Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2018 4 13 /09 /septembre /2018 09:43

Les vitraux de la chapelle Notre-Dame de la Grande île de l'archipel de Chausey (Manche) par Yves Saint-Front et frère Hugues Rettel de l' atelier monastique de Saint-Benoit-sur-Loire, 1967.

.

Voir :

la liste des 160 descriptions de vitraux sur ce blog.

et particulièrement :

Les vitraux de l'église de Hoedic (dalle de verre, Denis Hubert, abbaye d'En Calcat 1993).

Quelques images d'un séjour à la Grande Île de Chausey.

..

 

 

.

La chapelle Notre-Dame est bâtie sur un point éminent de la Grande île de l'archipel de Chausey, entre la cale de débarquement des vedettes venant de Granville et le port des Blainvillais, au sud du Sound qu'elle surplombe. 

.

 

 

 

Chapelle Notre-Dame, Grande-Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 2018.

Chapelle Notre-Dame, Grande-Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 2018.

.

 

Chapelle Notre-Dame, Grande-Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 2018.

Chapelle Notre-Dame, Grande-Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 2018.

.

 

Chapelle Notre-Dame, Grande-Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 2018.

Chapelle Notre-Dame, Grande-Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 2018.

Chapelle Notre-Dame, Grande-Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 2018.

Chapelle Notre-Dame, Grande-Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 2018.

.

Le bâtiment, datant de 1848, est de plan très simple, un seul vaisseau de forme rectangulaire s'achevant à l'est par un chevet à trois pans.

À l'intérieur, sous la voûte lambrissée, se disposent, outre l'autel du chœur,  deux autels adossés aux murs nord et sud, et ceux-ci, lieux très animés des dévotions et des ex-voto, divisent l'espace de la nef en deux parties. Le chœur, plus froid et plus sombre, reste à l'écart.

C'est donc tout naturellement que les six baies sont disposés dans la nef de part et d'autre de ces autels, et dans le chœur sur les pans coupés latéraux, le pan médian restant borgne.

Par facilité, je leur attribuerai dans ma description une numérotation débutant par le premier vitrail visible pour le visiteur à gauche, et suivant ensuite une progression dans le sens des aiguilles d'une montre. Le numéro 7 sera donné à l'oculus occidental, au dessus de la porte d'entrée.

.

Chapelle Notre-Dame, Grande-Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 2018.

Chapelle Notre-Dame, Grande-Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 2018.

Les vitraux de la chapelle de la Grande île de l'archipel de Chausey (Manche) par Yves Saint-Front, 1967.
Chapelle Notre-Dame, Grande-Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 2018.

Chapelle Notre-Dame, Grande-Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 2018.

.

DESCRIPTION DES SEPT VITRAUX.

Six baies formées d'une seule lancette ogivale de 2,7 m2, et un oculus.

LA COHÉRENCE THÉMATIQUE.

Le peintre-verrier Yves Saint-Front marie ici une profonde et ancienne connaissance de l'archipel de Chausey, qu'il avait fréquenté depuis l'enfance, du milieu marin (son père est le peintre de marine et navigateur Marin-Marie) et de la pêche, avec une foi religieuse déterminée par la rencontre avec un missionnaire de Tahiti et par une retraite à l'abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire. C'est très logiquement que pour cette archipel de pêcheurs de bouquets et de homards, il sélectionne les textes évangéliques qui font mention du métier de pêcheurs sur le lac de Tibériade de quatre apôtres, du baptême du Christ dans les eaux du Jourdain (rapproché de la tradition du baptême de leurs navires par les marins),  de la multiplication des poissons par le Christ pour nourrir la foule attirée par ses prédications, de la pêche miraculeuse, ou de Pierre marchant sur les eaux. Le lac de Tibériade (ou Mer de Galilée, 160 km2) et le Jourdain qui le traverse donne donc une solide unité à cinq des six vitraux principaux, le sixième étant consacré à la Vierge qui est la patronne de la chapelle. "

"Le lac a une grande importance pour les chrétiens. C'est sur ses rives dont les collines boisées et les petites plaines fertiles abritaient de nombreux villages de pêcheurs et d'agriculteurs que de nombreux épisodes de la vie de Jésus, rapportés dans les Évangiles, ont eu lieu (La tempête apaisée (Lc 8, 12,25), la pêche miraculeuse (Lc 5, 4-6), la dernière apparition aux disciples alors qu'il était ressuscité (Jn 21, 1s))." (Wikipédia)

C'est André, frère de Simon (saint Pierre) qui fut le premier à décider de suivre Jésus, juste après le baptême par Jean-Baptiste à Bethanie (Bathanée, au nord-est du lac ?), et, aussitôt, il alla trouver son frère pour le convaincre qu'il avait trouvé le Messie. Ils étaient tout deux nés à Bethsaïde, sur les bords du lac, où ils avaient leur barque. Mais c'est Simon ("qui écoute") qui prit l'ascendant sur son frangin, et reçut du Christ son nouveau nom de Pierre, avant de recevoir, dans la tradition, les clefs de l'Église.

Mais nous retrouvons André lors de l’épisode de la multiplication, puisque c'est lui qui amena le jeune garçon portant les cinq pains et les deux poissons.

 

 

"Jean leur répondit: Moi, je baptise d'eau, mais au milieu de vous il y a quelqu'un que vous ne connaissez pas, qui vient après moi;  je ne suis pas digne de délier la courroie de ses souliers. Ces choses se passèrent à Béthanie, au delà du Jourdain, où Jean baptisait. Le lendemain, il vit Jésus venant à lui, et il dit: Voici l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. C'est celui dont j'ai dit: Après moi vient un homme qui m'a précédé, car il était avant moi. Je ne le connaissais pas, mais c'est afin qu'il fût manifesté à Israël que je suis venu baptiser d'eau. Jean rendit ce témoignage: J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et s'arrêter sur lui.  Je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoyé baptiser d'eau, celui-là m'a dit: Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et s'arrêter, c'est celui qui baptise du Saint Esprit. Et j'ai vu, et j'ai rendu témoignage qu'il est le Fils de Dieu. Le lendemain, Jean était encore là, avec deux de ses disciples; et, ayant regardé Jésus qui passait, il dit: Voilà l'Agneau de Dieu.

 Les deux disciples l'entendirent prononcer ces paroles, et ils suivirent Jésus. Jésus se retourna, et voyant qu'ils le suivaient, il leur dit: Que cherchez-vous? Ils lui répondirent: Rabbi (ce qui signifie Maître), où demeures-tu? Venez, leur dit-il, et voyez. Ils allèrent, et ils virent où il demeurait; et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C'était environ la dixième heure.

André, frère de Simon Pierre, était l'un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean, et qui avaient suivi Jésus. Ce fut lui qui rencontra le premier son frère Simon, et il lui dit: Nous avons trouvé le Messie (ce qui signifie Christ). Et il le conduisit vers Jésus.

Jésus, l'ayant regardé, dit: Tu es Simon, fils de Jonas; tu seras appelé Céphas (ce qui signifie Pierre)." Jean 1:27-42

 

.

Les vitraux sont répartis chacun en deux registres thématiques. Nous allons découvrir :

Baie n°1 : les quatre apôtres pêcheurs de Tibériade : André et Pierre, Jean et Jacques.

Baie n°2 : la Multiplication des poissons. Prédication à Tibériade.

Baie n°3 : Vierge à l'Enfant. Retour de pêche à Chausey.

Baie n°4 : Baptême du Christ ; baptême d'un navire à Chausey.

Baie n°5 : Pierre tentant de marcher sur le lac ; la Pêche miraculeuse.

Baie n°6 : Le Christ en gloire parmi 24 rois. Prédication dans une barque. 

Oculus : symbole eucharistique et trois oiseaux marins.

 

Note :  ces interprétations des vitraux sont personnelles : je n'ai pas eu accès à d'éventuelles archives du peintre ou à d'autres documents.

.

 

Vue de l'élévation nord et des baies 1 et 2. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vue de l'élévation nord et des baies 1 et 2. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

.

Vitrail n°1. Les quatre apôtres pêcheurs sur le lac de Tibériade : Pierre et André, Jean et Jacques.

(Mur nord. Numérotation baie 5 selon le Corpus Vitrearum).

.

https://www.biblegateway.com/passage/?search=Luc%205&version=LSG;VULGATE

Comme Jésus se trouvait auprès du lac de Génésareth, et que la foule se pressait autour de lui pour entendre la parole de Dieu, il vit au bord du lac deux barques, d'où les pêcheurs étaient descendus pour laver leurs filets. Il monta dans l'une de ces barques, qui était à Simon, et il le pria de s'éloigner un peu de terre. Puis il s'assit, et de la barque il enseignait la foule. Lorsqu'il eut cessé de parler, il dit à Simon : Avance en pleine eau, et jetez vos filets pour pêcher." [  ici, dans Luc,  le texte se poursuit par le récit de la miracle de la Pêche miraculeuse]

" Il en était de même de Jacques et de Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Alors Jésus dit à Simon: Ne crains point; désormais tu seras pêcheur d'hommes. Et, ayant ramené les barques à terre, ils laissèrent tout, et le suivirent." Luc 5:1-11

.

.

 

Vitrail des quatre apôtres pêcheurs, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail des quatre apôtres pêcheurs, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

 

Vitrail des quatre apôtres pêcheurs, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail des quatre apôtres pêcheurs, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

1a. Registre supérieur : les apôtres Pierre et André.

Saint Pierre se reconnaît à sa clef et à son geste de bénédiction (il fut le premier évêque de Rome), saint André à la croix en X, rouge sur sa robe verte. Ils sont représentés montés dans leur barque de pêche, dont l'étrave haute, mais surtout le tableau arrière en cœur,  légèrement incliné, et le gouvernail, sont ceux des canots de Chausey plutôt que des embarcations de la mer de Galilée.

.

Vitrail des quatre apôtres pêcheurs, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail des quatre apôtres pêcheurs, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

1b. Registre inférieur. Les apôtres Jean et Jacques.

 

Jean, à gauche, s'identifie par son absence de barbe et par le livre qu'il porte : il est l'auteur d'un des quatre Évangiles et de l'Apocalypse.

Jacques porte le baudrier à coquilles de Saint-Jacques des pèlerins de Compostelle. L'objet qu'il tient en main droite reste à identifier et ne ressemble pas à un bourdon. Les coquilles Saint-Jacques sont familières aux pêcheurs de la Baie du Mont Saint-Michel : ce sont, avec les canots chausiais, un autre moyen d'ancrage de la scène dans l'environnement marin granvillais.

Ils sont montés dans une barque semblable à celle du registre supérieur. Les membrures du bordé sont fidèles à leur modèle.

Marc précise qu'ils réparaient leurs filets, détail éloquent pour les marins :

"Comme il passait le long de la mer de Galilée, il vit Simon et André, frère de Simon, qui jetaient un filet dans la mer; car ils étaient pêcheurs. Jésus leur dit: Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes. Aussitôt, ils laissèrent leurs filets, et le suivirent. Étant allé un peu plus loin, il vit Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère, qui, eux aussi, étaient dans une barque et réparaient les filets.  Aussitôt, il les appela; et, laissant leur père Zébédée dans la barque avec les ouvriers, ils le suivirent. " Mc 1:16-20

Le jeu de mot pêcheurs / pêcheurs d'hommes est  basé sur le mot latin piscatores de la Vulgate suivi de piscatores hominum, traduction du  grec original,  halieus, dérivé de hals, "sel". Ces "hommes du sel" vont être chargés d'assaisonner la vie spirituelle de leurs semblables.

Dans Mc 3:17, Jésus  donne aux deux fils de Zébédée le nom  de Boanergès, "fils du tonnerre" .

Ils sont présents, avec Pierre, lors de la Transfiguration. Mc 9:1-9.

Et ils sont encore là, avec Pierre, au jardin de Gethsémani lors de l'agonie du Christ. Matthieu 24:37.

La place donnée dans les Évangiles à ces apôtres marins-pêcheurs est troublante. Ces vitraux en soulignent l'importance.

Pierre et André, Jean et Jacques forment deux couples de frères. Les barques sont possédées par une communauté familiale. 

.

 

Vitrail des quatre apôtres pêcheurs, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail des quatre apôtres pêcheurs, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail des quatre apôtres pêcheurs, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail des quatre apôtres pêcheurs, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

 

Vitrail des quatre apôtres pêcheurs, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail des quatre apôtres pêcheurs, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

.

Vitrail n°2 : le miracle de la Multiplication des poissons. Prédication du Christ sur le lac de Tibériade.

(Mur nord. Numérotation baie 3 selon le Corpus Vitrearum).

.

 

Vitrail de la Multiplication des poissons, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail de la Multiplication des poissons, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.


.

 


 

Vitrail de la Multiplication des poissons, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail de la Multiplication des poissons, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

2a. Registre supérieur. La Multiplication [des pains et] des poissons.

Multiplication des pains et des poissons.

Dans ce récit qui est souvent désigné par le titre La Multiplication des pains, le peintre insiste davantage sur les poissons, mais les dos ronds des pains bruns sont néanmoins visibles au fond des paniers.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc chapitre 9, versets 12 à 17 :

« Comme le jour commençait à baisser, les douze s'approchèrent, et lui dirent : Renvoie la foule, afin qu'elle aille dans les villages et dans les campagnes des environs, pour se loger et pour trouver des vivres; car nous sommes ici dans un lieu désert. Jésus leur dit : Donnez-leur vous-mêmes à manger. Mais ils répondirent : Nous n'avons que cinq pains et deux poissons, à moins que nous n'allions nous-mêmes acheter des vivres pour tout ce peuple. Or, il y avait environ cinq mille hommes. Jésus dit à ses disciples : Faites-les asseoir par rangées de cinquante. Ils firent ainsi, ils les firent tous asseoir. Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il les bénit. Puis, il les rompit, et les donna aux disciples, afin qu'ils les distribuassent à la foule. Tous mangèrent et furent rassasiés, et l'on emporta douze paniers pleins des morceaux qui restaient. »

.

 

Vitrail de la Multiplication des poissons, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail de la Multiplication des poissons, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

2b. Registre inférieur : prédication du Christ à Tibériade.

.

Le Christ est debout dans une barque, tandis qu'un apôtre, assis, le regarde. La barque est au milieu du lac, et, sur la rive, un public mêlé (homme, femme, enfant, vieillard) l'écoute.

.

Vitrail de la Multiplication des poissons, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail de la Multiplication des poissons, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

Vitrail n°3. La Vierge à l'Enfant. Retour de pêche à Chausey.

(Pan nord du chevet. Numérotation baie 1 selon le Corpus Vitrearum).

.

Vitrail de la Vierge, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail de la Vierge, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

3a. Registre supérieur. La Vierge à l'Enfant.

La Vierge est assise sur un trône, elle est nimbée, couronnée et voilée, porte son Fils sur le genou droit et tient un objet (globus cruciger ? On voit une croix rouge) dans la main gauche.

.

Vitrail de la Vierge, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail de la Vierge, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

3b. Registre inférieur. Scène de Chausey : retour de deux pêcheurs attendus par une femme et son enfant. Aux Blainvillais ?

.

Vitrail de la Vierge, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail de la Vierge, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

Vitrail n°4. Baptême du Christ. Baptême d'un bateau.

Pan sud du chevet. Baie 2 selon le Corpus Vitrearum.

.

Vitrail du Baptême du Christ, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail du Baptême du Christ, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

4a registre supérieur. Baptême de Jésus dans le Jourdain par Jean-Baptiste.

.

En haut, une main et une colombe signale la puissance divine. Jean-Baptise est à gauche, Jésus, vêtu d'un pagne,  est enveloppé par l'ondoiement des eaux lustrales. Un apôtre assiste à la scène. En bas, un enfant de chœur semble s'être échappé du registre inférieur.

.

Vitrail du Baptême du Christ, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail du Baptême du Christ, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

 

Vitrail du Baptême du Christ, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail du Baptême du Christ, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

4b. Registre inférieur. Baptême d'un bateau de pêche.

Quatre personnages : la marraine , un enfant de chœur, le recteur traçant la bénédiction, et le marin-pêcheur.

.

Vitrail du Baptême du Christ, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail du Baptême du Christ, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

.

Vitrail n°5. Saint Pierre marchant sur les eaux. La Pêche miraculeuse.

Mur sud. Baie n°4 selon le Corpus Vitrearum.

.

 

Vitrail de Pierre marchant sur les eaux, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail de Pierre marchant sur les eaux, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail de Pierre marchant sur les eaux, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail de Pierre marchant sur les eaux, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

5a. Registre supérieur. Saint Pierre marchant sur les eaux.

.

La Marche sur les eaux

" Les disciples de Jean vinrent prendre son corps, et l'ensevelirent. Et ils allèrent l'annoncer à Jésus.

 A cette nouvelle [la mort de Jean-Baptiste], Jésus partit de là dans une barque, pour se retirer à l'écart dans un lieu désert; et la foule, l'ayant su, sortit des villes et le suivit à pied. [Multiplication des pains et des poissons]

 Aussitôt après, il obligea les disciples à monter dans la barque et à passer avant lui de l'autre côté, pendant qu'il renverrait la foule. Quand il l'eut renvoyée, il monta sur la montagne, pour prier à l'écart; et, comme le soir était venu, il était là seul. La barque, déjà au milieu de la mer, était battue par les flots; car le vent était contraire. A la quatrième veille de la nuit, Jésus alla vers eux, marchant sur la mer. Quand les disciples le virent marcher sur la mer, ils furent troublés, et dirent: C'est un fantôme! Et, dans leur frayeur, ils poussèrent des cris. Jésus leur dit aussitôt: Rassurez-vous, c'est moi; n'ayez pas peur!

Pierre lui répondit: Seigneur, si c'est toi, ordonne que j'aille vers toi sur les eaux. Et il dit: Viens! Pierre sortit de la barque, et marcha sur les eaux, pour aller vers Jésus. Mais, voyant que le vent était fort, il eut peur; et, comme il commençait à enfoncer, il s'écria: Seigneur, sauve-moi!  Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit, et lui dit: Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté?  Et ils montèrent dans la barque, et le vent cessa."

 

 

 

.

Yves de Saint-Front n'a pas représenté la tempête ou le vent contraire, mais seulement le fléchissement de la foi de saint Pierre, et surtout la main tendue du Christ.

Jésus, au nimbe vert crucifère, est debout (sur les flots ? ou sur le bord ?) et tend la main à saint Pierre qui est enfoncé dans la mer jusqu'à mi-corps. Les deux mains se touchent par le bout des doigts, dans une diagonale qui est aussi celle des regards : le geste et l'échange visuel ont la même force. C'est, dans sa disposition graphique, la même composition que la scène du Noli me tangere entre le Christ et Marie-Madeleine, avec la même intensité de relation interpersonnelle,  quoique la signification soit inversée.

Le regard estomaqué d'André, de Jean et de Jacques  est incroyablement rendu, si on considère la simplicité des traits de peinture.

.

Vitrail de Pierre marchant sur les eaux, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail de Pierre marchant sur les eaux, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

5b. Registre inférieur. La Pêche miraculeuse et la crainte de Dieu.

.

"Simon lui répondit: Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre; mais, sur ta parole, je jetterai le filet. L'ayant jeté, ils prirent une grande quantité de poissons, et leur filet se rompait. Ils firent signe à leurs compagnons qui étaient dans l'autre barque de venir les aider. Ils vinrent et ils remplirent les deux barques, au point qu'elles enfonçaient. 

Quand il vit cela, Simon Pierre tomba aux genoux de Jésus, et dit: Seigneur, retire-toi de moi, parce que je suis un homme pécheur. Car l'épouvante l'avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, à cause de la pêche qu'ils avaient faite." (Luc 5)

.

Jésus (nimbe crucifère vert) est debout sur les eaux, devant l'étrave de la barque. Pierre est également debout (dans le bateau ?) et brandit un grand poisson plat. Je ne sais comment, le peintre laisse passer son désarroi dans son regard.

Deux autres apôtres se penchent par dessus le liston et remontent les filets remplis de poissons. À droite, le tableau arrière et le safran du gouvernail.

.

Vitrail de Pierre marchant sur les eaux, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail de Pierre marchant sur les eaux, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

 

Vitrail de Pierre marchant sur les eaux, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail de Pierre marchant sur les eaux, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

L'éclairage, au moment de ce cliché, souligne remarquablement le pouvoir de la dalle de verre de faire miroiter la lumière et de la briser en une multitude de teintes : les bulles, l'irrégularité de la coupe et de la surface, les lignes et marques du matériau jouent mélodieusement avec le soleil d'une façon dynamique que l'instantané photographique ne peut rendre.

.

Vitrail de Pierre marchant sur les eaux, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail de Pierre marchant sur les eaux, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

Vitrail n° 6. Le Christ en gloire.

.

 

Vitrail du Christ ressuscité, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail du Christ ressuscité, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

Vitrail du Christ ressuscité, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail du Christ ressuscité, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

.

6a. Registre supérieur. Christ ressuscité ou en gloire. Transfiguration ?? Ascension??.

Le Christ, dans un nimbe crucifère,  vêtu du manteau rouge glorieux de la Résurrection, est assis sur un trône, en majesté, tenant le Livre des Écritures et traçant une bénédiction.

Ses pieds sont posés sur un dôme émergeant d'ondes ou de nuées.

Il est entouré de deux fois douze rois couronnés et barbus : certainement les rois de Juda de sa généalogie selon Matthieu et Luc. Ces rois tendent la main vers lui et indiquent ainsi qu'ils l'annonçaient. David tient en guise de harpe une sorte de guitare, deux autres rois brandissent un calice.   

Ce registre évoque en même temps l'Arbre de Jessé, le Christ en gloire, les 24 Anciens d'Apocalypse 5:8 tenant chacun une harpe et une coupe d'encens, et le verset d'Apocalypse 5:5  : "Voici, il a remporté la victoire, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de la racine de David [ de Jessé], pour ouvrir le livre et ses sept sceaux."

.Ces éléments me conduisent à abandonner l' hypothèse de L'Ascension et celle de la Transfiguration, mais sans exclure un habile jeu de renvois internes et polysémiques du peintre pour intégrer les références précédentes aux Apôtres.

.

Vitrail du Christ ressuscité, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail du Christ ressuscité, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail du Christ ressuscité, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail du Christ ressuscité, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

6b. Registre inférieur. Prédication du Christ dans une barque.

L'interprétation est incertaine. La scène se passe dans une barque, sous une arche blanche. Le personnage nimbé vêtu de blanc est très vraisemblablement le Christ, qui lève un index kérigmatique vers le ciel et le registre supérieur. Autour de lui, sept personnages, au lieu de le regarder, tournent vers nous des regards effarés. Ce ne sont pas les Apôtres, puisqu'ils ne sont pas nimbés : c'est "la foule" assistant aux prédications.

Cela pourrait être saint Jean à Patmos (mais pourquoi la barque plutôt que l'île ? Pourquoi la barbe ?).

.

Vitrail du Christ ressuscité, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail du Christ ressuscité, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

Vitrail n° 7 : l'oculus occidental. Symbole eucharistique entouré de trois oiseaux marins.

Un calice est surmonté d'une hostie où s'inscrit une croix. Trois oiseaux circonscrivent le ciel bleu à nuages blancs en réunissant les ailes, et, avec leurs grandes ailes blanches à extrémité noire et leur fort bec jaune, ils évoquent des Fous de Bassan, oiseaux marins et pêcheurs par piqués audacieux en pleine mer. Ils n'ont rien d'une colombe du saint-Esprit mais l'artiste leur confère néanmoins la fonction d'intercession du Paraclet.

Tout reste donc délibérément marin, jusqu'à la traditionnelle bordure de tesselles blanches qui prend ici l'allure de deux cordages noués.

.

Oculus occidental, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Oculus occidental, Yves Saint-Front 1967, dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

.

COMMENTAIRES ET DOCUMENTS (les textes copié-collés sont en retrait).

.

Résumé : le peintre Yves de Saint-Front, fils du navigateur et peintre de marine Marin-Marie, a découvert la technique de fabrication des vitraux en dalle de verre sur ciment lors d'une retraite à Saint-Benoït-sur-Loire en 1958 auprès d'un Frère, Hugues Rettel. Cette technique avait été diffusée par le père Ephrem Soccart de l'abbaye d'En-Calcat. En 1959, il reçut la commande des vitraux de Chausey par le curé de l'ïle, l'abbé Delaby. Les thèmes ont été fixés par l'abbé Delaby, les maquettes ont été réalisées par Yves de Saint-Front à l'atelier monastique de Saint-Benoît-sur-Loire, la disposition iconographique a été mise au point avec le frère Hugues Rettel, et la fabrication des dalles a eu lieu à Saint-Benoît-sur-Loire par l'atelier, où Louis-René-Petit avait été embauché. Yves de Saint-Front a vraisemblablement participé aussi à la fabrication. Les vitraux ont été inaugurés en juillet 1967.

 

 

I. L'AUTEUR DES CARTONS : YVES DURAND DE SAINT-FRONT (1928-2011).

Extrait des biographies en ligne : 

a) Wikipédia.

"Yves de Saint-Front est un artiste peintre et vitrailliste français né le 23 mars 1928 à Paris et décédé le 14 octobre 2011 à Pleudihen-sur-Rance. Il est le fils du peintre de marine et navigateur solitaire normand Durand de Saint-Front, alias Marin-Marie.

Il reçoit l'enseignement du cubiste figuratif Jean Souverbie à l'école nationale supérieure de Paris dès 1949 et se lie d'amitié avec le peintre Romain Souverbie qui lui propose de rencontrer Picasso à Vallauris.

Habitant longtemps Tahiti, il y a notamment réalisé une importante série de tableaux ainsi que les vitraux de la façade Ouest de la cathédrale de Papeete et le chemin de croix de cette même cathédrale sous la forme d’une bande horizontale narrative.

Il a également exécuté de nombreuses toiles de l'ile de Chausey où il avait sa demeure familiale."

 b) Voir le site http://ysaintfront.com/

http://ysaintfront.com/artwork/index/search?q=chausey&definitionId=&periodId=&placeId=&search=Rechercher

c) Biographie du site http://ysaintfront.com/pages/biographie-2_3.html

J'ai sélectionné ce qui concerne Chausey d'une part, les vitraux d'autre part :

"Naissance à Paris le 23 mars 1928, d'Yves de Saint-Front, fils du peintre de marine et navigateur solitaire normand, Durand de Saint-Front, alias Marin Marie. Yves est l'aîné d'une famille de trois enfants. Dès sa plus jeune enfance, sa mère l'emmène au musée du Louvre où il est impressionné par Rembrandt, Goya, Ingres et par l'Homme au gant de Vélasquez. Il commence son apprentissage à l'aquarelle et à la gouache selon la méthode de son père ; en 1943, il lui emprunte des tubes d'huile et fait ses premiers essais de portraits et natures mortes à Saint-Hilaire-du-Harcouët, ainsi qu'à Chausey.

1945 - Il prépare les Beaux-Arts et fréquente l'atelier d'Yves Brayer à la Grande Chaumière où il fait la connaissance de Pierre Fustenberger et de Pierre Cabannes, massier à l'époque.

1947 - Il est admis aux Beaux-Arts dans l'atelier de M. Jean Souverbie qui enseigne l'art des maîtres contemporains (Braque, Picasso, Matisse) ainsi que les primitifs. Il visite les musées parisiens dont le Louvre, et les maîtres de la tradition chrétienne comme le maître de laPietà d'Avignon ; à l'occasion des grandes expositions montées après-guerre, il découvre Van Gogh, Gauguin, Degas, Toulouse-Lautrec, ainsi que les impressionnistes.

1948 - En novembre, voyage au Maroc effectué en famille au départ de Chausey, Lisbonne-Casablanca à bord de l'Ariel, voilier de 17 m conçu pour la compétition. Retour en juillet, août par Madère sur Chausey.

1951 - Après avoir fait son service militaire en 1950, il voyage en novembre et décembre 1951 de Casablanca à Monaco comme équipier de son père sur le Carola, goélette de 300 tonneaux

 

1954- il séjourne plusieurs mois à Chausey et lorsqu'il rentre fin octobre à Paris, il s'associe à une entreprise de peinture en bâtiment qui lui permet de gagner sa vie jusqu'en juin 1955. Il réalise cette année portraits, études, travaux de décoration et continue à peindre en hiver, dans la rue, les cafés de nuit. Il projette avec Gilles Artur d'effectuer une expédition aux Vanuatu. Nouvelles-Hébrides, en armant un ancien chalutier de Cancale. mais le principal mécène les abandonne.

1955  Invité à Tahiti par son oncle l'amiral Durand de Saint Front, il arrive à Papeete au début du mois de décembre 1955.

1956 - Il séjourne d'abord sur la côte ouest puis à la pointe Vénus chez le peintre Jean Masson : en juin, il expose au Cercle Polynésien situé à l'hôtel Stuart. Accueilli par la famille Teo Ananiaa, il vit trois mois et demi sur l'atoll d'Anaa où il fait la connaissance d'un vieux missionnaire, le Père Materne-Cevaëre — rencontre qui marquera sa vie spirituelle. De retour à Tahiti le 6 octobre, il s'installe à Papeete à l'hôtel Gabert jusqu'au 2 novembre, date à laquelle il embarque sur le Tahitien pour rejoindre la France. Après avoir retrouvé sa famille à Paris, il se rend fin décembre à Chausey. Ce séjour lui a permis de se confronter à la lumière extérieure, selon le principe des impressionnistes. Il peint à l'huile Paysages, portraits, vie quotidienne des habitants, ne faisant aucune concession à l'exotisme et la littérature. Attentif à sa recherche sur la couleur et la lumière, ses compositions restent classiques.

1958- En juin, à l'occasion d'une retraite à l'abbaye de Saint-Benoit-sur-Loire, il prend contact avec un frère qui a participé à la réalisation des verrières en dalles de verre du réfectoire moderne. En juillet, il revient aider le frère à réaliser des cartons (dessins grandeur nature des panneaux qui composent le vitrail), et mettre en place une rosace dans une église de la région. Il abandonne l'atelier de décoration parisien, fin décembre.

1959- Il accepte, à Pâques, le poste de surveillant et professeur de dessin au collège de Pontlevoy, près de Bloy, ce qui le rapproche de Saint-Benoit où il se rend régulièrement. Il y met au point un système de visionnage en même temps qu'il fabrique les panneaux de dalles de verre. Pendant les vacances scolaire le père Delaby [curé de Chausey]  lui propose de réaliser les vitraux pour la chapelle de Chausey dont les verrières ont été en grande partie détruite pendant la guerre.

1960- Il démissionne du collège de Pontlevoy et accepte en début d'année l'offre du monastère de Saint Benoît qui l'embauche à mi-temps comme conseiller artistique, magasinier, coupeur de verre ; il pourra ainsi entreprendre les maquettes des vitraux de Chausey. Peu après, Louis-René Petit, jeune maître verrier, sera embauché. Yves de Saint-Front y travaillera jusqu'en juin 1967. Inauguration en juillet des vitraux de la Chapelle de Chausey ; six fenêtres figuratives de 2,70 m² chacune. Les thèmes ont été décidés par le père Delaby et la disposition iconographique a été mise au point avec le frère Hugues Rettel.

 

1962 - Il se marie en avril à l'abbaye de Saint-Benoît. Parallèlement à son emploi, il est maquettiste d'un certain nombre de chantier. Amillis, Seine-et-Marne, église du XIIIe siècle, quatre fenêtres en dalles de verre, figuratives et non figuratives (100 m²)

1963 - Boffres, Ardèche, chapelle romane, vitrail en dalles de verre, non figuratif. 

1964 - Forari, aux Nouvelles-Hébrides, église œcuménique, vitraux en dalles de verre, semi-figuratifs, thèmes symboliques (200 m²).

1965 - Le Mans, église moderne Saint-Aldric, vitraux en dalles de verre, non figuratifs (200m²). .

1966 -. Pavillon-sous-Bois, banlieue est de Paris, vitraux en dalles de verre avec parties figuratives (400 m²). Vezins, Manche, vitraux plombs et grisailles pour le chœur et les transepts, thèmes figuratifs. Église moderne d'Alboussière, Ardèche, vitraux en dalles de verre, non figuratifs. Piace, Orne, vitraux en dalles de verre figuratifs et non figuratifs. Saint-Bernard Abbey, Alabama, USA, porche de l'église abbatiale, vitraux en dalles de verre et époxy, non figuratifs.

1967 - Cathédrale de Papeete, trois fenêtres en dalles de verre pour le porche d'entrée, non figuratifs, (30 m²). A la fin de l'année, il est sur place pour en diriger la pose.

 

[...]

1993 - Avec le frère Hugues Rettel, il met en œuvre et réalise sur place les vitraux de la chapelle du Prieuré de Saint-Benoît à Chérence ; huit fenêtres figuratives d'environ 1,60 m² chacune.

[...] A la fin de l’année 1991, il aménage un nouvel atelier dans la maison familiale de Chausey qui a été divisée par la succession.

En 1999, il quitte sa demeure du Vexin et s’installe à Pleudihen sur la Rance près de sa fille Marguerite Gaboriau. Avec l’aide de son gendre, charpentier de marine, il se lance une nouvelle fois dans la restauration d’une maison où il prévoit son atelier.

Yves de Saint-Front nous quitte le vendredi 14 octobre 2011 à l’âge de 83 ans ."

 

.

.

COMMENT C'EST FAIT ?   LA DALLE DE VERRE SUR CIMENT.

https://www.journeesdesmetiersdart.fr/sites/default/files/plaquettes/plaquette_st_leu_v_01_05.pdf

"Mise au point au début des années 30 (Jean Godin, Jules Albertini), les réalisations en Dalles de Verre sont un élément architectural du patrimoine national (religieux et civil) et, néanmoins, un univers peu connu du grand public. Le Métier d’Art associé est une « niche » dans les Métiers d’Art du vitrail. Contemporaine, la Dalle de Verre offre un éventail élargi de visions et de formes où les signatures de peintres, de maîtres verriers et de mosaïstes se sont exercées, dont certaines reconnues sur la scène internationale : Jean Godin, Gabriel Loire, Fernand Léger, Henri Guérin, Max Ingrand, Louis Barillet, Jacques Le Chevallier, Joseph Guevel, Jean Lesquibe, Henri Martin Granel, Claude Idoux, Tristan Ruhlmann, Pierre Soulage, Frédérique Duran, et d’autres. Depuis la fin du XXème siècle, une nouvelle dimension artistique contemporaine est en voie de développement grâce à des créateurs de talent dont l’ambition est de redonner ses lettres de noblesse à cette matière et à son Métier d’Art oublié. "

Le Collectif « DALLE DE VERRE » www.collectifdalledeverre.com https://www.facebook.com/pages/Collectif-Cr%C3%A9ateur-de-vitraux-en-Dalle-de-Verre/1407682152804937 Le Collectif « Dalle de Verre » est un réseau informel de professionnels et d’amateurs éclairés dans le domaine très particulier de la Dalle de Verre. L’idée du collectif résulte d’une analyse du déclin de la Dalle de Verre depuis les années 80 et de sa disparition probable à moyen terme si rien n’est fait. Ce collectif s’est concrétisé fin 2012 sous l’impulsion de Charles Narçon, Victor-Loup Deniau, Thierry-Tristan Ruhlmann, Jacques Loire, Carlo Roccella, Gérard Albertini. Son évolution est permanente au fur et à mesure des nouveaux contacts (nationaux et internationaux). Finalité : l'idée fédératrice du collectif est de promouvoir la Dalle de Verre, de lui donner : "Un nouvel élan", de la mettre en lumière, d’explorer de nouvelles voies artistiques, de la remonter à la surface médiatique … bref, de la montrer et de faire parler d’Elle !

Fondée en 1925 par Jules Albertini, la société Albertini et Cie est aujourd’hui la seule entreprise artisanale et familiale en France spécialisée dans la fabrication de Dalles de verre et de mosaïques réputées pour leur qualité et leur palette colorée très étendue. 1, rue des Genêts - 95370 MONTIGNY-LÈS-CORMEILLES - 01 39 97 25 80 www.societe-albertini.fr - societe.albertini@orange.f

 

.

LE MAÎTRE-VERRIER EPHREM SOCARD (PÈRE EPHREM) ET L'ATELIER MONASTIQUE DE SAINT-BENOÎT-SUR-LOIRE.

 

 

"Atelier monastique Saint-Benoît.

Cet atelier de réalisation de vitraux en dalles de verre a été fondé en 1958 à l’occasion de la reconstruction du monastère. Les verriers ont été formés par le père Ephrem, de l’abbaye d’En Calcat, qui fut également le maître du peintre verrier Henri Guérin. La technique de la dalle de verre était alors en perte de vitesse. Les vitraux en dalles de verre étaient réalisés en atelier puis posés. Les dalles provenaient de Saint-Gobain et de l’atelier G. Albertini à Montigny-les-Cormeilles (95). Les maquettes étaient réalisées par des artistes tel que Louis René Petit, salarié qui s’installera ensuite à son compte à Saint Aignant des Gués à proximité de St Benoit puis à Orléans. Il fut l’auteur d’un grand nombre des vitraux de l’Eglise de la Borie d’Arles de Brioude prenant ainsi la succession de Yves de Saint Front alors occupé à la réalisation et la pose des vitraux de la cathédrale de Papeete à Tahiti. Ce chantier fut suivi par l’architecte Guy Bion. Les artistes Bernard Foucher, Henri Guiro et Jean François Guerin-Laguette ont aussi travaillé pour cet atelier." Le vitrail contemporain en Haute-Loire, de 1945 à aujourd’hui .

 

"Le Père Ephrem Socard (+1985) était lui-même le fils d'un maître-verrier. Artiste puissant doté d'une solide formation, il créa vers 1950 l'atelier de dalles de verre d'En Calcat, technique encore assez nouvelle en France à cette époque.

À la fin des années cinquante, il fut le maître d'Henri Guérin, peintre-verrier toulousain dont l'œuvre monumentale est aujourd'hui reconnue, tant dans le monde religieux que par les architectes et les particuliers qui ont su comprendre les possibilités merveilleuses de la dalle de verre dans l'architecture civile.

A partir des années soixante, le Père Éphrem forme le Père Denis Hubert à cette technique. Celui-ci lui succédera à la tête de l'atelier jusqu'à sa mort prématurée en 1999, à l'âge de soixante-sept ans. Frère David reprend alors l'atelier jusqu'à son élection comme Père Abbé en 2009.

L'atelier d'En Calcat est fort d'une collection merveilleuse de plus de 1200 dalles de toutes nuances, pour la plupart venant des fourneaux de G. Albertini, à Montigny-les-Cormeilles (95). Le joint entre les verres, grâce aux progrès techniques du liant utilisé, peut se limiter à quelques millimètres, alliant transparence maximale et solidité ; mais la libre épaisseur du trait, qui est l'armature du dessin, offre au peintre une très grande souplesse." http://www.encalcat.com/l-atelier-des-vitraux_63.php

Les couleurs de la lumière. Le vitrail contemporain en région Centre 1945-2001

https://www.ressources-centre-vitrail.org/wp-content/uploads/2014/11/Couleurs_de_la_lumiere1.pdf

 

.

L'inspection des vitraux par l'extérieur permet de voir combien cette technique diffère de celle des verres sertis au plomb.

.

Vitrail n°5,  vue de l'extérieur. dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail n°5, vue de l'extérieur. dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

 

Vitrail n°5,  vue de l'extérieur. dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

Vitrail n°5, vue de l'extérieur. dalle de verre sur ciment. Chapelle de la Grande Île, Chausey. Photographie lavieb-aile septembre 1018.

.

La comparaison avec le recto permet de découvrir avec quelle parcimonie le peintre a appliqué  les traits de peinture à la grisaille : sur le visage, ce sont seulement  les lignes des sourcils et des rides, les narines, la bouche et le menton. Nous sommes très loin des vitraux du XIV au XVIe siècle, avec leurs larges morceaux de verre fins, sertis au plomb, et peints de dégradés de grisaille, de lavis, d'application de jaune d'argent ou de sanguine.  Il y a avec cette technique une contrainte qui impose un art plus austère, et plus primitif rappelant les vitraux du XI et XIIe siècle. Ce qui n'est pas pour déplaire à celui qui a suivi les évolutions de la peinture du XXe siècle.

.

Les vitraux de la chapelle de la Grande île de l'archipel de Chausey (Manche) par Yves Saint-Front, 1967.

.

SOURCES ET LIENS.

.

 

— JOURDAN (abbé Pierre) , 1953, Les îles Chausey ,  - 120 pages BnF

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3344612x.texteImage

https://books.google.fr/books?id=lddYDwAAQBAJ&pg=PT91&dq=chapelle+chausey&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiS0NWkvrfdAhUIx4UKHZwHDSwQ6AEIKDAA#v=onepage&q=chapelle%20chausey&f=false

— LE SITE ysaintfront.com

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Vitraux

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche