Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2022 7 17 /07 /juillet /2022 16:36

La sirène femme-serpent (granite, vers 1702 ?) de l'église du Juch, les gargouilles et les inscriptions lapidaires extérieures.

.

.

Voir :

 

.

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

PRÉSENTATION.

.

Cet ornement  sculpté dans le granite n'est pas une gargouille, puisqu'elle ne se charge pas de l'écoulement des eaux pluviales. Elle occupe le sommet du rampant de la dernière lucarne, à sa jonction avec le chevet. Elle participe, par ses charmes, à la célébrité de l'église, et elle est décrite presque partout comme une sirène.

.

1. Une sirène. Sophie Duhem, et tous les sites patrimoniaux sur le net.

.

a) Sophie Duhem.

"L'infamie de la luxure a trouvé dans l'art breton un être à sa dimension —la femme— dont les nudités voluptueuses sont des gouffres de l'âme pour l'homme jouisseur taraudé par des pensées impures. Allégorie de la séduction, son corps paré aux ondulations dansantes a pris des aspects bien divers dans l'art. En Bretagne, par exemple, la sirène est l'emblème de sa vénusté et des sortilèges qui l'accompagnent."

Le Juch, église Notre-Dame, gargouilles, XVIe-XVIIe siècle. Le corps maudit, l'ensorcelante cambrure des sirènes.

La sirène sculptée parmi les gargouilles de l'église du Juch est d'une grande beauté : le visage a subi les injures du temps, cependant la finesse du portrait, le sourire timide, le traitement des cheveux délicatement posés sur les épaules donnent une idée de la qualité de la facture originelle. L'artiste voulait suggérer la beauté comme l'indique le buste incliné sur la corniche, la tête légèrement penchée de la femme séductrice, sans oublier la majestueuse poitrine qu'elle offre de ses deux mains en la projetant vers le monde des hommes. De toutes les ensorceleuses postées au sommet des églises dans l'attente de leur coupable forfait, c'est la plus convaincante. Son visage est si expressif qu'on l'entendrait presque chanter. » Sophie Duhem Avec 3 photos, p. 116 et 120.

.
b) Le site eglise-lejuch.fr.

https://www.eglise-lejuch.fr/ses-richesses/architecture/.

Ce site est plus prudent, et, sous le titre "sirène", il décrit "une queue de reptile". Alors que Sophie Duhem reprend une interprétation moralisatrice par laquelle les sirènes et femmes sculptées sont des figures de la luxure et du péché incitant les fidèles à la conversion de leur conduite, ce site ouvre la porte à d'autres interprétations.

.

.

"La sirène. Située au niveau de la toiture sur le flanc sud du sanctuaire, au pignon de la nef, la statue de sirène est une autre particularité de l’église. Sa chevelure est abondante et ondulée, ses seins généreux évoquent une mère allaitante. Le corps se prolonge ensuite en queue nouée, qui évoque une queue de reptile.

Cette statue a été soumise à nombre d’interprétations différentes.

    Dans ses mémoires, Hervé Friant, habitant du Juch au début XXe siècle, la nomme « Gwrac’hic ar Zal », la femme redoutable, la sorcière malfaisante. Cela renvoie à une vieille légende du Juch, celui d’une déesse mère, la Gwarc’h, ou « vielle femme ». Cette légende est antérieure au christianisme et pourtant présente sur la statue d’un édifice chrétien. 

Le serpent apparaît comme élément de la déesse, sirène aquatique ou créature reptilienne, gardienne des eaux souterraines. De par ses seins gonflés, elle symbolise la vie, comme déesse de la fécondité.

D’autres ont vu une référence à Eve et la Genèse : une figure féminine portant la marque du péché originel, et faisant référence au serpent de la tentation et de la chute.

.

 

.

2. Une femme-serpent. Hiroko Amemiya.

 

Une observation plus attentive, et plus exigeante dans la nomenclature  de ces "ornements à type de femmes semi-humaine" est celle que l'on trouve dans l'ouvrage de Hiroko Amemiya, "Vierge ou Démone", largement cité dans ce blog.

L'universitaire de Rennes 2 qui a consacré sa thèse de 1996 aux figures maritimes de la déesse-mère remarque que nous ne voyons pas (encore faut-il regarder) une femme-poisson, mais une femme serpent.

"Femme-serpent : couchée sur le ventre, tête à gauche. Visage joufflu encadré d'une longue chevelure en torsade. Seins proéminents. Le bras droit accoudé, le gauche tendu vers l'arrière. La partie inférieure du corps a la forme d'une queue de serpent nouée, l'extrémité pointue dirigée vers le bas." (H. Amemiya)

.

Illustration par Hiroko Amemiya, Vierge ou Démone page 177.

.

N.B. La femme-serpent est aussi décrite par B. Rio dans son ouvrage Le Cul-bénit p. 80, avec une illustration p. 82 sous le titre "sirène".

.

Ces descriptions n'ont pas besoin d'être reprises. On remarquera seulement que la queue se termine par une flèche (un dard). Et que la main droite de la femme est posée sur le sein droit, dans un geste de caresse, mais qui rappelle celui des Démones tenant une pomme.

.

Je crois qu'il faut garder ouverte l'interprétation de cette femme-serpent.

Certes, le père Julien Maunoir, grand moralisateur et évangélisateur de la Bretagne soucieux de conversion de ce qu'il considérait être une terre de paganisme, est venu au Juch en 1642, et, selon son biographe, en 1657 et en 1658 . IL effectua plusieurs guérisons avec l'huile de la lampe brulant devant saint- Michel :

 

« Les Pères [Maunoir et Bernard] partirent de Quimper Ie 21 Août 1642, et ils expérimentèrent l'efficace de la bénédiction du consolateur de Catherine [saint Corentin] pendant leur voyage. Pensant que ce saint directeur était l'Archange de Bretagne, ils brûlèrent en son honneur un peu d'huile, dans l'église de N.-D. du Juch, devant l'image de saint Michel, en faisant quelques prières. Dès le même jour, appliquant cette huile à Jeanne Le Cor, de Douarnenez, qui souffrait de la fièvre et de douleurs aiguës depuis quinze jours, elle fut guérie de ces deux infirmités. BDHA 1909 p.

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/f096b4a373bfb45f5ec65f9f1a363fcf.pdf

Mais on comprend mal que l'utilisateur des Tableaux de missions ou Taolennou dans lesquels les "vices" étaient toujours accompagnés de symboles qui les condamnaient expressément (luxure ici, accompagné d'un bouc) et les menaçaient toujours des flammes et tortures de l'enfer, puisse juger opportun de placer, en un lieu particulièrement ostensible, une femme nue si bien avantagée et si séduisante que la regarder est déjà commettre un péché de chair.

Cette sirène est trop joliment humaine et féminine pour être le support d'un sermon

.

Il faut peut-être accepter que les villageois aient pu souhaiter — comme ailleurs des chanoines pour leurs stalles— orner leur église de figures emblématiques de leurs pulsions, sans vouloir aussitôt les dénoncer. Et qu'ils n'aient pas eu la même conscience dévote d'une bienséance catholique propre à des siècles plus tardifs.

Les exemples abondent dans l'ornementation sculptée des églises et chapelles bretonnes, notamment sous l'influence de la Renaissance, de représentations anthropomorphes hybrides dont l'unique but est d'être décoratif. Chassons les censeurs et transmetteurs de moraline et préservons notre plaisir d'admirer les œuvres des sculpteurs bretons témoins sans les recouvrir d'une "interprétation" anachronique. Ils ont été le relais d'un imaginaire  ancestral dont les clefs débordent largement les tribulations bas-bretonne de recteurs face à leurs ouailles mais explorent les frontières de l'animalité et de l'humanité.

L'assimilation d'éléments hybrides venant des modillons romans, des contacts orientaux et méditerranéens pour certains, germaniques pour d'autres, est d'abord un élément de vitalité plutôt qu'un agent de la diabolisation et du dénigrement.

Et Mélusine dont se réclame la famille de Lusignan, apporte la fécondité liée à l'élément aquatique qui permet à Raymondin de posséder des terres et des châteaux :

 

"Et voit Melusigne en la cuve, qui estoit jusques au nombril en figure de femme et pignoit ses cheveulx, et du nombril en aval estoit en forme de queue d'un serpent, aussi grosse comme une tonne où on met harenc, et longue durement [très longue], et debatoit de sa coue l'eaue tellement qu'elle la faisoit saillir [gicler] jusques à la voulte de la chambre. »

Jean d'Arras, Le Roman de Mélusine (1393-1394) https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9lusine_(f%C3%A9e)

 

LECLERQ-MARX (Jacqueline) 2002, Du monstre androcéphale au monstre humanisé. À propos des sirènes et des centaures, et de leur famille, dans le haut Moyen Âge et à l'époque romane , Cahiers de Civilisation Médiévale  Année 2002  45-177  pp. 55-67

https://www.persee.fr/doc/ccmed_0007-9731_2002_num_45_177_2820

— MAZET (Christian), 2019, La « sirène » d’Orient en Occident comme exemple de la sélection culturelle des hybrides féminins en Méditerranée orientalisante (viiie-vie siècle av. J.-C.), in L'Animal-symbole, CTHS Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques,

https://books.openedition.org/cths/5065?lang=fr

https://www.chartes.psl.eu/fr/positions-these/sirene-entre-nature-lecture-livre-imprime-epoque-moderne-1475-1691-1692

 

.

Cette figure est une fenêtre ouverte à notre imaginaire. Ne la refermons pas.

 

.

 

 

.

 

 

.

In cauda venenum. La femme-serpent (granite, vers 1702)  de l'église du Juch. Croquis lavieb-aile juillet 2022.

In cauda venenum. La femme-serpent (granite, vers 1702) de l'église du Juch. Croquis lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702)  de l'église du Juch. Croquis lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702) de l'église du Juch. Croquis lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702)  de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702) de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702)  de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702) de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702)  de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702) de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702)  de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702) de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702)  de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702) de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702)  de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702) de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702)  de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

La femme-serpent (granite, vers 1702) de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

.

.

Cet ornement du type femme-serpent appartient à une série de 11 exemples de la statuaire bretonne, dont  9 dans le Finistère.

1. église Saint-Idunet à Trégourez, granite,1687.

2. Le Juch, granite XVIIe.

3. église Notre-Dame , Bodilis, porche sud, granite, 1564-1570?

4. église Notre-Dame  de Brasparts, porche sud, granite, 1592.

5. église Saint-Edern à Lannedern, crossette de l'ossuaire, 1662.

6. église de la Sainte-Trinité de Lennon, crossette du porche sud, XVIe siècle

7. chapelle Saint-Herbot de Plonévez-du-Faou, porche ouest, granite, 1516.

8. église Saint-Suliau à Sizun, crossette de l'ossuaire, kersanton.

9.  église Saint-Suliau à Sizun, ornement d'une frise du chevet, granite.

.

Mais la ressemblance avec la crossette de l'ossuaire de Lannédern doit être particulièrement soulignée. Bien que cette dernière n'ait pas la beauté de la dame du Juch, elle a la même posture, la même position des bras, la même torsion de la queue et surtout la même pointe, a priori venimeuse, de la queue.

.

Crossette de l'ossuaire de l'enclos paroissial de Lannédern. Photographie lavieb-aile.

.

.

.

Datation vers 1700 : éléments de discussion.

.

a) les datations du  plan de l'association patrimoniale locale : "XVIIIe siècle.

.

Annotation (flèche) sur le plan M.G Lemoigne du site lejuch-patrimoine.fr

.

b) Les auteurs.

Selon Henri Waquet et Jacques Charpy, "L'influence de Ploaré, paroisse-mère de Juch avant la Révolution apparaît sur le chevet du XVIIe siècle (vers 1668) à trois pans."

.

 

c) Les inscriptions lapidaires datées.

.

Sur le mur voisin de cette sirène (je conserve la dénomination d'usage), on lit sur le mur de l'abside du chevet l'inscription :

M.RE. P. PHILIPPE

La mention Mre, abréviation de Messire, désigne en règle le recteur. Mais la liste des noms des recteurs de Ploaré ne comprend aucun Philippe. Le patronyme PHILIPPE est attesté à Ploaré. "Messire" peut aussi précéder le nom d'un prêtre, d'un curé.

Ce nom se retrouve sur le fronton du porche ouest, avec la mention M.G. PHILIPPE DE KERDALEC, P.[rêtre]. L'inscription ne peut être datée (en 1725-1726) que si on déchiffre le nom du recteur comme étant celui de Charles-Pierre Huchet.

Geneanet signale la famille PHILIPPE de Keralec.

 

Puis viennent dans deux cartouches séparés  les noms des fabriciens, suivi de la mention "F.", "fabricien (ou fabrique)", qui, comme les gendarmes, vont toujours par deux.

 R : CORNIC : F .

A : PERENNOV : F

.

Un hasard d'archives ou de recherche généalogique  pourrait permettre par recoupement d'identifier ces individus et éventuellement de mieux  dater le monument.

.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

.

Le chanoine Abgrall a soigneusement relevé les inscriptions de l'ensemble de l'église, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur.

A l'intérieur, le chœur est daté par inscription de 1668 du coté nord (avec le nom du recteur de Ploaré, Guillaume Paillart (de 1676 à 1706) et de ses prêtres et curés), et de 1702 du coté sud, où se situe la sirène, avec le nom du curé, [Noël?]Le Billon. Cette famille Le Billon est bien établie à Kerstrat.

-Dans le sanctuaire, du côté de l'Evangile :

RE : M : GVILLAVME : PAILLART : DOCTEVR : EN : SORBONNE : ET : RECT. — ME : P : M : PAILLART : R - P : M : Y : LOVBOVTIN : C — 1668 : M : A : MESCVZ0

-Au côté de l'Epître :

Mre NO: LE : BILLON: DE : KERSTRAT: PRE: CVRE: 1702

Sur le bas-côté Midi, plus haut que le porche, s'ouvre une chapelle dans laquelle est un autel en granit largement sculpté, agrémenté d'anges cariatides, de moulures, fleurons et d'un médaillon central encadrant un buste de la Sainte Vierge. Le soubassement porte cette inscription :

M : N : LE : BILLON : P : CVRE : MIC : LE : BILLON : F

.

Au total, la date de 1702 me paraît la plus judicieuse à choisir pour dater par approximation cette sirène.

.

.

.

LES AUTRES FIGURES (MASQUES ET GARGOUILLES) ORNANT LE PIGNON EST ET LA FAÇADE SUD.

.

Cette femme-serpent ne doit pas être décrite seule, isolée de son contexte, mais accompagnée des autres éléments sculptés figuratifs.

.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

.

.

Les gargouilles : deux lions.

.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

.

.

Le masque sur un voile du chevet.

.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

.

.

Les masques de la façade sud.

.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

Les figures sculptées sur les pignons et façades de l'église du Juch. Photographie lavieb-aile juillet 2022.

.

.

 

SOURCES ET LIENS.

 

 

https://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/clocher-de-leglise-du-juch

https://www.diocese-quimper.fr/wp-content/uploads/2021/01/JUCH.pdfhttps://lejuch-patrimoine.fr/

— CASTEL (Yves-Pascal), 1979, Les vases acoustiques.

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/b3f809d87a4df58bb9856f14aa7ca9ba.jpg

COUFFON (René) 1980, , Notice,

https://www.diocese-quimper.fr/wp-content/uploads/2021/01/JUCH.pdf

Ancienne trève de Ploaré érigée en paroisse le 16 août 1844. EGLISE NOTRE-DAME (C.)

Dédiée aussi à saint Maudez. Elle comprend une nef de six travées avec bas-côtés terminée par un chevet à trois pans. Accolée au porche, au sud, chapelle en aile. L'édifice a été profondément remanié au XVIIè siècle et au XVIIIè siècle ; les parties les plus anciennes, l'angle sud-ouest et le porche, remontent à la fin du XVè siècle ou au début du XVIè siècle.

 

ABGRALL (Chanoine Jean-Marie) et  Chanoine Peyron , 1914,  Le Juch, "Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie", 1914, pages 151, 178, 217  et suivantes

 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109993p/f148.image.r=Juch

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/e4da48706ff24aae5d00e7ac2b8d8f1f.pdf

"Léglise est bâtie sur le versant Ouest d'une colline qui est très escarpée du côté Est, et sur-laquelle on reconnaît les substructions du vieux château qui fut la résidence des barons du Juch.

Les parties les plus anciennes de cette église, l'angle Sud-Ouest et le porche, portent les caractères du commencement du xvie siècle, déclin de la période ogivale. Le porche est surmonté d'une chambre qui est de construction plus récente. Sur le reste de l'édifice sont réparties des dates diverses qui indiquent des remaniements et des agrandissements.. Le caractère général de l'édifice est le même que celui de l'église de Ploaré. L'abside est également dessinée en pans coupés, rehaussés de contreforts surmontés de clochetons et de lanternons, et ces petits couronnements, en se combinant et se mariant avec le clocher, donnent une très heureuse silhouette. A l'extérieur, sur le mur Sud de l'abside, on lit cette inscription : Mre PHILIPPE . R . CORNIC , F . A : PERENNOV : F

-Sur le côté Nord est une autre inscription plus longue, mais qui ne pourrait se lire qu'en montant à une échelle. Le clocher a été ajouté après coup, en 1700, et cela de fond en comble, en faisant une tranchée dans la façade Ouest.

La porte principale est accostée de deux colonnes à grandes volutes ioniques, portant un fronton courbe dont le tympan contient cette inscription :

Mre : P : CHARLES M :Mme : MAREC

I...OI : ET : LICENC DE : KISORE : P : C

IE : EN : LVNIVERSITE M : C : PHILIPPE DE : PARIS : ET : REC DE : KERDAEC : P

-Sur le pilastre ou contrefort Sud du clocher :

RENE : RENEVOT : P : 1700

-Et sur la porte en bois : 1720 : H : H : LE : BILLON : DE : KERSTRAT : FAB

 

-Le clocher, accompagné de deux tourelles octogonales, terminées en dômes, a sa base surmontée d'une chambre des cloches à deux baies, entourée d'une balustrade à forte saillie. Plus haut, une seconde balustrade encadre la naissance de la flèche. A l'intérieur, composé d'une nef principale et de deux bas-côtés, des piliers octogonaux très élevés, soutiennent des arcades à moulures prismatiques.

Sur le mur du bas-côté Nord on trouve :

i : BRVT : FA : 1600

et ailleurs :

G : IONCOVR : FA : DE : KERVELLOV : 1696

-Dans le sanctuaire, du côté de l'Evangile :

RE : M : GVILLAVME : PAILLART : DOCTEVR : EN : SORBONNE : ET : RECT. — ME : P : M : PAILLART : R - P : M : Y : LOVBOVTIN : C — 1668 : M : A : MESCVZ0

-Au côté de l'Epître :

Mre NO: LE : BILLON: DE : KERSTRAT: PRE: CVRE: 1702

Sur le bas-côté Midi, plus haut que le porche, s'ouvre une chapelle dans laquelle est un autel en granit largement sculpté, agrémenté d'anges cariatides, de moulures, fleurons et d'un médaillon central encadrant un buste de la Sainte Vierge. Le soubassement porte cette inscription :

M : N : LE : BILLON : P : CVRE : MIC : LE : BILLON : F

.

Voici quel était l'état des armoiries dans cette église, en 1678 : « Dans l'église tréviale du Juch, ès principale vitre, il y a en éminence et en supériorité, les armes de France et de Bretagne, et plus bas, joignant les dites armes, un écusson au franc canton d'azur et un lion rampant dargent armé et lampassé de gueules, qui sont les armes de la seigneurie du Juch, quoique la dite fenêtre soit à présent au seigneur marquis de Molac « Le reste des vitres de la dite église sont armoyées des armes du dit Juch et de ses alliances sans qu'il y ait autres écussons ny armoiries, ès dites vitres. « Du côté de l'EpUre, joignant le petit balustre, est le banc et accoudoir du dit Le Juch armoyé de ses armes. « Au-dessus de la porte faisant l'entrée du chantouer et supportant le dôme, il y a un écusson du dit Juch en bosse. « Au haut du dit dôme et au niveau de la poutre, il y a un écusson des armes de Rosmadec. « ll y a aussi au-dessus de la fenêtre de la chambre de l'église, au second pignon du midy, un écusson des armes du Juch en bosse."

 

INFOBRETAGNE, Ploaré :

http://www.infobretagne.com/ploare.htm

 

MONUMENTUM

https://monumentum.fr/eglise-notre-dame-pa00090014.html

PEYRON in Infobretagne

http://www.infobretagne.com/juch.htm

WIKIPEDIA

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Juch

  • L'église Notre-Dame du Juch (xvie - xviie siècle). cette église a été, en grande partie, reconstruite aux xviie et xviiie siècles. 

 

Partager cet article
Repost0
23 mai 2022 1 23 /05 /mai /2022 16:40

La baie 7 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen ou Verrière de saint Antoine de Padoue (1520-1530).

.

Voir :

  Liste des 304 articles de ce blog décrivant les vitraux.

Voir sur les vitraux de Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen :

 

.

Voir aussi  sur Rouen :

sur les vitraux de  cathédrale de Rouen :

.

Et encore à Rouen 

.

PRÉSENTATION.

.

Le décor de cette baie en arc brisé de 6,70 m. de haut et 3,50 m. de large est consacré, sur quatre registres, aux miracles attribués à saint Antoine de Padoue. L'ensemble est peint en grisaille et jaune d'argent, à l'exception des sols et des ciels.

Elle a été restaurée notamment en 1873 grâce aux dons de l'abbé Duménil, curé de Saint-Vincent, par l'atelier Duhamel-Marette.

Dans l'église Saint-Vincent, elle occupait la baie 5, du côté nord.

.

Plan annoté des vitraux de l'ancienne église Saint-Vincent.

 

.

Aujourd'hui, elle est installée à la droite du pan coupé orienté vers l'est, dont elle occupe toute la hauteur, à côté des verrières 5 et 6.

.

photo wikipédia

 

.

 .

La baie 7 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen.
La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

.

Le sujet en est original, et on peut se demander pourquoi les rouennais de Saint-Vincent ont invoqué la figure du saint franciscain de Padoue.

Alexandra Blaise propose trois explications.

1. Saint-Antoine de Padoue est considéré comme le patron des marins , des navigateurs, et des naufragés. Un miracle des poissons le fait souvent représenter  avec cet attribut. Les marchands et armateurs du port de Rouen ont pu être sensibles à ce patronage, tout comme celui de saint Nicolas ou de saint Pierre . Plusieurs navires sont figurés en arrière-plan de ce vitrail.

"Les hommes dont la profession était liée à la mer constituaient une part majoritaire des habitants ou visiteurs occasionnels de la paroisse. Cela influença notablement l’iconographie des vitraux : on a pu ainsi y repérer deux saints patrons des marins – saint Antoine de Padoue (baie 7) et saint Nicolas (baie 8) à qui la chapelle nord était dédiée –, deux saints ayant un lien avec la mer – saint Pierre (baie 1), qui était pêcheur, et probablement saint Claude (baie 8) qui avait sauvé un voyageur de la noyade –, et enfin, de façon inhabituelle, une accumulation de scènes en rapport avec l’eau et les bateaux (baies 1, 7, 13)."

2. Saint Antoine illustre le thème, franciscain, de la charité, déjà central dans la baie voisine, celle des Œuvres de Miséricordes :

 

"Dans la chapelle nord du chœur de Saint-Vincent, deux verrières – la verrière des Œuvres de miséricorde (baie 7) et la verrière consacrée à la vie de saint Antoine de Padoue (baie 5) – développent le thème de la charité, auquel les paroissiens fortunés devaient être sensibles. Ces marchands qui accumulaient beaucoup de richesses n’étaient pas dans les meilleures dispositions pour espérer le salut. La charité était une des vertus qu’ils devaient donc s’imposer et c’est pourquoi ils faisaient de nombreux dons à leurs paroisses. La Découverte du cœur de l’usurier dans sa cassette, scène de la vie de saint Antoine de Padoue placée immédiatement à droite de la verrière des Œuvres de miséricorde, aborde précisément ce sujet : saint Antoine prône la supériorité de la richesse chrétienne sur la richesse matérielle, qui écarte toute possibilité de salut. Il est probable que la légende de ce saint, mort au début du XIIIe siècle, peu populaire dans le milieu du nord de la France et à Rouen, qui lui préférait des saints anciens et traditionnels, a été choisie en partie pour cette scène qui s’accordait parfaitement avec le thème de la verrière voisine. D’une manière générale, les qualités du saint semblaient particulièrement convenir à cette population de marchands enrichis, qui essayaient de prendre modèle sur les vertus de ce prédicateur défendant pauvreté et humilité."

"...Les autres légendes hagiographiques représentés dans les vitraux de saint-Vincent celles de saint Antoine de Padoue (baie 5), de sainte Anne (baie 8) et de saint Pierre (baie 11), ne sont pas le reflet de dévotions personnelles de leurs commanditaires mais entrent toutes trois dans des thématiques développées semble-il par la fabrique, et sur lesquelles nous reviendrons dans notre troisième partie : le thème de la charité complété par celui de l’Immaculée Conception dans une chapelle entièrement dédiée à sainte Anne, et enfin de la défense de l’Église romaine, symbolisée par saint Pierre, face à la montée des idées luthériennes. L’intention était bel et bien de traduire des idées chères à la fabrique et aux paroissiens de Saint-Vincent. Les fidèles ayant financé les œuvres se sont donc adaptés aux thématiques que l’ensemble de la fabrique souhaitait représenter."

 

.

3. On peut penser à l'influence de l'abbé Antoine Bohier, même si c'est à l'église Saint-Ouen qu'il voua une verrière à son saint patron :

"L’abbé Antoine Bohier (1492-1515), proche de Georges d’Amboise, poursuivit après l’abbé Guillaume d’Estouteville l’ambitieux chantier de Saint-Ouen. S’il ne put le mener à son terme, il fit avancer les travaux de la nef et l’enrichit de remarquables verrières dans les bas-côtés (vers 1508). Antoine Bohier commence par faire représenter la légende de son saint patron, saint Antoine de Padoue, dans la première baie du côté sud (baie 23)"

.

.

 

 

 

 

.

.

.

Registre inférieur : Miracle de la mule qui s'agenouille devant l'hostie. Deux donatrices agenouillées.

.

Une mule s'agenouille devant le Saint-Sacrement tenu par saint Antoine. À l'arrière-plan, une nef à deux mâts, semblable aux navires marchands qui fréquentent le port de Rouen, et une architecture qui évoque celles des Le Prince. La partie haute est un verre bleu, teinté de jaune par endroit. Le Querrière a remarqué que l'animal tenait plus de l'âne que de la mule. Dans les Grandes Heures d'Anne de Bretagne f.187v, c'est un cheval.

À gauche, l'hérétique, accompagné d'un témoin et d'un soldat portant une hallebarde, perd son pari, car sa mule se prosterne. Le navire au fond laisse imaginer qu'il s'agit d'un armateur. Selon l'hagiographie, la scène se déroule à Toulouse.

À droite a lieu la scène, souvent représenté sur les vitraux, de la procession du Saint-Sacrement : le prêtre (ici saint Antoine) porte l'étole, et un assistant tient un flambeau. Un couple suit les deux moines.

.

 

https://collections.louvre.fr/en/ark:/53355/cl020104459

"Antoine disputait un jour sur la présence de Jésus dans l’Eucharistie avec un hérétique. Ce dernier lui lança un défi de prouver, par un miracle, que dans l’hostie consacrée est présent le vrai corps du Christ, et lui promit, s’il y parvenait, de se convertir à la foi catholique.

L'hérétique lui dit : « J’enfermerai ma mule pendant plusieurs jours dans mon étable, sans lui donner à manger. Je l’amènerai ensuite sur la place devant tout le monde en lui présentant du fourrage. Pendant ce temps, tu placeras l’hostie devant la mule. Si l'animal s’agenouille devant l’hostie en négligeant le fourrage, je me convertirai. »

Le jour fixé, le Saint montre l’hostie à la mule en disant :

«En vertu et au nom du Créateur que moi, bien qu’indigne, je tiens entre mes mains, je te dis, animal, et je t'ordonne de t'approcher avec humilité et de Lui prêter la vénération qui Lui est due ».

Dès qu’Antoine eut prononcé ces mots, la mule, négligeant le fourrage, baissa la tête, s'approcha de lui et s'agenouilla devant le sacrement du corps du Christ." https://www.santantonio.org/fr/content/la-mule

.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

Deuxième registre : découverte du cœur de l'usurier dans une cassette.

.

Sur une place entourée d'arcades, saint Antoine lit un texte (office des Morts ?) devant une chaire face à la foule des proches. Le lieu évoque l'Aître Saint-Maclou, où les morts étaient enterrés dans la cour après la bénédiction. Mais saint Antoine refuse cette bénédiction, car il a la conviction, miraculeuse, que le cœur du cadavre a été ôté. 

En bas à gauche, un médecin (riche manteau, chapeau lié à son titre) vient procéder à l'autopsie, il lève le bras vers saint Antoine, sans doute pour confirmer qu'effectivement le cœur est absent du thorax. (on voit vaguement le cadavre allongé sur la pierre avec le ventre ouvert, et les organes apparents.)

En bas à droite, un homme découvre le cœur : il était placé dans la cassette (proche d'un reliquaire) remplie d'or !

Le cœur rouge est monté en chef-d'œuvre. Un cartouche porte les initiales SA sur le pilier de la maison.

.

"Dans une ville, en Toscane, toute la famille est réunie pour les funérailles solennelles d’un homme très riche. Antoine est présent, ainsi que de nombreux parents et amis, lorsque, troublé intérieurement, il s’écrie : «  Ce mort ne doit pas être enterré dans un lieu béni, car son corps est sans le cœur.».

Tous les présents sont bouleversés et un débat animé s’engage entre eux. À la fin, on appelle des médecins qui ouvrent la poitrine du défunt, et, effectivement, son cœur n’est pas dans son thorax.  On le retrouvera, peu après dans le coffre-fort où l’homme riche conservait son argent."https://www.santantonio.org/fr/content/le-c%C5%93ur-de-l%E2%80%99avare

 

 

.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

Troisième registre : la guérison de la jambe coupée.

.

"Un jeune homme de Padoue, nommé Leonardo, avait avoué en confession d’avoir donné un violent coup de pied à sa propre mère. Antoine l’avait admonesté sévèrement en lui disant :

« Le pied qui frappe la mère ou le père mérite d'être coupé à l'instant ».

Pris de remord, le jeune homme, aussitôt retourné chez lui, se trancha le pied qui avait frappé sa mère. La nouvelle se diffusa dans toute la ville et parvint aux oreilles d’Antoine. Le saint se rendit alors chez le jeune homme et, après s’être recueilli en prière, rattacha le pied et fit sur le jeune homme un grand signe de croix.

Le jeune homme se leva aussitôt tout  joyeux, et en marchant et en sautillant, il louait Dieu et rendait grâces à saint Antoine." https://www.santantonio.org/fr/content/le-pied-rattach%C3%A9

.

À gauche, saint Antoine est en train de prêcher en disant SI OCULUS TU EST TUA SCANLALIZAT TE

Cette inscription cite l'évangile de Matthieu Mt 5:29-30:  Si oculus tuus dexter scandalizat te, erue eum Et si dextra manus tua scandalizat te, abscide eam ("si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache le [...] et si  ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe la") .

Parmi l'assistance, un jeune homme est endormi ou songeur au pied de la chaire. D'autres lisent, tandis qu'un mouvement se fait parmi la foule.

Sur une tour de l'arrière-plan une lettre P est inscrite.

 

.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

Le jeune homme, rentré chez lui (deux inscriptions-signatures SA sur les piliers) se coupe la jambe ... gauche. 

.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

Alerté, saint Antoine replace miraculeusement la jambe victime de cet excès de zèle.

.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

Quatrième registre : la mort de saint Antoine.

.

Cartouche aux initiales SA  suspendu au dessus du lit.

Trois enfants appellent des soldats en criant (phylactères)

SANCTVS EST MORTVS

 SANCTVS EST MORTVS 

SANCTVS ANTHEON (pour Sanctus Antonius ?)

.

"L’épuisement dû à son intense travail du Carême l’obligea à accorder un temps de repos à un physique déjà éprouvé. Après Pâques, il accepta de se retirer avec quelques confrères dans la communauté de Camposampiero, à une vingtaine de kilomètres au nord de Padoue. Un certain comte Tiso, ami des Frères, lui construisit une hutte sur un grand noyer, au milieu de ses champs, où il puisse se consacrer à la prière, à la méditation et à quelques entretiens avec les gens de la campagne. C’est pendant ce séjour, qu’il eut la visite de Jésus Enfant, comme en témoignera le comte Tiso lui-même.

Le 13 juin 1231, un vendredi, au cours du repas, il est pris de malaise. Se sentant proche de la mort, il demande à être transporté dans sa communauté de Padoue. Déposé sur un char à bœufs, il est transporté à Padoue, mais les Frères le prient de s’arrêter dans le petit couvent de l’Arcella, aux faubourgs de la ville. C’est là que, murmurant ces paroles : « Je vois mon Seigneur », il meurt à l’âge d’environ 36 ans.

Quelques jours après, le mardi 17 juin, par des funérailles présidées par l’évêque et avec un grand concours de peuple, il est transporté solennellement à l’église Mère du Seigneur, et déposé en terre, dans un cercueil en bois, comme on le retrouvera plus tard, au cours de la reconnaissance canonique présidée par saint Bonaventure.

La multiplication des guérisons sur sa tombe et la dévotion des habitants de Padoue et de toute la région amenèrent le pape Grégoire IX à procéder à sa canonisation, le 30 mai 1232, fait unique dans l’histoire de la sainteté, 11 mois seulement après sa mort.

En 1946, le pape Pie XII proclamait saint Antoine de Padoue « Docteur de l’Église Universelle », au titre de Docteur évangélique." https://www.santantonio.org/fr/content/1231-la-mort

.

 

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

La baie 7 (vers 1520-1530) ou Vie de saint Antoine de Padoue de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc à Rouen. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

SOURCES ET LIENS.

 

.

— BLAISE (Alexandra), Le représentations hagiographiques à Rouen à la fin du Moyen Age (vers 1280-vers 1530), Thèse d'histoire de l'art Paris IV sous la dir. de Fabienne Joubert.

 

 

BAUDRY (Paul), 1875, L'Église paroissiale de Saint-Vincent de Rouen, par Paul Baudry. Description des vitraux (1875) pages 60-64.

 

— CALLIAS-BEY (Martine), CHAUSSÉ (Véronique), GATOUILLAT (Françoise), HÉROLD ( Michel) 2001,  Les vitraux de Haute-Normandie, Corpus Vitrearum -p. 399-411, Monum, Éditions du patrimoine, Paris, 2001 (ISBN 2-85822-314-9) ; p. 405.

— DAVID (Véronique), 2004, Rouen, église Sainte-Jeanne d'Arc : les verrières, Connaissance du patrimoine de Haute-Normandie, coll. « Itinéraires du patrimoine », 16 p. (ISBN 2-910316-03-3)

— DELSALLE (L.), 1998, "A St-Vincent de Rouen, vitrail dit des Œuvres de Miséricorde", Bull. CDA, 1998, p. 119-130.

— LAFOND (Jean), 1958, "Les vitraux de l'église St-Vincent et l'aménagement du Vieux-Marché",  Bull. AMR, 1958-1970, p. 154.

— LANGLOIS (E.H), 1832, Essai historique et descriptif sur la peinture sur verre, Rouen, page 67-68.

LAQUERRIERE (E. De) 1843, Eglise Saint-Vincent de Rouen, les vitraux,  Revue de Rouen et de Normandie vol.11 page  363.

https://books.google.fr/books?hl=fr&id=FNYwAQAAIAAJ&dq=bas-reliefs+de+la+%22rue+de+l%27Ecureuil%22+rouen&q=Anne#v=snippet&q=Anne&f=false

— PERROT (Françoise ) 1995, Vitraux retrouvés de Saint-Vincent de Rouen, Catalogue d'exposition Musée des Beaux-arts, Rouen, 190 p.

— PERROT (Françoise ), « Les vitraux de l'ancienne église Saint-Vincent remontés place du Vieux-Marché » , Bulletin des Amis des monuments rouennais, 1979, p. 71-73

— PROUIN (Norbert), PRÉAUX (André), JARDIN (Anne), 1983, Rouen place du Vieux-Marché, L'Église Jeanne-d'Arc et ses vitraux, Charles Corlet, 36 p.

— RIVIALE (Laurence), 2007, Le vitrail en Normandie, entre Renaissance et Réforme (1517-1596), Presses universitaires de Rennes, coll. Corpus Vitrearum .

RIVIALE (Laurence), 2003, « Les verrières de l’église Saint-Vincent de Rouen remontées à Sainte-Jeanne d’Arc », Congrès archéologique de France, 161e session, 2003, Rouen et Pays de Caux, Paris, Société archéologique de France, 2006, p. 262-268.

— TANGUY (Jacques) 2003. Rouen-histoire.com

http://www.rouen-histoire.com/SteJA/fenetre_08.htm

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Vitraux Renaissance Inscriptions
22 mai 2022 7 22 /05 /mai /2022 16:10

Les graffiti du Port de commerce de Brest.

.

 

 

.

.

Voir sur ce thème :

 

.

.

PRÉSENTATION.

.

À l'heure où Ernest Oignon-Ernest, un des pionniers de l'art urbain français avec ses collages éphémères, va faire l'objet d'une exposition au FHEL de Landerneau (après Picasso, Chagall, Giacometti et Miro entre autres), et où son émule  brestois Paul Bloas travaille sur commande, à l'heure, dis-je, où les graffeurs brestois exposent leurs toiles à la galerie Coemedia et n'acceptent plus de peindre des façades que sur commande, leur agenda étant plus chargé que celui d'un ministre, à l'heure encore où les réalisations de street art perdent leur caractère éphémère tant leur valeur est apprécié, et où les livres et expositions se multiplient, et où les artistes reçoivent les plus hautes distinctions et médailles, il peut être bon de se replonger dans ces espaces de friches, de béton, de laideur, et d'immeubles en ruines ou frappés d'alignement, et d'y découvrir l'expression d'auteurs souvent encore inconnus, et qui cherchent à sortir de l'anonymat en bombant leur blaze à tour de bras. Des espaces où il existe encore des murs à "ouvrir", et où le but n'est pas toujours d'égayer et d'embellir l'environnement, mais d'y apposer sa marque, de le dégrader, d'en proclamer sa laideur, de protester contre la façon dont la ville dans son souci de développer son économie et sa croissance, ne respecte pas ses habitants, saccage le caractère familier de ses quartiers et leur impose de vastes et immondes chantiers et des artères désertées par les passants, où nul ne flâne car la conception est, par essence, fonctionnelle.

Le propos n'est pas nouveau et Baudelaire a exprimé la souffrance ressenti devant les "percées urbaines" du Paris haussmannien. Mais ce qui est nouveau, c'est la conquête d'une surface d'expression illicite, la nécessité d'échapper aux vigiles ou à la police, le travail sous stress, nocturne,  l'adrénaline, l'obligation d'aller très vite. Ce qui est nouveau, c'est la disparition rapide de sa peinture (son pochoir, son collage, son stickers) devant la volonté  des propriétaires de lutter contre les dégradations et profanations par l'usage du karcher.

.

Le Port de commerce de Brest, en pleine rénovation depuis les années 90, a vu surgir de vastes espaces de bureaux, bien modernes, bien vitrés et aluminiumisés, bien contrôlés par leurs codes d'entrée, tandis que le port lui-même, et leurs quais où le promeneur pouvait rêver de voyages sur les navires en trafic, ou simplement taquiner le mulet, ont été interdits, depuis le 11 septembre 2001, et entourés de grillages.

Mais, tout comme jadis lorsque les faubourgs et banlieues devenaient des zones commerciales et des ronds-points, d'antiques ilots persistent, des façades vieillotes, sordides à souhait, et très touchantes avec leurs vitres brisées et leurs fissures.

.

Le Port de commerce est un spot, un haut-lieu du street art brestois depuis longtemps. 

Dès 1994, les BZH( Mel, WCA2, Serk, Jone, Malik) sont les premiers à tenter de la fresque de manière organisé à Brest, notamment sur les terrains vagues, alors nombreux, du port de commerce.

"Ils sont bientôt rejoint vers 1998/1999/2000 par de nombreux autres crews:Les RDP ( Messy, Drak, Tes, Skor, Pouss D'ange),Les APF( Skal, Karl, Elek, Grek, Pulse, Orer), Les 206 (Teub, Touf, Rick, etc), Les JPK, Les TDK (Amon), etc etc. De nombreux autres noms disparaissent aussi vite qu'ils sont apparus. Le tag et le graff sont à la mode. Si la productivité est là, la qualité fait parfois défaut. C'est à cette époque que la ville s'équipe en hydro-sabblage et se met à nettoyer systématiquement les rues. Des tags datant des 80's disparaissent.

C'est aussi à cette époque que certains terrains vagues sont "exploités" pour devenir de très grands murs d'expression (Port de Commerce, Brasserie de Lambézellec, Parking Kerfautras, etc). Le port de Commerce devient un immense terrain reconnu internationalement." (Wiki-Brest)

Bien-sûr, les artistes  ont été récupérés et légitimés par la Mairie, notamment lors de l'évènement Crimes of Minds organisé par Liliwen en 2011-2013, ou bien lorsque La Carène a fait décorer sa façade pré-rouillée par Wen2 et Pakone ... pour éviter qu'elle ne soit taggée.

On voit bien l'opposition qui se fait entre le tag sauvage et la noble fresque murale, mais ce sont les anciens taggeurs qui deviennent les muralistes d'aujourd'hui.

.

.

En 2022, bien que les surfaces disponibles diminuent comme peau de chagrin, une flânerie dans les rues du Port de commerce permet de découvrir de très nombreux tags et autres peintures. Si vous partagez mon goût pour l'esthétique du fané, du défraichi, de la ruine et si vous dégustez une main sur le cœur la douce douleur mélancolique de la nostalgie, voici, pour vous, le pire et le meilleur.

.

 

 

.

.

Le crew C29 ou Cartel 29  rue de Kiel:

.

Shire, Arnem, Bush, le Kaf.Bart, Asar, Microp, Jean.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

Premier exemple des poules de Jean-Yves Le Fourn.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

La rue de l'Elorn à l'angle de la rue de Madagascar.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

Tonnerre de Brest : Le capitaine Haddock par Liche 1OCP... 2022.

.

Ce blaze est présent aussi ailleurs sur le port de commerce, ou sur la place de Kerfautras. 

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

Pan de mur rue de l'Elorn  : ENZO 5 (signature Ricar Yanis et Szoum).

.

On retrouve ce nom place de Kerfautras.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

Poursuite de la promenade.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

Angle rue de Madagascar et rue Jurien de la Gravière.

.

Sur le pignon ouest : 2018.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

Sur la façade sud : SHICO RICAR.

.

Le site WIKI signale les graffeurs SHIKO et RICAR.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

Rue Amiral Troude.

.

Bart Rycart 2021. La caméra de télésurveillance et les menottes.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

Rue Amiral Troude. Fresque collective : Manon, Diox, Korse, Rah, Soken, Ralsa, WCA2, Seam, Djanis 2020. Lettrage wild style chrome.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

Rue Amiral Troude.

.

 

 

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

.

Rue Amiral Troude.

.

2010

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

.

Rue Amiral Troude.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

Rue Amiral Troude. 10CP. LICHE 22. SHOUVY.

.

YAK BUFTY NOURS.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

LA CAISSE À CLOUS / MERLIN, AU 14 RUE AMIRAL TROUDE.

.

http://www.wiki-brest.net/index.php/Caisse_%C3%A0_clous

http://www.portde.info/index.php?post/2008/12/27/100-caisse-a-clous-memoire-de-la-reparation-navale

.

 

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

Les poules de Jean-Yves Le Fourn y picorent.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

AV! "ADJUGÉ" s'exclame Bugs Bunny. VAANAL . On note la signature de MILOUZ. 

.

 

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

Angle rue de Madagascar et rue Amiral Troude.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

ZORM.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

STEACK 67.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

AUX FACTEURS DU SECTEUR 12.

MILO, CRAK, SKP, IOCP, 676.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

Rue Jurien de la Gravière.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

CARTEL 29 ACRESONER

.

 

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

10CP : c'est le nom associé à LICHE sur le Tonnerre de Brest de la rue de l'Elorn.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

D2B ARCKOBART.

.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

Graffitis du Port de commerce de Brest. Photographie lavieb-aile mai 2022.

.

.

SOURCES ET LIENS.

— Les poules de Brest et Jean-Yves Le Fourn 28 janvier 2019

 

https://www.letelegramme.fr/soir/street-art-le-papa-poule-c-est-lui-28-01-2019-12194623.php

— FLEURY (B.). Les graffitis du port de commerce de Brest.

https://desmursalire.fr/les-graffitis-du-port-de-commerce-de-brest/

— WIKI-BREST : Les fresques

http://www.wiki-brest.net/index.php/Portail:Fresques

— WIKI-BREST Les graffiti du port de commerce.

http://www.wiki-brest.net/index.php/Graffiti_au_port_de_commerce

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Inscriptions Street art Brest
6 mai 2022 5 06 /05 /mai /2022 10:14

Le Phare Aon du monument Jeanne d'Arc à Lanvéoc.

.

Sur Lanvéoc :

 

 

 

 

 

.
 

Je n'avais rien d'autre à faire en attendant que le garage Donnard ait terminé de changer mes pneus avant : en flânant, je pris la direction de l'Ecole navale et je passais devant le monument érigé en l'honneur et souvenir de la Jeanne d'Arc, le porte-hélicoptère qui, après 45 campagnes comme bâtiment école d'application des enseignes de vaisseau depuis 1964, a été désarmé le 1er septembre 2010.

L'une de ses deux hélices est exposée au dessus de la plage de Morgat, et l'autre hélice, avec son arbre, aux Ateliers des Capucins de Brest.

.

Après avoir lu le panneau et ses explications détaillées, j'examinai l'écusson sculpté à gauche du soubassement, puis, comme je ne résiste pas à rechercher les inscriptions lapidaires, je lus celles qui étaient portées du côté droit : le nom du sculpteur tailleur de pierre A. MEDANE, puis la mention entourant le phare qui se dresse fièrement au dessus :

PHARE AON.

.

Je crus à une erreur de lecture, mais non, c'était bien une blague carambar, comme le confirmait les yeux et le couvre-chef ou némès qui coiffait la tourelle, et qui reproduisait le célèbre  masque funéraire de TOUTANKAMON.

On peut même constater la présence d'un palmier, et de deux barques de papyrus  de l'Égypte ancienne descendant le Nil.

.

 

 

Monument Jeanne-d'Arc à Lanvéoc. Photographie lavieb-aile 5 mai 2022.

Monument Jeanne-d'Arc à Lanvéoc. Photographie lavieb-aile 5 mai 2022.

Monument Jeanne-d'Arc à Lanvéoc. Photographie lavieb-aile 5 mai 2022.

Monument Jeanne-d'Arc à Lanvéoc. Photographie lavieb-aile 5 mai 2022.

Monument Jeanne-d'Arc à Lanvéoc. Photographie lavieb-aile 5 mai 2022.

Monument Jeanne-d'Arc à Lanvéoc. Photographie lavieb-aile 5 mai 2022.

Monument Jeanne-d'Arc à Lanvéoc. Photographie lavieb-aile 5 mai 2022.

Monument Jeanne-d'Arc à Lanvéoc. Photographie lavieb-aile 5 mai 2022.

Monument Jeanne-d'Arc à Lanvéoc. Photographie lavieb-aile 5 mai 2022.

Monument Jeanne-d'Arc à Lanvéoc. Photographie lavieb-aile 5 mai 2022.

.

.

Ce trait d'esprit plein de finesse a-t-il été savouré par les officiels qui inaugurèrent le monument le 27 juillet 2015 ? Il y avait là le Contre-Amiral Philippe Hello, commandant l'Ecole navale , Louis Bopp, président de la société de fabrication de treuils du même nom établie à La Maison Blanche, Lanvéoc, et enfin le maire de la commune, Louis Ramoné. Alain Médane, "concepteur de l'ouvrage en pierre de taille", a-t-il été applaudi pour son esprit troupier?

.

.

Ce calembour fait-il faire les gorges chaudes aux élèves de l'Ecole navale et à leurs enseignants ?

Je l'ignore. Mais les Anciens Cols Bleus sont restés perplexes, certains trouvant cet humour "parfaitement déplacé", d'autres hésitant entre" étonnement, irrespect et mauvais jeu de mots", avant qu'un de leurs érudits bretonnants ne leur expliquent qu'en breton, "aon" signifie "peur".

Pour dbs, le tailleur de pierre breton a voulu placer là sa touche personnelle en soulignant que les phares signalent des dangers et que "le phare était alors synonyme de peur". Les Anciens Cols Bleus se satisfirent de cette éclaircissement.

https://www.anciens-cols-bleus.net/t27087p400-jeanne-d-arc-ph-volume-5

.

Je ne suis pas bien convaincu par cette explication (je doute que les loups de mer, surtout bretons, aient peur des phares, eux qui arrondissent les caps, saluent les grains et relèvent les amers). Maintenant que mon véhicule est équipé de ses pneus, je ralentirai au rond-point et je saluerai le monument, non pas d'un "bande à part sacrebleu c'est ma règle et j'y tiens", mais d'un ouaf ouaf intérieur ou du pouet-pouet ricaneur de mon klacson. Le phare Aon ! J'en ris encore !  Ces marins sont-ils des plaisantins aussi fins que les carabins? Ce calembour digne de l'Almanach du Marin Breton, car plein de sel, est-il d'usage sur les passerelles entre la règle Cras et le compas à pointes sèches ?

·

On attend, sur le prochain monument, sous l'influence des bordaches joyeux-lurons,

le phare MACIEN,

Le phare INX

Le phare à MINEUSE

ou le phare ISIEN,

sans oser le phare SŒUR...

.

.

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Inscriptions
13 avril 2022 3 13 /04 /avril /2022 00:02

L'emblématique de l'hôtel de Bourgtheroulde (1506-1532) à Rouen et les bas-reliefs Première Renaissance de la Galerie d'Aumale (Jean Delarue, 1520-1532). L'Entrevue du Camp du Drap d'Or et les Triomphes de Pétrarque.

 

.

Voir sur Rouen :

 

.

Voir aussi  sur la cathédrale de Rouen :

.

 

.

Sources principales : Lettéron et Gillot 1996 et Wikipédia 2022.

.

PRÉSENTATION.

.

Les corps des bâtiment est, nord, ouest et la tourelle polygonale ont été construits après 1506 (ou dès 1501, Lettéron) pour Guillaume II le Roux et Jeanne Jubert. La galerie d'Aumale (au sud) fut construite pour Guillaume III le Roux, vraisemblablement par Jean Delarue, entre 1520 et 1532. Le décor sculpté de la tourelle et du corps de bâtiment ouest a été ajouté vers 1530. Le corps de bâtiment nord a été détruit par un incendie en 1770. Reconstruit par François Gueroult de 1770 à 1772. Tourelle d'angle en encorbellement sur la place détruite en 1824. Jardin et fontaine détruits avant 1840. Restauration générale de 1886 à 1895. Restauration du portail d'entrée en 1899. Tourelle détruite par les bombardements de 1944. Reconstruite en 1952.

Il s'agit d'une des rares demeures rouennaises construites au début du XVIe siècle en pierre de taille, avec l'hôtel Romé rue des Carmes et l'hôtel de Jubert de Brécourt, rue de l'Hôpital. C'est là un signe de distinction et d'opulence.

La pierre provient des carrières du Val de Seine (Vernon ou environ) : c'est un calcaire très fin et dur, légèrement ocre à l'extraction et qui blanchit ensuite. Mais la pierre est gélive et se détériore en cas d'humidité et de ruissellement.

.

 

 

 

 

 

"L'hôtel de Bourgtheroulde (prononcé « bourtroude ») est un ancien hôtel particulier datant en grande partie du xvie siècle, situé place de la Pucelle, dans le centre historique de Rouen.

Guillaume II le Roux, seigneur de Bourgtheroulde et membre de l'Echiquier de Normandie, décida à la fin du xve siècle de se faire construire un hôtel en pierre digne de son rang, dans le style Louis XII, transition entre le gothique flamboyant et le style de la Première Renaissance française1.

Son fils, Guillaume III, continua les travaux d'embellissement et compléta l'œuvre de son père. Dans la cour intérieure, sur la gauche, la galerie d'Aumale présente un décor sculpté Renaissance d'une rare qualité. Guillaume III y a fait représenter l'entrevue du camp du Drap d'Or entre François Ier et Henri VIII d'Angleterre. Au niveau de la toiture, une seconde série de bas-reliefs illustre le poème allégorique des triomphes de Pétrarque.

Cet ancien hôtel particulier fut occupé jusqu'à fin 2006 par une banque, le Crédit Industriel de Normandie. Il est ensuite restructuré en hôtel de luxe ; son ouverture date d'avril 2010.

 Il fait l'objet d’un classement au titre des monuments historiques pour ses façades et toitures, depuis le 11 janvier 19242. Une première fois ravagé le 19 avril 1944 lors du bombardement dit de la « semaine rouge », c'est le bombardement du 26 août, précédant la libération de la ville qui provoqua le plus de dégâts, anéantissant une partie des décors du corps de logis3.

Son architecture est à rapprocher de celle du Palais de Justice et du bureau des Finances contemporains.

L'hôtel de Bourgtheroulde donne sur la place de la Pucelle. Anciennement appelée place du Marché aux veaux, elle a pris ce nom à l'issue d'une méprise. On a longtemps pensé que c'était sur cette place que Jeanne d'Arc avait été brûlée.

Ce remarquable hôtel de style Louis XII et Renaissance a été construit par un personnage éminent : Guillaume II le Roux, seigneur de Bourgthéroulde. Il semble que les travaux s'engagèrent dès 1501. À la mort de Guillaume II, en 1520, il devint la propriété de Guillaume III, abbé d'Aumale. C'est à cette époque que fut construite la galerie d'Aumale (ou de François Ier), représentant l'entrevue du camp du Drap d'Or. En 1532, c'est le frère de Guillaume III, Claude Le Roux qui hérita du bien.

L'hôtel servit a accueillir des personnages importants comme le cardinal Alexandre de Médicis en 1596. Il resta dans la famille Le Roux jusqu'à la fin du xviie siècle. Victime d'un grave incendie en 1770, qui détruisit l'aile nord, il fut restauré. Il traversa la période révolutionnaire. À partir de 1848, il devint le siège d'une banque, le Comptoir d'Escompte puis le siège du Crédit industriel de Normandie, banque régionale du groupe CIC jusqu'à fin 2006.

 Au terme de la rénovation complète de l'édifice par la société lilloise d'investissement hôtelier (SLIH), l'hôtel de Bourgtheroulde est devenu en avril 2010 un hôtel cinq étoiles affilié au groupe hôtelier américain Marriott International.

L'hôtel de Bourgtheroulde a une longue histoire ; il en a subi les vicissitudes. L'intérieur de l'hôtel a pratiquement disparu. La façade sur la place de la Pucelle et les façades sur la cour ont été profondément modifiées : la façade nord a été reconstruite après l'incendie de 1770. La tourelle sud, touchée de plein fouet par un obus en 1944 a été entièrement reconstruite sans son décor sculpté. Les jardins ont été remplacés par des locaux modernes.

Ce qui reste place toutefois l'hôtel comme l'un des premiers monuments d'intérêt de la ville de Rouen." (Wikipédia)

.

.

.

La façade principale sur la Place de la Pucelle.

 

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

 

.

"L'hôtel de Bourgtheroulde donne sur la Place de la Pucelle, anciennement appelée Place du marché aux veaux. La façade avait été grandement défigurée avec le temps.

 La tourelle en échauguette qui formait l'encoignure à gauche de la façade avait été détruite en 1824. De forme polygonale, elle était jadis entièrement recouverte de sculptures Renaissance dont la plupart ont disparu avec sa destruction quasi complète par les bombardements de 1944. Cette tour fut reconstruite de 2009 à 2010 sans pouvoir restituer ses précieux bas-reliefs qui figuraient des scènes pastorales. En revanche, on a pu redonner à la toiture son aspect initial avec son épi de faîtage. Une autre petite tourelle en encorbellement en forme échauguette flanquait la porte cochère au nord de la façade. Menaçant ruine, elle disparut avant 1682.(Wikipédia)

.

.

L'extérieur a subi de nombreux remaniements aux XIXe et XXe siècles. La disposition du rez-de-chaussée avait été altérée par la transformation en magasins. Il ne subsistait que la porte cochère, quelques pilastres et les fenêtres de l'étage. Le décor sculpté avait disparu. Il a été reconstitué par Jean-Baptiste Foucher en 1893. Le porche d'entrée est décoré aujourd'hui des deux léopards normano-angevins soutenant les armes de la famille de Bourgtheroulde et du porc-épic symbole du roi Louis XII. Cette restitution ne s'appuie sur aucune trace archéologique." (Wikipédia)

.

Je présenterai néanmoins l'emblématique de cette façade, dont les éléments sculptés apparaissent sur le dessin du projet de restauration de L. Sauvageot daté de 1891. 

Sur le dessin de 1524 de la façade, dans le Livre des fontaines de Jacques Le Sieur , on remarque à gauche un panneau sculpté qui peut témoigner de la présence d'armoiries ou d'emblème.

 

.

La maison monseigneur du Bourtoulde", détail du Livre des Fontaines (1524), in Létteron et Gillot p. 64, coll. D. Tragin et C. Lancien copyright.

 

 

.

 

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Portail d'entrée en anse de panier à festons surmontés des deux lions normands et des armoiries des LE ROUX, seigneurs de Bourgtheroulde. Sculpteurs Maurice et Jean-Baptiste Foucher, 1893-1895.

.

 

 

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Deux fenêtres à meneaux de la façade.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

L'emblème d'Anne de Bretagne, reine de 1491 à 1514 : l'hermine colletée, couronnée, sur fond d'hermines,  dans une guirlande présentée par deux putti ailés sur un fond semé de fleurs de lys. Sculpteurs Maurice et Jean-Baptiste Foucher, 1893-1895.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Blason de Guillaume I LE ROUX et Alison DU FAY.  Sculpteurs Maurice et Jean-Baptiste Foucher, 1893-1895.

.

 

-LE ROUX : D'azur au chevron d'argent accompagné de trois mufles de léopard d'or

-Du FAY : De gueules à la croix d'argent, cantonnée de quatre molettes d'éperon du même.

Le blason, dans un cuir découpé à enroulement, est situé dans une guirlande tenue par des putti ailés.

Guillaume  Ier LE ROUX, fils de Denis LE ROUX et Guillemette DU BUISSON,  épousa vers 1450 Alison Du FAY, fille de Guillaume DU FAY, lieutenant-général du bailli de Gisors et de Philippote  ROUSSEL, nièce de Raoul Roussel, archevêque de Rouen. 

Il était vicomte d'Elbeuf pour Marie comtesse d'Harcourt et baronne d'Elbeuf, de 1450 à 1490. environ. Les LE ROUX furent étroitement liés à la maison d'Harcourt puis aux ducs de Lorraine. 

Guillaume Ier est le mécène de l'église Saint-Jean d'Elbeuf, et ses armes apparaissent sculptées aux clefs de voûte et de la chapelle Saint-Nicolas. Il est représenté, ainsi que plusieurs membres de sa famille, sur des vitraux de la chapelle de la Vierge. Lui et son père Denis furent enterrés dans l'église Notre-Dame de Louviers  Guillaume fonda la chapelle Saint-Claude en 1500, et la chapelle Saint-Nicolas.

 

 

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Blason de Guillaume II LE ROUX et Jeanne JUBERT. Sculpteurs Maurice et Jean-Baptiste Foucher, 1893-1895.

 

.

-Le Roux : D'azur au chevron d'argent accompagné de trois mufles de léopard d'or

-Jubert : Écartelé : d'azur à une croix alésée d'or et d'azur à cinq fers de lance d'argent 3 et 2.

Le blason est soutenu par un nœud de ruban et de guirlandes présentées par deux putti ailés.

.

Guillaume II LE ROUX, conseiller à l'Échiquier (1499) puis au Parlement de Normandie, seigneur de Becdal, Acquigny, Saint-Aubin-d'Ecrosville et Bourgtheroulde, vicomte d'Elbeuf, serait  l'auteur de l'hôtel de Bourgtheroulde. Il  a épousé  Jeanne JUBERT, d'une famille de parlementaires normands,  fille de Guillaume Jubert, seigneur de Vesly, lieutenant-général du bailli de Gisors. De leur union est né 15 enfants (dont Guillaume, Claude et Nicolas). Il est décédé le 12 juillet 1520 et fut enterré avec sa femme dans l'église de Bourtheroulde.

Voir ces armoiries mi-parti ici  :

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_II_Le_Roux

https://man8rove.com/fr/blason/blnmucj-jubert

Guillaume II est le mécène de l'église Saint-Laurent de Bourgtheroulde, qu'il érigea en collégiale .

 .

LES ENFANTS DE GUILLAUME II.

.

—Parmi leurs enfants, l'aîné, Guillaume III Le ROUX dit l'abbé d'Aumale  fut ecclésiastique. Georges d'Amboise, archevêque de Rouen le fait un des chanoines de sa chapelle de Gaillon. Georges II d'Amboise lui obtient du roi l'abbaye d'Aumale ( entre Rouen et Amiens) . Il en devient en 1517 le premier abbé commendataire, y fait élever le logis abbatiale et reconstruire de nombreux bâtiments dont la grande porte de l'abbaye. François Ier  aurait utilisé ses services dans la négociation du Concordat de 1516. Il aurait participé à l'Entrevue du Camp du Drap d'Or.

En 1515, il transmet ses droits d'ainesse sur le fief de Bourgtheroulde à son frère Claude, car il considérait "qu'il estoit assez bien pourvu à l'église pour soi entretenir aux études et à vivre bien honorablement selon son estat".

 Il fait casser en 1520 un acte dressé avec l'accord de son père en 1515 et recouvre l'année suivante son droit d'aînesse après arrangement avec son frère Claude.

L'abbé d'Aumale est [dès 1506] le propriétaire de l'hôtel, comme l'atteste un acte de la succession de son père, datant de 1528, excluant du partage l'hôtel qui est alors "appartenant en propriété et succession" "au seigneur d'Aumalle". 

 

Il poursuit les travaux d'embellissement et achève l'œuvre de son père, l'hôtel de Bourgtheroulde à Rouen. Dans la cour intérieure, sur la gauche, la galerie d'Aumale présente un décor sculpté Renaissance d'une rare qualité. Il y a fait représenter la fameuse entrevue du Camp du Drap d'Or entre François Ier et Henri VIII d'Angleterre, à laquelle il participe. 

Il décède en 1532 et est inhumé dans la collégiale Saint-Laurent de Bourgtheroulde.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_III_Le_Roux

 Claude I Le Roux, né en 1494,, eut  sans doute lui aussi une part non négligeable dans l'édification de l'hôtel de Bourgtheroulde dont il hérita à la mort de Guillaume III le 4 juin 1532. Il avait acquit en 1521 un hôtel voisin , donnant aussi sur la place du Marché-aux-Veaux.

Seigneur de Tilly (1515) et du Bourgtheroulde (1532), vicomte d'Elbeuf (1507-1520), il fut  un magistrat français, conseiller au parlement de Normandie (1520) qui succéda à son père comme conseiller au Parlement de Normandie grâce à l'appui du roi François Ier. Il se rendit à Saint-Germain-en-Laye le 23 août 1520 et obtient des lettres du roi pour son introduction au Parlement. Il fut reçu conseiller le 12 novembre suivant. Il épousa Jeanne de Challenges, qui décéda en 1531, puis Madeleine Payen à qui il laissa l'hôtel en douaire.

En 1520, son frère Guillaume cassa un acte dressé en 1515 par leur père. En 1521, après arrangement, Guillaume regagna son droit d'aînesse et Claude gagna la propriété de la seigneurie de Bourgtheroulde. Il dut attendre le décès de son frère aîné en 1520 pour en prendre pleine possession et jouissance.

Il mourut en 1537 et fut inhumé auprès de sa première épouse à l'église Saint-Étienne-des-Tonneliers à Rouen, au financement des travaux de laquelle il avait participé.

Voir Claude Ier en donateur d'un vitrail de 1525 dans la baie 24 de Louviers :

Quatre verrières de Saint-Vincent de Rouen, remontées à l'église Sainte-Jeanne-d'Arc (baie 9), portent les armes des Le Roux, en alliance avec les Du Four, des Legras, des Blancbaston et des Bonshoms.

 

 

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Emblème de Louis XII : le porc-épic couronné. Sculpteurs Maurice et Jean-Baptiste Foucher, 1893-1895.

 

.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XII#/media/Fichier:H%C3%B4tel_de_Bourgtheroulde_(Rouen)_Le_porc-%C3%A9pic,_embl%C3%A8me_de_Louis_XII_(flickruserolibac).jpg

Il est présenté sur un fond semé de fleurs de lys dans un chapeau de triomphe.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

L'envers de la porte cochère de l'aile est avec accolade à crochets, pinacles à candélabres et deux médaillons  à l'antique. Blason des Le Roux à droite.

.

Les initiales GLR (monogramme de Guillaume Le Roux) portées sur la gravure de E.H. Langlois et de sa fille Espérance sont toujours visibles sur place. Elles se retrouvent ailleurs (cf. infra). Ce serait (Létteron et Gillot) celles de Guillaume III.

.

.

Sur la droite, les armoiries des Le ROUX présentés par deux angelots qui soutiennent l'écu, est une copie du décor retrouvé en 1888-1892 par les restaurateurs, qui en ont donné le relevé ("détail d'une allège"). L'original ayant disparu, il n'est pas possible de le dater avec précision

J'ai omis de le photographier en vue de détail. J'emprunte un cliché sur Flickr.

.

.

I. Létteron indique que les angelots tiennent une large guirlande de feuillages nettement inspirée de l'Italie et qui se retrouve dans le décor Renaissance des clôtures de chapelle de l'abbaye de Fécamp. C'est le modèle qui a été repris pour les éléments héraldiques de la façade donnant sur le rue.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Les chapeaux de triomphe (couronnes de feuilles et de fruits) à personnages en costume François Ier.

.

On a voulu y voir les portraits de François Ier et de Henri VIII, ou ceux de Guillaume II et III Le Roux, mais il s'agirait plutôt de médaillons décoratifs fréquents en Normandie dans la première moitié du XVIe siècle.

 

.

 

.

 

.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

.

L'aile ouest. La façade de la cour d'honneur.

 

.

"Le logis se composait de deux ailes perpendiculaires. L'aile ouest est conservée en grande partie. Elle était cantonnée de deux tourelles. Seule la tourelle sud a été conservée (bien que reconstruite après la Seconde Guerre mondiale). La tourelle nord n'a pas été reconstruite après l'incendie de 1770 et fut remplacée par un corps néoclassique doté d'un comble à la Mansart. Elle contenait une chapelle au premier étage.

 Marquant une nouvelle étape par rapport au Palais de justice de Rouen, l'élévation principale de style Louis XII qui conserve encore des éléments de l'art gothique tardif (pinacles, arcs en anse de panier) et des fenêtres à meneaux, présente déjà des motifs, en forme de rinceaux d'influence lombarde, inédits pour l'époque médiévale : elle se développe sur deux étages surmontant une cave coiffée d'un comble doté de deux grandes lucarnes à gables flamboyants qui annoncent déjà la Première Renaissance par leurs formes. Une sorte de claire-voie d'arcatures ou de petits arcs-boutants relie le fronton aux deux pinacles qui les accostent. Typique du style Louis XII, l'élargissement des fenêtres véhicule une notion de luxe tandis que leur abondance participe de la féerie de l'édifice. Déjà à la fin du XIVe siècle, cette propriété quasi-magique du palais largement ouvert était apparue lorsque Guillebert de Mets évoquait la fastueuse demeure parisienne de Jacques Ducy, alors clerc à la chambre des Comptes. Outre l’entrée de la clarté, ces ouvertures élargies permettent désormais une aération plus importante des pièces dans un souci nouveau d'hygiène de vie tandis que la superposition des fenêtres en travées reliées entre elles par des moulures organise de façon plus régulière le rythme des façades, annonçant ainsi le quadrillage des extérieurs de la Première Renaissance.

Sur l'aile Ouest, la sculpture est abondante et de conservation incomplète. Entre les croisées du rez-de-chaussée, un médaillon est maintenant effacé. Il aurait représenté Diane de Poitiers.

Entre les croisées du premier étage se trouve la salamandre, armes de François Ier et, à droite, le Phénix de sa seconde épouse, Éléonore de Habsbourg.

D'autres panneaux représentent des chars triomphaux (le panneau supérieur à gauche, près de la tourelle a disparu en 1944). Il s'agit peut-être de l'illustration de l'entrée solennelle de la reine en 1532 qui vit pour la première fois un cortège de chars." (Wikipédia)

 

 

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Deux licornes présentent l'écusson royal. La couronne fleurdelysée est tenue par un ange.

 

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Deux cerfs aux bois corail présentent les armes des Le Roux, seigneurs de Bourgtheroulde. La couronne ducale est tenue par un ange.

 

.

 

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

La salamandre, emblème de François Ier. Après 1530.

 

.

Lucarnes de Style Louis XII, mêlant motifs flamboyants et pinacles à rinceaux de la Première Renaissance.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Le Phénix renaissant de ses cendres, emblème d'Éléonore de Habsbourg, seconde épouse de François Ier. Après 1530.

Sœur de Charles Quint, elle fut reine de Portugal de 1518 à 1521 et reine de France de 1530 à 1547.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Deux Triomphes mythologiques de la façade ouest.

.

1. Au deuxième étage. Allégorie féminine sur un char tiré par trois à cinq lions. Cybèle ?

.

Elle tient un attribut ressemblant à un sceptre perlé de trois sphères ; ses cheveux sont emportés par le vent vers l'avant.

Une roue du char est visible.

Elle est précédée par trois hommes vêtus à l'antique, jambes et pieds nus, torses nus sous une tunique à manches flottantes et plissées. L'un joue de la flûte traversière, l'autre du tambour long, tandis que le dernier , de dos, brandit un flambeau.

Des arbres et la silhouette d'une ville, mais aussi des fruits forment l'arrière-plan.

On a proposé de voir ici Cybèle. Le culte de cette déesse phrygienne, patronne des animaux, dont le culte est originaire d'Asie Mineure fut introduit par les Romains  dans leur cité en 205 av. J.C., lors de la deuxième guerre punique, sur l'injonction de la Sibylle,  rapportant de son sanctuaire de Pessinonte une météorite noire. Mantegna a représenté l'introduction de Cybèle à Rome dans un tableau intitulé Le Triomphe de Scipion. Dans les allégories des éléments, Cybèle représente la Terre.

Un modèle possible (sans les musiciens) est la fresque du Triomphe de Jupiter et Cybèle du palais Schifanoia de Ferrare, peint  par Cosimo Tura vers 1470, où la scène illustre le signe astrologique du Lion, et le mois de Juillet. (ici).

Par Guichard en 1851 :

Sur le Triomphe de Cybèle de Paolo Farinati (1524-1606), une femme coiffée d'une tour est assise sur un char tiré par deux lions, précédée de putti et  joueurs de tambourins et tambours:

 https://collections.louvre.fr/en/ark:/53355/cl020201769

Voir Louis de Boullongne 1654-1733 :

.

La source indirecte la plus probable de ce triomphe, et de celui qui suit, me semble être le Songe de Poliphile de Francesco Colonna, imprimé par Alde Manuce à Venise en 1499, et qui sera traduit en français en 1546. Son influence fut considérable sur l'aménagement des jardins de Florence (villa de Castelo, villa Francesco de Medici, jardin de Boboli), de de Frascati et de Bomarzo.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1073366t/f516.item.r=cybele

https://archive.org/details/hin-wel-all-00000258-001/page/n169/mode/2up

Certes, les Trionfi de Pétrarque par leur composition en six chars triomphaux, ont exercé une influence sur le Songe de Poliphile, mais nous ne trouvons sur ces deux bas-reliefs aucune des  allégories propres à Pétrarque.

.

En 1522-1524, Jean et Engrand Leprince réalisèrent pour l'église Saint-Vincent la verrière dite "des Chars".

https://www.lavieb-aile.com/2020/09/la-verriere-des-chars-de-l-eglise-sainte-jeanne-d-arc-de-rouen.html

Trois chars s'y succèdent : celui d'Adam et Ève, celui du Mal, et celui de la Vierge. Autre application du schéma narratif de Pétrarque à un sujet religieux, celui du plan du Salut et de la Vierge comme co-rédemptrice.

.

Enfin, il est impossible de ne pas penser aux sept chars mythologiques du semainier du Gros Horloge, dont les cadrans datent de 1527-1529 et sont donc contemporains de cet hôtel. Les chars de chaque jour de la semaine sont ceux de Diane, Mars, Mercure, Jupiter, Vénus, Saturne et Phoebus-Apollon, tirés respectivement par des cerfs, des louves, des coqs, des aigles des cygnes, des griffons et des chevaux.

Voir ainsi Vénus :

 

.

Vendredi : le char de Vénus tiré par des cygnes. Photo lavieb-aile 2020.

 

 

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

2. Au premier étage. Allégorie féminine sur un char tiré par des dauphins. Amphitrite ?

.

Une allégorie assez identique, cheveux au vent et tenant un sceptre, est entourée de trois porteurs de flambeaux. Les dauphins orientent vers une divinité de la Mer, soit Amphitrite.

.

 

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Le décor en bas-relief : pastorales.

.

"La décoration extérieure était luxuriante. Les étages supérieurs étaient couverts de sculptures représentant des scènes pastorales. Seul un fragment a été récupéré. Heureusement, ces décors avaient été relevés par Eustache-Hyacinthe Langlois. Les registres inférieurs sont consacrés à la pêche et à la moisson. Les scènes supérieures sont consacrées aux bergers. Ces pastorales étaient très à la mode au xvie siècle." (Wikipédia)

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

.

La galerie sud, dite d'Aumale ou de François Ier. (Après 1520)

.

La galerie sud en rez-de-chaussée est l'élément le mieux conservé de l'hôtel, miraculeusement épargné par le bombardement aérien du 19 avril 1944, qui rasa la partie sud-est et sa tourelle.

La façade nord est relativement bien conservée, malgré l'orientation au nord et le ruissellement des eaux de pluie d'un toit plat jusqu'en 1950.

Elle est percée de six arcades en anse de panier au dessus d'un solin haut d'environ deux mètres soixante et est accessible par un perron adossée à la tourelle ouest. Les arcades sont ornées de colonnes à candélabres typiques de la Renaissance rouennaise.

Des pilastres  et des corniches délimitent des compartiments rectangulaires que je décris en trois registres :

Le registre supérieur accueille les six panneaux sculptés des Triomphes de Pétrarque.

Le registre placé sous les baies reçoit cinq panneaux consacrés à l'Entrevue du Camp du Drap d'Or  entre François Ier et Henri VIII d'Angleterre.

Le registre inférieur est découpé de cinq panneaux purement décoratifs.

"C'est la partie la plus spectaculaire de l'hôtel. En forme de loggia, l'aile marque l'arrivée de la Première Renaissance à Rouen. La plupart des hôtels particuliers de l'époque possédaient de telles galeries qui mettaient en contact le corps de logis principal et les communs. Il n'y avait pas de fenêtres. En dessous se trouvaient les écuries et les remises, ouvrant vers le sud, dans la rue du Panneret. Elle a été édifiée à l'époque de Guillaume III le Roux qui était abbé d'Aumale (d'où son nom). La date ne peut être antérieure à 1520 du fait de la représentation de l'entrevue du camp du Drap d'Or." (Wikipédia)

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Les baies sont séparées par des pilastres à candélabres et rinceaux, animaux fantastiques, bucranes etc. encadrés par des rangs de perles et d'oves.

Sur le côté, on découvrirait des colonnes aux chapiteaux abritant des personnages variés, des faunes et des musiciens.

Les armoiries des Le ROUX qu'on découvre sur un dé de pilastre à droite de la porte, mais aussi dans la même emplacement entre les panneaux du registre inférieur des baies, sont celles de  Guillaume III, puisqu'elles sont timbrées de la crosse d'abbé.

.

 

.

 

In Létteron et Gillot page 38.

.

 

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Remarquez les initiales GLR , monogramme de Guillaume III Le ROUX, finement gravées sur le cartouche encadré par deux masques de profil, en bas.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Sur un dé de pilastre : Homme sauvage armé d'une lance et d'une targe.

.

 

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Les bas-reliefs du registre supérieur : les Chars de Triomphe, inspirés des Trionfi (1473) de Pétrarque.

.

Présentation.

Dans l'Antiquité romaine, les héros des conquêtes étaient acclamés, monté sur un char, lors de défilés.

  En 1374, Pétrarque avait publié I Trionfi, suite de six poèmes, où chaque personnage allégorique défilait dans un char triomphal au sein d'un cortège. Dans un  songe où il revit son célèbre amour cruel pour Laure à Avignon, la  première allégorie figure sur son char le Triomphe de l’Amour, qui se trouve ensuite vaincu par le Triomphe de la Chasteté dont le visage est celui d’une Laura inaccessible. Pour le grand malheur du poète, la Chasteté est à son tour vaincue par le Triomphe de la Mort. Mais le Triomphe de la Renommée rassure le poète : par son œuvre, il garde en vie à celle qu'il a aimé. Mais la Renommée ne peut résister au Triomphe du Temps qui dévore tout. Le Temps lui-même n’aura pas le dernier mot, puisqu’il est supplanté par l’Éternité, belle promesse d’un paradis où le poète retrouvera sa bien-aimée.

L'œuvre va avoir un immense succès et va susciter de très nombreuses illustrations sous formes d'enluminures, de tapisseries ou de sculptures.

En 1502, une femme commande pour illustrer le poème de Pétraque le superbe vitrail des Triomphes  pour l'église d'Ervy-le-Châtel (Aube).

L'engouement pour le thème des Chars va être considérable à la Renaissance, y compris sous la forme d'entrées triomphales des princes dans leurs villes, des spectacles mis en scènes par les plus grands artistes qui se chargeaient aussi de la réalisation des décors.

.

 

Le thème des Triomphes à Rouen au début du XVIe siècle.

.

a) Le cardinal Georges d'Amboise fit réaliser en 1500-1505 pour l'offrir à Louis XII, un luxueux manuscrit d'une traduction, par un rouennais, des Triomphes de Pétrarque : BnF fr. 594. Il le fait enluminer par un artiste (nom de convention Maître des Triomphes de Pétraque) sous forme de sept doubles pages. On pense que cet artiste (rouennais ou parisien ?) appartenait à l'atelier parisien de Jean Pichore, et on lui attribue les Petites Heures d'Anne de Bretagne BnF NAL 3027, daté vers 1500-1505 et vraisemblablement offert par Georges d'Amboise à Anne de Bretagne. On lui attribue aussi le Livre d'Heures de Henri IV, manuscrit également lié à Georges d'Amboise.

Voir le BnF fr.594 :

F. 2v et 3r

Folio 7v et 8r

Folio 101v et 102r

F. 134v et 135r

f. 178v et 179r

f.348v et 349r

f.375v et 376r

 

 

.

b) A la mort de Guillaume II, en 1520, l'hôtel de Bourgtheroulde devint la propriété de Guillaume III, abbé d'Aumale. C'est à cette époque que fut construite la célèbre galerie d'Aumale (ou de François Ier), représentant l'entrevue du Camp du Drap d'Or. En 1532, c'est le frère de Guillaume III, Claude Le Roux qui hérita du bien.

L'abbé d'Aumale  fit sculpter le registre supérieur de la galerie de six panneaux en bas-relief consacré aux chars des Triomphes de Pétrarque.
 

Les chars vus de profilent  se dirigent vers la droite, selon la convention iconographique générale. 

 

.

.
.

I. LE CHAR DE L'AMOUR.

.

Le premier bas-relief, le plus abîmé, nous montre les vestiges de quelques figures et les traces  d’un char surmonté d’un dais porté par des colonnes. On ne peut que deviner l'inscription de l'entablement : AMOR VINCIT MVNDVM, "L'Amour est le vainqueur du Monde". Au dessus, l'a trace d'une aile signalerait l'emplacement d'Eros.

Le char est suivi des victimes d'Amour, hommes et femmes les mains liées. Les plus connus sont, dans le poème de Pétrarque, Tristan et Isolde, Dante et Béatrice, César et Cléopâtre, mais aussi Hercule, Phèdre ou Jason et Médée. Impossible de les reconnaîtr ici.

 Au devant, deux personnages semble converser : ils pourraient correspondre à Pétrarque conversant avec son ami qui le guide.

.

CLIQUEZ SUR L'IMAGE.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.
.

II. LE CHAR DE LA CHASTETÉ.

.

 La partie supérieure est complètement détruite, mais la partie inférieure subsiste encore ; on y reconnaît fort bien un char traîné par des animaux mutilés mais carapaçonnés, qui pouvaient paraître être des chevaux mais qui ont des sabots fendus. Il pourrait s'agir de licornes, symbole de virginité. 

.
À l'avant, marchent des personnages richement habillés, dont l'un vêtu de chausses à crevés et d'une brayette, selon la mode Henri II. C'est un seigneur ou écuyer, tenant de la main gauche le fourreau de son épée. Autour de lui,  les restes de deux femmes élégamment vêtues. Si on se réfère au texte de Pétrarque, cela pourraient être des héroïnes de l'antiquité que le poète cite en exemple de leur chasteté (Lucrèce, Judith, etc.)

.

Deux personnages suivent le char. Le dernier porte un long et lourd manteau frangé et à aux manches larges et ouvertes.  Un prélat ? L'autre porte l'épée. 

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

III. LE CHAR DE LA MORT.

.

La Mort est figurée debout, drapée dans un suaire, sur un char traîné par des bœufs, sous les roues duquel sont écrasés tous les personnages qu’il rencontre.

Le char décoré d'ossements et de crânes porte l'inscription MORS VINCIT PVDICITAM, "la Mort est vainqueur de la Chasteté".

.

 

.

.

.

IV. LE CHAR DE LA RENOMMÉE.

.

Le char est attelé de deux éléphants richement harnachés ; sur le devant se tient une figure allégorique de la Mort, dont la tête seule est décharnée ; au sommet, une Renommée ailée embouche une trompette ornée d’un pennon à fleurs de lys.

Le centre du char  est décoré d’une sculpture représentant un homme écrivant sur un pupitre, figure très inhabituelle de Pétrarque rédigeant son poème.

Sur le côté et derrière le char, un cavalier monte un cheval lancé au galop et soutient de la main droite une femme nue, assise en croupe; il foule aux pieds de sa monture un guerrier nu avec son cheval ; une troupe d’hommes, armés de lances et d’épées, précède et suit la Renommée.

Inscription : FAMA.VINCIT .MORTEM

.

 

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

V. LE CHAR DU TEMPS, TEMPUS.

.

 

Un homme à longue barbe est assis sur le devant d’un char couronné d’un dais. Il conduit un attelage de quatre chevaux, que précèdent deux personnages, dont l’un porte sur l’épaule gauche des rameaux chargés de fruits (l'Automne), et dont l’autre est chaudement habillé et s'appuie sur sa canne (l'Hiver) Sur le côté et derrière le char, on voit deux autres figures ; la première, presque nue, a la tête entourée d’épis de blé en forme de couronne; elle tient d’une main une gerbe d’épis, et de l’autre une faucille (l’Été) ; son compagnon, revêtu d’un costume de cour, brandit de la main droite un arbrisseau couvert de feuilles (le Printemps).

Sur l'entablement du temple à quatre colonnes cannelées se lit l'inscription TEMPVS . VINCIT .  FAMAM., "le Temps est victorieux de la Renommée.

Des médaillons  représentent les signes du Zodiaque (à gauche le Sagittaire, les Poissons,  le Taureau et les Gémeaux). Ils sont dominés par des allégories des Heures répartis six par six dans les nuées.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

 

.

.

VI. LE CHAR DE L'ÉTERNITÉ : DIEU FIGURÉ PAR LA TRINITÉ.

.

 Sur le char de la Divinité, trônent, assis sous une sorte de dais, Dieu le père, une tiare sur la tête et tenant un sceptre surmonté d’une fleur de lis, et le Christ, portant une croix sur son épaule ; tous deux soutiennent d’une main les Evangiles, au-dessus desquels est le Saint-Esprit sous la forme d’une colombe.

Ce char, traîné par le Tétramorphe, — le lion de saint Marc, l'aigle de Jean, le taureau de Luc et l'ange de Matthieu, les quatre  Évangélistes— écrase les acteurs des cinq autres triomphes, dont la Mort.

Immédiatement derrière lui, marchent un pape et un archevêque (ou les Pères de l'Église). Dans le fond de la composition, on voit un grand nombre de personnages, parmi lesquels on distingue un évêque coiffé d’une mitre, la croix à la main, et des anges qui, rangés par cinq à droite et à gauche du dais, encensent la Trinité.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

.

 LE REGISTRE PRINCIPAL, AU MILIEU: LES CINQ  PANNEAUX DE L'ENTREVUE DU CAMP DU DRAP D'OR.

.

C'est en juin 1520 qu'eut lieu, non loin de Calais, la célèbre rencontre de François Ier et de Henri VIII. Cette entrevue avait pour but d'amener le roi d'Angleterre à s'allier avec la France contre Charles Quint, roi d'Espagne, élu empereur d'Allemagne en 1519 au détriment de François Ier.

Le camp était situé entre Ardres, appartenant à la France, et Guînes, alors anglaise, distantes de six kilomètres. L'entrevue avait été préparée entre le cardinal Thomas Wolsey, principal conseiller d'Henri VIII et Guillaume Gouffier, seigneur de Bonnivet, amiral de France.

 La première entrevue, qui est illustrée ici,  eut lieu le 7 juin 1520, jour de la Fête -Dieu, sous une tente dressée à cet effet. Ce fut, derrière des apparences de  grande courtoisie et de gaieté, un simulacre d'entente.  Quelques jours auparavant, le cardinal Wolsey avait accueilli à Douvres Charles Quint au nom de Henri VIII.

 

Les participants étaient vêtus avec tant de luxe et faisaient rivalité de tant de richesses que le lieu, dit Le Val Doré, reçut le qualificatif de "Camp du Drap d'Or. Et selon Martin du Bellay, les seigneurs français "y portèrent leurs moulins, leurs forest et leur prez sur leurs espaules.". Ce que les panneaux vont nous montrer.

.

Description de gauche à droite.

CLIQUEZ SUR L'IMAGE.

.

.

.

 

1. Sortie du cortège royal anglais du château de Guînes le 7 juin 1520.

.

Le château est marqué par deux grosses tours rondes encadrant la porte. A noter, dans le château, quatre dames assistant au départ du cortège. Les seigneurs qui accompagnaient Henri VIII sont richement vêtus et leurs chevaux somptueusement harnachés.

Les troupes armées de chaque camp était composée d'environ 400 hommes : hallebardiers, lanciers et archers assurant la sécurité des monarques et de leurs hôtes.

Le départ des cortèges fut indiqué par une salve d'artillerie, tirée d'Ardres, à laquelle répondirent les canons de Guînes.

Le roi était accompagné de hauts dignitaires ecclésiastiques, des grands officiers royaux, et de certains représentant de la noblesse.

Depuis les galeries du château, des courtisans assistent au départ.

Nombreux sont les seigneurs dont le chapeau est orné d'une corolle de plumes, que portent aussi le chapeau des écuyers et le front des chevaux.

 

.

Godefroy Engelmann et Alexandre Fragonard, recueil factice d'estampes, imp. Didot l'aîné.

 

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

2. Milieu du cortège anglais.

.

Thomas Wolsey  est légèrement sur la gauche, de face avec un chapeau de cardinal. Il semble monter sa mule en amazone en vertu de son rang. Mais la pierre est beaucoup plus altérée aujourd'hui que sur la planche dessinée par G. Engelmann. Il est précédé de sergents massiers et d'un clerc portant une croix. Ce dernier, tête nue,  est vêtu d'une très longue robe aux manches larges avec un capuchon rejeté sur ses épaules. Il est suivi de quatre laquais à pied aux coiffures  luxueusement empanachés sont ceux des écuyers.

Les deux premiers cavaliers tiennent des masses. Ce sont les huissiers du cardinal ou "sergents massiers" tenant des masses d'or.

.

Godefroy Engelmann et Alexandre Fragonard, recueil factice d'estampes, imp. Didot l'aîné.

 

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

3. Les deux souverains se saluant : Henri VIII, à gauche et François Ier, à droite.

.

Les deux souverains, à cheval, se saluent en soulevant leur chapeau. Alors qu'ils avançaient doucement, dans un scénario réglé comme papier à musique, au dernier moment ils éperonnèrent leur monture, comme s'ils allaient s'affronter, mais au lieu de mettre la main à l'épée, ils la portèrent à leur bonnet  à plumes, dans un mouvement allègre et plein de panache. Les chevaux sont contrôlés par les écuyers. Chaque roi est escorté par sa garde de quatre cavaliers, faite d'archers pour Henri VIII et de lanciers  pour François Ier.

 

.

Godefroy Engelmann et Alexandre Fragonard, recueil factice d'estampes, imp. Didot l'aîné.

.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Henri VIII et sa garde d'archers.

.

Ses archers portent la rose emblématique de leur roi sur la poitrine et sur le dos ( ce que nous ne voyons pas ici...).

Selon les chroniqueurs, ils étaient vêtus de hocquetons (longue casaque brodée à manches) aux couleurs de leur roi, de satin blanc et vert. D'autres portaient des pourpoints de velours cramoisi et chamarré de fin écarlate.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Henri VIII.

.

Les deux rois portent la barbe et des cheveux longs, mais ceux de Henri VIII sont retenus par un bandeau. Il porte le collier de son ordre, et il est figuré avec une chaîne à laquelle est fixé le médaillon figurant saint Georges, patron de l'ordre de la Jarretière. Une autre chaîne plus longue passe en sautoir.

Il porte un large col au dessus d'une saie, retenue par une ceinture. Ses manches sont très larges et ouvertes. 

Le caparaçon de son cheval est orné de roses de Tudor et de léopards, alternant en damier. Les glands de passementerie des extrémités battent alternativement le sol avec la foulée.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

François Ier et sa garde de lanciers.

.

Au second plan, des gardes sont alignés  et nous font face. Celui qui est au milieu porte un turban, en plus du chapeau  qu'il porte rejeté derrière la tête comme une couronne radiante de plumes. Son pourpoint, ses manches et ses chausses sont tailladés de crevés verticaux alignés en bandes régulières. La braguette est un accessoire orné et ostensible, fixé par des lacets. Sa main droite est posée sur la garde de l'épée, sa main gauche sur la lance. Un personnage similaire se trouve immédiatement après Henri VIII.
 

.

 

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Les lanciers à cheval porte l'emblème de leur roi : la salamandre couronnée, représentée dans le dos du premier lancier.

Le bas-relief illustre la façon de chevaucher de l'époque : les cavaliers sont assis très en avant et se tiennent presque debout sur leurs étriers réglés très bas : la pointe du pied est dirigée vers le bas. 

Les mors de brides ont des branches très longues et courbes, en C ou en S, sous les bossettes finement ouvragées. Les rênes sont élargies par des bandes de tissus brodées de losanges et perles où pendent des successions de piécettes (ou peut-être de grelots) dont on imagine les effets sonores. 

On comparera ces détails avec ceux des cavaliers des Passions du XVIe siècle, soit sur les vitraux ou enluminures soit sur les calvaires finistériens. Voir notamment ici :

https://www.lavieb-aile.com/2019/09/le-calvaire-de-la-chapelle-sainte-marie-du-menez-hom-en-plomodiern.html

.

Les costumes des cavaliers  associent une saie (manteau court ne dépassant pas les genoux) à manches bouffantes, au dessus d'un pourpoint à crevés, et parfois une manteline (manteau long et enveloppant, généralement sans manches) à large col ou une chamarre (casaque longue) ouverte.

Leurs têtes sont ceintes d'un bonnet ou d'un chapeau à larges bords, maintenus relevés par une broche ou "affiquet".

 

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

François Ier.

.

Il porte un pourpoint à crevés qui laisse voir la soie de doublure, et une saie assez courte. Sa manteline (qui était, selon les chroniqueurs, "de drap d'or battu, fort enrichi en pierreries") est repliée sur le bras gauche. On devine le collier de l'Ordre de Saint-Michel.

.

Son couvre-chef est orné d'une broche. C'était "un bonnet noir, garny de grans plumailz bien riches auquel avoit une escarboucle".

La housse de son cheval porte, inscrites dans les losanges, des fleurs de lys. La gerbe de larges et hautes plumes est spectaculaire.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

4. Le cortège des prélats français.

.

En tête se trouvent trois ou quatre officiers à cheval, qui précèdent le porteur de croix, à double croisillon. Puis vient le cardinal de Boissy, entouré de nombreux prélats (quatre chapeaux cardinalices au total). Le cardinal de Boissy avait été nommé légat du pape en 1519.

.

.

Godefroy Engelmann et Alexandre Fragonard, recueil factice d'estampes, imp. Didot l'aîné.

 

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Le dernier cavalier porte le collier de l'Ordre de Saint-Michel, très abîmé, mais dont le médaillon est saisi par la main droite. Il semble en train de s'entretenir avec un cardinal. 

Le pourtour du caparaçon de son cheval, par ailleurs orné de losanges centrés par une fleur, porte une inscription en lettres romaines majuscules .

En bas : JE/AIN : GLORIA P

Sur le côté et en haut, dans un autre sens  d'écriture : +RME .O.ETR.

Seul GLORIA est compréhensible, précédant la lettre P qui suggère "Gloria Patri", Gloire au Père.

Les autres lettres +RME .O.ETR. pourraient être (Lettéron p. 110) les initiales du verset 19 du psaume 71  Replebitur Majestate Ejus Omnia Et Regnabit "Tout sera rempli de sa majesté et il régnera".

Pour moi, l'énigme reste entière.

Isabelle Lettéron signale que dans le deuxième panneau, celui du cortège anglais, en position symétrique de celui-ci, on pouvait lire, remarquées par l'abbé Noël en 1726, quelques lettres inscrites sur la saie du cavalier chevauchant à droite du cardinal d'York : HO-----NCE.

L'hypothèse de l'abbé Noël est d'y voir la devise de l'Ordre de la Jarretière, "Honni soit qui mal y pense", avec la graphie pence. Dès lors, pour le cavalier français en position symétrique, la devise de l'Ordre de Saint-Michel devrait être "Immensi tremor oceani." Ce n'est pas le cas. On pourrait encore confronter l'inscription aux devises des officiers de l'Ordre, présents au Camp du Drap d'Or. Ce n'est ici pas la devise d'Artus Goufier de Boissy (Hic terminus haeret), ni celle de Galiot de Genouillac (Galiot aime fort une).

 

 

 

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

5. Le cortège royal  français sortant de la ville d'Ardres.

.

Au centre, un noble personnage met le pied à l'étrier. Notez les spectatrices aux fenêtres et sur les remparts. En bas, à droite, les canons au son desquels s'ébranla le cortège.

.

Godefroy Engelmann et Alexandre Fragonard, recueil factice d'estampes, imp. Didot l'aîné.

 

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

.

 LE REGISTRE INFÉRIEUR : LES CINQ  PANNEAUX DÉCORATIFS PREMIÉRE RENAISSANCE.

.

Description partielle.

On y trouve le vocabulaire décoratif du château de Gaillon, ou du tombeau de Thomas James à Dol-de-Bretagne, avec des animaux et personnages fantastiques organisés en symétrie parmi des rinceaux atour d'un candélabre central.

.

Deux putti assis sur des dauphins et tenant les extrémités d'un collier. Oiseaux fantastiques et rinceaux.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Putti debout tenant des cartouches. Rinceaux à personnages chimériques.

.

On retrouve le principe décoratif  de métamorphoses et chimérisme entre les éléments végétaux (rinceaux) et des têtes anthropomorphes mais feuillagées, et entre ces têtes et des attributs animaux (cornes et peut-être plumes).

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Femme nue dansant au milieu de rinceaux et d'oiseaux.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

Putti debout tenant des cartouches. Rinceaux à personnages chimériques.

.

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

L'Hôtel de Bourgtheroulde. Photographie lavieb-aile 2020 .

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

— POP.CULTURE

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/IA00022062

 

— ADELINE (Jules), 1893 L'Hôtel du Bourgtheroulde, in La Normandie Monumentale et Pittoresque, Seine-Inférieure, 1893, Le Havre, Lemale et Cie, imprimeurs, éditeurs, p. 33-36.

— ALLINE (M.) 1927, L'hôtel de Bougtheroulde, Congrès Archéologique de France Rouen 1926,  p.178.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k356969/f181.item

— CHALINE (Jean-Pierre), 2005, Tourisme et Patrimoine : L'hôtel de Bourgtheroulde. Du Camp du Drap d'Or au siège du CIN, 2005 Études Normandes  Année 2005  54-3  pp. 77-78

https://www.persee.fr/doc/etnor_0014-2158_2005_num_54_3_3249_t1_0077_0000_7

 

— ESSLING, (Victor Masséna, prince d',) 1902, Pétrarque : ses études d'art, son influence sur les artistes, ses portraits et ceux de Laure, l'illustration de ses écrits page 252-253

https://archive.org/details/gri_33125002579676/page/n305/mode/2up

 

— LA CHAPELLE DE SEIGNE

https://lachapelledeseigne.jimdofree.com/guillaume-de-seigne-1/le-camp-du-drap-d-or/bourgtheroulde/

— LÉTTERON (Isabelle), GILLOT (Delphine), 1996, L'hôtel de Bourgtheroulde, demeure des Le Roux. Cahiers du patrimoine n°44, ed. L'Inventaire.

 

— PALUSTRE (Léon (dir.), 1892, L'architecture de la Renaissance, Paris, 7 rue Saint-Benoît, ancienne maison Quentin, Libraires-Imprimerie réunies, 1892 

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k200777m/f233.item

— PAGAZANI, (Xavier) 2014. La demeure noble en Haute-Normandie : 1450-1600. Nouvelle édition [en ligne]. Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014 (généré le 29 mars 2022). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pufr/8052>. ISBN : 9782869065352. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pufr.8052.

 

— RnBI, bibliothèque de Rouen, documents

-Voyages Pittoresques Et Romantiques Dans L'ancienne France. Ancienne Normandie. Vol.2 / Nodier, Charles  -Cailleux, Alphonse De ; Taylor, Isidore Justin S&#Xe9;Verin. Paris : Impr. P. Didot

 

  • "Architecture Of The Middle Ages" (1)Apply Extr. De "Architecture Of The Middle Ages" r

  • "France Monumentale Et Pittoresque. Recueil De Vues Dessins 

  •  "L'Album Rouennais" (1)Apply Extr. De "L'Album Rouennais" Filter

  •  "L'illustration" Du 16 Aout 1884, ; P118. Paris : J.-J. Dubochet 

  •  France Monumentale Et Pittoresque Recueil De Vues Dessin Nature / Chapuy, Nicolas Marie Joseph. Paris : Jeannin,

  • La France De Nos Jours / Asselineau, Léon-Auguste. Paris : F. Sinnett, 1853-1876 (1)Apply Extrait De : La France De Nos Jours / Asselineau, Léon-Auguste. Paris : F. Sinnett, 1853-1876 Filter

  • La Normandie Illustrée;E / Benoist, 

  • La Normandie Monumentale Et Pittoresque ... Seine-Inférieure, 1e Partie / P. Dujardin, E. Letellier, ... Le Havre: Lemâle Et Cie, 1893. [N Atlas 5-9] 

  • Le Moyen-Âge Monumental Et Archéologique / Ramée, Daniel. Paris : A. Hauser, 1840 (1)Apply Extrait De : Le Moyen-Âge Monumental Et Archéologique / Ramée, Daniel. Paris : A. Hauser, 1840

https://rnbi.rouen.fr/fr/rechercher/image?data_source=1&key_fieldset%5Bkeywords%5D%5B0%5D%5Bfield%5D%5B0%5D=tm_search_api_aggregation_1&key_fieldset%5Bkeywords%5D%5B0%5D%5Bkeyword%5D%5B0%5D=Rouen%20%28Seine-Maritime%29%20--%20H%C3%B4tel%20de%20Bourgtheroulde

— TANGUY (Jacques), 2005, Hôtel de Bourgtheroulde

http://www.rouen-histoire.com/Hot_Bourg/

—FR3

https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/pas-calais/calais/recit-camp-du-drap-il-y-500-ans-francois-ier-henri-viii-organisaient-fete-plus-chere-histoire-1835248.html

—Visuel

https://issuu.com/nhpublishing/docs/bourgtheroulde_2018_82c770a9953e39

— Rouen, son histoire, ses monuments et ses environs (9e édition revue, annotée et augmentée d'une excursion de Rouen au Havre par la Seine) / par Th. Licquet et Éd. Frère 1878

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k503838c/texteBrut

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sculpture Renaissance Inscriptions
12 février 2022 6 12 /02 /février /2022 17:35

La verrière de sainte Anne (J. Le Vieil ? 1520-1530), baie 2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen, provenant de l'église Saint-Vincent.

 

.

 

 

.

 

Voir :


.

PRÉSENTATION.

.

Les 13 verrières provenant du chœur de l'église Saint-Vincent de Rouen  et magnifiquement remontées  en 1979 dans l'église Sainte-Jeanne-d'Arc, sont parfaitement présentées en ligne sur le site patrimoine-histoire.fr. La description de référence, dont je m'inspire largement,  est celle du volume du Corpus Vitrearum VI consacré aux Vitraux de Haute-Normandie.

.

L'église Saint-Vincent a été détruite par les bombardements de 1944, mais ses verrières avaient été mises à l'abri dès la fin 1938. Cette paroisse connue depuis le XIIIe siècle était devenue l'une des plus riches de Rouen, notamment grâce au privilège sur la vente du sel accordé en 1409 par Charles VI. L'église fut réaménagée à partir de 1458, et notamment en 1470 sous l'impulsion d'Ambroise Harel, puis de 1478 à 1483 sous celle de Thomassin et à partir de 1512 sous la direction de Guillaume Touchet secondé par Vincent Gaillard.

Le fenestrage de la chapelle Saint-Nicolas est repris de 1512 à 1514, puis un nouveau chœur est conçu ; au sud, la chapelle Saint-Anne est terminé en 1519 et le déambulatoire l'est en 1523.

En 1519, avant la démolition de la dernière partie du chœur, abattue à mesure que progressaient les fondations, Richart Le Voirrier a désassemblé les vitres de l'église et les a remis en état. En 1523, les fenêtres sont vitrées avant l'achèvement des voûtes, et la fabrique verse 20 livres "au gendre Barbe (*), verynier, pour deux verrières assise aux galeries". 

(*) On reconnait sous cette désignation Olivier Tardif, qui épousa vers 1525 Jeanne Barbe, fille du verrier Jehan Barbe.

https://www.wikiwand.com/fr/Guillaume_Barbe

Avant la dédicace de l'église le 1er août 1531, l'église est nettoyée et le peintre verrier Maure Heurtault reçoit plus de 10 livres pour la réfection de toutes les verrières brisées.  En en 1528-1529 les verrières ont été  qui déposées puis reposées.

Les verrières basses du chœur de Saint-Vincent, qui avaient été posées entre 1520 et 1530, ont été remontées à l'église Sainte-Jeanne-d'Arc, construite en 1979 sur la Place du Vieux-Marché par l'architecte Louis Arretche en forme de carène renversée. Elles sont toutes placées au nord et numérotées de 1 à 13 de gauche à droite. Ces treize verrières avaient été réalisées par deux ateliers, dont le plus célèbre est celui des Le Prince de Beauvais. on retrouve les initiales d'Engrand Le Prince sur le vitrail des Chars.

.

Liste des vitraux.

.

 

 

  1. Verrière de la Vie de saint Pierre,  atelier rouennais, 1520-1530, don des Boyvin, seigneurs de Bonnetot . Provient de la baie 11 de Saint-Vincent, au nord. 

  2. Verrière de Sainte Anne, 1520-1530, œuvre de Jean (?) Le Vieil  et probablement offerte par la confrérie de Compostelle ; Provient de la baie n°8 de Saint-Vincent, au Sud.

  3. Verrière du Triomphe de la Vierge ou vitrail des Chars, commandée en 1515 et réalisée vers 1522, œuvre de Jean et Engrand Le Prince ; Provient de la baie n°10 de Saint-Vincent, au Sud

  4. Verrière de la Parenté de sainte Anne, atelier rouennais,  1520-1530 ; Provient de la baie n°6 de Saint-Vincent, au Sud

  5. Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste, réalisée en 1525-1526, œuvre d'Engrand Le Prince ; Provient de la baie n°13 de Saint-Vincent, au Nord.

  6. Verrière des Œuvres de Miséricorde, réalisée en 1520-1530, œuvre d'Engrand et peut-être de Jean Le Prince ; Provient de la baie n°7 de Saint-Vincent, au Nord

  7. Verrière de Saint Antoine de Padoue, atelier rouennais,  1520-1530, seule verrière uniquement en grisaille et jaune d'argent ; Provient de la baie n°5 de Saint-Vincent, au Nord

  8. Verrière des  six Saints, atelier rouennais,  1520-1530 ; Provient de la baie n°9 de Saint-Vincent, au Nord

  9. Verrière de l'Enfance et de la Vie publique du Christ, atelier rouennais,  1520-1530, don des Le Roux de Bourgtheroulde ; Provient de la baie n°3 de Saint-Vincent, au Nord.

  10. Verrière de la Passion, atelier rouennais, 1520-1530 ; Provient de la baie n°1 de Saint-Vincent, au Nord.

  11. Verrière de la Crucifixion, atelier rouennais, 1520-1530, ancienne verrière axiale ou baie 0 de l'église Saint-Vincent ;

  12. Verrière de la Vie glorieuse du Christ, atelier rouennais, 1520-1530 ; Provient de la baie n°2 de Saint-Vincent, au Sud

  13. Verrière du martyre de saint Vincent, atelier rouennais, 1520-1530, don des Le Roux, seigneurs de l'Esprevier. Provient de la baie n°4 de Saint-Vincent, au Sud.

 

.

.

"L'atelier rouennais".

"Cet atelier regroupe en réalité l'œuvre de plusieurs peintres verriers dont le seul identifié est le rouennais Le Vieil auteur de la verrière de sainte Anne n°2. Ce pourrait être Jean Le Vieil, ancêtre des peintres verriers qui ont travaillé au XVIIe siècle à Saint-Vincent, et qui est mentionné à Saint-Maclou en 1519 et 1520.

Des caractères communs rassemblent ces verrières comme la densité des compositions, la vivacité de la gamme colorée ou l'emploi de verres soufflés en plateau (nombreuses traces de cives). Des techniques savantes sont mises en œuvre, notamment dans la verrière de saint Vincent, la plus richement travaillée de la série : ainsi la chape de l'évêque Valère est ornée de petites figures de saints gravés, la colonne de la comparution est faite en verre vénitien et même les fleurs sont l'occasion de raffinement technique puisqu'elles sont montées en chef d'œuvre.

Selon un procédé courant, l'atelier emploie souvent les mêmes cartons pour exécuter plus rapidement les anges symétriques des tympans ou pour reprendre des silhouettes, comme celle de l'enfant jouant avec un chien, utilisées à la fois dans la verrière de la Passion et dans celle de saint Vincent.

Ces peintres verriers ont repris des formules mises au point par Arnoult de Nimègue pour les types de personnage et le répertoire ornemental, hérité de Gaillon. Ainsi dans la verrière de la Crucifixion, les petits anges, les rinceaux peuplés de putti et de chimères ou bien, dans la verrière des saints, le décor du registre supérieur animé de putti et de pots à feu, les visages au contour hésitant, le traitement des carnations à la sanguine pure ou mêlée de grisaille, rappellent la verrière de l'Arbre de Jessé à l'église Saint-Godard de Rouen ou celle des Trois-Marie à l'église Notre-Dame de Louviers peintes par Arnoult de Nimègue.

Il serait vain de vouloir distinguer une personnalité distincte à l'origine de chacune de ces verrières ; plusieurs artistes peuvent collaborer à la même œuvre, comme on peut l'observer de façon spectaculaire , sur la verrière des saints où les deux registres inférieurs sont traités beaucoup plus simplement que le registre supérieur,..." (Corpus Vitrearum VI p. 403)

 

 

 


 

 

.

.

Annotation lavieb-aile

Annotation lavieb-aile

Les vitraux 1 à 4 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Les vitraux 1 à 4 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

L'examen du plan  de situation des verrières de Saint-Vincent montre la cohérence du programme iconographique de l'ancienne église : au centre l'abside du chœur est consacrée, de gauche à droite n°3, 1, 0 , 2, à la Vie et à la Passion du Christ, et enfin n°4 au saint patron de l'église, saint Vincent.

Le coté sud est réservé à sainte Anne (n°6 et 8) avant la verrière des Chars ou Triomphe de la Vierge.

Le coté nord est consacré aux saints, avec successivement saint Antoine (n°5), les Oeuvres de Miséricorde (n°7), les 6 Saints dont saint Nicolas (n°9), saint Pierre (n°11) et saint Jean-Baptiste (n°13).

 

.

Plan Corpus Vitrearum annoté lavieb-aile

Plan Corpus Vitrearum annoté lavieb-aile

.

.

DESCRIPTION.

.

La baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc  de Rouen mesure 6,60 m. de haut et 3,24 m. de large. Ses 4 lancettes trilobées s'organisent en deux registres de deux scènes de la vie de sainte Anne, tandis que les 6 soufflets et 6 mouchettes de son tympan témoignent, par l'épisode du "pendu dépendu" de la légende de saint Jacques, de la donation probable par une confrérie de  Saint-Jacques de Compostelle.

 

Une gravure de la Vie de la Vierge de Dürer, publiée vers 1511, est la source de la scène de l'apparition de l'ange à Joachim.

La dernière restauration de cette verrière très bien conservée est celle de Sylvie Gaudin en 1975.

Base Palissy : IM76001491

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/IM76001491

.

Le maître-verrier : Jean Le Vieil.

Une inscription LEVIEL du galon du costume de Joachim a incité les auteurs à lire le nom de Jean Le Vieil et d'y voir la signature du verrier : nous jugerons sur pièce tout à l'heure. Caroline Blondeau,  dans son Catalogue, apporte des éléments très convaincants sur ce verrier qui justifient cette attribution malgré la faiblesse de l'indice :

" Installé à Rouen sur la paroisse Saint-Vincent, la plus ancienne trace de son activité remonte à 1499, date à laquelle il est désigné avec sa femme Jeanne, trésorière de sa paroisse (ADSM, G7671.En 1519, la fabrique de Saint-Maclou le sollicite pour une verrière [...] puis en 1520 il insère plusieurs panneaux de verre peints pour la chapelle Sainte-Barbe.

En 1507, il est sollicité par le cardinal Georges Ier d'Amboise au château de Gaillon. Jean Barbe, alors seul intervenant sur le chantier, est sans doute dépassé par la charge de travail : le prélat fait alors appel à d'autres peintres verriers rouennais dont Jean Le Vieil [...].

Entre 1520 et 1530, il participe au grand chantier de renouvellement des verrières du chœur de Saint-Vincent de Rouen. Il en subsiste une verrière illustrant la vie de sainte Anne. Si la signature sur le galon de Joachim indique seulement LEVIEIL [note personnelle : on lit seulement sur ce galon VIEL, et LE VIEL, sans I, sur le galon de la Nativité] , il n'existe aucun membre de sa famille en activité  à cette époque. Marqué par l'art d'Arnoult de Nimègue, il s'inscrit parmi ses "suiveurs" en reprenant à la fois des poncifs techniques et iconographiques. Les archives sont muettes quant à la suite de ses activités. Il fonde un atelier familial : dès 1546, Richart Le Vieil reprend l'affaire de son parent, puis Guillaume, François, Martin, Jacques, Abraham, Robert, Louis et Pierre avec la postérité qu'on lui connait. Jean Le Vieil meurt autour de 1555, il est inhumé à Saint-Vincent ; c'est même la fabrique qui paie l'épitaphe de cuivre placé sur sa sépulture (ADSM, G 7714, non folioté : "A ung graveur qui a parachevé l'espitatle de cuivre de Jehan Vieil, 15 sous."

.

Pour respecter la chronologie de la narration, je commence par le registre supérieur.

.

 

.

Verrière  (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Verrière (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

LE REGISTRE SUPÉRIEUR.

.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

1. L'apparition de l'ange à Joachim.

.

Je ne reviens pas sur la Vie de sainte Anne, représentée sur de nombreux vitraux dans le cadre de la Vie de la Vierge. La stérilité du couple d'Anne et de Joachim, le rejet de leur offrande au Temple, la retraite de Joachim, offensé et se jugeant impur,  dans la montagne pour garder ses troupeaux, ou le chagrin d'Anne restée seule à Jérusalem sont les épisodes qui précèdent la présente scène où un ange apparaît en songe  à Joachim pour lui annoncer que son épouse va enfanter, s'il veut bien la rejoindre aux portes de Jérusalem.

.

La verrière s'inspire de la gravure réalisée en 1505 par Albert Dürer pour la série de la Vie de la Vierge (1500-1511). Mais ici Joachim est  assis, tenant sa houlette de berger, même s'il témoigne de sa surprise par un geste de la main droite. Un chien et quatre moutons ou brebis sont au premier plan, l'un portant une clochette bleue.

Quelques fabriques (tourelles de châteaux et toits) occupent le fond bleu.

.

Albert Dürer, gravure sur bois, 1505, Apparition de l'ange à Joachim, cycle de la Vie de la Vierge n°2.

 

.

 

 

 

 

 

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

L'ange est splendide, et les motifs damassés de sa tunique, peints au jaune d'argent, évoquent ceux de l'atelier des Le Prince, notamment le motif de la rouelle.  

L'ange tend à Joachim un papier où sont gribouillées trois lignes indéchiffrables. Un sceau d'or y est appendu.

.

.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

Les galons du manteau rouge doublé de bleu de Joachim sont ornés d'une succession de lettres romaines capitales, qui sont dépourvues de sens, selon une tradition qui se retrouvent dans les enluminures et dans les vitraux de l'atelier Le Prince, ou les vitraux de l'atelier quimpérois Le Sodec.

On peut lire : 

TEASOVXNTADFHRT C

NEEVNSVFAMTOEVIRMVIEL METE N

/ NN

NVRVETINAEICSAE / REVTA

MESANETIMXDVTDMRVE

.

C'est dans cette séquence qu'on a isolé les lettres VIEL pour y voir la signature d'un atelier LE VIEL, et par une nouvelle extrapolation, celle de JEAN LE VIEL.

.

 

 

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

L'image du berger jouant de la cornemuse en gardant ses moutons est reprise de Dürer, mais est classique par ailleurs.

.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

2. La rencontre de la Porte Dorée.

.

La tête de sainte Anne est restituée.

Les deux époux sont face à face, mais séparés quoiqu'ils se tendent la main. Joachim tient encore sa houlette, tandis que son chapeau est rejeté sur sa nuque. La houlette est bien détaillée, avec son crochet permettant d'attraper les brebis par la patte.

Anne est nimbée (verre rouge gravé), voilée et la gorge couverte de la guimpe.

Le plus intéressant est peut-être la porte de Jérusalem, évoquant les arcs de triomphe de l'antiquité romaine avec leurs médaillons à l'antique , mais plus encore les pilastres et architraves du château de Gaillon, premier édifice à introduire le vocabulaire Renaissance en Normandie en 1506-1510, ou du tombeau de Thomas James à Dol (1507-1508). On retrouve les cuirasses suspendus par des rubans, les volutes striés de I, les guirlandes, les putti, les candélabres, et un cartouche. De nombreux verres rouges sont gravés.

.

.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

LE REGISTRE INFÉRIEUR. NAISSANCE DE LA VIERGE, et PRÉSENTATION DE LA VIERGE AU TEMPLE.

.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

3. Nativité de la Vierge.

.

La restauration porte sur la main gauche et la partie inférieure de la femme assise à gauche, la tête de la femme debout à droite tenant un vase, et la partie supérieure de la crédence.

Dans la partie gauche, sainte Anne est allongée, dans cette posture classique de l'accouchée à qui trois femmes servent le brouet. Une quatrième, assise sur un tabouret, vient sans doute de tendre l'écuelle.

Dans la partie droite, nous sommes, en haut, devant un buffet de toilette, portant un miroir (double) et un vase, rendus par des verres bleu-clair, puis un broc et d'autres vaisselles.

Au dessous, une femme procède à la toilette de la petite Marie en trempant une éponge dans un baquet.

Le galon du bas d'une robe verte porte les lettres : VONIC/ VA--SE --VRCVRTS  .

Le voile d'une femme  porte les lettres : CHADLEVIELVE puis MRV / MXM . On y a isolé la séquence VIEL pour confirmer l'hypothèse de la signature. Pourquoi retenir ces lettres, sans déchiffrer les autres ?

.

.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

La verrière de sainte Anne  de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen.)
Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

4. Présentation de la Vierge au temple.

.

Les marches et l'autel, comme les têtes de sainte Anne et de la Vierge, sont restituées.

La première marche porte les lettres ERIS I. REA SS ---

.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Vie de sainte Anne, lancettes (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

.

LE TYMPAN.

.

Voir aussi la photo publiée par Sebylmay en 2014 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Miracle_du_pendu-d%C3%A9pendu#/media/Fichier:RouenVitrauxStVincent_01d%C3%A9tail.jpg

Voir mes articles :

.

Le thème de ce tympan, celui de la légende du Pendu-dépendu des pèlerins de Compostelle, appartient à un  corpus iconographique que H. Jacomet a recensé en 1992 : il  dénombre 22 vitraux (pour la plupart au nord de la Loire). Le plus précoce (voir ma description) est celui de la cathédrale de Tours au XIIIe siècle. "Saint-Léon" correspond à la maîtresse-vitre de Merléac que j'ai décrite en 2017.

.

H. Jacomet, Iconographie du miracle du Pendu, la lettre V désigne les vitraux.

.

Laurence Riviale retient, pour le XVIe siècle,  13 verrières dont les exemples clairement lisibles ou dont la description ne prête pas à équivoque. En voici la liste par ordre chronologique (j'ai mis en italique les vitraux disparus, et j'ai souligné les cinq qui ont été, soit de façon certaine, soit selon toute probabilité, offertes par une confrérie de Saint-Jacques : 

 

  • les vitraux de Féricy (Seine-et-Marne), église Sainte-Osmane, baie 2, 2e quart du xvi* siècle;
  • Rouen (Seine- Maritime), église Saint-Vincent , baie 8, vers 1520-1530 ;
  • Cour-sur-Loire (Loir- et-Cher), église Saint-Vincent, baie 5, 1495-1515
  • Lisieux (Calvados), église Saint-Jacques, 1526
  • Triel (Yvelines), église Saint-Martin, baie 3, 1554
  • Vendôme (Loir-et-Cher), vitrail provenant de la chapelle Saint-Jacques de la ville, acquis par la paroisse de Villiers à la Révolution, conservé ensuite au musée de Vendôme, aujourd’hui disparu, connu par des textes, premier quart du xvie siècle ?
  • Courville (Eure-et-Loir), église Saint-Pierre, baie 11, 1525-1550, disparu
  • Châtillon-sur-Seine (Côte d’Or), église Saint-Nicolas, baie 6, 1546-1548
  • Châlons-sur-Marne (Marne), église Notre-Dame-en-Vaux, baies 24 et 26, vers 1525-1530 (provenant de la chapelle de la Maladrerie,
  • Roye (Somme), église Saint-Pierre, vers 1520, vitrail disparu en 1914-1918
  • Sully-sur-Loire (Loiret), baie 4, 1953
  • Suèvres (Loir-et-Cher), église Saint-Christophe, baie 1, 2 et 4, vers 1490-1515
  • Lestiou (Loiret), 1603 

.

Sur cet ensemble du XVIe siècle, tous ou presque ne suivent pas le récit donné par Jacques de Voragine mais des variantes populaires.

Je ne présenterai pas à nouveau cette légende, et je renvoie aux auteurs de référence, ou à mes descriptions de Tours ou Merléac, ou à l'article Wikipédia. Mais les cinq mouchettes de ce tympan consacrées à cette légende sont loin d'en donner un parcours narratif complet, et fonctionnaient, chez les fidèles qui le contemplaient d'assez loin, comme des rappels édifiants.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

La rangée inférieure.

.

 

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

Une famille de trois pèlerins devant un autel ou apparaît saint Jacques  .

.

La scène est facile à décrire : saint Jacques, en manteau rouge et tenant son bourdon (donc semblable à sa figure centrale) apparaît, assis ou accroupi  sur un autel, devant trois pèlerins (ils portent le bourdon et la pèlerine et l'homme une besace) en prière. Ce sont manifestement un père, une mère et leur fils, donc les protagonistes de la légende du Pendu-rependu. 

Mais où la scène se situe-t-elle dans cette légende ?

.

"Prière commune de la famille" (Corpus)

.

"La dernière scène se trouve dans le panneau de gauche de la rangée du bas. Le père et la mère sont en prière devant un saint Jacques en gloire au dessus de l’autel. C’est de façon évidente celui de l’autel de Compostelle. Le jeune qui se trouve près des parents est sans doute le fils ; ses habits ne sont plus les mêmes que ceux des autres représentations dans lesquelles il est représenté en blanc, couleur du linceul. Nos trois pèlerins semblent repartis à Compostelle pour remercier saint Jacques. C’est le seul exemple que je connaisse. Y aurait-il eu inversion des lancettes ? La disparition de l’accusation et du jugement pose également question. Y aurait-il eu une recomposition de ce récit lors de travaux de réparation ou de déplacement de vitraux, avec suppression de certaines scènes ? Nous savons qu’en 1541, des vents violents ont endommagé gravement quelques verrières et qu’en 1562, les Calvinistes ont saccagé l’église. Est-ce là la cause ? Ces modifications posent question.

Dans la composition (ou recomposition ?), c’est le miracle de saint Jacques soutenant le pendu qui est central et qui est l’élément essentiel. Dans la représentation, il n’y a pas de jugement, ni pour le pendu, ni pour celui qui accuse injustement. L’auteur de cette verrière (ou celui qui l’a recomposée ?) a préféré mettre en évidence les pèlerins et les chanoines en prière. Les donateurs de ce vitrail sont anonymes, il n’y a pas d’armoiries. F. Perrot suppose qu'ils pourraient être les membres d’une confrérie de saint Jacques." (Hébert)

.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

Saint Jacques au centre.

.

"Le personnage central est saint Jacques . Il est représenté marchant avec le bourdon et le livre, comme l'a vu l’abbé Edmond Renaud qui fut curé de Saint-Vincent de Rouen avant 1885 (Renaud (abbé Edmond), Eglise Saint-Vincent, Librairie Charles Métérie, Rouen, 1885, page 54-57 ).." (Hébert)

.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

 "Arrestation de saint Jacques accusé de vol [??] ou disciples de saint Jacques échappant à une poursuite grâce à la rupture miraculeuse d'un pont ? Même sujet sur le vitrail disparu de Saint-Jacques de Lisieux." (Corpus Vitrearum VI p. 403)

.

"La scène, en bas à droite, ne fait pas partie du miracle du Pendu-Dépendu. Il s'agit de la représentation d'un autre miracle de la légende de saint Jacques. Les disciples de saint Jacques poursuivis par l'armée du mari de la reine Luppa sont sauvés par l'effondrement d'un pont." (Hébert)

.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

Partie supérieure.

.

 

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

.

Le Pendu.

.

"Pendaison du jeune homme au désespoir de ses parents qui  poursuivent cependant leur pèlerinage." (Corpus Vitrearum VI)

"La scène représente le fils pendu à la poutre du gibet. Les parents sont à genoux implorants. On constate qu’il n’y a ni présentation de l’accusation ni jugement." (Hébert)

.

 

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

Le miracle du coq qui ressuscite devant le juge.

"

 

En 1130, Hugonel, jeune pèlerin germanique en route avec ses parents vers Saint-Jacques-de-Compostelle, passa la nuit dans une auberge de Santo Domingo de la Calzada. Une jeune servante lui fit des avances, qu’il repoussa. Éconduite, elle cacha dans son bagage de la vaisselle d'argent. Au moment du départ, elle l’accusa du vol du plat. Il fut condamné et pendu pour ce vol qu’il n’avait pas commis.

Les parents éplorés continuèrent leur pèlerinage et prièrent saint Jacques. À leur retour de Compostelle, ils entendirent leur fils dire du haut du gibet qu'il vivait, car saint Jacques le protégeait. Émerveillés, ils s'adressèrent à l’alcalde (de l’arabe al cadi : le juge) alors qu'il était en train de déguster un coq et une poule rôtis, qui leur répondit avec ironie : « Si votre fils est vivant, cette poule et ce coq se mettront à chanter dans mon assiette. » Ce qu’il advint : le coq chanta et la poule caqueta. L’alcalde bouleversé fit dépendre le jeune homme et pendre à sa place la fautive. (Version de Santo Domingo de la Calzada, Wikipédia)

"La scène suivante, représente les parents en prière à genoux implorants de dépendre leur fils ; devant eux, se tient un juge debout qui montre un coq à la broche en train de rôtir. Le coq est arrivé au milieu de la salle." (Hébert)

.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

"À leur retour, [les parents] retrouvent leur fils vivant, soutenu par saint Jacques." (Corpus)

"La scène  représente le fils encore pendu au gibet. Le père et la mère arrivent et on aperçoit saint Jacques assis (en gloire) un bâton sur l’épaule et le livre sur les genoux ; il soutient le fils. " (Hébert)

.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

Les pèlerins en tenue de Jacquet,  prosternés. 

.

.

Les cartons sont inversés en symétrie à droite et à gauche. En bas, ce sont des laïcs. Ils sont vêtus d'une tunique lacée par devant, portent des guêtres, le bourdon, la besace en bandoulière, et une ceinture. Ils effectuent une génuflexion.

En haut, les pèlerins sont agenouillés, leur chapeau rejeté sur la nuque ; ils sont vêtus d'un surplis et d'une cape, ce sont des membres du clergé. Leur calebasse munie d'une sangle occupe la partie inférieure du soufflet.

.

"Dans deux mouchettes, de part et d'autre, deux pèlerins sont à genoux mains jointes, (en admiration ou en prière ?) Plus bas à l’extérieur, à genoux encore se trouvent deux chanoines ou prélats également en prière, le regard tourné vers ces tableaux." (Hébert)

.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

 

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan (1520-1530, atelier rouennais) de la baie n°2 de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen. Photographie lavieb-aile 2017.

 

SOURCES ET LIENS.

.

BLONDEAU (Caroline), "L'escu de voirre", le vitrail à Rouen 1450-1530

— CALLIAS-BEY (Martine), CHAUSSÉ (Véronique), GATOUILLAT (Françoise), HÉROLD ( Michel) 2001,  Les vitraux de Haute-Normandie, Corpus Vitrearum -p. 399-411, Monum, Éditions du patrimoine, Paris, 2001 (ISBN 2-85822-314-9) ; p. 495

— CALLIAS-BEY (Martine), 1997, « A l'Escu de voirre » : un atelier rouennais de peinture sur verre aux XVe et XVIe siècles. In: Bulletin Monumental, tome 155, n°3, année 1997. pp. 237-242; doi : https://doi.org/10.3406/bulmo.1997.917000 https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1997_num_155_3_917000

DAVID (Véronique), 2004, Rouen, église Sainte-Jeanne d'Arc : les verrières, Connaissance du patrimoine de Haute-Normandie, coll. « Itinéraires du patrimoine », 16 p. (ISBN 2-910316-03-3)

— DELSALLE (L.), 1998, "A St-Vincent de Rouen, vitrail dit des Œuvres de Miséricorde", Bull. CDA, 1998, p. 119-130.

— HÉBERT (Pierre)  Le Pendu-Dépendu en Normandie

http://lodel.irevues.inist.fr/saintjacquesinfo/index.php?id=281

Saint Jacques en Normandie Colloque des 23 et 24 janvier 2004 aux Archives départementales de la Manche

https://www.saint-jacques.info/progstLO.htm

JACOMET (Humbert), 1992, « Un miracle de Saint Jacques : le pendu dépendu », Archéologia, no 278 (Avril 1992), pp. 36 47.

https://www.academia.edu/28174718/Un_miracle_de_Saint_Jacques_le_pendu_d%C3%A9pendu

— LAFOND (Jean), 1958, "Les vitraux de l'église St-Vincent et l'aménagement du Vieux-Marché",  Bull. AMR, 1958-1970, p. 147-167.

LANGLOIS (E.H), 1832, Essai historique et descriptif sur la peinture sur verre, Rouen, page 67-68.

https://archive.org/details/memoiresurlapein00lang

LAQUERRIERE (E. De) 1843, Eglise Saint-Vincent de Rouen, les vitraux,  Revue de Rouen et de Normandie vol.11 page 359.

https://books.google.fr/books?hl=fr&id=FNYwAQAAIAAJ&dq=bas-reliefs+de+la+%22rue+de+l%27Ecureuil%22+rouen&q=boyvin#v=onepage&q=pierre&f=false

PALISSY (Base) https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM76003070

— PERROT (Françoise ) 1995, Vitraux retrouvés de Saint-Vincent de Rouen, Catalogue d'exposition Musée des Beaux-arts, Rouen, 190 p.

— PERROT (Françoise ), « Les vitraux de l'ancienne église Saint-Vincent remontés place du Vieux-Marché » , Bulletin des Amis des monuments rouennais, 1979, p. 49-98

— PROUIN (Norbert), PRÉAUX (André), JARDIN (Anne), 1983, Rouen place du Vieux-Marché, L'Église Jeanne-d'Arc et ses vitraux, Charles Corlet, 36 p.

RIVIALE (Laurence) 1996,   Les verrières de l’église paroissiale Saint-Vincent de Cour-sur-Loire,  mémoire de maîtrise  à l’Université François Rabelais, Tours, Centre d’études supérieures de la Renaissance (C.E.S.R./C.N.R.S.), sous la direction de MM. Claude Mignot et Michel Hérold.

RIVIALE (Laurence), (1998), Les vitraux du XVIe siècle consacrés à la légende du « pendu-dépendu » : nouvelles informations iconographiques, Histoire de l'art  Année 1998  40-41  pp. 113-125.

https://www.persee.fr/doc/hista_0992-2059_1998_num_40_1_2802

RIVIALE (Laurence), 2003, « Les verrières de l’église Saint-Vincent de Rouen remontées à Sainte-Jeanne d’Arc », Congrès archéologique de France, 161e session, 2003, Rouen et Pays de Caux, Paris, Société archéologique de France, 2006, p. 262-268.

RIVIALE (Laurence), 2007, Le vitrail en Normandie, entre Renaissance et Réforme (1517-1596), Presses universitaires de Rennes, coll. Corpus Vitrearum .

 

 

TANGUY (Jacques) 2003. Rouen-histoire.com

http://www.rouen-histoire.com/SteJA/fenetre_01.htm

Divers

 

http://www.rouen-histoire.com/SteJA/index.html

http://www.rouen-histoire.com/Eglises_Rouen/St-Vincent.htm

https://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Rouen/Rouen-Sainte-Jeanne-d-Arc.htm

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Sainte-Jeanne-d%27Arc_de_Rouen

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Vitraux Renaissance Inscriptions
7 février 2022 1 07 /02 /février /2022 18:22

 

 

.

.

 

.

Voir sur Guengat :

 

.

.

 PRÉSENTATION.

.

Cette plaque gravée est vissée (au moins depuis 2011) sur le mur à la gauche de l'enfeu nord et du gisant du couple de Saint-Alouarn. Elle était auparavant conservée au presbytère, selon Pérennès (1941) cité par C. Jouin. 

.

J'emprunterai à René Couffon son relevé :

 "Une plaque de cuivre, frappée des armes de Guengat, porte l'inscription :"Nous, haut et puissant Messire Charles, Joseph François Quemper, chevalier, Seigneur de Lanascol, de Guengat et autres lieux, permettons au général de la paroisse de Guengat de baisser notre tombe, existant au milieu du choeur de l'église de Guengat, à la hauteur de deux pieds et demi, et de la mettre au ras du pavé. Mais la pierre supérieure sera mise en même état au niveau des autres pierres du dit pavé, nous réservant la faculté de la rétablir à notre volonté à la hauteur où elle est aujourd'hui. A Lanascol, le 4 juillet mil sept cent quatre vingt un. Charles Quemper comte de Lanascol, Hamon recteur, Louboutin curé, Alain Le Garz fabrique."

.

Il faut compléter cette description en précisant que les armes des Guengat, d'azur à trois mains dextres appaumées d'argent en pal 2.1, sont timbrées de la couronne de marquis et ornées de lambrequins principalement végétaux.

Ni Diverrès en 1891 ni   Abgrall en 1906 n'en font  mention.

.

Elle pose à mon sens trois petites énigmes aux curieux.

1°) Pour quelles raisons ce sont les armes des premiers seigneurs prééminenciers de l'église, la famille de Guengat, qui figurent ici, et non celles des Quemper de Lanascol, d'argent au léopard de sable à  trois coquilles de même en chef ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Blason_Famille_Quemper_de_Lanascol.svg

.

2°) Qui est ce "Messire Charles, Joseph François Quemper, chevalier, Seigneur de Lanascol, de Guengat et autres lieux" ? 

A priori, la réponse est facile, mais à condition de bien vouloir modifier les prénoms et y substituer Charles Claude Yves Joseph Quemper, chevalier , comte de Lanascol, lieutenant des maréchaux de France, colonel de la maréchaussée, grand voyer de Bretagne, né le 11 juillet 1723 à Keraudy, Ploumiliau, Côtes d'Armor et décédé le 4 novembre 1781 au château de Lanascol, même lieu.

La plaque datée de juillet 1781 précède de peu celle du décès du comte.

Il est le fils d'Yves Joseph  Jacques Quemper, chevalier , seigneur de Lanascol, et de Marie Marquise de Cleuz.

https://gw.geneanet.org/hamety?lang=en&iz=3808&p=yves+joseph+jacques&n=quemper

https://man8rove.com/fr/profile/spf8bqvh9-charles-claude-yves-joseph-de-quemper-de-lanascol

Et c'est le père de Jacques Yves Joseph Marie, seigneur marquis de Lanascol, dont le nom apparait sur la cloche de 1773.

 

.

3°) Pour quelle raison ce seigneur accepte-t-il d'abaisser la pierre tombale familiale, dont nous apprenons l'existence par cette inscription, et qui était placée au milieu du chœur, surélevée de 75 centimètres, pour la placer au ras du sol ? Pour des raisons pratiques qui s'imposent par leurs nécessités ? Par un nouvel équilibre des prétentions des trois Etats ?

.

Les co-signataires :

— Le recteur HAMON est déjà en poste en 1773, puisque son nom apparaît sur la cloche ; son curé (vicaire) est alors un certain Kerlen.

— Le curé est Nicolas Louboutin, sur lequel les archives rapportées par Christian Jouin apporte de nombreuses informations. C. Jouin indique qu'il est né à Guengat le 1er mai 1754, qualifié de prêtre le 24 octobre 1778, et qui signe un baptême dès le 13 mars 1783. Il prêta serment, puis se rétracta en 1791 en même temps que son recteur Le Gorgeu. "Mais il se refusa à émigrer. Il resta sur le terrain, cinq années (de 1792 à 1797) durant, caché, exerçant un ministère clandestin". (C. Jouin)

— Alain Le Garz est sans doute celui que mentionnent les généalogistes : né le 2 septembre 1735 à Langolen (29), et marié le 5 février 1760 à Kerfeuteun avec Jeanne Thomas, il est décédé le 13 mars 1787 à Crinquellic, Guengat. Mais les généalogies sont confuses :

https://gw.geneanet.org/herveline29?n=le+garz&oc=&p=alain

https://gw.geneanet.org/jeannettepelliet?n=le+garz&oc=&p=alain

  •  

 

 

 

 

 

 

Plaque de 1781 apposée dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Plaque de 1781 apposée dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Plaque de 1781 apposée dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Plaque de 1781 apposée dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

 

.

SOURCES ET LIENS.

.

— ABGRALL (Jean-Marie), 1911, Notice sur la paroisse de Guengat, Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, BDHA, Quimper

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/items/show/344

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988,  Notice sur les paroisses,...

https://www.diocese-quimper.fr/wp-content/uploads/2021/01/GUENGAT.pdf

 

 

— DILASSER (Maurice), 1979 : Locronan et sa région (Paris, 1979)

DIVERRÈS (Henri), 1891,  "Monographie de la commune de Guengat ", Bull. S. A. F., pages 42-61).

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207615d/f115.image

 

— JOUIN (Christian), s.d, Tout sur l'histoire de Guengat.

https://www.guengat.com/

 

 

PÉRENNÈS (Henri), 1941 : Guengat (Rennes) non consulté

— POP.CULTURE

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00089983

— WAQUET (Henry ), 1957,  Guengat (S.F.A. - Congrès archéologique de France CXVe session 1957 Cornouaille.) -

— WAQUET (Henry ), 1942, Art breton, 2è éd., 1942, pp.145-151

— Site Infobretagne : http://www.infobretagne.com/guengat.htm

http://www.guengat.fr/patrimoine/leglise

 

— WIKILAND

https://www.wikiwand.com/fr/Guengat

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Inscriptions Héraldique
4 février 2022 5 04 /02 /février /2022 14:02

Les sculptures extérieures des façades sud et ouest de l'église de Guengat. Les gargouilles, et crossettes (granite, XVIe siècle). Les  inscriptions (1557 et 1706). Les cloches (1773 et 1872).

 

.

 

.

Voir sur Guengat :

 

.

 

 

.

— Cet article appartient à une étude des crossettes du Finistère (ou de Bretagne) destinée à permettre des comparaisons et à dégager des constantes stylistiques et thématiques. On consultera sur ce blog :

 

 

.

 

 

 

.

L'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

L'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

L'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

L'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

LES TROIS GARGOUILLES.

.

Rappel : les gargouilles servent à l'évacuation des eaux pluviales afin qu'elles ne ruissellent pas sur les murs ou qu'elles ne favorisent l'humidité des fondations. Elles diffèrent donc par leur fonction des crossettes, pierres d'amortissement à l'union du toit et des murs.

Dans son Dictionnaire raisonné,  Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc a consacré à la gargouille (ou « gargolle, guivre, canon, lanceur ») une notice détaillée et illustrée.  « Beaucoup de ces gargouilles sont des chefs-d’œuvre de sculpture ; c’est tout un monde d’animaux et de personnages composés avec une grande énergie, vivants, taillés hardiment par des mains énergiques et sûres. Ces êtres s’attachent étroitement aux larmiers, se soudent à l’architecture et donnent aux silhouettes des édifices un caractère particulier, marquant leurs points saillants, accusant les têtes des contre-forts, faisant valoir les lignes verticales » (Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, A. Morel, 1868, tome VI p. 22).

 

.

1°) Un dragon ailé.

.

La gargouille est creusée ici en canalisation sur sa face supérieure, et elle reçoit les eaux pluviales par un trou du mur, communiquant avec les  toitures des deux premières chapelles, puisqu'elle est placée au dessus du contrefort séparant les deux pignons.

Le motif du dragon (ou animal fantastique ailé) des  gargouilles est certainement le plus courant.

Date-t-elle de la construction initiale (XVIe) ou de la restauration de 1706 ? 

.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Deux écuyers jumeaux enlacés.

.

C'est l'un des éléments sculptés les plus remarquables de cette façade, par son originalité.

La situation au dessus d'un contrefort séparant le pignon de la première chapelle de celui du porche et de sa chambre d'archives, est semblable à celle de la gargouille précédente, mais est plus élevée.

Une canalisation rectangulaire (recevant les eaux par un orifice du mur) est soutenue par deux personnages identiques. Ils évoquent les écuyers armés d'une épée et allongés horizontalement avec une jambe fléchie qui se retrouvent (mais sans ce doublement gémellaire) sur nos édifices en tant que crossettes, à Landerneau, Plougourvest, Notre-Dame-de-Berven, Le Tréhou, Locmélar et Saint-Servais.

Ils évoquent aussi les "acrobates" qui ont la même posture, mais tenant sa cheville empoignée, à La Martyre, en "acrobate lubrique" (Dirinon, Confort-Meilars, chapelle Saint-Nicodème de Ploéven, Doyenné du Folgoët) et en "acrobate-buveur" à Pontivy ou Roscoff.

Leur coude extérieur est fléchi, et je ne parviens pas à préciser si la main tient la poigne d'une épée ou d'une dague.

Ils n'ont d'autre coiffure que leurs cheveux mi-longs, mais sont vêtus d'un pourpoint dont l'encolure à larges rabats est bien visible.

 .

Le plus surprenant n'apparait que pour le visiteur qui se place juste en dessous et observe la face inférieure de la gargouille. On découvre que leurs bras (gauche pour celui de gauche et droit pour celui de droite) se croisent si bien que les mains se retrouvent au niveau de la ceinture ... ou un peu en dessous. Cet enlacement est-il d'ordre érotique ?

L'iconothème des jumeaux est présent sur les édifices de Bretagne, mais il n'y est pas fréquent. Pourtant, à l'intérieur même de l'église de Guengat, deux masques jumeaux sont sculptés en bois comme blochet de la chapelle Saint-Michel. Faut-il rappeler l'ancienneté du mythème des jumeaux divins  cavaliers proto-indo-européens et la présence des Dioscures Castor et Pollux? J'avais trouvé dans le duo des saints Côme et Damien, duo presque jamais séparé en iconographie bretonne, un premier début de réflexion sur ce sujet.

.

 

 

 

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

3°) Une gargouille anthropomorphe lubrique. Pignon ouest.

.

Le thème érotique est ici incontestable. Un homme nu (?) porte un doigt de la main gauche au coin de sa bouche, tandis que sa main droite est placée dans l'entrejambe ; le sexe n'est pas visible.

Les exemples identiques sont fréquents, à Brasparts notamment. Et d'une manière générale, les gargouilles sont souvent inconvenantes, ce qui assure un fond de commerce à de nombreux auteurs sûrs de trouver leur public.

.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Gargouilles de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

LES CROSSETTES : TROIS LIONS.

.

Les "lions de crossettes", comme je les nomme, sont légions en Bretagne, et particulièrement en Basse-Bretagne. Ils tiennent parfois un petit être, une "âme" entre leurs pattes ou dans leur gueules. 

Ici, l'un tient un écu qui portait peut-être jadis les armes de Guengat.

.

1. Lion de l'angle sud-est.

.

Lions de crossettes de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Lions de crossettes de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Lions de crossettes de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Lions de crossettes de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Lions de crossettes de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Lions de crossettes de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Lions de crossettes de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Lions de crossettes de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

2. Lion de la façade sud.

.

En dessous de l'extrémité des gables des pignons du porche et de la première chapelle, au dessus des écuyers jumeaux. 

Le lion semble tenir quelque chose entre les pattes.

.

Lions de crossettes de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Lions de crossettes de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Lions de crossettes de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Lions de crossettes de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

3. Lion tenant un écu.

.

On peut penser que cet écu (comme celui placé au faîte du pignon de la chapelle Saint-Michel) portait les armes des seigneurs de Guengat, comme s'en réclame Jacques de Kergorlay dans son aveu de 1681.

.

Lions de crossettes de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Lions de crossettes de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

L'inscription de l'ossuaire.

.

 

1557 RESPICE FINEM.

.

https://www.guengat.com/8/eglise02.html

 

Ossuaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Ossuaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Ossuaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Ossuaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

L'inscription du  pignon de la troisième lucarne, correspondant à la chapelle du Rosaire (1706) .

.

1. Sur la première pierre , sur trois lignes  en réserve dans un cartouche à cupule latérale :

V : ET : D : MI :

I : LHOSTIS :

RECTEVR

soit : "« Vénérable et Discret Messire Jean LHOSTIS, recteur"

.

2. Sur la pierre rectangulaire placée dans le prolongement, et également sur trois lignes  en réserve dans un cartouche à cupule latérale :

V : MI : M : QVEMENER : C

UR  : MI : F : IVZEAV : P :

G : LIZEN : F : LAN : 1706

Soit : 

Ce qui signifierait : « Vénérable Messire M. QUÉMÉNER, curé ; Messire F. JUZEAU, prêtre - G. LIZEN, fabrique - l'an 1706  » .

 

.

J'ai modifié le relevé (la "leçon") donnée par les auteurs précédents.

Comme l'indique C. Jouin, cette année là, au cours d'un orage, le clocher s'effondra, endommageant fort le bas-côté sud. Une inscription, sur le pignon de la chapelle du Rosaire, rappelle les travaux de restauration qui durent y être effectués .

a) Le recteur Jean L'Hostis n'a pu être clairement identifié ; On mentionne un Jan L'Hostis, prêtre, décédé à 45 ans à Plounéaour-Trez en 1710.

 

https://forum.cgf.bzh/forum/phpBB3/viewtopic.php?t=30356

b) Ma lecture de l'initiale du prénom du curé, M, est fiable. La famille QUEMENER est bien attestée à Guengat,ais je ne trouve aucun Michel (par exemple) QUEMENER à Guengat à cette époque sur Geneanet.

c) La famille LUZEAU est bien attestée à Guengat, et les généalogistes signalent  François LUZEAU né en 1675 à Guengat :

https://gw.geneanet.org/fazery?n=juzeau&oc=&p=francois

d) Le membre de la fabrique Guillaume LIZEN est parfaitement cerné par le forum CGF : il réside   sans doute à Keranmarrec, Guengat, il est né de Yvon et de Adelice KERLEGAN,  a été baptisé le 18 juillet 1660 à Plogonnec (paroisse voisine de Guengat), est mentionné comme parrain en 1697 et  comme témoin de décès en 1705 ou de mariage en 1710, ou du décès de son beau-père en 1719. Il a épousé Marin (Marie) ROLLAND de Guengat le 9 février 1706 au Juch, et est décédé à Guengat, village de Keramarec.*

https://gw.geneanet.org/loicleroy?n=lizen&oc=&p=guillaume

Il est mentionné sous le nom de Guillaume Le LIGEN, décédé en 1719, marié avec Marie ROLLAND (1664-1708), dont un fils Jean marié en 1711 avec Catherine LE MOENNER

https://gw.geneanet.org/momos?n=rolland&oc=&p=marie

Voir toutes les mentions :  ici https://forum.cgf.bzh/forum/phpBB3/viewtopic.php?t=30356

Les cartes mentionnent Kergaradec et Keramarch, Kermarc.

https://remonterletemps.ign.fr/comparer/basic?x=-4.189278&y=48.041867&z=14&layer1=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.CASSINI&layer2=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.PLANIGNV2&mode=doubleMap

.



 

 
Inscription de 1706 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Inscription de 1706 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Inscription de 1706 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Inscription de 1706 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Inscription de 1706 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Inscription de 1706 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

LES CLOCHES (1773 et 1872).

.

Leur inscriptions ont été fidèlement relevées par Diverrès en 1871 et Pérennès en 1941 puis plus complètement par  C. Jouin. Je complète ces informations par des photographies de la partie visible depuis l'ouest. Cela permet d'en préciser le décor et notamment les médaillons.

.

Cloches  de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

 

1. La petite cloche de 1773.

.

La date la fait appartenir à la liste assez restreinte des cloches du Finistère qui ont échappé aux ordres de faire fondre les cloches lors de la Révolution. Elle est donc fort précieuse.

.

Elle porte, selon les auteurs,  l'inscription sur les deux lignes supérieures :

« F. PAR JACQUES Y. L. M. QUIMPER. 1773. C. DE LANASCOUET. LOUIS CADIC. ALÉNO DE SAINT-ALOUARN. M. HAMON. RECTEUR. P. KERLEN. CURE »

 (B.S.A.F. : 1890 - p. 284 ; DIVERRÈS (H.) : Monographie de la commune de Guengat - B.S.A.F. 1891 )

Je lis pour ma part (il faut débuter les lignes par la petite main à l'index tendu) :

LAN 1773 J'AI ETE NOMMEE PAR IACQUES --------

HAMON RRE ------------------------- ALENO DE ST ALOUARN

 

Et sur la ligne inférieure :

 J.FS GUILLAUME F.

 

 


Soit : L'an 1773, j'ai été nommée par Jacques L. Y. M. QUIMPER DE LANASCOL, Marie-Sophie ALÉNO DE SAINT-ALOUARN, HAMON : Recteur, KLEN : Curé, Louis CADIC, Jean QUÉAU : Fabriques, J. Fs Guillaume F.(fondeur)" ( in PÉRENNES (H., Chanoine) : Guengat - Rennes, 1941)

.

Il est mentionné dans les registres : « 29/VIII/1773 a été bénite la deuxième cloche nommée Marie-Renée-Sophie-Jacquette, par Monsieur Jacques QUIMPER DE LANASCOL, représenté par Monsieur DE KERGADIO, et par Sophie ALÉNO DE SAINT-ALOUARN, qui ont signé. Ont signé en outre : Alain DE ROSMADEC, BARBIER DE LESCOET (*), de Reymond NOEL DE CARNE, J. LE GALL, recteur de Plonéis » " (C. Jouin)

 (*)BARBIER : Seigneur de Lanarnuz (en Tréflez), Marquis de Kerjan en 1618 (en Saint-Vougay), Seigneur de Lanorgant (en Plouvorn), de Nernaou et de Quilimadec (en Ploudaniel), de Landouzan (au Drénec), Vicomte de Trouzilit (en Plouguin), Châtelain de Lescoët en 1656 (en Lesneven), Seigneur de Mezarnou (en Plounéventer), de Kerc'hoënt (en Minihy), de Rodalvez (en Languengar), de Kernatoux (en Ploudalmézeau), du Lescoat (en Lanarvily), de Kergoff et de Tromelin (en Kernouëz), de Kerhuon, de Kerannou, de Lesquiffiou (en Pleyber-Christ), de Kerally, de la Fontaine-Blanche, de Coëtmenec'h (en Plouider). In POTIER DE COURCY (DE) (Pol) : Nobiliaire et armorial de Bretagne - t. I. - p. 39 )

.

Le fondeur "J. FS GUILLAUME".

Il s'agit sans doute  de :

Jean-François GUILLAUME,  Fondeur à Morlaix. Il fit, entre autres, en 1769, une cloche à Kersaint-Plabennec, en 1772, une cloche pour les Etats de Bretagne réunis à Morlaix, et une cloche pour Saint-Thégonnec ; en 1775, une cloche pour Locmaria-Plouzané, une pour Le Ponthou .. et une pour Plogastel-Saint-Germain (J.F. MA FAIT) ; en 1776; une pour Treflez ; en 1777, une pour Guilers Brest et une pour Milizac ; en 1778, une pour Plouézoch et une pour Kergloff ; en 1779, une cloche pour Saint-Mathieu ; en 1783, une pour Saint-Houardon de Landerneau ; en 1784, une :pour Le Ponthou ; en 1785, une pour Saint-Servais ; en 1791, une pour Saint-Jean-du-Doigt.

Voir :

Les fondeurs de cloche actifs dans le Finistère sous l'Ancien-Régime.

 

 

.

Cloches  de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches  de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches  de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Le médaillon armorié.

.

Malgré le téléobjectif, il est difficile d'en avoir une image parfaite, mais néanmoins, nous avons la certitude que ce médaillon est surmonté d'une couronne de marquis (fleurons et perles), et que les meubles sont assez effacés pour qu'on ne distingue que deux ou trois traits horizontaux non alignés.

Ces armes ne peuvent se rapporter qu'aux familles citées sur la cloche:

— QUEMPER DE LANASCOL : D'argent, au léopard de sable, acc. de trois coquilles du même, rangées en chef

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Blason_Famille_Quemper_de_Lanascol.svg

Jacques Yves Joseph Marie Quemper , chevalier marquis de Lanascol, est né en 1759 à Keraudy, Côtes d''Armor, et décédé en 1813 à Guingamp. Il émigra en 1791, combattit la France en 1792 dans les armées des princes et revint en France en 1801. Il épousa en 183 Marie Françoise  Julie de la Boessière, d'où huit enfants.

En 1773, date de la cloche, il avait donc 14 ans.

https://gw.geneanet.org/hamety?lang=en&pz=jeanne&nz=biard&p=jacques+yves+joseph+marie&n=quemper

— ALÉNO DE SAINT-ALOUARN :  D'argent à trois hures de sanglier de sable, arrachées de gueules 

https://man8rove.com/fr/blason/17xx7h2-alleno

Marie-Renée Sophie Aléno de Saint-Alouarn, fille de Louis, et de Marie Drouallen, est née à Quimper en 1763 et décédée en 1849. Elle épousa en 1791 François Pierre Marie Le Veyer. 

https://gw.geneanet.org/ckerjosse?lang=en&pz=claude&nz=kerjosse&p=francois+pierre+marie&n=le+veyer

https://gw.geneanet.org/henribernard?lang=en&pz=alexis+stephane&nz=bernard&p=marie+renee+sophie&n=alleno+de+saint+alouarn

.

Et moins probablement aux familles suivantes, citées dans les archives :

—DE KERGADIO (représentant de Jacques de Lanascol) : D'argent au lion morné de sable, accompagné de trois molettes de même.

—DE ROSMADEC, palé d'argent et d'azur

https://man8rove.com/fr/blason/cwcqm22-rosmadec

—BARBIER DE LESCOET : d'argent à deux fasces de sable.

DE CARNE, d'or à deux fasces de gueules.

https://man8rove.com/fr/blason/rgqxb13-carne

 

.La seule figure compatible serait celle des armoiries de la marraine, Sophie Aléno de Saint-Alouarn (Quimper 1763-Saint-Pol-de-Léon 1849, les trois traits horizontaux étant alors les bases des hures de sanglier.

Néanmoins la couronne de marquis  impose le choix du parrain,  Jacques-Yves-Joseph-Marie DE QUEMPER, IIème du nom, marquis, de Lanascol et du Guérand, seigneur de Kerhallin, de la châtellenie de Lanascol, de la Lande, de Ploumilliau, de Guengat et Lezarcoet, du Gage, du Cleux, de Chemillé, de Kermartin et de beaucoup d'autres lieux dont l'énumération serait trop longue, fils du précédent, naquit le 25 septembre 1759, et épousa, le 28 avril 1783, Marie-Marguerite-Françoise-Julie de la Boessière, fille de Bertrand-Pierre-Marie, IIIème du nom, marquis de la Boessière, seigneur de Lennuic, etc. et de Marie-Jeanne de Tavignon, dont les armes sont : de sable, au sautoir d'or.

.

Un indice que j'ai omis de remarquer jusqu'alors est que ce blason est un losange, c'est un blason féminin.

Ce ne peut être celui de l'épouse de Jacques Quemper de Lanascol, car celui-ci se maria en 1783. Ni celui de sa mère, décédée en 1749.

.

.

Enfin, il est intéressant de rapprocher ce motif héraldique de celui que porte une plaque en cuivre datée du 4 juillet 1781 et portant le nom de  "Charles Joseph François Quemper, chevalier seigneur comte de Lanascol de Guengat et autres lieux", personnage que les généalogistes ignorent, du moins dans cette séquence de prénom. Les armes sont celles de Guengat et la couronne est celle de marquis.

Les trois marques verticales des armes de la cloche pourraient être compatibles avec la base des paumes.

.

Photo lavieb-aile 2022.

.

 

 

.

La mise en ligne des descriptions des cloches du Finistère est très incomplète, et éparpillée sur de très nombreux sites. Dans le meilleur des cas, on trouve le relevé (plus ou moins fidèle) des inscriptions, mais bien plus rarement la description, pourtant très précieuse, des médaillons et des décors. 

La documentation photographique est encore plus souvent absente.

Je ne peux me baser que sur mon expérience pour indiquer que ce médaillon armorié est un cas unique, sauf à y ajouter les armoiries abbatiales de Landévennec sur la cloche de l'église de cette paroisse.

.

Cloches  de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

 

2. La grande cloche de 1872.

.

Selon Christian Jouin : 

"Réparée en 1866, car elle était fêlée, il fallut cependant la refondre en 1872, pour 480,62 francs ( Délibérations du conseil de fabrique - A.D.F. - V. Dépôt Guengat 1. ). Il fut même question de la remplacer (« Achat d'une cloche pour la tour en place de celle qui est fêlée » : (Budget et comptes de fabrique (1860-1879) - A.D.F. - V Dépôt Guengat 3 )). Cette cloche porte les inscriptions suivantes (H. Pérennes PÉRENNES 1941) :

Parrain : Jean-Louis NIHOUARN

Marraine : Marie-Catherine PHILIPPE

Recteur : Jean ROHOU

Maire : Jacques PLOUZENNEC

1872

Jean : Fondeur à Quimper."

.

.

a) Le début des trois lignes supérieures est indiqué par une main tenant une couronne, et tournée vers la droite.

Première ligne :PARRAIN JEAN-[LOUIS NIHOUARN ]----------[PLOUZENNEC] JACQUES MAIRE 1872

Les autres lignes ne sont pas visibles du coté ouest.

b) La ligne inférieur montre bien JEAN  FONDEUR / A QUIMPER, de part et d'autre d'un crucifix.

.

Jean, fondeur à Quimper, est le nom du fondeur de cloches, comme l'atteste un moulage en plâtre d'une marque d'une cloche de Morlaix fondue en 1862.

L'église de Trégarvan, toute proche, possède deux cloches de Jean Fondeur, l'une de 1859 et l'autre nommée Marie Joseph Anna, de 1880.

Voir la cloche de la chapelle Saint-Jean de Saint-Nic, datant de 1875 :

 

 

.

 

Cloches  de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches  de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches  de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches  de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches  de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches  de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Cloches de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

SOURCES ET LIENS.

 

— ABGRALL (Jean-Marie), 1911, Notice sur la paroisse de Guengat, Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, BDHA, Quimper

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/items/show/344

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988,  Notice sur les paroisses,...

https://www.diocese-quimper.fr/wp-content/uploads/2021/01/GUENGAT.pdf

"En 1706, la chute du clocher causa de graves dégâts, notamment aux pignons des chapelles sud dont les fenestrages furent brisés - d'où leurs réseaux simplifiés. L'inscription de l'aile sud se rapporte aux travaux de restauration : "V. ET. D. MI. LHOSTIS. RECTEVR. / V. M. QVEMENER. C. Y. M. F. IVZEAV / P. G. LIZEN. F. L. AN. 1706.". Le clocher ne fut reconstruit qu'en 1892 par le spécialiste Le Naour sur les plans du chanoine Abgrall ; galerie à balustrade classique, chambre de cloches et flèche octogonale à crochets. Le porche est voûté sur ogives avec liernes. Les arcs s'appuient sur des colonnettes couronnées de petits chapiteaux, mais dont le profil est prismatique. Il est surmonté d'une chambre d'archives A l'ouest du porche et accolé également à la façade ouest, est un ossuaire surmonté d'une chambre à laquelle on accède par un escalier extérieur. Il porte la date de 1557 et l'inscription : "RESPICE FINEM". Deux baies jumelées avec accolades simplement moulurées s'ouvrent sur sa face sud ; il porte à la base une plinthe à talon bien moulurée. Vue de l'ouest, l'église paraît être à trois nefs; le comble ne pouvait couvrir sous deux rampants continus le vaisseau élargi. Des arcs en accolade couronnent les cintres brisés des fenêtres du chevet et de la chapelle sud.

Cloche datée "LAN 1773... J Fs. GVILLAVME. F.". - L'acte de baptême :" le 29 août a été bénite la 2ème cloche nommée Marie Renée Sophie Jacquette, parrain Jacques Quimper de Lanascol, représenté par M. de Kergadio et par Sophie Aleno de Saint-Alouarn qui ont signé. Ont signé en outre : Alain de Rosmadec, Barbier de Lescoët, de Raymond, Noël de Carné, J. Le Gall, recteur de Ploneis." La grosse cloche de 1872 de Jean, fondeur à Quimper, a remplacé une précédente de 1790."

"

— DILASSER (Maurice), 1979 : Locronan et sa région (Paris, 1979)

DIVERRÈS (Henri), 1891,  "Monographie de la commune de Guengat ", Bull. S. A. F., pages 42-61).

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207615d/f115.image

Infobretagne

http://www.infobretagne.com/guengat.htm

— JOUIN (Christian), s.d, Tout sur l'histoire de Guengat.

https://www.guengat.com/

— KERGORLAY (Jacques de), 1681, Extrait de l'aveu de Jacques DE KERGORLAY :1681 : [AN P/1689] - Quimper (Finistère, France) - Terriers | 1678 - 1682 - Geneanet

« A cause de laquelle terre et Seigneurie de guengat cy devant déclarées ledit Seigneur déclarant est patron fondateur et le premier préminancier de l'églize parroissialle de guengat, laquelle parroisse a tousiours porte le nom de la Maison de guengat comme estants Véritablement les seigneurs patrons et fondateurs d'Icelle, ainsy qu'il Se Justiffie par la déclaration cy devant où l'on a employé plusieurs tenues Situées audit bourg appartenantes audit Seigneur déclarant, en laquelle Église parroissialle de guengat tant en la maistresse Vitre aux plus haults Soufflets tant en la Maistresse Vitre, qu'aux autres Vitres de ladite Église et chapelles d'Icelle, mesme en bosse et relief autour des murailles tant par dehors que au dedans en plusieurs endroicts et en la tour et clocher d'Icelle Sont les arbres timbrés et alliances de ladite Maison de guengat et dans le coeur &  chanceau de ladite Église, au milieu proche le balustre du grand autel est Un tumbeau de pierre de taille Enlevé de terre d'Environ deux pieds et demy armoyé par dessus et à l'entour des Armes et timbres de ladite Maison de guengat, Lequel tumbeau est l'ancienne Sépulture et Enfeu prohibitif des Seigneurs de guengat proche duquel tumbeau du costé de l'Évangille est Un banc à queue et Accoudouers Aussy Armoyé des Armes de ladite Maison appartenant audit Seigneur déclarant lequel et Ses prédécesseurs Seigneurs de guengat Sont En droict et possession Immémorialle de faire mettre Une ceinture et Lizière avec leurs Armes tant par dedans que par dehors à l’entour d'Icelle Églize parrochialle de guengat à chaque décéds des Seigneurs de guengat"

 

— LE SEAC'H (Emmanuelle), 2014, Sculpteurs sur pierre en Basse-Bretagne. Les ateliers du XVe au XVIe siècle. Presses Universitaires de Rennes.

http://www.pur-editions.fr/couvertures/1409573610_doc.pdf

— LE SEAC'H (Emmanuelle), 1997, Les crossettes et les gargouilles dans quatre cantons du Finistère : Landerneau, Landivisiau, Ploudiry, Sizun. Mémoire de maîtrise d’histoire,  2 vol. 359 p. + 135 p. : ill. ; 30 cm. 

PÉRENNÈS (Henri), 1941 : Guengat (Rennes) non consulté

— WAQUET (Henry ), 1957,  Guengat (S.F.A. - Congrès archéologique de France CXVe session 1957 Cornouaille.) -

— WAQUET (Henry ), 1942, Art breton, 2è éd., 1942, pp.145-151

— Site Infobretagne : http://www.infobretagne.com/guengat.htm

http://www.guengat.fr/patrimoine/leglise

— WIKILAND

https://www.wikiwand.com/fr/Guengat

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Gargouilles et crossettes Inscriptions Héraldique
22 janvier 2022 6 22 /01 /janvier /2022 12:33

Le mobilier de l'église de Guengat : le confessionnal de 1840, l'autel "face aux fidèles" et ses panneaux de 1843,  et leurs inscriptions en "ancien breton".

.

 

.

.

 

.

Voir sur Guengat :

 

.

 

.

PRÉSENTATION.

.

 En 1840, le menuisier Vincent Garrec construisit un confessionnal pour l'église de Guengat, et orna les panneaux de sculptures et d'inscriptions en français et en "ancien breton" énigmatique.

 

.

Trois ans plus tard, le menuisier Vincent Garrec, de Guengat, sculpta les panneaux d'une chaire à prêcher avec un corpus d'inscription en "ancien breton" et les data de 1843. Aucun auteur ne décrit cette chaire, mais René Couffon signale que ses panneaux furent réutilisés pour "l'autel face au peuple" (qu'imposèrent les nouvelles règles liturgiques du concile Vatican II à partir de 1965). Le corpus d'inscriptions de cet autel, qui se répartit sur quatre panneaux, permet de mieux comprendre les inscriptions du confessionnal. C'est pourquoi je le décrirai en premier.

Christian Jouin me communique deux clichés de cette chaire :

.

Cliché communiqué par C. Jouin.

 

.

 

.

.

.

 

.

.

.

I. L'AUTEL FACE AUX FIDÈLES DU XXe SIÈCLE ET SES PANNEAUX DE 1843.

.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

​.

.

Les inscriptions.

.

L'abbé Yves-Pascal Castel, du Service de l'Inventaire Général, les a étudiées et ses conclusions ont été publiées paru dans le Courrier du Léon du 12 mai 1986.

.

"Il y a sur le maître-autel de l'église de Guengat  une inscription étrange qui a attiré récemment l'attention des chercheurs de l'Inventaire général de Rennes. Pendant un certain temps, l'énigme que posaient les caractères sybilliens (sic) demeurèrent indéchiffrables. Mais grâce à la publication d'un dessin dans le bulletin de la Société archéologique du Finistère, les éclaircissements arrivèrent de toute part. On aurait pu s'épargner un tel déploiement de force !

À Guengat même, quelqu'un connaissait le sens des signes gravés sur l'autel : Jérôme Garrec en avait soigneusement fait le relevé par la méthode du frottis  et communiqué depuis longtemps au cercle de ses intimes la signification des caractères mystérieux. Il le savait par tradition familiale, étant le petit-fils de Vincent Garrec, le menuisier lettré qui exerçait son art au bourg de Guengat au milieu du XIXe siècle.

 

Vincent GARREC ne manquait  pas de talent. La chaire à prêcher et le confessionnal qu'il fournit en 1840 et 1843 à l'église paroissiale sont dans le pur style rocaille florissant au XVIIIème siècle et dont l'engouement se prolongea, on le voit ici, jusque dans le milieu du XIXème siècle. Le témoignage le plus ancien attestant des signes mystérieux utilisés par le menuisier de Guengat se trouve consigné dans la Grammaire du Père MAUNOIR, datée de 1659 qui l'appelle l'Alphabet des anciens Bretons Armoriques. D'après MAUNOIR, il est tiré « partie d'un ancien calice de l'abbaye de Landévennec, partie de quelques anciens bâtiments et monuments de la Bretagne ».  (Castel 1986)

"Alphabet des Anciens Bretons Armoriques, tiré d'un ancien Calice de l'abbaye de Landevenec, d'une Croix de Pierre en Plou-Sané, à deux lieues de Breft, du Château de Lezafcoët près de Doüarnenez, dans les pierres de taille que j'ai vu en place en 1701 étoient toutes marquées de ces Caractères & de quelques autres Anciens monuments de la Bretagne."

 

 

.

Julien Maunoir, 1659, Grammaire page 4

 

.

 

"On voudrait bien en savoir plus sur ce fameux alphabet, dont on ne trouve de traces gravées que par Vincent Garrec deux siècles plus tard.

Entre temps, les auteurs de Dictionnaires bretons, Grégoire DE ROSTRENEN en 1732, et Dom LE PELLETIER en 1752 , ont redonné l'alphabet armoricain, dans leurs ouvrages. Par chance, le premier indique, pour ce qui est des monuments sur lesquels on le trouve, en plus du calice disparu, les pierres du château de Lezarscouet près de Douarnenez, affirmant qu'il les avaient vues en 1702."

.

 

Dictionnaire françois celtique ou françois breton... par le P. F. Grégoire, de Rostrenen, 1732 page 30

.

 

"Si l'on ne possède aucune description des caractères du calice de Landévennec, BACHELOT DE LA PYLAIE donne le dessin des glyphes de Lezarscouët, comme il les appelle dans les planches ses « Études archéologiques et géographiques ».

Or ces glyphes ne ressemblent guère aux tableaux donnés par Grégoire DE ROSTRENEN ou Louis LE PELLETIER. Ce sont tout simplement des marques de tailleurs de pierre. Les glyphes ressemblent fort aux signes relevés par nous sur les pierres de taille des façades du manoir de Moëlien, en Plonévez-Porzay. Il n'y a guère de doute et chacun peut en faire la vérification lui-même.

.

BACHELOT DE LA PYLAIE , glyphes de Lezarscoët relevés en 1845, planches « Études archéologiques et géographiques ».

 

.

Ainsi l'on n'est guère à notre connaissance très documenté sur ce curieux sujet de l'alphabet armoricain.

Mais ce qu'il y a de plus curieux, c'est de savoir comment Vincent GARREC de Guengat a pu être au courant de ces caractères, dits armoricains. Est-ce le fait d'un recteur érudit qui possédait dans sa bibliothèque la Grammaire de MAUNOIR ou bien l'un des dictionnaires que nous avons cité plus haut, qui aurait communiqué au menuisier local l'alphabet ?

En examinant le relevé que nous donnons on remarquera que GARREC en use très librement. Pour certaines lettres, il utilise l'alphabet romain qui est, tout simplement, le nôtre. Par exemple, le MU de l'abréviation du mot menuisier est parfaitement compréhensible pour nous... Cet intérêt de Vincent GARREC pour l'alphabet armoricain témoigne d'un goût pour un ésotérisme, qui a toujours fasciné, à toutes époques et que nos contemporains, avides de mystères au milieu d'un monde en proie à la rationalité, sont en train de redécouvrir." (CASTEL (Y.P.) :Esotérisme ? L'Alphabet Armoricain. Une curiosité peu connue - In Progrès de Cornouaille - 12/V/1986.). https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/27060aae6f0ed8a6bcba4b01005569a4.jpg

.

.

Yves-Pascal Castel  donne la transcription suivante des signes gravés sur la chaire à prêcher de 1843 transformée en autel :

.

Yves-Pascal Castel 1986

 

.

Traduction de la première inscription.

.

​PHILIPPE GUEGUEN

ADJOINT TRESORIER

.

Il faut sans doute comprendre : "PHILIPPE, adjoint. GUEGUEN, trésorier". En effet, les généalogistes ne mentionnent aucun Philippe Guéguen, mais par contre, de nombreux habitant de Guengat portent le patronyme PHILIPPE au XIXe siècle. Enfin, une inscription de 1838 à la voûte du chœur indique : "MARCHAND, Recteur. LE QUÉAU, Maire. PHILIPPE, adjoint. GUÉGUEN, trésorier 1660-1838".

 

 

 

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.
.

Traduction de la deuxième inscription.

.

 


LE QUEAU MAIRE.

.

 

Cette inscription  mentionne le nom de  Jean-Louis LE QUÉAU, né le 17 mai 1801 à Le Merdy, Guengat, et décédé le 9 avril 1849  à Guengat. Il fut maire de Guengat de 1836 à 1846.

https://gw.geneanet.org/kerangal?n=le+queau&oc=&p=jean+louis

.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Traduction de la troisième inscription :

.
GARREC VINCENT MU [MENUISIER] 1843.

.

Vincent Garrec est le fils de Guillaume Le Garrec, (Plonéis,1785-1840), menuisier (acte de mariage 1831) et de  Marie Anne Perrine Jugeau (1787-1866). Il est né à Lezmel, Plogonnec  le 22 juin 1807 et est décédé le 8 février 1878 à Lestraon, Guengat. Sa profession de menuisier est précisée dès son premier acte de mariage en  1831. Il épousa en 1831  Marie Catherine Coadou 1797-1836,  dont il eut deux enfants Marie-Anne et Vincent, puis il épousa le 19 septembre 1836, à Guengat, Marie Catherine Lozachmeur ?1814-1887 dont huit enfants.

 

https://gw.geneanet.org/aaannagenea3?n=garrec&oc=&p=vincent+jean

https://www.geneanet.org/archives/actes/actesenligne/4925809

 

.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Traduction de la quatrième inscription :

MARCHAND RECTEUR.

.

Cette inscription  renvoie à Clet-Marie MARCHAND, de Cléden-Cap-Sizun, recteur de Guengat de 1834 à 1849 (Abgrall). Il peut être assimilé au prêtre  Clet Marchand, Trouguer en Cléden-Cap-Sizun 25 juillet 1799/ Bourg de Cléden-Cap-Sizun 9 août 1884.

https://gw.geneanet.org/mjcoat?n=marchand&oc=1&p=clet

.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

.

II. LE CONFESSIONNAL DE 1840.

.

Le confessionnal de 1840, classé au titre d'objet au 15-06-1999 a été décrit en 1984 par Yves-Pascal Castel qui en a déchiffré les inscriptions. La base Palissy le décrit comme "confessionnal n°2" dans sa notice PM290004857, en indique les mensurations avec sa hauteur de 3,90 m, sa largeur de 2,50 m et sa profondeur de 1,30 m. Il a été restauré en 1992.

Il est placé contre le mur nord de la chapelle du bas-côté nord, à côté de l'armoire à bannières.

Il est de cette forme à trois pans, traditionnelle en France, où une loge centrale équipée d'un siège et réservée au prêtre est accessible par une porte. Elle est entourée de deux compartiments ouverts, équipés d'une tablette (et jadis d'un prie-Dieu). Les compartiments communiquent, au gré du confesseur, avec l'isoloir par un double guichet grillagé à volet d'obturation coulissant, sorte de "boîte à lettres de la conscience". Il est couronné par un demi-dôme.

La porte est ornée de deux panneaux sculptés dont le principal est ajouré. Les montants latéraux et supérieurs de la porte sont aussi décorés, tout comme le dôme.

Les inscriptions mentionnent en français le nom du fabrique, du recteur et du maire, et en alphabet "ancien breton" celui du menuisier Vincent Garrec avec la date de 1840.

L'église conserve deux confessionnaux, dont un au fond de la nef. Jadis, l'un était réservé aux femmes et l'autre aux hommes, mais j'ignore si cet usage répandu est attesté à Guengat. Je présenterai, pour être complet, le confessionnal "n°1" en fin d'article.

.

 

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Le panneau ajouré de la porte : le monogramme christique IHS sur un cœur et sous un pavillon frangé.

.

 

 

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Composition aux feuilles de chêne.

.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Les inscriptions en français.

.

Sur le bâti du coté gauche :

PHILIPPE ADJOINT FABRIQUE

soit, en s'aidant de l'inscription de la chaire, "Philippe , adjoint au Maire et membre de la fabrique" ?

.

Sur le haut de la porte, du coté gauche :

MARCHAND : RECTEUR.

Cette inscription présente en "ancien breton" sur la chaire  renvoie à Clet-Marie MARCHAND, de Cléden-Cap-Sizun, recteur de Guengat de 1834 à 1849 (Abgrall)

.

Sur le haut de la porte, du coté  :

JEAN : LOIUS [sic] : LE QUÉAU : MAIRE.

Cette inscription présente en "ancien breton" sur la chaire  mentionne le nom de  Jean-Louis LE QUÉAU, né le 17 mai 1801 à Le Merdy, Guengat, et décédé le 9 avril 1849  à Guengat. Il fut maire de Guengat de 1836 à 1846.

https://gw.geneanet.org/kerangal?n=le+queau&oc=&p=jean+louis

.

 

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Les deux inscriptions en ancien breton.

.

Elles se rapprochent de celle de l'ancienne chaire à prêcher, qui  ont été déchiffrées, nous l'avons vu, en 1986,  par l'abbé Castel .

En s'aidant de ce relevé, Christian Jouin a déchiffré l'inscription de gauche ainsi :

 

IAN : KAVAV

VAL : FABRIQ

UE : ROSERE

soit "Jean Keraval fabrique du Rosaire".

La mention "fabrique du Rosaire" est obscure. Il existe alors une confrérie du Rosaire, mais pas de fabrique propre au Rosaire.

Ce nom est attesté par les généalogistes : par exemple pour un tailleur d'habit et cultivateur (1805-1878) :

https://gw.geneanet.org/duport1?n=keraval&oc=&p=jean

En 1894, un Keraval pose une balustrade pour l'église (C. Jouin)

.

 

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

 

Pour l'inscription de droite, je transcris :

VINCENT GA

 MU 1840

, soit "Vincent Garrec Menuisier 1840" :

.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Le confessionnal n°1.

.

Il est comparable au confessionnal n°1, mais ne comporte aucune inscription.

.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Panneau sculpté de la porte : les emblèmes papaux (tiare et clés).

.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

 

 

.

SOURCES ET LIENS.

.

— ABGRALL (Jean-Marie), 1911, Notice sur la paroisse de Guengat, Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, BDHA, Quimper

 

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/items/show/344

 

— CASTEL (Yves-Pascal), 1984, " Eglise Saint-Fiacre, inscriptions sur un confessionnal et sur l'autel" Bull. Société archéologique du Finistère page 327.

— CHUTO (Pierrick), 2010, «Le maître de Guengat».

"Au hameau de la Croix de mission, René Kéraval, le forgeron vit avec sa femme et ses sept enfants aux âges très rapprochés. Comme si cela ne suffisait pas, le couple accueille trois enfants de l'hospice. Cette pratique est courante à Guengat et permet aux ménages de gagner quelque argent.

À Lestraon, Vincent Garrec, menuisier et sa seconde femme, Catherine Lozachmeur, élèvent cinq enfants. Celle-ci a accouché d'Hervé le petit dernier, à 41 ans. Elle allaite également Marie-Louise Philomène, nourrisson abandonné à Quimper. "

https://www.letelegramme.fr/local/finistere-sud/ouest-cornouaille/dzregion/guengat/livre-le-maitre-de-guengat-de-pierrick-chuto-23-02-2010-796261.php

Voir aussi :

https://www.histoire-genealogie.com/L-alcoolisme-au-XIXe-siecle-en-Basse-Bretagne

 

 

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988,  Notice sur les paroisses,...

https://www.diocese-quimper.fr/wp-content/uploads/2021/01/GUENGAT.pdf

"Nouvel autel face au peuple, fait de panneaux provenant de la chaire à prêcher de 1843 ; l'inscription subsiste, en alphabet artisanal, dont le nom du recteur Marchand, du maire Le Quéau, de l'adjoint Philippe, du trésorier Guéguen et du menuisier, Vincent Garrec Mu. Ces noms se retrouvent dans une inscription peinte sur la voûte pour signaler une réfection du lambris.

Deux confessionnaux du XIXe siècle ; celui du sud porte la date de 1840 et une inscription dans les mêmes caractères que l'ancienne chaire."

 

— DILASSER (Maurice), 1979 : Locronan et sa région (Paris, 1979)

DIVERRÈS (Henri), 1891,  "Monographie de la commune de Guengat ", Bull. S. A. F., pages 42-61).

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207615d/f115.image

— JOUIN (Christian), s.d, Tout sur l'histoire de Guengat.

https://www.guengat.com/

— JOUIN (Christian),  2021, twitter Estelle Boudillet

PÉRENNÈS (Henri), 1941 : Guengat (Rennes) non consulté

— POP.CULTURE

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM29004857

 

 

— WAQUET (Henry ), 1957,  Guengat (S.F.A. - Congrès archéologique de France CXVe session 1957 Cornouaille.) -

— WAQUET (Henry ), 1942, Art breton, 2è éd., 1942, pp.145-151

— Sites divers :

http://www.guengat.com/8/eglise05.html.

— Site Tout sur l'église : http://www.guengat.com/8/eglise07.html

— Site Infobretagne : http://www.infobretagne.com/guengat.htm

http://www.guengat.fr/patrimoine/leglise

 

— WIKILAND

https://www.wikiwand.com/fr/Guengat

Wikipédia 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Inscriptions Chapelles bretonnes. Sculpture
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 13:29

L'enclos paroissial de Saint-Herbot en Plonevez-du-Faou. VIIIb. La clôture de chœur (bois polychrome, v.1575-1580)  vue depuis la nef : les  12 Apôtres et les Termes.

.

 

 

.

.

 

.

Cet article appartient à plusieurs séries.

1°) Série sur Plonévez-du-Faou  :

Sur cette clôture :

 

Sur la chapelle :

.

 

2°) Série sur les jubés et clôtures de chœur de Bretagne (ordre +/- chronologique) :

.

 

3°) Série  sur les Termes, cariatides et atlantes :

-Sculpture en pierre :

-Sculpture en bois :

 

4°) Voir sur l'art des "grotesques"  de la Renaissance :

.

 

 Voir sur  l'art de la Renaissance et ses "grotesques" en Bretagne par ordre chronologique :

 

.

.

 

PRÉSENTATION.

 

 

Mon article précédent VIIIa peut servir de préambule. Consacré à la partie extérieure nord de la clôture, visible à partir du bas-côté, il montre l'intérêt que je porte aux Termes gainés canéphores, ces figures masculines ou féminines portant sur leur tête un panier de fruits et dont le bas du corps est remplacé par pilier évoquant les bornes hermaïques. Ainsi qu'au décor Renaissance inspiré de l'Ecole de Fontainebleau avec ses cuirs chantournés abritant des créatures des grotesques. 

C'est ce décor (dont les modèles viennent d'Androuet du Cerceau, voire de Sambin) dont   je souhaite poursuivre la découverte en arrivant maintenant à la partie extérieure de la clôture visible depuis la nef. C'est sans doute la partie principale, ouverte en son milieu par la porte donnant accès au chœur, lors de processions et de cérémonies, aux carmes du Prieuré disposant d'une place dans les 15 stalles adossées à la clôture.

Comme sur de nombreux jubés ou tribunes de chœur, ce décor est fondé sur la série des 12 apôtres, qui, dans un ordre convenu débutant par Pierre et s'achevant par Mathias, rappelle les 12 articles du Credo apostolique et affirme donc au fidèle les fondements de sa Foi.  

On compte quatre panneaux sur la partie de l'entablement surmontant la claire-voie de gauche, puis deux panneaux doubles au dessus de la porte à deux battants, et à nouveau quatre panneaux sur la partie de l'entablement surmontant la claire-voie de droite. Je les désigne sous le nom de Nef 1 à Nef 10.

Chacun des 10 panneaux en bas-relief est encadré par une statuette en moyen-relief,  que je numérote de T1 à T10 et qui correspondent aux Termes gainés, numérotation dont j'excepte  la statuette du milieu représentant saint Herbot.

Deux inscriptions peintes  courent d'un bout à l'autre de l'entablement. La plus basse est facile à lire et associe le latin avec sa traduction en français : L'AN 1659 O VOS OMNES QUI TRANSITIS PER VIAM ATTENDITE ET VIDETTE SI EST DOLOR SICU(t) DOLOR ME(us) O  VOUS TOUS PASSANS ARRESTEZ VOUS E VOYEZ SIL EST UNE DOULEUR SEMBLABLE A LA MIENNE : LAM...". Elle est donc postérieure d'un siècle à l'œuvre sculptée et  se rapporte  à la Crucifixion qui  le couronne .

Il s'agit d'un repons de la liturgie de l'office des Ténèbres du Vendredi Saint, citant les Lamentations 1:12, et qui a été mis en musique (motets) par Tomas Luis de Victoria (1572 et 1585), ou Carlo Gesualdo (1603 et 1611).

Mes lecteurs les plus fidèles et les mieux dotés par Mnémosyne se souviennent certainement comme moi qu'en 2017, je leur ai offert la présentation de la même inscription, figurant sur la poutre de gloire de l'église de Dirinon et datée de 1623. Pour les autres, et toujours gracieusement, voici un lien sur lequel il suffira de cliquer :

https://www.lavieb-aile.com/l-enclos-paroissial-de-dirinon-iii.la-poutre-de-gloire-1623

Et ces lecteurs les plus fidèles et les mieux dotés par Mnémosyne ont gardé gravée dans leur esprit mon impérissable et exhaustive analyse de cette citation biblique, bardée de référence et de renvois : c'est le genre de morceau de bravoure qu'on n'oublie pas.

.

 

On remarquera que la polychromie est encore respectée assez largement.

.

L'entablement n'est pas la seule partie sculptée digne d'intérêt, et l'amateur de notre patrimoine sculpté admirera le décor des montants de la claire-voie et de la porte, ainsi que des panneaux de la partie basse, quitte à se mettre à quatre pattes sous les tables d'offrandes.

.

La partie étudiée est désignée en rouge :

.

 

Plan de la clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot.

Plan de la clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile mars 2017.

.

.

Mise en bouche : le déroulé préalable de l'entablement, de gauche à droite.

.

 

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

LES DOUZE APÔTRES PORTANT LEUR ATTRIBUT. 

.

Je rappelle que cette série apostolique est déjà présente sur les deux cotés du porche sud (1498-1509), sous forme de 12 statues de kersantite portant des phylactères ; l'apôtre représenté y est désigné nommément par inscription sculptée (et donc pérenne), et l'article du Credo qu'il présente est également sculpté dans la pierre. L'ordre est le suivant : Pierre/André/JacquesM/Jean/Thomas/Jacquesm/Philippe/Barthélémy/Matthieu/Simon/Jude/Mathias.

Comme sur cette séquence de la clôture, les apôtres du porche entourent le saint patron de la chapelle, placé au dessus du trumeau. Là encore, son nom est sculpté dans la pierre : SAINT HERBAUD 1481, levant toute hésitation devant ce saint ermite tenant un bâton et un livre ouvert. 

.

Les apôtres de la clôture ne sont pas nommés, mais nous pouvons nous aider de leur rang, et de l'attribut qui les  distingue. La distribution des attributs dans l'iconographie n'est pas univoque, et j'ai choisi la proposition d'identification  qui m'a semblée la plus crédible et la plus admise. 

Enfin, signalons que ce sont les 12 Sibylles qui sont représentées sur les panneaux homologues tournés vers le chœur.

.

 

Nef 1 : saint Pierre et sa clef.

.

Cette clef est très longue et repose sur l'épaule droite. Comme tout apôtre de l'iconographie traditionnelle, Pierre est pieds nus. Il tient un livre ouvert, rappelant le Livre des Apôtres.  La robe est fermée par trois boutons ronds.

Tous les apôtres sont ici nimbés, sauf saint Jacques le Majeur.

.

La bordure associe à quelques spires évoquant encore les cuirs chantournés, à des rubans, des fruits et corbeilles, un décor géométrique de lames, pouvant faire penser aux fers plats de la ferronnerie d'art, et dont on trouve un modèle dans le frontispice des Compartiments de Fontainebleau d'Androuet du Cerceau,  suite de planches gravées datant de 1542-1547.

.

De plus en plus gros :

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 2 : saint André et sa croix en X.

.

Il est le frère de saint Pierre, ce qui lui vaut cette place en deuxième position.

Le manteau  donne dans l'emphase par un drapé fluide, et par un pan qui s'envole au dessus de l'épaule droite.

Bordure : même remarque que pour Pierre.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 3 : saint Jean et la coupe de poison.

.

Nous attendrions à cette place saint Jacques le Majeur, comme sur le porche, mais c'est son frère Jean, imberbe, qui bénit ici la coupe de poison qu'Aristodème lui avait tendu pour l'éprouver.

.

La bordure est remarquable par cette composition de mascarons, de rubans, de lames, de volutes feuillagées et de deux visages féminins de profil.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 4 : saint Jacques le Majeur.

.

On le reconnait par son rang, par sa proximité de Jean, autre fils de Zébédée, par son bourdon, et par son chapeau (centré par la coquille éponyme du saint), voire par le baudrier qui soutient une probable besace.

.

Bordure : lames de ferronnerie droite et enroulées. Et deux coquilles ??

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 5 et 6 : Saint Thomas et son équerre ; saint Philippe et sa croix à longue hampe.

.

Ces deux apôtres suivent le rang qu'ils occupent dans le porche. Mais Thomas tient ici l'équerre en L renversé.

.

Bordure : mascarons feuillagés, rubans, cuirs à enroulement.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Au centre : saint Herbot sous un dais.

.

Il est à la place d'honneur au milieu des apôtres et au dessus du seuil, tout comme il était au centre du porche, et il est vêtu comme un ermite d'une cuculle et d'une pèlerine couvrant les épaules. Il porte le bâton et le livre qui le caractérisent aussi sur le porche sud, mais aussi dans la niche du porche ouest.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

C'est à saint Herbot que les fidèles venaient, et viennent encore, déposer des offrandes sur les deux tables de pierre adossées à la clôture, notamment sous forme de tresses de crins (parfois nouées aussi aux fuseaux de la claire-voie)..

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile mars 2017.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile mars 2017.

.

.

Nef 7 et 8 . Saint Barthélémy et son couteau ; saint Matthieu et sa lance.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 9 : saint Jacques le Mineur et son bâton de foulon.

.

Même mouvement de manteau que pour André.

.

Bordure : rinceau feuillagé, lames géométriques, un masque central de jeune graçon et deux masques latéraux d'homme barbu.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 10 : saint Simon et sa scie.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 11 : saint Jude et sa hallebarde.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Nef 12 : saint Mathias et son épée.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

LES DIX TERMES GAINÉS CANÉPHORES.

.

.

T1 : support anthropomorphe masculin barbu coiffé d'un bonnet ; bras amputés en spirale. Pagne feuillagé.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T2 : support anthropomorphe féminin, pieds croisés.

.

Le croisement des pieds n'est guère physiologique, et la jambe droite disparait comme s'il amorçait l'entortillement d'une queue bifide. Nous retrouvons cela à Bodilis, cariatide n°10 :

https://www.lavieb-aile.com/2021/01/les-termes-et-grotesques-du-porche-de-bodilis.html

Voir aussi le 3ème terme de Sambin :

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/36089/?offset=1#page=20&viewer=picture&o=bookmark&n=0&q=

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T3 : support anthropomorphe barbu masculin coiffé d'un bonnet .

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T4 : support anthropomorphe féminin.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T5 : support anthropomorphe masculin barbu .

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T6 : support anthropomorphe masculin caressant sa barbe .

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T7 : support anthropomorphe masculin barbu.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T8 : support anthropomorphe féminin, bras amputés. Bandeau occipital.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T9 : support anthropomorphe masculin, les mains posées sur la tête d'un lion lui servant de pagne .

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T10 : support anthropomorphe masculin .

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

LES MONTANTS.

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

 

 

LA PARTIE BASSE.

.

Du coté gauche (nord).

.

 

 

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Du coté droit (sud).

.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Clôture de chœur de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

 

.

.

 

SOURCES ET LIENS.

.

 

 

 

— COUFFON (René), 1953,  L'église de Saint-Herbot. In: Bulletin Monumental, tome 111, n°1, année 1953. pp. 37-50

https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1953_num_111_1_3732

 

"De la seconde moitié du xvie siècle, il clôt le chœur sur trois côtés et comprend une série de panneaux sculptés en haut et en bas, séparés par des balustres tournés formant claire-voie. Les panneaux du bas sont décorés d'arabesques Renaissance. Sur ceux du haut regardant la nef sont figurés les douze apôtres en dix panneaux séparés par des cariatides et, sur les faces latérales, au nord les petits prophètes, au sud les sibylles. A l'intérieur, seize stalles font corps avec le chancel. Les panneaux qui les surmontent sont décorés, dans la partie centrale, de douze saints et saintes en dix panneaux séparés par des cariatides et, sur les côtés, de motifs décoratifs. Les jouées d'extrémité des stalles supportent un entablement formant baldaquin décoré de dix-huit bustes des évangélistes, des prophètes et des docteurs. En avant du chancel, deux tables de pierre servent à déposer les offrandes le jour du pardon, d'un côté les crins, de l'autre les mottes de beurre. Une restauration récente a mis au jour l'inscription suivante se rapportant à la Crucifixion qui le couronne : [.'AN 1659 O VOS OMNES QUI TRANSITIS PER VIAM ATTENDITE ET VIDETE SI EST DOLOR SICu(t) DOLOR Me(us) O : VOUS TOUS PASSANS ARRESTEZ VOUS E VOYEZ SIL EST UNE DOULEUR SEMBLABLE A LA MIENNE : LAM..."

— COUFFON (René), 1959, Notice de Plonévez-du-Faou, Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper

http://backup.diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/4bc495e8ae261523262138b91718a386.pdf

— MONUMENTS HISTORIQUES.

http://monumentshistoriques.free.fr/calvaires/herbot/herbot.html

— PEYRON (chanoine), 1910, Notice, Bull. SAF page 164-167

https://societe-archeologique.du-finistere.org/bulletin_article/saf1910_0216_0242.html

— RIOULT (Jean-Jacques), CASTEL (Yves-Pascal), BONNET (Philippe), DUCOURET, 2010, Chapelle Saint-Herbot (Plonévez-du-Faou),  Inventaire général, région Bretagne

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-plonevez-du-faou/7310520a-35ca-4784-91b8-578f98ea65d6

—   BONNET (Philippe), RIOULT (Jean-Jacques), 2010,  « Saint-Herbot. Chapelle Saint-Herbot », dans Philippe Bonnet et Jean-Jacques Rioult, Bretagne gothique, Paris, Picard, coll. « Les Monuments de la France gothique », 2010, 485 p.

—  RIOULT (Jean-Jacques), 2009, « Plonévez-du-Faou, chapelle Saint-Herbot », Congrès archéologique de France « Finistère 2007 »,‎ 2009, p. 203-208 

— CASTEL (Yves-Pascal),  DUCOURET, 1966, 1972 et 1986, Dossier IA00005154 Inventaire général, région Bretagne

http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA00005154_01.pdf

— WIKIPEDIA 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chapelle_Saint-Herbot_de_Saint-Herbot

https://en.wikipedia.org/wiki/Saint-Herbot_Parish_close

 

AUTRE

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM29000688

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Plon%C3%A9vez-du-Faou_(29)_Chapelle_Saint-Herbot_-_Int%C3%A9rieur_-_Cl%C3%B4ture_de_ch%C5%93ur_-_14.jpg

http://an-uhelgoad.franceserv.com/prophete3.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/chancel-santherbot.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/pelikan.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/prophete1.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/prophete2.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/herbot1.htm

.

.

OUVRAGES DE RÉFÉRENCE SUR L'ART D'ORNEMENT DE LA RENAISSANCE.

.

BASE DE DONNÉES "ORNEMENTS ANTHROPOMORPHES"

http://www.fr-ornement.com/fr/anthropomorphe?page=8

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1542-1545, Compartiments, ou  Grands cartouches de Fontainebleau. Deux séries de 10 planches.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1807-compartiments-de-fontainebleau-de-grand-format?offset=7

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1548-1549, Cartouches, 12 planches gravées sur cuivre.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1802-cartouches?offset=3

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1559 Livre d’architectvre de Jaques Androvet du Cerceau, contenant les plans et dessaings de cinquante bastimens tous differens : pour instruire ceux qui desirent bastir, soient de petit, moyen, ou grand estat. Auec declaration des membres & commoditez, & nombre des toises, que contient chacun bastiment, dont l’eleuation des faces est figurée sur chacun plan..., Paris, s.n., 1559.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_Masson647.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), Second Livre d’architecture, par Iaqves Androvet Du Cerceau. Contenant plusieurs et diverses ordonnances de cheminées, lucarnes, portes, fonteines, puis et pavillons, pour enrichir tant le dedans que le dehors de tous edifices. Avec les desseins de dix sepultures toutes differentes, Paris, André Wechel, 1561.

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1582, Livre d’architecture de Jaques Androuet Du Cerceau, auquel sont contenues diverses ordonnances de plants et élévations de bastiments pour seigneurs, gentilshommes et autres qui voudront bastir aux champs ; mesmes en aucuns d’iceux sont desseignez les bassez courts... aussi les jardinages et vergiers..., Paris, pour Iaques Androuet du Cerceau, 1582. de l’Orme (Philibert), Le Premier tome de l’architecture, Paris, Frédéric Morel, 1567.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_LES1592.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1549, Quinque et viginti exempla arcum

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R1475.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1549-1550, Termes et cariatides, suite de 12 planches gravées.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R85B.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1545-1547, Compartiments de Fontainebleau, INHA

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1801-compartiments-de-fontainebleau-de-petit-format

— COUFFON (René), 1948," l'architecture classique au pays de Léon, l'atelier de l'Elorn, l'atelier de Kerjean",  Mémoires de la Société d'Histoire et d’Archéologie de Bretagne. 1948, 28.

https://www.shabretagne.com/document/article/2612/de-l-honneur-et-des-epices.php

 

— DELORME (Philibert), 1567  Le premier tome de l'architecture de Philibert de L'Orme conseillier et aumosnier ordinaire du Roy, & abbé de S. Serge lez Angiers , Paris, Federic Morel

 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/traite/Notice/ENSBA_Les1653.asp?param=

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/traite/Images/Les1653Index.asp

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85636g/f1.double

— DELORME (Philibert), 1561  Les Nouvelles Inventions pour bien bastir et a petits frais

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/Masson643Index.asp

— DE GRANDE (Angelo), 2014, "De Fontainebleau vers la Lorraine: l’ordre anthropomorphe de la maison «des Sept Péchés capitaux» à Pont-à-Mousson" in Gravures d'architecture et d'ornement au début de l'époque moderne : processus de migration en Europe (sous la direction de S, Frommel et E. Leuschner), pp.205-218, 2014.

https://www.academia.edu/11289409/De_Fontainebleau_vers_la_Lorraine_l_ordre_anthropomorphe_de_la_maison_des_Sept_P%C3%A9ch%C3%A9s_capitaux_%C3%A0_Pont_%C3%A0_Mousson

— FROMMEL (Sabine), 2018 Supports anthropomorphes peints de la Renaissance italienne, in Frommel, Sabine – Leuschner, Eckhard – Droguet, Vincent – Kirchner, Thomas (dir.) Construire avec le corps humain/ Bauen mit dem menschlichen Korper. Les ordres anthropomorphes et leurs avatars dans l'art europèen de l'antiquité à la fin du XVIe siècle/ Antropomorphe Stùtzen von der Antike bis zur Gegenwart,  Campisano Editore 2 volumes pp 618, 40 ill. 

Rares sont les motifs architecturaux qui témoignent d'une persistance telle que les ordres anthropomorphes, depuis l'Antiquité jusqu'à la période actuelle, en passant par le Moyen Âge. Leur évolution s'articule par de subtiles interactions entre les domaines sculptural, architectural et pictural, alors qu'une fortune théorique durable a été instaurée par la description détaillée par Vitruve des "Perses" et des "Caryatides" dans son traité De architectura libri decem. Contrairement aux ordres architecturaux canoniques, ce " sixième ordre " invite à des interprétations et des variations plus souples et plus personnelles. Il put ainsi assimiler des traditions locales très diverses lors de son parcours triomphal dans toute l'Europe. Si la signification originelle de soumission et de châtiment de ces supports reste valable, les valeurs narratives ne cessèrent de s'enrichir et de s'amplifier, en faisant de ce motif un protagoniste abondamment présent dans de multiples genres artistiques, des meubles aux monuments les plus prestigieux, et qui révèle les mutations typologiques et stylistiques au fil du temps. Les contributions réunies dans ces deux volumes fournissent un large panorama européen de ces occurrences, offrant un large éventail de synergies et d'affinités révélatrices.

https://www.academia.edu/36821730/Supports_anthropomorphes_peints_de_la_Renaissance_italienne_in_Frommel_Sabine_Leuschner_Eckhard_Droguet_Vincent_Kirchner_Thomas_dir_Construire_avec_le_corps_humain_Bauen_mit_dem_menschlichen_K%C3%B6rper_Co_%C3%A9dition_Picard_Campisano_Paris_Roma_2018_?email_work_card=view-paper

— MAITRE DE HENRI II (membre du Groupe de Noël Bellemare) Heures dites de Henri II BnF Latin 1429

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8447767x/f81.item#

— MAITRE DE HENRI II 1546-1547 (offert à Charles IX en 1566), Jean du Tillet Recueil des rois de France BnF fr.2848

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84516158/f189.item#

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc492956

SAMBIN ( Hugues), 1572 Oeuvre de la diversité des termes dont on use en architecture reduict en ordre : par Maistre Hugues Sambin, demeurant à Dijon, publié à Lyon par Jean Marcorelle ou par Jean Durant.  Bibliothèque municipale de Lyon, Rés 126685.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/36089-oeuvre-de-la-diversite-des-termes-dont-on-use-en-architecture-reduit-en-ordre-par-maitre-hugues-sambin?offset=1

SERLIO (Sebastiano ), 1551 Liure extraordinaire de architecture, de Sebastien Serlio, architecte du roy treschrestien. Auquel sont demonstrees trente Portes Rustiques meslees de diuers ordres. Et vingt autres d’oeuvre delicate en diverses especes, Lyon, Jean de Tournes, 1551.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_LES1745.asp?param=

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/32769-extraordinario-libro-di-architettura-di-sebastiano-serlio-livre-extraodinaire-de-architecture-de-sebastien-serlio

SERLIO (Sebastiano ), 1540 Il terzo libro ... Venise F. Marcolini

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/Serlio1540.asp?param=

https://archive.org/details/ilterzolibronelq00serl

SERLIO (Sebastiano ), 1537 Regole generali di architectura, quatrième livre, Venise F. Marcolini

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/B272296201_A101Index.asp

SERLIO (Sebastiano ), 1547, Livre V, Paris

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R1476.asp?param=

— VIGNOLE 1562, La Règle des cinq ordres d'architecture

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327303x/f11.planchecontact.r=delagardette.langEN

— VITRUVE 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_01665A0013.asp

— VITRUVE, 1511, De architectura M. Vitruvius per Jocundum solito castigatior factus cum figuris et tabula, traduit par Fra Giovanni Giocondo en 1511 à Venise chez G. da Tridentino avec 136 gravures sur bois 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/CESR_2994.asp?param=

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/CESR_2994Index.asp

— VITRUVE, 1513,  De architectura, traduit par Giovanni Giocondo

https://echo.mpiwg-berlin.mpg.de/ECHOdocuView?url=/mpiwg/online/permanent/library/488D7ND1/pageimg&start=11&viewMode=images&pn=17&mode=imagepath

— VREDEMAN DE VRIES (Hans) [1565]  Caryatidum (vulgus termas vocat) sive Athlantidum multiformium ad quemlibet architecture. Anvers

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/36809/?offset=#page=43&viewer=picture&o=bookmark&n=0&q=

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Terrraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Terrraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche