Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 14:24

La charpente sculptée de la chapelle seigneuriale du château de Kerjean (Saint-Vougay, Finistère) par le Maître de Pleyben (vers 1570-1580) : sablières, blochets, entraits et clefs de voûte.

.

Voir aussi sur la production du Maître de Pleyben :

 

.

 

Et sur les sablières bretonnes :

 

.

.

 

La chapelle de Kerjean : l'élévation sud-ouest. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La chapelle de Kerjean : l'élévation sud-ouest. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

La chapelle de Kerjean a une forme très simple : un simple vaisseau rectangulaire s'achève en un chevet en demi-cercle. La charpente  probablement "à chevrons formant ferme" est dissimulée sous une voûte  lambrissée de plein cintre, non peinte, structurée par deux poutres horizontales ou entraits, qui délimitent trois espaces : un espace de transition autour d'une sorte de grande cheminée blanche sur le mur du fond, un carré entre les deux entraits (aujourd'hui centré par un appareil visualisant grâce à une lunette et un écran vidéo les sablières), et le chevet centré par un autel. Aux chaque coins,  quatre blochets, et un cinquième au dessus de l'autel, offrent l'occasion de scander l'espace de façon liturgique avec les statues des quatre évangélistes et de Marie-Madeleine, la première à transmettre la Nouvelle de la Résurrection.

  Cette partition se simplifie dans le décor des sablières et des entraits en deux ensembles : la salle rectangulaire, au décor profane ou héraldique, et le chevet hémisphérique, qui traite de trois épisodes des Évangiles  ( La rencontre de la Samaritaine ; le partage de la tunique au pied de la Croix ; et les Cinq Plaies de la Passion) et d'un épisode apocryphe ( le Voile de Véronique). 

Le style du sculpteur de grand talent se reconnaît aussi sur la charpente de l'église de Pleyben, de l'église de Saint-Divy et  de la chapelle de Notre-Dame du Ménez-Hom (Plomodiern) : l'auteur, anonyme, est désigné par l'appellation de Maître de Pleyben. C'est l'étude de ce style, et les jeux de correspondance entre les quatre sites, qui rendent passionnante la découverte de ces sablières. Sophie Duhem en 1997 puis Jean-Claude Le Floch dans sa description des sablières de Pleyben l'ont parfaitement souligné. Je m'intéresserais plus particulièrement aux relations stylistiques avec l'école de Fontainebleau, relations bien connues dans l'architecture du château à travers les influences de  Philibert Delorme, en étudiant l'emploi des "cuirs découpés".

Concernant le programme iconographique, il peut être étudié selon cinq thématiques : le décoratif, le religieux, le tremendum, l'anecdotique, et  le trivial ou obscène . On constate l'absence des deux dernières, alors que les sablières abondent souvent en scènes cocasses, de genre, en figures scatologiques voire ithyphalliques. Les deux premières ont au contraire une place de choix. Quant au tremendum, ce qui provoque l'effroi,  Dieu étant un "mysterium tremendum et fascinans", on peut le voir sous la forme des masques et mascarons.

 

.

 

VUE D'ENSEMBLE DE LA VOÛTE.

.

1. Vue du bas, en trois photos.

.

Vue de la voûte lambrissée de la chapelle de Kerjean : l'entrée. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Vue de la voûte lambrissée de la chapelle de Kerjean : l'entrée. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

.

Vue de la voûte lambrissée de la chapelle de Kerjean : le milieu. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Vue de la voûte lambrissée de la chapelle de Kerjean : le milieu. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Vue de la voûte lambrissée de la chapelle de Kerjean : le chevet. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Vue de la voûte lambrissée de la chapelle de Kerjean : le chevet. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

2. Vue vers l'entrée à l'ouest.

.

Vue de la voûte lambrissée de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Vue de la voûte lambrissée de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

3. Vue vers le chevet.

.

Vue de la voûte lambrissée de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Vue de la voûte lambrissée de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

.

LES CINQ BLOCHETS.

On nomme Blochet  des pièces de charpente horizontales "formant une jambe de force avec le pied d'un arbalétrier". Ici, ces pièces ne sont pas horizontales, mais étayent la charpente en ressortant de biais vers le haut et l'intérieur de la chapelle. Particulièrement longues, elles sont sculptées en ronde bosse de cinq personnages. Ce sont :

.

— Au chevet :

  • Saint Matthieu au centre
  • Saint Jean à droite
  • Saint Marc à gauche

Notons que cet emplacement de choix honore les deux évangélistes qui ont connu le Christ et ont été parmi ses apôtres, Matthieu et Jean.

— Aux angles ouest

  • Saint Luc.
  • Sainte Marie-Madeleine

.

« Le travail du sculpteur de Pleyben est aisément reconnaissable. Les faciès présentent des traits caractéristiques : les visages sont dessinés, de forme ovale, avec des fronts et des pommettes hautes, des nez fins et longs, des bouches fines, des barbes constitués de mèches ondulées, des chevelures formant des boucles hautes ou des mèches déployées." (S. Duhem 1997)

.

1. Saint Matthieu : attribut : l'homme ou ange.

Au centre du chevet. Matthieu,  comme tous les apôtres selon la tradition, a les pieds nus. ; il se tient assis, et tourne les pages d'un livre (l'évangile selon Matthieu, bien-sûr), aidé par un garçon blotti à son coté gauche.  Ce garçon figure l'homme, ou l'ange, qui sert d'attribut à l'évangéliste, en relation avec le Tetramorphe de la vision d'Ézéchiel Ez. 1:1-28 ou avec les Quatre Vivants de l'Apocalypse. 

.

 

Saint Matthieu, chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Saint Matthieu, chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Saint Matthieu, chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Saint Matthieu, chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

2. Saint Jean l'évangéliste.

Attribut : l'aigle et un livre ouvert. Le saint est assis devant un pupitre, avec son aigle à sa droite, comme dans de nombreuses sculptures de kersanton à l'extérieur des églises bretonnes (comme à Landivisiau par Bastien Prigent vers 1554-1565). 

Il est imberbe, comme il se doit afin de souligner qu'il est le plus jeune des apôtres, et "le disciple préféré de Jésus". Les boucles torsadées de ses cheveux se poursuivent avec le nœud et les plis en vagues de son manteau. Son visage est tourné vers la droite, où se trouve l'autel au centre du chœur. 

Selon la tradition chrétienne, Jean est l'auteur de l'évangile qui porte son nom, mais aussi du Livre de l'Apocalypse. 

.

 

Saint Jean, chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Saint Jean, chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Saint Jean, chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Saint Jean, chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

3. Saint Marc et son lion.

Il est placé dans le chevet à gauche de Matthieu, et il tient un phylactère sur lequel était probablement jadis peint un texte : l'incipit de son évangile ?

.

Saint Marc, chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Saint Marc, chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Saint Marc, chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Saint Marc, chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

4. Saint Luc et son taureau.

Il se tient à l'angle sud-ouest au fond de la chapelle. 

Saint Marc, angle sud-ouest de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Saint Marc, angle sud-ouest de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

5. Sainte Marie-Madeleine.

Angle nord-ouest.

Quel dommage ! La sainte la plus belle, la plus élégante et la plus séduisante de l'iconographie est défigurée par une altération du bois qui envahit en une traînée brun-chocolat son nez et son menton, ses cheveux et ses épaules, et le devant de sa robe. C'est avec peine que l'on distingue le bandeau de cheveux  qu'avaient adopté aussi certaines sibylles pour dégager un front très épilé. Le flacon d'aromates destiné à l'embaumement du corps du Crucifié est tenu dans la main gauche (certains y verront le parfum de prix qu'elle a versé sans compter sur les pieds de son Maître). La robe  à décolleté carré dévoile une gorge nue, sans collier. Les manches bouffantes sur les épaules et les avant-bras sont resserrés par des bracelets de bras. La robe d'abord stricte  libère sous la ceinture une exubérance de plis tourmentés.

.

Sainte Marie-Madeleine, fond de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sainte Marie-Madeleine, fond de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

.

LES SEPT CLEFS DE LA VOÛTE, OU ABOUTS DE POINÇON.

.

Le terme de "clef pendante" est réservé aux voûte de pierre, et celui de "poinçon" à "la pièce centrale verticale qui s'assemble à l'entrait (ou de l'entrait retroussé) en son milieu". Le terme  d' "about de poinçon" convient  le mieux.

De l'entrée vers le chevet :

1. Ange portant le blason des Barbier.

2. Joueur de cornemuse.

3. Ange 

4.

5.

6. Joueur de petit luth : mandore ou vièle guiterne.

7.

 

Ange bras croisé

Ange bras écarté

.

.

1. L'ange portant le blason de la famille Barbier

D'argent à deux fasces de sable

http://www.tudchentil.org/spip.php?article174

Ce blason se retrouvera ici sur un entrait et sur une sablière.

Le château de Kerjean fut construit, entre 1566 et 1595 sur un ancien manoir médiéval  par Louis  Barbier  dont les armes étaient : « d’argent à deux fasces de sable » et la devise : « Var va buez » (Sur ma vie).  Louis Barbier, fils de Jean Barbier (premier seigneur de Kerjean) et de Jeanne de Kersauzon,  avait épousé Jeanne de Gouzillon en 1570 ; leurs armes écartelées se voient encore sur le porche d'entrée. Il décéda en 1595. Il avait bénéficié de l'héritage  de son oncle, le richissime chanoine Hamon Barbier.

.

.

 

Ange portant le blason de la famille Barbier, clef de la voûte de la chapelle de Kerjean, vers 1470-1480. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Ange portant le blason de la famille Barbier, clef de la voûte de la chapelle de Kerjean, vers 1470-1480. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Le visiteur trouve, en sortant de la chapelle, une pierre portant ce blason entouré des ornements extérieurs de l'écu : le heaume coiffé d'un tortil, les lambrequins, et en support deux lions ou léopards. 

 

 

Le blason de la famille Barbier, château de Kerjean, Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Le blason de la famille Barbier, château de Kerjean, Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

2. Le joueur de cornemuse.

Il est décrit, avec trois belles photos de Joël Lubin, dans l'Iconographie de la cornemuse de Jean-Luc et Catherine Matte. Le commentaire est le suivant :

"Long hautbois barrant de toute sa longueur le torse du sonneur et orné d'une petite moulure (raccord ?) à mi-longueur, entre les deux mains du sonneur, porte-vent, poche allongée tenue sous le bras gauche; il ne semble pas y avoir de bourdon"

Les boucles de cheveux encadrent le visage comme une ligne de coquillettes jointives, selon une sorte de fragment de nimbe, ce qui rappelle le style de l'atelier de sculpture sur pierre du Maître du Folgoët (1423-1509). Cette caractéristique se retrouve sur les autres personnages de la chapelle de Kerjean.    Le costume est assez proche de celui des Sibylles, avec leurs manches retroussées aux poignées et bouffantes aux épaules. La tunique et les jambes sont représentées en fuite avec beaucoup d'habileté.

On le comparera avec celui de la clef de voûte du transept de Pleyben, pour constater que le musicien y est assez différent quant au visage et  à l'habit. 

http://jeanluc.matte.free.fr/fichpr/pleybchoeur.htm

.

 

Sonneur de cornemuse, clef de la voûte de la chapelle de Kerjean, vers 1470-1480. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sonneur de cornemuse, clef de la voûte de la chapelle de Kerjean, vers 1470-1480. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sonneur de cornemuse, clef de la voûte de la chapelle de Kerjean, vers 1470-1480. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sonneur de cornemuse, clef de la voûte de la chapelle de Kerjean, vers 1470-1480. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

6. Le joueur de mandore ou luth guiterne.

Pour identifier cet instrument, je me base sur le fait qu'il s'agit d'un instrument à cordes pincées (pas d'archet), à trois cordes, plus élancé et plus petit qu'un luth. Sa forme incurvée est très certainement due aux impératifs techniques du sculpteur pour s'adapter au volume de la clef pendante. 

Le même musicien se voit sur les clefs de voûte du transept sud de Pleyben .

.

Jouer de mandore,  clef de la voûte de la chapelle de Kerjean, vers 1470-1480. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Jouer de mandore, clef de la voûte de la chapelle de Kerjean, vers 1470-1480. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Ange les bras croisés.

.

 

Ange bras croisés, clef de la voûte de la chapelle de Kerjean, vers 1470-1480. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Ange bras croisés, clef de la voûte de la chapelle de Kerjean, vers 1470-1480. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Ange volant bras écartés.

.

 

Ange aux bras écartés, clef de la voûte de la chapelle de Kerjean, vers 1470-1480. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Ange aux bras écartés, clef de la voûte de la chapelle de Kerjean, vers 1470-1480. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

LES ENTRAITS.

Entrait :  poutres qui réunissent les arbalétriers et s'opposent à leur écartement. Elles forment avec les deux arbalétriers obliques le triangle nommé "ferme".

.

Les deux entraits à engoulants, de section octogonale par chanfrein d'une poutre de section carrée,  sont sculptés en leur centre d'un élément cubique. Le premier en venant des entrées ouest, à fonction héraldique et civile, porte les armoiries du propriétaire, le seigneur de Kerjean. Le second, à fonction religieuse, face au chevet et dont au cœur de l'espace sacré, porte un Voile de Véronique avec le visage du Christ couronné d'épines. Ce sont des anges dont on voit les mains et les pieds mieux que la tête aux cheveux bouclés, qui présentent ces motifs dans des "cuirs découpés" Renaissance. 

.

1. La Sainte Face (ou Voile de Véronique).

.

 

Entrait du chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Entrait du chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Ce visage du Christ couronné d'épines renvoie au motif du Voile de Véronique, mais ce voile n'est par représenté, et la Sainte Face est sculpté au milieu d'un cartouche réalisé — c'est le premier exemple que nous découvrons —  en  "cuir découpé à enroulements" soutenu par un putti.

Le nom masculin "cartouche" vient du terme italien cartoccio, diminutif de carta (papier) qui signifie "cornet de papier". Il est attesté au XVIe siècle comme terme d'architecture. C'est un ornement en forme de carte ou de rouleau de papier aux bords enroulés, et dont le champ porte des armoiries, une inscription ou une figure.

Cet ornement dérive des cartouches portant le nom en hiéroglyphes des pharaons, des volumen des tombes étrusques, des phylactères portés par les anges médiévaux, des cartellino en trompe l'œil de certains tableaux, du rouleau de parchemin portant une épitaphe, etc..., mais c'est à la deuxième Renaissance italienne, sous l'influence du goût pour les volutes et pour les coquilles, qu'il s'est constitué comme tel.

L'influence décisive et fondatrice fut l'emploi dans la décoration du château de Fontainebleau par deux artistes italiens, Giovanni Battista di Jacopo dit Le Rosso Fiorentino (jusqu'à son suicide en 1540), et le Primatice (qui reprit le chantier), de combinaisons de cadres en stuc en ronde-bosse autour des panneaux peints, entre 1530 et 1532. Malgré les destructions, on peut encore admirer à Fontainebleau la Galerie François Ier, la Salle de bal et ce qu'il reste de la Chambre de la duchesse d'Étampes. Cette influence de l'École de Fontainebleau, créant le style bellifontain, s'étendit ensuite en Italie (Palais des Doges à Venise, palais Thiene à Vicence), en Flandre (Fronton d'Anvers par Cornelis Floris), en Allemagne et dans toute l'Europe centrale au sein du Manièrisme du Nord. Les recueils d'estampes et de gravures d'Antonio Fantuzzi, de Pierre Milan et René Boyvin, d'Androuet du Cerceau (1545-1547), de Cornelis Floris (1556 et 1557), de Hans Vredeman de Vries (1557) et plus tard de Wendel Dietterlin (1598) permirent cette diffusion non seulement auprès des artisans stucateurs et des ornemanistes, mais aussi des tailleurs de pierre, des sculpteurs sur bois, des ouvriers du cuir, des orfèvres, des tapissiers ou des créateurs de meubles. Voir les liens vers les différentes références bibliographiques infra.

.

Si le modèle le plus simple ressemble à une pièce de cuir (avec la forme d'une peau de mouton ou de veau) aux bords enroulés, et si ce modèle fut compliqué de découpes plus savantes, ce motif du "cuir découpé avec enroulements" engendra  au moins deux autres manières.

La première se nomme en anglais strap-work et peut se traduire par "décoration à bandes plates" : il s'agit alors d'imiter des courroies de cuirs percées et parfois cloutées, entrelacées selon des dessins géométriques. La structure initiale en volutes, coquilles, sinuosités et formes en C et courbes et contre-courbes (le scrollwork)  laissa alors la place à des dessins tracés à la règle. 

La seconde, sous les noms de Rollwerk et de Beschlagwerk (travail de serrurerie), va imiter des lames métalliques entrecoupées, enroulées et clouées. 

La survalorisation du cadre sur le motif encadré participe d'une nouvelle esthétique — maniériste — qui annule les distinctions entre support architectural et figure fictionnelle, avant de rompre les distinctions entre minéral, végétal, animal et humain (masques feuilles, sujets anthropomorphes à faciès léonin, contamination de l'humain par l'animal, termes à bustes humains et corps en piliers, etc..), entre le mythologique, le réel et le religieux, qui tournera au culte de l'informe et du décadent.

.

Si nous revenons au morceau de cuir découpé qui nous attend encore sur l'entrait, nous suivons assez facilement sa forme à deux bras latéraux, deux ailes encadrant la tête du garçonnet, et, en bas,  une pointe découpée en W. Il ressemble bien à une peau assez épaisse, retroussée sur ses bords. Mais en arrière-plan, le putto est assis sur un un bâti bien différent, à bords droits et non plus courbes, semblable à un meuble en poutres métalliques creuses. Il sera surtout visible par en dessous, centré par une fleur, et sa rigidité métallique s'affaisse comme des tuyaux de plomb incurvés.

Ce jeu avec l'œil du spectateur suppose à l'évidence  une parfaite maîtrise des volumes de la part de l'artiste.

.

 

 

 

La Sainte Face, entrait du chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La Sainte Face, entrait du chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

2. Au verso : un cuir  par un ange.

Ce cuir porte un cœur barré par une fasce. Il a une valeur religieuse ou allégorique plutôt qu'héraldique .

.

 

Entrait du chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Entrait du chevet de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

3. Les armoiries de la famille  Barbier.

Les deux fasces entourent une boule ovoïde qu'on retrouvera sur les sablières.

Le cuir découpé mélange cette fois-ci dans un seul cartouche à forme en croix un aspect de faux cuir avec deux languettes supérieures et deux autres inférieures,  enrubannées en spirales, avec un aspect de tubes rectangulaires rigides des deux bras latéraux, qui résistent à tout enroulement.

.

Armoiries de la famille Barbier, entrait  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Armoiries de la famille Barbier, entrait de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

LE TOUR DES SABLIÈRES.

.

.

Les corniches, nommées "sablières" en Bretagne,  sont au nombre de dix, dont trois pour le chevet.

Le décor sculpté des corniches de la chapelle est organisé selon une partition ouest / est ou "nef" / chevet délimitée par le deuxième entrait et séparant, je l'ai dit, un décor profane et quatre scènes évangéliques. 

Par contre, l'unité de style est entière, et toutes les sculptures peuvent être attribuées au même auteur, le Maître de Pleyben (alors qu'à Pleyben, seul le chœur et les transepts, mais non la nef, sont de sa main). 

On peut y décrire deux parties superposées : la corniche proprement dite, avec le motif principal sur lequel se concentre l'attention. Et, en dessous, une frise géométrique ou naturaliste qui ne manque pas d'intérêt pour y découvrir, parmi les volutes et lignes grecques, des cuirs et les rubans,  des cosses de petits pois (assez spécifiques de cet auteur), des escargots, des grappes de raisins, des légumes, des rosettes, des feuillages et palmettes issues des guirlandes des stucs bellifontains. 

Le "maître de Pleyben" va se montrer parfaitement averti des tendances introduites par l'École de Fontainebleau et des développements de l'utilisation des cuirs découpés sous l'effet des bandes plates et des lames métalliques, mais il va se distinguer par un trait qui lui est propre (bien qu'on puisse le trouver ailleurs) : il faufile des rubans, des cordages et des rubans à travers les découpes des cuirs et des lames,  et il en confie les extrémités aux anges ou aux personnages qui , de chaque coté, semblent alors les soutenir.

 

Je vais prendre comme point de départ l'angle qu'occupe Marie-Madeleine, au dessus de la porte.

.

1. Quatre mascarons et un chérubin.

.

 

Sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Au centre du cuir découpé : la tête d'un satyre.

La corne, dans ses différents développements, s'intègre parfaitement au style des cuirs avec enroulements, spirales et torsions. Elle pourrait en être l'emblème maniériste, avec son animalité, ses contre-valeurs se riant de l'humanisme pondéré, son absence de droiture et d'élévation.

Au dessus, les contorsions du cuir. Au milieu, les torsades du cordage. En bas, deux trompes qui s'évasent, comme des tubes mous. Tout se tord et grimace.

.

 

 

Masque : détail de la première   sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Masque : détail de la première sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Entre deux cuirs : la tête d'un putto ailé comme un chérubin.

.

 

Chérubin ; détail de la première   sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Chérubin ; détail de la première sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

 

.

Un deuxième satyre en mascaron, et, de profil, un masque au nez camus.

.

Deux masques : détail de la première   sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deux masques : détail de la première sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

2. Quatre masques et deux chérubins.

.

Deuxième sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deuxième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Un mascaron : visage mi-bestial mi-humain, cornu, coiffé d'un enroulement de cuir, vomissant des liens de corde.

C'est à la fois un masque-feuille, un homme sauvage au visage mangé par la barbe, un lion et un singe. Il accentue avec plaisir son regard bestial d'œil-de-bœuf. Il tient son rôle dans la ronde du cordage, mais en l'attrapant entre ses dents et en le recrachant. Ses deux cornes de bucrane sont coiffées par les deux torsades de cuir qui, manifestement, se fichent de sa gueule. 

Ce qui est très drôle aussi (mais ma photo le rend mal), c'est la façon dont l'artiste se joue du digne et antique chapiteau ionique à volutes pour encadrer son masque de deux accroche-cœurs .

.

Deuxième sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deuxième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Deuxième sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deuxième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Deux putti ailés sous un cuir enroulé. Dans la frise, une cosse de petits pois et des légumes.

.

 

Deux chérubins : deuxième sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deux chérubins : deuxième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

3. Chevet (1). Deux anges présentant la Sainte Face. 

Deux anges aux bras écartés tiennent des rubans torsadés qui déroulent le cuir découpé central. On remarquera les bras aux coudes hypertrophiés en boule, qui caractérisent le style de ce sculpteur. Les anges sont allongés pour s'adapter à la taille de la sablière, ils sont vêtus d'une tunique courte au dessus de jambes nues aux pieds naïvement dessinés. Les manches de la tunique sont retroussées au dessus des coudes en formant ds spires concentriques qui répètent les spirales d'enroulement des "oreilles" des cuirs découpés.

.

Troisième sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Les anges ont introduit leurs mains dans (à travers) le cuir et ce sont eux qui étendent le Voile de Véronique. Le Christ couronné d'épines est semblable à un Neptune antique.

 

.

Troisième sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Troisième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

4. Chevet (2). Deux anges présentant l'épisode de la Samaritaine. 

.

 

On connaît cet épisode de l'évangile selon saint Jean 4:1-30 racontant comment Jésus, arrivant dans une ville de Samarie près du puits de Jacob, s'y assied pour se reposer et demande à une femme de lui donner à boire.

«  La femme samaritaine lui dit : “ Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine ? ” Les Juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains. Jésus lui répondit : “ Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : Donne-moi à boire ! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive ”. “ Seigneur, lui dit la femme, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond ; d’où aurais-tu donc cette eau vive ? Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux ? ” Jésus lui répondit : “ Quiconque boit de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle ”. »

 

La composition est particulière, puisque les deux anges, quasiment identiques à ceux de la troisième sablière, tiennent un ruban qui tend le cuir découpé où sont sculptés le puits et le pichet, alors que la Samaritaine et le Christ sont figurés hors de ce cadre, et que la femme verse l'eau de son broc dans le pichet. Autrement dit, l'artiste ne respecte pas la convention du champ fictionnel délimité par le cuir et de l'hors-champ d'une autre réalité, il brise la mise en scène que les anges sont sensés présenter.

.

 

La rencontre du Christ et de la Samaritaine au puits de Jacob :  sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La rencontre du Christ et de la Samaritaine au puits de Jacob : sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

L'ange de gauche. Notez la représentation non réaliste du pied, imposé par l'espace disponible : elle est suffisamment habile pour ne pas choquer.

.

 

 

La rencontre du Christ et de la Samaritaine au puits de Jacob :  sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La rencontre du Christ et de la Samaritaine au puits de Jacob : sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

La Samaritaine. 

On admirera avec quel brio l'artiste tire parti de la contrainte spatiale pour conférer à cette femme une posture très naturelle.

La concavité du col du broc se moule exactement avec la convexité de l'oreille en spirale du cuir. J' imagine comment le sculpteur a pu jubiler en utilisant l'anse de ce broc pour reprendre le leitmotiv de tous son travail : le tourbillon, qui fait un coucou au cuir recroquevillé. Alors je jubile aussi.

Le cliché suivant mettra en lumière la coiffure déjà observée chez la Sibylle Cimméréenne et où les mèches de cheveux, divisées en deux masses latérales, sont enrubannées pour former un turban dégageant le front épilé. Tout cela tournicote avec fièvre derrière une apparente innocence.

.

La rencontre du Christ et de la Samaritaine au puits de Jacob :  sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La rencontre du Christ et de la Samaritaine au puits de Jacob : sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

La Samaritaine au puits de Jacob :  sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La Samaritaine au puits de Jacob : sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Le Christ.

Il est assis, comme cela est dit dans l'Évangile, mais son corps et surtout ses bras sont tendus vers son interlocutrice. Le geste de sa main droite, avec les trois premiers doigts tendus et les deux autres repliés, est un geste de locution, et même d'enseignement.

.

 

La rencontre du Christ et de la Samaritaine au puits de Jacob :  sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La rencontre du Christ et de la Samaritaine au puits de Jacob : sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Les drapés de l'ange. Son visage à la Buster Keaton.  La grandiloquence de son geste. Le pied-de-nez de son pied. Excellent.

.

 

La rencontre du Christ et de la Samaritaine au puits de Jacob :  sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La rencontre du Christ et de la Samaritaine au puits de Jacob : sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

5. Chevet (3). Deux anges armés de glaive présentant les Cinq Plaies.

Les deux anges ouvreurs de scène tiennent, comme précédemment, les deux extrémités d'une étoffe d'abord pliée, puis torsadée qui passe dans des orifices du cuir afin que celui-ci, déroulé, expose son tableau. Malgré la faible épaisseur relative du plateau de bois, le sculpteur exécute un travail en haut relief, où les bras et les liens sont décollés du fond. Le cuir découpé possède un volume notable, où la forte épaisseur du matériau est soulignée par les rouleaux latéraux et les volutes supérieurs et inférieurs, mais aussi par le galon des bordures. 

Deux anges armés de glaive présentant les Cinq Plaies : cinquième  sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deux anges armés de glaive présentant les Cinq Plaies : cinquième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Le tableau exposé est celui des Cinq Plaies du Christ crucifié : celles des mains et des pieds, et celle du flanc droit, symbolisé par le cœur. 

Ce motif se retrouve aussi sur les sablières de Pleyben.

Le glaive des anges : le seul objet qui, dans ce monde de frou-frou, conserve quelque rectitude.

.

Deux anges armés de glaive présentant les Cinq Plaies :  sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deux anges armés de glaive présentant les Cinq Plaies : sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Les escargots : l'artiste ne pouvait éviter d'avoir recours à leur coquille, pour rimer avec tous les colimaçons des cuirs, toutes les boucles des cheveux, tous les festons  de tuniques. Ensemble, ils refont le coup du chapiteau ionique.

Mais par contre,  allonger leur cou, leur tête (cornue, bien-sûr) et leur pied en ces deux lignes horizontales qui singent sans vergogne l'héroïque gestuelle des anges ? Il fallait  oser !

.

 

 

Escargot mangeant des raisins. Détail de  la cinquième  sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Escargot mangeant des raisins. Détail de la cinquième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

6. Chevet. Deux soldats jouent aux dés la tunique du Christ.

Cette corniche trouve sa correspondance à Pleyben dans le transept nord. Les sculpteur reprend sa disposition générale, mais remplace les deux anges par deux soldats romains se disputant aux dés la tunique sans couture du Crucifié, selon le récit de l'évangile de Jean 19:23-24. 

Le cuir découpé fait alors office de table de jeu, sur laquelle se trouve en enjeu central la tunique dont le plissé et l'encolure tout en rondeur exprime bien l'absence de coutures. Deux dés sont posés sur cette table. Le soldat de gauche, un moustachu plein d'entrain, est coiffé d'un casque proche d'un chapeau à larges bords. Il porte une armure à lames, et des guêtres . Il tient dans la main droite le dé qu'il s'apprête à poser, et semble assuré de sa victoire. 

Son adversaire est tout aussi moustachu,et tout aussi pris par la fièvre du jeu.  Il porte l'armure serrée par une ceinture, les guêtres égayées par un ruban.

Les deux joueurs laissent flotter derrière eux une cape qui participe à la dynamique de la composition, tout en créant une similitude avec les ailes des anges précédents.

.

Deux soldats jouent aux dés la tunique du Christ : sixième sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deux soldats jouent aux dés la tunique du Christ : sixième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Deux soldats jouent aux dés la tunique du Christ : sixième sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deux soldats jouent aux dés la tunique du Christ : sixième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Deux soldats jouent aux dés la tunique du Christ : sixième sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deux soldats jouent aux dés la tunique du Christ : sixième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Deux soldats jouent aux dés la tunique du Christ : sixième sablière  de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Deux soldats jouent aux dés la tunique du Christ : sixième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

7. Six masques et le blason de la famille Barbier, seigneurs de Kerjean.

Avec cette septième sablière, nous quittons le chevet et ses scènes évangéliques pour retrouver les mascarons. .

.

Six masques et le blason de la famille Barbier, septième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Six masques et le blason de la famille Barbier, septième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.
Le premier mascaron : un monstre anthropoïde cornu.

Notez le cordage qui se dirige vers la droite.

..

Premier masque, septième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Premier masque, septième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Le deuxième mascaron : un satyre ricanant  à deux paires de corne.

Bien que nous en ayons vu deux exemples sur la première sablière, je le présente ici pour examiner le "cuir". Il ne s'agit plus de l' imitation d'un parchemin ou d'un vélin souple  dont les bords s'enroulent sur eux-mêmes, mais d'une boite rigide, creuse, à la découpe géométrique.

Et on retrouve, en réduction un peu ridicule, les deux tuyaux en trompette notés sur le premier satyre, et placés ici sous son menton en guise de lavallière (anachronique, puisque Louise, la maîtresse de Louis XIV qui a donné son nom à cet accessoire, n'était même pas encore née) .

.

 

Un satyre, septième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Un satyre, septième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Troisième mascaron : anthropoïde cornu aux yeux en spirale.

Si on a pu suivre les méandres du trajet de la corde qui traverse ou contourne les cuirs, et si on a pu différencier les cuirs découpés souples et les appareils géométriques creux, le repérage va devenir plus compliqué car les enroulements en spirales et les étuis creux en H se mélangent, se cachent et s'enjambent ou se métamorphosent comme si l'artiste cherchait à déstabiliser le spectateur et à accentuer le caractère diabolique ou troublant de ses créatures.

.

 

Trois masques , septième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Trois masques , septième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Le blason de la famille Barbier : 

 

Le blason de la famille Barbier, septième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Le blason de la famille Barbier, septième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

.

8. Deux têtes de bélier et trois masques.

.

 

Huitième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Huitième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Huitième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Huitième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Huitième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Huitième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Un exemple original de masque-feuille, cher aux ornemanistes, et qui se marre, entre parenthèses.

.

 

Masque-feuille, huitième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Masque-feuille, huitième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Je n'insiste pas sur les métamorphoses du cuir en bandes plates (au centre) puis en étui creux (à droite), pour me concentrer  sur celles des spires de parchemin qui perdent leur nature de cornet  de papier ou de peau et deviennent des constructions métalliques à rivets ou poinçons destinés à mettre en forme dûment recroquevillée (c'est ici la règle) la corne postérieure des sauvages camus et hirsutes qui s'affrontent avec leur dents au jeu de la corde. 

.

Huitième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Huitième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

9. Neuvième sablière : à gauche de l'autel du fond.

Quand un masque de face rencontre un masque de profil, keskis confient ?

 .

Neuvième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Neuvième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Masque grimaçant .

Des cuirs en étuis creux. Des cornes. Des cuirs enroulés frisés. Des cordes qui se dissimulent et qui reviennent. Deux trompettes en cornets sous le menton. 

C'est bon, on a compris. Rideau, rideau.

.

 

Neuvième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Neuvième sablière de la chapelle de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Dixième sablière. Une tête de lion.

Et alors, tu fatigues ? . Tu ne retrouves plus tes photos ?

.

 

.

Les cartouches et cuirs découpés au château de Kerjean.

.

Le château de Kerjean conserve de nombreux exemples témoignant du goût de son architecte et des artistes sculpteurs sur pierre pour les cartouches et les cuirs découpés à enroulement Renaissance. 

On sait que :

"Lieu de réception et d’agrément, l’édifice suit la mode de son siècle et donc les règles de l’architecture de la Renaissance, qui abandonne le gothique au profit de l’esthétique antique. Le nom du maître d’œuvre du chantier demeure aujourd’hui inconnu, mais ses sources d’inspiration transparaissent à travers les formes du château. Jacques Androuet du Cerceau, l’architecte qui a construit le Pont Neuf à Paris, Philibert Delorme, bâtisseur du Palais des Tuileries ou encore Sebastiano Serlio, auteur d’un important traité d’architecture, ont sans doute influencé le style de Kerjean" (Chemins du Patrimoine, in Wikiipédia).

Or, Jacques Androuet du Cerceau est l'auteur des Grands Cartouches et des Petits Cartouches, et Philibert Delorme a été l'architecte du château de Fontainebleau après Le Primatice, notamment pour la Salle de bal. Le château de Kerjean relève bien du style de l'École de Fontainebleau. La présence de cuirs découpés n'y est donc pas étonnante. Je veux seulement montrer que ces cuirs se trouvent non seulement dans la chapelle, mais aussi aux emplacements les plus en vus du château.

 

Le premier exemple attend le visiteur au dessus du guichet de la billetterie. Il comporte les armes des Barbier et de Gouzillon d'or à la fasce d'azur accompagné de trois colombes (ou pigeons) de même, becquées et membrées de gueules. Un moulage d'un cartouche analogue, qui diffère par les deux masques en haut relief, est exposé dans la cour.

Le cartouche est simple, avec deux enroulements encadrant les masques en haut et en bas, et des créneaux géométriques sur les cotés.

.

 

Entrée du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Entrée du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Cartouche aux armes mi-parti Kerjean-Gouzillon, (vers 1570-1595), entrée du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Cartouche aux armes mi-parti Kerjean-Gouzillon, (vers 1570-1595), entrée du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Cartouche aux armes mi-parti Kerjean-Gouzillon, (vers 1570-1595), château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Cartouche aux armes mi-parti Kerjean-Gouzillon, (vers 1570-1595), château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

On trouve dans le mur d'enceinte au dessus des portes donnant accès à la cour du château deux ensembles sculptés en kersanton : ils représentent deux supports anthropoïdes ou termes, un atlante et une cariatide en bustes mains croisés, dont la partie inférieure (le pilier) est un cartouche en cuir découpé orné d'un masque.

Leur moulage est conservé au rez de chaussée.

 

.

 

Les deux termes (cercle rouge) du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Les deux termes (cercle rouge) du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

L'atlante du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.
L'atlante du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

L'atlante du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Le terme féminin du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.
Le terme féminin du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Le terme féminin du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Une cheminée à ornementation à bande plate.

.

cheminée à ornementation à bande plate du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

cheminée à ornementation à bande plate du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

 

 

Le "maître de Pleyben" ? Je dirais plutôt : le "maître de Kerjean" !

 Sophie Duhem a considéré que les sablières de l'église de Pleyben qui relèvent du style de celui qu'elle nomme "l'anonyme de Pleyben" datent de l'édification du chœur en 1564 ou au plus tard de 1571, en vertu d' un chronogramme de la nef sur une sablière qui n'est pas de sa main. Elle date les sablières de Kerjean de 1580. 

« Le travail du sculpteur de Pleyben est aisément reconnaissable. Les faciès présentent des traits caractéristiques : les visages sont dessinés, de forme ovale, avec des fronts et des pommettes hautes, des nez fins et longs, des bouches fines, des barbes constitués de mèches ondulées, des chevelures formant des boucles hautes ou des mèches déployées." 

"Il n'hésite pas à représenter les personnages en pieds, avec une certaine maîtrise des proportions : les corps sont quelquefois comprimés dans l'espace étroit des sablières mais le sculpteur représente avec soin les membres, souvent longs et fins, aux jointures marquées. Plusieurs figures d'anges sont représentées, vêtus de tuniques dont les plis sont traités en haut relief, et dont les manches évasées laissent apparaître les bras osseux caractéristiques du travail de l'artisan. Le traitement des cuirs retient l'attention : leur extrémités forment des enroulements volumineux que l'on retrouve dans d'autres sanctuaires.

A. Mussat attribuait déjà au sculpteur de Pleyben les sablières de Sainte-Marie du Ménez-Hom à Plomodiern. Nous partageons sans hésitation cet avis. Le programme n'a pas la monumentalité de celui de Pleyben,"

"L'ensemble sculpté pour la chapelle de Kerjean à Saint-Vougay est une œuvre majeure réalisé par cet anonyme [de Pleyben] et datée de 1580. Environ une quinzaine ou une vingtaine d'années séparent les créations de Pleyben et de Kerjean, soit une période assez longue durant laquelle s'est forgée la maturité de l'artiste. Ce que l'on perçoit à l'observation des décors de la chapelle, et des ouvrages de Plomodiern et de Saint-Divy, plus proche de l'œuvre élaborée à Kerjean. Il est d'ailleurs vraisemblable que ces deux charpentes aient été décorées à la même époque."

"La charpente de Kerjean est l'une des plus belles réalisations qui subsiste du XVIe siècle. L'ensemble est majestueux et d'une très grande qualité esthétique. Le sculpteur a amélioré sa technique du haut-relief et enrichi le répertoire développé à Pleyben. Plusieurs thèmes sont réutilisés, notamment les anges tenant des cuirs portant le Suaire, la tunique et les dés, ou les Stigmates, associés cette fois aux nouveaux motifs renaissants, composés de mascarons, de volutes et de masques de lions. Quelques détails sont notables, qui apparaissent aussi sur les reliefs sculptés sur les autres édifices. Les représentations des soldats présentant la tunique et les dés sont très proches à Plomodiern et à Kerjean ; de même que la tête de bœuf qui accompagne saint Luc à Kerjean est identique à celle de l'âne de la Fuite en Égypte de Plomodiern. Les anges sont vêtus des mêmes tuniques aux manches creusées, aux drapés entrecroisés sur la poitrine. Les stigmates ou la face du Christ sur le Suaire sont représentés de la même manière qu'à Pleyben." (Duhem 1997 p. 145-146)

Autrement dit, le titre d' "anonyme de Pleyben" est du à l'antériorité des œuvres malgré l'infériorité stylistique de Pleyben par rapport à Kerjean .

Sans contester au sculpteur  ce titre (qui est d'ailleurs parfaitement formel et de convention) ou celui de "Maître de Pleyben" qu'il a reçu ensuite en fonction des usages en histoire de l'art, je souhaite souligner que l'emploi très original des cuirs découpés faufilés de cordes place ces œuvres dans la filiation de l'École de Fontainebleau et donc d'une culture de cour qui concerne très concrètement  la construction du château de Kerjean et sa chapelle par Louis Barbier, bien plus que la restauration des églises paroissiales sous la direction des fabriques et des recteurs. D'autre part, bien que je ne puisse développer ce point suffisamment brièvement, cette ornementation de Kerjean est à comparer à celle d'autres chapelles seigneuriales, qui obéit à des impératifs et des traditions particulières. Ainsi, la chapelle du château d'Écouen réalisée par Jean Goujon ou Jean Bullant pour le Connétable  Anne de Montmorency vers 1548 possède une voûte décorée de cuirs entourant les armoiries du propriétaire, tandis que les deux cheminées de la Chambre du Connétable rivalisent de cuirs découpés et de ferronneries, de mascarons et termes.

Le sculpteur anonyme aurait pu être formé sur de grands chantiers des résidences seigneuriales françaises ou flamandes et aurait pu être recruté par l'architecte de Kerjean pour ses compétences. Il aurait pu réaliser ou diriger dans le Finistère des chantiers paroissiaux annexes  tout en consacrant tous ses soins à la réalisation de la chapelle seigneuriale de Louis Barbier.

.

Les cuirs découpés, un motif étudié par Sophie Duhem dans sa thèse.

Sophie Duhem consacre aux cuirs des cartouches un paragraphe de sa publication de 1997 reprenant sa thèse, à la page 186. Elle donne le chiffre de 180 pièces de bois soit 3,8% des sablières de Bretagne, plus spécifiquement en Basse-Bretagne. Le document 32 dénombre, sur les 4843 pièces étudiées de son corpus, 18 pièces sculptées en Côtes-d'Armor (1,4% de la production), 158 en Finistère (8,3%), 4 dans le Morbihan (0,2%), et aucun en Ille-et-Vilaine et Loire-Atlantique.

Une carte (document 34) indique par des ronds noirs le nombre de sites (et non plus de pièces) présentant des cuirs : j'en compte environ 52, très majoritairement situés dans le Finistère (29), et tout spécialement dans le Léon, autour de Kerjean.

Ces données confirment la place du Léon, enrichi à la fin du XVIe siècle par la culture et le commerce des céréales et du lin ou la fabrication de toiles, comme berceau du style de la Renaissance en Bretagne, grâce aux relations maritimes avec l'Europe du Nord par les ports de Morlaix, Landerneau et Roscoff. 

 

 

J'ai décrit dans ce blog les cuirs des sablières de Saint-Thomas de Landerneau, de l'église de Dirinon (1623) ou de La Martyre. Je décrirai plus tard ceux de l'église de Roscoff, et bien-sûr celles de Pleyben, Saint-Divy et Sainte-Marie du Ménez-Hom.

 

 

 . 

.

.

EN PRIME : LES STATUES DE LA CHAPELLE.

Si cet article vous semble trop court ...

.

1. Le Christ aux liens.

.

 

 Christ aux liens, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Christ aux liens, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

2. Saint Sébastien.

Le bel éphèbe au maillot de bain doré de maître-nageur de luxe subit dans une belle indifférence les traits tirés par les propres archers qu'il commandait comme officier de la garde prétorienne de l'empereur Dioclétien à Rome. Les mains liées derrière le dos au tronc d'un arbre, il goûte les félicités de son premier martyre de la Foi en Christ,  et l'imitation dans sa propre chair des plaies du Crucifié. Il gagne ainsi le rang des grands saints auxiliateurs et thaumaturges, avec une spécialité, la protection contre la Peste.

.

Saint Sébastien,  chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Saint Sébastien, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Saint Sébastien,  chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Saint Sébastien, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

3. Saint Antoine de Padoue.

Il est identifié par la bure franciscaine, la cordelière ...des Cordeliers, à trois nœuds de capucin, et par l'inscription dans un cartouche du socle S : ANTOINA : DE : PADA. (pour Sancto Antonio de Padua). Mais concernant la nature de l'attribut qu'il porte dans la main droite, on peut seulement parier qu'il s'agit d'un lys.

.

 Saint Antoine de Padoue,  chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Saint Antoine de Padoue, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

 Saint Antoine de Padoue, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Saint Antoine de Padoue, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

4. Saint Antoine le Grand et son cochon.

Drelin drelin, c'est frère Antoine et sa clochette ! Mais aussi sa canne en T (en tau, son attribut), son bouquin, et son habit monastique de l'Ordre des Augustins. Sa spécialité ? Le Mal des ardents, ou Feu de saint Antoine, occasionné par l'ingestion par temps de disette de farines contaminées à l'ergot de seigle.

.

Saint Antoine d'Egypte,  chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Saint Antoine d'Egypte, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

5. La Vierge à l'Enfant.

Vierge à l'Enfant, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Vierge à l'Enfant, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

6. Une sainte.

.

Une sainte,  chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Une sainte, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

7. Un prédicateur.

.

Un prédicateur, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Un prédicateur, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

8. Un fort saint homme.

.

 

 Statue, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Statue, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

SOURCES ET LIENS.

 

.

1°) Les cartouches et cuirs découpés.

 

 

— ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), Le premier volume des plus excellents bastiments de France : Le Louvre, Vincennes, Chambord, château de Madrid (Philibert Delorme 1548-1559), Covussi, Folambray, Montargis, La Muette, Saint-Germain, Creil, Vallery, Verneuil, Ancy-le-Franc, Gaillon, Manne.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10411354/f45.image

Le second volume : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3137097/f12.image

Blois, Amboise, Fontainebleau, Villiers, Charleval, Les Tuileries, St-Mort, Chenonceau, Chantilly, Anet, Ecouen, Challueau, Dampierre, Beauregard, Bury.

— ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), s.d, Termes et cariatides, 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-4R85BIndex.asp

— ANDROUET DU CERCEAU (Jacques) (1510?-1585?), [Entre 1542 et 1545] Grands cartouches,  [20] pl., Eau forte ; 38 cm [S.l.], [s.n.] 2 suites sans titre ni inscription. 7 des 20 planches reprennent des compositions de Fantuzzi connues par des estampes publiées vers 1542-1543.

http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/1807/?offset=#page=5&viewer=picture

— ANDROUET DU CERCEAU (Jacques) (1510?-1585?), [Entre 1545 et 1547] Petits cartouches de Fontainebleau [31] pl., Eau forte ; 26 cm, [S.l.], [s.n.]Suite sans titre d'ornements inspirés par l'art de Fontainebleau et destinés à servir de modèles. Certaines planches reprennent des compositions de Fantuzzi connues par des estampes publiées entre 1542 et 1545 ; D'autres figurent déjà dans la première ou la seconde suite des grands compartiments

http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/1801/?offset=#page=5&viewer=picture

http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40564725t

— DIETTERLIN (Wendel), 1598, Architectura, Nuremberg.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-Res207Index.asp

— FLORIS (Cornelis II de Vriendt ,dit) 1556, Veelderley Veranderinghe van grottisen  avec HIERONYMUS COCK (graveur et éditeur) 

https://collections.vam.ac.uk/item/O977184/veelderley-veranderinghe-van-grotissen-ende-engraving-floris-cornelis-ii/

https://www.nationalgalleries.org/art-and-artists/60572/plate-veelderley-veranderinhe-van-grottissen-ende-compartimenten-design-fantastic-fountain-published

 

— FLORIS (Cornelis), 1557, Veelderley Niewe Inuentien,  HIERONYMUS COCK (graveur et éditeur) 

— VREDEMAN DE VRIES (Hans), 1557 Architectura ou batiments prins de Vitruve, Anvers,  

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-Res207Index.asp

.

2°) Le château de Kerjean et ses sablières.

 

— APEVE Les sablières de Saint-Divy

http://www.apeve.net/spip/spip.php?page=page&id_rubrique=4&id_article=253

— ARLAUX Claire ,2011,Le château de Kerjean : Un chateau renaissance en Bretagne Éditeur: Coop Breizh, 2011 80 p.: Photogr. en coul.; 21 cm .

ASSOCIATION POUR L'ANIMATION DU CHATEAU DE KERJEAN Château de Kerjean, été 1989 de. Éditeur: Impr. de Bretagne, 1989.

ASSOCIATION POUR L'ANIMATION DU CHATEAU DE KERJEAN  1998, Kerjean, les travaux et les jours d'une seigneurie bretonne.   63 p. : ill. en coul. ; 30 cm .

ASSOCIATION POUR L'ANIMATION DU CHATEAU DE KERJEAN Saint-Vougay. Colloque : Médiation culturelle dans un lieu patrimonial dans un lieu en relation avec son territoire : Château de Kerjean, juin 2000. de CARRIER Christian ; HETET Véronique .Éditeur: Association pour l'Animation du Château de Kerjean, 2000  95 p. : 30 cm .

— BARRIE (Roger) 1988 Dir .ASSOCIATION POUR L'ANIMATION DU CHATEAU DE KERJEAN .1988, Le château de Kerjean.Collection: Parcours du patrimoine .Éditeur: Inventaire Général, 1988 .16 p. : ill. ; 19 cm .

CHATENET (Monique), 2009, Le château de Kerjean, Congrés archéologique 2009. pages 117-126

CHAUSSEPIED (M.C. ), 1907, "Notice sur le château de Kerjean,, commune de Saint-Vougay, " Société Archéologique du Finistère - SAF 1907 tome 34 - Pages 124 à 145

Pour faciliter la défense de cette dernière entrée et pro­téger le soubassement des murs d'un pavillon à l'autre par les meurtrières placées de côté dans les angles, l'architecte à biaisé les murs de la chapelle et des archive$~ de façon , à découvrir entièrement ces murs à l'approche de l'as­saillant. 
Le pavillon de la chapelle est à deux étages; à la hauteur de la chapelle proprement dite, le chevet prend une forme semi circulaire sur la base carrée du dessous; le maître 
d'œuvre a su tirer habilement partie de cette superposition en plaçant sur les parties découvertes de petits édicules à coupoles et lanternons à jour, La chapelle .est éclairée à l'Est et au Midi par quatre fenêtres géminées de forme ogivale ; à ce propos il ne faut pas croire, comme certains auteurs l'ont prétendu, qu'on ne pouvait se décider à abandonner complètement l'art gothique dans un édifice religieux, alors que ce mode d'architecture était tombé en désuétude, car bon nombre d'édifices religieux bâtis 'pendant les XVIe et VIIe siècles, n'ont plus aucun rapport avec les styles passés ; n'y voyons donc simplement qu'un pâle souvenir de l'architecture de Moyen-Age que l'artiste de Kerjean a fait revivre un peu en cet endroit ; du reste l'arc ogival est bien peu accentué et les profils des meneaux et des rinceaux sont bien de là fin de la Renaissance. Au-dessous de ces fenêtres sont pratiquées des meurtrières à couleuv­rines et la salle basse qui n'offre aucun intérêt prend jour par deux longues fenêtres placées vers l'extérieur des bâtiments. La façade sur la terrasse est percée de deux ouvertures ovales richement encadrées, au-dessous une fenêtre 
basse rectangulaire et très simple et une petite porte plein cintre donne accès en contre-bas de la terrasse à la chapelle. Ce pavillon est tout en pierre de taille couronné tout autour d'une belle corniche à modillons. Mais ce qu'il a de plus remarquable c'est son élégant campanile qui semble plutôt dater de l'époque de Henri IV que de Charles IX ;' posé en encorbellement sur une suite d'entablements et de consoles, il est à trois étages superposés dont le der-nier à jour. Le beffroi est couronné d'une petite coupole surmontée elle-même d'un lanternon coiffé d'une calotte sur laquelle un beau vase vient se fixer. Ses angles sont décorés de pilastres et gaines cannelés" ou ornés d 'arabesques, les frisés sont couvertes d'entrelacs et les panneaux de cartouches armoriés. Ce campanile est d'une grande richesse et d'une belle élégance. 
L'intérieur de cette chapelle, très somptueux autrefois n'offre plus que des ruines, le sol en petits carreaux rouges s'effondre, la belle voûte en lambris qui reposait sur une sablière toute sculptée a presque disparu et des  personnages en bois qui ornaient encore cette voûte, quelques-uns seulement, vermoulus gisent épars sur l'autel abandonné. Ils représentaient les douze apôtres et' étaient encastrés dans la sablière au pourtour du sanctuaire. 
A la rencontre des nervures s'accrochaient de fins pen­dentifs et deux entraits sans poinçon, reliaient les murs, ils étaient ornés comme de coutume de grosses têtes de dauphins aux extrémités. Tout cela devait être décoré de peintures et de dorures. Entre chaque fenêtre d'élégants culs de lampe en pierre supportaient des statues; l'autel était tout en pierre de forme bombée, reposant sur un degré de granit; une dalle d'un seul morceau de 2 mètres sur 0m 70 la recouvrait en entier. Sur le mur Nord auquel s'adossait l'aile droite existe de larges ouvertures, donnant l'entrée de la chapelle aux divers étages et  permettant aux malades  d'entendre la messe d'une petite salle contiguë : la baie du haut est orné d'un petit entablement dorique à deux  pilastres et munie d'un croisillon de fer. "

 

COUFFON (René), 1988, “Couffon, Répertoire des églises : paroisse de SAINT-VOUGAY,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 3 juillet 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/1044.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/0397fbf7bfd94095b7b52bc0e66657cc.pdf

"A l'extrémité orientale de la galerie couverte fermant la cour du château, c'est un pavillon rectangulaire avec chevet arrondi. Elle date du dernier quart du XVIè siècle ; mais quelques-unes de ses fenêtres en tiers-point et les entraits engoulés de sa charpente indiquent dans cet édifice classique une curieuse survivance de l'art gothique. Les sablières sont d'une sculpture remarquable ; elles sont décorées notamment d'un cartouche des cinq Plaies entouré de deux victoires que l'on retrouve à Pleyben, mais d'une moins bonne exécution. La charpente a été restaurée vers 1960. ."

 — COUFFON (René) 1948, L'architecture classique au pays de Léon, 1573-1700 l'atelier de l'Elorn : l'atelier de Kerjean .Éditeur: [S.n], 1948 1 vol. (p.[23]-101-[9] p. de pl.) : ill ; 25 cm .

 

 

 

— ELEGOUËT ( Yves) .Chapelle du château de Kerjean : témoins raffinés de la dévotion en Bretagne  Revue de Saint-Joseph.Éditeur: s.n., 198?  p 16-23 : ill. en coul. ; 29 cm .

 

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. ... Sophie Duhem ; préf. d'Alain Croix. Vue : ... Publication, Rennes :Presses universitaires de Rennes, 1997 : thèse de doctorat en histoire sous la direction d'Alain Croix soutenue à Rennes2 en 1997. 

 

—  DUHEM (Sophie), L'art au village : La production artistique des paroisses rurales (XVIe-XVIIIe siècle)  2009  

LECLERC (GUY), 1996, Les enclos de Dieu, édition Jean-Paul Guisserot, 141 p. 

— LE FLOCH (Jean-Claude ), s.d, "Pleyben : l'ensemble de sablières sculptées."

http://www.mairiepleyben.fr/joomla-mairie/images/stories/documents/docs_historiques/sablires.pdf

"Les sablières historiées – les sablières sont ces poutres horizontales en haut de mur sur lesquelles porte la charpente - les sablières historiées donc sont une spécialité bretonne : fort répandues en particulier en Basse-Bretagne, elles sont tout à fait rares ailleurs. On doit à Sophie Duhem d'en avoir fait la recension et particulièrement d'être parvenue par comparaison à retrouver la marque d'un même sculpteur en différents endroits . Parmi ces auteurs qu'elle sort de l'oubli, celui qu'elle a baptisé « l'anonyme de Pleyben » apparaît comme un personnage hors du commun. « Anonyme de Pleyben » car c'est où il a créé un des plus beaux ensembles de sablières. Mais on lui doit également la décoration de la chapelle du château de Kerjean (en Saint-Vougay) ainsi que les sablières qui subsistent à Sainte-Marie-du-Ménez-Hom (commune de Plomodiern) et dans l'église de Saint-Divy. Personnage hors du commun ? Ces quatre localisations suffiraient à en témoigner : pour nous aujourd'hui, toutes en Finistère, c'est vrai ; mais dans les années 1570, cela veut dire deux diocèses différents séparés par la barrière des Monts d'Arrée, cela veut dire des distances de plus de dix lieues (les autres sculpteurs identifiés par Sophie Duhem n'interviennent guère que dans deux ou trois paroisses contiguës). On pressent la notoriété d'un artiste recherché."

—  LE FEBVRE (Yves), 1916,  Musée des antiquités léonaises à établir au château de Kerjean, in   GUENNEC ( Louis), “Société des amis de Kerjean pour la conservation des antiquités du Léon,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 3 juillet 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/3167.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/e9a034174e1a5080fd521925a84efd48.pdf

"Ajoutons encore, pour être aussi complet que possible, dans ce premier plan rapide de nos travaux, qu'il nous appartiendra de meubler comme il convient l'admirable petite chapelle de Kerjean dont la restauration a été  si heureusement commencée. "

MIORCEC DE KERDANET (Daniel) , 1834,  “Notice sur le château de Kerjean,” Éditeur: Impr. J.B. Lefournier, 1834 58 p. ; 15 cm 

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/d3b6efb625cca2644d865d5919262803.pdf

"A l'extrémité de cette aile , et contre la galerie découverte , est la chapelle, qui se distingue encore par son petit clocher et d'autres ornements. Elle avait autrefois un beau lambris et des vitraux peints , chefs-d'œuvre d'Alain, Cap, artiste de Lesneven."

 

MONUMENTS HISTORIQUES , 1980, La Bretagne : le château de Kerjean Éditeur: s.n., 1980  96 p. ; 27 cm .

PERSON (Catherine), 2006   Histoire et architecture dans le Léon, une étude de trois sites patrimoniaux du XVIème siècle : le château de Kerjean, le manoir de Kermadec et le manoir de Mézarnou.Éditeur: s.n., 2006 203 p. : photogr. en coul. ; 30 cm .

— SERLIO (Sébastiano), 1545, Le premier livre d'architecture, cf Sette libri dell'architettura

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/LES1736Index.asp

Mémoires de la société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1999, t. LXXVII page 545

— http://classeelementaire.free.fr/kerjean/parcours/Fiches-avant-visite.pdf

— http://musee-renaissance.fr/sites/musee-renaissance.fr/files/dossier_pedagogique_architecture.pdf

.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche