Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2019 6 20 /07 /juillet /2019 08:14

.

.

PRÉSENTATION.

.

On ne rencontre pas tous les jours des "sacraires" ; mais sait-on au moins ce que c'est ? Du latin sacrarium, c'est, d'après le Thresor de la langue française de Jean Nicot (1606), " le lieu où on met les choses sacrées". C'est vague. 

Le dictionnaire de l'Académie et le CNRTL ignore ce terme. Godefroy rejoint Nicot.

Viollet-le-Duc est plus précis : 

SACRAIRE, s. m. Petite pièce voûtée, située près du chœur des églises, où l’on renfermait les vases sacrés. Dans un grand nombre d’églises, la sacristie servait de sacraire ; c’était dans la sacristie que l’on déposait les vases sacrés. Cependant on signale de véritables sacraires annexés à des chœurs d’églises du moyen âge. L’ancienne cathédrale de Carcassonne possède deux sacraires à droite et à gauche du sanctuaire (voy. Cathédrale, fig. 49), qui sont voûtés très-bas et munis d’armoires à doubles vantaux. Ces sacraires datent du XIVe siècle. Nous en trouvons également dans la cathédrale de Châlons-sur-Marne, qui datent du XIIe siècle. Ces réduits n’ont pas d’issues sur l’extérieur, et s’ouvrent sur l’église par des portes étroites et bien ferrées. Dans certaines églises conventuelles, le sacraire, c’est-à-dire le dépôt des vases sacrés, consistait en un édicule en pierre ou en bois placé près de l’autel. Cette disposition était observée autrefois dans l’église abbatiale de Cluny, dans celle de Saint-Denis, en France.  https://fr.wikisource.org/wiki/Dictionnaire_raisonn%C3%A9_de_l%E2%80%99architecture_fran%C3%A7aise_du_XIe_au_XVIe_si%C3%A8cle/Sacraire

.

On y plaçait "les vases sacrés" ?  Mais encore ? Il faut entendre par là "les principaux récipients utilisés dans la liturgie : le calice et sa patène, le ciboire, l'ostensoir, la pyxide, la custode, les ampoules ou burettes destinées à contenir les saintes huiles".

Certains l'assimilent à l'armoire eucharistique, et le définissent comme un tabernacle ménagé dans le mur, à gauche du chœur, le côté noble. Il pouvait en effet contenir, dans les "vases sacrés" et  les hosties consacrées.

C'est en quelque sorte une petite sacristie, et les sacraires cesseront d'être construits lorsque le Concile de Trente (1545-1563) préconisa qu'une sacristie de bonne taille soit placée en appendice des chapelles et églises ; ce qui prendra un siècle, au bas-mot.

Il en est de grand, comme à Pleyben, et de modeste, comme à Locarn. Bertrand Bonvoisin en a recensé une vingtaine en Pays de Brocéliande. Couffon en décrit cinq ou six dans les Côtes d'Armor. La base patrimoine.bzh-gertrude donne une trentaine d'exemples, parfois redondants, mais ignore Pleyben (et le Finistère). 

En Finistère, on se rendra à Brennilis, à Locmélar, à la chapelle Saint-Eutrope de Plonévez-du-Faou, , au Moustoir de Châteauneuf-du-Faou, à la chapelle de Quilinen de Landrévarzec, à Edern, à Briec-de l'Odet, que sais-je !

Mais pourquoi allez au diable puisque le sacraire de l'église de Pleyben est l'un des plus beaux et des plus intéressants ?

La construction de l'église Saint-Germain a commencé en 1530, le calvaire  date de 1555, les transepts datent de 1564 et 1571, le porche sud de 1583 et le clocher débute en 1588. Le sacraire doit trouver sa datation dans la seconde moitié du XVIe, d'autant que la sacristie n'a été construite qu'en 1680-1690, et reconstruit en 1719.

Je n'ai pas trouvé d'autre description que celle de Couffon : "Sacraire en bois polychrome du XVIe siècle, à gauche du maître-autel : porte triangulaire , arabesques dorées ; sur les bords, petits personnages en bas-relief. Ce sacraire servait d'armoire aux saintes huiles, d'après l'inscription latine".

.

Un regard plus attentif au détail sera, comme d'habitude, fort récompensé. La première récompense  sera d'y découvrir, comme les santons de nos crèches, une pleybennoise et un pleybennois en costume du dimanche. Un entrelacs Renaissance inspiré  d' Androuet du Cerceau (1563) réjouira les amateurs . Ceux qui aiment les drôleries marginales découvriront les dragons, les  masques-feuilles et les animaux insolites. 

Les amateurs d'énigmes trouveront ici des personnages à identifier.

Mais tout d'abord, on remarquera l'inscription qui donnera la clef de l'usage qui, ici, était réservé à celle d' y placer les saintes huiles. Mais quelles sont-elles ? On l'apprendra.

Enfin, le regard faisant des va-et-vient entre les sculptures du sacraire et celles des sablières ne cessera de découvrir des relations passionnantes entre ces deux réalisations sans doute contemporaines.

Pourtant, le plus passionnant pour moi fut de confirmer ici les rapports entre le thème principal du décor, celui des Cinq Plaies, et la présence ici de saint Sébastien, comme je l'avais déjà constaté à la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal (alors incluse dans la paroisse de Pleyben) : le corps transpercé de flèches de l'Athlète du Christ introduit au thème de la blessure sacrée, ou rédemptrice.

.

 

 

 

 

 

 

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

Le panneau supérieur forme un fronton encadré par deux pilastres.

Le fronton est consacré aux Cinq Plaies : le cœur rouge est au centre (il renvoie à la plaie du flanc), les deux pieds et les deux paumes transpercés par les clous encadrent une croix entourée de la couronne d'épines.

Ce motif des Cinq Plaies est plusieurs fois représenté à Pleyben ou à Saint-Sébastien .

On trouve aussi par exemple  présenté par un ange, un retable en kersanton, des Cinq Plaies à Logonna-Daoulas.

Autour, des lys, ou palmes.

.

Sablière de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

Un homme tient deux dragons ailés portant des colliers.

.

Ce motif des dragons ailés à colliers se retrouve à plusieurs reprises sur les sablières, à Pleyben ou sur les autres chantiers du sculpteur anonyme, nommé " Maître de Pleyben. Il est aussi rencontré, en sculpture sur pierre, sous le ciseau des frères Prigent, auteurs du calvaire de Pleyben.

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

L'inscription peinte

Elle énonce :

.

S. OLEUM S. CHRISMA

O. INFIRMORUM

Soit : "Sanctum oleum, sanctum chrisma, oleum infirmorum".

.

On distingue en effet trois sortes d'huiles: l'huile des malades (O.I, oleum infirmorum), celle des cathécumènes (O.C, Oleum Catechumenorum), et le Saint-Chrême (S.C. Sanctum Chrisma) , huile parfumée "utilisée pour les onctions de consécration : après l’immersion ou l’aspersion baptismale, sur le sommet de la tête ; au moment essentiel du sacrement de la confirmation, sur le front ; après l’ordination épiscopale, sur le sommet de la tête du nouvel évêque ; après l’ordination sacerdotale, dans les paumes des mains du nouveau prêtre ; lors de la dédicace des églises et des autels, il est répandu sur les tables d’autel et sur les croix de consécration. " (Dict. de Liturgie)

Elles sont consacrées lors de la messe chrismale, le Lundi Saint ou pendant la Semaine Sainte.

.

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

 

.

.

La porte, fermée à clef, porte un décor d'entrelacs Renaissance or sur fond rouge .

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

Les modèles utilisés par les ornemanistes ont été diffusés par Jacques Androuet du Cerceau (1511-1586), architecte huguenot de la duchesse d'Este, bien connu pour son architecture, ses ornements, son mobilier et son travail du métal et pour d'autres gravures décoratives et qui est  le fondateur de la dynastie Androuet Du Cerceau. Son corpus éclectique et abondant, clairement influencé par le maniérisme de l’École de Fontainebleau  comprend des plans explicites et des vues aériennes des jardins dans  Les plus excellents bastiments de France  (1576-1579). On sait que son art a pénétré le Finistère par la famille Barbier, pour leur château de Kerjean à Saint-Vougay, et on sait aussi que cette influence est marquante pour le Maître de Pleyben, auteur des sablières et éléments de charpente de Kerjean tout comme de l'église de Pleyben, entre 1570-1580.

Ces entrelacs ou séries de nœuds dans un cadre rectangulaire ont participé  à la renaissance de l'art des jardins à la française, créée vers 1550 et développée entre 1570 et 1610, par l'art des parterres. Mais les travaux d'Androuet du Cerceau   étaient aussi destinés à la ferronnerie, [comme en témoigne le titre des ouvrages de Jacques Androuet  « Balustrades ou petits nielles », recueil de quarante-et-une petites gravures d’ornement destinés  à « des balustrades extérieures pour lucarnes, fenêtres, etc. » ] mais aussi à l'art du parquetage et de la marqueterie  [« Parquets ou mosaïques », 26 gravures].

 

.

Jacques Androuet du Cerceau, Parquets et mosaïques

.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-4R88BIndex.asp

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R84B.asp?param=

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

Les dix statuettes latérales.

.

1°) Couple de paroissiens de Pleyben en costume.

.

La femme :

Petite coiffe blanche ; robe noire ourlée d'or ; tablier bleu et or.

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

L'homme.

Chapeau rond noir ; cheveux mi-longs ;  chemise blanche ; veste (chupenn) noire non fermée non boutonnée, à galon or ; gilet ( giletenn) blanc croisé ; large ceinture dorée (gouriz) ;  hauts de chausse bouffants (bragou braz) ; guêtres ou houseaux ; chaussures noires ; chapelet.

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

3°) Un saint apôtre (Paul).

Attribut : un rouleau de papier (codex). Saint Paul ? (en raison de sa calvitie et car il formerait  un couple avec saint Pierre).

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

4°) L'Ange et la Vierge .

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

La Vierge.

Manteau bleu, robe blanche à ceinture. Pieds nus.

.

 

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

5°) Ange aptère ou homme tenant un morceau de bois, courbe, à multiples trous.

Musicien ? Branche à écots ?

.

 

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

6°) A gauche de l'inscription : ange agenouillé tenant un phylactère.

D'une main moins habile que les statues précédentes ?

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

7°) À droite de l'inscription : femme agenouillée : Marie-Madeleine ? Vierge ?

Dans la main gauche, elle tient un globe, qu'elle désigne de son index droit. Ce geste rappelle, en sculpture sur pierre,  celui d'argumentation énumérative de  saint Yves (calvaire de Saint-Sébastien en Saint-Ségal, calvaire du bourg de Saint-Ségal) ou de différents personnages du calvaire de Pleyben, dans les trois cas par l'atelier Prigent.

Un bandeau occipital ou "chouchou" plissé retient ses cheveux. Là encore, ce "détail" est fréquent sous le ciseau des frères Prigent à Pleyben ou dans la région, soit pour des Vierges — et notamment des Vierges à la Démone— soit pour Marie-Madeleine.

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

9°) Saint Pierre, son livre et sa clef.

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

Saint Jean et son calice.

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

Les montants latéraux.

.

Du coté droit (qui semble consacré aux vices)

.

.

Tête d'homme barbu coiffé d'un bonnet . 

Prophète ??

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

Un lièvre, pattes antérieures appuyées sur une console.

.

 

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

Autre masque, crachant des feuilles.

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

Du coté gauche.

.

 

 

 

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

Fleur et ange, puis Saint Thomas, apôtre, et son équerre.

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

Angelot.

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

Un masque barbu.

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

Saint Sébastien lié à un tronc d'arbre, sous une coquille.

.

Sa présence ici peut s'expliquer par la simple existence d'une chapelle Saint-Sébastien sur le territoire de la paroisse (actuellement en Saint-Ségal), en relation à l'épidémie de peste dont le saint est protecteur. Mais l'existence dans cette chapelle d'un blochet à l'ange présentant les Cinq Plaies, ou l'insistance sur le motif de saint François recevant les stigmates, incite à approfondir la réflexion au thème de la blessure sacrée , la plaie transfixiant le corps du martyr, du saint voire du fidèle devenant une imitation participative à la Passion.

Il faut admettre que le saint tient une place importante, puisqu'il est représenté sur la bordure de chape de saint Germain, patron de la paroisse, sur la statue placée aujourd'hui au dessus du porche sud (mais qui appartenait auparavant au calvaire de 1555 par les Prigent. Il y est placé au dessus de saint Laurent, patron de la chapelle voisine de l'église et dont le calvaire est (à mon sens) également de la main des frères Prigent.

.

Si le saint est largement représenté dans l'ancienne paroisse de Pleyben, le motif des Cinq Plaies, et celui des Instruments de la Passion tient également une place majeure dans la sculpture sur bois du Maître de Pleyben sur l'ensemble de ses chantiers : Pleyben, Saint-Sébastien en Saint-Ségal, Sainte-Marie-du Ménez-Hom, Bodilis, Saint-Divy, Kerjean en Saint-Vogay, et Roscoff. Outre les Cinq Plaies, on retrouve en leitmotiv la couronne d'épines, soit présentée par un ange, soit entourant la croix comme sur ce sacraire.

.

 

 

 

.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

Sacraire du chœur de l'église de Pleyben. Photographie lavieb-aile 17 juillet 2019.

.

.

DISCUSSION.

.

La séquence des images présentées convaincra facilement que nous avons affaire à une œuvre de premier plan, qui mérite, lors d'une visite de l'église, de ne pas être négligée. Au contraire, il est essentiel d'en faire jouer les facettes avec le décor qui l'environne, pour retrouver, sur les sablières et abouts de poinçon du chœur et du transept, l'ensemble des représentations des Cinq Plaies, de la Couronne d'épines, ou des autres Instruments de la Passion. On comprend dès lors que le recteur qui a participé à l'élaboration de l'ornementation (notamment Alain Kergadalen, 1564-1587, dont le nom s'inscrit à droite du chœur avec la date de 1564) s'est appuyé sur une pensée théologique profonde et cohérente, pensée qui devait d'ailleurs être celle de tout le clergé de l'époque, au moins dans le diocèse de Cornouailles et de Léon. Il faudrait mieux connaître les prédications et les convictions  d'alors, et évaluer le rôle des personnalités fortes, comme celle de Roland de Neufville, évêque de Léon, qui a provoquer sous son épiscopat (1562-1613) une floraison de calvaires.

https://www.persee.fr/doc/abpo_0399-0826_1983_num_90_2_3130

Il faut aussi évaluer le rôle du Concile de Trente, qui s'est achevé en 1563. Mais c'est au contraire sous son influence que d'une part les sacraires vont être remplacés (comme les jubés), et que le culte des saints, et notamment de celui des Grands Intercesseurs comme saint Sébastien, va être réorienté vers celui du Christ.

 

Quoiqu'il en soit, ce thème est encadré par les apôtres Pierre, Paul, Jean et Thomas, par la Vierge, par le martyr saint Sébastien  tandis que des dragons, des masques et des animaux introduisent le contrepoint (ou l'antithèse) habituel aux sablières .

L'entrelacs de rubans place ce sacraire dans la Renaissance bretonne, initiée à Dol (cénotaphe de Thomas James) mais surtout au château de Kerjean en 1570-1580 et qui s'exprime largement dans les sablières du Maître de Pleyben par les cuirs à enroulement, les mascarons, les frises végétales issus de l'école de Fontainebleau .

L'ensemble de ces éléments crée des relations profondes entre ce sacraire et l'ornementation sculptée de la charpente (sablières, blochets et abouts de poinçon), amenant à s'interroger : le sacraire est-il aussi l'œuvre du Maître de Pleyben ?

 

 

.

 

.

 

ÉBAUCHE DE CATALOGUE DES SACRAIRES BRETONS.

On notera la proximité de thèmes du sacraire de Pleyben avec celui de Maxent.

  • Landrévarzec, CHAPELLE DE QUILINEN (I.S.) : Maître-autel à pavillon, sans doute de la fin du XVIIè siècle (C.). Les huit niches du retable ont perdu leurs statuettes. Sur le coffre de l'autel, panneau peint de la Vierge à l'Enfant, avec l'inscription : "JANUA CAELI ORA PRO NOBIS.". Piscine de style flamboyant et sacraire double, la partie supérieure ayant conservé sa porte de chêne. Dans la chapelle latérale, deux autels en pierres de taille, sans boiseries. Sacraire et piscine gothique. Dans la sacristie, crédence ancienne à trois portes et deux tiroirs.
  • Châteauneuf du Faou : CHAPELLE DU MOUSTOIR Au-dessus du sacraire, côté évangile, bas-relief en kersanton du Christ n croix. Un autre sacrairedans l'aile sud, à l'autel latéral, a perdu ses boiseries.
  • Église Saint-Envel de Loc-Envel : À gauche de l'autel, la porte du sacraire du xvie siècle représente la messe au cours de laquelle saint Grégoire a une vision du Christ sortant du tombeau. Un sacraire est une niche abritant les objets sacrés, et notamment le ciboire, qui contient les hosties consacrées. Les sacraires disparaissent peu à peu à partir du concile de Trente (1545) : le tabernacle, disposé au-dessus du maître-autel, met mieux en valeur la présence eucharistique.
  • SAINT-PEVER,  chapelle Notre-Dame d'Avaugour (1454-1504) : Le sacraire, en bois polychrome et oeuvre de Roland Le Neindre, date de 1576. On y trouve plusieurs inscriptions : sur le le baldaquin : P. Morvan me fit faire 1576 ; sur un médaillon : P. F. Rolland Le Neindre ; enfin sur le socle : Sancta Trinitas, unus Deus, miserere nobis. 
  • EDERN, chapelle Notre Dame de Lannien : Dans le choeur, sacraire et deux piscines, l'une couronnée d'une arcature à crochets ; autre piscine gothique dans la chapelle en aile. 
  • Briec-de-l'Odet : Chapelle saint Corentin. 
  • Plufur : chapelle Saint-Nicolas, vue intérieure, maitre-autel et niche-crédence ou sacraire.
  • Brennilis : des fonts baptismaux et du sacraire, bois sculpté, sans polychromie, fin du XVIe siècle 
  • Longaulnay XVIIIe
  • MAXENT +++ (22), en tuffeau , remonté en tabernacle : Christ , Instrument de la Passion , Sainte Face saint Pierre ,saint Paul, saint Jean ,saint Jean-Baptiste, ange , chien , angelot , représentation végétale http://patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/dossier/demi-reliefs-saint-jean-baptiste-saint-pierre-et-saint-paul-portant-le-voile-de-la-sainte-face-christ-portant-les-instruments-de-la-passion-saint-jean/9129d245-8760-4a58-93ac-fa1af6ad4976
  • Chapelle de Landugen (Duault) SAINT-JEAN DE LANDUGEN. Sacraire en pierres du xvie siècle. Il est surmonté d'un Christ montrant ses plaies entre deux anges, l'un portant les clous et l'autre la couronne d'épines. En bas, de chaque côté de la porte, saint Pierre et saint Paul.
  • Chapelle Notre-Dame de Légevin (Nostang)
  • Ploubezre, chapelle de Kerfons : , sacraire de style gothique flamboyant 
  • Chapelle Saint Gildas-du-Pré, Saint-Gildas (Saint-Gilles-Pligeaux)
  • BONEN CHAPELLE DE LOCMARIA-GAUDIN. — Ancienne église tréviale de Plouguernével.  Sacraire en pierre el piscine du xive siècle. Statues anciennes de la. sainte Vierge, sainte Anne, saint Michel, saint Jean-Baptiste, saint Yves, et plat avec lêle de saint Jean-Baptiste.
  • GURUNHUEL (T.)EGLISE NOTRE-DAME. sacraire en pierre et piscines du xve siècle.
  • HÉNANSAL (ST-B.) .EGLISE ET SAINT-JEAN-BAPTISTE. — Eglise lambrissée en forme de croix latine. Elle date du début du xvie siècle ainsi que l'indiquait sur le sacraire l'inscription suivante (1509): L'an mil cinq cenl neuf fut faicl ce pignon tout neuf parle seigneur d'Lzel el de la Soraye ; mais a été presqu'entièrement reconstruite au xixe siècle.
  • PLONEVEZ-DU-FAOU CHAPELLE DU QUILLIOU Dédiée à saint Eutrope, c'est l'église de l'ancienne paroisse du Quilliou rattachée à Plonévez en 1820 ; Dans le mur nord, sacraire en kersanton, de style flamboyant et surmonté d'un bas-relief, en kersanton aussi, représentant le Christ en croix entre la Vierge et saint Jean. Sur la porte de bois avec ferrures du XVIe siècle, représentation en bas-relief peu prononcé de la Passion : le Christ entre les deux larrons, la Vierge, Madeleine et Jean au pied de la croix .
  • Mais aussi : : Breteil, Clayes, Iffendic, La Nouaye, La Chapelle-du-Lou et Pleumeleuc

.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

 

— COUFFON (René), 1988, Notice sur Pleyben.

https://www.diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/ccac16d54f79e16e3a756360112f92a7.pdf

— Monvoisin, Bertrand), 2007, Sacraires dans le pays de Brocéliande [Texte imprimé] : XVe-XVIe siècles ; suivi d'un Catalogue des sacraires dans les églises et chapelles des départements de l'Ouest / Bertrand Monvoisin  Rennes : B. Monvoisin, 2007 35-Cesson-Sévigné : Impr. Identic 1 vol. (102 p.) : ill., couv. ill. en coul. ; 21 cm  Publié à l'occasion d'une exposition itinérante, Écomusée de Montfort-sur-Meu, Abbaye de Paimpont, Office du tourisme de Gaël, Mairie de Montauban-de-Bretagne, avril-septembre 2007. - Bibliogr. p. 93 

Il a recensé avec Raymond Lecrocq une vingtaine de sacraires : Breteil, Clayes, Iffendic, La Nouaye, La Chapelle-du-Lou et Pleumeleuc, etc

— INVENTAIRE GENERAL

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/recherche/globale?texte=sacraire+&render=liste&type=&start=2

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Pleyben

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche