Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2020 6 13 /06 /juin /2020 13:19

La Déploration (kersanton polychrome, vers 1525, par le Maître de Cast ) de la chapelle du Pénity de l'église Saint-Ronan de Locronan.

 

 

.

.

Du même sculpteur, voir :

.

Sur les Mises au tombeau et les Déplorations du Finistère :

 

 

Sur les Pietà :

 

 

— Voir sur Locronan :

 L'église :

Les chapelles de Locronan :

 

 

 

 

 

 

 

.

 

.

.

.

PRÉSENTATION.

.

1. Dénomination : une Déploration.

Ce groupe en trois blocs de kersantite est classé au titre objet le 04/12/1914/12/04. Le site le plus officiel de nos services du Patrimoine le désigne soit comme une "Descente de croix", soit comme une "Mise au tombeau". Un texte d'un auteur non cité est reproduit sur le site Infobretagne puis  reproduit sur Wikipédia ou par "Petit-Patrimoine" ou par divers photographes, le désigne comme une Descente de croix (en "granit" !). Jean-Marie Abgrall en 1911 parlait d'une une "Mise au tombeau de pierre, d'une réelle beauté", et René Couffon en 1980 d'une Descente de croix ou Mise au Tombeau. L'abbé Castel l'inclut dans ses Pietà à plusieurs personnages.

Pourtant, les Descentes de croix montrent obligatoirement la croix (et les personnages juchés sur des échelles et munis de tenailles pour ôter les clous). Le terme de Pietà est aujourd'hui réservé à la représentation de la Vierge tenant le corps du Christ, sans autre personnage. Les Mises au tombeau supposent, elles, la représentation du sarcophage. Et les Calvaires montrent la Vierge éplorée le plus souvent debout au pied de la Croix (thème du Stabat Mater) où le Christ est crucifié.

Ici, il faut parler de Déploration.

Dans la séquence des trois événements (Crucifixion, Descente de croix, Mise au tombeau) dont les deux derniers sont actifs avec des personnages saisis dans leur mouvements, la liturgie et l'iconographie distingue celui de la Déploration, un temps de recueillement passif et silencieux où plusieurs personnages entourent Marie portant le corps du Crucifié. Ce nombre est variable mais ceux qui sont représentés à Locronan sont incontournables : Jean, Marie-Madeleine, Joseph d'Arimathie près de la tête et Nicodème près des pieds du cadavre. L'émotion est celle, dramatique, du dernier moment où les proches du défunt peuvent voir et toucher son corps, lui témoigner des gestes d'affection ou se concentrer sur leur chagrin, avant de le voir disparaître dans la tombe, et c'est donc une émotion qui, hors du contexte chrétien, renvoie chacun à son expérience et son ressenti de la perte d'un proche.

L'article Wikipedia donne une liste de plus de 70 peintres et de 4 sculpteurs auteurs de Déplorations. Selon Nicole Reynaud, le thème, d'origine italienne, se rencontre pour la première fois en France vers 1380 dans l'enluminure des Petites Heures du duc de Berry BnF lat. 18014 f.286. Seules les trois sainte femmes, Jean et Marie sont figurés autour du Christ. Le Pseudo-Jacquemart  en donne une enluminure pour les Grandes Heures du Duc de Berry en 1409 (BnF latin 919 f.77)

Jean Fouquet l'a peint en enluminure pour les Heures d'Etienne Chevalier vers 1450-1460. Le sarcophage est peint en registre inférieur, mais la scène précède l'action de la Mise au tombeau.

.

2. Une œuvre attribuée au Maître de Cast, auteur de la Chasse Saint Hubert.

 

La commune de Cast est située, comme Locronan, en Pays de Porzay, et son église n'est distante de celle de Locronan que d'une dizaine de kilomètres. Et cette église conserve un groupe sculpté de kersantite montrant la Conversion de saint Hubert, dont les personnages (un chasseur et son écuyer) sont vêtus de costumes à taillades et crevés caractéristiques du règne d'Henri II, qui se retrouvent dans les costumes de la Déploration de Locronan. Ces costumes peuvent être datés de 1525-1530.

  Emmanuelle Le Seac'h a désigné le sculpteur anonyme de la Conversion de saint Hubert de l'église de Cast sous le nom de convention de "maître de Cast", et a attribué à ce sculpteur les deux Dépositions de Locronan.

.

Conversion de saint Hubert (kersanton, 1525-1530, Maître de Cast), enclos de l'église de Cast. Photo lavieb-aile 2020.

 

.

 

 

.

3. Une œuvre et son double.

Ce groupe présente la particularité rare d'avoir son double, également en kersantite, dans la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle de Locronan (à une centaine de mètres de l'église). Une différence majeure est que cette dernière n'est pas polychrome, et que la teinte sombre de la pierre de kersanton  modifie beaucoup l'aspect. Une autre différence est que la couronne tenue par Nicodème y est brisée. On a pensé à une copie, mais en réalité, rien ne permet de dire qu'il ne s'agit pas d'une seconde version faite par le même sculpteur, pour une raison inconnue.

Le groupe de Bonne-Nouvelle, déjà pénalisé par l'absence de polychromie (ce qui pourrait être un avantage à l'extérieur par exemple) est pénalisé par un emplacement très ingrat, dans un coin obscur aux murs verdis par le salpêtre et des moisissures qui lui donnent des reflets verdâtres. L'éclairage artificielle auquel j'ai dû recourir pour mes photographies n'a rien arrangé.

.

Déploration, kersantite vers 1525, chapelle de Boinne-Nouvelle de Locronan. Photographoe lavieb-aile.

.

.

4. Description.

Les descriptions sont rares : ce sont celles de V.H. Debidour, de E. Le Seac'h et de Y.-P. Castel. La première, qui est excellente —  celle de Victor-Henry Debidour (l'auteur de La sculpture bretonne)— est parue dans la monographie consacrée à Locronan par Maurice Dilasser, qui fut recteur de Locronan. 

La voici :

 

Locronan Déploration.

« On le désigne souvent comme Déposition de croix, ou encore Mise au tombeau. Ce n'est pourtant en rigueur de termes ni l'une ni l'autre, puisque le bois du supplice n'est plus là, et que le sépulcre est absent. Le cadavre de Jésus est affalé au premier plan, devant sa Mère agenouillée, les mains crispées de douleur muette. C'est le sujet même, si passionnément chéri, de la sensibilité chrétienne à la fin du Moyen Âge, de la Vierge de Pitié. Mais il est ici, comme souvent, enrichi de personnages qui, de toutes leur âme, participe au deuil : l'apôtre Jean, qui relève à la verticale le torse inanimé comme pour l'approcher du regard de Marie ; Madeleine qui tient son vase de parfum et ébauche un mouvement pour essuyer ses larmes ; Joseph d'Arimathie, doucement attentif ; enfin Nicodème portant la grosse couronne d'épines qu'il a retiré de la tête sanglante. Il s'agit donc d'une Déploration qui rassemble, avant le coucher du soleil du Vendredi Saint, le tout petit nombre de ceux qui restent fidèles au Maître, face à la haine et la lâcheté des hommes. Une telle figuration, diversement étoffée, est fréquente dans l'iconographie. La confusion, ou la contamination, entre les moments qui ont succédé à la mort de Jésus —Déposition, Déploration, Ensevelissement —, a d'ailleurs été favorisé par l'identité des figurants : tel Nicodème, qu'on admet avoir manié la tenaille pour déclouer le corps avant de draper le linceul autour des jambes et le poser, aidé de Joseph, dans le sarcophage. À Locronan, ces deux vieillards n'ont pas la très haute taille qu'on leur a souvent donnée ailleurs. Mais ils ont les vêtements compliqués dont on affublait, dans les Mystères, les juifs opulents et de haut rang : pour l'un, chausses ou guêtres à crevés et à bouffants, turban en anneau — curieuse assonance avec la torsade d'épines qu'il a recueillie et avec la coiffure de Madeleine — auquel s'attache un long couvre-chef drapé en écharpe ; pour l'autre, un bonnet jaune vif, retombant en deux oreilles à glands jusqu'aux épaules et relevé en retroussis vert sur le front, dalmatique bleue avec pèlerine courte à pointes, et galons, cabochons et franges d'or. Ce costume extravagant n'empêche pas le riche et pieux Joseph d'être très émouvant par la délicatesse de son geste de soutien, par la tristesse sereine qui se peint sur son visage. Au centre exact de l'ensemble, la figure de Marie inclinée sous l'épaisseur de son voile, et ses mains aux doigts convulsivement serrés, qui sont le signe même de sa « pitié » indicible et de sa prière. Les couleurs, un peu passées ou écaillées ça . Une et là, sont essentielles au pathétique de l'ensemble. Dans un musée, ce groupe ne serait sans doute que curieux, surprenant. Dans l'église qui l'abrite, il développe toute sa force, tant il est vrai que l' 'artiste l'a voulu et rendu solidaire de tout le mémorial liturgique et l'a créé, avec les moyens qui étaient les siens, pour être « d'Église » : après tout, ces cinq vivants autour de ce mort, n'étaient-ils pas, et eux seuls, toute l'Église, en cette minute suprême, et germinale, où tout pouvait s'être effondré ?

Le corps même de Jésus est sans doute le moins bon morceau, avec sa jambe raidie, beaucoup trop courte et le double angle droit que forment avec elle le bras et le pied. On observe le même trait de gaucherie en certaines pitiés de calvaires comme à Ploéven ou à Quillidoaré. Encore y est-il « corrigé » d'une certaine manière, par le fait que, contrairement à Locronan, la jambe gauche fléchie au genou y trouve place un peu en arrière ou que les chevilles sont croisées, ce qui rompt un peu l''équerre (mais plus mal venu encore est le ciseau qu'elles dessinent en un groupe en de bois de Pouldavid, où Marie tient le pauvre corps malingre suspendu obliquement devant elle, sans que l'on sache si elle est assise ou debout). En revanche, parmi tant de pitiés isolées, méconnues, livrées à la poussière, aux vers ou aux lichens, que de découvertes touchantes sont possibles ! Non pas le groupe de Ploéven, d'inspiration plutôt superficielle, dont le principal mérite est de remonter à 1547, comme l'indique une inscription en gothique sur le socle, au dessus de l'invocation Mater : gracie : tu : nos : ab hoste protege, ni même cette Marie aux yeux clos de Locronan, en bois peint, fort embarrassé du cadavre disloqué qu'elle serre à bras le corps. Mais le beau groupe tout rongé de Sainte-Barbe en Ploéven, où Marie assise laisse Jean soutenir la tête de Jésus, dont les jambes ballantes passent sous les mains jointes de Madeleine, touchant de l'orteil son vase posé à terre. Oeuvre anonyme parmi les anonymes, symbole des douleurs muettes... (Debidour p. 535)

Les œuvres auxquelles Debidour fait allusion sont accessibles par les articles ad hoc de mon blog, donnés plus haut.

.

Emmanuelle Le Seac'h donne la description suivante :

"Les yeux en amande des deux personnages et le modelé carré des personnages [de la Conversion de saint Hubert de Cast] se retrouvent sur deux pietà en kersanton du bourg de Locronan. L'une est dans la chapelle du Penity jouxtant l'église, et l'autre dans la chapelle Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle au sud-ouest du bourg. Cette pietà reprend l'attitude, la composition et le nombre de personnages —six— de celle du Penity. Néanmoins, avec la disparition de la polychromie, le groupe a perdu en lisibilité et a été qualifiée de copie..

Sur les deux pietà, Joseph d'Arimathie et Nicodème encadrent la Vierge soutenue par Jean et Marie-Madeleine située à l'arrière-plan. Joseph d'Arimathie tient le linge qui sert à ensevelir le corps du Christ. Au Penity, Nicodème tient la couronne d'épines tandis qu'à la Bonne-Nouvelle celle-ci a disparu, brisée. À la Bonne-Nouvelle, la Vierge, soutenue par  Jean, ne se penche pas vers le corps de son fils mais reste bien droite, les mains jointes et les doigts serrés. Au Penity, Jean maintient la tête du Christ."

.

Mon commentaire.

Je voudrais souligner d'une part comment ce sculpteur réussit à marier le respect de la tradition iconographique des enlumineurs de la Vallée de la Loire avec le souci de mettre ses personnages en conformité avec l'habillement de son temps, afin que les paroissiens puissent identifier ceux-ci avec les notables de leur époque.

En outre, il se place en continuité avec les ateliers de sculptures de Basse-Bretagne utilisant le kersanton par le souci des détails vestimentaires.

a) La tradition iconographique a développé un vocabulaire propre à identifier les personnages bibliques comme Juifs, tant les prophètes de l'Ancien Testament que les pharisiens des Évangiles. Or Joseph d'Arimathie et Nicodème sont des Juifs riches et influents, membres du Sanhédrin. Ce vocabulaire codé permet la reconnaissance de la judeité par des accessoires orientalisants comme le turban, par des barbes longues à mèches peu peignées, par  des cheveux longs, par des franges  et des glands de passementerie, par le bonnet conique, parfois par une aumônière à la ceinture, et par des robes longues et frangées. Joseph d'Arimathie cumule (hormis l'aumônière que je n'ai pas remarqué) tous ces poncifs, et son habit couvrant les épaules et enrichi de pierreries ainsi que son pectoral l'apparentent à un grand-prêtre (tel qu'il figure souvent dans les Circoncisions ou Présentation de Jésus au temple). Il n'y a rien de contemporain dans son costume, sauf peut-être les houseaux plissés.

Nicodème est moins "chargé", et sa barbe est plus courte ; mais le turban recouvre un voile tombant sur les oreilles puis en écharpe. C'est au contraire lui qui porte les manches larges et plissées, les chaussures rondes à crevés et les guêtres à crevés exubérants des seigneurs et riches marchands Henri II. 

b) Marie-Madeleine répond aussi aux codes qui souligne son appartenance à la Judée par le turban (bien que le balzo ait été à la mode en Italie et en Flandre), et qui met en évidence son élégance et sa richesse. Le turban tressé est enrubanné d'une étoffe qui revient sous le menton en "barbette" puis (la même ou une autre) retient les cheveux derrière la nuque comme un bandeau occipital avant d'entourer les deux nattes devant les épaules. Le geste qu'elle esquisse de la main droite avec son mouchoir pour essuyer ses larmes annonce les trois larmes dont l'atelier des Prigent va se faire une spécialité entre 1527 et 1577, et donc presque à la même période. Son flacon d'onguent ou d'aromates destiné à l'embaumement est son attribut principal. La beauté de son visage est remarquable mais là encore fixé par les codes, associant le front et les sourcils épilés et les lèvres peintes.

Donc, la fidélité aux codes est parfaite, permettant aux fidèles d'identifier les personnages sans en inscrire les noms, mais la fusion de ces codes avec l'habillement contemporain est très habile.

c) Saint Jean illustre la même idée. Pas de référence à la judéité ou à l'origine orientale qui serait jugée ici déplacée, mais le visage jeune et imberbe permet l'identification, tout comme la présence aux cotés de Marie. Son pourpoint aux cinq boutons à languettes le rapproche du saint Hubert de Cast, mais surtout de l'écuyer, c'est à dire qu'il renvoie aux jeunes nobles de l'époque. Et cette beauté associée à cette jeunesse sont bien fidèles aux canons de représentation de son personnage.

d) la Vierge est, comme une Vierge des calvaires, le visage cloîtré par la guimpe (couvrant la gorge) et le voile blanc, mais celui-ci est recouvert par le manteau dont le tour perlé rappelle les coiffes noires des reines et des nobles de l'époque. Et sa beauté éclatante presque radieuse ne témoigne pas de l'anéantissement psychique par le chagrin, comme sur tant de calvaires.

 

.

 


 

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

Le Christ.

.

"Le corps du Christ est disposé de la même manière un peu raide dans les deux versions. Il repose sur le manteau de la Vierge : le haut de son corps un peu penché vers l'arrière dessine une légère courbe. Ses jambes paraissent un peu courtes. ". (Le Seac'h)

.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

Déploration (kersantite, v.1525), chapelle de Bonne-Nouvelle. Photo lavieb-aile mai 2020.

.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

La Vierge.

.

 

.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

Déploration (kersantite, v.1525), chapelle de Bonne-Nouvelle. Photo lavieb-aile mai 2020.

.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

Saint Jean.

.

"Jean, tête nue, est vêtu plus simplement d'un pourpoint dont les bordures boutonnées laissent à découvert le tricot de dessous. Les visages des deux Jean et du saint Hubert [de Cast] sont identiques, carré avec un menton rond. Les yeux ont les paupières creusées d'un méplat en amande. " (Le Seac'h)

.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

Saint Hubert, Chasse de Saint-Hubert, Cast. Photo lavieb-aile.

 

.

 

 

.

Conversion de saint Hubert (kersanton, 1525-1530, Maître de Cast), enclos de l'église de Cast. Photo lavieb-aile 2020.

 

.

.

Déploration (kersantite, v.1525), chapelle de Bonne-Nouvelle. Photo lavieb-aile mai 2020.

.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

Marie-Madeleine.

.

"Marie-Madeleine porte un turban autour de la tête recouvert par un voile dont elle drape le pan gauche sous son menton en écharpe. Sa robe est à col droit. Les turbans de Marie-Madeleine sont d'inspiration flamande ou brabançonne tout comme les rayures peintes sur le turban de Madeleine et le linge de Joseph d'Arimathie." (Le Seac'h)

.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

Déploration (kersantite, v.1525), chapelle de Bonne-Nouvelle. Photo lavieb-aile mai 2020.

.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

.

Joseph d'Arimathie.

.

"Le riche Joseph d'Arimathie est vêtu à la romaine, avec une tunique recouverte d'une dalmatique. Une pèlerine qui se termine par un lourd pompon dans la pointe du dos couvre ses épaules. Il est coiffé d'un bonnet pointu plissé au bord relevé sur le devant et muni de protèges-oreilles qui tombent de chaque coté sur les épaules, terminés par des glands. Il tend devant lui un tissu rayé, drapé autour de sa taille." (Le Seac'h)

.

 

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

 

Déploration (kersantite, v.1525), chapelle de Bonne-Nouvelle. Photo lavieb-aile mai 2020.

.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

Nicodème.

.

"Nicodème porte des chaussures bouffantes à crevés et un turban en forme d'anneau avec dans le dos un couvre-nuque dont le pan est ramené sur le devant.

Ici, les deux vieillards sont plus petits que les autres personnages. Leurs barbes sont bouclées." (Le Seac'h)

.

 

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

Déploration (kersantite, v.1525), chapelle de Bonne-Nouvelle. Photo lavieb-aile mai 2020.

.

.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

Déploration (kersantite polychrome, v.1525), chapelle du Penity, église de Locronan. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

.

COMPLÉMENT :  LA DÉPLORATION DE LA CHAPELLE DE BONNE-NOUVELLE.

.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.
Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

.

.

Le Christ.

.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

.

.

La Vierge.

.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

.

.

Saint Jean.

.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

.

.

Marie-Madeleine.

.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

.

.

Joseph d'Arimathie.

.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

.

.

Nicodème.

.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

Déploration (kersantite, v.1525) de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Photographie lavieb-aile mai 2020.

.

.

 

 

SOURCES ET LIENS.

-POP.CULTURE "Descente de croix".

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/memoire/APMH048329

-POP.CULTURE "Mise au tombeau".

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM29000511

-PETIT PATRIMOINE

https://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=29134_3

 

-WIKIPEDIA, photo Henri Moreau

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Locronan_La_descente_de_croix.JPG

— ABGRALL (Jean-Marie), PÉRÉNNES (Henri), 1925, Notice sur Locronan. Bull. dioc. Archit. Archéol. Quimper, pages 131-143.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/4a4d765983806659ef1eeb10debc7f76.pdf

 

— BOCCARD (Michèle), 2009, "Locronan, église Saint-Ronan", Congrès Archéologique de France, 165ème session (Finistère, 2007), Paris, Société Française d'archéologie pages 185-189.

https://www.academia.edu/26540787/_Locronan_%C3%A9glise_Saint-Ronan_Congr%C3%A8s_Arch%C3%A9ologique_de_France_165%C3%A8me_session_Finist%C3%A8re_2007_Paris_SFA_2009_p._185-189

— CASTEL (Yves-Pascal), Les Pietà du Finistère

http://patrimoine.du-finistere.org/art2/ypc_pieta.html

"Le nombre des personnages des Pietà augmente en proportion inverse de celui d'oeuvres qui se comptent désormais sur les doigts de la main. La conception d'un groupe à six personnages amène des adjonctions qui infléchissent insensiblement le thème qui glisse ainsi vers la Déposition de croix ou la Mise au Tombeau. Ainsi Joseph d'Arimathie et Nicodème apparaissent à Locronan qui possède deux groupes en pierre de kersanton qui, bien qu'apparentés, sont fort différents l'un de l'autre. L'ouvrage conservé dans l'église paroissiale, tout émouvant qu'il soit, s'efface devant une oeuvre, certes moins connue mais animée d'un tout autre souffle. Celle-ci s'abrite dans la chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, le sanctuaire du bas du bourg que seuls découvriront les touristes pas trop pressés. Dans cette Pietà, la force plastique sert à merveille la puissance émotionnelle. La différence des deux Pietà de Locronan ne tient pas seulement au traitement des visages, celui de la Vierge enfoncé sous le quadruple pli du voile de tête, et ceux des assistants qui veillent un Christ désarticulé à souhait. Tout, gestes, attitudes, vêtements, fait la différence entre l'oeuvre d'un maître et celle d'un suiveur, qui ne manque, néanmoins, pas de talent."

— COUFFON (René), LE BRAS (Alfred), 1988,  Répertoire des églises : paroisse de LOCRONAN, Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/55a0099976c148cb034b4323cf0497e5.pdf

— DEBIDOUR (V.H), 1953, La sculpture bretonne, Plihon, Rennes.

—  DEBIDOUR (V.H),  les statues de Locronan, in  M. Dilasser : Un pays de Cornouaille, Locronan et sa région (Paris, 1979) page 535

—  DILASSER (Maurice), 1981, Locronan (Rennes, 1981)

— LE SEAC'H (Emmanuelle), 2014, Sculpteurs sur pierre en Basse-Bretagne, les ateliers du XVe au XVIIe siècle, 1 vol. (407 p.) - 1 disque optique numérique (CD-ROM) : ill. en coul. ; 29 cm ; coul. ; 12 cm; Note : Index. - Notes bibliogr., bibliogr. p. 373-395. Rennes : Presses universitaires de Rennes , 2014. Éditeur scientifique : Jean-Yves Éveillard, Dominique Le Page, François Roudaut. page 259.

— WAQUET (Henri), 1919, "Locronan", Congrès archéologique Brest-Vannes, p. 554-576.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k35688p/f675.image

— WAQUET (Henri), Locronan ; Images de Bretagne, ed. Jos le Doaré

http://bibliotheque.idbe-bzh.org/data/cle_148/Locronan__.pdf

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche