Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mars 2018 4 29 /03 /mars /2018 19:59

Les vitraux de Moncontour. IV. La verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste ou baie 3 (vers 1535-1540).

.

 

.

Sur les vitraux de Moncontour, voir :

 

.

Sur les vitraux "du groupe rennais" du XVIe siècle, voir 

 

.

 

Voir aussi :

  • La liste de mes 160 articles sur les vitraux.

.

Pour tous les 1330 autres articles de ce blog utilisez l'onglet "rechercher".

.

.

Pour la présentation générale de ces exceptionnels vitraux par un atelier rennais de cette période 1535-1540 pour l'église de Moncontour, voir  les articles sur la verrière de saint Yves (1537) et celle de sainte Barbe (1538).

.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

 

 

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

LE TYMPAN.

Trois anges (créations par Albert Bonnot 1891-1893).

.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

"De même facture et certainement du même atelier que le précèdent [verrière de sainte Barbe], le troisième vitrail de la longère nord est consacré à l'histoire de saint Jean Baptiste." (Couffon)

La lecture se fait de haut en bas.

.

PREMIER REGISTRE (EN HAUT).

.

 

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

Premier panneau : apparition de l'ange Gabriel à Zacharie. CO[MM]E[NT] LA[N]GE SAPARUT A ZACHARIE.

 

" L'ange Gabriel, en robe violette et ailes vertes, apparaît à saint Zacharie. Celui-ci, en robe violette, tunique d'or à riches perlages, aumônière rouge et chaussures rouge, encense l'autel qui porte plusieurs pièces d'orfèvrerie sur une nappe blanche ornée de glands et perlages. L'autel est surmonté d'un ciel or à perlages avec rideaux rouges. Le sol est recouvert d'un carrelage vert recouvert en partie d'un tapis rose." (Couffon)

 

.

Détails.

Le bouton de l'aumônière est monté en chef d'œuvre.

.

Texte évangélique. Luc 1: 5-23

 

 " Il y avait, à l’époque où Hérode était roi de Judée, un prêtre nommé Zacharie, qui appartenait à la classe sacerdotale d’Abiya. Sa femme était une descendante d’Aaron; elle s’appelait Elisabeth.  Tous deux étaient justes aux yeux de Dieu et observaient tous les commandements et toutes les lois du Seigneur de façon irréprochable.  Ils n’avaient pas d’enfant, car Elisabeth était stérile et tous deux étaient déjà très âgés.

  Un jour, Zacharie assurait son service devant Dieu: c’était le tour de sa classe sacerdotale.  Suivant la coutume des prêtres, il avait été désigné par le sort pour entrer dans le sanctuaire du Seigneur et y offrir l’encens.  A l’heure de l’offrande des parfums, toute la multitude du peuple se tenait en prière à l’extérieur.  Tout à coup, un ange du Seigneur lui apparut, debout à droite de l’autel des parfums.  Quand Zacharie le vit, il en fut bouleversé et la peur s’empara de lui.

 Mais l’ange lui dit: N’aie pas peur, Zacharie, car Dieu a entendu ta prière: ta femme Elisabeth te donnera un fils. Tu l’appelleras Jean.  Il sera pour toi le sujet d’une très grande joie, et beaucoup de gens se réjouiront de sa naissance.  Il sera grand aux yeux du Seigneur. Il ne boira ni vin, ni boisson alcoolisée. Il sera rempli de l’Esprit Saint dès le sein maternel. 16 Il ramènera beaucoup d’Israélites au Seigneur, leur Dieu.  Il accomplira sa mission sous le regard de Dieu, avec l’Esprit et la puissance qui résidaient en Elie, pour réconcilier les pères avec leurs enfants, pour amener ceux qui sont désobéissants à penser comme des hommes justes et former ainsi un peuple prêt pour le Seigneur.

 Zacharie demanda à l’ange: A quoi le reconnaîtrai-je? Car je suis moi-même déjà vieux et ma femme est très âgée.

  L’ange lui répondit: Je suis Gabriel. Je me tiens devant Dieu, qui m’a envoyé pour te parler et t’annoncer cette nouvelle.  Alors, voici: tu vas devenir muet et tu resteras incapable de parler jusqu’au jour où ce que je viens de t’annoncer se réalisera; il en sera ainsi parce que tu n’as pas cru à mes paroles, qui s’accompliront au temps prévu.

 Pendant ce temps, la foule attendait Zacharie; elle s’étonnait de le voir s’attarder dans le sanctuaire. Lorsqu’il sortit enfin, il était incapable de parler aux personnes rassemblées. Elles comprirent alors qu’il avait eu une vision dans le sanctuaire. Quant à lui, il leur faisait des signes et restait muet.  Lorsqu’il eut terminé son temps de service, il retourna chez lui."

.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

 

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

 

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

.

 Deuxième panneau : La Visitation. CO[MM]E[NT] MARIE VISITA SAINCTE ELISABETH.

"  La Vierge est vêtue d'une robe rouge à manches or et d'un manteau bleu ; sainte Elisabeth d'une robe rouge à manches vertes et d'un manteau d'or damassé. Dans le fond, deux personnages : celui de gauche, se détachant sur le ciel bleu, est coiffé d'un turban et porte une robe verte à manches rouges et une tunique d'or à pierreries ; celui de droite, devant une architecture, est coiffé d'un turban or à fond rose, et porte une veste bleue." (Couffon)

.

Détails.

Tête d'Elisabeth refaite.

Une première distinction est introduite dans les costumes féminins et les coiffures. Marie est nimbée, les cheveux non voilés sont soigneusement peignés, avec des anglaises le long des joues, une natte placée en arc, et une coiffe courte, blanche et rejetée très en arrière.  Ce n'est pas un turban, ce qui la différencie de l'ensemble des autres femmes de ce vitrail. Sa robe et son manteau sont d'une couleur pure, sans dessins ni accessoires. Elisabeth a la tête recouverte d'un voile enturbanné, ce qui souligne qu'elle est âgée, et mariée. Son manteau est damassé, sa robe est chargée en son bord inférieur d'un galon d'orfroi ; et les manches vertes introduisent une bigarrure des couleurs. Malgré l'empathie de leurs postures et de leurs regards, malgré leur cousinage, malgré qu'Elisabeth soit une sainte de l'Église catholique, (sainteté qui n'est pas indiquée par un nimbe), ces différences créent une distinction de statut entre les deux femmes : Marie est universelle et intemporelle, extraite de sa judéité, tandis qu'Élisabeth reste marquée par une certaine altérité et par son appartenance au temps passé. D'ailleurs, elle, qui est descendante d'Aaron, est appariée au prêtre juif Zacharie du panneau précédent, qui porte le même manteau damassé bordé de pierreries, et l'aumônière à frange.

Ces différences de représentation seraient discutables si elles n'allaient pas s'accentuer dans les panneaux suivantes où des femmes d'un monde païen vont apparaître.

.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

Texte évangélique Luc 1:39-56

"Quelque temps après, sa femme Elisabeth devint enceinte et, pendant cinq mois, elle se tint cachée. Elle se disait: C’est l’œuvre du Seigneur en ma faveur: il a décidé d’effacer ce qui faisait ma honte aux yeux de tous! "[...]

 

"Peu après, Marie partit pour se rendre en hâte dans une ville de montagne du territoire de Judée.Elle entra chez Zacharie et salua Elisabeth. Au moment où celle-ci entendit la salutation de Marie, elle sentit son enfant remuer en elle. Elle fut remplie du Saint-Esprit et s’écria d’une voix forte: Tu es bénie plus que toutes les femmes et l’enfant que tu portes est béni.Comment ai-je mérité l’honneur que la mère de mon Seigneur vienne me voir? Car, vois-tu, au moment même où je t’ai entendu me saluer, mon enfant a bondi de joie au-dedans de moi. Tu es heureuse, toi qui as cru à l’accomplissement de ce que le Seigneur t’a annoncé.

Alors Marie dit:

Mon âme chante la grandeur du Seigneur et mon esprit se réjouit à cause de Dieu, mon Sauveur.
 Car il a bien voulu abaisser son regard sur son humble servante.
C’est pourquoi, désormais, à travers tous les temps, on m’appellera bienheureuse.
Car le Dieu tout-puissant a fait pour moi de grandes choses; lui, il est saint.
Et sa bonté s’étendra d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Il est intervenu de toute sa puissance et il a dispersé les hommes dont le cœur était rempli d’orgueil.
 Il a précipité les puissants de leurs trônes, et il a élevé les humbles.
Il a comblé de biens ceux qui sont affamés, et il a renvoyé les riches les mains vides.
Oui, il a pris en main la cause d’Israël, il a témoigné sa bonté au peuple qui le sert, comme il l’avait promis à nos ancêtres, à Abraham et à ses descendants pour tous les temps.

Marie resta environ trois mois avec Elisabeth, puis elle retourna chez elle."

 

.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

.

DEUXIÈME REGISTRE.

.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

.

Troisième panneau : Naissance de saint Jean. CO[MM]E[NT] S JEHAN  BAPTISTE FUT NE.

.

"Au premier plan, une servante en robe rose à manches jaunes, tient l'enfant qu'elle va baigner. Une autre, en robe rouge galonnée d'or, porte une tunique violette avec manches à gigot or et argent à riche perlage et une coiffure rose à large galon d’or. Elle verse l'eau d'une aiguière d'or. Sainte Elisabeth, en bleu, appuyée sur les coussins d'or d'un lit à couverture rouge, reçoit un breuvage des mains d'une servante en corsage et coiffure or et argent. Au fond, tenture verte à bordure rouge." (Couffon)
 

 

.

Détails.

Verre rouge gravé : la partie basse de la robe de la servante qui verse l'eau.

Si je tente de confirmer mon hypothèse sur la valeur des différences de costume, je constate que l'opposition robe de couleur unie /  vêtements bigarrés s'établit maintenant "en faveur" d'Élisabeth (qui ne porte néanmoins toujours pas de nimbe). Les deux servantes (ou amies) portent le turban franchement orientalisant. La femme accroupie est peut-être la sage-femme ou matrone, avec ses cheveux rassemblés par une natte nouée au sommet du crâne.

La robe de la femme qui tient l'aiguière est alourdie par une large bande de pierreries et de gemmes, où sont suspendues des franges ou breloques.  Ce n'est qu'un début.

 

.

Texte évangélique Luc 1:57-58. 

 "Le moment arriva où Elisabeth devait accoucher. Elle donna naissance à un fils. Ses voisins et les membres de sa famille apprirent combien le Seigneur avait été bon pour elle, et ils se réjouissaient avec elle."

.

Iconographie.

Le motif de la Naissance de saint Jean-Baptiste est, si j'ose dire, vieux comme Hérode : on le trouve enluminé précocement. Elisabeth est couchée et des servantes lui apportent le brouet de l'accouchée, un bouillon mélangé d'œufs et de lait. Sur d'autres miniatures, une servante donne le premier bain au nouveau-né, dans une cuvette, qu'une aide remplit d'eau chaude. Souvent, Zacharie est assis au pied du lit et écrit — puisqu'il a été frappé d'aphasie — le nom de son fils sur un papier. 

Le Bréviaire de Charles de Neufchâtel (Besançon BM 0069) a été peint pour l'archevêque de Besançon par l'atelier du  Maître de l'échevinage de Rouen avant 1498. Le folio 632 montre cette scène d'intérieur, avec le bain, mais non le brouet. Il est en train de cuire dans le chaudron du fond. Deux des femmes ou sages-femmes portent le turban.

.

Naissance de saint Jean-Baptiste, Besançon - BM - ms. 0069 f.632

 

.

Le manuscrit BnF Italien 115 Meditationes vitae christi , a été illustré à Sienne vers 1330-1340. Son  folio 14v montre que parmi les deux femmes servant le brouet à l'accouchée, l'une est Marie, nimbée. Un plat contenant un  poulet est posé sur le banc.  Au pied du lit, deux servantes donne le bain au petit Jean et une autre apporte le broc d'eau. Inscription maria / elizabet come ae parturito johanni battista.

 

Naissance de saint Jean-Baptiste, BnF Italien 115.

.

Le Missale et horae ad usum Frates Minorum BnF latin 757 du XIVe siècle contient un Office de saint Jean-Baptiste dont le folio 337v est superbement enluminé. Trois femmes présentent à Élisabeth un brouet, précédé d'une toilette des mains, et suivi par un plat de viande. La servante agenouillé s'apprête à langer l'enfant, mais celui-ci est déjà vêtu de sa tunique en poils de chameau, et débute sa prédication.

Naissance de saint Jean-Baptiste, BnF Latin 757 folio 337v Gallica

.

Le ms. 0412 Missel à l'usage de Paris de la  Bibl. Mazarine contient une Miniature pour la Nativité de saint Jean-Baptiste folio 298. Peinte par le Maître de Jacques de Besançon / Maître des Très petites Heures d'Anne de Bretagne, elle associe la présentation du brouet par une servante à turban et le bain donné à Jean par une autre servante. Zacharie écrit sur un phylactère "Johannes est nomen eius" ("Luc 01, 63").
Inscription sur le ciel de lit : "De ventre matris mee voc[avit]" (début de l'introït, cf. "Is 49, 01"). 

 

 

Paris - Bibl. Mazarine - ms. 0412 Missel à l'usage de Paris folio 298

.

Voir aussi BnF fr.244 folio 174, Légende Dorée de Jacques de Voragine, XVe siècle.

.

.

L'évangéliaire à l'usage de Sainte-Geneviève (Bibl. Sainte-Geneviève ms 0106) est, par sa date vers 1520-1530, le plus proche du vitrail de Moncontour. Pas de brouet ici, mais la scène du bain est proche de celle de la baie 3 notamment par la similarité des deux brocs à couvercle. Les coiffures diffèrent mais la permanence du turban (ou du bourrelet entouré de spires d'étoffes) est remarquable. L'enlumineur serait Etienne Collaud, documenté entre 1523 et 1541 à Paris.

.

Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève ms. 0106 folio 201. Irht.cnrs

 

 

.

.

 

.

 

 

 

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

 

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

 

.

.

Quatrième panneau : Inscription du nom. CO[MM]E[NT] LANBA[N]T FUT JEHAN APPELE.

.

"Le greffier, en turban bleu, robe violette et riche manteau d'or damassé, est assis devant une table à tapis vert et ornements roses posée sur un sol vert clair. Zacharie est en robe bleue perlée à manche à crevés or et blancs avec aumônière d'or, chausses rouges, bottes jaunes, turban rouge à fond or. La femme qui l'accompagne porte une coiffure verte à ornement or, une robe violette, dont on ne voit que le bas, et un riche manteau rouge à perlages. La scène se détache sur un fond violet damassé." (Couffon)

.

Détails.

Partie supérieure restaurée.

Le bouton de l'aumônière est monté en chef-d'œuvre.

Fonds damassé mauve pâle, aux motifs à couronne, oeillet, palmette.

Les coiffures à turbans et le bonnet conique, ou les  franges  des aumônières et de la robe de Zacharie,  indiquent que Zacharie et Elisabeth, tout comme le greffier, sont des Juifs et que la scène se passe dans le passé. Mais ces signes de double altérité temporelle et spatiale et d'exotisme orientalisant, parfaitement codés dans l'iconographie, sont tempérés par leur association à des pièces de costume parfaitement contemporains comme les taillades, les bottes montantes, la coiffe courte d'Élisabeth, etc.

Le scribe écrit avec un calame taillé qui prendra place avec le godet d'encre, dans l'écritoire dénoué posé sur la table .

.

Texte évangélique Luc 1:69-80.

 

"Le huitième jour après sa naissance, ils vinrent pour la circoncision du nouveau-né. Tout le monde voulait l’appeler Zacharie comme son père,  mais sa mère intervint et dit: Non, il s’appellera Jean.

– Mais, lui fit-on remarquer, personne dans ta famille ne porte ce nom-là!

Alors ils interrogèrent le père, par des gestes, pour savoir quel nom il voulait donner à l’enfant. Zacharie se fit apporter une tablette et, au grand étonnement de tous, il y traça ces mots : Son nom est Jean.

A cet instant, sa bouche s’ouvrit et sa langue se délia: il parlait et louait Dieu.

Tous les gens du voisinage furent remplis de crainte, et l’on parlait de tous ces événements dans toutes les montagnes de Judée.Tous ceux qui les apprenaient en étaient profondément impressionnés et disaient: «Que sera donc cet enfant?» Car le Seigneur était avec lui.

 Zacharie, son père, fut rempli de l’Esprit Saint et prophétisa en ces termes:

Loué soit le Seigneur, Dieu d’Israël, car il est venu prendre soin de son peuple et il l’a délivré.
Pour nous, il a fait naître parmi les descendants du roi David, son serviteur, un Libérateur plein de force.
Il vient d’accomplir la promesse qu’il avait faite depuis les premiers temps par la voix de ses saints prophètes qu’il nous délivrerait de tous nos ennemis, et du pouvoir de ceux qui nous haïssent.
Il manifeste sa bonté à l’égard de nos pères et il agit conformément à son alliance sainte.
Il accomplit pour nous le serment qu’il a fait à notre ancêtre, Abraham, de nous accorder la faveur, après nous avoir délivrés de tous nos ennemis, de le servir sans crainte en étant saints et justes en sa présence tous les jours de la vie.
Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut, car, devant le Seigneur, tu marcheras en précurseur pour préparer sa route, en faisant savoir à son peuple que Dieu lui donne le salut et qu’il pardonne ses péchés.
Car notre Dieu est plein de compassion et de bonté, et c’est pourquoi l’astre levant viendra pour nous d’en haut, pour éclairer tous ceux qui habitent dans les ténèbres et l’ombre de la mort[m],
et pour guider nos pas sur la voie de la paix.

Le petit enfant grandissait et son esprit se fortifiait. Plus tard, il vécut dans des lieux déserts jusqu’au jour où il se manifesta publiquement au peuple d’Israël."

 

.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

.

 

TROISIÈME REGISTRE.

.
 

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

.

Cinquième panneau : Saint Jean reproche à Hérode Antipas d'avoir violé la loi en épousant la femme de son frère. CO[MM]E[NT]  S. JEHAN VINT A HERODE.

"Sous un ciel bleu et sur une prairie verte, saint Jean, vêtu d'une peau de bête au naturel, s'adresse à Hérode. Celui-ci, en turban violet surmonté d'une couronne d'or, porte une robe verte perlée à grand col d'hermines, un manteau damassé d'or et des bottes jaunes à crevés. Hérodiade porte une coiffure rouge et or, une robe rouge à points d'or, une tunique verte à grands perlages et manches rouges à crevés blancs, et un manteau violet garni de fourrure." (Couffon)

.

Détails :

Le balzo d'Hérodiade, de même que ses manches et sa robe, sont rendus par un verre rouge gravé.  La robe à mouchetures ovales se retrouvent à l'identique dans la baie 7 de 1538 (robe de sainte Barbe)

Saint Jean et Hérodiade se livrent à une joute verbale qu'ils scandent par des gestes issus du comput digital scholastique. Leur opposition sous les yeux furibonds d'Hérode annonce le drame à venir. Elle est soulignée par le contraste entre le dénuement ascétique du Prophète du désert, le le luxe ostentatoire d'Hérodiade. 

.

Texte évangélique.

 "En ce temps-là, Hérode le tétrarque, ayant entendu parler de Jésus, dit à ses serviteurs: C'est Jean Baptiste ! Il est ressuscité des morts, et c'est pour cela qu'il se fait par lui des miracles. Car Hérode, qui avait fait arrêter Jean, l'avait lié et mis en prison, à cause d'Hérodias, femme de Philippe, son frère, parce que Jean lui disait: Il ne t'est pas permis de l'avoir pour femme. Il voulait le faire mourir, mais il craignait la foule, parce qu'elle regardait Jean comme un prophète" Matthieu 14:1-5

.

" Le roi Hérode[c] entendit parler de Jésus, car sa réputation se répandait partout. On disait de Jésus: C’est Jean-Baptiste qui est ressuscité! C’est pour cela qu’il détient le pouvoir de faire des miracles. D’autres disaient: C’est Elie. D’autres encore: C’est un prophète comme il y en avait autrefois. De son côté, Hérode, qui entendait tout cela, se disait: C’est celui que j’ai fait décapiter, c’est Jean, et il est ressuscité!

 En effet, Hérode avait fait arrêter Jean, l’avait fait enchaîner et jeter en prison, à cause d’Hérodiade, la femme de Philippe, son demi-frère, qu’il avait épousée[Hérode Philippe vivait à Rome. Antipas avait répudié sa femme pour épouser Hérodiade, femme de Philippe. ].Car Jean disait à Hérode: Tu n’as pas le droit de prendre la femme de ton frère. Hérodiade, furieuse contre lui, cherchait à le faire mourir, mais elle n’y parvenait pas, car Hérode craignait Jean. Il savait que c’était un homme juste et saint. Il le protégeait donc. Quand il l’entendait parler, il en restait fort perplexe. Et pourtant, il aimait l’entendre." Marc 6:14-20

 

.

.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

.

Sixième panneau : Saint Jean est mis en prison. CO[MM]E[NT]  S. JEHAN FUT MIS E[N PRISON.

"Le saint et Hérodiade sont vêtus comme dans le panneau précédent, mais Hérodiade a une tunique d'or. Le geôlier, en turban jaune, a une tunique également jaune et des chausses rouges, ses clefs sont gris bleu. Le second bourreau porte une veste verte sur sa chemise blanche, des chausses bleues à crevés et des bottes également bleues. Il a une dague or à attache rouge." (Couffon)

.

Détails.

Verre rouge à nouveau sur la robe d'Hérodiate.

.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

.

.

QUATRIÈME REGISTRE.

.


 

.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

.

Septième panneau : Le festin d'Hérode et la danse de Salomé. LA DEMANDE DU CHEF DE ST JEHAN BA..

.

"Devant une tenture de damas vert à galons d'or et perlages, Hérode est assis à table. Il est coiffé d'une toque rouge avec couronne d'or, et porte une robe violette, à broderies d'or et à grand col de fourrure, ainsi que des chausses bleues. A sa gauche, Hérodiade, en robe violette et coiffure rouge et or ; à sa droite, un personnage porte une robe bleue à perlages et bordure or, toque rouge et chausses rouges. Devant la table, près d'une levrette couchée, est Salomé. Elle porte une robe rouge et or, une tunique or à perlages et un surcot vert à manches rouges et crevés or. " (Couffon)

.

Détails.

 

Tête d'Hérode refaite.

Les crevés des deux manches de Salomé sont des pièces montés en chef d'œuvre.

C'est avec Salomé que la robe à breloque devient une vraie expression métonymique de la lubricité de son comportement. Dans l'expression de la misogynie chrétienne, où Salomé et sa mère appartiennent au cortège des femmes qui, comme Ève, incitent au péché. Dans les enluminures que j'ai pu consulter, Salomé porte une robe longue et moulante, mais non une telle quincaillerie. Seule, la Salomé de Lucas Cranach l'Ancien, dans un tableau peint en 1530 et donc presque contemporain de ce vitrail, lui fait porter autant d'or et de perles.

Voir Benozzo Gozzoli, Danse de Salomé, 1461-1462.

Voir Mare historiarum, BnF Latin 4915 folio 174r.

Voir Le Mirouer historial de Vincent de Beauvais, BnF Français 50, folio 222v XVe siècle,

etc.

 

.

Texte évangélique.

"Or, lorsqu'on célébra l'anniversaire de la naissance d'Hérode, la fille d'Hérodias dansa au milieu des convives, et plut à Hérode, de sorte qu'il promit avec serment de lui donner ce qu'elle demanderait. A l'instigation de sa mère, elle dit: Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean Baptiste. Le roi fut attristé; mais, à cause de ses serments et des convives, il commanda qu'on la lui donne, et il envoya décapiter Jean dans la prison. Sa tête fut apportée sur un plat, et donnée à la jeune fille, qui la porta à sa mère. Les disciples de Jean vinrent prendre son corps, et l'ensevelirent. Et ils allèrent l'annoncer à Jésus."Matthieu 14:1-12.

 

"Un jour cependant, Hérodiade trouva une occasion favorable, lors de l’anniversaire d’Hérode. Celui-ci organisa ce jour-là une grande fête à laquelle il invita les hauts dignitaires de sa cour, les officiers supérieurs et les notables de la Galilée. Au cours du banquet, la fille d’Hérodiade entra dans la salle: elle dansa, Hérode et ses invités étaient sous son charme. Le roi dit alors à la jeune fille: Demande-moi ce que tu voudras et je te le donnerai. Il alla même jusqu’à lui faire ce serment: Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, même si c’est la moitié de mon royaume. Elle sortit pour prendre conseil auprès de sa mère: Que vais-je lui demander?

 – La tête de Jean-Baptiste, lui répondit celle-ci.

Aussitôt la jeune fille se hâta de retourner auprès du roi pour lui exprimer son vœu en ces termes: Je veux que, tout de suite, tu me donnes sur un plat la tête de Jean-Baptiste.

Le roi en fut consterné, mais à cause de son serment et de ses invités, il ne voulut pas le lui refuser. Il envoya donc aussitôt un garde en lui ordonnant de rapporter la tête de Jean. Celui-ci s’en alla décapiter Jean dans la prison. Il apporta la tête sur un plat et la remit à la jeune fille, et celle-ci la donna à sa mère. Lorsque les disciples de Jean apprirent ce qui s’était passé, ils vinrent prendre son corps pour l’ensevelir dans un tombeau." (Marc 6:21-29)

.

Les Pères de l'Église.

 

"les Pères de l’Église chrétienne vont exploiter les ellipses des trois récits fondateurs bibliques pour conférer à cet épisode une portée didactique moralisatrice et faire de Salomé un personnage au service d’un discours patricien misogyne. Dès les premiers siècles de l’Europe chrétienne, la femme est considérée comme une menace, une dangereuse tentatrice, voire une auxiliaire de Satan. La figure d’Ève s’impose comme l’archétype de cet imaginaire du féminin. Or, le Nouveau Testament ne contient pas de personnages féminins adéquats : Marie est la mère du Christ, la « Bienheureuse », l’élue choisie pour racheter la figure pécheresse d’Ève ; les femmes qui accompagnent Jésus dans les derniers moments du Calvaire et qui seront témoins de sa résurrection sont qualifiées de « saintes » ; quant à Marie-Madeleine, elle symbolise la femme repentie. Restent donc Hérodiade et sa fille, responsables de la condamnation à mort du prophète Jean-Baptiste."(Crdp-ac-paris)

 

Jean Chrysostome dans son Homélie sur l’Évangile de Marc précise son âge : « quinze ans ». Il en fait alors une « jeune fille » capable de raison, et donc responsable de ses actes et inévitablement consciente de leur portée. Il s’écarte ainsi du texte évangélique qui met seulement en évidence le caractère obéissant de Salomé, son rôle de simple adjuvante inconsciente dans le projet de vengeance de sa mère. Dans un autre de ses sermons, L’Homélie sur l’Évangile de Matthieu, Jean Chrysostome définit les deux crimes de Salomé : celle-ci est tout d’abord coupable par sa danse elle-même, parce qu’elle adopte une attitude impudique pour une jeune vierge qui, selon les critères des moralistes de l’époque, se doit d’être austère dans son vêtement, de rester voilée et de ne dégager aucun esprit de coquetterie ; mais surtout, en séduisant Hérode, elle obtient comme prix de sa prestation artistique un homicide. Salomé apparaît donc aux yeux de Jean Chrysostome comme une figure terriblement scandaleuse parce que l’érotisme qu’elle dégage en dansant se trouve finalement lié au sang et à la mort.

Augustin d’Hippone, dans son Quinzième Sermon pour la décollation de saint Jean-Baptiste, revient sur ce pouvoir terriblement séducteur et érotique de la danse qu’accomplit Salomé devant le tétrarque :

« Aussitôt elle se tord pour décrire des circuits insensés ; elle tourne avec la rapidité d’un tourbillon ; on la voit parfois se pencher d’un côté jusqu’à terre, et parfois renverser sa tête et se pencher en arrière, et, à l’aide de son léger vêtement, trahir ainsi ses formes voluptueuses. »

Le Seizième Sermon pour la décollation de Saint Jean-Baptiste est l’occasion de prolonger cette description de la chorégraphie de Salomé :

« Sous sa tunique légère, la jeune fille apparaît dans une sorte de nudité : car pour exécuter sa danse, elle s’est inspirée d’une pensée diabolique : elle a voulu que la couleur de son vêtement simulât parfaitement la teinte de ses chairs. Tantôt elle se courbe de côté et présente son flanc aux yeux des spectateurs ; tantôt, en présence de ces hommes, elle fait parade de ses seins que l’étreinte des embrassements qu’elle a reçus a fortement déprimés. »" (Crdp-ac-paris)

.

 

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

 

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

.

8°) Huitième panneau : Décollation de saint Jean. CO[MM]E[NT]  ST JEHAN FUT DECOLLE.

 

" Le saint est vêtu d'une peau de bête, le bourreau est en veste violette et chausses rouges à crevés blancs. Salomé porte une robe rouge à pois d'or et un surcot vert à perlage d'or. A côté d'elle, une compagne dont on n'aperçoit que la tête. Sur ce panneau, il est à remarquer un homme tenant une pique et une grande banderole, probablement la marque du verrier." (Couffon)

.

Détails.

Tête du saint refaite.

Manches et robe de Salomé et hauts de chausse du bourreau : verres rouges gravés.

L'homme "tenant une pique et une grande banderole" remarqué par Couffon dans le fond bleu est intrigant.

La servante à coté de Salomé crée un rappel du motif de Judith et Holopherne.

La fontaine a double bassin ne peut avoir ici qu'une valeur allégorique : rappel de l'eau du baptême, ou de la fontaine eucharistique ?

.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

 

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

 

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

.

.

DERNIER REGISTRE : LE COUPLE DE DONATEURS.

.

 

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

.

9°) Sainte Catherine présentant une donatrice.

.
"Donatrice. Elle est à genoux sur un prie-Dieu recouvert de damas or. Derrière elle, se détachant sur un fond damassé vert et sur des fabriques analogues aux précédentes, sainte Catherine, en robe bleu pâle et manteau de damas or.
La donatrice porte un surcot violet à manches à crevés bleus à l'avant bras et riche garniture de fourrure. On a voulu reconnaître en elle Catherine du Couedro, dont on ne retrouve aucune trace. Les armoiries de sa robe, détruites en 1791, paraissent avoir été rétablies de façon fantaisiste en un écartelé Le Mintier et Millon et la Motte Vauclerc. Il faut voir là, croyons-nous, Marie Le Moine, dame de Kercouedro et femme de Jean Le Mintier sieur des Granges, comme le prouvent les deux actes suivants : Le 28 janvier 1555, Francois Le Mintier, sieur des Granges, assigne à Marguerite, sa soeur, six livres dix huit sols de rentes des droits lui appartenant de la succession de Marie, dame de Kercouédro, leur mère.
D'autre part, par acte du 28 juin 1575, nobles gens Pierre Le Mintier et François Le Mintier font accord avec Jean Le Mintier, leur frère aîné, de la succession d'Antoine Le Mintier, sieur de la Villeseon, leur père, et de la succession à échoir de Marguerite Le Mintier, dame de la Tour, leur mère. Mention est faite de ce qui était dû à Pierre Le Mintier sieur des Granges, et à la même Marguerite Le Mintier, de la succession de demoiselle Marie Le Moine, veuve de Jean Le Mintier sieur des Granges, père et mère de la dite dame de la Tour, leur mère, et de François Le Mintier sieur des Granges." (Couffon)

 

.

Détails.

Composition refaite par Albert Bonnot avec remploi de parties originales.

Sainte Catherine était (avec sainte Marguerite et sainte Barbe) la sainte dont l'intercession était la plus demandée par les femmes de la noblesse. Rien n'impose que la donatrice se prénomme Catherine.

.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

.

10°) Saint Jean présentant Jean Le Mintier.

" Saint Jean, en robe d'or relevée sur la jambe par une agrafe perlée, en manteau vert, et nimbé d'or, se détache sur un damas vert qui occupe la moitié du panneau, le reste du fond étant constitué par une fabrique flamande bleue avec touches de jaune d'argent. Il présente un donateur, en armure et à genoux sur un prie Dieu recouvert de damas vert. Ce personnage porte sur sa cotte les armes des Le Mintier et sans doute est ce là Jean Le Mintier, seigneur des Granges, fils de Pierre et de Jeanne Le Sénéchal." (Couffon)

.

Détails.

En arrière-plan, un fleuve que descendent deux nefs.

Composition refaite par Bonnot avec remploi d'importantes parties originales, dont la tête et les armoiries du donateur.

Héraldique.

Pol de Courcy, dans son Nobiliaire et armorial de Bretagne, indique :

" Mintier (Le), sr des Granges, de la Villesion et de la Touche, par. d'Hénon, — de la Ville-Normé, par. De Plémy, — de la Ville-Morvan, par. de Ploufragan, — de Carméné, par. de Plessala, — de Beauchesne et de la Fontaine-Saint-Père, par. de Quessoy, — de la Motte-Basse, — du Bois de la Touche, — de Saint-André, — de la Motte-Gloret, par. d'Iffiniac, — de Léhélec, du Quenhouët et du Lestier, par. de Béganne, — du Boisgnorel, — du Bourgneuf, — du Chalonge, par. de Plédran, — de la Villeblanche, — de la Villeoser, — du Bignon, — de la Perrière, — de la Pommeraye, — des Aulnais-Caradreux, par. de la Nouée, — de la Grée-Saint-Laurent, par. de ce nom, — de la Villeauffray, — de Kerancloarec, par. de Plounévez-Quintin , — du Perret.

Anc. ext. chev., réf. 1668, dix gén., et maint. à l'intend. en 1699; réf. et montres de 1423 à 1535, par d'Hénon, Ploufragan, Plémy, Quessoy, Iffiniac et Plédran, év. de Saint-Brieuc.

De gueules a la croix engreslée d'argent. Devise: Deus meus.... omniasunt, et Tout ou rien.

Honoré et Olive Visdelou , sa compagne, vivants en 1330, père et mère de : 1° Guillaume, sénéchal de Chatelaudren en 1383, auteur de la branche des Granges; 2° Charles, auteur des branches de la Ville-Sion et de la Motte-Basse.

Cette famille a encore produit: Guillaume, commissaire pour la réformation des fouages en 1441; Pierre, qui obtint lettres d'abolition en 1485 pour sa participation a la mort du trésorier Landais; un chevalier de Saint-Michel en 1637; des pages du Roiet des filles à Saint-Cyr, de 1718 à 1787; un lieutenant des maréchaux de France en 1771, un abbé de Boquen en 1757; un abbé de Meilleray en 1776, évêque de Tréguier en 1780, t 1801 ; un écuyer cavaleadour du prince de Condé dans les guerres de l'émigration; un chef de division des armées royales en Bretagne et deux maréchaux de camp nommés par le Roi en 1797 et 1814."

Le château des Granges, à Hénon, au nord immédiat de Moncontour, est le berceau de la famille Le Mintier depuis le XIVe siècle..

Jean Le Mintier (v.1471 -?).

https://gw.geneanet.org/turnegouet?lang=fr&n=le+mintier&oc=4&p=jean

.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

Verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste (vers 1535-1540), baie 3, mur nord de l'église de Moncontour. Photographie lavieb-aile 17 septembre 2017.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

 

 — COUFFON (René), [1935]  Contribution à l'étude des verrières anciennes du département des Côtes-du-Nord, Mémoires de la Société d'émulation des Côtes-du-Nord. T. 67 1935, pages 167-171

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k441314t/f196.item

— GATOUILLAT (Françoise), HÉROLD (Michel), 2005, Les vitraux de Bretagne, Corpus Vitrearum vol. VII, Presses Universitaires de Rennes.

— MONCONTOUR (SITE DE L'OFFICE DU TOURISME DE) .

http://www.tourisme-moncontour.com/Vitrail-saint-yves_fiche_1796.html

— INFOBRETAGNE, Les vitraux de l'église de Moncontour..

http://www.infobretagne.com/moncontour-eglise-vitraux.htm

— Congrès archéologique de France 1950 vol.107

DESCRIPTION DES VERRIERES DATANT DE 1874 : Mémoires de la Société archéologique et Historique des Côtes-du-Nord.

https://books.google.fr/books?id=dFdj-oEI7pMC&pg=PA164&dq=de+la+Motte++Vauclerc+armoiries&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjBl7yrlIfaAhVRaVAKHX4IAuoQ6AEIODAD#v=onepage&q=de%20la%20Motte%20%20Vauclerc%20armoiries&f=false

.

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Vitraux

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche