Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 23:20

   Zoonymie du papillon La Mélitée du Plantain, Melitaea cinxia (Linnaeus, 1758).


                                                           Oh, ma Lolita, je n'ai que des mots pour me divertir !

                                Humbert Humbert, à sa nymphette perdue, in Lolita, Nabokov.

 

   La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leurs significations, leurs étymologies, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

 

Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom. 

 

 

 

Résumé.

— Melitaea Fabricius 1807 : en 1991, Emmet écrivait : "Encore un nom de Fabricius  qui a intrigué les auteurs. Sodoffsky (1837) corrigeait en Melinaea qu'il dit être l'un des noms d'Aphrodite (Vénus); Pickard et al. le font dériver de  Melitaea, le nom d'une ville en Thessalie; Macleod du grec  μελοεις (melitoies), "miel", qui est selon lui un épithète d'Aphrodite ; et Spuler de μελιταίος (melitaios), "de ou appartenant à Malte" ".  Sachant que Fabricius s'est donné comme règle d'attribuer à ses papillons diurnes des noms de genre inspirés de ceux de Vénus, ils'agirait plutôt d'une erreur pour Melinaea, épithète (cité dans la Cassandre de Lycophon) de Vénus propre à la ville de Melina en Grèce. On peut aimer y entendre un jeu de mot évoquant le miel et l'attrait des papillons pour le nectar. 

M. cinxia (Linné, 1758) : le nom spécifique est sans ambiguïté et honore une déesse indigète présidant aux mariages et transformée à l'époque classique en Juno cinxia. Cette "Junon à la ceinture" (le latin cingo signifie "ceindre") présidait au dénouement de la "ceinture" de la jeune fille vierge, prélude de l'accouplement nuptial.    

— Noms vernaculaires : Geoffroy (1762) et Engramelle (1799) avaient choisi la métaphore du Damier (équivalent du Fritillary anglais) ; Godart (1821) s'alignait sur le nom scientifique avec  l'Argynne cinxia, de même que Lucas et Duponchel avec la Mélitée cinxia. Enfin Luquet (1986) choisit La Mélitée du Plantain, qu'un auteur suisse nommé Paul A. Robert avait créé en 1934 en francisant le nom latin Melitaea accolé au nom d'une plante hôte. Ce fut le point de départ d'une série de 14 autres Mélités. Deux autres noms suisses, la Déesse à Ceinture et le Damier à pointillé avait été cités jadis dans deux ouvrages : ils ont le mérite, pour les distraits, de rappeler que cette espèce est marquée de points noirs sur les ailes. Anecdotiquement, la Mélitée de la Piloselle, traduction du même nom latin par de Villers, peut aussi servir à mémoriser une autre plante hôte. Les noms du XXe siècle sont mnémotechniques.


               I. Nom scientifique.


1. Famille et sous-famille.

a) Famille des Nymphalidae Rafinesque, 1815.

 

 

b) sous-famille des Melitaeinae (selon Fauna Europaea).

 

 

c) Tribu des Melitaeini Newman, 1870.

 

            

 

 

 

  I. Nom scientifique.


1. Famille et sous-famille.

a) Famille des Nymphalidae (Les Nymphalides, angl. Brush-footed Butterflies).

  [N.B : j'observe ici la taxonomie présentée par Dupont & al. (2013) qui estiment que l'attribution de cette famile à Swainson (1820) n'est plus valide.]

 Rafinesque, C.S. 1815: Analyse de la nature, ou tableau de l'univers et des corps organisés.Palerme. L'Imprimerie de Jean Barravecchia. en français, 224 pp page 127. "Les Nymphales, quatre pattes droites, quatre pattes ambulatoires". Les Nymphales sont, pour Rafinesque, une Sous-famille de la famille Ropalocera ; elle comporte alors 23 "genres".

  Constantine Samuel Rafinesque-Schmaltz (1783-1840) est un naturaliste et un archéologue américain d'origine franco-germano-italienne, qui a passé son enfance à Marseille avant de s'installer à Palerme comme herboriste. puis à Philadelphie. 

  Ce grand collectionneur en histoire naturelle s'intéresse à la zoologie, la botanique, la malacologie, la météorologie et la littérature ainsi qu'à la théorie de l'évolution. Grand admirateur de Linné, nom dont il prénomme son fils, il débute son Analyse de la nature par cette dédicace : "La nature est mon guide, et Linnaeus mon maître".

  Cette famille comporte actuellement 13 sous-familles. Celles qui nous concernent sont les Danainae (Danaïnes ou Monarques) ; les Libythéines ( Échancrés ou Libythinées) ; les Nymphalinae ; les Melitaeinae  ; les Charaxinae ; les Apaturinée et les Satyrinae.

 

   Son nom vient de Nymphales, nom de la quatrième phalange de la nomenclature de Linné, aux ailes dentelées (alis denticulatis) et divisée en gemmati (ailes ocellées) et phalerati (ailes ornées). Le nom est dérivé du grec ancien νύμφη / númphê, « jeune fille » et désigne dans la mythologie grecque les divinités féminines de la nature, généralement considérées comme les filles de Zeus et du Ciel, remarquablement belles, et qui peuplaient la plupart des lieux naturels: forêts et bois, vallées fertiles et bocages, sources et rivières, montagnes et grottes…  

Famille des Nymphalidae Rafinesque, 1815 : six sous-familles

  • Sous-famille des Libytheinae Boisduval, Rambur, Dumesnil & Graslin, [1833]
  • Sous-famille des Danainae Boisduval, [1833]
  • Sous-famille des Heliconiinae Swainson, 1822
  • Sous-famille des Apaturinae Boisduval, 1840
  • Sous-famille des Nymphalinae Swainson, 1827
  • Sous-famille des Satyrinae Boisduval, [1833]

 

b) Sous-famille des  Nymphalinae Swainson, 1827 (Les Nymphalines).


  • Tribu des Nymphalini Swainson, 1827
  • Tribu des Melitaeini Newman, 1870
  •  

 

c)  Tribu des Melitaeni Newman, 1870

Cette tribu rassemble, parmi les papillons que les anglais nomment les Brush-footed ("pieds à brosse), les Fritillary ou "Fritillaires" (tachetées comme les fleurs du même nom) et lescheckerspots, crescents et crescentspots ou " à damiers",  "à croissants", " à taches en croissants". C'est dire que l'un de leurs points communs est de présenter sur leurs ailes des marques noires en points ou en sortes de croissants.   

  • Sous-tribu des Euphydryina Higgins, 1978
  • Sous-tribu des Melitaeina Newman, 1870
  • Sous-famille des Charaxinae Doherty, 1886

d) Sous-tribu des Melitaeina Newman, 1870

Genre Melitaea Fabricius, 1807

 

    

2. Nom de genre Melitaea Fabricius, 1807.

 

 Fabricius, 1807, "Nach Fabricii systema glossatorum" in Johann Karl Wilhelm Illiger, "Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge aus den Linneischen Gattungen Papilio und Sphinges", Magazin für Insektenkunde , Karl Reichard, Braunschweig [Brunswick] (6) page 285, n°29.

   Dans la note préliminaire d'Illiger, Fabricius divisait l'ensemble de ses Papilio (papillons "de jour") en 49 "genres", dans lesquels il englobait les Sphinx (n°43), les Sesia (n°44) les Zygaena (n°47), sans distinction, alors que Latreille (dont la classification de 1804 est présentée dans la partie B du même article page 90) crée des Sections (Diurnes-Crépusculaires-) divisées en familles (Papillionides et Sphingides), elles-mêmes divisées en quatre sous-groupes. Le 29eme des 49 genres de Fabricius cités dans l'article, Melitaea, contient 15 espèces, dont quatre sont nommées : Lucina, Cinxia, Cynthia, Maturna .  M. cinxia est l'espèce-type. 

Ce genre est désormais divisé en sous-genres :

  • Melitaea Fabricius, 1807, 8 espèces en France dont M. cinxia.
  • Didymaeformia Verity, 1950, 3 espèces en France.

 Sous genre Melitaea Fabricius, 1807.

  • Melitaea cinxia (Linnaeus, 1758) Mélitée du Plantain.
  • Melitaea diamina (Lang, 1789) . Mélitée noirâtre.
  • Melitaea varia Meyer-Dür, 1851 . Mélitée de la Gentiane.
  • Melitaea parthenoides Keferstein, 1851 . Mélitée de la Lancéole
  • Melitaea aurelia Nickerl, 1850 . Mélitée des Digitales.
  • Melitaea helvetica Rühl, 1888 . Mélitée de Fruhstorfer.
  • Melitaea athalia (Rottemburg, 1775) . Mélitée du Mélampyre.
  • Melitaea deione (Geyer, [1832]). Mélitée des Linaires.

 

 a) La classification de Fabricius ou Systema glossata.

L'article cité en référence n'est pas écrit par Fabricius, mais par Johan Karl Wilhem Illiger. Illiger, qui fut conservateur du musée zoologique de Berlin en 1810, après avoir pris en charge les collections du comte von Hoffmannsegg,  a fait paraître la revue Magazin für Insektenkunde de 1802 à 1807. Dans celle-ci, il donne une présentation anticipée des genres de lépidoptères que Fabricius s'apprête à publier dans son Systema glossata ou Classification des Lépidoptères ; mais ce dernier livre n'a jamais été édité, en raison du déces de Fabricius en 1808, d'un incendie dans l'imprimerie et de la faillite de l'éditeur. (Voir S.L. Tuxen, 1967)

 

b) Étymologie du nom de genre.

 Je dois d'abord rappeler à nouveau la règle que Fabricius s'est fixée dans le choix de ses noms de genre des papillons de jour : les puiser autant que possible parmi les épithètes de Vénus/Aphrodite, déesse diurne, alors que les genres de ses papillons de nuit reçoivent les surnoms de Diane/Artémis ( Zoonymie du papillon Le Petit Sylvain Limenitis camilla.). C'est le cas de 19 à 20 des 49 genres :

1. Urania « amour éeleste »

2. Amathusia  : de la ville d'Amathus, à Chypre

5. Morpho : (aux belles formes, aux formes changeantes)

7.Castnia : du Mont Kastion, en Pamphylie

8. Eupolea (euploea) : de l'heureuse navigation

9. Apatura : Aphrodite apatouria ou apatouros, « la décevante»

10 Limenitis : des ports

11. Cynthia : (épithète de Diane , mais désigne plutôt ici la courtisane vénusienne des Élégies de Properce)

12. Vanessa ( Vanessa, créature de Vénus dans le conte de Swift, Cadenus et Vanessa)

15. Neptis : neptis Veneris, Ov. M. 4, 530 : la petite-fille de Vénus (= Ino)

19. Argynnis : Venus argennis, d'Argennus, favorite d'Agamemnon.

20. Thaïs : courtisane célèbre dévouée à la déesse Vénus.

22. Doritis : Vénus doritis, "la bienfaitrice" qui avait selon Pausanias son temple à Cnide

23. Pontia : de la mer profonde

24. Colias : du temple de Colias, en Attique

25. Haetera ; Hétaïra, protectrice des courtisanes. 

26. Acraea : Protectrice des acropoles et des lieux élevés.

27. Mechanitis : l'ingénieuse à ourdir des ruses, son surnom à Megalopolis.

33. Erycina : du mont Erix, en Sicile.

 36. Nymphidium (des mariages)

 Il convient donc de se demander en priorité si Melitaea figure parmi les dénominations de Vénus. La réponse est négative ; on trouve à la rigueur  Melinaea dans un vers de Lycophon.

 Avant d'en débattre, je citerai auparavant les interprétations des entomo-étymologistes :

1) A.M. Emmet (1991) page 155.

—"Another of the names from Fabricius which has puzzled authors. Sodoffsky (1837) emended it to Melinaea, which he said was a surname of Aphrodite (Venus) ; Pickard and al. derive it from Melitaea, the name of a town in Thessaly ; Macleod frommelitoeis, "honeyed", according to him an epithet of Aphrodite ; and Spuler ofmelitaios, of or belonging to Malta. Any one of the last three may be right. Fabricius placed the fritillaries in two families, the larger one in Argynnis, the smaller in Melitaea. Word-play was suggested for the former name and is possible here too, an association with meli, honey, from the butterflies' love of nectar, being intended ; meliteion, mead, is another possible source."

  "Encore un nom de Fabricius qui a intrigué les auteurs. Sodoffsky le fait dériver de Melinaea, dont il dit qu'il s'agit d'un épithète d'Aphrodite ; Pickard et al. de melitaea, nom d'une ville de Thessalie ; Macleod du grec melitoeis, "miellleux", qui serait selon lui un épithète d'Aphrodite ; et Spuler de melitaios, "de, ou appartenant à Malte". Chacun des trois derniers  peut avoir raison. Fabricius a placé ses fritillaires dans deux familles, les plus grands dans les Argynnis, les plus petits dans les Melitaea. Des jeux de mot étaient suspectés dans le noms précédent [Argynnis], et c'est encore aussi peut-être le cas ici où une association de meli, "miel", pour les papillons attirés par le nectar, est possible ; meliteion, "hydromel", est une autre possibilité".

2. W. Dale page 193 :

" Melitae'a, a town of Thessaly. Sodoffsky purpose Melinaea, a surname of Venus, from mel-, "honey"."

"Melitaea, une ville de Thessalie. Sodoffsky propose Melinaea, surnom de Vénus, de mel-, "miel" "

 

3. Arnold Spuler (1908) page 21 :

     " Die Malteserin : Beiname der Artemis ?" : "La Maltaise : surnom d'Artémis ?"

4. Janssen, page 40 :

" bijnaam van Artemis, die cen tempel bezat te Melité".

"Surnom d'Artémis, qui avait un temple à Malte."

5. Ramann, page 64 :

"war der lateinische Name für Malta und möchte wohl dieser Name  als von Faltern, die daher stammen oder denen ähnlich sind, abzuleiten sein" :

"...était le nom latin de Malte"

6. Ludwig Glaser, page 123:

"Melitäerin' od Maltheserin, zunamen d. Diana."

"Melitäerin ou Maltaise, Surnom de Diane".

7. L. Glaser, 1863 page 24 in Hürter :

"Von melitaios, "malthesich", Melitaia, Zuname der Diana...Artemis, Athalia und alle übrigen Melitäen fuhren Namen oder zunamen der Göttin Diana".

8. Anton Spannert page 34 :

"Ein Beiname der Diana mit Bezug auf ihre Verehrung zu Melita, dem heutigen Malta".

9. W. Sodoffsky page 80 :

" Richtiger von Melinaea ; denn Melitaia war eine Stadt in Thessalien, dagegen Melinaiaein Beiname von Venus, die Süsse ; von meli, "Honig". Vide Vollmer P. 1183".

10. H.A. Hürter page 243 :

 " Auch hier ist wie bei Limenitis eine der Regeln hilfreich, die Sodoffsky p. 78aufgestellt hat : ".Uberall, wo man nicht auszeichnende Merkmale, die vielen Species einer Gattung gemein waren, auffand, oder wo eine gattung in mehrere Familien getheilt werden musste, da wählte man zur Bezeichnung derselben die veralteten Namen grieschischer Städte, Flüsse, Inseln und Personen, oder die Beinamen der Göttinnen".

Als Beiname der Artemis, wie manche Autoren meinen, erscheint Melitaea weder bei Bruchmann  noch bei Pauly noch bei Roscher. Deshalb liegt die Vermutung näher, dass Fabricius bei der Schaffung des Gattungsnamens wohl doch die antike Stadt Melitaia, latin Melitaea, im Sinn hatte."

11. Perrein et al. 2012.

"Probablement de Mélitée, d'un radical grec meli, "miel", fils de la nymphe Othreis et de Zeus, abandonné dans les bois par sa mère qui craignait la colère d'Hera, nourri au mile par un essaim d'abeilles, puis recueilli et élevé par un berger ; devenu un héros vigoureux, il fonda la ville de Melitaea, en Thessalie, où il régna en tyran".

Que disent les dictionnaires de mythologie gréco-latine ? 

  • Melina, ville de l'Argolide (Péloponèse). Vénus, la principale divinité de cette ville, en avait pris le surnom de Melinaea. ( Joseph Guadet Dictionnaire universel abrégé de géographie ancienne comparée, page 158).
  • Melinaea ΜΕΛΙΝΑΙΑ: surnom d'Aphrodite, venant de la ville de Méline (Étienne de Byzance. s. v, 454 ; Lycoph. 403.) in Aphrodite Titles. Ce surnom apparaît dans leCassandre de Lycophon, au vers 403 : "la déesse de Castnium et de Melina".
  • Meliteus ΜΕΛΙΤΕΥΣ : fils de Zeus et d'une nymphe, qui, caché par sa mère pour échapper à la jalousie de Hera, fut élevé par des abeilles. Il aurait donné son nom à la ville de Melite en Phthia (Anton. Lib. 13) 
  • Melita : Malte, île de Mediterranée, et Melita, ville capitale de l'île.(Guadet, id)
  • Melita : lac de l'Acarnamie cité par Stabon. (id).
  • Melita ou Melite, Meleda, île du golfe Adriatique.(Guadet, id)
  • Melitaea, ville de Thessalie, au sud de Penée (Salampria). (Guadet, id) Citée par Strabon, mais aussi, sous le nom de Melitia, par Thucydide.
  • Melite: île de la côte Adriatique selon Agathemerus, Pline (Melita), ou Ptolémée (Melitina insula) Dictionary A. Macbean
  • Melite (Μελιτη, Melitê). Une Naïade ou nymphe du Mont Melite sur l'île mythique de Phaiakes (les Phaeaciens) ; fille du dieu fleuve Aegaeus, qui devint, par Heraclés, la mère de Hyllus, chez les Phéniciens.(Apollonius Rhodius, Argonautica 4. 538 ff ) Source:Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology. Elle est souvent associée à la nymphe du miel Makris.

  • Melite, l'une des Néréides, fille de Nereus et de Doris. (Hom. Il. xviii. 42; Hes. Theog. 246; Apollod. i. 2. § 7; Virg Aen. v. 825.)

  • Melite, une fille d'Erasinus d'Argos. 

  • Melite : selon Philochorus : fille de Myrmex.

 

Mes conclusions.

Pour les raisons présentées plus haut, il est très probable que Fabricius a choisi Melitaea comme un épithète de Vénus. Il aurait alors (ou le typographe) commis une faute sur une lettre puisque la  seul épithète connu est MelinaeaAphrodite de Méline en Argolide. Les hypothèses qui font dériver cette épithète de mel ou meli, "miel" sont néanmoins plaisantes.

  Je suis moins enclin que A.M. Emmet à croire que Fabricius dissimule des jeux de mots dans ses noms de genre, mais la proximité sémantique entre Melinaea et l'ensemble des nombreux noms construits sur le modèle Melit- a pu faciliter son choix. Rien ne peut non plus départager les partisans de Melita /Malte, Melitatea/ville de Thessalie. Enfin les recherches de H.A. Hürter ne lui ont pas permis, tout comme les miennes, de découvrir un culte de Diane/Artémis à Malte, ni une Diane qualifiée de Melitaea.

N.B. Les Amours de Méline de Le Baïf (1552) témoignent aussi de ce culte de Vénus :

 Employons Ce doux vivre, ô ma Méline!

Çà donc, mignonne, viens-t'en.

Et me tend Ta bouchette coraline.  

 

      

3. Nom d'espèce : Melitaea cinxia (Linnaeus, 1758)

 

a) la publication originale.

  P[apilio] N.[ymphalis] cinxia :  Linnaeus, C. 1758: Systema naturae per regna tria naturae, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Tomus I. Editio decima, reformata. 1-824. Holmiae (Laurentius Salvius). page 480 n°137 .

— Localité-type : Uppsala, Suède, désignée par Honey & Scoble (2001). [Cette espèce est présente dans toute la région paléarctique. Elle est signalée presque partout en France. Les chenilles se nourrissent sur diverses espèces de Plantains.]

 Habitat in Veronica, Plantagine, Trifolio, Gramine. Mas elinguis ; Femina vero lingua spirali. Rolander. " Vit sur la Véronique, le Trèfle, les Graminées. Le Mâle n'a pas de langue ; mais celle de la femelle est en spirale (Rolander)".

— Description :P.N. Dentatis fulvis nigro-maculatis : subtus fasciis tribus flavis. "(ailes) dentelées fauves tachées de noir : trois bandes jaunes en dessous."

 — Références :

Fn svec . 780. Comes. : voir infra.

Pet[iver] gaz[ophylacii page 28] t. 18. f.10.

Raj. Ins. 121. n. 9.

Wilkes. Pap. 58. t. 3. a. 8.

Roesel ins. 4  t. 13

Reaum. ins. 2, t. 9.

      Une note en bas de page du texte de Linné indique: "Fritillarii" vulgo dicti 132 ad 144, quum alae maculis fere tessellatae sint, sed 138 ad 144 ob maculas argenteas "Nobiles" communiter nominati sunt. " Les espèces n° 132 à 144 avec des taches carrées sur les ailes sont appelées en langage courant Fritillaires, mais celles n° 138 à 144 sont communément nommées Nobles en raison de leurs taches argentées".

Dans la Fauna Suecica : Le Comte.

 Dans la Faune de Suède de 1746; n° 783 page 237 , Linné tente pour cette espèce un nom "vulgaire" (mais en latin), celui de Comes, "Comte". Ce nom fait suite à une série brève où Linné, manifestement, cherche sans y parvenir réellement à créer un Système de dénomination. Cette série a débuter par Ammiralis, puis  Imperator, puis Rex, Princeps, et enfin Comes. Ayant épuisé les titres de noblesse, il débutera Faunus, Satyrus, Corydon, Alexis, et abandonnera le monde des bois et des bergers. Il tente encore Papilio canicularis, papilio hyemalis, ses 3 Brassicaria, latis venis, B. minor, B. vulgaris, puis  Aurora, Alpicola, les Argus oculatus, fuscus, myops, caecus, puis ses butyracea, avant de quitter les papillons de jour sans avoir trouver la solution. Lorsque douze ans plus tard, il publie le magnifique Systema Naturae avec l'inépuisable gisement de noms mythologiques, on mesure le chemin parcouru. 

 

 

 

b) Synonymes (INPN, Muséum) et sous-espèces.

  • Euphydryas cinxia (Linnaeus, 1758).
  • Melitaea cinxia arelatia Fruhstorfer, 1910. 
  • Melitaea cinxia pallidior Oberthür, 1909 . 
  • Papilio cinxia Linnaeus, 1758.  
 

 

LERAUT retient la présence de deux sous-espèces en France :

arelatia Fruhstorfer, 1910. Localité-type : Plateau d’Emparis, Isère (Dauphinée). Entomologische Zeitschrift., 24 : 144    : Nom dérivé de la ville d'Arles  "d'Arelatien, l'ancien nom du royaume de Bourgogne, et donc du Dauphinée" : Arelat, nom du Royaume d'Arles, ou second royaume de Bourgogne au Haut Moyen Âge.

pallidior Oberthür, 1909. Oberthür, C. 1909. Etudes de lépidoptérologie comparée. Fascicule III. Imprimerie Oberthür, Rennes. 415 pp page 234. Localité-type : Madone de fenestre, Alpes-Maritimes. Du latin pallidior, eris, "plus pâle" .


Dupont et al. 2013 présentent deux lignées génétiques différentes en Europe selon le séquençage d'un gène mitochondrial ( Wahlberg & Saccheri 2007) :

- Une lignée ouest-européenne comprenant des échantillons de la péninsule Ibérique, de France et d'Italie. 

 - Une lignée renfermant deux sous-lignées :Une sous-lignée centre- et sud-européenne  et une sous-lignée est-européenne .

 

c) étymologies.

c1 : les étymologies proposées par les auteurs en entomologie : un consensus !

1) A.M. Emmet (1991) page 155 :

"cinctus, "girdled" : Cinxia was the title of Juno when, in her capacity as Lucina, the goddess of childbirth, she unloosed the girdles of brides".

""cinctus," ceinte ": cinxia était le titre de Junon quand, en sa qualité de Lucine, la déesse de l'accouchement, elle détachait les ceintures des mariées".

 

2. W. Dale page 193 :

"Cinxia, a surname of Juno, connected with cingulus, a girdle".

"Cinxia, surnom de Junon, relié à cingulus, une ceinture ".

 

3. Arnold Spuler (1908) page 21 :

 "die Gegürtete, Beiname der Juno."

4. Janssen, page 40 :

"bijnaam van Iuno, beschermster van het huwelijk ; cinctus (vrouwelijk cincta) = gebonden"

"Surnom de Junon, patronne des mariages, de cinctus (cincta au féminin), "ceint".

 

5. Ramann, Page 66 :

"ist ein Beiname der Juno, als Stifterin der Ehen". 

"est un surnom de Junon, comme garante des mariages".

 

6. Esper page 220 :

"P. Nymphal. Phaler. Cinxia, der gelbe Würfevogel, das Damenbrett. Cinxia ist weyland ein beinahme der Iuno gewesen, und hier kann derselbe auf das Gürtelförmige des Coloris einige Beziehungen haben."

"Cinxia, l'oiseau-portée jaune, Damenbrett  [nom vern. de M. galathea]. Cinxia est un épithète de Junon, et peut aussi avoir un rapport avec la bande colorée en forme de ceinture.

 

7. Anton Spannert page  35 :

"ein Beiname der Juno : wegen des Gürtels, mit dem sie dargestellt wurde, von cingo gürte".

"Un surnom de Junon : à cause de la ceinture avec laquelle elle est représentée. De cingo, "ceindre".

 8. Perrein et al. 2012 page 406 :

"De Cinxia, du latin cinctus, "ceinturé", épithète de Junon, la déesse romaine qui préside notamment à la naissance des enfants en "dénouant les liens" comme Lucina (voir Hamaeris lucina) ; peut-être une allusion à la rangée de points noirs de la bande submarginale fauve des ailes postérieures."

 

c2. Analyse.

Ce consensus des auteurs pour reconnaître en Cinxia un épithète de Junon incite à participer au chœur pour explorer les dictionnaires :

 Le verbe cingo, es, ere, cinxi, cinctum signifie ceindre, entourer d'une ceinture, revêtir, entourer, ou couronner. Le nom Cingulus désigne une ceinture.

 Avant de s'appliquer à Junon comme épithète, Cinxia était le nom d'une divinité indigète, Di indigetes, dans le cadre d'une religion animiste dépourvue de clergé et multipliant les divinités pour protéger chaque acte de la vie domestique et féminine. Le répertoire des quelques 200 divinités a inspiré d'autres zoonymes, comme edusa, divinité de l'alimentation du petit enfant (cf Colias edusa). Cinxia était invoquée, comme Domiduca et Talasius, pour protéger le mariage. Varron les divise plus précisément en divinités déterminés, dii certi, spécialisés dans une activité — comme Cinxia pour le mariage—, en dii incertii, aux prérogatives vagues (lares, mânes, lémures, pénates cf. Maniola), et en dii praecipui atque selecti, vingt dieux bien personnalisés comme Jupiter,Junon, Mercure, etc...

     Les informations les plus complètes sur les divinités liées au cycle conception-naissance-développement proviennent des Pères de l'Église, en particulier de saint Augustin d'Hippone et de Tertullien, d'Arnobe et de Lactance, et les écrits de Marc Varron, perdues, (notamment son Livre XIV) ne sont connues qu'à travers eux. On peut décrire, en suivant l'ordre chronologique de la conception à la naissance, les dii conjugales et dii nuptiales :

 Jungatinus, de iugare , "à se joindre, accoupler." 

Cinxia, de cingo, "ceindre",

Subigus, de subigere, "apprivoiser, dompter" et, ici, "soumettre sexuellement".

Prema, de primere, "appuyer sur", et, ici, "pénétrer" : déesse de l'acte sexuel.

Inuus, "entrée" s'associe au dieu phallique Mutunus Tutunus et à Pertunda (du verbe pertundere, "pénétrer", invoquant la puissance divine nécessaire) pour permettre cette pénétration. Les Romains avaient construit selon Festus un temple à Mutinus ou Mutunus, où il figurait avec un fascinum, phallus de déflorescence où les jeunes femmes étaient (?) conduites avant la nuit de noce..

Janus, dieu bi-face des portes, donne accès aux semences génératives.

Consivius ou Consevius de conserere, "semer", dieu de l'insémination.

Liber Pater, le Père Liber permet à l'homme de libérer sa semence, alors que Libera fait de même pour la femme.

Et  Matuta  présidait aux caresses du réveil. (Plut., in Camilio).

Selon Daremberg et Saglio,page 180

" L'homme est en âge maintenant de prendre femme et de procréer. Voici de nouvelles divinités qui se présentent à lui, les dieux du mariage (dii nuptiales), chargés de veiller à tous les détails légaux, moraux et physiques de l'union, depuis les plus extérieurs jusqu'aux plus intimes. A leur tête et présidant, semble-t-il, à l'ensemble du mariage, Junon, invoquée en cette circonstance sous le nom de Juno Juga ou Pronuba. Auprès d'elle ou plutôt après elle, nous rencontrons Afferenda, ainsi nommée parce qu'elle s'occupe de l'apport dotal ; Domiducus (ou Domiduca ou Iterduca), Domitius et Manturna, trois divinités qui se suivent l'une l'autre, la première pour conduire la nouvelle épouse vers le toit conjugal, la seconde pour la décider à y entrer, la troisième pour l'obliger à y demeurer. Unxia rappelle que le seuil de la maison est oint de parfums, en signe de bon présage. Les deux époux sont en présence sur le lit nuptial. Cinxia dénoue la ceinture de la mariée, Virginiensis préside à la première atteinte portée à sa pudeur virginale, Jugatinus l'unit à son époux". Alors viennent un certain nombre de divinités que saint Augustin appelle infâmes et obscènes, et dont on ne pourrait définir la fonction qu'en recourant au latin des Pères de l'Eglise : ce sont avec Venus et son corrélatif Mutunus Tutunus, que l'on rapprochait du Priape grec, Subigus, Pretia, Pertunda, Perfica."

Saint Augustin emploie le nom de Virginiensis à la place de celui de Cinxia : 

 

"...qu’il soit Potina pour leur donner à boire, et Educa  pour leur donner à manger; qu’il doive à la peur enfantine le nom de Paventin; à l’espérance qui vient celui de Venilia; à la volupté celui de Volupia; à l’action celui d’Agenoria; aux stimulants qui poussent l’action jusqu’à l’excès, celui de Stimula ; qu’on l’appelle Strenia, parce qu’il excite le courage; Numeria, comme enseignant à nombrer; Camena, comme apprenant à chanter; qu’il soit le dieu Consus, pour les conseils qu’il donne, et la déesse Sentia pour les sentiments qu’il inspire; qu’il veille, sous le nom de Juventa, au passage de l’enfance à la jeunesse; qu’il soit encore la Fortune Barbue, qui donne de la barbe aux adultes, et qu’on aurait dû, pour leur faire honneur, appeler du nom mâle de Fortunius, plutôt que d’un nom femelle, à moins qu’on n’eût préféré, selon l’analogie qui a tiré le dieu Nodatus des nœuds de la tige, donner à la Fortune le nom de Barbatus, puisqu'elle a les barbes dans son domaine; que ce soit encore le même dieu qu’on appelle Jugatinus, quand il joint les époux; Virginiensis, quand il détache du sein de la jeune mariée la ceinture virginale ; qu’il soit même, s’il n’en a point de honte, le dieu Mutunus ou Tutunus , que les Grecs appellent Priape; en un mot, qu’il soit tout ce que j’ai dit et tout ce que je n’ai pas dit, car je n’ai pas eu dessein de tout dire; que tous ces dieux et toutes ces déesses forment un seul et même Jupiter, ou que toutes ces divinités soient ses parties, comme le pensent quelques-uns, ou ses vertus, selon l’opinion qui fait de lui l’âme du monde; admettons enfin celle de ces alternatives qu’on voudra, sans examiner en ce moment ce qu’il en est, je demande ce que perdraient les païens à faire un calcul plus court et plus sage, et à n’adorer qu’un seul Dieu? " (De Civitate, IV, chap. XI).

 

  Les attributions de Cinxia sont en relation avec la ceinture (cingulum) que la mariée porte pour symboliser que son mari est "ceinturée et lié" (cinctus vinctusque) à elle. Elle est parfois nouée par le "nœud d'Hercule", Herculanea nodo, complexe et difficile à dénouer, mais dont le dénouement sera gage de fécondité, Hercule étant réputé avoir eu 70 enfants. Dans certains traditions, c'étaient les compagnes de la jeune épouse qui ôtaient cette ceinture. Une ceinture pouvait aussi être offerte et nouée, puis dénouée par le mari lors de l'accouchement lors d'un rituel au cours duquel il ôtait sa propre ceinture, en entourait sa femme lors du travail.

  Il ressort de ces traditions que la ceinture était un très ancien symbole de virginité, et que son déliement était celui de la défloration ; Cinxia a cingulo, ou Juno a cingulo, la Déesse à la ceinture, était invoquée pour être favorable à ce moment crucial.  En marque de renoncement à leur pureté,le jour des fiançailles les jeunes filles allaient porter leur ceinture dans le temple de Junon.

  Celle qu'y était remis à la jeune épousée était dit-on en laine de brebis. 

 Isidore de Séville, amateur d'étymologies approximatives, pensait que notre terme "enceinte signifiait "sans ceinture", (incincta praegnas eo quod est sine cinctu) ce qui semblait parfaitement logique. En réalité, les termes anciens d'-enceindre, enchaindre- (devenir grosse) ou d' -enchainturer- (rendre enceinte) comme notre -enceinte- semblent procéder de l'idée que la femme devenant grosse est "cernée, entourer".

   A la lecture des auteurs cités, Juno cinxia m'était apparue comme une Reine-Mère matrimoniale préoccupée, du haut de l'Olympe, de préserver les liens indéfectibles du Mariage et de la prospérité des Familles Nombreuses, sa Ceinture flottant comme une traîne de mariée au son des orgues d'une Toccata nuptiale.

Elle m'apparaît désormais peut-être plus coquine, et je rangerais volontiers sa ceinture et son nœud d'Hercule  dans le registre de la lingerie rose, et son "culte" parmi ces traditions d'un goût douteux où la noce accompagne en chantant les époux en se poussant du coude vers leur chambre en réclamant un équivalent de " cinxia, cinxia, cinxia" . Oui toute la Noce est là pour tenir la chandelle et Saint Augustin l'a écrit dans des lignes immortelles : 

 

 

   "Que le dieu Jugatinus préside à l’union des sexes, je le veux bien; mais il faut conduire l’épousée au toit conjugal, et voici le dieu Domiducus; il faut l’y installer, voici le dieu Domitius; et pour la retenir près de son mari, on appelle encore la déesse Manturna. N’est-ce point assez? épargnez, de grâce, la pudeur humaine ! laissez faire le reste dans le secret, à l’ardeur de la chair et du sang. Pourquoi, quand les paranymphes eux-mêmes se retirent, remplir la chambre nuptiale d’une foule de divinités? Est-ce pour que l’idée de leur présence rende les époux plus retenus? non; c’est pour aider une jeune fille, faible et tremblante, à faire le sacrifice de sa virginité. Voici en effet la déesse Virginiensis qui arrive avec le père Subigus, la mère Prèma, la déesse Pertunda, Vénus et Priape 1. Qu’est-ce à dire? s’il fallait absolument que les dieux vinssent en aide à la besogne du mari, un seul dieu ne suffisait-il pas, ou même une seule déesse? n’était-ce pas assez de Vénus, puisque c’est elle dont la puissance est, dit-on, nécessaire pour qu’une femme cesse d’être vierge? S’il reste aux hommes une pudeur que n’ont pas les dieux, les mariés, à la seule pensée de tous ces dieux et de toutes ces déesses qui viennent les aider à l’ouvrage, n’éprouveront-ils pas une confusion qui diminuera l’ardeur d’un des époux et accroîtra la résistance de l’autre? D’ailleurs, si la déesse Virginiensis est là pour dénouer la ceinture de l’épousée, le dieu Subigus pour la mettre aux bras du mari, la déesse Préma pour la maîtriser et l’empêcher de se débattre, à quoi bon encore la déesse Pertunda? Qu’elle rougisse, qu’elle sorte, qu’elle laisse quelque chose à faire au mari; car il est inconvenant qu’un autre que lui s’acquitte de cet office. Aussi bien, si l’on souffre sa présence, c’est sans doute qu’elle est déesse; car si elle était divinité mâle, si elle était le dieu Pertundus, le mari alors, pour sauver l’honneur de sa femme, aurait plus de sujet d’appeler au secours contre lui, que les accouchées contre Sylvain. Mais que dire d’une autre divinité, cette fois trop mâle, de Priape, qui reçoit la nouvelle épousée sur ses genoux obscènes et monstrueux, suivant la très-décente et très-pieuse coutume des matrones [le fascinum priapique de Mutinus]?

 

 

Planche d'illustration par Roesel : tome 4 Planche XIII :

 

                    n160_w444

 

 

 

 

                II. Noms vernaculaires.

 

0. Avant l'Âge des Noms.

 

  Avant que Linné n'invente, par une révolution radicale, les noms d'espèce en zoologie, en France, on ne nommait pas, mais on décrivait ou on dessinait les papillons. Certes les auteurs anglais utilisaient des noms vernaculaires depuis que James Petiver en ait institué l'usage ; mais jusqu'en 1762 en France, les papillons n'avaient pas de noms ; d'autre part, un seul auteur français (mais lequel!) s'est donné ces insectes comme sujet d'observation. A défaut de nom, on va constater que Réaumur savait observer la nature avec une précision, une méthodologie et une patience admirable : Dans le neuvième Mémoire du volume 2 de son Histoire des insectes, il décrit le comportement de chenilles noires aux yeux rouges qui sont, à n'en pas douter, celles de la Mélitée du Plantain : du grand art !

René-Antoine Ferchault de Réaumur Mémoires pour servir à l'histoire des insectes Volume 2 Neuvième Mémoire pages 167-171 Planche 9 fig. 2 et 3 :


   "Nous nous arrêterons davantage à l'histoire d'une chenille un peu plus petite que les précédentes, et qui donne aussi un papillon diurne ; on la trouve dans les prairies vers la fin de septembre, mais elle y est encore plus aisée à trouver vers le milieu d'octobre. Dans le besoin elle mange des feuilles des gramens des près, mais elle aime encore mieux le plantin, et surtout celui à feuilles étroites. Quand on commence à voir ces chenilles, elle sont d'une couleur de maton ; par la suite après avoir mué, elles sont d'un très beau noir, et leur tête devient rouge. Elles semblent épineuses, elles sont pourtant comme une classe moyenne entre celle des épineuses et celle des velues ; leur corps est couvert de mamelons charnus,qui sont autant de petites pyramides coniques, disposées par rang comme le sont les épines ou les tubercules des autres chenilles. Des petits poils posés assez proches les uns des autres sont implantés dans ces pyramides charnues, et s'élèvent parallèlement à l'axe de la pyramide. Sa pointe est elle-même chargée de pareils poils ; il n'y en a point ou peu sur le reste du corps de ces chenilles

   Quoique leurs sociétés ne soient pas bien nombreuses, car je ne les ai jamais trouvées de plus d'une centaine de chenilles, les endroits où elles se sont établies sont aisés à reconnaître ; on voit dans des prairies certaines touffes d'herbes [Pl.9. Fig.7.] qui sont recouvertes de toiles blanches, qu'on est d'abord porté à prendre pour des toiles d'araignées ; Ce sont des espèces de tentes, au dessous desquelles nos chenilles mangent, se reposent et changent de peau toutes les fois qu'elles ont à en changer. La disposition de ces toiles n'a rien de régulier : il y en a de posées en divers sens, et plusieurs les unes sur les autres ; la figure d la touffe d'herbe, la direction des branches qu'elle jette, décide de la disposition des toiles, qui souvent vont depuis les feuilles qui s'élèvent le plus, jusqu'à celles qui sont les plus proches de la surface de la terre. Le gros de la masse approche pourtant, pour l'ordinaire, de la figure pyramidale. L'intérieur est comme partagé par plusieurs cloisons, en différents logements qui s'élargissent en s'approchant de la base. Ce qui a été renfermé sous une telle tente de figure très irrégulière, ou, si l'on veut, sous plusieurs tentes rassemblées les unes auprès des autres, est destiné à la pâture de nos chenilles. Quand elle ont rongé toutes ces tentes, ou ce qu'elles avaient chacune de meilleur et de plus tendre, elles abandonnent ce premier camp pour en aller établir un autre sur une touffe d'herbe plus fraîche ; elles n'y transportent pas leur tentes, mais elles s'y en font de nouvelles. Leurs différents campements sont aisés à retrouver, souvent on voit quatre à cinq touffes d'herbe éloignées les unes des autres d'un pied ou deux, encore couvertes de toiles en assez mauvais état, et étendues au dessus de feuilles très maltraitées.

   Lorsqu'elles se préparent à changer de peau, et surtout lorsqu'elles sentent les approches de l'hiver, elles se font un logement plus solide dans l'intérieur de la principale tente. Les toiles de la tente sont minces, et souvent assez transparentes pour laisser voir les feuilles au dessus desquelles elles sont tendues ; mais le logement intérieur que les chenilles se font, soit pour y changer de peau, soit pour y passer l'hiver, est composé d'une toile plus forte, plus épaisse, et assez opaque pour ne laisser aucunement voir celles qu'elle couvre. Cette dernière toile forme une espèce de bourse [Planche 9. fig. 10.] c'est à dire que sa figure est arrondie, et que l'intérieur de sa cavité n'est partagée par aucune cloison. Les chenilles sont les unes sur les autres, dans cette bourse ; chacune y est roulée, elles sont aussi de celles qui se roulent volontiers. Dans le temps où elles sont occupées à manger, si on veut en prendre quelque une, et qu'on touche, avant que de la prendre, les feuilles dont elle est proche,, aussitôt elle se laisse tomber [fig.8] la plupart de ses voisines en font de même, elles tombent roulées, et paraissent mortes.

   En 1731, j'apportai de Réaumur, c'est à dire du bas Poitou, plusieurs de ces bourses, dans lesquelles des chenilles s'étaient renfermées pour passer l'hiver. Je les mis dans mon jardin de Paris, et je les y laissai pendant l'hiver sur le gazon. Elles commencèrent à sortir de leurs nids dés la fin de février, ou au plus tard vers les premiers jours de mars 1732. C'est à dire qu'elles en sortirent un mois avant le temps où les chenilles appelées communes sortent des leurs ; aussi les premières trouvent des feuilles de gramen et de plantin, lorsque les autres ne trouveraient pas encore des feuilles d'arbres.

   Dès que celles d'une bourse ou d'un nid en furent sorties, elles se mirent à filer, elles reprirent les pratiques qu' elles avaient suivies avant l'hiver : elles couvrirent de toiles les plantes des feuilles desquelles elles voulaient se nourrir. Elles se firent des tentes de soie qui servaient à les défendre de la pluie. C'est surtout pendant que le soleil brillait qu'elles travaillaient à étendre et à fortifier ces tentes. Elles se réservent dans les toiles diverses ouvertures dirigées obliquement, par où elles peuvent rentrer sous leurs tentes, ou en sortir. Pendant les nuits douces du mois de mars, je les ai vues souvent hors de la tente,attachées les unes auprès des autres, et même les unes sur les autres contre une tige de gramen ; mais quand les nuits sont froides, elles ne restent pas ainsi exposées aux injures du temps.

   J'avais mis à dessein plusieurs bourses ou nids de ces chenilles les uns auprès des autres. Les chenilles de ces différends nids se réunirent pour travailler ensemble à une même tente ; ainsi ce ne sont pas seulement celles d'une même famille qui sont disposées à vivre ensemble. Pour rassembler plusieurs différentes familles en une même société, il ne faut que des circonstances qui y soient favorables.

   Entre ces chenilles d'un même nid, il y en avait vers le 5 avril qui étaient près de la moitié plus petites que les autres. Une remarque que nous avons faite ailleurs, dispose à croire que ce pouvait être celles qui devaient donner des papillons mâles. Je n'ai point observer dans l'année dont je parle, c'est à dire après l'hiver, qu'elles aient changé de peau avant le 10 avril : alors en deux ou trois jours de temps toutes de dépouillèrent. Vers le 17 avril elles se dispersèrent, elles abandonnèrent leur tente, sans songer à s'en faire une nouvelle, chacune alla de son coté pour vivre en particulier et se préparer à la métamorphose.

   Ces chenilles sont de celles qui, pour se métamorphoser, se pendent par les dernières jambes la tête en bas, comme nous l'avons expliqué dans le Xe Mémoire. La chrysalide [Pl. 9. fig.4 et 5] qui sort du fourreau de chenille, se pend dans le même endroit avec la râpe qu'elle a à son derrière. L'insecte est resté chez moi environ cinq semaines sous cette forme de chrysalide avant que de paraître sous celle de papillon ; Les papillons de ces chenilles sont diurnes ; ils sont de médiocre grandeur, mais très jolis. Le dessus de leurs ailes, c'est à dire les surfaces qui sont cachées lorsqu'ils les tiennent droites, est d'un aurore pâle, mais le dessous des ailes ou les surfaces sont en vue, lorsque le papillon les tient droites, est plus varié ; l'aurore et un blanc jaunâtre y forment des bandes semblables à celles du point de Hongrie ; du noir et du brun qui pointillent chacune de ces bandes, y font des ondes et diverses autres figures dont le travail plaît aux yeux "

 chenille 8914c

 


0' Avant l'Âge des Noms Français (suite).

 Les auteurs étrangers qui ont précédé Linné (1758) sont :

a) James Petiver 1703  gazophylacii naturae t.18 f.10. C'est le premier créateur de noms : voir infra l'étude de son zoonyme Papilio Fritillarius Lincolniensis.

b) John Ray 1710 Historia insectorum page 121, n°9. Il reprend la tradition des noms initiée par Petiver, et je découvre dans son ouvrage la suite des Fritillary : Silver-spotted Fritillary, Lesser Siver-spotted Fritillary, April Fritillary, May Fritillary, Fritillarius lincolniensis, Mr's Vernon Small Fritillary. Quelle avance ! La Grande-Bretagne est alors le seul pays au monde à nommer ses papillons. 

c) Benjamin Wilkes 1747-49  pap. 58 t.3 a 8 Le nom utilisé est The Plantain-Fritillary-Butterfly. (voir aussi la planche du recueil de 1773 planche 111): 

 

1. Le Damier, Geoffroy, 1762.

- Étienne Louis Geoffroy Histoire abrégée des Insectes qui se trouvent aux environs de Paris, Volume 2 page 45 n° 12 variété C .

      Pour sa douzième espèce, Étienne-Louis Geoffroy donne parfaitement les références  de notre Melitaea cinxia, énumérant le Systema Naturae de Linné et son P. cinxia, James Petiver et son Fritillarius Lincolniensis, John Ray (idem ac Petiver) et la planche de Roesel tome 4 tableau XIII. Pourtant, il semble s'être perdu dans le nombre de "variétés", parmi lesquelles il en décrit quatre, A, B, C et D. 

 Engramelle, puis Latreille ont reconnu cinxia dans la variété A, mais Godart s'est prononcé pour la variété C. Les quatre sont de couleur fauve. Un maillage en "quarrés, à peu-près comme sur un damier ou un échiquier" est décrit pour la variété B, mais celle-ci est dépourvue de points noirs. C  présente le même maillage en damier, mais aussi "une rangée de points noirs posés chacun sur le milieu d'un quarré, le long du bord des ailes inférieures, tant en dessus qu'au dessous".

 Le manque d'illustrations de bonne qualité se fait ressentir.

Curieusement aussi, Réaumur, pourtant un des grands modèles de Geoffroy, n'est pas cité.

L'espèce n'a pas réussi à Geoffroy.

Le nom qu'il a choisi est très certainement déterminée par le "Fritillarius" de Petiver, dont, en tant que médecin, il ne pouvait manquer de connaître le sens, "damier".


 [2. Le Damier première espèce , Engramelle 1779. (selon Latreille 1804)]

  Jacques Louis Engramelle Papillons d'Europe, peints d'après nature, Volume 1 page 64

  planche XVIII n°29 fig. a-f  par J.J. Ernst gravée par Ransonnette,  1779. 

Référence :

- Geoffroy, p. 45 n°12 A.

- Linné, Syst. Nat. (12 ed.) tome I partie 2, page 704 n°205.

- Esper, tome I tabl. XLI suppl. XVII fig. 3.

   " La chenille se nourrit de pitourelle*, oreille de chat ou de souris" : * errata pour Piloselle signalé vj.

2' Le Damier quatrième espèce, Engramelle 1779 (Selon Godart, Boisduval, etc...)

    Jacques Louis Engramelle Papillons d'Europe, peints d'après nature, Volume 1 page 68 Planche XIX n° 32 fig. a-f. par J.J Ernst gravée par Scaignand.

 

 - Geoffroy, var. C

- De Geer, II, 1, Pl. 1 fig. 17-18 page 201.

- Esper, I, tab. XLVII supl. XXIII, fig. 3. 

N.B. Engramelle signale que la chenille est toute noire ; la chenille de M. cinxia a la tête rouge.

 

3. Papilio Nymphalis phalerati  Cinxia (Cinxia), Charles de Villers, 1789.

  Cinxia , C. de Villers, Caroli Linneai Entomologia, 1789, page 51 n°84.

et Papillon piloselle page 58 n°97 : c'est le Papilio pilosellae d'Esper décrit comme espèce différente, mais qui est actuellement considérée comme un synonyme de M. cinxia.

 

 

4.  P[apillon] Cinxia (P. Cinxia) Walckenaer 1802.

Papillon Cinxia, Walckenaer Faune parisienne 1802 page 272 n° 33.

Là encore, il s'agit d'une simple traduction/copie du nom scientifique.

 

5. Nymphale Damier, Latreille, 1804.

Nymphale damier, n. cinxia : Histoire naturelle, générale et particulière des crustacés..vol. 14  page 96 n° 33 : Geoffroy n°12 var. A, Engram. Pap. d'Eur. pl. XVIII N° 29.


6. L'Argynne Cinxia , Godart et Latreille, 1819.

Argynne Cinxia n° 49 LATREILLE (P.A), GODART (J.B) 1819 , Encyclopédie méthodique, ou Entomologie, Paris : Vve Agasse tome 9, 1819, page 255 et page 3/f292.image.r=cinxia.langFR">281.


6'. Le Damier du Bois de Boulogne.    

Zoonyme vernaculaire cité en fin d'article par les auteurs précédents page 282.

 


7. L'Argynne cinxiaGodart 1821.

 L'Argynne cinxia  : Jean Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France Paris : Crevot 1821/1823 page 73 n° XXII . peinte par C. Vauthier et gravée par Lanvin. 

Jean-Baptiste Godart cite les noms suivants après son titre :

-Papilio cinxia Linné.

- Le Damier variété C de Geoffroy.

- Le Damier quatrième espèce d'Engramelle.

      Le nom d'Argynne cinxia a été repris par Bory de Saint-Vincent 1825 ; mais comme la communauté scientifique ne va pas suivre Godart dans sa classification, et va ranger l'espèce dans le genre Melitaea, il sera difficile de continuer à parler de l'Argynne cinxia...

 

La Mélitée cinxia

...C'est le nom de Mélitée cinxia qui prit la place, même sous la plume d'Hippolyte Lucas (1834, page 55), toujours fidèle à Godart habituellement.

 

 Ce nom  a  été repris aussi par P.A. Duponchel en 1849, ;  ...

      De même Le Borgne de Kermorvan, dans Le Tableau Systématique des lépidoptères du Finistère (Souvestre, 1836) page 165, utilise le nom "(la) Mélite cinxia", Melitaea cinxia, avec les initiales c., " commun".

 Boisduval 1833 n'utilise que le nom scientifique, qui est alors Melitaea cinxia

 

 

La Chenille.

1.  Melitaea cinxia.

 Boisduval, Graslin, Rambur.1833 Collection iconographique et historique des chenilles  Planche 4, fig.7 et 8. (BHL Library)

 

                         n510_w510

 

 

2. La Mélitée cinxia. (Duponchel, 1849).

P.A.J. Duponchel, 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles page 139 n°60 et Planche 21 fig. 60 a et b.  (B.H.L. Libr)

                        n188_w429

 


6. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986.

       Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet propose de retenir le nom de Mélitée du Plantain comme nom principal. Il accepte en nom accessoire la Déesse à ceinturons (en Suisse) ; le Damier du Plantain ; le Damier pointillé ; la Mélitée de la Piloselle. Il réfute à juste titre le Damier comme "nom équivoque pouvant prêter à confusion".

Gérard Christian Luquet écrit en note :

"Je propose de réserver le nom collectif de "Damier" aux seules espèces du genre Euphydryas (y compris Eurodryas et Hypodryas, considérés ici comme de simples synonymes d'Euphydryas), et d'attribuer le nom collectif de "Mélitée" à toutes les espèces des autres genres de Melitaeni (Melitaea, Didymaeformia, Cinclidia et Mellicta). De la sorte, il conviendra de renoncer à utiliser les noms comportant le mot "Mélitée" pour le premier groupe d'espèces, et ceux comportant le mot "Damier" pour le second groupe d'espèces."

En adoptant ce système de dénomination, Mr Luquet poursuit une méthode initiée par Jean-Baptiste Godart. Les noms créés par Geoffroy en 1762, et souvent repris par Engramelle, étaient pour beaucoup des noms simples et non composés : Vulcain, Citron, Souci, Apollon, Argus, Deuil, Amaryllis, Céphale, Procris, etc. Parallèlement, la dénomination scientifique de Linné, quoique composée de deux mots, regroupait en 1758 tous les papillons diurnes sous le nom Papilio, et seul leur nom d'espèce les différenciaient. Puis, la nécessité de créer des genres est apparue à Fabricius, Schrank, Latreille. En 1821, tous les papillons de Godart étaient désignés par un nom scientifique double (genre + espèce), et il s'attacha à donner des noms en langue française construit sur la même structure. Le Vulcain devint La Vanesse Vulcain, le Citron devint la Coliade Citron, l'Amaryllis, le Satyre Amaryllis.

 Gérard Luquet applique une méthode moins systématique (il respecte les noms simples consacrés par l'usage) aux papillons qui n'avaient jusqu'à présent pas été nommés, ou dons la dénomination était restée confuse. Les noms seront construit sur un schéma Nom de Groupe + qualificatif. Le nom de Groupe ne correspond pas strictement aux genres scientifiques, mais se rapproche plutôt des tribus (ici, Mélitée recouvre 4 genres). Les noms de groupe institués sont par exemple ceux des Thécla, des Azurés, des Moirés, des Nacrés, certains noms étant de pures innovations (Ocellés ;Fadets ; Sablés ; Chamoisés).

 Ces noms de Groupe comblent un vide qui apparaît nettement dans le lecture des ouvrages anglo-saxons, où les Swallowtails, White, Yellows, Blues, Coppers, Hairstreaks, Fritillaries ou Skippers n'avaient pas leur équivalent dans notre langue.

Le qualificatif sert le plus souvent à désigner une plante hôte,ou une couleur, et, à défaut, une origine géographique ou une particularité.

Ainsi, quinze noms de Mélitées sont choisis par Gérard Luquet en 1986. Treize d'entre eux, indiquées par un astérisque, sont créés de toute pièces pour des espèces souvent dépourvues de nom vernaculaire. Voici les quinze Mélitées :

  •   Mélitée du Plantain.
  • *Mélitée pont-euxine.
  • *Mélitée noirâtre.
  •   Mélitée orangée.
  • *Mélitée de l'Érémial.
  • *Mélitée du Bouillon-blanc.
  • *Mélitée des Centaurées.
  • *Mélitée andalouse.
  • *Mélitée du Mélampyre.
  • *Mélitée des Linaires.
  • *Mélitée de la gentiane.
  • *Mélitée des Scabieuses.
  • *Mélitée des Digitales.
  • *Mélitée des Grisons.

L'auteur considère donc que son nom de Mélitée du Plantain n'est pas une création (pas d'astérisque) et, effectivement, il a été utilisé auparavant par Paul A. Robert, 1934 (page 137) qui est aussi l'auteur de la Mélitée Orangée.

 

  Tout en saluant la remarquable initiative de Gérard Chr. Luquet, je regrette qu'il ait choisi de traduire ou de franciser le nom latin, ce qu'il dénonce ailleurs. Les noms sont d'autant plus appréciables qu'ils font image ou métaphore, en reprenant pour un nouvel usage un nom de notre langue. Certes, le nom de Mélitée est euphonique, très doux voire melliflu à l'oreille ; mais il ne stimule pas notre mémoire évocative. Pouvait-on faire mieux ? Trouver un synonyme de Damier ou Échiquier ? S'inspirer du gemmati de Linné (orné de joyaux) ? Difficile. J'ai pensé à Fritillaire, (littéralement : en damier) comme en anglais ; à Mosaïque (La Mosaïque du plantain, etc...) ; à Élégante (L'Élégante du plantain, ...). 

  Pour la même raison, l'association au nom de groupe Mélitée d'un mot qualifiant la couleur ou la plante hôte crée des séries stéréotypées où le zoonyme ne crée ni la surprise, ni le goût savoureux, ni la curiosité d'une belle trouvaille avec son rébus à déchiffrer. Par contre, ces nouvelles séries de nom ont une efficacité signalétique et mnémonique supérieure.

  

 

La Déesse à ceinturons est employé en Suisse, la première mention retrouvée datant de 1934. C'est évidemment une périphrase pour Junon Cinxia, ...la déesse "à la ceinture", (ou, en Suisse peut-être "au ceinturon" ?). Mais c'est le pluriel "ceinturons" qui est employé, et on peut se demander si l'image initiale de la ceinture ne s'est pas transformée en celle du ceinturon muni de trous garnis d'œillets, désignant la rangée de points noirs des ailes. 

  • Paul. A. Robert, 1936.—Les Insectes, 2. Lépidoptères... Delachaux et Niestlé : Neufchâtel (Suisse).
  • Paul. A. Robert, 1934. Les Papillons dans la nature, Delachaux et Niestlé : Neufchâtel, page 132.
  • C.A.W Guggisberg et E. Hunzinger, [1948] et [1957]. —Papillons de jour et de nuit, Lausanne :Payot.
  • Lionel G. Higgins et Norman D. Riley, 1971-1975. —Guide des Papillons d'Europe (Rhopalocères), traduit de l'anglais par Pierre-Claude Rougeot. Deuxième édition [1978], Delachaux et Niestlé : Neufchâtel, et Paris.

 

Le Damier pointillé. 

n'est signalé par G. Luquet que dans un seul ouvrage, suisse à nouveau : 

  • Raphy Rappaz, 1979. — Les Papillons du Valais (Macrolépidoptères), R. Rappaz édition : Sion (Valais).

  L'expression est imagée et permet, comme celle du ceinturon, de mémoriser l'une des caractéristiques de l'espèce, la rangée de points sombres des ailes, tout en reprenant un terme utilisé en bibliophilie ("une couverture à damier pointillé noir et orange") ou pour décrire le fond des enluminures. Elle répond aux souhaits de G. Luquet d'utiliser le nom "Damier". Néanmoins, la publicité donnée à un nom utilisé dans une seule publication, sans témoignage d'un usage antérieur ou d'une tradition, me gène, d'autant qu'il est désormais cité par les auteurs qui reprennent sans les sélectionner les noms cités par G. Luquet.

 Sous la forme de "damier à pointillé", l'expression pouvait servir à décrire des étoffes des dames : "Pour grande toilette :taffetas fond blanc à fleurettes, taffetas mille raies, brodé, taffetas perlé à petit, gaze de soie, gaze de Chambéry." (Journal des demoiselles, 1862)

                                        220px-071115_036.JPG

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:071115_036.JPG

 

 

La Mélitée de la Piloselle.

Dans le texte de G. Luquet page 20, le nom La Mélitée de la Piloselle porte un renvoi (L.43) vers la réference à Caroli Linneai Entomologia de Charles de Villers (1789). Mais je n'ai pas retrouvé ce zoonyme, l'espèce étant désignée sous le nom de Cinxia (cf. supra) page 50. 

 En fait, Charles de Villers décrit un "Papillon de la piloselle" page 58 n°97, un P.[apilio] N.ymphalis] P.[halerati] Piloselle (P.[apillon] de la Piloselle, correspondant à une espèce décrite par Esper t. 47 f.3. Ce p. pilosellæ Esper est un synonyme de M. cinxia

      La Piloselle, ou Épervière piloselle, Hieracium pilosella, appartient bien aux plantes hôtes de la Mélitée du Plantain M. cinxia.

  J'en conclus que, jusqu'à preuve du contraire, la "Mélitée de la Piloselle" est une création de Gérard Luquet, non signalée comme telle, par adaptation du "Papillon de la Piloselle" de de Villers.

 

 

 

 

7. Noms vernaculaires contemporains :

      Charles Oberthür et Constant Houlbert , dans leur Faune armoricaine de 1912-1921, utilisent le nom scientifique de Melitaea cinxia ; ils ne citent aucun nom vernaculaire pour cette espèce.


—Bellmann / Luquet 2008 : " Mélitée du Plantain ".

— Chinery / Leraut 1998  :"Mélitée du Plantain ".

— Doux & Gibeaux 2007 : "La Mélitée du Plantain".

— Higgins & Riley /Luquet 1988 : "Mélitée du Plantain". 

— Lafranchis, 2000 : "La Mélitée du Plantain" .

— Perrein et al. 2012 : " Mélitée du Plantain" .

— Tolman & Lewington / P. Leraut 2009 :" Mélitée du Plantain".

— Wikipédia : "La Mélitée du plantain ou Déesse à ceinturons ou Damier du plantain ".

 

 

 

III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

   

  • Glanville Fritillary en anglais 
  • Wegerich-Scheckenfalter en allemand ("papillon couleur pie (noir et blanc) du plantain")
  • Täpläverkkoperhonen en finnois.
  • Hnedáčik mriežkovaný en croate
  • Rudgelsvė šaškytė en lituanien
  • Hnědásek kostkovaný en tchèque ("le Damier des landes")
  • Veldparelmoervlinder en néerlandais ("papillon perlé des champs")
  • Ängsnätfjäril en suédois ("papillon damier ?")
  • Okkergul pletvinge en danois ( fritillaire de Glanville)
  •  Réti tarkalepke en hongrois (fritillaire des près)
  • Prikkrutevinge en norvégien
  • Rõmme-tähnikvõrkliblikas en estonien
  • Przeplatka cinksia en polonais (fritillaire cinxia)
  • Doncella punteada en espagnol (la jeune fille pointillée)
  • İparhan en turc


 

Langues celtiques  : 

1. langues gaéliques :  irlandais (gaeilge) ; écossais (Gàidhlig ) ; mannois ( gaelg :île de Man).

  • Glanville Fritillary en irlandais

  •  en mannois.
  •  ? en gaélique écossais*

2. Langues brittoniques : breton (brezhoneg) ; cornique (kernevek); gallois (Welshcymraeg).

  •  pas de nom en breton ; 

  • Britheg [fritillaire] Glanville en gallois.

 *Liste des noms gaéliques écossais pour les plantes, les animaux et les champignons. Compilé par Emily Edwards, Agente des communications gaélique, à partir de diverses sources.   http://www.nhm.ac.uk/research-curation/scientific-resources/biodiversity/uk-biodiversity/uk-species/checklists/NHMSYS0020791186/version1.html

 Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR

 

                                                                    Timbres-poste - Pays-Bas - Melitaea cinxia-Mélitée du plantain

 

IV. Zoonymie vernaculaire anglo-saxonne ( M.A Salmon, 2000). 

 

  • The Lincolnshire Fritillary Petiver, 1703 ; Ray, 1710.
  • The Dullidge Fritillary : Petiver, 1717 ; Newman & Leeeds, 1913.
  • The Plantain Fritillary : Wilkes, 1747-49 page 58; Berkenhout, 1769 ; Lewin, 1795 ; Donovan, 1798 ; Brown, 1832 ; Newmann & Leeds, 1913.
  • The Glanvil Fritillary : Harris, 1766.
  • The Glanville Fritillary : Haworth, 1803 page 36 ; Samouelle, 1819 ; Jermyn, 1824 ; Rennie, 1832 ; Humphrey & Westwood, 1841 ; et la plupart des auteurs.

 

 

 J'expliquerai plus bas pourquoi un papillon porte le nom d'une plante, la Fritillaire. Mais que signifie Lincolnshire ? Dullidge ? Glanvill ? 

Dullidge est une forme pour l'actuel Dulwich, près de Londres. Petiver a écrit exactement  (opera) "Papilio fritillaria minor, undulata, areis subtus albis, "The White Dullidge Fritillary", "Founds in a wood, thereabouts [Dulwich] in May".

Pour les deux autres noms, la réponse est apportée par la consultation de l'ouvrage de James Petiver : Gazophylacii naturae et artis page 28 tableau XVIII n° 10 :

"A 10 Papilio Lincolniensis Fibrillaricus, fasciis subtus pallidis. First observed there, and given me by Madam Glanvil. The curious Mr Dandridge has later caught him not far from London."

"Papillon Fibrillaire du Lincolnshire, bandes pâles en dessous. Observé pour la première fois ici, et offert par Madame Glanville. Le naturaliste Mr Dandridge en a capturé un plus tard non loin de Londres".

 Lady Eleanor Glanville (1654-1709) est saluée comme une pionnière pour sa passion pour les papillons et pour sa collection qui, à travers de celle de Petiver, est encore partiellement conservée au National History Museum de Londres. Elle étudiait les insectes des landes du Nord Sommerset autour de sa propriété de Tyckenham Court, ou, comme ici, sur la côte Est dans le Lincolnshire. C'est l'une des rares femmes naturalistes au 17eme et 18eme siècle ( avec l'allemande Maria Sibylla Merian, 1647-1717).

  Elle appartenait par sa mère à la famille de Sir Nicholas Poyntz, du Gloucestershire et était extrèmement riche, après avoir hérité de plusieurs propriétés. Devenue veuve en 1679 après un premier mariage avec Edmund Ashfield dont elle eut un fils (qui tentera plus tard de la déclarer folle en raison de sa passion pour les insectes), elle se remaria avec Richard Glanville, propriétaire terrien du Lincolnshire. Elle eut quatre enfants, dont deux moururent en bas âge, mais son mari, connu pour sa violence, se sépara pour vivre avec une autre femme, tout en multipliant les manœuvres pour s'approprier sa fortune.  C'est peut-être après ce divorce en 1698 que débuta sa passion, après qu'elle se soit installé dans sa propriété de Tyckenham Court. Comme les gens de la campagne la considéraient avec méfiance lorsqu'elle parcourait les collines autour de Failand dans sa tenue excentrique, ou qu'elle se livrait à ce curieux hobby de piquer des papillons sur le liège de ses boites de collection, on pouvait facilement la suspecter d'un certain dérangement mental, dont tout entomologiste se sait être atteint. Telle était sa manie de la collecte des insectes qu'elle rétribuait copieusement ses employés, et ses travailleurs agricoles, pour l'aider à capturer chenilles et papillons. (En réalité, tous les aristocrates collectionneurs faisaient de même). Elle apprit à ses assistants à emballer les spécimens dans du papier plié, à les transporter dans de bonnes conditions de conservation

  Elle entra en correspondance avec James Petiver, pharmacien de Londres et membre de la Royal Society, et fit ainsi connaissance avec d'autres naturalistes comme Ray, Vernon, Joseph Dandridge (grand collectionneur), ou son "cousin" le botaniste Adam Buddle. Elle mit son fils Richard en apprentissage auprès de Petiver, avant que son père ne s'y oppose.

  Le Gazophylacii naturae de Petiver est une vraie caverne d'Ali Baba semblable aux Cabinets de curiosité de l'époque et qui mêle la description des roches,les fossiles, les coquillages, les plantes, les animaux  (poissons, reptiles, oiseaux, quadrupèdes) avec celle des insectes. L'apothicaire londonien avait trouvé un moyen de réunir des spécimens ou d'entretenir son réseau de relations ; chacun de ses tableaux est dédié à un ami, ou collègue (fellows) de la Royal Society et chaque article inclut dans sa description le nom de la personne qui a capturé ou remis sa trouvaille.

 En 1703, elle fit le voyage à Londres pour présenter sa collection, et Petiver découvrit des espèces qu'il ne connaissait pas, et dont plusieurs sont présentes dans le Gazophylacii. Il lui doit sa description de Callophrys rubi ; et la première mention britannique de Melitaea cinxia.

 En savoir plus : http://www.goodrick.info/eleanor_glanville.htm

 C'est James Dutfield qui nomma pour la première fois le papillon de nom de The Glanville Fritillary dans A New and Complete Natural History of English Moths and Butterflies (1748–9) :  

Voir  : © The Natural History Museum, London : http://piclib.nhm.ac.uk/results.asp?image=029916

 

                             

 

      Voir Westwood et Humphreys, 1841 British Butterflies and their transformation planche 8.

      n69_w435

 

 

 

V. A propos du nom Fritillaire / Fritillary.

Le nom de Fritillaire ne désigne en français qu'un genre (Fritillaria) de plantes (Liliacées) dont l'espèce-type est la Fritillaire pintade F. meleagris. Elles se caractérisent, et tirent du moins leur nom, du quadrillage pourpre et blanchâtre de leurs fleurs. D'ailleurs, elles se nomment aussi en anglais Chequered tulips, "tulipes échiquiers".

On désigne aussi dans le monde anglo-saxon sous le nom de groupe de " Fritillary" les papillons que nous appelons Damiers et Mélitées ; et c'est James Petiver qui les désigna ainsi le premier.

 En effet, les ailes des "Fritillary", comme les pétales des Fritillaires, sont quadrillées comme un jeu de Dames. Sur les ailes de certaines espèces, comme M. cinxia, les cases ont occupées par des pions. Dans d'autres espèces, la partie est finie et les pions sont rangés.

                                                 image Wikipédia, Fritillaire

                                         Description de cette image, également commentée ci-après

 

                               Hübner, planche 10, 2, 3 .melitee-du-plantain-hubner-pl.10.png

 

Mais quelle est l'origine de de drôle de nom ?

Il provient du latin fritillus, i, qui signifie "cornet de dés"  Sen. Apoc. 12, 3 ; Juv. 14, 5.. 

Au XVIe siècle, les médecins et pharmaciens, qui étaient botanistes, et les botanistes (qui étaient médecins ou pharmaciens), expliquaient comme Nicolas Lémery (un pharmacien) que le nom de la plante "Fritillaria [vient de] fritillo, "Damier", à cause que la fleur de cette plante est marbrée en Échiquier comme un Damier". (Traité universel des drogues simples,  1714). Il se contentait de reprendre ce qu'enseignait déjà Gaspar Bauhin (médecin) en 1594 dans son  Pinax theatri botanici page 91 : Fritillariam referemus,sic dictam ab abaco, in quo Scacorum ludus exercetur, quem Fritillum dici existimant nomen habet : " la Fritillaire, ainsi appelée du damier (abaco) utilisé au jeu des échecs, qu'il disent se nommer Fritillum."

 

  Pourtant, en 1715, Robert Morison signalait l'abus de langage qui avait fait croire aux botanistes-étymologistes...en herbe que le nom latin de fritillum désignait le plateau de jeu d'échec, alors qu'il ne désignait que le cornet servant à secouer des dès ou des jetons carrés:

 

   "Fritillariae nomen neque Latinum est, neque ab ullo veterum elegantium scriptorum usurpatum, sed non ita pridem fictum a à nescio quo plantarum rariorum cultore, qui cum florem hunc plurimis figuris ad instar quadratarum areolarum, obscure purpurascentibus pingi observaret, effigie Tabulae illius in quo ludus Scachorum ludi solet, putaretque eam Tabulam Antiquis Fritillum fuisse dictam coepit, ducta exinde similitudine, hunc florem appellare Frittillariam. At non parum fuit voce abusus ; Antiquis Fritillus non erat Tabula quadratis hujusmodi aerolis interpunctata, sed vasculum quoddam in quod primum indebantur tesserae seu aleae, ubi aliquamdiu agitatae, post mittebantur in alveolum, dictusque fuit fritillus, non a colore aut punctis variegatis, sed a sono, quem in eo jactatae tesserae aut aleae faciunt, vel quia per eum tesserae feruntur, Martialis sic ait,

Dum blanda vagus alea December, / Incertis sonant hinc et illinc Fritillis.

Sic aestimare licet quam stabili fundamento plantae huic nomenclatura Fritillariae adscibitur, non a latinis soluni, sed & germani Frittilarn & corrupte Flutillarn. "

 Robert Morison Plantarum historiae universalis oxoniensis seu herbarum ..., Volume 3, 1715 page 401

 Pourtant, un vitrail de la cathédrale de Chartres (Le Fils prodigue, XIIIe siècle) montre que l'on pouvait jouer aux échecs —ou du moins sur un damier—  avec des dès :

                    cathedrale_01.jpg

Pour Isidore de Séville (Etymologia), , le jeu de dès et le plateau sur lequel on joue sont synonymes : "alea id est lusus tabulae, inventa a Graecis in otio Trojani belli a quodam milite Alea nomine, a quo et ars nomen accepit. Tabula luditur pyrgo, calculis tesserisque."

 

 Le même mot, scacus (d'où dérive "échec") désignait au Moyen-Âge à la fois le jeu d'échec, et le jeu de dés pratiqué sur échiquier

 Si le jeu d'échec (ludus scachorum ou Schifanoia) et son damier n'est qu'une étymologie approximative du nom Fritillaire, le cornet de dès des jeux de hasard latins m'incite à remarquer le mot de tessera, ae qu'emploie Robert Morison pour désigner les cubes du cornet, puisque ces téssères ont aussi bien désigné les dès (jactus tessarum, Liv. : coup de dés) que la tablette carrée pour écrire. 

Surtout, ce nom de tessera a été appliqué au domaine de la marqueterie et de la mosaïque :le latin tesserarius, désigne un ouvrier en marqueterie ou en mosaïque, tessellatus signifie "fait en mosaïque", et tessello, as, are, "paver de mosaïque".

  Où veux-je en venir ? Souvenons-nous de la note en bas de page du texte de Linné décrivant ce Papilio cinxia : "Fritillarii" vulgo dicti 132 ad 144, quum alae maculis fere tessellatae sint. "Les Fritillaires, dont les ailes sont "en mosaïque". Les ailes des Fritillaires portent, en mosaïque, les dès jadis sortis d'un beau jet de cornet.

      Je fus aussi récompensé de ce détour par les vieux ouvrages de botanique et par ces noms de Scachorum ludus et de Tabulam Antiquis Frittilum qui m'avaient intrigués comme les abracadabra ouvrant à des mondes inconnus, puisque, dans l'Histoire des insectes de John Ray, je découvris que James Petiver, le créateur du terme de Fritillary appliqué aux papillons, avait créé pour désigner une espèce très proche de son Fritillaire de Lincolnshire le nom de Papilio Fritillarica tabula Schaccariae in modum maculatae (voir Ray page 121 n°10) : un "papillon "fritillarique" en tablier d'échec dans le mode tacheté".

 

 

             Bibliographie, liens et Sources.

 

— Funet  :  melitaea.   . 

— Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : Mélitée du plantain.

— UK Butterflies : Melitaea cinxia.

http://www.ukbutterflies.co.uk/species.php?species=cinxia

— lepiforum : http://www.lepiforum.de/lepiwiki_vgl.pl?Melitaea_Cinxia

 —Images : voir les superbes dessins de Hübner: Planche 10, 3 ,4 .

HÜBNER, Jacob, 1761-1826 Das kleine Schmetterlingsbuch : die Tagfalter : kolorierte Stiche,  Insel-Bücherei ; http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/69604#/summary 


                 I.  Étymologie des lépidoptères :


— EMMET (Arthur Maitland) 1991. The Scientific Names of the British Lepidoptera: Their History and Meaning, Colchester, Essex, England : Harley Books, 1991,  288 p. : ill. ; 25 cm.

— GLASER L, 1887 Catalogus etymologicus Coleoperum et Lepidopterum. Erklärendes und verdeutschendes namensverzeichnis der Käfer und Schmetterlinge fûr Liebhaber und wissenschaftliche Sammler, R. Friehändler :Berlin 1887, 396 pages. BHL Openlibrary.

— GLASER, L, 1882 "Zur Nomenklatur des deutschen Tagfalter, in Entomologischen Nachrichten, Stettin 1882  pages 303-317,

 

 https://archive.org/stream/entomologischena81882berl#page/310/mode/2up/search/lycaena)

— Gozmány, László: Vocabularium nominum animalium Europae septem linguis redactum2 vols. Budapest: Akadémiai Kiadó, 1979. 

—HÜRTER Hans-Arnold 1988 Die wissenschaftlichen Schmetterlingsnamen, Herleitung und Deutung, Bottrop ; Essen : Pomp, 492 pages.

— ISAAK (Mark) Curiosities of the biological nomenclatureen ligne.

— JANSENN (August) 1980 , "Entomologie und Etymologie der Namen der belgischen Tagfalter"; in : Phegea, driemaandelijks tijdschrift van de vereniging voor Entomologie van de Koninklijke Maatschappij voor Dierkunde van Antwerpen, Jgg.8 Nr.2, 1980.

 

— KEMPER Heinrich 1959 Die tierischen Schädlinge im Sprachgebrauch, Berlin : Duncker & Humblot 1959. Google books.

— MACLEOD (Roderick Donald) Key to the names of British Butterflies and moths, 86 pp. Londres 1959.

— SODOFFSKY (W), 1837. "Etymologische undersuchungen ueber die gattungsnamen der Schmetterlinge von W Sodoffsky, in Riga", Bulletin de la Société impériale des naturalistes de Moscou, n° VI, Moscou : imprimerie d'Auguste Sémen, 1837, 167 p. Archiv.org.

 

— SPANNERT (Anton), 1888, Die wissenschaftlichen Benennungen der Europäischen Großschmetterlinge mit sâmmtlichen anerkannten Varietâten und Aberationen, Karl Duncker : Berlin,1888, 239 pages.

 

—SPULER  (Dr Arnold), Die Europas Schmetterlinge, 1901-1908. Vol.1. Allgemeiner Teil —Spezieller Teil. I-CXXVIII + 1-386 + [1]-[6], 265 fig. dans le texte, E. Schweizelbart'sche Verlagsbuchhandlung, Nägele und Dr Sproesser édit., Stuttgart, Allemagne. En ligne sur BHL

 



        II. Bibliographie entomologique : Rhopalocères.

 

— BELLMANN Heiko, 2008 Quel est donc ce papillon, Les Guides Nathan, Paris : Nathan, 2008. Traduction française et noms vernaculaires par G.C. Luquet.

— BLAB (Josef), RUCKSTULH (Thomas) ESCHE (Thomas)  [et al.], adaptation et traduction française LUQUET (Gérard-Christian), 1988 Sauvons les papillons  : les connaître pour mieux les protéger ; préface de Pierre Richard Paris : Duculot 1 vol. (192 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 27 cm Trad. de : "Aktion Schmetterling so können wir sie retten". 

— BOITARD (Pierre ) Manuel d'entomologie ou Histoire naturelle de insectes: contenant la synonymie de la plus grande partie des espèces d'Europe et des espèces exotiques les plus remarquables, Tome second, Paris : Roret, 1828,  Gallica

  — BOISDUVAL ( Jean Alphonse),  GRASLIN, (Adolphe Hercule de), Dumesnil (P.C.R.C)  Rambur (Pierre).1833 Collection iconographique et historique des chenilles ou description et figures des chenilles d'Europe, avec l'histoire de leurs métamorphoses et des applications à l'agriculture, Paris : Librairie encyclopédique de Roret, 1832-1837 [1833]. BHL Libr

— BRIDGES (Charles A.) 1993 Bibliography (Lepidoptera: Rhopalocera)  2nd ed. C.A. Bridges in Urbana, Ill . Archiv.org. 

— CHINERY (Michael), Insectes de France et d'Europe occidentale, adaptation française  G. Luquet pour les lépidoptères, Flammarion 2005, 2eme édition 2012, 320 p.

— CURTIS, J. (1823-1840). British Entomology; being illustrations and descriptions of the genera of insects found in Great Britain and Ireland: containing coloured figures from nature of the most rare and beautiful species, and in many instances of the plants upon wich they are found. Vol. V. Lepidoptera, Part. I. Londres.             http://biodiversitylibrary.org/page/8221625#page/71/mode/1up

— DAREMBERG (C.) et SAGLIO (E.),  Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines  (1877-1919) Univ. de Toulouse Le Mirail :http://dagr.univ-tlse2.fr/sdx/dagr/rechercher.xsp?qid=sdx_q3&hpp=51&p=7&filtre=A

— DALE (Charles William) 1890 The history of our British butterflies containing - a full bibliographical note of each species, with copious extracts from the old authors; and full descriptions of all the British species, their eggs, caterpillars, chrysalides and varieties, with a notice of their habits, localities, frequency,  J. Kempster : London 1890 Archiv.org.

— DOUX (Yves), GIBEAUX (Christian), 2007, Les papillons de jour d'Île de France et de l'Oise,Collection Parthénope, Edition Biotope, Mèze, ; Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, 2007, 288 p. Préface, index et supervision scientifique de Gérard Chr. Luquet.

— DUPONT (Pascal), DEMERGES (David), DROUET (Eric) et LUQUET (Gérard Chr.). 2013. Révision systématique, taxinomique et nomenclaturale des Rhopalocera et des Zygaenidae de France métropolitaine. Conséquences sur l’acquisition et la gestion des données d’inventaire. Rapport MMNHN-SPN 2013 - 19, 201 p. 

  http://www.mnhn.fr/spn/docs/rapports/SPN%202013%20-%2019%20-%20Ref_Rhopaloceres_Zygenes_V2013.pdf

— DUPONCHEL (Philogène Auguste Joseph) 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles pour servir à de compléter une l'Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France, de MM. Godart et Duponchel . Paris : Germer Baillère, 1849. BHL.Library

—  ENGRAMELLE (R.P. Jacques Louis Florentin), Papillons d'Europe peints d'après nature par M; Ernst. Gravés par M. Gérardin et coloriés sous leur direction. Première partie. Chenilles, Crysalides et Papillons de jour [décrits par le R.P. Engramelle, Religieux Augustin, Quartier Saint-Germain] Se vend à Paris chez M. Ernst et Gérardin. Paris : Delaguette/Basan & Poignant 1779. Volume 1 [1]+[VIII],[i-xxxiv] - 206p-errata [i-vi], 3 pl. en noir, 48 planches coloriées (I-XLVIII), 100 espèces. 

— ESPER (Eugenius Johannes Christian) Die Schmetterlinge in Abbildungen nach der Natur / mit Beschreibungen, herausgegeben mit Zusätzen von Toussaint von Charpentier. Leipzig : T.O. Weigel, [1829-1839] En ligne BHL.

  — FABRICIUS (Johann Christian) 1807  "Nach Fabricii systema glossatorum" in Johann Karl Wilhelm Illiger, "Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge [...], Magazin für Insektenkunde , Braunschweig [Brunswick] (6) https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

— FABRICIUS (Johann Christian) 1787  Fabricii Mantissa insectorum Hafniae 1787 en ligne Goettingen.

— FABRICIUS (Johann Christian)  1798  Supplementum Entomologiae systematica , Hafniae.

 — FOURCROY (A. F.) 1785. Entomologia Parisiensis; sive catalogus insectorum quæ in agro Parisiensi reperiuntur; secundam methodam Geoffrœanam in sectiones, genera & species distributus: cui addita sunt nomina trivialia & fere trecentæ novæ species. Pars secunda. Parisiis. (Hôtel Serpente). 2. 232-544. Traduction en latin de l'Histoire des insectes de E.L. Geoffroy. http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

 — GEOFFROY (Étienne-Louis, Docteur en médecine) 1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ;Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII  colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. 744p. http://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/n9/mode/2up

— GEOFFROY [Étienne-Louis] 1798-99 Histoire abrégée des insectes dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique. Nouvelle édition, revue, corrigée, & augmentée d'un supplément considérable. / par M. Geoffroy, docteur en médecine. A Paris :Chez Calixte-Volland, libraire, quai des Augustins, no. 24 :An VII de la République françoise [1799]. http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/14595#/summary

— GEER, (Charles de), Mémoires pour servir à l'histoire des insectes , Stockholm : Hesselberg, 1771.Tome 1 [1]-[15] 707 pages, 37 planches, Gallica .  Tome second première partie 616 pages,  ; Tome second deuxième partie pages 617 à 1175, 43 planches gravées par Bergquist. Gallica.

— GODART (Jean-Baptiste) Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France décrits par M. Godart, ancien proviseur Paris : Crevot 1821 Vol.1, Première partie, environs de Paris, [I]-[vij] + 295 p. Planches dessinées par [Antoine Charles] Vauthier et gravées par Lanvin.

— HAWORTH Adrian Hardy Lepidoptera Britannica;: sistens digestionem novam insectorum Lepidopterorum ...London, 1803, Google books

— HIGGINS (L. G.) et RILEY (N. D.) 1988. Guide des Papillons d'Europe : Rhopalocères. Troisième édition française. Traduction et adaptation par Th. Bourgoin, avec la collaboration de P. Leraut, G. Chr. Luquet et J. Minet. Delachaux et Niestlé édit., Neuchâtel ,1988, 455 pages.

— LAFRANCHIS (Tristan), 2000 Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Collection Parthénope, Ed Biotope, Mèze, 448p. 

   LATREILLE (P.A.) 1796 Précis des caractères génériques des insectes disposés dans un ordre naturel par le citoyen Latreille Paris, Brive : 1796 pages 140-149.

 — LATREILLE, P. A., 1804. "Tableau méthodique des Insectes", pp. 184-187 in Nouveau Dictionnaire d’Histoire Naturelle, Paris : Déterville. vol.24. 

LATREILLE (P.A.) Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle appliquée aux arts, Paris : Detreville vol. 17, 1803 ici

LATREILLE (P.A.) Nouveau Dictionnaire d'histoire naturelle vol. 24 1818 : Classification page 501 http://books.google.fr/books?id=I_NBAAAAYAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=vanesse&f=false

—LATREILLE, P. A., 1805. Histoire Naturelle, Générale et Particulière des Crustacés et des Insectes. Tome XIII, p. 369. Paris : Dufart.

 — LATREILLE P. A. 1810. Considérations générales sur l'ordre naturel des animaux composant les classes des Crustacés, des Arachnides et des Insectes; avec un tableau méthodique de leurs genres, disposés en familles. Paris: F. Schoell, 444 pp. pp. 350-370.

 —LATREILLE  (P.A) et Olivier Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle 2eme édition tome 27 1818.

 — LATREILLE (P.A), GODART (J.B) 1819 , Encyclopédie méthodique, ou Entomologie, Paris : Vve Agasse tome 9 1819. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

 — LERAUT (Patrice) 1997 "Liste systématique et synonymique des Lépidoptères de France, Belgique et Corse" (deuxième édition) Alexanor, 20, Supplément hors série : 1-526, 10 illustr., photog, 38 fig.

— LUCAS ([Pierre-] Hippolyte)  Histoire naturelle des lépidoptères d'Europe Paris : Pauquet  1834 ouvrage orné nature de près de 400 figures peintes d'apres, par A. Noel, et gravées sur acier.http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4416154.r=lucas+papillons.langFR 

 http://www.biodiversitylibrary.org/item/53843#page/11/mode/1up

— LUQUET (Gérard Chr.) 1986 "Les noms vernaculaires français des Rhopalocères d'Europe", Alexanor, Revue des Lépidoptéristes français, tome 14, juillet-septembre 1986, suppl.)

— LUQUET (Gérard Chr.) 1986 —in : PFLETSCHINGER (Hans). Papillons.Comment identifier et reconnaître les papillons d'Europe et leurs chenilles traduit et adapté de l'allemand par G. Chr. Luquet. 80 p., 88 illustr. photogr. coul. Collection "Miniguides Nathan tout terrain". Fernand Nathan édit. Paris.

— MOFFET (Thomas) Insectorum, sive, Minimorum animalium theatrum.  Londini : Ex officin typographic Thom. Cotes et venales extant apud Guiliel. Hope, 1634.  BHL.

— MERRET (Christopher)  Pinax Rerum Naturalium Britannicarum. 1667. Google Books

http://books.google.co.uk/books?id=p0SjZ7N6TA0C&printsec=frontcover&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

  — OBERTHÜR (Charles), HOULBERT (Constant), Faune entomologique armoricaine. Lépidoptères. Rhopalocères, Rennes : Imprimerie Oberthür 1912-1921, 258 pages.

— PETIVER (James), Gazophylacii naturæ & artis, : decas prima-[decima]. In quaÌ‚ animalia, quadrupeda, aves, pisces, reptilia, insecta, vegetabilia; item fossilia, corpora marina & stirpes minerales eÌ€ terra eruta, lapides figuraÌ‚ insignes &c. Descriptionibus brevibus & iconibus illustrantur. Hisce annexa erit supellex antiquaria, numismata, gemmæ excisæ, & sculpturæ, opera figulina, lucernæ, urnæ, instrumenta varia, inscriptiones, busta, reliquaque ad rem priscam spectantia: item machinæ, effigies clarorum virorum, omniaque arte producta... / Jacobus Petiver Londini: : Ex OfficinaÌ‚ Christ. Bateman ad insignia Bibliæ & Coronæ, vico vulgo dict. Pater-Noster-Row., MDCCII. [1702-1706?]. Version Google books de 1702.

 

— PERREIN (Christian) 2012 , Biohistoire des papillons, Presses Universitaires de Rennes 2012.

— RAMANN (Gustav) 1870-76, Die Schmetterlinge Deutschlands und der angrenzenden Länder in nach der Natur gezeichneten Abbildungen nebst  erläuterndem Text, 4 Bände, Band 1, Arnstadt 1870-1876. 
RAY  (John) Historia insectorum, Londini 1710

— RÉAUMUR [René-Antoine] de Ferchault 1734-1748 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes   Paris : Imprimerie Royale, 6 volumes, de 1734 à 1748 [un 7e, copie du manuscrit original, paraîtra en 1928], 267 planches gravées par Simoneau, Lucas, Haussard et Fillioeul. En ligne BHL.  Voir aussi VALLOT J.N. 1802.
ROBERT (Paul A.)  1934 — Les Papillons dans la nature, Delachaux et Niestlé : Neufchâtel et Paris,  405 p., 64 pl. couleurs books.google.fr/books?id=jSFDAAAAYAAJ

— RÖSEL VON ROSENHOF De natuurlyke historie der insecten; voorzien met naar 't leven getekende en gekoleurde plaaten. Volgens eigen ondervinding beschreeven, door den heer August Johan Rösel, van Rosenhof, miniatuur-schilder. Met zeer nutte en fraaie aanmerkingen verrykt, door den heer C. F. C. Kleemann ...Te Haarlem,By C. H. Bohn en H. de Wit, boekverkoopers [1764-68] BHL Library 

 — SALMON (Michael A.) 2000, The Aurelian legacy, British butterflies and their collectors, University of California Press, 2000.

SCOPOLI (Jean-Antoine) Ioannis Antonii Scopoli Med. Doct. S.C.R. ... Entomologia Carniolica exhibens insecta Carnioliae indigena et distributa in ordines, genera, species, varietates : methodo Linnaeana. Vindobonae :Typis Ioannis Thomae Trattner ...,1763. En ligne BHL.

 — SCUDDER, S. H. 1875. "Historical sketch of the generic names proposed for Butterflies: a contribution to systematic nomenclature". Proceedings of the American Academy of Arts and Sciences, 10: 91-293. http://biodiversitylibrary.org/page/3076769#page/269/mode/1up

— SOUVESTRE (Émile), 1836  Voyage dans le Finistère par Jacques Cambry, revu et augmenté par- : "Tableau systématique des lépidoptères qui se trouvent dans le département du Finistère" par  [(Hesse et) Le Borgne de Kermorvan] Brest : Come et Bonetbeau, 1835 page 165

— TOLMAN (Tom), LEWINGTON (Richard), Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, traduction et adaptation française Patrick Leraut,  Paris : Delachaux et Niestlé 1999 et 2009, 384 pages.

— VALLOT J.N. Concordance systématique, servant de table de matières à l'ouvrage de Reaumur, Paris : Grégoire, Thouvenin, 1802. En ligne Google books.

  — VILLERS (Charles de) 1789 Caroli Linnaei Entomologia, faunae Suecicae descriptionibus aucta : DD. Scopoli, Geoffroy, de Geer, Fabricii, Schrank, &c., speciebus vel in systemate non enumeratis, vel nuperrime detectis, vel speciebus Galli australis locupletata, generum specierumque rariorum iconibus ornata; curante & augente Carolo de Villers .. Lyon : Pietre et Delamollière, (1789). https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

— WALCKENAER (C.A.) 1802,  Faune parisienne, insectes, ou, Histoire abrégée des insectes des environs de Paris classés d'après le système de Fabricius; précédée d'un discours sur les insectes en général, pour servir d'introduction à l'étude de l'entomologie accompagnée de sept planches gravées Paris : Dentu 1802 en ligne BHL.  

— WILKES (Benjamin) One hundred and twenty Copper plates of English moths and butterflies ... with a natural history London : Benjamin White 1773  Books.google.

WILKES (Benjamin), The english moths and butterflies, etc... London : printed for the author 1747-49 Books.Goggle

— ZIMMER, (Dieter E., rédacteur du mensuel Der Zeit) A guide to Nabokov's Butterflies and Moths et Butterflies and Moths in Nabokov's Published Writings , Web version 2012.


 

                           III. Boite à liens. 

      Liste des références d' auteurs avec les liens vers leurs publications:  http://www.ukbutterflies.co.uk/references.php

Boisduval chenille 1832 :   http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/51588#/summary

Boitard, 1828. : http://books.google.fr/books?id=K3ShlXhmFsEC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Dale https://archive.org/stream/historyofourbrit00dalerich#page/n5/mode/2up

Duponchel, chenilles 1849 : BHL :  

 http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/9410#/summary

Engramelle :    http://books.google.fr/books?id=em0FAAAAQAAJ

Esper : http://www.biodiversitylibrary.org/item/53441#page/9/mode/1up

Fabricius :1775  http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/36510#/summary

Fabricius 1787 :

n?id=25707">http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=25707

Fabricius 1807 :  https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

 Geoffroy  :    http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/51067#page/9/mode/1up

De Geer :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97151p/f1.image.r=.langFR

Godart 1821 BHL :  http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38004#page/256/mode/1up

Godart latreille 1819 :   http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

Kirby  1871: http://www.biodiversitylibrary.org/item/64906#page/9/mode/1up

Latreille 1804 :           http://books.google.fr/books?id=xBsOAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Latreille 1810 :  http://www.biodiversitylibrary.org/item/47766#page/358/mode/1up

Latreille et Godart 1819 :  https://archive.org/stream/encyclopdiem09metc#page/n3/mode/2up

Leach : http://biodiversitylibrary.org/page/17493618#page/136/mode/1up

Linné   http://www.biodiversitylibrary.org/item/10277#page/3/mode/1up

http://books.google.fr/books?id=Jps-AAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=elinguis&f=false

Linné, Mantissa plantarum   http://bibdigital.rjb.csic.es/spa/Libro.php?Libro=947&Pagina=545

Linné fauna suecica 1746 :http://biodiversitylibrary.org/bibliography/63899#/summary

Linné fauna suecica 1761 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/46380#/summary

Linné S.N. 1767 :http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN362053723&DMDID=DMDLOG_0001&LOGID=LOG_0001&PHYSID=PHYS_0002

Moffet :    http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/60501#/summary

Petiver James, Musei petiveriani centura prima 1695 digitalisé par Google  (accès partiel)

Petiver, Gazophylacii :books.google.fr/books?id=sp05AAAAcAAJ

 Petiver, Papilionum brittaniae 1717  in Opera Books .google  

Réaumur : http://www.biodiversitylibrary.org/item/50298#page/11/mode/1up

Rösel : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/7362#/summary

http://www.biodiversitylibrary.org/item/31182#page/138/mode/1up

Rottemburg : 

http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=8326

Scopoli Entomologia carniolica 1763

   http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/34434#/summary

Soddoffsky :http://www.archive.org/stream/bulletindelas10183768mosk#page/n82/mode/1up

Spulerhttp://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/9477#/summary

 De Villers 1789 :  https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

Walckenaer : http://www.biodiversitylibrary.org/item/79375#page/289/mode/1up

Westwood et Humphreys 1841 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/12483#/summary

Goettingen animalbase : base de donnée : http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/search

Butterflies of America : http://butterfliesofamerica.com/polyommatus_icarus.htm

 Bestimmungshilfe für die in Europa nachgewiesenen Schmetterlingsarten :http://www.lepiforum.de/

— Un beau plaidoyer sur les noms de papillons :

 http://excerpts.numilog.com/books/9782759217045.pdf 

— Articles biographiques sur les taxonomistes entomologistes http://gap.entclub.org/taxonomists/index.html 

  — http://www.reserves-naturelles.org/sites/default/files/fichiers/protocole-rhopalo-liste-especes.pdf

— site d'identification ;http://r.a.r.e.free.fr/interactif/photos%20nymphalidae/index.htm

 

                    Ma galerie de photos.        

     

 

 

 

melitee-plantain 9161cc

 

 

 

 

melitee-plantain 9186cc

 

melitee-plantain 9211cc

 

 

 

melitee-plantain 9240cc

 

melitee-plantain 9322cc

 

melitee-plantain 9328cc

melitee-plantain 9341cc

 

 

 

melitee-plantain 9984cc

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche