Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 22:47

Zoonymie (origine du nom) du papillon le Robert-le-Diable, Polygonia c-album (Linné, 1758).

 

 

La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

 

Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

 


Résumé.

Polygonia (Hübner, 1819) vient des racines grecques qui a donné notre nom polygone, " à plusieurs angles" : il renvoie ici à la découpe particulièrement anguleuse des ailes.  

c-album (Linné, 1758) : ce nom latin se traduit en "C-blanc" et désigne la marque blanche de la face inférieure de l'aile postérieure, en forme de lettre, lue par Linné comme un C.

— Les noms vernaculaires créés par Geoffroy en 1762 sont "Le Gamma", justifié si on décrypte la lettre alaire comme un G (gamma en grec), et "Le Robert-le-Diable", en raison de la découpe "à la diable" du bord échancré des ailes, et de la "couleur de diable enrhumé", bariolée de fauve, de noir et de feu. Le nom lui-même est tiré d'un des romans les plus populaires du XVIIe au XIXe, La terrible et merveilleuse vie de Robert le Diable, d'après une légende du XIIIe siècle.  

  Les autres noms vernaculaires ont été "le Papillon C blanc" , De Geer 1771 ; "Le Gamma", Engramelle 1779 ; "le Papillon Gamma", Olivier et Latreille 1803 ; "Vanesse C-blanc",  Godart 1821 ; "Vanesse Gamma", Godart 1821, Lucas 1834, Duponchel, 1849 ; "Vanesse c.blanc", Le Borgne de Kermorvan 1836. 

    Depuis Gérard Luquet 1986,  "Le Gamma" est le nom principal, et  "le C blanc" ; "le C-blanc" ; "le Robert-le-Diable" et "la Vanesse Gamma" sont les noms acceptés.

 

 

I. Nom scientifique

Lepidoptera.


1. Nom de famille et sous-famille :

      

 a) la Famille des Nymphalidae Rafinesque 1815. (fr. Les Nymphalides, angl. Brush-footed Butterflies).

 

Rafinesque, C.S. 1815: Analyse de la nature, ou tableau de l'univers et des corps organisés. Palerme. L'Imprimerie de Jean Barravecchia. en français, 224 pp page 127. "Les Nymphales, quatre pattes droites, quatre pattes ambulatoires". Les Nymphales sont, pour Rafinesque, une Sous-famille de la famille Ropalocera ; elle comporte alors 23 "genres".

Constantine Samuel Rafinesque-Schmaltz (1783-1840) est un naturaliste et un archéologue américain d'origine franco-germano-italienne, qui a passé son enfance à Marseille avant de s'installer à Palerme comme herboriste. puis à Philadelphie. 

 

Ce grand collectionneur en histoire naturelle s'intéresse à la zoologie, la botanique, la malacologie, la météorologie et la littérature ainsi qu'à la théorie de l'évolution. Grand admirateur de Linné, nom dont il prénomme son fils, il débute son Analyse de la nature par cette dédicace : La nature est mon guide, et Linneus mon maître.



Cette famille comporte actuellement 13 sous-familles.

 Son nom vient de Nymphales, nom de la quatrième phalange de la nomenclature de Linné, aux ailes dentelées (alis denticulatis) et divisée en gemmati (ailes ocellées) et phalerati . Le nom est dérivé du grec ancien νύμφη / númphê, « jeune fille » et désigne dans la mythologie grecque les divinités féminines de la nature, généralement considérées comme les filles de Zeus et du Ciel, remarquablement belles, et qui peuplaient la plupart des lieux naturels: forêts et bois, vallées fertiles et bocages, sources et rivières, montagnes et grottes…   

 

 

b) Sous-famille des Nymphalinae Swainson, 1827 (Les Nymphalines ; Admirals ou Tortoiseshells en anglais).

William Swainson 1827, ("A Sketch of the Natural Affinities of the Lepidoptera Diurna of Latreille". — Phil. Mag., n. s. 1 (1): 185, 187); genre-type: Nymphalis Kluk, 1780.  

Elle comporte les Nymphales, les Sylvains, les Nacrés ou Argynnes, les Vanesses, les Damiers et les Mélitées.

William Swainson (1779-1855) est un ornithologue, collectionneur (20 000 insectes...) et surtout illustrateur d'histoire naturelle auteur des Zoological Illustrations où il initie l'emploi de la technique de lithographie.

c)  Tribu des Nymphalinii Rafinesque 1815 ou Swainson, 1827 .

 

2. Nom de genre : Polygonia Hübner, 1819.

 Polygonia Hübner, [1819]; Verzeichniß bekannter Schmettlinge (sic) Augsburg, Verlasser 1816-1826 [1819] (3) page 36, Type spécifique Papilio c-aureum Linnaeus. 

 Vient du grec ancien πολύς - polys, "plusieurs" et γωνία - gōnia, "angle", par référence à l'aspect très découpé des ailes.

Dans certains documents, (Funet) ce papillon peut être classé dans le genre Nymphalis Kluk, 1780 au lieu de Polygonia.  


3. Nom d'espèce : (Linnaeus, 1758).

C.album 115 P. [apilio] N[ymphalis] alis angulatis fulvis nigro-maculatis ; posticis subtus C.albo notatis,   Linnaeus, Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Holmiæ [Stockholm]. Laurentii Salvii, 1758. Tomus I: 824 pp, page 477 n°115 .

  Le nom c-album, "c-blanc" en latin, vient de la marque discale de la face inférieure de l'aile postérieure, lue par Linné et quelques autres comme dessinant la lettre C.

 

 

 

II. Noms vernaculaires.

        "Le Gamma" Geoffroy 1762 ; "Le Robert-le Diable" Geoffroy, 1762  "le Papillon C blanc" , De Geer 1771 ; "Le Gamma", Engramelle 1779 ; "le Papillon Gamma", Olivier et Latreille 1803 ; "Vanesse C-blanc", "Vanesse Gamma", Godart 1821 ; "Vanesse Gamma", Lucas 1834, Duponchel, 1849 "Vanesse c.blanc", Le Borgne de Kermorvan 1836.

     Depuis Gérard Luquet 1986  "Le Gamma" est le nom principal, et  "le C blanc" ; "le C-blanc" ; "le Robert-le-Diable" ; "la Vanesse Gamma" sont les noms acceptés.

 

 

0. Avant l'Âge des Noms : Réaumur, la Bedaude, 1734.

   Réaumur, [René-Antoine] de Ferchault 1734-1748  "Dixième mémoire, De l'industrie des chenilles qui se pendent verticalement par le derrière la tête en bas pour se métamorphose. Comment la Crisalide se trouve penduë par la queuë dans la place où étoit la Chenille ; Et de quoi dépend la belle couleur d'or de plusieurs espèces de Crisalides". Mémoires pour servir à l'histoire des insectes,  1734 page 429 planche XXVII.

  L'industrieux Réaumur porte tout son intérêt aux chenilles et aux mystères de leurs métamorphoses, plutôt qu'aux imagos, et c'est donc la chenille du papillon (qui ne porte pas encore le nom de Polygonia c-album, ni aucune autre sorte de nom), qu'il baptise La bedaude : "Celle que l'arrangement bizarre de ses couleurs m'a fait nommer la bedaude". Il décrit pourtant le papillon, mais sa tache argentée et les découpures de ses ailes ne lui inspire pas de nom : " il y a pourtant sur le même coté de chaque aile inférieure une tache presqu'argentée, et qui tient un peu de la figure du croissant.[...] Le contours de ses ailes sont telles qu'elles semblent déchirées par endroit." La curiosité scientifique est là, mais le réflexe de dénomination-taxonomie attendra Linné pour paraître évident à chacun.

  Littré donne la définition suivante du nom bedaude : "Bedeau, la bédeaude ou bedaude étant ainsi dite à cause qu'elle porte, comme le bedeau, un habit de deux couleurs, c'est-à-dire un rochet blanc sur une soutane noire".

Costume de bedeau, catalogue Biais aîné, 1883 Bnf impr.

 

A4058F_M01.JPG


 1. Le gamma ou robert-le-diable , Geoffroy, 1762.

Étienne-Louis Geoffroy, Docteur en médecine 1762,  Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII  colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. 744 p.,  page 39 .

  Dans la traduction latine de l'Histoire des insectes par Fourcroy en 1785, le nom devient g-album.

 

a) La chenille bedeau : "Sa chenille épineuse est brune sur le coté et a sur le dos une large bande longitudinale blanche qui ne va pas jusqu'aux quatre premiers anneaux, et qui la fait ressembler à l'habillement d'un bedeau, d'où elle a reçu le nom de chenille bedeaueruca* bicolor ;  elle se trouve sur le houblon, le groselier,  et quelques autres arbres".

 * du latin eruca, ae, "chenille".

 

 

b)  "Les ailes de cette espèce sont très anguleuses, et comme déchiquetées à leurs bords. En dessus, elles sont fauves, avec plusieurs taches noires, dont quelques unes, au nombre de quatre ou cinq, sont isolées, et les autres tiennent ensemble. Au dessous, elles sont plus ou moins  brunes, ondées de différentes nuances et quelquefois d'un peu de bleu, et de plus, les ailes inférieures ont chacune dans leur milieu en dessous une tache blanche de la forme d'un G. Cette tache a fait donner à ce papillon le nom de gamma, et sa couleur de diable enrhumé, ainsi que la découpure singulière de ses ailes l'ont fait nommer par d'autres, robert-le-diable ". 

  On constate que Geoffroy n'endosse ni la paternité du nom de Gamma ni celle de Robert-le-Diable. Engramelle, plus tard, écrit également "D'autres lui ont donné le nom de Robert-le-Diable, à cause de sa couleur et de la découpure de ses ailes". Mais qui sont ces "autres" ? Le nom n'étant pas cité par Réaumur, nous sommes amenés à penser que ces auteurs ont employé (mais pas nécessairement écrit ou publié) ce nom entre 1734 et 1762. Le terme n'est pas utilisé hors de France. Hélas, les documents manquent sur les amateurs ou collectionneurs français de papillon pendant cette période.

  Ce zoonyme, véritable patrimoine lexicologique comme beaucoup des noms de Geoffroy, reprend celui  d'un héros d'une légende apparue au début du XIIIe siècle dans un roman La Terrible et merveilleuse vie de Robert le Diable, lequel après fut homme de bien. (édition de 1738 par Garnier le jeune, imprimeur-libraire rue du Temple - 46 pages  sur Gallica ). Je présente cette légende en annexe. On peut penser que le personnage, dans sa période "diabolique" qui précéde sa conversion et qui ne constitue pas la principale partie du récit, mais son préambule, a pu passer en raison de son immense popularité pour un "type" associé à tout ce qui était " moult fort terrible et fort espouvantable", déchaîné, fait de bruit et de fureur, et opposé à l'ordre et à l'harmonie. L'expression "à la Robert-le-Diable" pouvait qualifier un décor, une voix, un mets ("Crêpes de langoustines et mignons de veau à la Robert le Diable, c'est-à-dire fortement parfumés à l'estragon sur fonds d'artichauts"), un chef  "connu à dix lieues à la ronde pour ses équilles à la Robert-le-Diable et bien d'autres chefs-d'œuvre culinaires",  une coiffure (in Balzac mis à nu de Charles Léger, 1928 :"Affichant des airs vainqueurs, il se fit coiffer à la Robert le Diable, laissa pousser ses moustaches mal plantées, et inonda sa personne de parfums capiteux. Ici, comme dans toutes ses recherches successives, il était d'après quelqu'un".)  

  On peut comprendre donc que l'aspect de fauve farouche du papillon, son allure dépenaillée et sauvage,les lignes sinueuses, (serpentines !) des contours frangés de ses ailes ainsi que leur découpe agressive, taillée au couteau, ses couleurs mêlant le roux satanique, le feu, la braise et la suie ait incité les naturalistes à évoquer le héros sanguinaire, méphitique et méphistophélique de leur temps.  

  On ne s'étonnera pas de voir Geoffroy, membre de l'élite parisienne des Lumières (ce médecin fréquente les scientifiques les plus en vue, qui enseignent, comme son père le faisait, au Jardin des Plantes) et amateur d'"humanités" grecques et latines, dédaigner les goûts populaires pour les romans de chevalerie que leur propose, en version d'Épinal, la Bibliothèque bleue. Lui nommera ses papillons Amaryllis et Tircis, Corydon et Myrtil, Céphale et Bacchante, Silène et Faune, et s'il nomme Tristan, c'est sans-doute de Tristan L'Hermitte qu'il s'agit. Ni Fierabras ni Huon, ni Perceval : Geoffroy n'est pas Don Quichotte !

 Mais c'est Geoffroy qui, par une association littéraire astucieuse, renforce le pouvoir évocateur du nom en qualifiant la couleur des ailes de "couleur de diable enrhumé". 

La couleur "diable enrhumé".

 Ce terme désuet est mentionné au XVIIIe siècle : "On dit, burlesquement, d'une couleur manquée et peu agréable, couleur de diable enrhumé. L'Académie ne met pas cette expression, et il n'est pas trop sûr de s'en servir". Dictionnaire critique de la langue française par l'abbé Jean-François Féraud Marseille, 1787

  C'est un mélange de couleurs chamarrées qui jurent entre elles :  "Jamais on n'a fait du blanc en mêlant ensemble ces sept couleurs, soit en poudre, soit en liqueur, soit en pâte, soit en mettant l'un sur l'autre les sept verres des sept couleurs différentes : on a toujours fait par ce mélange une couleur qui n'a pas d'autre nom que celui de « diable enrhumé» ".(Joseph Étienne Bertier 1764 : Principes physiques, pour servir de suite aux Principes ..., Volume 2 Paris : Impr royale page 546).

Il est traduit dans les dictionnaires français-anglais (Abel Boyer 1776 ; Louis Chambaud 1776 ou 1815) par « thunder and lightning colour », "couleur de tonnerre et de foudre".

 Il est utilisé en dehors de toute connotation diabolique ou malséante pour désigner, par exemple, en 1805 dans un catalogue un «œillet diable enrhumé ».

On le trouve mentionné dans de très nombreux ouvrages d'histoire naturelle pour désigner un passereau très coloré, le "Tangara diable enrhumé ou Tangara tacheté de Cayenne : ce tangara est fort commun à Cayenne, où on lui donne le nom de « diable enrhumé », apparemment à cause du mélange de ses couleurs " (Encyclopédie méthodique: Histoire naturelle, Oiseaux, tome second Paris : Panckoucke, 1784.)

 Vers la moitié du XIXe siècle et dès  1835, l'expression en vient à qualifier une voix, par exemple dans Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1845, « crier comme un diable enrhumé ».

 On voit l'habileté de Geoffroy à faire appel au nom —pittoresque— d'une couleur appropriée aux ailes du Gamma pour établir un lien entre les caractéristiques du papillon et le nom qu'il a reçu.

  L'aspect découpé des ailes n'est "diabolique" que si on se rapporte aux valeurs médiévales, où tout ce qui n'était pas uni et homogène, mais rayé, zébré, ponctué, taché, ...et déchiqueté relevait du Malin et était infamant (Cf M. Pastoureau, l'étoffe du diable, une histoire de la rayure et des tissus rayés, Seuil, 1991).

 Mais aujourd'hui, je ne sais plus si le Robert-le-Diable a réellement des allures de faune démoniaque et enragé avec ses ailes embrasées par les feux infernaux, ou si mon regard et mon jugement ont internalisées le théâtre qu'ouvre grand pour moi l'Onomastique : je ne vois plus la réalité sans le masque de son nom propre, collé comme la tunique de Nessos.

 

 


 2. Papillon C blanc, De Geer 1771.

    GEER, (Charles de), Mémoires pour servir à l'histoire des insectes , Stockholm : Hesselberg, 1771. Tome second première partie page 193 n° 3 . 

 

 

3. Le Gamma , Engramelle 1779 .

   Jacques Louis Florentin Engramelle Papillons d'Europe, peints d'après nature, Volume 1 page 14 n° 5 Planche V  par J.J. Ernst, gravée par J.J. Juillet.  1779.  

  

 

4. (Le C. blanc), de Villers, 1789.

VILLERS (Charles de) 1789 Caroli Linnaei Entomologia, faunae Suecicae descriptionibus aucta : DD. Scopoli, Geoffroy, de Geer, Fabricii, Schrank, &c., speciebus vel in systemate non enumeratis, vel nuperrime detectis, vel speciebus Galli australis locupletata, generum specierumque rariorum iconibus ornata; curante & augente Carolo de Villers .. Lyon : Pietre et Delamollière, (1789) page 44 n° 74.

 Le nom donné par de Villers n'est pas à proprement parler un nom vernaculaire, il est la traduction à titre indicatif (entre parenthèses) du nom scientifique linnéen.

 

5. Papillon Gamma, Olivier et Latreille 1803.

 

 Olivier et P.A. Latreille, Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle appliquée aux arts, tome XVII Paris : Deterville, 1803 page 43.   

 

6, Vanesse C-blanc. Latreille et Godart 1819.

 Latreille et Godart, Encyclopédie méthodique, Histoire naturelle, Paris : Vve Agasse, Tome 9 vol. 116, 1819 page 

 

7 . Vanesse C-blanc, Vanesse Gamma , Godart 1821 et la plupart des auteurs du XIXe siècle.

— Vanesse C-blanc, Vanessa C-album, Vanesse Gamma, Jean Baptiste Godart, "Tableau méthodique des lépidoptères" in Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France décrits par M. Godart, ancien proviseur Paris : Crevot 1823 Vol.1, page 40.

 

— Vanesse Gamma, Papilio C-album (Linn), Le Gamma ou Robert-le-Diable (Geoffr). Jean Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France décrits par M. Godart, ancien proviseur Paris : Crevot 1821 Vol.1, Première partie, environs de Paris, [I]-[vij] + 295 p, page 40.   page 85, n° XXVII planche dessinée par [Antoine Charles] Vauthier et gravée par Lanvin.

Le "genre  Vanesse" est créé (Tableau méthodique, page 40) par Godart à partir des genres Vanessa et Cynthia de Fabricius ( Syst. glossat.) regroupant les Nymphales phalerati de Linné.

— Vanesse Gamma, Hippolyte Lucas 1834 ; Duponchel, Chenilles 1849 page 102 n°39.

 — :  Boisduval, Chenilles 1834 page .

— Vanesse c.blanc : Le Borgne de Kermorvan in Souvestre, 1836 page 165.

 

 



6. Revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986.

 

Dans son article paru dans Alexanor, Gérard Christian Luquet retient  Le Gamma en nom principal, et en admet aussi : le C blanc ; le C-blanc ; le Robert-le-Diable ; la Vanesse Gamma. Il rejette la Dentelle* ; la (sic) Gamma** ; le Papillon-C ***.

*R.Rappaz, Les Papillons du Valais, 1979. appartient aux noms jugés "trompeurs,... erronés, ...inexacts".

** J.P. Vanden Eeckhoudt, Papillons de jour, 1965 : "le nom de "Gamma" est du genre grammatical masculin. Il convient donc d'écrire le "Gamma" pour Polygonia c-album et le "Gamma égéen" pour P. egea". (Note 86)

      *** P.A. Robert, Les insectes 2, Lépidoptères 1960. "Le nom de "Papillon-C" cité par Robert pour Polygonia c-album est la traduction littérale de l'un des noms vernaculaires allemands de cette espèce ("C-Falter") " Note 87.

  Je regrette que Le Robert-le-Diable n'ait pas été placé en nom principal. La fréquentation des naturalistes sur le terrain montre combien ce nom reste employé. Certains noms propres devraient être protégés au même titre qu'un monument, comme patrimoine culturel, en raison de  leur histoire et leur passé. Pour l'instant (2013), le site collectif Wikipédia cite Robert-le-diable comme seul nom vernaculaire.

 


7. Noms vernaculaires contemporains :

Au début du XXe siècle, Charles Oberthür et Constant Houlbert ( 1912-1921) utilisent le nom scientifique, mais dans le cours du texte (page 101) on trouve "...un C ou un G blanc, d'où les noms de C.album ou de Gamma qui lui furent donnés par les anciens auteurs", tournure qui fait comprendre que ces noms n'ont plus cours. A la page suivante, les auteurs utilisent l'imparfait pour écrire " Robert-le-Diable ou Gamma, ainsi que l'appelait le P. Engramelle, etc..."

 

Higgins & Riley /Luquet 1988 : Robert-le-Diable .

Bellmann / Luquet  2008 : Le Gamma, le Robert-le-Diable .

Chinery / Leraut : Le Robert-le-Diable ou le Gamma.

Doux et Gibeaux / Luquet 2007 : Le Gamma, le Robert-le-Diable . 

Lafranchis, 2000 : Le Robert-le-Diable, le Gamma.

Perrein, 2012 : Gamma, Robert-le-Diable. .

Tolman et Lewington / Leraut 2009 : Robert le Diable.

Wikipédia : Robert-le-Diable.

 

 

 

 

 

III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

   La liste suivante permet de mesurer combien un nom vernaculaire comme le "Robert-le-Diable" est un patrimoine lexical rare et précieux face à la stéréotypie des dénominations purement descriptives des autres langues.

  • Vinbärsfuks en suédois ("fuks groseille")
  • Hvit c en norvégien ("C blanc.")
  • Gehakkelde aurelia en néerlandais ("balbutié aurelia")
  • C-Falter en allemand ("Papillon C") ; ou Weißes C
  • Comma en anglais ("Virgule")
  • Herukkaperhonen en finnois ("papillon du groseiller")
  • Det hvide C en danois.  ("Le C blanc")
  • Rusałka ceik en polonais.
  • C-betűs lepke en Hongois ("Papillon Lettre C")
  • Babočka bílé C en tchèque  ("Papillon C. blanc").
  • Väike-kärbtiib en estonien ("petit ?")
  • Karpytūnė en Lituanien.
  • C-flinter en frison ("papillon C").
  • C-blanca en espagnol.

  Un papillon alphabet...

  Nous avons vu que la marque blanche de l'aile postérieure avait été vue comme un croissant par Réaumur ; Petiver en 1717 y voit une virgule, Linné a lu la lettre C, Geoffroy un G, d'autres un delta (Polygonia delta-album Joseph, 1819, synonyme). Esper a lu pour sa part la lettre F, et le nomme Nymph. Phal. F.album  (Die Schmetterlinge in Abbildungen nach der Natur. Th. I, Bd. 2 (8): 168, pl. 87). 

 . 

 

 

 

 IV. Zoonymie vernaculaire anglo-saxonne ( M.A Salmon, 2000). 

 Première mention : Mouffet, 1634.

  • The silver, pale, jagged-wing, and small Commas : Petiver, 1717. ( "Le petit Virgule, argenté, pâle et aux ailes échancrées" )
  • the Comma Butterfly : Wilkes, 1741-42 ; Harris, 1766, et la plupart des auteurs suivants. Le Papillon Comma, ou Papillon Virgule".

"Comma" est, en grec, désigne la virgule : il qualifie ici bien-sûr la marque blanche de la face inférieure de l'aile, départageant les amateurs de papillons anglo-saxons avec le Comma, les francophones avec le Gamma, et les autres européens linnéens avec le C. 

 

 


 

 

      ANNEXE : LE ROMAN DE ROBERT LE DIABLE.

 

 

"Dans la ville de Rouen au pays de Normandie naquit un enfant qui fut nommé Robert le Diable, qui est un nom fort épouventable ; mais la cause pourquoi il fut ainsi nommé, je le vais présentement raconter. [...] Si je conçois aujourd'hui un enfant, qu'il soit la proie du Diable, dès à présent je lui donne de bonne volonté. [...] Lors le duc engendra un enfant qui fit plusieurs maux en sa vie, comme vous le verrez ci-après ; car naturellement il était enclin à tous vices et délits, ; mais toute fois à la fin il se corrigea et se convertit si bien qu'il paya une amende salutaire de ses forfaits à Dieu, cet à la fin il fut sauvé, comme le témoigne assez amplement l'histoire de sa vie."

  Robert le Diable, initialement un roman de chevalerie basé sur le vieux thème folklorique et littéraire du brigand repenti reprend de nombreux éléments d'une tradition orale pour devenir, entre le XVII et le XIXe siècle, Le roman populaire par excellence. 

   Les manuscrits Français 24405 et Français 25516 de la Bibliothèque nationale représentent la version la plus ancienne du texte, écrit en vers par un clerc anonyme au début du XIIIe siècle. Le récit procède à la reformulation chrétienne d'un substrat païen indo-européen et d'une tradition orale populaire.   Il y eut ensuite deux remaniements : un Mystère au XIVe siècle et un Dit de Robert-le Diable au XVe siècle qui présentent déjà d'importantes modifications par rapport au texte primitif. Les premiers textes imprimés datent du début de l'imprimerie et parmi ces incunables, le plus ancien fut imprimé à Lyon en 1446 ; une édition parisienne date du début du XVIe siècle. Illustrés de belles vignettes sur bois, et suivant d'assez près le texte du Mystère et surtout du Dit, ils seront l'origine de toutes les éditions populaires. En effet, alors que les ouvrages précédents concernaient une population aisée et cultivée, va se développer une édition de colportage semi-clandestine distribuée dans les campagnes, par son entrée dans la Bibliothèque bleue dès 1620. Recouverts d'une fragile couverture de papier bleu, sans permis d'imprimé, souvent sans date ni lieu d'impression (mais imprimés à Troyes, Rouen, Paris puis dans diverses villes de province), les volumes de la Bibliothèque bleue accumulent les coquilles et comportent des coupures du texte qui supprimaient les motivations et émotions des protagonistes au profit de l'action ; apparus au XVII et XVIIIe siècles, ils trouvent leur apogée au XIXe siècle, et Robert le Diable est l'une des valeurs les plus sûres. Le succès du roman est tel que Meyerbeer en fait un opéra , mais le livret de Scribe n'a plus grand chose à voir avec l'original et tient plutôt du mélodrame. Réédité jusqu'en 1862, Robert le Diable change alors de statut et devient objet d'étude : les textes anciens sont alors édités. En 1909-1910, il entre dans le domaine du cinéma muet.

 L'histoire.

     Le récit raconte comment la femme du duc de Normandie, par dépit de ne pouvoir avoir d'enfant, voua à Satan un enfant à sa conception, enfant surnommé Robert le Diable et qui  terrifia la contrée par ses exactions (on discerne ici le thème de Merlin, héros rédempteur marqué par ses origines diaboliques). Son enfance est marquée par le meurtre de son précepteur et les violences exercées contre les autres enfants ; son investiture comme chevalier lui donne l'occasion d'exterminer les meilleurs participant du tournoi organisé en son honneur au Mont-Saint-Michel. Mis hors-la-loi, il devint le Capitaine de tous les mauvais garçons du pays et se livre, comme Gilles de Rais, aux pillages, coupant les gorges, forçant les hommes et violant les femmes et les nonnes, profanant les églises, incendiant l'abbaye d'Arquès, "tuant sept hermittes dans un bois", jusqu'au jour où il parvient au château d' Arquès où il rencontre sa mère. Celle-ci lui révèle la malédiction qui pèse sur lui, et Robert se repentit immédiatement et part en pèlerinage à Rome, où il se confesse au Pape. Il va trouver alors un ermite qui lui indique sa pénitence : contrefaire le fou, rester muet et disputer sa nourriture aux chiens.  Viennent ensuite sept années de pénitence à la cour de l'empereur de Rome, dont il devient le fou (la folie pénitentielle succédant à la folie destructrice du début). Mais les Turcs déclarent la guerre contre l'empereur et envahissent l'Italie, tandis que son Sénéchal le trahit et sert le camp des Infidèles. Robert, qui reçoit d'un ange un cheval et une armure,  secourt l'armée par trois fois en conservant l'incognito, et est blessé par un chevalier. le Sénéchal félon prétend être responsable des victoires remportées par Robert, mais la fille de l'empereur, muette jusqu'alors, démasque l'usurpateur et révèle les exploits de Robert. Dans la version médiévale, l'ermite annonce à Robert le pardon de ses fautes et il finit saintement sa vie dans la solitude, l'ascèse et la prière. Il est enseveli à Saint-Jean de Latran avant qu'un seigneur du Puy vienne dérober ses ossements et fonder une abbaye. Dans les versions postérieures au XIIIe, Il épouse la fille de l'empereur puis devient duc de Normandie.

Les textes.

 a) Version initiale en vers.

Le poème a été composé à la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle. Deux versions du texte nous sont parvenues à travers les deux manuscrits qui subsistent aujourd’hui : BnF., Français 25516 et Français 24405  Pour É. Gaucher, le Français 25516 (manuscrit A, seconde moitié du XIIIe siècle) remonte à un original perdu, contrairement à l’hypothèse de Loseth pour qui les deux manuscrits seraient passés par un intermédiaire perdu . Le Français 25516 a été édité par Trébutien en 1837, puis par Löseth en 1903. Le Français 24425 ou Manuscrit B date du fin XIVe-début XVe.

— Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, Français 25516 : Beuve de Hantone; Élie de Saint-Gille; Aiol; Robert le Diable.par le Maître du Graal. Enlumineur, 1275-1290.

— Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, Français 24405. 14-15e siècle.

—Le roman de Robert le Diable, en vers du XIIIe siècle, publié pour la première fois d'après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi, par G.-S. Trébutien, Paris : Silvestre 1837. Google.

—Robert le Diable, roman d'aventures publié par E. Löseth, Paris, Firmin Didot pour la Société des anciens textes français, 1903, xlviii + 264 p.

b) Le Mystère de Robert le Diable,

Cy commence un miracle de Nostre Dame : BnF Ms Fr 820, XIVe siècle.

 

Miracle de Nostre Dame de Robert le Dyable, filz du Duc de Normendie, a qui il fu enjoint pour ses meffaiz qu'il feist le fol sans parler et depuis ot Nostre Seignor mercy de li, et espousa la fille de l'Empereur.

réécriture moderne par Fournier, historiographe en 1879 Gallica :http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k37226h

c) Le Dict de Robert le Deable, XVe siècle. 

Guillot de Paris : "Le dit de Robert le Diable" in Dits, fabliaux et pièces diverses,1301-1400 Paris, Bibliothèque nationale de France, français, 24432, f. 202ra-215rb, 254 quatrains monorimes : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90075147

BnF Ms Fr 1881

BnF Ms Fr 12604

 

d) versions imprimées.

 

—édition de Jacques Oudot (Troyes, 1715)

— édition  de Jean Oursel (Rouen, 1715)

— La terrible et merveilleuse vie de Robert le Diable , Lequel après fut Homme de Bien,  Garnier, Troye, 1738. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k721663/f19.image

— édition de Jean de Castilhon (1763) Google.

— édition du comte de Tressan (1784).

Image : http://www.ecoles.cfwb.be/argattidegamond/Contes/Chaperon/Colportage.htm

image005.jpg  

 

Robert le Diable. Édition bilingue. Publication, traduction, présentation et notes par Élisabeth Gaucher, Paris, Champion (Champion Classiques. Moyen Âge, 17), 2006, 512 p.

Élisabeth Gaucher, « Robert le diable : une « œuvre ouverte » », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 2 | 1996, mis en ligne le 04 février 2008, consulté le 05 novembre 2013. URL : http://crm.revues.org/2483 ; DOI : 10.4000/crm.2483

Bauduin Pierre : "Gaucher (Elisabeth). Robert le Diable. Histoire d'une légende".  Revue belge de philologie et d'histoire 2006 Volume   84 pp. 126-1268  

Lise Andries La Bibliothèque bleue : les réécritures de Robert le Diable Littérature1978Volume 30 pp. 51-66 Persée http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/litt_0047-4800_1978_num_30_2_1154

 

 

 

 

[Robert le diable : neuf maquettes de costumes / par François-Gabriel-Guillaume Lepaulle] - 10

 

 

 

Liens et Sources.

Funet :  Nymphalis.

Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : Polygonia c-album.

— BELLMANN Heiko, 2008 Quel est donc ce papillon, Les Guides Nathan, Paris : Nathan, 2008. Traduction française et noms vernaculaires par G.C. Luquet.

— BLAB (Josef), RUCKSTULH (Thomas) ESCHE (Thomas)  [et al.], adaptation et traduction française LUQUET (Gérard-Christian), 1988 Sauvons les papillons  : les connaître pour mieux les protéger ; préface de Pierre Richard Paris : Duculot 1 vol. (192 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 27 cm Trad. de : "Aktion Schmetterling so können wir sie retten". 

— BOITARD (Pierre ) Manuel d'entomologie ou Histoire naturelle de insectes: contenant la synonymie de la plus grande partie des espèces d'Europe et des espèces exotiques les plus remarquables, Tome second, Paris : Roret, 1828,  Gallica

  — BOISDUVAL ( Jean Alphonse),  GRASLIN, (Adolphe Hercule de), Dumesnil (P.C.R.C)  Rambur (Pierre).1833 Collection iconographique et historique des chenilles ou description et figures des chenilles d'Europe, avec l'histoire de leurs métamorphoses et des applications à l'agriculture, Paris : Librairie encyclopédique de Roret, 1832-1837 [1833].

— CHINERY (Michael), Insectes de France et d'Europe occidentale, adaptation française  G. Luquet pour les lépidoptères, Flammarion 2005, 2eme édition 2012, 320 p.

— DOUX (Yves), GIBEAUX (Christian), 2007, Les papillons de jour d'Île de France et de l'Oise,Collection Parthénope, Edition Biotope, Mèze, ; Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, 2007, 288 p. Préface, index et supervision scientifique de Gérard Chr. Luquet.

— DUPONT (Pascal), DEMERGES (David), DROUET (Eric) et LUQUET (Gérard Chr.). 2013. Révision systématique, taxinomique et nomenclaturale des Rhopalocera et des Zygaenidae de France métropolitaine. Conséquences sur l’acquisition et la gestion des données d’inventaire. Rapport MMNHN-SPN 2013 - 19, 201 p. http://www.mnhn.fr/spn/docs/rapports/SPN%202013%20-%2019%20-%20Ref_Rhopaloceres_Zygenes_V2013.pdf

— DUPONCHEL (Philogène Auguste Joseph) 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles pour servir à de compléter une l'Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France, de MM. Godart et Duponchel . Paris : Germer Baillère, 1849. 

— EMMET (Arthur Maitland) 1991. The Scientific Names of the British Lepidoptera: Their History and Meaning, Colchester, Essex, England : Harley Books, 1991,  288 p. : ill. ; 25 cm.

—  ENGRAMELLE (R.P. Jacques Louis Florentin), Papillons d'Europe peints d'après nature par M; Ernst. Gravés par M. Gérardin et coloriés sous leur direction. Première partie. Chenilles, Crysalides et Papillons de jour [décrits par le R.P. Engramelle, Religieux Augustin, Quartier Saint-Germain] Se vend à Paris chez M. Ernst et Gérardin. Paris : Delaguette/Basan & Poignant 1779. Volume 1 [1]+[VIII],[i-xxxiv] - 206p-errata [i-vi], 3 pl. en noir, 48 planches coloriées (I-XLVIII), 100 espèces. 

— FOURCROY (A. F.) 1785. Entomologia Parisiensis; sive catalogus insectorum quæ in agro Parisiensi reperiuntur; secundam methodam Geoffrœanam in sectiones, genera & species distributus: cui addita sunt nomina trivialia & fere trecentæ novæ species. Pars secunda. Parisiis. (Hôtel Serpente). 2. 232-544. Traduction en latin de l'Histoire des insectes de E.L. Geoffroy. http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

 — GEOFFROY (Étienne-Louis, Docteur en médecine) 1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ;Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII  colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. 744p. http://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/n9/mode/2up

— GEOFFROY [Étienne-Louis] 1798-99 Histoire abrégée des insectes  Benoît Louis Prévost; A J Defehrt Paris : Chez Calixte-Volland : Chez Rémont, an VII [1798-1799 Tome deuxième. http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/14595#/summary

— GEER, (Charles de), Mémoires pour servir à l'histoire des insectes , Stockholm : Hesselberg, 1771.Tome 1 [1]-[15] 707 pages, 37 planches, Gallica .  Tome second première partie 616 pages,  ; Tome second deuxième partie pages 617 à 1175, 43 planches gravées par Bergquist. Gallica.

— GODART (Jean-Baptiste) Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France décrits par M. Godart, ancien proviseur Paris : Crevot 1821 Vol.1, Première partie, environs de Paris, [I]-[vij] + 295 p. Planches dessinées par [Antoine Charles] Vauthier et gravées par Lanvin.

— Gozmány, László: Vocabularium nominum animalium Europae septem linguis redactum2 vols. Budapest: Akadémiai Kiadó, 1979. 

— HIGGINS (L. G.) et RILEY (N. D.) 1988. Guide des Papillons d'Europe : Rhopalocères. Troisième édition française. Traduction et adaptation par Th. Bourgoin, avec la collaboration de P. Leraut, G. Chr. Luquet et J. Minet. Delachaux et Niestlé édit., Neuchâtel ,1988, 455 pages.

—HÜRTER Hans-Arnold 1988 Die wissenschaftlichen Schmetterlingsnamen, Herleitung und Deutung, Bottrop ; Essen : Pomp, 492 pages.

— KEMPER Heinrich 1959 Die tierischen Schädlinge im Sprachgebrauch, Berlin : Duncker & Humblot 1959. Google books.

— LAFRANCHIS (Tristan), 2000 Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Collection Parthénope, Ed Biotope, Mèze, 448p. 

— LATREILLE, P. A., 1804. "Tableau méthodique des Insectes", pp. 184-187 in Nouveau Dictionnaire d’Histoire Naturelle, vol.24, Paris : Déterville.

— LATREILLE, P. A., 1805. Histoire Naturelle, Générale et Particulière des Crustacés et des Insectes. Tome XIII, p. 369. Paris : Dufart.

 —LATREILLE  (P.A) et Olivier Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle 2eme édition tome 27 1818.

— LATREILLE (P.A), GODART (J.B) , Encyclopédie méthodique, ou Entomologie, Paris : Vve Agasse tome 9 1819. https://archive.org/stream/encyclopdiem09metc#page/n3/mode/2up

 — LERAUT (Patrice) 1997 "Liste systématique et synonymique des Lépidoptères de France, Belgique et Corse" (deuxième édition) Alexanor, 20, Supplément hors série : 1-526, 10 illustr., photog, 38 fig.

— LUCAS ([Pierre-] Hippolyte)  Histoire naturelle des lépidoptères d'Europe Paris : Pauquet  1834 ouvrage orné nature de près de 400 figures peintes d'apres, par A. Noel, et gravées sur acier.http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4416154.r=lucas+papillons.langFR 

 http://www.biodiversitylibrary.org/item/53843#page/11/mode/1up

— LUQUET (Gérard Chr.) 1986 "Les noms vernaculaires français des Rhopalocères d'Europe", Alexanor, Revue des Lépidoptéristes français, tome 14, juillet-septembre 1986, suppl.)

— MACLEOD (Roderick Donald) Key to the names of British Butterflies and moths, 86 pp. Londres 1959.

— OBERTHÜR (Charles), HOULBERT (Constant), Faune entomologique armoricaine. Lépidoptères. Rhopalocères, Rennes : Imprimerie Oberthür 1912-1921, 258 pages.


— PERREIN (Christian) 2012 , Biohistoire des papillons, Presses Universitaires de Rennes 2012.

— RÉAUMUR [René-Antoine] de Ferchault 1734-1748 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes   Paris : Imprimerie Royale, 6 volumes, de 1734 à 1748 [un 7e, copie du manuscrit original, paraîtra en 1928], 267 planches gravées par Simoneau, Lucas, Haussard et Fillioeul. En ligne BHL.  Voir aussi VALLOT J.N. 1802.

— SALMON (Michael A.) 2000, The Aurelian legacy, British butterflies and their collectors, University of California Press, 2000.

SCOPOLI (Jean-Antoine) Ioannis Antonii Scopoli Med. Doct. S.C.R. ... Entomologia Carniolica exhibens insecta Carnioliae indigena et distributa in ordines, genera, species, varietates : methodo Linnaeana. Vindobonae :Typis Ioannis Thomae Trattner ...,1763. En ligne BHL.

— SOUVESTRE (Émile), 1836  Voyage dans le Finistère par Jacques Cambry, revu et augmenté par- : "Tableau systématique des lépidoptères qui se trouvent dans le département du Finistère" par  [(Hesse et) Le Borgne de Kermorvan] Brest : Come et Bonetbeau, 1835 page 165

SPULER  (Dr Arnold), Die Europas Schmetterlinge, 1901-1908. Vol.1. Allgemeiner Teil —Spezieller Teil. I-CXXVIII + 1-386 + [1]-[6], 265 fig. dans le texte, E. Schweizelbart'sche Verlagsbuchhandlung, Nägele und Dr Sproesser édit., Stuttgart, Allemagne. En ligne sur BHL:http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/9477#/summary

— TOLMAN (Tom), LEWINGTON (Richard), Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, traduction et adaptation française Patrick Leraut,  Paris : Delachaux et Niestlé 1999 et 2009, 384 pages.

— VALLOT J.N. Concordance systématique, servant de table de matières à l'ouvrage de Reaumur, Paris : Grégoire, Thouvenin, 1802. En ligne Google books.

  — VILLERS (Charles de) 1789 Caroli Linnaei Entomologia, faunae Suecicae descriptionibus aucta : DD. Scopoli, Geoffroy, de Geer, Fabricii, Schrank, &c., speciebus vel in systemate non enumeratis, vel nuperrime detectis, vel speciebus Galli australis locupletata, generum specierumque rariorum iconibus ornata; curante & augente Carolo de Villers .. Lyon : Pietre et Delamollière, (1789).https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

— WALCKENAER (C.A.) 1802,  Faune parisienne, insectes, ou, Histoire abrégée des insectes des environs de Paris classés d'après le système de Fabricius; précédée d'un discours sur les insectes en général, pour servir d'introduction à l'étude de l'entomologie accompagnée de sept planches gravées Paris : Dentu 1802 en ligne BHL.  

De Geer :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97151p/f1.image.r=.langFR

Godart BHL :  http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38004#page/256/mode/1up

Duponchel, chenilles 1849 : BHL :   http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/9410#/summary

Boisduval chenille 1832 :   http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/51588#/summary

Geoffroy  :    http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/51067#page/9/mode/1up

Engramelle :    http://books.google.fr/books?id=em0FAAAAQAAJ

Latreille 1804 :           http://books.google.fr/books?id=xBsOAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Latreille et Godart 1819 :  https://archive.org/stream/encyclopdiem09metc#page/n3/mode/2up

Linné   http://www.biodiversitylibrary.org/item/10277#page/3/mode/1up

 De Villers 1789 :  https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

Fabricius :  http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/36510#/summary

Rottemburg : http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=8326

Scopoli Entomologia carniolica 1763  http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/34434#/summary

Leach : http://biodiversitylibrary.org/page/17493618#page/136/mode/1up

Goettingen animalbase : base de donnée : http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/search

Butterflies of America : http://butterfliesofamerica.com/polyommatus_icarus.htm

 Bestimmungshilfe für die in Europa nachgewiesenen Schmetterlingsarten :http://www.lepiforum.de/

—  Articles biographiques sur les taxonomistes entomologistes http://gap.entclub.org/taxonomists/index.html 

   http://www.reserves-naturelles.org/sites/default/files/fichiers/protocole-rhopalo-liste-especes.pdf

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche