Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2020 7 26 /07 /juillet /2020 11:05

Le calvaire (XVIe et XXe siècle) de l'église de Saint-Hernin.

.

Sur les articles sur les calvaires du Finistère, utilisez l'onglet "rechercher".

Sur Saint-Hernin, voir :

 

.

PRÉSENTATION.

Alors que la construction de l'église de Saint-Hernin date de 1632, le calvaire de l'enclos  date, selon l'estimation d' Y.-P. Castel, vers 1530. Le site de la commune le situe plutôt entre 1555 et 1575. 

Des rapprochements stylistiques ont été faits par R. Couffon avec le Maître de Brasparts (auteur du calvaire éponyme), tandis que E. Le Seac'h a attribué les deux larrons au Maître de Quilinen ; les deux maîtres relevant de la même veine. Enfin, la Déploration est attribué au Maître de [la Déploration de] Laz.

La proximité resserrée des trois croix se retrouve à Motreff, Mellac, Quilinen et Brasparts, mais aussi au calvaire Saint-Maudez d'Edern.

C'est dire que ce calvaire ne manque pas d'intérêt dans une perspective d'étude comparative des ateliers de sculpture, et des sites paroissiaux.

C'est de toute façon un calvaire composite, tant dans ses matériaux (granite et grès arkosique) que pour ses éléments. Il a été restauré au XXe siècle (marmousets, Jean, saint Michel).

 Il mesure 6 mètres de haut. il comprend un emmarchement à 2 degrès, un soubassement architecturé avec table d’offrande  sur la face ouest, un socle rectangulaire portant 3 fûts rapprochés et une Déploration. Le fût central, octogonal puis cylindrique, est sculpté dans la masse de trois hommes en buste, qualifiés de "marmousets", et d'un archange Michel terrassant le dragon.

.

.

 

 

 

.

 

 

.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

.

.

Crucifix (granite, vers 1530).

.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

.

.

La Vierge (grès arkosique, vers 1530).

.

La Vierge se tient les mains jointes en prière. Le cou enserré d'une guimpe, elle porte un long voile et une robe longue qui lui cache entièrement les pieds" (Le Seac'h)

Le grès arkosique ou feldspathique :

"D'autres roches [que le granite]  sont plus favorables mais elles sont très localisées dans l'espace. Ainsi le kersanton, que l'on assimile à tort à un granite, serait un peu le marbre de la Bretagne par son grain et sa dureté sans sa couleur sombre et triste. Les filons affleurent au fond de la rade de Brest dans les communes de Plougastel-Daoulas, de Loperhet et de L'Hôpital-Camfrout. À partir du XVe siècle, il contribua grandement à l'éclosion de l'art breton et de la statuaire en particulier, dans les églises et dans les calvaires 23. Des ateliers le travaillèrent dans la vallée de l'Élorn à Landerneau, et leurs œuvres embellirent les enclos paroissiaux de la Basse-Bretagne.

Le grès arkosique (dit aussi feldspathique) du Bassin de Châteaulin (Finistère) est peu connu et sa renommée est loin d'égaler celle du kersanton. Il a pourtant concurrencé avec succès celui-ci et sa place est loin d'être négligeable dans la statuaire de la vallée de l'Aulne à l'époque de la splendeur de l'art breton. C'est une pierre gris-verdâtre, à grain fin, assez tendre, très apte à la sculpture quand elle se présente en bancs suffisamment épais. Elle n'est pas sans rappeler le grès de la Rhénanie qui a donné naissance à une statuaire remarquable dans la région de Trêves à l'époque romaine." (J-Y. Eveillard 1998)

 

 


"Ces grès ont aussi été mis en oeuvre dans la statuaire : parmi bien d’autres, évoquons les statues dressées au chevet de l’église de Laz, la statue de Saint-Maudez au Vieux-Marché (Châteauneuf-du-Faou), celle de Saint-Nicolas dans la chapelle N.-D. de Hellen (Edern), plusieurs personnages du célèbre calvaire de Pleyben… Quelques éléments de la chapelle – ruinée – de Saint-Nicodème, en Kergloff, ont été remployés lors de la reconstruction de la chapelle Saint-Fiacre de Crozon, après la dernière guerre ; en particulier de superbes sculptures d’animaux ont été emplacés à la base du toit dans la façade occidentale (Chauris et Cadiou, 2002).

Cette analyse entraîne quelques remarques de portée générale.

Dans un terroir dépourvu de granite, artisans et artistes locaux ont su mettre en œuvre un matériau qui, au premier abord, ne paraissait pas offrir les atouts de la « pierre de grain » qui affleure au nord et au sud du bassin.

Ce matériau local, utilisé dans les édifices les plus variés, confère au bâti du bassin de Châteaulin une originalité architecturale. Son association fréquente aux granites « importés » induit un polylithisme du plus heureux effet. Parfois, le grès a même été exporté vers les bordures du bassin, au-delà de ses sites d’extraction.

Du fait de ses aptitudes à la sculpture, le grès vert a été très tôt recherché pour la statuaire. Il joue localement le rôle des célèbres kersantons de la rade de Brest, à tel point que, dans un musée dont nous tairons le nom, une statue du xvie siècle, a été rapportée au kersanton, alors qu’en fait elle est en grès vert : hommage inconscient à ce dernier matériau !

L’emploi de cette roche singulière, constant pendant plusieurs siècles (au moins du xvie au début du xxe siècle) paraît aujourd’hui totalement tombé dans l’oubli. Ses qualités devraient susciter une reprise artisanale, tant pour les restaurations que pour les constructions neuves." (L. Chauris

.

 

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

.

.

Les larrons (grès arkosique, Maître de Quilinen, vers 1500).

.

"Les larrons ont une jambe repliée en arrière. Le bon, situé à gauche, le corps tordu, lève la tête. Le mauvais  larron est complètement renversé en arrière. Sa barbe est comme celle de l'Apôtre Pierre [du calvaire ] de Quilinen : elle est constituée de petites boules volumineuses placées sur trois rangées et qui remontent haut sur les oreilles. La corde qui les attache au fût est reproduite d'une manière scrupuleuse. " (Le Seac'h)

.

Je rappelle que la "jambe repliée en arrière" figure en réalité une jambe brisée, et les contorsions sont celles de l'agonie, par fidélité (très fréquente en Bretagne) au texte évangélique de Jean 19:31-32  Dans la crainte que les corps ne restassent sur la croix pendant le sabbat, -car c'était la préparation, et ce jour de sabbat était un grand jour, -les Juifs demandèrent à Pilate qu'on rompît les jambes aux crucifiés, et qu'on les enlevât. Les soldats vinrent donc, et ils rompirent les jambes au premier, puis à l'autre qui avait été crucifié avec lui.

J'admire la finesse de sculpture que permet ce matériau (la ceinture de la culotte du mauvais larron, ou le rabat lacé de sa braguette), et sa résistance à l'érosion.

Dossier photo complémentaire ici :

https://monumentum.fr/eglise-saint-pierre-pa00090418.html

.

 

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

.

.

Les trois marmousets servant de consoles (restaurés au XXe siècle).

.

"Les marmousets qui servent de consoles sont évidés entre les bras et le fût comme le Maître de Brasparts l'a fait pour ses calvaires. " (Le Seac'h) 

Ils sont qualifiés par les auteurs de "marmousets", terme désignant des statuettes grotesques. Mais ce caractère grotesque n'est pas présent ici. Ils portent sur la tête une console carrée, leurs cheveux bouclés encadrent leur visage, et ils sont vêtus d'un pourpoint à plastron. Bras écartés pour saisir les mains de leur voisin, ils forment une chaîne ou danse pleine de dynamisme.

.

Comparaison stylistique avec Braspart, Quilinen, Motreff (et Mellac bien différent) :

.

Marmousets du calvaire de Brasparts. Photo lavieb-aile.

.

Marmousets du calvaire de Quilinen à Landrévarzec. Photo lavieb-aile.

 

.

 

Marmousets du calvaire de Motreff. Photo lavieb-aile.

.

L'un des deux marmousets du calvaire de Mellac. Photo lavieb-aile.

.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

.

.

Saint Michel terrassant le dragon (restauré au XXe siècle).

.

"Il est sculpté sur le fût en dessous des marmousets. Ses cheveux s'étalent en mèches. Il porte une armure et un  bouclier, et, comme à Mellac, il enfonce sa lance dans la gueule du dragon dont la queue est représentée par des stries successives. Ses yeux sont d'avantage en amande qu'à Mellac, et bridés ; son visage est plus carré. Il est copié sur le style du Maître de Quilinen." (Le Seac'h)

On le trouve également à Motreff, mais aussi à Brasparts également sculpté dans le même bloc que le fût sous les marmousets. Mais le bouclier est rond dans ces deux calvaires.

.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

.

.

La Déploration (Grès arkosique , Maître de Laz, vers 1527).

.

Dans cette Déploration a quatre personnages, "saint Jean est décapité et la Vierge a perdu le haut de sa tête. Le Christ a le bras droit brisé au niveau du poignet. La statue la mieux préservée est celle de Marie-Madeleine qui porte un voile comme la Vierge. Ses cheveux ondulent jusque sur son bras. La Vierge est revêtue d'un voile à franges godronnées  caractéristique et le bord de son manteau fait des gaufrures verticales." (Le Seac'h)

Le Christ est disposé  à l'horizontale, la tête appuyée sur les genoux de Jean, le bassin sur ceux de la Vierge, tandis que les jambes pliées placent les pieds au devant des genoux de Marie-Madeleine. La Vierge lui tient la main gauche, devant l'aine, tandis que Jean soutient la tête. Marie-Madeleine porte le flacon d'aromates.

Les robes de Jean et de Marie se confondent en une seule étoffe aux nombreux plis en volutes, étoffe recouverte sous le corps du Christ d'un linge fortement plissé.

Cette Déploration est comparable à celle du cimetière de Laz, malgré plusieurs différences ; elle évoque aussi la Pietà de l'église de Briec-sur-Odet, et la Déploration de l'église de Plourac'h. Toutes sont en grès arkosique et ont reconnaît immédiatement la main du Maître de Laz par le voile aux bords frisés en petites plissures. Ce sculpteur a été actif vers 1527.

.

Pietà de l'église de Briec.

 

.

 

 

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

Calvaire de l'enclos de Saint-Hernin. Photographie lavieb-aile juillet 2020.

.

.

 

 

SOURCES ET LIENS.

.

— CASTEL (Yves-Pascal), 1980, Atlas des croix et calvaires du Finistère

http://croix.du-finistere.org/commune/saint_hernin.html

"Saint-Hernin, église, g. k. 6 m. Vers 1530. Deux degrés. Soubassement architecturé, table d’offrande. Socle rectangulaire portant trois gibets et la Vierge de Pitié. Fût central, saint Georges, marmousets, Vierge et Jean. Croix, crucifix (plus récent). [YPC 1980]"

CHAURIS (Louis), Pour une géo-archéologie du Patrimoine : pierres, carrières et constructions en Bretagne, deuxième partie : Roches sédimentaires Part two: Sedimentary rocks, in For a Geo-Archaeology of Heritage: Stones, quarries and buildings in Brittany p.171-208

https://journals.openedition.org/rao/1384

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988,  Nouveau répertoire des églises et chapelles, Quimper, 1988

https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/67ae4592ec929b13eab4d173d2b7e36c.pdf

Dans l'enclos, calvaire du XVIè siècle (I.S.), du même atelier que celui de Brasparts. Tandis que le Christ et saint Michel en demi-relief sont en granit à gros grain, les larrons sur leurs croix et le groupe de la Vierge de Pitié posé sur le socle sont en kersantite. Au revers de saint Michel, sur une console, statue de saint Pierre portant l'inscription en caractères gothiques : " F. COENT. FIST. FAIRE. "

— ÉVEILLARD (Jean-Yves), 2001, "Les grès feldspathiques du bassin de Châteaulin dans l’architecture et la sculpture des siècles passés", La pierre en Basse-Bretagne, Brest, Université de Bretagne occidentale, CRBC, p. 41-53.

— LE SEAC'H (Emmanuelle), 2014, Sculpteurs sur pierre en Basse-Bretagne page 656.

— OLLIVIER,( Sophie), 1993 -L'architecture et la statuaire en grès arkosique dans la vallée de l'Aulne centrale. Mém. de maîtrise d'histoire (inédit), J.Y. Eveillard, dir., U.B.O., Brest, 2 vol. Non consulté, cité par E. Le Seac'h.

https://memhouest.nakalona.fr/items/show/17711

https://www.persee.fr/doc/abpo_0399-0826_1998_num_105_2_3988

— PATRIMOINE.BZH/GERTRUDE

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/eglise-paroissiale-de-saint-hernin-saint-hernin/2ff1320b-fd91-4caa-ba9b-cbaefef6954d

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00090418

— SITE DE LA COMMUNE.

http://www.saint-hernin.fr/accueil_st_hernin/tourisme/le_patrimoine_religieux

Le calvaire de l’enclos a été construit entre 1555 et 1575, par le même atelier que celui de Brasparts, semble-t-il. Fait en granit à gros grain et kersantite, il comprend un emmarchement à 2 marches, un soubassement appareillé avec table d’autel saillante sur la face ouest, un socle et 3 fûts rapprochés. Sur le socle, au pied du fût central, la vierge en kersantite est assise, assistée, à gauche, de saint Jean (assis) et à droite de Marie Madeleine (debout). Sur ce fût, saint Michel (en granit) terrasse le dragon en demi-relief. Puis, 3 marmousets, formant les culots du croisillon, portent, à gauche, la vierge, mains jointes, et à droite saint Jean en ronde bosse. Sur la croix, le Christ (en granit) est en haut relief. Sur les fûts latéraux, les larrons (en kersantite) ont le corps rejeté en arrière par-dessus la traverse de la croix.

Il semble, de par sa position, que ce calvaire était destiné à célébrer des offices religieux en plein air.

— Monumentum

Très beau dossier photo.

Le calvaire est du 17e siècle,

MONUMENTUM

 

https://monumentum.fr/eglise-saint-pierre-pa00090418.html

.

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Calvaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche