Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 19:34

L'enclos paroissial de Saint-Herbot à Plonévez-du-Faou IIb. La chapelle saint-Barbe (1545) : ses statues et son vitrail de saint Laurent (1556).

 

 

 

Sur la chapelle Saint-Herbot, voir :

.

.

La chapelle Sainte-Barbe occupe le bas-coté nord du chœur de la chapelle Saint-Herbot, et date, par analogie à la chapelle Saint-Yves du bas-coté sud, de 1545. On n'y trouve pas de représentation de sainte Barbe, mais un vitrail du martyre de saint Laurent de 1556 et une statue de saint Laurent, titulaire manifeste de la chapelle. Une statue de sainte Geneviève honore la patronne de Loqueffret, alors l'une des trèves de Plonévez-du-Faou.

N.B Sainte Barbe était figurée dans un vitrail aujourd'hui disparu mais encore présent en 1716.

.

 

Chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

.

I. LE VITRAIL DE LA BAIE n°1 : LE MARTYRE DE SAINT LAURENT.

La baie n°1 mesure 3,50 m de haut et 1,80 m de large. Elle se divise en trois lancettes cintrées à trois panneaux maintenus par deux barlotières, et un tympan, moderne, à une rose de trois soufflets. La verrière a été restaurée en 1716 par Claude Le Roux, peintre vitrier de Telgruc habitant le manoir de Kerédan et qui déposa deux panneaux. En 1886, elle fut restaurée par la Manufacture du Carmel du Mans sous la direction d'Eugène et de Ferdinand   HUCHER, à la demande de l'abbé CARADEC. Enfin, après avoir été victime de vandalisme en 1985,  elle bénéficia de l'intervention du maître-verrier Jean-Pierre Le Bihan  de Quimper, avec collage en remplacement des plombs de casse et doublage des verres.

Saint Laurent, diacre et martyr fêté le 10 août (alors que passent dans le ciel nocturne les gerbes d'étoiles filantes surnommées les Larmes de saint Laurent), est le plus célèbre des martyrs romains du IIIe siècle. Il doit cette célébrité à son zèle dans le service du pape Sixte II dont il était le diacre, et le gardien des trésors de l'Église. Lors des persécutions de l'empereur Valérien, qui fit mettre à mort Sixte II, il fit distribuer aux pauvres les richesses dont il était garant, plutôt que de les remettre à l'empereur. Condamné à être brûlé vif sur un grill, il subit ce supplice avec l'indifférence des saints, narguant son bourreau en lui disant : Voici, misérable, que tu as rôti un côté ; retourne l'autre et mange". C'est ce moment plein d'humour qui est ici représenté.

 



Cette scène de saint Laurent sur son grill remplit trois niches surmontés de dais architecturaux ornés de fleurs et feuillages colorés dans les têtes de lancettes. Elle porte la date de 1556 par inscription ancienne sur le cartouche central du soubassement.

L'évaluation technique donnée par Jean-Pierre Le Bihan dans son blog est très précieuse :
 

"Verre assez fin pour les verres incolores légèrement verdâtres.  Pour les visages , emploie de deux sortes de verre incolore, le plus blanc est très attaqué. Verre dans l’ensemble avec bulle dans le même sens mais non concentrique. Les rouges sont assez épais. La coupe doit être au fer rouge, propre sur le dessus, écaillée face intérieure. Emploi de sanguine, en lavis sur visage, aux traits, hachuré pour aubes et cheveux, enlevés au bois et à la pointe. Grisaille noir pour les traits de visage. Yeux avec cils, 2 ou 3, qui veulent indiquer la direction du regard. Jaune d’argent léger. Grisaille fragile et difficulté pour enlever les saletés aux emplacements des lèvres du plomb, elles se sont incrustées à la grisaille, d’où collage moins facile et moins propre. Restauration précédente avec projection de grisaille,  ex ; main. Le sol est fait de courbes grisaillées et en enlevés. La restauration d’Hucher est visible dans ces courbes , les siennes trop régulières et trop à plat. Sur les pieds ongles petits par  rapport aux autres XVIe ;" (Jean-Pierre Le Bihan 2008)

 

.

 

Baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

.

Les lancette A, B et C.

.

Baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

.

1°) La lancette A à gauche. 

Bonne conservation.

Nous voyons trois bourreaux dont deux s’affairent à attiser le feu. Notez sur la photo de détail le foulard noué en tissu rayé, fait d'un verre blanc rehaussé de sanguine.

Lancette A, Baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Lancette A, Baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Lancette A (détail), Baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Lancette A (détail), Baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

.

2°) Lancette B au centre.

Carnation peinte à la sanguine. Nombreuses pièces collées et doublées.

 

Saint Laurent, déjà nimbé au dessus de sa tonsure, est assis sur le bûcher, mains jointes, les yeux et le visage tournés vers la colombe du Saint Esprit (grisaille et jaune d'argent). La sanguine est utilisée pour les rayures du linge qui le ceint, pour les visages et le corps. Les deux bourreaux, dont l'un porte un fagot, semblent stupéfaits. Le bourreau de droite porte une armure ornée de rinceau ( jaune d'argent) et une jupe de lames métalliques.

.

 

 

Lancette B, baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Lancette B, baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Lancette B, baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Lancette B, baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

.

3°) Lancette C à droite.

Très restaurée, en partie moderne.

Le tyran entouré de sa cour assiste au martyre. A droite, assis dans un fauteuil il s’agit probablement Valérien. Son voisin doit être Décius.
Il s’agit de l’instant où après avoir dit à Valérien que » ces charbons m’apportent la fraîcheur, et à toi le feu éternel. » et avoir demandé à Décius de le rôtir de l’autre côté, il leva les yeux au cieux et rendit grâce au Seigneur.

Inscription HUCHER FILS / LE MANS.

 

.

 

Lancette C, baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Lancette C, baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Lancette C (détail), baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Lancette C (détail), baie n°1, verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

.

4°)  Tympan moderne (Hucher ).

Dans les trois soufflets de cette rose sont figurés en haut deux anges chanteurs qui suivent leur partition, autour d'un ange tenant une couronne, en bas à gauche un ange tenant une palme et une couronne verte, et et en bas à droite un dernier ange tenant un phylactère.

On y lit le texte suivant :

SEGNIORQVE FVIT IGNIS QVI FORTIS VSSIS QVAM QVINTVS ACCENDIT "et le feu qui brûle à l’extérieur est moins ardent que celui qui brûle à l’intérieur."

Cette citation de saint  Augustin est tirée de l'édition latine de la Légende Dorée de Jacques de Voragine par Claudius a Rota parue en 1554 à Lyon chez Maurice Roy et Louis Pesnot (apud Mauricium Roy & Ludovicum Pesnot) ou chez Jean-Jacques de Gabiano sous le titre Legenda, ut vocant, seu sanctorum sanctarumque vitae, au chapitre De Sancto Laurentio du 10 Août. Voir le texte français ici.

Il est difficile de dire si Hucher l'a puisé dans les sources disponibles en 1886, ou bien s'il a repris une inscription déjà présente sur cette verrière, mais la coïncidence entre la date de création du vitrail et celle de la parution de la Légende à Lyon permet d'envisager la seconde hypothèse. La citation ne figure pas dans les Caractéristiques des Saints du Père Ch. Cahier. Voir le phylactère du tympan du vitrail de saint Yves, dans la chapelle sud.

 

.

 

 

 

 

 

 

Tympan de la verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Tympan de la verrière du Martyre de saint Laurent (1556), chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

.

II. LES STATUES DE SAINTE GENEVIÈVE ET DE SAINT LAURENT .

.

 

1°) La statue de sainte Geneviève.

Sainte Geneviève de Paris (en latin Genovefa), vierge du VIe siècle, patronne de Paris et du diocèse de Nanterre, est représentée en religieuse et tenant un cierge. Elle fait l'objet d'un culte particulier à Loqueffret, à Lannédern et à Brennilis, car on la considère comme une sainte bretonne, sœur de saint Edern, et fondatrice du monastère de Loqueffret. Bien que certains estiment que cette Genovefa bretonne n'est qu'une homonyme de la sainte parisienne, les statues et bas-reliefs la montrent portant les mêmes attributs et relevant du même légendaire que cette dernière. Elle tient le cierge de la Foi, dont la flamme résiste miraculeusement aux tentatives d'un diable qui tente de l'éteindre avec un soufflet.

Loqueffret étant contiguë de Saint-Herbot, et étant une ancienne trève de Plonévez-du-Faou, cette statue doit donc être rattaché au même culte.

Voir la discussion et l'iconographie de la sainte dans mon article sur la niche à volets de l'église de Brennilis avec la photo de sainte de l'église de Saint-Suliau à Sizun.

.

 

 

Sainte Geneviève, chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Sainte Geneviève, chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

.

2°) La statue de saint Laurent.

Le saint martyr est représenté en diacre avec cotte noire et surcot rouge, la manipule passée au poignet gauche, et tenant un livre saint . Dans la main droite, il tient la poignée noire de ce qui devait être son grill.

.

Saint Laurent, chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Saint Laurent, chapelle Sainte-Barbe, chapelle Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Photographie lavieb-aile mars 2017.

.

SOURCES ET LIENS.

.

CHAUSSEPIED (Charles),1914, Notice sur la chapelle de Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou,  Bulletin de la Société archéologique du Finistère T. XLI pages 128-139

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207714b/f191.image

— COUFFON (René), 1953, L'église de Saint-Herbot , Bulletin Monumental Année 1953 Volume 111 Numéro 1 pp. 37-50

http://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1953_num_111_1_3732

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988, Plonévez-du-Faou,  Notice sur les paroisses du Diocèse de Quimper

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/PLONEVFA.pdf

 

— GATOUILLAT (Françoise), HEROLD (Michel) 2005, Les vitraux de Bretagne Corpus Vitrearum PUR, Rennes, 2005, 367 p. page 161.

 

LE BIHAN (Jean-Pierre), 2008,  "Saint-Herbot, Plonévez-du-Faou", blog du maître verier quimpérois  Jean-Pierre Le Bihan :

http://jeanpierrelebihan.over-blog.com/page/38

 

— PÉRENNÈS (Henri), 1942, Monographie de la paroisse de Plonévez-du-Faou. Imprimerie bretonne (Rennes) 55 p.: ill.; 21 cm.  Pérennès Henri, “Plonévez-du-Faou : monographie de la paroisse,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 19 mars 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/9799.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/bd492284b708d27c6305fbdba8d5639a.pdf

— Infobretagne "Enclos paroissial de Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou" 

http://www.infobretagne.com/enclos-saint-herbot.htm

.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

jacques du Vignaux 28/03/2017 18:55

Après tant d'articles passionnants merci en particulier pour l'étude de cet étonnant vitrail , plus sophistiqué que les verrières de Michel Bayonne. Ce décor à l'antique, ces costumes si caractéristiques de l'art de l"époque en Europe... on se demande comment circulaient ces modèles pour venir ainsi influencer un maitre verrier morlaisien

jean-yves cordier 28/03/2017 21:26

Bonjour et merci de votre sympathie pour mon article. Comment circulaient les modèles artistiques? Il faudrait plutôt se demander comment ils ne circuleraient pas, en plein essor de l'industrie toilière bretonne, alors que le Léon est en relation commerciale par ses navires depuis le XVe siècle avec toute la côte atlantique de L'Ecluse à Lisbonne, au moment où les marchands sont en relation avec la Flandre , où Maître Jean Barbier, procureur de la cour de Landerneau fait construire (v. 1570) le château de Kerjean, au moment où le décor Renaissance choisi par les fabriciens pour les églises témoignent du goût pour les motifs de Jacques Androuet du Cerceau et de Sebastiano Serlio ou pour les plans de Philibert Delorme, où des retables flamands ornent soit la cathédrale de Rennes, soit la chapelle de Kerdévot à Ergué-Gabéric, etc... Je jette très rapidement quelques éléments brouillons de réponse, mais il est certain que les architectes, sculpteurs et verriers bretons disposaient des catalogues de gravures alors en circulation dans l'Europe entière. Voir par exemple "Le vitrail breton et les Flandres" par Roger Barrié, Conservateur Régional de l'Inventaire Général dans le catalogue de l'exposition Bretagne-Flandre .
http://grandterrier.net/wiki/index.php?title=MUS%C3%89E_BRETON_(Quimper)_-_Relations_Bretagne-Flandres_aux_14-16_si%C3%A8cles

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche