Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 14:51

.

I. Gargouille du cimetière : homme vomissant.

Il pourrait servir de mascotte à l'abbaye et saluer les visiteurs, s'il ne passait pas si facilement inaperçu, menacé par un lierre envahissant dont il m'a fallu le déshabiller. 

Vu de profil, dans sa tenue camouflée de lichens incrustants grisâtres, nous ne l'identifions pas ; et c'est de face  que nous le saluerons.

.

Gargouille du cimetière de  l'ancienne abbatiale de Daoulas : homme vomissant.  Photographie lavieb-aile juin 2017.

Gargouille du cimetière de l'ancienne abbatiale de Daoulas : homme vomissant. Photographie lavieb-aile juin 2017.

.

Môssieur Bourses Garnies.Dans cette vue en contre-plongée à laquelle les gouttières sont vouées, nous découvrons un homme à genoux, penché en avant et élargissant sa bouche dans les hoquets des  vomissements. Ainsi sommes-nous mis en garde contre les désagréments de l'Intempérance, des excès de boisson et de la bonne chère. Ses yeux globuleux montrent aussi sa tendance à avoir les yeux plus gros que le ventre, bien que, coté ventre ou plutôt bas-ventre, il ne répugne pas à exhiber ses avantages. Et il ne manque pas tout à fait de jugeote, puisqu'il a pris la précaution de ceindre ses reins d'une solide corde afin de ne pas "se faire péter la sous-ventrière".

 . 

Gargouille du cimetière de  l'ancienne abbatiale de Daoulas : homme vomissant.  Photographie lavieb-aile juin 2017.

Gargouille du cimetière de l'ancienne abbatiale de Daoulas : homme vomissant. Photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Gargouille du cimetière de  l'ancienne abbatiale de Daoulas : homme vomissant.  Photographie lavieb-aile juin 2017.

Gargouille du cimetière de l'ancienne abbatiale de Daoulas : homme vomissant. Photographie lavieb-aile juin 2017.

.

Cette ceinture lui sert aussi à maintenir, au dessus de sa poche droite, sa gourde en forme de coloquinte, et à gauche, un étui oblong contenant sans-doute son couteau (cercle rouge sur l'image) : à boire et à manger . 

Je ne décrirai pas sa chupenn aux quatre boutons ronds, et ne dirai mot de ses brais.

 

Gargouille du cimetière de  l'ancienne abbatiale de Daoulas : homme vomissant : détail de la gourde.  Photographie lavieb-aile juin 2017.

Gargouille du cimetière de l'ancienne abbatiale de Daoulas : homme vomissant : détail de la gourde. Photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Gargouille du cimetière de  l'ancienne abbatiale de Daoulas : homme vomissant : détail de l'étui de couteau.  Photographie lavieb-aile juin 2017.

Gargouille du cimetière de l'ancienne abbatiale de Daoulas : homme vomissant : détail de l'étui de couteau. Photographie lavieb-aile juin 2017.

.

RENTRONS DANS L'ÉGLISE.

.

II. STATUE DE SAINT JEAN-BAPTISTE. Kersanton, Maître du Folgoët (1423-1468). Traces de polychromie ocre.

Cette statue occupe l'angle nord-ouest de l'église, derrière les fonts baptismaux, dans un emplacement assez obscure et peu accessible (derrière la clôture des fonds par une balustrade), à coté d'une autre statue posée au sol. Provenant de la chapelle Sainte-Pétronille du manoir de Kervern-Tréanna, ancienne demeure des sénéchaux de Daoulas, elle a été donnée à l'ancienne abbatiale en 1957. Elle a été attribuée par Emmanuelle Le Seac'h au Maître de l'atelier ducal du Folgoët (1423-1468), et elle peut être rapprochée de la statue de Jean-Baptiste que j'ai décrite dans mon article sur les sculptures de la Basilique du Folgoët. Son ancienneté, son intérêt dans la connaissance de la stylistique du premier atelier de sculpture du kersanton en Basse-Bretagne, aurait pu inciter les décideurs à lui réserver un meilleur sort, mais c'est telle que je l'ai découverte, et avec sa poussière, que je l'ai photographiée. L'emplacement dans la clôture des fonts baptismaux est par contre, parfaitement logique pour celui qui a baptisé le Christ.

 

.

Les fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

Les fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

La tête inclinée sur la gauche (comme au Folgoët), il désigne de l'index l'agneau qu'il tient sur le bras gauche, mettant ainsi en scène la phrase fameuse de l'évangile de Jean : Altera die videt Iohannes Iesum venientem ad se et ait Ecce agnus dei, qui tollit peccatum mundi  , "Le lendemain, Jean vit Jésus venant à lui, et il dit : —Voici l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde— ".

Au Folgoët, Jean-Baptiste tenait l'agneau sur un livre ; et ici, c'est peut-être le cas aussi, si on imagine que le support placé sous le manteau n'est pas le bras du saint, mais un livre.

Comparez avec son homologue du Folgoët :

.

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

.

.

Selon Le Seac'h, à Daoulas, le saint est vêtu d'une tunique qui découvre les jambes nues, et d'un manteau drapé sur les épaules, dont la manche du pan droit est rabattue. Mais je ne devine cette tunique de poils de chameaux (Matthieu 3:4  vestimentum de pilis camelorum) que dans l'entrebaillement du manteau, sous la barbe. Par contre, les plis en  tuyau, en accordéon ou en pyramide descendant sous le bras gauche avant de s'épanouir en un méandre de volutes sont ceux qui se rencontrent de façon presque caractéristique au Folgoët, soit dans la statue de Jean l'évangéliste de la chapelle de Coëtivy, soit dans celle des apôtres du Porche.  

.

Statue de Jean-Baptiste, kersanton, vers 1423-1468, Maître du Folgoët, angle nord-ouest des  fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

Statue de Jean-Baptiste, kersanton, vers 1423-1468, Maître du Folgoët, angle nord-ouest des fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

Statue de Jean-Baptiste, kersanton, vers 1423-1468, Maître du Folgoët, angle nord-ouest des  fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

Statue de Jean-Baptiste, kersanton, vers 1423-1468, Maître du Folgoët, angle nord-ouest des fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Statue de Jean-Baptiste, kersanton, vers 1423-1468, Maître du Folgoët, angle nord-ouest des  fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

Statue de Jean-Baptiste, kersanton, vers 1423-1468, Maître du Folgoët, angle nord-ouest des fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Statue de Jean-Baptiste, kersanton, vers 1423-1468, Maître du Folgoët, angle nord-ouest des  fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

Statue de Jean-Baptiste, kersanton, vers 1423-1468, Maître du Folgoët, angle nord-ouest des fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

Les cheveux sont longs, disposés en trois mèches redressées en houppe sur le haut du large front, et s'étalant en mèches ondulantes sur les épaules. La barbe déploie, à partir des narines et des joues, d'épaisses mèches bouclées. 

Son visage est semblable à la grande statuaire du Folgoët. Le sillon naso-génien est marqué. Les deux paupières des yeux en amande sont soigneusement sculptés. L'ovale du visage est creusé au niveau des joues, manière du premier Maître du Folgoët de 1423 comme pour les Mages de l'Adoration ou pour le duc Jean V de Quimperlé. (d'après Le Seac'h p. 77)

 

Statue de Jean-Baptiste, kersanton, vers 1423-1468, Maître du Folgoët, angle nord-ouest des  fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

Statue de Jean-Baptiste, kersanton, vers 1423-1468, Maître du Folgoët, angle nord-ouest des fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Statue de Jean-Baptiste, kersanton, vers 1423-1468, Maître du Folgoët, angle nord-ouest des  fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

Statue de Jean-Baptiste, kersanton, vers 1423-1468, Maître du Folgoët, angle nord-ouest des fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

Notez la polychromie, avec des ocres jaunes et rouges, mais aussi de minuscules parcelles dorées (flèches) , qui font rêver de la splendeur perdue.

 

Traces de polychromie, Statue de Jean-Baptiste, kersanton, vers 1423-1468, Maître du Folgoët, angle nord-ouest des  fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

Traces de polychromie, Statue de Jean-Baptiste, kersanton, vers 1423-1468, Maître du Folgoët, angle nord-ouest des fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

III. Statue d'un évêque ou d'un abbé. Kersanton. Non daté.

La crosse et le bras droit sont brisés. Le personnage porte la tonsure en couronne. Sa mitre est particulière, Elle est droite ou très peu évasée, presque cylindrique, sans ornementation de broderie ou de pierreries, et ses cornes en bec sont très hautes et peu profondes. Les fanons ne sont pas visibles. On la comparera à la mitre de l'abbé Jégou, à suivre. 

Il est vêtu d'une cotte longue, d'un surplis (surcot) et d'une chasuble. Le cou est protégé par l'amict fendu par devant. 

.

 

Statue d'un évêque ou d'un abbé, kersanton, mur ouest  des  fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

Statue d'un évêque ou d'un abbé, kersanton, mur ouest des fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Statue d'un évêque ou d'un abbé, kersanton, mur ouest  des  fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

Statue d'un évêque ou d'un abbé, kersanton, mur ouest des fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

On notera la présence du sudarium, le tissu par lequel l'abbé tient la crosse pour ne pas l'abîmer par sa transpiration.

.

Statue d'un évêque ou d'un abbé, kersanton, mur ouest  des  fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

Statue d'un évêque ou d'un abbé, kersanton, mur ouest des fonts baptismaux, ancienne abbatiale de Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

La plaque tombale de Charles Jégou, abbé de 1520 à 1535.

Elle occupe le fond de l'église, à droite (angle sud-ouest), et a été fixée au mur du pignon avec une traduction de  son inscription " Ci-gît le frère Charles Jégou, abbé de ce monastère de Daoulas. Il acquit des biens assez nombreux et fit faire beaucoup de constructions. Il dirigea le monastère selon les lois de l'Eglise pendant 15 ans. Il mourut le 10ème jour du mois de janvier de l'année du Seigneur 1535 ".

Charles Jégou, originaire, sans doute, de Quimper, où il possédait plusieurs maisons, rue de la Vigne, et des propriétés en Kerfeunteun, fut  recteur en 1498 de Tréoultré-Penmarch  dont il fit reconstruire la tour, puis il fut le dix-neuvième abbé de l'abbatiale Notre-Dame Daoulas (1520-1535) depuis Rivallon en 1130. Il fit reconstruire entièrement le chœur et le transept  et fit d'importantes restaurations au niveau de la charpente. A cet effet, il renouvela, en 1529, la sablière, en faisant appel à un sculpteur, probablement léonard, nommé Olivier Garic (ou Garric) que nous fait connaître cette inscription : "L’abbe Charles fit en son temps ce bois de ceans lan mil V cents avecq(ue) XX comprins IX ans par O Garic et ses aidans". (voir l'article suivant décrivant les sablières).
Cet  artisan a également laissé son nom  
à Pont-Christ, Plouvénenter,  sur une belle pierre de kersanton du moulin de Brezal,  qu'il sculpta en 1520. (d'après le site facebook de Jean-Luc Deuffic).

A Penmarc'h, l'abbé Jégou, alors recteur, fit inscrire en 1508 sur le porche sud de son église de Tréoultré ces mots : 

Ce jour sainct rené, l'an mil CCCC VIII fut fondé ceste église et la tour e[n] lan Mvc neuff dõt estoit recteur K[arioluos] Iegou.

Il fut aussi chanoine de la collégiale Saint-Trémeur à Carhaix-Plouguer et recteur de Plouguer en Carhaix (en cumul avec Tréoultré)

 

L'ancienne église abbatiale de Notre-Dame de Daoulas possédait un superbe chœur gothique  qui a été démoli au XIXe siècle. L'église a ainsi perdu sa maîtresse vitre, (l'un des plus beaux vitraux de Basse-Bretagne, dont il ne nous reste que la description), et une quarantaine de tombes armoriées ; gisants en bronze, en pierre; tables de cuivre ou en Kersanton.

"Les tombeaux de plusieurs d'entre eux se voyaient dans l'église avant les dévastations de 1793. Les principaux étaient:

1° Celui de Guillaume le Lay, mort en I502; il se trouvait dans le chœur et était surmonté de la statue couchée et en cuivre émaillé de cet abbé. On y lisait cette inscription en lettres capitales gothiques:

Hic :jacet : frater : Guillelmus : le Lay : abbas: hujus : monasterii : de : Daoulas : qui : rexit : illud: annis : XXXV: et : restauravit: ac : acquisivit : ei: plura : bona : obiit: autem : die : XXIII: rnensis: junii: anno : Domini 1502.

2°) Celui de Charles Jegou : cf.

3° La tombe plate de Jean du Largez ( famille encore existante ) était aussi devant le maître-autel, avec cette épitaphe en lettres gothiques carrées:

Hic jacet. frater. Joannes. du. Largez. Episcopus. avennensis et abbas hujus rnonasterii. eidem. multa. acquirens. bona honorificè illud rexit XX annos. obiit sextaluce novembris. anno M. CCCCC. XXXIII. anima, ejus. requiescat, in. pace. Amen.

4° La sépulture de René du Louet, encore devant le maître-autel, était un sarcophage élevé orné de la statue de cet abbé, mort en 1598. On y lisait cette inscription en lettres majuscules romaines:

Hic jacet frater Renatvs dv Lovet, abbas hvjvs cœnobii de Daovlas, qvi qvidem acqvisivit ei Silvam de Daovlas et plvra alla bona, et rexit Ulvd annis sex decim. obiit avtem 12 jvlii anno 1598 cvjvs animi pace frvatvr." (Chevalier de Fréminville, 1835)

Seule ne subsiste aujourd'hui que la pierre tombale de l'abbé Charles Jégou, qui se trouvait jadis entre la clôture du chœur et la première marche de l'autel.

Papillons.

Je regrette, après avoir écrit tant d'articles sur la zoonymie et la symbolique des papillons, de ne pas pouvoir admirer ici  le blason de la famille Jégou. De gueules, au chevron d'argent accompagné de trois papillons de même !  Voilà qui a de la gueule !  Je l'ai omis dans mon article Les papillons dans l'héraldique. Dans le Dictionnaire héraldique de Bretagne, Pol de Courcy donne 9 familles bretonnes qui portent un ou plusieurs papillons dans leurs armes : Barrin à trois papillons d'or ; Cassart, deux p. de sable, surmontant ; Chemillé, papelloné d'or et de gueules ; Coëtriou, un p. de gueules, accompagnant ;  Drouallen, trois p. de sable ; Gillot, trois p. d'azur, alias d'or ; Jégou ; Mauvy, papeloné de gueules et d'hermines ; et Menez, aux trois papillons d'argent.

Dans son Nobiliaire de Bretagne, le même Pol de Courcy ne fournit, pour cette famille Jégou, que le seul exemple de Charles, abbé de Daoulas. Mais étaient-ce des armes familiales ? 

J'en trouve une illustration sur le site de l'encyclopédie Marikavel : 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Sur la plaque tombale, je finis par discerner assez nettement le chevron. 

.

 

.

.

 

.

 

Pierre tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

Pierre tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Plaque tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

Plaque tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

L'inscription.

Elle a été déchiffrée par différents auteurs. Ma leçon est la suivante (en tenant compte des tildes):

HIC : IACET : FRATER : CHAROLUS : IEGOU : ABBAS :  HUIUS MONASTERII: DEDOULAS : ET ACQUISIVIT : PLURA : BONA : ET FECIT MULTA : EDIFICIA : ET REXIT CàP[ER] XV. ANNOS. OBIIT. DIE DECIMA MENSIS JANUARII : A : D : M. Vc. XXXV

Si on compare ce texte à celui des plaques des autres abbés (supra), on constate que sa rédaction est stéréotypée et obéit à un modèle, une épitaphe gravée sur la bordure, avec  son incipit Hic jacet Frater, et sa finale obiit anno domino .... C'est celle des tombes des moines de diverses abbatiales, comme celle de ce bénédictin, Jean de Corrobert, à Saint-Claude (Jura) en 1400. Ce modèle est attesté dès le XIVe siècle (en 1318 à l'abbaye de Maillezais

Le premier auteur qui recopia cette inscription en 1696 fut Louis Pinson, chanoine de Daoulas, qui est cité dans le texte suivant, du chanoine Peyron (1897) : 

"[Charles Jégou] fut enterré devant le maître autel sous « une grande pierre de cinq pieds de long sur deux et demy de large, sur laquelle, est représenté au milieu un écusson de gueullle au chevron d'argent aux trois papillons de même, l'écu surmonté de la mitre et la crosse passant derrière l'écu tout du long de la pierre et autour est écrit : Hic jacet frater Carolus Jegou, abbas hujus monasterii de Daoulas et acquisivit ei plura bona et ei fecit multa aedificia et rexit per 15 annos obbiit die decima januari 1535 ".

"Cette tombe existe encore telle qu'elle est décrite ci-dessus par l'historien de l'abbaye [Pinson], sauf que l'écusson est martelé, et qu'au lieu d'être dans l'église elle est dans la partie du cimetière, occupée autrefois par le chevet de l'église, mais non cependant dans sa place primitive au milieu du chœur. Voici exactement l'inscription qui se lit autour de la pierre :

HIC : JACET : FRATER : CHAROLVS : JEGOV : ABBAS : HVIVS : MONASTERII : DE DAVLAS : ET ACQVISIVIT : PLVRA : BONA : ET FECIT : MVLTA EDIFICIA : ET REXIT : Cà P XV ANOS : OBIITT DIE DECIA MEN JANVARII : A : D : MVcXXXV :

"Comme on peut le voir, la lecture de l'inscription est assez facile si ce n'est peut-être pour les deux lettres CÃ [les lettres CA sont surlignées par un trait horizontal] qui suivent le mot rexit, notre auteur tranche la difficulté en ne le traduisant pas, l'abbé Trévaux lit eam, mais outre que le C est très bien formé, on ne voit guère à quel mot se rapporterait ce pronom féminin car plus haut il est question non de l'abbaye, mais du monastère, aussi les notaires lisent dans leur procès-verbal de 1645 « rexit monasterium quindecim annis ». Pour être logique, cette lecture n'en est pas plus exacte, car le CÃ surmonté d'une abbréviation est parfaitement lisible, aussi nous rangeons-nous facilement à la lecture proposée par M. de Courcy, qui lit canonice, sauf à y voir une sorte de protestation discrète contre les soupçons d'irrégularité qui avaient entaché l'élection à la dignité abbatiale."

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207639m/f290.image.r=SOCIETE%20ARCHEOLOGIQUE%20DU%20FINISTERE

Malgré ce souci de rigueur, Paul Peyron commet une erreur en lisant DEDAVLAS  au lieu de DEDOULAS, et en plaçant des V pour transcrire les U minuscules. D'autre part, il lit  MEN au lieu de ME~SIS que je transcris comme MENSIS, "mois".

La transcription de Dom Pinson a été  Dom Taillandier en 1756, puis par le chevalier de Fréminville en 1835. 

Le chanoine Abgrall, le premier auteur à dresser un relevé épigraphique du Finistère, en donne un texte qui comporte à nouveau la leçon DE DAVLAS au lieu de DEDOULAS

La leçon de Jean-Luc Deuffic est la plus fidèle :  « hic : iacet : frater : charolus : iegou : abbas : huius : monasterii : de doulas : et acquisivit : plura : bona : et : fecit multa edificia : et rexit : ca (=eam) p(er) xv an(n)os obiit die decimo mensis ianuarii a. d. m. v. xxxv.».

.

 

Mais l'essentiel est aussi d'admirer la beauté de l'épigraphie en lettres minuscules gothiques, et de la comparer aux autres inscriptions lapidaires du Finistère relevées dans ce blog dont voici un petit échantillon:

 

..



 

 

Pierre tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

Pierre tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Plaque tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

Plaque tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Pierre tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

Pierre tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Pierre tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

Pierre tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Pierre tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

Pierre tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

Pierre tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

Pierre tombale de Charles Jégou, abbé de Daoulas de 1520 à 1535. Angle sud-ouest de l'ancienne abbatiale, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

L'ossuaire.

a) La porte Renaissance de la façade avec son inscription, et les armoiries martelées de l'abbé René du Louët (1581-1598).

MEMENTO : LAN : 1589 : MORI : RS : FI:

Il faut lire ici : "Memento Mori / Respice Finem l'an 1589" (Souvenez-vous des morts / Considérez la fin dernière /   en l'an 1589).

.

Porte de l'ossuaire de Daoulas. Photographie lavieb-aile juin 2017.

Porte de l'ossuaire de Daoulas. Photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Chapiteau sculpté d'une tête et d'une feuille, ossuaire de Daoulas. Photographie lavieb-aile juin 2017.

Chapiteau sculpté d'une tête et d'une feuille, ossuaire de Daoulas. Photographie lavieb-aile juin 2017.

Maison ancienne, Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

Maison ancienne, Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Crossette sur une maison ancienne, Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

Crossette sur une maison ancienne, Daoulas, photographie lavieb-aile juin 2017.

.

LA PORTE DE LA CHAPELLE SAINTE-ANNE (1667).

Voir mon article de 2012 La chapelle Sainte-Anne à Daoulas, et le retable de Sainte Anne trinitaire.

"La porte, de style classique et datée 1667, est encadrée de quatre colonnes corinthiennes soutenant un entablement surmonté d'un grand gable orné d'une niche. Celle-ci abrite une statue de sainte Anne ; les niches entre les colonnes renferment, elles, les statues, également en kersanton, de saint Joseph et de saint Joachim." (R. Couffon 1988)

.

Chapelle Sainte-Anne de Daoulas , photographie lavieb-aile juin 2017.

Chapelle Sainte-Anne de Daoulas , photographie lavieb-aile juin 2017.

.

Sainte Anne éducatrice. Kersanton, 1667.

 

Les sculptures sur pierre de l'ancienne abbatiale de Daoulas. III. Quelques œuvres de l'église, de l'ossuaire ou de la chapelle Sainte-Anne.

.

Chérubin de gauche. 

 

Les sculptures sur pierre de l'ancienne abbatiale de Daoulas. III. Quelques œuvres de l'église, de l'ossuaire ou de la chapelle Sainte-Anne.

.

Chérubin de droite. 

Chapelle Sainte-Anne de Daoulas , photographie lavieb-aile juin 2017.

Chapelle Sainte-Anne de Daoulas , photographie lavieb-aile juin 2017.

.

Saint Joseph et son bâton fleuri.

La floraison de cette baguette est le signe de son élection miraculeuse comme époux de la Vierge, selon l'apocryphe de Jean ou la Légende Dorée du XIIIe siècle. 

.

Saint Joseph, chapelle Sainte-Anne de Daoulas , photographie lavieb-aile juin 2017.

Saint Joseph, chapelle Sainte-Anne de Daoulas , photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Saint Joseph, chapelle Sainte-Anne de Daoulas , photographie lavieb-aile juin 2017.

Saint Joseph, chapelle Sainte-Anne de Daoulas , photographie lavieb-aile juin 2017.

.

Joachim, mari de sainte Anne et père de la Vierge.

Il est représenté tenant son bâton, signe de son âge, ou de sa vie de propriétaire de troupeau, et qui répond symétriquement à la verge de Joseph. Et il est coiffé d'un bonnet rond portant au dessus du front un bijou à quadrilobe : cette coiffure cherche peut-être à souligner que Joachim est un notable Juif.

.

Saint Joachim, chapelle Sainte-Anne de Daoulas , photographie lavieb-aile juin 2017.

Saint Joachim, chapelle Sainte-Anne de Daoulas , photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Saint Joachim, chapelle Sainte-Anne de Daoulas , photographie lavieb-aile juin 2017.

Saint Joachim, chapelle Sainte-Anne de Daoulas , photographie lavieb-aile juin 2017.

.

Chronogramme 1621 sur le clocher.

.

Clocher de la chapelle Sainte-Anne de Daoulas , photographie lavieb-aile juin 2017.

Clocher de la chapelle Sainte-Anne de Daoulas , photographie lavieb-aile juin 2017.

.

SOURCES ET LIENS.

 

ABGRALL (Chanoine Jean-Marie), 1906, Daoulas,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 5 juin 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/328.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/1f623d8ab53c290b419d50f8f5da88aa.pdf

https://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/bdha/bdha1913.pdf

 — BAULIEU (Michèle), BAYLÉ ((Jeanne), 1973," La mitre épiscopale en France : des origines à la fin du XVe siècle", extrait de Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques. Fasc. A,  1 vol. (p.[41]-97) ; 26 cm. 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62529335/f101.image.r=mitre%20%C3%A9piscopale

CASTEL (Yves-Pascal) 11 août 1979 Mieux connaître l'abbaye de Daoulas

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/5706ec4151340cdb93120029fde046d9.jpg

CASTEL (Yves-Pascal) 1996, "Monuments et objets d'art du Finistère (année 1995) : Daoulas, Porche du cimetière, la statue de saint Cler", Bulletin de la Société Archéologique du Finistère(125, p. 148-149)

COURCY (Pol de), 1867, Bretagne contemporaine, Finistère, p. 96, Nantes, Charpentier, in-f°, 1867

COUFFON (René), 1988, Notice extraite de : Diocèse de Quimper et Léon, nouveau répertoire des églises et chapelles, par René Couffon, Alfred Le Bars, Quimper, Association diocésaine, 1988.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/b7a5a075dd70315bdc8d13759ebc81e4.pdf

 

— DEUFFIC (Jean-Luc), « Les documents nécrologiques de l’abbaye Notre-Dame de Daoulas », dans Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. 106, 1978, p. 83-102 ; 107, 1979, p. 103-148.

— DEUFFIC (Jean-Luc), site facebook Notre-Dame de Daoulas une abbaye entre Léon et Cornouaille 

https://fr-fr.facebook.com/Notre-Dame-de-Daoulas-une-abbaye-entre-L%C3%A9on-et-Cornouaille-824697447594776/

— DEUFFIC (Jean-Luc) Daoulas entre Léon et Cornouaille 

http://daoulas.blogspot.fr/

LÉCUREUX (Lucien), 1919, église abbatiale de Daoulas, Congrès archéologique de France page 20

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k35688p/f53.vertical

 

— LEON (Anne), 1995, Etude documentaire, in Michel Baillieu,  Les Fouilles de l'abbaye de Daoulas, DRAC Bretagne RAPO1289

http://bibliotheque.numerique.sra-bretagne.fr/pdf/fichiers/958389ee9e1c8cab5618a25606fa814b/958389ee9e1c8cab5618a25606fa814b.html?search=

— LEVOT (P.), "Daoulas et son abbaye", dans B.S.A.B., 1875-76,p.113-190.

— PEYRON (P.), "L'abbaye de Daoulas d'après 1es mémoires de dom Louis Pinson", dans B.S.A.F., 1897, p.49-50.

PINSON (Chanoine Louis), 1696, Histoire de l'abbaye de Daoulas, par un chanoine de cet abbaye, manuscrit recopié au début du XIXe siècle et publié par PEYRON (Chanoine P. ) 1897, "L'abbaye de Daoulas d'après les mémoires de dom Louis Pinson", Bulletin de la Société archéologique du Finistère pages 49-70, 197-231, 241-256 et 425-440.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207639m/f156.item.r=SOCIETE%20ARCHEOLOGIQUE%20DU%20FINISTERE

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207639m/f327.image.r=SOCIETE%20ARCHEOLOGIQUE%20DU%20FINISTERE

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207639m/f283.item.r=SOCIETE%20ARCHEOLOGIQUE%20DU%20FINISTERE

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207639m/f327.item.r=SOCIETE%20ARCHEOLOGIQUE%20DU%20FINISTERE

LE SEAC'H (Emmanuelle), 2014, Sculpteurs sur pierre en Basse-Bretagne, les ateliers du XVe au XVIIe siècle , 1 vol. (407 p.) - 1 disque optique numérique (CD-ROM) : ill. en coul. ; 29 cm ; coul. ; 12 cm . Note : Index. - Notes bibliogr., bibliogr. p. 373-395 Rennes : Presses universitaires de Rennes , 2014 Éditeur scientifique : Jean-Yves Éveillard, Dominique Le Page, François Roudaut. Pages 95-100.

— FAVREAU (Robert), 2005,  Les inscriptions médiévales de Maillezais in L'Abbaye de Maillezais, des moines du marais aux soldats  huguenots, Presses Universitaires de Rennes, p. 121-134

http://books.openedition.org/pur/18520?lang=fr

— 

 

http://site.erin.free.fr/Bretagne/Finistere/Daoulas.htm#PorcheApotres

http://www.infobretagne.com/abbaye_de_daoulas.htm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Daoulas
commenter cet article

commentaires

Jean Luc Deuffic 15/06/2017 09:17

Un grand merci Jean-Yves pour ces magnifiques photos.: c'est toujours un plaisir de vous lire ...
Une petite précision: la statue de saint Jean Baptiste provient en fait de la chapelle Sainte-Pétronille du manoir de Kervern-Tréanna, l'ancienne demeure des sénéchaux de Daoulas (chapelle encore visible au début du XXe siècle).
En ce qui concerne le moulin de Brézal il se trouve à Pont-Christ, Plounéventer.
Encore merci de promouvoir notre patrimoine ... souvent ignoré !

jean-yves cordier 15/06/2017 20:43

Merci pour ces indications, aussitôt intégrées à mon texte.

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche