Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 22:49

 

 Zoonymie (étude du nom) du papillon le Faune Hipparchia statininus Hufnagel, 1766.

 

 

La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique  qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

 

Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

 

Résumé. 

 

 — Hipparchia Fabricius, 1807.  Hipparchia est une philosophe  grecque de la fin du IVe siècle av. J.-C., sœur de Métroclès lui-même disciple  du philosophe cynique Cratès de Thèbes. Selon Diogène Laërce, Métroclès présente son maître à Hipparchia. Celle-ci s'éprend de lui. Elle refuse les prétendants les plus riches et menace de se suicider si ses parents ne lui permettent pas de l'épouser. Cratès se déshabille devant eux, en adressant ce discours à Hipparchia : « Voilà ton fiancé et tout son avoir, décide-toi en conséquence, car tu ne saurais être ma compagne à moins d'adopter aussi mes habitudes de vie ». Hipparchia n'hésite pas : elle conclut avec Cratès un mariage cynique ("de chien" , ϰυνογαμίαν).

 

— statilinus Hufnagel, 1766 : Statilinus, ou Statanus est une divinité primitive romaine (ces dieux ou di indigetes d'une religion quasi animiste dont on attendait la protection pour chaque acte de la vie ) : celui-ci protégeait l'enfant dans ses premiers pas, et son nom vient du verbe latin sto, stare, "tenir debout". Comme l'écrivait un poète néolatin " Et Statanus suit l'enfant pas à pas Gouvernant sa marche vacillante : Il dirige son pied tendre, Veille sur lui avec attention Et anticipe ses chutes". 

 

— "Le Faune", Engramelle 1779. Linné avait donné le nom de "Faunus" en 1746 au papillon qui deviendra H. semele, plaçant ainsi toutes les espèces apparentées sous le signe des divinités romaines cornues et velues des forêts et lieux sauvages avec les Sylvains et les Nymphes : elles seront regroupées sous le nom de Satyres (mythologie grecque). Comme le Silène, l'Hermitte ou l'Agreste, le Faune d'Engramelle s'inscrit dans cette série. Godart en fera son "Satyre Fauna" en 1821.  Engramelle avait aussi utilisé deux autres noms, "Araschné"  et "Coronis", ce qui a créa une certaine confusion. G. Luquet y remédia en 1986 en validant le nom "Faune", en tolérant l'usage de "Araschné" (guère utilisé) et en se débarassant de "Coronis", muté en "Coronide" pour deux autres Satyres.

 

 

 

   I. Nom scientifique.


1. Famille et sous-famille.

a) Famille des Nymphalidae Rafinesque, 1815.

Cette famille comporte (Je suivrai Dupont & al. (2013) ) 8 sous-familles en France :

  • Sous-famille des Libytheinae Boisduval, Rambur, Dumesnil & Graslin, [1833]
  • Sous-famille des Danainae Boisduval, [1833] 
  • Sous-famille des Limenitidinae Butler, 1870
  • Sous-famille des Heliconiinae Swainson, 1822 
  • Sous-famille des Apaturinae Boisduval, 1840
  • Sous-famille des Nymphalinae Swainson, 1827
  • Sous-famille des Charaxinae Doherty, 1886 
  •  Sous-famille des Satyrinae Boisduval, [1833]
 
b) Sous-famille des Satyrinae Boisduval, [1833]
Dupont & al. (2013) s' appuient sur les travaux de PEÑA & al. (2006) pour la systématique des Satyrinae.
 c) Tribu des Satyrini Boisduval, [1833]

  • Sous-tribu des Parargina Tutt, 1896
  • Sous-tribu des Coenonymphina Tutt, 1896 
  • Sous-tribu des Melanargiina Wheeler, 1903
  • Sous-tribu des Maniolina Grote, 1897
  • Sous-tribu des Erebiina Tutt, 1896
  • Sous-tribu des Satyrina Boisduval, [1833]
d) Sous-tribu des Satyrina Boisduval, [1833]
  • Genre Hipparchia Fabricius, 1807
  • Genre Chazara Moore, 1893
  • Genre Satyrus Latreille, 1810
  • Genre Arethusana Lesse, 1951
  • Genre Brintesia Fruhstorfer, 1911
  • Genre Minois Hübner, [1819]
  • Genre Oeneis Hübner, [1819]

https://archive.org/stream/papillonsdeurop00ernsgoog#page/n143/mode/2up

https://archive.org/stream/encyclopdiem09metc#page/268/mode/2up

http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38004#page/106/mode/1up

http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/51067#page/54/mode/1up

http://books.google.fr/books?id=vp05AAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

http://www.biodiversitylibrary.org/item/138981#page/5/mode/1up

http://www.biodiversitylibrary.org/item/31397#page/120/mode/1up

http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38600#page/160/mode/1up


 
    
2. Nom de genre : Hipparchia Fabricius, 1807
 

 

 

                                            200px-Fabricius_Johann_Christian_1745-18

 

a) Description originale : 

 

Argynnis, "Systema glossatorium", in  "Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge aus den Linneischen Gattungen Papilio und Sphinges""Nach Fabricii systema glossatorum Tom 1" , in Johann Karl Wilhelm Illiger*, Magazin für Insektenkunde, Karl Reichard Braunschweig [Brunswick] (6) page 281.

*Illiger est le fils d'un marchand de Brunswick. Il fut l'élève de Johann Hellwig (1743-1831), un célèbre entomologiste. Le comte  von Hoffmannsegg (1766-1849), naturaliste et grand collectionneur, remarque alors le jeune homme et lui confie, afin qu'il les étudie, ses collections zoologiques. Illiger continue d'étudier les insectes et fait paraître la revue Magazin für Insektenkunde de 1802 à 1807. Les recommandations de Fabricius, de l'université de Kiel, lui valent un titre de docteur honoraire en 18061. Lorsque le musée zoologique de Berlin ouvre ses portes en 1810, Hoffmannsegg lui donne le poste de conservateur, fonction qu'il conservera jusqu'à sa mort.

 

  L'histoire de la publication du Systema glossatorum de Fabricius est en elle-même le petit roman tragique et complexe d'un manuscrit perdu. Ce nom de Systema glossatorum suppose d'abord que l'on sache que Fabricius, dont la classification des insectes reposait sur la structure des pièces buccales  utilisait le terme de Glossata (les Glossates) pour désigner les Lépidoptères, ou Papillons : en d'autres termes, il s'agit de sa Classification des Lépidoptères, la dernière de sa série des Systema après Systema eleutheratorum [les coléoptères] Kiliae 1801, Systema rhyngotorum [les hémiptères], Brunsvigae 1803, Systema piezatorum [les hyménoptères], Brunsvigae 1804 et Systema antliatorum [les diptères], Brunsvigae 1805.

 Le manuscrit du dernier des Systema a été terminé le 4 mars 1806 et envoyé à Reichard, le même éditeur que les précédents à Brunswig, et qui éditait aussi le Magazin für Insektenkunde d'Illiger.  C'est dans la sixième et dernière parution de cette revue que Illiger écrivit un article sur "La dernière classification par genre des papillons des genres linnéens Papilio et Sphinges", Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge aus den Linneischen Gattungen Papilio und Sphinges (cité supra, 1807 pp 277-289), anticipant la parution du premier volume de la Systema Glossatorum, annoncée pour Pâques 1808. Quant à Fabricius, il donna un résumé de son ouvrage dans  "Zeitung fur Literatur und Kunst in den Konigl. Danischen Staaten," Kiel, 11. Sept. 1807 (pp. 81-84) sous le titre: "Etatsrath Fabricius Rechenschaft an das Publikum fiber seine Classification der Glossaten. Joh. Christ. Fabricii systema glossatorum, Vol. I "

  Hélas, avant que ne paraisse le livre, l'éditeur fit faillite, et ses créanciers saisirent le matériel et vendirent les travaux en cours à des chiffonniers. On ignore ce qu'est devenu le manuscrit original de Fabricius, mais néanmoins, les sept premiers feuillets déjà imprimés de son livre ont été conservés, en trois exemplaires. L'un de ceux-ci  est maintenant à la Bibliothèque du Musée zoologique de Berlin : elle comporte les pages 1-112 avec la page de titre et s'intitule Systema glossatorum, sans mentionner "volume I". Elle a fait l'objet d'un fac-similé publié par F. Bryk en 1938. Un autre exemplaire appartenait à K.A Dohrn à Szczecin [Stettin], qui l'a légué au Musée zoologique de Szczecin ; après la seconde guerre mondiale, il devint la propriété de la Bibliothèque Royale de Copenhague. Il comprend les pages 3-112, sans la page de titre. Enfin, l'American Museum of Natural History de New-York  détient depuis au moins 1903 le troisième exemplaire. Il ne se compose que des pages 1-80, page de titre incluse. 

  Comme Dohrn signale que le numéro 6 de la revue d'Illiger avait brûlé lors d'un incendie chez l'imprimeur, Brik pense que le manuscrit de Fabricius a été détruit lors du même incendie. Ce manuscrit ne devait porter que sur le volume I, puisque la liste des genres, par laquelle Fabricius débute (page 9-12) ne comporte pas les Noctuidae et les Geometridae.

 Felix Brik (1938) sembla avoir utilisé une épreuve de la bibliothèque de la Berliner Naturforschung Gesselschaft, publiant un fac simile qui apporte les noms de nouvelles espèces par rapport à Illiger. (J Chr Fabricius Systema Glossatorum Nature 143, 784 (13 Mai 1939). Par son Opinion n° 137 du 30 octobre 1942, l'ICZN établi que les noms génériques publiés par Illiger sont à créditer à "Fabricius (in Illiger), 1807" et par extension de l'Opinion n° 137, les noms triviaux du fac-similé de Briks sont indiqués "Fabricius (in Brik), 1938".  

 

 Dans la note préliminaire d'Illiger, Fabricius divisait l'ensemble de ses Papilio (papillons "de jour") en 49 "genres", dans lesquels il englobait les Sphinx (n°43), les Sesia (n°44) les Zygaena (n°47), sans distinction, alors que Latreille (dont la classification de 1804 est présentée dans la partie B du même article page 90) crée des Sections (Diurnes-Crépusculaires-) divisées en familles (Papillionides et Sphingides), elles-mêmes divisées en quatre sous-groupes.

 

Sources du paragraphe: 

 SL Tuxen Annu Rev. Entomol.1967,  http://www.annualreviews.org/doi/pdf/10.1146/annurev.en.12.010167.000245

Voir aussi Taeger, Nota lepidopterologic 2001

 https://archive.org/stream/notalepidoptero242001soci#page/n89/mode/2up/search/fabricius

 Zimmer, 2012 http://dezimmer.net/eGuide/Lep2.1-T-Z.htm

 

 

 — Description : 

 14. Hipparchia. Taster zwei, lang, fein, zusammengedrükkt, nach aufsen länger gefranzt, dreigliedrig ; drittes Glied kurz, eingekrümmt, spitz, unter der Spitze eingelenkt. Fülher nach aussen dikker, spitlich. (Putzfüfse.)

Pap. Hermione, Fauna, Maera, Ligea, Epiphron, Galathea, Pilosellae, Hyperanthus, Rumina. 119 Art.

 

— Type spécifique: Papilio hermione Linnaeus, 1764 = P. fagi Scopoli, 1763 ; sélectionné par Butler en 1868

b) Sous-genres.

 Ce genre renferme  4 sous-genres :     

 Pour les sous-genres, la taxonomie suit  Fauna Europaea

—Sous-genre Neohipparchia Lesse, 1951

  • Hipparchia statilinus (Hufnagel, 1766) le Faune

—Sous-genre Pseudotergumia Agenjo, 1947

  • Hipparchia fidia (Linnaeus, 1767), le Chevron blanc

—Sous-genre Parahipparchia Kudrna, 1977

  • Hipparchia semele (Linnaeus, 1758) l'Agreste.
  • Hipparchia aristaeus (Bonelli, 1826)  l'Agreste flamboyant.

— Sous-genre Hipparchia Fabricius, 1807

  • Hipparchia neomiris (Godart, 1822)  le Mercure tyrrhénien. 
  • Hipparchia alcyone ([Denis & Schiffermüller], 1775)le  Petit Sylvandre.
  • Hipparchia genava (Fruhstorfer, 1908)  le Sylvandre helvète.
  • Hipparchia fagi (Scopoli, 1763) le Sylvandre

   


 c) Origine et signification du nom Hipparchia

 

— W. Soddofsky, (1837), :

 page 78...Eine Ausnahme von ihr machen die Gattungsnamen der Tagschmetterlinge, zu denen man fast durchgehends die Beinamen der Aphrodite wählte und die Linnéschen Klassenbezeichnungen : Papilio, Sphinx, Noctua u.s.w. Diese behielt man unverändert zum Andenken an den grossen Naturforscher bei....

2.Ueberall, wo man nicht auszeichnende Merkmale, die vielen Species einer Gattung in mehrere Familien getheilt werden musste, da wählte man zur Bezeichnung derselben die veralteten namen griechischer Städte, Flüsse, Inseln, und Personen, oder die Beinamen der Göttinnen.

 

page 81 Hipparchia. Von ιππαρχια, die Würde des Anführers einer Reiterabtheilung. Offenbar fremd unter den andern gattungsnamen. Daher wäre es wohl wünschenswerth, auch dieser Gattung einen Beinamen der venus zu ertheilen, etwa : Melania, von melas, dunkelfarbig, weil die meisten Species dieser Gattung schwarzbraun sind.

Hipparchia. De ιππαρχια,  dignité de chef d' escadron (de cavalerie). Apparemment étranger aux autres noms génériques. Par conséquent, il serait souhaitable,  de donner à  ce genre un surnom de Vénus, par exemple: Melania, de melas, de couleur sombre, car la plupart des espèces de ce genre sont noirs.

— L. Glaser page 127 :

"22.Erebia Boisd....(Hipparchia Fabr. "Hipparchische", weg d. Augen n.d. Astronomen Hipparch, nicht Leunis : "Pferdeführer"), ... 

Auch Sodoffsky u. Kraft erklären : ιππαρχια, mit Reiteranführung, der Letzere mit der Motivierung "wegen des hüpfenden Flugs" D.V. 

 

 — August Janssen (1980) page 42 :

ipparchos = hipparch, bevelhebber der ruiterij. 

 ipparchos = Hipparque, commandant de cavalerie.

 —A. Maitland Emmet (1991) page 156  : 

Hipparchus, a celebrated Greek astronomer  of the end of the 2nd century B.C. His catalogue of the stars was preserved by Ptolemy. Perhaps the prominent ocelli on the wings of some species suggested stars to Fabricius. originaly a family name for all the satyrines.

— Hans A. Hürter (1998) page 137 :

 

Was Fabricius bewogen hat, diese Gattung so zu nemmen, wird uns wohl für immer verborgen bleiben. Einen Zusammenhang mit dem astronomen hipparchos zu konstruieren "wegen der Augen", wie Glaser, oder mit der Reiteranführung "wegen des hüpfenden Flugs", wie Kraft, geht mit Sicherheit fehl.

   Am wahrscheinlichsten ist immer noch eine latinisierte Ableitung von Hipparchos mit der Endung -ia als dem befehlshaber der Reiterei, der im Stadtstaat Athen nach dem Tyrannen als "2 Mann im Staate" galt.

Ce que Fabricius a voulu dire avec ce nom de genre nou demeurera à jamais incompréhensible, et les évocations de l'astronome Hipparchus "à cause des yeux" (Glaser) ou "du bord de fuite des ailes" (Kraft) est voué à l'échec.

Le plus probable est encore une dérivation latinisée d'Hipparque avec la terminaison -ia en tant que commandant de la cavalerie, après le tyran ait été considéré comme un «deux homme dans l'état" dans la cité-État d'Athènes (??).


—Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 92:

Hipparchia : nom formé sur le nom d'Hipparque, célèbre astronome grec du IIe siècle avant Jésus-Christ. Son catalogue des étoiles fut conservé par Ptolémée. peut-être les ocelles alaires, très visibles portés par certaines espèces du genre ont-ils suggéré des étoiles à Fabricius.

 

— Perrein et al. (2012) page  328: 

Étymologie : de Hipparchos ou Hipparque de Nicée — selon Emmet (1991)— le célèbre mathématicien et astronome grec du IIe siècle avant J.C, qui dressa le premier catalogue d'étoiles ; Hipparchia est aussi une belle et jeune héroïne athénienne qui épousa Cratès, le vieux philosophe et le plus répugnant des cyniques du IVe siècle avant J.C.


Discussion.

Critique de l'interprétation de Sodoffsky.

Soddofsky ne trouve pas mieux dans son dictionnaire que le grec Hipparchia, du grec ancien ἱππαρχία, hipparkhia "hipparchie", division de cavalerie de l'ancienne Grèce de 500 hommes, commandée par un hipparque et provenant du grec  ἵππος, híppos "cheval", et - ἀρχός, archos "chef". Il constate que ce sens est incongru, mais il n'a rien d'autre dan son jeu. "Je passe" ? Non, il propose de remplacer Hipparchia par Melania, une épithète de Vénus "la noire". Le tour est joué !

Le plus stupéfiant est que Janssen reprenne cette étymologie en 1980, et que Hans A. Hürter "qu'on a connu plus judicieux", la valide à son tour comme la plus probable après un examen soigneux des auteurs germaniques et du dictionnaire grec. A aucun moment la solution qui se présente aujourd'hui en premier lorsqu'on tape "Hipparchia" sur Google (" Une philosophe cynique") n'est évoquée. Étrange scotome.

 

Critique de l'interprétation de Emmet.

Alors que le nom donné par Fabricius est féminin —Hipparchia—, Emmet choisi d'y voir une référence à un personnage masculin, Hipparchus, (Hipparque, en grec ancien Ἵππαρχος  hipparchos) ce qui est contraire au choix de l'auteur danois  dont les 49 noms de genre de 1807  sont soit des épithètes de Vénus, soit des noms de femmes légendaires ou d'amantes célèbres. Lorsqu'on aborde un nom générique de Fabricius, on doit rechercher a priori soit Vénus, soit une femme remarquable.  

Voir : Sur les noms de genre des Lépidoptères créés par Fabricius en 1807..

 Pour justifier ce  choix, Emmet suggère que Fabricius a pu, face aux ocelles de certaines espèces de ce genre, y voir les étoiles décrites l'astronome. Tordu, non?  Outre que le passage des yeux (ocelles) aux étoiles suppose une vue courte, cette suggestion est contraire à tous les usages de Linné et de Fabricius en matière d'onomastique, les noms propres étant distribués pour créer une convention consensuelle (noms étiquettes), mais jamais pour décrire un trait caractéristique d'une espèce.

Cette hypothèse est pourtant reprise par Luquet 2007, qui traduit littéralement le texte d'Emmet, et par Perrein 2012, qui s'en démarque in fine en proposant Hipparchia " belle et jeune héroïne athénienne" en alternative.


Hipparchia, philosophe cynique jusque dans son choix amoureux.

                                                                

La philosophie cynique, dont le tonneau de Diogène de Sinope est l'attribut emblématique plus élégant que ses masturbations publiques, enseigne le mépris des convenances et un splendide refus des modes, des honneurs et des richesses. L'histoire de la belle Hipparchia, qui vivait à Maronée en Thrace à la fin du IVe siècle avant de rejoindre Cratès à Athènes vient lui servir d'illustration, et on lit avec jubilation  les épisodes racontés par Diogène Laërce dans le Livre VI de ses Vies et doctrines des philosophes antiques Traduction Robert Genaille, 1933 :

  Les discours de ces philosophes convertirent encore la sœur de Métroclès, Hipparchia. Comme lui, elle était de Maronée. Elle s’éprit si passionnément de la doctrine et du genre de vie de Cratès qu’aucun prétendant, fût-il riche, noble ou bien fait, ne put la détourner de lui. Elle alla jusqu’à menacer ses parents de se tuer si elle n’avait pas son Cratès. Cratès fut invité par eux à la détourner de son projet : il fit tout ce qu’il put pour cela, mais finalement, n’arrivant pas à la persuader, il se leva, se dépouilla devant elle de ses vêtements, et lui dit : « Voilà votre mari, voilà ce qu’il possède, décidez-vous, car vous ne serez pas ma femme si vous ne partagez mon genre de vie. » La jeune fille le choisit, prit le même vêtement que lui, le suivit partout, fit l’amour avec lui au grand jour, et alla avec lui aux repas. Un jour où elle vint à un repas chez Lysimaque, elle confondit Théodore, surnommé l’Impie, par le raisonnement suivant : « Ce que Théodore ferait sans y voir une injustice, Hipparchia peut aussi le faire sans injustice. Or Théodore peut se frapper sans dommage, donc Hipparchia, en frappant Théodore, ne lui fait aucun dommage. » L’autre ne répondit rien, mais lui souleva son vêtement. Mais Hipparchia n’en fut ni frappée, ni effrayée, bien que femme. Et comme il lui disait : « Qui donc a laissé sa navette sur le métier ?» elle lui répondit : « C’est moi, Théodore, mais ce faisant, crois-tu donc que j’ai mal fait, si j’ai employé à l’étude tout le temps que, de par mon sexe, il me fallait perdre au rouet ? »

On raconte encore bien d’autres bons mots de cette femme philosophe.

On connaît de Cratès un recueil de lettres où il raisonne fort bien, et dont le style est proche de celui de Platon. Il a fait des tragédies dans le style élevé de la philosophie, comme celle-ci :

Je n’ai pas pour patrie une seule ville, une seule tour, un seul toit ;

L’univers entier est la ville, la maison,

La demeure qui m’est préparée.

 

Il mourut très vieux, et fut enterré en Béotie.

 


   Mais Fabricius, qui ne disposait pas d'Internet, connaissait-il cela ? Certainement, car les œuvres de Diogène Laërce étaient parfaitement connues des étudiants, et constituaient le B-A-BA de l'initiation à la philosophie. En outre, si Fabricius utilisait des compilations de noms célèbres pour aider sa mémoire à trouver des noms, il pouvait trouver dans l'une des plus connues, le Dictionnaire pour l'intelligence des auteurs classiques, grecs et latins  de François Sabbathier page 196  un parfait résumé des notions nécessaires.

 

Lorsque Fabricius propose sur un plateau une si belle figure, pourquoi bouder son plaisir ? 

J'imagine la tête des parents d'Hipparchia lorsque son amant s'est mis à poil devant eux, et j'imagine surtout le grand rire clair qui a saisi la philosophe qui lui a sauté au cou. Je suis sûr que ce rire retentissait dans les rues d'Athènes lorsque Cratès entrait chez les gens qu'il ne connaissait pas, avec sa jambe boiteuse et son dos bossu, sous prétexte d'apaiser leurs querelles (Hipparchia se bidonnait, mais les gens étaient ravis). Je les imagine dansant sur l'agora, ou lui faisant le poirier dans le métro, sa petite monnaie tombant de ses poches, tandis qu'elle rigole, elle rigole ... Les autres épouses n'accompagnent pas ainsi leur mari mais restent at home. Homais ! 

 

 II.  Archéo-taxonomie du genre.

        Kudrna, O. 1977. A Revision of the genus Hipparchia Fabricius. Classey, Faringdon: 300 pp. Page 12.

 II.  Archéo-taxonomie.

      1. Le genre.

 

Pour Perrein & al. 2012, l'espèce appartient au genre Neohipparchia : Lesse, H. (De) 1951. Divisions génériques et subgénériques des anciens genres Satyrus et Eumenis (sensu lato). Revue française de Lépidoptérologie, 13(3/4): 39-42. page 40


 

 

 

 

 3.  Nom d'espèce : Hipparchia statilinus Hufnagel, 1766.

a) Description originale

 

Papilio statilinus   Hufnagel, W. F. 1766. Tabelle von den.Tagvögeln der hiesigen Gegend, woraus denen Liebhabern der Insekten Beschaffenheit, Zeit, Ort und andere Umstände der Raupen und der daraus entstehenden Schmetterlinge bestimmt werden. Berlinisches Magazin, oder gesammlete Schriften und Nachrichten für die Liebhaber der Arzneiwissenschaft, Naturgeschichte und der angenehmen Wissenschaften überhaupt, 2(1): 54-90. page 84

 

                           07441_Hipparchia_statilinus_84-85_s.gif

LII. Papilio Statilinus. Oberwärts ganz braun mit 2 schwarzen Fleckten auf den Oberflügeln, und einem schwarzen Punkt auf den Unterflügeln. Unten 2 Augen auf jeden Oberflügel. Eines da von ohne Pupille.

        Ailes supérieures entièrement brunes avec 2 taches noires sur la face supérieure, et un point noir sur la face inférieure.  deux ocelles sur chaque aile supérieure. Un d'eux  sans pupille.

—L'auteur : le pasteur  Johann Siegfried Hufnagel (1724-1795): voir l'article Wikipédia

Localité-type et répartition :

 — Localité-type : environs de Berlin. [in Perrein & al. 2012 : Allemagne ; Silésie ; Pologne]

 

Selon Dupont & al. 2013, cette espèce est présente  en Afrique du Nord, dans le sud de l’Europe, l’Anatolie et le Caucase. Elle est observée presque partout en France, sauf dans le nord et l’est du pays. Les chenilles se nourrissent sur diverses Poaceae.

Wikipédia le décrit ainsi  :Le Faune est de couleur marron terne pour le mâle, plus claire, ocrée pour la femelle, avec en bordure une frange entrecoupée et deux ocelles noirs aveugles ou très discrètement pupillés aux antérieures et un très petit aux postérieures. Le revers est marbré d'ocre et de blanc avec les deux ocelles noirs cerclés d'ocre aux antérieures et le très petit aux postérieures.

 

c) Synonymes  INPN (Muséum).

Liste des synonymes :

  • Hipparchia statilinus statilinus (Hufnagel, 1766)
  • Neohipparchia statilinus (Hufnagel, 1766)
  • Papilio statilinus Hufnagel, 1766

 


c) Origine et signification du nom statilinus. 

        

 Les interprétations des étymologistes :

— Gustav Ramann (1870-1876), page 93 :

"war eine Gottheit der Kinder."

— Anton Spannert (1888), page 46 :

"eine römische Gottheit, zu der ür di kleinen Kinder gebetet wurde."

— Arnold Spuler ( 1908) 1 page 42 :

   „römischer Kinderschutzgott.“ 

—  August Janssen (1980) page 42:

"Romeinse godin die de eerste stappen van het kind beschermt"

— Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 90 :

"dieu romain présidant à la protection des enfants".

— Perrein et al. (2012) page 322:

"Étymologie : de Statilinus ou Statanus, nom d'une divinité masculine dans la religion romaine primitive qui veille sur l'enfant hors du domicile familial."

— Hans-A. Hürter (1998) : cite Rorscher (1890-94) page 224 :

"Statilinus war eine Indigitamentengottheit, ein Gott, der "den kleinen Kindern das Stehen lehrt" (von stare "stehen gebildet")."      

—Arrizabalaga & al. 2012  :

 "Stator, sobrenom de Zeus"   

Stator, épithète de Zeus.      

Discussion : 

        Avec statilinus, nous avons affaire ici au nom d'une de ces  divinités primitives de la religion romaine, regroupées parfois sous le nom de di indigetes, et dont la liste a déjà permis à Linné de nommer en 1758 les espèces Rumina, Levana, Prorsa, Lucina, Maturna, Cinxia et Dia. et a Fabricius de nommer [Pontia] edusa en 1777. Mais cette fois-ci, le choix de Hufnagel s'est porté sur un dieu masculin. 

        Statilinus, aussi connu sous le nom de Statanus ou Statulinus,  présidait aux premiers pas de l’enfant et  veillait sur le premier départ et le retour d'un enfant hors du domicile familial. Son nom vient du latin status, du verbe latin, sto, stare « se tenir debout » ou de statio, onis, "position permanente". Il est parfois associé à sa parèdre  Statana ou Statina. Son nom est connu par Nonius citant Varron, mais surtout par deux Pères de l'Église, tout deux tunisiens, Tertullien de Carthage (v150-220) et Augustin d'Hippone (353-430) qui dénoncent la multiplication de dieux romains de toutes les périodes de la vie ou toutes les activités humaines, pour « retourner comme un gant le religion romaine et lui ôter son efficace », et prôner le monothéisme. 

— Varron (116-27 av. J.C.) est cité par Nonius Marcellus (fin IIIe siècle), Compendiosa doctrina chap.12 : 532 :

 

   532 : « Statilinum et Statanum et Fabulinum praesidis Deos Varro Cato[ne] uel de liberis educantis puerilitatis affirmat : Ali Statano et Statilino, quorum nomina habent scripta pontifices, sic cum primo fari incipiebant, sacrificabant diuo Fabulino » 

 

—  Augustin, Dei Civitate IV, chap.21

 Quelle nécessité pour les femmes en couche d’invoquer Lucine, quand, avec l’assistance de la Félicité, elles pouvaient non-seulement accoucher heureusement, mais encore mettre au monde des enfants bien partagés? était-i besoin de recommander à la déesse Opis l’enfant qui naît, au dieu Vaticanus l’enfant qui vagit, à la déesse Cunina l’enfant au berceau, à la déesse Rumina l’enfant qui tète, au dieu Statilinus les gens qui sont debout, à la déesse Adéona ceux qui nous abordent, à la déesse Abéona ceux qui s’en vont   ? pourquoi fallait-il s’adresser à la déesse Mens pour être intelligent, au dieu Volumnus et à la déesse Volumna pour posséder le bon vouloir, aux dieux des noces pour se bien marier, aux dieux des champs et surtout à la déesse Fructesea pour avoir une bonne récolte, à Mars et à Bellone pour réussir à la guerre, à la déesse Victoire pour être victorieux, au dieu Honos pour avoir des honneurs, à la déesse Pécunia pour devenir riche, enfin au dieu Asculanus et à son fils Argentinus pour avoir force cuivre et force argent  ?  

 

— Tertullien, De Anima, 39 « De l’âme » :

Cui enim hominum non adhaerebit spiritus nequam ab ipsa etiam ianua natiuitatis animas aucupabundus, uel qua inuitatus tota illa puerperii superstitione? [2] Ita omnes idololatria obstetrice nascuntur, dum ipsi adhuc uteri infulis apud idola confectis redimiti genimina sua daemoniorum candidata profitentur, dum in partu Lucinae et Dianae eiulatur, dum per totam hebdomadem Iunoni mensa proponitur, dum ultima die Fata Scribunda aduocantur, dum prima etiam constitutio infantis super terram Statinae deae sacrum est. —

En effet, à quel homme ne s'attachera pas l'esprit mauvais, puisqu'il guette les âmes, aux portes mêmes de la vie, ou même qu'il est appelé par toutes les superstitions qui environnent un enfantement, tant l'idolâtrie est comme l'accoucheuse de tous les nouveau-nés, et lorsque les femmes enceintes, couronnées de bandelettes, tressées devant les idoles, déclarent que leurs fruits sont consacrés aux démons ; et lorsqu'on appelle à grands cris Diane et Lucine pendant le travail de l'enfantement ; et lorsque toute une semaine une table est dressée à Junon ; et lorsque le dernier jour on tire l'horoscope qui sera consigné par écrit ; et lorsque les premiers pas que l'enfant imprime sur la terre sont consacrés à la déesse Statina ? — (trad.)

 On retrouve ce dieu mentionné au début du XVIIe siècle dans un poème de naissance (genethliacum) composé par un poète néolatin, Johannes Meursius (Loosduinen 1579-Sorø (Danemark), 1639) :  Genethliacum in natalem filioli nobilmissimi clarissimique viri D. Gulielmi Martinii in Senatu Brabantico consiliari (1602) (cité par Aline Smeesters 2011 in "Aux rives de la lumière : poésie de la naissance chez les auteurs néolatins", Supplementa humanistica lovaniensia XXIX page 191) :

 

 Et Statanus adest pedi,

Lubricumque regens iter,

Dirigit tenerum solum

Atque sollicitus cavet

Providetque ruinae    vers 96-100

 

Et Statanus suit l'enfant pas à pas

Gouvernant sa marche vacillante :

Il dirige son pied tendre,

Veille sur lui avec attention

Et anticipe ses chutes ;


 

 

              III. Noms vernaculaires.

 

 

 

 

 

I. Les Noms français. 

 

 

 

1. Le Faune, Engramelle, 1779.

Jacques Louis Engramelle 1779 Papillons d'Europe, peints d'après nature, Volume 1 page 75 n°37  planche XXI dessinée par  J.J Ernst .  

 

https://archive.org/stream/papillonsdeurop00ernsgoog#page/n167/mode/2up

Engramelle donne comme référence Esper, tome I tab. XLIX Suppl. XX, qui correspond sans-doute à Tab.XLIX Suppl. XXV Papilio Fidia

 http://www.archive.org/stream/dieschmetterling11espe#page/384/mode/1up.

        Jeune Faune jouant de la flûte, ., Musée du Louvre © Paris myope

 

                          Sculpture+Faune+Fl%C3%BBtiste+antique+Lo

 

 

 

 

2. Le Satyre Fauna, Latreille et Godart 1819

Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 521 n°121        .

Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses. En effet, dans le dernier quart du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle, un écheveau de descriptions se tisse sous des noms divers  et dans un réseau de références en boucle entre les papilio Fauna, Fidia, Allionia, Statilinus, Araschne, ainsi qu'entre les noms vernaculaires Faune, Arachné et Coronis créés par Engramelle dans une succession de variantes et d'auto-corrections dans différentes figures de différents suppléments.   


a) en exemple, quelques publications sous noms latins :

— Fabricius, 1787 Mantissa insectorum  2 page 35 n°371. Papilio Fauna Référence Esper n°63 fig 4 corrigé 7

 http://www.biodiversitylibrary.org/item/82321#page/41/mode/1up

 — Fabricius 1793 Ent. syst. em t.3 pars 1 page 226 n°739. Même référence à Esper n°63 fig.7

http://books.google.com.au/books?id=c6hEg4jb4rsC&pg=PP1#v=onepage&q&f=false

— Esper 1779  pap. page 323 tab.29 suppl.5 Papilio Fauna

http://www.archive.org/stream/dieschmetterling11espe#page/323/mode/1up

— Esper 1780 pap. page 83 tab. 63 cont.13 fig.7 Papilio Fauna

http://www.archive.org/stream/dieschmetterling12espe#page/83/mode/1up

b) Noms vernaculaires d'Engramelle :

- Le Faune décrit page 75 n°37 (cf supra) devient par correctif "le Coronis".

- Le (nouveau) Faune est décrit dans  Papillons d'Europe I page 257 n°63 Supplément 9 fig.37e-f

- L'Araschné est décrit dans  Papillons d'Europe I page 257 n°63 Supplément 9 fig.37 a-b-c bis .

- Godart et Latreille déclarent que "Le Satyre Fauna et la nymphale Alliona de Fabricius ne font qu'une seule espèce à laquelle se rapporte le Coronis et l'Araschné d'Engramelle. Cette espèce ressemble beaucoup au Fidia, mais etc...".

 Mon but n'est pas de tirer au clair cet embrouillamini mais d'étudier les noms propres des papillons : je constate que le nom de Fauna, utilisé par Linné dans sa Fauna suecica de 1746, réapparaît sous la même forme sous les plumes d'Esper (1779) puis de Fabricius, sans savoir s'ils font alors référence à ce nom linnéen, ou au nom utilisé par Engramelle, ou si Esper l'a créé de novo.

 

 

3.  Satyre Fauna, Godart 1821,

      Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1821, page 143 et  planche 7 quart. peinte par Vauthier et gravée par Lanvin.

Godart décrit cette espèce comme les Papilio Fauna et Allionia de Fabricius, et comme le Faune ou Coronis et l'Araschné d'Engramelle. 

                   http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38004#page/219/mode/1up

Planche © BHL     

                           n226_w346

 

 4. Duponchel 1849

Ne décrit pas cette espèce dans son Iconographie et histoire naturelle des chenilles.

              

 

 

6. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986 et le nom vernaculaire actuel.

 

  Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet proposait comme nom principal "Le Faune" (Engramelle, 1779), admettait comme nom accessoire "L'Araschné" (Engramelle, 1779) et réfutait "Le Coronis" (Engramelle 1779). Il commentait cet avis dans sa note 121 :

121. Abusé par le dimorphisme sexuel et la ressemblance entre certaines espèces des genres Satyrus et Hipparchia, Enst et Engramelle ont allègrement mêlé plusieurs espèces au sein d'un inextricable fouillis, introduisant du reste de nouvelles confusions en cherchant à corriger eux-mêmes leurs premières méprises. En résumant de manière très simplifiée, relevons qu'ils ont confondu et incorrectement apparié les mâles et les femelles de Satyrus actaea, S. Ferula, Hipparchia statilinus et H. Fidia, les désignant pêle-mêle sous le nom de "Faune", d'"Araschné" et de "Coronis". Afin d'éviter le bouleversement de la nomenclature traditionnelle, j'ai conservé le nom de "Faune" pour H. statilinus, (bien qu'il ait également servi à désigner la femelle d'Hipparchia fidia) car ce nom de "Faune" figure ultérieurement dans toute la littérature entomologique, où ilon'offre plus nulle part la moindre ambiguïté, ayant toujours été appliqué à H. statilinus. Par ailleurs, j'ai considéré le nom d'"Araschné" comme un simple synonyme de "Faune", dans la mesure où les figures auxquelles il se rapportent semble représenter exclusivement H. statilinus. Il convient néanmoins d'éviter l'emploi de ce nom d"'Araschné", car Godart en a lui-même fait usage pour désigner ...Erebia pronoe

En revanche, le nom de "Coronis" est beaucoup plus équivoque, car si Ernst et Engramelle l'attribuent clairement à H. statilinus et S. actaea, ils semblent aussi l'appliquer à S. ferula, voire à d'autres espèces —l'interprétation de leurs figures n'est guère aisée dans ce cas précis. Je propose donc de rejeter ce nom (qui n'a du reste à ma connaissance jamais été repris dans la littérature), et de le remplacer par celui de "Coronide", afin de rester dans l'esprit de ces deux auteurs ; on réservera ce nom de "Coronide" (du genre grammatical féminin) aux deux espèces du genre Satyrus, respectant ainsi l'intention des auteurs des noms latins, qui leur avaient assigné le genre féminin (actaea et ferula correspondent respectivement  au nom d'une Néreide et  à un prénom romain de jeune fille).

 

7. Étude zoonymique des auteurs français :

— Luquet in Doux et Gibeaux 2007  page 90 :

Faune : du latin faunus, nom donné chez les Latins à des divinités champêtres, crées à l'image de Pan ou de Sylvain, et qui protégeaient l'agriculture. Ils étaient figurés velus, cornus, souvent avec des pieds de chèvre. Faune était aussi un dieu romain dont le culte était assimilé à celui de Pan (Aubert, 1910 :56).

 

— Perrein et al. 2012 page 322 : 

        Le Faune est un nom emprunté à la mythologie romaine — voir Ochlodes faunus—cité par Engramelle (1779).


8. Noms vernaculaires contemporains :

 

 

 

— Doux & Gibeaux 2007 : "Le Faune ".

 

— Perrein et al. 2012 : " Faune".

 

— Wikipédia : "Faune, ou Araschné, ou Coronis  ".


 

 

 

III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

        Dans les autres pays, les dénominations reposent sur la couleur (grisâtre ; de rouille ; brune ; de sable) ou sur sa façon de se poser sur le tronc des arbres.

  • "The Tree Grayling" en anglais : le "Grayling" (Petit-gris) des arbres."
  • "Eisenfarbiger Samtfalter" en allemand : "Samtfalter couleur de rouille"
  • "Faune bru" en catalan "Faune brun"
  • "Satiro moreno" en espagnol : "Satyre brun"
  • "Očkáň piesočný" en slovaque : ".. de sable"
  • "Бархатница статилин" en macédonien
  • "Okáč písečný" en tchèque : "...sable"
  • "Pietinis satyras" en lithuanien : "Satyre du sud"
  • "Jesenja skrivalica" en slovène : "skrivalica d'automne"
  • "Lytse Heideflinter" en frison
  • "Сатир залізний"  en ukrainien : "Satyre couleur de rouille"
  • "Homoki szemeslepke" en hongrois : "Papillon (grain) de sable"
  • "Nummiheinäperhonen" en finnois : 
  • "Kleine heivlinder" en néerlandais "Petit papillon des bruyères" ?
  • "Vitbandad Gräsfjäril" en suédois 
  • "Skalnik statilinus"
  • "Ağaç Karameleği" en turc : "Karameleği des arbres"

 


 

http://www.lepidoptera.eu/show.php?ID=68&country=FR

 

 

Langues celtiques  : pas de nom disponible pour cette espèce non observée sur lesÎles Britanniques

1. langues gaéliques :  irlandais (gaeilge) ; écossais (Gàidhlig ) ; mannois ( gaelg :île de Man).

  •  en irlandais

  •  en mannois.
  • "" en gaélique écossais*

2. Langues brittoniques : breton (brezhoneg) ; cornique (kernevek); gallois (Welshcymraeg).

  •  pas de nom en breton ; 

  • "" en gallois.

 *Liste des noms gaéliques écossais pour les plantes, les animaux et les champignons. Compilé par Emily Edwards, Agente des communications gaélique, à partir de diverses sources.   http://www.nhm.ac.uk/research-curation/scientific-resources/biodiversity/uk-biodiversity/uk-species/checklists/NHMSYS0020791186/version1.html

 Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR

 

 

 

               

 

 

             Bibliographie, liens et Sources.

 

 

— Funet : Hipparchia

— Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : Hipparchia statilinus

— UK Butterflies : non décrit en Grande Bretagne

— lepiforum :  statilinus

 —Images : voir les superbes dessins de Hübner .

HÜBNER, Jacob, 1761-1826 Das kleine Schmetterlingsbuch : die Tagfalter : kolorierte Stiche,  Insel-Bücherei ; . http://www.biodiversitylibrary.org/item/138312#page/35/mode/1up

 

                 I.  Zoonymie des lépidoptères :


ARRIZABALAGA (Antoni ) & al. 2012   "Proposta de noms comuns per a les papallones diürnes (ropalòcers) catalanes",  Butll. Soc. Cat. Lep., 103: 5-28. En ligne 

http://www.museugranollersciencies.org/uploads/arrizabalaga-et-al-butlleti-103.pdf 

— EMMET (Arthur Maitland) 1991. The Scientific Names of the British Lepidoptera: Their History and Meaning, Colchester, Essex, England : Harley Books, 1991,  288 p. : ill. ; 25 cm.

— GLASER L, 1887 Catalogus etymologicus Coleoperum et Lepidopterum. Erklärendes und verdeutschendes namensverzeichnis der Käfer und Schmetterlinge fûr Liebhaber und wissenschaftliche Sammler, R. Friehändler : Berlin 1887, 396 pages. BHL Openlibrary.

— GLASER, L, 1882 "Zur Nomenklatur des deutschen Tagfalter, in Entomologischen Nachrichten, Stettin 1882  pages 303-317,

  https://archive.org/stream/entomologischena81882berl#page/310/mode/2up/search/lycaena)

— Gozmány, László: Vocabularium nominum animalium Europae septem linguis redactum2 vols. Budapest: Akadémiai Kiadó, 1979. 

— JERMYN  L.: The Butterfly Collector's Vade Mecum: or a Synoptical Table of English Butterflies. 1824. http://archive.org/stream/butterflycollect00jerm#page/n6/mode/1up

 

  — HELLER (John Lewis) - 1983 -"Studies in Linnaean method and nomenclature", Marburger Schriften zur Medizingeschichte, Bd.1983;7:1-326.Frankfurt am Main ; New York : P. Lang,

—HÜRTER Hans-Arnold 1988 Die wissenschaftlichen Schmetterlingsnamen, Herleitung und Deutung, Bottrop ; Essen : Pomp, 492 pages.

— ISAAK (Mark) Curiosities of the biological nomenclatureen ligne.

— JANSENN (August) 1980, "Entomologie und Etymologie der Namen der belgischen Tagfalter"; in : Phegea, driemaandelijks tijdschrift van de vereniging voor Entomologie van de Koninklijke Maatschappij voor Dierkunde van Antwerpen, Jgg.8 Nr.2, 1980.

 — KEMPER Heinrich 1959 Die tierischen Schädlinge im Sprachgebrauch, Berlin : Duncker & Humblot 1959. Google books.

— MACLEOD (Roderick Donald) 1959 Key to the names of British Butterflies and moths, 86 pp. Londres.

— RAMANN (Gustav) 1870-76, Die Schmetterlinge Deutschlands und der angrenzenden Länder in nach der Natur gezeichneten Abbildungen nebst  erläuterndem Text, 4 Bände, Band 1, Arnstadt 1870-1876. 

— SODOFFSKY (W), 1837. "Etymologische undersuchungen ueber die gattungsnamen der Schmetterlinge von W Sodoffsky, in Riga", Bulletin de la Société impériale des naturalistes de Moscou, n° VI, Moscou : imprimerie d'Auguste Sémen, 1837, 167 p. Archiv.org.

 — SPANNERT (Anton), 1888, Die wissenschaftlichen Benennungen der Europäischen Großschmetterlinge mit sâmmtlichen anerkannten Varietâten und Aberationen, Karl Duncker : Berlin,1888, 239 pages.

 —SPULER  (Dr Arnold), 1901-1908, Die Europas Schmetterlinge, . Vol.1. Allgemeiner Teil —Spezieller Teil. I-CXXVIII + 1-386 + [1]-[6], 265 fig. dans le texte, E. Schweizelbart'sche Verlagsbuchhandlung, Nägele und Dr Sproesser édit., Stuttgart, Allemagne. En ligne sur BHL

— Numen. The Latin lexicon :  http://latinlexicon.org/index.php

 



        II. Bibliographie entomologique : Rhopalocères.

— ALBIN, E.: A Natural History of English Insects: Illustrated with a Hundred Copper Plates, Curiously Engraven from the Life. 1720. GDZ Göttingen

— ALDROVANDI (Ulysse) 1602 De animalibus insectis libri septem, cum singulorum iconibus. J. B. Bellagambam (Bononiae) 1602 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k991248 ou Gottingen

 

— BELLMANN Heiko, 2008 Quel est donc ce papillon, Les Guides Nathan, Paris : Nathan, 2008. Traduction française et noms vernaculaires par G.C. Luquet.

— BILLBERG (Gustav John) : Enumeratio insectorum in Museo Gust. Joh. Billberg ,[Stockholm] :Typis Gadelianis, 138 p. http://www.biodiversitylibrary.org/item/105024#page/87/mode/1up

— BLAB (Josef), RUCKSTULH (Thomas) ESCHE (Thomas)  [et al.], adaptation et traduction française LUQUET (Gérard-Christian), 1988 Sauvons les papillons  : les connaître pour mieux les protéger ; préface de Pierre Richard Paris : Duculot 1 vol. (192 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 27 cm Trad. de : "Aktion Schmetterling so können wir sie retten". 

 BOISDUVAL Histoire naturelle des insectes Roret 1836 books.google.fr/books?id=2Kgi4FH6kj0C

— BOISDUVAL ( Jean Alphonse),  GRASLIN, (Adolphe Hercule de), Dumesnil (P.C.R.C)  Rambur (Pierre).1833 Collection iconographique et historique des chenilles ou description et figures des chenilles d'Europe, avec l'histoire de leurs métamorphoses et des applications à l'agriculture, Paris : Librairie encyclopédique de Roret, 1832-1837 [1833]. BHL Libr

—  BOISDUVAL (Jean-Alphonse) Essai sur une monographie des zygénides : suivi du Tableau méthodique des lépidoptères d'Europe Paris : Méquignon-Marvis 1829 Gallica

— BOITARD (Pierre ) Manuel d'entomologie ou Histoire naturelle de insectes: contenant la synonymie de la plus grande partie des espèces d'Europe et des espèces exotiques les plus remarquables, Tome second, Paris : Roret, 1828,  Gallica

— BRIDGES (Charles A.) 1993 Bibliography (Lepidoptera: Rhopalocera)  2nd ed. C.A. Bridges in Urbana, Ill . Archiv.org. 

— CHINERY (Michael), Insectes de France et d'Europe occidentale, adaptation française  G. Luquet pour les lépidoptères, Flammarion 2005, 2eme édition 2012, 320 p.

— CURTIS, J. (1823-1840). British Entomology; being illustrations and descriptions of the genera of insects found in Great Britain and Ireland: containing coloured figures from nature of the most rare and beautiful species, and in many instances of the plants upon wich they are found. Vol. V. Lepidoptera, Part. I. Londres.             http://biodiversitylibrary.org/page/8221625#page/71/mode/1up

— DAREMBERG (C.) et SAGLIO (E.),  Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines  (1877-1919) Univ. de Toulouse Le Mirail :A">http://dagr.univ-tlse2.fr/sdx/dagr/rechercher.xsp?qid=sdx_q3&hpp=51&p=7&filtre=A

— DALE (Charles William) 1890 The history of our British butterflies containing - a full bibliographical note of each species, with copious extracts from the old authors; and full descriptions of all the British species, their eggs, caterpillars, chrysalides and varieties, with a notice of their habits, localities, frequency,  J. Kempster : London 1890 Archiv.org.

— DENIS, J. N. C. M. & SCHIFFERMÜLLER, I.] 1775. Ankündung eines systematischen Werkes von den Schmetterlingen der Wienergegend, herausgegeben von einigen Lehrern am k. k. Theresianum.. Vienne. 322 pp. http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&IDDOC=441200

— DOUBLEDAY (Edward), WESTWOOD (John O.) The genera of diurnal Lepidoptera their generic characters ; illustrated with plates by W.C. Hewitson. Vol. 1 London, 1846-52 

 

— DOUX (Yves), GIBEAUX (Christian), 2007, Les papillons de jour d'Île de France et de l'Oise,Collection Parthénope, Edition Biotope, Mèze, ; Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, 2007, 288 p. Préface, index et supervision scientifique de Gérard Chr. Luquet.

— DUPONT (Pascal), DEMERGES (David), DROUET (Eric) et LUQUET (Gérard Chr.). 2013. Révision systématique, taxinomique et nomenclaturale des Rhopalocera et des Zygaenidae de France métropolitaine. Conséquences sur l’acquisition et la gestion des données d’inventaire. Rapport MMNHN-SPN 2013 - 19, 201 p. 

  http://www.mnhn.fr/spn/docs/rapports/SPN%202013%20-%2019%20-%20Ref_Rhopaloceres_Zygenes_V2013.pdf

— DUPONCHEL (Philogène Auguste Joseph) 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles pour servir à de compléter une l'Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France, de MM. Godart et Duponchel . Paris : Germer Baillère, 1849. BHL.Library

—  ENGRAMELLE (R.P. Jacques Louis Florentin), 1779, Papillons d'Europe peints d'après nature par M; Ernst. Gravés par M. Gérardin et coloriés sous leur direction. Première partie. Chenilles, Crysalides et Papillons de jour [décrits par le R.P. Engramelle, Religi[eux] Augustin, Quartier Saint-Germain] Se vend à Paris chez M. Ernst et Gérardin. Paris : Delaguette/Basan & Poignant 1779. Volume 1 [1]+[VIII],[i-xxxiv] - 206p-errata [i-vi], 3 pl. en noir, 48 planches coloriées (I-XLVIII), 100 espèces. 

— ENGRAMELLE (R.P. Jacques Louis Florentin), 1779, Papillons d'Europe peints d'après nature par M; Ernst et gravés et coloriés sous sa direction. Première partie. Chenilles, Crysalides et Papillons de jour décrits par le R.P. Engramelle, Religi[eux] Augustin, Q[uartier] S[aint-] G[ermain] Se vend à Paris chez M. Ernst, auteur ; Bazan ; P.M. Delaguette, imprimeur ;  Basan & Poignant marchands d'Estampes rue et et Hôtel Serpente. Paris : Delaguette/Basan & Poignant 1779. Tome II . (i-ii), pp 207-229, espèces n° 102-112, puis suppléments pp; 230-333 puis Table. Books-Google.

— ESPER (Eugenius Johannes Christian) Die Schmetterlinge in Abbildungen nach der Natur / mit Beschreibungen, herausgegeben mit Zusätzen von Toussaint von Charpentier. Leipzig : T.O. Weigel, [1776-1807 /1829-1839] En ligne BHL.

  — FABRICIUS (Johann Christian) 1807  "Nach Fabricii systema glossatorum" in Johann Karl Wilhelm Illiger, "Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge [...], Magazin für Insektenkunde , Braunschweig [Brunswick] (6) https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

— FABRICIUS (Johann Christian) 1787  Fabricii Mantissa insectorum Hafniae 1787 en ligne Goettingen.

— FABRICIUS (Johann Christian)  1798  Supplementum Entomologiae systematica , Hafniae.

 — FOURCROY (A. F.) 1785. Entomologia Parisiensis; sive catalogus insectorum quæ in agro Parisiensi reperiuntur; secundam methodam Geoffrœanam in sectiones, genera & species distributus: cui addita sunt nomina trivialia & fere trecentæ novæ species. Pars secunda. Parisiis. (Hôtel Serpente). 2. 232-544. Traduction en latin de l'Histoire des insectes de E.L. Geoffroy. http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

— FUESSLI (Johan Caspar) Verzeichniss der ihm bekannten Schweizerischen Inseckten : mit einer augemahlten Kupfertafel: nebst der Ankhundigung eines neuen Insecten Werks Joh. Caspar Fuesslins 1775.  BHL libr

 — GEOFFROY (Étienne-Louis, Docteur en médecine) 1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII  colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. 744p. http://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/n9/mode/2up

— GEOFFROY [Étienne-Louis] 1798-99 Histoire abrégée des insectes dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique. Nouvelle édition, revue, corrigée, & augmentée d'un supplément considérable. / par M. Geoffroy, docteur en médecine. A Paris :Chez Calixte-Volland, libraire, quai des Augustins, no. 24 :An VII de la République françoise [1799]. http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/14595#/summary

— GEER, (Charles de), 1771 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes , Stockholm : Hesselberg, .Tome 1 [1]-[15] 707 pages, 37 planches, Gallica .  Tome second première partie 616 pages,  ; Tome second deuxième partie pages 617 à 1175, 43 planches gravées par Bergquist. Gallica.

— GOEDART (Jan), 1685, Johannes Goedartius de Insectis nin methodum redactus cum notularum additione, operâ M. Lister, e Regia Societate Londinensi, Smith : London, 1685 : Bibl. Strasbourg

— GODART (Jean-Baptiste) Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France décrits par M. Godart, ancien proviseur Paris : Crevot 1821 Vol.1, Première partie, environs de Paris, [I]-[vij] + 295 p. Planches dessinées par [Antoine Charles] Vauthier et gravées par Lanvin.

 —  GRIFFITH (W. J. )  Catalogue raisonné des lépidoptères observés en Bretagne jusqu'en 1882, ,... publié par les soins de T. Bézier. Rennes : Impr. Fr. Simon, 1902.

— GRIFFITH (William John) 1879 "Sur quelques-uns de nos lépidoptères nuisibles", Extrait duBulletin de la Société polymathique du Morbihan. 1er et 2e semestre 1879, 37 pages.  

 FRISCH (Johann Leonhard.) 1730 . Beschreibung von allerley Insecten in Teutsch-Land : nebst nützlichen Anmerckungen und nöthigen Abbildungen von diesem kriechenden und fliegenden inländischen Gewürme : zur Bestätigung und Fortsetzung der gründlichen Entdeckung : so einige von der Natur dieser Creaturen herausgegeben : und zur Ergäntzung und Verbesserung der andern (1730)  Berlin : Verlegts Christ. Gottl. Nicolai  https://archive.org/stream/johleonhardfrisc01fris#page/n7/mode/2up

 — HARRIS  (Moses) 1775 : The English Lepidoptera: or, The Aurelian's Pocket Companion, xv, 66p. 1 pl. color. London : J. Robson 1775.

 — HAWORTH Adrian Hardy Lepidoptera Britannica;: sistens digestionem novam insectorum Lepidopterorum ...London, 1803, Google books

— HIGGINS (L. G.) et RILEY (N. D.) 1988. Guide des Papillons d'Europe : Rhopalocères. Troisième édition française. Traduction et adaptation par Th. Bourgoin, avec la collaboration de P. Leraut, G. Chr. Luquet et J. Minet. Delachaux et Niestlé édit., Neuchâtel ,1988, 455 pages.

— HONEY, M. R. & SCOBLE, M. J. 2001. "Linnaeus's butterflies (Lepidoptera: Papilionoidea and Hesperioidea)". Zoological Journal of the Linnean Society, 132(3): 277-399.

  HÜBNER, J. 1796-[1836]: Sammlung europäischer Schmetterlinge.Augsburg. BHL 

— HÜBNER, (Jacob), 1761-1826 Das kleine Schmetterlingsbuch : die Tagfalter : kolorierte Stiche,  Insel-Bücherei ;http://www.biodiversitylibrary.org/item/138312#page/35/mode/1u

— HUFNAGEL, W. F. 1766. Tabelle von den.Tagvögeln der hiesigen Gegend, woraus denen Liebhabern der Insekten Beschaffenheit, Zeit, Ort und andere Umstände der Raupen und der daraus entstehenden Schmetterlinge bestimmt werden. Berlinisches Magazin, oder gesammlete Schriften und Nachrichten für die Liebhaber der Arzneiwissenschaft, Naturgeschichte und der angenehmen Wissenschaften überhaupt, 2(1): 54-90. 

— LAFRANCHIS (Tristan), 2000 Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Collection Parthénope, Ed Biotope, Mèze, 448p. 

   LATREILLE (P.A.) 1796 Précis des caractères génériques des insectes disposés dans un ordre naturel par le citoyen Latreille Paris, Brive : 1796 pages 140-149.

 — LATREILLE, P. A., 1804. "Tableau méthodique des Insectes", pp. 184-187 in Nouveau Dictionnaire d’Histoire Naturelle, Paris : Déterville. vol.24. 

LATREILLE (P.A.) Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle appliquée aux arts, Paris : Detreville vol. 17, 1803 ici

LATREILLE (P.A.) Nouveau Dictionnaire d'histoire naturelle vol. 24 1818 : Classification page 501 http://books.google.fr/books?id=I_NBAAAAYAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=vanesse&f=false

—LATREILLE, P. A., 1805. Histoire Naturelle, Générale et Particulière des Crustacés et des Insectes. Tome XIII, p. 369. Paris : Dufart.

 — LATREILLE P. A. 1810. Considérations générales sur l'ordre naturel des animaux composant les classes des Crustacés, des Arachnides et des Insectes; avec un tableau méthodique de leurs genres, disposés en familles. Paris: F. Schoell, 444 pp. pp. 350-370.

 —LATREILLE  (P.A) et Olivier Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle 2eme édition tome 27 1818.

 — LATREILLE (P.A), GODART (J.B) 1819 , Encyclopédie méthodique, ou Entomologie, Paris : Vve Agasse tome 9 1819. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

 — LERAUT (Patrice) 1997 "Liste systématique et synonymique des Lépidoptères de France, Belgique et Corse" (deuxième édition) Alexanor, 20, Supplément hors série : 1-526, 10 illustr., photog, 38 fig.

— LEWIN, W. 1795 The Insects of Great Britain, systematically arranged, accurately engraved, and painted from nature, with the natural history of each species BHL library

http://www.biodiversitylibrary.org/item/103670#page/7/mode/1up

 

— LUCAS ([Pierre-] Hippolyte)  Histoire naturelle des lépidoptères d'Europe Paris : Pauquet  1834 ouvrage orné nature de près de 400 figures peintes d'apres, par A. Noel, et gravées sur acier.http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4416154.r=lucas+papillons.langFR 

 http://www.biodiversitylibrary.org/item/53843#page/11/mode/1up

— LUQUET (Gérard Chr.) 1986 "Les noms vernaculaires français des Rhopalocères d'Europe", Alexanor, Revue des Lépidoptéristes français, tome 14, juillet-septembre 1986, suppl.)

— LUQUET (Gérard Chr.) 1986 —in : PFLETSCHINGER (Hans). Papillons.Comment identifier et reconnaître les papillons d'Europe et leurs chenilles traduit et adapté de l'allemand par G. Chr. Luquet. 80 p., 88 illustr. photogr. coul. Collection "Miniguides Nathan tout terrain". Fernand Nathan édit. Paris.

— MOFFET (Thomas) 1634 Insectorum, sive, Minimorum animalium theatrum.  Londini : Ex officin typographic Thom. Cotes et venales extant apud Guiliel. Hope, 1634.  BHL.

— MERIAN (Maria-Sibylla) Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l'Europe contenant leur description, leurs figures, leur différentes métamorphoses..., par Mademoiselle Marie-Sybille de Mérian, en deux parties in-folio. Troisième édition, revue, corrigée & considérablement augmentée par M. Buch'oz, ... A laquelle on a joint une troisième partie qui traite des plus belles fleurs, telles que des plantes bulbeuses, liliacées, caryophillées... Tome premier [-troisième] traduit par Jean Marret Paris : Desnos, 1771. PDF Bibliothèque de Toulouse, 3 volumes http://tolosana.univ-toulouse.fr/notice/07558171x

— MERIAN (Maria-Sibylla) Der Raupen wunderbare Verwandelung, und sonderbare Blumen-nahrung: worinnen, durch eine gantz-neue Erfindung, Der Raupen, Würmer, Sommer-vögelein, Motten, Fliegen, und anderer dergleichen Thierlein, Ursprung, Speisen, und Veränderungen, samt ihrer Zeit, Ort und Eigenschaften (Band 2) Nürnberg , Frankfurt , Leipzig, 1683 Volume 2 (insectes d'Europe) digitalisé par  Universitätsbibliothek Heidelberg;

 — MERRET (Christopher) 1667  Pinax Rerum Naturalium Britannicarum. 1667. Google Books

http://books.google.co.uk/books?id=p0SjZ7N6TA0C&printsec=frontcover&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

— MOORE (Frederic) 1890-1913 Lepidoptera indica, L. Reeve : London, 1890-1913. BHL

— OBERTHÜR (Charles) 1904 Études de Lépidoptérologie comparée, Rennes : Oberthür, 1913 Openlibrary

  — OBERTHÜR (Charles), HOULBERT (Constant), 1912-1921, Faune entomologique armoricaine. Lépidoptères. Rhopalocères, Rennes : Imprimerie Oberthür 1912-1921, 258 pages.

— PETIVER (James), 1702-1706? Gazophylacii naturae & artis, : decas prima-[decima]. In quaÌ‚ animalia, quadrupeda, aves, pisces, reptilia, insecta, vegetabilia; item fossilia, corpora marina & stirpes minerales eÌ€ terra eruta, lapides figuraÌ‚ insignes &c. Descriptionibus brevibus & iconibus illustrantur. Hisce annexa erit supellex antiquaria, numismata, gemmae excisae, & sculpturae, opera figulina, lucernae, urnae, instrumenta varia, inscriptiones, busta, reliquaque ad rem priscam spectantia: item machinæ, effigies clarorum virorum, omniaque arte producta... / Jacobus Petiver Londini: : Ex OfficinaÌ‚ Christ. Bateman ad insignia Bibliae & Coronae, vico vulgo dict. Pater-Noster-Row., MDCCII. [1702-1706?]. Version Google books de 1702 ou mieux GDZ Göttingen (Planches).

— PETIVER (James) 1695-1703 Musei Petiveriani centuria prima-decima, rariora naturae continens: viz. animalia, fossilia, plantas, ex variis mundi plagis advecta, ordine digesta et nominibus propriis signata, London, 1695-1703 Version Books-Google.

— PETIVER (James) 1767 Jacobi Petiveri Opera, historiam naturalem spectantia containing several thousand figures of birds, beats, fifh, reptiles, insects shells, corals, and fossils; also of trees, shrubs, herbs, fruits, fungus's, mosses, sea-weeds, &c. from all parts, adapted to Ray's History of plants on above three hundred copper-plates, with English and Latin names, London, James Empson (éditeur), 1767  Version Books.Google 

— PETIVER (James) 1717 Papilionum Brittaniae Icones (1717)  

— PERREIN (Christian) 2012 et al. , Biohistoire des papillons, Presses Universitaires de Rennes 2012.

—  PODA (Nicolaus) 1761. Insecta Musei Græcensis, quæ in ordines, genera et species juxta systema naturæ Caroli Linnæi. Graecus [= Graz]. (Widmanstadius). 127 pp. Google books

— RAY  (John) Historia insectorum, Londini 1710 Archive.org

— RÉAUMUR [René-Antoine] de Ferchault 1734-1748 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes   Paris : Imprimerie Royale, 6 volumes, de 1734 à 1748 [un 7e, copie du manuscrit original, paraîtra en 1928], 267 planches gravées par Simoneau, Lucas, Haussard et Fillioeul. En ligne BHL.  Voir aussi VALLOT J.N. 1802.

 ROBERT (Paul A.)  1934 — Les Papillons dans la nature, Delachaux et Niestlé : Neufchâtel et Paris,  405 p., 64 pl. couleurs books.google.fr/books?id=jSFDAAAAYAAJ

— RÖSEL VON ROSENHOF   1764-68  De natuurlyke historie der insecten; voorzien met naar 't leven getekende en gekoleurde plaaten. Volgens eigen ondervinding beschreeven, door den heer August Johan Rösel, van Rosenhof, miniatuur-schilder. Met zeer nutte en fraaie aanmerkingen verrykt, door den heer C. F. C. Kleemann ...Te Haarlem, By C. H. Bohn en H. de Wit, boekverkoopers [1764-68] BHL Library 
— Rösel von Rosenhof 1746 Der monatlich herausgegebenen Insecten-Belustigung  Nürnberg.http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

 — SALMON (Michael A.) 2000, The Aurelian legacy, British butterflies and their collectors, University of California Press, 2000.

— SCHAEFFER (Jacob-Christian)  Iacobi Christiani Schaefferi  1766Icones Insectorum circa Ratisbonam indigenorum coloribus naturam referentibus expressae = Natürlich ausgemahlte Abbildungen Regensburgischer Insecten Regensburg [Ratisbonne]: gedruckt bey H.G. Zunkel, [1766?-1779?] ; Gravure par Haid, Johann Jacob (1704-1767), 5 tomes in-4° avec 220 planches coloriées VOL. II Google

SCOPOLI (Jean-Antoine) Ioannis Antonii Scopoli Med. Doct. S.C.R. ... Entomologia Carniolica exhibens insecta Carnioliae indigena et distributa in ordines, genera, species, varietates : methodo Linnaeana. Vindobonae :Typis Ioannis Thomae Trattner ...,1763. En ligne BHL.

 — SCUDDER, S. H. 1875. "Historical sketch of the generic names proposed for Butterflies: a contribution to systematic nomenclature". Proceedings of the American Academy of Arts and Sciences, 10: 91-293. 

— SODOFFSKY (Wilhem),1837. "Etymologische Untersuchungen ueber die Gattungsnamen der Schmetterlinge"  Bulletin de la Société Impériale des Naturalistes de Moscou. 10(6) : 76-97.

 — SOUVESTRE (Émile), 1836  Voyage dans le Finistère par Jacques Cambry, revu et augmenté par- : "Tableau systématique des lépidoptères qui se trouvent dans le département du Finistère" par  [(Hesse et) Le Borgne de Kermorvan] Brest : Come et Bonetbeau, 1835 page 165

— SWAMMERDAM (Jan) 1685 Historia insectorum generalis et 1737-38 Biblia naturae (Leyde)

http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/65389/rec/3

— TOLMAN (Tom), LEWINGTON (Richard), Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, traduction et adaptation française Patrick Leraut,  Paris : Delachaux et Niestlé 1999 et 2009, 384 pages.

— VALLOT J.N. Concordance systématique, servant de table de matières à l'ouvrage de Reaumur, Paris : Grégoire, Thouvenin, 1802. En ligne Google books.

  — VILLERS (Charles de) 1789 Caroli Linnaei Entomologia, faunae Suecicae descriptionibus aucta : DD. Scopoli, Geoffroy, de Geer, Fabricii, Schrank, &c., speciebus vel in systemate non enumeratis, vel nuperrime detectis, vel speciebus Galli australis locupletata, generum specierumque rariorum iconibus ornata; curante & augente Carolo de Villers .. Lyon : Pietre et Delamollière, (1789). https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

— WALCKENAER (C.A.) 1802,  Faune parisienne, insectes, ou, Histoire abrégée des insectes des environs de Paris classés d'après le système de Fabricius; précédée d'un discours sur les insectes en général, pour servir d'introduction à l'étude de l'entomologie accompagnée de sept planches gravées Paris : Dentu 1802 en ligne BHL.  

 

— WESTWOOD (J O) & HUMPHREYS (Henry Noël),1841. British butterflies and their transformations, William Smith : London  BHL

— WILKES (Benjamin) 1773 One hundred and twenty Copper plates of English moths and butterflies ... with a natural history London : Benjamin Wilkes   Books.google.

— WILKES (Benjamin), 1747-49 The english moths and butterflies, etc... London : printed for the author  Books.Goggle

— ZIMMER, (Dieter E., rédacteur du mensuel Der Zeit) 2012 A guide to Nabokov's Butterflies and Moths et Butterflies and Moths in Nabokov's Published Writings , Web version 2012.


 

                           III. Boite à liens. 

      Liste des références d' auteurs avec les liens vers leurs publications:  http://www.ukbutterflies.co.uk/references.php

Taxonomie : Global Butterfly Information System :http://www.globis.insects-online.de/search

Les papillons du Systema Naturae de 1758  :   http://en.wikipedia.org/wiki/Lepidoptera_in_the_10th_edition_of_Systema_Naturae

Albin :http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN477852769

Billberg http://www.biodiversitylibrary.org/item/105024#page/87/mode/1up

Boisduval chenille 1832 :   http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/51588#/summary

Boisduval Tableau meth. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97190k/f1.image.pagination.r=Boisduval.langFR

Boitard, 1828. : http://books.google.fr/books?id=K3ShlXhmFsEC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Dale https://archive.org/stream/historyofourbrit00dalerich#page/n5/mode/2up

Denis et Schiffermüller : http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&IDDOC=441200

http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&DMDID=&LOGID=LOG_0002&PHYSID=PHYS_0009

Google : http://books.google.fr/books?id=79BYAAAAcAAJ&printsec=frontcover&dq=verzeichniss+Denis+et+schifferm%C3%BCller&hl=

fr&sa=X&ei=AHYGU5vEAfC00QXu1IBo&ved=0CDIQ6AEwAA#v=

onepage&q=verzeichniss%20Denis%20et%20schifferm%C3%BCller&f=false

Doubleday & Westwood  http://www.biodiversitylibrary.org/item/49323#page/5/mode/1up

 

Duponchel, chenilles 1849 : BHL :  

 http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/9410#/summary

Engramelle :    http://books.google.fr/books?id=em0FAAAAQAAJ

et https://archive.org/stream/papillonsdeurop00ernsgoog#page/n159/mode/2up

Engramelle vol. 2 : http://books.google.fr/books/about/Papillons_d_Europe_peints_d_apr%C3%A8s_natur.html?id=jbS5ocRuGsYC&redir_esc=y

Engramelle vol. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84701433

Esper : http://www.biodiversitylibrary.org/item/53441#page/9/mode/1up

1779 : 

1780 tab. 51 à 93 : http://www.archive.org/stream/dieschmetterling12espe#page/83/mode/1up

 

Fabricius :1775  http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/36510#/summary

Fabricius 1787 : mantissa   http://www.biodiversitylibrary.org/item/82321#page/1/mode/1up

http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=25707

Fabricius 1793 Ent Sys em    https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

Fabricius 1807 :  https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

Frisch https://archive.org/stream/johleonhardfrisc01fris#page/n7/mode/2up

Fourcroy voir Geoffroy.

Fuessli    http://www.biodiversitylibrary.org/item/78769#page/11/mode/1up

 Geoffroy  :    http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/51067#page/9/mode/1up

Geoffroy latin par Fourcroy :  http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

De Geer :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97151p/f1.image.r=.langFR

Goedart par Lister 1685 : http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/64604/rec/1

Godart 1821 BHL :  http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38004#page/256/mode/1up

Godart latreille 1819 :   http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

 https://archive.org/stream/encyclopdiem09metc#page/n3/mode/2up

Harris M. 1766 http://archive.org/stream/Aurelian00Harr#page/n7/mode/2up

1840 : http://www.biodiversitylibrary.org/item/120628#page/9/mode/1up

Hübner 1779 http://www.biodiversitylibrary.org/item/89180#page/1/mode/1up

Kirby  1871: http://www.biodiversitylibrary.org/item/64906#page/9/mode/1up

Latreille 1804 :           http://books.google.fr/books?id=xBsOAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Latreille 1810 :  http://www.biodiversitylibrary.org/item/47766#page/358/mode/1up

Leach : http://biodiversitylibrary.org/page/17493618#page/136/mode/1up

https://archive.org/details/CUbiodiversity1121039

Linné   http://www.biodiversitylibrary.org/item/10277#page/3/mode/1up

http://books.google.fr/books?id=Jps-AAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=elinguis&f=false

Linné, Mantissa plantarum   http://bibdigital.rjb.csic.es/spa/Libro.php?Libro=947&Pagina=545

Linné fauna suecica 1746 :http://biodiversitylibrary.org/bibliography/63899#/summary

Linné fauna suecica 1761 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/46380#/summary

Linné S.N. 1767 :http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN362053723&DMDID=DMDLOG_0001&LOGID=LOG_0001&PHYSID=PHYS_0002

Linné, Species Plantarum http://www.biodiversitylibrary.org/item/13829#page/1/mode/1up

Merian, Insectes d'Europe : http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/merian1683bd2

Moffet :    http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/60501#/summary

Moore, Lep. indic http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/8763#/summary

Oberthür, Études http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/8792#/summary

 1910 (4) http://www.biodiversitylibrary.org/page/10532070#page/299/mode/1up

Ochsenheimer 1808 http://archive.org/stream/dieschmetterling12ochs?ui=embed#page/180/mode/1up

Petiver James, Musei petiveriani centura prima 1695 digitalisé par Google  (accès partiel)

http://books.google.fr/books/about/Musei_Petiveriani_centuria_prima.html?id=vp05AAAAcAAJ&redir_esc=y

Petiver, Gazophylacii :books.google.fr/books?id=sp05AAAAcAAJ

Petiver, Papilionum brittaniae 1717  in Opera Books .google  

Ray  : https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/n11/mode/2up

Réaumur : http://www.biodiversitylibrary.org/item/50298#page/11/mode/1up

Rösel : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/7362#/summary

http://www.biodiversitylibrary.org/item/31182#page/138/mode/1up

http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

Rottemburg : 

http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=8326

Schneider 1787 http://books.google.fr/books?id=VnY-AAAAcAAJ&pg=PA241&lpg=PA241&dq=schwarzgestrichelter+schmetterling&source=bl&ots=c5RGnFNYx4&sig=-HkttVMLK2SZP6KRw5MXfvJCYxI&hl=fr&sa=X&ei=

AHwGU7m9LoLm7Abd7oGICg&ved=0CC8Q6AEwAA#v=onepage&q=schwarzgestrichelter%20schmetterling&f=false

Scopoli Entomologia carniolica 1763

   http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/34434#/summary

Soddoffsky :http://www.archive.org/stream/bulletindelas10183768mosk#page/n82/mode/1up

Scudder http://biodiversitylibrary.org/page/3076769#page/269/mode/1up

Spuler : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/9477#/summary

Tutt vol.1 1906 : http://archive.org/stream/naturalhistoryof08tutt#page/n8/mode/1up

Tutt vol.2 1908 : http://archive.org/stream/naturalhistoryof09tutt#page/n4/mode/1up

Tutt v3 1909 :http://archive.org/stream/naturalhistoryof10tutt#page/n4/mode/1up

Tutt v4 1914 : http://archive.org/stream/naturalhistoryof04tut#page/n4/mode/1up

 

 De Villers 1789 :  https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

Walckenaer : http://www.biodiversitylibrary.org/item/79375#page/289/mode/1up

Westwood et Humphreys 1841 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/12483#/summary

Wilkes, english moths and butterflies http://books.google.fr/books?id=x1xnr4VCDe0C&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false 

Goettingen animalbase : base de donnée : http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/search

Butterflies of America : http://butterfliesofamerica.com/polyommatus_icarus.htm

Références Bibliographiques en taxonomie : http://butterfliesofamerica.com/US-Can-Cat.htm

 Bestimmungshilfe für die in Europa nachgewiesenen Schmetterlingsarten :http://www.lepiforum.de/

— Un beau plaidoyer sur les noms de papillons :

 http://excerpts.numilog.com/books/9782759217045.pdf 

— Articles biographiques sur les taxonomistes entomologistes 

  http://gap.entclub.org/taxonomists/index.html 

   — http://www.reserves-naturelles.org/sites/default/files/fichiers/protocole-rhopalo-liste-especes.pdf

— site d'identification ;http://r.a.r.e.free.fr/interactif/photos%20nymphalidae/index.htm

 

 

 

 

                                          


Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche