Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 20:20

Dom Robert à Pont-L'Abbé : Le Minor confronté à Aubusson.

 

"Continuez de nous apprendre l'école buissonnière, ô bienheureux paresseux. C'est la vraie, celle que notre société qui ne connaît que la règle et la ligne droite, condamnera toujours. Parce que c'est déjà un peu l'Autre Monde en notre présent »  

                                   Lettre adressée à Dom Robert par Mgr Coffy, archevêque d'Albi.

 


Ce samedi 12 décembre 2014 avait lieu le vernissage, en présence des plus hautes autorités locales, de l'exposition Ode à la nature. Dom Robert et la maison Le Minor, au Musée Bigouden du Château de Pont-L'Abbé. Trop content d'y avoir été convié, je me faisais tout petit pour écouter les brillantes allocutions.  J'appris ainsi qu'une jeune artiste de Saint-Nicolas-du-Pélem récemment installée à Plogonnec, Gaëlle Le Fur y exposait aussi, tant, avec son BTS et son DSAA en création textile, puis son orientation vers la gravure (lino, plastique) et son goût pour les choses simples de la nature (herbes, ombelles, capsules poricides des coquelicots,  insectes) ... et  pour les coqs et les papillons, elle développait une œuvre parfaitement en résonance avec celle de  Dom Robert,  bénédictin de l'abbaye d'En Calcat, mais à la sensibilité toute  franciscaine.

Cette exposition remarquable, et dont l'entrée est gratuite, est organisée bénévolement par l'Association des Amis du Musée Bigouden, dont j'ai pu mesurer la hauteur des vues artistiques et la somme de dévouement.

 

                            126c

 

Le moment fort de ces exposés fut atteint lorsque Mr Gildas le Minor raconta comment sa grand-mère Marie-Anne Le Minor, une femme de caractère, réussit à convaincre Dom Robert, émule du créateur de tapisserie de basse-lisse Jean Lurcat et lui-même habitué à faire réaliser ses cartons par les ateliers d'Aubusson, que la broderie n'était pas un art secondaire mais pouvait dignement mettre en valeur ses dessins. 

  Dom Robert qui séjournait alors au monastère de Kerbéneat (qui sera relevé plus tard par Landevennec) effectuait un petit voyage en Cornouailles en compagnie d'un autre moine qui lui fit visiter la Maison Le Minor ; là, Marie-Anne usa de toute sa persuasion mais le dominicain resta sceptique. Madame Le Minor se procura un dessin (sans-doute Les Oiseaux Rares) et fit réaliser le travail en broderie : la qualité du résultat sut convaincre Dom Robert, et c'est ainsi que débuta une belle collaboration. Mais une étape essentielle fut franchie lorsque Valéry Giscard d'Estaing accorda aux broderies Le Minor le statut juridique d'œuvre d'art au même titre que les tapisseries d'Aubusson, avec autorisation de ne créer que huit  panneaux brodés du même carton, chacun authentifié par son certificat cousu au dos, son "bolduc". Ces tapisseries brodées sont signées par l'artiste, ou, dans le cas de Dom Robert, par l'abbaye d'En Calcat qui en détient les droits.

Aujourd'hui, La Maison Le Minor propose dix modèles : 

  • La Biquette
  • la Chasse au papillons.
  • Le Cheval vert
  • Le Chat noir
  • Le Jardin des Sirènes
  • le Mouton
  • Lever du Jour,
  • Les Compagnons de la Marjolaine
  • Les Oiseaux Rares.
  • Le Scopolendre

J'en profite pour rendre hommage au brodeur de la Maison le Minor,  Jean-Michel Perennec, personnage trop discret dont j'emprunte ici une photo de 2010 (source) :

 

 C'est lui qui brode au fil DMC de coton et de laine selon l'ancienne tradition des brodeurs sur drap bigoudens, et c'est lui aussi dont j'avais trouvé le nom au dos des bannières Le Minor : des milliers d'heure de travail à lui tout seul, comment fait-il ?

 

Mr Gildas Le Minor lors de son  exposé :

                   004c

 

L'exposition est conçue de manière à ce que les visiteurs puissent confronter les tapisseries d'Aubusson (Deux tapisseries de basse-lisse ont été prêtées) et les broderies réalisées par Le Minor. On y voit également des affiches, dessins, photographies, du matériel de broderie, etc.

Place aux images, un peu en désordre :

053c

 

Broderie : Les Oiseaux rares :

106c

 

 

Tapisserie : Tiens, c'est presque un Flambé (Iphiclides podalirius) qui aurait perdu ses queues:

057c

 

Mais oui, c'est podalirius, un Porte-Queue ! 

   061c

 

      Tapissserie encore :

063c

 

                           071c

 

 

Broderie Les Compagnons de la Marjolaine (détail) :

                    082c

 

Broderie :

                    089c

 

Broderie

090c

 

Broderie :

                        093c

 

                             100c

 

Broderie

109c

 

 

Tapisserie : 

117c

 

Tapisserie :

144vv

 

Alors, des papillons, des coqs et des coquelicots, des poneys, des fleurs, mais nous sommes en Bretagne ! Où est la mer ?

Mais où est la mer ? Elle n'est pas loin, mais une seule —très belle— pièce de broderie lui est consacrée. Plongée dans Le Jardin des Sirènes !

115cc

 

c

 

 

Deux exemples de l'art de Gaëlle le Fur pour terminer (vous découvrirez ses coqs sur place): tout le contraire d'une "Nature morte", mais des éléments aériens, ardents, des plumes ébouriffées, de gais compagnons que l'on entend chanter.

                020c.jpg

 

 

038c.jpg

 

 

Compléments sur mon blog :

1. L'abbaye d'En Calcat, à laquelle appartenait Dom Robert, a abrité aussi un autre grand artiste, le père Ephrem Soccard, fils de maître-verrier et créateur en 1950 de l'atelier de dalles de verre d'En Calcat : voir les vitraux de l'île d'Hoedic :

Les églises des îles du Ponant VI. L' île d'Hoedic.

 

2.  Les bannières Le Minor. : ma recension des bannières paroissiales.

 

 

Sources et liens :


— Les dix panneaux brodés de la Boutique Le Minor :

http://leminor.com/zencart/index.php?main_page=index&cPath=3_19_26

— FLEITOUR (Annick), 2014, "Dom Robert & la Maison Le Minor", Capcaval La Revue du pays Bigouden n°33 pp. 23-28.

Abbaye d'En Calcathttp://www.encalcat.com/dom-robert_52.php

Association des Amis de Dom Roberthttp://www.domrobert.com/biographie_25.php

 

A propos de Dom Robert (1907-1997) :

  "Amené à la tapisserie par Jean Lurçat, cet artiste atypique (il est moine) profondément inspiré par la contemplation de la nature est l’un des peintres-cartonniers les plus féconds et les plus admirés du XXe siècle…

Après un difficile passage au collège des jésuites de Poitiers, Dom Robert (né Guy de Chaunac-Lanzac) suit des cours aux Arts décoratifs de Paris. Il entre à l’abbaye bénédictine d’En Calcat (Tarn) en 1930, grâce à ses relations avec le philosophe Jacques Maritain et le compositeur Maxime Jacob, étudie la philosophie et la théologie et est ordonné prêtre en 1937. Il se remet alors à dessiner et à peindre.

Lorsque Jean Lurçat, de passage à En Calcat, découvre les aquarelles et enluminures du moine, l’originalité et la puissance de ses œuvres le frappent ; il persuade Dom Robert de venir à Aubusson et de se mettre à l’art du peintre-cartonnier.

A partir de 1941, date de son premier carton (pour le tissage de L’Eté, à l’atelier Tabard) et jusqu’en 1993 (avec Chèvres du Larzac, à l’atelier Goubely), Dom Robert consacre la majeure partie de ses travaux artistiques à la tapisserie, et son travail est reconnu dès ses premières œuvres. Le lissier François Tabard le met en relation avec Denise Majorel et la galerie La Demeure, à laquelle il reste fidèle toute sa vie, et il ne s’arrête plus de produire.

Pendant 50 ans, la vie de Dom Robert est faite d’observation de la nature, d’esquisses, de dessins, d’élaboration de cartons, de traduction numérotées des couleurs, de suivi des tissages dans les ateliers d’Aubusson.

Dom Robert garde de ses travaux d’enluminures le goût de la couleur, le souci du détail, de l’ornementation. Il avance à petites touches, un motif après l’autre, ajoutant çà et là une ombelle, un cerf ou un papillon, dans des œuvres toujours luxuriantes et vives : « Dans une tapisserie, on se promène, on flâne. Un détail vous conduit à un autre, un rouge mène au bleu. […] Pour faire court, disons que la peinture est un art d’espace tandis que la tapisserie est davantage un art du temps. »

 

Son incroyable fécondité a donné une collection de tapisseries dont le succès ne se dément pas, si l’on en croit le nombre de visiteurs attirés à chaque exposition Dom Robert."

Copié de : Cité internationale de la tapisserie et de l'art tissé d'Aubusson.


Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Valérie Lauvray 14/12/2014 12:10

J'ai mis un lien sur la page Facebook de la Guérandière et de notre magasin " Les comptoirs du Sud-Bretagne" à Guérande

jean-yves cordier 14/12/2014 17:15



merci, c'est très gentil d'associer Guérande à notre admiration de cette exposition 



Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche