Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 23:42

Le théâtre de la nature de Joris Hoefnagel, et le Musée de l'innocence d'Orhan Pamuk.

Voir dans ce blog sur Hoefnagel :

.

I. Joris Hoefnagel (Anvers 1542-Vienne 1601).

De nombreuses miniatures du peintre flamand Joris Hoefnagel se présentent comme des vitrines du Cabinet de curiosités d'un naturaliste, montrant les fruits ou les insectes enfermées dans un petit théâtre pour modifier notre regard et le focaliser sur les choses banales et naturels : alors que précédemment les plantes et les animaux étaient toujours englobés dans un contexte symbolique et/ou religieux, il les découpe du sens avec lequel nous les interprétions et, par là, nous les négligions et nous les tends comme ce qu'il propose qu'ils soient, des objets à considérer comme tels, des objets d'étude. Ce nouveau regard prélude d'une part à ce qui sera l'Histoire naturelle (et notamment l'Entomologie), et d'autre part, dans l'Art, aux Natures mortes du XVIIe siècle.

C'est ce qui donne toute son importance au cadre et à l'appareillage dans lequel ces objets naturels sont présentés : anneaux et pinces de fixation, supports et fils d'accrochage, patères, petits mobiles censés se balancer autour de l'axe central, banderoles, etc. Ces vitrines sont des castelets de Guignols, des petits théâtres où, par convention, chacun joue un rôle dans un monde fictif. A commencer par les objets exposés. Chez Hoefnagel, le trompe-l'œil est à la fois une démonstration de virtuosité magistrale, et à la fois le principe fondateur : tendre un piège au spectateur pour le transporter dans un autre monde, en jouant, comme au théâtre, sur la duplicité de la salle qui n'est jamais complètement dupe.

Mais ces fausses vitrines accueillent systématiquement un autre acteur : le Temps. Par des inscriptions stoïciennes ou bibliques sur la fuite du temps, sur le caractère éphémère de l'existence, par un sablier, par une tête de mort succédant à celle d'un angelot, par des médaillons timbrés des signes zodiacaux, et, plus secrètement, par le choix des plantes et des insectes ( Éphémères, Myosotis "Ne-m'oublies-pas", Hémérocalle ou "Belle-d'un-jour", ...), les naturalia exposés baignent ou flottent dans un éther temporel afin que leur contemplation s'accompagne d'un mouvement de l'âme : la prise de conscience de la fragilité de l'existence, incommensurablement dérisoire face au mystère de la Création. Car les fleurs, les fruits, les insectes, suspendus dans ce Temps interrompu, nous dévisagent silencieusement dans l'énigme de leur propre existence. Tant de complexité, tant de compétences pour se reproduire et se métamorphoser, tant de génie pour résoudre ce qui est, à nous aussi humains, le défi majeur et que Spinoza nommera le conatus : l'effort pour persévérer en son être ! "Chaque chose, autant qu'il est en elle, s'efforce de persévérer dans son être" (Éthique III), et la réalisation de cet effort est source de joie. Mettre en scène les plantes et les petits animaux scrupuleusement, consciencieusement, obstinément tendus dans cette course, avec leurs graines et leurs fruits, avec leurs chenilles et leurs chrysalides, suscite sans-doute aussi la joie.

 Les œuvres de Joris Hoefnagel sont :

— Missel Romain pour Ferdinand de Tyrol, 1581-1590. 658 folios : Missale Romanum (Vienne, Österreichische Nationalbibliothek)

— Enluminures complémentaires sur le Livre d'Heures de Philippe de Clèves

— Les Quatre éléments : Feu, Terre, Eau, Air. Les insectes appartiennent au premier volume Ignis. 1575-1585. Washington, (National Gallery of Art, Department of Prints and Drawings).

— Schriftmusterbuch (livre de modèle de calligraphie) 1591 1594 calligraphie de Georg Bocskay (Vienne, Kunsthistorisches Museum, Schatzkammer) 127 folios

Mira calligraphiae monumenta : 1591-1596 Paul Getty Los Angeles

Archetypa studiaque : 1592 (gravures, publiées par son fils Jacob)

— Miniatures isolées :

  • Un jardin et deux nymphes, 1579, Berlin https://rkd.nl/nl/explore/images/record?query=joris+hoefnagel&start=297
  • 2 Allégories de la brièveté de la vie, Musée des Beaux-Arts de Lille.
  • 4 Allégories des Quatre Saisons, 1589,  Musée du Louvre
  • Diane et Actéon,1597  Musée du Louvre
  • Lethaeus Amor 1589 http://www.lavieb-aile.com/2015/01/joris-hoefnagel-amor-lethaos-1598.html
  • Amoris monumentum Matri chariss. Nature morte avec papillon et escargot, 1589, http://www.metmuseum.org/toah/works-of-art/2008.110
  • Amicitiae monumentum Abrahamo Ortelio 1593 https://rkd.nl/nl/explore/images/121325
  • Amicitis non est utendum Ioanni Radermacher 1589 https://rkd.nl/nl/explore/images/record?query=joris+hoefnagel&start=10
  • Leda et le Cygne 1591 :

Analyse de Dolor, Allégorie de l'Hiver.

La structure d'ensemble est la même pour les quatre miniatures, et s'apparente à celle des deux Allégories de Lille et d'autres œuvres d'Hoefnagel : un faux cadre de cuivre est censé maintenir un appareil d'anneaux, de cartouches et de supports (que je nomme "patères"). J'ai interprété cette présentation comme une fausse vitrine de cabinet de curiosité, ce qui s'accorde avec l'hypothèse que ces œuvres étaient accrochées dans le Kunstkammer de Rodolphe II. Ici, il s'y ajoute une fausse tenture écartée à la manière d'un rideau et retenue par un cordon dont le gland aux franges dorées passe négligemment devant le faux cadre. Comme à Lille, la patère centrale qui comporte la devise-titre sert à suspendre comme pour un Mobile de Calder une succession d'élément : une plaque portant un signe du zodiaque, puis le phylactère recevant l'épigramme, puis un motif allégorique (sphère axillaire ; fléaux ; crâne sur des ailes de chauve-souris ; cœur embrasé). Le phylactère, comme une bannière de fête, est tendu en travers de la vitrine par des pinces entre deux supports en C dont la branche inférieure porte un élément du zodiaque. Chaque dessin comporte donc, comme dans les calendriers des Livres d'Heures, trois signes zodiacaux sur des médaillons traités à la manière d'intailles sur fond de lapis lazuli.

Les deux tiers supérieurs de cette mise en scène exposent comme en un Naturalia divers animaux, qui, pour accroître la vraisemblance, prennent appui sur l'appareillage précédemment décrit, ou bien sont suspendus par un fil à un plafond imaginaire. Mais cette vraisemblance disparaît lorsque ce sont un singe, un castor, un phoque ou des chiens qui sont couchés sur la banderole. On peut alors imaginer, comme ce fut le cas dans ces vitrines au XVIIe siècle, que les spécimens réels sont disposés dans des boites aux parois peintes ou brodées.

Le tiers inférieur est censé être le plancher de la boîte-vitrine, et les objets ou spécimens y projettent une ombre sous l'effet d'un éclairage venant de la gauche : ils sont de taille plus importante, proche de la grandeur nature, et la proportion respective des spécimens est globalement respectée. Ce seront sur les espèces qui y sont exposés que portera mon inventaire.

Theatrum naturae, theatrum mundi et Theatrum insectorum

L'importance des textes dans les autres œuvres de Hoefnagel et la manière dont les courbes, les déliés et les artifices de leur calligraphie se retrouvaient dans les volutes des patères en "style Joris" et dans les formes des tiges et des pétales, des corps, des antennes ou des queues des spécimens naturels m'avait conduit à comprendre que Hoefnagel considérait son travail d'observateur des plantes et des animaux comme équivalent à la lecture du Livre de la Nature : Dieu y avait écrit à l'intention de l'Homme un texte qu'il devait déchiffrer avec autant d'attention que les Livres sacrés de la Bible. Mais sans renier cette analyse où la Nature est un Livre , ici, mon étude de la composition des Allégories m'incite à comprendre que Hoefnagel développe la métaphore de la Nature comme Théâtre. Il monte les tréteaux de la scène, soigne l'éclairage, lève le rideau, et il donne à voir un spectacle pour lequel, par ses inscriptions, il donne quelques pistes d'interprétation.

Cette métaphore est loin d'être anecdotique. Elle s'apparente à l'idée baroque parfaitement contemporaine du Theatrum mundi où les êtres jouent tous un rôle, consciemment ou malgré eux, sur la grande scène du monde et sont des pantins dont les ficelles sont tirées par le grand horloger. La réplique de la pièce de Shakespeare Le Marchand de Venise "Je tiens ce monde pour ce qu'il est : un théâtre où chacun doit jouer son rôle." "Le monde entier est un théâtre/" date de 1596, celle de Comme il vous plaira "Et tous, hommes et femmes, n'en sont que les acteurs/ Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles." date de 1599, année où le Théâtre du Globe présentera à ses spectateurs l'épigramme Totus mundus agit histrionem "Le monde entier fait l'acteur ".

C'est aussi en 1595 que Jean Bodin publie son Amphithéâtre de la nature suivi en 1596 de son Universae naturae theatrum . Ajoutons qu'en 1577 Hoefnagel avait accompli avec le cartographe Abraham Ortelius un voyage de Anvers vers l'Italie, et qu'en 1584 Ortelius avait publié son recueil de cartes sous le nom de Theatrum Orbis Terrarum. En réalité, autour de 1580, le terme theatrum prend la place de celui de speculum ou de Miroir pour donner un titre à un ouvrage encyclopédique sur un sujet donné.Mais c'est surtout dès 1589 ou 1590 que le médecin anglais Thomas Moffet crée la page de titre de son Insectorum sive Minimorum Animalium Theatrum. Décrire la Nature comme une scène, c'est concevoir les plantes et les animaux comme des acteurs d'un scénario divin. Dans la conception humaniste ou de la Réforme, un nouveau devoir devient évident, celui d'être un spectateur attentif à l'ordre qui régit les insectes (minimorum animalium), l'ordre de ce microcosme étant analogue à celui du macrocosme. Cet ordre, Hoefnagel en cherche les grandes divisions dans ses Quatre Éléments, dans les Quatre Saisons, dans les deux temps de la Vie et de la Mort (ou du Jour et de la Nuit). Le Temps est à la fois mobile comme la succession des Douze signes du Zodiaque, et à la fois figé dans la répétition de cycles cosmiques immuables.Il est le véritable éclairagiste du Théâtre du Monde.

Dans ce changement de paradigme où l'Homme spectateur prend en charge la description de la Nature comme objet de son investigation, les choses les plus banales, comme une poire ou une pomme, une abeille ou une mouche deviennent des centres d'intérêt et prennent place sur la scène.

Hoefnagel 1589 Allégorie des saisons : l'Hiver, © Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo M. Beck-Coppola

Hoefnagel 1589 Allégorie des saisons : l'Hiver, © Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo M. Beck-Coppola

 

II. Orhan Pamuk (Istanbul 1952-)

Orhan Pamuk, prix Nobel de littérature en 2006, a publié en 2008 Le Musée de l'innocence, où il décrit le fétichisme amoureux du narrateur : Kémal, qui entre dans une maroquinerie y acheter un sac pour sa fiancée, tombe amoureux de la vendeuse Füsun. A défaut de pouvoir l'épouser, il va devenir cleptomane de tous les objets familiers que la jeune fille a touché et devenir, à la fin de sa vie, le gardien d'un musée rassemblant ces trésors..

  Mais parallélement à ce livre, et pour la première fois dans l'histoire de la littérature, Orhan Pamuk a créé à Istambul un véritable "Musée de l'Innocence", basé sur le musée décrit dans le roman, et qui rassemble de nombreux objets dont il est question dans le récit. Le musée se trouve dans une bâtisse du quartier de Çukurcuma à Beyoğlu et rassemble une collection évoquant la vie quotidienne et la culture à Istanbul au cours de la période pendant laquelle se déroule le récit. Après de longs délais, le musée a finalement été inauguré en avril 2012.

 

 

Musée de l'Innocence à Istambul. Image scannée du livre L'innocence des objets Gallimard 2012.

Musée de l'Innocence à Istambul. Image scannée du livre L'innocence des objets Gallimard 2012.

En complément de ce roman et de ce musée, l'auteur a écrit "Orhan Pamuk, l'innocence des objets" où il explique sa démarche et dresse le catalogue de 74 vitrines.

http://www.masumiyetmuzesi.org/?Language=ENG

Ainsi se mêle la fiction et la réalité, la robe à fleurs de Füsun et son permis de conduire (boite 73), les 4213 mégots qu'elle fuma et écrasa dans le cendrier (boite 68), et la poignée en porcelaine de sa chasse d'eau (boite 37).

Or, par leur encadrement désuet, par leur forme de boites, par leurs suspensions, par l'éclairage soigneux, par les objets confinés dans leur solitude muette mais criante, ces vitrines partagent de nombreux points communs avec les montages en trompe-l'œil de Hoefnagel. Du temps de l'artiste flamand, le mot Musée n'existait pas, mais le Kunstkammer  de l'empereur Rodolphe II n'est pas très différent, à la taille prés, du Masumiyetmuzesi de Pamuk.

 

"Boites" du Musée de l'Innocence . Image scannée du livre L'innocence des objets Gallimard 2012.
"Boites" du Musée de l'Innocence . Image scannée du livre L'innocence des objets Gallimard 2012.
"Boites" du Musée de l'Innocence . Image scannée du livre L'innocence des objets Gallimard 2012.
"Boites" du Musée de l'Innocence . Image scannée du livre L'innocence des objets Gallimard 2012.
"Boites" du Musée de l'Innocence . Image scannée du livre L'innocence des objets Gallimard 2012.

"Boites" du Musée de l'Innocence . Image scannée du livre L'innocence des objets Gallimard 2012.

Certains citations de "L'Innocence des objets" d'Orhan Pamuk peuvent nourrir cette reflexion sur le changement de statut des objets lorsqu'ils sont ainsi exposés, et, par là, avec notre propre statut au sein de notre environnement et dans le cours du temps, car, fatalement, c'est un peu nous-mêmes qui nous retrouvons derrière la vitre.

"..parvint finalement au douloureux constat que, sans objets, le monde comme sa propre existence n'avaient aucun sens. Ils emble pratiquement impossible de découvrir le secret des objets sans un immense chagrin. Et nous devons humblement admettre la vérité de cet ultime secret".

"Le musée de l'Innocence a été fondé par des gens qui croyaient à la magie des choses. Ce qui nous a inspiré, c'est la foi de Kémal en les objets. Mais à la différence du collectionneur pssionné, nous étions mus par le désir fétichiste de posséder des choses, mais par l'envie de percer leurs secrets ! A mseure que notre âme se concentre sur des objets, nous sentons l'unité du monde entiers dans nos cœurs brisés et nous en venons à accepter nos souffrances" (p.195)

"De même que, dans la Physique d'Aristote, le temps émerge quand les instants retournent à leur substrat, les objets se dépouillent de leur histoire quand ils reviennent à eux-mêmes. C'est alors que l'innocence des objets devient apparente. Notre musée a été construit sur deux désirs contradictoires : celui de relater l'histoire des objets et celui de montrer leur innocence intemporelle." (p. 141, "la consolation des objets").

http://tmagazine.blogs.nytimes.com/2014/03/20/small-museums/?_php=true&_type=blogs&hpw&rref=t-magazine&_r=1  :

 http://www.itsnicethat.com/articles/museum-of-innocence   :

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans histoire entomologie - Hoefnagel
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche