porte un fût à écots sur lequel est représenté le Christ lié, un roseau à la main, évoquant la scène de la Passion appelée Dérision du Christ. Le relief pris dans le même bloc que le fût est soutenu par une console au large masque, pur ornement sans signification religieuse particulière.

La branche terminée par des culots à godrons est ornée d'entrelacs et sur le revers deux angelots nus présentent une large couronne d'épines. Les statues géminées, c'est-à-dire à double face, sont à gauche la Vierge à laquelle s'adosse saint Pol terrassant le dragon, et à droite saint Jean appuyé à un saint Pierre. Ce saint Pierre inhabituel n'est pas représenté en apôtre, mais en pape, coiffé de la tiare.

Au revers du crucifix, une Déposition de croix groupe autour de Notre-Dame-de-Pitié portant son fils mort, une sainte femme et une Marie-Madeleine.

.

Restauré par Roland Doré vers 1630.

Le travail de restauration du calvaire par Roland Doré n'a pas été une petite affaire. Le sculpteur de Landerneau refait de neuf le Christ, ménageant des trous latéraux dans le pagne destinés à fixer les anges porteurs de calices pour recueillir le sang du crucifié. Cette manière de faire particulière à l'atelier de Roland Doré s'est révélée peu efficace car peu solide. Les anges sont un jour tombés. L'un d'eux a été placé dans la fontaine de dévotion au Nord de la chapelle. Un second a été retrouvé dans le bénitier de la chapelle.

Roland Doré a eu d'autres problèmes à régler. Conservant le corps primitif du saint Jean, il en retaille la tête qui était fort abîmée. [ en légende de la photo de cette statue : "Roland Doré a retravaillé la tête de l'apôtre, dans le bloc même de la précédente qui avait subi de légères mutilations"]. On le voit bien, le style de cette tête, quelque peu menue, ne correspond pas à celui du bas du personnage. Voir discussion infra. En revanche, la tête de la sainte femme à gauche de la pietà étant trop mutilée, Doré en sculpte une nouvelle sans trop se préoccuper du raccord visible sur l'arrière.

Les anciens étaient respectueux du plus humble vestige, le Christ, trop mutilé pour être conservé dans la restauration de 1630, se trouve aujourd'hui posé dans une niche à la façade de l'église paroissiale de Saint-Urbain.

Et l'on se sera peut-être étonné de rencontrer sur ce calvaire cornouaillais, la représentation de Paul Aurélien et non pas celle de saint Corentin. Nous sommes ici sur un territoire proche de Daoulas qui releva longtemps des comtes de Léon et la commune de Saint-Urbain possède un lieu-dit toujours nommé Kerbaol.

.

Restauration de 1995.

La restauration actuelle entreprise grâce au journal « Le Pèlerin » va être de réalisation délicate. Le restaurateur de 1995 aura à résoudre des problèmes différents de ceux auxquels fut affronté Roland Doré il y a trois cent cinquante ans. Il s'agit certes avant tout de consolidation d'un monument en relatif bon état. Mais saura-t-on y replacer les anges qui recueillent le sang ? Aux responsables de réfléchir. 

L'équipe des restaurateurs bénévoles de Trévarn était composée de Jeanne Jézéquel, Marie-Louise Richard, Hélène Kernéis, Jean-Paul Kernéis conseiller municipal, et Francis Jézéquel, conseiller paroissial. Le président de l'Association était Jean-Luc Richard.

Les anges n'ont pas été replacés.

Et puis profitera-t-on de la liberté qu'on a ici ? Le calvaire n'étant point classé monuments historiques — il le sera en 1998 —, on pourrait envisager de le mettre en valeur. Les sculpteurs d'antan livraient rarement leurs œuvres brutes, sous le coup de l'outil. Ils confiaient au peintre le soin d'en faire de grandes choses polychromes. Une première qui vaut la peine d'être tentée. https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/bc9edb4c78f76877bd9fc64969d3156d.jpg

Le projet de rendre au calvaire sa probable polychromie (dont il ne reste aucune trace) n'a pas été retenu. Une association "Quand les calvaires étaient peints" a repeint trois croix de Plougastel-Daoulas. L'un des mérites de cette idée est, à mes yeux, de protéger sans doute les œuvres de l'attaque, parfaitement révoltante, des calvaires par les lichens nitrophiles, mais d'autres procédés plus conservateurs de lutte contre les saprophytes, et qui préserveraient l'exceptionnelle beauté du kersanton brute, auraient ma préférence.

On verra ici combien le visage de saint Jean, défiguré par les excroissances blanches ou grises des lichens, perd sa lisibilité, et, accessoirement, ne permet plus d'analyser finement l'intervention de Roland Doré.

.

Sur cette restauration, voir le dossier photo du blog de l'Association des Amis de Trévarn

http://les-amis-de-trevarn.over-blog.com/album-2022288.html

.

En mai 1995, Yves-Pascal Castel, comme pour répondre à ma sainte colère contre les lichens écrit dans un bref article :

"On a pu admirer le travail accompli par Michel Cann de Plounéventer qui a lavé les sculptures. Désormais, les sculptures apparaissent telles qu'elles sont sorties il y a bientôt un demi-millénaire  du ciseau des sculpteurs de kersanton. Et le plus étonnant, c'est que chacun s'accorde à dire que débarrassé de ses lourds et disgracieux lichens, le calvaire resplendit de jeunesse. Les "putti" du revers du nœud, en particulier, révèlent la maîtrise des sculpteurs d'antan."

.

En août 1995, Yves-Pascal Castel revient sur la description de ce chantier à l'occasion de la bénédiction du calvaire :

"Le remontage récent du calvaire confié à Michel Cann de Plounéventer a été fait de manière originale. Après avoir ceinturé le fût auquel était resté scellé le socle, le tout soulevé fut maintenu en suspens au milieu de l'échafaudage. Cela resta ainsi, tout le temps qu'il fallut pour réorganiser l'assise des degrés du triple emmarchement. On sait que dans cette partie des calvaires les pierres se disjoignent suite à l'envahissement de la végétation et au lavage des joints par les pluies. Il en est qui sont aussi bousculées par des engins lourds qui les accrochent par mégarde. Si on ne remédie pas à ces déplacements, minimes dans les débuts, des désordres graves se produisent qui peuvent entraîner la chute du monument.

.

 

.

Le dimanche 27 août, l'abbé Kerléguer a procédé à la bénédiction du calvaire dûment consolidé et lavé afin de permettre de mieux en apprécier les sculptures et partant les personnages posés sur es branches.

François Lair du Pèlerin Magazine était présent, ainsi que Alain Denéchaux, président de l'Association Notre-Dame-de la Source, très impliqué dans la sauvegarde de ce qu'on pourrait appeler le petit patrimoine religieux."

.

.

LA FACE PRINCIPALE. LE CRUCIFIÉ ENTRE LA VIERGE ET JEAN. LE CHRIST AU LIEN.

.

 

 

 

 

 

 

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

Le Christ crucifié (kersanton, Roland Doré vers 1630).

.

"Les représentations du Crucifié [de R. Doré] sont caractérisées par des corps allongés, aux longs bras  noueux et aux torses presque rectangulaires avec les muscles de l'abdomen en forme de poire. Les veines du cou sont saillantes, le Crucifié penche la tête sur le coté droit, les yeux clos. Les pagnes plats sont noués sur le coté gauche. Les visages sont presque émaciés, les joues creuses mangées par une barbe et une moustache aux mèches fines. Les crucifix courts dont le canon est à cinq têtes se différencient des crucifix longs  à sept hauteur de tête. " (Le Seac'h)

On remarquera aussi la chevelure qui forme un voile triangulaire de la couronne jusqu'aux épaules.

.

 

 

 

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

"Dans la manière dont Doré a taillé ce Christ, on remarque un détail difficile à expliquer. Auprès de la grosse tête de clou en relief aux creux de chaque paume, est percée une petite cavité peu profonde. Nécessaire, pour fixer le condamné au gibet quand il s'agit d'un Christ en bois, on ne voit nullement la nécessité de pratiquer ce trou dans un Christ en kersanton. Est-ce un clin d'œil malicieux lancé aux ouvriers du bois affairés dans le même temps sur la charpente de l'église ?" (Y.-P. Castel 1995)

L'explication que je suggère est d'imaginer deux anges placés en diagonale entre les mains du Christ et son torse, et tenant le calice qui recueille le sang des plaies (comme nous en avons tant d'exemples, même s'ils sont rares chez R. Doré) : ces trous servent alors à leur fixation.

Le même détail se remarque sur le calvaire de Seven-Léhart.

.

Le calvaire de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain.

.

.

La Vierge au calvaire (anonyme, kersanton, vers 1550).

.

 

 

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

Saint Jean au calvaire (anonyme, kersanton, vers 1550).

.

Je suis incapable — en partie à cause des lichens — de reconnaître ici l'intervention de restauration de Roland Doré. En tout cas, elle est fort minime, car les belles têtes de saint Jean de ce sculpteur,  très caractéristiques avec des chevelures proches de perruques bouclées, et très vivantes, n'ont rien à voir avec celle-ci.

"Comme beaucoup d'ouvrages du genre, le calvaire de Trévarn a subi les outrages aux temps troublés de la Ligue. Si bien que, comme on le constate en d'autres endroits, le célèbre sculpteur landernéen Roland Doré a été appelé par la fabrique pour refaire entièrement le Christ. Il en profita pour retailler à même le bloc, avec son ingéniosité habituelle, la tête du saint Jean objet d'avaries de la part de gens qui s'arrêtèrent néanmoins leurs marteaux face au visage de la Vierge." (Castel)

.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

Comparez avec le saint Jean du calvaire de la chapelle de la Magdeleine à Briec : le port de tête fortement inclinée et tournée vers le Christ, le livre sous le bras, le pli du manteau formant une boucle, la ceinture, et, une fois encore, les cheveux en boules, sont identiques.

 

.

calvaire de la chapelle de la Magdeleine à Briec

 

.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

Le Christ aux liens (anonyme, kersanton, vers 1550).

.

Cette façon de sculpter en moyen relief un personnage inclus dans le fût, ce qui suppose un débitage important du bloc de pierre initial, est un point commun de nombreux calvaires de Basse-Bretagne.

Le Christ, les bras liés devant le bassin, tient, en dérision de la prétention qu'on lui reproche à la royauté, un roseau en guise de sceptre, sa nudité est recouverte d'un manteau (cape) pourpre, et on l'afflige d'une couronne tressée dans des rameaux épineux. Sa figure devient un exemple de l'abnégation devant les épreuves.

Je ne peux me livrer ici à une iconographie comparée des Christ aux liens de nos calvaires, mais on peut consulter ce travail de Charlotte CIRRET:

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/la-statuaire-du-christ-aux-outrages/4d898a0f-1de3-4efc-bb0e-caa23a953180

https://www.lavieb-aile.com/2021/04/fragments-d-un-calvaire-au-cimetiere-de-la-forest-landerneau.html

https://www.lavieb-aile.com/2020/04/le-calvaire-de-la-chapelle-de-quillidoare-a-cast.html

.

 

Le calvaire de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain.
Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

Le culot : un masque disgracieux (anonyme, kersanton, vers 1550).

.

On peut y voir une figure démoniaque, équivalent des diablotins qui occupent sur de nombreux calvaires le revers des bras des croisillons. 

Ou le vieil Adam ?

Ou, mon hypothèse préférée, l'un des hideux bourreaux ?

.

.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

.

 

LA FACE ORIENTALE. UNE DÉPLORATION ENTRE SAINT PIERRE ET SAINT POL AURÉLIEN. DEUX ANGES PORTANT LA COURONNE D'ÉPINES.

.

.

 

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

La Déploration à quatre personnages (kersanton, anonyme, vers 1550).

.

Le dos du Christ, déposé de la croix, dépourvu de sa couronne d'épines , repose sur le genou droit de la Vierge, son bassin sur le genou posé à terre de sa Mère, tandis que sa tête est soutenu par une des saintes femmes (Marie Salomé ou Marie Jacobé, au choix). Son bras droit retombe sur les pieds de Marie, sa main gauche est posée sur le pagne. Seule la plaie du flanc nous est montrée.

La Vierge, les bras croisés devant la poitrine, contemple son visage, d'un air grave. Elle porte, comme il se doit, le voile (au pli à peine marqué au dessus du front) et la guimpe.

Comme toujours, c'est sainte Marie-Madeleine qui me séduit le plus. Non seulement parce qu'elle choisit toujours la meilleure part, la plus humble, cette place près des pieds de son Maître, son Rabouni, qu'elle vénère et qu'elle a jadis baigné d'un parfum hors de prix. Mais aussi parce qu'elle brille par son élégance, ses cheveux défaits et longs, forcément blonds, par sa robe au décolleté carré, par son bustier moulé sur la poitrine (pas un pli), ses manches plissées, par sa taille fine soulignée par une ceinture dont la boucle et l'ardillon, tout comme l'extrémité libre qui retombe verticalement, sont soigneusement détaillés  et qui donne le départ de l'éventail du plissé de la robe.

Elle tient une albarelle dotée de son couvercle, et qui contient les aromates destinées à l'embaumement.

Son lourd manteau a glissé de ses épaules et est retombé au dessus de ses reins. Ce détail n'est pas anecdotique, puisqu'il s'agit d'une des caractéristiques de Madeleine au pied de la Croix des calvaires sculptés par les Prigent.

Voir le dernier article qui donne à voir ce détail et en recense l'iconographie :

https://www.lavieb-aile.com/2021/04/le-calvaire-du-cimetiere-bas-de-la-forest-landerneau.html

.

Ne confondez plus les Déplorations et les Pietà :

 

.

 

 

.

 

 

 

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

Le visage de la sainte femme (kersanton, Roland Doré, vers 1630).

.

Il pourrait servir d'archétype de l'art doréen, avec ses paupières soulignant d'un double trait leur forme en amande acérée, ses yeux en drupe et ses pupilles creuses, son nez à la tige fine s'évasant en triangle, sa bouche petite, concave et lippue ou son menton pointu. C'en est en tout cas un bel exemple.

Une fissure en diagonale la menace.

.

 

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

La Vierge.

.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

Marie-Madeleine.

.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

Les anges nus présentant la couronne d'épines sur le nœud du croisillon (kersanton, anonyme, vers 1550).

.

Ce tableau faisait l'admiration de l'abbé Castel :

"Érigé dans les années 1550, le calvaire de Trévarn, traditionnel comme tout calvaire analogue, montrait néanmoins une trace de modernité, dans le couple de jumeau qui tient la couronne d'épines au revers du nœud. Les anges médiévaux aux longues tuniques bien plissés ont laissé place ici à des putti ailés entièrement nus, bien dans le ton de la Renaissance et de l'âge classique qui s'annonce."

.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

Saint Pierre en pape portant la tiare (kersanton, anonyme, vers 1550).

.

 

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

Saint Pol Aurélien tenant le dragon en laisse avec son étole (kersanton, anonyme, vers 1550).

.

On connait sans-doute la légende selon laquelle Pol Aurélien, né au pays de Galles et ayant traversé la Manche pour évangéliser l'Armorique, débarrassa l'île de Batz et la région de Roscoff du dragon qui l'infestait, métaphore du paganisme, en l'asservissant de son étole. Il deviendra le premier évêque du diocèse de Saint-Pol-du-Léon au VIe siècle.

Vous pouvez réviser en lisant mon commentaire sur la jouée des stalles de la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon : vous y trouverez le texte des Vita du saint.

https://www.lavieb-aile.com/2017/12/les-jouees-des-stalles-du-choeur-1504-1520-de-l-ancienne-cathedrale-de-saint-pol-de-leon.html

Le dragon est ici un peu confus (où est la queue, où est la tête, mais l'étole est facile à trouver.

.

 

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Le calvaire (vers 1550 et 1630) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

LES STATUES ENCADRANT L'ENTRÉE. SAINT ANTOINE ET SAINT SÉBASTIEN.

.

Saint Antoine (kersanton, atelier Prigent, vers 1550).

.

Je ne reviens pas sur cette statue : voir :

L'enclos paroissial de Dirinon VIII: la statue de saint Antoine par les frères Prigent (XVIe siècle).

.

Saint Antoine (kersanton, atelier Prigent, vers 1550) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Saint Antoine (kersanton, atelier Prigent, vers 1550) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Saint Antoine (kersanton, atelier Prigent, vers 1550) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Saint Antoine (kersanton, atelier Prigent, vers 1550) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

.

.

Le supplice de saint Sébastien (anonyme, XVIe siècle).

.

Saint Sébastien (kersanton) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Saint Sébastien (kersanton) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Saint Sébastien (kersanton) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

Saint Sébastien (kersanton) de la chapelle de Trévarn à Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 3 juillet 2021.

SOURCES ET LIENS.

.

CASTEL (Yves-Pascal), 8 avril 1995 “1120 Découverte de la Bretagne, le Calvaire de Trévarn... 08.04.95.,” Progrès de Cornouaille / Courrier du Léon  

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/bc9edb4c78f76877bd9fc64969d3156d.jpg

CASTEL (Yves-Pascal), 27 mai 1995, "Pardon de Trévarn", ” Progrès de Cornouaille / Courrier du Léon  

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/a5b5f3314e1a49964fee1ff6317e18b4.jpg

CASTEL (Yves-Pascal), 9 septembre 1995, "Bénédiction du calvaire de Trévarn", ” Progrès de Cornouaille / Courrier du Léon  

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/c0c5e3b1025c5786ed4273ea02f2e446.jpg

CASTEL (Yves-Pascal), 1980, Atlas des croix et calvaires du Finistère, Saint-Urbain

https://www.saint-urbain.com/patrimoine-historique/patrimoine

CASTEL (Yves-Pascal), 2001, Les Pietà du Finistère.  numéro 69 de la revue Minihy-Levenez de juillet-août 2001. L'auteur y étudie une centaine de Pietà et de Déplorations.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/204bbff59e0b1d6cf65264a34d22701f.pdf

COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988, Notice de Saint-Urbain

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/185205eb407bd5b842b7d8155b41425a.pdf

 — DANIEL (Tanguy), 2003, La sauvegarde de l'art français , cahier · Numéro 16 - Page 161

https://www.sauvegardeartfrancais.fr/projets/saint-urbain-chapelle-notre-dame/

"La commune de Saint-Urbain, située à quelques kilomètres au sud de Landerneau, a été constituée, lors de la Révolution, par la réunion de deux trèves détachées de la paroisse de Dirinon et devenues communes en 1790 : la trève de Saint-Urbain et la trève de Trévarn. En 1792, la commune de Trévarn fut rattachée à Saint-Urbain. Après le Concordat, Saint-Urbain devint paroisse, Trévarn n’étant plus que simple chapelle, dédiée à Notre-Dame.

C’est son statut d’ancienne église tréviale qui explique sans doute l’importance de cette dernière. L’existence d’une église en ce lieu est attestée depuis le Moyen Âge : en 1219 est mentionnée là une ecclesia sancti Baharni (nom de saint obscur) ; en 1324, le village portait le nom de Treffbarn. Ultérieurement, l’église fut dédiée à Notre-Dame-de-Pitié. Aujourd’hui, le placitre est entouré d’un mur d’enclos que l’on franchit par une ouverture encadrée de deux piliers supportant les statues en kersanton de saint Sébastien et de l’ermite saint Antoine. Un calvaire du XVIe s. porte une représentation du Christ aux Liens, une autre du Christ en Croix, le groupe d’une Pietà et, sur les extrémités de la traverse, deux saints dont saint Pierre. Les têtes du Christ en Croix et d’une sainte Femme, dont le style diffère de celui des autres, portent la marque de l’atelier du sculpteur landernéen Roland Doré (première moitié du XVIIe siècle). Hors de l’enclos, une fontaine de dévotion est l’indice, très vraisemblablement, de l’origine ancienne du lieu de culte.

L’église, en pierre de Logonna aux chaudes couleurs, a été construite à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe s. (plusieurs inscriptions portent les dates de 1666, 1683, 1700, 1701, 1719), selon un plan simple de croix latine, avec une abside à pans coupés. La façade occidentale est très dépouillée : un grand mur-pignon dans lequel s’ouvre un portail en plein cintre avec entablement en faible saillie, reposant sur deux colonnes en kersanton, le tout surmonté d’un clocher à une seule galerie, deux chambres de cloches et une courte flèche. Du côté sud, le transept fait une énorme saillie sur le mur gouttereau : de façon inhabituelle, il est percé d’une grande fenêtre et d’une porte en plein cintre datée 1700, (dont l’agrafe représente un angelot) ; elle est flanquée de deux pilastres ; son fronton cintré abrite une statuette de la Vierge. Une porte identique s’ouvre sur la nef, mais l’agrafe est ici constituée d’une simple volute. Une petite sacristie d’angle a été construite entre le bras sud du transept et le chevet.

Les travaux récents n’ont pas encore permis la remise en place de la totalité du mobilier. Le maître-autel en tombeau galbé n’est plus surmonté du retable qui datait de 1781 ; le groupe de la Pietà à quatre personnages, en bois polychrome (XVIIe s.), ainsi qu’une statue de saint Étienne, revêtu de sa dalmatique de diacre, tenant d’une main la palme du martyre et de l’autre les pierres de sa lapidation, reposent sur le plancher du chœur. La chaire à prêcher a été démontée, et une partie de ses éléments sont remisés dans le bras nord du transept, où un autel est surmonté d’un grand retable du Rosaire, en bois polychrome : dans le corps central, le tableau qui représentait l’Enfant Jésus debout sur le globe du monde, a disparu – il avait lui-même succédé à une représentation du groupe du Rosaire -, mais subsistent treize médaillons sur les quinze traditionnels, et une longue inscription en breton, datant du xixe siècle : Ra zeuio en hano Jesus / Peb glin da staouet en ÂÂ / var an Douar ac en ifern / a ra zeui peb Teod da anzao / penaus on autrou Jesus Christ / a so asezet e gloar Doue an Tad (« Qu’en vienne, au nom de Jésus, / chaque genou à plier, au ciel, / sur la terre et en enfer, / et qu’en vienne chaque langue à reconnaître / comment Notre Seigneur Jésus-Christ / est assis dans la gloire de Dieu le Père ») ; de part et d’autre, des niches encadrées de colonnes torses à pampres abritent, à gauche un groupe de sainte Anne et de la Vierge portant l’Enfant Jésus, à droite un groupe de saint Yves entre le Riche et le Pauvre (groupe qui, à l’origine, ne figurait probablement pas dans ce retable, puisqu’on peut lire sous la niche le nom de Joseph) ; chacune de ces niches est elle-même surmontée d’une niche plus petite servant de cadre à des statuettes d’évêques non identifiés.

Le reste de la statuaire, dans le transept, comprend un panneau de bois polychrome représentant l’Ascension, une statue de la Vierge tenant un livre ouvert sur les genoux de l’Enfant qu’elle porte sur le bras gauche (c’est Notre-Dame de Trévarn), et la statue d’un saint non identifié.

Au fond de la nef, près de la porte occidentale, deux bénitiers en pierre : l’un, en forme de vasque ovale décorée d’un angelot et d’un écusson martelé, porte la date de 1666, un autre, de forme cylindrique, celle de 1776 ; une pierre tombale en ardoise remonte à 1719.

D’importants travaux de restauration ont été entrepris au cours de la dernière décennie. Entre 1992 et 1996, avec l’aide d’une association locale, la commune a fait procéder à des interventions sur le clocher et la nef. À cette occasion, de graves désordres sont apparus dans la charpente, et un échafaudage de soutien fut placé dans le chœur ; par la suite, la charpente a été entièrement reprise, en gardant le maximum d’éléments d’origine ; arbalétriers, entraits, voliges, couverture d’ardoises ont été changés.

La Sauvegarde de l’Art français a participé au financement de ces travaux pour une somme de 24 392 € qui ont été versés en 2001. "T. D.

DEBIDOUR (V-H.), 1953,  La sculpture bretonne, Rennes 1953, p. 109-116

— LE SEAC'H (Emmanuelle), 2014, Sculpteurs sur pierre en Basse-Bretagne, les ateliers du XVe au XVIIe siècle. Presses Universitaires de Rennes 

— Photos sur Wikipedia 2013

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichier:Saint-Urbain_(29)_Chapelle_de_Tr%C3%A9varn_11.JPG

 

LE GUENNEC (Louis), 1981,  Le Finistère monumental, t. III. Brest et sa région, Quimper, 1981, p. 562-564.

— POP-CULTURE. PA29000036 (2000-2001)

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/memoire/AP12R01767

"L'existence d'un lieu de culte à Trévarn est attestée au 12e siècle : lors de la seconde fondation de l'abbaye de Daoulas en 1172 par Guiomar de Léon et sa femme Nobile, l'église Sanctii Baharnii lui fut donnée à perpétuité. Jusqu'en 1805 elle constituait une trêve de Dirinon. L'édifice présente un plan en croix latine avec transept saillant et chevet à trois pans. Sur le bras sud du transept se trouve une petite sacristie de plan carré, greffée à l'est. L'édifice actuel est daté par inscriptions intérieures et extérieures. Les travaux de construction s'échelonnent entre 1682 et 1701. Dans le placître, côté sud, se trouve un calvaire à personnages restauré partiellement par le sculpteur Landernéen Roland Doré vers 1630."

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Calvaires Kersanton Chapelles bretonnes. Roland Doré

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Terrraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Terrraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche