Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 08:19

La charpente sculptée de l'église de Pleyben (vers 1571) par le Maître de Pleyben : le transept sud. Sablières, blochets et entraits.

.

 

 

.

Voir aussi :

— Sur les sablières du Maître de Pleyben :

 

 

 

 

.

— Et sur les sablières bretonnes :

.

.

.

 

 

 

.

LE SCULPTEUR SUR BOIS DIT LE "MAÎTRE DE PLEYBEN".

Vers 1580, un sculpteur anonyme, désigné aujourd'hui sous le nom de convention de "Maître de Pleyben", réalisa les sculptures de la charpente de la chapelle du château de Kerjean, en Saint-Vougay, à la demande de Louis Barbier, seigneur de Kerjean. Un véritable chef-d'œuvre, influencé par l'École de Fontainebleau qui avait introduit vers 1535 le motif décoratif du cuir découpé à enroulement, et par la diffusion du style de la Seconde Renaissance française dans des recueils de gravures : le prospère Léon était largement ouvert à l'Europe par ses ports de Landerneau, Morlaix et Roscoff.

Cet artiste a reçu ce nom car son style, et ses cuirs, et ses thèmes, se reconnaissent dans une partie des sablières de l'église de Pleyben, en Haute Cornouaille datées vers  1571.  On les retrouvent sur la charpente de l'église de Saint-Divy, dans le Léon, et  dans la chapelle de Sainte-Marie du Ménez-Hom en Plomodiern, située à 23 km de Pleyben et 70 km de Kerjean.

Son style ? On le distingue à ces cuirs découpés à enroulements, car l'artiste  faufile dans les découpes des linges et des cordages dont il confie les extrémités à des anges ou autres personnages. Ses anges aussi sont caractéristiques, avec une coiffure faite de mèches rondes cerclant  la périphérie du visage, et avec une tunique aux plis prononcés, bouffante à la taille en formant une ligne sinueuse, avant de filer vers les pieds avec une grande liberté. Ajoutons que les manches de ses tuniques s 'évasent en larges couronnes au dessus des coudes, qui sont globuleux. Ses personnages en pied (Évangélistes ou Sibylles, notamment) ont en commun un visage fin, ovale, avec des nez longs et fins, de grands yeux aux pupilles en creux,  des bouches charnues, à nouveau des manches bouffantes, ou, pour les femmes, des bandeaux de cheveux. 

Mais ce sont surtout ses motifs iconographiques qui se répètent en tableaux stéréotypés :  mascarons zoomorphes ou anthropomorphes sur le plan profane, guirlandes et frises à petits pois, musiciens, et, sur le plan religieux, des thèmes plus christiques que mariaux :  Sainte Face, Tunique du Christ, Plaies du Christ, Instruments de la Passion, Rencontre de la Samaritaine. Et les Sibylles, à Kerjean et à Pleyben.

Datation : un chronogramme de la sablière du transept de Pleyben indique "1571". Sophie Duhem, qui estime que cette pièce n'est pas de la main du Maître de Pleyben mais appartient à une partie qui s'inspire de son travail, et qui indique que la construction du chœur date de 1564, propose la fourchette 1564-1571. Guy Leclerc propose celle de 1571-1580. Dans la première hypothèse, Pleyben aurait précédé les trois chantiers de Kerjean, Plomodiern (Ménez-Hom) et Saint-Divy de 10 à 20 ans, qui seraient des œuvres de maturité du Maître. Dans la seconde, les quatre chantiers sont pratiquement contemporains.

Pour Couffon, " L'inscription de 1564, qui se trouve a l'angle du chœur et du croisillon sud, se rapporte, comme nous le verrons, à l'abside. La date de 1571, inscrite sur la charpente du croisillon nord, indique l'époque où l'on couvrait le transept. "

Descriptions :

Les sablières de Pleyben ont été décrit par le chanoine Abgrall en 1892 aux page 63-65 du Bulletin de la Société archéologique du Finistère (recopié sur Infobretagne), en 1996 par Guy Leclerc dans Les enclos de Dieu, avec un plan, en 1997 dans la thèse de Sophie Duhem et enfin par Jean-Claude Le Floch (s.d) dans un article en ligne de 8 pages ; les thèmes sont énumérés sur l'article Wikipédia.

On y dénombre (G. Leclerc)  255 personnages et 116 clefs pendantes.

Restauration. 

a) "En 1699, la foudre fit tomber le couronnement du clocher sur le croisillon sud. Il fallut donc refaire en partie le mur de fond, tout le pignon et la charpente de ce bras du transept : les travaux n'étaient pas terminés en 1719. " (Couffon)

b) " Enfin, la restauration générale entreprise de 1857 à 1860, connue par le complément d'inscription qui se voit près du choeur, ne parait pas avoir rien apporté de nouveau au gros oeuvre." (Couffon)

c). S. Duhem indique : "L'église de Pleyben a fait l'objet d'une restauration récente: la structure externe de la charpente a été entièrement refaite en bois de chêne, un matériau pourtant onéreux, et les sculptures abîmées ont été remplacées par des reliefs taillés à l'identique. L'absence délibérée de polychromie sur les parties restaurées permet l'identification rapide des éléments insérés". (p. 41)

Cette restauration a du s'achever en 1990, comme en témoigne le document du Ministère de la Culture ETU/0340 "Restauration de la toiture du transept, du chœur et fin des travaux de la nef. Restitution des lambris de l'ensemble de l'édifice."

Polychromie

A la différence des sablières de Kerjean, de Saint-Divy et de Sainte-Marie-du-Ménez-Hom, les sablières de Pleyben ont conservé leur polychromie, même si ce que nous voyons est le résultat des différentes restaurations. A l'origine, toutes les sablières étaient peintes, et,  selon Duhem, 41 % des pièces de bois du Finistère sont encore polychromes.

Les couleurs privilégiées sont, pour les vêtements, le bleu clair et plusieurs teintes de vert et  l'or. le blanc est utilisé pour les carnations, pour les fonds, et les étoffes. Le rouge est exceptionnel (sauf pour rehausser les lèvres, les joues, etc), réservé au cœur des Trois Plaies. Le noir est rare.

 

En voiture Simone !

 

J'ai décrit pour commencer la croisée du transept, riche en statue mais dépourvus de sablières et de cuirs. Mais nous allons trouver ces dernières et ces derniers dans les bras du  transept et dans la nef. Un programme si vaste que je débute par le bras sud du transept. Suivez le guide !

.

.

Je débuterai par le coté gauche ou oriental et la statue de l'évangéliste Matthieu : je vous y rejoins. 

Nous verrons successivement :

— Du coté est :

  • Le cuir découpé de L'aiguière et du bassin.
  • Blochet : Homme jeune.
  • Le cuir de la Nativité
  • l'entrait à engoulant.
  • Le cuir découpé de la Présentation au Temple
  • Blochet : un évêque.
  • Le cuir découpé de La rencontre du Christ et de la Samaritaine.
  • Blochet : l'Ange à la colonne.

— Du coté ouest :

  • Blochet : l'Ange à la couronne d'épines.
  • Le cuir découpé à l'œuf et aux figues.
  • Blochet : Homme barbu.
  • Prométhée et l'aigle de Jupiter
  • L'entrait à engoulant.
  • Le cuir des  Trois Plaies du Christ.
  • Blochet : Homme jeune.
  • Les deux dragons accouplés par le col.

.

.

 

Coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

I. Le coté oriental du bras sud du transept.  Au dessus du retable du Sacré-Cœur.

.

Coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

A. De la statue de saint Matthieu jusqu'à l'entrait.

(On nomme "entrait" la poutre transversale)

.

Coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Cuir découpé présenté par deux anges : Une aiguière et un bassin. La disculpation de Pilate.

.

Nous pouvons divisé cette pièce de bois en quatre sujets d'étude.

a) La frise inférieure.

Nous pourrons la suivre tout du long, pour y trouver des grappes, des légumes, des feuillages, et plus loin des masques. Ces motifs proviennent des encadrements des fresques du château de Fontainebleau. Les grappes sont-elles des grains de raisin ? Elles sont serrées en épi à disposition souvent géométrique. 

b) les anges.

Ils suivent un modèle constant que nous avons déjà vu à Kerjean, à Saint-Divy et à Sainte-Marie-du-Ménez-Hom, avec leur visage et leur tronc de face, leurs jambes allongées comme s'ils volaient, leurs bras écartés avec enthousiasme théâtral, leurs courtes manches béantes, leurs coudes globuleux, les vagues  que forme le feston de leur tunique, et on retrouve comme de vieux amis leurs cheveux disposés en sept  beignets autour d'une assiette, leur regard franc comme l'or sous l'arc de leurs sourcils.

Mais leur spécialité, c'est de glisser leur main à travers les poignées des cuirs découpés, comme de petits chapardeurs.

L'ange de gauche tient un clou, une "pointe" comme disent les menuisiers ; on y voit une allusion aux clous de la Crucifixion.

Son collège de droite embouche une trompette, comme une Renommée.

c) Le cuir découpé.

Je ne reviens pas sur leur histoire, leur intérêt et leur description, mais l'artiste de Pleyben a le génie pour  créer à chaque fois des nouveautés. Ici, le schéma est très simple, rectangulaire aux quatre bords enroulés, mais chaque enroulement est divisé en deux languettes qui s'enroule en volutes, ménageant entre elles des orifices, que les deux petits malins vont utiliser pour y glisser leur menotte.

d) le motif.

Il résiste à toute interprétation simple, et je me contentai de le décrire comme un pichet, et une coupe,

Un pichet ?  Et pourquoi pas plutôt une aiguière, une carafe, un vase, voire un broc ou une cruche ?

– Pichet :  Récipient de petite taille, de terre ou de métal, de forme galbée avec un collet étroit où s'attache une anse, utilisé pour servir une boisson.

– Aiguière :Vase élégant avec anse et bec, pouvant affecter les formes les plus diverses, destiné à contenir de l'eau (parfumée ou non) pour l'ablution des doigts ou des mains généralement après les repas, de l'eau (tiède) pour la toilette, ou de l'eau (fraîche) pour boire. Du provençal « aiguiera » (vase à eau), l’aiguière est un récipient destiné à contenir et verser de l’eau. Façonnée à l‘origine en poterie, les premières aiguières en verre apparaissent à la fin du XVe siècle. On les trouve en argent ou en or, en étain, en faïence

Nous avons ici un récipient doté d'un pied, d'un ventre, d'un col, d'un bec et d'une anse, mais aussi d'un couvercle.

 Si j'utilise le terme de "pichet", je suppose que la fonction est de servir à boire. Dés lors, la coupe est un récipient pour boire. 

Si j'adopte, comme le chanoine Abgrall,  le terme d'aiguière, je présume alors qu'elle sert à une ablution, et que la "coupe" est en fait un bassin. Or, cette fonction ne m'était pas venue à l'esprit. Cela me tente. Nous aurions ici, présentée au centre de ce cuir, une ablution rituelle, ou sacrée, un rite de purification, comme celui du Lavabo de l'Office, où le prêtre prononçait le verset du  psaume 25 6:7 lavabo inter innocentes manus meas et circumdabo altare tuum Domine

.

Très bien, mais au centre, entre coupe et pichet, entre aiguière et bassin, qu'est-ce que je vois ?

— Un champignon ?

— Une pomme, et sa tige ?

— Un cœur, qui saigne ?

Si je retiens cette dernière interprétation, qui introduit une dimension eucharistique à la scène, les possibilités de lecture théologiques de "Le Pichet et la Coupe" s'enrichissent tant que je décide d'y mettre un terme.

.

Note : lors de ma visite des sablières de l'église de Saint-Divy, j'ai observé ce motif , cette fois-ci entourant une croix et la couronne d'épines.  Ce qui montre que ces objets ne doivent rien au hasard, et qu'ils se placent dans un contexte liturgique lié à la Passion.

Mais c'est Jean-Claude Le Floch qui m'apporte la clef d'interprétation en faisant remarquer que la sablière placée dans la même position dans le transept nord représente la Trahison de Judas. " Comme pendant à droite, ce sont des emblèmes – bassin et aiguière – qui rappellent le geste de Pilate, le gouverneur romain, se lavant les mains de la mort de Jésus ". Cette observation est convaincante : l'artiste a débuté les cuirs du transept sud par la scène décrite par les évangiles :

"Et Pilate, voyant qu'il ne gagnait rien, mais que plutôt il s'élevait un tumulte, prit de l'eau et se lava les mains devant la foule, disant : Je suis innocent du sang de ce juste ; vous, vous y aviserez." (Matthieu 27:24).

Matthieu disculpe Pilate de la responsabilité de la mort du Christ, mais ce geste du lavement des mains est vu traditionnellement comme un signe de lâcheté du procurateur romain. La scène figure sur toutes les Passions des maîtresses-vitres finistérienne du XVIe siècle.

 

.

 

.

Cuir Le Pichet et la Coupe, Maître de Pleyben vers 1570-1580,  sablière du bas-coté sud de l'église de Saint-Divy, photographie lavieb-aile juillet 2017.

Cuir Le Pichet et la Coupe, Maître de Pleyben vers 1570-1580, sablière du bas-coté sud de l'église de Saint-Divy, photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

"Le Pichet et la Coupe ", bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

"Le Pichet et la Coupe ", bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

"Le Pichet et la Coupe ",  bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

"Le Pichet et la Coupe ", bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Le cuir découpé Le Pichet et la Coupe,  bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Le cuir découpé Le Pichet et la Coupe, bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Le blochet : un homme jeune.

.

Coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Le cuir découpé de la Nativité présenté par deux anges. Bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571.

a) frise : épis, fleurs, feuilles, gueule d'un animal .

b) les anges : ils tiennent des deux mains un linge blanc qui va passer dans la volute de l'enroulement du cuir, afin de le maintenir. Ce sont eux qui nous présentent la Nativité. Ils sont drapés par une écharpe blanche. Comme précédemment, l'ange de gauche nous regarde, son voisin regarde vers la droite.

c) le cuir découpé : rectangle à quatre enroulements divisés en deux languettes. Mais ici, quatre découpes permettent le passage du linge, qui devient un cordage auquel le cuir est suspendu.

d) le motif : la Nativité. La Vierge est agenouillée, mains jointes. L'âne et le bœuf sortent leur tête sous l'arche des enroulements supérieurs, et réchauffent de leur souffle l'Enfant Jésus. Celui-ci tient une pomme d'or (le globe terrestre) dans la main gauche, et bénit le monde de la main droite. Le personnage de droite est trop richement vêtu pour être le vieux Joseph. Ce serait un roi Mage, d'autant qu'il tient un objet brisé dans la main droite, et un sac (d'or ?) dans la main gauche.

.

 

Le cuir découpé de la Nativité présenté par deux anges,  bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571,  coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Le cuir découpé de la Nativité présenté par deux anges, bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Le cuir découpé de la Nativité présenté par deux anges,  bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571,  coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Le cuir découpé de la Nativité présenté par deux anges, bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Le cuir découpé de la Nativité présenté par deux anges,  bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571,  coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Le cuir découpé de la Nativité présenté par deux anges, bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Le cuir découpé de la Nativité présenté par deux anges,  bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571,  coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Le cuir découpé de la Nativité présenté par deux anges, bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

B. De l'entrait vers le blochet d'angle.

.

Le cuir déroulé de La Présentation au Temple.

.

a) la frise. cf.

b) les anges : ça alors, l'ange de gauche a changé de sens ! Le voilà qui vole de droite à gauche ! Ils tiennent tous les deux un gros cordage pour remplir leur fonction de tireurs de cuirs. Leurs manches à air se dilatent avec enflure et  démesure.

c) Le cuir découpé : encore plus simple, car dépourvu d'enroulement supérieur.

d) Le motif. Non, monsieur le chanoine Abgrall, il ne s'agit pas d'une Circoncision, mais d'une Présentation au Temple  tel que relaté dans l'évangile de Luc 2:22-40 . En effet, le premier personnage est Joseph, puis vient une servante qui tient le couple de tourterelles ou les deux petites colombes exigées pour le sacrifice rituel. Puis vient Marie, l'Enfant, et le grand prêtre, mais celui-ci ne tient aucun instrument contondant.  Enfin, nous trouvons une femme particulièrement élégante.

 

.

Le cuir déroulé de La Présentation au Temple, bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Le cuir déroulé de La Présentation au Temple, bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Le cuir déroulé de La Présentation au Temple, bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Le cuir déroulé de La Présentation au Temple, bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

 Le cuir déroulé de La Présentation au Temple, bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Le cuir déroulé de La Présentation au Temple, bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Le cuir déroulé de La Présentation au Temple, bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Le cuir déroulé de La Présentation au Temple, bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Le cuir déroulé de La Présentation au Temple, bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Le cuir déroulé de La Présentation au Temple, bois polychrome, Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Blochet (ou corbel) : un évêque.

avec mitre, crosse, chirothèques, bagues et anneau épiscopal,  chape pluviale à orfroi  à fermail, surplis, et pantoufles . 

.

 

Un évêque, corbel, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Un évêque, corbel, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Deux anges présentant le cuir découpé La Rencontre du Christ et de la Samaritaine.

.

a) la frise : présence d'un cuir à ove et d'un masque à la tête de lion, ainsi que deux exemples de cette  "quelconque variété de courge vue du côté du pédoncule" (J-C. le Floch) si souvent rencontrée.

b) Les anges : égaux à eux-mêmes ; notez le geste de l'ange de gauche, désignant la scène centrale de son index.

c) le cuir : identique aux précédents.

d) le motif. La Rencontre du Christ et de la Samaritaine au Puits de Jacob tirée de l'évangile de Jean 4:1-30 est aussi traitée à la chapelle de Kerjean : mais alors, le Christ est du coté droit, et la Samaritaine est coiffée d'un turban.

Ici, le Christ, accroupi près du puits, tend l'index de la main droite, ce qui indique qu'il énonce une demande "Donne-moi à boire" ou plutôt une vérité évangélique : "Quiconque boira de cette eau aura de nouveau soif ; mais celui qui boira de l'eau que moi je lui donnerai n'aura plus jamais soif ; et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau jaillissant pour la vie éternelle". De la main gauche, il montre la margelle du puits.

La femme, à robe verte à décolleté carré et manches bouffantes et ourlées d'or au dessus de manches de chemise à crevés, et de bracelets, verse l'eau d'un pichet à long col dans une cruche. 

 

 

 

.

.

Deux anges présentant le cuir découpé La Rencontre du Christ et de la Samaritaine., Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Deux anges présentant le cuir découpé La Rencontre du Christ et de la Samaritaine., Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Deux anges présentant le cuir découpé La Rencontre du Christ et de la Samaritaine., Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Deux anges présentant le cuir découpé La Rencontre du Christ et de la Samaritaine., Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Deux anges présentant le cuir découpé La Rencontre du Christ et de la Samaritaine., Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Deux anges présentant le cuir découpé La Rencontre du Christ et de la Samaritaine., Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Deux anges présentant le cuir découpé La Rencontre du Christ et de la Samaritaine., Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Deux anges présentant le cuir découpé La Rencontre du Christ et de la Samaritaine., Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Deux anges présentant le cuir découpé La Rencontre du Christ et de la Samaritaine., Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Deux anges présentant le cuir découpé La Rencontre du Christ et de la Samaritaine., Maître de Pleyben vers 1571, coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Le blochet ou corbel : une femme tenant une colonne brisée.

Cette colonne appartient peut-être aux Instruments de la Passion, en tant que Colonne de la Flagellation.

.

 

Coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Coté oriental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

II. Le coté occidental du bras sud du transept.

.

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Le blochet d'angle : femme (ange) portant la Couronne d'épines.

.

Le blochet d'angle : femme (ange) portant la Couronne d'épines,coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Le blochet d'angle : femme (ange) portant la Couronne d'épines,coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Le blochet d'angle : femme (ange) portant la Couronne d'épines, coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Le blochet d'angle : femme (ange) portant la Couronne d'épines, coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

.

A. Du blochet d'angle jusqu'à l'entrait.

.

 

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Deux anges présentant un cuir découpé "à l'œuf et au figues".

Nous voyons d'emblée que si la structure de base de deux anges tenant un cuir est présente,  le style est très différent. 

a) La frise : des feuilles allongées, des légumes et deux cuirs découpés, l'un centré par un cartouche et l'autre par un ove (un ovale en forme d'œuf).

b) les anges. Très curieux. Ce sont bien des anges puisqu'ils ont des ailes, mais celles-ci ont un bord rectiligne enroulé sur lui-même, selon un procédé que j'ai rencontré sur les liernes et nervures de la croisée du transept (article précédent). Le visage est bien entouré de ses sept boules de glace au chocolat, mais le torse est nu (et androïde), au dessus d'un bouquet de feuilles d'acanthes charnues. En guise de ceinture, cette chimère porte trois ou quatre "fruits" ovales. C'est ma première rencontre avec ce type d'énergumène, depuis mon départ à la découverte des œuvres du Maître de Pleyben.

c) Le cuir. Ah, je retrouve les cuirs sophistiqués observés à Kerjean : une forme arrondie, à enroulements supérieur et inférieur, percé de huit œillets par où passent deux cordages verts, et de deux autres orifices qui laissent passer les tiges de deux fruits de même couleur verte.Mais aussi, fusionné à ce cuir souple, fin, et aux bords ronds, les deux bras en H d'un matériau plus épais et plus rigide, tracé à la règle, et aux extrémités crénelées.

d) Le motif. C'est un ovale à axe horizontal, vaguement ovoïde, blanc cerné par un jonc vert, énervant par son insignifiance. Tout un cuir, toute une sablière pour cet œuf d'autruche ! Pour cette énigme dure et lisse ! J'en ai vu à Kerjean, mais qui portaient, au moins, les armoiries du maître des lieux. J'en ai vu, de petite taille, à l'extrémité gauche de la dernière sablière de Saint-Divy, mais j'ai cru pouvoir faire l'impasse sur son interprétation. Que disent les érudits ? Eggs and dart : "les oves alternés avec des dards en forme de flèche symboliseraient l'alternance de la vie et de la mort". Mais quid de l'egg sans dart ?

e) Pire. Devant cet œuf, je reste coi , mais calme. Mais les six objets verts  en forme de poire,  à cul de coing et à tige de figue que l'artiste a cru nécessaire de suspendre sous les bras des anges et, mieux encore, de faire mûrir à travers le cuir me narguent par leur formes molles, triviales, voire obscènes me turlupinent et m'horripilent. 

Pourtant. J' ai déjà observé ces cucurbites (c'est le nom que ces choses verdâtres méritent, pour sa sonorité). A Saint-Divy, mais sur une autre cuir que celui de l'ove : le cuir à la tête de lion. Je le retrouve dans mes archives : oh, surprise, la forme générale du cuir est la même. Mais je n'en sais pas plus pour autant.

.

 

 

Le cuir "aux figues" de l'église de saint-Divy. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Le cuir "aux figues" de l'église de saint-Divy. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Le cuir "à l'œuf et aux figues", coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Le cuir "à l'œuf et aux figues", coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Le cuir "à l'œuf et aux figues", coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Le cuir "à l'œuf et aux figues", coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Blochet : saint homme barbu tenant un livre rouge.

Un apôtre, car il a les pieds nus.

N;b : La frise : un mascaron sur un cuir.

.

 

 

coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Prométhée enchaîné : son foie est dévoré par l'aigle du Caucase par vengeance de Jupiter.

C'est l'une des sablières les plus intéressantes, car elle offre un exemple unique de motif profane, ou du moins lié à la mythologie grecque.

On connaît l'histoire depuis Hésiode, mais Eschyle a écrit sa tragédie Prométhée enchaîné vers 450 av. J.C. 

"Lorsque Zeus décide d'abolir la race humaine afin d'en fonder une nouvelle, seul Prométhée s'y oppose et donne aux hommes le feu (symbole de la connaissance) jalousement gardé par les dieux. Il leur apprend également la notion de temps, les mathématiques (le nombre), l'écriture, l'agriculture (par la soumission de l'animal), le dressage des chevaux, la navigation maritime, la médecine, l'art divinatoire et l'art métallurgique. Sur ordre de Zeus, il est alors enchaîné, à contrecœur, par Héphaïstos (fils de Zeus, dieu du feu et des métaux) à un rocher aux confins de la Terre.

Océan apparaît alors, qui lui promet d'intercéder en sa faveur auprès de Zeus, suivie d'Io qui raconte les malheurs qui lui sont arrivés avant que Prométhée ne lui dévoile son destin.

Prométhée révèle ensuite que sa punition ne durera pas éternellement mais qu'il sera délivré par un descendant d'Io (Héraclès) et que Zeus ne restera pas au pouvoir éternellement mais sera renversé. Prométhée ne peut en dire plus car il doit garder le secret connu de lui seul, sous peine que Zeus ne puisse se soustraire à son destin.

Hermès intervient alors, au nom de Zeus, pour demander à Prométhée de livrer son secret, sans quoi il sera torturé. Prométhée ne cède pas car il sait que Zeus ne peut le faire mourir. Il est condamné à être torturé par un aigle qui lui dévorera éternellement le foie, celui-ci se régénérant sans cesse." (Wikipédia)

 

.

Le mythe a été mis en parallèle avec le récit biblique d'Adam et Ève, chassés du Jardin d'Éden pour avoir goûté le fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal dans le Livre de la Genèse. C'est sans doute pour cette raison qu'il est représenté ici. Mais pour le professeur de  philosophe Jean-Claude  Le Floch "... le Prométhée des Anciens apparaît alors comme une préfiguration du Christ : comme le Verbe fils de Dieu, il prend part à la création des choses ; comme lui, par amour des hommes, il assume les rigueurs du supplice ; comme lui il sera délivré."

.

 

 

.

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

a) frise : présence d'un cuir à ove, à défaut de cœur parmi "des fruits des fleurs des  feuilles et des branches".

b) anges : je dirais que ce sont là les plus beaux, si chaque sablière n'entraînait le même enthousiasme radical. Le premier est archétypal. Le cordage qui nous sert de passe à travers ces œuvres est ici une sangle verte qui se fronce en passant devant la tunique plissée jaune d'or. La couleur ponceau de la robe ourlée d'or trouve un rappel dans le vermillon des lèvres et le feu des joues. Et ce bandeau dans les cheveux !

c) Le cuir : on retrouve le rectangle à quatre volutes latérales.

d) Le motif : Prométhée, allongé sur le dos,  est enchaîné aux poignets et aux chevilles sur le Rocher de Caucase, tandis qu'un aigle noir lui dévore le foie, avec une belle précision de l'emplacement anatomique. Notez les ailes aux bords enroulés, selon le procédé propre à l'artiste.

.

 

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

De l'entrait vers la statue de saint Matthieu à l'angle de la nef.

.

 

Le cuir des Trois Plaies.

a) la frise : des grappes, des feuilles, et encore un cuir à ove.

b) Les anges : parfaits. Ils tiennent d'une seule main les deux brins du linge qui tend le cartouche.

c) le cartouche en cuir découpé : un rectangle en cadre, débordé par les quatre enroulements. Huit orifices pour les cordages blancs. 

d) Le motif : c'est une version abrégée des Cinq Plaies, qui associent les plaies des mains et pieds du Christ Crucifié avec celle du cœur (la plaie du flanc droit n'est pas facile à figurer). Ici, ne sont représentées que les mains et le cœur.

Le cuir des Cinq Plaies se voit sur les sablières de la chapelle de Kerjean, mais aussi, tout simplement, sur celles de Pleyben, dans le coté gauche du chœur.

.

 

.

 

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Blochet.

.

Volutes des deux dragons réunis par un collier commun.

a) frise : des feuilles effilées, et un épi .

b) les anges et le cuir : remplacés par deux rubans blancs aux bords frangés de feuilles d'or.

c) le motif : deux dragons sont réunis par le col par un collier de maillons d'or. Les oreilles pointues ont pu en abuser pour des licornes. Ce seraient des chevaux, à cause de leur crinière, si ce n'était la couleur rouge des naseaux et de la bouche en feu. De même, on voit l'amorce de deux ailes. Le corps est remplacé par une verdure faite de feuilles d'acanthe, avec un tronçon doré. Nous retrouvons là le procédé utilisé pour les anges du cuir "de l'œuf et des figues".

Je reconnais dans ce motif des dragons accouplés celui que j'ai observé dans les sculptures de pierre de Bastien et Henri Prigent à diverses reprises, notamment sur le porche de Landivisiau.

.

 

 

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Coté occidental du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

La voûte lambrissée : l'entrait et les abouts de poinçon.

.

La voûte lambrissée et l'entrait du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

La voûte lambrissée et l'entrait du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Le "nœud" (l'élément central) de l'entrait 

Ce détail exploite la veine comique ou paillarde.  C'est un ange qui semble être passé à travers un cuir découpé, ses jambes nues et roses gesticulant sous lui.

.

Nœud central de l'entrait du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

Nœud central de l'entrait du bras sud du transept, église Saint-Germain de Pleyben. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

SOURCES ET LIENS.

 

.

1°) Les cartouches et cuirs découpés.

 

 

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), Le premier volume des plus excellents bastiments de France : Le Louvre, Vincennes, Chambord, château de Madrid (Philibert Delorme 1548-1559), Covussi, Folambray, Montargis, La Muette, Saint-Germain, Creil, Vallery, Verneuil, Ancy-le-Franc, Gaillon, Manne.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10411354/f45.image

Le second volume : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3137097/f12.image

Blois, Amboise, Fontainebleau, Villiers, Charleval, Les Tuileries, St-Mort, Chenonceau, Chantilly, Anet, Ecouen, Challueau, Dampierre, Beauregard, Bury.

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), s.d, Termes et cariatides, 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-4R85BIndex.asp

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques) (1510?-1585?), [Entre 1542 et 1545] Grands cartouches,  [20] pl., Eau forte ; 38 cm [S.l.], [s.n.] 2 suites sans titre ni inscription. 7 des 20 planches reprennent des compositions de Fantuzzi connues par des estampes publiées vers 1542-1543.

http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/1807/?offset=#page=5&viewer=picture

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques) (1510?-1585?), [Entre 1545 et 1547] Petits cartouches de Fontainebleau,  [31] pl., Eau forte ; 26 cm, [S.l.], [s.n.]Suite sans titre d'ornements inspirés par l'art de Fontainebleau et destinés à servir de modèles. Certaines planches reprennent des compositions de Fantuzzi connues par des estampes publiées entre 1542 et 1545 ; D'autres figurent déjà dans la première ou la seconde suite des grands compartiments

http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/1801/?offset=#page=5&viewer=picture

http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40564725t

DIETTERLIN (Wendel), 1598, Architectura, Nuremberg.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-Res207Index.asp

FLORIS (Cornelis II de Vriendt ,dit) 1556, Veelderley Veranderinghe van grottisen  avec HIERONYMUS COCK (graveur et éditeur) 

https://collections.vam.ac.uk/item/O977184/veelderley-veranderinghe-van-grotissen-ende-engraving-floris-cornelis-ii/

https://www.nationalgalleries.org/art-and-artists/60572/plate-veelderley-veranderinhe-van-grottissen-ende-compartimenten-design-fantastic-fountain-published

 

FLORIS (Cornelis), 1557, Veelderley Niewe Inuentien,  HIERONYMUS COCK (graveur et éditeur) 

VREDEMAN DE VRIES (Hans), 1557 Architectura ou batiments prins de Vitruve, Anvers,  

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-Res207Index.asp

 

 

2°) Sur l'église de Pleyben :

— ABGRALL, Jean-Marie. Pleyben, son église, son calvaire. Editions d'art Jos Le Doaré, Quimper, 1969.

— ABGRALL, Jean-Marie (1892), Pleyben. Eglise, calvaire, ossuaire, chapelle Notre-Dame de Lannélec Bulletin dee la Société archéologique du Finistère pages 55-72

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207622m/f136.item

 

— COUFFON (René), 1988, Notice sur Pleyben

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/PLEYBEN.pdf

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. ; préf. d'Alain Croix, Rennes :Presses universitaires de Rennes, 1997 : thèse de doctorat en histoire sous la direction d'Alain Croix soutenue à Rennes2 en 1997. 

— LECLERC (GUY), 1996, Les enclos de Dieu, édition Jean-Paul Guisserot, 141 p. 

LECLERC (Guy), 2007, Pleyben, son enclos et ses chapelles, éditions Jean-Paul Guisserot, 31 pages pages 18 et 19.

https://books.google.fr/books?id=hWctwxQfyhgC&pg=PA18&lpg=PA18&dq=sibylles+pleyben&source=bl&ots=kzc-VMkVBx&sig=29B6LVXN1nHu2s5hEpHEt3en1vA&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiI596WxpfVAhXH2xoKHQ5WDd4Q6AEIQjAF#v=onepage&q=sibylles%20pleyben&f=false

— LE FLOCH (Jean-Claude), Pleyben : l'ensemble de sablières sculptées.

http://www.mairiepleyben.fr/joomla-mairie/images/stories/documents/docs_historiques/sablires.pdf

Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Enclos_paroissial_de_Pleyben

— Infobretagne : http://www.infobretagne.com/pleyben-eglise-sablieres.htm

.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières Pleyben
commenter cet article

commentaires

Balle Chromax 26/07/2017 16:35

Bravo pour votre blog.
C'est impressionnant le travail qu'il doit y avoir derrière chaque article quand on voit les détails que vous y mettez.
Merci pour tout ce partage de connaissance

jean-yves cordier 26/07/2017 17:31

merci pour cet encouragement : j'y retourne !
Jean-Yves

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche