Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 22:46
  Dalida, Que sont devenues les fleurs / Pete  Seeger, Where have all the flowers gone?
 
                       Qui peut dire où vont les ailes
                        Des papillons de l'été
                        Qui peut dire où vont les ailes
                        de nos années?
                        Quand va la saison jolie
                        Le vent les aura saisis
                        Quand sauront-nous un jour? ...Un jour
                        Qui peut dire où sont passés
                        Le Cuivré et l'Azuré
                        Qui peut dire où sont fanées
                         Les Mélitées?
 

 

 

C'était l'été, tout s'exaltait, brillait, les trompettes lyriques retentissaient de poésies comme, tenez :

 

Le papillon ( Lamartine)

Naître avec le printemps, mourir avec les roses,
Sur l'aile du zéphyr nager dans un ciel pur,
Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses,
S'enivrer de parfums, de lumière et d'azur,
Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
S'envoler comme un souffle aux voûtes éternelles,
Voilà du papillon le destin enchanté!
Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,
Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,
Retourne enfin au ciel chercher la volupté!

 

   Volupté ? C'était hier. Voilà les derniers feux de  soleils abolis :

 

 Cuivré commun, Saint Renan 22 septembre 11

cuivre-commun 1717cc

 

 

 Collier de corail, Saint Renan, 22 septembre 2011

collier-de-corail 1720cc

 

 collier-de-corail 1725cc

 

 collier-de-corail 1736cc

 

  On peut rêver, avec Francis Ponge :

 


Allumette volante, sa flamme n’est pas contagieuse. Et d’ailleurs, il arrive trop tard et ne peut que constater les fleurs écloses. N’importe : se conduisant en lampiste, il vérifie la provision d’huile de chacune. Il pose au sommet des fleurs la guenille atrophiée qu’il emporte et venge ainsi sa longue humiliation amorphe de chenille au pied des tiges.
Minuscule voilier des airs maltraité par le vent en pétale superfétatoire, il vagabonde au jardin.

( Le parti pris des choses)

 

... Des lampistes ? Plutôt des allumeurs de réverbère qui préparent nos jardins à l' arrivée du crépuscule. C'est le dernier Fadet, et cet infatigable s'endort, épuisé, sur le fantôme minéral d'un astre éteint :

 

fadet-commun 1493cc

 

 

 

  Ce phare envoie un dernier éclat, et puis c'est tout :

 

 

 fadet-commun 1496cc

 

 

 

fadet-commun 1500cc

 

fadet-commun 1495cc

 

 

Car déjà, trop tôt, trop vite, ce seront les couleurs de l'automne :

 

robert-le-diable 1683cc

 

 

Toufoulkan. Au train où vont les choses, je prédis l'hiver dans trois mois, sur toute la France.

Sanzé.

Kcep.

Sion.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

azraelle 29/09/2011 06:10


Quelle série magnifique ! J'adore !


Pascal 28/09/2011 11:44


Ils sont très beaux. Eux au moins ils ont un peu de soleil ;-)


Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche