Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 22:20

Autoportrait de Joris Hoefnagel devant Cabeças (Andalousie) en 1565. Enquête sur le pont romain de Las Alcantarillas (Utrera).

Le Volume V du Civitates Orbis Terrarum.

En 1598 paraît à Cologne, sous la direction de Georg Braun, le cinquième volume de son Civitates Orbis Terrarum, sous le titre cette fois-ci de Urbium Praecipuarum Mundi Theatrum Quintum. Cette édition latine est suivie de sa traduction en français, le Theatre des Principales Villes de Tout L'Univers : Cinquieme Volume. Le premier volume était paru en 1572 et mentionnait Frans Hogenberg, dans les feuillets liminaires, comme graveur, mais ce n'est plus le cas pour le volume V.

Dans l'édition française, cet atlas in folio de plans, vues et profils de villes débute par une page de titre à frontispice gravé, suivi d'une préface ( "George Le Brun, de Coloigne, au lecteur debonnaire, salut." ) et d' un poème de Guillaume Sallsmannus . Les cartes sont présentées sur une double page et accompagnées d'un texte explicatif au verso. Elles sont au nombre de 69, numérotées et répertoriées par un index de six folios à la fin du tome, avec des petites notices des lieux cités. Ce sont :

n°1 : Palatium regiumin Angliae regno, 2 : Lisbone, Olisipo, 3 : Bracarae Augustae, 4 : Conimbria, 5 : Gades ab occiduis Insulae partibus, 6 : Gades, 7 : Hispalis, 8 : S. Juan del Foratche, Jerenna, 9 : Archidona, 10 : Palacios, Alcantara, Cabecas, 11 : Hardales, Cartama, 12 : Bornes, Zahara, 13 : Granata, 14 : Castri Granatensis, 15 : Toletum, 16 : Mons et Crypta, 17 : Xaintes, 18 : Pictavium, 19 : Lugdunum, Vienna, 20 : Turonum, Angiers, 21 : Cameracum, 22 : Calesium, 23 : Luxemburgum, 24 : Cochmensis et monasterii, urbium Trevirensium, 25 : Berncastellum, Manderschet, 26 : Sarburum, Palatiolum, 27 : Antwerpia, 28 : Flissinga, 29 : Herder Wicia, 30 : Otonium, 31 : Ekelenforda, 32 : Coldinga, 33 : Helsingorum, Ripae, 34 : Tundera, Oitinum, 35 : Toninga, Frisiae, Husum, 36 : Plona, 37 : Thietmarsia, 38 : Heida, Meldorpium, 39 : Visbia Gothorum, 40 : Stada, 41 : Brema, 42 : Lunaeburga, 43 : Razeburgum, 44 : Bardowicum, 45 : Bardum Pomeraniae, 46 : Wismaria, 47 : Topographia urbis Rostochii, 48 : Halla Saxonum, Hildesheimium, 49 : Praga, 50 : Suibusium, 51 : Ratispona, 52 : Lintz, 53 : Gmunda, 54 : Jaurinum Raab, 55 : Comara, 56 : Owar, Vicegradum, 57 : Strigonium Grain, 58 : Oenipontis parte orientali, 59 : Prospectus... vallis oeniponticae, 60 : Augusti apud Venetos Templi D. Marci, 61 : Caprarola, 62 : Fundi, 63 : Tarvisium, Aquapendens, 64 : Nuceria, Castellum novum, 65 : Mare Tyrrhenum..., 66 : Calatia, 67 : Gallipolis, 68 : Novae Palmae civitas, 69 : Catana.

Parmi d'autres vues d'Espagne, notamment en n°7 celle de Séville déjà étudiée ici, la planche n° 10 présente trois vues superposées, portant les noms de PALACIOS (Los Palacios y Villafranca), ALCANERILLA ( Las Alcantarillas, de l'arabe el kantara, "le pont") , et CABEÇAS (Las Cabezas de San Juan) , deux villages et un pont au sud de Séville près de l'estuaire du Guadalquivil. La planche mesure 41.5 x 55 cm, et les trois gravures mesurent respectivement 10,5 x 49 cm ; 11 x 49,5 cm et 14 x 48,5 cm.

Ces gravures monochrome ne sont colorées secondairement que dans quelques cas, par un artiste différent de l'auteur du dessin original, et le choix des couleurs lui est laissé : on ne les considérera pas, notamment dans l'étude des costumes, comme des critères "pris sur le vif" et fidèle à la réalité observée. Quelques exemples d'images trouvées en ligne le montreront.

Voici l'image disponible en ligne grâce à Sanderus Antique Maps :

http://www.sanderusmaps.com/detail.cfm?c=7330

Art.value.com

Adina Sommer 

 

 

 

 

 


Bien que, dans les deux vues supérieures du premier document, nous remarquions deux cavaliers dont l'un porte un manteau bleu et l'autre un manteau jaune, et que nous pouvons penser que ces deux voyageurs sont Joris Hoefnagel et son compagnon Nicolas de Maleperte (un jeune marchand flamand à qui est dédicacé la vue de Séville de ce volume V), ce n'est que dans la vue inférieure que nous sommes certains d'avoir affaire à un autoportrait de l'artiste en train de dessiner sur son album de croquis le paysage. 

 

Il est vu de dos, vêtu d'un manteau bleu et d'un pourpoint jaune, le col ceint d'une fraise. On croit deviner une moustache, crée sans-doute par un artefact. Il porte l'épée, arme qui était bien visible lorqu'il la brandissait dans les vues supérieures. 

 

Le dessin préliminaire, de 1565, est conservé à l'Albertina de Vienne :

 

 

 

Cabecas est un bourg de l'espagne Baetique tout proche du pont d'Alcantara, siz sur la croupe des montagnes qui s'estendent du cosét de midy iusques a Malaga, les vestiges de ses ruines font paroistre que ça esté autresfois une grande ville, aujourd'huy que les habitants de ce lieu se nourrissent des terres qu'ils cultivent, & des fruicts que la terre leur produit, comme auiis des passants qui y passent en grand nombre, tirants par ce chemin depuis Seville a Calis & a sainct Luc. Et pource que Cabecas veut dire chef, les habitants de ce lieu se glorifient de ce commun dire Non se hase nada nel Conseio del rey sesnsa cabecas, qu'ils interpretent en ceste sorte a leur avantage comme s'ils disoient que le Roy ne tient jamais son conseil sans chefs, c'est à dire, sans prudence & iugement, lesquelles vertus sont contenues dans le chef.

 

3 vues : gravures, col. ; 10,5 x 49 cm ; 11 x 49,5 cm et 14 x 48,5 cm 

trois villes ou villages espagnols : 

 

 Pl. 10

L'alguazil, de l'espagnol alguacilillo1, diminutif de l'espagnol alguacil (officier de justice) dont l'origine du mot est arabe (āl-wazir) est le « policier » de l'arène pendant la corrida. Alguacil est le nom que portaient en Espagne les agents de police qui remplissaient à la fois les fonctions d'huissier, de sergent de ville et de gendarme.

Del análisis realizado en las vistas de las ciudades castellanas de Hoefnagel y Van den Wyngaerde, podemos extraer varias conclusiones de gran interés; por un lado debemos señalar cómo los diferentes criterios de elección del punto de vista en los dos autores, han producido imágenes urbanas radicalmente opuestas: en los casos de Valladolid y Toledo la intencionada elección de Wyngaerde le permite mostrar la nueva arquitectura del siglo XVI de la ciudad, y por ello la imagen urbana resultante es mucho más moderna, más acorde con los momentos de cambio edificatorio y transformación tipológica que las ciudades castellanas atraviesan en ese momento; en Toledo la fachada Norte, la que mira hacia Madrid, experimenta los grandes cambios representados por la Puerta de Bisagra y los nuevos palacios de formas renacentistas, en Valladolid los bordes del río Pisuerga son el escenario de importantes obras palaciegas. De igual modo en Burgos apreciamos esta sensibilidad de Wyngaerde hacia las nuevas arquitecturas, pues, pese a la coincidencia del punto de vista elegido con Hoefnagel, se ve un mayor esfuerzo en la representación de las nuevas arquitecturas del XVI, que aparecen perfectamente identificables. En acusado contraste, Hoefnagel demuestra un mayor interés en la descripción del ambiente urbano y paisajístico, con la introducción de escenas pintorescas y costumbristas, que se convirtieron en una de las señas de identidad de las vistas de ciudades del Civitates Orbis Terrarum; tal vez la diversa orientación de ambos autores deba relacionarse con los distintos intereses y experiencias de los dos artistas flamencos:

L'analyse dans la vue des villes castillanes de Hoefnagel et Van den Wyngaerde, nous pouvons tirer plusieurs conclusions de grand intérêt ; d'une part il faut noter comment les différents critères de la vue dans les deux auteurs sélection ont produit radicalement différentes images urbaines: en cas de Valladolid et Toledo choix délibéré de Wyngaerde vous permet d'afficher la nouvelle architecture du XVIe siècle ville, et donc l'image urbaine résultant est beaucoup plus moderne, plus en ligne avec les temps de edificatorio de changement et de transformation typologique traverser les villes castillanes à ce moment; Toledo Façade nord, face à Madrid, subit des changements majeurs représentés par la charnière de porte et de nouvelles formes de palais de la Renaissance à Valladolid Pisuerga bords de rivière sont la scène d'œuvres grandioses importants. De même à Burgos Wyngaerde apprécient cette sensibilité à de nouvelles architectures, parce que, malgré la coïncidence de vue choisi Hoefnagel, est un effort majeur dans la représentation de nouvelles architectures XVI, qui sont parfaitement identifiable. À l'opposé, Hoefnagel montre plus d'intérêt dans la description de l'environnement urbain et naturel, avec l'introduction de pittoresque et scènes, qui est devenu l'une des caractéristiques des paysages urbains de Civitates Orbis Terrarum; peut-être l'orientation différente des deux auteurs devrait porter sur les différents intérêts et les expériences des deux artistes flamands: si Hoefnagel, encore en formation, est attiré à la plus frappante et distinguer l'Espagne des aspects de temps, concentrant ses visites en Andalousie, Wyngaerde veulent réfléchir sur l'expérience de son âge avancé l'esprit de changement qui devrait certainement la couronne de Philippe II . Gauche et la note finale inexcusable la constatation de la nature différente du travail de deux auteurs qui est venu jusqu'à nous; dessins Wyngaerde ne est jamais venu à enregistrer, préserver toute la fraîcheur d'une œuvre manuscrite, évidente dans ses notes et études partielles; dans Hoefnagel cependant, seulement connaître les perspectives des villes castillanes travers gravures, ayant perdu cette partie de la fraîcheur primitive, sans être en mesure d'établir le degré de perte de détails dans le dessin original de l'étape de gravure . Cette réflexion sur la façon dont la ville et comment 500 artistes ont offert leur image ne est qu'une approche partielle à un sujet que, dans les villes espagnoles encore nous devons offrir des surprises intéressantes. Dans Burgos le processus de construction d'une image dans laquelle la ville est identifié est paradigmatique, atteindre le point d'identification se produisent entre ce point de vue de la ville depuis le Sud et le bouclier de la ville, reliant la tradition de Caput Castellae Chef de Castille, avec les images de toits de la ville du XVIe siècle ont été établis. Compte tenu Toledo de la ville du sud deviendront les périodes ultérieures les plus répandues, sans aucun doute le plus pittoresque; Greco cependant, leur obsessions ville autour de l'année 1610, sera toujours représenter la ville du nord; une analyse de ses interprétations très singuliers de la ville nous permet d'intéressantes réflexions sur l'image de la ville que l'expérience et l'interprétation de son sens ; pas de place ici, cependant, de développer ce sujet

— HAVERKAMP-BEGEMANN, (Egbert) Las vistas de España de Anton van den Wyngaerde en Ciudades del siglo de oro español, in Ciudades del Siglo de Oro : las vistas españolas de Anton Van den Wyngaerde, ed. Richard L. Kagan (Torrejon de Ardoz)Madrid 1986, pp. 65-67.

Hoefnagel was principally interested in composing a dramlatic landscape, illustrated by local customs and dress alors que Van den Wynngarerde était concentré sur la description de l'architecture urbaine.

Kagan, Cuidades del Siglo de oro, in Cuidades, : comparaison entre Van den Wyngaerde et Hoefnagel voir page 225

E. Haverkamp-Begemann, Master Drawings 7, nr. 4 (winter 1969), p. 375 e.v., afb. 5

A. Stix (red.), Beschreibender Katalog der Handzeichnungen in der Graphischen Sammlung Albertina, Band 2: O. Benesch, Die Zeichnungen der Niederländischen Schulen des XV. und XVI. Jahrhunderts, Wenen 1928, nr. 327, afb.

G. Braun en F. Hogenberg, Civitates Orbis Terrarum etc., 1572-1593, vol. 5, fol. 10 https://rkd.nl/en/explore/images/record?query=joris+hoefnagel+sevilla&start=1 signed and dated lower centre: Depingeb: Georgius Houfnaglius / Anno 1565 :

  • inscription lower centre: non se haze nada nel / consejo del Rey senza / CABEÇAS

    Opschrift staat vermeld op rotsblok

  • Entre 1562 et 1570 le peintre et illustrateur flamand Anton van den Wyngaerde réalisée, commandée par Philippe II, plusieurs voyages en Espagne pour augmenter la topographie de ses grandes villes et villes vues. Son but était refléter fidèlement tout ce qu'il a vu et, grâce à ses compétences en tant que "géomètre" et artiste, laissant obtenu des preuves tangibles d'une importance exceptionnelle. En outre, son souci du détail nous donne une reconstruction visuelle de nombreux monuments aujourd'hui disparus ou sensiblement modifiés uniques.

Ces dessins ont finalement été dispersés dans différents musées européens et oublié, sont reproduits dans ce volume complets premiers tests accompagnés par les historiens les plus prestigieux de notre or qui ont analysé de différents points de vue: Jonathan Brown et l'étude de Richard Kagan dans le cadre des activités de Philippe II que les clients intéressés par les arts et la géographie; Haverkamp-Begemann fournit des données sur l'artiste et son art; Kagan écrit sur les villes espagnoles de l'époque; et Fernando Marias donne une introduction à l'espagnol du XVIe siècle urbanisme.

En outre, chaque vue est accompagnée d'un commentaire détaillé qui aide à comprendre le caractère unique de chaque.L'édition, conscients de la valeur documentaire de ces dessins, reproduits en grand format présente, par pop up cinq corps, de sorte que le lecteur peut se permettre une observation attentive que le même artiste a voulu donner au roi.

Non, se, haze, nada, nel, con scio, del rey , senza CABEçASDepingebat Georgius Houfnaglius – Anno 1565.

Les habitans ont pour devise, Non se haze nada nel Consejo del Rei senza Cabeças : la pointe consiste en ce que le nom de leur ville signifie la tête ou la Caboche ; comme s'ils voulaient dire que , rien ne fait au conseil du roi sans Caboche. Les délices de l'Espagne et du Portugal où on voit une descrition exacte des Antiquitez, ..par Juan Alvarez de Colmenar 1715 page 457.

Theatre des Principales Villes de Tout L'Univers Cinquieme Volume 1 atlas ([2] h. , 57 h. de lam., [8] h., [1] h. en bl.) : 59 planos grab., col ; 44 cm

Théâtre des Cités du Monde, Cologne, G. Van Kempen, 1579, 2t. En 1 vol. Bnf Res. G. 639

: Les figures apparaiseent sur près des trois quarts des cartes environ, et généralement au premier plan, par couple, par trois, ou encore par groupes, plus féminines que masculines, comme dans le recueil d'habits.(p. 263). Le graveur Hoefnagel excelle dans la mise en scène de ces contrastes. L'élégance du caballero de Jerez de la Frontera, maintenu bien droit adsn son pourpoint, ses hauts-de-chausse et sa cape courte, contraste avec la chemise, les jambes nues et le dos voûté du paysan, sous le poids du porc qu'il mène à la ville.

Guillaume Blaeu (Atlas Novus) W Blaeu et J. Blaeu, Theatrum Orbis Terrarum, Amsterdam, 1635. Les Blaeu, père et fils, éditent un premier volume en 1635 et le 6e en 1655. Plus de 600 cartes. Edition en français des quatre premiers volumes : B.U Lille, Fonds patrimonia 908 : Le Théatre du Monde ou Nouvel Atlas contenant les chartes et descriptions de tous les pais de la Terre mis en luù!mière par Guillaume et Jean Blaeu, Amsterdam, 1649.

Edition augmentée = Atlas Maior

Deux types de mise en page des figures : soit en ornementation des cartouches, soit en bandeaux latéraux, d'apparition plus tardive vers 1610 (Petrus Kaerius), epmloyé pour les cartes de continents et de pays.

Restitution « au vif »

Figures définissant l'urbanité par leurs postures, témoins d'une sociabilité de la promenade, de la conversation, de la courtoisie (dames saluées en chemin, mains tendant des fleurs, chapeau bas, mais d'une femme tenue pour marcher) , de la tendresse amoureuse, ou de la sociabilité musicale.

Edition tardives du Civitates après 1598 s'intitulent : livre V : Urbium praecipiuarum Mundi Theatrum quintum

Volume 3 (1582) : http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/braun1582bd3?sid=29bc7f0a84104ab5e3c59bd1bb15d862


Antique map with three views by Braun and Hogenberg: 
Engraved after drawings by Georg Hoefnagel. 

LOS PALACIOS Y VILLAFRANCA 

COMMENTARY BY BRAUN: "Los Palacios, a small town in Hispania Baetica, lies beside an ancient castle five miles from Seville, on the road that you take to Cadiz or San Lucar. In summer this road is so dusty that you can hardly find your way, but you need a compass like a seafarer in order not to get lost and suffocate from the great heat." 

The view shows Los Palacios, situated south of Seville on the road to Jerez de la Frontera, with its fortress complex from the Moorish era. It was conquered by Ferdinand III of Castile (St Ferdinand) in the mid-13th century. One hundred years later Peter I of Castile, called the Cruel, built an new castle on the ruins of the fortress. In the 18th century Los Palacios merged with the neighbouring commune of Villafranca de la Marisma, hence its present name of Los Palacios y Villafranca. Hoefnagel and Maleparte can be seen riding past in the foreground. 

LAS ALCANTARILLAS 

COMMENTARY BY BRAUN: "Alcántara, in Spanish Las Alcantarillas, is a place with a bridge over the Palacios marshes. [...] This bridge was built by the Romans, to make it easier to cross the wet and boggy ground, and is famed for its height and wonderfully skilful construction. On one side of the bridge stands a mosque or an old heathen temple belonging to the Moors, which is now consecrated and always closed." 

Hoefnagel's travel sketch shows Las Alcantarillas amidst marshland (Marisma) created by the Guadalquivir. The mosque (Mesquita) is visible on the far left, while the centre of the picture is dominated by the Roman stone bridge. Beyond the inn on the right is a glimpse of the large lake then still in existence. The name Las Alcantarillas derives from the Arabic "al-Qantara", meaning "bridge". In the left-hand background lies the goal of Hoefnagel and Maleparte's journey, Las Cabezas. 

LAS CABEZAS DE SAN JUAN 

COMMENTARY BY BRAUN: "Las Cabezas de San Juan is a small town in Hispania Baetica and lies very near the above-named bridge of Las Alcantarillas at the foot of the mountains that run south towards Málaga. That it was formerly a large city is still amply demonstrated by its ruined walls." 

On a hill not far from Lebrija, between Seville and Jerez de la Frontera, lies the small town of Las Cabezas de San Juan. The mountain on the left, captioned Sierras de Ronda, in fact lies substantially further away. The ruins mentioned in the text may well represent remains from the Iberian period: Hannibal built a number of defensive towers in Las Cabezas in the 3rd century BC. The artist has immortalized himself at work, seated on a rock in the foreground. (Taschen) 

Signed and dated at bottom centre: Painted by Georg Hoefnagel in the year 1565. 

Date of the first edition: 1596 
Date of this map: 1623 

Copper engraving 
Size: 36.5 x 49cm (14.2 x 19.1 inches) 

Urbium praecipuarum mundi theatrum quintum. Auctore Georgio Braunio agrippinate planche 10

Hoefnagel, Dessin préliminaire de la planche 10, autoportrait de l'artiste devant Cabeças, Albertina, Vienne (sur le site NKD)

Hoefnagel, Dessin préliminaire de la planche 10, autoportrait de l'artiste devant Cabeças, Albertina, Vienne (sur le site NKD)

Joris Hoefnagel, 1565, Cabeças (détail) Cabeças University of South Carolina. Irvin Department of Rare Books and Special Collections.

Joris Hoefnagel, 1565, Cabeças (détail) Cabeças University of South Carolina. Irvin Department of Rare Books and Special Collections.

Bien que nous disposions d'un portrait de Hoefnagel par Sadeler, datant de 1592, et bien que le peintre ait signé plus tard ses œuvres non seulement de son nom, mais aussi de rébus ou de sortes d'armoiries parlantes faisant appel au clou (Nagel en flamand), ou d'emblèmes comme le Hibou associé au Caducée, je crois qu'il ne s'est jamais représenté lui-même physiquement ailleurs que dans cette planche (si on omet les voyageurs de ses diverses planches) . Ce choix, pour un volume qui paraît alors qu'il est proche de la fin de sa vie (il meurt en 1600 ou 1601), est certainement riche de sens.

.

La Nature observée "sur le vif".

Si Hoefnagel se peint face à ce paysage, c'est certainement en rapport avec la devise qu'il avait adopté dans sa vue de Séville de 1573, Natura sola Magister. L'objectif (le terme est approprié) du peintre est de copier fidélement la nature, suivant la règle qu' Antoine du Pinet avait fixé aux chorographes (ceux qui dressent des vues de ville et non des cartes) : 

  "Mais la Chorographie sert à representer au vif les lieux particuliers, sans s’amuser à mesures, proportions, longitudes, latitudes, ny autres distances Cosmographiques : se contentant de montrer seulement à l’œil, le plus près du vif qu’elle peut, la forme, l’assiette, & les dependances du lieu qu’elle depeint : comme seroyent les Fortz, Cittadelles, Temples, Rues, Colysees, Arenes, Places, Canaux, Viviers, Havres, Moles, & autres bastimens de marque qui pourroyent estre en une ville, avec le païsage d’alentour, & les traffiques d’icelle. De sorte qu’on pourra prendre la Geographie pour celle qui represente un corps en general : & la Chorographie pour celle qui espluche toutes les parties du corps, iusques au moindre poil de barbe. Antoine du Pinet, Plantz, pourtraitz et descriptions de plusieurs villes et forteresses" (Lyon, 1564), pp. 13-14.

Copier le paysage "à l'œil, le plus prés du vif qu'il peut" ..."jusqu'au moindre poil de barbe", c'est ce que veut faire Hoefnagel, et il nous en donne la démonstration en se montrant face à son sujet, comme un artiste d'atelier face à son modèle.

Pourtant, rien n'est moins "naturel", rien n'est plus construit et plus pensé que ses Vues. Pour lui, comme pour Léonard de Vinci, la peinture est une affaire cérébrale, la pittura e cosa mentale. D'une part, ses dessins réunissent dans le même cadre plusieurs anecdotes, plusieurs observations qui n'ont certainement pas eu lieu au même moment, mais qu'il a regroupé. D'autre part, ces observations sont choisies, afin de ne retenir que celles qui témoignent soit des costumes, soit des techniques professionnelles, soit de la découverte d'antiquités. Enfin, ces regroupements sont stéréotypés, ils obéissent aux exigences des attentes du public ou de la pratique des collègues. 

.

Une inscription significative ?

Sur la roche sur laquelle il s'est installé, notre dessinanteur a inscrit, en imitant une épitaphe ancienne, le texte suivant  :

Non, se, haze, nada, nel, con /seio, del Rey , senza CABEÇAS / Depingebat Georgius Houfnaglius / Anno 1565.

La deuxième moitié du texte se traduit bien-sûr par "peint par Georges (Joris) Hoefnagel, Année 1565". 

La première partie serait mystérieuse si elle n'était pas expliquée dans le texte qui accompagne le dessin en son verso :

 "Cabecas est un bourg de l'Espagne Baetique tout proche du pont d'Alcantara, siz sur la croupe des montagnes qui s'estendent du costé de midy iusques a Malaga, les vestiges de ses ruines font paroistre que ça esté autresfois une grande ville, aujourd'huy que les habitants de ce lieu se nourrissent des terres qu'ils cultivent, & des fruicts que la terre leur produit, comme aussi des passants qui y passent en grand nombre, tirants par ce chemin depuis Seville a Calis & a sainct Luc. Et pource que Cabecas veut dire chef, les habitants de ce lieu se glorifient de ce commun dire Non se hase nada nel Conseio del Rey sensa Cabecas, qu'ils interpretent en ceste sorte a leur avantage comme s'ils disoient que le Roy ne tient jamais son conseil sans chefs, c'est à dire, sans prudence & iugement, lesquelles vertus sont contenues dans le chef."

Cette devise est attestée (ou reprise) en 1715 par Juan Alvarez de Colmenar :

"Les habitans ont pour devise, Non se haze nada nel Consejo del Rei senza Cabeças : la pointe consiste en ce que le nom de leur ville signifie la tête ou la Caboche ; comme s'ils voulaient dire que, rien ne fait au conseil du roi sans Caboche." Les délices de l'Espagne et du Portugal où on voit une descrition exacte des Antiquitez, .. page 457.


 

 Si on accepte de considérer que Hoefnagel n'a pas accompagné par hasard son autoportrait et sa signature de cette devise, mais qu'en se peignant au dessus de cette phrase il se l' ait approprié, on m'accompagnera peut-être dans ma proposition de l'interprèter ainsi : "Rien ne se fait dans ma peinture sans Caboche", "Rien ne se fait chez moi qui ne soit pensé". Et s'il adopta plus tard le clou comme emblème-signature, c'est peut-être aussi parce que cette "petite pièce métallique pointue,  utilisée dans les métiers du bâtiment pour fixer ou décorer" (CNRTL) est "généralement pourvue d'une tête"  (idem).

Joris Hoefnagel est né à Anvers en 1542 : il a donc alors 23 ans. Fils d'un riche diamantaire converti au protestantisme, il a reçu la meilleure éducation inspirée de l'idéal de la Renaissance, notamment lors d'un séjour à Orléans et à Bourges entre 18 et 20 ans (de 1560 à 1562). A Poitiers, il peint en 1561 la Pierre Levée, sur la voie romaine Lemonum: Un an auparavant, Gérard Mercator, Abraham Ortelius, les graveurs  Philippe Gall et Franz Hogenberg y avaient gravé leur nom, et on peut imaginer que Hoefnagel connaissait leurs travaux de cartographie et s'y intéressait ( Carte du monde de Mercator en 1538 ; planisphère de l'Europe de Mercator en 1554 ; Ortelius est inscrit comme enlumineur de cartes à Anvers depuis 1547 et a publié sa première carte, Typus Orbis Terrarum en 1564, gravée par Franz Hogenberg), mais aussi qu'en y gravant son nom, il s'inscrivait dans leur filiation. En effet, quoique cela fut une tradition pour les "Bitards" (étudiants) de Poitiers de s'y rendre et d'y grimper, les noms correspondent soit à des cartographes (dont l'auteur du Civitates Orbis Terrarum) et graveurs, soit aux camarades flamands d'Hoefnagel et de leur précepteur : "Georgius Houfnaglius, Obertus Gyfanius Buranus paedagogus 1561 Guilhelmus Mostaert 1561, Robertus van Haften 1561, Ioannes A Blõmedael, Philippus Gallius A° 1560,  Henrius Goltzius.1577, Georgius Braun Coloñ 1580, Gerardus Mercat[or] A° 1560 Johannes Sadeler, Abrahameus Ortelius, Bartholomeus xx 1569."

 

Voir J. Jarry page 125

 

Voir Sanderusmaps : http://www.sanderusmaps.com/detail.cfm?c=7669.

 

 

Hoefnagel, Pierre Levée de Poitiers, Urbium Praeipuarum Mundi Theatrum Quintum Auctore Georgio Braunio Agrippinate. Part 5. Köln, 1598 (Sanderusmaps)

Hoefnagel, Pierre Levée de Poitiers, Urbium Praeipuarum Mundi Theatrum Quintum Auctore Georgio Braunio Agrippinate. Part 5. Köln, 1598 (Sanderusmaps)

.

 

 

Destiné comme ses frères à poursuivre les affaires commerciales familiales, notamment par la création d'un réseau dans les grandes villes d'Europe (les membres de sa famille seront à Londres, Hambourg, Stade, Francfort, Nuremberg,  Vienne ou Prague), il a rejoint à Séville les marchands néerlandais comme Louis de Malaperte, et devint ami du jeune Nicolas de Malaperte, avec lequel on imagine qu'il voyage en Andalousie. Mais son intérêt le porte surtout vers le dessin et la peinture, et il s'exerce depuis son séjour en France à des vues de paysage et de ville. Sa manière de procéder montre qu'il ne suit pas son inspiration, mais qu'il obéit, comme nous l'avons vu, aux règles de la chorographie. Or, l'un des principaux théoriciens de cet art, Pierre Apian (Petrus Apianus, 1495-1552, astronome et imprimeur d'Ingolstadt), a publié sa Cosmographie à Anvers en 1544 ; le folio 4r définit la Chorographie ou Topographie en opposition avec la géographie (la cartographie) comme la science qui ...

...consydere ou regarde seulement aulcuns lieux ou places particulieres en soymesmes, sans avoir entre eulx quelque comparaison, ou samblance avecq lenvironnement de la terre. Car elle demonstre toutes les choses & a peu pres les moindres en iceulx lieux contenues, comme sont villes, portz de mer, peuples, pays, cours des rivieres, & plusieurs aultres choses samblables, comme edifice, maisons, touyrs, & aultres choses samblables, Et la fin d'icelle sera acomplie en faisant la similitude daulcuns lieux particuliers, comme si ung painctre vouldroit contrefaire ung seul oyel, ou une oreille. Pierre Apian, La Cosmographie, Anvers, Grégoire, Bonte, 1544, Ière Partie, chap. I : Géographie, Chorographie et la similitude d'icelles. Bnf http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6335840k/f17.image

Une image valant mieux qu'un long discours, Apian compare la Géographie à un visage (l'ensemble de la tête vue de profil), et la Chorographie au seul œil, ou à la seule oreille de cette tête.  

 

.

En Espagne, Hoefnagel a pu aussi entre en relation ou apprécier les travaux d' Alonzo de Santa Cruz ( Séville , 1505 - Madrid , 1567 ),  fils d'un riche homme d'affaires de Séville, cosmographe de la Casa de la Contratacion de Séville en 1536, cosmographe de Charles Quint puis de Philippe II. Dans son  "Livre des Longitudes"  Libro de las longitudines y manera que hasta agora se ha tenido en el arte de navegar, con sus demostraciones y ejemplos rédigé en 1554, il précise les différences entre cosmographie et chorographie.

.

.

En résumé, le jeune fils de diamantaire Joris Hoefnagel se dépeint en 1565 face à la ville andalouse de Cabéças en tant que chorographe attentif à tracer le portrait d'une ville dans son paysage et dans la réalité anthropologique de ses mœurs. En adoptant sa devise basée sur le jeu de mot Cabeças / Caboche, il réclame pour sa peinture le statut d'œuvre intellectuelle participant à l'inventaire du Monde menée par les scientifiques depuis la Renaissance. Forme de l'imitation, comme la cosmographie, elle s'impose le respect fidèle de son modèle, la Nature, mais elle la recrée et elle l'ordonne en y inscrivant un sens. Les mêmes principes ameneront Hoefnagel, devenu peintre de cour à Munich et Innsbruck, à devenir un précurseur du "naturalisme scientifique" ou représentation scrupuleuse quasi microscopique des objets de la Botanique et de la Zoologie (insectes notamment), tout en plaçant ces objets naturels au cœur d'un réseau d'inscriptions, d'emblèmes, d'épigrammes et de références religieuses ou ésotériques qui l'amèneront à se définir comme "inventor hieroglyphicus et allegoricus". 

.

J'ai terminé ma réflexion sur cet autoportrait et son inscription, mais, puisque je suis là et vous aussi, examinons les deux autres vues pour les situer géographiquement, et retrouver des éléments d'histoire.

Les trois vues ne sont pas orientées de la même façon, mais le chorographe prend soin d'indiquer les points cardinaux. 

.

PALACIOS.
La premiere, celle de Palacios, est orientée ("Occidens -Septentrion") selon un axe Sud-sud-ouest / Nord-nord-ouest, soit selon l'axe Palacios-Séville. Les voyageurs viennent du sud, et donc  de Cabeças, ou du moins de Cadix par Jerez de la Frontera   puisqu'une inscription indique Camino de Cadix para Sevilla. Ils sont accompagnés d'un écuyer (à pied, brandissant une épée) et d'un soldat portant une lance. Outre un berger, une haute maison (Meson), l'église et son clocher, une croix de calvaire, et Séville en arrière-plan (Sevilla), on remarque surtout un chateau entouré de remparts. La ville correspond à l'antique Searus puis Searotinus, sur l'ancienne route  reliant les villes romaines de Gades (Cadix) et d' Hispalis (Séville).  Les musulmans la nommaient Saracatin devenu Saracatino et y établir une foretersse maure appellée Al-mudeyns ("petit village"). Elle fut conquise par Ferdinand III de Castille  dans le milieu du 13e siècle. Cent ans plus tard Pierre Ier de Castille, dit le Cruel, construit un nouveau château  ("Al Atalayuela") sur les ruines de la forteresse pour disposer d'une résidence pendant les saisons de chasse. Ce palais (palacios) est à l'origine du nom de la ville. Au début du XVe siècle, la propriété appartient au Duc d' Arcos.  Au 18ème siècle, Los Palacios a fusionné avec la commune voisine de Villafranca de la Marisma (des Marais), d'où son nom actuel de Los Palacios y Villafranca. 

Hoefnagel en donne la description suivante :

PALACIOS : "Palentia vulgairement Palacios est une petite ville de l'Espagne baetique ou Andalouse, au costé de laquelle est un château fort antique situé à cinq lieues de Séville sur le chemin qui tire en l'isle de Calis* & à Sainct Lucar**, les habitants s'entretiennent & se nourrissent du labourage, & du passage qui est fort fréquenté de ceux qui veulent aller à Labissa***, par le bas chemin, à l'entour duquel ne sont que marécages, lieux humides et aquatiques qui durent cinq lieues, que les Espagnols appellent Marisma****, si que en hyver on n'y sauroit passer, & est-on contraint de prendre le haut chemin du costé d'Alcatara & de Lubecas. Au contraire en esté le chemin est si couvert de poussière que l'on n'y peut bonnement aller, mais tout de mesme les mariniers se munissent d'un compas : pour affin qu'ils puissent mieux tenir leur route, de mesme il faut aussi que ceux qui vueillent aller par ce chemin icy, s'ils ne vueillent mourir de soif (car ce n'est pas chose nouvelle d'y voir des passants gisants morts, estouffez de l'ardeur du soleil et de soif) de prendre du vin avec soy dans des bouteilles de cuir, & les pendre à l'arçon de la selle de leurs chevaux (les Espagnols appellent ces bouteilles Borateias*****) car sur le chemin qui dure cinq lieues on n'y trouve point d'ostelerie, ce lieu estant inhabitable, en hyver à cause de l'abondance des eaux, & en esté à cause de la trop grande ardeur du soleil, & partant de lieu est tout entier desert & enfusche, voire il n'y a pas un seul arbre soubs lequel on se puisse mettre à l'ombre pour se refraischir."

* Cadix. ** Sanlucar de Barrameda, à l'embouchure du Guadalquivir, escale des galères  au XVe siècle et point de départ de l'expédition de Magellan en 1519. *** Lebrija . ****actuel Marismillas. *****Boratejos au XVIIe siècle ; voir l'espagnol Borracho.

 

ALCANERILLA

Cette vue est orientée avec le sud (meridiens) à gauche et l'ouest (occidens) à droite : l'observateur dirige donc son regard vers le sud-ouest,  entre les hauteurs de Cabeças à gauche et les marécages de Marisma à droite. On lit aussi les indications Mesquita (Mosquée), Aestuarium vulgo Marisma. Les voyageurs sont sur la route de Palacios et de Séville, Camino para Palacios y Sevilla, et se dirigent vers Cabéças. La venta désigne l'auberge. Alcantara se situerait donc à peu de distance au nord-est de Cabéças. Cette fois-ci, les voyageurs accompagnent une Espagnole qui monte sa mule en amazone. La description est la suivante :

ALCANTARA

  "Alcantara que les Espagnols appellent Alcantarilla, est un pont qui est basty dessus ces marécages de Palacios quelque peu esloingnée de la rivière de Bætis du main gauche, vers le midy en un lieu qui est haut & un peu eslevé. La magnificence de sa structure monstre que les Romains l'ont faict bastir , l'on void encore des deux costez de la plus grosse tour, les bases & chapiteaux des piliers qui estoyent de iaspe vert, lesquels ont esté transportéz en l'Eglise cathedrale de Séville pour servir d'ornement au grand autel. Ce pont qui n'a esté à autre subject basty sinon pour pouvoir passer aisement ces marécages ensemble celuy de Segovie sont grandement louez par Lucius Marineus de Séville au livre I de Reb. Hisp. Au chap. des fleuves du Royaume , & ce à cause de sa hauteur, œuvre & artifice remarquable . De l'un des bouts de ce pont est une Mosquée (Mesquita) qui estoit autresfois un temple des Mores, maintenant dédié à la religion Chrestienne qui est tousiours fermé. De l'autre bout est Venta une hostelerie, selon qu'on en void plusieurs semblables dans toutes l'Espagne. Au Royaume de Castille l'on pourra voyager deux ou trois iours sans trouver ny ville ny village, mais seulement de telles ventas ou hosteleries, où on est contrainct de se retirer pour se reposer & refraischir. Les hostes de ces quartiers & des villages & bourgs d'alentours qu'ils appellent Messones ont une correspondance par ensemble qu'ils nomment hermandat : c'est que s'il y a quelques voleurs sur les chemins qui detroussent et volent les passants, tout aussi tost qu'ils en sont advertys ils montent à cheval & en font ensemble une diligente recherche. Estant ceste louable police exactement observée, si que quasi par toute l'Espagne on peut voyager seurement en tout temps."

 

C 'est la gravure la plus intéressante sur le plan historique. Débutons par la géographie, inséparable de l'Histoire. Nous sommes ici dans ce qui est devenu aujourd'hui  le Parc Naturel du Bras Est du Guadalquivir,  l'un des bras les plus anciens de la rivière Guadalquivir , qui se ramifie pour former un marais . Cette zone humide est formée par des sédiments quaternaires où se chevauchent alluvions de gravier, de sable, de limon et d'argile, avec une ceinture de végétation naturelle. Cette région est caractérisée par de vastes zones planes et basses, où  pousse une végétation palustre et méditerranéenne. Les espèces dominantes de la végétation sont les roseaux, les "Castañuela" (Bunium incrassatum) et les joncs.

Hoefnagel a parfaitement représenté les oiseaux des marécages : quatre canards prennent leur envol, eà coté de trois échassiers.  En plus de nombreux autres oiseaux aquatiques, les espèces les plus intéressantes aujourd'hui sont le  Héron cendré et le Héron pourpré, le Blongios , les poules sultanes, les  oies , et les cigognes blanches, qui trouvent ici un lieu de repos proche des rizières voisines de Los Palacios, Puebla del Rio et Isla Mayor. Les colonies d'ardeidae , principalement de Crabier chevelu Ardeola ralloides et de hérons s'y sont établis entre les roseaux et les phragmites.dans les années 2000  existaient encore dans cet écosystème d'importantes colonies de cigognes noires , qui ont maintenant presque complètement disparues. (Wikipédia)

Après cette Sortie nature, plongeons-nous dans les cartes et dans les livres, car Hoefnagel nous offre ici un témoignage unique d'un monument d'antiquité, le Pont Romain, situé sur la célèbre Via Augusta qui reliait Cadix à ...Rome, sur 1500 km. Prévoyez le casse-croûte, la route sera longue.

.

.

II.  ENQUÊTE SUR LE PONT ROMAIN DE LAS ALCANTARILLAS (UTRERA).

.

                                                        LA VIA AUGUSTA.

J'ai largement emprunté à l'article de Pierre Sillières.

L'Andalousie, peuplée d'Ibères, a été colonisée par les Phéniciens, qui y établirent le royaume de Tartessos, (13e-6e siècle av. J.C), puis par les Carthaginois. Aux Tartessiens succédèrent, dans la basse vallée du Guadalquivir,  les Turdétans ou Turdules.

La Via Heraclea 

a précédé la Via Augusta. C'était une route historique importante qui parcourait  la péninsule ibérique depuis le sixième siècle avant JC. Elle a été utilisée principalement pour le commerce entre les colonies grecques de l'est de l'Espagne, Carthage, et les territoires de Turdetani( Bétique , Andalousie ), basé sur l'exploitation des mines de plomb argentifères de la Sierra Morena, et des mines de cuivre (Huelva), la culture de la vigne, de l'olivier et des céréales, l'élevage d'ovins, de bovins et de chevaux, et la fabrication de garum. Lire  Strabon, Géographie,III,2,9.

 

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/casa_0076-230x_1972_num_8_1_2780

 

 Pendant la première guerre punique des Romains contre Carthage, le général carthaginois Hamilcar Barca, pour prendre le contrôle des mines,  débarqua à Cadix et établit dans le sud de la péninsule sa base d'opérations contre les Romains de 237 à 228. Les chefs turdétans Istolacio et son frère Indortes furent vaincus, torturés et crucifiés. Lors de la deuxième guerre punique, menée par son fils Hannibal, celui-ci consolide ses possessions hispaniques,et, à cette occasion, il dote la ville de Las Cabezas (alors Cvnbaria, qui frappait sa monnaie) de nombreuses tours défensives : on pense que l'une d'entre elle apparaît sur la gravure de Hoefnagel. En 204 av. J.C, les Romains s'emparent de Cadix ; Scipion l'Africain crée près de Séville la ville d'Italica pour accueillir les anciens combattants de la bataille d'Ilypa, et la voie romaine passe donc par Italica (Santiponce). 

Sous Jules César est constituée la province de la Betica, placée sous le contrôle du Sénat.  Mais ce n'est qu'en 40 av. J.C sous l'empereur Auguste que débutera vraiment l'intégration de l'Hispanie.

La navigation sur le Guadalquivir.

Le Guadalquivir était navigable jusqu'à Hispalis ( Séville) pour des navires de haute mer, jusqu'à Illipa Magna (Alcala del Rio) pour des bateaux de charge moyenne, et jusqu'à Corduba (Cordoue) et Astigi (Ecija) pour de petites embarcations. En été, le régime des basses-eaux limite les possibilités.

La Via Augusta.

Pour favoriser le déplacement des troupes (la riche vallée du Guadalquivir continuait à attirer la convoitise des tribus celtibères de la Sierra Morena et de la Meseta) et le commerce avec la métropole (vins, métaux, huile et salaisons ou garum), il fallut transformer les pistes de l'Andalousie pré-romaine et la Via Heraclea en de véritables voies de communication. 

 

"La route qui paraît avoir reçu tous ses soins fut la grande artère interprovinciale reliant Rome à Cadix par la côte méditerranéenne et la vallée du Guadalquivir. Elle passait par les plus importantes cités de l'Occident romain, Narbonne, Tarragone, Cordoue, Cadix et reliait tous les centres administratifs de la province de Bétique, Cordoue la capitale, Ecija, Seville, Cadix, les chefs-lieux de conventus. Par elle venaient les fonctionnaires impériaux et les courriers apportant ordres et nouvelles. C'était l'axe de direction et de gestion de la Bétique." (P. Sillières)

Les sources de documentation :

a) Les quatre Gobelets de Vicarello : ces quatre gobelets d'argent du Ier siècle, en forme de bornes milliaires, énumèrent sur quatre colonnes les étapes (mansiones) et les distances d'un itinéraire allant de Gadès (l'actuelle Cadix, en Espagne) à Rome en passant par le sud de la Gaule et le col de Montgenèvre. Ainsi nous savons qu'à partir de Gades, les distances étaient Distance de Gades : Ad Portum 24 milles romains , Hastam 16 M, Ugiam 27 M., Orippum 24 M., Hispalim 9 M., Carmonem 22 M., Obuclam 20 M., Astigim 15 M., Ad Aras X12 M., Cordubam 23M. 

b) L'Itinéraire d'Antonin, rédigé sous Dioclétien (IVe siècle) donne les distances de 372 itinéraires des routes romaines, dont 37 en Hispania.

 

 

c) La carte de Peutinger est une copie d'une carte du monde datant du IVe siècle (mais basée sur celle de M.V. Agrippa, ami de l'empereur Auguste. Mais elle ne peut être utilisée ici, ma partie la plus occidentale étant perdue.

Les bornes milliaires. Le nom de Via Augusta est attestée sur un milliaire de Cordoue, et sur une stèle de marbre noire conservée au Musée archéologique de Séville, datées des Flaviens en 70-90 ap. J.C.. 

"Dans la Rome antique, les bornes milliaires étaient des bornes routières en pierre généralement en forme de colonne portant une inscription et destinées à marquer les distances sur le tracé des principales voies romaines d'Italie et des provinces romaines. Comme leur nom l'indique, les distances étaient mesurées en milles romains, soit environ 1 460 mètres.

Les milliaires, le plus souvent, se présentent comme des colonnes cylindriques ou ovalisées, parfois parallélépipédiques, de calcaire, de grès, de granit ou de basalte, dont la base est cubique et en saillie pour permettre un enracinement plus solide, et dont la hauteur varie de 2 à 4 m.

Contrairement à ce que leur nom pourrait laisser croire, les bornes milliaires étaient élevées non pas de mille en mille mais simplement pour rappeler les travaux d’entretien des voies romaines, ordonnés par l’Empereur ou par le fonctionnaire placé sous son autorité." (Wikipédia)

A l'entrée de la Bétique, un Arc du Janus Augustus (attesté déjà en -2 av. J.C), portait peut-être une dédicace à l'empereur. Il se trouvait  sans doute à l'entrée ou à la sortie d'un pont franchissant le Guadalquivir non loin de Mengibar . Les distances des bornes étaient complétées depuis le Janus jusqu'à l'Océan Atlantique , Les voies de communication antiques de l'Andalousie.

.

Les relais. 

Des haltes étaient aménagées le long de cette voie. Les mansiones, étapes pour la nuit, étaient éloignées de 30 à 35 milles environ (45 km) , tandis que les mutationes, simples relais pour changer de monture, se trouvaient tous les 8 à 12 milles (15 km). Les étapes — Astigi-Carmo, 35 milles; Carmo-Hispalis, 22 milles; Hispalis-Ugia, 33 milles; Ugia-Hasta Regia, 27 milles —  correspondent au rythme de la marche dans l'Antiquité.

 1) Mansiones. Le tracé de la Via Augusta étant établi avec précision, il paraît possible de fixer le site des stations romaines : Cordoue, Astigi ou Ecija (Astigi),  Carmona, Séville, Las Mesas de Asta ("Hastia Regia"), Las Torres de Alocaz  ("Ugia"), et  Cadix.

2) Mutationes. Les itinéraires antiques en mentionnent très peu; seules ont été indiquées celles qui se trouvaient dans des agglomérations importantes. Mais les relais en rase campagne, avec le plus souvent un établissement sommaire, ont été oubliés. Alors que les positions d'Ad Aras, Obulcula, Orippo et Ad Pontem ne présentent guère de difficultés, l'emplacement de Portus Gaditanus est plus controversé.

.

Les ponts. 

Voie romaine de première importance, la Via Augusta comportait certainement un grand nombre de ponts pour être praticable en toutes saisons. II devait en exister sur toutes les rivières et même sur de nombreux ruisseaux car le moindre ruisselet totalement sec les trois-quarts de l'année peut, en quelques heures, devenir un dangereux torrent et couper la route. Sur la portion Cordoue-Cadix, il ne persiste que les ponts de  Cordoue ; le «Puente Viejo à sept arches sur le Guadajoz ; le pont d'Ecija ; le pont de Carmona ; le pont d' Alcantarillas qui est celui qui nous intéresse ici ;  Le pont de Suazo ; Le pont sur le Guadalmazan ; le Pont sur le Guadalete à Puerto de Santa Maria. Le pont romain de Cordoue, édifié en 45 av. J.C, doté de seize arches, est particulièrement célèbre . On notera qu'il était encadré par une porte romaine, puis maure, et sur l'autre extrémité par la Tour de Calahorra édifiée par les Almohades au XIIe siècle et dont la porte est encadrée de deux tours carrées. Cela peut fournir un élément de comparaison avec le pont fortifié que représente Hoefnagel.

.

 

La voie   La Via Augusta est le plus souvent une route de plaine avec un tracé rectiligne sur d'assez longs tronçons: par exemple, entre Carmona et Seville, il y a 20 km de ligne droite; de même de Seville au pont d'Alcantarillas, où les rares changements de direction se font par des tournants à grand rayon de courbure. Elle est  formée de cinq couches, et était installée sur un remblai dominant les champs de 0,60 à 1 m. Cet "agger" (levée de terre)  devient même la règle dans les zones basses de la Ribera du Guadalquivir ou des Marismas, où il servait à la fois à fonder plus fermement la route et à la mettre à l'abri des eaux.  Chaussée et remblai ont une épaisseur de 1,20 m.  La largeur de la voie, bas-côtés compris, variait de 8 à 10 m mais elle diminuait sensiblement au passage des ouvrages d'art ( pont d'Alcantarillas 4 m), sur lequel deux charrettes pouvaient cependant encore se croiser .

.

© Sémhur / Wikimedia Commons 

http://es.wikipedia.org/wiki/V%C3%ADa_Augusta#/media/File:Via_Augusta_map-fr.svg

 .

Le parcours de Cadix à Cordoue, et les distances depuis Cadix:

 Gades (Cádis) - Porto Gaditano, 22 à 24 milles  -   - Úgia (Torre Alocaz, ), 36 milles - Hasta Regia (Las Mesas de Asta) , 42 milles - Óripo (Dos Hermanas) - Híspalis (Seville) - Carmo (Carmona ) - Óbucla ou Obúlcula (La Monclova, Fuentes de Andalucía) - Colônia Augusta Firma Ástigis (Écija ) - Córduba (Córdoba)

.

Son devenir.

Avec l'installation des Arabes, la Via Augusta conserva une grande importance comme liaison entre les opulentes cités de Seville et de Cordoue et comme axe des possessions musulmanes à partir de la capitale d'Al-Andalus vers le Levant et la Catalogne. Mais elle perdit son nom, les Arabes l'appelant seulement al rasif, c'est-à-dire "la chaussée construite et surélevée" .

Après la Reconquête la route conserva son nom arabe, à peine transformé en arrecife  (ou Récifé).

"Par la suite, le Sud de l'Espagne connut deux grands bouleversements politiques, l'occupation arabe et la Reconquête, qui s'accompagnèrent de modifications du réseau urbain avec, en particulier, la disparition de quelques vieilles cités comme Hasta Regia ou Ugia. Aussi la voie antique qui était adaptée au réseau urbain romain fut-elle, sur certains tronçons, abandonnée ou doublée par des chemins nouveaux.

La première partie de la voie à être délaissée fut le trajet de la Venta del Cuervo à Puerto de Santa Maria, et ceci peut-être à la fin du Califat de Cordoue ; mais, déjà, elle n'était plus beaucoup fréquentée puisque aucune réparation arabe n'y a été faite . Cet abandon précoce peut s'expliquer par un déclin rapide de la colonie romaine Hasta Regia au profit de Jerez de la Frontera. Ce tronçon est également le seul pour lequel le nom d' arrecife n'apparaisse nulle part, ni dans des documents anciens ni dans la toponymie.

Mais c'est pendant la période moderne que la Via Augusta fut la moins utilisée: entre Cordoue et Seville, les voyageurs passaient par Alcazar, Ecija, Fuentes de Andalucia, et Carmona et l'ancienne voie romaine n'était empruntée qu'en temps de pluie ; au Sud de Seville, c'était la même chose, on suivait un chemin qui traversait toutes les petites villes, Dos Hermanas, Los Palacios, Las Cabezas de San Juan, Lebrija et continuait par Jerez vers Cadix . Le moment de l'abandon se place sans doute après la Reconquête." (P. Sillières)

On déduit de ce qui précède que Joris Hoefnagel dans son séjour en Andalousie en 1563-1565 n'a du emprunter la voie romaine que lorsqu'elle rejoignait le chemin (camino) reliant les villes contemporaines.

Sous Philippe II, un chemin reliant (entre autre) Utrera et Palacios et longeant le canal de Los Presos reçut le nom de Vereda La Armada, car il fut employé par les contingents militaires rejoignant les ports d'embarcation en venant du nord de la province. Il est aussi désigné sous le nom de Cañada Real de la Armada : voir le tracé sur Google.

On parle aussi du Camino del Romano, et de Camino Real.

.

La reconstitution de la Via Augusta dans le secteur parcouru par Hoefnagel.

Si nous voulons suivre Joris Hoefnagel et Nicolas de Maleperte lors du trajet pendant lequel les trois vues de Palacios, Alcanerilla et Cabeças furent dressées, il est possible d'utiliser les travaux de Pierre Sillières qui lui permirent de reconstituer l'ancienne voie romaine, l'Arrecife médiévale. 

Pour cela, il a retrouvé à la Bibliothèque du Palais Royal à Madrid douze plans au 1/220.000 environ, levés lorsque Floridablanca était surintendant des chemins c'est-à-dire vers 1785. Trois routes y figurent : la route nouvelle construite à la fin du 18e s. représentée à trait continu (actuelle N.IV), le Camino Real (Chemin Royal)  en gris, et « l'arrecife antiguo» en tirets. Mais, lorsque le tracé de la route nouvelle reprend celui du Camino Real ou de l'arrecife, c'est seulement la première qui apparaît . 

 

"De Cordoue à Cadix, la Via Augusta était une route de plaine et jamais elle ne rencontrait de grand obstacle. Après avoir quitté la plaine alluviale du Guadalquivir immédiatement au Sud de Cordoue, elle s'installait sur les terrasses du fleuve jusqu'à Séville en touchant à peine l'extrémité septentrionale des Alcores à Carmona. Ensuite de Séville à Cadix, elle empruntait assez longtemps la Ribera du Guadalquivir avant de s'aventurer dans les Marismas.

 Au Sud de Séville, il n'y a plus de relief notable: la route antique parcourait d'abord la Ribera du Guadalquivir puis rejoignait les basses collines à l'Est du fleuve. Mais elle était obligée de les quitter pour atteindre Hasta Regia (Las Mesas de Asta), puis Gades et devait alors surmonter le seul obstacle naturel, l'eau et la marée, au franchissement des bras de la Marisma , puis du Guadalete et du Cafio Sancti Pétri."

 

Le plan levé par ordre de Floridablanca qui représente l' arrecife antiguo passant par Dos Hermanas, le pont d'Alcantarillas et se dirigeant vers Las Torres de Alocaz :  la voie antique ne passait pas par Las Cabezas de San Juan. La photographie aérienne permet de corriger une légère erreur du plan de Floridablanca : la voie antique ne passait pas par Los Palacios y Villafranca mais 1 km à l'Est de cette localité. Ensuite une ligne blanche parallèle à la route nationale IV rejoint le pont d'Alcantarillas . 

"La voie romaine est bien connue, puisque le Camino y arrecife viejo de Câdiz a Sevilla est appelé calzada romana sur la carte au 1/50.000 (feuille de Dos Hermanas, n° 1.002). Elle est en fort agger au-dessus de la plaine basse. Mais elle ne passe pas dans Los Palacios y Villafranca qu'elle laisse à l'Ouest , avant de se diriger vers le pont d'Alcantarillas en restant à peu près parallèle à la route nationale IV . Après ce pont antique, leurs tracés se rejoignent et la voie romaine, comme la route actuelle, se dirigeait vers Las Torres de Alocaz en s'installant sur les basses collines à l'Est des Marismas, puis obliquant vers le Sud-Ouest, elle atteignait la Venta del Cuervo. Là, elle s'orientait nettement vers l'Ouest, tandis que la route nationale IV continue droit vers le Sud, vers Jerez. A cet endroit, réapparaissent les traces de la voie antique à travers les collines de Montegilillo, d'Espartinas et dans la Marisma de Las Mesas de Asta. Passée l'antique Hasta Regia, la voie se dirigeait vers Tabajete, rejoignait les collines couvertes de vignobles au Cortijo de Barrosillo, continuait par la gare de Las Tablas (au kilomètre 11 de la voie ferrée San Lucar- Bonanza désaffectée aujourd'hui) pour suivre enfin le Camino de Los Romanos. Elle passait entre deux étangs, puis, par le Camino del Pinillo et la Vereda de la Cereria, elle arrivait à Puerto de Santa Maria. Après avoir franchi le Guadalete, elle s'engageait sur le cordon littoral entre Puerto de Santa Maria et Puerto Real. [...] Là elle faisait sa jonction avec une autre grande voie romaine, celle de la côte méridionale 8 et ensemble, elles atteignaient Cadix en longeant la plage face à l'océan.

 

Un des intérêts de ce plan est de nous permettre de mieux nous représenter les reliefs de cette région. Là où se tient le pont d'Alcantrillas, le cosmographe a indiqué deux bâtiments : l'un est nommé V. diesa L. Oran et l'autre V[en]ta de l'Alcantarilla, qui correspond la la venta de la gravure d'Hoefnagel. Le toponyme Oran est employé par J.F. Peyron en 1778, et par Santoago Lopez en 1809, dans les deux cas sous la dénomination de Venta de Oran, sur la Camino de Ruedas.

 

.

Voies  Séville-Cadix, plan levé par Floridablanca, 1785 (in P. Sillières, 1976). En rouge, position possible de Hoefnagel lors des levées des croquis.

Voies Séville-Cadix, plan levé par Floridablanca, 1785 (in P. Sillières, 1976). En rouge, position possible de Hoefnagel lors des levées des croquis.

Puis, Pierre Sillières donne un plan de sa reconstitution de la Via Augusta dans l'est du Bas-Guadalquivir. Là encore, j'y ai pointé en jaune les trois sites qui donnent leur titres aux gravures du Civitates, et en rouge la position possible d'un observateur dessinant les gravures 

Les points d'observation possibles de Hoefnagel ajoutés à une carte de P. Sillières, "La via Augusta de Hispalis à Gades"

Les points d'observation possibles de Hoefnagel ajoutés à une carte de P. Sillières, "La via Augusta de Hispalis à Gades"

Puisque nous avons planté le décor, il est temps de s'intéresser au pont d'Alcanerilla. Est-il bien connu ? Sous quel nom ? Quelle est son histoire ? . 
.
                                        LE PONT D'ALCANTARILLAS.
.
I. Descriptions scientifiques.
— La première description est donné par Pierre Sillières :

 Le pont d' Alcantarillas .

"Voilà le mieux conservé de tous les ouvrages d'art de la Via Augusta malgré plusieurs restaurations, la plus maladroite l'ayant, récemment, encombré d'un parapet en ciment. Pont de deux arches identiques, légèrement surbaissées, il a conservé une partie de son parement à bossage, surtout aux voussoirs de l'arche de rive gauche, qui paraît avoir été moins touchée par la grande réparation de la deuxième moitié du 18e s.. La pile médiane est très forte, sans avant-bec, mais des photographies anciennes permettent de reconnaître un oeil-de-pont. L'intrados des voûtes est formé de claveaux en parpaings et boutisses régulièrement alternés. Le profil est en très léger dos d'âne et le tablier supportait une chaussée d'environ 4 m de largeur. Outre son assez bon état, ce pont présente un autre privilège essentiel, celui d'être daté par l'inscription qui se lit encore sur la face aval de la pile centrale : AVGVSTVS PONTEM AV ...OC"

 

— Une autre description est donnée par Bonneville & al. 1991 page 154 :

 

Alcantarillas (Pont)

"Au croisement de la Vereda de la Armada et de la Vereda Real de las Cabezas de san Juan, au nord de la ligne du chemin de Cordoue à Cadix, au P.K. 578,2 et à la hauteur du P.K 32,100 de la Nationale IV de Los Palacios à Cadix, se trouve un pont romain dénommé aussi Puente de san Rafael*. Il enjambe l'Arroyo del  Salado de Morón . C'est un pont à deux arches qui fut construit pour le passage de la Via Augustia entre Orippo et Ugia. Une inscription permet de dater sa construction de l'époque d'Auguste. Il est bâti en blocs de grand appareil, l'intrado des voûtes est formé de claveaux en parpaing et boutisse régulièrement alternées. Le profil est en très léger dos d'âne et le tablier supportait une chaussée d'environ quatre mètres de largeur. Outre son assez bon état, ce pont présente une autre particularité essentielle, celle d'être daté par une inscription qui se lit encore sur trois lignes, dont la première porte la mention AUGUSTUS PONTEM. Ce pont, dont l'historique a été établi par R. Thouvenot, est encore utilisé. C'est un point stratégique important qui n'a jamais cessé de l'être."

* C'est aussi le nom du pont romain de Cordoue.

Ces auteurs décrivent aussi, à l'est du pont, la Venta de san Rafael :

« zone importante de vestiges antiques, fragments de briques et de tuiles romaines sur plus d'un hectare, briques, céramique peinte de type ibérique, et, de l'ancienne venta encore en place, une longue salle principale présentant une poutre maîtresse, soutenue par une série de voûtes reposant sur des colonnes de pierre et des chapiteaux composites de type wisigothique. L'importance de ce site, à une croisée des chemins (Vereda de la Armada et de la Vereda Real de la Cabeza de San Juan), et le long de la Via Augusta, incite à penser à une mansio plutôt qu'à une villa, dont l'occupation se serait prolongée jusqu'à l'époque médiévale. »

Il est bien entendu très tentant de la rapprocher de la Venta figurée sur la gravure de Hoefnagel. Mais on constate que ni Sillières ni Bonneville ne font allusion aux tours qui encadrent le pont sur la gravure de Hoefnagel : j'en ai conclu, à tort, qu'elles n'étaient plus visibles, même sous forme de vestiges. Mais ces auteurs ne mentionnent pas non plus la gravure du Civitates. Est-ce possible qu'ils la méconnaissent ? 

 

Ce qui semble certain, c'est que ces fortifications du pont ne datent pas des Romains, mais qu'elles ont été construites lors de la conquête par les musulmans. Je poursuis mon enquête.

.

II. Les descriptions des voyageurs du XVII-XVIIIe siècle.

a) Juan Alvarez de Colemar 1741 

"On trouve un assez beau chemin de Séville jusqu'à la Venta, qu'on appelle de Récifé, qui est à six lieues ; en y allant on passe par un Bois de palmiers qui est fort agréable. Prés de là est Alcantara, qu'on appelle autrement d'un nom diminutif Alcantarilla, pour la distinguer d'Alcantara, que nous avons vue dans l'Estramadoure, est un bourg un peu élevé, où les Romains ont bâti autrefois un pont d'une structure merveilleuse, pour passer les marais de Palacios, ou plutôt le Guadalquivir. On pouvait le fermer, par les deux bouts, & aux deux cotés, d'une vieille Tour, qu'ils y ont élevée, on voit encore les piedestaux et les chapiteaux de belles colonnes de jaspe vert, qu'ils y avaient mises, & qui ont été transportées dans l'Eglise cathédrale de Séville, pour l'ornement du grand autel. Ce pont est grand & fort élevé, mais il n'est pas néanmoins comparable à celui de Ségovie, comme l'a prétendu un Géographe d'ailleurs très habile. On voit aussi dans Alcantara une vieille mosquée bâtie par les Maures, qui aujourd'hui sert d'Eglise aux Chrétiens". page 234.(les illustrations page 232 sont copiées sur les gravures de Hoefnagel).

b) J.F. Peyron, 1777-1778.

– Route Utrera-Las Cabezas- Alcantarilla- Jerez de Frontera page 235-236 :

" D'Utrera jusques à Las Cabezas, mêmes plaines que la veille [D'Ossuna à la Puebla de Cazalla et El Harrahal], mais elles sont beaucoup plus dangereuses, surtout si on voyage en hiver, par les profonds marais dont elles sont couvertes. Sur le faux rapport d'un guide, j'ai été embourbé pendant trois heures, il a fallu décharger la voiture pour pouvoir la remettre en bon chemin. Les hommes qui travailloient à la dégager, avoient de la boue jusqu'à mi-cuisse ; comme le chemin n'est pas tracé, il arrive tous les jours qu'on donne dans un bourbier, sans avoir le temps de s'en apercevoir.

Cabezas est un assez grand village, bâti sur un côteau à l'entrée d'une chaîne de montagne peu élevées. On y voit plusieurs autres ruines qui attestent que c'étoit autrefois une grande ville. La devise de ce village est : non se hace nada nel consejo del rey senza Cabezas ; il ne se fait rien au conseill du roi sans de bonnes têtes, mot qui n'est pas toujours vrai, & qi fait allusion au nom que porte le village. Après en être sorti, on trouve un chemin assez agréable tracé dans un bois ; mais l'on revient bientôt dans une triste plaine, jusqu'à la Venta de Alcantarilla, auberge isolée où il faut s'arrêter. Aux environs de cette Venta, est un petit hameau qui lui donne son nom, où les Romains avoient bâti un pont qui existe encore, pour passer le marais que forme le Guadalquivir, il se fermoit aux deux extrémités. Les portes sont surmontées de deux tours élevées ; il étoit, dit-on, orné de superbes colonnes de jaspe verd, qui ont été transportées à Séville pour décorer le maître-autel de la cathédrale.

 

A deux lieues de Alcantarilla, on perd de vue les marais immenses, qu'on a traversés pendant toute cette route, & l'on voyage das un pays fertile et bien cultivé jusqu'à Xerès de la Frontera. »

 

– Route d'été : de Cadix à Séville : Cadix -pont de Suazo – Jerèz – Lebrija – Alcantarilla -Séville :

«  C'est la route que l'on suit en été, quoiqu'elle soit plus longue d'environ deux lieues"

– Route d'hiver Jerèz -Venta Viscagna- Cabezas - Venta de Oran- Séville.

 " ...en hiver, on va de Xerès à la Venta Viscagna [Viczaina], ensuite à Las Cabezas, de là à la Venta de Oran, & après à Séville, qui est à vingt lieues de Cadix » (p. 269)

– lire : F. J. Barragan de la Rosa, 2014, Camino antiguo entre Sevilla y Jerez (puente de la Pólvora y las ventas del Río Guadaira)

c) J.A. Taschereau, 1838

"Un vilain petit endroit, nommé Los Moralès, […] A six heures du soir, il nous fallut quitter cette maison, et après une route fatigante, à travers des marais en partie desséchés, nous arrivâmes à une venta, ou auberge, située à deux cents pas de Los Cantarilla, dont elle porte le nom. Pour entrer dans ce bourg, on passe sur un pont que les romains ont construit pour traverser les marais que forment les débordements du Guadalquivir. Cette bâtisse en ciment et cailloux amalgamés, qui forment une pierre factice très dure, . A l'extrémité de ce monument, du coté du village, sont deux vieilles portes surmontées de tours fort hautes. Au sommet de l'une d'elles est une cage en fer, renfermant les débris d'une tête humaine. J'appris que c'était celle d'un brigand qui habitait ces masures, où il se réfugiait avec sa proie, et qui fut pendu et traîné sur la claie à Séville. On dit aussi que le pont, du temps des Romains".

Le bandit en question se nomme Diego Corrientes Mateos (Utrera, 1757 - Séville, 30 mars 1781), surnommé El Bandito Generoso ou El señor del Gran Poder .  C'est une sorte de Robin des Bois andalou devenu légendaire car il restituait aux pauvres ce qu'il prélevait aux riches. Prototype du héros romantique, il fut, à partir de 1778, un chef de brigands d'une rare audace combinée à une force et une vivacité d'esprit remarquable au service des pauvres. Son activité principale, dans les provinces de Séville et de Badajoz, était le vol de chevaux et de jument qu'il vendait au Portugual   Sa rivalité avec  Francisco de Bruna et Ahumada  était célèbre. Francisco de Bruna et Ahumada (31 Juillet 1719, Granada- 27 Avril 1807, Séville), le Régent de Séville, était Oidor doyen de la Real Audiencia de Séville (Auditeur, ou Juge, du Tribunal de seconde instance), adjoint au maire de l'Alcazar de Séville, membre de l'Académie Royale des Lettres, membre du Conseil des Finances et le Conseil de Castille, collectionneur et bibliophile.

La rencontre d'Alcantarillas.

Cette rivalité devint une haine féroce lorsque Diego rencontra, au pont de Las Alcantarilla qui lui servait de refuge,  le Régent qui arrivait  dans son carrosse. Diego avait juré de ne tuer personne, et accepta de laisser passer son persécuteur à condition qu'il s'abaisse à lacer sa botte gauche  ; Francisco de Bruna fut bien contraint de  s'humilier ainsi.  Après cette histoire, il offrit en 1780 cent pièces d'or à quiconque le capturerait mort ou vif. Diego, déguisé, se présenta lui-même et réclama la récompense, sous la menace et la protection de son arme. Farouchement persécuté, il fut d'abord capturé  à Cobillán (Badajoz) après une dénonciation,, mais  les gardes portugais qui tenaient le laissèrent bientôt s'échapper. Enfin, il fut découvert par une femme dans une ferme d'Olivenza (Portugal), où le Régent envoya une centaine d'hommes dirigée par le capitaine Arias pour le faire faire prisonnier. Conduit à Séville, il fut jugé et condamné à mort par pendaison le 30 mars 1781, le Vendredi Saint, sur la Plaza san Francisco . Plus tard, son corps a été démembré à la Mesa Real, près de la Porte de Camona à Séville, où se trouvait la table de décement public des cadavres des condamnés. Ses bras et ses jambes ont été fixés par des crochets et exposés en avertissement exemplaire à la vue du public. La tête fut accrochée dans une cage à l'endroit même où il avait humilié Francisco de Bruna, au pont de l'Alcantarillas, dans la tour qui porta depuis le nom populaire de Torre de Diego Corrientes.. Le tronc  fut  enterré dans l'église de San Roque. La tête y  a été retrouvée  à la fin du XXe siècle, au cours  des opérations de restauration :  un crochet était enfoncé dans son crâne.

Cf Museo del Bandolero à Ronda.

.

José María Gutiérrez de Alba (1822-1897): a écrit en 1848 une pièce de théâtre, Diego Corrientes o El bandido generoso, où il écrit  : "Aquel que en Andalucía/ Por los caminos andaba/ El que a los ricos robaba/ Y a los pobres socorría." "er que robaba a los ricos y a los probes se lo daba"/" Celui qui en Andalousie/ Sur la route marchait /celui qui volait les riches / et  donnait aux pauvres" 

 

.

 

III. Les descriptions au XXe siècle.

 

Ce pont et sa tour font l'objet de nombreuses descriptions et photographies sur le net.  Il en découle que le pont romain fut fortifié par deux tours pendant l'occupation musulmane (art mudéjar ??). Celles-ci étaient en ruine, mais debout, au XVIIIe siècle et jusqu'au XXe siècle.La tour placée au Nord-est permettait le passage du pont par une arche ouverte à sa base. En 1857, la société des chemins de fer qui construisait la ligne entre Jerez et Séville a demandé l'autorisation de démolir la tour pour en utiliser les matériaux. Une  station de cette ligne Jerez-Séville a été construite à cet endroit. Sur le plan de la ligne, on constate qu'une station de télégraphe optique était installée sur la tour restante, mais ce système a été remplacé en 1557 par le télégraphe électrique.   Au XXe siècle, elle a disparu pour permettre le passage de gros véhicules. L'autre tour, située sur le côté opposé, et qui est aujourd'hui conservée, porte le nom de Castillo de la Alcantarilla, servait comme moyen de défense pour bloquer le passage du pont. Seul le premier des deux étages est maintenant préservé et on peut  voir le début de la voûte en brique. La tour a une superficie d'environ 155 m2. Une porte  est ouverte sur la face nord-ouest, .Sur le côté nord, on voit les restes d'un bâtiment rattaché , peut-être utilisé comme corps de garde pour contrôler le passage des personnes et des marchandises lors du paiement des péages. La tour restante a été construite sur une base de blocs de pierre bien taillées, qui renforcent également les coins. Le reste est fait de terre, de cailloux et de débris de céramique. Trois marques de maçon de conception différente sont visibles, ainsi qu' un curieux croquis sur le côté ouest, que certains identifient comme une représentation du Castillo de San Marcos, El Puerto de Santa María, tandis que d'autres croient que c' est un croquis fait par le maître d'œuvre qui a dirigé les travaux. Dans les coins se trouvent les emplacements  d'environ trois mètres de haut,  des colonnes signalées comme déjà absentes au XVIe siècle. Ce pont est déclaré "Bien d'intérêt culturel et Monument historique et artistique" depuis 1931.

http://www.sanderusmaps.com/detail.cfm?c=7330

Les différents sites :

–Il faut commencer par le blog de José Luis Gonzales :

http://www.palaeohispanica.hol.es/castillos/utrera/alcantarillas/alcant-puente.html

http://www.palaeohispanica.hol.es/castillos/utrera/alcantarillas/intro2-alcantarillas.html

– puis il faut lire le récit d'une randonnée cycliste par José Manuel Oneto Mariscal : ce dernier, qui a lu l'article de Pierre Sillières,  s'attache à retrouver les traces de la Via Augusta pour créer une piste cyclable Cadix-Séville. http://blogdruta.com/2010/08/08/via-augusta-puente-de-las-alcantarillas-torre-de-los-herberos/

— Sur la suggestion de ce dernier blog, on peut visiter l'exposition en ligne  : "Andalousie, la cartographie de l'Antiquité jusqu'à nos jours" et y examiner deux cartes de 1579 et de 1606 :

http://www.bibliotecavirtualdeandalucia.es/ 

  • Hispalensis conventus delineatio Jerónimo de Chaves, Amberes, 1579. http://www.bibliotecavirtualdeandalucia.es/catalogo/exposicion/expovirtual/2_02.htm
  • Andaluziæ nova descript. Jodocus Hondius, Ámsterdam, 1606. http://www.bibliotecavirtualdeandalucia.es/catalogo/exposicion/expovirtual/2_03.htm

Sur la première carte (1579) je remarque que les marécages sont désignés comme "Aestuarium, vulgo la Maresma", qui correspond exactement à ce que Hoefnagel a écrit sur sa Vue d'Alcenarilla.

 

— Quatre photographies ici : http://www.iaph.es/imagenes-patrimonio-cultural-andalucia/thumbnails.php?album=3545

— Carte de l'I.G.N. : Puente de las Alcantarillas :  à côté de la N-IV en direction de Cadix, à la jonction avec le SE-427 en direction de Utrera

— Image Google Maps  : cliquez.

— Torre de las Alcantarillas  :http://bandamoriscautrera.blogspot.fr/p/torre-de-las-alcantarillas.html 

— http://enbuscadelhadazul.blogspot.fr/search/label/%3BCastillo%20de%20la%20Alcantarilla%3B

— Photographie des vestiges de la Tour en 1930-1940 : http://www.alhambra-patronato.es/ria/handle/10514/8165

et http://www.alhambra-patronato.es/ria/bitstream/handle/10514/8165/F-%208033.jpg?sequence=1

—Castillo de la Alcantarilla : site Monumentalnet

http://www.monumentalnet.org/andalucia/sevilla/utrera/utrera/castillo_de_la_alcantarilla.php

 

Image : http://telegrafiaoptica.wikispaces.com/Venta+de+las+Alcantarillas

 

— http://www.artehistoria.com/v2/monumentos/173.htm

 

http://www.monumentalnet.org/andalucia/sevilla/utrera/utrera/castillo_de_la_alcantarilla.php

 

http://monumentales.blogspot.fr/2011_07_01_archive.html

 

 


 

 

Les ponts romains et les ponts fortifiés.

a) Les ponts romains sont nombreux en Espagne, et   Wikipédia  en donne une liste de onze sites : 

Liste des ponts romains : http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_ponts_romains

Parmi ceux-ci, certains comportaient des arcs de triomphe, et certains des temples, ces deux éléments pouvant, pour le pont d'Alcantarillas qui nous concerne, être à l'origine partielle des deux tours. C'est le cas du Pont du Diable de Martorell, sur la Via Augusta ( arc de triomphe à l'entrée gauche),  du Pont Romain de Cordoue, du Pont d'Alcantara de Cáceres,(Estrémadure, sur le Tage :petit temple romain annexe), du Pont d'Alcantara de Tolède

D'autres datent de l'époque médiévale, mais peuvent servir de point de comparaison car ils sont fortifiés, comme le Pont San Martin de Tolède

Les Romains ne fortifiaient pas leurs pont, mais au Moyen Âge, un grand nombre de ponts étaient fortifiés soit à leurs extrémités, soit sur le pont lui-même et, en France, étaient communément appelés châtelets, comme les grand Châtelet et le petit Châtelet de Paris qui gardaient la Seine. En Espagne, les exemples les plus manifestes sont les ponts de Besalú  et de Cordoue.

http://cdn.ipernity.com/126/52/91/29155291.4276785e.240.jpg?r2

Le pont fortifié  de Besalú (Catalogne) fut érigé au XIIe siècle sur le fleuve Fluvià. Il servait de péage pour entrer dans la Garrotxa pyrénéenne. 

Le Pont romain de Cordoue fut doté durant la deuxième moitié du XIIe siècle par les Almohades d'une tour défensive, la tour de la Calahorra . Elle était constituée initialement d'une porte en forme d'arc outrepassé brisé encadrée de deux tours carrées.

.

RETOUR SUR LE PONT.

  Après ce long détour, retour sur les deux tours et le pont d'Alcanerilla. Je comprends désormais mieux son fonctionnement (j'ai le cerveau lent). La Tour actuellement conservée en partie est celle de gauche sur la gravure, et j'y remarque bien maintenant , à chaque angle externe, les emplacements des colonnes de jaspe, en demi-niche. Il serait interessant de retrouver ailleurs cet usage (Arc de triomphe d'Auguste à Suse). La tour y est encore intacte, avec son couronnement crénelé, et un œil-de-bœuf éclairant l'étage. Elle ne permet pas l'accès au pont, et celui-ci se fait par un escalier ou une rampe (mieux visible sur la gravure du XVIIIe Puente Romano) qui en longe la façade. En effet, le tablier est considérablement  surélevé par rapport à la route ; deux soldats y déambulent, le bas du corps dissimulé par le parapet. A l'autre extrémité, la chaussée traverse (par une autre rampe vraisemblable) la seconde tour qui est percée d'une porte voûtée. Cette tour, elle aussi dotée d'un œil-de-bœuf, est déjà, en 1565, partiellement en ruine; elle est de taille inférieure. Les deux tours n'avaient donc pas la même fonction, la première étant un corps de garde, et la seconde un arc de passage, fortifié. De meilleures compétences permettraient sans-doute de préciser si ces tours relèvent bien du style mujédar et d'une construction par les Almohades (donc antérieure à 1248, prise de Séville par les catholiques, et 1236, prise de Cordoue). D'autres recherches permettraient peut-être aussi de savoir si elles étaient destinées à controler un point de passage stratégique (point de convergence des différentes voies antique et médiévale) ou, également, à percevoir un droit de passage ou un impot. La tour de gauche était peut-être initialement percée d'une porte, car les photographies intérieures montrent un arc de plein cintre en (briques), et le comblement de l'espace correspondant par un mélange de terre.

.

.

Les colonnes de jade sont signalées, au nombre de 850, à l'intérieur de la cathédrale de Cordoue, qui est une ancienne mosquée (Mesquita) ; dans l'église de l'Escurial, sous le maître-autel ; accessoirement à Saint-Jacques —Pilar de Saragosse—.

 

   Quoiqu'il en soit, je constate que c'est cette vue dressée par un voyageur flamand en 1565 qui me donne la meilleure compréhension du pont, de sa fonction, de sa surélévation liée aux marées et aux crues hivernales du fleuve, de son environnement naturel (oiseaux aquatiques), de son rôle d'étape grâce à la Venta proche : une fois de plus, Hoefnagel a laissé un document d'une valeur documentaire inestimable et non dépassée. Un vrai boulot de chorographe : quelle Cabeças !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hoefnagel, Civitates V,10 : Pont d'Alcanerilla (Alcantarillas), détail. http://www.sanderusmaps.com/detail.cfm?c=7330

Hoefnagel, Civitates V,10 : Pont d'Alcanerilla (Alcantarillas), détail. http://www.sanderusmaps.com/detail.cfm?c=7330

SOURCES ET LIENS.

 


 

 


 


Sur Hoefnagel, voir : http://www.lavieb-aile.com/2015/03/ma-bibliographie-sur-joris-et-jacob-hoefnagel.html

http://belgeo.revues.org/11877 Peter van der Krogt, « Mapping the towns of Europe: The European towns in Braun & Hogenberg’s Town Atlas, 1572-1617 », Belgeo, 3-4 | 2008, 371-398.

— http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/casa_0076-230x_1976_num_12_1_2218

Via Augusta Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Via_Augusta

— http://fr.wikipedia.org/wiki/Voie_romaine

— ALVAREZ DE COLMENAR (Juan) 1741 "Description et délices de l'Espagne et du Portugual", Annales d ́Espagne et de Portugal,  Amsterdam, II Volume 5, page 251.

 — BONNEVILLE ( Jean-Noël ),DARDAINE ( Sylvie ), LE ROUX ( Patrick), 1991 ,Belo 5. L'épigraphie: Les inscriptions romaines de Baelo Claudia in Michel Ponsich, Implantation rurale antique sur le Bas-Guadalquivir, Madrid

 — BOTREL (J.F) "Diego Corrientes ou le bandit généreux : fonction et fonctionnement d'un mythe". In : Culturas populares. Diferencias, divergencias, conflictos, Madrid, Casa de Velázquez, Editorial Universidad Complutense, 1986, p. 241-266. (cf. J. Caro Baroja, Ensayo sobre la literatura de cordel, Madrid, Ed. Istmo, Madrid, 1991, p. 9 ; C.R. : Gaceta de Antropología, Granada, n° 3 (1984), 72).

  JARRY(Jacques) 2011, Corpus des inscriptions latines et étrangères du Poitou, période Renaissance (1453-1643) et Moderne (1643-1789) Ed. Adane

https://www.academia.edu/9887890/Corpus_des_inscriptions_latines_et_%C3%A9trang%C3%A8res_du_Poitou_p%C3%A9riode_Renaissance_1453-1643_et_Moderne_1643-1789_par_Jacques_Jarry

LE ROUX ( Patrick), DOMERGUE ( Claude), 1972,  "Rapport entre la zone minière de la Sierra Morena et la plaine agricole en Guadalquivir à l'époque romaine [Notes et hypothèse]", , Mélanges de la Casa de Velázquez, Volume   8 pp. 614-622

 — LESTRINGANT (Frank) 1988, "Chorographie et paysage", in Yves Giraud Le Paysage à la Renaissance, Editions Universitaires de Fribourg Suisse https://books.google.fr/books?id=zf7lsbdiIQQC&pg=PA14&lpg=PA14&dq=chorographie+antoine+pinet&source=bl&ots=w2Ph1EXkeS&sig=8_tHcQLmDszWgAGHc0iMVfSfVh0&hl=fr&sa=X&ei=mSkqVaWrMYPxUoX4gNAG&ved=0CD8Q6AEwBg#v=onepage&q=chorographie%20antoine%20pinet&f=false

 ONETO (José Manuel) 2010, "Via Augusta : Puente de las Alcantarillas – Torre de Los Herberos.", Blog druta.com 

http://blogdruta.com/2010/08/08/via-augusta-puente-de-las-alcantarillas-torre-de-los-herberos/

—  PEYRON (Jean-Franc̜ois), 1782,  Nouveau voyage en Espagne, fait en 1777 & 1778, Londres, Paris.

 https://books.google.fr/books?id=YCBnD7uKRhcC&pg=PA269&dq=Alcantarilla+s%C3%A9ville&hl=fr&sa=X&ei=nZklVZnRNMveUbjBgfgI&ved=0CCoQ6AEwAA#v=onepage&q=Alcantarilla%20s%C3%A9ville&f=false

 PINET (Antoine Du Pinet de Noroy), 1564, Plantz, pourtraitz et descriptions de plusieurs villes et forteresses,. https://books.google.fr/books?id=znYJ3pjvTIEC&pg=PR17&dq=chorographie+antoine+pinet&hl=fr&sa=X&ei=Ni0qVc7LGoGN7Qbw84GgBQ&ved=0CEYQ6AEwBg#v=onepage&q=chorographie%20antoine%20pinet&f=false

 

 

 QUAD ( Matthias),  1604, Deliciae Hispaniae et index viatorius indicans itinera ab urbe Toleto page 51  

https://books.google.fr/books?id=YB5YAAAAcAAJ&pg=PA50&lpg=PA50&dq=borateias&source=bl&ots=sHGuEPw4y2&sig=jRofZyqzfLLVJ_rSArKu7vbqT8c&hl=fr&sa=X&ei=5d4mVduXHpHaaLePgagM&ved=0CCMQ6AEwAA#v=onepage&q=borateias&f=false

 SILLIÉRES (Pierre) 1976,  "La Via Augusta de Cordoue à Cadix (Documents du XVIII s. et photographies aériennes pour une étude de topographie historique)" , Mélanges de la Casa de Velázquez Volume   12  pp. 27-67

 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/casa_0076-230x_1976_num_12_1_2218

— SILLIÉRES (Pierre), 1977, Prospection le long de la voie Augustia.

file:///C:/Users/Utilisateur/Documents/Dialnet-ProspectionsLeLongDeLaViaAugusta-653552.pdf

— TASCHEREAU ( Jules Antoine), 1838,  Revue retrospective, ou bibliotheque historique contenant des memoires et ...page 68 

https://books.google.fr/books?id=TwdYAAAAcAAJ&pg=PA68&lpg=PA68&dq=colonne+de+jaspe+vert+s%C3%A9ville&source=bl&ots=C_m9w_c6z1&sig=uCNJ8DPz-PW5HDnTG2WTRfAzZBc&hl=fr&sa=X&ei=ZAkoVbiGNczgarCGgfAD&ved=0CCMQ6AEwAA#v=onepage&q=colonne%20de%20jaspe%20vert%20s%C3%A9ville&f=false

— R. Thouvenot, 1940, Essai sur la province romaine de Bétique, Paris, 1940 (non consulté)

http://blogdruta.com/2010/08/08/via-augusta-puente-de-las-alcantarillas-torre-de-los-herberos/

 

— — Source des images :

Civitates : http://historic-cities.huji.ac.il/mapmakers/braun_hogenberg.html

Dessin préparatoire : Albertina, Vienna : https://rkd.nl/en/explore/images/record?query=joris+hoefnagel+sevilla&start=1

Planche du Civitates III pars 5 (1582) :

--  Institut Cartogràfic de Catalunya : http://cartotecadigital.icc.cat/cdm/ref/collection/vistes/id/572

-- University of South Carolina. Irvin Department of Rare Books and Special Collection : http://digital.tcl.sc.edu/cdm/ref/collection/braunhogen/id/109

-- sanderusmaps : http://www.sanderusmaps.com/detail.cfm?c=9166

-- Internet Culturale: http://iccu01e.caspur.it/ms/internetCulturale.php?id=mag_GEO0000246&teca=GeoWeb+-+Marciana

-- Biblioteca Riccardiana Firenze  :http://www.istitutodatini.it/biblio/images/it/riccard/10939/dida/41-10a.htm

-- Version française : National Library of Spain : Biblioteca Digital Hispanica :

Theatre des Principales Villes de Tout l'Univers Cinquieme Volume : http://bdh-rd.bne.es/viewer.vm?id=0000068788&page=1

La planche 10 : http://bdh-rd.bne.es/viewer.vm?id=0000068788&page=1

-- La Bnf possède la version française à la bibliothèque de l'Arsenal : magasin
FOL- H- 165 

 


 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Hoefnagel
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche