Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 19:29

Physalies et méduses ( Pelagia nautilucas)

        sur la plage de la Palue à Crozon.

 

 

                                                                                              Pour Plume.

 


 Le 13 novembre 2012, plage de La Palue :

DSCN6696c

 

 

 

 


      Je ne me lasse d'aimer des algues sous-marines

L'entrelacs lancinant que berce le jusant

Ni d'écrire sur le sable ton prénom et le mien

Avec le bois flotté trouvé au bord de l'eau,

Ni des craves enivrés le cri et les prouesses,

Ni les choses qu'on découvre ramenées par la mer

Ni surtout les galets, que j'amasse

dans ma poche, 

Je ne me lasse d'aimer les talismans marins,

Jamais, non mais.

DSCN6702


Je ne me lasse d'aimer mais mon coeur est en cage

Dans  fragile prison qu'il ne faut pas briser,

C'est l'arc de tes bras c'est l'orbe de ta bouche,

C'est la ronde de ton rire quand il répond au mien.

DSCN6668c

 

Je ne me lasse d'aimer les mots qui vont par paires

celui de ganivelle va avec manivelle, 

celui de laminaire avec les lampadaires,

celui de ton prénom va bien avec le mien.


 

DSCN6694c



 

DSCN6690c

 

 

DSCN6692c

 

  Mais le plus difficile c'est de ne pas laisser

L'Amour se lasser des coeurs enlacés

ou d'un lacs ramassé soigneusement tressé

pour nous y enfermer.

DSCN6676c

 

   J'ai déjà dans ma poche comme le petit Poucet

Des douzaines de galets et si ça continue 

à faire descendre un froc qui devient idéal

je me retrouverai à poil : 

J'amasse mais

Pour ne pas se lasser d'aimer les laisses de mer,

il faut trouver une idée qui sorte des clichés !

DSCN6682c

 

                        I.  LES MÉDUSES !

 

  Elles ont envahi nos côtes depuis une semaine, et ce serait une espèce urticariante portant le nom de " piqueurs mauves", ou Pelagia noctiluca, "lumière dans la nuit de ma mer profonde" ; elles vivent en Mer du Nord, Manche, Atlantique et Méditerranée, et selon l'abondance de plancton, les courants, la température de l'eau, elles nous organisent une "année à méduse" mémorable pour les baigneurs.

  La plage de La Palue en est couverte, car cette espèce qui fréquente les eaux chaudes et tempérées et qui se déplace en bancs de plusieurs centaines ou milliers d'individus a bénéficiée récemment de courants favorables à une virée touristique en Finistère. En 2007, à la même époque, l'excursion en Irlande avait eu tant de succès que la foule formait, dit-on une masse de 26 Kms de long sur 10 mètres de profondeur. 

DSCN6589c

DSCN6590c

  DSCN6592c

 

DSCN6593c

 

DSCN6596c

 

 

DSCN6605c

 

DSCN6609c

 

 

  Pas plus que de tes baisers je ne me lasse

de la mélasse fade de ces visqueuses masses

et si j'ignore les singes nus dévoreurs de tropiques

j'aurais de mes yeux vu les croqueuses de sargasses

fugaces améthystes, factices, au diadème de strass,

et leur regard salace, ou la parme rosace

dessinée sur leurs fronts. J'embrasse ?

Pas.

DSCN6642c

 


DSCN6630c

 

 Ces bonbons au cassis ne sont pas dégueulasses,

Roudoudous de caramel mous, et flasques,

Figues des Barbaries qu'amènent les bonaces,

Fruits baveux aux allures de limaces

Framboises purpurines, gélatines cocasses,

J'en passe.


 

DSCN6635c

 

DSCN6638c

 

DSCN6641v

DSCN6642c

 

Ambre mystérieux d'un continent fossile

Tu fonds,  translucide glace,

autour de tes gonades incluses

comme des diamants.

DSCN6650c

 

DSCN6665c

 

  Voilà donc les bras tentaculaires dont s'embarrasse

L'amphibienne gorgone dont on ne se débarrasse :

 Sur sa fausse cuirasse est gravée sa devise :

Je te prends, tu trépasses.


 

DSCN6686c

 

 

                    II. LES PHYSALIES !

                                                 "Curieux : de quoi sert cette oblongue capsule ?

                                                       D'écritoire, Monsieur, ou de boite à ciseau ?"

                                                                                            (Cyrano de Bergerac)

  Elles ont suivi le même train d'ondes chaleureuses que leurs cousines, avec lesquelles elles partagent le même embranchement, mais elles ont horreur qu'on les confondent, et les traiter de "méduses" leur donne des boutons : ce sont des Siphonophores, ou porteurs de siphons.

  Elles n'apprécient guère également d'être confondues avec les plantes nommées  Physalis (P. alkekengi, l'Alkékenge), que les femmes du monde et les cuisiniers nomment "Amour en cage".

  Ce sont les Physalies  et non les Physalis, bien qu'elles aient en commun une étymologie tirée du grec physallis, φυσαλλίς, signifiant vessie. Aussi baptise-t-on notre siphonophore de l'élégant terme de Vessie de mer. Le CNRTL est plus précis et signale que Physalie vient du gr. φ υ σ α λ(λ)ι ́ ς, - ι ́ δ ο ς «bulle d'eau», dér. de φ υ ̃ σ α «bulle d'air, vésicule», de φ υ σ α ̃ ν «souffler, gonfler, enfler».

  Effectivement, l'animal qui ressemble à une vessie (ou à une cucurbite, le mot semble plus juste) posséde un pneumatophore, sorte de bouée translucide gonflable ou dégonflable a volo, notamment pour faire de l'anémo-stop et se faire transporter gratuitement sur les spot de surf les plus réputés de Bretagne : 

                                                          

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Physalia_physalis1.jpg


  Cette Galère portuguaise est beaucoup plus dangereuse que la Pélagie précédente, car si ses longs filaments sont urticariants, ils sont surtout sensibilisants : le premier contact peut n'être qu'anodin, mais les contacts suivants peuvent entraîner, pour le baigneur imprudent ou malchanceux, un collapsus cardiovasculaire gravissime. Brrr...

  Cette canaille prend des allures d'arc-en-ciel, et ainsi déguisé en Iris, elle vient s'échouer ( et ce premier echec lui sera fatal) sur les laisses de mer où on la prendrait pour la plus jolie et la plus séduisante des bouteilles plastiques. La ramasser, y porter ses lèvres ? Ce serait la vengeance de cette engeance ! Collectionner ces croissants couleur d'aurore, ces quartiers de lune, ces jouets en forme de petits poissons perdus par quelque enfant de Noé  comblerait  Physale en ses plans les plus retors et en ses voeux posthumes ; car elle reste venimeuse longtemps après sa mort.

  Naissant dans les eaux de l'Atlantique tropical, elles sont amenées chez nous par les vents du sud.

  Pour en savoir plus : http://www.surf-report.com/-physalies-meduses-aquitaine-cotes%20fran%C3%A7aises-brulure-laceration-gal%C3%A8res%20portugaises-malaise-flotteur-venin-noyade-

 Ma collection de Blue bottle

 En arpentant la grève de La Palue, j'ai découvert, parmi les milliers (sans-doute) de méduses une vingtaine de ces ampoules beues et roses. Elles avaient perdu la majeure partie de leurs tentacules.

Une première photo pour donner l'échelle :

DSCN6656c

DSCN6622c

DSCN6654v

DSCN6655c

 

DSCN6662c

 

  III. ET ÇA, QU'EST-CE QUE C'EST ?

  Je ne sais,

mais je ne me lasse

d'aimer

 la laisse de mer

et ses baisers amers.

DSCN6644c

      Qu'est-ce que c'est? the answer is blowin' in the wind...  Grâce à Stéphane Wiza, je découvre que ce sont les structures cartilagineuses d'une autre cnidaire, la vélelle, Velella velella (Linnaeus,1758), qui accompagnent les physalies. Leur nom a été créé par l'auteur du genre, Lamarck, en 1801 (velella mutica, Des animaux sans vertèbres) en cuisinant du néo-latin inspiré de velum, "voile", à la même époque où il décrivait les vaginicoles innées, propriétaires et vorticelles.

Elles sont surnommées Barques de Saint-Jean ou Barques de Saint-Pierre en raison de leur voile translucide sur un flotteur bleu des mers du sud, mais je préfère leur nom anglais de Jack-sail-by-the-wind. 

  Marcel de Serres signalait en 1808 : on mange la velella comme l'actinia ruffa. Cette dernière n'est autre que l'anémone de mer. Bory de Saint-Vincent proposait de les faire frire; mais les moeurs ont beaucoup changé.

DSCN6648c

 

 

POUR EN SAVOIR PLUS...

...Les Physalies et les Pelagia ont été signalées sur nos côtes depuis la fin août. L'apparition des Physalies nécessite des vents du sud (21 jours en août 2012 à la station de Plabennec contre 9 jours en août 2011) : quelques exemples :

  • 31 août-1er septembre : Les Glénans-Concarneau (Finistère).
  • 21-22 octobre : Sarzeau et Arzon, presqu'île de Rhuys (Morbihan).
  • Début novembre sur les plages de Lampaul et Plouarzel
  • 14 novembre : La Torche, Baie d'Audierne ; Crozon, la Palue ; Concarneau.

 Le site www. mer-littoral.org organise un relevé des observations ; on y trouve aussi des renseignements clairs sur le cycle de reproduction des méduses et scyphozoaires  :    

  • Sur les cnidaires : http://www.mer-littoral.org/05/cnidaires-1.php
  •  Sur les scyphozoaires : http://www.mer-littoral.org/05/scyphozoaires.php
  • l'article sur les Pelagia : http://www.mer-littoral.org/05/pelagia-noctiluca.php
  • l'article sur les Physalies : http://www.mer-littoral.org/05/physalia-physalis.php

 Leur observation dépend d'une part de leur naissance ou "strombolisation*" des polypes-mères (et de tous les facteurs entrainant des naissances en masse : température et nourriture), l'afflux de méduses se produisant plusieurs semaines après la survenue de ces naissances, et d'autre part de leur dérive vers nos côtes dépendante des vents et des courants.

   * strombolisation : pas plus que je ne me lasse de découvrir dans les laisses de mer un nouveau trésor, pas d'avantage ne me quitte l'émerveillement devant ces joyaux de notre vocabulaire scientifique. On imagine le polype empilant les futures méduses comme un Stromboli libérant ses volutes de nuages incandescents, et l'image revient en boomerang vers le volcan, dont on imagine les nuages bourgeonnants et congestionnés comme autant de méduses partant à la dérive dans le ciel. Les marins grecs nommaient le volcan strongule neos, "l'île ronde" , Thucydide et Pline l'Ancien l'écrivaient Strongyle, qui est devenu sous l'influence des mots grecs stongos et strobulos (qui désigne des objets ronds), Stromboli. (Source : link) : on voit que la forme mammaire et arrondie des méduses est aussi celle du volcan. Aucun rapport bien-sûr avec le jeu napolitain de la tombola, qui provient de l'italien tombolare, "culbuter". 

  On peut trouver les observations météologiques des derniers mois sur le site météo de Plabennec : http://www.meteo-plabennec.fr/index.php?id_page=30

  On peut ainsi apprécier la fréquence relative des vents du secteur sud, et consulter  les relevés de température. 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche