Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 22:33

             Église de Quettreville-sur-Sienne

              Les vitraux de Jacques Simon

 

 

Ces vitraux datent de 1949, ils relèvent de la campagne de reconstruction du patrimoine religieux après les destructions de la Seconde Guerre Mondiale.

  Ils sont consacrés à trois thèmes différents :

  • La légende de Sainte Agathe.
  • Sainte Anne.
  • Les sept sacrements et les sept péchés capitaux.


I. La légende de sainte Agathe.

 

Ste Agathe refusant d'adorer les faux dieux est martyrisée sur les ordres de Quincianus.

  Il est amusant de constater la ressemblance de la légende de sainte Agathe, rapportée par la Légende Dorée de Jacques de Voragine, avec celle de Sainte Barbe Vierges allaitantes VII : Chapelle de Lannelec à Pleyben, Ste Barbe. . Comme elle, Agathe vécut au IIIe siècle dans une famille noble, comme elle, la jeune fille était très belle et refusait de se marier pour consacrer sa virginité au nouveau dieu, au monothéisme trinitaire de la religion chrétienne. Mais au lieu de se passer au Liban actuel, l'histoire se déroule en Sicile, à Catane, et Agathe y est courtisé par le proconsul Quintien. Devant son refus, Quintien l'envoie dans un lupanar dans la tenancière Aphrodisie est chargée, en vain, de la faire renoncer à ses croyances ; la jeune fille est opiniâtre, et le proconsul la jette en prison et la fait torturer, les bourreaux lui arrache les seins à l'aide de  tenailles, mais l'apôtre Pierre vient en personne la visiter dans sa cellule et guérir ses blessures ! "elle se trouva guérie par tout son corps et sa mamelle était rétablie en sa poitrine ". Cela déplut à Quintien qui donna l'ordre de parsemer la place de pots cassés, que sur ces tessons on répandit des charbons ardents puis qu'on la roulât toute nue dessus. "Je vais voir si le Christ te guérira !".

  Mais à ce moment survint un terrible tremblement de terre ; deux conseillers sont écrasés sous les ruines du palais, et le peuple se révolte et dit que le ciel se venge de l'extrême cruauté avec laquelle Agathe est torturée. Ramenée dans sa prison, Agathe pousse un grand cri et meurt, "vers l'an du Seigneur 253, sous l'empire de Dèce.  Quintien compte faire l'inventaire des richesses de la Sainte pour s'en emparer, mais "deux de ses chevaux prirent le mors au dents et se mirent à ruer ; l'un le mordit et l'autre le frappa du pied et le fit tomber dans un fleuve, sans qu'on pût jamais retrouver son corps."


Depuis, elle est fêtée le 5 février : on verra ici que ce n'est pas un hasard :   8 février : premier papillon ! ou le réveil de l'Ours . On l'invoque pour se protéger des tremblements de terre, des éruptions volcaniques et des incendies.Les nourrices la prient de leur accorder beaucoup de lait.

 

 

 1.  Les seins de Sainte Agathe :

 

 

 "Alors le consul la fit jeter en prison, parce qu'elle le confondait publiquement par ses discours. Elle y alla avec une grande liesse et gloire, comme si elle fût invitée à un festin ; et elle recommandait son combat au Seigneur. Le jour suivant, Quintien lui dit : "Renie le Christ et adore les dieux" Sur son refus, il la fit suspendre à un chevalet et torturer. Agathe dit : "Dans ces supplices, ma délectation est celle d'un homme qui apprend une bonne nouvelle, ou qui voit une personne longtemps attendue, ou qui a découvert de grands trésors. Le froment ne peut être serré au grenier qu'après avoir été  fortement battu pour être séparé de sa balle ; de même mon âme ne peut entrer au paradis avec la palme du martyre que mon corps n'ait été déchiré avec violence par les bourreaux." Quintien en colère lui fit tordre les mamelles et ordonna qu'après les avoir longtemps tenaillées on le lui arrachât. Agathe lui dit : "Impie, cruel et affreux tyran, n'as-tu pas honte de mutiler dans une femme ce que tu as sucé toi-même dans ta mère ? J'ai dans mon âme des mamelles toutes saines avec lesquelles je nourris tous mes sens ; et que j'ai consacrées au Seigneur dès mon enfance". Et toc !

Jacques de Voragine, Légende Dorée, 


ste-agathe 6377cc

 


2. Agathe secourue par Saint Pierre :

ste-agathe-3749.JPG

3. "Ste Agathe menacée de nouveaux supplices, la ville de Catane est détruite par un tremblement de terre.

ste-agathe-3759cc.jpg

 

4. "Les habitants de Catane sauvent leur ville en présentant devant les flammes le voile de Ste Agathe.

"Un an après, vers le jour de la fête de  sainte  Agathe, une montagne très haute qui est près de la ville [l'Etna] fit éruption et vomit du feu qui descendait comme un torrent de la montagne, mettait en fusion les rochers et la terre, et venait avec impétuosité sur la ville. Alors une multitude de païens descendirent de la montagne, coururent au sépulcre de la sainte, prirent le voile dont il était couvert et le placèrent devant le feu. Le jour du martyre de cette vierge le feu s'arréta subitement et ne s'avança pas." (Légende Dorée)

  

 

ste-agathe 6376c

 

5. "Un ange suivi de cent enfants apporte une inscription lors de la sépulture de Ste Agathe."

 "Au moment où les fidèles ensevelissaient son corps avec des aromates et le mettaient dans le sarcophage, apparut un jeune homme vêtu de soieries, accompagné de plus de cent autres hommes fort beaux, ornés de riches vêtements blancs, qu'on avait jamais vu dans le pays ; il s'approcha du corps de la sainte, à la tête de laquelle il plaça une tablette de marbre ; après quoi il disparut aussitôt. Or, cette tablette portait cette inscription : "Âme sainte, généreuse,honneur de Dieu, et libératrice de sa patrie."  (Légende Dorée)

 

ste-agathe 6372c

 

      6. "Des chevaliers normands revenant de Sicile rapportent à Quettreville le culte de Ste Agathe."

 

 ste-agathe 6368c

 

 

      II. Ste Anne

1 "Ste Anne et son époux St Joachim présentent au temple la Vierge Marie "

 ste-anne 6407c

 

      2. Groupe  de Sainte Anne trinitaire.

Sainte Anne tient comme un enfant la Vierge Marie qui tient elle-même un Enfant Jésus minuscule, mais auréolé et ouvrant les bras en croix : par similitude avec la Trinité divine, ces trois personnages constituent la Trinité humaine*.

On trouve ces groupes représentés en sculpture dans le Finistère, où la moyenne vallée de l'Aulne en offre des témoignages dans la chapelle Notre-Dame de Tréguron en Gouezec, Vierges allaitantes I : N.D de Tréguron à Gouezec, la chapelle et ses saints., mais aussi dans la chapelle Notre-Dame de Châteaulin, dans l'église du Vieux Bourg en Lothey, dans celle de Saint-Thois, de Chateauneuf du Faou, dans la chapelle Sainte-Anne de Daoulas ou en l'ossuaire de Saint-Hernin, en la chapelle de la  Madeleine de Moustoir en St Goazec.**.

  Plus loin, c'est en Belgique, en pays mosan, qu'on peut voir à l'église Saint-Willibrord de Maamechelen ou à l'église Saint-Antoine de Oosthoven des Trinités humaines.

Citons aussi : de très nombreux exemples ici : link

 ou bien :http://culture-religieuse-sainte-anne.over-blog.com/pages/Sainte_Anne-4399574.html


Ailleurs, comme en Sainte-Marie du Menez-Hom, elle est représentée seule, tenant un livre en attribut, ou encore accompagnée de Sainte Marie à qui elle enseigne la lecture des Saintes Écritures.

* L. Reau, Iconographie de l'art chrétien, Paris, 1955-1959, tII, p. 146-159.

** Guy Leclerc, Groupe de Sainte Anne trinitaire, Bull. Société Arch. Finist 1991, pp 150-154.

 ste-anne 6408c

 

      Châteaulin, chapelle Notre-Dame :

chateaulin-notre-dame 1124c

Chapelle Notre-Dame de Trèguron à Gouezec :

 

DSCN2514c

 

Daoulas, chapelle Sainte-Anne:  La chapelle Sainte-Anne à Daoulas.

chapelle-sainte-anne 0584c

 

L'église Notre-Dame à Chateauneuf du Faou :  L'église Saint-Julien et Notre-Dame à Châteauneuf du Faou.

chateauneuf 0685x

 

      III. Les sacrements.

sacrement 6406c

sacrement 6402c

sacrement 6397c


 

sacrement 6400c

 

sacrement 6404c

sacrement 6394c

sacrement 6384c

 

      Les péchés capitaux :

  en verre gravé :

 querqueville 6395c

 

 querqueville 6396c querqueville 6399c

 

 querqueville 6401c  querqueville 6403c

 

 querqueville 6405c

 

 

V. Statue de Saint Gaud :


querqueville 6416

 

 

 

 

 

   VI.   Le peintre Jacques Simon

      Jacques Roger Simon est un peintre-paysagiste, orientaliste, aquarelliste, aquafortiste, lithographe, illustrateur et cartonnier français né à Paris le 21 novembre 1875 et décédé à Carolles (Manche) en 1965. Il a vécu la fin de sa vie, jusqu'à 90 ans, dans son atelier carollais de "la Bellengerie"* situé dans la rue qui porte désormais son nom. 

* du nom de son épouse Isabelle Bellenger, fille du graveur sur bois Albert Bellenger


 Fils du peintre orientaliste reconnu Ernest Simon, et lui-même élève de Bouguereau et de Gabriel Ferier, de Cotte et Maignan, de l'académie Julian et de l'école des Beaux-Arts de Paris, il acréé les vitraux de l'église de Carolles et de celle de Marquillies (Nord).

  A Carolles, il est connu comme peintre de la nature, du bocage normand, il figure parmi la quarantaine d'artistes de la Vallée des Peintres et il est réputé pour ses peintures et aquarelles du Mont Saint-Michel, pour les lithographies illustrant les livres qui évoquent le Mont, Granville, Carolles ou l'Avranchin, ou qui traitent, comme Les belles foires de la Manche ou La Manche vue par les écrivains, du département entier. Il illustre bien-sûr le livre Carolles, Manche de 1949, Une journée au Mont (1950), 

 Peintre normand ?  Jean de La Varende en était convaincu, mais ce serait un erreur d'oublier sa valeur de peintre orientaliste, épris de la Kabilie. Il visite l'Espagne et Tanger en 1901, la Tunisie en 1903, Abd-el-Tif et l'Algérie en 1908, le Maroc après 1918. En 1928 en Algérie il est un admirateur de Marquet. Il fut membre de la Société des peintres orientalistes français.

 

  Sa fille et élève Noële Simon (1916-2005) est l'auteure du vitrail de Sainte Anne pour l'église de Carolles.

Source :http://memoiredesartistes.free.fr/Dictionnaire.htm

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche