Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 22:09

22 mars, dunes de l'Aber à Crozon : les petits sentiers qui parcourent la dune sont, à certains endroits, envahis par des centaines d'abeilles des sables. Au total, certainement plusieurs milliers d'hyménoptères peu agressifs mais très actifs.

 

DSCN3570

 

  Mais  prendre en photo une des danseuses du ballet s'avère difficile. heureusement, je repère un accouplement :

 

 

 

 

DSCN3560cc

 

 

 

   Quelles sont ces abeilles? Si ce sont des abeilles à langue courte, j'ai le choix entre  Andrenidae, Colletidae, Halictidae. Pour être si précoces, ce sont peut-être des andrénes Andrena vaga, ou bien des Colletidae, Colletes cunicularius, par exemple. Et pour bien les différencier, il faut que je recherche la nervation alaire :

Est-elle caractéristique des Colletes :

  - la deuxième cellule submarginale plus grande que la troisième,

  - la nervure basale  relativement courte; "importante le long de la cellule discoïdale et plus courte le long de la cellule cubitale".

  - la deuxième nervure récurrente en forme de S .

... ou bien  cette fameuse deuxième récurrente est-elle droite comme chez les andrènes ?

 

Allons-y voir :

    La deuxième cellule submarginale me paraît en effet légèrement plus grande que la troisième. ( J'ai indiqué aussi  le ptérostigma, dont je découvre l'existence chez les abeilles après l'avoir rencontré chez les libellules.)

DSCN3545cc

 

  Et voilà ce que l'on nomme la deuxième récurrente :

 

DSCN3545

 

 

    Pour moi, cette deuxième récurrente est droite : je baptise mes abeilles Andrènes, et comme il y a des saules en fleur à moins de 300 mètres, j'en fais, allez, pourquoi pas, des Andrena vaga Panzer, 1799. Sous toute réserve et en attendant qu'un gentil correcteur vienne redresser mes erreurs. Cela va me permette de donner l'étymologie du joli nom d' Andrène, qui vient du latin scientifique andrena lui même issu du grec anthrênê, "frelon".

 

  • Le genre Andrena a été décrit par J.C.Fabricius en 1775 dans Systema entomologiae, sistens insectorum classes, ordines, genera, species, adiectis synonymis, locis, descriptionibus observationibus, Libraria Kortii, Flensburgii et Lipsiae, 832pp, page 376. Le type est Apis helvola Linnaeus , 1758.

 

  • L'espèce a été décrite par Georg Wolfgang Franz Panzer (1755-1829) dans Fauna insectorum germanicae initia, oder Deutschlands Insecten,VI, P.64, T.18, 1799 . (publié à Nuremberg :Felsecker 1792-1823 et illustré de 2600 gravures coloriées à la main par Jakob Sturm )

   Georg Panzer était un médecin  allemand exerçant à Hersbruck. Botaniste et entomologiste, il constitua un herbier réputé, et une très vaste collection d'insectes.

  Andrena vaga fut aussi nommée Apis pratensis Müller, 1776; Andrena ovina Klug, 1810; Andrena nitidiventris Blanchard, 1840;Andrena leucothorax Herrich-Schäffer, 1840; Andrena nitidiventris_homonym Dufour, 1841; Andrena atricula Bischoff, 1922.

 

• l'andrène vague est une abeille solitaire  qui vole exclusivement de mars à mai : le pic d'activité des femelles correspond avec la floraison des saules (Salix sp) qui fournit le pollen nécessaire à l'alimentation des larves. Les saules ne doivent pas être distants de plus de 245 mètres du nid.

  Elle construit son nid dans le sol sablonneux souvent en légère pente, en situation sèche et ensoleillée. A l' entrée du nid le sable évacué forme  un petit cône. Ces nids sont toujours individuels mais se regroupent en "bourgades" parfois importantes (plusieurs milliers de nids, une cinquantaine par mètre carré). La galerie principale descend à la perpendiculaire du sol jusqu'à 25 à 50 cm, et se divise en couloirs accessoires encore plus profonds avant de s'élargir sur la chambre .

 

• C'est une grande abeille (13mm : 11-16mm) au thorax couvert de poils denses gris-blancs et à l'abdomen à peine velu et noir brillant. Les mâles sont plus petits et se remarquent par leur belle moustache grise et par leurs mandibules supérieures en forme de sabre.

 

• Seule la femelle récolte le pollen, grâce aux poils très denses dont sont équipés ses fémurspostérieurs. ( ces brosses de poils à la base des fémurs des troisièmes pattes sont nommées floccus)  Elle dépose dans le nid un mélange de pollen et de nectar qui servira au couvain.

 

• Les oeufs éclosent en larves qui se nourrissent du mélange nectar-pollen, grossissent jusqu'à la fin du printemps et forment un cocon , se nymphosent, et émergent en abeilles adultes  qui attendront le début du printemps pour sortir du nid. 

 

• Ses sites de nidification sont semblables à ceux deColletes cunicularius [ cunicularius: "mineur, sapeur, pionnier", creuseur de galerie ], aussi rencontre-t-on souvent les deux espèces en étroit voisinage.

 

• comme d'autres, cette abeille possède son "abeille coucou"  : c'est Nomada lathburiana Kirbi,1802, une abeille aux allures de guèpe avec son abdomen rayé jaune et noir et ses pattes rougeâtres. elle pratique le cleptoparasitisme en venant pondre ses oeufs dans les nids des Andrènes. Sa larve, dont l'éclosion est un peu plus précoce que celle de sa victime  se dirige dans le nid et se nourrit du pollen accumulé, au dépens de la larve d'andrène.

   Un autre parasite serait Bombylius major, le Grand Bombyle, un diptère ressemblant à une abeille et doté d'une très longue trompe. On cite aussi Sphecodes gibbus (qui parasite les halictes)comme parasite probable.

 

  Si bien même ce n'est pas un couple d'Andrena vagaque j'ai photographié, j'aurais du moins appris quelque chose... 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

el gricthe 27/11/2016 20:12

Ce sont des Colletes cunicularius.

Jean-Yves 27/11/2016 21:29

Super ! Depuis 2011 ! J'avais tout faux, mais, comme pénitence, j'ai déjà été chercher l'étymologie de "cunicularius" : cuniculus, "lapin", terrier" mais surtout "petite galerie souterraine". D'où cunicularius, "mineur".
Un grand merci,
JY

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche