Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 20:25

 

         Zoonymie de la Sylvaine,  Ochlodes sylvanus (Esper, 1777).

 

      La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leurs significations, leurs étymologies, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

 

Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

 


  Résumé

Ochlodes Scudder, 1872: du grec oklodes, traduit selon Emmet par "turbulent, indiscipliné" mais qui procède plutôt de ο οχλος, "la foule, la populace", les espèces de ce genre appartenant aux Hespéries que Linné désignait comme Plebeii, "plébéiens", nom latin correspondant au grec ochlos.

sylvanus a été donné par Esper en 1777 pour célébrer le dieu des bois Sylvanus de la Rome antique, génie des lieux (genius locii) apparenté au Selvans étrusque.

— La Sylvaine : l'espèce a d'abord été décrite par Geoffroy et Engramelle comme une variété de leur Bande Noire, puis Godart a créé en 1821 le nom de "Hespérie Sylvain" par simple traduction de Hesperia sylvanus. Ce nom avait l'inconvénient, s'il était réduit à la forme "Le Sylvain", de créer des confusions avec les Sylvains appartenant aux Nymphalines (Grand Sylvain, Petit Sylvain et Sylvain Azuré) : G. C. Luquet a choisi de nommer en 1986 cette espèce La Sylvaine, et il fut suivi par tous les auteurs.

 

 

 

                        I. Nom scientifique.

 

1. Famille et sous-famille.

 

      Ordre Lepidoptera.Famille des Hesperiidae Latreille, 1809 ; Sous-famille des Hesperiinae Latreille, 1809 ; Tribu des Hesperiini Latreille, 1809.

 

a) Famille des Hesperiidae : les Hespéries ou Hespériidés.

La Sylvaine est une Hespérie :

   La famille des Hesperiidae a été formée par Pierre André Latreille en 1809 pour rassembler des petits papillons diurnes à grosse tête, au thorax élargi, dont les antennes très séparées à la base se terminent en crochets. Les ailes antérieures ont des nervures qui, au lieu de se ramifier, rayonnent en éventail vers le bord externe.

   Le nom d'Hespérie (Fabricius, 1793) vient des nymphes qui gardaient le jardin aux pommes d'or d'Héra, les Hespérides.

  On se souvient que la taxonomie de Linné repose sur trois groupes, les Papilio, les Sphinx et les Phalénes ; les Papilio étaient divisés en cinq phalanges et un groupe de "barbares". La cinquième phalange était celle des Plébéiens répartie entre les "urbains" et les " ruraux".

   Fabricius reprit le groupe des Plébeiens et les sortit des Papilio pour les mettre tous sous le nom d'Hesperia.  Schrank sépara les urbicoles et les ruraux sous le nom d' Erynnis et Cupido. Latreille, lui, réserva le nom d'Hesperia aux plebeiens urbains que les anglais nomment, parce qu'ils ne tiennent pas en place, les "sauteurs" ou "faufileurs", ou Skippers. Les plébéiens ruraux sont les "bleus", les Lycènes.

 En un mot, la famille des Hespéries provient de la phalange linnéenne des Plébeiens ruraux, et nous allons utiliser cette information pour décrypter le nom de genre -ochlodes.

    Les Hespéries se caractérisent aussi par des chenilles qui se cachent dans des feuilles roulées en étui.

Cette famille est divisée, pour les espèces françaises, en 3 sous-familles :

  • Sous-famille des Pyrginae Burmeister, 1878 : les Pyrgines ou Hespéries noires.
  • Sous-famille des Heteropterinae Aurivillius, 1925 : 
  • Sous-famille des Hesperiinae Latreille, 1809, ou Hesperiines, ou Hespéries fauves à laquelle appartient la Sylvaine.

b) La Sous-famille des Hesperiinae Latreille, 1809. Les Hespéries fauves (Golden Skipper).

Elle se divise, pour les espèces françaises, en trois tribus :

  • Tribu des Thymelicini Tutt, 1905
  • Tribu des Baorini Doherty, 1886
  • Tribu des Hesperiini Latreille, 1809, à laquelle appartient la Sylvaine.

 

c) La Tribu des Hesperiini Latreille, 1809.

regroupe les Hespéries fauves de grande taille et contient deux genres en France : le Genre Hesperia Fabricius, 1793 avec Hesperia comma (Linnaeus, 1758) ou Virgule, et le Genre Ochlodes Scudder, 1872], avec la Sylvaine.

 

 

 

2. Nom de genre : Ochlodes, Scudder, 1872.

 a) publication originale.

 Parmi les Hespéries, la Sylvaine appartient au genre Ochlodes décrit par Samuel Hubbard Scudder (1837-1911) en 1872. Cet entomologiste américain est l'auteur de The Butterflies of the Eastern United States and Canada, en trois volumes. Mais sa description du genre Ochlodes est donnée dans "A systematic Revision of some of the American Butterflies ; with brief notes on those known to occur in Essex County, Mass." 4th Ann. Rep.  Trustees Peabody Acad. Sci. Saalem (1871): 78.

Biographie de Scudder : ici.

La Sylvaine est la seule espèce française de ce genre.

 

b) étymologie du nom de genre.

  J'avais commencé par consulter A.M. Emmet (1991) et par reprendre sa proposition  étymologique  (p. 144):

"— οχλωδης, okhlodes, turbulent, unruly ; from the swift, erratic flight of the butterflies ; cf  Thymelicus and Erynnis."

 

Cela faisait parfaitement mon affaire, et j'écrivais :  "Ochlodes ou okhlôdês est un terme grec qui signifie « turbulent, indiscipliné, déréglé », ce qui se rapporte au vol erratique, désordonné et rapide de ces papillons."

C'est aussi ce qu'écrivait Doux et Gibeaux (2007), Perrein et al. (2000), ou les sites anglo-saxons qui reprenaient les étymologies d'Emmet (B.C. Butterflies). 

L'ouvrage de langue allemande de Hans-Arnold Hürter ne citait pas cette hypothèse, mais écrivait ceci :

" ο οχλος, -ου [ochlos]

1 Beunruhigung, Belästigung, Beschwerde, Not, Mühsal.

2. Gewühl, Gedränge, ungeordneter haufe

a) Volksmenge, -haufe, Menschenmasse, die grosse Menge, Volk, Pöbel.

b) Volksversammlung.

Ein Haufe Menschen, bes. eine verworrene, dicht zusammengedrängte Masse die Menge, bes. das Volk, der grosse Haufe ; Lärm, Unruhe, die eine grosse, ungeordnete Menschenmenge macht, und überh. Beunruhigung, Belästigung (nach Pape, II, p. 431).

ειδομαι

scheinen, ähnlich sein, gleichen.

òΧλωδης,-ες

1. Den großen Haufen betreffend, dem gewöhnlichen Volke eigentümlich oder angenehm, volkstümlich, popular.

2. gemein, gewöhnlich.

übertr : a) massenhaft b) unruhig, beunruhigend, belästigend

òΧλ-ωδης,-ες, das ist òΧλο-ειδης, dem großen Haufenähnlich, unruuhig, beunruhigend.

"ochlos" = menigte, legertros (behorend tot de legertros) [Menge, soldatentross (zum Soldatentroß gehörig)] Janssen, S. 45.

Deuntung

Die Falter der Arten dieser Gattung sind "häufig"bis "nicht selten". Deshalb wohl hat Scudder den Gattungsnamen dem griechischen Wort für "volkstümlich", " massenhaft" oder gar "dem grossen haufen ähnlich" wenn damit der "grösse Haufe" der Dickkopffalter gemeint ist, nachgebildet "

 Une traduction rapide permet de comprendre que l'étymologie propose de considérer le mot grec "Ο οχλος, ου [ ochlos ] 1 alarme, le harcèlement, les plaintes, la détresse, la misère ; 2. la foule, foule désordonnée, le rassemblement populaire dans le bruit et l'agitation ; et par extension, le harcélement, le désordre, les attroupements. 

L'interprétation de Hürter est que les papillons de cette espèce sont "en foule", ou "fréquents", donc Scudder a probablement créé son nom de genre du nom grec désignant la foule.

 

Mon interprétation.

Ce genre d' Hespéries n'est pas, que je sache, plus nombreux qu'un autre, et les membres des espèces qu'il contient ne se rassemblent pas en masse.

Il me paraît plus approprié de prendre en compte cette précision que je trouve dans le  Dictionnaire historique des personnages célèbres de l'antiquité, de François-Joseph-Michel Noël, article "Damagète", 1806, réed. 1824. 

 «le grec demos , qui correspond au populus des latins, exprime la réunion des citoyens pris collectivement, surtout dans les états libres ; laos, qui répond à plebs, ne signifie qie le petit peuple ; ochlos, qui est un degré plus bas, veut dire plebecula, fœx plebis, la lie du peuple ; d'où vient "ochlocratie", gouvernement de la tourbe la plus abjecte. 

Le nom Ochlos se traduit donc par « populace », mais c'est sa traduction latine — plebs, plebecula— qui m'incite à le rattacher aux Plébéiens de Linné, sa dernière phalange après les gorieux Chevaliers et les radieuses Nymphes, et avant les Barbares.

 Je propose de considérer que Scudder a construit son nom générique comme une transposition en grec du Plebejus (Pluriel Plebeii) de Linné, les Hespéries provenant de cette phalange de la classification du Systema Naturae de 1758.

 

 


      3. Nom d'espèce : Ochlodes sylvanus, (Esper, 1777).

 

  a) la publication originale.

 

Ochlodes sylvanus (Esper, 1777)

Esper, E. J. C. 1776-1779. Die Schmetterlinge in Abbildungen nach der Natur mit Beschreibungen.. 1 (9): 343, (6): pl. 36, f. 1 ♀ 

      L'espèce Ochlodes sylvanus (Esper, 1777) fut décrite par Eugen Johann Christoph Esper (1742-1810) un allemand, professeur de philosophie de l'Université d'Erlangen, puis à partir de 1805 directeur du département d'Histoire Naturelle.

                                    230px-EJC_Esper_1742-1810.jpg   

Elle porte le protonyme de Papilio sylvanus ou plus exactement P.P.Urbi. Sylvanus, reprenant scrupuleusement la classification linnéenne avec sa forme de  Papilio plebejus urbicolae.

— Localité-type : Localité type : « Franken », Franconie, Bavière, Allemagne.

— Description : alis integerrimis divaricatis fulvis maculis utrinque pallidioribus (mas linea nigra).

Nom : Das Männchen mit einer schwarzer linie.

Planche XXXVI fig. 1 :

n80_w441 

 

b) Synonymes (INPN, Muséum) et sous-espèces.

Augiades faunus Turati, 1905
Augiades sylvanus (Esper, [1777])
Ochlodes venata (Bremmer & Grey, 1853)
Ochlodes venatus faunus (Turati, 1905)
Ochlodes venatus (Bremer & Grey, 1853)
Papilio sylvanus Esper, [1777]

   

 

c) étymologie.

L'épithète sylvanus  n'est pas à confondre avec l'adjectif silvestris/sylvestris, "qui vit dans les bois" : il reprend le nom propre d'un dieu latin, Sylvanus.

  C'est Esper lui-même qui nous explique l'origine de ce nom (p. 343): 

   "Er hält sich in dünnen Waldungen auf ; und da man angefangen, Zwenfalter [Zweyfalter/Zwiefalter], welche solche Legenden lieben mit den Namen der Waldgötter zu belegen,so habe ich diesen Sylvanus geheissen." essai de traduction :"On le trouve dans les petites forêts ; et puisque nous avons commencé à attribuer à ces papillons des noms légendaires des divinités des bois, je le nomme Sylvanus"

 Sylvanus est une divinité très ancienne et très populaire de l'Italie et de la Rome antique, issue d'un dieu étrusque, Selvans. Comme Faunus, Sylvain était un dieu des champs, qui protégeait plus spécialement, au moins à l'origine, tout ce qui vivait dans les bois. Mais sa protection s'étendait aussi sur les bergers, sur les troupeaux, sur les champs cultivés, sur les plantations et les jardins, sur les paysans.

Tous ceux qui cultivaient la terre voyaient en lui un protecteur de leur maison, un Lare champêtre. Les bornes des propriétés rurales lui étaient souvent consacrées, et on l'honorait dans presque toutes les fermes d'Italie. Dans Rome même, son image ornait les jardins et les parcs de la ville.

Sylvain était représenté sous les traits d'un vieillard aimable couronné de lierre ou de rameaux de pins et tenant en main une serpe. Plus tard, il fut identifié au dieu grec Pan. 

Virgile l'évoque ou l'invoque dès l'incipit du Livre I des Géorgiques : 

 

 

 

  "Liber et alma Ceres, vestro si munere tellus

Chaoniam pingui glandem mutavit arista,

poculaque inventis Acheloia miscuit uvis;

et vos, agrestum praesentia numina, Fauni,

ferte simul Faunique pedem Dryadesque puellae:

Munera vestra cano. Tuque o, cui prima frementem

fudit equum magno tellus percussa tridenti,

Neptune; et cultor nemorum, cui pinguia Ceae

 ter centum nivei tondent dumeta iuvenci;

ipse nemus linquens patrium saltusque Lycaei,

Pan, ovium custos, tua si tibi Maenala curae,

adsis, o Tegeaee, favens, oleaeque Minerva

inventrix, uncique puer monstrator aratri,

et teneram ab radice ferens, Silvane, cupressum,

dique deaeque omnes, studium quibus arva tueri,

quique novas alitis non ullo semine fruges,

 

quique satis largum caelo demittitis imbrem;"

 

 

  "toi, alme Cérès, si, grâce à votre don, la terre a remplacé le gland de Chaonie par l'épi lourd, et versé dans la coupe de l'Achéloüs le jus des grappes par vous découvertes; [1,10] et vous, divinités gardiennes des campagnards, Faunes, portez ici vos pas, Faunes, ainsi que vous, jeunes Dryades: ce sont vos dons que je chante. Et toi qui, le premier, frappant la terre de ton grand trident, en fis jaillir le cheval frémissant, ô Neptune; et toi, habitant des bocages, grâce à qui trois cents taureaux neigeux broutent les gras halliers de Céa; toi-même, délaissant le paternel bocage et les bois du lycée, Pan, gardeur de brebis, si ton Ménale t'est cher, assiste-moi, Tégéen, et me favorise; et toi, Minerve, créatrice de l'olivier; et toi, enfant, qui nous montras l'arceau recourbé; [1,20] et Silvain, portant un tendre cyprès déraciné; vous tous, dieux et déesses, qui veillez avec soin sur nos guérets, qui nourrissez les plantes nouvelles nées sans aucune semence, et qui du haut du ciel faites tomber sur les semailles une pluie abondante. "

On distingue Sylvanus, le dieu Sylvain, et sylvāni, ōrum, m. : "les Sylvains" , divinités champêtres au service du dieu, et représentés avec des jambes et des oreilles de bouc. Ces esprits ou génies de la forêt sont très semblables au faunes, liés au dieu Faunus, auquel renvoie le nom synonyme d' Ochlodes faunus (Turati, 1905).

                         220px-Silvanus_BritMu023a.jpg British museum, I ou IIe siècle ap. J.C

  Quand au nom d' Ochlodes venatus (Bremer et Gray, 1853) sous lequel on trouvait souvent notre Sylvaine (d'où de nombreuses confusions), le site de taxinomie Funet indique  : " il apparaît que ce qui a été nommé O.venatus est actuellement O.faunus (ou O.sylvanus) *  ". Le véridique  O.venatus ne se trouve pas en Europe, mais à l'extrême-est de la  Russie. Mais ce venatus, [venatus, n : l'art de la chasse) "le veneur", soulignait avec cet accent cynégétique qu'il s'agissait d'un habitant des bois.

  Cette insistance zoonymique pour la forêt est étonnante pour une espèce dont les plantes hôtes sont des graminées et qui fréquente les milieux ouverts telles que les prairies, les haies, les bords de route, à la rigueur les orées et les clairières des bois, mais évite les milieux forestiers fermés. Cela s'explique par l'opinion de Esper, qui pensait qu'elle fréquentait les "dünnen Waldungen".

*  Je me conforme aussi aux conclusions de Dupont et al 2013, qui écrivent : "LERAUT écrit Ochlodes venatus faunus (Turati, 1905). Nous suivons l’opinion 1944 de la Commission Internationale de Nomenclature Zoologique (ICZN, 2000), qui stipule de conserver le nom sylvanus Esper, 1777, pour désigner ce taxon qui a été pendant longtemps assimilé à l’espèce est-paléarctique O. venatus (Bremer & Grey, 1853).

Cette espèce est présente dans toute la région paléarctique sauf en Afrique du Nord. Elle est signalée dans toute la France. Les chenilles s’observent sur diverses Poaceae."  

 

 

 



 

                II. Noms vernaculaires.

 

  Esper, dans sa description originale de 1777, avait distingué la Sylvaine du Papilio comma, (Hesperia comma, La Virgule) qui s'en distingue notamment par les taches argentées bien contrastées de la face inférieure de ses ailes. Étienne-Louis Geoffroy, notre premier auteur français, qui décrivit ses papillons en 1762, ne décrit qu'une espèce, la Bande Noire, et une "variété de la Bande Noire" (Ins. (2) p. 67

 Le Père Engramelle, dans sa description de la collection de Gigot d'Orcy Papillons d'Europe parue en 1779, ne décrit également que la Bande Noire page 192 pl 45. 

      On sent bien que les auteurs ne sont pas très à l'aise face à ces Hespéries, que Geoffroy nomme ses Estropiés "à cause du port singulier de leurs ailes quand ils sont en repos" : il n'en décrit que trois ou quatre, Engramelle cinq. Mais à propos de ce qu'il nomme Bande Noire, et qui pourrait englober les Thymelicus sylvestris et acteon, Hesperia comma et Ochlodes sylvanus, il décrit page 193 deux variétés différentes du papillon qu'il décrit (figures 95 a à h), mentionne la variété de Geoffroy en déplorant de ne pas la posséder, et cite la Planche 36 de Esper fig. 1 à 5 (voir supra) où Sylvanus est la figure 1. 

 Godart, qui hérita de cette situation, reconnut la Sylvaine dans le Variété de Geoffroy et dans les figures 95 a, b, c, d, g, et h de la planche 45 d'Engramelle.


 1.  Papilio Plebejus  Urbicola sylvanus, (Le Sylvain) C. de Villers

Charles de Villers, 1789, Caroli Linnaei Entomologia page 82 n°164.

De Villers donne une simple traduction entre parenthèse du nom latin, tout naturellement au masculin.

 

3. Hespérie Sylvain , Godart et Latreille, 1819.

 Latreille (P.A), Godart (J.B) 1819 , Encyclopédie méthodique, ou Entomologie, Paris : Vve Agasse tome 9, 1819, page 770 n° 117 .

Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses.

 

1. L'Hespérie Sylvain, Godart 1821.

Jean Baptiste Godart, Vauthier, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France Paris : Crevot, 1821  page 235 : Pl. 12, 2 fig.2 et tert., fig 3 peinte par C. Vauthier et gravée par Lanvin..

Godart renvoie à Geoffroy Hist. Ins. II, p.67," Variété de la Bande Noire", et à Engramelle, Papill. d'Eur. I. p.192 pl. 45, " La Bande-Noire". Le nom vernaculaire est une traduction du nom donné par Fabricius, Hesperia Sylvanus (Fab).

 

 

   Ce nom  a  été repris par tous les auteurs : par Hippolyte Lucas (1834) page 93,, Emile Blanchard 1845, Maurice Girard 1867, , Aristide Dupuis 1865 page 101, etc.  De même Le Borgne de Kermorvan, dans Le Tableau Systématique des lépidoptères du Finistère (Souvestre, 1836) page 165, utilise ce nom de héspérie sylvain, avec la mention "commun".

 

2. L'Hespérie Sylvaine.

 Cela semble être d'abord par accident et coquille que l'Hespérie Sylvain a acquis le féminin, dans F-Martin Grostête de Tigny, Histoire naturelle des insectes: composée d' après Réaumur, Geoffroy, Degeer, Roesel ..., Paris, 1802 Volume 1 page 256, à propos d'une "hespérie paniscus".

On trouve cette forme attestée en 1831 (Achille Pénot, Statistique du département du Haut-Rhin page 161), ou en 1851 en Suisse allemande.

C'est pourtant elle qui deviendra usuelle, sous sa forme contractée La Sylvaine, à la suite de l'intervention de G. C. Luquet (cf infra)

 

 


3. La Sylvine.

Ce nom est signalé par la fiche de l'Inventaire du Muséum. Néanmoins, il désigne déjà un papillon nocturne de la famille des Hepialidae, Triodia sylvina, anciennement Hepialus sylvina (L. 1761) ouAlphus sylvinus. C'est la Sylvine d'Engramelle Tome 5 page 78, le Cossus sylvine de Godart et Duponchel (Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France Paris : Crevot. vol.4, p. 43). 

 Ce zoonyme semble donc porter à confusion. On le trouve rarement utilisé, comme dans l'Atlas des papillons de Paul Girod, Klincksieck 1912, p.28.

 

La Chenille.

Ni Boisduval, ni Duponchel ne décrivent la chenille de la Sylvaine. Duponchel explique la difficulté de découvrir des chenilles qui se dissimulent dans le repli d'une feuille.    

 


6. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986.

       Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet propose comme nom principal La Sylvaine ; Il ionvalide Le Sylvain et La Sylvine, avec le commentaire suivant :

  "Il convient d'utiliser pour Oclodes venatus le nom de "Sylvaine" à l'exclusion de tout autre. J'ai récemment fait remarquer que le nom de "Sylvain" doit être réservé aux Nymphalides de la tribu des Limenitini, quand bien même de nombreux auteurs l'ont employé de manière erronée pour désigner cette Hespérie. Quand au nom de "Sylvine", il désigne Triodia sylvina L. (Hépialidés) et doit êtrre reservé exclusivement à cette Hépiale."

 


7. Noms vernaculaires contemporains :

 

  Charles Oberthür et Constant Houlbert, dans leur Faune armoricaine de 1912-1921, utilisent le nom scientifique de Hesperia sylvanus  pour présenter ce papillon et ignorent le nom vernaculaire. 


—Bellmann / Luquet 2008 : Ochlodes faunus "La Sylvaine ".

— Chinery / Luquet 2012  :Ochlodes sylvanus "La Sylvaine".

— Doux & Gibeaux 2007 : Ochlodes faunus " La Sylvaine".

— Higgins & Riley /Luquet 1988 : "La Sylvaine". 

— Lafranchis, 2000 : Ochlodes venatus "La Sylvaine" .

— Perrein et al., 2012 :Ochlodes faunus " Sylvaine" .

— Tolman & Lewington / P. Leraut 2009 : Ochlodes venatus " la Sylvaine".

— Wikipédia : "La Sylvaine ou Hespérie Sylvaine".

 

 

III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

Piippopaksupaa en finnois

— Stor bredpande (grand front uni) en danois.

Foars Groukopk en frison.

 Miškinis storgalvis en lituanien (Miškinis = "boisé")

Groot dikkopje en néerlandais

Large Skipper (Grand Skipper) en anglais, 

 Rostfarbiger Dickkopffalter (papillon à grosse tête et couleur de rouille) en allemand, Der Waldstrichfalter.

 — Storngssmygare  (smygare : skipper, faufileur, hespérie) en suédois

— Ängssmygare ( skipper des prairies) en suédois.

  — Engsmyger en norvégien (smyger : skipper, faufileur, hespérie)

 — Dorada orla ancha (large bordure d'or) en espagnol

Karłątek kniejnik en polonais

Soumračník rezavý en tchèque

Orman Zıpzıpı en turc

Erdei busalepke en hongrois

Niidupunnpea en estonien.

 

Súmračník hrdzavý en slovaque

      Langues celtiques  : 

1. langues gaéliques :  irlandais (gaeilge) ; écossais (Gàidhlig ) ; mannois ( gaelg :île de Man).

  •  en irlandais

  •  en mannois.

  • pas de nom en gaélique écossais*

2. Langues brittoniques : breton (brezhoneg) ; cornique (kernevek); gallois (Welsh, cymraeg).

  •  pas de nom en breton ; 

  • Gwibiwr mawr en gallois.

 *Liste des noms gaéliques écossais pour les plantes, les animaux et les champignons. Compilé par Emily Edwards, Agente des communications gaélique, à partir de diverses sources.   http://www.nhm.ac.uk/research-curation/scientific-resources/biodiversity/uk-biodiversity/uk-species/checklists/NHMSYS0020791186/version1.html

 

 Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR

 

 IV. Zoonymie vernaculaire anglo-saxonne ( M.A Salmon, 2000). 

      Premier signalement ango-saxon par Petiver.

  • The Chequer-like Hog : mâle (Petiver, 1704).
  • The Chequer-like Hog, femelle (Petiver, 1704).
  • The streakt Cloudy Hog : mâle (Petiver, 1717)
  • The Cloudy Hog : femelle (Petiver, 1717)
  • The large Skipper (Harris, et la plupart des auteurs).
  • The Wood Skipper (Samouelle, 1819).
  • The Clouded Skipper (Rennie, 1832).

 

 

       Bibliographie, liens et Sources.

 

— Site Funet Ochlodes


Inventaire National du Patrimoine Naturel du Muséum d'Histoire Naturelle.

— UK Butterflies : sylvanus.

— lepiforum :  http://www.lepiforum.de/lepiwiki.pl?Ochlodes_Sylvanus

 —Images : voir les superbes dessins de Hübner: pl. 8.

HÜBNER, Jacob, 1761-1826 Das kleine Schmetterlingsbuch : die Tagfalter : kolorierte Stiche,  Insel-Bücherei ;http://www.biodiversitylibrary.org/item/138312#page/35/mode/1up 

 

                 I.  Étymologie des lépidoptères :


— EMMET (Arthur Maitland) 1991. The Scientific Names of the British Lepidoptera: Their History and Meaning, Colchester, Essex, England : Harley Books, 1991,  288 p. : ill. ; 25 cm.

— GLASER L, 1887 Catalogus etymologicus Coleoperum et Lepidopterum. Erklärendes und verdeutschendes namensverzeichnis der Käfer und Schmetterlinge fûr Liebhaber und wissenschaftliche Sammler, R. Friehändler : Berlin 1887, 396 pages. BHL Openlibrary.

— GLASER, L, 1882 "Zur Nomenklatur des deutschen Tagfalter, in Entomologischen Nachrichten, Stettin 1882  pages 303-317,

  https://archive.org/stream/entomologischena81882berl#page/310/mode/2up/search/lycaena)

— Gozmány, László: Vocabularium nominum animalium Europae septem linguis redactum2 vols. Budapest: Akadémiai Kiadó, 1979. 

—HÜRTER Hans-Arnold 1988 Die wissenschaftlichen Schmetterlingsnamen, Herleitung und Deutung, Bottrop ; Essen : Pomp, 492 pages.

— ISAAK (Mark) Curiosities of the biological nomenclatureen ligne.

— JANSENN (August) 1980 , "Entomologie und Etymologie der Namen der belgischen Tagfalter"; in : Phegea, driemaandelijks tijdschrift van de vereniging voor Entomologie van de Koninklijke Maatschappij voor Dierkunde van Antwerpen, Jgg.8 Nr.2, 1980.

 — KEMPER Heinrich 1959 Die tierischen Schädlinge im Sprachgebrauch, Berlin : Duncker & Humblot 1959. Google books.

— MACLEOD (Roderick Donald) Key to the names of British Butterflies and moths, 86 pp. Londres 1959.

— SODOFFSKY (W), 1837. "Etymologische undersuchungen ueber die gattungsnamen der Schmetterlinge von W Sodoffsky, in Riga", Bulletin de la Société impériale des naturalistes de Moscou, n° VI, Moscou : imprimerie d'Auguste Sémen, 1837, 167 p. Archiv.org.

 — SPANNERT (Anton), 1888, Die wissenschaftlichen Benennungen der Europäischen Großschmetterlinge mit sâmmtlichen anerkannten Varietâten und Aberationen, Karl Duncker : Berlin,1888, 239 pages.

 —SPULER  (Dr Arnold), Die Europas Schmetterlinge, 1901-1908. Vol.1. Allgemeiner Teil —Spezieller Teil. I-CXXVIII + 1-386 + [1]-[6], 265 fig. dans le texte, E. Schweizelbart'sche Verlagsbuchhandlung, Nägele und Dr Sproesser édit., Stuttgart, Allemagne. En ligne sur BHL

 



        II. Bibliographie entomologique : Rhopalocères.

 

Nomenclator Zoologicus :   http://iphylo.org/~rpage/nz/index.php 

— ALBIN, E.: A Natural History of English Insects: Illustrated with a Hundred Copper Plates, Curiously Engraven from the Life. 1720. GDZ Göttingen

— BELLMANN Heiko, 2008 Quel est donc ce papillon, Les Guides Nathan, Paris : Nathan, 2008. Traduction française et noms vernaculaires par G.C. Luquet.

— BLAB (Josef), RUCKSTULH (Thomas) ESCHE (Thomas)  [et al.], adaptation et traduction française LUQUET (Gérard-Christian), 1988 Sauvons les papillons  : les connaître pour mieux les protéger ; préface de Pierre Richard Paris : Duculot 1 vol. (192 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 27 cm Trad. de : "Aktion Schmetterling so können wir sie retten". 

 BOISDUVAL Histoire naturelle des insectes Roret 1836 books.google.fr/books?id=2Kgi4FH6kj0C

— BOISDUVAL ( Jean Alphonse),  GRASLIN, (Adolphe Hercule de), Dumesnil (P.C.R.C)  Rambur (Pierre).1833 Collection iconographique et historique des chenilles ou description et figures des chenilles d'Europe, avec l'histoire de leurs métamorphoses et des applications à l'agriculture, Paris : Librairie encyclopédique de Roret, 1832-1837 [1833]. BHL Libr

—  BOISDUVAL (Jean-Alphonse) Essai sur une monographie des zygénides : suivi du Tableau méthodique des lépidoptères d'Europe Paris : Méquignon-Marvis 1829 Gallica

— BOITARD (Pierre ) Manuel d'entomologie ou Histoire naturelle de insectes: contenant la synonymie de la plus grande partie des espèces d'Europe et des espèces exotiques les plus remarquables, Tome second, Paris : Roret, 1828,  Gallica

— BRIDGES (Charles A.) 1993 Bibliography (Lepidoptera: Rhopalocera)  2nd ed. C.A. Bridges in Urbana, Ill . Archiv.org. 

— CHINERY (Michael), Insectes de France et d'Europe occidentale, adaptation française  G. Luquet pour les lépidoptères, Flammarion 2005, 2eme édition 2012, 320 p.

— CURTIS, J. (1823-1840). British Entomology; being illustrations and descriptions of the genera of insects found in Great Britain and Ireland: containing coloured figures from nature of the most rare and beautiful species, and in many instances of the plants upon wich they are found. Vol. V. Lepidoptera, Part. I. Londres.             http://biodiversitylibrary.org/page/8221625#page/71/mode/1up

— DAREMBERG (C.) et SAGLIO (E.),  Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines  (1877-1919) Univ. de Toulouse Le Mirail :http://dagr.univ-tlse2.fr/sdx/dagr/rechercher.xsp?qid=sdx_q3&hpp=51&p=7&filtre=A

— DALE (Charles William) 1890 The history of our British butterflies containing - a full bibliographical note of each species, with copious extracts from the old authors; and full descriptions of all the British species, their eggs, caterpillars, chrysalides and varieties, with a notice of their habits, localities, frequency,  J. Kempster : London 1890 Archiv.org.

— DOUX (Yves), GIBEAUX (Christian), 2007, Les papillons de jour d'Île de France et de l'Oise,Collection Parthénope, Edition Biotope, Mèze, ; Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, 2007, 288 p. Préface, index et supervision scientifique de Gérard Chr. Luquet.

— DUPONT (Pascal), DEMERGES (David), DROUET (Eric) et LUQUET (Gérard Chr.). 2013. Révision systématique, taxinomique et nomenclaturale des Rhopalocera et des Zygaenidae de France métropolitaine. Conséquences sur l’acquisition et la gestion des données d’inventaire. Rapport MMNHN-SPN 2013 - 19, 201 p. 

  http://www.mnhn.fr/spn/docs/rapports/SPN%202013%20-%2019%20-%20Ref_Rhopaloceres_Zygenes_V2013.pdf

— DUPONCHEL (Philogène Auguste Joseph) 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles pour servir à de compléter une l'Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France, de MM. Godart et Duponchel . Paris : Germer Baillère, 1849. BHL.Library

—  ENGRAMELLE (R.P. Jacques Louis Florentin), 1779, Papillons d'Europe peints d'après nature par M; Ernst. Gravés par M. Gérardin et coloriés sous leur direction. Première partie. Chenilles, Crysalides et Papillons de jour [décrits par le R.P. Engramelle, Religi[eux] Augustin, Quartier Saint-Germain] Se vend à Paris chez M. Ernst et Gérardin. Paris : Delaguette/Basan & Poignant 1779. Volume 1 [1]+[VIII],[i-xxxiv] - 206p-errata [i-vi], 3 pl. en noir, 48 planches coloriées (I-XLVIII), 100 espèces. 

— ENGRAMELLE (R.P. Jacques Louis Florentin), 1779, Papillons d'Europe peints d'après nature par M; Ernst et gravés et coloriés sous sa direction. Première partie. Chenilles, Crysalides et Papillons de jour décrits par le R.P. Engramelle, Religi[eux] Augustin, Q[uartier] S[aint-] G[ermain] Se vend à Paris chez M. Ernst, auteur ; Bazan ; P.M. Delaguette, imprimeur ;  Basan & Poignant marchands d'Estampes rue et et Hôtel Serpente. Paris : Delaguette/Basan & Poignant 1779. Tome II . (i-ii), pp 207-229, espèces n° 102-112, puis suppléments pp; 230-333 puis Table. Books-Google.

— ESPER (Eugenius Johannes Christian) Die Schmetterlinge in Abbildungen nach der Natur / mit Beschreibungen, herausgegeben mit Zusätzen von Toussaint von Charpentier. Leipzig : T.O. Weigel, [1829-1839] En ligne BHL.

  — FABRICIUS (Johann Christian) 1807  "Nach Fabricii systema glossatorum" in Johann Karl Wilhelm Illiger, "Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge [...], Magazin für Insektenkunde , Braunschweig [Brunswick] (6) https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

— FABRICIUS (Johann Christian) 1787  Fabricii Mantissa insectorum Hafniae 1787 en ligne Goettingen.

— FABRICIUS (Johann Christian)  1798  Supplementum Entomologiae systematica , Hafniae.

 — FOURCROY (A. F.) 1785. Entomologia Parisiensis; sive catalogus insectorum quæ in agro Parisiensi reperiuntur; secundam methodam Geoffrœanam in sectiones, genera & species distributus: cui addita sunt nomina trivialia & fere trecentæ novæ species. Pars secunda. Parisiis. (Hôtel Serpente). 2. 232-544. Traduction en latin de l'Histoire des insectes de E.L. Geoffroy. http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

 — GEOFFROY (Étienne-Louis, Docteur en médecine) 1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ;Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII  colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. 744p. http://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/n9/mode/2up

— GEOFFROY [Étienne-Louis] 1798-99 Histoire abrégée des insectes dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique. Nouvelle édition, revue, corrigée, & augmentée d'un supplément considérable. / par M. Geoffroy, docteur en médecine. A Paris :Chez Calixte-Volland, libraire, quai des Augustins, no. 24 :An VII de la République françoise [1799]. http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/14595#/summary

— GEER, (Charles de), Mémoires pour servir à l'histoire des insectes , Stockholm : Hesselberg, 1771.Tome 1 [1]-[15] 707 pages, 37 planches, Gallica .  Tome second première partie 616 pages,  ; Tome second deuxième partie pages 617 à 1175, 43 planches gravées par Bergquist. Gallica.

— GODART (Jean-Baptiste) Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France décrits par M. Godart, ancien proviseur Paris : Crevot 1821 Vol.1, Première partie, environs de Paris, [I]-[vij] + 295 p. Planches dessinées par [Antoine Charles] Vauthier et gravées par Lanvin.

 —  GRIFFITH (W. J. )  Catalogue raisonné des lépidoptères observés en Bretagne jusqu'en 1882, ,... publié par les soins de T. Bézier. Rennes : Impr. Fr. Simon, 1902.

— GRIFFITH (William John) 1879 "Sur quelques-uns de nos lépidoptères nuisibles", Extrait duBulletin de la Société polymathique du Morbihan. 1er et 2e semestre 1879, 37 pages.  

— HAWORTH Adrian Hardy Lepidoptera Britannica;: sistens digestionem novam insectorum Lepidopterorum ...London, 1803, Google books

— HIGGINS (L. G.) et RILEY (N. D.) 1988. Guide des Papillons d'Europe : Rhopalocères. Troisième édition française. Traduction et adaptation par Th. Bourgoin, avec la collaboration de P. Leraut, G. Chr. Luquet et J. Minet. Delachaux et Niestlé édit., Neuchâtel ,1988, 455 pages.

— LAFRANCHIS (Tristan), 2000 Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Collection Parthénope, Ed Biotope, Mèze, 448p. 

   LATREILLE (P.A.) 1796 Précis des caractères génériques des insectes disposés dans un ordre naturel par le citoyen Latreille Paris, Brive : 1796 pages 140-149.

 — LATREILLE, P. A., 1804. "Tableau méthodique des Insectes", pp. 184-187 in Nouveau Dictionnaire d’Histoire Naturelle, Paris : Déterville. vol.24. 

LATREILLE (P.A.) Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle appliquée aux arts, Paris : Detreville vol. 17, 1803 ici

LATREILLE (P.A.) Nouveau Dictionnaire d'histoire naturelle vol. 24 1818 : Classification page 501 http://books.google.fr/books?id=I_NBAAAAYAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=vanesse&f=false

—LATREILLE, P. A., 1805. Histoire Naturelle, Générale et Particulière des Crustacés et des Insectes. Tome XIII, p. 369. Paris : Dufart.

 — LATREILLE P. A. 1810. Considérations générales sur l'ordre naturel des animaux composant les classes des Crustacés, des Arachnides et des Insectes; avec un tableau méthodique de leurs genres, disposés en familles. Paris: F. Schoell, 444 pp. pp. 350-370.

 —LATREILLE  (P.A) et Olivier Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle 2eme édition tome 27 1818.

 — LATREILLE (P.A), GODART (J.B) 1819 , Encyclopédie méthodique, ou Entomologie, Paris : Vve Agasse tome 9 1819. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

 — LERAUT (Patrice) 1997 "Liste systématique et synonymique des Lépidoptères de France, Belgique et Corse" (deuxième édition) Alexanor, 20, Supplément hors série : 1-526, 10 illustr., photog, 38 fig.

— LEWIN, W. 1795 The Insects of Great Britain, systematically arranged, accurately engraved, and painted from nature, with the natural history of each species BHL library

http://www.biodiversitylibrary.org/item/103670#page/7/mode/1up

 

— LUCAS ([Pierre-] Hippolyte)  Histoire naturelle des lépidoptères d'Europe Paris : Pauquet  1834 ouvrage orné nature de près de 400 figures peintes d'apres, par A. Noel, et gravées sur acier.http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4416154.r=lucas+papillons.langFR 

 http://www.biodiversitylibrary.org/item/53843#page/11/mode/1up

— LUQUET (Gérard Chr.) 1986 "Les noms vernaculaires français des Rhopalocères d'Europe", Alexanor, Revue des Lépidoptéristes français, tome 14, juillet-septembre 1986, suppl.)

— LUQUET (Gérard Chr.) 1986 —in : PFLETSCHINGER (Hans). Papillons.Comment identifier et reconnaître les papillons d'Europe et leurs chenilles traduit et adapté de l'allemand par G. Chr. Luquet. 80 p., 88 illustr. photogr. coul. Collection "Miniguides Nathan tout terrain". Fernand Nathan édit. Paris.

— MOFFET (Thomas) 1634 Insectorum, sive, Minimorum animalium theatrum.  Londini : Ex officin typographic Thom. Cotes et venales extant apud Guiliel. Hope, 1634.  BHL.

— MERIAN (Maria-Sibylla) Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l'Europe contenant leur description, leurs figures, leur différentes métamorphoses..., par Mademoiselle Marie-Sybille de Mérian, en deux parties in-folio. Troisième édition, revue, corrigée & considérablement augmentée par M. Buch'oz, ... A laquelle on a joint une troisième partie qui traite des plus belles fleurs, telles que des plantes bulbeuses, liliacées, caryophillées... Tome premier [-troisième] traduit par Jean Marret Paris : Desnos, 1771. PDF Bibliothèque de Toulouse, 3 volumes http://tolosana.univ-toulouse.fr/notice/07558171x

— MERIAN (Maria-Sibylla) Der Raupen wunderbare Verwandelung, und sonderbare Blumen-nahrung: worinnen, durch eine gantz-neue Erfindung, Der Raupen, Würmer, Sommer-vögelein, Motten, Fliegen, und anderer dergleichen Thierlein, Ursprung, Speisen, und Veränderungen, samt ihrer Zeit, Ort und Eigenschaften (Band 2) Nürnberg , Frankfurt , Leipzig, 1683 Volume 2 (insectes d'Europe) digitalisé par  Universitätsbibliothek Heidelberg;

 — MERRET (Christopher) 1667  Pinax Rerum Naturalium Britannicarum. 1667. Google Books

http://books.google.co.uk/books?id=p0SjZ7N6TA0C&printsec=frontcover&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

  — OBERTHÜR (Charles), HOULBERT (Constant), 1912-1921, Faune entomologique armoricaine. Lépidoptères. Rhopalocères, Rennes : Imprimerie Oberthür 1912-1921, 258 pages.

— PETIVER (James), 1702-1706? Gazophylacii naturae & artis, : decas prima-[decima]. In quaÌ‚ animalia, quadrupeda, aves, pisces, reptilia, insecta, vegetabilia; item fossilia, corpora marina & stirpes minerales eÌ€ terra eruta, lapides figuraÌ‚ insignes &c. Descriptionibus brevibus & iconibus illustrantur. Hisce annexa erit supellex antiquaria, numismata, gemmae excisae, & sculpturae, opera figulina, lucernae, urnae, instrumenta varia, inscriptiones, busta, reliquaque ad rem priscam spectantia: item machinæ, effigies clarorum virorum, omniaque arte producta... / Jacobus Petiver Londini: : Ex OfficinaÌ‚ Christ. Bateman ad insignia Bibliae & Coronae, vico vulgo dict. Pater-Noster-Row., MDCCII. [1702-1706?]. Version Google books de 1702 ou mieux GDZ Göttingen (Planches).

— PETIVER (James) 1695-1703 Musei Petiveriani centuria prima-decima, rariora naturae continens: viz. animalia, fossilia, plantas, ex variis mundi plagis advecta, ordine digesta et nominibus propriis signata, London, 1695-1703 Version Books-Google.

— PETIVER (James) 1767 Jacobi Petiveri Opera, historiam naturalem spectantia containing several thousand figures of birds, beats, fifh, reptiles, insects shells, corals, and fossils; also of trees, shrubs, herbs, fruits, fungus's, mosses, sea-weeds, &c. from all parts, adapted to Ray's History of plants on above three hundred copper-plates, with English and Latin names, London, James Empson (éditeur), 1767  Version Books.Google 

— PETIVER (James) 1717 Papilionum Brittaniae Icones (1717)  

— PERREIN (Christian) 2012 et al. , Biohistoire des papillons, Presses Universitaires de Rennes 2012.


— RAMANN (Gustav) 1870-76, Die Schmetterlinge Deutschlands und der angrenzenden Länder in nach der Natur gezeichneten Abbildungen nebst  erläuterndem Text, 4 Bände, Band 1, Arnstadt 1870-1876. 
— RAY  (John) Historia insectorum, Londini 1710 Archive.org
— RÉAUMUR [René-Antoine] de Ferchault 1734-1748 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes   Paris : Imprimerie Royale, 6 volumes, de 1734 à 1748 [un 7e, copie du manuscrit original, paraîtra en 1928], 267 planches gravées par Simoneau, Lucas, Haussard et Fillioeul. En ligne BHL.  Voir aussi VALLOT J.N. 1802.
 ROBERT (Paul A.)  1934 — Les Papillons dans la nature, Delachaux et Niestlé : Neufchâtel et Paris,  405 p., 64 pl. couleurs books.google.fr/books?id=jSFDAAAAYAAJ

— RÖSEL VON ROSENHOF De natuurlyke historie der insecten; voorzien met naar 't leven getekende en gekoleurde plaaten. Volgens eigen ondervinding beschreeven, door den heer August Johan Rösel, van Rosenhof, miniatuur-schilder. Met zeer nutte en fraaie aanmerkingen verrykt, door
den heer C. F. C. Kleemann ...Te Haarlem,By C. H. Bohn en H. de Wit, boekverkoopers [1764-68] BHL Library 

 — SALMON (Michael A.) 2000, The Aurelian legacy, British butterflies and their collectors, University of California Press, 2000.

SCOPOLI (Jean-Antoine) Ioannis Antonii Scopoli Med. Doct. S.C.R. ... Entomologia Carniolica exhibens insecta Carnioliae indigena et distributa in ordines, genera, species, varietates : methodo Linnaeana. Vindobonae :Typis Ioannis Thomae Trattner ...,1763. En ligne BHL.

 — SCUDDER, S. H. 1875. "Historical sketch of the generic names proposed for Butterflies: a contribution to systematic nomenclature". Proceedings of the American Academy of Arts and Sciences, 10: 91-293. http://biodiversitylibrary.org/page/3076769#page/269/mode/1up

— SODOFFSKY (Wilhem),1837. "Etymologische Untersuchungen ueber die Gattungsnamen der Schmetterlinge"  Bulletin de la Société Impériale des Naturalistes de Moscou. 10(6) : 76-97.

 — SOUVESTRE (Émile), 1836  Voyage dans le Finistère par Jacques Cambry, revu et augmenté par- : "Tableau systématique des lépidoptères qui se trouvent dans le département du Finistère" par  [(Hesse et) Le Borgne de Kermorvan] Brest : Come et Bonetbeau, 1835 page 165

— TOLMAN (Tom), LEWINGTON (Richard), Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, traduction et adaptation française Patrick Leraut,  Paris : Delachaux et Niestlé 1999 et 2009, 384 pages.

— VALLOT J.N. Concordance systématique, servant de table de matières à l'ouvrage de Reaumur, Paris : Grégoire, Thouvenin, 1802. En ligne Google books.

  — VILLERS (Charles de) 1789 Caroli Linnaei Entomologia, faunae Suecicae descriptionibus aucta : DD. Scopoli, Geoffroy, de Geer, Fabricii, Schrank, &c., speciebus vel in systemate non enumeratis, vel nuperrime detectis, vel speciebus Galli australis locupletata, generum specierumque rariorum iconibus ornata; curante & augente Carolo de Villers .. Lyon : Pietre et Delamollière, (1789). https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

— WALCKENAER (C.A.) 1802,  Faune parisienne, insectes, ou, Histoire abrégée des insectes des environs de Paris classés d'après le système de Fabricius; précédée d'un discours sur les insectes en général, pour servir d'introduction à l'étude de l'entomologie accompagnée de sept planches gravées Paris : Dentu 1802 en ligne BHL.  

 

— WESTWOOD (J O) & HUMPHREYS (Henry Noël), British butterflies and their transformations, William Smith : London 1841.

— WILKES (Benjamin) One hundred and twenty Copper plates of English moths and butterflies ... with a natural history London : Benjamin White 1773  Books.google.

— WILKES (Benjamin), The english moths and butterflies, etc... London : printed for the author 1747-49 Books.Goggle

— ZIMMER, (Dieter E., rédacteur du mensuel Der Zeit) A guide to Nabokov's Butterflies and Moths et Butterflies and Moths in Nabokov's Published Writings , Web version 2012.


 

                           III. Boite à liens. 

      Liste des références d' auteurs avec les liens vers leurs publications:  http://www.ukbutterflies.co.uk/references.php

Boisduval chenille 1832 :   http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/51588#/summary

Boisduval Tableau meth. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97190k/f1.image.pagination.r=Boisduval.langFR

Boitard, 1828. : http://books.google.fr/books?id=K3ShlXhmFsEC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Dale https://archive.org/stream/historyofourbrit00dalerich#page/n5/mode/2up

Duponchel, chenilles 1849 : BHL :  

 http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/9410#/summary

Engramelle :    http://books.google.fr/books?id=em0FAAAAQAAJ

et https://archive.org/stream/papillonsdeurop00ernsgoog#page/n159/mode/2up

Engramelle vol. 2 : http://books.google.fr/books/about/Papillons_d_Europe_peints_d_apr%C3%A8s_natur.html?id=jbS5ocRuGsYC&redir_esc=y

Engramelle vol. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84701433

Esper : http://www.biodiversitylibrary.org/item/53441#page/9/mode/1up

Fabricius :1775  http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/36510#/summary

Fabricius 1787 :

http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=25707

Fabricius 1807 :  https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

 Geoffroy  :    http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/51067#page/9/mode/1up

De Geer :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97151p/f1.image.r=.langFR

Godart 1821 BHL :  http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38004#page/256/mode/1up

Godart latreille 1819 :   http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

 https://archive.org/stream/encyclopdiem09metc#page/n3/mode/2up

Kirby  1871: http://www.biodiversitylibrary.org/item/64906#page/9/mode/1up

Latreille 1804 :           http://books.google.fr/books?id=xBsOAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Latreille 1810 :  http://www.biodiversitylibrary.org/item/47766#page/358/mode/1up

Leach : http://biodiversitylibrary.org/page/17493618#page/136/mode/1up

Linné   http://www.biodiversitylibrary.org/item/10277#page/3/mode/1up

http://books.google.fr/books?id=Jps-AAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=elinguis&f=false

Linné, Mantissa plantarum   http://bibdigital.rjb.csic.es/spa/Libro.php?Libro=947&Pagina=545

Linné fauna suecica 1746 :http://biodiversitylibrary.org/bibliography/63899#/summary

Linné fauna suecica 1761 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/46380#/summary

Linné S.N. 1767 :http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN362053723&DMDID=DMDLOG_0001&LOGID=LOG_0001&PHYSID=PHYS_0002

Merian, Insectes d'Europe : http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/merian1683bd2

Moffet :    http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/60501#/summary

Petiver James, Musei petiveriani centura prima 1695 digitalisé par Google  (accès partiel)

http://books.google.fr/books/about/Musei_Petiveriani_centuria_prima.html?id=vp05AAAAcAAJ&redir_esc=y

Petiver, Gazophylacii :books.google.fr/books?id=sp05AAAAcAAJ

Petiver, Papilionum brittaniae 1717  in Opera Books .google  

Ray  : https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/n11/mode/2up

Réaumur : http://www.biodiversitylibrary.org/item/50298#page/11/mode/1up

Rösel : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/7362#/summary

http://www.biodiversitylibrary.org/item/31182#page/138/mode/1up

Rottemburg : 

http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=8326

Scopoli Entomologia carniolica 1763

   http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/34434#/summary

Soddoffsky :http://www.archive.org/stream/bulletindelas10183768mosk#page/n82/mode/1up

Spuler : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/9477#/summary

 De Villers 1789 :  https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

Walckenaer : http://www.biodiversitylibrary.org/item/79375#page/289/mode/1up

Westwood et Humphreys 1841 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/12483#/summary

Wilkes, english moths and butterflies http://books.google.fr/books?id=x1xnr4VCDe0C&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false 

Goettingen animalbase : base de donnée : http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/search

Butterflies of America : http://butterfliesofamerica.com/polyommatus_icarus.htm

 Bestimmungshilfe für die in Europa nachgewiesenen Schmetterlingsarten :http://www.lepiforum.de/

— Un beau plaidoyer sur les noms de papillons :

 http://excerpts.numilog.com/books/9782759217045.pdf 

— Articles biographiques sur les taxonomistes entomologistes http://gap.entclub.org/taxonomists/index.html 

  — http://www.reserves-naturelles.org/sites/default/files/fichiers/protocole-rhopalo-liste-especes.pdf

 

— site d'identification ;http://r.a.r.e.free.fr/interactif/photos%20nymphalidae/index.htm

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche