Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juillet 2021 3 07 /07 /juillet /2021 15:49

.

.

La chapelle de Trévarn est dédiée à Notre Dame. Ancienne église tréviale de Dirinon, elle était au XVIIIe siècle sous le vocable de Notre-Dame de Pitié.

En forme de croix latine avec chevet à pans coupés, elle date de la fin du XVIIe siècle et des débuts du XVIIIe siècle .

Situation 

 

On note, comme c'est la règle pour nombre des chapelles bretonnes, sa situation à 300 mètres en hauteur d'une rivière, ici la Mignonne qui s'achemine vers Daoulas, avec sa fontaine alimentant un petit ruisseau qui s'y jette. Juste en face, sur l'autre rive du vallon, nous repérons les fontaines de Saint-Divy et de Sainte-Nonne, déjà présentées dans ce blog dans les articles consacrés à Dirinon.

Qui dit rivière, dit moulin, et donc propriété des nobles, ou ici sans doute des abbés de Daoulas. Et si ces moulins sont à eau, ils peuvent être moulins à foulons. Voir sur un autre ruisseau, mais dépendant de la trève de Trévarn, le moulin de Guern ar C'hoadig relevant de la seigneurie du Plessis.

On pourra aussi localiser sur la carte les écarts de Cleuz-Braz et de Penbran, retrouvés associés à Trévarn sur les actes paroissiaux.

Le hameau de Cleuz-Bras  compte une quinzaine d'habitations sur les cartes.

https://remonterletemps.ign.fr/comparer/basic?x=-4.248079&y=48.380112&z=16&layer1=ORTHOIMAGERY.ORTHOPHOTOS&layer2=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.MAPS.SCAN-EXPRESS.STANDARD&mode=doubleMap

https://remonterletemps.ign.fr/comparer/basic?x=-4.245544&y=48.377632&z=15&layer1=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.ETATMAJOR40&layer2=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.CASSINI&mode=doubleMap

.

Les inscriptions font revivre, si on les croise avec les travaux des généalogistes, des familles installées à Trévarn et Cleuz Braz et enrichies dans la production et le commerce des toiles de lin :

"Après une étude sur le cadastre et la toponymie voici 3 ans, Jean-Luc et Marie-Louise Richard persistent et signent une étude « au temps du lin » avec le concours des amis de Trévarn et du patrimoine et de livre échange. C'est en consultant les archives départementales sur les inventaires après décès au XVIII e sur Saint Urbain, que Jean-Luc et Marie-Louise Richard se sont rendus compte que le lin était omniprésent dans les foyers sous la forme de gros fil, de toile fine, de fil d'étoupe, de fil de reparon. Les marchands de toile, les julods étaient nombreux et riches." (Le Télégramme 1-11-2000)

 

"De la renaissance au siècle des Lumières, les graines de lin en provenance de la Baltique sont débarquées au port de Roscoff et semées sur les terres de la zone côtière riches en alluvions. Semé au printemps dans des terres chaudes, le lin fleurit 100 jours plus tard. Arraché à la main pour récupérer des tiges les plus longues possibles, il subit une suite d’opérations pour séparer les différents éléments qui le composent : graines, fibres, bois. Les opérations de transformation demandent une main d’œuvre importante et qualifiée. La fibre est d’abord travaillée sur place par les paysans (arrachage, égrenage, rouissage), puis vendue pour être transformée dans l’arrière-pays. Teillage, filage et blanchiment sont les étapes suivantes. Les « poull-lin », mare d’eau servant à rouir les fibres de lin, et « kanndi », lieu de blanchissage des fils de lin, témoignent de cette activité. Le fil de lin blanchi et tissé sert à produire des toiles, les « crées », dont la fabrication répond à un règlement. Tissage, pliage, longueur, largeur sont contrôlés au bureau des toiles tenu par les négociants sur la place du Marché, au 1er étage des Halles (aujourd’hui disparues). Elles sont ensuite exportées via les ports autorisés (Morlaix et Landerneau) vers l’Angleterre, l’Espagne et le Nouveau Monde." (Guide EPL)

En effet les "fabriques" de Trévarn, recrutés comme ailleurs parmi les notables aisés, sont parfois qualifiés de "marchands" ou d'Honorable Homme sur les actes paroissiaux.

On sait que les enclos paroissiaux du Léon sont étroitement liés à la prospérité économique générée par le commerce des toiles de lin et de chanvre commercialisés par les ports de Landerneau et de Saint-Pol/Roscoff.

On visite encore les maisons buandières ou kandii, notamment celle de Penbran.

 

 

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

 

LES INSCRIPTIONS DANS L'ORDRE CHRONOLOGIQUE.

.

Pour mention. Sur la base de la statue de saint Antoine à l'entrée de l'enclos est gravée le nom LEON. Cette statue de kersanton est attribuée à l'atelier Prigent (1527-1577).

 

.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

.

 

Les fonts baptismaux (ou "bénitier"). 1666.

La vasque ovale en kersantite est sculptée de godrons en creux et de  têtes ailés. L'inscription en réserve occupe un cartouche :

 

 

 DOM . GVENOLE. CARIOV/CVRE / F. MORVAN.  1666. 

.

Soit "Dom (dominicain) Guénolé Cariou curé; F[rançois] Morvan  1666"

.

Note :  cette vasque évoque celles sculptées en kersantite par Jean Le Bescont en 1675 (et 1715) à Ploudiry, et d'avantage encore (à cause des têtes d'anges) celle qu'il sculpta à La Martyre en 1681.

Voir aussi :

Dossier pdf : "Cuves baptismales et fonts baptismaux : évolution formelle au XVIIe siècle"

http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/CATALOGUES/fontsbapt/fontsbapt_hist17e/html/fontsbapt_hist17e.html#fig12

Mais Emmanuelle Le Seac'h attribue (p. 352) la vasque à l'atelier de Roland Doré, tout en mentionnant qu'en 1666, ce sculpteur est décédé.

.

 

Ces fonts attesteraient d'une construction de la chapelle dès le troisième tiers du XVIIe siècle, en débutant par le fond de la nef, ou plutôt d'un édifice antérieur — dont atteste le calvaire du XVIe siècle — réédifié progressivement en partant de la nef et en progressant vers le chœur.

.

1°) Dom Guénolé Cariou.

Je ne trouve pas mention de ce Guénolé CARIOU à Trévarn (on sait que les curés exercent leur fonction dans le bourg dont ils sont natifs), mais une famille CARIOU est établie à Trévarn à cette époque :

https://gw.geneanet.org/marchadour?lang=fr&pz=marie+christine&nz=marchadour+le&p=denis&n=cariou

2°. F. Morvan.

On peut lire François Morvan plus probablement que Fabrique Morvan. Plusieurs François Morvan sont attestés à Trévarn, ou à Dirinon, mais un seul est compatible avec la date de 1666.

 François Morvan (Dirinon ?- ??) épouse Margaritte Quinnec en 1636, d'où dix enfants dont Goulhen, prêtre qualifié du titre de Messire et né en 1646 ; Nouel (1649-Trévarn 1705), portant le titre d'Honorable Homme, François (1652) et Olivier, marchand qualifié d'Honorable Homme. Sa fille Marie épouse à Trévarn en 1672 François INISAN. Les titres d'Honorables Hommes laissent penser qu'il s'agit d'une famille de marchands de toile, dans ce pays du lin et du chanvre.

https://gw.geneanet.org/lizennwenn?lang=fr&iz=9652&p=francois&n=morvan&oc=6

.

 

 

 

La chapelle de Trévarn en Saint-Urbain : ses inscriptions.
Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

 

.

FACE SUD DE LA TOUR DU CLOCHER SOUS LA GALERIE. 1682.

.

Elle n'a pas été déchiffrée. Je lis :

MRE : DOM : F : ROLLAND

CVRE : L : QVEMENER

H : MORVAN : R : 1682

Soit : Messire Dom F. Rolland curé, D. Quéméner [P?], H. Morvan R 1682.

1°) Le curé François Rolland est attesté comme parrain à Trévarn en 1683. La mention Dom signale qu'il s'agit d'un dominicain.

L'acte de baptême d'Alain Morvan le 10 octobre 1683 à Trévarn bourg précise : parrain François Rolland curé de Trévarn.

François Rolland, curé est également mentionné sur l'inscription de 1701.

.

2°) L. Quéméner.

Les généalogistes mentionnent Laurent Quéméner Dirinon 1655-Bourg Trévarn 1736, marié à Trévarn en 1679 avec Anne MAGUET Honorable femme, d'où au moins trois enfants mentionnnés lors de son décès, Joseph, Yves, et Goulven. La lettre effacée serait le F. le qualifiant de fabricien.

https://gw.geneanet.org/fernandl?n=quemener&oc=&p=laurent

.

3°) H. Morvan .

La famille Morvan est bien attestée à Trévarn. On trouve notamment un Hervé MORVAN (Trévarn, 1652-Bourg, Trévarn, 1723), qui a épousé Catherine Morvan, dont sept enfants dont Olivier né en 1678.

La lettre qui suit son nom, et où je crois reconnaître un R. serait plus volontiers un F.

https://gw.geneanet.org/ganderge?n=morvan&oc=&p=herve

.

 

 

 

 

 

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

Inscription de la sablière nord  (à l'intérieur, dans la nef) :1683.

.

 

HONORABLES MARCHANDS PIERRE MOBIAN ET IEAN DENIEL MARGVILLIERS. 1683. 

.

La mention "marguillier" est équivalente à "fabricien" : ils sont élus chaque année au nombre de deux pour s'occuper des comptes de la fabrique et superviser les travaux.

 

Après le clocher, la construction progresse d'ouest vers l'est. La nef est bâtie en 1683, puis il faut attendre 18 ans avant de voir s'élever le transept sud et, a priori, le chœur.

.

1°) Pierre Mobian.

Il s'agit sans doute de Pierre Le MAUBIAN, né à Dirinon en 1643, marié à Jeanne QUEMENEUR, puis, devenu veuf, avec Jeanne LE ROUX en 1709, mais à Saint-Divy.

https://gw.geneanet.org/mjacopin?n=le+maubian&oc=&p=pierre

.

2°) Jean Deniel.

Il est né en 1637 et décédé à Trévarn, Cleus Bras, en avril 1703. Il épouse Catherine LE SANQUER en 1675, d'où neuf enfants. Il est qualifié de "marchand de toiles"

Le curé de Trévarn François ROLLAND signe comme témoin au baptême de sa fille Marie en 1679. (cf. inscription de 1682)

En 1692, Anne Maguet, épouse de Laurent QUEMENER est la marraine de sa fille Anne. (cf. inscription de 1682)

https://gw.geneanet.org/les8jika?n=deniel&oc=10&p=jean

.

.

Photo de la sablière manquante.

.

.

.

Inscription à gauche de la porte du transept. 1700.

.

O : MORVAN : ET

G : CARIOV : F :

1700 

.

Soit O. MORVAN et G. CARIOU f[abricien] [l'an] 1700.

.

1°) O. MORVAN fabricien.

Il est plausible de voir ici le fils d'Hervé Morvan de l'inscription précédente. 

Olivier MORVAN est né le 22 février 1678 au bourg de Trévarn et décédé le 16 mars 1741 au même lieu. Il aurait donc 22 ans, âge où il peut sans doute être fabricien .

https://gw.geneanet.org/myvn29?lang=fr&iz=177&p=olivier&n=morvan&oc=590

.

2°) G. CARIOU fabricien.

Un Guillaume CARIOU, fils de Denis Cariou et Françoise ... Morvan, est né à Trévarn en 1667 et décédé à Plougastel en 1730. Il a donc 33 ans en 1700.

Il épouse en 1693 Jeanne MUSELLEC. Un Jean MUSELLEC  est fabricien en 1701 (inscription sablière nord du chœur).

https://gw.geneanet.org/pauldru?n=cariou&oc=2&p=guillaume

.

 

 

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

Inscription sur le pignon de la lucarne du transept sud. 1701.

 

M : F : ROLLAND : C/VRE : M : H : MIOSS

EC : P : P : MOBIA

N : F : D : CARIOV : F

1701 

Soit M[essire] F[rançois] Rolland curé ; Messire H. Miossec p[rêtre]; P. Mobian f[abricien], D. Cariou f[abricien] [en l'an] 1701.

.

1°) Messire François Rolland curé : cf. inscription de 1682.

Il sera le témoin d'un mariage en 1702 et d'un baptême en 1712.

https://gw.geneanet.org/mariekate1?n=rolland&oc=&p=francois

.

2°) Messire Hierosme Miossec prêtre.

 

Une plaque tombale en ardoise (voir infra), conservée dans l'église, indique : "Missire Geroum MIOSSEC decede en 1719".

Il est le parrain au baptême de Jérôme LE GALL, fils de  François LE GALL et Jeanne LE CANN, demeurant à KLeuz-Braz, en Trévarn :  : "le 12.O5.1691, LE GALL Jérôme, ¨Parrain et Marraine Messire Hierosme MIOSSEC, prêtre de Trévarn et Marie ROC'HOU, épouse de Christophe LE CANN du Brettin."

En 1684, un Hierosme MIOSSEC est nommé parmi les prêtres de Loperhet.

Voir :

https://forum.cgf.bzh/forum/phpBB3/search.php?author_id=2640&sr=posts&sid=2bd82d5d9819674061501305edb3374d

.

http://www.infobretagne.com/loperhet.htm

.

3°) P. Mobian fabricien.

La famille MOBIAN est attestée à Dirinon, sans mention de Trévarn, et sans prénom correspondant à l'initiale P.

.

4°) D. Cariou fabricien

Sans doute Denis CARIOU, fils d'Olivier, né en 1665 à Dirinon, et décédé à Trévarn Kerguélen en 1721. Il épousa Marie LE MOAL à Trévarn en 1700, d'où 5 enfants.

https://gw.geneanet.org/sbcariou?n=cariou&oc=1&p=denis

 

 

.

 

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

La sablière nord du chœur. 1701.

 

.

Elle porte l'inscription : 

-I :IAN – QUILLIEN :– :IAN : MVSSLLEC : FABRIQ : 1701

.

1°) Jean Quillien

Les généalogistes signalent René Quillien (1650-1722), d'Irvillac,  fils de Jean Quillien (1614 -1689) qui épousa à la chapelle de Trévarn Jeanne Kerdoncuff, dont 10 enfants, parmi lesquels Jean, né en 1682 et Jean, né en 1686.

https://gw.geneanet.org/fvigouroux?n=quillien&oc=3&p=jean

2°) Jean (Le) Musellec.

Un Jean Musellec (1661-Lesquivit Dirinon 1716) a épousé Françoise DENIEL (1675-1728).

https://gw.geneanet.org/loperhet69?n=musellec&oc=&p=jean

https://gw.geneanet.org/cdaviotfreefr?n=le+musellec&oc=&p=jean#note-wed-1

 

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

La plaque tombale de Jérôme Miossec . 1719.

.

Sous un calvaire à trois degrés, l'inscription est encadrée par une étole sommée d'une barrette de prêtre voire de recteur, et centrée par un calice et des palmes. On y lit :

.

 

MISSIRE :

GEROUM:

MIOSSEC:D

ECEDE : 1719

NICOLAS : PER

ROT : OLIER : --- (1721 ?)

.

Soit Missire Geroum Miossec décédé (en) 1719. Nicolas Perrot Olier (décédé en ) 1721?

.

1°) Jérôme Miossec.

Voir plus haut l'inscription de 1682.

.

2°) Nicolas Perrot.

Pas de donnée, hormis

https://gw.geneanet.org/eugenetanguy?n=perrot&oc=2&p=isabelle

Pour l'acceptation "Nicolas Perrot-Olier", voir :

https://gw.geneanet.org/menezarvel?n=olier&oc=1&p=nicolas

.

 

 

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

Le bénitier de 1776.

.

Sur un plateau carré occupant la face antérieure du bénitier de granite, on lit :

[a]ENEBA

N JERO

ME 8ALL

1776.

 . Soit A Eneban Jérôme Gall (?) 1776.

Ma leçon est confortée par les généalogistes qui mentionnent :

Jérôme LE GALL, baptisée le 18 avril 1753 au manoir de Kerguern à Dirinon, et décédé le 6 décembre 1776 à Trévarn, à l'âge de 23 ans. Il est le fils de Jérôme LE GALL  (Kerloziou Dirinon 1718-Cleuz Bras, Trévarn 1781) et de Catherine QUENECADEC (Daoulas 1728-Cleuz Bras, Trévarn 1761), qui furent parents de onze enfants. La mère, décédée à 33 ans, était la fille d'Honorable Homme Jean QUENECADEC et de Gilette KERDONCUFF, de Daoulas.

Quand à la formule initiale, elle est en breton, et on la retrouve sur un monument funéraire de 1914-1918 :

https://monumentsmorts.univ-lille.fr/monument/30611/treflaouenan-presdeleglise/

Enebañs signifie "figure, visage, traits"

 

https://gw.geneanet.org/mlerouxguenegan?n=le+gall&oc=1&p=jerome

.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

Le retable du chœur. 1781.

.

On y lit au nord :

FAICT PAR MOY -NORLL-1781 

et au sud : 

CHARLES LE GALL FABRIQUE- 1781

.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

La cloche de 1823.

.

La face accessible au photographe permet de lire :

A BREST EN 1823 POUR L'EGLISE

MARIE NOELLE PAULINE PERIN

ET MELLE PAULINE DE GOESB

DE CETTE PAROISSE NICOLAS

.

Nous la rapprocherons de l'inscription de l'église paroissiale de Saint-Urbain : le parrainage par la famille de Goesbriant leur est commune.

" IAY ETE NOMMEE MARIE THERESE DESIREE PAR HAUT ET PUISSANT SEIGNEUR MONSIEUR LE COMTE ET MADAME LA COMTESSE DE GOESBRIANT. MISSIRE IEAN KERVELLA CURE. TRANVOEZ FABRIQUE. 176( ?)./ETIENNE LE MOYNE MESTRE FONDEUR. "

On sait qu'à la Révolution, les cloches des paroisses du Finistère ont été requises pour être fondues à Brest, à l'exception d'une, nécessaire au tocsin. La cloche de Trévarn n'a sans doute pas été épargnée, et une nouvelle cloche a été commandée à la Restauration.

Pierre Désiré de Goësbriand a été maire de Saint-Urbain de 1813 à 1821 et possédait le manoir de Kerdaoulas ; il traduisit les Fables de la Fontaine en breton.  Je ne peux préciser qui est mademoiselle Pauline de Goesbriand.

.

 

 

 

 

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

Inscriptions de la chapelle de Trévarn en Saint-Urbain. Photographie lavieb-aile 4 juin 2021.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988, Notice de Saint-Urbain

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/185205eb407bd5b842b7d8155b41425a.pdf

POP-CULTURE. PA29000036 (2000-2001)

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/memoire/AP12R01767

"L'existence d'un lieu de culte à Trévarn est attestée au 12e siècle : lors de la seconde fondation de l'abbaye de Daoulas en 1172 par Guiomar de Léon et sa femme Nobile, l'église Sanctii Baharnii lui fut donnée à perpétuité. Jusqu'en 1805 elle constituait une trêve de Dirinon. L'édifice présente un plan en croix latine avec transept saillant et chevet à trois pans. Sur le bras sud du transept se trouve une petite sacristie de plan carré, greffée à l'est. L'édifice actuel est daté par inscriptions intérieures et extérieures. Les travaux de construction s'échelonnent entre 1682 et 1701. Dans le placître, côté sud, se trouve un calvaire à personnages restauré partiellement par le sculpteur Landernéen Roland Doré vers 1630."

— RICHARD (Jean-Luc)

https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20001101&article=20001101-1865950&type=ar

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Inscriptions Chapelles bretonnes.

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Terrraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Terrraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche