Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 13:29

 

.

Le Faou (du latin fagus « hêtre ») s'étire depuis le XIe siècle en longue rue commerçante au fond d'une ria de la rade de Brest, sur la "rivière du Faou", en face de Landévennec  sur la route Brest-Quimper qui relie le pays de Léon à celui de la Cornouaille. Comme dans toutes les rivières maritimes, un pont s'est établi à la limite de la remontée du courant de flot. Là, dominant la rivière, trois églises au moins se sont succédé. 

L'église Saint-Sauveur, à nef courte et  chevet plat   a été  achevée en pierre ocre de Logonna au milieu du XVIe siècle  et son porche sud a été érigé entre 1593 et 1613. Le massif occidental, la tour, et le clocher ajouré,  amorti de son dôme à lanternon furent construits entre 1628 et 1647. En 1677-1680, le  chevet plat d'origine a été transformé en chevet à pans multiples (chevet Beaumanoir), une  sacristie a été ajoutée au nord et les baies du chœur et du transept furent obstruées lors de la mise en place de retables et de lambris. C'est au 18e siècle quel le transept fut doublé avec remploi d'éléments datant du milieu du 16e siècle. Une sacristie fut construite en 1877 au sud, sur l'emplacement d'une sacristie datant de 1677. L'ossuaire qui datait de 1603 fut démantelé en 1892 lors de l'élargissement de la route. Une litre funéraire peinte couvrant les murs de la nef et figurant les armoiries de Nicolas Magon de la Gervaisis est encore en place au début du 20e siècle. Le site est classé depuis  le 9 juillet 1927.

.
 

Leclocher de l'église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.
Leclocher de l'église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Leclocher de l'église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

Pour chacun de ces travaux, une ou plusieurs inscriptions ont transmis une date, le nom d'un membre de la fabrique ou d'autres informations. Ce sont elles dont je propose la découverte dans cet article, afin de faire partager mon admiration et mon émotion devant ces messages que nous adressent nos prédécesseurs.

Elles ont été relevées ou transcrites par Abgrall 1909,Castel et Deuffic 1983,  Leclerc 1991 à 2003, Danguy des Déserts 2001. 

Je suivrai leur ordre chronologique .

.

.

1526. Le socle du Calvaire.

Bien qu'il ne soit plus visible dans l'enclos paroissial, mais dans le cimetière communal où il a été déplacé, sa description trouve sa place ici. Ce sont les vestiges provenant de la croix de l'ancien cimetière désaffecté à partir de 1866. La date de 1876 correspond à la croix.

 

.

 Croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

Croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

.

Il est décrit dans l'Atlas de Croix et Calvaires du Finistère sous le n° Le Faou 501 avec la lecture  "+ Y COZKELEC (?) FIT FAIRE LAN MIL V CTS XXVI "

http://croixetcalvaires.dufinistere.org/commune/le_faou/le_faou.html

L'Inventaire du Patrimoine relève " LAN 1526[?]Y.COZKERLEC FIT FAIRE."

C'est un bloc de kersanton cubique de 66 cm de coté à la base, mais aux angles biseautés, si bien que l'inscription qui court sur son bord supérieur occupe les quatre faces et les quatre biseaux d'un octogone de 18 à 21 cm de coté. Les lettres gothiques minuscules (onciales) sont sculptées en bas-relief sur une seule ligne, avec un cartouche partiel de Y à  KLEC. Les deux-points sont  en losanges évidés (il semble abusif d'y voir "les macles des Rohan") reliés par une ligne en "ouïe de violon". On trouve aussi une ponctuation de séparation de mots par un point simple, losangique plein. Les lettres mesurent 9 cm de haut ou 15 cm pour les L de MILL.

  On lit d'abord un monogramme AX surmonté d'une croix et d'une ligne sinueuse, que je note [**], puis :

 

 [**] : Y : COZKLEC : FIT : FAIRE : LAN : MILL : Vcts : VI

"Y[ves] Cozkerlec fit faire l'an 1526."

.

Chacun des six pans de pierre entraîne  des exclamations admiratives. Car chacun des lettres est différente, tracée par la main très sûre d'un maître tailleur de pierre calligraphe, qui dessine des caractères avec une élégance pleine de désinvolture nonchalante et d'humour . Or, en 1526, nous  sommes 13 ans avant l'inscription de fondation de Rumengol (1536), très belle mais qui, par comparaison, va paraître gracile, mièvre, compliquée voire laborieuse. Elle n'a pas non plus la rectitude presque mécanique (malgré ses ornementations) de l'inscription de fondation du Pont de Landerneau (1510). 

.

Premier pan. 

L'inscription débute (ou s'achève) par un monogramme qui pourrait se lire comme un A et un X entrecroisé pour dessiner un losange, avec une croix plantée au centre, et une virgule en hameçon accolée à cette croix. 

L'hypothèse la plus tentante est d'y voir la marque-signature du maître-tailleur de pierre, comme celles laissées sur la cathédrale de Strasbourg : non pas une marque identitaire de rémunération, mais une "marque de maître". Deux blasons de l'église de Rumengol ont des traits de ressemblance avec cette marque.

Le A et le X ou le V peuvent faire allusion à l'entrecroisement du compas et de l'équerre, la croix et la virgule à une règle en T et à un "perroquet". Y-P. Castel voit ici "un copeau arraché sur une croix".

Pour l'instant, je soumets cela à la sagacité des internautes.

Puis  un cartouche en surépaisseur (bas-relief) haut de 12,5 cm, porte un  deux-points (encore sobre, aux losanges non évidés) et surtout le bel Y, vif et allègre, initial de quelque Yves ou Yvon.

 

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile
Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

.

Deuxième pan coupé.

Voici le nom du commanditaire-donateur. 

La formule "fit faire" indique que le patronyme désigne le commanditaire de ce socle (et de la croix qu'elle portait), et non l'artisan qui la réalisa.


Si on lit COZKLEC en considérant, comme c'est fréquent, que la lettre K est abréviative pour KER, on obtient Coskerlec. Ma déduction rejoint celle d'Yves-Pascal Castel, qui lit ici "Yves Coskerlec".

Mais le patronyme Coskerlec ou Cosquerlec n'est pas attesté. Le toponyme Cosquerlec et sa forme Cozquerlec est bien attesté, mais pas dans la région du Faou.

En outre, la lettre qui a été lue comme un L jusqu'à présent n' a pas du tout la forme du L minuscule gothique, dont nous allons trouver un très bel exemple (MILL). 

On pourrait lire donc aussi "COZKERT", ou "COZKERC". Il existe aujourd'hui un lieu-dit et un lotissement correspondant au toponyme "Le Cosquer" au Faou. On trouve mention de seigneurs du Cozker, ou de sieur du Cozker, ou de l'évêque de Tréguier Mathias de Cozker (Matthieu du Kosker, né à Lannion, 1417-1422), etc...

Les lettres Z et K s'accordent comme un couple de danseurs. Le deux-points, aux losanges évidés, s'appuie sur un fût droit, peut-être la fin d'un cartouche.

.

 

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile
Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

.

3ème pan 

C : FIT

Le cartouche qui avait débuté au 1er pan s'achève ici par une barre sur laquelle s'épaule un très beau deux-points en losanges évidés. 

.

 

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

.

Quatrième pan coupé.

 

Le mot FAIRE est écrit sans chichi, mais non sans renoncer à un clin d'œil à l'amateur de belles lettres : le f transforme sa barre en une petite bille bien ronde.

.

 

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile
Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

.

Cinquième pan.

Le Mot LAN vient abriter deux de ses lettres sous un préau.  

Yves-Pascal Castel (1991) y  voit judicieusement  une marque professionnelle en forme de doloire (CNRTL : Cognée à taillant droit, à large lame plane dont le tranchant n'a qu'un seul biseau, oblique par rapport au manche court et un peu courbé), et imagine, en se livrant ici à des extrapolations, judicieuses mais non fondées sur des données attestées 

"La doloire du cimetière du Faou pourrait appartenir à un charpentier naval, YVES COSKERLEC, constructeur de navires sur la rivière en 1526."

Yves-Pascal Castel (1997) précise son idée :

"L'arrachage d'un copeau sur la croix, la doloire, et les macles désignent Cozkerlec comme un charpentier ; peut-être constructeur de vaisseaux travaillant sous la mouvance des Rohan."

On peut aussi penser à la signature parlante d'un tailleur de pierre nommé Calvez (patronyme signifiant "Charpentier"). C'est ainsi que l'imprimeur Calvez, dans son édition de 1499 du Catholicon, place dans une targe ses armes avec le J initial de son prénom Jehan suivi d'une équerre et d'une hache semblable à celle-ci. 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

.

Sixième pan.

Le M de MILL en vaut mille. Les deux premiers fûts se referment en parenthèse, comme un compas, une brève traverse relie ces deux frères au troisième fût, qui, lui, s'offre un jambage qui fait la révérence.

La lettre I, avant d'aligner son piquet, avec les L qui suivent, et de marquer la cadence par un empattement carré, prend appui sur le ventre du M, ou lui tape amicalement sur l'épaule. 

Et les deux L s'élancent, pointant leurs fourches comme les cimes de deux peupliers, non sans avoir émis deux surgeons latéraux.

.

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile
Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

.

Septième pan

Un deux-points à losange évidé et ligne que je fais comparer pour changer au signe forte d'une partition :

 

 

 

 

Tailler dans la pierre un tel signe, avec une telle régularité et de tels arrondis relève sans doute de la prouesse.

Puis le V du chiffre romain cinq, dont le premier fût s'élance pour former une hampe inattendue, qui salue avec panache en une boucle et une goutte d'eau.

Le mot "cent" est suscrit, associant un petit C, puis un E, un tilde, et un Z : "CENZ".

Le deux-points suivant se paye le luxe d''une ligne de liaison fleuronnée par une petite barre.

Notre maître sculpteur n'a rien à envier aux calligraphes des stèles chinoises (cf. Jean-François Billeter, L'art chinois de l'écriture, 1989). Nos yeux ressentent et transmettent à nos muscles le plaisir et la grâce du geste d'écriture qui a été tracé ici voici près de 500 ans.

 

.

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

.

Voyez maintenant ces deux X qui se suivent sans se ressembler. Voyez la fusion presque naturelle du V et du J qui forme le chiffre 26. 

Quelques remarques :

a) le texte est en français, comme partout (et non en breton, qui fait exception dans l'épigraphie du temps, ou en latin). On n'a pas attendu l'ordonnance de Villers-Cotteret (1539)

b) l'écriture est gothique :  Y-P. Castel n'a constaté, sur les croix et calvaires du Finistère, qu'une seule inscription en lettres romaines ( en 1511 à Plouguerneau) antérieure à notre date de 1526 . encore est-elle signée par deux Italiens, Toinas et Conci. Ce ne sera qu'à partir de 1562 que le gothique sera définitivement abandonné en épigraphie finistérienne sur les calvaires, et en 1628 dans le corpus des inscriptions lapidaire de l'enclos paroissial du Faou . Dans l'histoire de l'imprimerie, les caractères romains ont été créés à Venise  par Nicolas Jenson en 1470 dans son Eusèbe et dans son Epistolæ ad Brutum de Cicéron. Mais c'est en 1530 / 1540 que Claude Garamond créa les poinçons de ses caractères romains pour l'imprimeur Henri Estienne.  

c) les chiffres sont romains. Les premiers chiffres arabes sont apparus sur les croix du Finistère en 1515, à Logonna-Daoulas. Sur les inscriptions lapidaire de l'enclos paroissial du Faou, les chiffres arabes s'introduisent en 1603. 

 

.

 

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile
Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

Socle (1526) de la croix du cimetière du Faou, photographie lavieb-aile

.

.

La partie la plus ancienne de l'église porte le nom de Chapelle de la Dame. Elle est aujourd'hui intégrée au transept, et sa porte murée encadrée de colonnes en nids d'abeille est visible à droite du porche sud. Voici une inscription qui la concerne :

1544. La deuxième inscription.

En 1990, Yves-Pascal Castel annonçait dans le Bulletin de la Société Archéologique du Finistère qu'en déplaçant une grande armoire de la sacristie [sud-est], une inscription avait été découverte. Comme la sacristie actuelle est plus haute que la précédente, la pierre sculptée se montrait autrefois à l'extérieur. II écrit : "Étalé sur cinq lignes, le travail du graveur a été effectué avec un soin particulier. La capitale romaine "fleuronnée" s'agrémente d'échancrures et de barres. Sans atteindre l'élégance du célèbre panneau de l'église voisine de Rumengol, 1536, celui du Faou, 1544, témoigne de l'habileté des tailleurs de pierre de kersanton. Jean-Luc Quentel nous a fait remarquer que le 18 mai, veille de la Saint-Yves, tombait, cette année-là, un dimanche. En revanche, on ne connaît pas le fabrique J. Elé, ni la signification du curieux symbole qu'accompagne son nom. Serait-ce une simple fleurette ?"

Il propose la leçon suivante :  LE XVIII IEME IOVR / DE MAI L MVXL/ IIII FVRENT CETTES / CHAPPELLES FOVND / EES J. ELE FABRICQ

Ce "curieux symbole aprés "I. ELE" est soit un Z, soit une abréviation, fréquente en épigraphie latine, mais plus étonnante sur un texte français. En outre, une lettre -c- (pour "cent") est inscrite à l'intérieur du V.

J'en donne ici ma propre transcription :

LE XVIII IEME IOVR

DE MAI LMVcXL
IIII FVRENT CETTES
CHAPPELLES FOVND

EES J. ELEZ FABRICQ

"Le 18e jour de mai l'an 1544, furent ces chapelles fondées J. Elez fabrique."

Je rapproche le nom J. Elez de celui qu'on découvrira sur une inscription de 1633 mentionnant un Auffroy Ellez sieur de Kovrin. 

La lettre L qui précède la date MVcXL doit être interprétée comme une forme abrégée de LAN.

L'article est illustré par une photographie, qui est reproduite sur le panneau explicatif que trouve le visiteur à l'intérieur de l'église. J'en reproduis à mon tour l'image.

.

 

1544. Inscription dans la sacristie. église Saint-Sauveur, Le Faou.

1544. Inscription dans la sacristie. église Saint-Sauveur, Le Faou.

.

Le portail sud. 1593.

Le portail sud fut débuté en 1593 mais sa construction fut interrompue en raison des guerres de la Ligue. La ville fut pillée en 1593 et 1595.

"Anne de Sanzay, comte de la Magnane, lors marié à la dame de Penmarc'h en Léon, tenant le parti de l'union dite catholique, sous l'autorité du duc de Mercœur. Ayant quelques troupes de gens ramassés, arrive de nuit de devers Morlaix en la ville du Faou, qu'il prend et pille et y prit des prisonniers, et se tint là quatre à cinq jours attendant de trouver les moyens de passer la rivière de Châteaulin pour entrer en la juridiction de Quimper, où il savait le pillage être bon."  (chanoine Jean Moreau, publié en 1960 par Henri Wacquet , Mémoires du chanoine Jean Moreau sur les guerres de la ligue en Bretagne.)

 

En octobre 1595, une troupe d'Anglais ravage la région. « Il y a eu toujours grand nombre de soldats, comme à Craouzon [Crozon], Douarnenez ou Le Faou, qui ordinairement viennent à l'abbaye [de Landévennec], ravagent et pillent tout ce qui s'y trouve, comme ils le font dans le plat pays, de façon que tout le canton est dénué des hommes qui y demeurent obstant la cruauté et tyrannie des gens de guerre, tellement que le cartier [quartier] est demeuré en friche sans estre semé, travaillé ny labouré».

Pendant les guerres de la Ligue (1562-1598), Anne de Sanzay, comte de la Magnane, connu pour être « un bon voleur tant sur mer que sur terre »39 et qui était du parti de la Ligue, « profitant de la licence des guerres civiles pour exercer toutes sortes de brigandages », « pille Le Faou, bat les habitants des communes voisines, indignés de ses excès et leur tue plusieurs centaines d'hommes ». Il en tua même entre 1 400 et 1 500 en deux combats si l'on en croit Eugène Bonnemère. Il soumit aussi la ville du Faou à rançon. (Wikipédia, "Le Faou")

 

La portail  fut terminé avec beaucoup plus de simplicité entre 1612 et 1613.

L'inscription en lettres gothiques, la plus belle de l'édifice, occupe une pierre d'angle en kersanton dont les deux faces sont taillées. La taille est faite en relief ("en réserve"), ce qui favorise l'accrochage de la lumière. Selon l'heure du jour et l'ensoleillement, leur apparence et leur lisibilité va beaucoup changer, ce qui m'amène à multiplier les clichés.

 

La face principale mesure 78 cm de long et 35 cm de haut. Elle est divisée en deux lignes par deux cartouches en creux préservant une marge de 1 cm en haut, et 3 cm en bas. Les lettres en onciales  mesurent 9 cm de haut et 4 cm de large (lettre A), les lettres à jambages 13 cm de haut (ceST). La ponctuation entre les mots se fait par le deux-points à losanges évidés,  réunis par un signe en "ouïe de violon" pour les trois premiers.

La face latérale mesure 34,5 cm de long et 35 cm de haut. Elle est creusée d'un seule cartouche préservant une marge de 1 cm. Les lettres mesurent 5 cm pour le premier -e-, 8 cm pour le -g-.

On y lit : 

 "LAN : MILL : V Cns : XCIII : FUST : FONDE : CEST : PORCHES.

ESTÃT : LORS : G : LE : DERE / DEC : FABRIC / QUE".

"L'an 1593 fut fondé ce porche, G. le Deredec étant alors fabricien".

Je rappelle que (Wikipédia)  la fabrique d'une paroisse désigne un ensemble de « décideurs » (clercs et laïcs) nommés pour assurer la responsabilité de la collecte et l'administration des fonds et revenus nécessaires à la construction puis l'entretien des édifices religieux et du mobilier de la paroisse : église(s), chapelle(s), calvaire(s), argenterie, luminaire(s), ornement(s), etc. Les membres du conseil de fabrique sont donc des administrateurs désignés plus spécifiquement par les termes de marguilliers et de fabriciens. Les revenus de la fabrique provenaient des quêtes, offrandes, dons en nature, loyers et fermages, legs mais aussi de la location des places de bancs dans l'église qui fournissaient un revenu régulier (bien souvent perçu annuellement à date fixe) pour la fabrique. Le "fabrique", ou fabricien,  élu ou désigné pour l'année parmi les  paroissiens les plus honorables et les plus aisés devient ainsi le maître d'ouvrage des constructions ou reconstructions de l'église.

 

On retrouve   dans les Extraits des Registres et Garants de l'église de Saint-Sauveur relevés par le chanoine Abgrall cette mention qui permet d'affirmer le prénom du fabricien :

" 24 Août 1580: Fondation de 50 sols, par Guillaume Dérédec, marchand, bisaïeul maternel de la demoiselle de Lezuzar Flaman."

Et plus tard dans le même Registre :

"11 Juillet 1649 : Maître Jacques Le Baron et Yvonne Le Dérédec, sa femme, fondent 3 livres 4 sols, pour jouir de la tombe où fut enterré Missire Mathurin Le Baron, leur fils, recteur de Rosnoën"

Le Faou était une trève de la paroisse de Rosnoën jusqu'en 1801.

Le nom du recteur  est connu pour 1593 : il s'agissait de François Tanguy.

.

 

 

 

 

Inscription lapidaire sur le porche sud (1593), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Inscription lapidaire sur le porche sud (1593), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

La pierre utilisée, la kersantite extraite en Rade de Brest dans la Rivière de Daoulas, est le matériau de choix pour la finesse de son grain, sa facilité à être sculptée, et sa résistance à l'usure. Surtout, la couleur grise entre en contraste avec l'ocre de la pierre de Logonna, autre localité maritime voisine de la Rade. 

.

Inscription lapidaire sur le porche sud (1593), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Inscription lapidaire sur le porche sud (1593), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

Inscription lapidaire sur le porche sud (1593), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Inscription lapidaire sur le porche sud (1593), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

 

Inscription lapidaire sur le porche sud (1593), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Inscription lapidaire sur le porche sud (1593), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

L'inscription de 1593 après estampage humide.

.

 

Inscription lapidaire sur le porche sud (1593), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Inscription lapidaire sur le porche sud (1593), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

 

Inscription lapidaire sur le porche sud (1593), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Inscription lapidaire sur le porche sud (1593), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

Au dessus et à gauche du porche sud : 1613. 

Au haut du même contrefort qui porte l'inscription précédente, et placé sur les deux cotés de l'angle également, un lanternon ou pilastre en kersanton porte une date d'achèvement du porche. Abgrall y a lu au début du XXe siècle "Ce porchet fait achever en 1613".  Couffon et Le Bars 1988, comme Castel et Dieuffic 2003 proposent : "CE. PIGNON. FUST. ECHU. EN 1613. H. BECCAM. F." Je lis peut-être :

"Cepignon /  fust achi|ver] en 1613 / h beccam f ."

Notez que -gn- sont des lettres conjointes. La lettre qui suit "fust" est clairement un -a- , et celle qui suit "ach" est clairement un -i-, avec un point bien visible.

L'orthographe achiver ou achiever est attestée dans Godefroy.

Je propose la lecture suivante : Ce pignon fut achevé en 1613 par H. Beccam, f[abricien]

Le nom "Le Beccam", avec cette orthographe, est attesté au Faou au XVIIe siècle.

En 20 ans, la graphie de l'inscription s'est simplifiée mais conserve de l' élégance.

On comparera cette pierre à celle de l'église de Rosnoën, datant de 1604 et qui dit : "Y. Quelfellec . fab. Ce pingnon fut parachevé lan mil cix cent quatre, le 8 juillet."

.

Inscription lapidaire sur le porche sud (1613), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Inscription lapidaire sur le porche sud (1613), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

 

Inscription lapidaire sur le porche sud (1613), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Inscription lapidaire sur le porche sud (1613), église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

L'ossuaire (ou reliquaire) de 1603.

Typiquement finistérien, l'enclos de Saint-Sauveur comportait un cimetière entourant l'église, un arc de triomphe ou Porz ar Maro, et un ossuaire dont les ouvertures cintrées étaient séparées par des pilastres en gaîne en fin kersanton. Cet ossuaire a été dressé en 1603 à l'angle sud-ouest de l'église. Il a été démoli en 1892 pour élargir la chaussée. La clef de voûte portant l'inscription en lettres minuscules, encore gothiques, est visible à la mairie. J'utilise ici la photographie exposée sur le panneau explicatif dans l'église.

Ce relicquere : fust : faict /estant lors : o : flamanc : fabricq : 1603.

"Ce reliquaire fut fait alors que O Flaman était fabrique en 1603."

Les Registres et garants de l'église font mention deux fois à la famille Flaman : la première fois en 1580 pour signaler que Guillaume Dérédec est le bisaïeul maternel de la demoiselle de Lezuzar Flaman . La seconde fois le 18 Octobre 1625 : "En reconnaissance des services lui rendus, dame Hélène de Beaumanoir, vicomtesse du Faou, accorde au Sr. Sébastien Flaman et Jaouenne Le Gac, sa femme, Sr. et Dme. du Stang, deux tombes prohibitives à Christ dans la chapelle de La Dame. Sur lesquelles ils pourront apposer leurs armoiries."

.

1603. Clef de voûte de l'ossuaire,  église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1603. Clef de voûte de l'ossuaire, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

Le clocher en quatre campagnes de travaux. 1628-1647

Ces travaux eurent lieu sous le règne de Louis XIII (1610-1643) et sous la régence d'Anne d'Autriche (1643-1651).

Pour suivre les quatre campagnes de construction de la tour du clocher entre 1628 et 1647, j'emprunte une illustration parue en 1982 dans le Bulletin de la Société archéologique du Finistère et reproduite dans l'église sur un panneau à la disposition des visiteurs :

.

Inscriptions du clocher de l'église Saint-Sauveur, Le Faou.

Inscriptions du clocher de l'église Saint-Sauveur, Le Faou.

.

I. LA CAMPAGNE DE TRAVAUX 1628-1631.

.

1628. Massif  occidental servant de base à la tour au dessus du porche ouest. Deux inscriptions.

Au dessus du porche de plein cintre souligné par une arcade gothique se trouvent trois carrés sculptés : les deux plus bas comportent des inscriptions. Le troisième contenait un blason qui a été martelé. On devine encore une couronne et un collier. En 1628, la vicomté du Faou est détenue par Marie-Françoise de Guémadeuc (De sable au léopard d'argent accompagné de six coquilles de même, 3 en chef et 3 en pointe, le tout d'argent.) mariée depuis 1626 à François II de Vignerot du Plessis de Richelieu («Écartelé : aux 1 & 4, d’or, à trois hures de sanglier de sable (Vignerot) ; aux 2 & 3, d’argent, à trois chevrons de gueules (du Plessis de Richelieu)»).

Le curé (vicaire) est alors, de 1618 à 1628, Nouel  Abodès.

 

.

Porche occidental , église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Porche occidental , église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

 

Porche occidental , église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Porche occidental , église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

1°)  A gauche :

O QVAM. METVENDVS. EST. LOCVS / ISTE. VERE. NON / EST/ HIC ALIVD / NISI. DOMVS. DEI / ET/ PORTA. CELI .

O quam metuendus est locus iste vere non est hic aliud nisi domus dei et porta celi.

Il s'agit d'une citation partielle du verset 17 du chapitre 28 du Livre de la Genèse racontant comment Jacob passe la nuit à Béthel, prend une pierre comme chevet et y a la vision d’une échelle atteignant le ciel et de Dieu se tenant en haut de cette échelle.

 [pavensque quam terribilis inquit] est locus iste non est hic aliud nisi domus Dei et porta caeli

"Jacob s'éveilla de son sommeil et il dit: Certainement, l'Éternel est en ce lieu, et moi, je ne le savais pas! Il eut peur, et dit:

Que ce lieu est redoutable! C'est ici la maison de Dieu, c'est ici la porte des cieux!

Et Jacob se leva de bon matin; il prit la pierre dont il avait fait son chevet, il la dressa pour monument, et il versa de l'huile sur son sommet."

https://bildsuche.digitale-sammlungen.de/index.html?c=viewer&bandnummer=bsb00072000&pimage=35&v=100&nav=&l=en

Mais le remplacement de terribilis par metuendus ("redoutable") dans la forme inscrite ici  est retrouvée dans l'Antienne de la cérémonie de consécration ou dédicace d'une église (Bréviaire romain). Elle indique peut-être que la dédicace de l'église du Faou a eu lieu en 1629. Ou, plus banalement, elle incite le fidèle au respect du sanctuaire.

Il se trouve que cette Antienne a été mis en musique sous la forme du motet en 1585 par Tomás Luis de Victoria (Motecta festorum n°33) et par Luca Marenzio  (Motectorum pro festis totius anni, Rome 1585) , par Jacob Handl (1550-1591) qui fut maître de chapelle de l'évêque d'Olomuc en Moravie de 1579 à 1585, et enfin par  Orlando de Lasso, maître de chapelle de Guillaume V de Bavière et dont le recueil   Cantiones quinque vocum fut publié en 1597 trois ans après sa mort.

On peut en conclure, soit que le commanditaire de l'inscription était amateur de musique polyphonique sacrée, soit que cette Antienne était alors à la mode.

La date qui figure sur la pierre voisine (19 mars 1628, jour de la Saint-Joseph, un peu avant Pâques qui tombait le 3 avril) ne correspond en tout cas pas à la Fête de la Dédicace de la basilique de Latran, célébrée le 9 novembre. Les diocèses célèbrent aussi la dédicace de leur cathédrale : le 22 octobre pour Quimper, le 6 mai pour Rennes, le 16 septembre pour Saint-Brieuc...mais le 17 mars pour Vannes.  

.

Inscription de dédicace, porche occidental,  église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Inscription de dédicace, porche occidental, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

2°)  à droite : 1628 :

CESTE:THOVR:A/:ESTE:FONDEE:LE/:9:MARS:1628:ES/TANT:POVR:LORS:/GOVERNEVR:IAN/GVERMEVR

"Ceste thour a esté fondée le 19 mars 1628 estant pour lors gouverneur Ian Guermeur."

"Cette tour a été fondée le 19 mars 1628, Jean Guermeur étant alors Gouverneur."

Le terme de "Gouverneur" peut être assimilé à celui de "fabricien" sur l'inscription de 1593.  Voir :

http://www.lavieb-aile.com/article-l-eglise-saint-pierre-de-pleyber-christ-epigraphie-et-n-retrogrades-90588330.html

Le patronyme Guermeur est mentionné au Faou sur un acte de baptême relevé par J.M. Abgrall : 

" 17 Avril 1689 : Baptême de François-Marie, fils d'écuyer François de Keryvon, Sr. de Kervennic, Coatimoric, Keriliou, etc., et de dame Marie de Kerret, dame du dit lieu. Parrain et marraine, honnestes gens, Olivier Guermeur et Marie Pierrée, qui ne savent signer."

Cet Olivier Guermeur serait le fils de Ian (Jean) Guermeur, comme l'indique ce fil d'un forum généalogiste : http://www.cgf-forum.fr/phpBB2/viewtopic.php?t=11087

" Jean Guermeur, veuf de Marie Quenquis qui dut mourir en 1647/1648 juste après la naissance de sa fille Perronnelle, s'est remarié avec Marguerite Desloges, dame de Launay, native de St Renan. De sa 1ère union il a eu au moins Jaouenne, Louise, Marguerite, Catherine, et probablement Alain époux Le Roy. Le couple HH Jean GUERMEUR et Marguerite DESLOGES se marie au Faou en 1648, et a ses enfants au Faou entre 1649 et 1662 ...  et de cette seconde épouse il a eu de nombreux enfants, dont Olivier baptisé le 08/02/1652, et Jacquette,"

 

.

Inscription de fondation de 1628, porche occidental,  église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Inscription de fondation de 1628, porche occidental, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

1629. Face ouest du premier étage de la tour.

Juste au dessus du groupe des trois pierres sculptées précédentes, se lit l'Inscription sur pierre de Kersanton en lettres majuscules sur trois lignes :

LAN:1629 HONORABLE:HOMME:IAN /

DE:GOFF:GOVERNEVR:FABRIQVE: /

A:FAICT:TRAVAILER:SVR:CETE:TOVR

   "L'an 1629  Honorable Homme Jean  Le Goff, gouverneur fabrique a  fait travailler sur cette tour." 

Furetière indique non sans malice dans son Dictionnaire de 1690  :  "honorable homme est un titre que l'on donne dans les contrats à ceux qui n'en ont point d'autre". 

Le Généadico du  Centre Généalogique du Finistere indique :

 

"HONNETE HOMME, HONORABLE HOMME, NOBLE HOMME : - Le qualificatif employé servait à définir, selon l’état de la fortune, une certaine échelle sociale, une hiérarchie parmi les roturiers avec au sommet le « noble homme ». Il est ainsi donné à des petits bourgeois, des marchands, des artisans, des notaires, des procureurs fiscaux, des laboureurs un peu aisés, à des personnes sans charges honorifiques ni seigneuries afin de les distinguer. On souhaitait par l’un de ces qualificatifs marquer de la considération à une personne pour une raison ou pour une autre : notables locaux, reconnaissance dans une profession, instruction, situation de fortune, etc. Il ne désigne jamais en Bretagne un noble quand les termes « noble homme » sont utilisés"

 

.

Inscription de construction de 1629, face  occidentale de la tour,  église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Inscription de construction de 1629, face occidentale de la tour, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Inscription de construction de 1629, face  occidentale de la tour,  église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Inscription de construction de 1629, face occidentale de la tour, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

1630. Face sud du premier étage de la tour.

Au dessus du toit, sur la face sud de la tour, on lit sur une longue pierre de Kersanton et une petite pierre initiale, une inscription en deux lignes .

 

 

1630. Face sud du premier étage de la tour. église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1630. Face sud du premier étage de la tour. église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

 

1630. Face sud du premier étage de la tour. église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1630. Face sud du premier étage de la tour. église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

 

LAN // 1630 : IAN : LE : BRIZ : GOVERNEVR

FABRIQVE : A : FAIT : bâTIR : SVR : CETE : TOVR

"L'an 1630, Jean Le Bris gouverneur fabrique a fait bâtir sur cette tour."

On voit encore dans le bourg une maison située 39, rue du Général-de-Gaulle et qui était la propriété de la famille Le Bris en 1660. Il s'agissait d'une famille de marchands de drap et de soie.

http://fr.topic-topos.com/maison-de-pays-le-faou

 

Cette inscription est écrite en caractères soignés (I perlé de IAN, point du I inclus dans le fût, signe du deux points en losange, fluidité adaptative qui permet d'inclure des lettres minuscules comme le b, le â et le t parmi les majuscules, convexité du fût de certains E, jovialité du Q ) à l'intérieur de deux cartouches en creux. La formulation est copiée sur la précédente mais elle est plus moderne (j'oserai "plus jeune") par l'abandon de la formule Honorable Homme, par la forme "fait" plutôt que "faict". 

L'introduction du circonflexe de "bâtir" plutôt que "bastir" est remarquable. En 1558, Du Bellay écrivait bien-sûr encore Plus me plaist le seiour qu'ont basty mes ayeux . Jean Nicot écrit aussi bastir dans  Le Thresor de la langue francoyse  de 1606. On trouve les formes bastir, batir (sans accent) dans l'Invantaire des deus langues, françoise et latine de  Philibert Monet (Lyon, 1636) . En 1679, lorsque La Fontaine publie la fable Le Vieillard & les trois jeunes hommes, on y lit le vers fameux :

 Un octogenaire plantoit.
Paſſe encor de baſtir ; mais planter à cet âge !

Diſoient trois jouvenceaux enfans du voiſinage,

Je trouve néanmoins "bâtir" en 1560 dans une édition de l'Amadis de Gaule, mais l'éditeur est Christophe Plantin, à Anvers. Il reste encore confidentiel de 1600 à 1630, malgré les 38 occurrences du mot dans Les triomphes de l'amour de Dieu, Paris, 1625.


 


 

.

.

1630. Face sud du premier étage de la tour. église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1630. Face sud du premier étage de la tour. église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

1631. Face sud du premier étage de la tour.

Dans le même programme de construction, et sur la même face sud, on trouve sous la corniche en encorbellement une inscription :

: M : Y :  DIROPP / G. FA 1631

"Messire Y[ves] Diropp Gouverneur fabrique 1631."

Les Archives du Finistère conservent les dossiers de Maître Diropp, Notaire au Faou 1600-1619.  

Au 6 de la rue Général-de-Gaulle au Faou, on voit encore la maison où Françoise Diropp, veuve de Maître Lunven, établit en 1632 une fondation. 

photo : http://fr.topic-topos.com/maison-du-xvie-siecle-le-faou

Un "post" de Joel Morvan sur la généalogie Le Bault mentionne un couple Marie Le Bault / Yves Le Diropp, vivant au Faou, d'où trois enfants : Jan : o 1653 Le Faou ;   Marie : o 1657 Le Faou  ; Jacques Thomas : o 1660 Le Faou . On trouve dans le même échange de courriel la mention des noms Goff et Becam...

http://www.cgf-forum.fr/phpBB2/viewtopic.php?t=8917&start=15

 

.

1631. Face sud du premier étage de la tour. église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1631. Face sud du premier étage de la tour. église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

 

1631. Face sud du premier étage de la tour. église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1631. Face sud du premier étage de la tour. église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

II. LA DEUXIÈME CAMPAGNE DE TRAVAUX EN 1633. LE DEUXIÈME ÉTAGE DU CLOCHER.

Elle permet de dresser la première chambre des cloches, à longues ouvertures.

 

.

Les  inscriptions lapidaires de l'église saint-Sauveur du Faou (29).

 

.

On y lit:

1°) sur la chambre des cloches, côté sud, à gauche,

"AVFROY : ELLEZ /

Sr DE KOVRIN /

MA. Ft MONTER. 1633"

Comme je l'ai appris dans mon étude des inscriptions de l'église de Saint-Thurien à  Plogonnec, la lettre K est abréviative pour Ker, et il faut lire :

Aufroy Ellez, sieur de Kerourin m'a fait monter 1633.  

Aufroy est une variante d'Auffroy,  Auffray, etc, prénom qui est à l'origine des patronymes Auffray, Auffret, Auffredou.

"Sieur" est un qualificatif précédant le nom de l'habitation d'un paroissien respectable. Le préfixe "Ker-" désigne un groupe de maison, un hameau voire un village.

Kerourin n'est pas un lieu dit connu au Faou, mais le Registre et Garants de l'église mentionne à la date du  17 mars 1553 une fondation "sur Kerourien, en Rosnoën".

1633. Première chambre des cloches, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1633. Première chambre des cloches, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

2°)   sous la corniche, au haut de la première chambre des cloches : 

 "IAN LE MENEZ.1637 (?)"

"Jean Le Ménez. (1637)"

1637 ?  Première chambre des cloches,  église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1637 ? Première chambre des cloches, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

III. TROISIÈME CAMPAGNE DE TRAVAUX. TROISIÈME ÉTAGE.

En 1638, les finances permettent l'édification de la chambre haute des cloches, "audacieusement ouverte par de larges arcs en plein cintre (Castel & Deuffic), sous la direction de Moreau.

.

 

 

1638. chambre haute des cloches,église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1638. chambre haute des cloches,église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

Face sud de la chambre haute des cloches, à gauche ;

MOREAV 1638. 

1638. Face sud de la  chambre haute des cloches, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1638. Face sud de la chambre haute des cloches, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

IV. QUATRIÈME TRANCHE DE TRAVAUX DU CLOCHER. LE DÔME .

Le travail progresse, et peu à peu la tour s'élève, svelte et hardie dans son style classique, afin de culminer à 31 mètres par un dôme à lanternon encadré, aux quatre angles de la deuxième chambre de cloches, par des ornements en forme de canons.
.

"La pierre rejetée par les auteurs"...

Sous la corniche du dôme, une inscription n'a pas été décrite. Elle est rongée par un beau lichen jaune d'or, mais on discerne quelques lettres.

.

 

Base du dôme à tambour, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Base du dôme à tambour, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

Je discerne ceci :

OVOV 3

.

Base du dôme à tambour, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Base du dôme à tambour, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Dôme à lanternon,  église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Dôme à lanternon, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

Tambours octogonaux, dôme aux arêtes ponctuées de crochets, lanternon supérieur où se plante la croix.

16 /M. DE MONVAL /46

G.............................F

1646. M. de Monval, Gouverneur fabrique.

.

1646, tambours du dôme ,  église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1646, tambours du dôme , église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

V. CINQUIÈME CAMPAGNE SUR LE CLOCHER. 1647.

La touche finale du clocher consiste en la pose de la balustrade, car les échafaudages ne permettaient pas de la placer auparavant.

On y voit sur la face ouest, à 14 mètres du sol, au dessus des cinq arcades droites l'inscription :

"VENERABLE : PERSONNE : MISSIRE : MATTVRIN : LE : BARON : RECTEVR.

FINIS CORONAVIT OPVS/ . NOBLE JACQVE DEN GV  /1647".

Les chiffres 1, 6, 4 et 7 se trouvent sur la retombée des arcs des deux dernières balustrades.

cf la mention déjà citée du Registre paroissial   11 Juillet 1649 : Maître Jacques Le Baron et Yvonne Le Dérédec, sa femme, fondent 3 livres 4 sols, pour jouir de la tombe où fut enterré Missire Mathurin Le Baron, leur fils, recteur de Rosnoën."

Les mots latins Finis coronavit opus "Voici comment la fin vient couronner l'œuvre", est une formule utilisée en guise de conclusion , comme me l'indique le moteur de recherche pour des ouvrages littéraires datant de 1696, 1700. Sous la forme Finis coronat opus, je le trouve dans la Liste des locutions latines (Wikipédia) avec le commentaire : "« La fin couronne l'œuvre. » S'emploie en bonne ou en mauvaise part. Peut se comprendre, par exemple comme In cauda venenum, ou comme La fin justifie les moyens." Sur Wikionary, je lis "traditionnellement attribué à Ovide. La valeur réelle d'une entreprise ou d'une œuvre d'art ne peut pas être complètement discernée jusqu'à ce qu'il soit terminé."

C'est l'occasion de se régaler d'un passage de "l'opus" de Jules Renard, afin de ne plus passer devant ce parapet sans penser à Poil de Carotte :


 

"Coronat.

Autrefois, il y a des années, le régisseur Hubert, jeune alors et plein de vie, ne manquait jamais de dire, à la fin de chaque repas :

— Finis coronat opus.

De ses courtes études au collège, il n’avait guère retenu que ces trois mots. Il pouvait les traduire exactement : Finis, la fin, coronat, couronne, opus, l’œuvre. Cela signifiait :

— J’ai bien mangé, avec appétit, d’un bout à l’autre de mon déjeuner. La dernière bouchée ne valait pas moins que la première. La fin était digne du début.

Longtemps cette maxime lui parut claire et commode. Il l’expliquait en famille, aux amis, sans se tromper, comme pour dire :

— Vous le voyez, il me reste quelque chose du latin que j’ai appris.

Ce fut le sens du mot opus qui s’obscurcit d’abord. Hubert ne trouvait qu’avec peine le mot correspondant. Il le perdit tout à fait. Opus n’était plus qu’un sou étranger, percé, cassé, rouillé, sans valeur.

— Supprimons opus, se dit Hubert.

Et il prit l’habitude de refuser une moitié de pomme, un verre de liqueur en ces termes :

— Finis coronat !

Cela suffisait. Personne ne regrettait le reste. On devinait encore qu’Hubert voulait dire :

— Merci ; assez pour une fois. J’en ai jusque-là.

Et ceux qui avaient la tête le plus dure, comprenaient au moins l’un des deux mots, le mot finis : finis, j’ai fini, ça va de soi, n’importe qui, un enfant saisirait. Quant au mot coronat, peu à peu inintelligible, il frappait par sa sonorité et son mystère. Quel sens lui donner ? À quoi servait-il ? Nul ne savait, mais chacun souriait de confiance, car il faisait bien à sa place.

Il fit mieux encore, dès qu’Hubert s’avisa de le prononcer seul. Il rejeta décidément finis, inutile et banal, et ne garda que coronat.

Et, aujourd’hui, la marque originale d’Hubert devenu vieux, ce qui le distingue des autres hommes du village, c’est de répondre à tout propos : Coronat, coronat.

Il ne dit plus ni oui, ni bonjour, ni : ça va ? ni : au revoir ! il dit coronat. Il remue sa tête blanchie et pousse son coronat comme un grognement familier appris en classe ou en nourrice." (Bucoliques, 1905 : Gallica)


 


 

.

1647  face ouest de l'appui de la balustrade, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1647 face ouest de l'appui de la balustrade, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1647, face ouest de l'appui de la balustrade, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1647, face ouest de l'appui de la balustrade, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1647, face ouest de l'appui de la balustrade, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1647, face ouest de l'appui de la balustrade, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

Les gargouilles encadrant la balustrade.

 

Les gargouilles encadrant la balustrade, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Les gargouilles encadrant la balustrade, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

Les gargouilles encadrant la balustrade, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Les gargouilles encadrant la balustrade, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

.

1680. Pignon est.

 

1680. église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

1680. église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

 

.

Au  Nord du chevet, à droite de la fenêtre murée.

H.H.F /  CREVEN / GDSA

Mad Danguy des Déserts parle au sujet de cette inscription d'un véritable rébus qu'elle déchiffre ainsi :

Honorable Homme François Creven, Gouverneur de Saint-Antoine. 

Elle explique qu'une chapelle dédiée à saint Antoine, patron de l'hôpital du Faou s'élevait au nord du chevet. La chapelle est mentionnée en 1643. Il existe encore un autel dédié à ce saint à gauche du chœur.

On lit dans le registre de l'église :

"1562 : Jane Monfort, veuve de Philippe Le Gac, fait fondation pour obtenir trois tombes prohibitives dans l'église de Christ, dont deux s'eutrejoignant, proche du marchepied du maître-autel, l'autre à l'entrée de la chapelle de Saint-Antoine."

 Le premier Janvier 1639 ... Je, Jan Le Gac, Sr. de Reuniou-Beuzit, Je donne ... A l'hôpital du Fou dédié à saint Antoine, 3 livres de rente et 3 livres aux pauvres du dit hôpital, le jour de mon enterrement. ». 

Ce F[rançois] Creven est-il le fils de Charles Creven ? Ce dernier  épousa  Françoise Mallégol (née vers 1630), demeurant Kerlano à Rosnoën. Ils eurent  au moins cinq enfants : Louise (o 1651 au Faou), Marie (o 1656 au Faou) , Jean (né le 8.6.1663 à Rosnoën ) qui devient Prêtre, Jeanne (o 1666 Rosnoën) et ... François (témoin au décès de sa mère). Jean Creven (frère de François), prêtre à Rosnoën puis recteur à Sizun, est mentionné sur une inscription lapidaire que j'ai relevé sur l'église de Rosnoën avec la date de 1674. 

http://famille.mallegoll.pagesperso-orange.fr/pageadditif.htm

http://www.chtimiste.com/genealogie/bernard/dat1.htm


 

.

Inscription au nord du chevet, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Inscription au nord du chevet, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

La Vicomté du Faou.

Dès le XIème siècle, les vicomtes du Faou tiennent une position enviable entre le Nord et le Sud de l´actuel département du Finistère. Ils s´appuient sur les sites fortifiés du Faou, de Daoulas et de La Roche Maurice et contrôlent l´arrière-pays qui va de la rade des monts d´Arrée entre les estuaires de l´Aulne et de l´Élorn.

Autour de 1400, la vicomté s´étend sur dix-sept paroisses, mais en 1682, elle n´en comprend plus qu´une dizaine. Les Richelieu cèdent la vicomté en 1736 aux Rohan-Chabot qui, à leur tour, la vendent aux Magon de La Gervisais en 1762. Sous ce nom, Le Faou est érigé en marquisat en 1765.

 L´inventaire topographique du patrimoine architectural et mobilier du canton du Faou - Conseil régional de Bretagne 1997.

http://poudouvre.over-blog.com/article-la-famille-de-beaumanoir-110903302.html

Charles du Quélennec, baron du Pont, vicomte du Fou, épousa Catherine de Parthenay, dame de Soubise, il fut tué à la Saint-Barthélémy
—Jeanne du Quélennec, héritière de son frère, épousa Jacques de Beaumanoir, vicomte du Besso,

Jacques de Beaumanoir,  Chevalier, vicomte du Besso, de Médréac, seigneur de Villaines, échanson du roi Henri II et gentilhomme ordinaire du dauphin en 1559 & 1560 , il épousa en seconde noces le 12 février 1550 Jeanne de Quellenec, fille de Jean, baron du Pont et de Jeanne de la Maure. De ce second lit naquirent deux  autres enfants :  Toussaint de Beaumanoir , et Jacquemine de Beaumanoir,

Toussaint de Beaumanoir (1554-1590) , Chevalier, vicomte du Besso, Baron du Pont, de Rostrenen. Marié à Anne de Guémadeuc, héritière de la seigneurie à Sévignac, il n'eut qu'une fille , Hélène de Beaumanoir.

 —Hélène de Beaumanoir, Baronne du Pont & de Rostrenen,  vicomtesse du Faou épousa successivement 1° René de Tournemine, Baron de la Hunaudaye puis 2° Charles de Cossé, marquis d'Acigné.

Il n’hésita pas à prendre pour épouse Hélène, jeune et riche veuve. Mais, à peine marié, il se livra à de folles prodigalités, causant presque leur ruine.  Pour fuir ses violences, Hélène se réfugia dans sa baronnie de Rostrenen, non à Rostrenen même, le château n’ayant pas été relevé de ses ruines, (en effet, suite à la Ligue où Mercoeur le fit assiéger et après 4 sièges soutenus pendant 3 ans, il fut brûlé en 1593 en l’espace de 7 jours entiers), En 1621, le marquis d’Acigné redoubla de mauvais traitements envers elle, la séquestrant dans des places fortes, la forçant à s’engager dans des aliénations et des dettes, faisant abattre les arbres de ses terres, la menaçant même de mort. Elle trouva le moyen de faire porter ses plaintes au roi Louis XIII qui la fit mettre en liberté. En 1628, le marquis était banni du royaume par un arrêt du Parlement de Paris.

En 1629, Hélène  laisse le soin de ses affaires à :

 Marie-Françoise de Guémadeuc,~1611 + ~1674 (Fille d’Honneur de la Reine Marie de Médicis) 
 sa nièce et héritière (de sable au léopard d'argent accompagné de six coquilles de même). Elle épousa en 1626  François de Vignerot (1609-1646) marquis de Pont-Courlay, général des galères (d'argent, à trois chevrons de gueules). Devenue veuve, elle épousa Charles Grivel de Gamache, comte d'Ourouer, qui porte d'or à la bande échiquetée de sable et d'argent à deux tires.

Armand-Jean Vignerot du Plessis de Richelieu, 2e duc de Richelieu, né le 3 octobre 1629 au Havre de Grâce et mort le 20 mai 1715 à Paris.  Il est pair de France, prince de Mortagne, marquis du Pontcourlay, comte de Cosnac, de Barbezieux, de Cozes et Saujon, seigneur propriétaire de la juridiction et vicomté du Faou, Irvillac, Logonna et Villeneuve, baron du Pont. Officier de marine, il devint Général des galères Héritier d'un bien considérable, il dépense tout, et se retrouve bientôt criblé de dettes. En 1661, il vend pour 200 000 livres sa charge de général des galères. Il abandonne aussi son titre de gouverneur du Havre. En 1675, durant la révolte des Bonnets rouges, son château de Pont-l'Abbé est pillé, puis incendié . En 1685, il vend sa baronnie du Pont. 

— Louis-François-Armand de Vignerot du Plessis , duc de Richelieu (1696-1788)

—  Les Richelieu cèdent la vicomté en 1736 au duc de Rohan-Chabot

—  En 1756, aux décès du chevalier Louis Bretagne Charles de Rohan-Chabot, prince de Léon, et de sa sœur Gabrielle-Sophie de Rohan-Chabot, les terres et seigneuries du Faou, de la Villeneuve, de la châtellenie d'Irvillac et Logonna (aux paroisses de Rosnoën, Hanvec, Guimerch, Lopérec) revinrent aux familles de Châtillon, d'Enrichemont, de Broglie et de Poiryanne. Elles étaient louées, avec leurs greffes — de 1750 à 1759 — pour 16.750 livres à M. Le Roy, sieur du Pontois.

 

Ces propriétés furent vendues le 11 septembre 1762 par les mêmes héritiers, au-dessous de la moitié de leur valeur, pour 83.336 livres à messire Nicolas Magon, seigneur de la Gervaisais et de la Gicquelaye, conseiller au Parlement, lieutenant général des armées du Roi (1671-1765). C'est alors qu'elles portèrent le nom de « marquisat de la Gervaisais et du Faou ».  Archives départementales 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Magon_de_La_Gervaisais
Décoré de l'Ordre de Saint-Louis. 

Sur le crépis qui mure l'ancienne baie nord, on trouve un blason  qui associe sous la couronne de marquis les armoiries à mi-parties des Magon de la Gervaisais D'azur au chevron d'or acc en chef de deux étoiles du même et en pointe d'un lion aussi d'or couronné d'argent et de la Bourdonnaye  de gueules à trois bourdons d'argent posés en pal  (Bourdon = bâton de pèlerin muni de deux pommes -sphères-, l'une au trois quarts, l'autre au sommet). Voir ici la source de ces info et de l'image


Ce sont donc les armes de Nicolas II Magon de la Gervaisais, fils de Nicolas I de la Gervaisais, (né le 21 août 1721 à Saint-Servan), marié le 28 avril 1762 à Rennes-Saint-Aubin avec Marie-Flore de la Bourdonnaye-Montluc (née vers 1735), conseiller-secrétaire du Roi près le Parlement de Bretagne, qui fut propriétaire depuis 1767 de la vicomté du Boschet en Bourg-des-Comptes.

.

Armoiries de Nicolas Magon de La Gervaisais, et de son épouse, Marie-Flore de La Bourdonnais, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Armoiries de Nicolas Magon de La Gervaisais, et de son épouse, Marie-Flore de La Bourdonnais, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

Sculptures extérieures.

Les  inscriptions lapidaires de l'église saint-Sauveur du Faou (29).
Les  inscriptions lapidaires de l'église saint-Sauveur du Faou (29).
Les  inscriptions lapidaires de l'église saint-Sauveur du Faou (29).
Les  inscriptions lapidaires de l'église saint-Sauveur du Faou (29).
Les  inscriptions lapidaires de l'église saint-Sauveur du Faou (29).
Les  inscriptions lapidaires de l'église saint-Sauveur du Faou (29).

.

.

Je conclurai – finis coronat opus !– par la Vierge de Pitié de l'église. Datant du XVIe siècle, classée au titre d'objet le 05/09/1969, PM29000249, elle est remarquable notamment par la présence de trois angelots qui soutiennent, l'un le pied, l'autre la main, et le troisième la tête du Christ.

Elle mériterait une restauration.


 

.

 

Vierge de Pitié, XVIe siècle, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Vierge de Pitié, XVIe siècle, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

Vierge de Pitié, XVIe siècle, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

Vierge de Pitié, XVIe siècle, église Saint-Sauveur, Le Faou. Photographie lavieb-aile.

.

SOURCES ET LIENS.

 

—  Anonyme, Monuments et objets d'art du Finistère (année 1979) : Le Faou, église Saint-Sauveur Anonyme 1979 Bulletin de la Société Archéologique du Finistère (107, p. 324-325)

— CASTEL (Yves-Pascal), 1978, Monuments et objets d'art du Finistère (année 1979) : Le Faou, église Saint-Sauveur, Bulletin de la Société Archéologique du Finistère (106, p. 300-301)

— CASTEL (Yves-Pascal) et DEUFFIC (Jean-Luc , 1983, La construction du clocher du Faou en quatre campagnes de travaux de 1628 à 1647, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome CXII, pages 117-122.

— CASTEL (Yves-Pascal), 1990, Monuments et objets d'art du Finistère (année 1990) : Le Faou, église Saint-Sauveur Yves-Pascal Castel 1990 Bulletin de la Société Archéologique du Finistère (119, p. 146)

— CASTEL (Yves-Pascal), 1991,.Essai d'épigraphie appliquée. Dates et inscriptions sur les croix et calvaires du Finistère du XVème au XVIIIème siècle Ouvrage: Charpiana : mélanges offerts par ses amis à Jacques Charpy..Fédération des Sociétés Savantes de Bretagne, 1991.

— CASTEL (Yves-Pascal), 1997, En Bretagne. Croix et Calvaires  / Kroaziou ha Kalvariou or Bro

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/c7ab1cc53d0ef299b5bb65ed3764d18c.pdf

— CENTRE GÉNÉALOGISTE DU FINISTÈRE . Les outils du généalogiste. 

http://www.cgf.asso.fr/users/cgfadmin/lesoutils/

COUFFON (René) & LE BRAS (Alfred), 1988,  Diocèse de Quimper et de Léon, nouveau répertoire des églises et chapelles, Quimper, Association diocésaine, 1988, 551 p.  

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/FAOURUME.pdf

— DANGUY DES DESERTS (Mad), 2001, avec la coll. de  Y-P Castel , Le Faou. L'église Saint-Sauveur 1544-1680. Edité par l'Association Ar Faou, Imprimerie Sofag, Le Faou, 32 pages.

— DOUARD Chrystel, 1995, inventaire topographique, Inventaire général.

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_8=REF&VALUE_8=IA29000017

— LECLERC (Guy), 1991,Monuments et objets d'art du Finistère (année 1991) : Le Faou, église Saint-Sauveur Guy Leclerc 1991 Bulletin de la Société Archéologique du Finistère (120, p. 155-159 et p. 161-164) ;

— LECLERC (Guy), 1996-97, Monuments et objets d'art du Finistère (année 1996) : Le Faou, églises Notre-Dame de Rumengol et Saint-Sauveur du Faou  Bulletin de la Société Archéologique du Finistère (126, p. 145-149)

— LECLERC (Guy), 2000, Monuments et objets d'art du Finistère. Etudes, découvertes, restaurations (année 2000) : Le Faou, église Notre-Dame de Rumengol, porche méridional, Bulletin de la Société Archéologique du Finistère 2000, (129, p. 59-62)

— LECLERC (Guy)  2003, Monuments et objets d'art du Finistère,  Bulletin de la Société Archéologique du Finistère (132, p. 129-135)

— MOREL  David, 2005, « Signes lapidaires, techniques et qualifications en Auvergne au XIIe siècle », Siècles [En ligne], 22 | 2005, mis en ligne le 07 juillet 2014, consulté le 24 novembre 2016. URL : http://siecles.revues.org/1952

 

— PÉRON & ABGRALL (Jean-Marie), 1909, Notices... Le Faou, Bulletin de la Commission Diocésaine d'architecture et d'archéologie , Kerangal (Quimper), page 123:

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1099887/f121.image

— RENARD (Jules), 1898, Bucoliques, P. Ollendorf, Paris, 1 volume 343 p. pages 152-154

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5445880d/f162.item.r=coronat.langFR

— Ržiha (Franz ),1889, Studien über Steinmetz-Zeichen (1889, réédition allemande en 1983)  Études sur les marques de tailleurs de pierre (la géométrie secrète, l'histoire, les rites & les symboles des Compagnons tailleurs de pierre du Saint Empire Romain Germanique & de la Grande Loge de Strasbourg).

Jean-Pierre Laurant, « Franz Ržiha, Études sur les marques de tailleurs de pierre, la géométrie secrète, l'histoire, les rites et les symboles des compagnons tailleurs de pierre du Saint-Empire romain germanique et de la Grande Loge de Strasbourg », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 156 | octobre-décembre 2011, document 156-99, mis en ligne le 17 février 2012, consulté le 24 novembre 2016. URL : http://assr.revues.org/23561  http://compagnonnage.info/blog/blogs/blog1.php/2010/12/03/rziha-etudessurlesmarquesdetailleursdepierre

— VIOLLET-LE-DUC (Eugène) , "Clocher" in Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle. Edition Bance-Morel de 1854 à 1868.

https://fr.wikisource.org/wiki/Dictionnaire_raisonn%C3%A9_de_l%E2%80%99architecture_fran%C3%A7aise_du_XIe_au_XVIe_si%C3%A8cle/Clocher

— Infobretagne :

http://www.infobretagne.com/faou.htm

— Topic-topos :

http://fr.topic-topos.com/eglise-notre-dame-le-faou

— Médiathèque des Monuments historiques

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/mdp_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_98=LMER,LPAL&VALUE_98=PA00089925

— Marques de tailleurs de pierre :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Marque_de_t%C3%A2cheron

http://www.compagnonnage.info/compagnons-tailleurs-de-pierre/reseaux.htm

— Marques en la cathédrale de Strasbourg sous le règne du Maître d'Œuvre Hans Thomann Uhlberger (1565-1608)

http://judaisme.sdv.fr/synagog/basrhin/a-f/bischhei/miqve.htm

— Marques de la cathédrale de Strasbourg:

http://www.strasbourgphoto.com/marque-des-tacherons/

—http://www.compagnonnage.info/compagnons-tailleurs-de-pierre/traces.htm

— http://www.editionsgaud.com/download/chantier.pdf

— Yves Esquieu Andréas Hartmann-Virnich, Anne Baud Frédérique Costantini Rollins Guild Dominique, Pitte Daniel Prigent Isabelle ParronNicolas Reveyron Benjamin Saint-Jean-Vitus Christian Sapin Joëlle Fardieu, "Les signes lapidaires dans la construction médiévale : études de cas et problèmes de méthode" Bulletin Monumental  Année 2007  Volume 165  Numéro 4  pp. 331-358

http://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_2007_num_165_4_1489

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Inscriptions Le Faou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche