Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 08:08

Exposition de paramentique à Ty-Mamm-Doué : Laurent Bourlès, tailleur des chanoines de Quimper.

 


 

                                                  

N'en déplaise au Semi-tendinosus et au Gracilis le Sartorius estparmi les muscles de la cuisse, celui que je préfère. Non parce qu'il se targue d'être le muscle le plus long de notre corps dans son trajet (Rouvière, Anatomie humaine  III p. 353) de l'épine iliaque antéro-supérieure jusqu'à l'extrémité supérieure du tibia  où il s'épanouit pour prendre la forme tridactyle de la patte de l'oie, ni parce qu'il croise élégamment en écharpe la face antéro-interne de la cuisse ( Poirier & Charpy II page 217), mais seulement en raison de son nom latin : Sartorius, le Couturier. Et surtout  en raison de l'origine de ce nom, connu depuis 1698 : 

       " Si l'on appelle ce long muscle Couturier, c'est à cause qu'il fait croiser les jambes comme les tiennent les tailleurs quand ils sont sur l'établi à travailler à leur ouvrage." Jean Baptiste Philippe Verduc - 1698. En-effet, "ce muscle fléchit la jambe sur la cuisse et la porte en dedans ; ensuite, il fléchit la cuisse sur le bassin" (Rouvière, id.) : il croise la jambe en tailleur, sartorius en latin.

J'aime, en onomastique, que les noms se délivrent de leur assignation descriptive et se livrent à des métaphores menant l'esprit vers des divagations poétiques. J'aimais le temps où le muscle popliteus se nommait "la jarretière".

  Et je le vois très bien, le tailleur, assis jambes croisées devant son établi,  et le muscle tirant sa diagonale aplatie comme une sangle en travers de la cuisse : l'étoffe se tend sur ce chevalet et y glisse dans des crissements de soie ou de velours qui feraient le bonheur des héroïnes de Gaëtan de Clairambault. Bien visualiser un nom anatomique, c'est bien le retenir, et cela peut toujours servir. 

Si, lors d'une visite à Rome, vous découvrez rue Santa Chiesa la vitrine de l'illustre maison Gammarelli, la seule lecture de la mention SARTORIA PER ECCLESIASTICI vous permet ainsi de comprendre que vous avez affaire à un tailleur pour ecclésiastique. Pratique, non ?

 


     Gammarelli tailleur du pape

 

 

En vitrine, à gauche, des vêtements de cardinal avec de haut en bas : mozette rouge, croix apostolique, rochet de dentelle blanche, bas de la soutane rouge; au pied du mannequin de gauche à droite: barrette en miniature, calotte, mitre (mitra simplex) et étole.   

 

Eh bien, avec un peu d'imagination, vous pouvez reconstituer aussi ce que dut être la devanture du magasin de Laurent Bourlès, 24 rue du Frout à Quimper, un beau local actuellement occupé par FR3 Bretagne.

Laurent Bourlès s'était spécialisé en effet, comme Gammarelli, dans les vêtements ecclésiastiques et, s'il ne pouvait prétendre être le Tailleur du Pape ni compter sur la clientèle des quelques 120 à 200 cardinaux électeurs qui se fournissent en pourpre obligatoirement à Rome, il se déclarait "Tailleur du Grand Séminaire". D'abord installé au premier étage du 38 Place Saint-Corentin (juste devant la cathédrale, actuel café Le Vingt-et-unième entre le café Le Finistère et le Musée des Beaux-arts) dans les années 1927-1931, il déménagea en avertissant son aimable et pieuse clientèle par l'annonce de la Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et Léon  de 1931 :


LAURENT BOURLÈS Tailleur du Grand Seminaire, 38, place Saint-Corentin, Quimper, a l'honneur de   prévenir MM. Les ecclésiastiques qu'il vient de transférer son commerce 24 rue du Frout, face à la sacristie.


Alors qu'il ne proposait jusqu'alors que "chapeaux, barrettes, rabats, ceintures et cols" pour un prix modéré et un travail soigné, ses nouvelles réclames proposaient "Soutanes, douillettes, manteaux et pèlerines, douillettes imperméables sur mesures" et des "culottes spéciales en jersey pour prêtres".

— chapeaux : c'est le chapeau rond dit "romain" : de couleur noire, en feutre ou en poil de castor (sorte de fourrure brillante très courte), il a généralement un bord rigide presque rond, avec une coiffe assez basse, également arrondie. Il ne doit pas être confondu avec  le chapeau noir dit Saturno à cordons et glands verts pour les évêques et rouges et or pour les cardinaux. 

Mais pour les chapeaux, la Maison Bourlès était concurrencée par la Maison A. Darcillon, ancienne Maison Malinjoud, 24 rue Kéréon à Quimper ...à deux  chapelelts de la cathédrale, même pas.


 barrettes : 

 Biretta.png

— rabats : Pièce d'étoffe empesée cachant l'échancrure du col de la soutane.

 

— soutanes : à 33 boutons, elle est en laine l'hiver ; aujourd'hui, elle est en polyester + laine en été. On distingue une soutane de cérémonie dite soutane filetée ou   abito piano en italien, (car créée par Pie IX vers 1850), noire avec une doublure, un liseré et des boutons de couleur cramoisie pour les évêques et rouge pour les cardinaux. Avec cette tenue, les évêques et les cardinaux portent le collaro et la ceinture, les bas et la calotte violette ou rouge. 

—douillettes : Vêtement (redingote, pardessus) ordinairement de drap ouaté, porté surtout par les ecclésiastiques, qui le mettent par-dessus les autres, en hiver. Un autre manteau de laine noire, est nommé  tabarro.

— pèlerines ; les pèlerines courtes couvrant les épaules et s'arrêtant un peu au-dessus des coudes sont nommées camails si un espace sépare les deux pans sur la poitrine, et  mozettes si elles se boutonnent à ce niveau. Le camail se porte au-dessus de la soutane. Contrairement à la mozette, qui se porte toujours avec le rochet (habit de chœur), le camail ne fait pas partie de l'habit liturgique. Le camail des cardinaux est noir, bordé d'un liseré pourpre, et celui des évêques est noir avec liseré violet. Quand les cardinaux sont en soutane rouge, ou les évêques en soutane violette, c'est la mozette qui fait alors office de camail, de même couleur que la soutane, et généralement portée sur le rochet. (Wikipédia).

Camails et mozettes sont en drap de laine noir, doublées de satin. comme les soutanes,  les mozettes peuvent être "filetées" de fil de soie rouge et dotées de boutons rouges.

 

Ici, un "camail" de l'Atelier de l'Ange Gardien (sic) :

 

 

— Culottes spéciales en jersey : consulter votre confesseur, je n'ai pas trouvé de commentaires.

Laurent-Bourles--tailleur-et-Darcillon-chapellerie-27-juil.png

Laurent-Bourles-publicite-1931.png


A l'ombre de la cathédrale ; le chapitre Saint-Corentin.

Dans sa clientèle, en plus du Séminaire, il pouvait compter sur le chapitre Saint-Corentin de la cathédrale : si celui-ci ne comprend aujourd'hui que 7 chanoines,  il comprenait jadis (avant la Révolution) quatre Dignités ( un grand archidiacre, un grand chantre, un trésorier, un second archidiacre) et seize chanoines, nommés alternativement par le pape et par l'évêque ; l'évêché jouissait alors de 21 000 francs de rente annuelle. En 1726, il était "composé de six dignités, dont la première est le Doyenné, & de douze chanoines ; l'abbé de Daoulas est premier chanoine de ce Chapitre ; & dans les cérémonies, ces religieux qui sont de l'ordre de Saint-Augustin vont à coté des chanoines, comme leur Abbé à coté de l'évêque." ( Claude-Marin Saugrain,Du Mouline Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne). En 1828, on dénombrait 8 chanoines (MM. Péron Maudyuyt, La Clanche, de la Ruffie, Henry, Binard, Langrez et  Sauveur) et 6 chanoines honoraires (MM. Le Gac de Lausalut, Gourmelon, Daniel, Noirot, Sermensan et Dutoyat). En 1931, j'ignore la composition du chapitre cathédrale, mais l'évêque était Mgr Adolf Duparc (1908-1948).

Le Grand Séminaire. 

Le Grand Séminaire lors de l'expulsion en 1906 : soutanes, chapeaux, rabats (pièce de tissu noir bordée de blanc au dessus de l'encolure de soutane. De dos, un enseignant porte la mozette : Archives de Quimper.

 

La soutane et la mozette de la Maison Bourlès.

La paroisse de Kerfeunteun à Quimper exposait durant l'été 2014 parmi une belle collection de paramentique, une soutane filée noire fabriquée par L. Bourlès : cette soutane se ferme par des boutons bleu-violet et ses bords sont colorés d'un liseré violet également. Par dessus (mais les deux pièces étaient-elles accouplées initialement ?), une mozette aux boutons rose-pourpre et liseré de même couleur.

Est-ce la soutane de l'évêque, ou celle d'un chanoine de la cathédrale ?  

 

                        paramentique 0616c

 


 

paramentique 0618v

 

Pour m'aider, je regarde sur Wikipédia  la tenue d'un évêque : L'évêque Stefan Oster portant la soutane avec un liseré et des boutons de couleur cramoisie avec une calotte et une ceinture violettes et la croix pectorale :

                                   

 

 

Je compare à d'autres tenues : Evêque / "Monsignor" / Prêtre et séminariste :

http://it.wikipedia.org/wiki/Abito_talare : 

Vescovo.svg Cassock (Chaplain of His Holiness).svg Cassock (Priest).svg

Ou bien, toujours sur Wikipédia, la tenue des chanoines en habit de chœur: 

 

 

A quoi servent les chanoines d'une cathédrale ?

On pourrait dire avec méchanceté et fausseté que le canonicat sert surtout, pour les intéressés, à percevoir des bénéfices ; quand on connaît le travail réalisé par les chanoines Abgrall et Peyron au service de patrimoine artistique et foncier de leur diocèse, on sait bien qu'il faut penser autrement. 

Les chanoines sont tenus à l'office choral, qui comprend deux éléments : la psalmodie des heures canoniales et le chant de la messe conventuelle. Autrefois, cette obligation collective atteignait tous ceux qui, dans un chapitre, avaient un bénéfice choral. Ils étaient tenus de participer chaque jour à l'office entier, sous peine de ne pas percevoir leurs revenus. La messe capitulaire était chantée quotidiennement en forme solennelle, avec diacre et sous-diacre.

Certains chanoines de Quimper appartenaient à la Fabrique de la cathédrale.

Les chapitres capitulaires doivent se réunir pour délibérer de leurs affaires. Par le passé, on traitait notamment de l'administration des biens et des obligations à l'égard de l'église du chapitre.

 

Habit de chœur canonial

D'assez bonne heure, les clercs des églises cathédrales ont revêtu au chœur, pour l'office divin, un habit distinct de celui des autres membre du clergé. Cet habit comporte :

— une soutane (ou une soutanelle)

—recouverte d'un surplis,

— de la mosette, parfois fourrée ou doublée de soie (à Montpellier)

— parfois la cappa magna, la chape chorale noire (ou la chape de soie certains jours), la cappa magna absque cauda (à Avignon)

— l'anneau, parfois la croix pectorale (uniquement sur l'habit canonial complet) concédée  parfois par le pape et même la mitre. Ainsi, le chapitre de Quimper a aussi obtenu en1856  de porter sur l'habit de chœur une croix en or et émail, attachée à un ruban bleu, et portant d'un coté l'effigie de Pie IX et de l'autre celle de saint Corentin

 

 

 

 

 

Quelques autres pièces de l'exposition.

paramentique 0614c

 

paramentique 0470c

 

paramentique 0473c

 

paramentique 0621c

 

paramentique 0622v

 

La plus belle pièce :

 

 

paramentique 0612c

 

paramentique 0611c

 

 

Sources 

Les réclames de Laurent Bourlès se trouvent dans :

—La Semaine religieuse du diocèse de Quimper et Léon 1931 page 111 et page 31

—La Semaine religieuse du diocèse de Quimper et Léon du vendredi 1er avril 1927

Olivier CHARLES Thèse.« Les nobles dignités, chanoines et chapitres » de Bretagne. Chanoines et chapitres cathédraux de Bretagne au siècle des Lumières, direction : Jean Quéniart, université Rennes 2, 2002, 4 volumes,868 p. (non consulté)

http://www.paroisse.com/t_dossier/ornements-liturgiques-14719.asp

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Theobald 23/07/2016 19:33

Le "Dictionnaire des Arts liturgiques" de B. Berthod, G. Favier et E. Hardouin-Fugier (2015 éditions Frémur) répond à toutes vos interrogations, notamment pour ce qui touche au costume des chanoines.

jean-yves cordier 09/08/2016 23:41

Merci de cette précieuse et récente référence qu'il me reste à découvrir avec intérêt.
JYC

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche