Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2018 7 11 /03 /mars /2018 12:09

Zoonymie des Odonates : le genre Boyeria, Mac Lachlan 1896.

.

 

.

 

 

.

Voir aussi :

 

 

.

Résumé :

— Boyeria, Mac Lachlan 1896. En 1883, de Sélys avait créé pour ce genre le nom de Fonscolombia en écrivant "J'ai dédié ce genre à feu Boyer de Fonscolombe, qui le premier en France (1837) a étudié sérieusement les Odonates, et découvert l'irene et d'autres espèces." L'entomologiste londonien Robert Mac Lachlan, président puis trésorier de la Société Entomologiste de Londres, à qui de Selys avait dédié l'espèce japonaise Fonscolombia maclachlania, a du modifier le nom générique, qui avait déjà été utilisé par Lichtenstein en 1877 pour une cochenille. Il utilisa alors la première partie, Boyer, du nom d'Étienne de Fonscolombe. Ce dernier avait décrit l'espèce-type du genre Aeschna irene en 1838.

C'est le seul nom de genre des Odonates de France qui se réfère à un nom propre ; pour les Odonates d'Europe, il est rejoint par Selysiothemis Ris, 1897.

.

 

 

 

.

 

I. La publication originale. Mac Lachlan 1896.

Cette publication est parue  dans le  The Annals and magazine of natural history; zoology, botany, and geology, London,Taylor and Francis, Ltd.

Mc Lachlan (Robert), 1996, "On some Odonata of the subfamilies Aeshnius,"  Ann. Mag. nat. Hist., (6) 17 page 424 

https://www.biodiversitylibrary.org/item/61862#page/470/mode/1up

Cette "description" du genre Boyeria est très courte, car c'est en réalité une re-dénomination, presque une formalité taxinomique.

.

 

 

 

https://www.biodiversitylibrary.org/item/61862#page/470/mode/1up

https://www.biodiversitylibrary.org/item/61862#page/470/mode/1up

.

On y lit  : 

BOYERIA (new name). 

 

Fonscolombia, Selys (1883), preoccupied by Lichtenstein in Hemiptera (1877). 

The genus remains named in honour of E. L. J. H. Boyer de Fonscolombe. 

"Fonscolombia, Selys, nom attribué antérieurement par Lichtenstein en 1877 dans l'Ordre des Hémiptères. Le genre reste nommé en l'honneur d'E. L. H. Boyer de Fonscolombe.". Ce dernier est le descripteur de l'espèce-type Aeschna irene en 1838.

.

a) La description du genre Fonscolombia par Jules Lichtenstein concerne une cochenille nuisible aux céréales :

En effet, Jules Lichtenstein (Montpellier 1816-Montpellier 1886) avait décrit (*) en 1877 un genre d'Hemiptères sous le nom de Fonscolombia. Lichtenstein est un entomologiste amateur qui a travaillé avec son beau-frère Jules-Émile Planchon sur la zoologie agricole après que ce dernier ait découvert le Phylloxera en juillet 1868.

(*) Lichtenstein, J. 1877. " M. J. Lichtenstein adresse la note qui suit:" Bulletin des séances de la Société entomologique A5 N12 du 27 juin page 148-149 . 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5554163p/f4.item

 

"Les Pucerons des racines des céréales ayant attiré cette année-ci l'attention des agriculteurs, je me mets à les étudier. Le plus grand se rapporte au Coccus radicum-graminis Fonscolombe. Il a été confondu avec plusieurs autres, et M. V. Signorel n'a pu lui assigner exactement sa place dans son grand travail sur les Coccides. Ayant découvert le mâle, qui est aptère, chose très-rare chez les Cochenilles et que je ne connais que chez un seul genre, Gossyparia, je crois pouvoir créer avec 
lui le genre Fonscolombia, et je nomme l'espèce Fonscolombia graminis ; provisoirement son principal caractère sera : mâle aptère, à longs filets caudaux. Chez les Gossyparia le mâle, aptère aussi, n'a pas de filets ;  M. Signoret l'a figuré comme nymphe, trompé par l'absence des ailes.  Je suis, quant à moi, sûr de mon fait, j'ai vu l'accouplement. Le mâle de  la Cochenille de l'orme, dont Latreille a parlé, s'applique à un autre insecte "

Lichtenstein ne dit pas les raisons de son choix, mais on peut remarquer qu'Étienne Boyer de Fonscolombe, à part son intérêt pour les Odonates, se préoccupait des nuisances entraînés par les insectes sur les cultures : il avait publié en 1840 dans les Mémoires de l'Académie d'Aix  "Des insectes nuisibles à l'agriculture principalement dans les départements du Midi de la France ".

.

b) Le belge Edmond de Selys-Longchamps avait décrit le genre Fonscolombia en 1883 en ignorant la publication de Lichtenstein.

SELYS, 1883 Bull. Acad. royal  Belg. (3) 5:736.

https://www.biodiversitylibrary.org/item/111256#page/759/mode/1up

"N.B. Se distinguent facilement des deux autres sous-genres à secteur sous-nodal non bifurqué (Gomphaeschna et Allopetalia) par le ptérostigma long et l'espace basilaire constamment réticulé, et de toutes les Aeschnines à espace basilaire réticulé par le secteur sous-nodal non bifurqué.

J'ai dédié ce genre à feu Boyer de Fonscolombe, qui le premier en France (1837) a étudié sérieusement les Odonates, et découvert l'irene et d'autres espèces."

Dans sa démarche de taxonomie des Aeschnines à espace basilaire réticulé, De Selys avait créé deux sous-genres, dont celui des Amphiaeschna reservé aux espèces de l'Ancien Monde. En 1883, il en retire une espèce, Aeshna irene,  pour laquelle il crée un genre propre, Fonscolombia, différant des Amphiaeschna par le secteur sous-nodal non bifurqué et le ptérostigma long. 

 

c) La même année 1883, Selys avait nommé Fonscolombia machlachlani une espèce japonaise de sa collection.

Annales de la Société entomologique de Belgique, SELYS, 1883, Les Odonates du Japon Ann. Soc. ent. Belg. ,27:126 

https://www.biodiversitylibrary.org/item/81196#page/490/mode/1up

.

Une synthèse est publié dans le World Catalogue of Odonata 1997 :

Henrik Steinmann World Catalogue of Odonata, Numéro 110 Walter de Gruyter, 1997

.

c). En 1896, pour respecter les règles de taxonomie , Robert Mac Lachlan remplace le nom Fonscolombia par celui de Boyeria.

Il reste ainsi fidèle à l'hommage rendu par de Selys au descripteur en 1838 de l'espèce-type du Genre, Aeschna irene : Etienne Laurent Joseph Hippolyte Boyer de Fonscolombe. 

 

McLachlan (1837 -1904) était le fils d'un shipchandler de Londres, Hugh Mac Lachlan. Il fait ses études principalement à Ilford et fait un héritage suffisant pour lui permettre de se consacrer à l’étude de l’histoire naturelle et de voyager. Il se consacre d’abord à la botanique avant de se spécialiser dans l’étude des neuroptères. Il est le premier éditeur de la revue Entomologists’ Monthly Magazine. Mac Lachlan devient membre de la Société entomologique de Londres en 1858, son secrétaire de 1868 à 1872, son trésorier de 1873 à 1875 et de 1891 à 1904 et son président de 1885 à 1886. Il est également membre de la Société linnéenne de Londres en 1862, de la Royal Society en 1877, de la Société zoologique de Londres en 1881 et de la Société royale d'horticulture en 1888. Il est également membre du conseil de la Ray Society et membre de diverses sociétés savantes britanniques et étrangères. (Wikipédia)

 

Parmi ses 150 publications, il faut citer :

  • Monograph of the British species of caddis-flies (1865).

  • Monograph of the British Neuroptera-Planipennia (1868).

  • Monograph British Psocidæ (1866-1867).

  • Catalogue of British Neuroptera (1870).

  • Monographic revision and synopsis of the Trichoptera of the European fauna (deux volumes, 1874 et 1880).

 

.

Boyeria est un genre appartenant à la famille des  Aeshnidae. Il est nommé     Spectre ou Aeschne en français, Spotted Darners en anglais, Schemerlibellen en néerlandais, Geisterlibelle en allemand. 

Le genre contient huit espèces dont une seule est observée en France :

  • Boyeria cretensis Peters, 1991 – Spectre de Crète, Cretan spectre

  • Boyeria grafiana Williamson, 1907 – Ocellated darner

  • Boyeria irene (Fonscolombe, 1838) – l'Aeschne paisible, Spectre paisible, Aeschne Irène,  Western spectre, Westliche Geisterlibelle.

  • Boyeria jamjari Jung, 2011

  • Boyeria karubei Yokoi, 2002

  • Boyeria maclachlani Selys, 1883

  • Boyeria sinensis Asahina, 1978

  • Boyeria vinosa (Say, 1840) – Fawn darner

La caractéristique du genre est la présence de nervures transverses dans l'espace médian des ailes, entre la base et l'arculus.

 

 

"Le nom du genre honore Étienne Laurent Joseph Hippolyte Boyer de Fonscolombe (1772 - 1853), entomologiste et collectionneur, issu d'une vieille famille établie à Aix-en-Provence, qui fit la détermination de cette espèce en 1838 sous le nom d’Aeshna irene. Il avait choisi l’épithète spécifique d’après Irène, fille de Zeus et Thémis, l'une des trois Heures et qui incarne la Paix dans la mythologie grecque. (Εἰρήνη / Eirếnê) aux cotés d’Eunomie et Dicé, c'est-à-dire le Bon Ordre ou la Législation et la Justice. C’est sans doute le caractère peu craintif de cet odonate qui a orienté le scientifique vers ce choix. Outre Boyeria irene qui nous intéresse, Boyer de Fonscolombe (dont la famille est l'ancêtre, côté maternel, d'Antoine de Saint-Exupéry) aura laissé son nom associé à Orthetrum brunneumCoenagrion caerulescens... et, sous la plume de Selys, à Sympetrum fonscolombii."  Régis Krieg-Jacquier et Cyrille Deliry


.

 

.

SOURCES ET LIENS :

— Toute ma bibliographie sur les Odonates: 

http://www.lavieb-aile.com/2018/01/la-bibliographie-de-mes-articles-de-zoonymie-des-odonates.html

— https://fr.geneawiki.com/index.php/Famille_de_Boyer_de_Fonscolombe

— Régis Krieg-Jacquier et Cyrille Deliry

https://www.biodiversite-savoie.org/ressources/article_2014-02

.

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Zoonymie des Odonates

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche