Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 18:40

Les vitraux de Jean Bazaine à la chapelle Ty ar Zonj de Locronan (29).

Voir :

Chapelle de la Madeleine à Penmarc'h : les vitraux de Jean Bazaine..

La mosaïque de Jean Bazaine à l'église St-Guénolé de Concarneau (29).

 

 

   Et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.   Matthieu 5:15 

 

Le Menez Lokorn, la Montagne de Locronan culmine à 289 mètres et offre un vaste panorama sur la rade de Douarnenez, le Menez Hom et le Cap de la Chêvre. 

                             Vue depuis Locronan. Photo Ludovic Péron.

 

C'est elle que gravit, bannières en tête, une foule de fidèles lors de la Grande Troménie qui revient tous les six ans. Comme l'écrit Fabien Lostec  "A l'intonation du "Veni Creator", la procession déroule son long cortège, bannières déployées. Au chant des cantiques, à la prière du chapelet, des litanies (en latin, français et breton) elle s'achemine sur les confins de l'antique prieuré, au long des terres de Plonévez et Quéménéven. On s'agenouille au pied de Plas a Horn avant d'en gravir la pente abrupte pour atteindre, sur la hauteur, dominant la baie Ménez Hom, la chapelle "Ar Zonj", dont on fait le tour avant d'y déposer les reliques. Puis après un temps de repos - une prédication sur le site - la procession reprend par la crête de Plogonnec. Et après les dernières stations d'Évangile, le passage près du flanc de la "Jument de pierre", elle redescend jusqu'à l'Église pour le Te Deum, le salut du Saint Sacrement, et les derniers cantiques à Saint Ronan."

L'étape du sommet de la "montagne" est dédiée à Saint Ronan et, avant la construction de la chapelle, au XIXe siècle, on dressait pour chaque Troménie une hutte en croûtes de sapin pour abriter la statue du saint ; un prêtre desservait le sanctuaire provisoire durant les huit jours des grandes troménies. Ronan trouvait-il son effigie trop exposé aux vents marins, et s'était-il fâché de s'être enchifrené ? Les prêtres souhaitaient-ils plus de confort ?  On ne le sait, mais en 1869, le vicaire, un certain Mr Léon affirma qu'il avait vu en songe un évêque qui célébrait une messe dance cet abri, et qu'à son humble avis, cela signifiait que saint Ronan voulait qu'on améliora les lieux. Son recteur, M. Pondaven, se décida à faire construire une chapelle. Sur la demande de M. Brisson, son successeur, une chaire à prêcher fut construite en 1887 par M. Le Naour sur les plans du chanoine Abgrall, la référence en matière d'architecture pour le diocèse de Quimper. On y installa une statue de Ronan en ermite. C'est du haut de cette chaire que se donne le Sermon traditionnel. Elle est à deux compartiments : ce qui permet au prédicateur de s'abriter, au besoin, contre la violence du vent ou le vif éclat du soleil. 

 

 L'Histoire ne rapporte pas, mais tout me porte à le penser, que le Seigneur Ronan, qui avait connu le roi Gradlon en personne, ne fut pas complètement satisfait par cet édicule. Il perturba sans-doute si souvent le sommeil de Madame Lemonnier, de Nantes, que celle-ci décida de faire construire en 1912 une vraie chapelle. Abgrall proposa un monument à coupole ovoïde dans le style du Sacré-Cœur de Montmartre, mais on préféra les plans de Charles Chaussepied, l'architecte de Quimper, qui s'était ici inspiré des églises du Sud-Ouest. Hélas, je n'ai pas trouvé d'image de ce somptueux monument.

L'opération de financement avait été longuement préparée par le saint patron de la paroisse:

  Madame Marie-Louise Lemonnier(1820-1924) fille de l'avoué rennais René Toulmouche, avait d'abord épousée Mr Paul Lemonnier, ingénieur des mines :

         Mme et Mr Lemonnier

Puis, au décès de son mari, elle se rendit "par hasard" de Nantes à Locronan, où, sous l'influence d'une injonction soudaine, elle fit en 1903 un don de 11000 F pour la restauration de l'église, créa coup sur coup l'école des filles "Sainte-Anne" (1912), l'école des garçons, une maison pour les maîtres, un théâtre à la demande de Guilllaume Hémon, puis, ayant peut-être épuisé les possibilités locales,  fit construire une station de sauvetage en mer à Primelin (d'où son Canot "Paul Lemonnier"), une digue à Loctudy, une école de pêche et de navigation à Groix, un orphelinat de la marine à Pornic, un laboratoire de chimie à l'école de médecine de Nantes avant de léguer des œuvres d'art aux misées de Quimper et de Rennes. Quel charisme ce saint Ronan lorsqu'il décide d'user de ses pouvoirs !

   *René Toulmouche, avoué près la Cour Royale de Rennes, sculpteur, membre de la Société d'Archéologie, ami de Souvestre. 

 

Aujourd'hui, on lit encore, sur une grande pierre posée horizontalement dans l'enclos, l'inscription :

 CHAPELLE DU SOUVENIR ERIGÉE en 1912 PAR Mme P.L. et les HABITANTS DE LOK RON (sic)

+ par M A DV PARC ÉVÊQVE DE QVIMPER ET LÉON.

 

 

Mais Jupiter règne depuis longtemps sur la région et se rappelle aux habitants en envoyant régulièrement ses flèches de feu sur les clochers de ses concurrents, à moins qu'on en couvre le faîte par "la barbe à Jupin" (la joubarbe). Charles Chaussepied avait-il méprisé cette précaution ? Avait-on, au minimum, évoqué Sainte Barbe ?  Son trop haut clocher témoignait-il d'un hubris inacceptable ? Je l'ignore, mais la chapelle du sommet de Plas ar Horn (Plaç-ar-C'horn) fut ébranlée une nuit par un de ces sacrés orages dont le Capitolin a le secret.

Voir Église Saint-Thurien à Plogonnec II : une inscription du tonnerre!.

 D'autres coup de semonce témoignèrent des colères éprouvées en haut-lieu, si bien que les pêcheurs de Douarnenez, qui avaient pris l'habitude de prendre le clocher en relèvement pour reconnaître leurs lieux de pêche, n'eurent plus aucun amer au sommet de la montagne de Sant Ronan.

La reconstruction d'un tel point remarquable pour la navigation fut décidée, et on décida d'en faire la surprise à saint Ronan le jour de sa Troménie de 1977. On conçu un édifice plus petit, plus en rapport avec l'architecture du pays et la géographie des lieux. En revanche, le recteur réussit à décider Jean Bazaine de réaliser des vitraux pour les six ouvertures, certes pas bien grandes, du sanctuaire. Il faut dire que ce recteur de Locronan n'était autre que Maurice Dilasser, membre de la Commission diocésaine d'Art Sacré, et  très déterminé à enrichir les sanctuaires d'œuvres contemporaines. Ces vitraux sont consacrés au thème du Vent, métaphore du Souffle de l'Esprit.

 

 

Cette chapelle est entouré d'un enclos, qui contient aussi une chaire extérieure. Son nom signifie "Maison des Songes (ou des Pensées)". On le trouve écrit "Chapelle ar Sonj", "Ty-ar-Zonj", et selon un document, la donatrice Madame Lemonnier voulait dédier cette chapelle à tous les grands hommes de Bretagne, d'où ce nom de "Chapelle du Souvenir". Je prends cette information pour ce qu'elle vaut, car je la trouve dans un document qui sert de référence à l'Office du Tourisme de Locronan, et qui indique aussi "les vitraux de Bazin (sic) consacrés au thème des Prophètes".

La cloche porte l'inscription suivante :

YVONNA-RONAN

Bloav 1995

Troveni vras

C. Guillou PEK

G. Bouin PEK.

 

 

 

chapelle-ty-ar-zonj 0521c

 

chapelle-ty-ar-zonj 0537c

 

chapelle-ty-ar-zonj 0540v

 

Hélas, cette chapelle est fermée en permanence, sauf LE jour de la Troménie, entre le deuxième et le troisième dimanche de juillet. M'étant présenté la veille du Jour J, le 13 juillet 2013, j'ai trouvé porte close. (où ai-je donc entendu parler de ces lumières que l'on gardait sous le boisseau —sub modio —?)

On ne parvient à entrevoir la baie Est que par l'ouverture en forme de cœur (évitez de parler de "judas") de la porte d'entrée.

chapelle-ty-ar-zonj-0274c.jpg

      Cliquez sur l'image pour zoomer sur le vitrail.

chapelle-ty-ar-zonj 0276cc

 

chapelle-ty-ar-zonj-8822c.jpg

 

Ces six vitraux de verre, grisaille et plomb ont été réalisés par l'atelier du maître-verrier Bernard Allain (Vauhallan, près de Paris). Le vitrail du fond mesure 0,41 x 0,41m, ceux des cotés nord et sud 0,65 x 0,34 m.

C'est au Centre International du Vitrail de Chartres que j'ai enfin pu voir une Réplique d'artiste de trois des six vitraux, signés Bazaine 1994 et réalisés par Claire de Rougemont. Vitraux, verre, plomb et grisaille. A défaut des originaux, voici ces répliques : 

                         chapelle-ty-ar-zonj 0215c

 

chapelle-ty-ar-zonj 0216c

 

                                                chapelle-ty-ar-zonj 0218c

 

.

Merci à Paul Bourhis qui signale le lien suivant de l'Association LES MÉMOIRES DE LOCRONAN : 

http://www.memoires-locronan.fr/patrimoine/chapelles

.

Sources 

DILASSER Maurice, 1979: Un pays de Cornouaille. Locronan et sa région. Nouvelles Librairies de France : Paris 1979 page 580-581.

Centre International du Vitrail , 2000Sculpter la Lumière, le vitrail contemporain en Bretagne, 1945-2000, Besançon.

Centre International du Vitrail, 1994, Jean Bazaine, Vitraux et Mosaïques Sous la direction de Jean-Pierre Greff. 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

porhial etienne 18/02/2016 16:04

Bonjour , je me suis permis de mettre votre blog en lien et d'y faire référence pour illustrer une photos de la chapelle Ty Ar Zonj de Locronan

Jean-Yves Cordier 15/06/2015 08:50

Merci de cette information qui m'avait échappé, je place ce lien dans mon article.

BOURHIS Paul 14/06/2015 15:49

Concernant l'ancienne chapelle de 1912, vous pourrez trouver des photos ici :
http://www.memoires-locronan.fr/patrimoine/chapelles

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche