Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 23:51

C'est une baie de quatre lancettes trilobées et un tympan de 15 ajours,  haut de 3,80 mètres et large de 2,30 mètres, datant de 1550 et restauré en 1912. La verrière est consacré au thème de la Sainte Parenté, c'est à dire à la descendance de sainte Anne et de ses trois maris. Du fait de ce motif généalogique, l'espace est structuré de haut en bas en pyramide tronquée où les maris sont repoussés sur les cotés, les deux lancettes centrales étant resérvé aux saintes femmes et aux fils. Enfin, les personnages sortent des limites des panneaux cadrés par les barlotières. 

 

 

 

Baie 7, verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Baie 7, verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

I. Vue générale des lancettes.

Les lancettes sont organisées sur deux niveaux où chaque personnage est identifié grâce à la présence d'un phylactère qui porte son nom en capitales romaines. En haut et au centre, la Vierge tenant l'Enfant et Sainte Anne. A leur gauche, saint Joseph, mari de la Vierge. A leur droite,  les trois maris – successifs– de sainte Anne, Joachim père de la Vierge, mais aussi Cléopas et Salomas. Cliquez ici pour réviser la Sainte Parenté.

Puisque Anne a eu une fille avec chacun de ses maris, la Vierge a deux sœurs : Marie-Jacobée (fille de Cléophas) et Marie-Salomé (fille de Salomas).

Ces deux sœurs occupent l'étage inférieur, avec leur mari et leurs enfants. C'est donc l'étage des oncles, tantes et cousins de Jésus. Les deux chambres de gauche sont occupées par les six  Marie-Jacobé. Les deux chambres de gauche sont, on l'a deviné, occupées par les Marie-Salomé (ils sont quatre). 

En tout, cette belle famille recomposée réunit 17 personnes.

 Je commencerai donc par l'étage supérieur.

Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

II. L'étage supérieur.

Au centre, comme dans un groupe d'Anne trinitaire, la Vierge, couronnée,  est assise, tenant sur ses genoux l'Enfant-Jésus, en face de sainte Anne. Deux anges aussi frisés que leur surplis écartent une tenture verte.

Vierge à l'Enfant, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Vierge à l'Enfant, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

.

Sainte Anne.

Vêtue de pourpre, et coiffée de la guimpe, elle tend les bras vers son petit-fils.

Sainte Anne, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Sainte Anne, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

A gauche, saint Joseph.

Il tient une canne pour souligner qu'il n'est pas tout jeune ; il a ôté son chapeau. 

Joseph, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Joseph, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Le groupe de droite. Joachim, Cléophas, Salomas.

 

Joachim, Cleophas, Salomas, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Joachim, Cleophas, Salomas, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

L'ÉTAGE INFÉRIEUR.

I. Du coté de Marie Jacobé.

Marie Jacobé a épousé Alphée. Ils ont eu quatre garçons : Jacques le mineur (qui deviendra apôtre), Joseph Barsabas, Simon le Zélote, et Jude (qui sera apôtre comme son grand frère).

Tout à gauche, le papa, DALPHEVS est avec son fils aîné Jacques le mineur (qui porte déjà l'auréole).

.

Alphée et Jacques le mineur, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Alphée et Jacques le mineur, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Marie Jacobé et ses trois autres enfants. Les trois petits saints.

Elle porte ici le nom de MARIE CLEOPHAS, mais c'est pareil. Cléophas, c'est le nom de son père, mais ce Cléophas s'appelle aussi Jacob (ou Jacques, c'est pareil). Elle semble un peu débordée, et même franchement excédée, alors qu'elle lisait à ses enfants une histoire avant qu'ils aillent se coucher.  JOSEPH LE IUSTE (c'est son surnom, en vrai il se nomme Joseph Barsabas) trouve que c'est pas juste . Marie Jacobé va-t-elle lui ôter son auréole ? 

S[aint] SIMON lui fait un pinçon.

S[aint] IVDE  lève la main (je crois qu'il est gaucher) et regarde sa mère en criant : "une histoire, une histoire". 

Joseph, Simon, Jude, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Joseph, Simon, Jude, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

.

Sans commentaire.

 (heureusement, elle n'habite pas, comme sa sœur, à Capharnaüm)

 

Marie Cléophas, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Marie Cléophas, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Une coupe verticale de l'immeuble : Je plains les locataires du dessus !

Attention : grâce à lavieb-aile, évitez-vous le ridicule de demander "ça veut dire quoi, ISSO, marqué là ?".

Lisez  : 1550. Et ajoutez : "L'année de construction du vitrail. Sous le règne de Henri II."

La classe.

Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

.

II. Du coté de Marie Salomé.

MARIE . SLOME . Elle a épousé Zébédée et s'en félicite. Elle n'a eu que deux enfants mais ils sont sages comme des images. Son grand, c'est Jacques  (quand il sera majeur on le nommera Jacques le majeur), qui est dans sa chambre en train de ranger sa collection de coquille. Pour l'instant, elle n'a que le petit Jean, qui, lui, sera appelé Saint Jean l'Évangéliste quand il sera allé en vacances à Patmos (SAI~N LE .VANGELISTE). En attendant, il fait des tours de prestidigitation en faisant apparaître des dragons dans le vase à fleur. Toute sa vie, il gardera sa frimousse de garçonnet blond, imberbe. Ce sera le préféré de son cousin Jésus.  

Regardez comme cette Marie a soigné sa coiffure. Elle a choisi une étoffe à rayures, très à la mode pour cet usage, l'a pliée en bandeau et glissée derrière sa nuque. Les deux parties de sa chevelure, d'abord divisées par une raie au milieu, se sont ainsi trouvées rassemblées. Alors — c'est tout le chic— elle a ramené la pointe du bandeau vers l'avant, et l'a fixé au dessus du front (discrètement mais coquettement épilé) par une broche en étoile dorée. 

.

Marie Salomé, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Marie Salomé, Verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

.

 

Marie Salomé et Jean l'Évangéliste, verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Marie Salomé et Jean l'Évangéliste, verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

.

Zébédée et Jacques le Majeur.

Marc l'évangéliste mentionne Zébédée en Mc 1:19 : "Etant allé un peu plus loin, il vit Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère, qui, eux aussi, étaient dans une barque et réparaient les filets. Aussitôt, il les appela; et, laissant leur père Zébédée dans la barque avec les ouvriers, ils le suivirent. "  Zébédée possède donc une ou plusieurs barques, ou même une entreprise de pêche ("des ouvriers !)  sur le lac de Galilée, et quand ils seront plus grands, il compte bien y employer Jacques et Jean. 

Mais qu'est-ce-qu'il a, Jacques ? Il a taillé un bâton, et il veut à tout prix que papa y attache une courge séchée ! Il répète "bourdon, bourdon", et papa ne comprend rien, car le bourdon de pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle, avec ses deux pommeaux et son crochet pour fixer la callebasse , est encore terriblement anachronique. Attends un peu, petit Jacquet !

Jacques le majeur et son père Zébédée, verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Jacques le majeur et son père Zébédée, verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

.

LE TYMPAN
 

En haut, un fleuron à six mouchettes autour d'un ajour central en étoile. Ce dernier contient un écu aux armoiries de Boutteville d'argent à cinq fusées de gueules en fasce. Dans les deux mouchettes qui l'encadrent, un écu parti de Boutteville et de Kerimerc'h (d'hermines au croissant de gueules) , et à droite un écu parti de Boutteville et Du Chastel (fascé d'or et de gueules). Les autres ajours accueillent deux anges chantant et battant des mains (mais non, ils prient, les mains jointes) , et deux anges joueurs de vieille. Latéralement, deux anges buccinateurs (j'adore le placer).

En dessous, six anges musiciens  : deux groupes symétriques avec inversion des cartons

  • viele à archet ou plutôt viole de gambe
  • viole de gambe
  • flûte traversière.

 

 

 

Tympan, verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Tympan, verrière de la Sainte Parenté, Chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët, photo lavieb-aile.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Le Faouët.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche