Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 22:11

Orphano tu eris adiutor : des armoiries épiscopales dans la cathédrale de Quimper.

.

Voir ici :

iconographie de saint Christophe dans les vitraux de la cathédrale de Quimper

Un petit article simple pour nous reposer. Chaque fidèle assistant à un office dans la cathédrale de Quimper, chaque visiteur se plaçant sous la croisée du transept voit, sur les deux piliers encadrant l'estrade où est placé l'autel, les deux armoiries qu'une crosse permet d'attribuer à un évêque. Sa devise est également inscrite : "Orphano tu eris adiutor". De quoi s'agit-il ?

 

Armoiries de l'évêque Jean de Lespervez, pilier gauche du transept, cathédrale de Quimper, photo lavieb-aile.

Armoiries de l'évêque Jean de Lespervez, pilier gauche du transept, cathédrale de Quimper, photo lavieb-aile.

.

Armoiries de l'évêque Jean de Lespervez (1451-1472), pilier droit du transept, cathédrale de Quimper, photo lavieb-aile.

Armoiries de l'évêque Jean de Lespervez (1451-1472), pilier droit du transept, cathédrale de Quimper, photo lavieb-aile.

.

La réponse se trouve dans la Monographie de la Cathédrale de Quimper de Renè-François Le Men, datant de 1877 :

page 118-119 : "Au-dessus de ces statues [de la Vierge et de saint Corentin] sont sculptés dans la pierre deux larges écussons carrés, ou en bannière, supportés par deux lions, et timbrés d’une mitre et d’une crosse, autour desquelles s’enroule sur un cartouche la devise : Orphano tu eris adjutor. Ces armoiries ayant été grattées pendant la Révolution, et la devise qui les accompagne n’étant pas connue il pouvait exister quelques doutes sur leur attribution, lorsque j’ai été assez heureux pour retrouver aux Archives du Finistère, au bas d’un testament de Jean de Lespervez, sur grand sceau en cire rouge, qui porte, avec la devise et les accessoires mentionnés plus haut, les armes de cet évêque qui sont : écartelé aux 1 et 4 : de sable à trois jumelles d’or, (Lespervez) ; au 2 d’or à deux fasces d’azur accompagnées de huit merlettes de gueules (Briquebec) ; au 3 : d’or au lion de sinople armé, lampassé et couronné de gueules (Painel-Hambye). À défaut d’autres renseignements, ces écussons prouveraient que cette partie de la cathédrale a été, faite par Jean de Lespervez, et non par Bertrand de Rosmadec, comme on le pensait généralement."

La source de la devise est facile à trouver : c'est le verset 38 du psaume 10  : ides quoniam tu laborem et dolorem consideras ut tradas eos in manus tuas tibi derelictus est pauper orfano tu eras adiutor

"Tu regardes cependant, car tu vois la peine et la souffrance, pour prendre en main leur cause ; c’est à toi que s’abandonne le malheureux, c’est toi qui viens en aide à l’orphelin."

Les mêmes armoiries, et la même devise, se voient aussi dans le tympan de la verrière de la baies 120, dans le bras sud du transept, coté ouest : voici sa description par Le Men (1877, id. page 138)

" Quatrième fenêtre (côté ouest). Quatre panneaux. 1er Panneau. — Notre-Seigneur Jésus-Christ. 2e Panneau. — Saint Jean l’Évangéliste présentant l’évêque placé dans le panneau suivant. 3e Panneau. — Un évêque à genoux devant un prie-dieu, sur lequel est un écusson portant : sable à trois jumelles d’or. — Jean de Lespervez, évêque de Quimper de 1451 à 1471. 4e Panneau. — Saint François d’Assise. Dans le compartiment supérieur du tympan, écusson triangulaire timbré d’une mitre et d’une crosse et portant les armes de l’évêque Jean de Lespervez, de sable à trois jumelles d’or. Au milieu du tympan, armoiries en bannière du même évêque, portant : écartelé aux 1 et 4, de sable à trois jumelles d’or ; au 2, d’or à deux fasces d’azur accompagnées de merlettes de gueules (de Briquebec) ; au 3, d’or au lion de sinople armé, lampassé et couronné de gueules (Painel-Hambie), l’écusson soutenu de deux lions d’or, timbré d’une mitre et d’une crosse, et accompagné d’un cartouche portant la devise de l’évêque Jean de Lespervez : Orphano tu eris adjutor. À l’exception du premier panneau, cette vitre a été entièrement refaite."

 

.

Baie n°120, cathédrale de Quimper, photo lavieb-aile.

Baie n°120, cathédrale de Quimper, photo lavieb-aile.

.

Jean de Lespervez succéda à son oncle Alain de Lespervez sur le trône épiscopal de Quimper et l'occupa de 1451 à 1472. Il était le fils de Charles de Lespervez, seigneur de Persquen conseiller du duc François Ier et premier président de la cour des comptes de Bretagne, et de Guillemette  Paynel, qui appartenait à la famille normande des barons d'Hambye (on admire encore l'abbaye d'Hambye dans la Manche) et de Bricquebec, sieurs de Bricqueville. Doyen de Dol à dix-sept ans (1441), chanoine et scholastique de Tréguier en 1444, doyen de Nantes la même année, archidiacre de Quimper en 1449, notaire apostolique,  il fut nommé à l’évêché de Quimper le 16 janvier 1451, sur la résignation d’Alain de Lespervez, son oncle ; comme il n'avait pas l'âge canonique il dut bénéficier d'une dispense pontificale (D'après Tanguy Daniel, Les Vitraux de la Cathédrale de Quimper, 2005, p. 95). 

Voir dans Le Men 1877 page 174-180 les pages consacrées à ce prélat "qui fut inhumé dans la chapelle de Saint Benoît, qui occupait le croisillon sud du transsept qu’il avait fait construire."

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/1e08593c46eb46336af146045b16d0f4.pdf 

Cet évêque fut, après Bertrand de Rosmadec, un de ceux qui firent le plus de bien à leur église. Outre le croisillon sud du transsept, qu’il fit construire, il contribua à l’achèvement de la nef et à son raccordement avec le chœur. Il ne  borna pas ses libéralités à la durée de son épiscopat, car il légua, par testament, à l’église de Quimper, tous ses biens, en réservant sur sa terre de Glomel, une somme de mille livres pour les réparations de sa cathédrale. 

Le site suivant donne une chronographie de la construction de la cathédrale :

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/Quimper.pdf

CATHEDRALE ACTUELLE

Evêque RAINAUD 1218-1245

1239 Reconstruction du choeur avec le rattachement de la chapelle Notre-Dame de la Victoire qui devient abside.

Evêque YVES CABELLIC 1267-1280

1280 Bas-côté Nord. Le choeur est reconstruit.

Evêque ALAIN RIVELAIN 1290-1320 (dit Morel, de Riec)

1285-1295 Reconstruction de la chapelle absidiale. Consécration de l'autel.

Evêque ALAIN GONTIER 1334-1335 1335

Construction du collatéral Sud du choeur.

Evêque GATIEN DE MONCEAUX 1408-1416

1408-1416 Construction des voûtes du choeur.

Evêque BERTRAND DE ROSMADEC 1416-1444

1417 Peinture des voûtes par Jestin.

Pose de vitres "coloriées".

1424 Début construction de la NEF.

1424 Le 26 juillet pose de la 1ère pierre des tours.

Evêque JEAN DE LESPERVEZ 1451-1472

1460 Nef terminée.

1464 Voûtes des bas-côtés de la nef.

1467 Croisillon Sud du transept est couvert. Raccordement nef et choeur.

1469 Construction du clocher en bois recouvert de plomb. 50 pieds au dessus du transept.

Evêque THEBAUD DE RIEUX 1472-1479

1475 Début construction du croisillon Nord du transept, terminé en 1486.

Evêque ALAIN LE MAOUT 1484-1493

1487-1493 Construction des voûtes du transept et nef.

Evêque RAOUL LE MOEL 1493-1501

1494 Construction des meneaux des hautes fenêtres de nef, des balustres, des galeries, des pinacles, etc... Vers cette époque : Vitres peintes par Jean Sohier.

 

.

Travaux pratiques pour demain : 

à quoi correspond cette sculpture du pilier du chœur, coté sud ?

.

 

Cathédrale de Quimper, photographie lavieb-aile

Cathédrale de Quimper, photographie lavieb-aile

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Quimper
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche