Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2015 7 16 /08 /août /2015 13:47

Le linteau du portail de la Chapelle Saint-Hubert du château d' Amboise (1493). Saint Christophe et saint Hubert. Une erreur d'interprétation y identifie "saint Antoine" depuis la fin du XIXe siècle. Un modèle pour Louis de Roncherolles à Bourges ?

.

Plan :

I. Présentation : le château d'Amboise et sa Chapelle Royale. Plans d'époque.

II. Description du portail de la chapelle. Documents graphiques (gravures et photographies anciennes).

III. Description du linteau du portail.

1°) Saint Hubert.

2°) Saint Christophe.

IV. Motivations du choix iconographique.

V. "Saint Antoine", une erreur d'interprétation bête et tenace du linteau ?

VI. Hypothèse : le linteau de la Chapelle d'Amboise (1496), source du vitrail de Roncherolles de la cathédrale de Beauvais (1522) ?

VII. Documents.

I. PRESENTATION GÉNÉRALE : LE CHATEAU D'AMBOISE ET LA CHAPELLE ROYALE.

.

 Le château d'Amboise entre dans le domaine royal en 1434.

"Le château d'Amboise dresse ses vestiges sur un éperon rocheux en bordure de la Loire. La partie la plus fortifiée désignée sous le nom de "Donjon" sous Louis XI se situait à l'extrémité ouest isolée par un fossé de la basse cour où s'élevait la collégiale Saint-Florentin. Le logis royal rénové par Louis XI occupait le côté sud du Donjon. Charles VIII franchit le fossé pour agrandir sa demeure dans l'avant-cour. Au sud il éleva le logis des Sept Vertus, disparu, au nord le bâtiment magnifique qui domine toujours la Loire. Ses successeurs ont continué d'étendre le château vers l'est.  François Ier termina l'aile qui borde le jardin de Charles VIII.  Henri II la doubla par une construction parallèle. 

 Dès le début de son règne Louis XI transforme le château d' Amboise pour le rendre plus habitable. Il élève une maison neuve avec une salle des galeries et une cour. Ce logis est certainement construit dans le Donjon, là où habite Charles VIII au début des années 1490. Devenu roi à l'âge de treize ans, Charles VIII fut placé sous la tutelle de sa sœur Anne de Beaujeu, régente de France. À vingt-et-un ans (1491), il se marie à Anne de Bretagne, préparant ainsi l'union du duché de Bretagne au royaume de France. Dès 1489 il entreprend son tour des travaux à Amboise. Il aménage un logis et construit la chapelle actuellement dite "Saint-Hubert" et appelée "chapelle du roi" dans les documents. Le décor sculpté  de celle-ci date de 1495-1496. A la même époque des bâtiments sont réaménagés. Dès la fin de année 1493 le roi et la reine s'installent dans le logis rénové et la chapelle est mise en service alors même que le décor est pas terminé." (Evelyne Thomas).

Néanmoins, dans l'étude du choix de décoration de la chapelle, il faut noter que Charles VIII était, de août 94 à mai 1495, en Italie, ne revenant à Lyon qu'en novembre 1495. En l'absence du roi, Anne de Bretagne réside plus rarement à Amboise qu'à Tours, Lyon, Grenoble et surtout Moulins sous la surveillance des Beaujeu.

 

.

— Androuet du Cerceau, "Amboyse, le plan de tout le lieu".

La chapelle y apparaît avec sa nef à une travée, son transept et son abside à trois pans. Elle fait saillie sur une construction en longueur, correspondant aux logis royaux (actuellement détruits) construits par Charles VIII et que le roi et la reine occupèrent dès 1493. Juste dans son axe, un passage conduisant à son portail sépare le rez de chaussée en deux ensembles : à l'ouest, les logements de la reine (Anne de Bretagne), sont formés d'une salle, d'une chambre et de pièces plus petites. Une ouverture dans le mur sud de la salle donne un accès direct à la chapelle. 

Le roi occupe, à l'étage, des appartements qui se superposent à ceux de la reine et qui communiquent avec ceux-ci par un escalier en vis à la partie ouest. "Du coté sud, la salle communiquait avec une terrasse qui mène sur une tribune ouvrant sur la chapelle et à un petit escalier en vis par où le roi pouvait descendre à la chapelle" (E. Thomas).

Plus à gauche, sous le titre AMBOYSE, on voit le "Logis des Sept Vertus", qui fut achevé en 1495-1498 et où se trouvait alors la chambre du roi et celle de la reine, au même étage autour d'une salle centrale. (E. Thomas)

Au centre du château, on remarque aussi la collégiale Saint-Florentin (détruite). 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/LES1595/zoom1024/LES1595_21.jpg

 

 

.

.

— Androuet du Cerceau, Levée de l'élévation du costé de la forest" : la chapelle se reconnait à son clocher.

.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/traite/Images/LES1595Consult.asp?numfiche=23&numtable=&mode=

.

— Androuet du Cerceau, "Eslevation du costé de la rivière".

 

 

 

 

.

Androuet du Cerceau, plan du château d'Amboise. La chapelle = flèche. Photo prise lors de la visite du château.

Androuet du Cerceau, plan du château d'Amboise. La chapelle = flèche. Photo prise lors de la visite du château.

.

 

Androuet du Cerceau, plan en élévation du château d'Amboise.

Androuet du Cerceau, plan en élévation du château d'Amboise.

.

 

Androuet du Cerceau, plan du château d'Amboise. La chapelle = flèche.

Androuet du Cerceau, plan du château d'Amboise. La chapelle = flèche.

.

 

Le château d'Amboise et la chapelle, photo lavieb-aile.

Le château d'Amboise et la chapelle, photo lavieb-aile.

.

 

La Chapelle Royale vue de la tour Heurtault, photo lavieb-aile.

La Chapelle Royale vue de la tour Heurtault, photo lavieb-aile.

Selon l'abbé L.A. Bossebœuf, la chapelle, qu'il désigne sous le vocable de Saint-Blaise avait été précédée sous Louis XI par un oratoire placée "dans un obscur souterrain" dans le soubassement du sanctuaire actuel. On notera que saint Blaise de Sébaste est l'un des 14 saints Auxiliateurs, particulièrement efficaces face aux périls graves, comme d'ailleurs saint Christophe et saint Eustache (proche de saint Hubert). Chacun a sa spécificité. Saint Blaise est invoqué lors des épizooties. mais aussi lors des "pestes" humaines, car "Devant Saint-Blaise, tout mal s'apaise". Il soigne aussi les maux de gorge. Il est fêté le 3 février, grande date de réveil de la nature et du retour du soleil après l'arrêt hivernal des croissances.

Sous Louis Philippe le lieu porta le nom de chapelle de Saint-Louis.

 

.

La Chapelle Royale du château d'Amboise, photo lavieb-aile.

La Chapelle Royale du château d'Amboise, photo lavieb-aile.

.

  Dans le logis du "Donjon" (nom du premier édifice sous Louis XI)  le roi Charles VIII éprouve le besoin d'édifier une chapelle à proximité de ses appartements et de ceux de la reine, trop éloignés de la collégiale Sainc-Florentin.  "La chapelle mesure 3 m. 73 de large et 12 mètres de long; la nef est divisée en quatre sections de 1 mètre chacune. Les bras du transept débordent de 2 m. 80 sur la nef et renferment [chacun] une cheminée. Le sanctuaire, qui est rectangulaire à la partie inférieure, se termine par un chevet à trois pans. Dix fenêtres y répandent la lumière, tamisée par des vitraux modernes de facture et de style." (Bossebœuf, 1897)

Les vitraux du XIXe avaient été conçus par Viollet-le-Duc et Devéria en 1840-1843 et réalisés en 1847 par la manufacture de Sèvres dirigée par Brongniart. Ils étaient traités comme les pages d'un livre d'Heures.

©Ministère de la Culture (France) - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine - diffusion RMN

 http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/memoire_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=APMH00012647

.

Détruits lors de la dernière guerre, ils ont été remplacés en (vers) 1956 par des verrières dessinés par Max Ingrand sur le thème de la vie de saint Louis.

Dans le bras gauche du transept ont été rassemblés un certain nombre d'ossements recueillis dans les décombres de la collégiale Saint-Florentin, à l'emplacement du tombeau de Léonard de Vinci.

 

 

La Chapelle Royale du château d'Amboise, photo lavieb-aile.

La Chapelle Royale du château d'Amboise, photo lavieb-aile.

.

.

.

II. DESCRIPTION DU PORTAIL.

Le portail se compose de deux portes en anse de panier à peine cintrée séparées par un pilier central, d'un linteau et d'un tympan. Comme le reste de la chapelle, elle relève du style gothique flamboyant.

L'encadrement des portes et le pilier central forment trois éléments semblables, alternant de bas en haut un socle, deux moulures, puis une niche occupée par un tronc écoté avec ses racines, et enfin une niche vide. Seule la niche supérieure porte un ange gracieux dont le phylactère indique "Gloria in excelsis Deo".

Le motif des troncs écotés se retrouve repris sur les ébrasement de deux fenêtres de l'étage du logis royal  du coté est : ceux-ci y sont sculptés d'un tapis de fleurs de lis et d'hermines, encadrés par des bâtons de pèlerins munis d'aumônières qui ressemblent à des arbres écotés encore munis, sur l'une des fenêtres, de leurs racines.

— Voir la photographie du XIXe siècle  de Séraphin-Médéric Mieusement (1840-1905) dans les collections de l'INRA, n°447 : http://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/7493-amboise-chapelle-du-chateau-portail/

— Voir la photographie de 1923 de Fernand Préfontaine :

http://www.mnbaq.org/collections/oeuvre/portail-de-la-chapelle-saint-hubert-du-chateau-d-amboise-france-600041581

Portail de la chapelle royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

Portail de la chapelle royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

.

 

Portail (détail) de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

Portail (détail) de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

Le tympan.

Le tympan est divisée en trois lancettes trilobées. Dans la lancette centrale se tient  la Vierge à l'Enfant, couronnée et nimbée, dans une mandorle de roses, entourée de quatre anges thuriféraires. Ses pieds sont posés sur une base surmontant un pilier hexagonal, alors que deux anges présentent un phylactère portant les mots AVE MARIA, et présentent les armes du duché d'Orléans (trois fleurs de lys posées 2 et 1  avec un lambel en chef). Ces armes témoignent de la restauration complète de la chapelle décidée par le duc d'Orléans, héritier du duc de Penthièvre, soit pendant la Restauration (1815-1830) soit sous son règne sous le nom de Louis-Philippe Ier (1830-1846), et poursuivie par le comte de Paris.

Ce nouveau tympan  aurait été conçu  selon Bossebœuf par Victor Ruprich-Robert, dont l'intervention  à Amboise débute avec la restauration de la Salle des États date de 1873-1879 sous la commande du comte de Paris. Une planche de Victor Ruprich-Robert représentant le portail date de 1885 : (source : ebay)

.

.

Du XIXe siècle date aussi le clocher orné de quatre bois de cerfs, et, dans la même idée, l'appellation de "Chapelle Saint-Hubert". Evelyne Thomas précise que ce nom n'est pas employé antérieurement, mais que la chapelle était désignée dans les comptes de construction comme "chapelle du Donjon", et dans les documents du XVIIe siècle comme "chapelle du roy" (A.D Indre et Loire 1632). A l'intérieur de l'édifice se trouvait une autre chapelle, la chapelle Saint-Michel.

Les commanditaires de la chapelle sont figurés dans la posture de donateurs dans les lancettes latérales : Charles VIII avec le blason aux armes de France, et Anne de Bretagne avec un blason à six mouchetures d' hermines (détruit lors de ma visite mais visible sur les photos d'archive), tous les deux devant une tenture aux motifs de fleurs de lis et d'hermines.

 

 

 

Tympan du Portail  de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

Tympan du Portail de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

.

L'abbé Bossebœuf a donné en 1897 une vue de la façade de la chapelle avant la restauration ; cette gravure permet de s'assurer que dans cette façade, seul le tympan a été modifié.

.

.

Gravure non datée mise en vente ; on y remarque que saint Christophe tenait un bâton dans la main gauche ; que saint Hubert portait une épée (plus longue que la dague actuelle). 

L'ange du pilier central.

Ange du pilier central. Portail (détail) de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

Ange du pilier central. Portail (détail) de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

 

 

.

III. DESCRIPTION DU LINTEAU.

.

Le linteau de 3,20 m de long et 0,60 m de haut est divisé en deux scènes de taille asymétrique, une "chasse de saint Hubert" à droite occupant les deux-tiers de la longueur, et une "traversée du gué par saint Christophe" à gauche occupant le tiers restant. En transition entre les deux, un monticule faisant office de décor de montagne sert d'élément commun aux deux scènes. 

La chapelle a été construite en 1491-1493, mais son décor sculpté a été réalisé entre 1495 et 1496, et les comptes de construction précisent selon E. Thomas que :

 " Dans le dernier trimestre de l'année 1495 Pierre Minart exécute des sculptures pour la chapelle (L de Grandmaison pp. 41-42 art 236). Dans les trois trimestres suivants il reçoit trente livres pour avoir fait des ymages de pierre tant à la chapelle que allieur  (idem). Sont cites également la même époque Casin d'Utrecht qui travaille avec Minart et Cornille de Nesve pour avoir taillé en pierre en tache ung petit ymaige de Dieu tenant en une main ung monde et faisant une benediction de l'autre, mise sur la porte de la chapelle du Danjon dud.chastel  ( ibid. p.42 art 238). Cette description très précise s'applique au Christ porté par saint Christophe sur le linteau de la chapelle. Le même artiste est cité pour avoir parachevé en tache ung ymaige de Sainct Thomas en pierre estant en lad. chapelle (ibid.) "

S'il est clair que Casin de Trect (probablement d'Utrecht) est un artiste flamand, on considère que c'est aussi le cas de Cornille de Nesve, et de Pierre Minart, dont le nom francisé correspondrait à Minaert. Louis de Grandmaison précise page 14 que ce dernier était qualifié de maître-ymagier et était payé la somme considérable de 10 livres tournois par mois* pour faire des images en pierre, tant à la chapelle qu'ailleurs, suivant le marché passé avec lui comme appert par les roolles précédans, et qu'il avait sous sa direction Casin du Trect, payé 7 livres par mois. Cornille de Nesve ou de Neuf est payé 10 livres pendant le premier trimestre pour son ymaige de Dieu.

* Raymond de Drezet, conseiller du roi et Trésorier de France, recevait 20 livres tournois par mois pour la conduite des travaux (L. de Grandmaison p.5). Une livre tournois vaut 20 sous : les maîtres-maçons étaient payès 6 sous 3 deniers par jour, et le maître-charpentier à peu près autant, autrement dit ils percevaient moins de 10 livres tournois par mois.

https://books.google.fr/books?id=YosVAAAAYAAJ&q=%22pierre+minart%22+sculpteur&dq=%22pierre+minart%22+sculpteur&hl=fr&sa=X&ved=0CCoQ6AEwAmoVChMIhtPbv7qyxwIVDHIUCh09_AK6, 

Linteau du portail  de la Chapelle royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

Linteau du portail de la Chapelle royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

.

Une carte postale permet de voir des éléments du linteau actuellement brisés : les mains de l'ermite ; le bâton de saint Christophe ; la croix du globe crucifère ; l'épée de saint Hubert.

Cette carte semble reprendre une photo de la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine "prise entre 1851  et 1914"  - diffusion RMN  ©Ministère de la Culture  - http://www.commune-mairie.fr/photos-monuments-historiques/amboise-37003/

 

 

http://www.cparama.com/forum/amboise-t4090.html 

.

Dans ces images d'archives, une photo du portail est datée de 1862,  et une autre est datée du 1er mai 1868, toutes deux avec l'ancien tympan, alors qu'une autre, datée entre 1882 et 1893 montre le nouveau tympan.:

.

http://www.commune-mairie.fr/photos-monuments-historiques/amboise-37003/

 

.

.

.

 

 

1°) La chasse de saint Hubert.

 

 

Rappelons rapidement les termes de la légende de saint Hubert illustrée ici (Wikipédia) : 

"Le seigneur Hubert était si passionné de chasse qu'il en oubliait ses devoirs. La légende rapporte qu'il n'avait pu résister à sa passion un Vendredi saint, et n'ayant trouvé personne pour l'accompagner, était parti chasser sans aucune compagnie. À cette occasion, il se trouva face à un cerf extraordinaire. En effet, celui-ci était blanc et portait une croix lumineuse au milieu de ses bois.

Hubert se mit à pourchasser le cerf mais celui-ci parvenait toujours à le distancer sans pour autant se fatiguer. Ce n’est qu’au bout d’un long moment que l'animal s’arrêta et qu’une voix tonna dans le ciel en s’adressant à Hubert en ces termes :

Hubert! Hubert! Jusques à quand poursuivras-tu les bêtes dans les forêts? Jusques'à quand cette vaine passion te fera-t-elle oublier le salut de ton âme ?

Hubert, saisi d'effroi, se jeta à terre et humblement, il interrogea la vision :

Seigneur ! Que faut-il que je fasse ?"

Dans un décor forestier et rocailleux, nous voyons ici Hubert de Liège accompagné de quatre de ses chiens au moment même de sa rencontre avec le cerf blanc crucifère : bouleversé par cette apparition, il tombe à genoux, tout en maintenant son cheval de la main gauche. Il porte les cheveux longs et bouclés, il est vêtu d'une tunique arrivant  aux genoux, remarquable par ses longues manches pendantes. Il porte à la ceinture son cor de chasse (octogonal) et une épée (à la lame brisée), et son bonnet est tombé sur le sol devant lui. Un ange le survole et tient un objet partiellement détruit qui peut correspondre à une couronne de végétaux tressés. Le saint tient dans la main droite un objet que j'interprète comme un coussin sur lequel est posée l'étole que l'ange lui a remis. L'étole de soie brodée d'or fut, selon la légende, remise par un ange adressée par la Vierge,  lorsque Hubert, s'étant rendu à Rome en pèlerinage, y parvint le jour où le Pape Sergius devait désigner un successeur pour saint Lambert, évêque de Maestricht. L'étole de saint Hubert était dotée du pouvoir de guérir de la rage. L'ange amena aussi en même temps  les habits sacerdotaux et  le bâton pastoral de Lambert, puis saint Pierre remit à Hubert pendant la célébration de la messe de son sacre une clef d'or, aussi miraculeuse que l'étole. L'abbaye bénédictine de Saint-Hubert en Belgique conserva la relique de cette étole. 

.

Les chiens représentés par le sculpteur sont tous de même type, lourds et massifs, au poil ras, au grand nez et à la gorge profonde, à la longue queue en sabre et attachée haut, aux longues oreilles tire-bouchonnées (cf. la tête vue de face de l'animal le plus haut) . Bref, ils ont toutes les caractéristiques du Chien de Saint-Hubert, ou Bloodhound ("chien de sang"). Ce chien de meute à l'odorat exceptionnel appartenait, dans les chenils, aux chiens courants qu'on découplait sur la voie d'un cerf. On trouvait aussi des épagneuls, des lévriers , des "chiens bauds". Selon Lucien-Jean Bord et Jean-Pierre Mugg (La chasse au Moyen-Âge) les meutes des rois de France comportait à la fin du Moyen-Âge des saint-hubert, des chiens gris, des fauves de Bretagne et des courants d'Alençon.

 

Chasse de saint Hubert, Portail de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

Chasse de saint Hubert, Portail de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

.

 


Saint Christophe est aussi présent dans le Livre de prière de Claude de France, fille d'Anne de Bretagne : (Pierpont Morgan Library, New-York, Ms M 1166 folio 32v), qui date de 1517. On trouve la Vision de saint Hubert représenté quelques pages plus loin.

http://www.quaternio.ch/fr/le-livre-de-prieres-de-claude-de-france

.

IV.  DISCUSSION : LES RAISONS DU CHOIX DU MOTIF DU LINTEAU.

Nous ne disposons d'aucun témoignage et d'aucun document permettant de savoir ce qui a conduit à placer les scènes de la Vision de saint Hubert et de la traversée du gué par saint Christophe à la place principale de la chapelle du roi du château d'Amboise. On peut donner libre cours aux suppositions.

a) Une filiation avec l'ancienne dénomination de Chapelle Saint-Blaise, Blaise étant invoqué contre les maladies des animaux et étant lié, en Bretagne, avec le loup ?

b) Recherche d'une protection contre les périls extrêmes, ceux de la rage et des dangers de la chasse (saint Hubert), et ceux des voyages, pélerinages, croisades, passages de gué et de pont (saint Christophe ) ? Saint Christophe est toujours représenté sur les seuils et points d'entrée des églises, afin de conférer sa protection lors du passage entre le monde naturel et le monde spirituel. Le passage sous le linteau peut avoir un rôle apotropaïque, et le caractère superstitieux de la pratique religieuse d'Anne de Bretagne est bien connu.

c) Influence des aumoniers et du confesseur de la reine, influence qui se devine aussi dans le choix des oraisons, suffrages et enluminures du Grand Livre d'Heures d'Anne de Bretagne et du surtout du Petit livre de prières d'Anne de Bretagne (réalisé avant 1495) ainsi que du Livre de prière de sa fille Claude de France, où saint Hubert est invoqué contre la rage.

d) Choix proposé par les sculpteurs flamands Pierre Minart, Casin d'Utrecht et Cornille de Nesve 

(un homonyme Cornille de Neve est attesté à Bruges en 1635), qui auraient pu prendre connaissance à Bruges, ou à la cour de Philippe le Bon, ou auprès de David Aubert ou de Loyset Liédet de la Légende de saint Hubert, et de l'enluminure du manuscrit de Hubert Le Prouvost.

e) Un motif plus spirituel peut être évoqué : les deux scènes représentent, comme je l'ai montré dans mon étude du vitrail de Roncherolles, deux scènes de conversion par un face à face bouleversant avec le visage du Christ. La dévote Anne de Bretagne chercherait ainsi à lutter contre l'impiété des seigneurs de son temps. Cette hypothèse, que rien ne vient appuyer (il faudrait étudier les sermons contemporains) peut se coupler avec celle d'un motif plus politique. Ces deux scènes de conversion d'un noble chasseur impie (Hubert) et d'un géant mercenaire païen (Christophe) peuvent participer d'une politique royale cherchant à établir un "savoir-vivre curial" (Sylvain Chaumet), à lutter contre les mœurs grossières et violentes de la noblesse, selon les nouveaux idéaux de raffinement et d'esprit que Castiglione illustrera dans son Livre du Courtisan. En d'autres termes, le pouvoir royal s'appuyerait sur une hagiographie que le Concile de Trente réprouvera bientôt pour s'assurer le monopole de la violence.

f) une influence directe de Louis de Gruuthuse ou de Louis de Halewyn qui aurait fait connaître à Charles VIII la Vision de saint Hubert récemment écrite en français.

 

V. "SAINT ANTOINE" ; UNE ERREUR BÊTE ET TENACE D'INTERPRÉTATION DU LINTEAU. 

 

Dans la remarquable Notice de visite distribuée au visiteur du château, on lit : "Sur le linteau extérieur au dessus de la porte de la chapelle : St-Antoine (sic) d'Alexandrie en ermite ; St-Christophe (sic) portant l'Enfant-Jésus, conversion de St-Hubert (sic) (fin XVème siècle)".

La guide, tout aussi remarquable, qui nous faisait profiter de son érudition lors de ma visite m'expliqua ensuite qu'effectivement, c'est ainsi que le linteau était interprété, en s'appuyant sur les descriptions des savants du XIXe siècle. Au lieu de se désolidariser de ces illustres prédécesseurs, elle fit observer que l'ermite était identifié par son cochon, dont on sait qu'il est, avec le bâton en tau et la cloche, l'un des attributs de saint Antoine. "On n'en  voit que l' arrière-train, mais les deux jambons ne laissent aucun doute !" Je rétorquais en m'étonnant que ce "cochon" ait une longue queue velue et fournie. "C'est un cochon, mais avec une queue un peu raide" me répondit-elle, peut-être avec une pointe d'humour.  J'appris ainsi que, jadis, les porcs vivaient dans des terriers.

Je me dépêchais de consulter les bons auteurs, et, en effet, je vis que tant Adolphe Joanne en 1899  (Itinéraire général de la France: la Loire , page 33 ) que Louis de Fourcaud en 1892 identifiaient ici l'anachoréte Antoine le Grand, fondateur de l'érémitisme chrétien. Dès 1840, un auteur, membre de la Société d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département d'Indre-et-Loire remarque ici dans les volumes 20 et 21 des Annales de cette Société " l'ermite saint Antoine et son inséparable compagnon".

Comme je l'ai rapporté, c'est Louis-Augustin Bossebœuf qui donna ses lettres de noblesse à cette thèse  en décrivant  " puis saint Antoine au désert avec, à la partie supérieure, la reine de Candie; mais il s'agit ici d'un désert d'un genre tout particulier : le solitaire se montre sous un charmant édicule Renaissance, édifié sur un rocher dans lequel l'inséparable compagnon de l'ermite trouve un abri."  

La perle de l'identification d'une "reine de Candie" n'a pas été transmise au XXI siècle. Vous chercherez en vain (hormis dans la Revue de l'Anjou de 1889 qui décrit "saint Philippe baptisant l'eunuque de la reine de Candie", un lapsus pour Candace, reine d'Ethiopie) sous ce nom un autre personnage que celui dont parle Plutarque : 'Adda, reine de Candie, ayant obtenu la protection de ce prince contre Orondonbate, seigneur persan, crut pouvoir lui marquer sa reconnoissance en lui envoyant toutes sortes de mets exquis, & les meilleurs cuisiniers qu'elle put trouver; mais Alexandre lui renvoya le tout, & lui répondit qu'il n'avoit aucun besoin de ces mets si délicats, & que Léonidas son gouverneur lui avoit autrefois donné de meilleurs cuisiniers que tous ceux de l'univers, en lui apprenant que pour dîner avec plaisir il falloit se lever matin & prendre de l'exercice; & que pour souper avec plaisir, il falloit dîner sobrement."

Il est évident, pour celui qui connaît la figure de saint Christophe, qu'il est accompagné d'un ermite présentant le fanal de la foi , et que celui-ci se retrouve sur chaque enluminure, chaque peinture, chaque vitrail et chaque texte décrivant le géant portant le Christ. Il est évident par conséquent qu'il ne s'agit pas, à Amboise, de saint Antoine, même si ce dernier est son voisin dans le retable de San Benito de Calatrava ou dans les Grandes Heures d'Anne de Bretagne. Me sentant un peu seul devant cette conjuration des Antonins (Charles Urseau 1912 ; Marcel Montmarché 1917 ; La Vie du rail 1952 ; Sylvain Knecht 1961 ; Guy Monrosty 1991 ),  je reçus le coup de grâce lorsque je lus sous la plume de Gustave Flaubert, grand pourchasseur de la Bêtise, les lignes suivantes : 

Ancre

  " La chapelle : délicieuse, ouvrage de fouillure de ciselé, d’élégance,et dont le style fait  penser aux fraises à laMédicis à cause de ses broderies, de ses boutons et de ses découpures. —Sur la porte un saint Hubert descendu de cheval, à genoux ; un ange vient mettre une  couronne sur son bonnet, le saint est agenouillé devant le cerf qui porte un crucifix entre ses  cornes ;  les chiens sont à côté et jappent ; un serpent rampe sur une montagne où l’on aperçoit des  cristaux, on voit sa tête plate de vipère au pied des arbres, l’arbre dévot, théologique des bibles, petit et sec de feuillage, mais large de branches. 

 

Saint Christophe porte Jésus ; saint Antoine est dans sa cellule, son cochon rentre, on ne lui  voit  que le derrière, cela fait parallèle à un autre animal (lièvre ?) dont la tête sort. "  Voyage en Bretagne : Par les champs et par les grèves, page 33.

 

 

 

 

Mais je fus réconforté par Paul Vitry :

"Diverses scènes sont juxtaposées dans ce bas-relief suivant une habitude encore fréquente ; mais il faut en remarquer surtout l'aspect de tableau un peu encombré et manquant d'air, la composition d'un pittoresque voulu, avec des accessoires multiples ingénieusement disposés pour remplir tout le champ. La sculpture très profondément fouillée, presque en ronde bosse pour les personnages principaux, rappelle absolument celle des retables flamands. Tout le paysage conventionnel, avec sa forêt formée de petits arbres en raccourci perchés sur de gros rocs conventionnels, nous paraît un souvenir évident de compositions du même genre, exécutées en bois par les huchiers flamands. Les types sont trapus, les figures un peu lourdes et vulgaires, d'un réalisme minutieux : l'équipement du saint Hubert notamment, et le harnachement de son cheval, sont détaillés avec amour; le cerf et les chiens sont d'un modelé vigoureux et précis.

A gauche enfin, le saint Christophe barbu, les cheveux ceints d'un ruban, appuyé sur un long bâton, avec un manteau dont un pan flotte au vent derrière lui, la tête brusquement relevée vers l'Enfant Dieu qu'il porte sur ses épaules, nous offre un type que les peintres, les graveurs et les imagiers flamands ont répété à satiété, exactement dans les mêmes formules ; à Anvers surtout, saint Christophe était le patron des mariniers et des porteurs de tourbe ; et l'on y rencontre encore des séries de bois reproduisant le même type avec de plus en plus de fantaisie, d'allure dramatique et cavalière ; le manteau est de plus en plus cassé et voltigeant, la pose de plus en plus contournée, à mesure que l'on avance dans le temps.

Quant au personnage de l'extrême gauche, on le désigne quelquefois comme un saint Antoine ; c'est tout simplement le moine ou l'ermite qui, sur la rive du fleuve, de la porte de sa petite chapelle, guide le passager une lanterne ou une clochette en main *, et ce personnage nous le retrouvons également dans tous les tableaux flamands où celte scène est représentée. Sa chapelle se compose ici d'un petit édicule en forme de dôme, orné de chapiteaux composites, et couronné de petits angelots nus qui tiennent des guirlandes ; c'est l'exemple d'un de ces motifs accessoires à la mode italienne qui s'étaient glissés dans la miniature française avec Jean Fouquet, qui pénètrent en Flandre un peu plus tard avec Quentin Metsys, sans altérer du reste le style fondamental de l'un ou de l'autre artiste. On peut même remarquer que le petit édicule en question est plus proche de la façon dont les Flamands interprètent le style de la renaissance italienne que de la manière un peu plus régulière, même à l'origine, de nos compatriotes.

Note : Nous ne voyons pas ce qui peut représenter pour l'abbé Bossebœuf, au-dessus de l'oratoire de l'ermite, « la reine de Candie ». Quant au petit animal qui disparaît dans un trou, ce n'est ni le « compagnon de saint Antoine », ni le « rat des champs », c'est un accessoire pittoresque et naturaliste ajouté là par l'artiste pour compléter son tableau."


Élaboration de la légende (Vita) de saint Hubert. Synthèse  chronologique.

Le but de cette synthèse est de montrer que si le lien de saint Hubert avec la chasse et les chasseurs, ainsi que les pouvoirs de l'étole miraculeuse contre la rage  sont  établis dès le XIe  siècle, les éléments qui figurent sur le linteau (rencontre du cerf crucifère, couleur blanche du cerf) n'apparurent que progressivement dans la légende du saint durant le XVe siècle par contagion de la légende de saint Eustache, et que la première compilation de la Légende de saint Hubert en langue profane (en français) a été  rédigée en 1459 à Bruges par Hubert Le Prouvost, le manuscrit lui-même étant daté de 1470-1480 : lors du choix du décor d'Amboise réalisé en 1495, ce texte était extrêmement récent.

— VIIe siècle : Hubert, comte du palais en Aquitaine sous le roi Théodoric, devient le disciple de saint Lambert,à Maestricht puis le premier évêque et saint patron de Liège.

— 743 : première translation des restes du saint à Ambra (Andain)

— vers 743-750, le Vita I ( Vita sancti Hugberti ) (numérotation des Vita d'après les Bollandistes et le père de Smedt, 1887)

— En 817, à Andage, au cœur de la forêt d'Ardenne (actuellement dans la Province du Luxembourg en Belgique), une abbaye bénédictine est crée à l'initiative de l'évêque de Liège Walcaud . En 825, Andage changea de nom à l'occasion de la translation de la dépouille de saint Hubert de Liège à cette abbaye qui devient l'abbaye Saint-Pierre-Saint-Paul de Saint-Hubert.

— 825 : translation des reliques du saint de Liège à Andage

— Vers 825 le Vita Huberti II par Jonas évèque d'Orléans. qui fut chargé, par l'évêque Walcaud, de remanier le style littéraire du premier récit, sans modifier le fond. BnF, Manuscrits, Latin 5609 fol. 2v-3 http://expositions.bnf.fr/carolingiens/grand/046.htm

— Avant 850 le Premier livre des Miracles Miracula S. Huberti. Description de huit miracles.

— Le culte de saint Hubert, fêté le 3 novembre, se développe, autour du tombeau du saint à l'abbaye de Saint-Hubert.

— À partir du Xe siècle au moins les moines se font un nom en développant et dressant une race particulière de chiens de chasse à l’odorat singulièrement développé. Outre la chasse, les robustes et endurants chiens de Saint-Hubert étaient utilisés pour la recherche de voyageurs perdus dans la forêt. Annuellement l’abbaye en offrait trois paires avec 3 couples d'oiseaux de proie ou de parc au roi de France. 

— vers 1050 récit du chanoine Anselme, doyen de Saint-Lambert.

– Le moine Lambert le jeune rédige la Chronique de Saint Hubert, dite Cantatorium. Mention du pouvoir de saint Hubert contre la rage :« A cause de ses mérites devant Dieu, le saint jouit en effet du privilège souvent éprouvé d’arracher à une mort certaine les personnes mordues par un chien, par un loup ou par tout autre animal enragé, lorsqu’accourant au lieu de sa sépulture, elles y sont taillées et qu’elles se conforment aux prescriptions qui accompagnent la taille. » (de Robaulx de Soumoy, Cantatorium, §28, page 51). « Un fermier du village de Luchy, prés de Saint-Hubert, ayant été mordu par un loup enragé, et se sentant en danger de mort, eut recours à saint Hubert. Après qu'on lui eut introduit dans le front, selon la coutume, une parcelle de la sainte étole et qu'on lui eut dicté les prescriptions à observer, cet homme retourna chez lui et obtint une parfaite guérison » (Deuxième Livre des Miracles)

AncreAncre — vers 1090 Deuxième Livre des Miracles ou Miracula S. Huberti par un moine proche de Lambert le jeune, qui porte à une trentaine le nombre des prodiges attribués à l'intercession du saint. Il y est question de la dévotion de saint Hubert par les chasseurs, de la guérison de la rage , et de la pratique de la par saint Hubert lui-même : « C'était une ancienne coutume, chez les grands de l'Ardenne d'offrir tous les ans à saint Hubert les prémices ainsi que la dîme de leur chasse, et tous ceux qui se livrent à cet exercice le font sous leur patronage ». « Ce saint, avant de changer l'habit du siècle contre celui d'une vocation plus haute, avait été lui-même amateur de cet exercice ».

— Après 1343 : le Vita III, extrait de la Vita Sancti Lamberti du chanoine Nicolas, prévôt de Saint-Denis. Il rapporte que saint Hubert fut sacré à Rome par le pape Sergius, miraculeusement averti de la mort de saint Lambert.

AncreAncre — Fin du XIVe siècle Jean d'Outremeuse (Vita VI).

— XVe siècle le Vita IV : première mention de la rencontre du cerf crucifère, par fusion du récit de la conversion de saint Eustache, dont la fête tombait, également, le 2 ou le 3 novembre. Mention du fait que l'étole miraculeuse a été tissé par la Vierge elle-même.

— XVe siècle, le Vita V (développement du précédent). L'auteur reprend le récit de la rencontre du cerf, mais la situe au diocèse de Tongres un Vendredi Saint et rapporte un long dialogue entre le Christ en croix et Hubert. Il se convertit et distribue ses biens aux pauvres.

— v. 1459-1463 et 1470-1480 :    Hubert Le Prouvost Vie de saint Hubert,  auquel je consacre un paragraphe distinct infra.

— 1520 : La Vie de monseigneur sainct Hubert d'Ardeine. Paris (vers 152o), in-8. 

— 1526 le Vita VI et VII, compilations d'Adolphe Happart, moine de Saint-Hubert. Première mention du « répit », attouchement du front contre la rage.

.

 

.

.

Vu l'importance dans l'analyse du linteau du texte de Hubert le Prouvost, je lui consacre une étude plus approfondie :

 Hubert Le Prouvost ou Le Prévost, Vie de saint Hubert, 1459-1463

Selon le site http://expositions.bnf.fr/flamands/grand/fla_218.htm,

"La Vie de saint Hubert est un texte compilé par Hubert le Prévost, originaire de Lille. Le prologue précise qu’il a, par dévotion pour son saint patron, collecté en 1459 des documents relatifs à la vie du saint en divers endroits : Saint-Hubert en Ardenne, Tirlemont, Bruxelles et Bruges (f. 2). Le prologue signale aussi qu’il fit traduire la légende du latin en français.
Parmi les quatre manuscrits dont l’existence est attestée, deux sont aujourd’hui perdus : l’exemplaire de l’auteur et un autre, richement illustré, qu’il donna à l’abbaye de Saint-Hubert et qui seul mentionnait Colard Mansion comme traducteur. Les deux exemplaires illustrés qui subsistent ont appartenu aux deux plus grands bibliophiles de l’ère bourguignonne. L’un fut commandité en 1463 par Philippe le Bon à David Aubert et illustré par Loyset Liédet de treize miniatures (La Haye, KB, ms. 76 F 10). L’autre fut réalisé quelques années plus tard pour Louis de Gruuthuse qui confia l’illustration au Maître de Marguerite d’York, l’un des principaux artistes ayant travaillé pour le seigneur brugeois. Ce volume, présenté ici [Bnf Ms fr. 424], s’ouvre par une exceptionnelle scène de présentation où Louis de Bruges, portant le collier de la Toison d’or, est accompagné de sa femme Marguerite de Borselen et de leurs enfants (f. 1). L’auteur lui offre son ouvrage dont le contenu est explicitement évoqué dans une saynète peinte à l’arrière-plan montrant saint Hubert en prière devant la vision du cerf. 
Cette scène de conversion est l’image la plus répandue de la légende du saint. Elle est amplement mise en valeur dans la miniature suivante (f. 9). Descendu de sa monture, le jeune seigneur, agenouillé au centre de l’image, est en adoration devant le cerf de couleur blanche qu’il poursuivait un instant auparavant. Une croix portant le Crucifié, dressée entre les bois de l’animal, envoie un faisceau de rayons dorés vers Hubert, converti par cette vision miraculeuse et déjà auréolé. Le cheval et les chiens restent indifférents à la scène. 
Le cycle des miniatures relate d’autres épisodes de la Vita : l’apparition de l’ange au pape Serge pour lui remettre le bâton pastoral de saint Lambert auquel succédera Hubert (f. 14), l’ange apportant l’étole pour la consécration (f. 16 v), le miracle de la guérison de possédés (f. 26), la mort de saint Hubert (f. 43), l’exhumation de son corps en présence de Charlemagne (f. 49), la translation de la châsse (f. 55 vo), l’adoration des reliques et la guérison des malades à l’aide d’une fibre de l’étole posée sur leur front (f. 60). Le choix des scènes reflète parfaitement le culte et la dévotion envers l’un des principaux évêques de Liège. Les hauts lieux de son culte (l’abbaye de Saint-Hubert, Liège ou Tervuren) conservent des témoignages d’une large et intense vénération du saint, devenu le patron populaire des chasseurs et qui prémunit de la rage. 
Les armoiries du commanditaire [Louis de Gruuthuse] étaient peintes dans l’initiale de la page frontispice (f. 1). Elles ont été grattées et remplacées au moment de l’arrivée de la collection brugeoise dans celle du roi de France, Louis XII. Seules quelques traces du collier de la Toison d’or subsistent."

 

 

Il existe donc deux manuscrits de cette Vie de saint Hubert datant du milieu du XVe siècle  : Un premier manuscrit est possédé par la Bnf sous la cote ms. fr. 424 , ancien 7025 et a été publié et annoté par  par Edouard Fétis en 1846, puis  par Ferdinand Carel de Rooy en 1958. Il a été écrit à Bruges en 1459 par Hubert le Prouvost pour Louis de Bruges, seigneur de  Gruuthuse ou de Gruthuyse. L’ouvrage comporte  neuf miniatures . Ces dernières  sont attribuées au  Maître de Marguerite d'York  en collaboration avec Philippe de Mazerolles, deux enlumineurs de Bruges. Le Maître de Marguerite de York, nommé ainsi en raison d' un livre de dévotion qu'il a décoré pour Marguerite d'York, épouse du duc Charles le Téméraire,  a  travaillé en réalité beaucoup plus pour le seigneur Louis de Gruuthuse pour qui il a peint une quinzaine de manuscrits. et dont il réalisa à cinq reprises son portrait ou celui de sa famille. Un autre historien de l'art, Ottokar Smital, a pu le nommer "Maître de Louis de Bruges".

 C'est un volume in folio parvo de 74 feuillets, sur vélin, à lignes longues (24 lignes par pages entières), écrit en anciennes grosses bâtardes, avec 9 miniatures de 135 sur 117 mm, vignettes et initiales, relié en maroquin rouge aux armes de France. Il vient de la bibliothèque de Louis de Bruges, seigneur de Gruthuyse. Dans son prologue, Hubert Le Prouvost donne la date de 1459 pour la rédaction du texte, mais la première miniature représente l'auteur remettant son manuscrit à Louis de Bruges encore jeune, mais portant le collier de la Toison d'Or, qu'il a reçu dans un chapitre que tint Philippe Le Bon à St-Omer en 1461.  

En voici le prologue :

folio 1v : Comme ainsi que dit lappostre nous nayons icy nulle cite permanable mais en querons une autre auvenir cest a scavoir la supernele en laquelle le roy des Roys est seigneur des seignourissans dieu tout puissant reside en cayere glorieusement...[...]

folio 2v : Par cette consideration doncques un Hubert le prouuost en lan mil cccc lix ayant en monseigneur sainct Hubert son especial parein et intercesseur tres singuliere deuotion et desirant en ses sainctes oeuures et doctrines par example et amendement de vie prouffiter et obtenir grace enuers notre seigneur a ses jours passez a lonneur de lui aussi adfin quil soit par ses merites a lui plus enclin prins et mis paire diligence de trouuer sa legende et apres pluseurs parquisions il a trouue une partie delle et la moindre ou monastere ou quil son sainct coprs gist et repose en Ardenne une autre partie a Thielemont une autre a Bruxelles et une autre en ceste ville de Bruges.

.

Gallica propose la consultation numérique de ce manuscrit...en noir et blanc ; Mandragore donne accès aux images en couleurs.

– Bnf fr.424 folio 1 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90591262/f3.image

– Bnf fr.424 folio 9 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90591262/f11.image

– Bnf fr.424 folio 14 :  l’apparition de l’ange au pape Serge pour lui remettre le bâton pastoral de saint Lambert auquel succédera Hubert ; http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90591262/f16.image

– Bnf fr.424 folio 16 l’ange apportant l’étole pour la consécration (f. 16 v)  : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90591262/f19.image

– Bnf fr.424 folio 26 :  le miracle de la guérison de possédés

– Bnf fr.424 folio 43 :  la mort de saint Hubert (f. 43),

– Bnf fr.424 folio 49 : l’exhumation de son corps en présence de Charlemagne ou "Invention" de saint Hubert.

– Bnf fr.424 folio 55 : la translation de la châsse

– Bnf fr.424 folio 60 , l’adoration des reliques et la guérison des malades à l’aide d’une fibre de l’étole posée sur leur front .

 

 

 

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf fr.424 folio 1v.

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf fr.424 folio 1v.

.

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf fr.  424 folio 1v (détail).

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf fr. 424 folio 1v (détail).

. Bnf fr. 424 Folio 9v : saint Hubert face au cerf crucifère.

.

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf  424 folio 14v fr.

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf 424 folio 14v fr.

.

 

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf 424 fr.  folio 26.

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf 424 fr. folio 26.

.

 

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf fr. 424  folio 43.

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf fr. 424 folio 43.

.

 

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf  fr. 424 folio 49.

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf fr. 424 folio 49.

.

 

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf  fr. 424 folio 55.

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf fr. 424 folio 55.

.

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf fr. 424 folio 60

Hubert Le Prouvost , Vie de saint Hubert, Bnf fr. 424 folio 60

.

— Le second manuscrit du récit de Hubert Le Prouvost est conservé à la Bibliothèque royale (Koninklijke Bibliotheek) de la Haye, sous la cote Ms 76 F10, après avoir appartenu   au duc de Bourgogne Philippe le Bon. Le copiste en est David Aubert, copiste de Philippe le Bon, et les miniatures proviennent de l'atelier de Loyset Liédet , qui décéda à Bruges en 1479. Il est daté de 1463. Le miracle du cerf, le sacre à Rome et la guérison des meurtriers repentis de saint Lambert figurent aux enluminures des  folios  9r, 14r et 25v .

 

 

La question qui se pose est de savoir si Charles VIII et Anne de Bretagne, ou leur entourage, ont pu avoir connaissance de l'un de ces manuscrits, en l'ocurence le Ms fr. 424 puisqu'il rejoignit les collections royales de Louis XII.  Nous devons donc nous intéresser à son premier propriétaire Louis de Bruges.

.

Louis de Bruges (1422-1492), ou Lodewijk van  Gruuthuse  [ de la Gruthyuse] , prince de Stenhuyse, comte de Winchester. Mécène et diplomate flamand bibliophile.

 

  .

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64653116/f13.image

C'est après s'être enrichie dans le monopole du commerce de la ""gruut"", mélange d'herbes aromatiques entrant alors dans la composition de la bière, qu'une riche famille brugeoise, les Van Brugghe, prit le nom de ""seigneurs de Gruuthuse"" . Fils de Jean IV de Bruges, Louis de Bruges est devenu l'écuyer et l'échanson de Philippe le Bon et a suivi celui-ci à la cour de Bourgogne au contact des nobles et princes les plus distingués d'Europe. Lors de la Guerre du sel avec la ville de Gand, il a été nommé gouverneur de Bruges. Le 23 juiillet 1453, il a été annobli lors de la victoire de Gavere contre Gand. Puis il participa comme conseiller  à la préparation du mariage de Charles de Charolais (futur Charles le Téméraire) avec Marguerite d'York. Entre 1463 et 1477 il est stadtholter de la Haye, et gouverneur de Holande, de Zeelande et de Frise. Edouard IV le nomme comte de Wincester. Il devient le conseiller de Charles le Téméraire, puis de sa fille Marie.Ses dernières années sont assombries par un conflit avec Maximilien.

Son épouse se nomme Margaret van Borselen : http://expositions.bnf.fr/flamands/grand/fla_400.htm

C'est un bibliophile exceptionnel, le plus important de son époque après Philippe le Bon, et sa collection de 190 manuscrits illuminés par les meilleurs artistes flamands dépassait de deux fois celle de la couronne d'Angleterre.  Elle contenait notamment une copie des Chroniques de Froissart en quatre volumes richement illustrés, par Loiset Lyédet et par le Maître de Marguerite d'York, ces quatre volumes étant actuellement conservé à la Bnf français 2643 à 2646. Les premiers manuscrits ont été commandés vers 1460, et les derniers vers 1470-1480. Dès 1474, il favorise l'implantation à Bruges de l'imprimerie du libraire et traducteur Colard Mansion.

Son hôtel particulier, aujourd'hui transformé en musée, se visite  à Bruges.

En 1471, Jean de Bruges (143?-1512) fils de Louis, s'attacha (en même temps que Jacques de Halewyn, bailli de Bruges)  au service de Louis XI, puis à celui de Louis XII jusqu'à sa mort en 1512. Voir van Praet page 64. "Créé chevalier par Maximilien d'Autriche avant  la bataille de Guinegatte qui se donna le 7 août 1479, où il devint prisonnier des Français avec un grand nombre d'autres seigneurs flamands parmi lesquels Louis de Walewyn [Halewyn], qui avait épousé Jeanne de Ghistelles, fille de Jeanne de Gruthuyse, tante de Jean ; et Jacques de Halewyn, bailli de Bruges, oncle de Louis de Gruthuyse, père de Jean, qui y périt."

Cette parenté entre la famille de Gruthuyse et la famille de Halewyn m'intéresse puisque a)  Louis de Halewyn, seigneur de Piennes est le commanditaire vers 1500 d'un Livre d'Heures Huntington HM 1171 (où figure saint Christophe), et que b) il est le beau-père de Louis de Roncherolles, commanditaire d'une Chapelle Saint-Hubert, du vitrail de Beauvais associant saint Hubert et saint Christophe (cf. infra) et possesseur d'un Livre d'Heures où figurent saint Christophe et saint Hubert,  que c) son beau-père Jean de Ghistelles était grand-veneur de Flandres. La trajectoire de Louis de Halewyn est proche de celle de Jean de Bruges, puisqu' en 1474, Louis de Halewyn, alors qu'il était  chambellan et capitaine de cinquante lances au service de Charles le Téméraire,  fut  fait prisonnier à Saint-Omer par Louis XI, auquel il se rallie un peu plus tard. Le roi le prend alors comme chambellan, le fait capitaine de Montlhéry (1480). Il est ensuite proche de Charles VIII à qui il revend en 1495 son hôtel parisien d'Hercule de la rue des Charités-Saint-Denis.  « Avec son cousin d'Esquerdes, il rentre à la tête de l'armée française dans Gand en 1485, et protège la frontière nord du royaume, lors des guerres de Bretagne. Charles VIII lui donne le gouvernement de Béthune en 1486. En 1489 on le retrouve chargé de l'escorte du roi Charles VIII, qui se rend en pèlerinage à Embrun. Bien qu'il soit nommé en 1492 gouverneur de Béthune, il est souvent à la cour où le roi le charge de quelques missions diplomatiques telle, cette même année, celle où il conduit au roi les ambassadeurs milanais, venus demander l'alliance de la France contre le roi de Naples ; c'est le début des guerres d'Italie. En 1494, il accompagna le roi Charles VIII à son voyage de Naples, et à la bataille de Fornoue , il fut un des six chevaliers que le roi choisit pour combattre auprès de sa personne, revêtus d’habits semblables aux siens. Le 10 octobre 1496 il est nommé gouverneur des villes de Péronne, Roye et Montdidier. » D. Barbier. Il  fut chevalier de l'Ordre de Saint-Michel (1495), Maître des cérémonies lors du couronnement de Charles VIII à Naples (22 février 1495), et aux obsèques de Charles VIII, il tient  avec trois autres chambellans,  le drap d'or au-dessus du cercueil du roi. Louis XII le fait gouverneur et Lieutenant-général de Picardie.

En résumé, ces éléments rendent possible la transmission du contenu et des enluminures de la Légende de saint Hubert  rédigé par Hubert le Prouvost, de Louis de Gruthuyse à son fils Jean de Gruthuyse puis, directement, au roi Charles VIII ou à son entourage ; ou bien, indirectement, par Louis de Halewyn, oncle de Jean de Gruthuyse et proche du roi. 

Une autre possibilité est que les sculpteurs flamands aient trouvé eux-mêmes à Bruges la source de leur inspiration et en aient proposé le thème lorsque la décoration de la chapelle du château d'Amboise leur fut confiée.

 

 

 

Iconographie : 

Les exemples retrouvés ne permettent pas de préciser une source éventuelle pour le linteau de la chapelle, d'autant que la datation des ouvrages est parfois imprécise (avant ou après la rédaction du manuscrit d'Hubert le Prouvost ?), mais on peut remarquer un regroupement autour de la fin du XVe et du début du XVe siècle, ainsi qu'un lien avec Bruges (Arsenal Ms 639) ou de l'entourage d'Anne de Bretagne.

Le thème de la chasse miraculeuse suivie du pèlerinage et du sacre à Rome est développé dans un des vitraux (1510) de l’église bourguignonne de Saint-Bris-le-Vineux (Yonne). Voir  aussi sur le site ndoduc les vitraux de la Baie 8 de la cathédrale de Paris, et de  la baie 20 de l'église Saint-Pierre de Monfort-Lamaury, 

Dans les Livres d'Heures :

a) Livre d'Heures du Maître-aux-fleurs Arsenal ms 638-639,  sans-doute pour un commanditaire breton ( le calendrier contient 14 saints bretons) : L'illustrateur est actif à Bruges à la fin du XVe siècle. Dans le ms 639 on trouve, après les oraisons aux deux saints Jean et à Pierre et Paul, les suffrages  à neuf saints et saintes dont l'intercession est jugée particulièrement précieuse : ce sont saint Christophe folio 103v / saint Antoine folio 105r  / Saint Hubert folio 106r, saint Georges, saint Fiacre, sainte Catherine, sainte Barbe, sainte Madeleine et sainte Marguerite, sur laquelle s'achève le volume. On remarque donc la place prédominante de saint Christophe et de saint Hubert, dans ce Livre illustré à Bruges à la même époque que le linteau d'Amboise lui-même dû à des artistes flamands.

L'enluminure possède des points communs avec le linteau, mais le jeune seigneur Hubert porte un chaperon, une tunique au col et aux manches fourrées, sans les manches larges d'Amboise, il tient dans ses deux mains un objet mauve qui est peut-être son bonnet (mais le port d'un chaperon est contradictoire), et l'ange est absent.

 

 Arsenal 638 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55008559f

Arsenal 639 : http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ead.html?id=FRBNFEAD000079847

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55008564m/f210.image

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55008564m/f215.image

http://blog.pecia.fr/post/2011/03/10/Les-Heures-du-%22Ma%C3%AEtre-des-Fleurs%22-%3A-un-commenditaire-breton

.

.

b) Livre d'Heures de la Bibliothèque d'Amiens Ms 0200 folio 159v  au début du suffrage de saint Hubert (vers 1460) :

.

 

.

c) Bibliothèque d'Amiens Ms 206 Livre d’Heures selon l’usage de Sainte-Waudru de Mons entre 1474 et 1501.

 

.

— d) Les Grandes Heures d'Anne de Bretagne (1503-1508), folio 191v. Ce  livre d'heures, commandé par la reine Anne de Bretagne à l'enlumineur Jean Bourdichon, dans les premières années du xvie siècle   est conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France à la cote Ms lat. 9474.  Les chiens de l'enluminure sont assez comparables à ceux du linteau d'Amboise. Autre détail similaire,  la trompe de chasse est également octogonale. 

http://gallicalabs.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52500984v/f391.item.zoom., 

Traduction de l'oraison latine page 361 https://books.google.fr/books?id=1xZKAAAAcAAJ&pg=PA334&lpg=PA334&dq=%22saint+christophe%22+%22anne+de+bretagne%22&source=bl&ots=BXnLrj2a4V&sig=YJI5U26YtZDe8ng-HK5X8qgVwbo&hl=fr&sa=X&ved=0CG8Q6AEwDmoVChMI3PP4kcOzxwIVhDwUCh3Drg43#v=onepage&q=%22saint%20christophe%22%20%22anne%20de%20bretagne%22&f=false

.

.

 

.

L'enluminure de la Vision de saint Hubert est aussi présente dans un autre livre de prières d'Anne de Bretagne :

Livre de prière d'Anne de Bretagne, Pierpont Morgan Library, New-York, Ms M.50 folio 29, enluminure de Jean Proyer, actif à Tours. L'intérêt de ce manuscrit est que sa datation (1492-1495) précède celle du linteau et témoigne que la dévotion à saint Hubert était déjà présente dans l'entourage religieux de la reine. Ce livre de prières a été commandé par Anne de Bretagne, pour l'éducation chrétienne de son fils, le dauphin Charles-Orland (1492-1495) en guise de cathéchisme. La Vision de saint Hubert est l'une des dernières enluminures, et la dernière des invocations des saints et saintes, ce qui lui donne une place singulière. La prière est la même que celle du Grand Livre d'Heures, et son texte confirme que le saint est invoqué spécifiquement contre la rage : pestifera rabie.

O quam magnificandus et domine  deus omnium creator fortis et iustus et misericors qui solus rex bonus sanctificasti confessorem tuum electum hubertum custodi populum tuum a pestifera rabie ut sciant gentes quia tu es deus noster.

(Dans le Grand Livre d'Heures : -- qui magnificandus et : domine deus omnium creator : fortis iustus et misericors. qui sanctificatsti confessorem tuum hubertum custodi populum tuum a pestifera rabie : ut sciant gentes quia tu es deus noster.)

 

 

http://www.themorgan.org/collection/prayer-book-of-anne-de-bretagne/25

Conversion de saint Hubert, Portail de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

Conversion de saint Hubert, Portail de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

Mon attention a été un moment attiré sur l'intérêt du vitrail de la cathédrale d'Angers représentant côte à côte saint Christophe et saint Eustache (l'alter ego de saint Hubert). Néanmoins, la scène représentée n'est pas la rencontre de saint Eustache avec le cerf crucifère, mais celle du franchissement d'une rivière.

Comme dans diverses autres œuvres étudiées, saint Christophe est ici caractérisé par sa grande taille (comparer avec celle de l'ermite), sa barbe, son bandeau retenant de longs cheveux bouclés, son bâton refleuri (attesté dans les documents d'archive), ses pieds et jambes nues, et la torsion de son corps dont l'axe des jambes est dirigé vers la gauche alors que sa tête est tournée en arrière (vers la droite) et en haut pour dévisager l'enfant qu'il a accepté de transporter. Tout aussi traditionnellement, l'Enfant est représenté de face, bénissant de la  main droite et portant le globe crucifère (dont la croix est aujourd'hui détruite) de la main gauche ; c'est le Sauveur du Monde.C'est encore selon les conventions iconographiques que le manteau de Christophe et celui du Christ sont emportés par un élan dynamique vers la droite. Les détails plus spécifiques sont l'élégante tunique s'arrétant au dessus du genou et laissant apparaîte, aux poignets, des manches bouffantes, ainsi que les chausses nouées sous le genou par une fine aiguillette rappelant un détail analogue de la peinture murale de la cathédrale de Séville.

Tout aussi classique est la présence de l'ermite qui, sur la rive, guide le géant en élevant une lanterne. Celle-ci a aujourd'hui disparue, mais la posture des deux mains est parfaitement cohérente avec son existence initiale. Cet ermite est abrité ici, derrière sa palissade en osier, dans un ermitage qui tient à la fois de la tour ou de la porte d'enceinte d'une ville, ou d'une gloriette coiffée d'un campanile inattendu. Aux coins de la muraille, deux animaux présentent des blasons lisses, alors que trois trois garçonnets potelés aux visages plus simiesques qu'angéliques supportent une guirlande. Tout aussi composite est la "montagne" sur lequel est érigé cet édifice, puisqu'il s'agit d'une rocaille évoquant les grottes qui seront à la mode un peu plus tard dans les jardins. Outre des fleurs et des racines, un lézard et, peut-être, une tête de serpent, on y voit un terrier dans lequel s'engage un animal à longue queue que j'identifie comme un renard (la queue du blaireau est beaucoup plus courte).

Dernier détail cocasse, un escalier à sept degrés donne un accès commode vers le saint homme.

 

Saint Christophe portant l'Enfant Sauveur du Monde, Portail de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

Saint Christophe portant l'Enfant Sauveur du Monde, Portail de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

.

 

Saint Christophe portant l'Enfant Sauveur du Monde, Portail de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

Saint Christophe portant l'Enfant Sauveur du Monde, Portail de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

.

Dans les Grandes Heures d'Anne de Bretagne, saint Christophe apparaît au folio 171v parmi les Saints Martyrs. Mais nous sommes loin du modèle amboisien.

.

 

 

 

 

.

Saint Christophe est aussi présent dans le Livre de prière de Claude de France, fille d'Anne de Bretagne : (Pierpont Morgan Library, New-York, Ms M 1166 folio 32v), qui date de 1517. On trouve la Vision de saint Hubert représenté quelques pages plus loin.

http://www.quaternio.ch/fr/le-livre-de-prieres-de-claude-de-france

.

IV.  DISCUSSION : LES RAISONS DU CHOIX DU MOTIF DU LINTEAU.

Nous ne disposons d'aucun témoignage et d'aucun document permettant de savoir ce qui a conduit à placer les scènes de la Vision de saint Hubert et de la traversée du gué par saint Christophe à la place principale de la chapelle du roi du château d'Amboise. On peut donner libre cours aux suppositions.

a) Une filiation avec l'ancienne dénomination de Chapelle Saint-Blaise, Blaise étant invoqué contre les maladies des animaux et étant lié, en Bretagne, avec le loup ?

b) Recherche d'une protection contre les périls extrêmes, ceux de la rage et des dangers de la chasse (saint Hubert), et ceux des voyages, pélerinages, croisades, passages de gué et de pont (saint Christophe ) ? Saint Christophe est toujours représenté sur les seuils et points d'entrée des églises, afin de conférer sa protection lors du passage entre le monde naturel et le monde spirituel. Le passage sous le linteau peut avoir un rôle apotropaïque, et le caractère superstitieux de la pratique religieuse d'Anne de Bretagne est bien connu.

c) Influence des aumoniers et du confesseur de la reine, influence qui se devine aussi dans le choix des oraisons, suffrages et enluminures du Grand Livre d'Heures d'Anne de Bretagne et du surtout du Petit livre de prières d'Anne de Bretagne (réalisé avant 1495) ainsi que du Livre de prière de sa fille Claude de France, où saint Hubert est invoqué contre la rage.

d) Choix proposé par les sculpteurs flamands Pierre Minart, Casin d'Utrecht et Cornille de Nesve 

(un homonyme Cornille de Neve est attesté à Bruges en 1635), qui auraient pu prendre connaissance à Bruges, ou à la cour de Philippe le Bon, ou auprès de David Aubert ou de Loyset Liédet de la Légende de saint Hubert, et de l'enluminure du manuscrit de Hubert Le Prouvost.

e) Un motif plus spirituel peut être évoqué : les deux scènes représentent, comme je l'ai montré dans mon étude du vitrail de Roncherolles, deux scènes de conversion par un face à face bouleversant avec le visage du Christ. La dévote Anne de Bretagne chercherait ainsi à lutter contre l'impiété des seigneurs de son temps. Cette hypothèse, que rien ne vient appuyer (il faudrait étudier les sermons contemporains) peut se coupler avec celle d'un motif plus politique. Ces deux scènes de conversion d'un noble chasseur impie (Hubert) et d'un géant mercenaire païen (Christophe) peuvent participer d'une politique royale cherchant à établir un "savoir-vivre curial" (Sylvain Chaumet), à lutter contre les mœurs grossières et violentes de la noblesse, selon les nouveaux idéaux de raffinement et d'esprit que Castiglione illustrera dans son Livre du Courtisan. En d'autres termes, le pouvoir royal s'appuyerait sur une hagiographie que le Concile de Trente réprouvera bientôt pour s'assurer le monopole de la violence.

f) une influence directe de Louis de Gruuthuse ou de Louis de Halewyn qui aurait fait connaître à Charles VIII (dont la passion pour la chasse est attestée) lors du Voyage à Naples la Légende de saint Hubert récemment écrite en français.

 

V. "SAINT ANTOINE" ; UNE ERREUR BÊTE ET TENACE D'INTERPRÉTATION DU LINTEAU. 

 

Dans la remarquable Notice de visite distribuée au visiteur du château, on lit : "Sur le linteau extérieur au dessus de la porte de la chapelle : St-Antoine (sic) d'Alexandrie en ermite ; St-Christophe (sic) portant l'Enfant-Jésus, conversion de St-Hubert (sic) (fin XVème siècle)".

La guide, tout aussi remarquable, qui nous faisait profiter de son érudition lors de ma visite m'expliqua ensuite qu'effectivement, c'est ainsi que le linteau était interprété, en s'appuyant sur les descriptions des savants du XIXe siècle. Au lieu de se désolidariser de ces illustres prédécesseurs, elle fit observer que l'ermite était identifié par son cochon, dont on sait qu'il est, avec le bâton en tau et la cloche, l'un des attributs de saint Antoine. "On n'en  voit que l' arrière-train, mais les deux jambons ne laissent aucun doute !" Je rétorquais en m'étonnant que ce "cochon" ait une longue queue velue et fournie. "C'est un cochon, mais avec une queue un peu raide" me répondit-elle, peut-être avec une pointe d'humour.  J'appris ainsi que, jadis, les porcs vivaient dans des terriers.

Je me dépêchais de consulter les bons auteurs, et, en effet, je vis que tant Adolphe Joanne en 1899  (Itinéraire général de la France: la Loire , page 33 ) que Louis de Fourcaud en 1892 identifiaient ici l'anachoréte Antoine le Grand, fondateur de l'érémitisme chrétien. Dès 1840, un auteur, membre de la Société d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département d'Indre-et-Loire remarque ici dans les volumes 20 et 21 des Annales de cette Société " l'ermite saint Antoine et son inséparable compagnon".

Comme je l'ai rapporté, c'est Louis-Augustin Bossebœuf qui donna ses lettres de noblesse à cette thèse  en décrivant  " puis saint Antoine au désert avec, à la partie supérieure, la reine de Candie; mais il s'agit ici d'un désert d'un genre tout particulier : le solitaire se montre sous un charmant édicule Renaissance, édifié sur un rocher dans lequel l'inséparable compagnon de l'ermite trouve un abri."

La perle de l'identification d'une "reine de Candie" n'a pas été transmise au XXI siècle. Vous chercherez en vain (hormis dans la Revue de l'Anjou de 1889 qui décrit "saint Philippe baptisant l'eunuque de la reine de Candie", un lapsus pour Candace, reine d'Ethiopie) sous ce nom un autre personnage que celui dont parle Plutarque : 'Adda, reine de Candie, ayant obtenu la protection de ce prince contre Orondonbate, seigneur persan, crut pouvoir lui marquer sa reconnoissance en lui envoyant toutes sortes de mets exquis, & les meilleurs cuisiniers qu'elle put trouver; mais Alexandre lui renvoya le tout, & lui répondit qu'il n'avoit aucun besoin de ces mets si délicats, & que Léonidas son gouverneur lui avoit autrefois donné de meilleurs cuisiniers que tous ceux de l'univers, en lui apprenant que pour dîner avec plaisir il falloit se lever matin & prendre de l'exercice; & que pour souper avec plaisir, il falloit dîner sobrement."

Il est évident, pour celui qui connaît la figure de saint Christophe, qu'il est accompagné d'un ermite présentant le fanal de la foi , et que celui-ci se retrouve sur chaque enluminure, chaque peinture, chaque vitrail et chaque texte décrivant le géant portant le Christ. Il est évident par conséquent qu'il ne s'agit pas, à Amboise, de saint Antoine, même si ce dernier est son voisin dans le retable de San Benito de Calatrava ou dans les Grandes Heures d'Anne de Bretagne. Me sentant un peu seul devant cette conjuration des Antonins (Charles Urseau 1912 ; Marcel Montmarché 1917 ; La Vie du rail 1952 ; Sylvain Knecht 1961 ; Guy Monrosty 1991 ),  je reçus le coup de grâce lorsque je lus sous la plume de Gustave Flaubert, grand pourchasseur de la Bêtise, les lignes suivantes :

Ancre

  " La chapelle : délicieuse, ouvrage de fouillure de ciselé, d’élégance,et dont le style fait  penser aux fraises à laMédicis à cause de ses broderies, de ses boutons et de ses découpures. —Sur la porte un saint Hubert descendu de cheval, à genoux ; un ange vient mettre une  couronne sur son bonnet, le saint est agenouillé devant le cerf qui porte un crucifix entre ses  cornes ;  les chiens sont à côté et jappent ; un serpent rampe sur une montagne où l’on aperçoit des  cristaux, on voit sa tête plate de vipère au pied des arbres, l’arbre dévot, théologique des bibles, petit et sec de feuillage, mais large de branches. 

 

Saint Christophe porte Jésus ; saint Antoine est dans sa cellule, son cochon rentre, on ne lui  voit  que le derrière, cela fait parallèle à un autre animal (lièvre ?) dont la tête sort. "  Voyage en Bretagne : Par les champs et par les grèves, page 33.

 

 

 

 

Mais je fus réconforté par Paul Vitry :

"Diverses scènes sont juxtaposées dans ce bas-relief suivant une habitude encore fréquente ; mais il faut en remarquer surtout l'aspect de tableau un peu encombré et manquant d'air, la composition d'un pittoresque voulu, avec des accessoires multiples ingénieusement disposés pour remplir tout le champ. La sculpture très profondément fouillée, presque en ronde bosse pour les personnages principaux, rappelle absolument celle des retables flamands. Tout le paysage conventionnel, avec sa forêt formée de petits arbres en raccourci perchés sur de gros rocs conventionnels, nous paraît un souvenir évident de compositions du même genre, exécutées en bois par les huchiers flamands. Les types sont trapus, les figures un peu lourdes et vulgaires, d'un réalisme minutieux : l'équipement du saint Hubert notamment, et le harnachement de son cheval, sont détaillés avec amour; le cerf et les chiens sont d'un modelé vigoureux et précis.

A gauche enfin, le saint Christophe barbu, les cheveux ceints d'un ruban, appuyé sur un long bâton, avec un manteau dont un pan flotte au vent derrière lui, la tête brusquement relevée vers l'Enfant Dieu qu'il porte sur ses épaules, nous offre un type que les peintres, les graveurs et les imagiers flamands ont répété à satiété, exactement dans les mêmes formules ; à Anvers surtout, saint Christophe était le patron des mariniers et des porteurs de tourbe ; et l'on y rencontre encore des séries de bois reproduisant le même type avec de plus en plus de fantaisie, d'allure dramatique et cavalière ; le manteau est de plus en plus cassé et voltigeant, la pose de plus en plus contournée, à mesure que l'on avance dans le temps.

Quant au personnage de l'extrême gauche, on le désigne quelquefois comme un saint Antoine ; c'est tout simplement le moine ou l'ermite qui, sur la rive du fleuve, de la porte de sa petite chapelle, guide le passager une lanterne ou une clochette en main *, et ce personnage nous le retrouvons également dans tous les tableaux flamands où celte scène est représentée. Sa chapelle se compose ici d'un petit édicule en forme de dôme, orné de chapiteaux composites, et couronné de petits angelots nus qui tiennent des guirlandes ; c'est l'exemple d'un de ces motifs accessoires à la mode italienne qui s'étaient glissés dans la miniature française avec Jean Fouquet, qui pénètrent en Flandre un peu plus tard avec Quentin Metsys, sans altérer du reste le style fondamental de l'un ou de l'autre artiste. On peut même remarquer que le petit édicule en question est plus proche de la façon dont les Flamands interprètent le style de la renaissance italienne que de la manière un peu plus régulière, même à l'origine, de nos compatriotes.

Note : Nous ne voyons pas ce qui peut représenter pour l'abbé Bossebœuf, au-dessus de l'oratoire de l'ermite, « la reine de Candie ». Quant au petit animal qui disparaît dans un trou, ce n'est ni le « compagnon de saint Antoine », ni le « rat des champs », c'est un accessoire pittoresque et naturaliste ajouté là par l'artiste pour compléter son tableau."

 

.

L'ermite guidant saint Christophe de sa lanterne (détruite), Portail de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

L'ermite guidant saint Christophe de sa lanterne (détruite), Portail de la Chapelle Royale, château d'Amboise, photo lavieb-aile.

.

VI. HYPOTHÈSE : LE LINTEAU DE LA CHAPELLE D'AMBOISE (1496), SOURCE DU VITRAIL DE RONCHEROLLES A BEAUVAIS (1522) ?

 

 .

Louis de Roncherolles (décédé en 1538) a fait réaliser en la cathédrale de Beauvais par Engrand Leprince un vitrail  qui le représente en donateur avec son épouse, sous une représentation de saint Hubert face au cerf crucifère, à gauche d'une Crucifixion centrale, et de saint Christophe portant l'Enfant, à droite. Ce vitrail est daté de 1522. 


 

L'association dans une même œuvre de la figure de saint Hubert et de celle de saint Christophe est suffisament rare (je n'ai pas pu en découvrir d'autres exemples) pour s'interroger si le linteau d'Amboise a pu servir de modèle au vitrail de Beauvais. Bien-entendu, nous ne trouverons pas de réponse formelle à cette interrogation, mais un faisceau de présomptions. Le réseau de liens qui se dégagera, sans permettre de conclure, viendra enrichir notre connaissance.

a) Nous pouvons commencer en remarquant que Pierre de Roncherolles, (-1503), le père de Louis, fut conseiller et chambellan de Louis XI et de Charles VIII ; il accompagna ce dernier dans son "voyage" à Naples en 1494, et combattit à la bataille de Fornoue le 6 juillet 1495. On peut noter que cette bataille se déroula sur les rive du Taro à un endroit guéable, et que ce moment dangereux de traversée d'un gué incitait à invoquer saint Christophe. [Mais l'hypothése est affaiblie par le fait que l'armée française longeait la rive du Taro, passant à découvert devant les troupes de la Ligue rangées sur la rive opposée, et que ce sont ces dernières, menées par François de Gonzague au centre, et de Fortebraccio à l'arrière-garde, qui franchirent le gué et furent reçues par l'arrière-garde française de La Trémoille renforcée par l'élite entourant le roi.]

 Pierre de Roncherolles avait épousé Marguerite de Chatillon en 1452, et celle-ci lui apporta en dot la terre d'Ecouis, puis, à la mort de son beau-frère Artus, le titre de seigneur de Chatillon.

b) C'est alors le moment de rappeler que Louis de Halewyn, le beau-père de Louis de Roncherolles, fut également chambellan du roi, et qu'il accompagna le roi Charles VIII à son voyage de Naples. Son poste à la bataille de Fornoue est plus prestigieux que celui de Pierre de Roncherolles puisqu'il  fut un des six chevaliers que le roi choisit pour combattre auprès du roi, revêtus d’habits semblables aux siens. 

Pour tisser d'autres liens, signalons que le flamand Philippe de Commynes,  grand chroniqueur de Louis XI et Charles VIII, était présent aussi à la bataille de Fornoue, où il fut envoyé en pourparlers avant l'affrontement. Or les deux familles étaient apparentées (mariage de Jean II de Halewyn (décédé en 1473) avec  Jeanne de La Clyte, dame de Comines, décédée en 1512.

c) Rapprochons maintenant Louis d'Halewyn de Louis de la Gruthuyse, le commanditaire de la Vie de saint Hubert de Hubert le Prouvost : "Assiégé dans Saint-Omer dont il est le capitaine, Louis d'Halluin est fait prisonnier et connait les prisons de Louis XI comme son parent Louis de Bruges-la-Gruthuse. Comme lui, il se rallie à ce prince dont le grand talent était de séduire les sujets des princes ses rivaux . Le roi attira celui-ci à son service et fit son chambellan" (D. Barbier)

Ainsi, les liens sont établis entre Charles VIII,  Pierre de Roncherolles, les flamands de Bruges Louis d'Halewyn et Louis de la Gruthuyse, ,...et par ce dernier avec le manuscrit de la Légende de saint Hubert. 

d) Tous les biographes indiquent que Louis de Roncherolles fut "chambellan et conseiller du roi", sans indiquer quel souverain il servit. La validation de ces titres ne me paraît pas assurée avec autant de certitude que dans le cas de son père Pierre, et ce n'est pas sur sa biographie que nous pouvons nous appuyer dans notre recherche, mais sur ses œuvres, et sur son alliance avec  Françoise d'Halewyn, fille de Louis d'Halewyn.

– d1  Soit par une passion pour la chasse (plus tard, un comte de Roncherolles figure parmi les grands louvetiers normands), soit par dévotion envers le saint patron de Liège, Louis de Roncherolles avait fondé, à perpétuité, en 1507, , en son manoir du Grand-Roncherolles en Cuverville (Eure) une chapelle consacrée à saint Hubert. Cette dévotion lui venait peut-être de son épouse.

d2. Il est le commanditaire d'un Livre d'Heures (Arsenal Ms 1191 réserve) dans lequel le folio 102 est consacré aux oraisons et antiennes envers saints Cosme et Damien, Louis et Hubert, alors que des enluminures représentent folio 83v saint Christophe portant l'Enfant et guidé par l'ermite, et que les folio 102 et 103 montrent saint Louis présentant Louis de Roncherolles agenouillé (102v) devant la Vision de saint Hubert (103r)


 

.


 

.

Les armoiries qui entourent la Vision de saint Hubert sont celles de Louis d'Halewyn et celles de Jeanne de Ghistelles, ce qui incite à penser (ou confirme l'idée)  que la dévotion de saint Hubert provient de la famille de son épouse Françoise d'Halluin, fille de Louis d'Halewyn et de Jeanne de Ghistelles.

d3. Il est le père de deux jumeaux né le 17 décembre 1510 et prénommés Françoys et Hubert. (ils ont été précédés par Adrien, Pierre, Loys, Phlippes) et précèdent Laurens et Jehan.

  Au total, on peut suggérer que Louis de Roncherolles (1472-1538) a été initié au culte de saint Hubert par son épouse Françoise d'Halluin et surtout par son beau-père Louis d'Halluin ou de Hallewyn, seigneur de Piennes, (v.1450-1519), lui-même apparenté par son père à la famille de Bruges-La-Gruthuse, et donc à Louis de La Gruuthuse (c.1422-1492), commanditaire du manuscrit de la Légende de saint Hubert . Ces deux personnages, Louis d'Halewyn et Louis de La Gruuthuse, Mais l'association sur le vitrail de Beauvais de saint Hubert et de saint Christophe suggère que Louis de Roncherolles a été influencé par le linteau de la chapelle du château d'Amboise, ce qui  est plausible étant donné que son père Pierre de Roncherolles et son beau-père Louis d'Halewyn ont été tous deux chambellans du roi, et ont participés avec Charles VIII à la bataille de Fornoue (1495).


 


 

 

 

La Vision de saint Hubert, et saint Christophe portant l'Enfant, Verrière de Roncherolles, cathédrale de Beauvais, 1522.

La Vision de saint Hubert, et saint Christophe portant l'Enfant, Verrière de Roncherolles, cathédrale de Beauvais, 1522.

 

.

DOCUMENTS :

 

Document 1.  : description par Louis-Augustin Bossebœuf (1897) .  La chapelle de Saint-Blaise

  "Les hauts suzerains et les rois de France avaient tenu, sinon à doter leur chastel de quelque nouvel oratoire, du moins à agrandir ou embellir les édifices religieux qu'ils avaient reçus des ancêtres. Charles VII, en particulier, fit, dit-on, construire la chapelle de Saint-Michel, qui altenait à la collégiale, et dans laquelle Louis XI aurait institué l'Ordre de Saint-Michel. A son tour Louis XI, qui toute sa vie, et spécialement à ses derniers moments, devait se réclamer de « Mgr saint Biaise », construisit une chapelle en l'honneur de son protecteur; celle-ci dépendait de la collégiale et servait d'ordinaire de lieu de réunion pour les chanoines.

Charles VIII avait hérité de son père une vive dévotion pour saint Biaise, qui d'ailleurs jouissait à cette époque d'une grande popularité, et Anne de Bretagne ne pouvait qu'entretenir le roi dans ces pieux sentiments. Le roi et la reine décidèrent de bâtir, sur le bord méridional du plateau, une nouvelle chapelle dédiée à saint Biaise qui, par l'élégance des proportions et le charme de l'ornementation, ferait oublier la première. Le gros œuvre était achevé en 1493, époque à laquelle on s'occupait de l'ameublement. Dans son ordonnance du 1"' octobre de cette année, Charles VIII dit, en effet, qu'il a naguère commencé de « reparer, reddifier et de nouvel bastir noz chappelles estans en notre chastel d'Amboise ». Cette dernière désignation de chapelle nouvellement bâtie s'applique évidemment à la chapelle de Saint- Biaise que nous étudions.

L'édifice a survécu aux vicissitudes diverses éprouvées par le château et profile ses lignes harmonieuses sur le ciel, qui lui sert de cadre : on ne saurait imaginer plus ravissant décor pour les yeux et plus attachant sujet pour l'imagination.

La partie inférieure, qui a été remaniée, présente une sorte de nef avec deux espèces d'enfeux à droite. Au-dessus, et formant comme la crypte de la chapelle, est un petit oratoire bâti en brique, dans lequel paraissent des traces de peinture. Cet oratoire, en forme de T, se rattache vraisemblablement à l'époque de Louis XI, auquel on attribue la construction d'une chapelle souterraine. La chapelle proprement dite, bâtie en pierre de taille, repose sur un soubassement formant avant-corps, dont les murs et les contreforts plongeaient jadis dans les douves. Elle a été l'objet d'importantes restaurations, sous la direction de M. Ruprich-Robert père, précédemment architecte du château; elle mesure 12 mètres de longueur sur 3 m. 75 de largeur. •

La façade est un type achevé du gothique fleuri de la fin du XVe siècle. Le tympan, jadis transformé en rosace, a été restitué par M. Ruprich-Robert et orné d'une Vierge avec l'Enfant, assise dans une gloire et encensée par les anges, et ayant à ses pieds les fondateurs, Charles VIII et Anne de Bretagne; ce travail remonte à une date récente. L'entrée est formée de deux portes à arc surbaissé, séparées par un pilier central, et dont chacune a 1 mètre de largeur et 2 m. 55 de hauteur. Les portes anciennes, en bois, sont composées symétriquement d'un double compartiment avec arcatures ogivales flamboyantes. De chaque côté, une niche avec dais et console, reposant sur un pied en forme de tronc d'arbre noueux, renfermait une statue qui a disparu : peut-être celles de saint Biaise et de sainte Anne. Le pilier central offre également une niche vide, dont le socle est décoré de sculptures dans lesquelles, au milieu des feuilles de chardon, de chêne et de vigne, se montrent des écureuils, des lombrics et des limaçons ; le baldaquin recouvre un ange tenant une banderole sur laquelle on lit : Gloria in excelsis Deo, en caractères gothiques. Celte niche renfermait sans doute une figure de la sainte Vierge. La corniche, d'une délicate légèreté, est décorée de feuilles de chardon et d'animaux, et aussi de feuilles de chêne et d'anges.

Au-dessus de la porte et au-dessous du tympan, dans le trumeau, se déroule un remarquable bas-relief, encadré d'arcatures de style flamboyant, qui mesure 3 m. 20 de longueur sur 0 m. 60 de hauteur. Le bas-relief comprend trois sujets distincts, mais ne constituant qu'un seul trumeau. Le principal est la Vision de saint Hubert. Le gentilhomme, descendu de son cheval, qu'il tient par la bride, se prosterne devant le crucifix qui lui apparaît au milieu des cornes d'un cerf, près duquel les chiens eux-mêmes s'arrêtent, saisis d'étonnement et de respect. A la partie supérieure , un ange descend du ciel , apportant une couronne. Le fond du sujet est occupé par une forêt de laquelle le cerf semble sortir, tout auprès d'un rocher boisé où s'abritent quelques animaux, parmi lesquels un rat. — sans doute le rat des champs. L'entraînement des princes et gentilshommes pour la chasse a porté les artistes à illustrer cette légende de la vie de saint Hubert. On voit, dans l'église de Bridoré, un remarquable bas-relief du xvi° siècle qui reproduit le même prodige avec des accessoires un peu différents. La suite du « tableau » de pierre de la chapelle de Saint-Biaise — à peu près le tiers — figure saint Christophe portant sur ses épaules l'Enfant Jésus , qui tient le globe ; puis saint Antoine au désert avec , à la partie supérieure, la reine de Candie; mais il s'agit ici d'un désert d'un genre tout particulier : le solitaire se montre sous un charmant édicule Renaissance, édifié sur un rocher dans lequel l'inséparable compagnon de l'ermite trouve un abri.

Il est superflu de chercher longtemps pour trouver l'atelier auquel il convient d'attribuer cet ouvrage remarquable. Ce bas-relief, par ses qualités et aussi par ses défauts de facture, appartient à l'école de Michel Colombe.

On y rencontre, d'une part, la naïveté un peu raide, l'ordonnance un peu encombrée et privée d'air et de perspective, le faire encore quelque peu timide par lequel l'artiste tient encore au moyen âge, surtout dans celte première période ; on y salue, d'autre part, une conception neuve et un sentiment plus vrai de la nature, une noble élégance qui sait donner une forme harmonique aux objets, et une rare habileté de main : ce sont bien là les caractères du » tailleur d'ymaiges » Michel Colombe.

Le rapprochement du cadre, qui est formé d'arcatures flamboyantes, et du gracieux édicule Renaissance de saint Antoine, accuse bien l'époque de transition de la fin du xv" siècle dans la statuaire, période dont l'atelier de Colombe fut l'initiateur sur les bords de la Loire. Anne de Bretagne, qui se montra une protectrice fidèle des arts, n'aura pas manqué de s'adresser, pour la décoration de sa chapelle, à son sculpteur préféré, au Breton qui lui rappelait le souvenir de son duché, cher entre toutes les provinces de France. D'ailleurs, pour trouver des frères à ce saint Hubert, à ces figures de saint Christophe et de saint Antoine, l'on n'a qu'à songer aux anges du tombeau des enfants de Charles VIII, dans la cathédrale de Tours, et aux statuettes qui décorent l'enfeu de la Mise au tombeau du Christ, à Solesmes, que la critique attribue si justement au grand sculpteur. Par ce bas- relief, exécuté vraisemblablement vers 1493, Colombe préludait à Y Ensevelissement du Christ, avec son important enfeu, à Solesmes, achevé en 1496; au tombeau de François II de Bretagne et de Marguerite de Foix, le père et la mère d'Anne de Bretagne, à Nantes, terminé en 1506, ainsi qu'au tombeau des enfants de la reine, dans la cathédrale de Tours." La Touraine historique et monumentale,  pages 157-161

N.b : l'attribution à Michel Colombe n'est pas confirmée par les connaissances actuelles.

.

 Document 2 : Le culte de saint Hubert invoqué contre la rage : pratiques de guérison de l'abbaye de Saint-Hubert. Hervé Bazin :

"Les pèlerinages à l’abbatiale de Saint-Hubert dans les Ardennes belges, ont eu, au cours des siècles, une renommée certaine. Certains pèlerins accomplissaient ce pieux devoir en vue de mériter le paradis, d’autres étaient des personnes mordues ou « roulées » par des animaux enragés ou supposés l’être. Pour ces derniers, il y avait deux types d'opérations possibles : l'une curative appelée « la taille » pour les mordus à sang, l’autre, nettement plus simple, dite « le répit ». Enfin, les pèlerins ordinaires pouvaient solliciter l’imposition de la sainte Etole pour une intention particulière. Les pratiques de Saint-Hubert contre la rage donnent une place centrale à l’ « Etole miraculeuse ». Dans le rituel de l’église catholique, l’étole est le vêtement liturgique réservé au clergé : diacres, prêtres et évêques. Signe du pouvoir spirituel, elle n’est portée que dans l’exercice de fonction liturgique : cérémonies, bénédictions ou prières d’intercession. Elle peut être imposée sur la tête de ceux qui demandent une protection particulière ou une intervention divine. Cette pratique consistait à insérer un très petit morceau de l'étole du saint sous (dans ?) la peau du front du pèlerin, recouvert immédiatement d’un bandeau blanc ou noir. L’invocation à réciter avant de commencer la neuvaine était : « Dieu tout puissant et éternel qui, par les mérites et l’intercession du glorieux Pontife Hubert, accordez à vos créatures un remède salutaire et surnaturel contre le cruel mal de la rage… » (Réjalot, 1934, page 124). L’opération achevée, l’officiant inscrivait le nom et l’adresse de la personne taillée (voir annexe) et lui remettait des instructions à suivre les jours suivants. Il s’agissait, pendant neuf jours, de se confesser et de communier, de se coucher seul dans des draps blancs ou tout habillé si les draps n’étaient pas blancs, de boire dans un verre ou un vase et de ne jamais se baisser pour boire aux fontaines ou aux rivières, sans que ce point soit capital pour le succès de la neuvaine. La personne pouvait boire du vin mêlé d’eau ou de l’eau pure. Elle pouvait manger du pain blanc ou autre, de la chair de porc d’un an ou plus, de chapons ou de poules, des poissons portant écailles… des œufs cuits durs, toutes ces choses devant être mangées froides, le sel n’étant pas défendu. Elle pouvait se laver les mains… l’usage étant de ne pas se faire la barbe. Il ne fallait pas se peigner les cheveux pendant quarante jours, la neuvaine y comprise. Le dixième jour on devait faire délier son bandeau par un prêtre, le faire brûler et en mettre les cendres dans la piscine (sic - les fonts baptismaux ?). L’observance de la fête annuelle de saint Hubert était requise. Si la personne était mordue de nouveau jusqu’au sang par quelque animal enragé, elle devait faire abstinence l’espace de trois jours. Enfin, elle avait le pouvoir de donner le répit à toutes personnes blessées par quelque animal enragé. »

« Le répit est un simple attouchement de la tête, au nom de Dieu et de la Sainte Vierge, fait par les aumôniers de la chapelle de Saint-Hubert ou par les personnes taillées en vue surtout de retarder les effets de la morsure jusqu’au moment où les personnes atteintes pourraient se rendre au lieu de guérison, ou en vue de prévenir chez celles qui ne sont pas dans des conditions d’âge ou autres voulues pour l’accomplissement des exercices religieux... » (Roucher, 1866, page 290). Celui qui demande le répit doit se mettre à genoux et dire : « Je vous demande répit, au nom de Dieu… » et la personne, qui en a le pouvoir, accorde la grâce demandée… Le plus ancien auteur connu qui aborde le sujet du répit est Dom Adolphe Happart, au commencement du XVI° siècle. C’était un simple attouchement du front donné aux personnes non mordues jusqu’au sang ou aux enfants n’ayant pas fait leur première communion. Il se donnait pour quarante jours et pouvait être renouvelé. Aux enfants mordus à sang, on donnait un répit à terme de quinze à trente ans suivant leur âge. L’enfant, avant la fin du délai accordé, devait aller à Saint-Hubert pour le faire renouveler. Ce deuxième répit dit à vie, était de 99 ans. Le répit se donnait aux personnes mordues à sang par un animal seulement suspect d’être enragé, aux personnes mordues ou contusionnées par un animal enragé, sans avoir été pénétrées jusqu’à la chair vive et enfin aux personnes se croyant infectées... Après le répit, les personnes devaient effectuer une neuvaine de cinq Pater et cinq Ave avec une invocation à saint Hubert. Le répit de 40 jours pouvait être accordé par les personnes taillées et les officiants de l’abbaye de Saint-Hubert. Ces derniers avaient, seuls, le pouvoir d’accorder les répits à terme ou à vie. »

Miracle de saint Hubert » tiré de La légende de saint Hubert par Hubert Le Prévost (vers 1475-1500) L’image de ce miracle de saint Hubert est accompagnée de la légende suivante : « s ’ensieuvent les miracles que fist Monseigneur Sainct Hubert en sa vye, et prumièrement comment il guérit de rage tous ceulx… » On y aperçoit l’évêque Hubert imposant son étole sur un enragé dont le démon s’enfuit au dessus de sa tête tandis qu’un second enragé/possédé, encore furieux, attend d’être débarrassé du sien qui est toujours dans sa tête.

Un rite secondaire , mais probablement le plus en usage dans le cadre du pèlerinage de Saint-Hubert, était celui d’imposer sur le front de pèlerins qui le demandaient un reliquaire contenant un fragment de la sainte Etole, accompagné d’une bénédiction.

Les animaux et la marque des clés ou cornets de Saint Hubert.

Les animaux pouvaient être protégés de la rage après une morsure d’animal enragé ou même contre une rage future due à une contamination à venir, grâce à l’intercession de saint Hubert. La pratique principale était une cautérisation à l’aide d’un clou de fer monté sur un manche et/ou logé dans un étui, ayant été béni et ayant touché la sainte Etole. L’instrument, lui-même, était appelé « clé » ou « cornet » de saint Hubert. L’opération pouvait être faite à même la ou les plaies de l’animal ou sur son front. L’appareil est assez léger, rapidement chauffé à blanc mais aussi vite refroidi, il ne paraît pas apte à exécuter une cautérisation sérieuse. Sa forme, elle-même, était faite plus pour marquer que pour cautériser une plaie profonde."

 

 

 

 

.

Document 3 

Sint Hubert, patron des chasseurs et guérisseur de la rage, par Alain Dierkens Professeur à l'Université Libre de Bruxelles

http://tresordeliege.be/publications/pdf/023.pdf

Hubert est évêque du diocèse de [Tongres-] Maastricht [-Liège] des environs de 706 jusqu’à sa mort, le 30 mai 727. Membre d’une riche famille austrasienne et très vraisemblablement proche parent de la femme du maire du palais Pépin II de Herstal, Hubert est nommé évêque à la mort de son maître, Lambert, assassiné à Liège dans le cadre d’une vendetta le 17 septembre d’une année non précisée, entre 703 et 706 (en 705?). La source principale de notre connaissance d’Hubert est la Vita sancti Huberti prima, rédigée vers 750 par un religieux proche du saint évêque. Grâce à cette Vie quasiment contemporaine, nous connaissons l’action missionnaire d'Hubert en Brabant, en Toxandrie et en Ardenne, ainsi que l’événement le plus célèbre de sa carrière épiscopale : la translation du corps de Lambert, de Maastricht à Liège, peut-être en 718. Ce transfert des reliques de Lambert sur le lieu de son assassinat est souvent considéré comme l’illustration du déplacement du siège de l’évêché, mais cette interprétation semble abusive puisque ce n’est qu’au tout début du IXe siècle que Liège devient le siège principal du diocèse. Hubert meurt dans sa résidence de Fura, probablement Tervueren, dans la forêt de Soignes, au diocèse de Cambrai ; son corps est solennellement ramené à Liège. Son fils Floribert lui succède comme évêque. L’élévation de ses reliques, c'est-à-dire la première étape de la dévotion officielle, a lieu le 3 novembre 743, en présence du maire du palais Carloman. Dès ce moment, apparaît une des constantes du discours hagiographique relatif au saint : le corps d’Hubert est resté intact et préservé de toute corruption. L’étape majeure du culte de saint Hubert se place en 825. En cette année, les reliques corporelles du saint évê- que – le corps intact dans son sarcophage (?) – quittent Liège pour être placées au milieu de la forêt d’Ardenne, à Andage, ancienne abbaye qui venait d'être restaurée à l’initiative de l’évêque Walcaud. Les circonstances précises de cette nouvelle translation sont connues grâce à une œuvre d’un des plus fameux représentants de la Renaissance carolingienne, Jonas d'Orléans. Les deux recueils de Miracles de saint Hubert Peu de temps après la rédaction du récit de Jonas, un premier recueil de Miracles est constitué par un auteur anonyme des années 850. Dans ce recueil sont consignés huit miracles, dont le premier, relatif à la guérison d’un aveugle, a lieu en 825, lors de la translation du corps dans l’abbaye d'Andage (qui prend de plus en plus souvent le nom de Saint-Hubert). Dans les années 1100, est achevé un second livre de Miracles dans lequel sont réécrits et actualisés les miracles du livre I, et consignés de nombreux autres miracles datant du milieu du X e siècle à la fin du XIe siècle. La comparaison des deux versions de Miracula est naturellement fort instructive, notamment parce qu’elle met l'accent sur l’apparition de nouveaux aspects religieux. Vers 1100, est également rédigée à Saint-Hubert une importante chronique monastique, connue sous le nom de Cantatorium Sancti Huberti, dans laquelle une place importante est réservée à saint Hubert, protecteur de l’abbaye. Dans les miracles anciens, Hubert est un saint “généraliste” comme tant d’autres, avec une prépondérance d’exorcismes ainsi que de guérisons d'aveugles et de paralytiques. Mais dans les parties originales du second recueil et dans le Cantatorium, à côté de guérisons et de visions inspirées par le saint, sont décrits des miracles plus spécifiques, dont la grande majorité concerne la protection du temporel de l'abbaye et la punition des usurpateurs ou des seigneurs non respectueux de leurs promesses. Mais on y trouve aussi les premières mentions relatives à la protection offerte par Hubert contre la rage et à la guérison d’enragés ; d’autres chapitres font allusion à la chasse. Saint Hubert et la rage Un premier miracle (Miracula Huberti II, 14) raconte l’histoire d’un intendant de l’abbaye dans un domaine voisin de Saint-Hubert, à Luchy. Mordu par un loup enragé, il se rend au monastère et, conformément à la coutume, s’y fait “ tailler ”. C’est la première mention connue de la “taille”, pratiquée à Saint-Hubert jusqu’au début du XXe siècle ( ! ) : selon l’usage, un fil d’or provenant de l’étole du saint est inséré dans une lé- gère entaille pratiquée sur le front de l’enragé ; le respect de prescriptions pieuses garantit le succès de l’opération. Comme la sainte étole aujourd'hui conservée dans la basilique de Saint-Hubert n’est pas antérieure à la fin du XIe siècle, il faut supposer qu'une autre étole, prétendument “donné ” à Hubert par un ange et aujourd'hui disparue, était alors conservée dans l’abbatiale. Deux autres miracles du même ordre font également allusion à la “taille” administrée par les moines de SaintHubert. L’un (Miracula Huberti II, 21) concerne le noble Gosbert de Marle et un prieuré de Saint-Hubert, situé à Évernicourt près de Laon, donc à quelque 135 kilomètres de l'abbaye ardennaise. Gosbert, mordu par un chien enragé, se rend au monastère pour s’y faire guérir ; il y est taillé et se voit préciser les pratiques à observer. Un an après, il ne respecte pas une donation foncière qu’il avait faite ; il est possé- dé par le diable, mord le visage de sa femme et en arrache un morceau de chair ; malgré ses vociférations, il est pris, lié et conduit à Saint-Hubert où, aussitôt délivré de ses liens, il se fracasse la tête contre un mur. Seul peut venir à bout de sa folie un traitement de choc : il est plongé dans un récipient d'eau froide à laquelle avait été mêlée de la poudre provenant du tombeau de saint Hubert ; un exorcisme parachève la guérison. Quant à sa femme, elle doit également être taillée de more. Un troisième miracle (Miracula Huberti II, 29) a été porté à la connaissance de l'hagiographe par l'abbé de Waulsort-Hastière, Lambert, donc dans le troisième quart du XIe siècle. Un homme, mordu par un chien enragé, se rend à Saint-Hubert ; il y est taillé et est ainsi efficacement protégé. Trente ans après, en se lavant, il arrache maladroitement avec son peigne le fil d'or inséré dans son front. Le lendemain matin, ses cheveux noirs sont devenus blancs ; il décide alors de se faire réinsérer le fil de l'étole. Ce miracle prend un sens supplémentaire quand on se rappelle que c'est sous Godescalc, le successeur de Lambert († vers 1075), que l'abbaye de Waulsort tente un moment de “doubler” Saint-Hubert en utilisant l’étole d’un de ses saints abbés, Forannan, de la même façon que celle d'Hubert. À ces trois miracles consignés dans le Liber secundus Miraculorum, s'en ajoute un quatrième, rapporté par le Cantatorium (chap. XIX) : le chambrier de la comtesse d'Arlon, mordu par un chien enragé, se rend à Saint-Hubert, y est taillé, suit les règles imposées, est guéri et décide de devenir sainteur de l'abbaye. Ce récit est interrompu par une longue incise dans laquelle sont vantés les privilèges de l'abbaye de Saint-Hubert pour guérir toute personne mordue par un chien, un loup ou n’importe quel animal malade : le taillé qui observe les prescriptions échappe à la mort. L'auteur précise aussi que, de son temps, il a vu deux jeunes gens mordus par un chien enragé et qui, influencés par un prêtre indigne, refusèrent d’aller à SaintHubert : pris de maux et d'accès de fureur, ils hurlèrent comme des loups et aboyèrent comme des chiens. Amenés trop tard à Saint-Hubert, ils moururent à leur arrivée. Ces miracles contiennent déjà tous les éléments constitutifs du culte de saint Hubert comme protecteur contre la rage et guérisseur des enragés. Dans cette fonction antirabique, Hubert exercera un quasi-monopole en Basse-Lotharingie puis dans les PaysBas bourguignons et espagnols. Les techniques de guérison font intervenir non le saint corps mais un fil de l'étole miraculeuse : la disparition du corps de saint Hubert lors des guerres de religion en 1568 n’entravera donc en aucune façon les pèlerinages à Saint-Hubert et la pratique de la taille, encore attestée après la suppression de l'abbaye en 1797 et après les découvertes de Pasteur en 1885. Les seules modifications significatives concernent l'accueil des pèlerins, la préparation spirituelle du futur taillé et la définition précise des instructions à suivre après la taille. Saint Hubert et la chasse Les mêmes textes des environs de 1100 font également allusion à la place d’Hubert dans la protection de la chasse en forêt d’Ardenne. Le livre II des Miracula (II, 15) précise ainsi que, si l’abbaye bénéficie de droits de chasse particuliers, c'est parce que saint Hubert, avant de devenir évê- que, était un chasseur émérite : “depuis longtemps, en effet, les grands de toute l’Ardenne doivent, selon une coutume confirmée, payer chaque année à saint Hubert les pré- mices de la chasse et les dîmes de toutes les sortes de bêtes sauvages, parce que ce même saint, avant de quitter le siècle pour rentrer dans la vie religieuse, fut passionné par cet exercice. C'est pour cette raison et pour d’autres que les nobles de la région chassent au nom du saint  Les historiens d'aujourd'hui préfèrent inverser la relation causale suggérée par l’hagiographe : c’est parce que l’abbaye se trouve au centre de vastes domaines de chasse et, à ce titre, dispose du droit de chasse sur ses terres, qu'elle en reporte l’origine sur son saint patron. Quoi qu’il en soit, tant les Miracula Huberti que le Cantatorium soulignent à l’envi que de grands personnages des X e et XIe siècles étaient amateurs de chasse en Ardenne : les ducs de Lotharingie Fré- déric († 1065) et Godefroid le Barbu († 1069), le comte Thierry d'Ardenne et son frère Aleran (vers 900 ?), le comte Albert III de Namur († 1102) (Miracula Huberti II, 15 ; Cantatorium, XVI et LVIII). L’auteur du Cantatorium rapporte même qu’il a vu Frédéric de BasseLotharingie, accompagné de ses chasseurs, porter la tête d’un sanglier sur ses propres épaules et déposer sa proie par dévotion devant l'autel principal de l’abbaye (Cantatorium, LVIII). Il ajoute que le duc Godefroid le Barbu s’acquitta un jour de la coutume selon laquelle il convient d’offrir à l’abbaye les prémices de la chasse, en donnant à l'abbaye cinq cerfs (avec leur peau) et un loup, apporté vivant (Cantatorium, LVIII). Mais cet aspect de la dévotion à Hubert reste secondaire jusqu'au début du XVe siècle, quand un épisode fameux de la légende de saint Eustache (l’apparition d’un cerf crucifère entraînant la conversion du chasseur) est intégré à l’histoire de saint Hubert : Hubert, chasseur invété- ré, aurait opté pour la carrière ecclésiastique après avoir vu un cerf crucifère. Du XVe au XVIIIe siècle, les deux aspects du culte d'Hubert (protecteur contre la rage, patron de la chasse et des chasseurs) se développent conjointement. L'iconographie (sculptures, peintures, gravures, insignes de pèlerinages, mé- dailles pieuses, etc.) révèle clairement cette dualité : Hubert est représenté soit en saint évêque, éventuellement associé à un cor ou à un cerf, soit en chasseur, fré- quemment au moment de sa “conversion”. Au XIXe siècle, c'est comme patron des chasseurs et, par extension, comme protecteur des animaux liés au chasseur (chien, cheval) puis, tout récemment, de tous les animaux domestiques que le culte de saint Hubert connaît – et continue à connaître – une ampleur inouïe partout en Europe. En guise de conclusion Saint Hubert a d'abord bénéficié d'un culte comme saint évêque “généraliste” ; la dévotion se spécialisa ensuite. Si l'on prend en compte, dans le livre II des Miracles ou dans le Cantatorium, des expressions comme “selon la coutume”, “ comme d'habitude ” (de more, ex consuetudine, etc.), on en arrive à placer les origines de cette double spécialisation au X e siècle, peut-être dans la première moitié de ce siècle. De nouvelles datations ont été proposées pour les principales reliques indirectes de saint Hubert (à Liège, une clé ouvragée ; à Saint-Hubert, l'étole, un cor de chasse, le crosseron à tête animale – serpent ou plutôt cheval ? – d’une crosse épiscopale en ivoire et, peut-être, un peigne liturgique) : ces objets seraient contemporains de la rédaction du second livre de Miracles et du Cantatorium. Ce qui suggère qu’à la fin du XIe et au début du XIIe siè- cle, le processus de relance du culte de saint Hubert fut beaucoup plus vaste et plus cohérent qu'on ne l’avait cru. Mais jusqu’à la fin du Moyen Âge, Hubert fut surtout un saint antirabique. Ses liens avec la chasse, les seuls que l'on connaisse encore aujourd'hui, ne se développèrent véritablement qu’au XVe et, surtout, aux XVIIIe et XIXe siècles.    BLOC-NOTES – N° 23 – Juin 2010 

 

 

.

SOURCES ET LIENS.

.

 

 

— Livre d'Heures de Loys de Halewyn Huntington HM1711 :

 http://bancroft.berkeley.edu/digitalscriptorium/huntington/HM171.html

http://blog.pecia.fr/post/2012/01/12/Les-Heures-de-Louis-d-Halluin-(-1519)-%3A-San-Marino,-Huntington-Library,-H-1171

 

— ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1576-1579, "Premier [et Second] volume des plus excellents bastiments de France...", Paris, s.n., 1576-1579 , second volume

 BABELON (Jean-Pierre) , Le Château d'Amboise, Arles, Actes Sud, 2004, 189 p.

— BARBIER (D) 2007, Louis, seigneur de Piennes, Bugenhoule et Maignelais, http://maison.omahony.free.fr/ascendants/fiche%20halluin%20%20louis%20V3.pdf

 

— BAZIN (Professeur Hervé), 2007, Saint Hubert, guérisseur de la rage de l'homme et des animaux, Bull.Soc.Hist.Méd.Sci.Vét., 2007, 7 : 104-126 104 

— Site très complet sur saint Hubert :  http://perso.infonie.be/liege06/02deux02.htm

On y trouve la transcription des textes de Sylvain Baleau, de la Bibliographie nationale, de J. Coenen, J. Daris, T. Gobert.

http://sfhmsv.free.fr/SFHMSV_files/Textes/Activites/Bulletin/Txts_Bull/B7/08_Bazin_Bull07.pdf 

— BOSSEBOEUF (abbé Louis-Augustin), PALUSTRE (Léon), 1897 , La Touraine Historique Et Monumentale. Amboise; Le Chateau, La Ville Et Le Canton Tours, L. Péricat Mémoires de la Société archéologique de Touraine, [T. 4]

CHAUMET (Sylvain)2012, Les décors à dôlerie du château d'Amboise, ed. Fondatio Saint-Louis.

— COENEN (Chanoine J.), 1927,  Saint Hubert, le fondateur de Liège, Liége

http://perso.infonie.be/liege06/pdf/Saint%20Hubert.pdf 

 

— DIERKENS (Alain) 2010, Saint Hubert, patron des chasseurs et guérisseur de la rage Bloc-Notes, Bulletin du  Trésor de la cathédrale de Liège, Liège, n°23,

http://tresordeliege.be/publications/pdf/023.pdf 

 

 

DOUCET (Jean-Marie), 2011, La légende de saint Hubert à la Gemäldegalerie de Berlin, un chef d'œuvre méconnu du peintre Cornélis van Oostsanen (1470-vers 1533), Bloc-Notes, Bulletin du  Trésor de la cathédrale de Liège, Liège, n°28, septembre 2011  http://tresordeliege.be/publications/pdf/028.pdf

 

— ​GRANDMAISON (Louis de), 1912, Compte de construction du château royal d'Amboise  ,ed.  H. Champion 

https://archive.org/stream/comptedelaconstr00granuoft#page/n5/mode/2up

— LE PREVOST (Hubert), Vie de saint Hubert, 1459 ou 1462, édition précédée d'une préface et annotée par Edouard Fétis, 1846.

https://books.google.fr/books?id=yKJaAAAAQAAJ&dq=%22saint+hubert%22+%22saint+christophe%22&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

 —  PARIS (Paulin), 1841, Les manuscrits francois de la Bibliothèque du Roi leur histoire et ..., Volume 4 page 75-77 

https://books.google.fr/books?id=awIVAAAAQAAJ&pg=PA75&lpg=PA75&dq=hubert+gruthuyse&source=bl&ots=7x3tyvbHFf&sig=TMXrZa-H1vdVomKDzxFOH-GdcuM&hl=fr&sa=X&ved=0CD4Q6AEwCGoVChMIu-i4n8q4xwIVyX8aCh2mjwTP#v=onepage&q=hubert%20gruthuyse&f=false

— PRAET (Joseph-Basile van)  1831, Recherches sur Louis de Bruges, seigneur de Gruuthuse, Parijs, 1831 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64653116

THOMAS (Evelyne), 1993, "Les logis royaux d'Amboise",  Revue de l'Art  Volume   100 pp. 44-57

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rvart_0035-1326_1993_num_100_1_348038#

— VITRY (Paul), 1914, Michel Colombe et la Sculpture Française de son Temps. Paris, Librairie Centrale des Beaux-Arts.

https://archive.org/stream/michelcolombeet00vitrgoog#page/n284/mode/2up

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Saint Christophe.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche