Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 17:44

Zoonymie du Petit Nacré Issoria lathonia.


La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

 

Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

 

Résumé. 

 

 

issoria, Hübner, [1819]  de Issoria, épithète d'Artémis en son temple du mont Issorion, près de Sparte, en Laconie, Grèce : Pausanias localise ce sanctuaire dans un quartier de Sparte, et Plutarque près de Pitane en Laconie.

 — lathonia (Linnaeus, 1758) du latin Latonia, "fille de Latone " ; épithète d'Artémis soulignant qu'elle est née, avec son frère jumeau Apollon, de Latone ou Léto (en latin Latona, en grec Λητώ or Λαθώ), et de Zeus.   

— "Petit Nacré" Geoffroy, 1762 : Cet auteur donne l'origine du nom en décrivant les faces inférieures des ailes supérieures et leur "sept ou huit taches nacrées bien marquées vers l'angle extérieur de l'aile", ou celle des ailes inférieures, "jaunes avec une trentaine de taches argentées sur chacune". Le nom est repris par les auteurs suivants et consacré par G. Luquet en 1986. (Voir Grand Nacré)

 

 

 

 

                 I. Nom scientifique.


1. Famille et sous-famille.

 

a) Famille des Nymphalidae Rafinesque, 1815.

Cette famille comporte (je suivrai Dupont & al. (2013) ) 8 sous-familles en France :

  • Sous-famille des Libytheinae Boisduval, Rambur, Dumesnil & Graslin, [1833]
  • Sous-famille des Danainae Boisduval, [1833] 
  • Sous-famille des Limenitidinae Butler, 1870
  • Sous-famille des Heliconiinae Swainson, 1822 
  • Sous-famille des Apaturinae Boisduval, 1840
  • Sous-famille des Nymphalinae Swainson, 1827
  • Sous-famille des Charaxinae Doherty, 1886
  • Sous-famille des Satyrinae Boisduval, [1833]

 

b) Sous-famille des Heliconiinae Swainson, 1822

 

Selon Dupont & al., Pelham & al. (2008), se référant aux travaux de Koçak (1981), considèrent Heliconiinae Swainson, 1827, comme invalide, au motif que le nom donné par Swainson est fondé sur le nom générique Heliconius Latreille, 1804, qui est un homonyme d’Heliconius Kluck, 1780. Ces auteurs préconisent l’utilisation d’Heliconiinae Swainson, 1822 (planche 92, « Heliconiae »).

 

 

c) Tribu des Argynnini Swainson, 1833 : les Argynnes.

Pour la systématique des Argynnini Dupont & al. suivent les travaux de Simonsen & al. (2006).


d) Sous-tribu des Argynnina Swainson, 1833 


  • Genre Issoria Hübner, [1819]
  • Genre Brenthis Hübner, [1819]
  • Genre Argynnis Fabricius, 1807

 

 

 

 

    

2. Nom de genre : Issoria Hübner, 1833.

 

a) Description originale :

Jacob Hübner [1819] Verzeichniß bekannter des Schmettlinge  versaßt von Jacob Hübner Augsburg bey der verfasser zu finden 1816-1826,2. page 31

Ce genre appartient, dans la systématique de Hübner, au "stirps" des Dryades regroupant des Nymphales phalerati de Linné, et parmi ces dryades, à la deuxième famille des Phaleratae dont c'est le deuxième genre ou Coitus dans le langage de l'auteur. 

Stirps V :Dryades : Familia B Phaleratae Coitus 2 Issorien, Issoriae :

Die Flügel, vorzüglich die Senken, fast eckig ; unten mit augenähnlichen Zeichen bemerkt.

  • 249. Issoria egista Cramer 281 C.D
  • 250 I. anticlia. Laodice Cram. 157 E.F.
  • 251 I. lathonia Linn. Syst. pap. 213.  Hübn. pap. 59-60.


Trad :" Les ailes, en particulier ...., presque carrés.  ci-dessous avec des ...

  Les autres Coitus  de cette Famille sont :1. Argynnides 3. Acidaliae 4. Dionae 5. Colaenes 6. Argyronomae. 

— Type spécifique: papilio lathonia Linnaeus, 1758, sélectionné par Scudder en 1875.

 

   — Ce genre renferme une dizaine d'espèces selon Nic.funet.fi, mais une seule espèce en France, I. lathonia.

— Archéo-taxonomie :

        Swainson, W. (1827) A Sketch of the Natural Affinities of the Lepidoptera Diurna of Latreille. The Philosophical magazine : or Annals of chemistry, mathematics, astronomy, natural history and general science. Journal Article Philosophical Magazine Series 2 1(3) 180-188 (1827)

 

 

Scudder, S. H. 1875. Historical sketch of the generic names proposed for Butterflies: a contribution to systematic nomenclature. Proceedings of the American Academy of Arts and Sciences, 10: 91-293. page 198 [http://www.biodiversitylibrary.org/page/3076956] 


 Origine et signification du nom générique Issonia.

— August Janssen (1980)  page 40 :

Issos = zeestad in Kilikië (Cilicië).

" de Issos, ville du littoral de la Cilicie.

 — Hans A. Hürter (1998) page 286-287 :

Cet auteur ne donne pas d'interprétation personnelle mais donne les citations suivantes :

"Hügel an der Stadtgrenze Spartas nahe am Stadtteil Pitane (η Πιτανη, ης , das schönste der vier Quartiere der Stadt Sparta im NW). Auf ihm lag ein Heiligtum der Artemis Issoria. (Pauly, 18. Hlbbd., 1916, S. 2247, und Mgrriech S. 557)

Issoria, Epiklesis der Artemis in Lakonien ...leitet den Namen vom Berge Issorion bei Sparta ab... (Pauly, 18. Halbbd. 1916 S.2246)

Issoria, beiname der Artemis von dem Berg Issorion in Lakonien. Eine Hauptstätte des Kultus der Artemis Issorai war... im südwestlichen Lakonien (Pausanias) ; ein in der Nähe von Pitane gelegenes heiligtum dieser Göttin erwähnt Plutarch. (Rorscher, 2, Bd.,1. Abt., 1890-1894, S.552)

 

Trad : "Colline à la périphérie de Sparte, près du quartier de Pitane (η Πιτανη, ης, le plus beau des quatre quartiers de la ville de Sparte dans le nord-ouest). On y trouvait  un sanctuaire d'Artémis Issoria. (Pauly, 18 Hlbbd., 1916, p 2247 et .... p 557) 

 " Issoria, Epiclèse d'Artémis en Laconie ... dérive du nom de la montagne Issorion à Sparte ..." (Pauly, 18 Halbbd. 1916 page 2246) 

   "Issoria, l'épithète d'Artémis au Mont Issorion en Laconie. L'un des  lieux de culte principal d'Artémis Issorai était ... dans le sud-ouest de Laconia (Pausanias); un autre situé près de Pitane sanctuaire de cette déesse est mentionné par Plutarque." (Rorscher, 2, Vol., Premier ... De 1890 à 1894, page 552)

—Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 110 

: "étymologie non élucidée".

— Perrein et al. (2012) page 351 : 

"Étymologie : d'Issoria, une des nombreuses épithètes qualifiant la déesse Artémis —Diane pour les latins — dans la mythologie grecque."


Discussion.

        A l'époque de Linné, ou du mois en 1773, le Dictionnaire pour l'intelligence des auteurs classiques, grecs et latins  ..Volume 22., de François Sabbathier donnait des informations assez claires sur le nom Issoria : 

— Diane Isora (Diana Isora) avait un temple à Sparte. Pausanias dit qu'on l'appelait aussi Diane Limnéa ; & il ajoute que ce n'était pas Diane à proprement parler, mais la Britomartis des Crétois. Cette Diane Isora pourrait bien être la même que celle qui suit.

— Diane Issoria, Diana Issoria, était honorée d'une manière particulière par les habitants de Teuthrone*.

        *Teuthrone : (Géog. anc.) ville du Péloponnèse, sur le golfe de Laconie. Ptolémée, liv. III. c. xvj. la marque entre Coene & Las. Pausanias dit qu'en descendant du Pyrrhicus à la mer, on trouve la ville de Teuthrone, & que Teuthrus athénien en était regardé comme le fondateur. On rendait dans cette ville un culte particulier à Diane Issorienne. Il y avait une fontaine appelée Naias, & l'on comptait cent cinquante stades de Teuthrone à l'extrémité du promontoire Taenarum. Louis de Jaucourt (D.J.) Encyclopédie de Diderot et d'Alembert  1765

 

Cinq ans plus tard, le Dictionnaire abrégé de la fable: pour l'intelligence des poëtes, de Pierre Chompré 1778 indiquait seulement : "Issoria , surnom de Diane."

 Les auteurs anciens sont :

a) Plutarque (Œuvres de Plutarque, Volume 6 Livre 52) commenté par Jacques Amyot dans ses Observations page 543 

"Une sédition s' étant élevée à Sparte , dit-il , un grand nombre de gens  armés s'emparèrent d'une montagne consacrée à Diane à Issoria , près de Pitane ». Issorium est selon Étienne de Bysance une montagne de Laconie. Pitane est une petite  ville de la Laconie, dont la position n'est donnée d'une manière précise par aucun ancien.

b) Polyen. Stratag. LII ch.I §.14

c) Stéphane de Byzance. Issoria, du nom d'une montagne appelée Issorion, une montagne de la Laconie.

d) Pausanias dans son Voyage historique de la Grèce [annoté par N. Gedoyn 1731] Livre III chapitre XIV, Voyage en Laconie: 

 ‎Dans le même quartier vous verrez le temple de Neptune Hippocurius , et celui dé Diane Eginéa ; en retournant vers le Lesché vous trouverez sur votre chemin le temple de Diane Issoria [Le texte dit Diane Issora, mais Etienne de Bysance dit Issoria, d'une montagne nommée Issorion] , autrement dite Limnéa [d'un endroit de la Messénie, appelé Limné] ; ce n'est pas même de Diane à proprement parler, mais de Britomarchis

 

Je peux donc conclure en rejoignant les conclusions de Hürter : Issoria, épithète d'Artémis en son temple du mont Issorion, près de Sparte, en Laconie, Grèce : Pausanias localise ce sanctuaire dans un quartier de Sparte, et Plutarque près de Pitane en Laconie. 

 

Si nous examinons les autres noms de genre de cette famille des Phaleratae de Hübner, nous trouvons :

1. Argynnides : du genre de Fabricius Argynnis, épiclèse d'Aphrodite.

2. Issoria : épiclèse d'Artémis

3. Acidaliae : épiclèse d'Aphrodite.

4. Dionae : de Dioné, mère d'Aphrodite.

5. Colaenes : épiclèse d'Artémis en Attique selon Pausanias I, 31 : "Quant à Colaenis, qu'on adore à Myrrhinonte, je crois qu'elle a pris son nom de Kolônos". 

6. Argyronomae : voir le nom d'espèce argyrognomon. "Celui qui éprouve l'argent", ou bien "Nom de la philosophie hermétique, argyronomie, autre nom de la pierre philosophale ou sel argentifique".

Cette liste possède donc une certaine cohérence dans le choix de nom qui sont des épithètes des déesses Aphrodite et Artémis, pour quatre d'entre eux, ou qui se rapportent à ces déesses.

 

 

 

 3.  Nom d'espèce : Issoria lathonia (Linnaeus, 1758)  

a) Description originale

Protonyme Papilio lathonia  Linnaeus, C. 1758. Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Holmiæ. (Salvius). Tomus I: 824 pp. Page 481.

 

— Description :

n° 141 P[apilio] N[ymphalis] [Phalerati] Alis dentatis fulvis nigro maculatis : subtus maculis XXXVII argenteis.

Alae  maculis argentesi  primorum 7, posticarum 21.

Habitat in Europa.

 

 — Localité et répartition :

-- Localité-type : a) Suède, désignée par  Honey, M. R. & Scoble, M. J. 2001. "Linnaeus's butterflies (Lepidoptera: Papilionoidea and Hesperioidea)". Zoological Journal of the Linnean Society, 132(3): 277-399. page 341. Basée sur Verity 1950 qui se fonde sur la citation du Fauna suecica (Habitat frequens Upsaliae) et sur l'échantillon de la collection de Linné.

 -- Selon Dupont & al. 2013, cette espèce est présente en Afrique du Nord, de l’ouest de l’Europe à l’ouest de la Sibérie, en Asie Mineure, dans la région iranienne-touranienne et dans l’Himalaya. Elle est signalée dans toute la France. Les chenilles se nourrissent sur diverses espèces de Violettes.

b) Références données par Linné.      

— Linné 1746, Fauna suecica n° 781Papilio tetrapus, alis rotundatis dentatis fulvis, nigro maculatis, subtus maculis 37 argenteis. Principissa. Habitat frequens Upsaliae.

— James Petiver 1699 Musei petiveriani page 51 n° 520

Papilio rigensis aureus minor maculis argenteis subtus perbelle notatus; This is very lately received from the ingenious Dr David Krieg, Fellow of our Royal Society, who observed it about Riga.

 Le médecin et botaniste allemand David Krieg (667-1713), était originaire de Schwarzenberg en Saxe et avait étudié à l'Université de Leipzig (1691-1694) puis a vécu pendant un certain temps à Riga  (sur la mer Baltique)  d'où il adressa de nombreux spécimens d'oiseaux, de fossiles, de serpents, d'insectes ou de plantes à l'apothicaire Petiver avant de s'installer à Londres en 1696.   Il y a rejoint les membres du Temple Coffee House Botany Club  et a visité Oxford, Cambridge et Essex où il a rencontré John Ray. Au début de 1698, il a voyagé de l'Europe vers les États-Unis en même temps que l'Anglais William Vernon sous le patronage de Petiver et Sir Hans Sloane. Krieg recueilli plantes, d'insectes et de coquillages pendant environ cinq mois avant de revenir à Londres.  À la mi-1699 Krieg retourné à Riga et pratiqué la médecine là-bas, bien que le ville était très pauvre et il ne semble pas avoir apprécié. En 1701, il a été en mesure de partir pour Paris afin de travailler comme médecin au comte de Guiscard-Magny, mais le comte voulait que Krieg l'accompagne  dans une campagne militaire ce qu'il refusa. De retour à Riga via Strasbourg et Leipzig, il a passé les dernières années de sa vie dans cette ville de Livonie. Malheureusement, après sept ans passés à Riga, Krieg a été victime de la peste ou la famine qui  frappa les 22.000 habitants de cette ville après l'invasion russe. Sources: GF Frick, 1987, «explorations botaniques et découvertes dans le Maryland colonial".

— John Ray 1710 Historia insectorum page 120 n°6 : The LESSER SILVER-SPOTTED FRITILLARY

 

Species est pulchra, & ab aliis congeneribus satis distincta. A.D. David Kreig (sic) Riga transmissam primo accepit D. Petiver postea etiam a D.Vernon, D . antrobus, & aliis circa Cantabrigiam inventa est.

J. Ray signale les premires spécimens autochtones en Grande-Bretagne, provenant de Gamlingay sur la côte de Cambridge ("Cantabrigiam") et récolté par William Vernon et son protégé Robert Antrobus.

— Hoffn. pict. t.II f.2

 — Roesel Insecten Belustigung app. I. t. 10.

— Robert. ic. t.12

Maria Sibylla Merian De europische insecten 2 t. CLVII fig.super  © Biodiversitylibrary :

 


 merian-pl.-CLVII-Issoria-lathonia.png

 

 

 

c) Synonymes  INPN (Muséum) et sous-espèces.

 néant

Voir aussi

Papilio valdensis Esper, [1804]; Die Schmett., Suppl. Th 1 (10): 112, pl. 115, f. 4

http://www.archive.org/stream/dieschmetterling00espe#page/112/mode/1up

 

 

c) Origine et signification du nom  lathonia.

        

 Les interprétations des étymologistes :

— Esper  page 241 :

 "P.N. Ph Lathonia, der kleinere Perlenmuttervogel.

Die Lathona in der Fabelgeschichte, hat den Apoll und die Diana als Zwillinge zur Welt gebracht. Aus einer Lathona in dem Reich der Papilionen, konnten die Zwillingen gleichenden Falter Euphrosyne und Niobe nun auch wohl entstanden seyn. Warum aber dieser papilio lathonia heißt, errathe ich nicht."

Papilio Nymphalis lathonia  le plus petit des Fritillaires. 

Lathona dans la mythologie a mis au monde Apollon et Diane comme des jumeaux . D'un Lathona dans le domaine de Papilio, les papillons jumeaux comparatifs Euphrosyne et Niobe pourraient maintenant être également bien développé ????. Mais pourquoi ce  papillon se nomme lathonia, je ne peux pas le deviner. "

 

 

—  Ochsenheimer 1807 page 80 :

 Fußnote zu : Pap. Latonia :

Den Namen Latonia hatte Diana von ihrer Mutter Latona (gr. Λητώ )  , welcher, da die meisten Benennungen der Perlmutter-Falter von Beynamen der Diana entlehnt sind, vorzuziehen ist. Das -h muß aber darin wegfallen.

                 Note: Pap Latonia .: 

Le nom Latonia de Diane lui venait de sa mère Latone (gr. Λητώ), qui, comme la plupart des noms de la mère-papillon sont empruntés à des épithètes de Diane, est préférable. Mais le h doit être éliminé ici. 

 —Gustav Ramann (1870-1876), page 76 :

"Auch ohne H, also Latonia, Latona, Enkelin des Coelus und der Terra, des Himmels und der Erde, wurde die Mutter des Apollo und der Diana. das bei Latona eingeschobene -i bedeutet : der Latona zugehörig." 

«également sans H, soit Latonia, Latona, petite-fille de Coelus et Terra, du ciel et de la terre, était la mère d'Apollon et de Diane. La lettre-i ajoutée au nom Latona signifie "qui appartient à Latona" [de Latona].

— Anton Spannert (1888), page 38 :

"Tochter d. Latona, Zun.d. Diana".

"Fille de Latona, c'est à dire Diane"

— Arnold Spuler ( 1908) 1 page 29:

"Beiname der Artemis"

"Epithète d'Artémis"

 

 — A. Maitland Emmet (1991) page  154 :

        Λητώ or Λαθώ, Lat. Leto or Latonia, the mother of Apollo and Artemis ; cf [Eugnosta] lathoniana and [Crambus] lathoniellus

 

   — August Janssen (1980) page 40 :

"Bijnaam van Diana, dochter van Lathone"

"Epithète de Diane, fille de Latone."

— Doux et Gibeaux (2007) page 110  :

        Mot forgé sur le nom de Latone (=Léto) (Emmet, 1991 :154). Fille des Titans, Léto (Lêtô ou Lathô), aimée de Zeus, devint la mère d'Apollon et d'Artémis; elle ne put mettre ceux-ci au monde, à Délos, qu'après avoir erré longtemps, poursuivie par la jalousie d'Héra. Pour leur mère, Apollon et Artémis massacrèrent les enfants de Niobé. Léto a été identifié par les Romains à Latone (Latona) la déesse de la Santé. Latonia serait une épithète d'Artémis, selon Spuler (1901-1908 : 29).

 

— Perrein et al. (2012) page 351:

Étymologie : de Latone ou Léto, fille de Céos et de Phœbé, une des nombreuses maîtresses de Zeus, mère d'Apollon et d'Artémis.

— Hans-A. Hürter (1998) page 287:

        "Die latonische", die Tochter der Latona -Artemis.

Deutung.

Lat(h)onia ist ein beiname der Artemis und bedeutet "Tochter der Leto". Linné und andere Autoren haben vielfach beinamen von Göttinnen, besonders aber der Artemis, zur Benennung von Tagfaltern verwendet. Da Artemis und Apollon hier häufig im Zusammenhang mit tagfalternamen erscheinen, war es sinnvoll, die Geschichte ihrer Geburt, die von zahlreichen antiken Schriftstellern berichtet wird, darzustellen.

 Trad. : Lat(h)onia est une épithète d'Artémis, qui signifie «fille de Leto." Linné et d'autres auteurs ont souvent utilisés pour nommer les papillons les épithètes de déesses, mais surtout d'Artémis. Puisque Artémis et Apollon apparaissent souvent ici dans le cadre de ces noms de papillons noms, il était utile de présenter l'histoire de sa naissance, qui est rapportée par de nombreux auteurs anciens.      

 

Discussion : 

 

           Le nom scientifique lathonia a été attribué par Linné dans la dixième édition de 1758 du Systema Naturae, à la page 481, sous le numéro 141. Il a classé ce papillon parmi les Nymphales* et à l'intérieur de ce groupe parmi les Phalerati, ce qui, dans le cas de ce Nacré, doit nous retenir un peu. Le qualificatif de phalerati signifie en latin "porteur de phalères", les phalères étant des plaques de métal brillant suspendu au cou des chevaux, puis les décorations militaires ou les ornements des praticiens, puis désigna toute parure clinquante. 

  * Les Nacrés ont ensuite quitté les Nymphales pour rejoindre les Heliconii.

   On se souvient aussi que Linné avait pris le parti de distribuer des noms de la mythologie grecque à ces papillons : ici, après Paphia et Cytherea (deux épithètes d'Aphrodite) et Aglaja (une des trois Grâces), il choisit Lathonia. Ce nom est interprété par les auteurs de deux façons différentes, soit comme l' une des épithètes de la déesse Artemis. "Lathonia fille de Latone", soit comme désignant Latona, le nom romain de la déesse Leto, mère d' Artemis.

a. L'orthographe Lathonia.

Notons d'emblée que l'orthographe Lathonia de Linné a géné, et gêne encore beaucoup d'auteurs : parmi ses contemporains du XVIIIe ou les entomologistes du XIXe, certains ont respecté la forme Lathonia, mais d'autres ont corrigé en Latonia. Ou en Lathona.

  En effet, je ne retrouve par le moteur de recherche aucune forme "Lathonia" avant la publication de Linné en 1758, ni parmi les auteurs classiques de langue latine, ni parmi les auteurs du XVIe au XVIIIe ; la forme  "Lathona"  apparaît dans quelque éditions d'Ovide de 1534 ou de rares autres exceptions. Il est logique de considérer cette orthographe comme un lapsus calami, et les auteurs du Wiener Verzeichniss de 1775 ont corrigé (page 177) en Latonia, fort de l'autorité de Michael Denis, professeur de latin puis de Belles Lettres.  De même, en 1821, Godart (ancien professeur de Lycée) donne la forme Argynne Latonia, Argynnis Latonia. Ferdinand Ochsenheimer (Die Schmetterlinge von Europa 1807-1835) procède de même.

Nous allons voir que cette lettre -h que Hürter place entre parenthèse n'interfère pas tellement avec le sens donné à ce zoonyme, et que tout l'enjeu repose sur la lettre -i.

b. Sens du mot latin Latonia.

Lorsque l'on consulte le dictionnaire latin Gaffiot, le sens à donner au nom latonia est très clair :


 Latona--ae-Gaffiot.png

Latonia-Gaffiot.png

 

Cette lecture n'est pas propre à Gaffiot, et se retrouve chez tous les lexicographes, y compris les auteurs antérieurs à Linné comme le  Dictionarium latino-gallicum  de Jean Boudot et Jean Des Roches (1731 et 1785) :

Latona, ae : f. Latone, mère d'Apollon et de Diane.

Latonia, ae.f. Surnom de Diane // Surnom de l'Isle de Délos.

Latonigenae, arum. f. plur. Apollon et Diane.

Latonius, a, um. Qui concerne Latone.

De même, le dictionnaire en ligne de M Enrico Olivetti et Mme Francesca Olivetti donne :

Latona, ae (arch. -as), f. : Latone (fille de Titan Céus, mère d'Apollon et de Diane).

Latonigena, ae, m. f. : né(e) de Latone.

Latonius, a, um : de Latone.

Latonia (virgo), Virg. : Diane.

On trouve encore :

—Lātōnĭa (Latoniă, Latoniæ) nom féminin  littéralement [fille de Latone], matronyme attribué à Diane.

 

 Nous pouvons donc affirmer avec certitude et preuve à l'appui que Linné, en utilisant la forme Lat(h)onia et non Lat(h)ona a baptisé l'espèce Papilio lathonia de l'épithète de Diane (Artémis pour les grecs).

Rappel mythologique. (Wikipédia, sauf [..]) 

        Léto (en grec ancien Λητώ / Lêtố, en latin Latona, d'où le nom romain Latone)  : D'après Hésiode, elle est la fille du Titan Céos et de sa sœur Phébé. Selon les premiers mythographes, elle est l'épouse de Zeus avant que celui-ci n'épouse Héra. L'un des Hymnes homériques la mentionne ainsi dans l'histoire de Niobé, et Homère la montre amie des Troyens pendant la guerre de Troie, tout comme son fils Apollon. Des auteurs postérieurs brodent sur cette histoire. Léto devient l'une des nombreuses maîtresses de Zeus encourant la colère d'Héra : cette dernière interdit à la terre d'accueillir la parturiente et décrète que ses enfants ne devraient pas naître dans un lieu où brillait le soleil. Elle fait poursuivre Léto par le serpent Python. Léto erre donc jusqu'à trouver l'île d'Ortygie (ou Astérie, ainsi nommée car fondée par sa sœur Astéria), qui, flottant entre la terre et la mer, n'encourt pas la malédiction d'Héra. Zeus accroche l'île au fond de la mer, et l'île prend le nom de Délos (en grec Δῆλος Dễlos, « visible, manifeste »). Léto y donne naissance à Artémis-« Lune » et Apollon-« Soleil ». 

Mais Héra n'arrête pas pour autant ses tourments. Après avoir accouché de ses deux enfants, Léto se rend en Lycie et un jour, elle décide de faire la toilette de ses enfants dans le Xanthe. [ Un jour, arrivée au sud de l’actuelle Turquie, elle s’approche d’un étang pour s’y désaltérer. Des paysans du lieu l’en empêchent et, furieuse, elle leur lance une malédiction qui les métamorphose en grenouilles. C’est cet épisode, rapporté par Ovide dans le Livre VI de ses Métamorphoses, qui inspire le célébrissime bassin de Latone au château de Versailles. ]

[Diane sortant de naître , sert de sage-femme à sa mère pour accoucher d'Apollon.]

Ses deux enfants lui gardent donc un profond amour filial. Apollon tue le monstrueux serpent Python qui avait persécuté sa mère pendant sa grossesse ou encore massacre, avec sa sœur Artémis, presque tous les enfants de Niobé pour avoir osé se comparer à leur mère.

Son nom est également attaché à celui de Tityos, qui tente d'abuser d'elle, mais est durement châtié. Léto est vénérée à Délos en même temps que ses deux enfants . Elle y a un petit temple situé entre le temple d'Apollon et le lac sacré. Son culte est également célébré à Argos. Avec Héra, elle préside à la naissance des hommes, et les mères, dans leurs angoisses et leurs souffrances, lui adressent des invocations. Mais son principal sanctuaire, le Létoon, se trouvait en Lycie, au sud-ouest de la Turquie actuelle.

     Apollodore, Bibliothèque (I, 2, 2 ; I, 4, 1).

                  Hésiode, Théogonie (v. 404 & 918).
                  Homère, Odyssée  (XI, 580).
                 Ovide, Métamorphoses (VI, 185 et suiv.).



 

c. Occurrence de Latonia dans les textes classiques.


On sait que Linné puisait ses sources chez Hygins et ses Fabulae, chez Virgile et chez Ovide. Quels sont les textes où le mot Latonia apparaît ?

 c1. Virgile, Géorgiques.

— Géorgiques livre III  §1 vers 6 : 

  non dictus Hylas puer et Latonia  Delos ? Hippodameque umeroque Pelops insignis eburno

 Qui n'a chanté le jeune Hylas, l'île flottante de Latone, et Hippodamé, et Pélops à l'épaule d'ivoire ? (ou "Qui n'a dit le jeune Hylas, et la Latonienne Délos, et Hippodamie, et, reconnaissable à son épaule d'ivoire, Pélops, écuyer fougueux?")

Ce premier exemple ne sert pas la démonstration puisque dans ce vers archi-répété, Latonia est traduit (avec une difficulté qui se ressent) par "de Latone"  et s'applique à Délos, île où la mère d'Artémis lui a donné naissance. Léto est vénérée à Délos en même temps que ses deux enfants . Elle y a un petit temple situé entre le temple d'Apollon et le lac sacré. 

Mais Artémis a été aussi nommée Délie "celle qui est née à Delos" : voir la Délie de Maurice Scève. 

 

c2.  Virgile, Enéide, Livre XI, 532.

Velocem interea superis in sedibus Opim, unam ex uirginibus sociis sacraque caterua, compellabat et has tristis Latonia uoces ore dabat 

Pendant ce temps, au royaume céleste, la fille de Latone  parla à la véloce Opis, une des vierges de son bataillon sacré ; de sa bouche sortaient ces paroles empreintes de tristesse :

Traduction Bibliotheca Classica Selecta - (Louvain) qui donne le commentaire suivant :

 

 "Latonia "la fille de Latone" (11, 532). C'est l'Artémis grecque, fille de Latone et soeur d'Apollon, identifiée à la Diane latine dans son rôle de déesse de la chasse et de protectrice des forêts. Sur le modèle de l'Artémis grecque, Diane présente à Rome une personnalité complexe : elle est perçue aussi comme la Lune (Phébé) dans le ciel, et comme Hécate dans les Enfers."

 

 c3. Ovide, Métamorphoses Livre I. la nymphe Syrinx

Falleret et posset credi Latonia ; si non

Corneus huic arcus, si non foret aureus illi

« et on l'eut prise pour la fille de Latone, si

son arc d'ivoire eut été d'or , comme celui de la déesse ;

Il est clair qu'ici, Latonia désigne Diane/Artémis, vierge chasseresse dont l'arc est un attribut.

 

 

c4. Ovide  Métamorphoses Livre VIII vers 390.

 

Ancée se vante de triompher d'un sanglier, et périt.

[8,390] turba nocet iactis et, quos petit, impedit ictus. 
ecce furens contra sua fata bipennifer Arcas 
"discite, femineis quid tela uirilia praestent, 
o iuuenes, operique meo concedite!" dixit. 
"ipsa suis licet hunc Latonia protegat armis, 
inuita tamen hunc perimet mea dextra Diana." 
talia magniloquo tumidus memorauerat ore 
ancipitemque manu tollens utraque securim 
institerat digitis pronos suspensus in ictus: 
occupat audentem, quaque est uia proxima leto,

[8,390] une foule de traits qui se choquent, se nuisent, et volent au hasard. Armé d'une hache, l'arcadien Ancée, que sa fureur entraîne à sa perte : "Compagnons, s'écrie-t-il, apprenez à distinguer les exploits d'un guerrier de ceux d'une femme, et cédez le prix aux miens. Que Pallas [autres traductions : Diane] elle-même protège ce monstre et le défende avec ses armes, malgré Pallas [Diane] je l'abattrai sous mes coups". Il achevait à peine ce superbe discours, il prend à deux mains sa hache à double tranchant, se dresse sur ses pieds, mesure le coup qu'il va porter, lorsque le sanglier l'attaque,

(Bizarrement, les louvanistes de la Bibliotheca Classica selecta traduisent Lathonia, puis Diana par Pallas (Athénée) et non par Diane comme l'ensemble des traducteurs).


C5. Ovide, Métamorphoses Livre VIII vers 540

 

[8,540] adfusaeque iacent tumulo signataque saxo 
nomina conplexae lacrimas in nomina fundunt. 
quas Parthaoniae tandem Latonia clade 
exsatiata domus praeter Gorgenque nurumque 
nobilis Alcmenae natis in corpore pennis 
adleuat et longas per bracchia porrigit alas 
corneaque ora facit uersasque per aera mittit. 
Interea Theseus sociati parte laboris 
functus Erectheas Tritonidos ibat ad arces. 
clausit iter fecitque moras Achelous eunti 

 et couchées sur le marbre de son tombeau, baisent son nom et le baignent de pleurs. La fille de Latone se trouve enfin assez vengée. Les soeurs de Méléagre, si l'on excepte Déjanire et Gorgé, sont changées en oiseaux. Leurs bras sont de longues ailes; un bec remplace leur bouche qui gémit, et la déesse les fait errer dans les plaines de l'air. Cependant Thésée, après avoir partagé les dangers de la chasse de Calydon, reportait ses pas vers la ville où régna Érechthée. Grossi par les torrents, Achéloüs l'arrête à son passage.


 c6. Ovide, Les Tristes   Elégies Livre III seconde élégie

 

Nec vos , Pierides , nec stirps Latonia , vestro

Docta Sacerdoti turba tulistis opem ? 

Et vous, Muses, troupes savantes, vous Apollon dieu des vers, brillant fils de Latone

 Les traducteurs comprennent, en raison du contexte, Latonia comme Apollon. Il est, comme Diane, "de Latone".


C7. Ovide,  Les Tristes, Livre V

[5,1,50] et tacitus casus dissimulare tuos." 
Exigis ut nulli gemitus tormenta sequantur, 
acceptoque graui uulnere flere uetas? 
Ipse Perilleo Phalaris permisit in aere 
edere mugitus et bouis ore queri. 
55 Cum Priami lacrimis offensus non sit Achilles, 
tu fletus inhibes, durior hoste, meos? 
Cum faceret Nioben orbam Latonia proles, 
non tamen et siccas iussit habere genas. 
Est aliquid, fatale malum per uerba leuare: 

 

[5,1,50] et dévorer tes chagrins dans le silence. C'est exiger qu'on souffre la torture sans pousser un gémissement, c'est défendre de pleurer, au malheureux atteint d'une blessure grave. Phalaris même permettait à ses victimes d'exhaler leurs plaintes à travers la bouche mugissante du taureau de Pérille. Achille ne s'offensa point des larmes de Priam ; et toi, plus cruel qu'un ennemi, tu m'interdis les pleurs ! Quand le fils de Latone immola les enfants de Niobé, il ne l'obligea point à voir sa vengeance d'un oeil sec. C'est une consolation, dans un mal nécessaire, de pouvoir s'en plaindre :

 

Autre exemple où Latonia désigne Apollon plutôt que sa sœur.

c8. Ovide, Ibis, vers 470.

L’Ibis est un libelle du poète latin Ovide, écrit durant ses années d’exil à Tomis sur les bords de la Mer Noire.

[470] Ut satus Hipponoo, Dexitheaeque pater, 
Ut soror Autonoes, ut cui matertera Maia, 
Ut temere optatos qui male rexit equos; 
Ut ferus Aeolides, ut sanguine natus eodem, 
Quo genita est liquidis quae caret Arctos aquis, 
475 Ut Macelo rapidis icta est cum coniuge flammis, 
Sic, precor, aetherii uindicis igne cadas. 
Praedaque sis illis, quibus est Latonia Delos 
Ante diem rapto non adeunda Thaso: 
Quique uerecundae speculantem labra Dianae, 

 

[470] comme il les lança sur le fils d'Hipponoüs, sur le père de Dosithoé, sur la soeur d'Autonoé, sur le neveu de Maïa, sur le guide imprudent du char paternel, objet de tous ses vœux, sur le farouche fils d'Eole, et sur celui qui naquit du même sang que l'Arctos aux ondes glacées. Comme la Macédonienne et son époux qui furent frappés de la foudre, puisses-tu tomber toi-même sous ses feux vengeurs ; puisses-tu être la proie de ces animaux qui, après la mort prématurée de Thrasus, ne durent plus revoir Delos, chère à Latone ; qui déchirèrent le chasseur dont les regards avaient surpris la chaste Diane,

 "Delos chère à Latone" : le nom Latonia n'est pas ici traduit comme se rapportant à Diane, citée plus loin, mais à sa mère.

 

Je conclus de cette revue de la littérature classique que le sens de Latonia n'y est pas univoque et qu'il désigne souvent Diane, il peut aussi renvoyer à Apollon, ou encore qualifier Délos comme île de Latone. Aussi, aurais-je été bien embarrassé de me prononcer sur le sens à donner au Lathionia de Linné, si les dictionnaires n'étaient, sur ce point, péremptoires.

 

 Dommage, j'ai un faible pour Latone, depuis que j'en ai admiré les formes dans le parc de Versailles : Fontaine de Latone. Latone et ses enfants de Gaspard et Balthazar Marsy.  1670, Château de Versailles


© Copyright 2008-2014  'Sculptures de rue'© http://versailles.sculpturederue.fr/page197.html

                                    Versailles_Bassin-Latone_Marsy_Latone_B.

 

 

 

 

 

 

              III. Noms vernaculaires.

 

 

 

I. Les Noms français. 

 

 

 

1. Petit Nacré , Geoffroy, 1762.

 Étienne-Louis Geoffroy  1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII  colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. page 43-44 

Parmi les espèces de sa deuxième famille "à chenilles épineuses et à ailes arrondies", Geoffroy décrit le Grand Nacré n° 9 et le Petit Nacré n°10. Ce dernier fait explicitement référence au Papilio lathonia de Linné. L'origine du nom est donnée dans la description des taches de la face inférieure des ailes supérieures couleur jaune avec "sept ou huit taches nacrées bien marquées vers l'angle extérieur de l'aile", et des ailes inférieures, "jaunes avec une trentaine de taches argentées sur chacune".

Geoffroy déclare qu'il en ignore la chenille "qui doit être épineuse".

 

2.Le Petit Nacré ,  Engramelle, 1779.

Jacques Louis Engramelle 1779 Papillons d'Europe, peints d'après nature, Volume 1 page 60

n°24 planche n°16 fig. a-d dessinée par  J.J Ernst .  

Idem I page 332 supplément 3 planche 8 fig. 24 e (var)

          La chenille, la chrysalide s'y trouvent décrites. Mais les plante-hôtes sont erronées : ortie et plantain. 

 

 


3. Argynne Latonia , Latreille et Godart 1819

Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 267 n°26 .

Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses.

        La chenille, la chrysalide et la plante-hôte (pensée ou Viola tricolor) s'y trouvent décrites.

 

4. Argynne Petit-Nacré  , Godart 1821,

      Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1821,  page  59 n° XVI planche 4 tert. fig. 1- peinte par Vauthier et gravée par Lanvin.

 


             n118_w358

                         

 

 

    Argynne Petit Nacré  

 DUPONCHEL (Philogène Auguste Joseph) 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles pour servir à de compléter une l'Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France, de MM. Godart et Duponchel . Paris : Germer Baillère, 1849. page 123

 et planche 16 fig.49 dessinée par Dumenil et gravée par Dupreel. ©BiodiversityHeritageLibrary

              

                          n160_w330

 

6. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986 et le nom vernaculaire actuel.

 

  Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet proposait comme nom principal " Le Petit Nacré" et réfute "Le Latonia" (Vanden Eeckhoudt 1965) et "La Lathone" (C. de Villers, 1789).

 

7. Étude zoonymique des auteurs français :

— Doux et Gibeaux 2007  page 104 :

Nacré, (Engramelle, 1779) allusion à l'ornementation de la face inférieure" :

 

 

8. Noms vernaculaires contemporains :

 

  Charles Oberthür et Constant Houlbert , dans leur Faune armoricaine de 1912-1921, utilisent le nom scientifique de Argynnis lathonia suivi immédiatement —ce qui est rare— du nom vernaculaire en italique Le Petit Nacré  puis citent à nouveau ce nom dans leur texte page 130.

—Bellmann / Luquet 2008 : "Petit Nacré" .

 

— Doux & Gibeaux 2007 : "Petit Nacré ".

— Higgins & Riley /Luquet 1988 : "Petit Nacré ". 

— Lafranchis, 2000 : "Petit Nacré" .

— Perrein et al. 2012 : " Petit Nacré".

— Tolman & Lewington / P. Leraut 2009 : "Petit Nacré".

— Wikipédia : " Petit Nacré".

 

 

 

III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

 

 

  • "Queen of Spain Fritillary" en anglais 
  • "Perlmutterfalter" en allemand "petit papillon perlé"
  • "Mirallets" en catalan  
  • "Sofia" en espagnol 
  • "Kleine parelmoervlinder" en néerlandais : "petit Fritillaire", "Petit papillon perlé"
  • "Helmihopeatäplä" en finnois : "petit Fritillaire", "Petit papillon perlé"
  • "Perleťovec menšíSølvkåpe" 
  • "Storfläckig pärlemorfjäril" en suédois
  • "Sølvkåpe" en norvégien.
  • "Storplettet perlemorsommerfu" en danois
  • "Obična sedefica"
  • "Dostojka latonia" en polonais : "Argynne latonia"
  • "İspanyol Kraliçesi" en turc
  • "Silbriger-Sidabrinis perlinukas"
  • "Perlovec malý" en slovaque
  • "Седефка" en bulgare
  • "Közönséges gyöngyházlepke" en hongrois
  • "Srebrna sedefica " 
  • "Перламутровка латона" en russe : "Fritillaire brillant"
  • "lytse parlemoerflinter" en frison 
  • Sidabrinis perlinukas" en lituanien "...argenté "

Langues celtiques  : 

1. langues gaéliques :  irlandais (gaeilge) ; écossais (Gàidhlig ) ; mannois ( gaelg :île de Man).

  •  en irlandais

  •  en mannois.
  • "" en gaélique écossais*

2. Langues brittoniques : breton (brezhoneg) ; cornique (kernevek); gallois (Welshcymraeg).

  •  pas de nom en breton ; 

  • "Britheg sbaen" en gallois.

 *Liste des noms gaéliques écossais pour les plantes, les animaux et les champignons. Compilé par Emily Edwards, Agente des communications gaélique, à partir de diverses sources.   http://www.nhm.ac.uk/research-curation/scientific-resources/biodiversity/uk-biodiversity/uk-species/checklists/NHMSYS0020791186/version1.html

 Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR

 

 

 

               

 

 

IV. Les noms vernaculaires en anglais selon M. Salmon (The Aurelians, 2000).


 Ce papillon est extrémement rare en Angleterre et observé lors de mouvements migratoires :

This butterfly is an extremely rare immigrant to the British Isles with the first record from Gamlingay in Cambridgeshire in 1710. It was first noticed in numbers in 1818 and was seen every year until 1885 - with the highest total of 50 records in 1872. Since then, sightings are few and far between with an additional 42 records up until 1939. Between 1943 and 1950 an additional 75 records were added and, since then, there has again been a dearth of sightings with no sightings at all in some years. In 2009 several individuals were seen near the Sussex coast, including a sighting of a mating pair. Even so, there have been less than 400 sightings in total since it was first discovered. (UKbutterflies)

 .

Première description de William Vernon ou Robert Antrobus, début 1700 ; Ray, 1710.

  • "The Riga Fritillary" : Petiver, 1702 ; Ray, 1710.
  • "The Lesser Silver-spotted" : Ray, 1710 ; Petiver, 1717 ; Donvan, 1794 ; Newman, & Leeds, 1913.
  • "The Queen of Spain Fritillary" : Harris, 1775 ; Donovan, 1794 ; Haworth, 1803, et la plupart des auteurs suivants.
  • "The Scalloped-winged Frittilary" : Lewin, 1795
  • "The Princess" : Rennie, 1832.

 

        Westwood pl. VI page 49 planche XI fig. 4-7 : ©BioHeritageLibrary

n95_w449

 


 

        petit-nacre 2669cc

 

petit-nacre 2678cc


             Bibliographie, liens et Sources.

 

 

— Funet : issoria

— Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : Issoria lathonia

— UK Butterflies : Issoria lathonia 

— lepiforum : Issoria lathonia

 

 

                 I.  Zoonymie des lépidoptères :


— EMMET (Arthur Maitland) 1991. The Scientific Names of the British Lepidoptera: Their History and Meaning, Colchester, Essex, England : Harley Books, 1991,  288 p. : ill. ; 25 cm.

— GLASER L, 1887 Catalogus etymologicus Coleoperum et Lepidopterum. Erklärendes und verdeutschendes namensverzeichnis der Käfer und Schmetterlinge fûr Liebhaber und wissenschaftliche Sammler, R. Friehändler : Berlin 1887, 396 pages. BHL Openlibrary.

— GLASER, L, 1882 "Zur Nomenklatur des deutschen Tagfalter, in Entomologischen Nachrichten, Stettin 1882  pages 303-317,

  https://archive.org/stream/entomologischena81882berl#page/310/mode/2up/search/lycaena)

— Gozmány, László: Vocabularium nominum animalium Europae septem linguis redactum2 vols. Budapest: Akadémiai Kiadó, 1979. 

— JERMYN  L.: The Butterfly Collector's Vade Mecum: or a Synoptical Table of English Butterflies. 1824. http://archive.org/stream/butterflycollect00jerm#page/n6/mode/1up

 

  — HELLER (John Lewis) - 1983 -"Studies in Linnaean method and nomenclature", Marburger Schriften zur Medizingeschichte, Bd.1983;7:1-326.Frankfurt am Main ; New York : P. Lang,

—HÜRTER Hans-Arnold 1988 Die wissenschaftlichen Schmetterlingsnamen, Herleitung und Deutung, Bottrop ; Essen : Pomp, 492 pages.

— ISAAK (Mark) Curiosities of the biological nomenclatureen ligne.

— JANSENN (August) 1980, "Entomologie und Etymologie der Namen der belgischen Tagfalter"; in : Phegea, driemaandelijks tijdschrift van de vereniging voor Entomologie van de Koninklijke Maatschappij voor Dierkunde van Antwerpen, Jgg.8 Nr.2, 1980.

 — KEMPER Heinrich 1959 Die tierischen Schädlinge im Sprachgebrauch, Berlin : Duncker & Humblot 1959. Google books.

— MACLEOD (Roderick Donald) 1959 Key to the names of British Butterflies and moths, 86 pp. Londres.

— RAMANN (Gustav) 1870-76, Die Schmetterlinge Deutschlands und der angrenzenden Länder in nach der Natur gezeichneten Abbildungen nebst  erläuterndem Text, 4 Bände, Band 1, Arnstadt 1870-1876. 

— SODOFFSKY (W), 1837. "Etymologische undersuchungen ueber die gattungsnamen der Schmetterlinge von W Sodoffsky, in Riga", Bulletin de la Société impériale des naturalistes de Moscou, n° VI, Moscou : imprimerie d'Auguste Sémen, 1837, 167 p. Archiv.org.

 — SPANNERT (Anton), 1888, Die wissenschaftlichen Benennungen der Europäischen Großschmetterlinge mit sâmmtlichen anerkannten Varietâten und Aberationen, Karl Duncker : Berlin,1888, 239 pages.

 —SPULER  (Dr Arnold), 1901-1908, Die Europas Schmetterlinge, . Vol.1. Allgemeiner Teil —Spezieller Teil. I-CXXVIII + 1-386 + [1]-[6], 265 fig. dans le texte, E. Schweizelbart'sche Verlagsbuchhandlung, Nägele und Dr Sproesser édit., Stuttgart, Allemagne. En ligne sur BHL

— Numen. The Latin lexicon :  http://latinlexicon.org/index.php

 



        II. Bibliographie entomologique : Rhopalocères.

— ALBIN, E.: A Natural History of English Insects: Illustrated with a Hundred Copper Plates, Curiously Engraven from the Life. 1720. GDZ Göttingen

— ALDROVANDI (Ulysse) 1602 De animalibus insectis libri septem, cum singulorum iconibus. J. B. Bellagambam (Bononiae) 1602 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k991248 ou Gottingen

 

— BELLMANN Heiko, 2008 Quel est donc ce papillon, Les Guides Nathan, Paris : Nathan, 2008. Traduction française et noms vernaculaires par G.C. Luquet.

— BILLBERG (Gustav John) : Enumeratio insectorum in Museo Gust. Joh. Billberg ,[Stockholm] :Typis Gadelianis, 138 p. http://www.biodiversitylibrary.org/item/105024#page/87/mode/1up

— BLAB (Josef), RUCKSTULH (Thomas) ESCHE (Thomas)  [et al.], adaptation et traduction française LUQUET (Gérard-Christian), 1988 Sauvons les papillons  : les connaître pour mieux les protéger ; préface de Pierre Richard Paris : Duculot 1 vol. (192 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 27 cm Trad. de : "Aktion Schmetterling so können wir sie retten". 

 BOISDUVAL Histoire naturelle des insectes Roret 1836 books.google.fr/books?id=2Kgi4FH6kj0C

— BOISDUVAL ( Jean Alphonse),  GRASLIN, (Adolphe Hercule de), Dumesnil (P.C.R.C)  Rambur (Pierre).1833 Collection iconographique et historique des chenilles ou description et figures des chenilles d'Europe, avec l'histoire de leurs métamorphoses et des applications à l'agriculture, Paris : Librairie encyclopédique de Roret, 1832-1837 [1833]. BHL Libr

—  BOISDUVAL (Jean-Alphonse) Essai sur une monographie des zygénides : suivi du Tableau méthodique des lépidoptères d'Europe Paris : Méquignon-Marvis 1829 Gallica

— BOITARD (Pierre ) Manuel d'entomologie ou Histoire naturelle de insectes: contenant la synonymie de la plus grande partie des espèces d'Europe et des espèces exotiques les plus remarquables, Tome second, Paris

 : Roret, 1828,  Gallica

— BRIDGES (Charles A.) 1993 Bibliography (Lepidoptera: Rhopalocera)  2nd ed. C.A. Bridges in Urbana, Ill . Archiv.org. 

— CHINERY (Michael), Insectes de France et d'Europe occidentale, adaptation française  G. Luquet pour les lépidoptères, Flammarion 2005, 2eme édition 2012, 320 p.

— CURTIS, J. (1823-1840). British Entomology; being illustrations and descriptions of the genera of insects found in Great Britain and Ireland: containing coloured figures from nature of the most rare and beautiful species, and in many instances of the plants upon wich they are found. Vol. V. Lepidoptera, Part. I. Londres.             http://biodiversitylibrary.org/page/8221625#page/71/mode/1up

— DAREMBERG (C.) et SAGLIO (E.),  Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines  (1877-1919) Univ. de Toulouse Le Mirail :http://dagr.univ-tlse2.fr/sdx/dagr/rechercher.xsp?qid=sdx_q3&hpp=51&p=7&filtre=A

— DALE (Charles William) 1890 The history of our British butterflies containing - a full bibliographical note of each species, with copious extracts from the old authors; and full descriptions of all the British species, their eggs, caterpillars, chrysalides and varieties, with a notice of their habits, localities, frequency,  J. Kempster : London 1890 Archiv.org.

— DENIS, J. N. C. M. & SCHIFFERMÜLLER, I.] 1775. Ankündung eines systematischen Werkes von den Schmetterlingen der Wienergegend, herausgegeben von einigen Lehrern am k. k. Theresianum.. Vienne. 322 pp. http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&IDDOC=441200

— DOUBLEDAY (Edward), WESTWOOD (John O.) The genera of diurnal Lepidoptera their generic characters ; illustrated with plates by W.C. Hewitson. Vol. 1 London, 1846-52 

 

— DOUX (Yves), GIBEAUX (Christian), 2007, Les papillons de jour d'Île de France et de l'Oise,Collection Parthénope, Edition Biotope, Mèze, ; Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, 2007, 288 p. Préface, index et supervision scientifique de Gérard Chr. Luquet.

— DUPONT (Pascal), DEMERGES (David), DROUET (Eric) et LUQUET (Gérard Chr.). 2013. Révision systématique, taxinomique et nomenclaturale des Rhopalocera et des Zygaenidae de France métropolitaine. Conséquences sur l’acquisition et la gestion des données d’inventaire. Rapport MMNHN-SPN 2013 - 19, 201 p. 

  http://www.mnhn.fr/spn/docs/rapports/SPN%202013%20-%2019%20-%20Ref_Rhopaloceres_Zygenes_V2013.pdf

— DUPONCHEL (Philogène Auguste Joseph) 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles pour servir à de compléter une l'Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France, de MM. Godart et Duponchel . Paris : Germer Baillère, 1849. BHL.Library

DUPONCHEL   P.A.J. (1835) Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France, par M. J.-B. Godart. Continuée par P.-A.-J. Duponchel. Diurnes. Supplément aux tomes premier et deuxième. http://www.biodiversitylibrary.org/item/37742#page/11/mode/1up

—  ENGRAMELLE (R.P. Jacques Louis Florentin), 1779, Papillons d'Europe peints d'après nature par M; Ernst. Gravés par M. Gérardin et coloriés sous leur direction. Première partie. Chenilles, Crysalides et Papillons de jour [décrits par le R.P. Engramelle, Religi[eux] Augustin, Quartier Saint-Germain] Se vend à Paris chez M. Ernst et Gérardin. Paris : Delaguette/Basan & Poignant 1779. Volume 1 [1]+[VIII],[i-xxxiv] - 206p-errata [i-vi], 3 pl. en noir, 48 planches coloriées (I-XLVIII), 100 espèces. 

— ENGRAMELLE (R.P. Jacques Louis Florentin), 1779, Papillons d'Europe peints d'après nature par M; Ernst et gravés et coloriés sous sa direction. Première partie. Chenilles, Crysalides et Papillons de jour décrits par le R.P. Engramelle, Religi[eux] Augustin, Q[uartier] S[aint-] G[ermain] Se vend à Paris chez M. Ernst, auteur ; Bazan ; P.M. Delaguette, imprimeur ;  Basan & Poignant marchands d'Estampes rue et et Hôtel Serpente. Paris : Delaguette/Basan & Poignant 1779. Tome II . (i-ii), pp 207-229, espèces n° 102-112, puis suppléments pp; 230-333 puis Table. Books-Google.

— ESPER (Eugenius Johannes Christian) Die Schmetterlinge in Abbildungen nach der Natur / mit Beschreibungen, herausgegeben mit Zusätzen von Toussaint von Charpentier. Leipzig : T.O. Weigel, [1776-1807 /1829-1839] En ligne BHL.

  — FABRICIUS (Johann Christian) 1807  "Nach Fabricii systema glossatorum" in Johann Karl Wilhelm Illiger, "Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge [...], Magazin für Insektenkunde , Braunschweig [Brunswick] (6) https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

— FABRICIUS (Johann Christian) 1787  Fabricii Mantissa insectorum Hafniae 1787 en ligne Goettingen.

— FABRICIUS (Johann Christian)  1798  Supplementum Entomologiae systematica , Hafniae.

 — FOURCROY (A. F.) 1785. Entomologia Parisiensis; sive catalogus insectorum quæ in agro Parisiensi reperiuntur; secundam methodam Geoffrœanam in sectiones, genera & species distributus: cui addita sunt nomina trivialia & fere trecentæ novæ species. Pars secunda. Parisiis. (Hôtel Serpente). 2. 232-544. Traduction en latin de l'Histoire des insectes de E.L. Geoffroy. http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

— FUESSLI (Johan Caspar) Verzeichniss der ihm bekannten Schweizerischen Inseckten : mit einer augemahlten Kupfertafel: nebst der Ankhundigung eines neuen Insecten Werks Joh. Caspar Fuesslins 1775.  BHL libr

 — GEOFFROY (Étienne-Louis, Docteur en médecine) 1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII  colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. 744p. http://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/n9/mode/2up

— GEOFFROY [Étienne-Louis] 1798-99 Histoire abrégée des insectes dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique. Nouvelle édition, revue, corrigée, & augmentée d'un supplément considérable. / par M. Geoffroy, docteur en médecine. A Paris :Chez Calixte-Volland, libraire, quai des Augustins, no. 24 :An VII de la République françoise [1799]. http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/14595#/summary

— GEER, (Charles de), 1771 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes , Stockholm : Hesselberg, .Tome 1 [1]-[15] 707 pages, 37 planches, Gallica .  Tome second première partie 616 pages,  ; Tome second deuxième partie pages 617 à 1175, 43 planches gravées par Bergquist. Gallica.

— GOEDART (Jan), 1685, Johannes Goedartius de Insectis nin methodum redactus cum notularum additione, operâ M. Lister, e Regia Societate Londinensi, Smith : London, 1685 : Bibl. Strasbourg

— GODART (Jean-Baptiste) Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France décrits par M. Godart, ancien proviseur Paris : Crevot 1821 Vol.1, Première partie, environs de Paris, [I]-[vij] + 295 p. Planches dessinées par [Antoine Charles] Vauthier et gravées par Lanvin.

 —  GRIFFITH (W. J. )  Catalogue raisonné des lépidoptères observés en Bretagne jusqu'en 1882, ,... publié par les soins de T. Bézier. Rennes : Impr. Fr. Simon, 1902.

— GRIFFITH (William John) 1879 "Sur quelques-uns de nos lépidoptères nuisibles", Extrait duBulletin de la Société polymathique du Morbihan. 1er et 2e semestre 1879, 37 pages.  

 FRISCH (Johann Leonhard.) 1730 . Beschreibung von allerley Insecten in Teutsch-Land : nebst nützlichen Anmerckungen und nöthigen Abbildungen von diesem kriechenden und fliegenden inländischen Gewürme : zur Bestätigung und Fortsetzung der gründlichen Entdeckung : so einige von der Natur dieser Creaturen herausgegeben : und zur Ergäntzung und Verbesserung der andern (1730)  Berlin : Verlegts Christ. Gottl. Nicolai  https://archive.org/stream/johleonhardfrisc01fris#page/n7/mode/2up

 — HARRIS  (Moses) 1775 : The English Lepidoptera: or, The Aurelian's Pocket Companion, xv, 66p. 1 pl. color. London : J. Robson 1775.

 — HAWORTH Adrian Hardy Lepidoptera Britannica;: sistens digestionem novam insectorum Lepidopterorum ...London, 1803, Google books

— HIGGINS (L. G.) et RILEY (N. D.) 1988. Guide des Papillons d'Europe : Rhopalocères. Troisième édition française. Traduction et adaptation par Th. Bourgoin, avec la collaboration de P. Leraut, G. Chr. Luquet et J. Minet. Delachaux et Niestlé édit., Neuchâtel ,1988, 455 pages.

— HONEY, M. R. & SCOBLE, M. J. 2001. "Linnaeus's butterflies (Lepidoptera: Papilionoidea and Hesperioidea)". Zoological Journal of the Linnean Society, 132(3): 277-399.

  HÜBNER, J. 1796-[1836]: Sammlung europäischer Schmetterlinge.Augsburg. BHL 

— HÜBNER, (Jacob), 1761-1826 Das kleine Schmetterlingsbuch : die Tagfalter : kolorierte Stiche,  Insel-Bücherei ;http://www.biodiversitylibrary.org/item/138312#page/35/mode/1u

— HUFNAGEL, W. F. 1766. Tabelle von den.Tagvögeln der hiesigen Gegend, woraus denen Liebhabern der Insekten Beschaffenheit, Zeit, Ort und andere Umstände der Raupen und der daraus entstehenden Schmetterlinge bestimmt werden. Berlinisches Magazin, oder gesammlete Schriften und Nachrichten für die Liebhaber der Arzneiwissenschaft, Naturgeschichte und der angenehmen Wissenschaften überhaupt, 2(1): 54-90. 

— LAFRANCHIS (Tristan), 2000 Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Collection Parthénope, Ed Biotope, Mèze, 448p. 

   LATREILLE (P.A.) 1796 Précis des caractères génériques des insectes disposés dans un ordre naturel par le citoyen Latreille Paris, Brive : 1796 pages 140-149.

 — LATREILLE, P. A., 1804. "Tableau méthodique des Insectes", pp. 184-187 in Nouveau Dictionnaire d’Histoire Naturelle, Paris : Déterville. vol.24. 

LATREILLE (P.A.) Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle appliquée aux arts, Paris : Detreville vol. 17, 1803 ici

LATREILLE (P.A.) Nouveau Dictionnaire d'histoire naturelle vol. 24 1818 : Classification page 501 http://books.google.fr/books?id=I_NBAAAAYAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=vanesse&f=false

—LATREILLE, P. A., 1805. Histoire Naturelle, Générale et Particulière des Crustacés et des Insectes. Tome XIII, p. 369. Paris : Dufart.

 — LATREILLE P. A. 1810. Considérations générales sur l'ordre naturel des animaux composant les classes des Crustacés, des Arachnides et des Insectes; avec un tableau méthodique de leurs genres, disposés en familles. Paris: F. Schoell, 444 pp. pp. 350-370.

 —LATREILLE  (P.A) et Olivier Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle 2eme édition tome 27 1818.

 — LATREILLE (P.A), GODART (J.B) 1819 , Encyclopédie méthodique, ou Entomologie, Paris : Vve Agasse tome 9 1819. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

 — LERAUT (Patrice) 1997 "Liste systématique et synonymique des Lépidoptères de France, Belgique et Corse" (deuxième édition) Alexanor, 20, Supplément hors série : 1-526, 10 illustr., photog, 38 fig.

— LEWIN, W. 1795 The Insects of Great Britain, systematically arranged, accurately engraved, and painted from nature, with the natural history of each species BHL library

http://www.biodiversitylibrary.org/item/103670#page/7/mode/1up

 

— LUCAS ([Pierre-] Hippolyte)  Histoire naturelle des lépidoptères d'Europe Paris : Pauquet  1834 ouvrage orné nature de près de 400 figures peintes d'apres, par A. Noel, et gravées sur acier.http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4416154.r=lucas+papillons.langFR 

 http://www.biodiversitylibrary.org/item/53843#page/11/mode/1up

— LUQUET (Gérard Chr.) 1986 "Les noms vernaculaires français des Rhopalocères d'Europe", Alexanor, Revue des Lépidoptéristes français, tome 14, juillet-septembre 1986, suppl.)

— LUQUET (Gérard Chr.) 1986 —in : PFLETSCHINGER (Hans). Papillons.Comment identifier et reconnaître les papillons d'Europe et leurs chenilles traduit et adapté de l'allemand par G. Chr. Luquet. 80 p., 88 illustr. photogr. coul. Collection "Miniguides Nathan tout terrain". Fernand Nathan édit. Paris.

— MOFFET (Thomas) 1634 Insectorum, sive, Minimorum animalium theatrum.  Londini : Ex officin typographic Thom. Cotes et venales extant apud Guiliel. Hope, 1634.  BHL.

— MERIAN (Maria-Sibylla) Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l'Europe contenant leur description, leurs figures, leur différentes métamorphoses..., par Mademoiselle Marie-Sybille de Mérian, en deux parties in-folio. Troisième édition, revue, corrigée & considérablement augmentée par M. Buch'oz, ... A laquelle on a joint une troisième partie qui traite des plus belles fleurs, telles que des plantes bulbeuses, liliacées, caryophillées... Tome premier [-troisième] traduit par Jean Marret Paris : Desnos, 1771. PDF Bibliothèque de Toulouse, 3 volumes http://tolosana.univ-toulouse.fr/notice/07558171x

— MERIAN (Maria-Sibylla) Der Raupen wunderbare Verwandelung, und sonderbare Blumen-nahrung: worinnen, durch eine gantz-neue Erfindung, Der Raupen, Würmer, Sommer-vögelein, Motten, Fliegen, und anderer dergleichen Thierlein, Ursprung, Speisen, und Veränderungen, samt ihrer Zeit, Ort und Eigenschaften (Band 2) Nürnberg , Frankfurt , Leipzig, 1683 Volume 2 (insectes d'Europe) digitalisé par  Universitätsbibliothek Heidelberg;

 

— MERIAN (Maria-Sibylla) 1730 De Europische insecten / Europische insecten, naauwkeurig onderzogt, na 't leven geschildert, en in print gebragt J-F Bernard, Amsterdam Europische insecten, naauwkeurig onderzogt, na 't leven geschildert, en in print gebragt

  — MERRET (Christopher) 1667  Pinax Rerum Naturalium Britannicarum. 1667. Google Books

http://books.google.co.uk/books?id=p0SjZ7N6TA0C&printsec=frontcover&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

— MOORE (Frederic) 1890-1913 Lepidoptera indica, L. Reeve : London, 1890-1913. BHL

— OBERTHÜR (Charles) 1904 Études de Lépidoptérologie comparée, Rennes : Oberthür, 1913 Openlibrary

  — OBERTHÜR (Charles), HOULBERT (Constant), 1912-1921, Faune entomologique armoricaine. Lépidoptères. Rhopalocères, Rennes : Imprimerie Oberthür 1912-1921, 258 pages.

— PETIVER (James), 1702-1706? Gazophylacii naturae & artis, : decas prima-[decima]. In quaÌ‚ animalia, quadrupeda, aves, pisces, reptilia, insecta, vegetabilia; item fossilia, corpora marina & stirpes minerales eÌ€ terra eruta, lapides figuraÌ‚ insignes &c. Descriptionibus brevibus & iconibus illustrantur. Hisce annexa erit supellex antiquaria, numismata, gemmae excisae, & sculpturae, opera figulina, lucernae, urnae, instrumenta varia, inscriptiones, busta, reliquaque ad rem priscam spectantia: item machinæ, effigies clarorum virorum, omniaque arte producta... / Jacobus Petiver Londini: : Ex OfficinaÌ‚ Christ. Bateman ad insignia Bibliae & Coronae, vico vulgo dict. Pater-Noster-Row., MDCCII. [1702-1706?]. Version Google books de 1702 ou mieux GDZ Göttingen (Planches).

— PETIVER (James) 1695-1703 Musei Petiveriani centuria prima-decima, rariora naturae continens: viz. animalia, fossilia, plantas, ex variis mundi plagis advecta, ordine digesta et nominibus propriis signata, London, 1695-1703 Version Books-Google.

— PETIVER (James) 1767 Jacobi Petiveri Opera, historiam naturalem spectantia containing several thousand figures of birds, beats, fifh, reptiles, insects shells, corals, and fossils; also of trees, shrubs, herbs, fruits, fungus's, mosses, sea-weeds, &c. from all parts, adapted to Ray's History of plants on above three hundred copper-plates, with English and Latin names, London, James Empson (éditeur), 1767  Version Books.Google 

— PETIVER (James) 1717 Papilionum Brittaniae Icones (1717)  

— PERREIN (Christian) 2012 et al. , Biohistoire des papillons, Presses Universitaires de Rennes 2012.

—  PODA (Nicolaus) 1761. Insecta Musei Græcensis, quæ in ordines, genera et species juxta systema naturæ Caroli Linnæi. Graecus [= Graz]. (Widmanstadius). 127 pp. Google books

— RAY  (John) Historia insectorum, Londini 1710 Archive.org

— RÉAUMUR [René-Antoine] de Ferchault 1734-1748 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes   Paris : Imprimerie Royale, 6 volumes, de 1734 à 1748 [un 7e, copie du manuscrit original, paraîtra en 1928], 267 planches gravées par Simoneau, Lucas, Haussard et Fillioeul. En ligne BHL.  Voir aussi VALLOT J.N. 1802.

 ROBERT (Paul A.)  1934 — Les Papillons dans la nature, Delachaux et Niestlé : Neufchâtel et Paris,  405 p., 64 pl. couleurs books.google.fr/books?id=jSFDAAAAYAAJ

— RÖSEL VON ROSENHOF   1764-68  De natuurlyke historie der insecten; voorzien met naar 't leven getekende en gekoleurde plaaten. Volgens eigen ondervinding beschreeven, door den heer August Johan Rösel, van Rosenhof, miniatuur-schilder. Met zeer nutte en fraaie aanmerkingen verrykt, door den heer C. F. C. Kleemann ...Te Haarlem, By C. H. Bohn en H. de Wit, boekverkoopers [1764-68] BHL Library 
— Rösel von Rosenhof 1746 Der monatlich herausgegebenen Insecten-Belustigung  Nürnberg.http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

 — SALMON (Michael A.) 2000, The Aurelian legacy, British butterflies and their collectors, University of California Press, 2000.

— SCHAEFFER (Jacob-Christian)  Iacobi Christiani Schaefferi  1766Icones Insectorum circa Ratisbonam indigenorum coloribus naturam referentibus expressae = Natürlich ausgemahlte Abbildungen Regensburgischer Insecten Regensburg [Ratisbonne]: gedruckt bey H.G. Zunkel, [1766?-1779?] ; Gravure par Haid, Johann Jacob (1704-1767), 5 tomes in-4° avec 220 planches coloriées VOL. II Google

SCOPOLI (Jean-Antoine) Ioannis Antonii Scopoli Med. Doct. S.C.R. ... Entomologia Carniolica exhibens insecta Carnioliae indigena et distributa in ordines, genera, species, varietates : methodo Linnaeana. Vindobonae :Typis Ioannis Thomae Trattner ...,1763. En ligne BHL.

 — SCUDDER, S. H. 1875. "Historical sketch of the generic names proposed for Butterflies: a contribution to systematic nomenclature". Proceedings of the American Academy of Arts and Sciences, 10: 91-293. 

— SODOFFSKY (Wilhem),1837. "Etymologische Untersuchungen ueber die Gattungsnamen der Schmetterlinge"  Bulletin de la Société Impériale des Naturalistes de Moscou. 10(6) : 76-97.

 — SOUVESTRE (Émile), 1836  Voyage dans le Finistère par Jacques Cambry, revu et augmenté par- : "Tableau systématique des lépidoptères qui se trouvent dans le département du Finistère" par  [(Hesse et) Le Borgne de Kermorvan] Brest : Come et Bonetbeau, 1835 page 165

— SWAMMERDAM (Jan) 1685 Historia insectorum generalis et 1737-38 Biblia naturae (Leyde)

http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/65389/rec/3

— TOLMAN (Tom), LEWINGTON (Richard), Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, traduction et adaptation française Patrick Leraut,  Paris : Delachaux et Niestlé 1999 et 2009, 384 pages.

— VALLOT J.N. Concordance systématique, servant de table de matières à l'ouvrage de Reaumur, Paris : Grégoire, Thouvenin, 1802. En ligne Google books.

  — VILLERS (Charles de) 1789 Caroli Linnaei Entomologia, faunae Suecicae descriptionibus aucta : DD. Scopoli, Geoffroy, de Geer, Fabricii, Schrank, &c., speciebus vel in systemate non enumeratis, vel nuperrime detectis, vel speciebus Galli australis locupletata, generum specierumque rariorum iconibus ornata; curante & augente Carolo de Villers .. Lyon : Pietre et Delamollière, (1789). https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

— WALCKENAER (C.A.) 1802,  Faune parisienne, insectes, ou, Histoire abrégée des insectes des environs de Paris classés d'après le système de Fabricius; précédée d'un discours sur les insectes en général, pour servir d'introduction à l'étude de l'entomologie accompagnée de sept planches gravées Paris : Dentu 1802 en ligne BHL.  

 

— WESTWOOD (J O) & HUMPHREYS (Henry Noël),1841. British butterflies and their transformations, William Smith : London  BHL

— WILKES (Benjamin) 1773 One hundred and twenty Copper plates of English moths and butterflies ... with a natural history London : Benjamin Wilkes   Books.google.

— WILKES (Benjamin), 1747-49 The english moths and butterflies, etc... London : printed for the author  Books.Goggle

— ZIMMER, (Dieter E., rédacteur du mensuel Der Zeit) 2012 A guide to Nabokov's Butterflies and Moths et Butterflies and Moths in Nabokov's Published Writings , Web version 2012.


 

                           III. Boite à liens. 

      Liste des références d' auteurs avec les liens vers leurs publications:  http://www.ukbutterflies.co.uk/references.php

Taxonomie : Global Butterfly Information System :http://www.globis.insects-online.de/search

Les papillons du Systema Naturae de 1758  :   http://en.wikipedia.org/wiki/Lepidoptera_in_the_10th_edition_of_Systema_Naturae

Albin :http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN477852769

Billberg http://www.biodiversitylibrary.org/item/105024#page/87/mode/1up

Boisduval chenille 1832 :   http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/51588#/summary

Boisduval Tableau meth. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97190k/f1.image.pagination.r=Boisduval.langFR

Boitard, 1828. : http://books.google.fr/books?id=K3ShlXhmFsEC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Dale https://archive.org/stream/historyofourbrit00dalerich#page/n5/mode/2up

Denis et Schiffermüller : http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&IDDOC=441200

http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&DMDID=&LOGID=LOG_0002&PHYSID=PHYS_0009

Google : http://books.google.fr/books?id=79BYAAAAcAAJ&printsec=frontcover&dq=verzeichniss+Denis+et+schifferm%C3%BCller&hl=

fr&sa=X&ei=AHYGU5vEAfC00QXu1IBo&ved=0CDIQ6AEwAA#v=

onepage&q=verzeichniss%20Denis%20et%20schifferm%C3%BCller&f=false

Doubleday & Westwood  http://www.biodiversitylibrary.org/item/49323#page/5/mode/1up

 

Duponchel, chenilles 1849 : BHL :  

 http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/9410#/summary

Engramelle :    http://books.google.fr/books?id=em0FAAAAQAAJ

et https://archive.org/stream/papillonsdeurop00ernsgoog#page/n159/mode/2up

Engramelle vol. 2 : http://books.google.fr/books/about/Papillons_d_Europe_peints_d_apr%C3%A8s_natur.html?id=jbS5ocRuGsYC&redir_esc=y

Engramelle vol. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84701433

Esper : http://www.biodiversitylibrary.org/item/53441#page/9/mode/1up

Fabricius :1775  http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/36510#/summary

Fabricius 1787 : 

http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=25707

Fabricius 1793 Ent Sys em    https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

Fabricius 1807 :  https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

Frisch https://archive.org/stream/johleonhardfrisc01fris#page/n7/mode/2up

Fourcroy voir Geoffroy.

Fuessli    http://www.biodiversitylibrary.org/item/78769#page/11/mode/1up

 Geoffroy  :    http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/51067#page/9/mode/1up

Geoffroy latin par Fourcroy :  http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

De Geer :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97151p/f1.image.r=.langFR

Goedart par Lister 1685 : http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/64604/rec/1

Godart 1821 BHL :  http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38004#page/256/mode/1up

Godart latreille 1819 :   http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

 https://archive.org/stream/encyclopdiem09metc#page/n3/mode/2up

Harris M. 1766 http://archive.org/stream/Aurelian00Harr#page/n7/mode/2up

1840 : http://www.biodiversitylibrary.org/item/120628#page/9/mode/1up

Hübner 1779 http://www.biodiversitylibrary.org/item/89180#page/1/mode/1up

Kirby  1871: http://www.biodiversitylibrary.org/item/64906#page/9/mode/1up

Latreille 1804 :           http://books.google.fr/books?id=xBsOAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Latreille 1810 :  http://www.biodiversitylibrary.org/item/47766#page/358/mode/1up

Leach : http://biodiversitylibrary.org/page/17493618#page/136/mode/1up

https://archive.org/details/CUbiodiversity1121039

Linné   http://www.biodiversitylibrary.org/item/10277#page/3/mode/1up

http://books.google.fr/books?id=Jps-AAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=elinguis&f=false

Linné, Mantissa plantarum   http://bibdigital.rjb.csic.es/spa/Libro.php?Libro=947&Pagina=545

Linné fauna suecica 1746 :http://biodiversitylibrary.org/bibliography/63899#/summary

Linné fauna suecica 1761 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/46380#/summary

Linné S.N. 1767 :http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN362053723&DMDID=DMDLOG_0001&LOGID=LOG_0001&PHYSID=PHYS_0002

Linné, Species Plantarum http://www.biodiversitylibrary.org/item/13829#page/1/mode/1up

Merian, Insectes d'Europe : http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/merian1683bd2

http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/69945#/summary

Moffet :    http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/60501#/summary

Moore, Lep. indic http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/8763#/summary

Oberthür, Études http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/8792#/summary

 1910 (4) http://www.biodiversitylibrary.org/page/10532070#page/299/mode/1up

Ochsenheimer 1808 http://archive.org/stream/dieschmetterling12ochs?ui=embed#page/180/mode/1up

Petiver James, Musei petiveriani centura prima 1695 digitalisé par Google  (accès partiel)

http://books.google.fr/books/about/Musei_Petiveriani_centuria_prima.html?id=vp05AAAAcAAJ&redir_esc=y

Petiver, Gazophylacii :books.google.fr/books?id=sp05AAAAcAAJ

Petiver, Papilionum brittaniae 1717  in Opera Books .google  

Ray  : https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/n11/mode/2up

Réaumur : http://www.biodiversitylibrary.org/item/50298#page/11/mode/1up

Roesel : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/7362#/summary

http://www.biodiversitylibrary.org/item/31182#page/138/mode/1up

http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

Rottemburg : 

http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=8326

Schneider 1787 http://books.google.fr/books?id=VnY-AAAAcAAJ&pg=PA241&lpg=PA241&dq=schwarzgestrichelter+schmetterling&source=bl&ots=c5RGnFNYx4&sig=-HkttVMLK2SZP6KRw5MXfvJCYxI&hl=fr&sa=X&ei=

AHwGU7m9LoLm7Abd7oGICg&ved=0CC8Q6AEwAA#v=onepage&q=schwarzgestrichelter%20schmetterling&f=false

Scopoli Entomologia carniolica 1763

   http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/34434#/summary

Soddoffsky :http://www.archive.org/stream/bulletindelas10183768mosk#page/n82/mode/1up

Scudder http://biodiversitylibrary.org/page/3076769#page/269/mode/1up

Spuler : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/9477#/summary

Tutt vol.1 1906 : http://archive.org/stream/naturalhistoryof08tutt#page/n8/mode/1up

Tutt vol.2 1908 : http://archive.org/stream/naturalhistoryof09tutt#page/n4/mode/1up

Tutt v3 1909 :http://archive.org/stream/naturalhistoryof10tutt#page/n4/mode/1up

Tutt v4 1914 : http://archive.org/stream/naturalhistoryof04tut#page/n4/mode/1up

 

 De Villers 1789 :  https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

Walckenaer : http://www.biodiversitylibrary.org/item/79375#page/289/mode/1up

Westwood et Humphreys 1841 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/12483#/summary

Wilkes, english moths and butterflies http://books.google.fr/books?id=x1xnr4VCDe0C&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false 

Goettingen animalbase : base de donnée : http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/search

Butterflies of America : http://butterfliesofamerica.com/polyommatus_icarus.htm

Références Bibliographiques en taxonomie : http://butterfliesofamerica.com/US-Can-Cat.htm

 Bestimmungshilfe für die in Europa nachgewiesenen Schmetterlingsarten :http://www.lepiforum.de/

— Un beau plaidoyer sur les noms de papillons :

 http://excerpts.numilog.com/books/9782759217045.pdf 

— Articles biographiques sur les taxonomistes entomologistes 

  http://gap.entclub.org/taxonomists/index.html 

   — http://www.reserves-naturelles.org/sites/default/files/fichiers/protocole-rhopalo-liste-especes.pdf

— site d'identification ;http://r.a.r.e.free.fr/interactif/photos%20nymphalidae/index.htm

 

 

 

 

                                          


Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche